Version classiqueVersion mobile

Batellerie gallo-romaine

 | 
Giulia Boetto
, 
Patrice Pomey
, 
André Tchernia

Avant-propos

Giulia Boetto, Patrice Pomey et André Tchernia

Texte intégral

1Les récentes découvertes d’épaves de barges fluviales gallo-romaines à Lyon au Parc Saint-Georges, en 2003, et à Arles à partir de 2002, ont non seulement attiré l’attention sur la batellerie fluviale gallo-romaine mais aussi porté au premier plan des recherches le bassin rhodanien et le midi de la Gaule jusque-là peu présent ou même totalement absent du débat. Aussi, nous était-il apparu intéressant d’organiser dans le cadre des Séminaires de recherche en archéologie maritime méditerranéenne du Centre Camille Jullian, une rencontre sur le thème de la batellerie gallo-romaine à la lumière de ces découvertes récentes. D’autant plus que leurs particularités renouvelaient fondamentalement le sujet en posant la question de l’existence de traditions régionales et en mettant en lumière le problème des influences maritimes méditerranéennes. Le caractère régional de ces épaves et leur rapport avec le monde méditerranéen, l’implication du Centre Camille Jullian dans la fouille de l’épave Arles-Rhône 3 justifiaient pleinement une telle rencontre autour du thème : Bateaux de navigation intérieure de tradition gallo-romaine : pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes.

2La première idée était de mettre au premier plan les études sur la batellerie fluviale et lacustre antique qui, du moins en France, étaient restées jusqu’à une date récente en retrait par rapport aux études d’archéologie navale maritime largement dominantes. Ainsi, pendant longtemps les seules références sur cette batellerie des eaux intérieures étaient limitées à l’ouvrage de Bonnard, La navigation intérieure de la Gaule à l’époque gallo-romaine, de 1913 et aux chapitres que lui avaient consacrés Camille Jullian dans son Histoire de la Gaule (1920) et Robert Grenier dans son Manuel d’archéologie gallo-romaine (1934). Il a fallu attendre les années 1990 et les ouvrages de François de Izarra, Hommes et fleuves en Gaule romaine (1993), et celui d’Éric Rieth, Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du néolithique aux Temps Modernes en France (1998), pour bénéficier de nouvelles synthèses sur le sujet et pour que les études sur la batellerie soient abordées sous l’angle d’un champ de recherche archéologique à part entière.

3Les raisons de ce retard sont multiples et tout d’abord idéologiques. Ainsi la batellerie des eaux intérieures est facilement considérée comme un genre mineur par rapport aux bateaux de mer ; son architecture apparaît élémentaire et non savante contrairement à celle du navire ; de plus, elle est peu évolutive dans le temps et est jugée de ce fait peu évoluée ; enfin l’histoire de la batellerie est considérée comme secondaire et anecdotique par rapport à l’histoire maritime. D’autres raisons sont à chercher dans les sources documentaires. Les sources écrites et iconographiques sont peu abondantes et lorsqu’elles existent, elles sont succinctes et peu explicites car la transmission des savoirs dans le monde de la batellerie relève essentiellement de la tradition orale. De plus, les sources archéologiques sont moins abondantes en raison de l’enlèvement des épaves qui, plus que dans le domaine maritime, constituent un obstacle à la navigation en raison de l’espace d’évolution limité, et de la pratique du « déchirage » qui consiste à démonter le bateau à son arrivée afin de récupérer le bois pour d’autres usages. Enfin, l’archéologie de la batellerie a souffert du développement plus faible de l’archéologie subaquatique fluviale. Les études fondamentales de François Beaudouin (1985) sur la batellerie des eaux intérieures, les travaux de pionnier de Louis Bonnamour (1981) sur l’archéologie de la Saône et de Jean Chapelot et Éric Rieth sur la Charente (1995) ont néanmoins préparé le terrain à l’émergence de la discipline en France et en ont montré tout l’intérêt et la spécificité. Tout comme l’archéologie navale maritime, les études sur la batellerie ont, en outre, profondément bénéficié du renouveau des recherches archéologiques occasionné, au cours de ces dernières années, par le développement de l’archéologie préventive (Pomey 2009). En apportant enfin les données archéologiques qui lui ont longtemps fait défaut, elle en a permis l’expansion. C’est précisément dans ce cadre qu’ont eu lieu la découverte, la fouille et l’étude des épaves du Parc Saint-Georges à Lyon (cf. infra).

