Publications du Centre Camille Jullian https://books.openedition.org/pccj CC0 Défendre un oppidum en Provence L’oppidum des Caisses de Jean-Jean (Mouriès, Bouches-du- Rhône) et son faubourg des Petites Caisses constituent un des sites archéologiques majeurs de la région du Bas-Rhône et d’une façon plus générale de la Provence. Le site se caractérise par son étendue, la durée prolongée de son occupation (de la fin du VIIIe s. av. J.-C. à celle du IIIe s. ap. J.-C.) et par son puissant système défensif le singularisant par rapport à la plupart des oppida régionaux aux fortifications généralement plus simples et de moindre durée.

Déjà naturellement protégé par de hautes falaises, il était aussi défendu par plusieurs remparts. La fouille du rempart principal de l’oppidum, abordée entre 1939 et 1942 par Fernand Benoit, a été reprise depuis le début des années 2000, en mettant en évidence la juxtaposition de plusieurs de ses états successifs (entre le VIe et le Ier s. av. J.-C.). Elle a été complétée par d’autres recherches sur ses défenses avancées (fossés et agger, « chevaux-de-frise », avant-mur) ainsi que sur d’autres murailles jusqu’alors inconnues du faubourg méridional.

Le présent ouvrage constitue le bilan de ces travaux, qui renouvellent considérablement les connaissances jusqu’alors disponibles pour l’étude des fortifications protohistoriques provençales. Chaque rempart a fait l’objet d’un étude archéologique et architecturale détaillée. Certaines questions ayant fait débat (remploi de stèles dans les remparts, tertre de cendre, « chevaux-de- frise ») sont examinées en cours d’exposé. La synthèse finale replace, grâce à de multiples comparaisons, ce puissant et complexe système défensif dans l’ensemble des fortifications de l’âge du Fer en Gaule méditerranéenne, et évalue la part respective des modes de construction traditionnels, des capacités d’innovation des constructeurs et des emprunts aux modèles étrangers.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/11593 2021-02-11 Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet, Alexandra Roche-Tramier et Henri Tréziny Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
La Moutte d’Allemagne-en-Provence Cet ouvrage expose les apports de la fouille d’un petit castrum de haute Provence occupé durant quelques décennies autour de l’an Mil. Deux incendies successifs ont contribué à la  conservation de macrorestes qui ont livré de nombreux détails sur la vie quotidienne et les pratiques alimentaires en produits végétaux, en viandes et même en poissons. Le dernier incendie a provoqué l’effondrement d’une construction dans laquelle tout le mobilier domestique mais aussi des armes ont été retrouvés en place. Le niveau de vie des habitants présente les caractéristiques d’une élite tant par le mobilier que par l’organisation des bâtiments. Les constructeurs ont utilisé des matériaux locaux assez frustes qui ont nécessité des mises en oeuvre tout a fait originales. Les deux états successifs qui ont été mis au jour autour de l’an Mil montrent des changements radicaux suivis à chaque fois d’un ensevelissement mettant en jeu des volumes considérables. Cette pratique n’est pas unique, tout au moins au niveau local, et des hypothèses commencent à émerger pour en expliquer les motifs. Ces transformations complètes des premières formes castrales avaient déjà été étudiées sur un autre site provençal, la Roca de Niozelles, et sont à nouveau observées sur le castrum Archanzoscum qui est en cours de fouille sur la même commune d’Allemagne-en-Provence. Ces découvertes, de prime abord insolites, montrent que la construction de ces châteaux se faisait sans modèle prédéfini et que chacun des titulaires cherchait d’abord a s’installer sur un site dominant topographiquement un terroir pour le constituer en territoire. C’est pour insister sur cette diversité des formes qu’est également exposé le site défensif tout a fait original du « Champ du Seigneur », à Gaubert, prés de Digne.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/11732 2021-02-11 Daniel Mouton Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
La sculpture romaine en Occident Cet ouvrage réunit les résultats de deux manifestations complémentaires  : d’une part, la table ronde intitulée «  Rendre à César  », organisée le mercredi 20 juin 2012, à Paris, au Musée du Louvre et, d’autre part, les «  Rencontres autour de la sculpture romaine conservée en France  » qui ont eu lieu du 18 au 20 octobre 2012 au Musée départemental Arles antique.
La richesse des interventions lors de ces deux manifestations permet de restituer un ouvrage composé de trente-huit articles, répartis en trois parties et une conclusion. La première partie, en écho et en développement de la table ronde du Louvre, porte sur le portrait du «  César du Rhône  », aussi bien que sur «  Le portrait romain en Gaule  ». La deuxième partie publie cinq études autour des «  nouvelles techniques d’investigations scientifiques  » et présente l’analyse des matériaux des sculptures en pierre et en bronze, découvertes dans le Rhône à Arles, ainsi qu’une étude ethnoarchéologique sur les techniques de production du portrait. Enfin une troisième partie présente les «  découvertes récentes et les nouvelles recherches  », déclinées en seize études qui sont consacrées à des études de cas (Autun, Vaison-la-Romaine, Nîmes, Metz-Divodurum, Apt), ainsi qu’à des relectures novatrices de sculptures méconnues (Plouarzel, Langres, Avignonet-Lauragais, Vernègues, vallée de l’Ubaye, Besançon, Lyon).
Robert Turcan signe la conclusion.
