Version classiqueVersion mobile

Batellerie gallo-romaine

 | 
Giulia Boetto
, 
Patrice Pomey
, 
André Tchernia

Introduction. Nouvelles perspectives de recherche sur la batellerie gallo-romaine

Patrice Pomey

Texte intégral

1Jusqu’à une date récente, la batellerie des bassins fluviaux du sud de la Gaule était absente, faute de données, du débat sur la batellerie et la construction navale dite « gallo-romaine » qui était alors monopolisé par les découvertes du Nord-Ouest de l’Europe provenant essentiellement du bassin rhénan et du lac de Neuchâtel en Suisse. Aussi, c’est à partir des caractéristiques des épaves de ces régions – auxquelles il convient d’ajouter, les bords de la Tamise et les rivages de la Manche et de la mer du Nord pour le domaine maritime – que fut élaborée la définition d’un ensemble architectural qualifié tout d’abord de construction « celtique », puis « romano-celtique » ou « gallo-romaine » par référence à la période de l’Empire romain, jusqu’à présent seule concernée (Ier-IV e s. ap.), et aux régions de culture celtique où la Gaule occupe une place essentielle. À ces dénominations s’ajoutent aussi celles de « continentale » ou de « maritime » selon l’espace de navigation considéré, la première se rattachant exclusivement à la batellerie des eaux intérieures.

Fig. 1. Reconstitution de la section transversale de l’épave Blackfriars I, au niveau de l’emplanture du mât (d’après Marsden 1994).

Fig. 1. Reconstitution de la section transversale de l’épave Blackfriars I, au niveau de l’emplanture du mât (d’après Marsden 1994).
  • 1 Pour les questions de définition et de terminologie, on se rapportera à Pomey, Rieth 2005.

2Rappelons que le point de départ de ces recherches fut la découverte à Londres en 1962, sur les bords de la Tamise, de l’épave Blackfriars I correspondant à un caboteur fluvio-maritime du milieu du IIe s. ap. J.-C. (fig. 1). Les caractéristiques architecturales de cette épave ne pouvant se rattacher ni à la construction nordique à clin ni à la construction méditerranéenne à franc-bord et à tenons et mortaises chevillées, P. Marsden (1966, 1976) la rattacha à une tradition celtique en écho aux écrits de Jules César (Bell. Gall., 3, 13) sur les bateaux de la flotte vénète. L’idée fut reprise et développée par D. Ellmers (1969) qui étendit la notion de construction celtique au domaine de la batellerie fluviale. Depuis, au cours des années 70 et 80, les nombreuses découvertes d’épaves de barges fluviales possédant les mêmes caractéristiques, en Suisse (Bevaix et Yverdon au lac de Neuchâtel), dans la basse vallée du Rhin aux Pays-Bas (Zwammerdam, Druten, Woerden) et en Belgique (Pommeroeul), notamment, ont permis de préciser les caractéristiques essentielles de la construction navale romano-celtique ou gallo-romaine dont les meilleures synthèses ont été fournies par Béat Arnold (1992, 1998), Éric Rieth (1985, 1998) et Frederick Hocker (2004). Contrairement à la construction navale méditerranéenne, ou nordique, caractérisée par une construction sur quille, la construction gallo-romaine se caractérise par une construction à fond plat dite sur « sole » (Arnold 1992). Dès 1972, L. Basch avait montré que ce système de construction ne relevait ni de la construction sur quille « bordé premier » ni de la construction sur quille « membrure première » et que le traditionnel débat dialectique entre ces deux systèmes de construction ne pouvait s’appliquer dans ce cas. De fait, du point de vue du principe de construction, tel que je l’ai défini en association avec la notion de méthode de construction (Pomey 1988, 2004), la conception même du navire repose sur l’établissement de la sole. Cette dernière est amenée ainsi à jouer un rôle fondamental tant du point de vue de la réalisation des formes (conception de forme) que de sa structure (conception structurale). Un autre élément important est la présence au sein de la construction navale gallo-romaine d’un type architectural dit « monoxyle assemblé », caractérisé par la présence d’un « bouchain monoxyle de transition »1, plus ou moins développé ou atrophié, qui assure la liaison entre la sole et les flancs. Si ce type est de loin le plus fréquent dans la batellerie fluviale et lacustre, il n’est cependant pas exclusif et quelques épaves témoignent d’une architecture totalement « assemblée » (p. ex. Ép. 8 Parc Saint-Georges à Lyon, cf. Guyon, Rieth infra), notamment dans le domaine maritime (épave de St Peter Port à Guernesey) (Rule, Monaghan 1993).

