Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Chapitre II. La mesure de l’espace : stades et milles

Texte intégral

01/12/2009

01/12/2012

1Dans le livre IV, la plupart des mesures de distances est exprimée en stades et très rarement en milles. Nous en donnons la liste dans un tableau (fig. 3). Elles concernent soit des mesures (longueur de fleuves, dimensions de massifs) soit des distances entre localités ou points remarquables. La situation du Livre IV reflète celle de l’œuvre entière : l’unité de mesure de distance chez Strabon reste l’unité grecque, conformément à la tradition géographique de son temps. Par ailleurs, Strabon se référant constamment à ses prédécesseurs qui sont pour l’essentiel des écrivains grecs (Ératosthène, Polybe, Poseidonios), il est naturel que le stade s’impose à lui comme unité. Le rapport entre les occurrences des deux termes est éloquent : stade se rencontre 1048 fois et mille 25 !

Fig. 3. Tableau des distances en stades et en milles du L. IV (1 mille = 1480 m = 8 stades de 185 m. (P. Thollard).

Trajet

dist. milles

dist. stades

équi. milles

dist. en km.

réf.

Étendue des Monts Kémmèna (Cévennes)

2000

250

370

IV,1,1

Aphrodision-Narbo (Narbonne)

63

93

IV,1,3

Narbo-Nemausos (Nemausus)

88

130

IV,1,3

Nemausos-Sextia (Aquae Sextiae)

53

78

IV,1,3

Sextia-Antipolis et Ouaros

73

108

IV,1,3

Aphrodision-Ouaros (total)

277

410

IV,1,3

Aphrodision-Ouaros (2e version)

2600

325

481

IV,1,3

Aphrodision-Ouaros (3e version)

2800

350

518

IV,1,3

Tarouskon (Tarascon)-frontière des Ouokontioi (Voconces)

63

93

IV,1,3

frontière des Ouokontioi-Ebrodounon (Ebrodunum)

99

147

IV,1,3

Ebrodounon-Okelos (Ocelum)

99

147

IV,1,3

Sciggomagos (Excingomagus)-Okelos

28

41

IV,1,3

Libération route côtière (max.)

12

7,5

2

IV,1,5

Libération route côtière (min.)

8

1

1

IV,1,5

Massalia-Cap couronne

100

12,5

19

IV,1,6

Distance de la plaine Leithodes à la mer

100

12,5

19

IV,1,7

Diamètre de la plaine Leithodes

100

12,5

19

IV,1,7

Massalia-Phoron loulion (Forum lulii)

600

75

111

IV,1,9

Antipolis-Ouaros

20

2,5

4

IV,1,9

Ouaros-Nikaia (Nice)

60

7,5

11

IV,1,9

Massalia-Drouentias (Durance) (territoire des Salyens)

500

62,5

93

IV,1,11

Drouentias-lsar (Isère)

700

87,5

130

IV,1,11

lsar-Ouienna (Vienna)

320

40

59

IV,1,11

Ouienna-Lougdounon (Lugdunum)

200

25

37

IV,1,11

Nemausos-Tarouskon (Tarusco)

100

12,5

19

IV,1,12

Nemausos-Narbo

720

90

133

IV,1,12

Largeur de l'isthme gaulois

3000

375

555

IV,1,14

Distance du Rhodanos au Liger

800

100

148

IV,1,14

Trajet terrestre Atax -Garounas

700 ou 800

87,5 ou 100

129,5/148

IV,1,14

Navigation Garounas-Liger

2000

250

370

IV,2,1

Longueur du Rhênos (Rhin) (Asinius Pollion)

6000

750

1110

IV,3,3

Longueur du Rhênos (Strabon)

4000

500

740

IV,3,3

Lougdounon-Sèquanas

1000

125

185

IV,3,3

Traversée vers la Prettanikè

320

40

59

IV,3,4

Étendue (contestée) de l'Ardouenna

4000

500

740

IV,3,5

Coté sud de la Prettanikè (nord de la Keltikë)

4300 ou 4400

537,5 ou 550

795,5/814

IV,5,1

Distance Pyrénè-Rhénos (max.)

5000

625

925

IV,5,1

Distance Ition -Prettanikè

320

40

59

IV,5,2

Genoua (Gênes) -Sabatôn (Vado)

260

32,5

48

IV,6,1

Sabatôn-Albiggaunon (Albingaunum)

370

46,25

68

IV,6,1

Albiggaunon-Monoikos

480

60

89

IV,6,1

Port de Monoikos-Antipolis

200

25

37

IV,6,3

Libération route côtière

12

7,5

2

IV,6,3

Montée au col le plus élevé des Médoulloi (Medulli)

100

12,5

19

IV,6,5

Trajet terrestre Akyleia -Nauporton (Nauportum)

400

50

74

IV,6,10

Étendue des Alpeis (au niveau des plaines) selon Polybe

2200

275

407

IV,6,12

Longueur du lac Bénacos

500

62,5

93

IV,6,12

Largeur du lac Bénacos

50

6,25

9

IV,6,12

Longueur du lac Verbanos

400

50

74

IV,6,12

Longueur du lac Larios

300

37,5

56

IV,6,12

Largeur du lac Larios

30

3,75

6

IV,6,12

2Les mesures en milles se rencontrent tout naturellement dans la description des contrées les plus occidentales, Ibérie, Celtique, Italie : III, 1, 9 ; III, 5, 3 (2 ex.) ; IV, 1, 3 (5 ex.) ; V, 1, 11 (2 ex.) ; V, 2, 7 ; V, 2, 8 ; V, 3, 2 ; VI, 1, 2 ; VI, 1, 11 ; VI, 2, 11 ; VI, 3, 7 ; VI, 3, 10 (3 ex.) ; VII, 7, 4 (5 ex.). On remarquera, comme on l’a déjà signalé, que leur usage n’est pas exclusif et qu’on trouve côte à côte milles et stades dans les mêmes passages, l’utilisation des uns et des autres s’expliquant simplement par des sources différentes. Par leur rareté, les mesures en milles attirent donc l’attention : elles dénotent l’utilisation de sources romaines spécifiques et (en théorie) plus récentes que les sources habituelles du géographe.

