Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Deuxième partie. Études :‎ Strabon et la Narbonnaise

Chapitre I. De la valeur comparée des sources : peuples et territoires chez Strabon, Pline et Ptolémée1

Texte intégral

  • 1 Sauf mention contraire, tous les textes antiques cités dans cette étude comme dans celles qui suive (...)

Le centre monumental de l’agglomération antique de Murviel-lès-Montpellier (Hérault)

Le centre monumental de l’agglomération antique de Murviel-lès-Montpellier (Hérault)

 Le portique nord et les vestiges d’un monument antérieur en grand appareil, vus de l’est (P. Thollard).

1La Géographie de Strabon est au cœur des réflexions sur l’évolution des peuples et des territoires entre la période de l’Indépendance et l’époque romaine. Cela tient évidemment à la nature de l’ouvrage ainsi qu’à la période de rédaction. Cependant, la proximité chronologique entre Strabon (63 av. J.-C. – v. 25 ap. J.-C.) et Pline (v. 23 ap. J.-C. – 79 ap. J.-C.) qui écrivent à quelques dizaines d’années d’intervalle a conduit tous les commentateurs à rapprocher systématiquement les deux textes et à considérer que les informations transmises par le second viennent en complément de celles du premier. D’une manière plus générale, on a l’habitude depuis C. Jullian, au moins, de se référer, la plupart du temps de manière indistincte, à tous les auteurs antiques à partir du moment où leurs informations concernent le même domaine. C’est ainsi qu’à côté de Pline, on fait également appel à Ptolémée dont la description, pourtant rédigée au II e s. ap. J.-C., est prise en compte dans la reconstitution de l’organisation des peuples du Midi de la Gaule antérieurement à la conquête romaine.

2Si le décalage chronologique entre ces auteurs n’est jamais apparu déterminant, c’est parce qu’on s’est toujours placé, en matière de géographie historique, dans une perspective « continuiste ». Appliquant la méthode régressive développée par E. Desjardins, A. Longnon et C. Jullian, on admettait que les limites modernes des évêchés avaient fossilisé les limites territoriales de l’époque romaine, elles-mêmes reproduisant celles la période protohistorique, en vertu de l’équivalence : peuplade = civitas = diocèse. On s’est aperçu depuis longtemps que le principe souffrait de nombreuses exceptions et qu’il fallait bien se garder de tout systématisme (Barruol 1969, p. 124 ; Leveau 2000, p. 9-11). Cependant les critiques ont porté principalement sur l’équivalence civitas / diocèse. Le principe de la continuité entre les territoires de l’époque de l’indépendance et celui des civitates n’a été, jusqu’à une date toute récente, jamais véritablement remis en cause. Certes, on faisait bien le constat de modifications, mais ces dernières étaient toujours minimisées ou replacées dans la logique d’une organisation antérieure (Barruol 1969, p. 122). Les travaux les plus récents dans ce domaine amorcent une inversion de tendance, encore timide cependant (Arnaud 2002 ; Leveau 2002, p. 9-10 ; Tarpin 2006).

3La pratique courante, jusqu’à aujourd’hui, a donc consisté à utiliser toutes les mentions antiques, à quelque source qu’elles appartiennent, pour les rapporter d’une manière ou d’une autre à la période de l’indépendance (Verdin 2002, p. 140-141 ; Bats 2003, p. 163). C’est ainsi que la liste des « tribus secondaires » de la « grande confédération salyenne, telle que la décrit Strabon » peut être révélée, pense-t-on, par Pline, Avienus et Ptolémée (Barruol 1969, p. 188 ; cf. infra 140-145).

4En réalité, en dehors même de toute considération d’ordre chronologique, la complémentarité (ou la « compatibilité ») des informations transmises par les différents auteurs doit d’abord être appréciée à partir de la nature des textes eux-mêmes et des projets des écrivains, comme le soulignent justement des travaux récents (Marcotte 2007 ; Traina 2007). De ce point de vue, la description des territoires chez Strabon, Pline et Ptolémée relève de démarches entièrement différentes.

5Avant d’évoquer Pline et Ptolémée, rappelons celle de Strabon qui se caractérise, d’une part, par le choix des informations et, d’autre part, par l’ordre suivi dans l’exposition.

6Sur le premier aspect, la règle adoptée est rappelée dans un passage bien connu qui figure à la fin de l’introduction de la Celtique (IV, 1, 1) :

ὅσα μὲν οὖν φυσικῶϛ διώρισται δεῖ λέγειν τὸν γεωγράφον καὶ ὅσα ἐθνικῶϛ, ὅταν ᾖ καὶ μνήμηϛ ἄξια, ὅσα δ' οἱ ἡγεμόνεϛ πρὸϛ τοὺϛ καιροὺϛ πολιτευόμενοι διατάττουσι ποικίλωϛ, ἀρκεῖ κἂν ἐν κεφαλαίῳ τιϛ εἴπῃ, τοῦ δ' ἀκριβοῦϛ ἄλλοιϛ παραχωρητέον.
Autant le géographe se doit de traiter des diversités physiques et ethniques (lorsqu’elles méritent mention), autant pour les dispositions décidées par les hommes d’Etat et qui varient selon les conjonctures, on se contentera d’une présentation générale.

7Strabon opère une double distinction : d’abord entre les informations d’ordre géographique et ethnographique, d’un côté, et celles d’ordre administratif ou politique, de l’autre. Les premières sont celles qu’il incombe à un géographe d’exposer tandis que pour les secondes, on se contentera de généralités et, pour le détail, on renverra le lecteur à d’autres ouvrages –τοῦ δʹἀκριβοῦϛ ἄλλοιϛ παραχωρητέον. Puis, à l’intérieur de la première catégorie, il y a une distinction à faire entre les informations qui méritent d’être rapportées (μνήμηϛ ἄξια) et celles qui ne le méritent pas. L’ordre géographique prend toujours le pas sur l’ordre administratif. C’est au nom de cette exigence que l’exposé sur les Salyens, par exemple, est scindé en deux parties (cf. infra, p. 125). Ce strict respect de la méthode se retrouve aussi dans le détail : il s’agit d’abord de situer les peuples dans l’espace et les uns par rapport aux autres (φυσικῶϛ) avant de mentionner les informations qui les concernent (ἐθνικῶϛ).

8L’exposé sur la Narbonnaise offre un exemple très révélateur des partis pris qui guident Strabon dans la conduite de la description régionale. Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, Strabon n’adopte pas l’ordre le plus simple, c’est-à-dire, celui qui progresserait régulièrement d’ouest en est, des Pyrénées au Var. Il prend comme point de départ Marseille, à laquelle il consacre sa première (et longue) notice (IV, 1, 4-5). Le reste de la description s’organise à partir de cette ville en distinguant le littoral et l’arrière-pays, chaque description étant scindée en deux parties, prenant toujours Marseille comme point de départ. Pour le littoral, dans un premier temps, Strabon suit la ligne de côte de Marseille aux Pyrénées puis revient en décrivant les fleuves, les villes et les particularités du littoral, des Pyrénées jusqu’à l’étang de Berre (IV, 1, 6- 8). Dans un second temps, il parcourt la partie orientale du littoral, jusqu’au Var, en terminant par les îles (IV, 1, 9-10). Repartant de Marseille, il entreprend la description de l’arrière-pays, en commençant cette fois par l’est qu’il décrit du sud au nord, jusqu’à Vienne (IV, 1, 11), avant d’aborder l’ouest du Rhône, parcouru d’est en ouest (IV, 1, 12-14). C’est donc l’existence de Marseille, la seule ville grecque de la Gaule (et, pour cela, aux yeux de Strabon, la ville la plus importante), qui impose cette organisation si particulière de l’exposé sur la Narbonnaise.

Pline

9La démarche de Pline repose sur de toutes autres bases. La géographie, dans l’Histoire Naturelle, n’est qu’une partie d’un ensemble bien plus vaste, un « projet encyclopédique » qui répond à un but précis et dont l’organisation et la mise en forme ont été soigneusement élaborées (Nas 2002, p. 223-224). La présentation de la terre habitée occupe quatre livres (3 à 6) sur les trente sept que compte l’ouvrage ! En outre, les sources utilisées qui sont indiquées au début des livres et, plus rarement, au cours du texte, font la part belle aux auteurs d’expression latine tels Varron, Agrippa, surtout, concepteur de la fameuse carte exposée à Rome sous le portique qui porte son nom (la porticus Vipsania), mais aussi nombre de gouverneurs ou de généraux qui conduisirent des expéditions aux quatre coins de l’empire (Traina 2007, p. 105-110). Ces sources bien romaines représentent, comme l’a montré P. Arnaud, plus de la moitié des sources nommément citées dans ses livres géographiques (Arnaud 2007, p. 21-22). C’est autant de moins pour les références aux ouvrages de la tradition géographique hellénistique où le grand absent est précisément Strabon qui n’est jamais cité (directement ou indirectement). On s’interroge sur cette absence (exclusion délibérée d’un texte jugé trop proche ou ignorance véritable de la Géographie de Strabon –Traina 2007, p. 97-100). Quoi qu’il en soit, elle marque une indépendance réelle de Pline par rapport à Strabon et à la tradition que celui-ci représente.

10La méthode suivie par Pline est indiquée au début du livre III. Il se limitera à l’énumération des seuls noms des localités sous la forme la plus brève possible –Locorum nuda nomina et quanta dabitur brevitate ponentur– et renvoyant dans les chapitres correspondants les événements marquants –claritate causisque dilatis in suas partes. Bref, une forme de catalogue ou d’inventaire –quaedam nomenclatura– (N.H., III, 2). Même si ce n’est pas tout à fait exact et que les mentions de peuples ou de villes sont accompagnées ici ou là de précisions d’ordre géographique ou historique, celles-ci restent extrêmement concises et sans rapport avec les longues notices straboniennes. Donc, si Pline peut être rapproché de Strabon en ce sens qu’il veut donner une vision complète du monde (Nicolet 1988, p. 93-95), la forme prise par son texte s’en éloigne à la fois par la volonté de ne pas s’embarrasser de considérations d’ordre historique et par le souci de précision et d’exhaustivité (Traina 2007, p. 97-100).