3Il revient cependant à Sean McGrail (1995) d’avoir défini l’ensemble des critères architecturaux fondamentaux qui définissent la tradition architecturale « romano-celtique » ou « gallo-romaine » et que l’on peut résumer ainsi :

  • une coque à fond plat construite « sur sole » ;

  • des bordages de fond (sole) et de flancs disposés à franc-bord et sans liaison directe. Ces bordages peuvent comporter des bordés monoxyles de transition ;

  • des membrures (varangues plates et courbes), de fort échantillonnage et à maille réduite, assemblant les bordages au moyen de clous de fer ;

  • une étanchéité des joints à base de mousse, ou de fibres végétales, réalisée selon le principe du lutage;

  • une emplanture de mât transversale aménagée dans une varangue.

4Au sein de cette tradition, plusieurs variantes, touchant le type architectural ou les procédés de construction, permettent de définir des ensembles rattachés au domaine des eaux intérieures ou au domaine maritime. Dans le premier cas, on trouvera l’usage fréquent des bordés monoxyles de transition et l’emploi de baguettes, de clous ou de ferrures pour le maintien du matériau d’étanchéité ; dans le second, la sole peut être réduite à une virure (« planche quille ») voire se limiter à deux ou trois. Poussant l’analyse plus loin, Frederick Hocker (2004) définit deux sous ensembles au sein de l’ensemble continental, l’un « Rhénan » correspondant aux barges rhénanes du type Zwammerdam (fig. 2), l’autre « Alpin » correspondant aux barges lacustres du type Bevaix, dont la distinction repose essentiellement sur la configuration de la sole selon qu’elle comporte des virures droites ou obliques (fig. 3).

Fig. 2. Plan et section longitudinale de l’épave Zwammerdam 6 (d’après de Weerd 1988).

Fig. 2. Plan et section longitudinale de l’épave Zwammerdam 6 (d’après de Weerd 1988).

Fig. 3. Reconstitution du chaland de Bevaix (d’après Arnold 1992a).

Fig. 3. Reconstitution du chaland de Bevaix (d’après Arnold 1992a).

5Néanmoins, sans remettre en cause la pertinence des critères retenus fondés sur l’analyse de nombreuses épaves, il convient de souligner que les données alors prises en considération concernent des épaves provenant toutes de la partie septentrionale de la Gaule, lac de Neuchâtel et bassin rhénan, ou des rivages du ponant, Manche et mer du Nord. En revanche, les bassins fluviaux intéressant le sud de la Gaule ne sont toujours pas concernés et restent absents des débats faute d’avoir fourni des données issues des épaves.

6La situation évolue en 1989 avec la découverte de l’épave d’un chaland gallo-romain du Ier s. ap. J.-C., place Tolozan à Lyon (cf. Rieth infra), suivie quelques années plus tard, en 1996, par la découverte d’un autre chaland du Ier s. à Chalon-sur-Saône (cf. Lonchambon infra). Appartenant manifestement à la tradition de construction « gallo-romaine » par leur type architectural à sole comportant des virures de bouchain monoxyle de transition et leurs bordages cloués à la membrure, ils s’en distinguent cependant par la présence de tenons et mortaises (non chevillés), associés à un clouage tangentiel, pour le pré-assemblage des bordages de la sole et le recours à du tissu poissé pour l’étanchéité des joints de virure selon la technique du lutage. Le recours à des tenons et mortaises et à du tissu poissé, selon une pratique courante dans la construction navale méditerranéenne, avait conduit É. Rieth (Becker, Rieth 1995 ; Rieth 1999) à y voir, avec beaucoup de prudence, une influence de pratiques méditerranéennes au sein d’une tradition régionale qui pourrait être propre au bassin fluvial Rhône-Saône. Depuis, le corpus des épaves de tradition gallo-romaine provenant de ce bassin s’est considérablement enrichi au cours de ces dernières années avec les six épaves du Parc Saint-Georges à Lyon (cf. Ayala infra et Guyon, Rieth infra) et l’épave d’Arles-Rhône 3 (cf. Marlier infra). Depuis lors, les caractéristiques de cette tradition propre au bassin Rhône-Saône ont pu être précisées et complétées. Aux critères énoncés à partir des épaves de la place Tolozan à Lyon et de Chalon-sur-Saône s’ajoutent notamment le recours à des demi-troncs monoxyles de sapin pour les flancs et l’usage de feuille de plomb pour des réparations ou consolidations des virures de bordé (palâtrage). Ces particularités, qui ne remettent pas en cause les principes de construction, mais qui peuvent influer sur la conception structurale (demi-tronc), relèvent de pratiques locales assimilables à des « signatures de chantier ». Ainsi, l’existence au sein de la tradition gallo-romaine d’architecture sur sole d’un nouveau groupe régional propre au bassin hydrographique « Rhône-Saône » et caractérisé par des influences méditerranéennes est aujourd’hui bien attesté. Il vient ainsi compléter les autres groupes régionaux « Rhénan » et « Alpin », précédemment définis, auxquels il conviendrait d’ajouter un nouveau groupe régional, dit « Atlantique », dont l’identification a été proposée tout dernièrement par É. Rieth (2006) à partir des caractéristiques de l’épave « gallo-romaine » de Taillebourg retrouvée dans la Charente. Ces nouvelles identifications confortent l’idée de l’existence de traditions régionales liées aux principaux bassins fluviaux et à la ligne de partage des eaux. Du coup, la vision de la tradition « gallo-romaine » de construction sur sole se trouve profondément modifiée au profit d’une vision beaucoup plus différenciée en rapport avec la géographie hydraulique du continent.

