Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Deuxième Partie. Présentation de quelques quartiers à la lumière des fouilles archéologiques

Chapitre 3. Le faubourg et la Ville Nouvelle : du bourg de Morier au quartier de Roubaud

Philippe Rigaud, Marc Bouiron, Colette Castrucci, Emilie Leal, Nadine Scherrer, Françoise Paone et Bernard Sillano

Texte intégral

Si l’étude de l’occupation bâtie intra muros est particulièrement riche d’enseignement, les fouilles conduites dans un des faubourgs de la ville, sur le site de l’actuelle Bibliothèque Municipale de l’Alcazar, ont révélé une occupation régulière des abords de la ville. Cet espace de pulsation urbaine est particulièrement révélateur des modes d’habitation pour les époques médiévale et moderne.

1. Présentation du bourg à la lumière des archives

Une étude d’archives complète a été menée sur les possessions et les constructions situées sur le site de l’Alcazar et ses abords. Si les données sont nombreuses pour le Moyen Âge, on notera l’éclairage particulier que nous livrent les documents d’archives pour le moment de l’Agrandissement voulu par Louis XIV.

1.1. Le bourg de Morier au Moyen Âge (Ph. Rigaud, M. Bouiron)

  • 675 Sur l’évolution de l’enceinte, on renverra à Bouiron 2001c et à Bouiron 2009c, p. 49 sq.
  • 676 Des indications tardives (1405 et 1406) précisent l’emplacement du quartier de Morier par rapport (...)

Situé en périphérie immédiate de la ville, le quartier exploré dans la documentation d’archive, comprenant la zone de fouille de l’Alcazar, est placé à proximité et à l’extérieur des remparts de la troisième enceinte médiévale (celle du milieu du XIIIe s.) et des portes correspondantes ouvrant vers l’est 675. Il se place selon des axes de sortie et de pénétration de la ville à partir de deux principales portes, celles du Marché et celle de Saint-Martin. Le segment d’enceinte compris entre ces deux portes, avec le fossé correspondant 676, constitue donc la limite occidentale de notre étude (fig. 221).

Fig. 221. Fond de plan des îlots autour de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/Ville de Nice)

Fig. 221. Fond de plan des îlots autour de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/Ville de Nice)

Les confronts les plus sûrs se positionnent en fonction des axes est-ouest de fait, l’extension du quartier est difficilement discernable vers l’est, au nord et au sud. L'étude a permis de préciser les limites de quartier avec certains chemins nord-sud ou des rues issues des portes de l’enceinte urbaine.

1.1.1. Les faubourgs est de Marseille

La question des diverses appellations de ces quartiers périphériques se pose d’emblée. Il semble que la dénomination du bourg de Morier soit la plus ancienne. Elle est suivie ensuite de bourg de Roubaud, après l’établissement des Béguines dans la zone concernée. Durant la même période, on trouve le bourg Sainte-Claire au nord, du nom du couvent des Clarisses, et le bourg Saint-Louis (du nom du couvent des Frères mineurs détenteurs des reliques de Saint-Louis de Toulouse) au sud de la zone étudiée. Les diverses appellations successives ou concomitantes de ces divers quartiers ont parfois « fusionné » du fait de leur proximité.

Le bourg de Morier

  • 677 GCNN, Marseille, n° 164, 82. Traduit par T. Pécout (2009, p. 172). Sur ces vallées, voir Bouiron (...)
  • 678 GCNN, Marseille, n° 163, 80 ; Poly 1976, p. 222 n. 71. Voir Mazel 2009, p. 151 sq. (texte et trad (...)
  • 679 AD13 6 G 438, fol. 29.
  • 680 AD13 6 G 16 n° 88.

Un diplôme de l’empereur Frédéric Ier en 1164, donnant les limites de la ville épiscopale, ses droits et possessions hors de l’enceinte, énumère deux « vallées » du territoire marseillais déterminant deux quartiers ruraux : la vallée Saint-Bauzille et la vallée de Morier 677. Il apparaît cependant que ces deux possessions voisines appartenaient auparavant aux vicomtes de Marseille. Qualifié d’honneur, le val de Morier provient de l’archevêque d’Arles Aicard, mort vers 1113 et membre de la famille vicomtale 678. En 1230, dans un recueil de document établissant des cens payées par divers propriétaires (probablement des emphytéotes) auprès du chapitre cathédral de la Major, un verger (viridarium de Moreriis) est taxé de 60 sous payables à la Saint-Michel (29 septembre) sans que soit donné le nom du possesseur. D’autres terres (jardins, vignes) sises à Saint-Bauzille sont également taxées 679. La valeur du cens du jardin de Morier est peut-être l’indication d’une surface relativement importante par comparaison avec celle pratiquée dans la zone voisine de Saint-Bauzille (de 5 s. pour un petit jardin, ortus minus, à 30 s. pour une vigne de 2 carterées). En 1255 un chanoine de la Prévôté, Guillaume Ricavi, achète à Gentiane Abelia une terre dans le quartier de Morier en confront avec l’honor de la Prévôté, une voie publique, une autre voie, l’eau du Jarret, une vigne et au dessus une troisième voie publique 680.

  • 681 AD13 B 812, fol. 24. En raison de la mention concomitante des isllas de Sçant Laurentz et du Mori (...)

Il faut attendre 1265 pour découvrir parmi les cens payés auprès du comte de Provence une mention du bourg de Morier. Cette appellation est importante puisque pour la première fois est attestée la présence de maisons, ce qui détermine l’existence d’un faubourg sis hors les murs. Ce borguet est formé de plusieurs maisons mais sans que l’on en connaisse le nombre total. Dans cette brève liste, quatre propriétaires possèdent au moins une maison : un certain Pierre Gautier et une femme, Bertomieuna, en détiennent chacun une ; les deux autres possédants en ont plusieurs (Bertrand de l’Aumône et Bernard de Pise) 681.

  • 682 E. Duprat (Duprat, Rambert 1935, p. 85) précise que « la tour de Bertrand de Trets [vicomte de Ma (...)
  • 683 AD13 64 H 1, n° 7.
  • 684 ACM BB 16, fol. 91r° v.

En 1297, une transaction entre les dames de Roubaud et un prêtre (cappellarius) nommé Jacques Bonacros fait état de constructions (edifficio) établies illégalement et empiétant sur le béal du Jarret, depuis une tour ayant appartenu à Bertrand de Trets (Bertrandi Terici) jusqu’à un abreuvoir rond (abeuratorium rotundum) et à la maison de J. Bonacros 682. Ces terres sont sous la juridiction des dames de Roubaud 683. La question de ces constructions se reposera lors du conseil de ville du 25 octobre 1329 : ce même Jacques Bonacros déclare que l’on avait à nouveau construit des maisons (« domos aliquas de novo facere ») et qu’il fallait que le conseil examine la situation qui pourrait être en contradiction avec les Statuts de la ville 684. Nous voyons ainsi se densifier les faubourgs.

  • 685 Voir le texte dans Paone 2009, p. 89.

En 1298, le bourg de Morier est une réalité tangible avec la présence de plusieurs maisons placées vraisemblablement le long d’une rue (carreria de Morerio). Ces maisons sont en confronts les unes par rapport aux autres ; on compte dix habitations (domibus), un casal et un four, pour lesquels les propriétaires paient le cens au comte 685.

  • 686 AD13 6 G 18 et ACM 1 ii 45, fol. 12.

Le testament de Jacques Martin, établi en 1302 avec codicile en 1304, montre que celui-ci possédait des maisons dans le quartier (« in suburbio Morerii »). Certaines habitations situées devant la maison des dames de Roubaud (« ante domum honestarum dominarum dictarum de Robaudo »), étaient placées sous la directe du Chapitre de la Major. De nombreuses autres (18) à proximité, dans une rue devant la porte de la nouvelle église des Frères mineurs (ou la nouvelle porte de l’église) 686.

  • 687 Albanès (Albanès 1879, LXV) fait remarquer ce changement de noms : « …au XIV e s. on employa plut (...)

Assez curieusement, l’appellation bourg de Morier tend à s’amenuiser dès le début du XIV e s. sans toutefois disparaître, au profit d’appellations plus spécialisées selon la proximité des possessions de tel ou tel établissement religieux 687.

Le bourg de Roubaud

  • 688 Ruffi (Ruffi 1696, II, p. 109) donne la date de 1272, suivi en cela par les historiens anciens de (...)

Il est vraisemblable de penser que l’installation d’un établissement de béguines de Roubaud à Marseille, au milieu du XIIIe s. (la date n’est pas précise), a été rendu possible par l’existence préalable des prémices d’un faubourg, en l’occurrence le bourg de Morier 688.

  • 689 AD13 6 G 54, n° 359 et 6 G 56, n° 370.
  • 690 AD13 355 E 75, fol. 95 : « …borgus Massilie monasterium de Robaudo… ».
  • 691 1602 : « …lieu dict le bourc Saint-Loys ou des Robaudz… », AD13 4 HD B 30, fol. 248, 249v.

Comme l’a fait remarquer J.-H. Albanès, l’appellation de bourg de Roubaud ne prend le dessus qu’assez tardivement et, paradoxalement, alors que l’établissement hors les murs a disparu victime des destructions volontaires du milieu du XIV e s. (Albanès 1879, LXV). Si l’on mentionne dès 1325/1326 l’existence du faubourg et d’une rue de Roubaud (burgo de Robaut et carreria de Robaudo689, l’appellation générique du quartier –depuis seulement la fin du XIV e s. (1391) 690– connaît une assez longue fortune jusqu’au XVIe et même le début du XVIIe s. 691.

Le bourg Sainte-Claire

  • 692 Espeut 1953, p. 1 ; Roberty, AD13 8 F 48.
  • 693 1388 : « …in burgo seu carreria monasterio veteris Sancte Clare… », AD13 351 E 58, fol. 31v. 1392 (...)
  • 694 « In carreria ecclesie Sancte Clare », AD13 B 1019, fol. 9. Texte dans Paone 2009, p. 89.

Le bourg Sainte-Claire, au nord de celui de Roubaud, doit son appellation à la mise en place du couvent des Clarisses en 1254 692. L’espace bâti défini comme bourg Sainte-Claire s’établit en premier lieu sur l’alignement de la rue conduisant au monastère et/ou à l’église (carreria Santa-Clara, carreria ecclesie Santa-Clara 693). En 1298, les propriétaires de ces maisons doivent payer des cens au comte de Provence : on en compte quatre, un four et son casal 694.

  • 695 1424 : « …burgo Sancte Clare alias del Morier… », AD13 4 HD B 32, fol. 247 ; 1534 : « …Sancte Cla (...)
  • 696 Dans un premier temps dans la maison du Temple puis dans la rue de l’Escarlate près de l’église S (...)

Comme pour celui de Roubaud et de Morier, la mention de ce quartier comme entité propre liée à l’établissement des Clarisses n’apparaît paradoxalement que tardivement et notamment après l’anéantissement du couvent suite à l’arasement des bourgs extérieurs et de la plupart des édifices religieux en 1357-58 695. De fait, le quartier composé de jardins, de vignes et de vergers après cet épisode destructeur est connu sous le nom de « Sainte-Claire-la-Vieille » suite au transfert du couvent à l’intérieur de la ville en 1357 696.

Le bourg Saint-Louis

  • 697 Roberty, AD13 22 F 81 § VII, n° 19 ; Duprat, Rambert 1935, p. 85. Les Frères mineurs de Marseille (...)

Le bourg Saint-Louis ou bourg des Frères mineurs tire son nom à la présence des Franciscains au sud du bourg de Morier dans le milieu du XIIIe s. D’après la tradition, ils se seraient installés dans le quartier vers 1215 697. Le bourg se situe face à la porte du Marché, au-delà du fossé, et semble se construire à partir de l’église et des bâtiments conventuels et en particulier d’une rue à vocation artisanale, celle des Cuiratiers (Curataria, dels Obradors, Operatorium).

Le bourg Saint-Louis entretient la confusion avec les autres dénominations (Roubaud, Morier, Sainte-Claire) notamment après les destructions du milieu du XIV e s. sans qu’il soit possible de définir son emprise avec certitude.

  • 698 Saint-Louis de Toulouse, fils de Charles II d’Anjou et de Marie de Hongrie (1274-1297), canonisé (...)

Ayant échappé à la première destruction des années 1357-58, le couvent et son église semblent structurer à nouveau un espace suburbain dont la dénomination prend le pas sur les autres. En 1423, lors du sac de Marseille par les Aragonais, la zone artisanale est en partie détruite sans que le couvent ou l’église ne soit touchés (hormis le vol des reliques de Saint-Louis de Toulouse 698). Plus tard les destructions volontaires préalables au siège de la ville par les troupes impériales (en 1524) seront fatales à l’établissement des Mineurs.

Un épisode fondateur : la destruction des faubourgs (1357/1358)

  • 699 Sur la destruction du faubourg de Roubaud, nous renvoyons à Rigaud 2001.

La documentation donnée par les textes (à partir du milieu du XIIIe s.) confirme une urbanisation assez dense du terroir immédiatement proche de la ceinture de rempart dans l’est de la ville, à proximité des portes de la Frache, du Marché et du Lauret (Bouiron 2001e, p. 331-332). Pour des raisons militaires, cette urbanisation en marche va brusquement se trouver anéantie dans le milieu du XIV e s. Les tensions politiques dues en partie aux conséquences du conflit franco-anglais vont transporter sur les terres provençales le conflit latent puis ouvert opposant les divers protagonistes se disputant la succession du comté de Provence 699.

À partir de la mort du comte de Provence Robert d’Anjou (1343) s’ouvre une ère de troubles, liée en particulier à la succession de Jeanne, petite-fille de Robert. Marseille soutenait la comtesse contre les ambitions de Robert de Duras, de la même famille angevine mais prétendant au comté. Plus tard, l’étendard de la révolte contre Jeanne fut relevé par la famille des Baux d’Avellino. Cette dernière reçut le soutien militaire actif d’Arnaud de Cervole dit l’Archiprêtre, chef de Routiers (Grandes Compagnies) qui venant de Languedoc passèrent le Rhône en juillet 1357 avec la bénédiction du dauphin Charles (fils de Jean II roi de France) (Cherest 1879).

L’arrivée des Routiers plongea la Basse Provence dans une situation d’insécurité généralisée. Marseille, fortement engagée dans le conflit aux cotés de Jeanne, prit alors des dispositions en vue de résister à un possible siège (Léonard 1936, p. 298-320). Elles furent lourdes de conséquences pour les faubourgs extérieurs de la ville.

  • 700 ACM BB 22, fol. 58, 141v. L’ordre de faire détruire les maisons et les ponts franchissant les dou (...)
  • 701 ACM BB 22, fol. 62v, 68.

Le 1er novembre 1357, le conseil de ville décida de faire creuser des tranchées rejoignant les fossés placés au devant les remparts devant chaque porte afin que l’ennemi ne puisse miner la base des murs (« ne muris possit minadi ») ; de détruire les ponts et d’abaisser les maisons placées devant le rempart jusqu’à un certain niveau (« signa facta ») 700. Les 7 et 17 novembre le conseil enjoignit que les maisons des bourgs extérieurs soient également abaissées jusqu’à un niveau estimé par des maîtres maçons désignés et réquisitionnés par le viguier 701.

  • 702 ACM BB 22, fol. 74v, 81, 84, 90. En 1364 des maisons sont dites crematis, ce qui laisse supposer (...)

Le conseil du 28 novembre –et de nombreux autres jusqu’à fin février–, devant les difficultés rencontrées pour faire accomplir les ordres, demanda à ce que les maisons soient abaissées ou détruites jusqu’aux fondations si nécessaire et qu’il n’y ait pas d’abus dans les estimations de cens à venir. Il fut également décidé que les places des maisons détruites soient exemptées de cens et qu’il n’en soit plus construit d’autres 702.

  • 703 ACM BB 22, fol. 83v, 141v. Une lettre d’Arnaud de Cervole interceptée par les Marseillais et adre (...)

Afin que l’ennemi ne puisse trouver de subsistance (victualia, pasture animalium) on décida de rapatrier en ville ce qui pourrait lui être utile 703. La situation politico-militaire s’étant redressée, le siège de la ville craint et attendu n’eut finalement pas lieu alors que les destructions avaient été accomplies.

  • 704 1366 : AD13 351 E 28, fol. 143.

Lors des destructions volontaires des faubourgs on récupéra les matériaux de construction (tuile, pierres et bois) de ce qui singulièrement est appelé casalia ou « loca hospitiorum diruptorum », c’est dire les emplacements des anciennes maisons établies le long des rues 704.

  • 705 Délibération du 25 février 1364, ACM BB, 25 fol. 79.
  • 706 En 1405 un laboureur (laborator) reconnait un cens à la cour comtale pour une terre dans une loca (...)

Ces matériaux, pour certains d’entre eux, furent probablement utilisés par les emphytéotes, leurs successeurs ou de nouveaux acheteurs –une délibération de la ville en 1364 précisa que les seigneurs directs des maisons ou possessions incendiées ne pouvaient exiger les cens que les emphytéotes leur payaient à partir du jour de leur destruction 705– pour édifier des murs fermant les jardins et vergers qui occupèrent les sites retournés à une fonction rurale et agricole 706.

1.1.2. Les édifices religieux

Plusieurs édifices religieux (couvents ou congrégations) ont occupé les faubourgs de la ville. Pour la partie orientale qui nous concerne ici, le site de l’Alcazar est compris entre le couvent de Sainte-Claire au nord et des Franciscains au sud, et à proximité immédiate du Béguinage de Roubaud qui finit par donner son nom au quartier.