11Prenons l’exemple de la description de la Narbonnaise (III, 31-37) (le texte et la traduction figurent en annexe 2). Celle-ci suit un plan compliqué dont l’analyse la plus récente est due à Michel Christol (Christol 1994, p. 48-51 ; 1999, p. 9-10). Après une courte introduction générale, Pline fait une première présentation en parcourant la province d’ouest en est. Il la découpe (arbitrairement ?) en une quinzaine de zones (regiones) au sein desquelles il nomme peuples, villes et fleuves, la description allant, chaque fois, de la côte –in ora– à l’intérieur –intus. Cette première description est suivie d’une seconde qui ne concerne que l’arrière-pays –in mediterraneo, et dans laquelle il donne la liste des colonies puis des établissements de droit latin –oppida latina, les premières étant présentées par ordre chronologique et les seconds par ordre alphabétique. Il y a donc deux exposés successifs, de nature, de tradition et de source différentes. Le premier s’inscrit dans une perspective spécifiquement géographique. La référence de Pline dans cette partie n’est pas clairement identifiée : certains pensent à un périple du I er s. av. J.-C., remontant peut-être à Varron, et qui aurait pu être corrigé ultérieurement (Zehnacker 2004, p. XVII-XVIII), mais on peut tout aussi bien évoquer Agrippa dont le nom est mentionné dans la conclusion, à propos des dimensions de la Narbonnaise (III, 37 : Nicolet 1988, p. 108-125). En outre, on sait que le problème des sources chez Pline est particulièrement ardu (Nas 2002, p. 137-170 ; Arnaud 2007, p. 21-23). Le second exposé est de caractère purement administratif et la source est ici bien identifiée : la formula provinciae, dont M. Christol a montré qu’il s’agissait d’un document d’époque augustéenne auquel « on [l’administration impériale] s’était contenté d’apporter corrections, retouches, modifications » et que Pline a suivi fidèlement (Nicolet 1988, p. 189-190 ; Christol 1994, p. 62 ; Nas 2002, p. 160).

  • 2 Nous suivons le texte de l’édition Zenhacker 2004 (cf. annexe 1).

12L’exposé géographique de Pline peut s’apparenter à la méthode de Strabon par la distinction côte/arrière-pays –ora/intus– mais celle-ci est développée d’une autre manière. Alors que chez Strabon la description s’organise à partir d’un point fixe qui est Marseille, Pline balaye la Narbonnaise d’ouest en est par une série d’allers et retours de la côte vers l’intérieur. En outre, Pline introduit une autre notion géographique, regio, dont la signification n’est pas évidente. Le terme est toujours associé à un ou plusieurs noms de peuples au génitif, mais il y a des peuples qui sont désignés au nominatif, sans regio, (Suelteri, Verucini). Ceci exclut de voir dans le terme le simple équivalent de « territoire », pour lequel Pline emploie généralement ager (par exemple pour la colonie de Valence : in agro Cavarum Valentia). On pense donc à quelque chose de plus général. On ne peut cependant aller jusqu’au sens de circonscription administrative tel qu’il apparaît un peu plus loin dans la description de l’Italie, justement à partir de la division du territoire opérée par Auguste en onze « régions ». Pour M. Christol, regio est le terme essentiel de l’exposé géographique de Pline : répété six fois, et sous-entendu neuf, il permet de distinguer quinze sous-ensembles qui sont le véritable cadre de la description (Christol 1994, p. 51 ; Tarpin 2006, p. 34-35). Cependant, le découpage proposé à partir de cette notion présente l’inconvénient de ne pas correspondre, grammaticalement et stylistiquement, au mouvement du texte, au point de le rendre parfois difficilement compréhensible (Christol 1994, p. 48-49). Quel que soit le sens exact qu’il faut attribuer à regio, l’exposé géographique de Pline semble réellement rythmé et organisé à partir des va-et-vient entre la côte et l’intérieur du pays, ce qui permet de distinguer six (ou sept) sous-ensembles, chacun d’eux étant une zone de peuplement qui englobe à la fois le littoral et l’intérieur et dont le schéma pourrait être le suivant2 :

  1. Des Pyrénées à l’Hérault : In ora regio Sordonum intusque Consuaranorum, flumina Tecum, Vernodubrum, oppida Illiberis (…) Ruscino Latinorum, flumen Atax (…) Narbo Martius Decumanorum colonia, flumina araris, Liria (…)

  2. De l’Hérault au Rhône : Agatha quondam Massiliensium et regio Volcarum Tectosagum atque ubi Rhoda Rhodiorum fuit (…) Rhodanus amnis (…). Sunt auctores et Heracleam oppidum in ostio Rhodani fuisse.

  3. De l’autre côté du Rhône : ultra fossae (…) C. Mari (…) stagnum Mastromela, oppidum Maritima Avaticorum superque Campi Lapidei (…), regio Anatiliorum et intus Dexivatium Cavarumque.

  4. À l’est des précédents : rursus a mari Tricorium (s.e. regio) et intus Tritollorum vocontiorumque et Segovellaunorum, mox Allobrogum.

  5. À partir de Marseille : At in ora Massilia (…) foederata, promunturium Zao, Citharista portus, regio Camactulicorum, dein Sueletri supraque Verucini.

  6. À partir d’Athenopolis : In ora autem Athenopolis Massiliensium, Forum Iuli Octavanorum colonia (…), amnis (…ine ?) Argenteus, regio Oxubiorum Ligaunorumque, super quos Ligauni, Suebri, Quariates, Adunicates.

  7. À partir d’Antibes : At in ora oppidum latinum Antipolis, regio Deciatium, amnis Varus (…)

13En réalité, on s’aperçoit que le mouvement de va-et-vient entre la côte et l’intérieur est beaucoup moins sensible à l’ouest du Rhône qu’à l’est si bien que la distinction entre les deux premières zones de peuplement n’est pas très nette. On constate également l’absence de hiérarchie dans les informations : établissements, peuples, fleuves sont mis sur le même plan et nommés à partir du moment où on les rencontre : c’est l’ordre géographique qui prime sur tout le reste.

14Le contraste avec l’exposé administratif qui obéit à une tout autre logique, comme on l’a vu, est d’autant plus fort. Les deux exposés ne se recoupent pas et aucun des noms mentionnés dans le premier ne se retrouve exactement sous la même forme dans le second. On trouve un cas de parenté onomastique entre un ethnonyme et un toponyme : regio Anatiliorum / Anatilia (si on accepte la correction, les manuscrits donnant généralement Avatilia). Les autres correspondances concernent des noms de peuples mentionnés pour la localisation d’une colonie (Cavarumque / in agro Cavarum Valentia ; Allobrogum / Vienna Allobrogum) ou d’un oppidum latinum (Cavarumque / Avennio Cavarum ; regio Vocarum Tectosagum / Carcaso Volcarum Tectosagum et Tolosani Tectosagum Aquitaniae contermini ; Vocontiorumque / Vocontiorum civitatis foederatae duo capita Vasio et Lucus Augusti). Cette indépendance des deux exposés donne une bonne idée de la méthode suivie par l’écrivain. Le point de départ de la description est un document géographique mais comme celui-ci reste trop général pour son propos, il le complète par l’adjonction de documents administratifs officiels (la formula) dont il se contente de simplifier le contenu, en fonction des besoins de l’exposé. Ainsi, il réduit la liste de la formula en supprimant les noms des colonies et des oppida latina déjà mentionnés dans l’exposé géographique. De la même manière, il n’a pas jugé utile (au grand dam des historiens modernes !) de reproduire le nom des quarante trois oppida évoqués à la fin de la liste (dix-neuf plus vingt-quatre « attribués » à Nîmes) qu’il a simplement qualifiés d’ignobilia (Christol 1994, p. 61).

15Cette manière de faire nécessite de combiner les informations présentes dans chacun des deux exposés pour avoir la liste complète des colonies ou des oppida latina, mais son inconvénient majeur (pour nous) est que nous sommes incapables, sauf les rares cas de concordance, de replacer les noms des localités ou communautés cités dans la « liste administrative » sur une carte à partir des indications de « l’exposé géographique » (sauf, bien évidemment, à les connaître par ailleurs).

16En tout état de cause, on ne devrait pas parler de la description de la Gaule Narbonnaise de Pline, mais des descriptions, distinguant l’exposé géographique et la liste administrative, puisque leur histoire, leur forme et leur chronologie sont différentes. D’où les problèmes posés par les cartes modernes qui font un mélange entre les deux sources d’informations, ajoutant, au gré des nécessités, des noms (Libii) ou en enlevant d’autres (Suebri, Quariates, Adunicates) (Verdin 1998b, p.  91, fig. 1 ; 2002, p. 140, fig. 2) (fig. 2).

Fig 2. Carte du sud de la Gaule selon Pline

Fig 2. Carte du sud de la Gaule selon Pline

D’après Fl. Verdin (Verdin 1998, p. 140, fig. 2)

17D’ailleurs, la localisation de certains peuples relève d’une démarche réellement acrobatique. Ainsi pour les Libii. Leur position en Camargue proposée par G. Barruol (1969, p. 192-193) suppose, d’une part, l’équivalence entre les Libii de Narbonnaise, les Libicii de Cispadane et les Libui de Tite-Live cités à propos de l’invasion gauloise en Italie. Si les Libicii de Cispadane sont attestés à la fois par Pline (III, 124 : Vercellae Libiciorum ex Saluis ortae) et Ptolémée (Λιβικῶν οἱ ὑπὸ τοὺϛ ̓Ινσούβρουϛ· Οὐερκέλλαι), les Libui de Tite-Live sont considérés comme un des peuples de la deuxième vague d’invasion gauloise venus en Italie avec les Cénomans (V, 35 : alia subinde manus Cenomanorum (…) cum transcendisset Alpes, ubi nunc Brixia ac Verona urbes sunt, locos tenuere Libui considunt post hos Salluviique prope antiquam gentem Laevos Ligures incolentes circa Ticinum amnem ; XXI, 38 : per Salassos montanos ad Libuos Gallos deduxerint ; XXIII, 37 : Laevos Libuosque cum pervastassent [Boii]), mais le passage de V, 35 est très discuté et certains doutent d’une leçon acceptable (Bayet, Baillet 1969, p. 57 ; Ogilvie 1965, p. 714). Cette première série de difficultés surmontée, il faut ensuite accepter le rapprochement avec le nom d’une des trois bouches du Rhône, qu’on trouve un peu plus haut, en III, 33. Mais la forme Libica qu’on lit chez tous les éditeurs modernes résulte, comme on l’a dit, d’une correction arbitraire des manuscrits (ils portent Lybica) faite précisément pour permettre le rapprochement avec le nom Libii ! Est-il raisonnable, dans ces conditions, de proposer une localisation précise pour les Libii de Narbonnaise ?