7Cette nouvelle mise en perspective soulève bien évidemment de nombreuses questions.

8On peut ainsi s’interroger sur la signification des « signatures de chantier » qui ont permis de caractériser le groupe « Rhône-Saône ». En premier lieu, on remarque que les caractéristiques retenues (tenons et mortaises pour le pré-assemblage de la sole, demi-tronc pour les flancs, tissu poissé d’étanchéité et feuille de plomb du palâtrage) ne sont pas toujours toutes présentes – à l’exception de l’usage de tissu poissé d’étanchéité – simultanément sur toutes les épaves. De fait, l’appartenance au groupe se manifeste par la présence d’au moins deux de ces critères. Convient-il de les hiérarchiser selon leur importance sur le plan architectural et technique ou selon leur fréquence d’utilisation ? Ces signatures ne sont-elles pas plutôt à rattacher à des pratiques de chantier qui révèleraient ainsi leur différence ? Encore faudrait-il que l’on puisse identifier les chantiers d’origine qui peuvent se situer en Arles, à Lyon, ou encore près des sources d’approvisionnement des hauts bassins du Rhône ou de la Saône. Il est pour le moment trop tôt pour le dire. On remarque aussi que, si trois de ces marqueurs (tenons et mortaises, tissu poissé, feuille de plomb) sont typiquement méditerranéens, le troisième, l’usage de demi-troncs de sapin pour les flancs, bien qu’incontestable, n’a aucun parallèle dans la construction navale méditerranéenne. Il dénote, en revanche, une culture de l’architecture monoxyle qui renvoi sans doute à un fond indigène pré-romain, mais qui semble propre à la Gaule du Sud. On note aussi, dans ce dernier cas, que l’usage des demi-troncs pour les flancs répond à un problème structural important en renforçant la rigidité longitudinale des embarcations et en augmentant leur flottabilité. Du coup, on peut se demander si cet usage ne serait pas, pour cette raison, réservé aux embarcations de grandes dimensions. Une autre question se pose à propos de l’usage du clouage tangentiel de pré-assemblage de la sole. Cette pratique apparaît fréquente sur les embarcations du groupe Rhône-Saône où elle est employée soit en association avec des tenons et mortaises (épave de la Place Tolozan et Ép. 8 du Parc Saint-Georges à Lyon, épave de Chalon-sur-Saône), soit seule (Ép. 7 du Parc Saint-Georges à Lyon). Pour autant, elle apparaît aussi sur des épaves des groupes Rhénan (ép. Pommeroeul 2, Zwammerdam 2 et 6) et Alpin (Yverdon). Comment dès lors interpréter cette pratique qui, loin d’apparaître comme une caractéristique méditerranéenne – encore que l’on trouve un tel clouage tangentiel sur les épaves Fiumicino 1 et 2, il est vrai d’origine fluviale et d’usage fluvio-maritime (Boetto 2008) –, est en usage dans plusieurs groupes régionaux sans être pour autant un critère fondamental de l’architecture « gallo-romaine » ?

