Éditorial

Michel Bats et Henri Tréziny

1La collection Etudes massaliètes a été créée en 1986 dans le cadre des Travaux du Centre Camille Jullian, sous la direction de Jean-Paul Morel, alors directeur du Centre Camille Jullian. Les 9 titres publiés à ce jour ont rassemblé les actes de plusieurs colloques consacrés à Marseille : Le territoire de Marseille grecque (EtMassa 1, 1986), Les amphores de Marseille grecque (EtMassa 2, 1990), Marseille grecque et la Gaule (EtMassa 3, 1992), Les cultes des cités phocéennes (EtMassa 6, 2000), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René (EtMassa 7, 2001) ; un volume collectif de Mélanges : Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels (EtMassa 4, 1995) ; des publications de fouilles et de matériel archéologique : Fouilles à Marseille. Les mobiliers (EtMassa 5, 1998),
La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (EtMassa 8, 2003), Olbia de Provence à l’époque romaine (EtMassa 9, 2007).

2Vingt-cinq ans après, ce dixième fascicule paraît aujourd’hui dans la « Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine », dont il constitue le volume 7. Consacré aux fouilles de Marseille, il s’inscrit dans la lignée des ouvrages précédents, mais constitue aussi le premier volume d’une série de publications des fouilles récentes de l’INRAP. Il s’agit de grandes opérations urbaines, par essence diachroniques, couvrant la période qui va de la naissance de la ville grecque à la période moderne. Le plan choisi par les éditeurs scientifiques est chronologique, mais il nous a semblé dommageable de publier dans des collections différentes des travaux fondamentalement unitaires. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans les Etudes massaliètes un volume sur la ville médiévale et moderne, périodes qui ne font pas partie des préoccupations habituelles du Centre Camille Jullian. D’autres volumes suivront, consacrés aux mobiliers médiévaux et modernes, au groupe cathédral, mais aussi bien sûr à la ville grecque et romaine.

3Cette ouverture chronologique des publications était nécessaire. Elle n’est d’ailleurs pas tout à fait nouvelle, puisque le volume 7 (Trames et paysages urbains) traitait de la topographie urbaine sur la longue durée, de la fondation de la ville à la fin du Moyen-Age.

4Mais c’est aussi, et c’est peut-être le plus important, une ouverture institutionnelle à tous les acteurs de la recherche sur Marseille. Etudes massaliètes a toujours été une aventure commune entre chercheurs de l’Université et du CNRS, de la Culture (Service régional de l’Archéologie) et de la Ville de Marseille (Atelier du Patrimoine). Elle s’ouvre aujourd’hui à l’INRAP, qui est devenu en quelques années le principal acteur de l’archéologie urbaine à Marseille.

5En fondant les Etudes massaliètes il y a un quart de siècle, nous souhaitions créer pour la communauté archéologique marseillaise une collection de référence, qui regrouperait (et susciterait ?) les principales publications sur Marseille. Avec la parution de ce dixième volume, il nous semble que le pari aura été en grande partie tenu.

Auteurs

Michel Bats

Henri Tréziny