18Il est donc difficile de mettre en relation directe les informations de Pline avec celles de Strabon. La comparaison ne peut être faite réellement qu’à partir de l’exposé géographique du premier (III, 32-35). Mais à quoi attribuer les différences entre les deux textes : à la méthode suivie ou à la réalité décrite ? Si on peut admettre que certains des noms nouveaux qui apparaissent chez Pline, comme les Anatilii ou les Dexivates, semblaient trop peu importants aux yeux de Strabon (ou simplement ne figuraient pas sur les sources que ce dernier utilisait) comment comprendre la disparition de peuples réputés parmi les plus importants de l’époque de l’indépendance ? On peut admettre l’absence des Volques Arécomiques en supposant qu’ils ont été rangés ou regroupés (voire confondus) avec les Volques Tectosages. Mais les Salyens ? et les Ligyens ?

19En fait, la présence du second exposé, la liste administrative, nous oriente sur une autre voie, celle d’une évolution réelle de la situation géographique et politique des populations de Gaule méridionale entre l’époque à laquelle se réfère Strabon et celle de Pline. Les situations décrites par l’un et l’autre sont, comme on sait, en décalage par rapport à l’époque où ils écrivent. Strabon évoque principalement l’époque de l’indépendance et Pline, la période augustéenne, voire un peu plus tôt. En effet, au cœur de la liste administrative on trouve les déductions coloniales et l’octroi du droit latin. Quelles que soient les discussions les concernant (et dont on aura à reparler à propos de Nîmes : cf. infra p. 173-181), ces mesures remontent à l’époque césarienne ou triumvirale (Goudineau 1974 ; 1986 ; Christol, Goudineau 1988 ; Chastagnol 1995 ; Christol 1994 ; 1999). Même si des modifications sont intervenues plus tard, elles ne dépassent sans doute pas les tout débuts de la période augustéenne (Christol 1999, p. 14-19). Dans les grandes lignes donc, la description de Pline prend le relais direct de celle de Strabon. La première impression donnée par la lecture de Pline est celle d’un morcellement considérable des territoires depuis l’époque de l’indépendance. Le texte donne le nom de 35 communautés (colonies ou de droit latin) auxquelles il faut ajouter les 7 mentionnées dans l’exposé géographique. Mais cette situation, attribuable à l’époque augustéenne, n’est pas celle d’origine. Les 43 oppida ignobilia (19 plus les 24 « attribués » à Nîmes) dont Pline ne donne plus le nom constituaient à l’origine des communautés indépendantes qui ont été rattachées ensuite (sous une forme ou une autre) à un autre centre (Christol, Goudineau 1988, p. 97-98 ; Christol 1994, p. 58-61 ; 1999, p. 20-22). À l’origine, donc, la Gaule Transalpine était divisée en 85 ensembles. Il est difficile d’imaginer une reproduction pure et simple de l’état antérieur sous des formes administratives nouvelles. Il y a eu forcément une nouvelle organisation territoriale. Bien des raisons peuvent être invoquées. Ainsi l’installation d’une colonie implique le découpage (au moins partiel) d’un territoire précédemment occupé ou bien encore, l’octroi du droit latin suppose la constitution d’une communauté autour d’une agglomération, donc entraîne la délimitation d’un nouveau territoire.

20La disparition de près de la moitié des entités territoriales témoigne d’une forme de centralisation qui s’amorce au début de l’époque augustéenne, si l’on suit M. Christol (1999, p. 14). Elle est le prélude à une autre étape qui verra l’installation des civitates. Et on voit bien que cette dernière phase de la réorganisation des territoires de la Province est calée sur la phase antérieure mais non sur la situation de l’époque de l’indépendance. Pour ne prendre que l’exemple du territoire provençal, qu’on songe aux problèmes posés par les frontières respectives des cités d’Arles, Aix-en-Provence, Fréjus et Riez, ainsi que par l’intégration éventuelle des oppida latina antérieurs (Forum Voconii dans celle de Fréjus) ou leur maintien comme entités autonomes (Glanum, par exemple). Force est de constater que dans la mise en place des civitates qui est considérée souvent comme l’élément majeur de la réforme augustéenne et qui donne sa forme définitive au territoire de la Narbonnaise au Haut-Empire, il n’y a pas de continuité directe avec l’organisation territoriale du temps de l’indépendance.

21On voit la difficulté en ce qui concerne la filiation Strabon-Pline (et la thèse continuiste). C’est à partir des limites des civitates du Haut-Empire qu’on a l’habitude de restituer celles des peuples de l’indépendance. Or, la situation évoquée par Pline est à la fois très éloignée de l’organisation de l’époque de l’indépendance et de celle qui verra ensuite la mise en place des civitates. Cette dernière intervient au plus tôt en 22 av. J.-C. mais ses effets réels sur la province ont sans doute mis du temps à se faire ressentir, sinon Pline, qui écrit au milieu du I er s. ap. J.-C., en aurait tenu compte. Envisager l’évolution géopolitique de la Gaule méridionale comme un phénomène rapide et imaginer le remplacement quasi immédiat des structures du temps de l’indépendance par celles du Haut-Empire est évidemment réducteur. Et s’étonnera-t-on qu’entre la fin de l’indépendance, à la fin du II e s. av. J.-C., et le I er s. ap. J.-C., où la réforme augustéenne prend véritablement corps, la situation ne soit pas restée figée et que les limites des peuples ou des communautés aient changé ? On abandonnera donc l’idée que Pline ne fait que compléter ou expliciter les informations données par Strabon. Bien au contraire, il rend compte d’une situation qui a sans doute déjà considérablement changé par rapport à celle de l’indépendance. Et pour autant, celle-ci n’est qu’un état intermédiaire qui n’aura qu’un temps : à la juxtaposition de communautés simplement différenciées par leur statut (droit romain ou droit latin) et constituant, semble-t-il, autant de territoires indépendants se substituera une autre logique regroupant un certain nombre de ces communautés autour d’une seule, devenue chef-lieu et dirigeant un territoire plus vaste.

Ptolémée

  • 3 Le texte est celui de l’édition K. Müller (1883) repris par le TLG (cf. annexe 2).

22Chez Ptolémée (90 ap. J.-C.- 168 ap. J.-C.), c’est encore un point de vue différent. Écrivant plus d’un siècle après Strabon, il perpétue, comme on l’a dit, la tradition géographique hellénistique. Il annonce, en effet, dès l’introduction (Géographie, I, 1) qu’il se place, lui aussi, dans une perspective essentiellement géographique mais l’objectif qu’il assigne à la géographie s’écarte nettement de celui de Strabon dans la mesure où il s’agit principalement de représenter la terre habitée, donc d’établir une carte3 :

̔Η γεωγραφία μίμησιϛ ἐστι δία γραφῆϛ τοῦ κατειλημμένου τῆϛ γῆϛ ὅλου μετὰ τῶν ὡϛ ἐπίπαν αὐτῷ συνημμένων.
La géographie est une représentation par le dessin de toute la partie connue de la terre, envisagée globalement, d’après ses caractéristiques d’ensemble.

23Et il ajoute :

Καὶ διαφέρει τῆϛ χωρογραφίαϛ, ἐπειδήπερ αὔτη μὲν ἀποτεμνομένη τοὺϛ κατὰ μέροϛ τόπουϛ χωρὶϛ ἕκαστον καὶ καθʹ αὐτὸν ἐκτίθεται, συναπογραφομένη πάντα σχεδὸν καὶ τὰ σμικρότατα τῶν ἐμπεριλαμβανομένων, οἷον λιμέναϛ, καὶ κώμαϛ καὶ δήμουϛ καὶ τὰϛ ἀπὸ τῶν πρώτων ποταμῶν ἐκτροπὰϛ καὶ τὰ παραπλήσια. (...) τῆϛ δὲ γεωγραφίαϛ ἴδιόν ἐστι τὸ μίαν τε καὶ συνεχῆ δεικνύναι τὴν ἐγνωσμένην γῆν.
Elle diffère de la chorographie parce que cette dernière découpe les lieux en parties pour les présenter séparément chacune pour elle-même et embrasse dans la description presque tout jusqu’aux plus petits détails, tels que ports, bourgs, villages, affluents des grands fleuves et toutes choses similaires. (...)Le propre de la géographie, en revanche, est de montrer la terre connue dans son unité et dans sa continuité.

24Cette spécificité du projet ptoléméen est bien connue et la Géographie ne se comprend que si on prend en compte les autres ouvrages, en particulier la Syntaxe mathématique et la Tétrabible, avec lesquels elle forme un véritable ensemble, répondant à un projet d’étude globale du monde habité (Aujac 1993, p. 7-10). Dans cette perspective, la Géographie, qui est le dernier de ces ouvrages, répond essentiellement à une volonté d’actualisation des données, de mise à jour des connaissances acquises antérieurement. Il s’agira d’actualiser, c’est-à-dire de rectifier, la carte du monde (Aujac 1993, p. 107-164 ; Jacob 199, p. 126-131 ; Marcotte 2007, p. 161-163).

25Ainsi, pour Ptolémée, la géographie ne retiendra que les grands traits et les éléments les plus importants, les grandes cités et les peuples importants, les fleuves considérables, bref, « ce qui est véritablement remarquable dans chaque domaine » τῶν καθʹ ἕκαστον εἶδοϛ ἐπισημοτέρων. Et pour bien marquer la distance qui sépare la géographie de la chorographie, il conclut par une comparaison où le chorographe serait un peintre qui ne dessinerait que des détails, un œil ou une oreille, tandis que le géographe dessinerait la tête entière. L’image n’est pas choisie au hasard : elle est inspirée par le double rapprochement qu’on peut faire, d’une part, entre l’art du peintre et celui du cartographe (qui, tous deux, dessinent) et, d’autre part, entre la forme d’une tête et celle de la sphère terrestre. Ce point de vue se trouve répété à plusieurs reprises :

I, 2, 1 : Τί μὲν οὖν τέλοϛ ἐστὶ τῷ γεωγραφήσοντι καὶ τίνι διαφέρει τοῦ χωρογράφου (…)
Voilà donc, en définitive, le but poursuivi par qui veut faire de la géographie, et la différence qui sépare le géographe du chorographe (…)

II, 1, 7 : (...) ποιούμενοι τὴν ὑφήγησιν κατὰ τὴν ἐξ ἀρχῆϛ ἐπαγγελίαν μέχρι μόνου τοῦ πρὸϛ τὴν τοπικὴν κατανόησίν τε καὶ ἔνταξιν χρησίμου, παραιτήσαμενοι τὸ πολύχουν τῶν ἰδιοτροπίαϛ τῶν ἐθνῶν ἱστορηθέντων (...)
(…) suivant le projet tel que nous l’avons annoncé au début, nous nous contenterons d’indiquer ce qui est utile pour la connaissance et la position des divers lieux, rejetant la prolixité de ceux qui enquêtent sur les détails propres de chaque peuple (…)

26On voit que l’entreprise de Ptolémée s’écarte doublement de celle de Strabon. D’une part, parce qu’elle est uniquement cartographique et non discursive (ou descriptive) et, d’autre part, parce qu’elle reste générale sans jamais entrer dans le détail (géographique et non chorographique). En d’autres termes, elle n’est jamais historique. À l’inverse, Strabon place, sa géographie dans la continuité directe de son œuvre historique publiée auparavant (I, 1, 23).