Les Béguines de Roubaud

En raison de la destruction des faubourgs en 1357-58, l’emplacement matériel de la maison des Béguines est assez difficilement discernable dans la topographie suburbaine de Marseille.

  • 707 Sur l’institution du Béguinage dans les pays d’Oc en général (avec ses difficultés d’insertion da (...)
  • 708 Albanès 1879, LXIV ; Carozzi 1973. Dans les années 1280, quelques documents commerciaux sont pass (...)

Les Béguines de Marseille ne formaient pas à proprement parler une congrégation religieuse comme institution régulièrement formée et acceptée en tant que telle par l’Église 707. Lorsque la fondatrice de cette institution, Douceline de Digne († 1274), établit une fondation (estament) à Marseille, il est probable qu’elle trouva un appui auprès des Frères mineurs déjà installé dans le quartier de Morier au milieu du XIIIe s. dont le couvent était tenu par son frère Hugues de Digne. L’appellation –tardive– de bourg de Roubaud tient de toute évidence à l’implantation d’origine à Hyères près du ruisseau du même nom. Le site éponyme se transposa alors à leur maison marseillaise 708.

  • 709 AD13 3 B 27, fol. 266.
  • 710 ACM BB 21, fol. 82 cit. par Duprat 1922, p. 96.
  • 711 AD13 351 E 65, fol. 107.

Le chanoine Albanès suppose qu’elles s’installèrent dans le quartier de Crote-Vieille du nom du chemin près duquel elles établirent leur maison. Il ne nous semble pas, contrairement à cette hypothèse, que ce nom soit attesté à l’époque de leur implantation. À notre connaissance, le nom de Crote-Vieille n’apparaît pas avant 1332 709 bien que le chemin ait pu exister auparavant en correspondance avec l’entrée d’une porte de la ville près de l’église Saint-Martin. La Porte Crote-Vieille n’est mentionnée avec certitude qu’en 1350 710 puis 1392 : « carreria recta qua tendit ad ipsum Portale de Crota vielha… » 711.

  • 712 Albanès 1879, LXV-LXVIII.
  • 713 Albanès 1879, LXVIII-LXIX, p. 266-267. Sur Philippa Porcelet, Aurell i Cardona 1986, p. 165-169.

D’après Albanès, il faut situer l’emplacement de la maison des Béguines (« in carreria de Robaut ») dans la rue Dauphine/Nationale continuée par la rue des Convalescents, Saint-Bazile et Consolat 712. Albanès note, lors d’achat de cens par Philippa Porcelet, prieure de Roubaud en 1297, que les propriétés étaient établies sur une « carreria sive transversia Corderiorum confrontato ab una parte cum orto Guillelmi Ysnardi et ab alia parte cum edificio dominarum de Robaut et ab alia parte cum bedali seu vallato et ab alia parte cum dicta transversia… » 713. L’étude d’archives indique que l’actuelle rue du Baignoir correspond à la traverse des Cordiers, recoupant la rue Crote-Vieille et la rue de Roubaud. Nous situons donc cet établissement à l’angle nord-ouest des actuelles rues du Relais et du Baignoir.

  • 714 Albanès 1879, doc. IV, V,VIII, IX, XI, XVI, XVII ; Blancard 1884-1885, p. 372, 373, 375, 377, 379
  • 715 Albanès 1879, p. 114-116.

Albanès, citant un texte du 11 janvier 1297 (a. s.) indique l’existence d’un nouveau bâtiment que firent construire les Béguines et placé sous la directe de Philippa Porcelet. Celui-ci est probablement à proximité des édifices occupés par la congrégation (il ne s’agit pas forcément d’un bâtiment principal), « in quo loco dicte domine Beguine edificium novum fecerunt » (Albanès 1879, p. 269, doc. XI). Il se pourrait qu’il s’agisse d’une nouvelle construction dans le cadre d’une extension de la communauté. Certains actes sont passés par les Béguines, en 1280 et 1292, « in domo de Robaudo, in porticu domus de Robaudo » ; en 1288 et 1297 (n. s ?), « in oratorio domus de Robaudo » ; en 1341 et 1359, « in domo de Robaut in parlatorio » 714. Le récit de la Vida de sainte Douceline fournit ici et là quelques indications sur les bâtiments leur appartenant. Il est question d’une capella protégée par des grilles (cledas) afin de contenir l’enthousiasme des fidèles attachés à la personnalité de la sainte (Albanès 1879, p. 84). Il est aussi fait mention d’un dormidor, peut-être le bâtiment neuf de 1297 : « E adoncs si bastia e si edificava en Marsella li maizon de Robaut et le dormidors eran adonc fach de nou… » 715.

  • 716 Albanès 1879 : LXXI ; vers 1360 d’après Villard (1970, p. 191). Dans le 1er quart du XIV e s. les (...)
  • 717 AD13 28 H 34, n° 213.

Après la destruction du quartier, les Béguines s’installèrent intra muros, « in carreria Francigena » 716 au plus tard en 1366. En 1414, lors de la liquidation des biens des Béguines, il semble qu’il subsiste une maison leur appartenant entourée de casalia et de maisons détruites. Cette maison –avec une grande salle (aula magna)– se trouvait à l’entrée de l’église et à l’arrière de l’autel où se trouvait une fontaine « fons aque cum canonno » 717.

Le couvent Sainte-Claire

Le chanoine Espeut place le couvent Sainte-Claire à proximité de l’emplacement de l’actuelle église des Récollets (église Saint-Théodore) mais dans la rue Longue-des-Capucins (Espeut 1953, p. 2, 4). E. Duprat (1935, p. 86) propose le haut de la rue des Petites-Maries.

  • 718 1392 : « …carriera recta procendente a dicto monasterio antiquo usque portale de Crota vielha… », (...)
  • 719 Plan anonyme conservé au Service Historique de la Marine à Vincennes, publié par Zysberg 1983, p. (...)
  • 720 1392 : « …quandam area dictam de Sancta Clara et cum rieja (grille) monasteri antiqui Sancte Clar (...)
  • 721 1405 : AD13 4 HD B 31, fol. 119.

Cette situation reste approximative, toutefois un texte de 1392 positionnant un verger dans le bourg Sainte-Claire donne comme confront une rue droite allant de l’ancien monastère à la Porte Crote-Vieille 718. Le plan anonyme de la fin du XVIIe s. 719 semble confirmer l’existence de cette rue qui pourrait correspondre à l'actuelle rue des Petites-Maries prolongée vers le sud-ouest. À la fin du XIV e s., l’emplacement du couvent avec des vestiges de la clôture subsistaient au moins dans les appellations et la topographie vécue 720. Il en est de même au début du XV e s. : on distingue encore parmi les vergers et des maisons non détruites (?) la cuisine du monastère (focanea721.

Le couvent Saint-Louis

  • 722 Avant 1248, Villard, Villard 1970, p. 129. Mentions du cimetière en 1398 : « …terram… confrontata (...)
  • 723 Les Mineurs de Marseille eurent, tout comme les Béguines, de graves difficultés avec l’Église et (...)

À la faveur du grand mouvement des ordres mendiants, les Franciscains installent leur monastère, église, cloître et cimetière dans le quartier de Morier dans la première moitié du XIIIe s. 722. Le couvent des Frères mineurs jouissait auprès de la population marseillaise d’un grand prestige en raison de la présence des reliques de Saint-Louis de Toulouse 723.

  • 724 Roberty AD13 22 F 81 § VII n° 19.

E. Duprat (1935, p. 85) situe le couvent à l’emplacement de la rue Poids-de-la-Farine, ouverte selon lui sur les ruines occasionnées par sa destruction en 1523. Albanès (1879, LXVIII) préfère situer le couvent rue Tapis-Vert. Il est suivi en cela par B. Roberty avec plus de précisions : « le couvent était entre les rues du Tapis-Vert et de l’Arbre, l’église était bâtie en face de la porte du Marché les bâtiments séparés des remparts par les lices extérieures et le Prat Auquier [appelé] plus tard le Grand Caire puis le cours Saint-Louis puis le cours Belsunce » 724.

  • 725 AD13 351 E 123, fol. 234-238. En 1492 Jacques de Forbin, seigneur de Gardanne, contribua à la con (...)
  • 726 AD13 351 E 220 en date du 2 juillet 1433.

Pas plus que pour les autres établissements conventuels il n’existe de descriptions contemporaines concernant le couvent Saint-Louis. En 1395, on reconstruit le dortoir avec des bois venant d’Avignon probablement par flottage 725. En 1433 est signalée la reconstruction d’un mur de 7 cannes (14 m) de long pour 18 pans (2,25 m) de haut autour du jardin de l’infirmerie, qui confronte à celui du réfectoire 726.

Tout au plus le chroniqueur marseillais Honorat de Valbelle indique que sa destruction intervient à partir de 1523 : l’église autour du 29 juin 1524 –non sans dommages pour les démolisseurs– et le presbytère à partir du 12 juillet « fon ung ediffici sumptuoux et lo plus bel presbiteri de gleysso que fosso en lo rialme de Franso… » (Valbelle 1985, p. 117, 124, 128).

À la fin du XIXe s., J. A. B. Mortreuil, sans citer ses sources, proposait une courte description générale du monastère des Mineurs : « Le monastère aux murs crénelés s’élevait au centre comme une forteresse munie de tous les ouvrages nécessaires à repousser une attaque et dominait de toute sa hauteur les habitations qui l’environnait et étaient venues sous son égide un abri tutélaire » (Mortreuil 1872). Ce descriptif s’appuie peut-être sur une réalité ; il expliquerait le fait que le couvent n’ait pas été détruit lors des menaces de siège des années 1357-58.

1.1.3. Les voies de circulation

  • 727 Albanès 1879, LXVI ; Rambert 1934, p. 225. Dans ses Statuts de 1253, la ville se préoccupe de l’é (...)

« Tous les anciens faubourgs de Marseille s’étendaient le long des chemins qui partaient des portes de la ville et s’en allaient vers la campagne. Trouver un chemin, c’est trouver le faubourg qui lui correspond ». « En avançant vers le rempart les rues se groupent au lieu de se diviser de manière à canaliser la circulation vers les portes » ; ces citations de J. H. Albanès et de G. Rambert résument bien l’organisation du viaire principal partant des portes du rempart oriental de la ville 727.

La rue Crote-Vieille

  • 728 En 1590 une vigne à Crote-Vieille est placée « du coste de la ville la ou est la tour, confronte (...)

Reprenant ici l’argumentation du chanoine Albanès et de Mabilly (Albanès 1879, LXVII ; Mabilly 1905, p. 53), E. Duprat (Duprat, Rambert 1935, p. 86) place assez justement la Porte Crote-Vieille contre le chevet de l’église Saint-Martin, au niveau de l’enceinte établie à partir du milieu du XIIIe s. 728.

  • 729 ACM BB 21, fol. 82 ; AD13 3 B 27, fol. 266.
  • 730 A l'inverse, le 30 novembre 1350 une délibération du conseil préconise de fermer toutes les porte (...)
  • 731 ACM BB 32, fol. 199v. La position d’artillerie comprend une bombarde munie de 3 mascles (culasses (...)

Comme nous l’avons vu plus haut, la mention de la porte n’est qu’assez tardive (1350) alors que le chemin du même nom est attesté en 1332 729. En réalité les mentions topographiques directes de la porte manquent, peut-être par son peu d’importance en raison d’une fermeture quasi permanente 730. La seule mention –indirecte– est tardive (1481) ; la porte n’est pas nommée mais le positionnement topographique semble suffisant pour l’identifier : « In portale clauso super cimeterium Sancti Martini : primo una bombarda cum tribus masculis et uno conheto » 731.

  • 732 1474 : « …aqueductum sive crotam ad construendum ayguerum… » ACM BB 33, fol. 86 ; Alibert 1966, C (...)

Il est possible que le nom de Crote-Vieille soit en rapport avec un aqueduc (crota) conduisant les eaux du Jarret et ses dérivés vers la ville 732. On peut également imaginer qu’il désigne l’ouverture de la porte dans la muraille, sous forme de voûte.

  • 733 1396 : « …terre sitis ad portale de Crota vielha… confrontatis cum camino publico de Crota vielha (...)
  • 734 1398 : « …terram… confrontatam ab una parte cum camino publico portal de Crota vielha et ab alia (...)
  • 735 AD13 351 E 62, fol. 145v.
  • 736 Document aux Archives Communales de Marseille (non retrouvé) cité par Albanès 1879, LXIX.
  • 737 1514 : AD13 4 HD B 9, fol. 223 ; 1560 : AD13 4 HD B 22, fol. 43.
  • 738 1526 : AD13 351 E 853, fol. 246.
  • 739 1526 : AD13 351 E 853, fol. 307.
  • 740 On connait le toponyme camp de Ricau en 1417 que l’on situe « retro monasterium Sancte Clare », A (...)

La rue Crote-Vieille se dirigeait vers Saint-Bauzille en recoupant la rue qui va du Plan Saint-Michel jusqu’au-dessus de Sainte-Claire 733 et des traverses dont l’une conduit au cimetière (carnassium) des Frères mineurs vers le sud 734. Elle est dite carreria recta en 1392 735, camino publico en 1396 736. Au cours de ce siècle, le quartier de Crote-Vieille est parfois associé avec Saint-Bauzille (« loco dicto a Crota vielha sive Sant Bauzili… ») 737. Comme il est proche de vignes et de la rue Curatarie, on peut supposer que ce lieu-dit et donc son appellation trouve des extensions vers l’est mais également au nord, vers l’emplacement de Sainte-Claire (« loco dicto a Crota vielha sive a Sancta Clara la vielha ») 738. D’autres noms de lieux, la Safraneyra (« a Crota vielha alias la Safraneyra »739, le camp de Ricau, (« vinea sita prope Crota vielha alias lo camp de Ricaut ») 740 confirment la diffusion du toponyme vers des marges incertaines et peu lisibles.

La rue Sainte-Claire

La rue la plus proche du rempart, retrouvée à l’extrémité occidentale de la fouille de l’Alcazar, portait le nom de Sainte-Claire. Sa prolongation vers le nord amenait en effet au contact de cette église. Elle est mentionnée dès 1298. Après la destruction du faubourg, le toponyme subsiste plutôt vers le nord, du côté de l’ancien couvent des Clarisses.

La rue de Morier

Comme pour la rue de Roubaud, la rue de Morier se confond avec l’appellation générique désignant le quartier du même nom (cf. supra § 1.1.1.). Le nom de la rue apparaît en 1298 (carreria de Morerio) dans une liste : 11 propriétaires de maisons (plus un four et un casal) en confronts paient un cens aux autorités comtales.

Cette voie traverse le site de l’Alcazar : parallèle à la rue Sainte-Claire, elle est bordée de maisons des deux côtés. Il s’agit bien d’un axe principal, ancien, qui sert d’articulation pour la structuration des faubourgs. Après 1405, il semble que la rue fusionne avec l’appellation générique de Morier au sens de bourg.

La rue/traverse des Cordiers

  • 741 Cité par Albanès 1879, LXX. Le mot carreria ou transversia ayant disparu du texte original il est (...)

La première mention est donnée dans un texte de 1290, il y est question d’un verger situé dans le bourg de Roquefort (ou de Sion) in carreria ou transversia Cordierorum 741. Il s’agit de l’actuelle rue du Baignoir qui a également fait l’objet d’une fouille.

En 1297, Philippa Porcelet, béguine de Roubaud, procéda à des achats de cens auprès de deux propriétaires, le vicomte Bertrand de Marseille et le damoiseau Raimond de Soliers (et de sa femme Hugueta) dans la rue ou traverse des Cordiers ; celle-ci relève de la ville vicomtale. Ces achats de cens dans la transversia dicta Cordierorum dont certaines propriétés (maisons, vergers, jardins) étaient contiguës à la maison de Roubaud mais aussi, indication topographique, avec un « bedali seu vallato », une dérivation du Jarret. On notera également la présence de Raimond Turel, un cordier qui dispose d’une maison et d’un jardin dans cette traverse (Albanès 1879, p. 266). C’est dans cette zone que les Béguines édifièrent l’année suivante une nouvelle construction.

  • 742 1390 : Albanès 1879, p. 291 (AD13 64 H 6) ; 1441 : AD13 351 E 711, fol. 105, 109.

Plus tard, en 1341 et au-delà, la transversia est appelée carreria (Albanès 1879, p. 269) mais conserve parfois son « statut » de traverse (en 1390 et 1441 : « in transversia ab antiquo appellata traversia Cordierorum… » ; « carreria sive traversia dictam dels Cordiers ») 742. Il n’apparaît plus de constructions dans cette traverse après les destructions du milieu du XIV e s. et elle disparaît de la documentation après le milieu du XV e s.

La rue de Roubaud

Cette rue, de direction est-ouest, est située au sud de la rue Crotte-Vieille. Elle est peut-être documentée pour la première fois dans la 2e moitié du XIIIe s. dans la Vida de Santa Doucelina mais sans qu’elle soit nommée explicitement du nom de Roubaud : « aquellas…[que] s’eran embeguinadas en la carriera pres de Robaut en Massella… ». Les maisons d’après la Vida seraient occupées par des malades venus trouver de l’aide auprès des Béguines : « E dels paures malautes implian los hostals de la carriera… » (Albanès 1879, p. 48, 66). Il peut s’agir également de la traverse des Cordiers.

  • 743 AD13 3 B 27, fol. 266v, 281 ; AD13 4 HD B 1bis, fol. 39 : « …Rainaut Barnaut ostallier que esta e (...)

Ce n’est qu’en 1323 et/ou 1332 qu’elle est clairement dite de Roubaud (« carreria dictam dominam de Robaudo ») ; on la situe in burgo Morerio. La rue est bordée de maisons, de vergers ces derniers peut-être en alternance 743.