3Le Livre IV ne comporte qu’un seul exemple de distances en milles, lorsque Strabon donne les dimensions générales de la Narbonnaise à partir des deux grands axes routiers de la Province, la voie Domitienne et la voie Aurélienne (ou Per Alpes maritimas) (IV, 1, 3). Seules les distances mesurées à partir des voies sont exprimées en milles, les autres sont en stades. Aucune équivalence n’est donnée ici, ce qui suppose qu’elle est connue et évidente pour tous les lecteurs. De fait, elle s’établit à 8 stades pour un mille (1480 m), avec un stade de 185 m (stade de Grande Grèce) : équivalence attestée par de nombreux auteurs (Radke 1971, p. 124) et confirmée par Strabon qui la présente comme la plus courante, en VII, 7, 4 : ὡϛ μὲν οἱ πολλοί. Mais on sait que ce n’est pas la seule. Ainsi Polybe est présenté, justement dans ce passage du livre VII, comme comptant 8 stades 1/3 pour 1 mille, utilisant un stade attique de 178 m, ce qu’admettent un certain nombre de commentateurs (Radke 1971, Foulon 1997) mais qui ne semble pas se vérifier dans tous les cas, en particulier pour les régions occidentales : voir le fameux cas de la route de l’Ebre au Rhône en III, 39 où les travaux les plus récents montrent que Polybe utilise la norme classique de 8 stades de 185 m pour un mille (Sillières 2003, p. 122-124).

La source de Strabon en IV, 1, 3

4Le premier problème est posé par la source de Strabon pour les distances routières. En effet, qu’il s’agisse de voies romaines ne saurait être une justification suffisante à l’utilisation des milles. On a bien d’autres exemples, où, à l’instar de Polybe qu’il prend pour source, Strabon donne des distances routières en stades (III, 4, 10 à propos des voies de la Celtibérie en est peut-être l’exemple le plus significatif). Il y a donc bien une source romaine spécifique pour la description des itinéraires de Gaule méridionale. La mention du territoire de Cottius (constitué en 8 av. J.-C.) en donne le terminus. La cohérence de tout le passage interdit de voir dans cette mention une interpolation tardive dans des sources plus anciennes, d’époque républicaine, comme on l’a proposé récemment (Rogers 2002, p. 487). La source est donc tout à fait contemporaine de Strabon et offre un témoignage de tout premier ordre sur les voies à l’époque augustéenne.

5Peut-on la préciser ? Il faut exclure, tout d’abord, un itinéraire routier du type classique (prototype de la Carte de Peutinger), lequel donne les localités qui constituent autant d’étapes sur la voie. Si c’était le cas, on aurait la distance de l’Ibérie à Narbonne mesurée à partir « des trophées de Pompée », comme l’indiquent tous les itinéraires (Castellvi et al. 1997, p. 18-19), et non du sanctuaire « d’Aphrodite Pyrénaia » (qu’on localise à Port-Vendres), qui est à l’écart de la voie Domitienne. Comme, du reste, Strabon a cité juste avant les Trophées de Pompée comme une frontière entre la Gaule et l’Ibérie reconnue par quelques auteurs (donc pas par lui : ἔνιοι δὲ τὸν τόπον, ἐν ᾧ ἐστι τὰ Πομπηίου τρόπαια, ὃριον ̓Ιβηρίαϛ ἀποφαίνουσι καὶ τῆϛ Κελτικῆϛ « bien que certains fassent du lieu où se situent les trophées de Pompée la frontière entre l’Ibéria et la Keltikè » –cf. également III, 4, 9), c’est donc qu’il se réfère à une autre source. De la même manière, si Strabon s’était inspiré d’un itinéraire, il n’indiquerait pas les distances à partir des frontières des territoires (des Voconces ou de Cottius) comme il le fait pour la partie « alpine » de la voie Domitienne, mais à partir des seules stations routières.

6Donc Strabon utilise une véritable carte (ou un document topographique) qui porte (ou énumère) non seulement les noms des villes principales mais aussi les limites des peuples et des pays.

7La première hypothèse qui vient à l’esprit est la carte d’Agrippa, parce qu’ayant été achevée en 2 av. J.-C., selon la conjecture de Claude Nicolet (Nicolet 1988, p. 110), elle aurait pu être vue par le géographe qui, comme on l’a rappelé, a visité Rome après la mort d’Auguste (V, 3, 8). Il semble, cependant, qu’il faille rejeter ici cette hypothèse (pour autant, comme on l’a vu, que cela puisse paraître étonnant). On sait, en effet, par Pline, qui se réfère à la carte d’Agrippa en plusieurs endroits (et, en particulier, en III, 37, dans sa description de la Narbonnaise) que ce document mentionnait des dimensions générales en longueur (longitudino) et largeur (latitudino). Or, la mesure donnée par Strabon (277 milles) n’est pas une dimension globale mais la somme des distances intermédiaires (avec, du reste, des erreurs : on y reviendra). Quand le géographe donne des dimensions générales, celles-ci sont en stades. En outre, la longueur (longitudino) de la Narbonnaise donnée par Pline d’après la carte d’Agrippa est de 370 milles. On est bien loin des 277 milles mesurés sur les voies ou des deux autres mesures en stades : 2600 stades (soit 325 milles) et 2800 stades (soit 350 milles). La distance correspondante exacte aurait été 2960 stades (pour une équivalence classique 1 mille = 8 stades). Donc, Strabon n’a utilisé ici ni la carte d’Agrippa ni les documents ou dossiers (commentarii) que ce dernier a laissés à sa mort et qu’Auguste a utilisés pour terminer l’œuvre qu’il n’avait pu achever (Pline, N. H., III, 17 –Nicolet 1997, p. 108-110 ; 181-183).