27La structure de la Géographie de Ptolémée se comprend dans cette perspective. Le livre I est consacré d’une part, à la rectification des erreurs repérées chez les prédécesseurs, essentiellement Marin de Tyr, et, d’autre part, à la question de la projection pour laquelle Ptolémée adopte le système de projection conique à la place de la projection cylindrique préconisée par Ératosthène et adoptée par tous depuis (Strabon y compris) jusqu’à Marin de Tyr. Ces principes posés, Ptolémée procède au découpage de la terre habitée en régions ou sections à l’intérieur des trois continents. Il y en a 30 pour l’Europe, 8 pour l’Afrique et 44 pour l’Asie. Dans certains cas, celles-ci correspondent à des provinces (c’est le cas pour la Gaule), dans d’autres non (par exemple pour les îles comme Ierné ou la Bretagne). Leur description constituera l’essentiel de l’ouvrage (L. II à VII) mais se résumera à la mention de peuples, localités, fleuves, montagnes, avec leur position exprimée en longitude et latitude, c’est-à-dire ce qui permet de les placer sur une carte. C’est, pour reprendre l’expression de P.-M. Duval, « une nomenclature ordonnée » (Duval 197, p. 434). Cette nomenclature est d’autant plus rigide que les coordonnées sont placées dans une colonne à part, en regard de la mention de chaque point géographique, ce qui limite (voire interdit) tout développement quelque peu important (Marcotte 2007, p. 166-167). En dernier lieu, on regroupera plusieurs régions ou sections afin d’établir des cartes régionales (πίνακεϛ) qui formeront autant de planches séparées, d’ailleurs dotées d’échelles différentes en fonction des nécessités de la représentation (II, 1, 8 : Marcotte 2007, p. 168-170).

28La Narbonnaise (le texte et la traduction figurent en annexe 2) est la neuvième section ou région de l’Europe décrite par Ptolémée et appartient à la planche 3 où figurent également les autres provinces de Gaule. Sa présentation intervient après celle de l’Aquitaine, de la Lyonnaise et de la Belgique, et après Ierné et la Bretagne, suivant un ordre inverse de celui de Strabon. C’est que, pour Ptolémée, l’unité géographique de la Gaule, qu’il appelle Κελτογαλατία (simplement pour la distinguer de la « Galatia » d’Asie), n’a pas d’importance particulière et que la règle qu’il s’est fixée dans sa description régionale consiste à parcourir le monde d’ouest en est et du nord au sud :

τὰϛ βορειοτέραϛ καὶ δυσμικωτέραϛ προαπογραφόμενοι τῶν χωρῶν καὶ παρακειμένων αὐταῖϛ θαλασσῶν καὶ νήσων μετὰ τῶν καθʹ ἕκαστον
εἶδοϛ ἀξιολογωτέρων (...)
en commençant la description par les parties septentrionales et occidentales, aussi bien des régions, des mers qui les bordent ou des îles, suivant les éléments particulièrement remarquables dans chaque domaine (...) (II, 1, 6).

29La Narbonnaise vient donc naturellement en dernier. La description commence par un dessin des contours et des limites (II, 10, 1), là aussi selon un principe énoncé en introduction générale et rappelé dans l’introduction à la géographie régionale (II, 1, 7) :

συντάξαντεϛ ἐπὶ πασῶν τῶν ἐπαρχιῶν τάϛ τε περιγραφὰϛ αὐτῶν τὰϛ κατὰ μέροϛ, ποίαϛ ἔχουσι θέσειϛ κατά τε μῆκοϛ καὶ κατὰ πλάτοϛ (...)
pour toutes les provinces, nous avons commencé à placer les contours de chacune, côté par côté, en donnant leur position en longitude et en latitude (...) (I, 19, 1).

30La « nomenclature » s’ordonne ensuite en trois parties : une première concerne le littoral –ἐχούσηϛ τῆϛ παραλίου περιγραφὴν τοιαύτην– parcouru d’ouest en est, de l’Aphrodision aux bouches du Var avec une incursion dans la vallée du Rhône (II, 10, 2 - 5), une deuxième l’arrière-pays, des Pyrénées aux Alpes (II, 10, 6 - 8) et la dernière les îles (II, 10, 9). Ce système de description diffère à la fois de celui de Strabon et de celui de l’exposé géographique de Pline, mais a de commun avec le premier qu’il distingue le littoral de l’intérieur du pays et avec le second qu’il progresse toujours d’ouest en est. Cependant, la distinction littoral/arrière-pays n’est pas scrupuleusement respectée comme le montre la digression sur le Rhône intégrée à la description du littoral (II, 10, 3-4).

31Ce découpage en deux sections principales, qui se retrouve ailleurs (pour l’Italie, par exemple), peut trouver sa justification dans la position qu’adopte Ptolémée vis à vis de son prédécesseur immédiat Marin de Tyr, dont il s’efforce de suivre l’esprit tout en corrigeant les erreurs éventuelles, ainsi qu’il le précise dans les Prolégomènes :

Ὅθεν ἡμεῖϛ διπλοῦν ἀναδεξάμενοι πόνον, τὸν μὲν ἵνα τὴν γνώμην τοῦ ἀνδρὸϛ τὴν διʹ ὅληϛ τῆϛ συντάξεωϛ τηρήσωμεν (χώριϛ τῶν τυχόντων τινὸϛ διορθώσεωϛ), τὸ δʹ ἵνα τὰ μὴ παρʹ αὐτοῦ δῆλα γενόμενα διὰ τῆϛ ἀπὸ τῶν ἐντυγχανόντων ἱστορίαϛ (…)
C’est pourquoi, étant donné que nous nous sommes fixé la double tâche de respecter la pensée de cet homme [Marin de Tyr] telle qu’elle apparaît dans toute son œuvre (à l’exception de ce qui a pu faire l’objet d’une rectification) et de compléter les informations qui chez lui ne sont pas claires, avec autant de soin qu’il est possible (…) (I, 19, 1).

32Or, les traités de Marin, selon Ptolémée, ne présentent pas toujours dans la localisation des peuples ou des villes une précision satisfaisante. De ce point de vue, il y a une différence à faire entre les villes situées dans les zones côtières et celles de l’intérieur. Si la localisation des premières peut être assurée avec suffisamment de précision pour qu’on puisse élaborer une carte, ce n’est pas le cas des secondes :

Ἔτι δὲ ἐπὶ τῆϛ τῶν πόλεων καταταγῆϛ τὰϛ μὲν παραλίουϛ προχειρότερον ἄν τιϛ ὑπογράφοι, τάξεώϛ τινοϛ ὡϛ ἐπίπαν τηρηθείσηϛ ἐπʹ αὐτῶν, τὰϛ δὲ μεσογείουϛ οὐκέτι, μηδαμῆ σημαινομένηϛ τῆϛ πρὸϛ ἀλλήλαϛ αὐτῶν ἣ πρὸϛ ἐκείναϛ σχέσεωϛ πλὴν ὀλίγων, ἐφʹ ὧν ἔτυχέ πωϛ πὴ μὲν τὸ μῆκοϛ, πὴ δὲ τὸ πλάτοϛ προσδιωρισμένον.
Pour ce qui est de la disposition des villes, il est relativement aisé de placer les cités côtières en respectant l’ordre de succession dans lequel elles se présentent ; mais ce n’est pas le cas pour les villes de l’intérieur, car la position de ces villes les unes par rapport aux autres ou par rapport à celles de la côte n’est jamais indiquée, sauf pour quelques unes où on trouvera mentionnée tantôt la longitude tantôt la latitude (I, 18, 5).

33Ptolémée traite donc séparément les zones côtières, pour lesquelles les travaux de Marin de Tyr constituent, d’après lui, une base satisfaisante, et les régions de l’intérieur, qui demanderont une réévaluation ou de nouveaux calculs pour établir la position exacte des villes. C’est pourquoi, dans l’exposé de l’arrière-pays, il indique systématiquement la situation des peuples les uns par rapport aux autres, d’une manière, du reste très sommaire, en utilisant des adverbes (εἷτα, c’est-à-dire vers l’est) ou des prépositions (μετά = vers l’est, ὑπό = au sud) parfois précisés par un adjectif de localisation (δυσμικώτεροι, ἀνατολικώτεροι : plus à l’ouest, plus à l’est ; ἀρκτικώτατοι : tout au nord).

34La liste des sites mentionnés par Ptolémée s’organise donc en deux séries.

