Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Préface

Xavier Delestre

Texte intégral

1Depuis l’après seconde guerre mondiale, les responsables politiques et économiques lancent, pour façonner le Marseille contemporain, des chantiers d’envergure qui ne peuvent éviter une confrontation avec le passé. Parmi une longue liste, je citerai pour les exemples les plus récents, le creusement du tunnel de la Major, la construction de la bibliothèque municipale à vocation régionale de l’Alcazar ou bien encore la transformation de l’ancien Hôtel Dieu en logements et en hôtel de tourisme avec parking souterrain.Aux côtés de ces grands chantiers coexistent de nombreux autres projets publics et privés. Ces derniers contribuent de manière plus « chirurgicale » à la transformation de la ville en restructurant des espaces plus réduits à l’intérieur d’îlots. Ces travaux amènent également leur lot de découvertes, certaines exceptionnelles, la basilique funéraire de la rue Malaval en est l’un des exemples. Ces réalisations concernent parfois aussi des lieux très symboliques comme le bâtiment de l’ancien Jeu de paume rue Thubaneau.C’est dans ce contexte que l’archéologie marseillaise, ici comme dans bien d’autres villes françaises, s’est forgée sa place.

2Au sortir des années cinquante, cette activité de terrain conduite sous l’impulsion de Fernand Benoit apporte les premières informations archéologiques sur la ville de l’Antiquité. Réalisée dans des délais très courts avec de faibles moyens, un personnel peu ou pas formé, elle ne livre que des données ponctuelles. Petit à petit, les contours de l’archéologie évoluent avec l’apparition de la notion de « fouilles de sauvetage ». Celles-ci ont été imposées par l’État (ministère de la Culture) et leurs exécutions confiées aux archéologues de l’Atelier du patrimoine de la ville de Marseille et aux personnels de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN) créée au niveau national pour contribuer à la sauvegarde d’un patrimoine de plus en plus menacé par l’urbanisme. À partir de 2001, grâce à l’adoption de la loi relative à l’archéologie préventive et à la création d’un établissement public (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, INRAP) puis l’agrément du service archéologique municipal, une nouvelle étape est franchie. Il est à présent possible de considérer comme effective la mise en place d’une véritable politique de protection et d’étude du patrimoine archéologique marseillais. Cet objectif est une priorité lorsque l’on sait sa place historique prééminente et celle qu’elle a dans l’histoire de l’archéologie nationale depuis le « scandale » du Centre Bourse dans les années soixante-dix, point de départ de ce que l’on nomme depuis « l’archéologie urbaine ».

  • 1 Collectif, 2006 – Marseille, 27 000 ans d’histoire, Archéologia, n° 435, p. 18-75.

3Aujourd’hui du point de vue scientifique, on ne peut qu’être satisfait du progrès spectaculaire des connaissances 1 en particulier sur la topographie urbaine. Il est indiscutable que ces acquis sont dus à l’action de l’Etat (ministère de la Culture – direction régionale des affaires culturelles / service régional de l’archéologie) et à l’attention portée au dossier marseillais par les directeurs des antiquités puis les conservateurs régionaux de l’archéologie successifs et leurs collaborateurs, tout particulièrement Bruno Bizot, conservateur en chef du patrimoine. Depuis 1994, ce travail est conforté par l’expertise des membres de la commission interrégionale de la recherche archéologique Sud-Est. Elle est aussi le résultat d’une implication forte et permanente des chercheurs de l’université de Provence et des laboratoires du CNRS (Centre Camille Jullian et Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne). Cet investissement intellectuel s’exprime sur le terrain aux côtés des fouilles, dans des projets collectifs de recherche, par exemple sur le thème « de la pierre de construction à Marseille des origines à l’époque moderne » (direction H. Tréziny). Toutes ces actions ont permis de poser les problématiques générales, d’en discuter les limites et d’expertiser régulièrement les apports des fouilles, parfois même dès le moment de l’invention des vestiges par l’intermédiaire des comités scientifiques de suivi installés par le service régional de l’archéologie en accompagnement des plus grandes opérations urbaines. C’est sans nul doute ce fonctionnement collégial qui a donné du sens et sa valeur scientifique à cet enchaînement presque ininterrompu de fouilles depuis plusieurs décennies. Il me semble important de souligner cette pratique qui, avec quelques autres villes (Aix-en-Provence, Fréjus), donne aujourd’hui en Provence une place privilégiée à l’archéologie du « fait urbain ».