Ainsi, «  La sculpture romaine en Occident. Nouveaux regards   » reflète la variété et l’intérêt des questionnements actuels dans ce domaine.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/11892 2021-02-11 Vassiliki Gaggadis-Robin et Pascale Picard Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Aux portes de la Ville Le projet d’aménagement et de réhabilitation immobilière de la colline Saint-Charles à Marseille, conduit par l’établissement public Euro­mé­diterranée, a donné lieu à une série de fouilles préventives menées par l’Inrap et la Ville de Marseille de 2002 à 2008. La colline est localisée dans un secteur potentiellement sensible du point de vue archéologique, en raison de sa proximité avec les portes principales de la cité antique et médiévale — ce qui laissait augurer des découvertes. Les fouilles ont livré les restes d’une manufacture royale des Poudres et Salpêtre, puis passée sous tutelle de l’État, édifiée au XVIIe siècle et en usage jusqu’au début du XXe siècle, les traces de vignobles grecs antiques, et les vestiges d’une occupation préhistorique courant du VIIIe millénaire au IVe millénaire av. J.-C.

Cet ouvrage, accompagné d’une illustration abondante et souvent inédite, est consacré à la salpêtrière et à son environnement urbain. Il est le fruit d’une collaboration étroite entre archéologues et historiens, qui permet d’offrir une première synthèse sur le quartier de la Porte d’Aix de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XIXe siècle avant que ce quartier ne se paupérise.

Installée à l’entrée de la ville près de la Porte d’Aix au lieu-dit Bernard-du-Bois, ou du Bosc, la salpêtrière a disparu très tôt de la mémoire marseillaise. Les études qui lui sont consacrées ici mettent en lumière son évolution, de sa construction à la fin du XIXe siècle, et l’étonnante aventure de ses productions et des inventions qui y étaient associées, ainsi que sa complémentarité avec la poudrerie de Saint-Chamas. Elles permettent de documenter la genèse de l’îlot Bernard-du-Bois dans lequel elle a été implantée et qui — progressivement loti à partir de 1666, au moment de l’agrandissement de Marseille — accueillait à la fois maisons particulières et fabriques à l’origine de sa réputation artisanale. Elles montrent les liens que ces activités manufacturières ont pu entretenir avec celles du vallon voisin de la Joliette et le rôle de la salpêtrière dans leur implantation. La localisation d’industries nauséabondes ou potentiellement dangereuses dans l’enceinte de la ville a été également l’occasion de décrire le rapport des Marseillais à la pollution à partir de la fin du XVIIIe siècle, moment où la sensibilité liée aux odeurs évolue, et de documenter la manière dont la cité phocéenne avait lutté contre ce fléau. Ce quartier, aux portes de la ville, se présentait aussi comme un témoin idéal pour évoquer un pan peu exploré de la géographie et de l’histoire urbaine de Marseille : celle de la constitution de ses faubourgs et la question des limites et de l’entrée de ville.

Les archéologues ont levé un lièvre, les historiens l’ont poursuivi. Cette collaboration étroite a permis d’aboutir à un travail qui, nous l’espérons, intéressera les acteurs des deux disciplines, ainsi qu’un lectorat désireux de mieux connaître l’histoire de la cité marseillaise. Nous formons également le souhait d’avoir contribué à la promotion de l’archéologie de la période moderne préindustrielle en montrant par cet exemple qu’elle est promise à un grand avenir et encourage de belles collaborations.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/14372 2021-02-11 Ingrid Sénépart Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre En 2011, une fouille archéologique préventive réalisée à Istres, au pied de la colline du Castellan n, a mis au jour les vestiges d’une agglomération rurale gallo-romaine, qui prend la suite d’une agglomération de hauteur des premier et second âges du fer, avant d’être démantelée par des récupérateurs de matériaux à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle. Idéalement située dans l’environnement varié à proximité de l’étang de Berre, de la plaine de la Crau, des zones humides de Camargue et de la Méditerranée, cette agglomération a su tirer parti des ressources naturelles disponibles et de sa proximité avec le port antique de Fos, lieu d’échange des produits du commerce maritime. Les bâtiments, leurs aménagements et le mobilier révèlent la vie quotidienne et les pratiques culturelles d’une population gauloise rurale. La découverte de deux sépultures et d’un bûcher placés au plus près des vivants témoigne également des coutumes funéraires locales. Au total, ces investigations renouvellent profondément notre vision de l’occupation du territoire et des modes de peuplement à l’ouest de l’étang de Berte. Aux villae, établissements et bergeries viennent désormais s’ajourer de petites agglomérations qui trouvent leur place dans le maillage territorial.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/14577 2021-02-11 Frédéric Marty et Brice Chevaux Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Grecs en Gaule du Sud La colonie grecque d’Agathé, établie par les Phocéens de Marseille, déjà citée par des auteurs de l’Antiquité, a fait couler beaucoup d’encre parmi les historiens modernes qui cherchaient surtout sa localisation précise et sa date de fondation. Les premières recherches de terrain de Raymond Aris à la fin des années 1930, puis les travaux d’André Nickels dans les années 1970-1980 ont permis de confirmer la présence de la ville antique sous le site de la ville actuelle d’Agde, et de mieux connaître la vie de ses habitants. Ils ont également occasionné la découverte des deux nécropoles se rapportant à cet établissement : le Peyrou 2, fort de trente-cinq tombes s’échelonnant entre l’extrême fin du Ve siècle et le milieu du IIe siècle av. J.-C., et Saint-André, avec seulement deux tombes conservées de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C.