1. Le littoral

35(en faisant abstraction de la fin du § 3 et du § 4 concernant le cours supérieur du Rhône et ses affluents) :

Μετὰ τὸ ̓Αφροδίσιον – Après l’Aphrodision
̓Ιλλιβέριοϛ ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure de l’Illiberis
̔Ρουσκίωνοϛ ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure du Ruscio
Ἄταγοϛ ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure de l’Atax
̓Ορόβιοϛ ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure de l’Orobis
̓Αραύριοϛ ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure de l’Arauris
̓Αγάθη πόλιϛ – la ville d’Agde
Σήτιον ὄροϛ – le mont Sètion
Φόσσαι Μαριάναι – les canaux de Marius
̔Ροδανοῦ ποταμοῦ τὸ δυστικὸν στόμα – l’embouchure occidentale du Rhône
̔Ροδανοῦ ποταμοῦ τὸ ἀνατολικὸν στόμα – l’embouchure orientale du Rhône (…)
Μετὰ δὲ τὸν ̔Ροδανὸν ἐπὶ θαλάσσῃ κεῖται Αὐατικῶν Μαριτίμα πόλιϛ, κολωνία – Après le Rhône, sur la mer, se trouve la ville Maritima des Avatiques, colonie
εἷτα Καινοῦ ποτ. ἐκβολαί – puis l’embouchure du Kainos
Εἷτα Κομανῶν Μασσαλία πόλιϛ – ensuite Marseille, la ville des Kômanoi
καὶ Ταυροέντιον – et Tauroention
καὶ ὁ Κιθαριστὴϛ τὸ ἄκρον – et le cap Kitharistès
̓Ολβία πόλιϛ – la ville d’Olbia
̓Αργεντίου ποτ. ἐκβολαί – l’embouchure de l’Argens
Φόροϛ ̓Ιουλίου κολωνία – la colonie de Fréjus
Εἷτα Δεκιατίων ̓Αντίπολιϛ καὶ αἱ τοῦ Οὐάρου ποτ. ἐκβολαί – ensuite Antibes des Déciates et l’embouchure du Var

2. L’intérieur des terres

Κατέχουσι δὲ μὲν τὰ δυσμικώτατα τῆϛ Ναρβωνησίαϛ Οὐόλκαι οἱ Τεκτοσάγεϛ, ὧν πόλειϛ μεσόγειοι – Les Volques Tectosages occupent les parties les plus occidentales de la Narbonnaise : leurs villes de l’intérieur sont :

̓Ιλλιβερίϛ – Illiberis
̔Ρουσκινών – Ruscino
Τολῶσα κολωνία – Toulouse, colonie
Κεσσερώ – Cessero
Καρκασώ – Carcassonne
Βαιτιραί – Béziers
Ναρβὼν κολωνία. – Narbonne, colonie

Μετὰ δὲ τούτουϛ μέχρι τοῦ ̔Ροδανοῦ ποταμοῦ Οὐόλκαι οἱ ̓Αρηκόμιοι ὧν πόλειϛ μεσόγειοι – Après eux, jusqu’au Rhône, il y a les Volques Arécomiques. Leurs villes de l’intérieur sont :

Οὐινδόμαγοϛ – Vindomagus
Νέμαυσον κολωνία – Nîmes, colonie
Εἷτα τʹ ἀπʹ ἀνατολῶν τοῦ ̔Ροδανοῦ ἀρκτικώτατοι μὲν ̓Αλλόβριγεϛ ὧν πόλιϛ Οὐίεννα – Ensuite, à l’est du Rhône, les plus septentrionaux sont les Allobroges dont la ville est Vienne
̔Υφʹ οὓϛ δυσμικώτεροι μὲν Σεγαλλαυνοί, ὧν πόλιϛ Οὐαλεντία κολωνία – Au-dessous d’eux, à l’ouest, les Segauvellauni dont la ville est Valence, colonie,
ἀνατολικώτεροι δὲ Τρικαστινοί, ὧν πόλιϛ Νοιόμαγοϛ et à l’est, les Tricastins dont la ville est Noviomagus.

Εἷτα ὑπὸ μὲν τοὺϛ Σεγαλλαυνοὺϛ Καουάροι, ὧν πόλειϛ – Ensuite, sous les Segauvellauni, il y a les Cavares dont les villes sont :

̓Ακουσιὼν κολωνία – Acusio, colonie
̓Αουεννιὼν κολωνία – Avignon, colonie
̓Αραυσιών – Orange
Καβελλιὼν κολωνία – Cavaillon, colonie

Καὶ ὑπὸ τούτουϛ Σάλυεϛ ὧν πόλειϛ – Au-dessous d’eux, il y a les Salyens dont les villes sont :

Ταρουσκών – Tarascon

Γλανόν – Glanum
̓Αρέλατον κολωνία – Arles, colonie
Ὕδατα Σέξτια κολωνία – Aix-en-Provence, colonie
̓Ερνάγινον – Ernaginum
̔Υπὸ δὲ τοὺϛ Τρικαστινοὺϛ Οὐοκόντιοι καὶ πόλιϛ Οὐασιών – Au-dessous des Tricastins, il y a les Voconces et leur ville Vaison
̔Υφʹ οὓϛ Μήμινοι καὶ πόλιϛ αὐτῶν Φόροϛ Νέρωνοϛ – au-dessous desquels, il y a les Memini et leur ville Phoros Nerônos
̔Υφʹ οὓϛ ̓Ελύκωκοι καὶ πόλιϛ αὐτῶν ̓Αλβαυγούστα – au-dessous desquels, il y a les Elykôkoi et leur ville Albaugousta
Οὐοκοντίων δὲ καὶ Μημίνων ἀνατολικώτεροι Σέντιοι ὧν πόλιϛ Δίνια
– À l’est des Voconces et des Memini, il y a les Sentii dont la ville est Digne

36On a affaire, comme chez Pline, à deux exposés indépendants. Mais la comparaison s’arrête là. Chez Pline, la différence tient à la nature même des exposés, géographique pour l’un et administratif pour l’autre. Chez Ptolémée, elle repose sur la forme, les modalités de description. Dans la présentation du littoral, l’énumération associe (comme, du reste, dans l’exposé géographique de Pline) fleuves, montagnes et villes sans souci de hiérarchisation. Les noms de peuples sont très rares et jamais cités pour eux-mêmes mais toujours pour préciser la localisation de villes ou de fleuves. C’est ainsi que Marseille est désignée comme ville des Comanoi– Κομανῶν Μασσαλία πόλιϛ, alors qu’on a plutôt l’habitude dans la littérature antique de rappeler son origine phocéenne : le point de vue de Ptolémée est toujours géographique, jamais historique. Que l’origine et la situation des Comanoi en question posent problème (Barruol 1969, p. 208-209) est une autre affaire. La tournure de Ptolémée n’implique pas que tous les noms qui suivent (Tauroention, le cap Citharistès, Olbia, l’embouchure de l’Argens et Forum Iulii) dépendent des Comanoi, comme on le croit généralement. Cela ne vaut que pour les trois premiers, reliés par un καί (encore pourrait-on penser à donner à la conjonction le sens de « ensuite »), les trois autres points de la côte sont mentionnés à la suite des précédents sans rapport direct avec eux. Il y a là une sorte de contamination avec l’organisation du second exposé, dans lequel les villes de l’intérieur sont systématiquement rattachées à des noms de peuples alors que la logique de celui-ci est la seule succession d’ouest en est. La remarque n’est pas indifférente, dans la mesure où c’est à partir de ce passage que l’on a attribué aux Comanoi tout le territoire qui s’étend de Marseille à Forum Iulii, source de problèmes insolubles (Barruol 1969, p. 209, Bats 2003, p. 162).

37Le second exposé de Ptolémée s’organise d’une manière toute différente. Disparaissent tous les éléments de géographie physique. Ne restent que les peuples et les villes. Mais leur traitement est différent. Les peuples servent de cadre général et ne font l’objet que d’une localisation relative les uns par rapport aux autres (après, à l’est, au nord, en dessous, etc.). Peu importent leurs limites précises. Sur la carte ne figureront que leurs noms sans leurs frontières. À l’intérieur de ce cadre très lâche, les villes, quant à elles, sont toutes situées avec précision (ou sont censées l’être), c’est-à-dire en latitude et longitude.

38On peut donc restituer une démarche en trois temps. D’abord, la délimitation de la région elle-même. En deuxième lieu, le dessin précis de la côte et des éléments principaux du paysage (y compris ceux qui ne concernent pas exclusivement la côte, comme le cours supérieur du Rhône et ses affluents). Enfin, la localisation des agglomérations principales de l’arrière-pays au sein d’un maillage large organisé par la succession des peuples. Se dessine ainsi un ordre des priorités ou une hiérarchie des informations pour le cartographe. Il importe de placer aussi exactement que possible Arles, Toulouse, les embouchures du Rhône, le confluent de la Saône et du Doubs ou la montagne de Sète. Les peuples et les circonscriptions territoriales en général n’ont besoin que d’une délimitation approximative. La carte de Ptolémée, comme on le sait, est une carte de « points ».

39Certains commentateurs, du reste, vont plus loin, affirmant que la description de chaque région ou province s’organise en plusieurs couches ou calques (le réseau hydrographique, les massifs montagneux, les peuples, les villes) totalement indépendants les uns des autres donc susceptibles de présenter des orientations et des échelles différentes, source de quantités d’erreurs. Lorsque, comme dans le cas de la Suisse, la restitution du territoire s’appuie sur quatre « régions » différentes chez Ptolémée, les problèmes deviennent inextricables (Rapin 2003).

40Ajoutons le problème des sources. La principale est indiquée : Marin de Tyr, presque contemporain de Ptolémée. C’est sa vision cartographique (et non exactement sa « carte » puisque les renseignements sont puisés dans plusieurs traités de cet auteur) que Ptolémée entend rectifier et actualiser. Or, l’œuvre de Marin, à lire Ptolémée lui-même, consistait déjà en une révision des cartes antérieures et, particulièrement celle d’Ératosthène. Cette révision s’appuyait principalement sur les récits des expéditions faites depuis l’époque augustéenne jusqu’au début du II e s. ap. J.-C. Celle de Ptolémée s’effectuera sur les mêmes bases. Elle reste uniquement livresque (Aujac 1993, p. 10) et on s’est aperçu depuis longtemps qu’elle pouvait faire appel à des sources bien antérieures à son époque et qu’on est bien en peine de démêler (Polascheck 1965 ; Barruol 1969, p. 27).

41Mais, quelle que puisse être l’ancienneté de certaines des sources de Ptolémée, la méthode suivie par le géographe rend vaine toute recherche des limites administratives à partir des noms de peuples. Pour ne prendre qu’un exemple bien connu, Arles et Aix, comme on le sait bien, constituaient deux civitates bien distinctes au temps de Ptolémée. Elles sont rangées dans le même territoire, celui des Salyens. De la même manière, on sait qu’il est illusoire de retrouver tous les chefs-lieux de cité du Haut-Empire à partir de la liste de Ptolémée, puisque le choix de mentionner telle ou telle agglomération ne tient pas à son statut (à la différence de la liste administrative de Pline) mais à son importance. Dans ces conditions, il est encore plus dangereux d’imaginer que les localités attribuées par Ptolémée au territoire des peuples puissent représenter autant d’entités ethniques ou politiques du temps de l’indépendance, comme on le fait encore (Bats 2003, p. 162).

