Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Avant-Propos

Marc Bouiron

Texte intégral

1Comment publier et rendre accessible à la communauté scientifique l’abondance de documentation que génèrent les grandes opérations d’archéologie préventive en milieu urbain ? Tout directeur de fouille ayant eu à conduire ce type de chantier a été confronté à la recherche d’une solution intégrant la soif d’absolu (publier exhaustivement) et le principe de réalité (comment financer ce travail), plus ou moins éloigné de cet idéal.

2Cet ouvrage est une tentative de réponse, au cœur d’un des champs d’étude urbaine peut-être parmi les plus passionnants de France, celui de la ville fondée par les Grecs d’Asie Mineure, Marseille, fille de Phocée et sœur de Vélia ou de Lampsaque. Il trouve son origine dans la mise en œuvre dans cette ville des dernières grandes opérations archéologiques du XXe s. que furent les fouilles de l’Alcazar, du Tunnel de la Major et de la place Villeneuve-Bargemon. La particularité de notre projet est de tenter d’aller au-delà d’une simple monographie de site, afin de montrer toutes les facettes de l’évolution d’une ville révélée par l’archéologie.

3Portés par une volonté commune de tous les archéologues ayant participé à ces grandes fouilles, dont beaucoup continuent d’ailleurs à dégager le passé de Marseille, nous avons considéré que publier une seule fouille était réducteur, au vu de l’enrichissement rapide de la réflexion sur l’ensemble de l’espace urbain. Ainsi, parti d’un projet de publication centré sur la seule fouille de l’Alcazar, nous avons décidé de l’étendre en incluant d’autres sites fouillés, mettant en œuvre trois volumes distincts. Si le premier à paraître est cet ouvrage, dans l’ordre idéal plutôt le dernier de la collection, c’est qu’il nous semblait plus facile à réaliser compte tenu de la dynamique de la recherche sur les périodes médiévale et moderne à Marseille. En témoigne d’ailleurs la publication récente d’un bel ouvrage collectif coordonné par Thierry Pécout sur Marseille médiévale. Les deux autres volumes, déjà en cours de rédaction, auront pour thème les périodes antique et antique tardive pour l’un et l’étude du mobilier archéologique pour l’autre. Il restera à étudier, dans un volume distinct mais néanmoins lié aux trois précédents, l’ensemble du groupe épiscopal des origines à nos jours, sous une forme éditoriale qui reste encore à définir. Pour ce volume, nous avons pris le parti de ne pas rentrer dans le détail technique classique de l’archéologue : le lecteur ne trouvera pas ici de numéro d’unité stratigraphique ou de numérotation de mur. Nous n’avons pas souhaité simplement publier des rapports de fouille (consultables par ailleurs, comme par exemple sur l’Intranet de l’Inrap pour le rapport de l’Alcazar) ; seul le volume sur le mobilier pourra aller au plus près de la stratigraphie.

4Un Projet Collectif de Recherche (PCR) a été constitué afin de réaliser ces études et fédérer la réflexion de tous les archéologues ayant travaillé sur Marseille. Avec mes codirecteurs de volume, Françoise Paone, Bernard Sillano, Nadine Scherrer et Colette Castrucci, nous voulons remercier tout d’abord les acteurs anonymes au nom desquels nous écrivons, usant de la truelle comme de la pelle mécanique, sous les canicules d’été ou le mistral glacial. Nous remercions également tous les partenaires ayant soutenu ce projet : le Service régional de l’Archéologie (DRAC-PACA) sous l’égide de Xavier Delestre, Conservateur régional, et tout particulièrement le conservateur en charge de Marseille Bruno Bizot qui n’ont eu de cesse d’aider à son aboutissement ; l’Inrap, héritier direct de l’Afan ayant réalisé les fouilles marseillaises, en la personne de son directeur interrégional François Souq et de ses présidents successifs Jean-Paul Demoule et Jean-Paul Jacob, tous convaincus de l’intérêt de notre démarche et ayant permis au personnel de leur Institut de travailler par le biais des projets d’actions scientifiques ; enfin les membres du Centre Camille Jullian, Dominique Garcia son directeur, Henri Tréziny et Michel Bats, qui accueillent cet ouvrage dans les Études Massaliètes, au sein de leur nouvelle Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access