Cet ouvrage étudie de manière détaillée ces sépultures et leur aménagement. Il fait une large place aux défunts eux-mêmes, et aux objets qui accompagnent certains d’entre eux. Il met ainsi en lumière des pratiques funéraires révélatrices de coutumes grecques, très différentes de celles du monde gaulois environnant. Fort proches de ceux de Marseille/Massalia, comparables à ceux d’Ampurias/Emporion, ces usages participent à la définition d’un "paysage" funéraire propre aux colonies grecques de la Méditerranée nord-occidentale.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/14957 2021-02-11 Bernard Dedet et Martine Schwaller Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Fish & Ships Les poissons et leurs dérivés sont durant l’Antiquité une des bases de l’alimentation en Méditerranée. Pour autant, l’état de nos connaissances sur ces produits souffre aujourd’hui encore de nombreuses lacunes, que cet ouvrage tente partiellement de combler.

Pour cela, il était nécessaire de réunir des études de spécialistes de différents horizons, d’une part pour faire le point sur des zones qui désormais sont les vitrines de nos disciplines - l’Afrique et la péninsule Ibérique notamment -, et d’autre part pour mettre l’accent sur des aires géographiques ou des périodes qui sont encore trop peu connues ou étudiées.

Cet ouvrage, articulé autour de trois thèmes respectivement dédiés à des approches historiographiques et technologiques, à des études archéologiques sur l’Afrique et, enfin, à d’autres consacrées au reste de la Méditerranée, est majoritairement composé d’articles écrits par de jeunes chercheurs dont les travaux récents constituent un apport documentaire fondamental pour le renouvellement des problématiques qui sont à l’origine de la rencontre publiée ici. En ce sens, ce volume marque une étape dans l’avancée de nos connaissances en ce domaine.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/1507 2020-04-06 Emmanuel Botte et Victoria Leitch Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale La question des contacts entre les différents peuples qui bordent les rives de la Méditerranée nord occidentale est l’un des sujets phares de la recherche archéologique de ces trente dernières années. Que l’on parle d’époque archaïque et classique ou de Protohistoire et d’âge du Fer, les échanges et les processus d’acculturation de ces peuples qui entrèrent alors en contact les uns avec les autres : Grecs, Celtes, Phéniciens, Ibères, Ligures, Étrusques, ont retenu l’attention des chercheurs travaillant sur l’expansion grecque dans ces régions, sur les trafics commerciaux, sur les échanges culturels. L’œuvre de Michel Bats (Directeur de recherche honoraire du CNRS) traverse toutes ces thématiques : la présence des Phocéens et des Étrusques dans le bassin occidental de la Méditerranée, l’acculturation et les identités ethno-culturelles, les recherches sur la céramique et ses usages dans une perspective anthropologique, l’appropriation de l’écriture par les sociétés protohistoriques. Ses collègues et amis, en organisant ce colloque et en participant à ces actes, entendent lui témoigner leur amitié et leur dette intellectuelle.

Ce volume réunit des articles des meilleurs spécialistes, actuels de la question - des chercheurs de toute la Méditerranée - autour des quatre grands thèmes que nous venons d’évoquer afin tout à la fois de dresser un bilan et de définir de nouvelles perspectives. Cet ouvrage présente donc aussi bien des synthèses - sur la présence grecque en Espagne, sur l’origine de l’écriture, sur les pratiques funéraires, sur les identités culturelles et ethniques - que des découvertes récentes concernant la thématique des contacts et de l’acculturation en Méditerranée nord occidentale : l’agglomération du Premier âge du Fer de La Cougourlude (Lattes, Hérault) fouillée durant l’été 2010 ; le sanctuaire hellénistique de Cumes et les fouilles récentes de Fratte en Italie ; les ateliers de potiers de Rosas en Espagne ; les dernières découvertes d’Olbia de Provence.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/1768 2020-04-06 Réjane Roure Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
<em>Signa et tituli</em> La spécialisation de plus en plus grande et le cloisonnement de nos domaines de recherche (histoire, histoire de l’art, archéologie...) conduisent le plus souvent à étudier et à publier séparément, malgré leur complémentarité, les sources épigraphiques et les sources iconographiques. Des salles de nos musées aux rayons de nos bibliothèques, documents sculptés et documents inscrits forment des ensembles "disjoints". Or, statuaire et épigraphie, signa et tituli, étaient dans l’Antiquité des éléments conçus ensemble, comme les deux volets d’un même message, indissociables dès la première formulation. Cette conjonction d’un texte et d’une image définit précisément le monumentum si caractéristique de la pratique commémorative romaine.