  • 744 AD13 391 E 55, fol. 40.
  • 745 AD13 4 HD B 3, fol. 84 ; AD13 391 E 55, fol. 40 ; 4 HD B 14, fol. 320 ; 6 G 490, fol. 1, 3, 4, 11
  • 746 « In carreria dels Robaus alias lo Morier », AD13 6 G 490, fol. 1.

Après les destructions du milieu du XIV e s. et jusqu’à la fin du XVIe s., le paysage est constitué de vergers, fayssas cultivées. De rares mentions témoignent de la survivance d’un habitat très dispersé : une vente de maison dans un verger (« hospitium infra dictam viridario ») en 1419 744, une domuncula en 1461 745. La rue de Roubaud est parfois confondue avec celle de Morier dans une appellation générique désignant le quartier 746.

La rue de la Cuiraterie

Cette rue est dénommée ainsi à de nombreuses reprises en raison de la présence d’ateliers dont l’activité est basée sur le traitement des peaux.

Tout comme les autres rues, la Curataria n’est pas aisée à cerner ; il semble toutefois qu’en raison de l’existence d’un chemin au droit de la porte du Marché, celle-ci se situe au sud de l’actuelle rue du Tapis-Vert en se dirigeant vers le Plan Saint-Michel.

Dans la 1re moitié du XIV e s., la rue de la Curataria/Obradors/Operatorium est bordée d’ateliers, de maisons, de jardins et de vergers elle est comparable pour les trois derniers points aux autres rues étudiées plus haut. Plus tardivement, elle est appelée chemin Saint-Louis.

Les traverses anonymes

  • 747 Voir les plans du Service Historique de la Marine, Vincennes, publiés par Zysberg 1983, p. 32 et (...)

D’après les indications portées sur les plans anonymes de la fin du XVIIe s. lors des projets d’agrandissement, il existe un réseau de traverses reliant les voies principales entre elles 747. Ces traverses constituent un viaire secondaire et de là participent à la constitution de la trame des faubourgs (ou de ce qu’il en reste après le milieu du XIV e s.) pendant la période médiévale et moderne antérieure à la nouvelle urbanisation de la fin du XVIIe s.

  • 748 La seule traverse nommée est celle des Cordiers, supra.
  • 749 1415 : AD13 4 HD B 32, fol. 166 ; 1419, 391 E 55, fol. 40 ; 1461, 6 G 490, fol. 11.
  • 750 1424 : AD13 4 HD B 32, fol. 247 ; 1424, 4 HD B 5, fol. 223 ; 1492, ACM 2 ii 566.
  • 751 1424 : AD13 4 HD B 13, fol. 187 ; 1459, 4 HD B 2, fol. 234.

Ces couloirs de circulation (traversia, transversia) se trouvent dans tous les bourgs nommés dans les textes et sont généralement anonymes et de fait difficilement localisables par des indications topographiques précises 748. Tout au plus quelques adjectifs qualifient certaines d’entre elles : une transversia modica dite aussi adayguerio est mentionnée en 1396 vers Crote-Vieille ; il y circule une eau dérivée (Albanès 1879, LXIX). Parfois une indication est donnée par la direction de la traverse : « traversia qua tendit versus los arcs… », « traversia protendente versus Sanctam Claram » 749. Souvent les traverses sont mentionnées comme confronts entre un jardin, un verger : « [viridarium] in traversia » ; « parva traversia introitus dicte viridarii » 750 ; certaines sont dénommées par le lieu ou par le propriétaire : traversia Curatarie ; traversia Ludovici Suavis 751. Il semble donc que ce viaire secondaire détermine des zones d’habitation à l’époque des faubourgs habités, puis des propriétés agricoles plus tardivement.

  • 752 ACM BB 33A, fol. 15. Voir également, en 1552, l'occupation illicite d'une petite ruelle (non nomm (...)
  • 753 ACM BB 33C, fol. 10v.

Certaines d’entre elles sont dévolues à un rôle de décharge sauvage au grand dam des propriétaires riverains. En 1446 le noble Bertrand de Bardonechia se plaint de ce que l’on jette des cadavres d’animaux dans les traverses proches de sa propriété : « …quod cadavera animalium plurima mortuorum fecentur prohidentur in transversiis sub burgiorum presentis civitatis pocissive prope ejus viridarium… » 752. Jean Forbin à son tour, en 1466, lors d’un conseil de ville se plaint de dépôts sauvages dans une traverse près de son verger : « …ex sertis viridarium suum est quedam transversia ubi ripanter multum res infecte… » ; il propose de fermer à clef ce passage 753.

Le paysage des anciens faubourgs à partir de la 2e moitié du XIV e s. donne l’impression d’une zone marginalisée, retournée à la ruralité. Une série d’espaces que l’on reconnaît par les anciennes dénominations, familières, faits de vergers, de jardins fermés de murs arrosés par des béals et des puits, peut-être parsemés de ruines aux emplacements des anciennes maisons et ateliers (surtout concentrés aux abords d’une rue spécialisée). Une zone parcourue de rues/chemins principaux établissant la liaison de la ville avec son terroir et de passages (les traverses) parfois privatisés et rognés sur l’usage collectif par des utilisations abusives et répréhensibles.

Au centre de ce retour à une périphérie rurale suburbaine devait s’élever le riche couvent des Frères mineurs avec son église et ses annexes, jusqu’en 1524, date fatidique ramenant pour de nombreuses décennies le quartier au rang de terroir hors les murs.

1.1.4. Les vallées et les circulations d’eau

Plusieurs vallées s’étendent à l’est de la ville ; la plupart canalisent les eaux de pluie et ont donc fait l’objet d’aménagements hydrauliques aux abords de la ville.

La vallée Saint-Bauzille

  • 754 Roberty 1937, p. 20-25 ; Roberty AD13 22 F 82, fol. 20.

La vallée Saint-Bauzille prenait place vers Longchamp et était traversée par le chemin de la Madeleine. D’après B. Roberty, ce lieu-dit était représenté par une dépression entre la Plaine et la colline Saint-Charles ; les actuelles rue Consolat et de l’Arbre en formaient le thalweg. Le nom de val Saint-Bauzille s’appliquait en fait au territoire parcouru par le Canal des Jardiniers (et ses ramifications) qui traversait en conduite souterraine le quartier de la Cavalerie inférieure entre le boulevard de la Madeleine, le haut de la rue Consolat et le Jarret 754.

D’après Meynier, « le bras du Jarret commençait au point voisin de l’ancien jardin des Chartreux parcourait la vallée Saint-Bauzille, une partie du Cours [Belsunce] aboutissait au port par la place dite de la Fusterie. Il est probable que [cette] dérivation fut pratiquée au moyen d’une digue sans toucher au lit du petit ruisseau et que sur cet ancien lit fut établi le canal des arrosants de la Magdelaine construit au XIIIe s. connu sous le nom de Valat dei Coucourgodos… » (Meynier 1866, p. 46).

  • 755 AD13 351 E 65, fol. 107.

De fait, la vallée Saint-Bauzille semble avoir accueilli un bras du Jarret dérivé vers l’ouest de la ville avec des ramifications d’arrosage et d’alimentation des ateliers de cuiratiers. Il est appelé en 1392 la ribiera de Sant Bauzili 755. Cette zone est occupée par des vergers, des vignes et des jardins.

La vallée de Morier

  • 756 Valle de Moreriis en 1164, GCNN, Marseille n° 164, 82.
  • 757 GCNN, Marseille n° 164, 82.
  • 758 ACM 2 ii 266.
  • 759 AD13 355 E 48, fol. 41.
  • 760 AD13 1 HD B 5, fol. 30.

Le val de Morier –le site est mentionné en 1164 756– a donné son nom au bourg homonyme 757 et peut-être à une dérivation (?) du Jarret qu’il faut certainement considérer comme un terme générique, un cours d’eau, qui arrose la zone (en 1355 on parle du « Jarretum del Morier… in territorio Massilie » 758). Cette dérivation semble être parallèle à l’ancienne rue de Morier et pourrait s’apparenter au vallon Saint-Charles ou au vallon Saint-Martin conduisant vers la Porte Crote-Vieille. En 1395, une terre située près de cette porte est confrontée avec la « mater aqua Jareti in medio » 759. En 1519, on évoque encore le « loco dicto al valon de Morrier » 760. En réalité les documents restent peu explicites sur les positionnements de ces vallons.

Les dérivés du Jarret et les aménagements hydrauliques

Les premières mentions relatives aux aménagements des cours d’eaux conduisant vers la partie est de la ville apparaissent dans les chapitres des Statuts de la ville rédigés en 1253 : « nous ordonnons que deux ou trois probes hommes soient choisis pour qu’ils soient tenus d’amener les eaux du Jarret dans les jardins et les blanqueries par les lieux les plus aptes (…) ; ayant soin d’empêcher que cette eau ne soit conduite de manière à couler dans le port de Marseille (…) que l’eau du Jarret ne viennent dans le port de Marseille et que les jardiniers reçoivent l’eau de telle sorte qu’elle n’arrive pas jusqu’au port » (Pernoud 1949, p. 59, 68 – L. I, c. 59, 63). Ruffi précise que le financement de ces travaux fut assuré par les Chapitres de Paix qui accordèrent aux Marseillais les matériaux provenant de la démolition des forteresses des confins du territoire afin de payer leurs dettes et pour la construction de leurs aqueducs (Ruffi 1696, I, p. 148).

  • 761 AD13 64 H 1, n° 7.
  • 762 ACM BB 16, fol. 91r-v.

Dans la transaction passée en 1297 entre les dames de Roubaud et Jacques Bonacros, il est question d’un espace entre le béal du Jarret (bedale aque Jarreti, bedale mayrem), d’une tour ayant appartenue à Bertrand de Trets et d’un abreuvoir rond (abeuratorium rotundum) qui pourrait être susceptible de recevoir et de redistribuer (?) les eaux canalisées par ce béal. Dans la zone ainsi définie on précise que des constructions avaient été édifiées en contradiction avec le règlement, empiétant sur les berges (« super predicti bedali et giet nullum fiat ediffictum ») du béal et du giet (deux mots synonymes ?) ceci dans la zone limite d’une canne ou 8 pans (2 m) 761. En 1329, J. Bonacros reposera le même problème de ces constructions illicites auprès du conseil de ville 762.

  • 763 Conseil du 29 mars, ACM BB 12, fol. 75.
  • 764 ACM BB 12, fol. 80.

Cependant les problèmes hydrauliques dans la zone vont nécessiter de nouveaux aménagements en 1319, lorsque le conseil de ville discute de la nécessité de construire de nouveaux abreuvoirs et des adductions d’eau notamment à proximité de la maison de J. Bonacros. Une formulation précise peut-être la signification d’usage(s) de ces abeuratoria à construire : « …fiant abeuratorium novum quod competat cum aqua Jarreti devianda ibidem » 763. Il apparaîtrait donc que ces constructions à travers le terme consacré abeuratorium soient à double usage, celui direct pour l’alimentation des animaux et celui de réceptacle de la dérivation des eaux du Jarret afin d’alimenter la ville 764.

  • 765 ACM BB 12, fol. 79-81.
  • 766 ACM BB 12, fol. 191, 266, 267.

Le 31 mars 1319, un nouveau conseil de ville examine les coûts de réalisation de la couverture de pierre (« crotono videlicet lausis copertis ») du vallat situé entre la maison de Guillaume Arnaud et le jardin d’en Boysson. La longueur de cet ouvrage depuis la maison de G. Arnaud jusqu’au carrefour de la Font Coberta serait de 150 cannes (300 m) et du carrefour jusqu’au jardin de Hugon Auriol 250 cannes (500 m). Les dimensions (longitudine, latitudine = largeur, hauteur ?) seraient de 5 pans (0,63 m) pour un coût de 4 livres royales les deux cannes 765. Le conseil de ville décida les 21 septembre et 3 novembre 1319 de nommer 6 probes hommes afin de suivre l’œuvre des adductions d’eaux, des nouveaux abreuvoirs, des bassins (barquiles) et prélever une taxe sur les fours afin de financer les travaux dont la réparation de l'abeuratorium rotundum 766.

  • 767 ACM BB 12, fol. 59v, 60.
  • 768 ACM BB 17, fol. 40-41.

Ces travaux n’allaient pas sans difficulté ; ainsi les moniales de Sainte-Claire réclamèrent auprès du conseil des indemnités –payées sur le produit desdites eaux– en raison de la nécessaire destruction pour « l’œuvre de l’eau » d’un mur leur appartenant 767. En 1331, le conseil chargea deux probes hommes de rechercher les meilleurs moyens possibles afin de procéder aux réparations des aque ductus du Jarret et de la vallée Saint-Bauzille alimentant les ateliers de la Blancarie, de la Cuiraterie et les jardins. Le financement devait en être assuré par une taxe appliquée aux usagers et riverains 768.

  • 769 ACM BB 32, fol. 51.
  • 770 Albanès 1865, p. 31, XXV : « Item sian elegitz dos bons homes peyries que adobar fassan los barqu (...)
  • 771 ACM BB 25, fol. 154v, la proposition de curage en 1446 correspond aux conduites de la Porte d’Aix (...)

Les questions d’entretien et de réparations se posent de manière récurrente et nécessitent d’imposer des contributions financières : ainsi en 1401 pour le réservoir de la vallée Saint-Louis et les abreuvoirs à l’usage des bêtes (bestiarum769. Lors de la venue du pape Urbain V à Marseille (1365), la ville se préoccupa de faire réparer, étancher, nettoyer et remplir d’eau les bassins (barquils), qui étaient devant le couvent Saint-Louis (sur le chemin d’entrée dans la cité) sans qu’il y ait de pollution due aux lessives de draps afin que les chevaux de la suite pontificale puissent s’y abreuver 770. En 1366 et 1446 on se préoccupe de faire curer les conduites d’eau obstruées par les dépôts calcaires (tartare sive gresa771.

  • 772 ACM BB 33, fol. 21v (traduction en français dans ACM DD 308, n° 8).
  • 773 ACM BB 33, fol. 74v.
  • 774 ACM DD 393 (traduction en français, n° 18 ter).

Ces problèmes de réparations se situent généralement dans l’urgence faute probablement d’entretien suffisant. En 1469, en conseil, le jardinier Louis Borgonhon signale que le conduit d’alimentation de la ville « sistentum in ripparia Jarreti » menace ruine et à défaut d’une réfection rapide sera totalement détruit. Le conseil, devant cette impérieuse nécessité, prend la décision de le faire expertiser par un tailleur de pierre (lapicide expertus) et deux notables et, suite au rapport, de procéder aux travaux 772. La délibération du 28 janvier 1474 constate que les racines des arbres poussant le long des conduits les détériorent et empêchent les eaux de couler librement ; hors l’obligation de couper ces arbres, on interdit d’en planter à moins de quatre cannes des conduits sous peine de 100 livres d’amende 773. Les vallons canalisant les eaux, encombrés de détritus divers, provoquent des inondations en décembre 1474 ; en conséquence, le conseil de ville du 28 novembre 1475 enjoignit aux propriétaires de nettoyer le cours des rivières 774.

1.1.5. L’occupation du sol

Si le bâti est relativement dense dans les faubourgs au contact de la ville, on trouve très vite de grands jardins voire des terres mises en culture au fur et à mesure que l’on s’en éloigne. Après la destruction des faubourgs, ne restent que des jardins et des terres cultivées.

Le bâti

Les documents sont peu prolixes sur les caractéristiques physiques des maisons d’habitations ou de d’usage professionnel. Elles sont dénommées domus, hospitio, hostal, edificio, bastita, cabanna, domuncula, morerii.

  • 775 AD13 351 E 234, fol. ; 391 E 80 fol. 101 ; 4 HD B 9, fol. 223 ; 1 HD B 5, fol. 30 ; 1 HD B 14, fo (...)
  • 776 AD13 B 1177, fol. 64v n° 598.
  • 777 AD13 351 E 240, fol. 175v ; 6 G 490, fol. 3, 4.

Les trois premiers termes sont synonymes et désignent génériquement les maisons d’habitations des bourgs. Le mot edificio s’applique uniquement aux possessions immobilières des Béguines ; il semble qu’il établit une distinction qualitative, architecturale peut-être, se démarquant du reste des constructions. Bastita est proposé (en 1425, 1497, 1514, 1519, 1557) pour une maison de campagne plutôt modeste que l’on pourrait qualifier de cabanon, servant à l’exploitation des terrains cultivés succédant à la destruction des faubourgs. On le trouve effectivement associé à un jardin, un verger, une vigne 775. Une « domus sucens appellatum cabanna » est implantée dans un verger en 1405 776. Deux domunculæ, terme synonyme de morerii, appartenant à deux propriétaires existent en 1430 et 1461, dans un jardin pour la première et dans la rue de Roubaud sur des fayssas plantées de vergers pour la seconde ; ces petites maisons sont probablement à rapprocher des bastitas, pour un même usage agricole 777.

Hors les bâtiments des établissements religieux ayant des fonctions propres (églises, chapelles, réfectoires, dortoirs, etc.), peu d’indications sont données sur les détails d’usage et de construction des maisons des faubourgs. On mentionne une butigia et un cellier (cellario) en 1350 élevé d’un demi-étage (medio solerio). Une auberge dans la rue de Roubaud est peut-être associée à l’estament des Béguines. En 1322, il existe dans la rue de Morier quatre maisons particulières de deux étages disposant d’un pati pour chacune d’elles.

  • 778 ACM BB 22 fol. 84, 90.
  • 779 En 1364, AD13 4 HD B 1bis, fol. 43. H. de Valbelle indique qu’en 1523 les matériaux et le lieu de (...)
  • 780 AD13 4 HD B 1bis, fol. 44v.