Conclusion

42Quel bilan tirer de cette confrontation ? La mise en parallèle des informations fournies par Strabon, Pline et Ptolémée se heurte à deux obstacles principaux. Le premier est celui du décalage chronologique, décalage qui se complique du fait de la chronologie interne de chaque œuvre. En effet, il ne suffit pas de dire « chez Strabon » ou « chez Pline » pour rendre compte implicitement de la différence d’époque à laquelle renvoient leurs informations. Il faut également prendre en compte la diversité chronologique des informations elles-mêmes qui s’étagent selon une stratigraphie complexe, bien souvent caractérisée par un décalage entre le temps de l’écrivain et celui de l’écrit (celui-ci étant toujours plus ancien que celui-là) mais corrigée ici ou là par des actualisations plus ou moins poussées.

43Le second obstacle, beaucoup plus difficile, est la différence de perspective qui bien souvent rend incompatibles les informations des uns et des autres, parce qu’elles appartiennent à des ordres distincts. Malgré une forme de proximité scientifique, les ressemblances sont souvent superficielles et trompeuses. Ainsi l’écho qu’on penserait trouver dans l’exposé des sites de l’intérieur avec celui de Pline, y compris dans l’emploi des termes : in mediterraneo / μεσόγειοι, est trompeur : l’exposé est administratif chez Pline, strictement géographique chez Ptolémée. De la même manière, la liste des peuples de Ptolémée n’est pas une liste « administrative » (Barruol 1969, p. 24) ni une transcription exacte de la situation des peuples de l’indépendance, c’est un moyen commode de définir grossièrement des zones où seront ensuite placés des « points », où seront définies la latitude et la longitude de telle ou telle agglomération digne d’être mentionnée.

44La comparaison entre les trois auteurs fait ressortir plus de différences que de points de convergence. On pourrait rapprocher Strabon et Ptolémée pour leur appartenance à une même sphère culturelle et leur attachement commun à la tradition géographique hellénistique, au-delà du temps. Cependant, chacun d’eux poursuit un but différent : Strabon dresse une sorte d’inventaire du monde, établi sur le mode de la chorographie et destiné aux gouvernants tandis que Ptolémée cherche avant tout à proposer une carte du monde et des cartes régionales établies selon des critères plus sûrs que les précédentes : l’un et l’autre ne s’attacheront pas aux mêmes repères. Le fossé entre Pline et Strabon est peut-être encore plus grand. On a vu que le terme « inventaire » qui peut être appliqué aux deux n’avait pas le même sens chez l’un et chez l’autre. Et comment comprendre que Strabon, qui a vécu à l’époque d’Auguste, qui est allé à Rome et admire ses monuments, dont il vante la beauté et le charme, ne mentionne jamais la carte d’Agrippa, achevée par les soins d’Auguste et affichée sous le portique Vipsania, et que, de son côté, Pline n’ait pas lu (cité ou voulu citer) Strabon ? Comment, sinon en admettant que les deux entreprises n’ont que peu de choses en commun ?

45Il ne s’agit pas de rejeter toute démarche comparative et d’isoler chaque écrivain dans sa « bulle », mais de souligner qu’avant de pouvoir tirer des conclusions de la présence d’informations communes ou opposées entre des sources antiques, il est nécessaire de les replacer d’abord dans leur contexte historique, scientifique et chronologique propre.

Annexes

Annexe 1. La Narbonnaise chez Pline - Histoire naturelle, 3, 31-37

Nous reproduisons le texte à partir de l’édition la plus récente (Zenhacker 2004) en indiquant en note les passages pour lesquels nous nous écartons de cette édition. Le texte est suivi de la traduction que nous proposons.

Texte

31 Narbonensis provincia appellatur pars Galliarum quae interno mari adluitur, Bracata antea dicta, amne Varo ab Italia discreta Alpiumque vel saluberrimis Romano imperio iugis, a reliqua vero Gallia latere septentrionali montibus Cebenna et Iuribus, agrorum cultu, virorum morumque dignatione, amplitudine opum nulli provinciarum postferenda breviterque Italia verius quam provincia.

32 In ora regio Sordonum intusque Consuaranorum, flumina Tecum, Vernodubrum, oppida Illiberis, magnae quondam urbis tenue vestigium, Ruscino Latinorum, flumen Atax, e Pyrenaeo Rubrensem permeans lacum, Narbo Martius Decumanorum colonia XII p. a mari distans, flumina Araris, Liria. Oppida de cetero rara praeiacentibus stagnis : 33 Agatha quondam Massiliensium et regio Volcarum Tectosagum atque ubi Rhoda Rhodiorum fuit, unde dictus multo Galliarum fertilissimus Rhodanus amnis, ex Alpibus se rapiens per Lemannum lacum segnemque deferens Ararim nec minus se ipso torrentes Isaram et Druantiam. Lybica4 appellantur duo eius ora modica, ex his alterum Hispaniense, alterum Metapinum, tertium idemque amplissimum Massalioticum. Sunt auctores et Heracleam oppidum in ostio Rhodani fuisse. 34 Vltra fossae ex Rhodano, C. Mari opere et nomine insignes, stagnum Mastromela, oppidum Maritima Avaticorum, superque Campi Lapidei, Herculis proeliorum memoria, regio Anatiliorum et intus Dexivatium Cavarumque; rursus a mari Tricorium et intus Tritollorum Vocontiorumque et Segovellaunorum, mox Allobrogum. At in ora Massilia Graecorum Phocaeensium foederata, promunturium Zao, Citharista portus, regio Camactulicorum, dein Suelteri supraque Verucini. 35 In ora autem Athenopolis Massiliensium, Forum Iuli Octavanorum colonia, quae Pacensis appellatur et Classica, amnes nomine Argenteus, regio Oxubiorum Ligaunorumque, super quos Suebri, Quariates, Adunicates. At in ora oppidum Latinum Antipolis, regio Deciatium, amnis Varus, ex Alpium monte Caenia profusus.

36 In mediterraneo coloniae Arelate Sextanorum, Baeterrae Septimanorum, Arausio Secundanorum, in agro Cavarum Valentia, Vienna Allobrogum. Oppida Latina Aquae Sextiae Salluviorum, Avennio Cavarum, Apta Iulia Vulgientium, Alebaece Reiorum Apollinarium, Alba Helvorum, Augusta Tricastinorum, Avatilia5 , Aerea, Bormani, Comani, Cabellio, Carcasum Volcarum Tectosagum, Cessero, Carbantorate Meminorum, Caenicenses, Cambolectri qui Atlantici cognominantur, 37 Forum Voconi, Glanum, Libii, Lutevani qui et Foroneronienses, Nemausum Arecomicorum, Piscinae, Ruteni, Samnagenses, Tolosani Tectosagum Aquitaniae contermini, Tasgoduni, Tarusconienses, Umbranici, Vocontiorum civitatis foederatae duo capita Vasio et Lucus Augusti, oppida vero ignobilia XVIIII, sicut XXIIII Nemausiensibus adtributa. Adiecit formulae Galba Imperator ex Inalpinis Avanticos atque Bodionticos, quorum oppidum Dinia. Longitudinem provinciae Narbonensis CCCLXX p. Agrippa tradit, latitudinem CCXLVIII.

Traduction

« On appelle province Narbonnaise la partie des Gaules qui est baignée par la mer intérieure : on l’appelait auparavant Gaule « en braies ». Elle est séparée de l’Italie par le fleuve Var ainsi que par les cimes des Alpes (qui furent véritablement les meilleures protections de l’empire romain) et du reste de la Gaule, sur le côté nord, par les monts Cévennes et ceux du Jura. À regarder son agriculture, l’estime qui s’attache à ses habitants et à leurs mœurs, l’importance de ses ressources, elle ne cède le pas à aucune des provinces et pour faire bref, c’est l’Italie plus véritablement qu’une province.

Sur la côte, on a : la région des Sordones et, à l’intérieur, celle des Consuarani ; les fleuves Tech, Vernodrubrum ; les établissements d’Illiberis (maigre vestige d’une ville autrefois importante), de Ruscino des Latins ; le fleuve Aude, venu du mont pyrénéen et traversant le lac Rubrense ; Narbo Martius, colonie des vétérans de la dixième légion, distante de 12 milles de la mer ; les fleuves Araris, Liria. Les établissements, sur le reste [de cette côte] sont rares à cause des étangs qui s’avancent à l’intérieur des terres ; on a Agde, jadis possession des Marseillais ; puis la région des Volques Tectosages et l’endroit où existait Rhoda des Rhodiens, d’où le Rhône tire son nom. C’est, de loin, le fleuve le plus abondant des Gaules : des Alpes, il se rue au travers du Lac Léman, entraîne ensuite la Saône lente puis l’Isère et la Durance qui sont aussi torrentueuses que lui. On appelle Lybiques ses deux embouchures les plus modestes (la première est dite hispanique et la seconde métapine) ; quant à la troisième, la plus importante, elle est appelée massaliotique. Selon certains auteurs, il existait aussi un établissement du nom d’Héracléa sur l’embouchure du Rhône. Au-delà, on trouve les canaux du Rhône, remarquable ouvrage dû à C. Marius et qui porte son nom ; l’étang de Mastromela, l’établissement Maritima des Avatici et, au-dessus, les « Champs Pierreux », souvenirs des combats d’Hercule ; la région des Anatilii et à l’intérieur celle des Dexivates et des Cavares. À nouveau, depuis la mer, on trouve [la région] des Tricorii puis, à l’intérieur, celle des Tritolli et des Voconces ainsi que celle des Segovellauni puis des Allobroges. Ensuite, sur la côte, on a Marseille des Grecs de Phocée, cité fédérée ; le cap Zao ; le port de Citharista ; la région des Camactulici ; ensuite les Sueletri et, au-dessus, les Verucini. Et ensuite, sur la côte, on a Athenopolis des Marseillais ; Fréjus, colonie des vétérans de la huitième légion, qu’on appelle Pacensis et Classica ; le fleuve appelé Argens ; la région des Oxubii et des Ligauni au-dessus desquels sont les Suebri, les Quariates, les Adunicates. Ensuite, sur la côte, on a l’établissement de droit latin Antibes ; la région des Déciates ; le fleuve Var qui jaillit des Alpes, au Mont Caenia.