Cet ouvrage, centré sur la question du monumentum romain, regroupe les communications présentées lors du colloque "Signa et tituli. Monuments et espaces de représentation en Gaule méridionale sous le regard croisé de la sculpture et de l’épigraphie" (Aix-en-Provence, 26-27 novembre 2009). À la suite d’une approche méthodologique, l’ouvrage propose une série d’études sur différents lieux de la société romaine où se croisent données iconographiques et épigraphiques : les espaces civiques de représentation, les espaces et monuments funéraires, les espaces de la religion.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/2288 2020-04-06 Sandrine Agusta-Boularot et Emmanuelle Rosso Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Les Carrières de la Couronne de l’Antiquité à l’époque contemporaine Les carrières de la Couronne, sur la commune de Martigues, ont été exploitées depuis au moins le IIIe s. av. J.-C. jusqu’au XXe s., avec une utilisation massive à certaines périodes, comme la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) ou le XVIIe. L’ouvrage propose d’abord un inventaire des carrières, situant chaque exploitation et proposant pour chacune, lorsque c’est possible, une chronologie. L’étude des carrières antiques et médiévales est particulièrement difficile parce que la réouverture de ces exploitations au cours d’époques plus récentes en a fait disparaître les traces. On aborde ensuite la question du transport des matériaux, à la fois par voie terrestre, à courte distance, et surtout pour l’accès aux ports d’embarquement, puis par voie maritime, pour laquelle on dispose de quelques épaves antiques et d’une documentation importante d’archives à l’époque moderne. La troisième partie est centrée sur les qualités techniques de la pierre de la Couronne et sur sa mise en œuvre dans les monuments, particulièrement à Marseille. Un chapitre traite des matériaux concurrents du calcaire de la Couronne. La dernière partie est consacrée au « village de carriers » de la Couronne, à l’organisation professionnelle et aux conditions sociales de la vie des carriers. Le volume est complété par une abondante annexe où sont regroupés une partie des nombreux documents d’archives utilisés.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/3163 2020-04-06 Cécilia Pédini Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Fouilles à Marseille Les objets du quotidien, devenus mobilier archéologique du fait de leur enfouissement dans les couches sédimentaires ou de leur insertion dans des maçonneries, font partie intégrante des données que les archéologues utilisent pour la compréhension d’un site archéologique. Ajoutés les uns aux autres et au fil du temps, ces objets de la vie quotidienne forment des masses parfois imposantes à récolter pendant le chantier, à gérer et à traiter pour les conserver dignement et à étudier. Mais ils témoignent d’une façon particulièrement concrète de la façon dont les Marseillais ont vécu tout au long du Moyen Âge et de l’époque moderne.

On trouvera dans cet ouvrage une étude la plus large possible de catégories variées de ces objets du quotidien. En premier lieu la céramique, retrouvée en contexte « de consommation », renseignant sur les approvisionnements d’une ville portuaire et sur les usages quotidiens de ceux qui y vivaient. Au côté des monnaies, peu nombreuses, des pipes ou du mobilier en verre, qui témoigne d’une évolution des goûts de la table, les objets métalliques et en matière dure animale sont autant de traces d’une matérialité de la vie quotidienne qui vient égayer des vestiges archéologiques parfois un peu arides tant ils ont été détruits au fil des siècles.

Cet ouvrage vient ainsi compléter le premier volume paru sur Marseille médiévale et moderne (BiAMA 7), qui avait présenté le cadre général de la cité et le détail des fouilles récentes portant sur ces périodes. Le spécialiste, comme le grand public, y trouvera largement la matière d’une connaissance renouvelée sur ce sujet.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/3443 2020-04-06 Véronique Abel, Marc Bouiron et Florence Parent Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
LʼOccident grec de Marseille à Mégara Hyblaea La recherche sur l’expansion grecque en Méditerranée occidentale à l’époque archaïque a largement progressé en France pendant les quarante dernières années grâce aux travaux d’Henri Tréziny et aux pistes qu’il a lancées dans l’interprétation des découvertes archéologiques de Sicile et du Sud de la Gaule. En présentant ces études sur l’urbanisme, l’architecture et divers artefacts de la vie matérielle dans ces régions occupées par les Grecs à partir du VIIIe siècle av. J.-C., ses amis, collègues et élèves ont voulu lui rendre hommage en centrant en particulier leurs réflexions sur les deux sites qui ont constitué les piliers de sa carrière, Marseille et Mégara Hyblaea. Vingt-trois contributions dues à quelques-uns des meilleurs spécialistes de ces questions, français, italiens et espagnols, mettent ici en évidence le dynamisme de la recherche dans ces régions périphériques du monde grec où populations locales et Grecs ont constitué une culture spécifique, faite de brassages et d’emprunts respectifs dans les domaines de la ville, de la religion ou des pratiques culturelles. Le volume s’ouvre sur la publication de découvertes récentes des chercheurs turcs à Phocée, la métropole de Marseille et une des cités grecques les plus actives dans cette expansion vers l’Ouest.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/3767 2020-04-06 Sophie Bouffier et Antoine Hermary Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie Strabon (63 av. J.-C.- 24 apr. J.-C.) est un écrivain grec d’Asie Mineure du début de l’Empire (il est presque l’exact contemporain de l’empereur Auguste). Le seul ouvrage qui nous soit parvenu de lui est sa Géographie, en dix-sept livres, unique en son genre. Le livre IV, consacré à la Celtique transalpine, à la Bretagne et aux Alpes, est une référence incontournable pour tous les travaux sur la Gaule, qu’ils émanent d’historiens ou d’archéologues.
L’ouvrage présente une nouvelle traduction du livre IV (la précédente date de près de cinquante ans !), qui s’appuie à la fois sur une relecture très attentive du texte grec, présenté en regard de la traduction, et sur les acquis les plus récents de la recherche dans ce domaine.