9Quant aux signatures proprement méditerranéennes, il convient de se poser la question des modalités de leur acquisition. On note ainsi que l’usage de tenons et mortaises n’est pas exclusif du groupe Rhône-Saône et se retrouve aussi sur des épaves du groupe rhénan comme Zwammerdam 6 et De Meern 4, mais il est vrai dans un contexte de romanisation particulier dont cet usage traduit l’influence directe. Il n’en reste pas moins que la question de l’origine de ces pratiques se pose. S’agit-il d’un transfert de technologie et d’un phénomène d’acculturation lié à la romanisation ? Où s’agit-il de pratiques plus anciennes déjà pré-existantes ? Quel rôle ont alors pu jouer dans ces différents cadres les charpentiers indigènes ou romains ? En somme, ces questions reviennent à poser le problème de ces pratiques en terme chronologique et, plus fondamentalement, à s’interroger sur l’existence d’une tradition originale antérieure à la romanisation et culturellement différente, sans négliger la possibilité de l’existence de différences régionales. Plusieurs auteurs, tels É. Rieth ou F. Hocker, considèrent que les caractéristiques architecturales « primaires » définissant la construction navale « gallo-romaine » sont révélatrices de pratiques antérieures à la romanisation (Rieth 2010 et infra ; cf. Guyon, Rieth infra) et sont d’origine indigène (Hocker 2004), contrairement à d’autres, tel M. de Weerd (1988) qui y voient une nouvelle technologie directement importée de Méditerranée par les Romains.

10Toutes ces questions se retrouvent au cœur du présent ouvrage ainsi que le suggère son titre : Batellerie gallo-romaine. Pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes.

11Ainsi la question de l’origine de la construction navale « gallo-romaine » est directement abordée par Béat Arnold qui, plongeant dans les « abysses de la construction navale », fait remonter à l’âge du Fer l’origine de cette tradition qui aurait abandonné les anciennes pratiques d’assemblage par ligatures en usage à l’âge du Bronze sans les remplacer par d’autres système d’assemblage direct.

12À travers l’étude des épaves de De Meern et de Woerden, dernièrement découvertes aux Pays-Bas, c’est bien le problème de la romanisation que pose André van Holk. De construction locale, comme le prouvent les analyses dendrochronologiques, et situées en contexte militaire romain, les épaves De Meern 4 et Woerden 7 présentent au sein de la tradition architecturale « gallo-romaine » de type rhénan des caractéristiques méditerranéennes, telles que le pré-assemblage par tenons et mortaises (De Meern 4) ou la présence d’une carlingue-emplanture (Woerden 7) qui sont manifestement dues à une influence romaine directe.

13La mise en évidence de telles pratiques n’est pas récente comme le rappelle Ronald Bokius dans son étude sur les transferts technologiques de la Méditerranée vers les Provinces du nord. Ainsi les épaves d’Oberstimm, sur le Danube bavarois, et de Vechten, près d’Utrecht aux Pays-Bas, apparaissent bien comme des navires de type romain construits localement pour répondre aux besoins militaires. C’est en somme le même cas de figure que celui du navire du County Hall découvert à Londres et qui correspond à un navire de conception et de type méditerranéens mais construit localement. En revanche, le cas des barges Zwammerdam 6 et De Meern 4 est bien différent. La conception même des embarcations ne laisse aucun doute. Elles relèvent bien du principe de construction sur sole qui caractérise la construction « gallo-romaine » et c’est seulement au niveau des procédés de construction qu’il est fait ici appel à la technique méditerranéenne de l’assemblage par « tenons et mortaises ». On le voit, l’interprétation de ces épaves ne peut se dispenser d’une analyse fondée sur la distinction des principes et des méthodes de construction qui seule permet de bien interpréter et de différencier des phénomènes en apparence semblables.

14Poussant plus avant la recherche d’anciennes influences méditerranéennes, Ronald Bockius en retrouve la trace dans plusieurs caractéristiques des embarcations « gallo-romaines ». Ainsi selon le témoignage de l’épave de la Conque-des-Salins, trouvée dans l’étang de Thau dans le midi de la Gaule (cf. Jézégou, infra), l’emplanture transversale ménagée dans une membrure, considérée comme une caractéristique essentielle de la construction « gallo-romaine », serait déjà connue par les charpentiers méditerranéens dès l’époque hellénistique, puisque Ronald Bockius admet cette dernière datation. La carlingue-emplanture que l’on retrouve sur les épaves Oberstimm 2, Zwammerdam 2-6, Woerden 7, témoignerait aussi, selon lui, de ces influences anciennes puisque le système, qui remonterait à l’époque grecque archaïque, lui semble abandonné à l’époque gallo-romaine. De même, les anguillers systématiquement ménagés à la base des membrures sur de nombreuses barges « gallo-romaines » serait une réminiscence des pratiques d’assemblages par ligatures de l’époque celtique dont le modèle serait fourni, là encore, par les bateaux cousus grecs archaïques. Enfin, dernier élément, sur l’épave Mainz 3, l’assemblage entre les membrures et leurs allonges par un joint à redan, selon une pratique identique à celle des bateaux grecs archaïques, serait toujours et encore une vieille réminiscence des traditions grecques.