Les maisons des faubourgs sont construites de pierres et de bois, couvertes de tuiles (lapidis, fustanibus, tegulis) et leurs habitants récupèrent les matériaux jusqu’aux fondations des habitations détruites par fait de siège dans les années 1357-58 778. Certaines d’entre elles, ou plutôt les ruines subsistantes, ne sont mises en exploitation qu’un peu plus tard « per la perera » (pour la récupération des pierres) 779. La destruction de certaines maisons par le feu devant les menaces des Routiers témoigne peut-être de l’urgence 780. Dès lors, les emplacements des maisons fondudas sont appelés luegas, locus, boals.

  • 781 AD13 351 E 670, fol. 19.
  • 782 AD13 355 E 75, fol. 95.
  • 783 AD13 351 E 186, fol. 27v. Du Cange à l’entrée escaudeis évoque le travail d’échaudage des porcs.

En 1387 il est question de la mise en accapte d’un pati appartenant aux héritiers d’un boucher (macellario), qui confronte avec une scaudaria 781. En 1391, on évoque une maison vendue à un autre boucher (« hospitum vocatam scaudaria cum virgulto »), il s’agit d’une construction légère où l’on prépare les animaux pour la boucherie, une chaudière 782. En 1422, on mentionne deux scaudariæ dont l’une était attestée par la parentèle de propriété en 1387 783. Cette présence de « chaudières » et de bouchers associés à ces établissements peuvent laisser supposer une relation avec les ateliers de cuiratiers, les macelliers procurant la matière première aux seconds.

Les jardins et vergers

Malgré l’urbanisation, la vocation du quartier semble se poursuivre autour de la pratique agricole du maraîchage et de l’arboriculture ; en témoignent les nombreuses mentions de jardins (ortis) et de vergers (viridarii) disséminées dans toute la documentation. A fortiori après les destructions du milieu du XIV e s., jardins et vergers réoccupent les espaces anciennement bâtis.

  • 784 Une seule mention de terrain planté de céréale (orge) au lieu-dit las Saffranieras derrière le mo (...)

Pratiquement aucune indication n’est donnée sur les espèces plantées pour la période médiévale, qu’il s’agisse de plantes horticoles, d’arbres fruitiers, de céréales ou de vignes 784. Les documents restent toujours dans la plus grande généralité. Pour en savoir plus il est nécessaire de procéder (prudemment) par déduction et comparaison avec certains sites non identifiés mais probablement situés dans la proche périphérie marseillaise (au XVIe s.).

  • 785 D’après la copie de P. Bertas, ACM 20 ii 10, §4.
  • 786 ACM DD 27.
  • 787 ACM DD 27, n° 10. L’occupation privée et illicite des espaces publics est évoquée par deux lettre (...)
  • 788 AD13 393 E 275 en date du 28 septembre.

Quelques brèves indications sur les jardins des quartiers de Roubaud et de Sion sont données par les chroniqueurs Honorat de Valbelle et Thierry de l’Estoile. Le premier mentionne simplement la présence d’arbres fruitiers et d’autres dans ces zones vouées à la destruction en 1523 : « …coperon tos arbres fruchies et autres que eron dintre lodis jardins non n’exparmiant grans ni petis… » (Valbelle 1985, p. 128). Le second donne plus de détails : « …ledict Miradel commissaire fit aussi briser et rompre toutes les maisons assises pres et hors la ville avecques les murailles des jardins de plaisance plantés de diverses et nobles especes d’arbres et autres gentillesses venues tant de Barbarie que de Surie et ne demeura bastiment ni maison de valeur autour de la ville de Marseille de la distance d’ung trait de harquebutte qui ne fut rasé… » 785. Plus tardivement, en 1589 devant les menaces de siège pesant sur la ville, dans un quartier non nommé mais très probablement proche de la muraille de la ville, un jardin appartenant au sieur de Gémenos est saccagé avant d’être transformé en fossé pour la défense de la cité. Le 28 avril une expertise estima la valeur des arbres et légumes détruits : « Rapport d’estime des fruits, arbres et ortolailles, pasquiers, arraché de l’ordre de MM. les consuls dans la propriété estimée [du sieur de Gemenos] avant que d’être réduite en fossé. Jardin : …certain treillard, arbres fruitiers consistant en prunières, figuières, poiriers, coudoniers, migranières, roziers et amarinières lesquels avons aussi estimés à ving ecus sols davantage avons trouvé audit jardin quantité d’ortolailles scavoir feves, epinards, oignons, aulx, artichaux et autres ortolailles menues avons aussi estimé a quatorze escus et finallement trouvé quelque pasquier semé audit jardin et la plus grande part d’iceluy le tout arraché depuis par lad. communauté pour faire les fossés pour la tuition et deffence de lad. ville de Marseille… » 786. Une délibération du conseil de ville le 25 août 1589 confirma une fois de plus la subordination des activités agricoles à la défense de la ville : « …[Le conseil] a résolu et ordonné de démolir et abattre les batimens et murailles tant des jardins etant dehors et pres des murailles de la ville… » 787. Un autre verger en 1590, non situé, contient des figuiers, des pruniers, des chichomeliers (jujubiers), résiniers (pins, lentisques ?) et autres fruitiers 788.

  • 789 Le jardin du roi à Marseille se trouvait entre la rue Neuve Sainte-Catherine, la rue du Chantier (...)

Si l’occupation végétale des sols n’est pas particulièrement explicite, la mention de T. de l’Estoile indiquant l’existence de « jardins de plaisance plantés de diverses et nobles especes d’arbres et autres gentillesses venues tant de Barbarie que de Surie » semble démontrer que certains propriétaires, des marchands vraisemblablement comme la famille de Forbin ayant des liens commerciaux avec l’outre-mer, jugèrent opportun de planter des espèces exotiques à l’image des jardins royaux d’agrément 789. Les jardins et vergers plus ordinaires mais certainement de rapports lucratifs (Villard 1999, p. 520) sont encadrés par des murs délimitant les espaces cultivés en confronts avec les rues et les traverses.

L’occupation par îlot

Sur la base des textes recueillis et présentés précédemment, nous avons tenté de regrouper les mentions des différentes propriétés dans la zone entre la rue de Crote-Vieille et le couvent des Franciscains. La quantité importante de documents d’archives autorise en effet des regroupements géographiques par îlots et à l’intérieur de ceux-ci par terrain (cf. fig. 221). Cette étude tient compte également du réseau de voies découvert en fouille et des constructions qui ont été mises au jour.

Le premier îlot (1) est compris entre la rue Sainte-Claire et le fossé. Nous n’avons pas retrouvé de textes le concernant ; il est donc seulement documenté par la fouille de l’Alcazar. Il est vraisemblable d’imaginer un îlot très étroit car l’orientation convergente, au sud, de la rue et du fossé ne laisse pas beaucoup de place pour les maisons.

L’îlot 2 est délimité par deux rues (de Morier et de Sainte-Claire) comme en témoignent les maisons payant un cens au comte en 1298, qui sont sans doute jointives par leur mur arrière. Il comprend au moins quatre terrains juxtaposés.

  • 790 AD13 B 1019, fol. 9 (1298) ; B 1177, fol. 63v n° 589 (1405) ; B 1947, fol. 37 (2e cahier) (av. 14 (...)

Le premier terrain regroupe, en 1405, des emplacements de maisons, sur une surface totale d’environ 285 m2. Il est compris entre la rue de Morier et celle de Sainte-Claire. Il est possible de situer à cet emplacement certaines maisons qui payent un cens au comte en 1298 et qui semblent, d’après la mention du four de Nicholava de Montellis, se trouver au sein d’un même îlot donnant sur la rue de Morier (pour cinq d’entre elles) et sur celle de Sainte-Claire (pour cinq autres) 790. Si l’on restitue une largeur d’environ 17 m entre les deux rues (telle que le donne la fouille), le terrain a en 1405, environ 16,50 m de long en partant de la rue de Crote-Vieille. Le montant du cens (8 sous) est proche de celui du troisième terrain (7 sous) correspondant à trois anciennes maisons (soit 2 s. 4 d. par place de maison). On peut imaginer ici, à l’origine, trois ou quatre maisons.

  • 791 AD13 B 812, fol. 24 (1265) ; B 1019, fol. 9 (1298) ; 351 E 709, fol. 145 (5 juin 1425).

Un second terrain, situé au sud, ne fait pas l’objet d’une reconnaissance au comte en 1405, mais il semble bien qu’il lui soit redevable au moins en 1425. Les 45 s. de cens correspondent certainement à un grand terrain. On proposera, à titre d’hypothèse, de placer ici les autres maisons payant un cens au comte en 1298 (description du sud vers le nord pour la rue de Morier et du nord vers le sud pour la rue Sainte-Claire ?) 791.

  • 792 Maison 1 : AD13 4 HD B 1, fol. 9v (1311) ; 4 HD B 1bis, fol. 44v (1358-1365). Maison 2 : AD13 4 H (...)
  • 793 AD13 4 HD B 1, fol. 2 (1315), fol. 4 (1349), fol. 8 (1319) ; fol. 9-10 (1311-1324), fol. 26 (1340 (...)
  • 794 AD13 6 G 43, n° 287 (30 novembre 1428) ; 4 HD B 1, fol. 46 (1420).

Plus au sud, un autre terrain comprend à l’origine trois maisons qui proviennent de Bernard Garnier, regroupées avant 1370 en un seul terrain, servile à l’hôpital Saint-Jacques de Galice 792. On propose de voir dans la partie sud de l’îlot, l’emplacement de maisons possédées également par l’hôpital Saint-Jacques de Galice à la suite de Bernard Garnier, et désemparées après leur destruction 793. Une partie seulement correspondrait au terrain cédé aux frères Mineurs en 1428 794.

  • 795 Les mentions de maisons sont issues d’un inventaire des biens de Mabile de Fos, publié dans Bouir (...)

L’îlot 3, au sud du précédent, est bordé directement par le fossé à l’ouest et par la rue de Morier à l’est. La rue qui sépare les îlots 2 et 3 pourrait correspondre à la rue de Roubaud. En 1316, onze maisons sont sous la directe de Bertrand de Fos, qu’il tient de sa sœur Mabile, ancienne béguine de Roubaud 795. Leur père, Gui de Fos, était seigneur d’Hyères ; c’est probablement cette famille qui a fait venir les Béguines de Roubaud, installées par les Fos sur leurs possessions marseillaises.

  • 796 AD13 B 1177, fol. 64v n° 597 (1405) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430).

L’îlot 4 correspond à un petit îlot bordé par le grand chemin royal et par une petite traverse. Nous avons peu de mentions perceptibles de terrains dans cet îlot. Au sud, se trouve un terrain servile au comte 796. Il est entouré de deux côtés par une vigne.

Deux îlots (5 et 6) sont situés au sud du précédent. Ils sont bordés à l’ouest par la rue de Morier et à l’est par la traverse des Cordiers ; la rue de Roubaud les coupe en deux parties inégales. Contrairement aux îlots situés immédiatement à l’ouest (2 et 3), il est encore difficile de répartir les terrains de part et d’autre de la rue de Roubaud. En particulier, les cens achetés par Philippa Porcelet en 1297 semblent témoigner, à cette époque, de l’absence de la rue de Roubaud qui aurait été percée un peu plus tard.

  • 797 AD13 B 1177, fol. 64 n° 591 (1405) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430) ; 351 E 276, fol. 28 (1430).
  • 798 AD13 4 HD B 1, fol. 15v (?) ; 4 HD B 1bis, fol. 37 (1334), fol. 46v (1359), fol. 50v (1322) ; 4 H (...)

Le terrain situé au nord de l’îlot 5 confronte à l’ouest la rue de Morier et au nord une traverse ; il est servile au comte de Provence 797. Il confronte un jardin et un verger (servile au comte ?) et des cens appartenant à Bernard Garnier transmis à l’hôpital Saint-Jacques de Galice 798.

  • 799 AD13 B 1177, fol. 64v n° 598 (1405) ; 351 E 225, fol. 100 (1406) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430) ; (...)
  • 800 AD13 2 G 214 n° 1468 (7 juin 1390) ; 351 E 175, fol. 7 (14 avril 1424) ; 28 H 39 (23 avril 1424).
  • 801 AD13 351 E 58, fol. 31v (19 juin 1388).
  • 802 AD13 391 E 58bis, fol. 14 (9 juin 1489) ; ACM 2 ii 566 (15 octobre 1492) ; AD13 4 HD B 9, fol. 22 (...)

Un autre petit terrain relève du comte (cens de 8 d.) 799 ; trois autres vergers sont jointifs de ce terrain, dont un servile aux Béguines de Roubaud (8 s.) puis aux Frères mineurs (2 s. 8 d. après 1423) 800. Deux autres terrains sont serviles à la Major ; le premier est vendu en 1388 à Guillaume de Favas 801. Le second passe avant 1514 à l’hôpital Saint-Jacques-de-Galice. Ce terrain est au sud de la rue du Petit-Saint-Jean 802. Il est ensuite regroupé vers 1610 avec le terrain adjacent puis divisé pour construire des maisons au XVIIe s. Il constitue alors les deux-tiers oriental de l’îlot actuellement compris entre la rue du Petit-Saint-Jean et la rue du Relais.

On proposera, par hypothèse, de placer dans cet îlot les cens acquis par Philippa Porcelet en 1297. Ils doivent prendre place à l’est, dans la partie méridionale. Sans pouvoir situer précisément ces possessions, il est vraisemblable de placer dans ces îlots des terrains serviles à la famille de Roquefort, au contact de la rue de Roubaud.

  • 803 AD13 B 1962 et B 1963 (1502 et 1503) ; 352 E 153, fol. 303 (21 avril 1558) ; B 859, fol. 46 (1560 (...)

A partir du début du XVIe s., les îlots 2 et 5 sont assemblés en une même grand espace non bâti 803.

  • 804 AD13 355 E 123, fol. 196 (6 octobre 1433).

L’îlot 7 est compris entre la traverse des Cordiers à l’ouest et la rue de la Providence à l’est. Il est limité au sud par la rue de Roubaud. Au nord de l’îlot, au contact de la rue Crote-Vieille, un terrain est servile dans la première moitié du XV e s. à Bérenger Vivaud 804. Le confront donné avec la rue de Roubaud semble indiquer que l’ancienne traverse des Cordiers a pris ce nom.

  • 805 AD13 355 E 123, fol. 204v (7 novembre 1433).

A la même date, un autre terrain paie un cens à l’hôpital Saint-Esprit 805. Dans les deux cas, les terrains sont dits derrière l’église des Franciscains ; les repères topographiques sont quasiment inexistants à cette époque dans les anciennes zones de faubourg, à l’est de la ville.

1.2. Du faubourg des Roubaud au quartier de Blanquerie (C. Castrucci)

Lorsqu’en 1666 arrivent les lettres patentes de Louis XIV, celles-ci ne concernent pas seulement les projets d’agrandissement de la ville de Marseille. Las de la volonté d’indépendance de Marseille vis-à-vis des autres provinces du royaume, le roi va utiliser la récente victoire de ses troupes sur la ville pour prendre un certain nombre de décisions visant à réinstaller l’autorité royale dans la cité phocéenne. Il supprime le consulat afin d’écarter la noblesse locale du pouvoir communal, il ordonne la construction des deux forts Saint-Nicolas et Saint-Jean, signe un édit d’affranchissement pour relancer le commerce. Mais le roi décide également de faire de Marseille une ville d’une aussi grande ampleur que d’autres villes européennes du XVIIe s. Son projet « s’inscrit dans la droite ligne des opérations urbanistiques qui affecte l’ensemble des pays européens » (Henin 1986). Et en particulier Rome, que le pape, à la fin du XVIe s., décide de transformer en une ville dont la magnificence aura pour rôle de mettre en valeur la « victoire du dogme catholique ». Les principes de ce nouvel urbanisme allient l’ouverture de nouvelles rues, l’aménagement de places, au goût de la mise en scène visant à mettre en valeur de belles églises en faisant le choix de la géométrie et de l’uniformité des façades. Ce qui n’est pas sans rappeler une ancienne tradition italienne, puisqu’au Moyen Âge, l’une des grandes voies de la ville de Florence est conçue comme une rue de prestige : on y impose de belles pierres et on réglemente la hauteur et le dessin des arcades et des fenêtres ; la rue prolonge la place en vue des rencontres sociales (Heers, 1989, p. 292). A Marseille, c’est exactement ce qui est voulu pour le Cours. On le voit bien sur la gravure de Jacques Rigaud inspirée du tableau de Michel Serre qui le représente. Au premier plan, des personnes de qualité se promènent tout en discutant (cf. fig. 35).

  • 806 « Consistant la maison vandue en une cave qui contient le long de lad. maison et encore va au des (...)

Marseille est depuis trop longtemps resserrée dans ses murs ; dans les vieilles rues étroites de la vieille ville, autour de l’Hôtel de Ville comme dans le quartier Saint-Jean, on a tenté de trouver des solutions au problème de logement : extension des immeubles en cœur d’îlots, rehaussement de plusieurs étages, réunion de deux maisons, comme on en trouve plusieurs cas au Corps-de-Ville. L’imbrication des maisons ainsi produite ajoutée au manque d’entretien des immeubles, ont créé une situation de promiscuité, d’insécurité et d’insalubrité devenue insupportable avec le temps. La maison qu’André de Gérente vend à Jean Fouquier en 1662 est de ce point de vue assez caractéristique : elle comprend une cave qui passe au-dessous de la maison du vendeur ainsi qu’un magasin au-dessus, dont l’entrée est séparée de celle de la maison d’habitation de Gérente par un couloir 806.