La traduction est accompagnée d’une série d’études à la fois historiques et archéologiques. Les unes abordent des problèmes généraux comme la comparaison entre Strabon, Pline et Ptolémée ou la réflexion sur la notion de Celtes et de Celtique. Les autres concernent plus précisément la Narbonnaise, faisant le point sur les peuples (Salyens, Ligyens, Volques Arécomiques et Tectosages) ou les villes (Nîmes, Toulouse et Marseille). Dans tous les cas, la confrontation des données textuelles et faits archéologiques permet de reconsidérer les hypothèses antérieures pour en proposer, le cas échéant, de nouvelles.
Abondamment illustré, en particulier par des cartes qui restituent la vision géographique de l’Antiquité, l’ouvrage offre au lecteur une approche renouvelée de la Gaule telle que la décrivait Strabon dans les premières années de notre ère.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/87 2020-03-10 Patrick Thollard Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Recherches archéologiques au cœur de <em>Forum Iulii</em> Entre les années 1979 et 1989, plusieurs fouilles furent conduites au coeur du vieux Fréjus, aux abords immédiats de la cathédrale et même à l'intérieur de celle-ci. Sur des parcelles parfois difficiles d'accès, les résultats obtenus sont souvent complexes mais ont permis, pour la première fois, de mettre en évidence quelques portions de l'agglomération coloniale de Forum Iulii, d'abord établie dans ce secteur sud-est de la ville selon un schéma urbain original (réseau A). La relation que cette occupation primitive entretient avec le reste de la ville, organisée dans des directions différentes (réseau B), est riche d'enseignements. De ces recherches découlent les découvertes, entre autres, du forum de la ville mais aussi d'une portion du cardo maximus et d'un secteur monumental sous l'emprise de la cathédrale. Il faut également souligner la mise au jour, sous la place formigé, d'une domus dont les murs conservent leurs peintures sur près de 2 m de hauteur, ce qui représente un site remarquable pour la Gaule.
Cet ouvrage, qui voit le jour après de longues années de recherhce et de réflexion, constitue la publication scientifique de ces différents chantiers de fouilles. Il tente de présenter ces acquis de façon pratique en livrant des monographies aussi exhaustives que possible pour chacun de ces sites, avec en particulier l'étude des différents mobiliers (céramique, monnaies, verre, etc.) ; inscrits dans le centre ancien de Forum Iulii.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/73 2020-02-13 Lucien Rivet Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Les Alpes occidentales romaines Vues à travers le filtre des auteurs antiques, les Alpes ont une image associée au caractère hostile et répulsif de la montagne. Cette image qui tient du topos littéraire relève pourtant d’une réalité propre aux régions de montagne : la difficulté d’accès et de franchissement, liée au relief et aux conditions climatiques. La principale caractéristique de la montagne est en effet de juxtaposer des zones basses (les vallées) et des reliefs plus ou moins abrupts et élevés. Pour l’époque romaine, cette juxtaposition a été traduite en termes d’opposition entre des zones basses romanisées, et des montagnes occupées par des populations indigènes peu civilisées. Pour cette raison, les Alpes sont d’abord perçues comme des espaces à franchir, où s’arrêter ne présente aucun intérêt, et qui peuvent même être dangereux.
La présente enquête s’est orientée dans deux directions distinctes. La première concerne l’urbanisation et, de façon plus générale, les modes d’occupation des Alpes occidentales durant la période romaine. Le développement de villes et d’agglomérations et l’émergence d’un réseau parfois dense d’établissements ruraux témoignent d’évolutions majeures dans l’occupation des régions alpines. Le second axe de la recherche concerne les ressources elles-mêmes, au centre des activités économiques des populations alpines. Devant la rareté des données archéologiques, l'auteur recourt au paléoenvironnement pour rendre leur place à deux activités caractéristiques des économies de montagne, le pastoralisme et l’exploitation des mines.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/110 2020-02-13 Maxence Segard Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Archéologie de la montagne européenne Depuis quelques années, l'archéologie de la montagne connaît un indéniable regain d'intérêt.
Les problématiques liées au statut des espaces d'altitude irriguent des programmes pluridisciplinaires, actuellement menés ou projetés dans les différents massifs européens. Dans ce contexte, les approches diachroniques et géoarchéologiques permettent désormais de mieux connaître des territoires qu'une absence de recherche et certains présupposés maintenaient encore naguère dans un état proche de la terra incognita. Cette dynamique est rythmée par toute une série de rencontres internationales dans laquelle s'inscrit la table ronde qui s'est déroulée au Musée-Muséum départemental de Gap entre le 29 septembre et le 1er octobre 2008. Les vingt-neuf contributions rassemblées dans le présent volume reflètent à la fois la diversité des zones étudiées et l'interdisciplinarité des recherches.