8Reste le problème du chorographe et de la chorographie cités dans les Livres V et VI. On sait, en effet, que sur les huit passages concernant l’Italie (et les îles : Corse, Sardaigne, Sicile) où sont données des distances en milles (sans tenir compte de V, 3, 2 où il n’est question que de bornes milliaires), six mentionnent une source désignée le plus souvent par « le chorographe » –ὁ χωρογράφοϛ et, une seule fois (VI, 2, 1), par « la chorographie » –ἡ χωρογραφία. En voici la liste :

V, 2, 7, à propos de la Corse : μῆκοϛ δὲ τῆϛ νήσου φησὶν ὁ χωρογράφοϛ μίλια ἑκατὸν ἑξήκοντα, πλάτοϛ δὲ ἑβδομήκοντα.
Le chorographe dit que la longueur de l’île est de 160 milles et sa largeur de 80.

V, 2, 8, à propos de la Sardaigne : ἀπό τε τῆϛ Λιβύηϛ τὸ ἐγγυτάτω δίαρμά φησιν ὁ χωρογράφοϛ εἰϛ τὴν Σαρδὼ μίλια τριακόσια.
Le chorographe dit que la distance la plus courte qui sépare la Sardaigne de la Lybie est de 300 milles.

VI, 1, 11, à propos du golfe de Tarente : αὐτὸϛ δ' ὁ κόλποϛ ἔχει περίπλουν ἀξιόλογον μιλίων διακοσίων τετταράκοντα, ὡϛ ὁ χωρογράφοϛ φησί (…)
Le golfe lui-même a un pourtour important de 240 milles, selon le chorographe (…)

VI, 2, 8, à propos de la Sicile : ἐν δὲ τῇ χωρογραφίᾳ μείζω λέγεται τὰ διαστήματα κατὰ μέροϛ διῃρημένα μιλιασμῷ.
Dans (ou sur) la chorographie, les distances sont estimées plus grandes et décomposées en sections mesurées en milles.

VI, 2, 11, à propos des îles Lipari : ἀπὸ μὲν οὖν Ἐρικώδουϛ εἰϛ Φοινικώδη δέκα μίλιά φησιν ὁ χωρογράφοϛ, ἔνθεν δ' εἰϛ Διδύμην τριάκοντα, ἔνθεν δ' εἰϛ Λιπάραν πρὸϛ ἄρκτον ἐννέα καὶ εἴκοσιν, ἔνθεν δ' εἰϛ Σικελίαν ἐννεακαίδεκα.
D’Éricodès à Poinicodès, le chorographe compte 10 milles ; de là jusqu’à Didyme, 30 ; puis jusqu’à Lipara , au nord, 29 ; et de là jusqu’en Sicile, 19.

VI, 3, 10, à propos des distances de la côte adriatique au sud-est de l’Italie : Ταῦτα μὲν οὖν κατ' Ἀρτεμίδωρον κεῖται τὰ διαστήματα. φησὶ δ' ὁ χωρογράφοϛ τὰ ἀπὸ τοῦ Βρεντεσίου μέχρι Γαργάνου μιλίων ἑκατὸν ἑξήκοντα πέντε, πλεονάζει δὲ αὐτὰ Ἀρτεμίδωροϛ
Voici donc les mesures estimées par Artémidore. Le chorographe, quant à lui, donne 160 milles de Brendisium jusqu’au Gargano tandis qu’Artémidore en donne davantage.

9Le contexte indique sans aucun doute possible que Strabon fait allusion à un auteur et à un ouvrage précis et que ces termes ne sont pas employés dans le sens qu’on leur trouve ailleurs (en particulier aux livres I et II) où ils désignent une approche de détail ou régionale par opposition à une approche globale, celle de la γεωγραφία ou du γεωγραφικόϛ (Nicolet 1997, p. 79-80 ; cf. supra à propos de Ptolémée). La question qui se pose est double. Premièrement : les autres passages qui comportent des distances en milles et où le chorographe n’est pas cité (comme en IV, 1, 3) ne pourraient-ils pas eux aussi remonter à cette source ? En second lieu, peut-on identifier l’auteur et l’ouvrage désignés anonymement par Strabon ?

10La réponse à la première question n’est pas évidente. Les passages qui mentionnent des distances en milles sans référence précise à une source se présentent sous des formes bien différentes. La longueur de la voie Appia (VI, 3, 7) fait partie de ces informations courantes que Strabon a pu recueillir de multiples façons. Le passage du Livre VII renvoie directement à Polybe et concerne la fameuse question de l’équivalence du stade et du mille chez l’historien. La distance du Promontoire sacré à Gadeira de III, 1, 9, est attribuée à « certains auteurs » τινὲϛ δ᾿, au pluriel, ce qui semble exclure le chorographe. L’autre passage du livre III, concernant Gadeira également (III, 5, 3), est introduit par un « on dit » λέγουσι encore plus ambigu. Rien de tel ne figure au Livre IV où les distances sont annoncées directement. En revanche, la parenté avec V, 1, 11 où sont indiquées les distances de Placentia (Plaisance) aux Alpes est évidente (même mention des frontières du territoire de Cottius) : c’est évidemment la suite du trajet commencé en IV, 1, 3 simplement décrit à rebours.

11On peut donc distinguer quatre groupes de références :

  • celles qui ne renvoient à aucune source particulière (VI, 3, 7) ;

  • celles qui renvoient à Polybe (VII, 7, 4) ;

  • celles qui évoquent des auteurs que Strabon ne juge pas utile de citer (comme souvent) mais qui font partie de ses sources habituelles : III, 1, 9 et III, 5, 3 ;

  • celles qui semblent provenir d’une documentation spécifique, plutôt cartographique : IV, 1, 3 et V, 1, 11.