L’état de délabrement des constructions décrit par les nombreux rapports de future cautelle rencontrés sont, en outre, une preuve de plus d’incommodité. Cette situation est aggravée aussi par le fait que de plus en plus le logement sert de lieu de travail : outre la famille, ces immeubles accueillent également un certain nombre de manouvriers qu’on loge quelquefois et qui viennent se rajouter à la population déjà trop nombreuse.

C’est alors par le côté est de la ville, près de la porte du marché, que le Bureau de l'Agrandissement décide de faire commencer les travaux d'extension. Le projet est d’inclure l’ancien faubourg médiéval, le faubourg des Roubaud ou faubourg Saint-Louis ou encore faubourg Saint-Bauzille dans la nouvelle enceinte de la ville. L’aspect de ce quartier va être complètement transformé en quelques années. Quel était-il avant la transformation ? C’est à son évolution entre le début et la fin du XVIIe s. que cette étude est consacrée.

1.2.1. Situation du faubourg au début du XVIIe s.

Lorsqu’en 1666 Louis XIV prend la décision d’agrandir Marseille, le secteur du « quartier des Roubaud » est un faubourg où s’est installée au fil du temps une population essentiellement composée d’artisans et d’aubergistes. Plusieurs dénominations le désignent : faubourg Saint-Louis, faubourg de la Porte du Marché, bourg Saint-Bauzille. Composé au début du siècle de grandes propriétés appartenant à des familles nobles telles celles de Beaulieu ou de Riquetty, occupées essentiellement de jardins et d’espaces arborés, ce secteur a déjà évolué lorsqu’arrivent les lettres patentes royales en 1666.

Situation topographique

  • 807 ACM BB 105, fol. 373.
  • 808 ACM BB 105, fol. 373 et ACM BB 105bis, fol. 944.

L’îlot fouillé est situé en bordure du rempart médiéval, dont il est séparé par une quarantaine de mètres, face à une place appelée le Grand-Caire, dont l’appellation se perdra au fil du temps mais qui, durant tout le XVIIe s., sert de point de repère pour le localiser. Il est bordé au nord, à l’est et au sud par trois chemins dont les noms évoquent, comme c’est souvent le cas à cette époque, l’endroit vers lequel ils conduisent. Ainsi au nord, se trouve un chemin défini par certains textes comme « le chemin tirant aux Pères Augustins Réformés » 807. En 1671, les échevins décident, pour l’élargir, d’empiéter sur un terrain placé au nord, appartenant à André de Félix, sieur de Beaulieu, et lui réclament la « contenance de vingt quatre canes cinq pans et demy carré de son jardin » 808 pour élargir le chemin et le transformer en rue qui prendra le nom de Dauphine (il n’est pas élargi mais entièrement déplacé vers le nord) ; au sud, un autre chemin dont une partie est comprise dans la cession de la demoiselle de Guérin, sépare deux îlots. Les textes ne le désignent en général que comme traverse quelquefois en précisant « traverse derrière le Relais ». Prolongée en 1674 au moment de l’agrandissement de la ville, la « rue qui vient du cours et passe dans la rue du logis de St Jean », prendra à partir de ces années là le nom du logis éponyme, nom qui ne deviendra pourtant définitif qu’aux alentours de 1720. Le chemin situé à l’est de l’îlot est défini essentiellement par rapport au Relais des chevaux qui se trouve dans l’îlot sud et est ainsi appelé « rue du Relais » ou encore « la rue du bureau des chevaux ». Ce n’est qu’à partir de 1675, lorsque l’établissement des bains sera construit, qu’elle prendra le nom de rue du Baignoir.

  • 809 ACM BB 105, fol. 262v.
  • 810 Les pères Recollets de l’ordre de Saint-François acquièrent des terrains plantés de vignes au lie (...)

Dans la prolongation du Grand-Caire, un chemin sera transformé après l’Agrandissement en rue en direction de la Porte royale ; il est occupé par la grande propriété de Beaulieu qu’il vendra dans les années précédant l’agrandissement, en grande partie à l’un des principaux échevins, Barthélémy Couzinery 809. Les Pères Récollets s’installent dans le secteur entre la Porte royale et le Grand-Caire 810, au même moment où les pères de la congrégation du Saint-Sacrement prennent possession des terrains proches de la porte du Marché qu'ils acquièrent en 1636.

L’image d’un faubourg essentiellement occupé par des jardins au début du XVIIe s. est confortée par l’acte d’arrentement que passe Claire de Guérin en faveur des pères de la congrégation du Saint-Sacrement. Ce grand jardin d’environ 3000 m2 est en effet voisin de trois autres îlots dont les jardins ont une superficie analogue. Toutefois, quelques constructions sont disséminées sur ces propriétés, en particulier au bord des chemins, servant d’habitations, de bâtiments agricoles ou encore d’auberges.

Des îlots peuplés d’auberges ?

  • 811 AD13 380 E 172, fol. 1733.

Lorsqu’en 1636 Claire de Guérin passe en faveur des pères de la congrégation du Saint-Sacrement un arrentement perpétuel pour des terrains qu’elle possède près de la porte du Marché, seul un petit bâtiment contenant une pille et un second servant d’étable avec une basse-cour semblent installés sur l’ensemble transmis. Celui-ci est composé d’un grand jardin d’environ 3000 m2 attenant à un autre jardin de 100 m2 et de neuf places de maisons représentant approximativement 1000 m2 811 (fig. 222).

Fig. 222. Plan du secteur de l’Alcazar, partiellement restitué, en 1636 (en haut) et 1668 (en bas) (DAO B. Sillano/Inrap)

Fig. 222. Plan du secteur de l’Alcazar, partiellement restitué, en 1636 (en haut) et 1668 (en bas) (DAO B. Sillano/Inrap)

Dans le même îlot, quelques maisons sont présentes sur les terrains voisins, et l’on peut imaginer la reconstitution suivante pour les années 1634-1640. À l’ouest, du côté de la place du Grand-Caire, quatre maisons dont trois sont des auberges : Les Trois Mulets appartenant à Jean-Claude Gauthier (parcelle 28), Le Canard acquise par Henry Geoffroy en 1634 (parcelle 27), et Le Cheval Rouge de George Evesque, qui fait l’angle avec la traverse (parcelles 22 à 24). Entre les deux dernières sont situées une place de maison cédée au Pères de la Mission en 1636 (parcelle 26) et la maison acquise en 1640 par Antoine Charousset, jouxtant celle de George Evesque (parcelle 25). Au nord, à l’angle du Grand-Caire et du chemin tirant aux Augustins, une place de maison contenant un petit bâtiment. Au nord-est, la maison de Claire de Guérin (parcelles 10-11) ; à l’est, sur la traverse, la maison de François Gaillard. Se succèdent ensuite trois places de maisons entourées de murailles d’une hauteur de 2,50 m à 3 m, contenant étable et basse-cour ; elles sont en bordure sud du grand jardin cédé aux Pères de la Mission de Provence. Une autre place de maison, la plus à l’est et qui fait l’angle, se trouve en face de la propriété de Barnier, dont elle est séparée par une traverse. Ces cinq parcelles (parcelles 17 à 21) sont séparées d’un autre îlot placé au sud par une traverse. Celui-ci est occupé par le Relais des chevaux appartenant à François Pagi, entouré d’un grand jardin planté d’arbres fruitiers et de la maison de Pagi. Une autre auberge, le Logis de la Celle d’Or est attenante au Relais ainsi que de trois autres maisons. L’existence de deux autres auberges dénommées respectivement Logis des Deux-Indes et Logis des Trois Dauphins est attestée par des textes de 1675. Il est probable qu’elles étaient déjà là bien avant. Ce qui porte à trois le nombre des auberges présentes dans cet îlot. Et à six pour l’ensemble des deux îlots en bordure du Grand-Caire.

On sait très peu de choses sur ces bâtiments que seule l’estime établie en 1668 détaille, alors que plusieurs d’entre eux ont déjà subi des transformations. Les bâtisses sont composées de deux étages dont les dimensions varient de 5,50 m à 11 m de large, et de 8 à 14 m de long. Plusieurs d’entre eux ont leurs rez-de-chaussée occupés par des boutiques et ils ont tous un cellier, une écurie, un grenier à foin au-dessus. Certains ont été restaurés dans les années 1655-1666. C’est le cas du Logis du Petit Saint-Jean transformé entre 1656 et 1662 par Antoine Voulaire, réunissant deux maisons que lui vend Nicolas de Felix. La partie côté est est rehaussée de six mètres environ doublant quasiment sa hauteur. On ajoute des chambres et des appartements. Quelques éléments en pierre de taille sont apportés à la construction : appuis des fenêtres, puits. On installe un système d’évacuation des eaux usées (cf. supra § I, 2, 3.2.2.).

Ce n’est que dans les années 1674-1675 que l’îlot va être le lieu de profonds changements que l’on peut évaluer en comparant les deux rapports d’expertises dressés respectivement en 1667 et 1684 par les experts du Bureau de l’Agrandissement dans le but d’évaluer les propriétés concernées par l’agrandissement. C’est ce dont il va être question.

1.2.2. Le faubourg des Roubaud : le début des travaux de l’Agrandissement

À partir des années 1668-1670, les décisions vont se succéder. On projette la création d’un cours « symbole essentiel et le fait principal par quoi se caractérise la ville baroque » (Argan 1964). Le cours va devenir l’un des lieux symboles permettant le lien et l’articulation entre les anciens et nouveaux quartiers de la ville (Durousseau 1990, p. 25) ou au contraire en marquer la séparation (Chancel 1978). À Marseille en particulier, le Cours a pour rôle de faire contraste avec la vieille ville. Louis XIV veut que ce quartier de l’Agrandissement se distingue par rapport à la vieille ville peuplée de nombreux artisans. On espère surtout qu’il deviendra le quartier de la nouvelle élite dirigeante.

Nicolas Arnoul, l’Intendant des Galères, chargé par Colbert de diriger les travaux, nomme une commission qui, conseillée par les ingénieurs du roi, va mettre au point les premiers projets d’urbanisme. Mais la municipalité, se considérant flouée par les différentes mesures royales, est réticente à tous les projets de transformations. Elle obtient l’accord d’Arnoul puis de Colbert de diriger elle-même les travaux de l’Agrandissement. Le résultat est immédiat : les échevins décident d’annuler la commission d’Arnoul qu’ils remplacent par le « Bureau de l’Agrandissement », ayant à sa tête un Directeur et composé de commissaires choisis par eux-mêmes. Selon André Zysberg, Nicolas Arnoul se serait servi de son rôle de médiateur dans cette affaire pour en tirer d’immenses profits. Il semble en effet que Nicolas Arnoul se soit enrichi grâce à l’Agrandissement en pratiquant une spéculation foncière effrénée, et fait construire plusieurs immeubles sur la rive méridionale du port (Zysberg 2007). Ce qui peut expliquer qu’il ait soutenu les échevins dans leur volonté de gérer eux-mêmes la question de l’Agrandissement de la ville. Sa position de médiateur lui permettait en effet, tout en restant l’homme du roi, de pouvoir œuvrer pour ses propres intérêts. Aussi, il n’était pas très apprécié des Marseillais.

Quoiqu’il en soit, à partir de ce moment là, la municipalité, forte de cette reprise en main des opérations, va les diriger non sans favoriser les intérêts de ses membres et de ses alliés.

La reprise en main municipale : les premières mesures

On va utiliser les anciennes lices de la ville pour l’ouverture du Cours. Au vu des prescriptions établies, il apparaît que la municipalité a tenté de concilier la volonté royale désireuse de permettre à Marseille de trouver sa place dans le rang des grandes villes européennes modernes, et la conservation une certaine autonomie afin de pouvoir favoriser les intêrets locaux.

La décision royale suivie de la reprise en main des opérations et de l’instauration du Bureau de l’Agrandissement vont avoir plusieurs effets : tout d’abord la nomination d’experts, en l’occurrence les architectes Gaspard Puget et Mathieu Portal, chargés de dresser le plan d’alignement et d’évaluation des propriétés qui seront comprises dans l’Agrandissement.

  • 812 ACM DD 157, fol. 123 à 143v.
  • 813 ACM DD 155, fol. 229 ; DD 157, fol. 127 ; DD 159, fol. 47, 49, 61.
  • 814 ACM DD 164.

En 1668, la visite de toutes les maisons qui doivent être insérées dans le nouveau quartier est effectuée. Le rapport détaille les dimensions et la composition de chacune d’elles et en fixe la plus-value 812. Un autre rapport sera établi en 1682 suite aux « coupements » qu’avaient dû subir les maisons situées sur le Cours : chaque propriétaire reçoit un dédommagement financier pour les superficies soustraites 813. Grâce à ces deux rapports nous pouvons nous faire une idée assez précise de l’évolution du quartier en moins de vingt ans. Ainsi l’auberge du Mouton Couronné, construite sur une place appartenant déjà aux pères de la Congrégation, placée entre celle de Laurent Geoffroy au nord et celle d’Étienne Chaurousset au sud n’était pas signalée lors du premier rapport. Elle devait être un passage pénétrant dans l’îlot par où passaient les attelages. Le rapport précise qu’effectivement une maison y a été construite depuis l’agrandissement. De même, les deux maisons qui leur appartiennent donnant sur « la rue du Bureau des chevaux », ont été édifiées après 1668 814.

La transformation du quartier va découler d’un certain nombre de mesures mises en place : d’abord une évaluation des propriétés comprises dans l’Agrandissement afin de fixer d’une part la superficie à ôter pour l’alignement des rues ; d’autre part la plus-value dont elles seront l’objet.

  • 815 ACM BB 105, fol. 262 v en 1671.
  • 816 C’est la future rue du Petit-Saint-Jean, ACM DD 159, fol. 71 en 1674.
  • 817 ACM DD 106, du 21 juin 1674.
  • 818 ACM DD 101.

Pour élaborer le plan d’alignement et créer un système viaire nouveau, la communauté fait l’acquisition de terrains privés qu’elle utilise pour ouvrir de nouvelles rues ; c’est le cas pour la rue Royale, ou pour la rue Dauphine dont la place nécessaire est prise sur des terrains acquis par Barthélemy Couzinery, un des principaux échevins de l’époque 815. La mise en place de la rue du Petit-Saint-Jean, « qui va du cours, en passant par le Logis de Saint-Jean vers la porte nouvelle des pères Augustins refformés » se fera grâce à une portion de terrain prise dans le jardin du seigneur de Negreaux 816, puis dans celui du Sr de Ruffy 817. Dans le quartier de Bernard du Bois, la rue éponyme venant de la porte d’Aix à celle de Bernard-du-Bois est prolongée par une percée dans un terrain de Jean Garnier que la communauté lui achète en avril 1677 ; en contrepartie le propriétaire est dispensé du droit d’enceinte 818.

Cependant, la résistance des habitants est grande. Plusieurs cherchent à tirer profit de la situation. Nombre d’affaires signalent des cas de personnes ayant acquis des terrains dans l’Agrandissement. Ces événements démontrent aux autorités municipales, la nécessité d’ouvrir une rue qui valorisera leur propriété, au détriment de tout raisonnement urbanistique.

  • 819 ACM DD 101.
  • 820 ACM DD 101, 17 janvier 1728.

C’est le cas de Barthélémy Couzinery qui use de son influence d’échevin sur le conseil municipal pour faire ouvrir deux rues : la rue Dauphine et celle du Baignoir afin de mettre en valeur ses propriétés. Cette manière de procéder et de construire la ville en fonction de profits personnels continuera au XVIIIe s. Ainsi, les quatre maîtres maçons qui achètent à Anne Dordis en 1715 des terrains, situés près de la porte Saint-Lazare « ditte du Bernard du Bois » sur lesquels ils sont « dans la resolution dy construire des maisons et de les vendre » demandent au conseil municipal d’ouvrir gratuitement deux rues dans leur terrain. Cela leur est accordé par délibération municipale le 20 décembre de la même année 819. La fille de Jean Garnier qui avait cédé un terrain pour l’ouverture de la rue Bernard-du-Bois en 1677, fait modifier une décision municipale pour la prolongation de la rue venant des Capucins. Cela lui est accordé. De même, la prolongation de la « rue tirant de midy a tremontane » qui doit passer dans la propriété de Jean Garnier au sud-est de la rue Bernard-du-Bois 820 est soumise, suite aux plaintes des propriétaires voisins, à des discussions qui durent des années.

  • 821 AD13 C 2181, doc. 13, vers 1670.

Les sources nous éclairent nettement sur les manœuvres municipales, la communauté n’hésitant pas à modifier les plans d’urbanisme prévus initialement en fonction d’intérêts particuliers. La supplique que les prêtres du Saint-Sacrement envoient à l’Intendant de justice, Monseigneur Rouillé, comte de Meslay, est, sur ce point, révélatrice. Par cette demande, l’économe de la Congrégation révèle que les prêtres avaient construit leur église en fonction de l’établissement d’un premier plan d’alignement. Or, comme cela gênait le Juge du palais, les commissaires chargés de l’Agrandissement prétendent en avoir établi un autre, qui est cette fois préjudiciable aux pères. L’économe porte ce recours auprès de l’Intendant « pour faire remettre les choses dans l’estat quelles doivent estre » et argue également du fait qu’il n’a pas été consulté avant la décision de ces modifications alors que le couvent était le premier à en subir les inconvénients 821.

  • 822 Cette référence est donnée par B. Hénin (1986).