15Pour autant, on n’est pas obligé de suivre l’argumentation de R. Bockius dont le raisonnement paraît parfois discutable. Ainsi l’épave de la Conque-des-Salins semble devoir être datée par son contexte de l’époque gallo-romaine plutôt que de l’époque hellénistique et il est difficile d’y voir, selon sa conception et son système architectural, une embarcation de type méditerranéen, comme je m’en expliquerai un peu plus loin. Concernant l’usage de la carlingue-emplanture, si ce type remonte bien à l’époque grecque archaïque (Kahanov, Pomey, 2004), il reste toujours en usage durant toute l’époque romaine, même si le système évolue entre l’époque hellénistique et l’Empire romain (Pomey 1998). C’est bien un élément caractéristique de la construction navale méditerranéenne de tout temps. Son usage, dans le cas qui nous intéresse, est une influence directe des charpentiers romains et il n’est pas besoin de remonter à l’époque grecque. Pour l’usage systématique des anguillers, on suivra volontiers R. Bockius pour y voir, vraisemblablement, une réminiscence de l’assemblage par ligatures de l’époque celtique. Mais il n’y a pas lieu d’invoquer ici les traditions grecques archaïques. La tradition celtique – qui reste encore largement à définir – devrait se suffire à elle-même. Enfin, on adoptera la même position au sujet des joints d’assemblage entre membrure et allonge. Si en effet cette pratique n’est plus d’usage courant en Méditerranée depuis l’époque hellénistique, rien n’empêche qu’elle ait pu perdurer en certains lieux et être reprise par des charpentiers romains. Y voir la preuve de l’influence, sur la construction celtique, d’un vieux substrat technique grec antérieur à la romanisation paraît à nouveau très discutable. En fait, si les relations entre le monde grec et le monde celtique existent depuis longtemps, comme le souligne R. Bockius, il est peu probable que ces relations aient eu une influence quelconque sur les techniques nautiques en dehors des rivages méditerranéens et des territoires voisins des cités grecques. Qu’il y ait eu une diffusion des techniques méditerranéennes dans le nord de la Gaule sous l’effet de la romanisation apparaît, en revanche, comme une évidence. Que ces techniques méditerranéennes soient porteuses de traditions grecques est une certitude. Penser que ces dernières soient arrivées antérieurement à la romanisation est sans doute contestable.

16L’épave monoxyle assemblée de Lough Lene, en Irlande, bien que mal datée (300 av.- 1er s. ap. J.-C.), présente un cas particulièrement intéressant. Son système d’assemblage associe ligatures et tenons et mortaises, mais – comme le souligne à juste titre R. Bockius –, contrairement aux apparences, d’un type non méditerranéen. On aurait peut-être là l’expression de cette tradition celtique dont on recherche toujours l’équivalent sur le continent.

17Avec la présentation des épaves de Lyon, de la place Tolozan (cf. Rieth, infra) et du Parc Saint-Georges (cf. Ayala infra ; Guyon, Rieth infra), du pont de Chalon-sur-Saône (cf. Lonchambon infra) et d’Arles (cf. Marlier infra), nous entrons dans le cœur du sujet et de la question des influences méditerranéennes. Toutes ces épaves relèvent par leur conception architecturale sur « sole » de la construction « gallo-romaine » et, à l’exception de l’une d’entre elles (Lyon, Parc Saint-Georges, Ép. 8), toutes possèdent un bouchain monoxyle de transition. Néanmoins, elles présentent des caractéristiques de construction qui singularisent cet ensemble et dont certaines relèvent manifestement de pratiques méditerranéennes, comme nous l’avons déjà évoqué. Chaque épave comporte plusieurs de ces caractéristiques, sans les posséder toutes, et c’est par le jeu de leur association que l’on peut définir un ensemble Rhône-Saône où se manifestent ainsi des signatures de chantier qui révèlent des influences locales de type méditerranéen. Le problème est, ici, bien différent de celui posé par les effets de la romanisation sur le groupe rhénan et la question qui se pose est de savoir quand et comment ces pratiques méditerranéennes se sont inscrites au sein de l’ancienne tradition régionale qui est à l’origine de la construction dite « gallo-romaine ».