Avec cette publication, nous espérons contribuer de façon significative au dialogue et à la coordination nécessaires entre les équipes de recherche se vouant à l'étude de la présence et de l'activité de l'homme au coeur des écosystèmes de moyenne et de haute montagne en Europe, des milieux bien particuliers, parfois difficiles à appréhender et trop longtemps restés en marge des terrains d'investigation de l'archéologie.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/143 2020-02-13 Stéfan Tzortzis et Xavier Delestre Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire Le programme de travail qui aboutit à ce livre s’inscrit dans le cadre du réseau d’excellence européen Ramses2, initié par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Une demi-douzaine de tables rondes ont réuni entre 2006 et 2008, d’un bout à l’autre de la Méditerranée (à Empúries, Aix-en-Provence, Palerme, Naples, Athènes), quelque soixante-dix chercheurs essentiellement français, italiens et espagnols, mais aussi anglais, grecs, bulgares, roumains, canadiens et russes. Il s’agissait d’étudier les rapports d’acculturation entre colons grecs et populations indigènes, en tenant compte des différences géographiques et chronologiques mais aussi de l’historiographie et des habitudes de recherche des diverses institutions.
Les nombreuses communications qui ont jalonné les six tables rondes sont ici la plupart du temps précédées de textes introductifs. Une première partie, consacrée aux approches régionales, permet d’illustrer l’état de la recherche dans quelques régions choisies (autour d’Empuries, d’Himère, de Marseille, de Vélia, en Thrace et en mer Noire). La seconde partie, thématique, aborde un certain nombre de thèmes de recherche dans les régions précédentes, mais aussi dans d’autres régions du monde de la colonisation grecque.
Le point de vue adopté dans ce livre est d’abord celui de la culture matérielle ; l’approche en est essentiellement archéologique. On se demandera par exemple quels sont les indices archéologiques qui permettent de dire si un site est habité par des Grecs, par des indigènes ou par une population “mixte”, et comment ces indices ont été appréciés selon les périodes et selon les régions.
Beaucoup de communications présentent des synthèses régionales ou thématiques, mais une large place est faite également à des sites inédits, pour lesquels on n’a pas hésité à livrer une abondante documentation (plans, matériel de fouille). C’est en effet par le renouvellement de la documentation archéologique que nous pouvons espérer avancer dans la compréhension des rapports d’acculturation entre les colons grecs et les populations locales.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/152 2020-02-13 Henri Tréziny Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Apollonia du Pont (Sozopol) Entre 2002 et 2007, une mission conjointe du Centre Camille Jullian à Aix-en-Provence et de l'Institut archéologique de Sofia, dirigée par Antoine Hermany et Krastina Panayotova, a effectué sur le site de l'ancienne colonie grecque d'Apollonia du Pont (à l'emplacement de la ville actuelle de Sozopol) des recherches dont les résultats sont présentés dans cet ouvrage. Elles ont consisté en premier lieu en trois campagnes de fouilles (2002-2004) dans la principale nécropole de la ville antique, au lieu-dit Kalfata, dont l'importance avait été mise en évidence par les fouilles réalisées sous la direction d'Ivan Venedikov à la fin des années 1940, puis par celles que mène l'Institut archéologique de Sofia depuis 1992, sous la direction de K. Panayotova. Ces trois campagnes ont amené à la découverte, dans un cadre architectural original, de 56 sépultures auxquelles sont associés 35 dépôts et 11 petits foyers contenant des offrandes. Cet ensemble, qui s'échelonne entre la deuxième moitié du V ͤ  siècle et le milieu du III ͤ  siècle av. J.-C., apporte, grâce à la mise en place d'une équipe pluridisciplinaire, des informations importants sur les pratiques funéraires, mais aussi, plus généralement, le mode de vie, les pathologies et, par l'intermédiaire des objets déposés dans les tombes ou à côté d'elles, sur les relations qu'entretenaient avec Athènes et d'autres cités grecques les habitants de cette cité installée en milieu thrace.
Pour compléter ces informations, une étude du contexte géomorphologique dans lequel s'est développée la ville grecque a été réalisée par une équipe de l'université d'Aix-Marseille (laboratoire du CEREGE), associé à un bilan sur l'histoire d'Apollonia et sur notre connaissance de son espace urbain, qui fait l'objet depuis plusieurs années d'importantes recherches.
Les fouilles et la préparation de la publication ont été menées à bien grâce à l'aide financière du ministère des Affaire étrangères et européennes.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/158 2020-02-13 Antoine Hermary, Alexandre Baralis, Krastina Panayotova, Margarit Damyanov et Atila Riapov Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne Les fouilles archéologiques conduites dans le centre de Marseille depuis quelques décennies ont transformé notre connaissance de la ville. Longtemps focalisée sur la période grecque, première ville de France oblige, l'attention des archéologues s'est portée également sur des vestiges plus récents à partir du début des années 1990, alors que se multipliaient les opérations d'aménagement soit en limite de la ville antique et médiévale, soit au coeur même de celle-ci. Ainsi, de la place Villeneuve-Bargemon à la bibliothèque de l'Alcazar ou au tunnel de la Major, ce sont autant de lieux de découvertes qui retracent l'histoire de Marseille depuis le début du Moyen Age jusqu'à la Révolution française.
Après dix ans de réflexion, alimentée par de nombreux articles, une exposition et des échanges croisés sur Marseille médiévale et moderne, les auteurs de ce volume ont souhaité restituer l'histoire de ce port majeur de la Méditerranée qu'est Marseille à un public aussi bien spécialisé que simplement désireux de mieux connaître cette ville. Le lecteur pourra ainsi comprendre comment des vestiges archéologiques, soigneusement sortis de leur gangue de terre par des archéologues professionnels, attestent des heurs et malheurs d'une cité qui croît au rythme du développement de l'activité portuaire. A côté des archéologues, la contribution des historiens et des archivistes à cette redécouverte de Marseille est importante. Elle témoigne de la nécessité de multiplier les regards sur des périodes que l'on croit connaître parce que plus proches de nous. L'ancrage que donne la matérialité des vestiges permet de mieux comprendre les références topographiques des textes d'archives écrits à une époque où l'évidence des lieux pour leurs contemporains fait ressortir notre propre ignorance.