La mise en place d’une réglementation de la construction visant à normaliser et uniformiser les maisons sur le cours arrive de façon concomitante. La communauté vend des terrains à des particuliers qu’elle charge d’appliquer les normes de construction établies par le Bureau : c’est ainsi que la « place à bastir maison » joignant celle qu’il possède déjà sur le cours que reçoit le marchand de poudres Jean-Baptiste Pontis en 1670, doit servir de modèle à toutes celles qui seront ensuite construites sur le cours. La décision prise en Conseil municipal notifie que « la maison que ledict Pontis fera construire tant dans ladite place, triangle, qu’en sa vieilhe maison doibt servir de regle et modelle aux autres que seront construites audict cours ». L’acte de vente décrit une partie de ces règles : la maison devra avoir sur le cours un arc de 6,50 m de hauteur pour 3,50 m de large, dans lequel la porte d’entrée sera comprise. Les fenêtres de l’entresol, également compris dans l’arceau, auront 1,50 m de largeur et autant de haut ; alors que les fenêtres de la pièce principale auront 2 m de hauteur et seront décorées d’une « plate bande » au-dessus ; celles de l’étage supérieur, placées à 4,50 m au-dessus, pourront se faire en ovale. La décoration sera composée de corniches, de triglyphes et d’architraves. Si le Sr Pontis décide après l’établissement du contrat, d’ajouter d’autres étages, ceux-ci ne devront pas avoir plus de 3,50 m de haut. Le parvis de sa maison donnant du côté du Cours, devra être pavé « de brique a la fasson du quay du port » (cf. fig. 20) alors que du côté de la rue on pavera avec de la pierre. L’angle de la maison devra être fait « de taille a grand bossage en talus d’un pour canne » 822.

  • 823 La hauteur précise des constructions devait être indiquée dans ce prix-fait du logis appelé « le (...)

Les prix-faits des maisons dont les vestiges ont été retrouvés en fouille en bordure du Cours, et qui sont reconstruites au moment de l’Agrandissement, donnent moins de détails sur la décoration mais prescrivent d’autres consignes. Les maisons, amputées d’environ 4,50 m pour l’alignement du Cours, doivent être pratiquement reconstruites en entier. Quatre des six contrats de construction des maisons concernées ont été retrouvés. Ils font référence à celui correspondant à la maison que font construire les Pères de la Mission 823, et qui doit leur servir de modèle. Ils précisent que « le carage sera fait de pierre de tailhe de la mesme hauteur, architecture et façon de celluy de lad. maison desd. Pères missionnaires ».

  • 824 Il est curieux de constater que dès 1658, André de Felix, seigneur de Beaulieu, lotit la partie d (...)
  • 825 ACM CC1, fol. 88.

En même temps, s’opère dès les années 1666-1670 une flambée spéculative qui va voir d’immenses propriétés vendues à des gens qui vont les lotir et les revendre plus cher 824. Ainsi Barthelemy Couzinery achète en 1670 les terrains d’André de Félix, seigneur de Beaulieu situés entre la propriété des pères Récollets et celle des pères de la Mission de Provence, exceptés environ 1600 m2 que le vendeur se réserve. Dans les deux années qui suivent, il lotit l’intégralité et les vend une à une. Les pères de la Mission de Provence, qui n’avaient pas utilisé toute la partie située à l’est de leur jardin, la lotissent à des fins locatives. Ce qui justifie qu’en 1729, ils déclarent posséder, en plus de leur église, de la maison presbytérale et de leur jardin, « cinq maisons et demi des six qui sont sur la dite rue du Relais » ainsi qu’ « une maison … servant de Logis où pend pour enseigne le Mouton Couronné, avec les écuries qui y sont dans le fonds » 825.

  • 826 Les références des textes sont dans le rapport de l’Alcazar, Bouiron 2001b, vol. 6, p. 174-179.
  • 827 Vente de place à bâtir du Sr Couzinery à Jean-Baptiste Besson le 2 novembre 1671 : AD13 362 E 124 (...)

À partir de 1671, c’est Thomas de Riquety, sieur de Negreaux qui lotit sa propriété de part et d’autre de la rue du Petit-Saint-Jean. Celle-ci, comme cela a été évoqué, a été percée dans sa propriété. Les quatorze places vendues dont les textes nous ont fourni la trace, ont entre 5,50 et 6 m de largeur en façade pour 14 m de profondeur. Il les cède pour 36 livres la canne carrée 826. C’est-à-dire un peu moins cher que celles que vend Barthélémy Couzinery qui, lui, vend 28 cannes carrées pour 1120 livres soit 40 livres la canne carrée 827. En revanche, à la même époque, Jean-Paul de Foresta propriétaire d’un grand domaine dans un des îlots situé à l’est de celui qui nous occupe, vend plusieurs lots de son bien au prix de 60 livres la canne carrée : à une ou deux années près, les prix des terrains proches du Cours ont flambé. En revanche près de la porte d’Aix et de la nouvelle enceinte, Anne Dordis, déjà citée, vend en 1716 un terrain au prix de 7 livres la canne carrée aux maçons Graille, Pecoul et Tian. C’est au même prix de 16 livres qu’elle vend encore, huit ans plus tard 201 cannes à la raffinerie de salpêtre pour 16 livres la canne carrée. Même si l’on prend en compte une dévaluation de la monnaie, la différence est trop importante pour ne pas mettre en évidence l’importance de la valeur qu’avaient pris les terrains aux abords immédiats du Cours dès le début des travaux, valeur qui ne s’étend aux autres quartiers que progressivement.

La transformation de l’îlot face au Grand-Caire au moment de l’Agrandissement

  • 828 AD13 393 E 76, fol. 456v, 363 E 150, fol. 1434 et 363 E 157, fol. 393.
  • 829 AD13 360 E 158, fol. 262v.
  • 830 AD13 367 E 159, fol. 930v et 1182v.

À partir des années 1666, l’îlot va subir d’importantes transformations qui verront leur aboutissement en 1675 au moment où toutes les maisons donnant sur le Cours auront été rénovées. Du côté de la rue du Petit-Saint-Jean déjà, en 1656, Nicolas de Felix vend « deux places à bâtir maison se joignant » qui font l’angle de la rue du Petit-Saint-Jean et de celle du Relais des chevaux à Antoine Vollaire. Elles sont entourées de murs de clôture et ne contiennent qu’un petit bâtiment agricole. Le nouveau propriétaire fait reconstruire une maison de deux étages avec boutique au rez-de-chaussée 828. En 1662, Jean-Baptiste de Félix, neveu de Nicolas, vend à Antoine Evesque les deux places à bâtir contigües. L’une des deux contient un petit bâtiment d’un étage de 8 m de large pour 3,50 m de haut environ 829. En 1671, Étienne et Jacques Boisson achètent une écurie et un grenier à foin faisant partie des biens acquis quelques années auparavant par Antoine Evesque et font immédiatement des travaux 830.

  • 831 AD13 390 E 235, fol. 332v.

Henry Evesque revend le Logis du Cheval Rouge à Jacques Ribouton. Cette auberge est composée de deux corps de bâtiment. Ils communiquent par l’intérieur de l’îlot et forment un L ; un bâtiment sur le Cours, l’autre sur la rue du Petit-Saint-Jean. La reconstruction des deux s’opère entre 1674 et 1675. Elle met bien en évidence la volonté de privilégier et de normaliser l’aspect des immeubles situés sur le Cours. Ce qui n’était pas le cas dès que l’on pénétrait dans les rues adjacentes. En effet, la partie de l’immeuble placée sur la rue aura deux étages, une écurie, et une terrasse au-dessus, alors que, comme les autres maisons situées sur le Cours, l’autre corps de bâtiment de l’auberge aura quatre étages 831.

  • 832 AD13 390 E 236, fol. 191 ; 361 E 62, fol. 100v ; 390 E 236, fol. 240v ; 380 E 171, fol. 1411.
  • 833 Le nombre de fenêtres par étage n’est connu que pour la maison d’Antoine Evesque qui fait l’angle (...)

Les principales transformations de l’îlot concernent les bâtiments conventuels et les maisons situées sur le Cours. Les quatre prix-faits déjà signalés établis pour ces dernières en 1675, concernent les maisons de Jacques Ribouton, Anthoine Chaurousset, Alexandre Evesque et Laurens Geoffroy 832. Diverses consignes sont communes pour les quatre constructions. Le nombre d’étages est fixé à quatre, et leur hauteur totale égalisée. De même, la hauteur des fondations devra être de 2,50 m sous terre et de 60 cm d’épaisseur. Les façades sont faites en pierre de taille du plan de la rue jusqu’au toit. À l’intérieur, plusieurs détails sont à respecter. Notamment l’édification d’un escalier en vis qui sera fait de quatre tours ; seules les quatre premières marches sont en pierre de taille, les autres sont construites avec du gip. On prévoit trois cheminées pour chaque maison dont le tuyau devra sortir au-dessus du toit de 1 m. Leur foyer sera en pierre de taille avec un bard contre le mur. À côté on posera un évier muni d’un système pour l’écoulement de l’eau qui sera relié à une évacuation générale afin d’être dirigée vers un collecteur « leurs esguiers conduits par les bourneaux jusques à la rue pour y conduire les eaux ». Les rez-de-chaussée sont occupés par une ou deux boutiques. Il y a une écurie à la maison de Jacques Ribouton où l’on précise qu’il faut poser des anneaux, des crèches et des rateliers pour les chevaux. Si plusieurs détails font défaut, comme la hauteur de chaque étage par exemple, ou le nombre de fenêtres 833, d’autres ne sont pas laissés au hasard. Comme le type de plancher qui sont à édifier qui devront être « negats » et la qualité du bois dont on précise qu’il devra être neuf.

L’aspect scénographique est évidemment mis sur les bâtiments donnant sur le Cours. Il n’en est pas de même de ceux situés dans les rues adjacentes, même aux abords immédiats du Cours et notamment dans la rue du Petit-Saint-Jean. On remarque la différence de construction entre les deux corps de bâtiment du Logis du Cheval Rouge, dont on se souvient que l’un est sur le Cours, l’autre dans la rue du Petit-Saint-Jean. Ils n’ont pas la même hauteur, puisque le bâtiment le moins en vue n’a que deux étages alors que l’autre en a quatre. De plus, l’utilisation de la pierre de taille pour sa façade n’est pas précisée, ce qui laisse supposer qu’on l’a construite en maçonnerie ; en revanche la brique est choisie pour faire les fenêtres. La partie du côté du Cours de la façade de la maison d’Antoine Evesque est en pierre de taille à l’identique de ses voisines ; pour celle du côté de la rue du Petit-Saint-Jean la pierre de taille n’est utilisée que « jusques au premier courdon de coudiere », puis autour des fenêtres.

D’une façon générale, outre la mise en valeur des maisons du Cours qui vient d’être évoquée, on remarque le soin apporté à la construction elle-même à partir de cette époque. Ce qui vient faire contraste avec la plupart des maisons construites antérieurement dans la vieille ville. En particulier, l’amélioration du système d’écoulement des eaux, relié à la rue par les bourneaux et les gorgues. L’utilisation de la pierre de taille dans le foyer des cheminées sert à protéger les murs mitoyens d’une usure précoce ; il devient nécessaire de faire sortir leurs tuyaux d’un mètre au-dessus du toit pour prévenir le refoulement des fumées et les risques d’incendie. On soigne également l’étanchéité des sols que l’on fait systématiquement carreler.

Valorisé aussi bien par le roi que par la communauté, l’ancien faubourg des Roubaud offrait l’occasion à nombre d’artisans, pour la première fois, de venir s’installer pour travailler dans un lieu où il y a de la place. On se souvient que les parcelles vendues par Thomas de Riquetty ont entre 5 et 6 m de large sur 14 m de profondeur. Celles cédées par André de Felix, seigneur de Beaulieu ont aussi 5 m de large pour 12 m de long. Quant à Barthélemy Couzinery les lots qu’il vend sont larges de 8 m et profonds de 14 m. L’intérieur de l’îlot de l’Alcazar, occupé jusque là par des écuries ou des jardins, offre des possibilités d’extension aux auberges qui s’y trouvent.

  • 834 Le prix-fait de cet hôtel, daté du 18 juin 1672, confié à César Portal et Alexandre Casteau, est (...)

C’est pourquoi, dans un premier temps, ce ne sont pas des gens de la nouvelle classe dirigeante qui viennent s’installer dans ce quartier. Les actes de vente des terrains lotis par Barthelemy Couzinery et par Thomas de Riquetty viennent confirmer l’analyse de la répartition socio-professionnelle des commanditaires de ce quartier de l’agrandissement qu’a fait Béatrice Hénin : les places à bâtir sont acquises en majorité par des artisans, des marchands, des voituriers et des aubergistes (Henin 1986, p. 7). Aussi, les demeures prestigieuses du type de celle de l’Hôtel de Pesciolini, dénommé également Maison aux Cariatides, étudié par Georges Reynaud, ne sont pas nombreuses 834. Les auberges se sont agrandies et multipliées à partir de l’Agrandissement parce que la demande en était importante du fait de la nouvelle situation de ce quartier.

Une des destinations premières du Cours a été d’offrir un lieu de sociabilité à la bonne société marseillaise. En cela, il a répondu aux attentes de la royauté. Mais de plus il assurait un lieu de rencontres privilégié pour traiter des affaires. Il offrait un lieu agréable, où voyageurs et négociants venant faire leur commerce, pouvaient s’installer en arrivant dans la ville. La rue Royale, prolongeant le Cours jusqu’à la Porte d’Aix en facilitait l’accès. Être logé dans une auberge du Cours permettait d’avoir l’aisance de la proximité de la vieille ville et du port, où continuaient à se faire l’arrivée et l’expédition des marchandises, et de l’Hôtel de Ville, siège du pouvoir communal. C’était être dans la cité marseillaise, sans avoir les désagréments de la vieille ville.

1.2.3. Conclusion

L’avidité de certains spéculateurs, et le soutien que leur ont apporté les échevins ne sont pas les seules raisons qui ont contrecarré la volonté royale de faire de ce secteur un quartier résidentiel.

La poussée démographique du début du XVIIe s. avait entraîné une demande croissante de logements que la vieille ville –à laquelle la seule réponse apportée pendant des années avait été de construire de nouveaux étages dans les immeubles anciens et d’empiéter sur les cours intérieures– n’arrivait pas à satisfaire. Les terrains de l’Agrandissement offrent des possibilités plus importantes de constructions de logements plus vastes dotés d’un jardin et d’une cour en arrière du bâtiment. C’est ce que souhaite Nicolas Arnoul et c’est une solution inespérée.

Premier secteur hors les murs à s’urbaniser au XVIIe s. le faubourg des Roubaud n’est donc pas devenu un quartier résidentiel comme l’escomptait le pouvoir royal. Ce sont en majorité des artisans, des marchands, des aubergistes déjà présents en 1666, qui s’installent en nombre sur le Cours ; c’est ce qui différencie Marseille de sa rivale aixoise.

Comme le montre B. Hénin, l’évolution de ce secteur est donc un « compromis entre les aspirations monarchiques et les habitudes marseillaises » en vue de l’intégration de la ville au royaume français. Ainsi, le mouvement évolutif dont les prémisses sont antérieurs à 1666 va s’amplifier et le développement de la ville va se réaliser en fonction des besoins des classes sociales « en voie d’expansion économique » (Henin 1986).

2. Le bourg de Morier médiéval

Entre la fin du XIIe et le milieu du XIV e s., l’espace suburbain se densifie considérablement. Des phases d’occupation bien différenciées ont pu être mises en évidence grâce à la fouille.

2.1. L’occupation au XIIe s. (E. Leal, N. Scherrer)

C’est probablement à partir du XIIe s. que l’expansion urbaine se manifeste dans les zones hors les murs. Les constructions ultérieures et l’érosion ont laissé peu de vestiges des premières phases d’occupation.

2.1.1. Une première occupation médiévale (début du XIIe s.) 835

  • 835 D’après É. Leal et P. Mellinand in Bouiron 2001b.

Les premières traces tangibles d’une occupation médiévale apparaissent au-dessus d’une phase alluviale caractérisée par d’épais dépôts de limons jaunes qui viennent sceller l’arasement des structures de l’Antiquité tardive. La seule construction alors attestée sur le site est un bâtiment isolé, situé dans la partie centrale du terrain, à l’est du chemin de Morier (fig. 223). Autour de cet édifice, des zones de circulation ont été identifiées, le reste du terrain étant vierge de vestiges. Néanmoins, à l’extrémité orientale du site, des niveaux d’occupation sont ponctuellement perceptibles. La dissémination de ces témoins n’est justifiée qu’en partie par les multiples perturbations postérieures ; elle est le marqueur d’un paysage clairsemé ouvert essentiellement sur la ruralité.

Fig. 223. Plan des vestiges au XIIe s. (DAO F. Gueriel, J. Isnard /Inrap)

Fig. 223. Plan des vestiges au XIIe s. (DAO F. Gueriel, J. Isnard /Inrap)

Le bâtiment 1

Le bâtiment 1, de plan carré, mesure 9,40 m de côté et il est constitué de deux pièces, 1A au nord et 1B au sud (fig. 224). Son état de conservation est particulièrement médiocre en raison de la densité de l’occupation ultérieure et de la récupération presque systématique des matériaux de construction. Un épisode alluvial a également endommagé voire partiellement détruit ces installations déjà très frustres.