18Dans ce cadre, une attention particulière est portée à l’étude des tissus utilisés pour l’étanchéité des épaves du Parc Saint-Georges à Lyon (cf. Médard infra). Le recours à l’usage de tissus poissés est en effet une pratique commune à toutes les épaves du groupe et constitue une « signature » forte qui est caractéristique de l’influence méditerranéenne. De même, si l’analyse dendrologique effectuée sur l’épave Arles-Rhône 3 (cf. Greck, Guibal infra) se révèle très importante pour la compréhension structurale de la barge en fonction des essences utilisées, elle constitue aussi une démarche fondamentale pour la recherche de la localisation des lieux de construction de ces embarcations, même si, pour le moment, le jeu des hypothèses reste ouvert. Rappelons que c’est par une telle démarche qu’il a pu être montré que les épaves De Meern 4 et 6 et Woerden 7 étaient bien de construction locale et ne provenaient pas du cours supérieur du Rhin comme cela était avancé pour les embarcations du groupe rhénan (cf. van Holk infra).

19Dans l’analyse des rapports complexes entre influences méditerranéennes et construction navale « gallo-romaine », l’épave de la Conque-des-Salins occupe une place particulière. Cette embarcation lagunaire découverte dans l’étang de Thau, près des rivages méditerranéens du midi de la Gaule, se caractérise en effet par une quille plate, un bordé assemblé par tenons et mortaises, des membrures fixées au bordé par des clous de fer, une emplanture ménagée dans une varangue et un revêtement interne de poix pour l’étanchéité de la coque (cf. Jézégou infra). Selon son contexte, la datation de l’épave semble devoir se situer aux premiers siècles de notre ère. À partir de ces caractéristiques, M.-P. Jézégou rattache cette épave à la tradition de construction méditerranéenne et la rapproche de l’épave du Cap del Vol qui possède également une quille plate. Pour autant, un tel rapprochement ne s’impose pas, car l’épave du Cap del Vol possède une structure à charpente axiale, avec carlingue-emplanture, de conception totalement différente, et un système d’assemblage des membrures par ligatures internes et chevilles qui la rattache à un groupe particulier et bien caractérisé (Pomey 2002 ; Wicha 2005). En revanche, l’épave possède des caractéristiques relevant à la fois de la tradition « gallo-romaine » de type maritime (planche-quille, clouage de fer de la membrure, varangue emplanture) et de la tradition méditerranéenne (bordé assemblé par tenons et mortaises, revêtement interne de poix). Dès lors, en considérant l’ensemble du système architectural, l’épave de la Conque-des-Salins me semble devoir s’inscrire dans une conception de tradition locale de type « gallo-romain » fortement marqué par des influences méditerranéennes au niveau de l’assemblage des bordés et de l’étanchéité. Compte tenu du contexte géographique, cela n’aurait rien d’étonnant. Mais, là encore, se pose la question de l’origine et de l’ancienneté de ces influences au sein d’une tradition régionale ancienne. Aussi, au groupe maritime défini par les épaves de Blackfriars (Londres) et de St Peter Port (Guernesey), que l’on pourrait qualifier de « Manche, Mer du Nord », et à celui de l’épave de Taillebourg dit « Atlantique », il conviendrait sans doute d’ajouter, comme dans le domaine fluvial, un groupe « Méditerranéen », illustré dans un contexte lagunaire par l’épave de la Conque-des-Salins.

20Pour terminer ce panorama des recherches récentes sur la question des pratiques régionales et des influences méditerranéennes sur la batellerie des eaux intérieures, le volume s’achève par la reprise de l’étude du chaland de Lipe en Slovénie (cf. Boetto, Rousse infra). L’épave, de découverte ancienne mais récemment datée de l’époque augustéenne, présente sur le plan de la conception structurale les caractéristiques des grandes barges gallo-romaines construites sur « sole » avec un bouchain monoxyle de transition. Mais les systèmes d’assemblage, faisant appel à des ligatures et des chevilles de pré-assemblage pour les virures du bordé et à des gournables pour les membrures, distingue fortement cette épave de celles des autres ensembles rencontrés jusqu’à présent. Cela conduit G. Boetto et C. Rousse à proposer d’y voir l’expression d’une tradition de construction propre à l’Europe sud-orientale qualifiée de « romano-illyrienne » qui serait distincte de la tradition « romano-padane » du Nord-Ouest de l’Adriatique. Le système d’assemblage par ligatures traduit dans ce nouvel ensemble la longue tradition des peuples illyriens, bien attestée par les textes et les épaves de l’Adriatique orientale, pour la pratique de ce type d’assemblage qui a perduré jusque sous l’Empire romain. À cela s’ajoutent les nouvelles épaves de chaland de Kušjak (Serbie), Sisak (Croatie) et de la Ljubljanica, encore peu connues ou inédites, qui pourraient constituer un nouveau sous-groupe régional caractérisé, notamment, par l’usage d’agrafes à la place des ligatures. Les rapports entre ces sous-groupes régionaux, appartenant au bassin hydrographique danubien, représentés par l’épave de Lipe et ces dernières épaves semblent correspondre à deux branches parallèles plutôt qu’à deux phases d’évolution compte tenu de la contemporanéité de l’épave de Lipe et de l’épave de la Ljubljanica.