Abondamment illustré, ce volume met en valeur également le développement d'une archéologie des Temps modernes à côté de celle, déjà acceptée, du Moyen Age. C'est le développement de l'archéologie dite "de sauvetage" puis "préventive" qui a incité à traiter de façon égale tous les vestiges, quelle que soit leur période. Et là encore la confrontation avec les textes, en particulier dans le domaine de la construction, montre tout l'intérêt de cette approche pour la connaissance de nos racines.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/879 2020-02-13 Marc Bouiron, Françoise Paone, Bernard Sillano, Colette Castrucci et Nadine Scherrer Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Ville et campagne de Fréjus romaine En 2006, une fouille d’archéologie préventive, désignée sous le nom de « Villa Romana », a été réalisée dans le quartier de Villeneuve à Fréjus. Durant l’Antiquité il s’agit d’une zone périurbaine située entre la ville de Forum Iulii et le débouché de l’Argens. Connu depuis longtemps en raison de la présence d’un édifice thermal toujours en élévation, le quartier a été fouillé à plusieurs occasions et est interprété comme étant l’emplacement du camp de la flotte, établi après la bataille d’Actium.
Celui-ci se transforme progressivement durant le Ier siècle apr. J.-C. en quartier suburbain au fur et à mesure que se développe Forum Iulii. Le secteur fouillé se situe dans la partie sud du camp, bordée par la mer durant les premiers temps de l’Antiquité. La fouille a permis de révéler la présence d’une plage aménagée. Les terrains ont ensuite été rapidement gagnés sur la mer, en raison d’une avancée rapide du littoral, que des études récentes ont permis de bien connaitre à Fréjus. Des jardins y sont alors aménagés. A partir du IIe siècle, cet espace est transformé en zone agricole, et constitue l’illustration de l’exploitation de la campagne aux portes de Fréjus, et cela, jusqu’à la fin de l’Antiquité.
S’ensuit une longue période d’abandon de plusieurs siècles, avant que l’espace ne soit à nouveau voué à l’agriculture et ce jusqu’à l’orée des années soixante. Depuis, le développement de la ville actuelle de Fréjus a de nouveau transformé ce quartier en zone urbaine.
Cet ouvrage, publié quelques années seulement après la fouille, présente l’ensemble des études
archéologiques et paléoenvironnementales, réalisées à l’occasion de cette opération, largement pluridisciplinaire.
Elles fournissent un contexte environnemental nouveau pour ce quartier antique et permettent de redéfinir un paysage à partir d’analyses bioarchéologiques et paléoécologiques récentes. L’étude de l’ensemble des mobiliers archéologiques est également présentée, en suivant la chronologie et l’évolution de ce quartier à travers l’Antiquité et l’époque moderne.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/936 2020-02-13 Pierre Excoffon Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Batellerie gallo-romaine Les récentes découvertes d’épaves de barges fluviales gallo-romaines à Lyon (place Tolozan et Parc Saint-Georges) et à Arles, auxquels s’ajoutent les épaves de Chalon-sur-Saône, ont non seulement attiré l’attention sur la batellerie fluviale et lacustre gallo-romaine mais aussi porté au premier plan des recherches le bassin rhodanien et le midi de la Gaule jusque-là peu présent ou même totalement absent du débat. Or les particularités de ces épaves renouvellent fondamentalement le sujet en montrant l’existence d’une tradition régionale « Rhône-Saône » mettant en lumière des influences maritimes méditerranéennes.
Dès lors, il devenait intéressant de confronter ces recherches, intéressant le bassin fluvial Rhône-Saône et le midi de la Gaule, à celles menées sur l’Europe du Nord qui avaient monopolisé le débat sur la construction navale gallo-romaine. À partir de données provenant de l’arc rhénan (Allemagne, Pays- Bas) et du lac de Neuchâtel (Suisse), ces recherches avaient jusqu’alors mis en évidence l’existence des seules groupes régionaux « Rhénan » et « Alpin ».
Il est aussi apparu enrichissant d’élargir le sujet de cet ouvrage à d’autres épaves, comme l’épave lagunaire de la Conque des Salins (étang de Thau, Hérault), encore peu connue, et l’épave du chaland de la Ljubljanica (Slovénie), de découverte plus ancienne, dont les caractéristiques s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle problématique définie autour des notions de pratiques régionales et d’influences maritimes méditerranéennes.