Fig. 224. Le site de l'Alcazar vers 1170 (dessin G. Frommherz/Inrap)

Fig. 224. Le site de l'Alcazar vers 1170 (dessin G. Frommherz/Inrap)

Le mur de façade occidental de ce bâtiment peut être restitué à l’emplacement d’un mur de façade d’un îlot établi lors de la mise en place du faubourg au XIIIe s. La façade orientale est partiellement conservée sur ses deux assises de fondation. L’appareil assisé est constitué d’un double parement de moellons grossièrement équarris avec blocage interne composite (tuiles, briques, galets, cailloux de calcaire), lié à la terre. La première assise forme un ressaut et elle est essentiellement réalisée avec des galets ; la seconde mêle galets et moellons de calcaires divers, de grès ou de poudingue. La largeur de ce mur est de 50 cm et atteint 65 cm avec le ressaut. Les murs nord et sud ont subi un épierrement systématique et il n’en subsiste plus que les tranchées de récupération ou un vestige de parement ; leurs caractéristiques techniques nous sont par conséquent inconnues. Un mur transversal scinde le bâtiment en deux pièces. Il est conservé sur une longueur de 2 m, avec une seule assise de fondation, soit 15 cm de haut. Celle-ci présente un appareil de moellons équarris disposés en boutisse et liés à la terre, formant un parement double sans blocage interne, d’une largeur totale de 60 cm. Les moellons sont taillés dans divers calcaires, du grès ou du poudingue.

La pièce 1A, au nord, s’étend sur une surface de 25,5 m2. Son sol de terre battue présente une surface damée assez régulière, reposant sur une charge de limons sableux ou d’argiles jaunes selon les endroits. Il est en partie érodé puis recouvert par des dépôts de sables et graviers, diffus sur l’ensemble de la surface de l’espace ou ponctuellement concentrés dans des dépressions. La pièce 1B, au sud, s’étend sur une superficie de 36 m2. Elle est également pourvue d’un sol de terre battue, composé d’une couche de limons argilo-sableux jaunes d’environ 20 cm d’épaisseur. Comme le sol de la pièce précédente, la surface a été érodée par le passage d’alluvions, si bien qu’il n’est plus possible d’en observer la surface.

Aucun dispositif particulier ne permet de préciser l’utilisation, ni les accès de ce bâtiment. À l’est, zone que la séquence alluviale a particulièrement érodé, il ne subsiste aucun niveau de circulation aux abords du mur de façade orientale. En revanche, au nord et à l’ouest du bâtiment 1 a pu être fouillée une série de niveaux de circulation extérieure, révélant l’absence d’autres constructions contre la première. Un espace damé se développe vers le nord et l’ouest à partir de la façade septentrionale. Il est matérialisé par un sol de terre battue présentant une surface plane et assez régulière identifiée sur 44 m2. Ce niveau suit l’inclinaison naturelle du terrain vers le sud-ouest. Bien que son étendue n’ait été perçue que sur une bande de 4 m de large le long de la face nord du bâtiment, la séquence stratigraphique observée au-delà de cette surface damée révèle la continuité du remblai de nivellement sous-jacent. Identifié sur une largeur de 7 m, cet épais remblai de limons argileux a été apporté afin de régulariser la série de sédiments de nature et d’origine diverses scellant la destruction des structures de l’Antiquité tardive. Contrairement aux sols des abords immédiats du bâtiment, les terrains plus au nord n’ont pas conservé leur surface de circulation. En effet, le sommet du remblai de nivellement est très nettement incisé par l’évènement torrentiel qui a érodé dans cette zone tous les niveaux de circulation. À l’ouest du bâtiment, des niveaux d’occupation sont identifiés tout le long de la façade occidentale, sur une largeur d’environ 3 m. Les abords du bâtiment présentent soit de simples surfaces de sol damées installées sur un remblai de nivellement limoneux, soit, au contraire, des surfaces aménagées et chaulées sur une épaisseur d’environ 5 cm, localisées devant la pièce 1B. Un niveau identique se retrouve au sud du terrain, ce qui confirme qu’il s’agit d’un chemin nord-sud le long du bâtiment et non d’une simple circulation autour du bâtiment. Par ailleurs, l’espace autour du bâtiment n’est pas strictement horizontal. Il est en effet marqué par un double pendage général de l’est vers l’ouest et du nord vers le sud, identique à la pente générale du site.

Au-delà des abords proches du bâtiment, les terrains qui s’étendent vers l’ouest ne présentent plus aucun aménagement particulier. Néanmoins, les remblais formant les terrains contemporains du bâtiment ont un sommet très régulier et damé attestant d’une occupation sans qu’il soit possible de préciser davantage le statut de ces terres ; l’absence de sédiments propres à la culture ne permet sans doute pas d’envisager ici la présence d’une zone cultivée. Enfin plus au sud, les terrains situés de part et d’autre du chemin sont laissés dans l’état où ils étaient après l’épisode alluvial de la phase antérieure.

Maintien de quelques murs hérités de l'Antiquité tardive

Dans la partie centrale et plus particulièrement au nord, quelques murs, vestiges de l’occupation de l’Antiquité tardive, sont restés dans le paysage et ont peut-être en partie influencé l’orientation du bâtiment occidental. Il s’agit notamment d’un mur de terrasse orienté est-ouest qui est repris dans sa partie haute puisqu’une assise formée de blocs de calcaire mesurant entre 30 et 60 cm et liés à la terre sont disposés sur son arase.

Des traces d'occupations ténues à l'est

La zone orientale du chantier comporte une importante densité de caves modernes et la stratigraphie n’est épargnée qu’en quelques endroits. Au nord-est du site, deux niveaux superposés appartiennent vraisemblablement à la période médiévale, bien qu’aucun élément de datation n’ait été mis au jour. Le remblai inférieur se compose d’un sédiment sablo-limoneux, brun foncé, hétérogène par la nature des inclusions (nombreux cailloux et cailloutis) et des escargots. Un litage des éléments grossiers suggérant une esquisse de semelle de sol peut y être distinguée. Il est scellé par un second niveau limono-argileux brun contenant également des gravillons et des coquilles de gastéropodes.

Une seconde séquence stratigraphique partielle a été mise en évidence à l’extrême sud-est de l’espace, au contact de la limite de chantier. Le plus ancien niveau médiéval repéré, contenant de la céramique du XIIe s., est composé de limons sableux mêlés d’éléments importants, de tuiles en particulier. On observe aussi une compaction et une coloration virant au gris, indication d’une plus grande concentration de matières organiques. Les vestiges présents sont ténus, mais attestent bien d’une occupation de cette zone dès le début du XIIe s.

2.1.2. Une phase alluviale et la tentative d’assainissement du terrain (seconde moitié du XIIes.) 836

  • 836 D’après É. Leal, C. Aubourg et C. Voyez in Bouiron 2001b.

La séquence stratigraphique qui succède aux structures du premier état médiéval présente en certains points du site des dépôts de type alluvial, témoignant de manière tangible d’un ou de plusieurs épisodes d’inondation.

Le recouvrement du bâtiment du XIIe s. et des terres adjacentes

Cet épisode alluvial a été mis en évidence sur les sols à l’intérieur du bâtiment mais également sur les terres environnantes, et plus particulièrement au nord. D’un point de vue archéologique, il se caractérise par la présence de niveaux sableux et gravillonneux qui scellent des incisions dans les couches d’occupation du premier état médiéval. Il intervient sous forme de simple dépôt et recouvre les niveaux d’occupation en place lors de son activité. Son épaisseur peut être très faible, comme le dépôt sableux dans la rue, d’une épaisseur maximale de 10 cm, ou au contraire très importante, comme la séquence au nord du bâtiment 1, alternant graviers et sables sur une épaisseur qui atteint 80 cm. En certains points, son action a été davantage destructrice et érosive puisqu’il se présente sous forme de chenaux de profondeur et d’axe variables, entièrement comblés de dépôts alluviaux. C’est le cas au sud, dans la pièce B du bâtiment primitif, un chenal comblé de graviers, a entamé le sol et, au nord, un second chenal a creusé les surfaces extérieures.

Il semble qu’une partie des terres ait été laissée à l’abandon à la suite de cet épisode alluvial. C’est le cas de la zone correspondant à la surface précédemment occupée par le bâtiment du premier état et à ses terres environnantes. En effet, la séquence stratigraphique de ce secteur présente un hiatus chronologique se traduisant par des sédiments et des structures contemporaines du dernier état médiéval qui se superposent directement à la séquence alluviale scellant la première phase d’occupation. Ainsi l’état du début du XIIIe s. se trouve absent de la séquence stratigraphique de cette zone, témoignant d’un abandon. La datation de cet apport alluvial est, comme pour la phase antérieure, particulièrement difficile. En effet, le mobilier recueilli dans ces niveaux est soit résiduel soit indatable car présent sous forme de fragments non exploitables. Ceci amène à établir une chronologie relative. Ainsi les éléments de datation, proposés avec toute la réserve qu’il convient, placent l’épisode alluvial dans la seconde moitié du XIIe s. Il convient de préciser que si le terminus ante quem, fourni par la tannerie, dont l’occupation intervient chronologiquement à la fin du XIIe et au tout début du XIIIe s. et postérieurement aux dépôts alluviaux, est relativement bien établie, en revanche le terminus post quem est largement tributaire du manque de mobilier datant pour la première occupation médiévale, située plutôt dans la première moitié du XIIe s.

Le creusement d'un grand fossé

Suite à cet épisode alluvial, une tentative de maîtrise et de canalisation de l’eau est opérée par le creusement d’un important fossé de direction nord-sud, dont le tracé rectiligne a été repéré sur une longueur de 40 m environ. Il est vraisemblablement situé au débouché d’un cours d’eau descendant de la butte Saint-Charles, selon un axe nord-est/sud-ouest. Le départ du creusement n’est pas conservé, mais le négatif perce une épaisse couche sablo-limoneuse jaunâtre issue d’une phase de colluvionnement scellant les vestiges de l’Antiquité tardive. Le creusement initial du fossé possède un profil relativement régulier, en forme de U et aux bords évasés. D’une largeur moyenne de 3 m et d’une profondeur de 2 m, il accuse un pendage général vers le sud suivant la déclivité naturelle du terrain. L’inclinaison de sa pente est faible mais suffisante pour l’évacuation des eaux.

Au sud, un mur est aménagé à l’intérieur du fossé contre la paroi occidentale du creusement (fig. 225). Il est conservé sur 3 m de long, sur une hauteur totale de 1 m et constitué d’un ressaut de 50 cm de haut qui déborde de 20 cm vers l’intérieur. Composé d’un appareil irrégulier en pierres liées à la terre, il forme un confortement ponctuel puisqu’il ne se poursuit pas vers le nord. Il peut s’agir aussi d’un aménagement préalable à l’établissement d’une superstructure en bordure de fossé liée à l’activité de l’eau ; néanmoins, aucune trace à sa surface n’a été conservée. Le mobilier recueilli est résiduel et ne permet pas de proposer une datation pour l’édification du mur mais l’étude de la stratigraphie montre qu’il est réalisé lors de la création du fossé puisque toutes les couches de sédimentation qui se trouvent à l’intérieur s’appuient contre la structure bâtie.

Fig. 225. Le mur de confortement dans le fossé (cl. C. Voyez/Inrap)

Fig. 225. Le mur de confortement dans le fossé (cl. C. Voyez/Inrap)

Plusieurs comblements sensiblement identiques appartiennent à cet état : ces niveaux sont caractérisés par une sédimentation naturelle d’origine hydraulique liée au fonctionnement du fossé. Ces formations sont consécutives à une série d’épisodes alluviaux (crues et décrues), avec des dynamiques d’écoulements variables. Ces dépôts sont matérialisés par des alternances de lits de sables et de graviers entraînant parfois un matériel abondant se situant plutôt à la base, daté de la fin du XIIe s. et du début du XIIIe s.

2.1.3. Conclusion

La première occupation du site au cours du XIIe s. demeure encore mal précisée d’un point de vue fonctionnel. Le bâtiment 1 apparaît comme un élément isolé en bordure de chemin, s’insérant dans un paysage très ouvert dont il est difficile de savoir s’il est dévolu à une activité agricole ou s’il correspond à un terrain en friche. La présence de sols chaulés témoigne d’une volonté d’assainissement et de stabilisation de la surface de circulation, particulièrement aux abords de la grande pièce méridionale. Il est possible que cet établissement ait abrité une activité professionnelle ou domestique en lien avec une exploitation agricole, où le petit artisanat lié aux outils est indispensable. La proximité du marché Saint-Martin localisé à côté de la porte du même nom, où se vendaient des cordages, ainsi que le maintien du toponyme des Cordiers qui sera attribué à la rue orientale, signifient peut-être que la culture du chanvre se situait sur ces terres riches en eau.

La réalisation du fossé dans cette zone inondable est un marqueur déterminant dans le paysage ; son implantation semble constituer, dès l’origine une limite parcellaire. Il est par ailleurs, un élément préalable indispensable à l’implantation stable de nouvelles constructions à la fin du siècle.

2.2 Un bourg essentiellement à vocation artisanale de la fin du XIIe s. à la deuxième moitié du XIIIe s. (E. Leal, F. Paone)

À la fin du XIIe s., la réappropriation de zones jusqu’alors peu mises en valeur suscite une refonte totale de l’espace par la pérennisation de deux axes de circulation et la construction des divers dispositifs hydrauliques (fig. 226). La politique de maîtrise de l’eau, déjà amorcée avec le creusement d’un important fossé venant du nord, se concrétise par l’établissement d’un véritable complexe formé d’aqueducs et de puits citerne indispensables à l’implantation d’une zone artisanale d’envergure dévolue au travail de la peau, zone qui se developpe dans la partie nord du site. Le long du chemin de Morier, déjà attesté au début du XIIe s., est construit un nouvel édifice au sud du bâtiment 1, partiellement détruit lors d’épisodes torrentiels. Enfin une occupation dispersée et peu structurée caractérise la lisière orientale du site.

Fig. 226. Plan général de la tannerie (DAO J. Isnard, F. Gueriel/Inrap)

Fig. 226. Plan général de la tannerie (DAO J. Isnard, F. Gueriel/Inrap)

2.2.1. La stabilisation de la trame viaire 837

  • 837 D’après L. Ben Chaba et É. Leal. in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 319-321.

Le réseau viaire se définit à partir d’un axe principal ouest-est, localisé hors de l’emprise du site et dont la permanence d’utilisation est attestée depuis l’époque antique. À cette voie s’ajoute un axe nord-sud établi au cours du XIIe s. Situé à quelques mètres de ce dernier, un nouvel espace de circulation borde, à l’ouest, un bâtiment de la tannerie dont l’implantation s’intègre entre ces voies et l’aqueduc oriental.

Confirmation de l’existence d’un axe nord-sud, la rue de Morier

Déjà attesté lors de la phase précédente sous la forme d’un simple chemin, cet axe semble davantage structuré au cours de cette période. Il assure un accès à un bâtiment méridional et constitue une desserte par le sud au complexe artisanal qui l’a alors partiellement annexé au nord, en supprimant toute communication avec la rue est-ouest ou de Crotte-Vieille.

Des différences de mises en œuvre le long de son tracé caractérisent les niveaux de circulation de cette rue. À proximité de la tannerie, est disposée une préparation de sol composée d’un cailloutis incluant des nodules de chaux. Plus au sud, une chape argileuse de 6 cm supporte une couche dense de petits galets pris dans une matrice sableuse de 4 cm d’épaisseur. Enfin le long du bâtiment 3, plusieurs sols en terre battue ou en argile se superposent et, ponctuellement, des niveaux de chaux servent directement de surface de circulation.

Plusieurs contextes de sédimentation liés à l’utilisation de la voie se retrouvent de manière discontinue sur les deux tiers du tracé. Ils sont constitués de dépôts de limon argileux recouvrant la totalité de la voie au sud, et d’un sédiment plus sableux au nord. Puis la rue est entièrement rénovée au sud par l’installation d’un nouveau sol constitué de déchets de taille, le long du bâtiment 3, l’apport de brasier de calcaire rose étant particulièrement soigné et compact. La surface de circulation de cette voie est par la suite régulièrement rechargée par de la chaux ou des éclats de taille.

  • 838 Dimensions des dalles : 25 x 14 x 10 cm.

Au début du XIIIe s., suite à un épisode torrentiel qui ravine la surface de la rue et creuse une rigole, des travaux sont entrepris afin de niveler les irrégularités du terrain et le damer. En plus de la restauration du niveau de la rue, on procède à la mise en place d’un dispositif d’écoulement des eaux avec la construction d’un caniveau (cf. fig. 28). Au nord, ce dernier longe la façade ouest du bâtiment primitif sur 3,50 m de long. Au sud, il traverse la rue sur un tracé oblique de 2,50 m de long. À l’extrémité méridionale de la rue, son tracé est dévié vers l’ouest en direction d’une construction disparue. La mise en œuvre du caniveau est identique sur les tronçons nord et sud. Le conduit de section rectangulaire (12 cm de large sur 27 cm de profondeur) est formé par une couverture et deux parements en dalles équarries en calcaire crayeux oligocène 838. Elles sont disposées de chant, sans liant, contre les parois de la tranchée d’installation dont le négatif matérialise le fond, non construit. Le pendage de ce caniveau, extrêmement faible, n’atteint que 0,2 % de déclivité contre 1 % pour la pente des sols du deuxième état de rue. La poursuite de l’évacuation des eaux vers le sud se fait ensuite par l’intermédiaire d’une simple rigole bien marquée. Elle est profonde de 40 cm, large de 30 cm et conservée sur 2,05 m de long et la transition avec la partie bâtie se fait par le biais d’une dalle en poudingue de 30 cm sur 22 cm, pouvant faire office de regard. L’abandon de la rigole, daté de la première moitié du XIIIe s., est caractérisé par des dépôts hydromorphes plus finement lités en partie inférieure.