4En revanche, le bilan reste ici plus mitigé en matière de conservation patrimoniale. Ne perdons pas de vue que cette activité soutenue d’archéologie de sauvetage puis préventive implique dans le même temps la disparition définitive d’une grande partie des « archives du sol » au point que pour certains archéologues cette idée que Marseille est « une ville antique sans antiquités » reste tristement d’actualité. Mais, nous savons tous par expérience que le pari de construire la ville du présent et celle du futur dans le respect total de sa richesse patrimoniale est une utopie. Il nous reste à faire en sorte que cet héritage puisse être capitalisé de la manière la plus méticuleuse possible pour alimenter le dossier historique. A cet égard, il ne me parait pas inutile de rappeler qu’entre 1995 et 2005, près de 10 000 m² ont été expertisés par les équipes archéologiques sur des profondeurs qui peuvent atteindre plus de huit mètres. Ce bilan est considérable et il est certain que sans cette dynamique interinstitutionnelle, fédérée par l’État, l’archéologie marseillaise en serait restée au stade de l’archéologie « en ville », c’est-à-dire, à un archivage de données réalisé de manière plus ou moins exhaustive sur des lieux du territoire communal imposés aux archéologues par les aménageurs.

  • 2 Bizot (B.), Delestre (X.), Guyon (J.), Moliner (M.), Tréziny (H.), 2007 – Marseille antique, guid (...)

5Cette perspective scientifique donnée par une action maîtrisée du terrain, soutenue par une approche collective, a été constamment discutée lors de colloques (par exemple, « Marseille, Trames et paysages urbains » en 2001). Les résultats sont livrés dans de nombreuses publications dont le volume de la carte archéologique de la Gaule paru en 2005 offre un copieux panorama pour les périodes grecques et romaines. Elle est également visible pour le public grâce à la tenue d’expositions organisées par les Musées de Marseille (par exemple « Parcours de ville » en 1999), de journées portes ouvertes sur les chantiers de fouilles, de cycles de conférences et des publications de synthèse 2. Cette médiatisation des résultats de la recherche contribue sans nul doute progressivement à modifier le regard des aménageurs face à la contrainte archéologique.

  • 3 Signoli (M.), Chevé (D.), Adalian (P.), Boëtsch (G.), Dutour (O.), 2007 – Peste : entre épidémies (...)
  • 4 Fixot (M.), Pelletier (J.-P.), 2009 – Saint-Victor de Marseille, Etude archéologique et monumenta (...)

6L’archéologie urbaine, malgré la volonté et l’ambition des chercheurs, des institutions, la qualité des axes de recherches présentés et les priorités souhaitées, reste tributaire du contexte économique. C’est en effet ce dernier qui s’impose en permanence et biaise l’ordre d’acquisition des données archéologiques mais aussi, permet parfois l’ouverture de passionnantes études avec des apports conséquents à l’histoire, par exemple pour la thématique de la peste 3. A cette contrainte territoriale s’ajoute que pendant très longtemps l’archéologie s’est intéressée de manière privilégiée à l’Antiquité laissant hors de son champ d’expertise les niveaux archéologiques postérieurs et les vestiges en élévation à l’exception de quelques monuments insignes comme l’abbaye Saint-Victor dont Michel Fixot et
Jean-Pierre Pelletier 4 ont publié récemment une excellente synthèse des recherches conduites sous la responsabilité de Gabrielle Démians d’Archimbaud.

7En abordant les époques médiévale et moderne dans une ville comme Marseille on pourrait penser que le dossier historique est abondant, bien documenté et que l’archéologie n’a à apporter, ici ou là, que quelques précisions. La réalité est toute autre et les travaux de ces deux dernières décennies en font la parfaite démonstration.