C’est, au total, à un renouvellement complet du panorama de la construction navale et de la batellerie gallo-romaine que nous invite cet ouvrage. Ce dernier, richement illustré, comporte de nombreuses contributions de spécialistes français et étrangers qui remettent au premier plan les études sur la batellerie antique et montrent l’intérêt de ces recherches en un domaine trop souvent considéré comme mineur.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/967 2020-02-13 Giulia Boetto, Patrice Pomey et André Tchernia Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Les amphores grecques dans le nord de l’Italie Le développement du commerce dans la vallée du Pô et dans le reste de l’Italie du Nord entre le VIe et le Ve s. av. J.-C. est au centre du débat scientifique des dernières années sur le rôle des Étrusques dans le système des échanges dans cette aire géographique. L’attention des chercheurs s’est en effet concentrée non seulement sur l’organisation sociopolitique, mais également sur les potentialités économiques et sur les rapports internes de la région, dans le but de restituer le cadre général des dynamiques et des itinéraires commerciaux. Ce cadre est complexe et organisé, l’Étrurie padane se révélant comme le carrefour des intérêts commerciaux de différents groupes ethniques dès une époque très ancienne.
Le territoire padan est traversé dès l’époque villanovienne par un important itinéraire commercial. À la suite de l’insertion progressive des partenaires commerciaux grecs, dans le courant de la première moitié du VIs. av. J.-C., le rôle économique et culturel de la région atteint son acmé après le milieu du siècle et pendant le siècle suivant. La manifestation la plus éclatante du phénomène se traduit pat la physionomie fédérale prise par la région étrusco-padane et par la diffusion du modèle urbain à travers la nouvelle fondation de Bologne/Felsina ainsi que la fondation ou l’ implication d’autres cités et habitats, tels Adria, Spina, Marzabotto et le Forcello. Cette réorganisation est liée à la nécessité de soutenir et de renforcer des activités commerciales de plus en plus complexes et désormais décidément projetées vers la Côte adriatique septentrionale.
Dans ce cadre. une place majeure est occupée par les amphores de transport, une catégorie d’importations toutefois mal prise en compte par les études traditionnelles du secteur en raison des difficultés d’identification de ce matériel.
La première partie de l’ouvrage porte sur une révision des études consacrées aux amphores grecques d’époque archaïque tardive et classique, ainsi que sur des études analytiques de corpus d’amphores de ce contexte historico-culturel.
La seconde partie est consacrée à la présentation et à l’étude du matériel amphorique de l’Étrurie padane et de l’Italie septentrionale. Cette étude porte aussi bien sur le recensement et l’analyse du matériel publié que sur l’étude ex nova de corpus de matériels inédits.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/1244 2020-02-13 Federica Sacchetti Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault Ambrussum doit sa notoriété aux recherches menées depuis les années 1970 sur l’oppidum du second Âge du Fer et son rempart, sur la ville du Haut-Empire, ainsi que sur l’agglomération gallo-romaine qui s’est développée à son pied, le long de la voie Domitienne reliant l’Italie à l’Espagne.
Ce livre présente un nouveau volet de ce site majeur de l’archéologie languedocienne, un secteur du cimetière de l’oppidum gaulois qui a fait l’objet d’une fouille programmée de 1999 à 2003. L’intérêt de cette découverte dépasse le cadre régional puisqu’il s’agit d’une des très rares nécropoles du second Âge du Fer actuellement connues dans le Sud de la France.
L’étude des vingt-deux tombes à incinération et des deux aires de crémation, qui s’inscrivent entre le second quart du IIIe siècle et les environs de 200 av. J.-C., fait une large place aux défunts eux-mêmes, aux objets et restes animaux et végétaux qui les accompagnent sur le bûcher, puis, de manière fragmentaire, dans la tombe. Des chapitres de synthèse concernent le mobilier, les pratiques funéraires déployées et le reflet de la société que celles-ci renvoient, mais aussi mettent en perspective ces coutumes dans le contexte de la Gaule méridionale. Ces usages des habitants d’Ambrussum s’inscrivent dans une tradition funéraire régionale bien définie, que l’on peut suivre, avec certaines évolutions, depuis le début du dernier millénaire avant J.-C., tandis que l’influence de la colonisation grecque, pourtant bien perceptible alors dans l’économie et le mode de vie des Indigènes, n’apparaît aucunement dans cette gestion de la mort.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/1267 2020-02-13 Bernard Dedet Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian
L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants Ce volume rassemble les communications presentées à la troisième et dernière réunion scientifique organisée dans le cadre du programme « L’enfant et la mort dans l’Antiquité : des pratiques funéraires à l’identité sociale » (EMA), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) de novembre 2007 à novembre 2011.
Les 26 contributions - rédigées en français, en italien ou en anglais - envisagent la question du matériel associé aux tombes d’enfants. Dépose-t-on autant d’objets auprès des tout-petits, des enfants de 6-7 ans et de 12-13 ans ? La nature de ces offrandes varie-t-elle en fonction du sexe ? Dans quelle mesure certaines d’entre elles - « biberons », vases miniatures, astragales, figurines en terre cuite sont-elles caractéristiques des sépultures d’immatures ? Ces questions se posent-elles de la même façon dans les différentes régions du monde méditerranéen et tout au long des douze siècles environ que couvre notre enquête ?
Les articles réunis ici envisagent ces problèmes dans un cadre plus large que celui du monde méditerranéen classique - Grèce et Rome -, en intégrant des études relatives à l’Égypte préhellénistique, à Carthage, au monde celtique du Midi et à la Gaule non méditerranéenne. Certaines de ces contributions présentent des découvertes récentes, partiellement ou entièrement inédites.

]]>
https://books.openedition.org/pccj/1355 2020-02-13 Antoine Hermary et Céline Dubois Publications du Centre Camille Jullian fr Publications du Centre Camille Jullian