12Seules, donc, ces deux dernières pourraient être attribuées au chorographe des livres V et VI. Cependant, on ne comprend pas pourquoi Strabon qui met tant d’insistance à citer cette source ne le ferait pas partout. On penchera donc plutôt pour l’indépendance des deux sources et, contrairement à Fr. Lasserre (Lasserre 1967, p. 21, n.1) on n’attribuera pas au chorographe anonyme les passages de IV, 1, 3 ni de V, 1, 11.

13La question de l’identification du chorographe a été abordée depuis longtemps. Le rapport avec les travaux d’Agrippa a été véritablement établi par A. Klotz qui a proposé l’édition des fragments des Commentarii à partir des citations de Pline, d’une part, et de l’édition de deux textes tardifs qui semblent s’inspirer très fortement de l’œuvre d’Agrippa, d’autre part : la Dimensuratio provinciarum et la Divisio orbis terrarum. Klotz intègre également les passages des livres V et VI de Strabon où sont cités le chorographe et la chorographie, du fait de la concordance des mesures avec celles de Pline (malgré, là aussi, des erreurs manifestes comme en VI, 2, 11) (Klotz 1931, p. 38-58 ; 386-466). Pour Klotz, et nombre de commentateurs qui l’ont suivi, le χωρογράφοϛ est Agrippa et la χωρογραφία désigne la carte affichée sous le Portique. À l’inverse, une autre série de commentateurs dont P. Arnaud est le représentant le plus récent, défendent l’idée d’une totale indépendance du « chorographe » de Strabon avec Agrippa et ses travaux, sans pouvoir cependant mettre un nom sur l’auteur anonyme (Aly 1957, p. 224-230 ; Sallman 1971, p. 93-98 ; Arnaud 2007, p. 23-24).

14Cl. Nicolet, qui suit globalement les conclusions de Klotz, hésite un peu sur l’identification, à cause du terme de χωρογραφία sous lequel serait désignée la carte d’Agrippa par Strabon, terme qui désigne, comme on l’a vu une carte régionale ou détaillée et non une description d’ensemble de la terre habitée, comme devait l’être celle du Portique. Il est également gêné par l’anonymat strabonien : pourquoi ne pas rendre à Agrippa (ou à Auguste) ce qui leur appartient ? Il finit par adopter une position de compromis en disant que des auteurs d’époque augustéenne « ont très bien pu appeler chorographia une description du monde générale, mais assez détaillée, comme celle qu’on pouvait voir sur la carte du Portique » et que le χωρογράφοϛ de Strabon peut être bien, en effet, cet auteur (anonyme puisqu’Agrippa est mort) qui a achevé la « carte » du Portique sur l’ordre d’Auguste lui-même » (Nicolet 1997, p. 121-122).

15Fr. Lasserre, butant sur la même difficulté de la désignation anonyme du χωρογράφοϛ, prend une position plus radicale. Il nie que les commentarii d’Agrippa aient constitué des dossiers, traités ou memoranda (pour reprendre la traduction de Cl. Nicolet) laissés par celui-ci après sa mort et propose de traduire l’expression de Pline ex destinatione et commentariis (dans la célèbre citation de III, 17) par « conformément à l’intention manifestée par Agrippa et aux instructions écrites laissées par lui » (Lasserre 1967, p. 22). Selon lui, c’est un cartographe anonyme qui, à la mort d’Agrippa s’est vu confier la réalisation de la carte du Portique à partir d’un dossier établi par les services impériaux (et dont les premiers travaux avaient commencé sous César). Après l’achèvement de la carte, le chorographe aurait rédigé un traité explicatif « publié sans nom d’auteur, en raison de ses origines ». D’où, toujours selon Fr. Lasserre, la multiplicité des attributions possibles et des citations chez les auteurs antiques : Agrippa (Pline), Auguste (auteur de la Divisio orbis terrarum) ou le chorographe anonyme (Strabon). La χωρογραφία désignerait alors soit le traité de l’auteur anonyme soit la carte du Portique elle-même (Lasserre 1967, p. 23).

16On ne donnera sûrement pas raison à Fr. Lasserre dont la traduction forcée aboutit à remettre en cause sans véritable fondement l’action et l’œuvre d’Agrippa. Cela dit, le problème posé par l’anonymat du chorographe subsiste et la solution proposée par Cl. Nicolet n’est pas plus satisfaisante : tout le monde savait qu’on devait la carte du Portique soit à Agrippa soit à Auguste. On ne voit pas pourquoi Strabon, par ailleurs glorificateur en toute occasion de l’œuvre de Rome, aurait passé sous silence le nom de deux de ses plus illustres représentants.

17Le problème n’est donc pas définitivement réglé. La parenté entre les passages qui ont pour source la « chorographie » et la carte d’Agrippa est réelle, mais il n’est pas sûr que χωρογραφία désigne la carte elle-même. Il faut rappeler une fois encore que la référence à la χωρογραφία est limitée aux livres V et VI et, à l’intérieur de ceux-ci, à la description des îles (Corse et Sardaigne : V, 2, 7 et 8, Sicile : VI, 2, 1 et 11) et de l’Italie méridionale (VI, 1, 11 et 3, 10). Si la χωρογραφία désignait la carte du Portique, Strabon s’en serait servi dans d’autres occasions. On penchera plutôt pour un document particulier, essentiellement maritime, élaboré à partir des mêmes données que celles qui ont servi à la carte d’Agrippa et utilisé par le géographe spécialement pour cette partie de l’ouvrage.

18D’un autre côté, il semble évident que le passage de IV, 1, 3 (et son pendant du livre V) dépendent d’un document à part (une carte, probablement) sans rapport direct avec la carte d’Agrippa et établi entre 8 av. J.-C. et 2 av. J.-C.