21On le voit, le panorama de la construction navale « romano-celtique » ou « gallo-romaine » s’enrichit chaque jour de nouvelles découvertes qui conduisent à diversifier cet ensemble – défini par un même principe de construction et une même conception architecturale – en autant de pratiques régionales, caractérisées par des procédés de construction particuliers s’exprimant à travers des signatures de chantier bien individualisées, liées à la géographie des bassins hydrographiques, mais aussi des grands ensembles maritimes. À cet égard, on peut considérer que la mise en évidence du groupe régional « Rhône-Saône » aux fortes influences méditerranéennes, a été déterminante. En élargissant le débat au bassin fluvial du Rhône tourné vers la Gaule méridionale, la révélation de ce groupe a totalement modifié notre regard sur la construction navale « gallo-romaine » et rendu possible l’émergence de nouveaux groupes régionaux. Ainsi, pour l’ensemble continental et les eaux intérieures, aux groupes Rhénan et « Alpin » s’ajoute dorénavant le groupe Rhône-Saône, alors que l’ensemble maritime se diversifie en groupe « Manche, Mer du Nord », « Atlantique » et, sans doute aussi, « Méditerranéen ». Mais plus encore, les découvertes de barges fluviales en Slovénie, Croatie et Serbie, qui partagent avec la construction « romano-celtique » un même principe de construction, reposant sur une conception sur « sole », et des caractéristiques structurales communes comme l’usage de bouchain monoxyle de transition, conduisent à élargir encore le débat vers l’Europe sud orientale et les peuples illyriens et à définir une nouvelle tradition dite « romano-illyrienne », proche parente de la tradition « romano-celtique ».

22Il reste à souhaiter que de nouvelles découvertes viennent apporter des éléments de réponse aux nombreuses questions que soulève cette nouvelle vision de la construction navale d’Europe continentale qui ne cesse de se compliquer en se diversifiant. Et si l’époque gallo-romaine est particulièrement bien représentée, il reste encore à identifier clairement l’ancienne tradition celtique de construction pour laquelle on manque encore cruellement de données.

Bibliographie

Arnold 1992 : ARNOLD (B.) – Batellerie gallo-romaine sur le lac de Neuchâtel, tome 1-2, Saint-Blaise, Éditions du Ruau, 1992 (Archéologie neuchâteloise, 12-13).

Arnold 1998 : ARNOLD (B.) – Embarcations romano-celtiques et construction sur sole. In : Rieth (É.) dir., Concevoir et construire les navires. De la trière aux picoteaux, Ramonville Saint-Agne, Éditions Erès, 1998, p. 73-90 (Technologies, Idéologies, Pratiques, XIII, 1, Revue d’anthropologie des connaissances).

Basch 1972 : BASCH (L.) – Ancient Wrecks and the Archaeology of Ship. International Journal of Nautical Archaeology, 1, 1972, p. 1-58.

Becker, Rieth 1995 : BECKER (C.), RIETH (É.) – L’épave gallo-romaine de la place Tolozan à Lyon : un chaland à coque monoxyle-assemblée. In : Beal (J.-Cl.) dir., L’arbre et la forêt, le bois dans l’Antiquité, Paris, De Boccard, 1995, p. 77-91 (Collection de la bibliothèque Salomon Reinach, 7).

Boetto 2008 : BOETTO (G.) – L’épave de l’Antiquité tardive Fiumicino 1 : analyse de la structure et étude fonctionnelle. Archaeonautica, 15, 2008, p. 29-62.

Ellmers 1969 : ELLMERS (D.) – Keltischer Schiffbau. Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 16, 1969, p. 73-121.

Hocker 2004 : HOCKER (F. M.) – Bottom-based shipbuilding in Northwestern Europe. In : Hocker (F. M.), Ward (C. A.) eds., The Philosophy of Shipbuilding. Conceptual Approaches to the Study of Wooden Ships, College Station, Texas A & M University Press, 2004, p. 65-93.

Kahanov, Pomey 2004 : KAHANOV (Y.), POMEY (P.) – The Greek Sewn Shipbuilding Tradition and the Ma’agan Mikhael Ship: a comparison with Mediterranean parallels from the sixth to the fourth centuries BC. The Mariner’s Mirror, 90, 1, 2004, p. 6-28.