4La seconde idée, compte tenu de l’originalité des découvertes de Lyon et d’Arles – auxquelles il convient d’ajouter celles de la Saône de peu antérieures – étaient de mettre l’accent sur la mise en évidence, au sein de la batellerie fluviale et lacustre gallo-romaine, de l’existence d’un groupe régional caractérisé par des influences techniques méditerranéennes. La révélation de ce nouveau groupe régional entraînant un profond renouvellement de la vision de la batellerie gallo-romaine, il devenait alors intéressant de confronter les auteurs de ces recherches récentes intéressant le bassin fluvial Rhône-Saône et le midi de la Gaule à ceux de l’Europe du Nord qui avait jusqu’à présent monopolisé le débat autour de la question de la construction navale gallo-romaine à partir de données provenant de l’arc rhénan et du lac de Neuchâtel.

5Les contacts préliminaires avec les auteurs pressentis ayant été d’emblée très positifs et ayant surtout montré qu’une telle confrontation répondait à une réelle attente, il fut décidé de donner au séminaire une ampleur inhabituelle et la configuration d’une table ronde internationale comportant une douzaine d’interventions réparties sur un jour et demi.

6À l’issue des travaux et devant le succès de la réunion, le projet d’une publication fut accueilli favorablement par tous les intervenants. Mais, les discussions qui suivirent les diverses interventions montrèrent la nécessité d’élargir le sujet à des études complémentaires et à la réinterprétation de certaines épaves. Ces ainsi que l’étude des tissus des épaves du Parc Saint-Georges à Lyon et l’étude dendrologique de l’épave Arles-Rhône 3, sont venues enrichir les dossiers consacrés à ces découvertes situées au cœur de la thématique. Par ailleurs, d’autres épaves dont les caractéristiques nous semblaient pouvoir s’inscrire dans le cadre de la problématique définie autour des notions de pratiques régionales et d’influences maritimes méditerranéennes ont naturellement trouvé place dans le nouveau projet. Il s’agit de l’épave lagunaire de la Conque des Salins, encore peu connue, et de l’épave du chaland de Lipe (Ljubljana, Slovénie), de découverte déjà ancienne, mais qui méritait d’être réexaminé à la lumière du nouvel éclairage porté sur la batellerie et la construction navale gallo-romaine. Le résultat en est cet ouvrage à la thématique élargie et publié sous le nouveau titre : Batellerie gallo-romaine. Pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes.

7Si le succès de la rencontre et de cette publication doit avant tout être porté au crédit des intervenants et des auteurs, l’ensemble n’aurait pu voir le jour sans les concours financiers de l’Université de Provence, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la sous-direction de l’archéologie du Ministère de la Culture et de la Communication. Sans compter l’appui de la direction du Centre Camille Jullian pour l’organisation de la table ronde et pour la publication de l’ouvrage qui a été accueilli dans la nouvelle collection du Centre intitulée Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine. Qu’ils en soient tous chaleureusement remerciés.

Bibliographie

Beaudouin 1985 : Beaudouin (F.) – Bateaux des fleuves de France, Douarnenez, Éditions de l’Estran, 1985.

Bonnamour 1981 : Bonnamour (L.) – La Saône, une rivière, des hommes, Le Puy, Éditions Bonneton, 1981.

Bonnard 1913 : Bonnard (L.) – La navigation intérieure de la Gaule à l’époque gallo-romaine, Paris, Picard, 1913.

Chapelot et Rieth 1995 : Chapelot (J.), Rieth (É.) – Navigation et milieu fluvial au XIe s. : l’épave d’Orlac (Charente-Maritime), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995 (Documents d’archéologie française, 48).

Grenier 1934 : Grenier (R.) – Manuel d’archéologie gallo-romaine, 2e partie, Paris, Picard, 1934.

de Izarra 1993 : Izarra de (F.) – Hommes et fleuves en Gaule romaine, Paris, Éditions Errance, 1993.

Jullian 1920 : Jullian (C.) – Histoire de la Gaule, t. V, Paris, Hachette, 1920.

Pomey 2009 : Pomey (P.) – A new approach to Mediterranean nautical archaeology. Harbour, river and river-sea boats. In : Bockius (R.) ed., Between the Seas. Transfer and Exchange in Nautical Technology, Proceedings of the 11th International Symposium on Boat and Ship Archaeology (ISBSA 11), Mainz (2006), Mainz, Verlag des Römisch-Germanishen Zentralmuseums, 2009, p. 267-276. (RGMZ-Tagungen, Band 3).

Rieth 1998 : Rieth (É.) – Des bateaux et des fleuves. Archéologie de la batellerie du Néolithique aux Temps modernes en France, Paris, Éditions Errance, 1998.

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search