Itinéraires et distances

19Strabon donne les distances mesurées sur les deux grands axes routiers de la province. Cependant, au lieu de présenter séparément, comme nous le faisons aujourd’hui, la voie Domitienne et la voie Aurélienne (ou per Alpes maritimas), il se place d’un point de vue pratique. Il envisage d’abord le trajet côtier, à partir du sanctuaire d’Aphrodite jusqu’au Var (d’une frontière à l’autre), en passant par Narbonne, Nîmes, Beaucaire, Tarascon, Aix-en-Provence et Antibes (donc la partie occidentale de la voie Domitienne puis la voie Aurélienne) ; puis celui qui va du Rhône à l’Italie, en passant par Tarascon, Cavaillon, Embrun et le territoire de Cottius (c’est-à-dire la partie orientale de la voie Domitienne). Nous les avons reproduites sur une carte moderne avec les distances (fig. 4). Certains des chiffres donnés par Strabon posent problème. On sait que c’est chose courante dans les textes antiques et qu’on en attribue souvent la cause à des erreurs lors des transcriptions successives des manuscrits. Dans le cas présent, l’argument ne saurait être avancé. D’une part, les leçons des manuscrits sont toutes homogènes et ne présentent aucune trace de corruption ou de divergence. D’autre part, la cohérence interne est assurée par le total indiqué par Strabon pour le trajet sanctuaire d’Aphrodite – Var (277 milles) qui est exactement la somme des distances intermédiaires : 63 milles (sanctuaire d’Aphrodite – Narbonne), 88 milles (Narbonne – Nîmes), 53 milles (Nîmes – Aix-en-Provence) et 73 milles (Aix-en-Provence – Antibes et Var).

20Nous avons reproduit dans deux tableaux (p. 108, fig. 6 et 7) et sur deux cartes (fig. 5 et p. 110, fig. 9) les distances admises sur les deux itinéraires routiers envisagés ici. Les chiffres proposés ont été obtenus en compilant toutes les sources dont on dispose (gobelets de Vicarello, Table de Peutinger, Itinéraire d’Antonin et milliaires) et en vérifiant avec les données kilométriques contemporaines (Barruol 1969 ; Castellvi et al. 1997 ; Sillières 2003).

Fig. 4. Le trajet des Pyrénées au Rhône par la voie Domitienne reporté sur une carte moderne

Fig. 4. Le trajet des Pyrénées au Rhône par la voie Domitienne reporté sur une carte moderne

(Fond de carte CNRS UMR 5140-DAO P. Thollard)

Fig. 5. Trajets et distances décrits par Strabon en Narbonnaise (IV, 1, 3) reportés sur une carte moderne

Fig. 5. Trajets et distances décrits par Strabon en Narbonnaise (IV, 1, 3) reportés sur une carte moderne

(Fond de carte CNRS UMR 5140- DAO P. Thollard)

Fig. 6. Tableau des distances de Nîmes en Italie par la voie Domitienne

Fig. 6. Tableau des distances de Nîmes en Italie par la voie Domitienne

Les chiffres en italiques sont ceux donnés par Strabon en IV, 1, 3 (P. Thollard)

Fig. 7. Tableau des distances des Pyrénées en Italie par la voie Domitienne puis la voie Aurélienne (per Alpes maritimas)

Fig. 7. Tableau des distances des Pyrénées en Italie par la voie Domitienne puis la voie Aurélienne (per Alpes maritimas)

Les chiffres en italiques sont ceux donnés par Strabon en IV, 1, 3 (P. Thollard)

Fig. 8. Les voies romaines dans la région des Alpilles

Fig. 8. Les voies romaines dans la région des Alpilles

(d’après Roth-Congès 1997, p. 164, Fig. 6)

Fig. 9. Le trajet du Rhône à l’Italie par la voie Domitienne et par la voie Aurélienne reporté sur une carte moderne

Fig. 9. Le trajet du Rhône à l’Italie par la voie Domitienne et par la voie Aurélienne reporté sur une carte moderne

(Fond de carte CNRS UMR 5140- DAO P. Thollard)

Des Pyrénées à Nîmes

21La longueur de la voie Domitienne des Pyrénées au Rhône (jusqu’à Οὐγέρνον –Beaucaire) est estimée à 171 milles (Castellvi et al. 1997, p. 19 ; Sillières 2003, p. 123). Qu’une partie de la documentation utilisée pour obtenir à ce résultat ne soit pas d’époque augustéenne ne pose pas de problème, puisqu’il est admis que le tracé n’a pas varié pendant l’Antiquité. Que le décompte se fasse à partir du franchissement des Pyrénées (Summum Pyrenaeum, identifié au col de Panissars, près du Perthus, où on a retrouvé les vestiges interprétés comme ceux des trophées de Pompée), et non du lieu pris par Strabon comme frontière entre l’Ibérie et la Celtique (le sanctuaire « d’Aphrodite Pyrénaia » –τὸ ἱερὸν τῆϛ Πυρηναίαϛ ̓Αφροδίτηϛ, situé à Port-Vendres), est également négligeable. L’écart de distance entre les deux points ne représente sans doute pas plus de 2 à 3 milles (actuellement, par la route, entre Perpignan et Le Perthus il y a 23 km et 27 km entre Perpignan et Port-Vendres).

22L’évaluation de ce tronçon par Strabon est assez exacte : 63 milles de la frontière à Narbonne (pour 65 en réalité) et 88 de Narbonne à Nîmes (pour 91). Une seconde évaluation de la distance Nîmes – Narbonne est donnée en IV, 1, 12, directement à partir de la voie Domitienne, cette fois, et mesurée en stades, mais plus proche de la réalité : 720 stades = 90 milles.

De Nîmes au Var

23La longueur de la deuxième partie du trajet, de Nîmes au Var, la frontière avec l’Italie, est de 178 milles, en suivant la route Ougernon (Ugernum) –Beaucaire, Tarascon, Ernaginum –Saint-Gabriel, Maussane (sans passer par Glanum), Aix-en-Provence, Fréjus, Antibes. Le calcul de Strabon pour la même distance arrive à 126 milles, soit une différence de 62 milles.