Marsden 1966 : MARSDEN (P.) – A Ship of the Roman Period from Blackfriars in the City of London, London, County Hall Museum, 1966.

Marsden 1976 : MARSDEN (P.) – A boat of the Roman period found at Bruges, Belgium, in 1899, and related types. International Journal of Nautical Archaeology, 5, 1976, p. 23-55.

Marsden 1994 : MARSDEN (P.) – Ships in the Port of London, vol. I, London, English Heritage, 1994.

McGrail 1995 : McGRAIL (S.) – Romano-Celtic Boats and Ships: Characteristic Features. International Journal of Nautical Archaeology, 24, 1995, p. 139-145.

Pomey 1988 : POMEY (P.) – Principes et méthodes de construction en architecture navale antique. In : Navires et commerces de la Méditerranée antique, Hommage à Jean Rougé, 1988, p. 397-412 (Cahiers d’Histoire, XXXIII, 3-4).

Pomey 1998 : POMEY (P.) – Conception et réalisation des navires de l’Antiquité méditerranéenne. In : RIETH (É.) dir., Concevoir et construire les navires. De la trière aux picoteaux, Ramonville Saint-Agne, Éditions Erès, 1998, p. 49-72 (Technologies, Idéologies, Pratiques, XIII, 1, Revue d’anthropologie des connaissances).

Pomey 2002 : POMEY (P.) – Une nouvelle tradition technique d’assemblage antique : l’assemblage de la membrure par ligatures et chevilles. In : H. Tzalas (ed.), Tropis VII, 7th International Symposium on Ship Construction in Antiquity, Proceedings, Pylos (1999), Athènes, Hellenic Institute for the Preservation of Nautical Tradition, Vol. II-A, 2002, p. 597-604.

Pomey 2004 : POMEY (P.) – Principles and methods of construction in ancient naval architecture. In : Hocker (F. M.), Ward (C. A.) eds., The Philosophy of Shipbuilding. Conceptual Approaches to the Study of Wooden Ships, College Station, Texas A & M University Press, 2004, p. 25-36.

Pomey, Rieth 2005 : POMEY (P.), RIETH (É.) – L’archéologie navale, Paris, Éditions Errance, 2005.

Rieth 1985 : RIETH (É.) – La question de la construction navale celtique. In : Actes du 107e Congrès National des Sociétés Savantes, Brest (1982), Paris, Éditions du CTHS, 1985, p. 129-138 (Études Archéologiques).

Rieth 1998 : RIETH (É.) – Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du Néolithique aux Temps modernes en France, Paris, Éditions Errance, 1998.

Rieth 1999 : RIETH (É.) – L’épave gallo-romaine de la place Tolozan à Lyon (France). In : Tzalas (H.) ed., Tropis V, 5th International Symposium on Ship Construction in Antiquity, Proceedings, Nauplia (1993), Athènes, Hellenic Institute for the Preservation of Nautical Tradition, 1999, p. 339-348.

Rieth 2006 : RIETH (É.) – Preliminary report on hull characteristics of the Gallo-Roman EP1-Taillebourg wreck (Charente-Maritime, France) : an archaeological evidence of regional practices of ancient flat bottom-based construction? In : Blue (L.), Englert (A.), Hocker (F. M.) eds., Connected by the Sea, Proceedings of the 10th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 10), Roskilde (2003), Oxford, Oxbow Books, 2006, p. 78-83.

Rule, Monaghan 1993 : RULE (M.), MONAGHAN (A.) – A Gallo-Roman Trading Vessel from Guernsey: The Excavation and Recovery of a Third-Century Wreck, Guernsey, Guernsey Museum & Galleries, 1993 (Guernsey Museum Monograph, 5).

Weerd 1988 : WEERD DE (M.) – A Landlubber’s View of Shipbuilding Procedures in the Celtic Barges of Zwammerdam, the Netherlands. In : Filgueiras (O. L.) ed., Local Boats. Proceedings of the 4th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 4), Porto, (1985), Oxford, Tempus Reparatum, 1988, p. 35-51 (British Archaeological Reports, International Series, 438, I).

Wicha 2005 : WICHA (S.) – Caractérisation d’un groupe d’épaves antiques de Méditerranée présentant un assemblage des membrures par ligatures végétales : Approche architecturale et paléobotanique, Thèse de Doctorat, Université de Provence (Aix-Marseille 1), Aix-en-Provence, 2005.

Notes

1 Pour les questions de définition et de terminologie, on se rapportera à Pomey, Rieth 2005.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search