  • 5 Delestre (X.), Archéologie de Marseille médiévale, des données inédites pour une histoire urbaine (...)

8La consolidation du dossier archéologique est relativement récente puisque les premières données archéologiques d’importance 5 datent des années 1980/1990. Elles sont enrichies dans les années suivantes par les fouilles des ateliers de potiers de l’îlot Sainte-Barbe (1991), de la place du général de Gaulle en 1992/1993 puis Jules Verne en 1995/1996 qui ont permis de reconstituer les grands traits de l’évolution d’un quartier intra muros, riverain du port, depuis sa création dans le courant du XIIe s. La reconquête de nouveaux espaces, en périphérie du noyau urbain primitif et l’évolution du regard que les archéologues portent sur leur propre discipline ont fait que les occasions d’entrevoir Marseille médiévale et moderne se sont multipliées depuis une dizaine d’années en particulier et principalement dans les zones nord et est de la ville. Pour l’heure, le bilan que présente cette publication collective, ne peut encore trouver appui que sur une douzaine de fouilles significatives (places du Général-de-Gaulle et des Pistoles, Vieille Charité, Rue de la République-surverse du Vieux Port, Fort Saint-Jean…). Il n’en demeure pas moins essentiel de souligner que ce viatique consolide les premiers éléments archéologiques utiles pour servir d’assises à l’écriture de plusieurs siècles d’une histoire urbaine sur laquelle les sources d’archives restent souvent désespérément muettes. N’oublions pas par exemple que pour la thématique de la topographie urbaine, le premier plan connu de la ville conservé dans les archives remonte seulement au XVIe s.

9Sans chercher ici à passer en revue de manière détaillée tous les apports de l’archéologie contemporaine à la connaissance de la vie quotidienne et de la topographie de Marseille médiévale et moderne, je mentionnerai par exemple, la mise au jour lors des fouilles de la place Général-de-Gaulle des salines de Marseille attestées en 558 et connues simplement par l’intermédiaire d’une copie du Xe s. d’un acte du cartulaire de Notre-Dame de Paris, la localisation certaine de l’hôpital du Saint-Sépulcre, des données sur la morphologie et la densité de l’habitat intra muros dès le XIIe s. (fouilles du site de la Major) ou sur le paysage et son évolution (fouilles de l’Alcazar).

10Ce volume, le premier d’une série, a été préparé dans le cadre d’un projet collectif de recherche. Il fait suite à une publication parue en 2001 (M. Bouiron, dir., Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine. V e s. av. J.-C. – XVIIIe s.) et contribue à enrichir de manière très significative l’histoire urbaine de ce très grand port méditerranéen encore largement méconnue.

11Que ses auteurs soient chaleureusement félicités et remerciés pour cette somme de connaissances et en premier lieu Marc Bouiron qui a été le fer de lance du projet et a su avec compétence associer tous les chercheurs et responsables de ces opérations de fouilles successives. À n’en pas douter ce savoir archéologique, par ses implications historiques, donne un éclairage nouveau et trouvera le moment venu toute sa place dans une nouvelle « Histoire de la France urbaine ».

Notes

1 Collectif, 2006 – Marseille, 27 000 ans d’histoire, Archéologia, n° 435, p. 18-75.

2 Bizot (B.), Delestre (X.), Guyon (J.), Moliner (M.), Tréziny (H.), 2007 – Marseille antique, guides archéologiques de la France, Paris.

3 Signoli (M.), Chevé (D.), Adalian (P.), Boëtsch (G.), Dutour (O.), 2007 – Peste : entre épidémies et sociétés, Firenze university Press.

4 Fixot (M.), Pelletier (J.-P.), 2009 – Saint-Victor de Marseille, Etude archéologique et monumentale, bibliothèque de l’Antiquité tardive, Paris, 2 volumes.

5 Delestre (X.), Archéologie de Marseille médiévale, des données inédites pour une histoire urbaine, La Revue culturelle de la Ville de Marseille, n° 225, juin 2009, p. 9-11.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access