24L’écart entre les 277 milles de Strabon et les 344 admis pour la distance Pyrénées – Var concerne donc uniquement la deuxième partie du trajet, celui de la voie Aurélienne. Il faut entrer dans le détail pour comprendre l’origine éventuelle des erreurs. Les deux distances intermédiaires, Nîmes – Aix-en-Provence et Aix-en-Provence – Var sont fausses l’une et l’autre : 53 au lieu de 66, dans le premier cas, et 73 au lieu de 112, dans le second, mais posent des problèmes d’ordre différent.

De Nîmes à Aix-en-Provence

25La restitution de l’itinéraire suivi pour aller de Nîmes à Aix-en-Provence est délicate. La plupart du temps, on se fie à la carte de Peutinger qui est le seul itinéraire antique à donner des distances pour cette portion de la voie Per Alpes Maritimas (80 milles). On lit les noms et les distances suivantes : Arelato (VI) Ernagina (VIII) Glano (XI) Tericias (XVIII) Pisavis (XVIII) Aquis Sextis. Or, l’itinéraire est très discuté. Pour deux raisons. D’une part, la carte ne mentionne que le passage du Rhône à Arles en omettant celui par Ugernum et Tarascon. Si le passage du Rhône à Arles est attesté dès le début de l’époque augustéenne par deux des gobelets de Vicarello (I et III), son importance est liée avant tout à la présence de la colonie d’Arles. Mais, géographiquement, sur le trajet Italie-Espagne, il marque un détour qui rallonge de près de 18 milles par rapport au franchissement à Ugernum et Tarascon, tel que le décrit Strabon.

26La seconde difficulté concerne le passage de la voie par Glanum, objet, là aussi, d’un débat ancien (fig. 8). La mention de Glanum sur la carte de Peutinger et sur les gobelets I et III de Vicarello ainsi que la découverte par H. Rolland d’un milliaire sur le site même, ont accrédité l’idée que la voie Per Alpes Maritimas passait effectivement par Glanum (Rolland 1962 ; Barruol 1969, p. 73, tab. II ; Salviat 1990, p. 17-18). Le dossier a été repris récemment par M. Gazenbeek (Gateau, Gazenbeek 1999, p. 88-93, 268 et 297) et A. Roth-Congès (Roth-Congès 1997, p. 162-165 ; nous avons reproduit en fig. 8 la fig. 3 de la p. 164).

27Écartons rapidement les gobelets de Vicarello qu’on ne peut invoquer ici : ils indiquent les étapes sur la voie Domitienne et non sur la voie littorale. La position originelle du milliaire découvert à Glanum reste problématique et, de toute manière, son caractère tardif (il est daté de 306-307 ap. J.-C.) interdit toute extrapolation à l’époque augustéenne. Mais, surtout, il existe une voie directe d’Ernaginum à Tericiae (qu’on situe aux abords de Mouriès), par Maussane, au sud des Alpilles (donc en évitant Glanum), attestée par une série de milliaires anciens 3-2 av. J.-C. : König 1970. Au demeurant, c’est le trajet le plus logique : le détour par Glanum rallonge de 8 milles. La distance Tarascon-Tericiae, donnée par un milliaire trouvé à Mouriès, mais aujourd’hui perdu, est estimée à 14 milles (Gateau, Gazenbeek 1999, p. 219).

28Donc le tracé de la voie per Alpes maritimas de Nîmes à Aix-en-Provence représente 66 milles, chiffre que nous avons adopté dans le tableau de la fig. 6 (supra, p. 106).

29Pour expliquer l’erreur de Strabon, on a émis l’idée que le décompte aurait été partiel. Ainsi, pour Fr. Lasserre, le chiffre recopié par Strabon aurait été celui du trajet Tarascon – Aix (Lasserre 1966, p. 204, n. 7) et non Nîmes – Aix. Dans ce cas, l’estimation de Strabon serait satisfaisante : 53 milles pour 54. Mais il fait passer la voie par Arles et la distance qu’il propose (80 km soit 54 milles), à la suite de Radke (Radke 1964) est fausse. En réalité, le trajet Tarascon – Aix par Arles est de 68 milles et l’erreur de Strabon reste irréductible. Pour G. Barruol, Strabon aurait compté seulement à partir d’Ernaginum (Barruol 1969, p. 278, n. 3). Mais les 55 milles qu’il donne d’Ernaginum à Aix supposent le détour par Glanum, solution qu’il faut exclure, comme on l’a vu. La distance, par voie directe, d’Ernaginum à Aix est de 47 milles et là non plus l’erreur de Strabon n’est pas amendable.

30On peut malgré tout garder l’idée que l’erreur est due à un décompte partiel comme la tournure de phrase peut y faire songer (ἐκ Νεμαύσου δὲ διὰ Οὐγέρνου καὶ Ταρούσκωνοϛ εἰϛ θερμὰ ὕδατα τὰ Σέξτια καλούμενα, ἅπερ πλησίον Μασσαλίαϛ ἐστί, πεντήκοντα τρία– « de Nemausos par Ougernon et Tarouskon jusqu’aux sources chaudes appelées « Sextia » (qui sont proches de Massalia) 53 »). Dans ce cas, la distance donnée est celle mesurée à partir du passage du Rhône, à Ugernum, jusqu’à Aix. En enlevant les 15 milles de Nîmes à Ugernum, le chiffre transmis par Strabon est acceptable : 53 milles au lieu des 51 réels.