À l’intérieur des terres. Colonies : Arles des vétérans de la sixième légion, Béziers de ceux de la septième, Orange de ceux de la deuxième, Valence, sur le territoire des Cavares, Vienne sur celui des Allobroges. Établissements de droit latin : Aix des Salluvii, Avignon des Cavares, Apta iulia des Vulgentes 6 , Alebaece des Reii Apollinarii7 , Alba des Helviens, Augusta des Tricastins8 , Avatilia, Aerea, les Bormani, les Comani, Cavaillon, Carcassonne des Volques Tectosages, Cessero9 , Carpentras des Memini, les Caenicenses, les Cambolectri qui sont qualifiés d’Atlantiques, Forum Voconi10 , Glanum, les Libii, les Lutevani11 qui sont aussi les Foroneronienses, Nîmes des Arécomiques, Piscinae, les Rutènes, les Samnagenses, les Toulousains des Tectosages limitrophes de l’Aquitaine, les Tasgoduni, les Tarasconais, les Umbranici, les deux chefs-lieux de la cité fédérée des Voconces, Vaison et Luc d’Auguste ; en outre 19 établissements sans titre comme les 24 attribués aux Nîmois. L’empereur Galba ajouta au registre, parmi les peuples des Alpes, les Avantici et les Bodiontici, dont l’établissement est Digne. Agrippa a donné comme longueur à la province de Narbonnaise 370 milles et comme largeur 248 milles ».

Annexe 2. La Narbonnaise chez Ptolémée - Géographie, II, 10

Nous reproduisons le texte à partir de l’édition de K. Müller : Claudius Ptolemaeus Math., Geographia (lib. 1–3). Ed. K. Müller, Paris : Didot, 1883, reproduite dans le TLG. Le texte est suivi de la traduction que nous proposons.

Texte

Κελτογαλατίαϛ Ναρβωνησίαϛ θέσιϛ.

[Εὐρώπηϛ πίναξ γ '.]

1. Τῆϛ δὲ Ναρβωνησίαϛ αἱ μὲν παρὰ τὰϛ

συνημμέναϛ τρεῖϛ ἐπαρχίαϛ πλευραὶ εἴρηνται· τῶν

δὲ λοιπῶν τὴν μὲν πρὸϛ ἕω τὰ δυσμικὰ τῶν

Ἄλπεων ὀρῶν ὁρίζει τὰ ἀπὸ τοῦ Ἀδούλα ὄρουϛ

μέχρι τῶν ἐκβολῶν Οὐάρου τοῦ ποταμοῦ, ὧν θέσιϛ

κζ ' ϛ '' μγ '

Τὴν δὲ πρὸϛ μεσημβρίαν πλευρὰν ὁρίζει τό

τε λοιπὸν τῆϛ Πυρήνηϛ τὸ ἀπὸ τῆϛ Ἀκουιτανίαϛ

μέχρι τῆϛ ἐπὶ τὴν καθ ' ἡμᾶϛ θάλασσαν ἀκρωρείαϛ,

ἐφ ' ἧϛ τὸ Ἀφροδίσιον ἱερὸν, καὶ ἡ

Γαλλικὴ θάλασσα ἐφεξῆϛ μέχρι τῶν τοῦ Οὐάρου

ἐκβολῶν, ἐχούσηϛ τῆϛ παραλίου περιγραφὴν

τοιαύτην.

2. Μετὰ τὸ Ἀφροδίσιον

κ ' γ '' μβ ' γ ''

Ἰλλιβέριοϛ ποτ. ἐκβολαί

κα ' μβ ' γο ''

Ῥουσκίωνοϛ ποτ. ἐκβολαί

κα ' δ '' μβ ' ϛ ''δ ''

Ἄταγοϛ ποτ. ἐκβολαί

κα ' ϛ '' μβ ' ϛ ''δ ''

Ὀρόβιοϛ ποτ. ἐκβολαί

κα ' ϛ ''δ '' μβ ' ϛ ''δ ''

Ἀραύριοϛ ποτ. ἐκβολαί

κβ ' μβ ' ϛ ''γ ''

Ἀγάθη πόλιϛ

κβ ' δ '' μβ ' ϛ ''γ ''

Σήτιον ὄροϛ

κβ ' ϛ '' μβ ' ϛ ''

Φόσσαι Μαριαναι

κβ ' γο '' μβ ' γο ''

Ῥοδανοῦ ποταμοῦ τὸ δυτικὸν στόμα

κβ ' ϛ ''γ '' μβ ' γο ''

Ῥοδανοῦ τὸ ἀνατολικὸν στόμα

κγ ' μβ ' ϛ ''γ ''

ἡ ὑπὸ Λούγδουνον τοῦ ποταμοῦ πρὸϛ

τὰϛ Ἄλπειϛ ἐπιστροφη

κγ ' με ' δ ''

τὸ κατὰ τὴν λίμνην αὐτοῦ μέροϛ τὴν

καλουμένην Λημένην

κζ ' δ '' με ' δ ''

ἡ πηγὴ τοῦ ποταμοῦ

κη ' γ '' μδ ' γ ''

3. Τῶν δὲ συμβαλλόντων αὐτῷ ποταμῶν

εἰϛ μὲν τὸ ἀπ ' ἄρκτων Λουγδούνου μέροϛ

εἰσρέουσιν ὅ τε Ἄραρ καὶ ὁ Δοῦβιϛ προσμιχθέντεϛ

ἀλλήλοιϛ· ἐπέχουσι δὲ αἱ μὲν τοῦ Ἄραροϛ

πηγαὶ ἀπὸ τῶν Ἄλπεων ῥέουσαι

κη ' γο '' μδ ' γο ''

αἱ δὲ τοῦ Δούβιοϛ ποταμοῦ ὑπ ' αὐτὸν ῥέοντοϛ

κη ' ϛ '' μδ ' ϛ ''

Ῥεύσαντεϛ δὲ καὶ αὐτοὶ πρὸϛ ἄρκτουϛ ἀπὸ τῶν

Ἄλπεων ἐπιστρέφουσι πρὸϛ δυσμὰϛ, καὶ ἡ μὲν

συμβολὴ αὐτῶν πρὸϛ ἀλλήλουϛ ἐπέχει

κε ' γ '' με ' ϛ ''

ἡ δὲ πρὸϛ τὸν Ῥοδανὸν ποταμὸν συμβολή

κδ ' με ' ϛ ''

4. Εἰϛ δὲ τὸ ἀπὸ μεσημβρίαϛ Οὐιέννηϛ

πόλεωϛ μέροϛ ῥέουσιν ὁμοίωϛ ἀπὸ τῶν Ἄλπεων

ὅ τ ' Ἴσαρ ποταμὸϛ καὶ ὁ Δρουεντίαϛ ποταμὸϛ,

καὶ τοῦ μὲν Ἴσαροϛ αἱ πηγαὶ ἐπέχουσι μοίραϛ

κη ' μδ '

τοῦ δὲ Δρουεντία ἡ κεφαλή

κη ' μγ ' ϛ ''δ ''

Πάλιν δὲ ἡ μὲν τοῦ Ἴσαροϛ πρὸϛ τὸν

Ῥοδανὸν συμβολὴ ἐπέχει μοίραϛ

κβ ' γο '' μδ ' ϛ ''

ἡ δὲ τοῦ Δρουεντία μοίραϛ

κβ ' γο '' μγ ' ϛ ''γ ''

5. Μετὰ δὲ τὸν Ῥοδανὸν ἐπὶ θαλάσσῃ κεῖται

Αὐατικῶν Μαριτίμα πόλιϛ, κολωνία

κγ ' ϛ '' μγ ' β ''

εἶτα Καινοῦ ποτ. ἐκβολαί

κγ ' ϛ ''δ '' μγ '

Εἶτα Κομανῶν Μασσαλία πόλιϛ

κδ ' ϛ '' μγ ' ιβ ''

καὶ Ταυροέντιον

κδ ' ϛ ''γ '' μβ ' ϛ ''γ ''

καὶ ὁ Κιθαριστὴϛ τὸ ἄκρον

κε ' μβ ' ϛ ''

Ὀλβία πόλιϛ

κε ' ϛ '' μβ ' ϛ ''δ ''

Ἀργεντίου ποτ. ἐκβολαί

κε ' γο '' μβ ' ϛ ''δ ''

Φόροϛ Ἰουλίου κολωνία

κϛ ' ϛ '' μβ ' ϛ ''γ ''

Εἶτα Δεκιατίων Ἀντίπολιϛ

κζ ' μγ '

καὶ αἱ τοῦ Οὐάρου ποτ. ἐκβολαί

κζ ' ϛ '' μγ '

6. Κατέχουσι δὲ μὲν τὰ δυσμικώτατα

τῆϛ Ναρβωνησίαϛ Οὐόλκαι οἱ Τεκτοσα γεϛ,´

ὧν πόλειϛ μεσόγειοι

Ἰλλιβερίϛ

ιθ ' ϛ ''δ '' μγ ' δ ''

Ῥουσκινών

κ ' μγ ' ϛ ''

Τολῶσα κολωνία

κ ' ϛ '' μδ ' δ ''

Κεσσερώ

κα ' δ '' μδ '

Καρκασώ

κα ' μγ ' ϛ ''δ ''

Βαιτιραί

κα ' ϛ '' μγ ' ϛ ''

Ναρβὼν κολωνία

κα ' ϛ '' μγ ' δ ''

Μετὰ δὲ τούτουϛ μέχρι τοῦ Ῥοδανοῦ ποταμοῦ

Οὐόλκαι οἱ Ἀρηκόμιοι, ὧν πόλειϛ μεσόγειοι

Οὐινδόμαγοϛ

κα ' ϛ '' μδ ' ϛ ''

Νέμαυσον κολωνία

κβ ' μδ ' ϛ ''

7. Εἶτ ' ἀπ ' ἀνατολῶν τοῦ Ῥοδανοῦ

ἀρκτικώτατοι μὲν Ἀλλόβριγεσ ὑπὸ Μεδούλλουϛ,

ὧν πόλιϛ

Οὐίεννα

κγ ' με '

Ὑφ ' οὓϛ δυσμικώτεροι μὲν Σεγαλλαυνοὶ, ὧν πόλιϛ

Οὐαλεντία κολωνία

κγ ' μδ ' ϛ ''

Ἀνατολικώτεροι δὲ Τρικαστινοὶ, ὧν πόλιϛ

Νοιόμαγοϛ

κϛ ' ϛ '' με '