31Si on accepte la proposition d’A. Roth Congès (Roth Congès 1997, p. 165, n. 30) de réduire la distance Tericiae-Pisavi à 15 milles au lieu des 18 indiqués par la Table de Peutinger (en se fiant à la borne trouvée à Saint-Jean de Brenasse, près de Salon-de-Provence, identifié à Pisavi, et marquant le 29e mille), l’ensemble des distances est raccourci de 3 milles : le trajet Nîmes – Aix est alors de 63 milles, celui Ugernum – Aix de 48 et l’erreur de Strabon un peu plus conséquente.

D’Aix-en-Provence au Var

32Cette portion de la voie ne pose pas de problème de tracé. Depuis l’époque républicaine, on va d’Aix-en-Provence au Var en passant par Tegulata (La Grande Pugère), Ad Turrem (Tourves), Matavo (La Cabasse), Forum Voconii (Les Blaïs), Forum Iulii et Antipolis, en 122 milles. Les erreurs de distance éventuelles (sur la carte de Peutinger) sont corrigées par les milliaires dont les distances sont comptées à partir de Fréjus. La seule discussion porte sur l’éventualité de deux tracés successifs entre Forum Voconii et Fréjus (Brun 1999, p. 137). Mais la différence ne porte que sur 2 milles, ce qui est négligeable pour notre propos.

33L’erreur de Strabon est donc importante : 73 milles au lieu de 122. L’écart représente un tiers du trajet. On peut tenter de la réduire un peu en admettant que Strabon qui dit « jusqu’à Antipolis et au Var », ne prend en compte que l’ancien comptoir de Marseille, dans un raccourci d’expression (mais il sait bien qu’Antibes n’est pas sur le Var et il en donne la distance un peu plus loin, en IV, 1, 9 : 60 stades soit 7,5 milles.) Il faudrait donc traduire « jusqu’à Antibes puis le Var ». La distance totale Aix – Antibes serait alors, comme nous l’avons suggéré dans le tableau de la fig. 5, de 112 milles. Mais, il manque encore près de 50 milles.

34Fr. Lasserre suggère que ce pourrait être, comme dans le cas précédent, une mesure partielle prise pour la distance totale, en l’occurrence celle d’Aix à Fréjus (Lasserre 1966, p. 204, n. 7). Mais il se fonde sur les données des itinéraires (Table de Peutinger : 87 milles et Itinéraire d’Antonin : 69 milles) qui sont toutes deux fausses. La distance réelle d’Aix à Fréjus –92 milles– est encore trop éloignée du chiffre de Strabon. La distance MassaliaAntipolis donnée un peu plus bas (IV, 1, 9) ne conviendrait pas non plus : les 600 stades qui séparent les deux villes correspondent en effet à 75 milles. Il faut donc conclure que pour cette partie, l’erreur du géographe est irréductible et qu’on ne peut décider s’il faut l’imputer à lui ou à sa documentation.

Du Rhône aux Alpes

35La distance du Rhône (Tarascon) à l’Italie par les Alpes est estimée à 250 milles pour un trajet passant par Ernaginum, Cavaillon, Apt, Sisteron, Gap, Embrun, Briançon, le col du Mont-Genèvre, Exilles (ExkiggomagosScingomagus), Suse et aboutissant à Chiusa (OkelosOcelum) (Barruol 1969, p. 74-75, tab. III). Le total donné par Strabon est de 261 milles (fig. 7).

36Le point de départ donné par Strabon est bien Tarascon – et non Nîmes, comme on le croit parfois par une lecture trop rapide du texte (Lasserre 1966, p. 126 ; Barruol 1969, p. 278, n. 3). La première partie du trajet Tarascon – Embrun est une estimation très satisfaisante : 162 milles pour 160. Le point intermédiaire à 63 milles du Rhône et 99 d’Embrun, donné comme la frontière du territoire voconce et le début de la montée des Alpes doit être situé entre les stations antiques de Catuiacia (Saint-Sauveur près Céreste) et Alaunium (Notre-Dame d’Aulun), entre 4 et 6 milles de la première et 12 et 8 de la seconde (puisque le décompte strabonien est légèrement inférieur à la distance réelle). Cela correspond au point indiqué par G. Barruol, au sud de Reillane (Barruol 1969, p. 279 et 289).

37La deuxième partie du trajet, d’Embrun – Ebrodounon à Okelos est estimée par Strabon à 99 milles alors qu’il y en a 90 en réalité. L’erreur surprend d’autant plus que le décompte de la fin (ExkiggomagosOkelos) est lui, parfaitement exact : 28 milles.

38L’erreur est donc à rechercher, à première vue, entre Embrun et Exkiggomagos. On pourrait d’abord songer à un problème lié à la localisation de la frontière orientale des Voconces avec le territoire de Cottius. G. Barruol revient à plusieurs reprises sur ce problème. La mention d’Embrun comme limite l’embarrasse parce que cette agglomération (quoiqu’elle ne soit qu’un bourg – κώμη) est chef-lieu des Caturiges, peuple qu’il juge indépendant des Voconces et dont la frontière avec ce dernier se situe plus à l’ouest au niveau de Caturigomagus (Chorges). Il suppose ou une imprécision de Strabon ou un déplacement de la frontière à l’époque augustéenne, après la pacification des Alpes (Barruol 1969, p. 279, 289, 332, 340-344). Si on garde l’idée d’un déplacement de frontière, on pourrait admettre que Strabon donne la distance de la frontière (plus à l’ouest) avec Okelos et non celle d’Ebrodounon. Mais la distance Chorges – Embrun est de 17 milles et le calcul de Strabon pècherait alors par défaut (99 pour 107). En fait, l’expression employée par Strabon est ambiguë et ne signifie pas nécessairement qu’Ebrodounon est exactement la frontière des Voconces et du royaume de Cottius : c’est d’abord la distance jusqu’à Ebrodounon qui est indiquée.

39On remarquera, ensuite, que la dernière notation de distance (les 28 milles entre Exkiggomagos et Okelos) prend place dans un commentaire ajouté à la fin de notice qui est typique de la manière de Strabon. Le commentaire trouve ici sa justification dans le désir de lever une ambiguïté : l’énoncé des distances précédent, qui allait jusqu’à Okelos, la fin du territoire de Cottius, pouvait laisser croire que la Celtique s’étendait jusque là (comme on le trouve affirmé, du reste, en V, 1, 11). Il était donc utile de préciser où passait la frontière.

40Outre le procédé stylistique bien reconnaissable, marqué ici par un λέγεται- « on dit que », le changement de forme pour Exkiggomagos – ̓Εξκιγγομάγοϛ, écrit ici Skiggomagos – Σκιγγομάγοϛ, selon la transcription de la forme latine habituelle, trahit un autre document que celui utilisé pour le reste du paragraphe. On aurait donc un document donnant la distance de 99 milles entre Ebrodounon et Okelos et un autre donnant uniquement celle entre Skiggomagos et Okelos (28 milles). L’utilisation de deux sources différentes expliquerait des chiffres approximatifs (ou erronés) dans un cas et exacts dans l’autre.

Distances en milles et distances en stades

41La mention des distances en milles dans le livre IV repose sur une documentation spécifique, de nature officielle, très vraisemblablement, qui peut être soit une carte soit un document topographique annexé à une carte et concernant la Celtique et les Alpes, mais qui ne peut être ni un itinéraire ni un relevé des seules mesures routières des deux axes principaux de Gaule méridionale. La relation directe avec la carte d’Agrippa doit également être écartée.

42Toutes les distances en milles du livre IV, à l’exception de celle entre Skiggomagos et Okelos sont tributaires de ce document dont on trouve une seule autre utilisation en V, 1, 11. Les autres mesures exprimées en milles qu’on trouve chez Strabon, en particulier aux livres V, VI et VII sont fondées sur d’autres documentations dont une« chorographie » anonyme (qui peut être également une carte ou un document sous forme de liste, ou les deux).

43À l’inverse, les mesures en stades ne peuvent pas être attribuées à un document unique et il est très difficile, sauf exception caractérisée, de retrouver l’origine de la documentation ou de la source utilisées. À l’exception de Marseille – Fréjus, dont on vient de parler et qui est fortement sous-estimée, la série des distances en stades sont globalement satisfaisantes, quoiqu’un peu raccourcies, le plus souvent, par rapport à celles mesurées sur les voies antiques :

Antibes – Var : 60 stades (7,5 milles au lieu de 10) ;
Var – Nice : 20 stades (2,5 milles au lieu de 6) ;
Isère (c’est-à-dire Valence) – Vienne : 320 stades (40 milles au lieu de 49) ;
Vienne – Lyon : 200 stades (25 milles au lieu de 23) ;
Rhône (à la hauteur de Tarascon) – Nîmes : 100 stades « environ »
(12,5 milles au lieu de 15) ;
Nîmes – Narbonne : 720 stades (90 milles pour 91).

44Les deux séries de références sont totalement indépendantes comme le prouve l’absence de concordance parfaite pour des trajets identiques. Ainsi, la distance entre Narbonne et Nîmes : 88 milles, en IV, 1, 3, et 720 stades (soit 90 milles) en IV, 1, 11.

45On constatera, pour terminer, d’une part, que les erreurs relevées dans la description de Strabon sont toujours par défaut (à une exception près, le trajet Embrun – Okelos), ce qui exclut la référence à des unités de mesures plus courtes, en particulier le stade de 178 m censé avoir été utilisé par Polybe et qu’on a évoqué plus haut. D’autre part, qu’elles concernent plus spécialement l’est de la Narbonnaise et les Alpes, régions plus récemment connues, explorées et mesurées que la partie occidentale.

46La source que nous pensons avoir mise en évidence dans ce passage n’est qu’un exemple de la variété et de la diversité des documents utilisés par Strabon et dont on a d’autres exemples dans d’autres occasions. Ainsi, la description de la géographie administrative de la Celtique suppose également une « carte », mais différente de celle évoquée ici, comme l’a montré Chr. Goudineau (Goudineau 1990a, p. 169 ; Thollard 2003, p. 371). Contrairement à ce qu’on a souvent répété, le texte de Strabon n’est pas uniquement tributaire de ses devanciers et ne se résume pas à un « collage » de données prises dans les ouvrages antérieurs. Le géographe utilise bien souvent une documentation qui ne se rattache pas à la tradition littéraire antérieure. Documents « scientifiques » ou administratifs (quelle que soit leur forme), rapports ou inventaires officiels ce sont eux, à l’exemple de la carte dont il se sert pour donner les dimensions de la Narbonnaise qui font l’originalité et l’actualité de son ouvrage.

Table des illustrations

Titre Fig. 4. Le trajet des Pyrénées au Rhône par la voie Domitienne reporté sur une carte moderne
Crédits (Fond de carte CNRS UMR 5140-DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Titre Fig. 5. Trajets et distances décrits par Strabon en Narbonnaise (IV, 1, 3) reportés sur une carte moderne
Crédits (Fond de carte CNRS UMR 5140- DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-2.png
Fichier image/png, 173k
Titre Fig. 6. Tableau des distances de Nîmes en Italie par la voie Domitienne
Légende Les chiffres en italiques sont ceux donnés par Strabon en IV, 1, 3 (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Fig. 7. Tableau des distances des Pyrénées en Italie par la voie Domitienne puis la voie Aurélienne (per Alpes maritimas)
Légende Les chiffres en italiques sont ceux donnés par Strabon en IV, 1, 3 (P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 8. Les voies romaines dans la région des Alpilles
Crédits (d’après Roth-Congès 1997, p. 164, Fig. 6)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-5.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 9. Le trajet du Rhône à l’Italie par la voie Domitienne et par la voie Aurélienne reporté sur une carte moderne
Crédits (Fond de carte CNRS UMR 5140- DAO P. Thollard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/99/img-6.png
Fichier image/png, 204k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search