8. Εἶτα ὑπὸ μὲν τοὺϛ Σεγαλλαυνοὺϛ

Καυάροι, ὧν πόλειϛ

Ἀκουσιὼν κολωνία

κγ ' μδ ' δ ''

Ἀουεννιὼν κολωνία

κγ ' μδ '

Ἀραυσιών

κδ ' μδ ' ϛ ''

Καβελλιὼν κολωνία

κδ ' μδ '

Καὶ ὑπὸ τούτουϛ Σάλυεϛ, ὧν πόλειϛ

Ταρουσκών

κγ ' μγ ' γο ''

Γλανόν

κγ ' ϛ '' μγ ' ϛ ''

Ἀρέλατον κολωνία

κβ ' ϛ ''δ '' μγ ' γ ''

Ὕδατα Σέξτια κολωνία

κδ ' ϛ '' μγ ' γ ''

Ἐρνάγινον

κδ ' μγ ' ϛ ''

Ὑπὸ δὲ τοὺϛ Τρικαστινοὺϛ Οὐοκόντιοι καὶ πόλιϛ

Οὐασιών

κϛ ' μδ ' ϛ ''

Ὑφ ' οὓϛ Μήμινοι καὶ πόλιϛ αὐτῶν

Φόροϛ Νέρωνοϛ

κε ' γο '' μδ ' ϛ ''δ ''

Ὑφ ' οὓϛ Ἐλύκωκοι καὶ πόλιϛ αὐτῶν

Ἀλβαυγούστα

κϛ ' μγ ' γ ''

Οὐοκοντίων δὲ καὶ Μημίνων ἀνατολικώτεροι

Σέντιοι, ὧν πόλιϛ

Δίνια

κζ ' ϛ '' μδ ' γ ''

9. Νῆσοι δὲ ὑπόκεινται τῇ Ναρβωνησίᾳ

Ἀγάθη μὲν κατὰ τὴν ὁμώνυμον πόλιν,

ἧϛ θέσιϛ

κβ ' ϛ '' μβ ' ϛ ''

μεθ ' ἣν Βλασκών

κβ ' ϛ '' μβ ' γ ''

Αἱ δὲ Στοιχάδεϛ ὑπὸ τὸν Κιθαριστὴν πέντε

τὸν ἀριθμὸν, ὧν τοῦ μέσου θέσιϛ

κε ' μβ ' δ ''

Ὑπὸ δὲ τὸν Οὔαρον ποταμὸν

Ληρώνη, ἧϛ θέσιϛ

κζ ' ϛ ''δ '' μβ ' δ ''

Traduction

Position de la Narbonnaise de Keltogalatia (planche 3 de l’Europe)

1. Les côtés de la Narbonnaise qui la séparent des trois

provinces limitrophes ont déjà été mentionnés.

Pour le reste, le côté oriental est délimité par

les parties occidentales des montagnes des Alpes,

du mont Adoula jusqu’à l’embouchure du fleuve Var, dont la position est

à

27°30’

-

43°,

tandis que le côté méridional est délimité, d’une part,

par le reste de la Pyrènè qui va de l’Aquitaine jusqu’aux

sommets qui touchent notre mer, là où se trouve

le sanctuaire de l’Aphrodision, et, d’autre part,

par la mer gallique qui lui fait suite jusqu’à

l’embouchure du Var. Voici la description de la côte [de la Narbonnaise] :

[longitude]

[latitude]

2. Après l’Aphrodision

à

20° 20’

-

42° 20’,

on a :

l’embouchure du fleuve Illiberis

à

21°

-

42° 40’,

l’embouchure du fleuve Ruscino

à

21° 15’

-

42° 45’,

l’embouchure du fleuve Aude

à

21° 30’

-

42° 45’,

l’embouchure du fleuve Orb

à

21° 45’

-

42° 45’,

l’embouchure du fleuve Hérault

à

22°

-

42° 50’,

la cité d’Agde

à

22° 15’

-

42° 50’,

le mont Sètion

à

22° 30’

-

42° 30’,

les canaux de Marius

à

22° 40’

-

42° 40’,

l’embouchure occidentale du fleuve Rhône

à

22° 50’

-

42° 40’,

l’embouchure orientale du fleuve Rhône

à

23°

-

42° 50’,

le coude du fleuve vers les Alpes au pied de Lyon

à

22° 50’

-

42° 40’,

la partie du fleuve près du lac appelé Léman

à

27° 15’

-

45° 15’,

la source du fleuve

à

28° 20’

-

44° 20’.

3. Parmi les rivières qui se joignent à lui, la Saône et le Doubs

confluent dans la partie qui est située au nord de Lyon

après s’être réunis l’un à l’autre :

les sources de la Saône, qui proviennent des Alpes, sont

à

28° 40’

-

44° 40’,

tandis que celles du Doubs, qui coule en dessous, sont

à

28° 30’

-

44° 30’.

Après avoir, eux aussi, coulé vers le nord à partir

des Alpes, ils inclinent leur cours vers l’ouest,

et leur confluent de situe

à

25° 20’

-

45° 30’,

tandis que le confluent avec le fleuve Rhône est

à

24°

-

42° 30’.

4. Dans la partie qui est au sud de la ville de Vienne,

coulent des fleuves qui proviennent également des Alpes :

l’Isère et la Durance, et les sources de l’Isère se situent

à

28°

-

44°,

tandis que l’origine de la Durance est

à

28°

-

43° 45’.

À son tour, le confluent de l’Isère avec le Rhône se situe

à

22° 40’

-

44° 30’,

et celui de la Durance

à

22° 40’

-

43° 50’.

5. Après le Rhône, sur la mer, se trouve la ville

Maritima des Avatiques, colonie,

à

23° 30’

-

43° 05’,

puis l’embouchure du fleuve Kainos

à

23° 45’

-

43°,

ensuite la ville Marseille des Kômanoi

à

24° 30’

-

43° 55’,

et Tauroention

à

24° 50’

-

42° 50’,

et le cap Kitharistès

à

25°

-

42° 30’,

la ville d’Olbia

à

25° 10’

-

42° 45’,

l’embouchure du fleuve Argens

à

25° 40’

-

42° 45’,

Fréjus, colonie,

à

26° 30’

-

42° 50’,

ensuite Antibes des Déciates

à

27°

-

43°,

et l’embouchure du fleuve Var

à

27° 30’

-

43°.

6. Les Volques Tectosages occupent les parties

les plus occidentales de la Narbonnaise ;

leurs villes de l’intérieur sont :

Illiberis

à

19° 45’

-

43° 15’,

Ruscino

à

20°

-

43° 30’,

Toulouse, colonie,

à

20° 10’

-

44° 15’,

Cessero12

à

21° 15’

-

44°,

Carcassonne

à

21°

-

43° 45’,

Béziers

à

21° 30’

-

43° 30’,

Narbonne, colonie

à

21° 30’

-

43° 15’.

Après eux, jusqu’au Rhône, il y a les Volques Arécomiques.

Leurs villes de l’intérieur sont :

Vindomagus

à

21° 30’

-

44° 30’,

Nîmes, colonie

à

22°

-

44° 30’.

7. Ensuite, à l’est du Rhône, les plus septentrionaux

sont les Allobroges dont la ville est Vienne

à

23°

-

45°,

au-dessous desquels, à l’ouest, il y a les Segauvellauni

dont la ville est :

Valence, colonie

à

23°

-

44° 30’,

et à l’est, les Tricastins dont la ville est Noviomagus

à

26° 30’

-

45°.

8. Ensuite, sous les Segauvellauni, il y a les Cavares

dont les villes sont :

Acusio, colonie,

à

23°

-

44° 15’,

Avignon, colonie,

à

23°

-

44°,

Orange,

à

24°

-

44° 30’,

Cavaillon, colonie,

à

24°

-

44°.

Et au-dessous d’eux, il y a les Salyens

dont les villes sont :

Tarascon

à

23°

-

43° 40’,

Glanum

à

23° 30’

-

43° 30’,

Arles, colonie,

à

22° 45’

-

43° 20’,

Aix-en-Provence, colonie,

à

24° 30’

-

43° 20’,

Ernaginum13

à

24°

-

43° 30’.

Au-dessous des Tricastins, il y a les Voconces

et leur ville :

Vaison

à

26°

-

44° 30’,

au-dessous desquels, il y a les Memini et leur ville :

Phoros Nerônos14

à

25° 40’

-

44° 45’,

au-dessous desquels, il y a les Elykôkoi et leur ville :

Albaugousta

à

26°

-

43° 20’,

À l’est des Voconces et des Memini, les Sentii dont la ville

est Digne

à

27° 10’

-

44° 20’,

9. Les îles qui se trouvent en bordure de la Narbonnaise sont :

Agde, aux abords de la ville du même nom,

dont la position est

à

22° 30’

-

42° 10’,

après laquelle, Blasco15

à

22° 30’

-

42° 20’,

les Stoechades, au nombre de cinq, face au cap Kitharistès,

dont la position de celle du milieu est

à

25°

-

42° 15’,

face au Var, Léronè, dont la position est

à

27° 45’

-

42° 15’.

Notes

1 Sauf mention contraire, tous les textes antiques cités dans cette étude comme dans celles qui suivent sont traduits par nos soins.

2 Nous suivons le texte de l’édition Zenhacker 2004 (cf. annexe 1).

3 Le texte est celui de l’édition K. Müller (1883) repris par le TLG (cf. annexe 2).

4 Les manuscrits portent unanimement Lybica avec un « y » qu’on corrige depuis l’édition de G. Broterius (1779) en Libica avec un « i » à cause de la présence des Libii dans la liste des oppida latina en III, 36. Voir la discussion supra.

5 Les manuscrits portent tous Avatilia avec un « v » qu’on corrige comme dans le cas précédent en Anatilia avec un « n » à cause des Anatilii mentionnés plus haut.

6 Apt

7 Riez

8 Saint-Paul-Trois-Châteaux

9 Saint-Thibéry

10 Les Blaïs

11 Les Lodèvois

12 Saint-Thibéry

13 Saint-Gabriel

14 Carpentras

15 Île de Brescou

Table des illustrations

Titre Le centre monumental de l’agglomération antique de Murviel-lès-Montpellier (Hérault)
Légende  Le portique nord et les vestiges d’un monument antérieur en grand appareil, vus de l’est (P. Thollard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/98/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig 2. Carte du sud de la Gaule selon Pline
Crédits D’après Fl. Verdin (Verdin 1998, p. 140, fig. 2)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/98/img-2.png
Fichier image/png, 284k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search