Postérieurement à l’aménagement du caniveau, une ultime réfection de la rue est engagée au cours de la deuxième moitié du XIIIe s. Les sols sont rechargés au sud par un cailloutis, venant sceller les dalles du caniveau, et un épandage de déchets de taille conférant un aspect soigné, solide et imperméable à la rue. Au nord, un remblai limoneux nivelle la surface avant la mise en place du niveau de circulation fait de limon sableux et charbonneux incluant de nombreux galets. L’apport d’un remblai composite de déchets de calcaire, de galets et de fragments de tuile procède de la dernière étape de réfection des sols avec un nouveau sol de rue, ponctuellement chaulé.

Un espace de circulation à l’ouest de la tannerie

Les niveaux observés à l’ouest de l’ensemble artisanal sont nettement différenciés de ceux identifiés dans les espaces intérieurs de cet ensemble puisqu’il s’agit essentiellement de niveaux de graviers posés sur un remblai de limon sableux de 25 cm d’épaisseur.

La nature de ces sols, leur homogénéité de structure et l’absence de mur de refend venant cloisonner l’espace évoquent plus particulièrement un espace ouvert et extérieur. Mais les données concernant l’extension de cet espace vers l’ouest sont très partielles et ne permettent pas de déterminer s’il s’agit d’une rue, d’une cour intérieure ou d’un terrain en arrière de parcelles.

2.2.2. Le complexe hydraulique 839

  • 839 D’après Aubourg et al. in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 322-329 et F. Paone in Bouiron 2001b, vol. (...)

À partir de la seconde moitié du XIIe s., une série d’ouvrages hydrauliques structure le paysage et les constructions adjacentes. L’ensemble est relié à une dérivation du Jarret, petit ruisseau qui parcourait le val Saint-Bauzille, traverse le val de Morier et sert à alimenter principalement la zone artisanale et les jardins. Sur ce site, l’importance du complexe se justifie par l’installation de la tannerie dont les besoins en eau sont prépondérants. Ce réseau hydraulique se compose de deux aqueducs dont l’un, nord-sud reprend le tracé du fossé préexistant et l’autre, en diagonale, est pourvu de deux regards. Deux puits monumentaux complètent ce dispositif.

L’aqueduc oriental et les systèmes d’alimentation du puits-citerne

  • 840 Les dimensions des claveaux est comprise entre 20 et 30 cm de longueur et 7 à 15 cm de largeur.

De direction nord-sud, cet aqueduc est construit dans l’emprise du fossé antérieur (cf. supra § 2.1.2.) qui, bien que partiellement comblé, est toujours en usage (fig. 227 et fig. 228). Le conduit est constitué d’une voûte en plein cintre de huit claveaux calcaires, de modules divers 840 et grossièrement appareillés, reposant sur des piédroits de 1,40 m de haut formés de huit assises de moellons équarris. L’ensemble délimite un canal de 80 cm de large pour une hauteur sous voûte de 1,70 m. L’extrémité des piédroits offre un aspect parementé signalant la fin de l’aménagement bâti qui se prolonge alors par le fossé à ciel ouvert.

Fig. 227. Plan de détail du complexe hydraulique (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 227. Plan de détail du complexe hydraulique (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 228. Vue de l’aqueduc (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 228. Vue de l’aqueduc (cl. T. Maziers/Inrap)
  • 841 La dalle de l’assise inférieure située à l’extrémité nord et sud des murs est taillée en biseau e (...)
  • 842 L. : 35 et 45 cm, l. : 30 et 41 cm, ép. : 12 cm.

Accolé à l’ouest de l’aqueduc, le puits-citerne monumental forme le principal pôle d’alimentation et de gestion en eau de l’établissement artisanal. Son installation s’accompagne de travaux de confortement de la paroi du fossé par deux murets dont les parements réguliers, fait de moellons de calcaire oligocène posés sur un lit de dalles, maintiennent un blocage de cailloux. Entre ces deux segments de murs 841, distants de 1,30 m environ, s’insère un caniveau faisant la jonction entre le fossé et le puits. Ce petit aménagement, large de 15 cm, est constitué de deux dalles de couverture en calcaire marneux 842 posées sur deux parements de moellons équarris, posés de chant. Ce caniveau forme une alimentation secondaire et complémentaire d’un conduit plus important placé au-dessus. De ce canal ne demeure que l’un des piédroit composé d’un parement unique de cinq assises moellons de calcaire disposées en ressauts successifs et prolongé à l’ouest par une maçonnerie courbe de moellons grossièrement équarris.

Le bassin de décantation

La réalisation du puits citerne attenant au fossé oriental a nécessité une campagne de travaux d’envergure. La fosse d’installation du cuvelage, dont les parois sont verticales, a un diamètre compris entre 7 et 9 m ; son comblement s’opère progressivement par l’apport d’argile plastique et imperméable en partie basse puis de limons gris associés à des nodules argileux, en fonction des étapes de montage du cuvelage. Ce dernier, épais de 70 cm, détermine un diamètre interne de 3,60 m pour une hauteur conservée sur 5 m. Le parement est constitué d’un petit appareil alterné de cinq assises de moellons en carreau puis un lit en boutisse, le tout agencé à joints vifs. Le blocage comprend des cailloux et des déchets de taille ainsi que quelques fragments de travertin. La base du cuvelage comporte un ressaut de 25 cm de haut. L’ensemble présente une homogénéité de construction due à l’emploi exclusif de calcaire à grain fin oligocène taillé ou scié. Des traces d’usure de cette roche tendre sont visibles sur le parement et trois dépôts de calcites indiquent les battements d’eau successifs (fig. 229).

Fig. 229. Relevé en développé du parement du puits-citerne (DAO A.-C. Nalin, F. Gueriel/Inrap)

Fig. 229. Relevé en développé du parement du puits-citerne (DAO A.-C. Nalin, F. Gueriel/Inrap)

Constituant en partie le réceptacle de l’aqueduc oriental, le puits-citerne a semble-t-il fait office de bassin de décantation afin de fournir en eau claire le puits établi dans la tannerie. Cet approvisionnement en eau maîtrisé est effectué par l’intermédiaire d’un aqueduc transversal.

L’aqueduc transversal et son système de trop-plein

  • 843 Dimensions respectives des matériaux 20 x 20 cm et 30 à 40 x 20 cm.

L’aqueduc souterrain qui relie le puits-citerne au puits de la tannerie est long d’une quarantaine de mètres. Son orientation de direction nord-est/sud-ouest conditionne celle du complexe artisanal, devenant ainsi un élément majeur de l’organisation des différentes constructions environnantes. Parfaitement conservé à l’est, sur une longueur d’environ 30 m, son tronçon ouest a fait l’objet d’une récupération intégrale lors de la mise en place du faubourg. L’ouvrage est installé dans une profonde tranchée de 2,50 m de haut qui entame largement les niveaux antiques. Son fond est plat, régulier et marqué par un faible pendage de 1 %, suffisant pour un écoulement régulier. Ses parois s’évasent selon une largeur variant entre 1,20 et 1,50 m pour atteindre 2,50 m en partie supérieure. Le conduit, dont le fond n’est pas aménagé, est formé de piédroits épais de 35 et 50 cm pour une hauteur moyenne de 85 cm. Des assises régulières de moellons en calcaire oligocène, à alternance de rangs de moellons de section carrée et rectangulaire 843, composent le parement interne. Les matériaux sont taillés sur la face formant parement, équarris sur les côtés et l’élévation soignée comporte cinq assises complétées, au niveau de la troisième, par un rang de réglage incluant des fragments de tuiles ou de briques de calage. Le canal possède une largeur de 60 cm pour une hauteur de 1,20 m sous voûte, soit un rapport de 1 sur 2. Cette dernière repose directement au sommet des murets latéraux. Elle est constituée de claveaux taillés dans le même calcaire que les parements, formant un intrados en plein cintre renforcé par un blocage interne, identique à celui des murets, qui ne recouvre pas la totalité de l’extrados mais laisse à nu les trois claveaux sommitaux, derniers éléments mis en place.

L’aqueduc comprend deux regards d’accès au conduit, distants de 15 m et situés à équidistance de chaque puits de 12,50 m. Le premier regard est formé d’un conduit de plan carré de 60 cm de côté interne et de 1 m de hauteur. Ses quatre murets sont bâtis en moyen appareil réglé, à double parement de 50 cm d’épaisseur, chaînés aux angles. Ils comprennent huit assises de moellons calcaires soigneusement équarris, assemblés à joints vifs. Les faces internes présentent trois séries de deux trous de boulin situés en vis-à-vis, au niveau de la première et huitième assise des parements nord et sud, et de la troisième assise des parois est et ouest. Ce dispositif permet de caler des traverses de bois pour descendre dans les regards lors des travaux d’entretien. Le second regard présente une technique de construction identique avec l’emploi des mêmes matériaux, auxquels se rajoutent quelques moellons en grès et en poudingue. Moins haut (80 cm), il est obturé par un fragment de dalle en poudingue épais de 8 cm, parfaitement ajustée.

  • 844 L’emploi d’une pierre plate, disposée de chant, servant à la fois de claveaux de voûte et de pare (...)

Ces dispositifs s’accompagnent d’un système de trop-plein destiné à éviter tout engorgement de l’aqueduc établi en aval sur son extrémité orientale. Sur l’extrados de la voûte de l’aqueduc, est aménagée une canalisation de 1,45 m de longueur, 55 à 64 cm de large et une hauteur maximale de 40 cm. Ses deux parois, faites d’une assise de moellons 844 et de petits blocs en calcaire et en grès, sont recouvertes de deux dalles en grès. Ce canal se déverse dans deux autres canalisations qui contournent le puits citerne pour aboutir dans le fossé réaménagé. Les deux conduites sont constituées de deux parements de cailloux et d’une couverture de cailloux, de moellons et de blocs calcaires, délimitant un conduit relativement étroit de 10 cm par 14 cm.

Le puits de la tannerie

Un puits intégré dans l’enceinte de la tannerie, forme l’ultime ouvrage du complexe hydraulique. Cet ouvrage, qui sert à capter la nappe phréatique peut, lorsque l’activité de tannage le nécessite, recevoir une quantité d’eau plus importante par l’intermédiaire de cet aqueduc transversal. La jonction entre ces deux éléments n’est malheureusement pas conservée.

  • 845 Cette étude a été effectuée par F. Guibal, chargé de recherches IMEP (CNRS, UMR 6116).
  • 846 L’articulation entre le cuvelage carré et circulaire n’a pas pu être observée.

Le vaste et profond creusement servant à son installation est soigneusement étayé avec des planches en bois dont l’étude dendrochronologique 845 permet de situer la date d’abattage des arbres au début de 1180 (fig. 230). Plaquées simplement contre la paroi de ce creusement d’environ 3,5 m de côté, les planches de sapin sont superposées à l’horizontale, à l’exception de l’angle sud-est où elles sont disposées verticalement en se chevauchant légèrement de manière à arrondir l’angle. Les planches ne possèdent aucun élément d’ancrage dans la paroi du creusement d’installation, le cuvelage de plan carré étant ensuite monté directement contre le coffrage. À l’intérieur de cet étaiement, justifié vraisemblablement par l’instabilité du terrain, le parement du puits en pierre monté à sec, épouse le plan du coffrage en bois et devait s’arrondir progressivement 846. La partie supérieure du cuvelage du puits se réduit à 2,5 m de diamètre externe et est liée au mortier sur au moins 60 cm de haut. Sur sa face interne, de 1,5 m de diamètre, les moellons de calcaire placés en assises régulières sont sciés de manière à façonner la courbure du puits. À l’extérieur, au contraire, les moellons sont bruts et de nature variée (poudingue, grès, ...). Des blocs en calcaire sciés, de 50 cm de longueur, sont disposés de manière radiale au-dessus du cuvelage afin de former une margelle. Cette dernière porte des traces d’utilisation sous la forme de trois profondes entailles sur sa face interne, témoignant du frottement d’une corde. Néanmoins la traction manuelle directe dont témoignent ces traces d’usure ne semble pas pouvoir constituer un mode de puisage adapté à la quantité d’eau nécessaire aux activités artisanales. Il faut donc envisager un dispositif de poulie permettant de remonter des quantités d’eau adaptées à ce type de travail (fig. 231).

Fig. 230. Vue du coffrage en bois (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 230. Vue du coffrage en bois (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 231. Le complexe hydraulique (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 231. Le complexe hydraulique (cl. T. Maziers/Inrap)

Ajout de structures complémentaires à l’aqueduc nord-sud et entretien du fossé

Le complexe hydraulique d’origine est complété dans un deuxième temps par des confortements ponctuels et des travaux de plus d’envergure tel que le prolongement de l’aqueduc d’alimentation. Parallèlement, des dépôts apportés par l’eau rendent nécessaire un entretien régulier du fossé et un réaménagement comme l’illustre l’ajout d’une troisième portion d’aqueduc.

Au cours d’une nouvelle phase de réaménagement du fossé, l’extrémité méridionale de l’aqueduc est prolongée par l’adjonction d’un nouveau tronçon de 4 m de longueur. Les dimensions du canal sont de 60 cm à 80 cm de largeur pour 1,60 m de hauteur. L’ouvrage est constitué de deux piédroits en petit appareil à parement unique et blocage soutenant une couverture de dalles, et d’un fond non construit. Les deux piédroits se terminent par une face parementée correspondant à l’extrémité de l’aqueduc, alimentant à la fois le bassin de décantation et le fossé. Les piédroits ouest comprennent respectivement huit et douze assises régulières de moellons en calcaire oligocène, liés par un mortier jaune friable, supportant une réfection de trois assises de moellons en matériaux hétérogènes liés à un mortier blanc et s’incurvant vers l’intérieur. Les dalles calcaires de couverture contemporaines de la reprise de maçonnerie sont taillées selon un format rectangulaire de 68 x 50 x 16 cm et ajustées au mortier jaune.

Le confortement de la paroi orientale du fossé est entrepris au cours de la première moitié du XIIIe s. avec la mise en place d’une maçonnerie qui fait le pendant du mur ouest. Observé sur 8,50 m de long, le nouveau mur comprend un double parement de moellons en calcaire blanc, complétés par quelques éléments en conglomérat et en grès jaune ; son parement externe, conservé sur trois assises, affecte un profil bombé. L’ensemble mesure entre 60 et 90 cm de largeur. Il semble que cette structure ne se prolonge pas au delà d’un mur méridional faisant office de limite parcellaire.

Parallèlement, le mur de soutènement occidental du fossé fait l’objet d’une reprise par l’adjonction d’un petit massif quadrangulaire, s’appuyant à son extrémité sud et formant un retour vers l’ouest. Cette structure comprend un seul parement, grossièrement appareillé, construit en deux phases ; la première est représentée par trois assises de moellons en calcaire et grès, liées à la terre, elle est surmontée par une maçonnerie de moellons de nature hétérogène (calcaire, grès, travertin, poudingue), liées à un mortier fin jaune.

Au début du XIIIe s., après une période pendant laquelle le fossé se comble partiellement lors de crues importantes, un premier curage est réalisé sur l’ensemble de son tracé. L’ouverture du fossé d’une largeur de 1,60 m et d’une profondeur de 90 cm est sensiblement modifiée en raison de la présence du bassin. Le fossé, dans sa partie sud, conserve la même configuration que le précédent creusement effectué au XIIe s. Le mur de soutènement qui le borde est toujours en usage. Les nombreux comblements d’origine fluviatile sont composés de limon argileux gris homogène incluant des lentilles de sables et de graviers intercalées. Ces dépôts très peu anthropisés indiquent des épisodes de stagnation d’eau qui alternent avec des dynamiques d’écoulements plutôt élevées.

Après ces travaux d’entretien du fossé s’ensuit, semble-t-il, une période d’étiage où le débit de l’eau, réduit, est canalisé entre le mur de soutènement à la hauteur de son ressaut, et un alignement sommaire de pierres posées de chant. Cet aménagement, présent uniquement dans la moitié sud du fossé, est disposé à 30 cm de distance du mur ouest et conservé sur une longueur de 1,20 m. Il est constitué de pierres calcaires équarries de dimensions diverses. Les écoulements, le long et à l’extérieur de ce petit canal, ont déposé des sédiments sableux et gravillonneux. Ces dépôts de nature hydraulique montrent que malgré la réduction de l’écoulement, la circulation de l’eau reste dynamique. L’installation du caniveau au même endroit que le mur de soutènement, pendant sa phase de fonctionnement, corrobore l’idée que ce dernier a une autre fonction que celui de retenir la paroi du fossé et laisse penser qu’il existait un aménagement construit en bordure du fossé, probablement en liaison avec une structure disparue.

2.2.3. Un ensemble artisanal 847

  • 847 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 330-339 et F. Paone in Bouiron 2001b, vol.7, p. 89 (...)

La tannerie est constituée de deux vastes bâtiments associés à un imposant réseau hydraulique, dont la mise en œuvre et la gestion ont été abordées précédemment (cf. supra § I, 5, 2.2.2.). L’ensemble de ces constructions couvre une superficie de plus de 640 m2 et s’étend au nord jusqu’à la rue Crotte-Vieille. Cette tannerie se présente comme un ensemble particulièrement homogène dans le découpage interne des différents espaces, et les techniques mises en œuvre dans les sols et les supports. La régularité des dimensions des pièces révèle l’utilisation d’un ou plusieurs modules de construction de 6,5 x 5,5 m de coté inscrit dans un carroyage général (fig. 232). Ainsi, l’espace 1C et la cour 1D correspondent à quatre modules accolés, à l’intersection desquels le puits citerne est établi. Au nord, les pièces 1A et 1B reproduisent les mêmes proportions car elles se prolongent vraisemblablement jusqu’au tracé hypothétique de la rue Crotte-Vieille. À l’est, la pièce 2C du bâtiment 2 reproduit encore la même largeur de module. La réalisation de ce plan calibré intègre des contraintes préexistantes, comme par exemple la présence d’une voie de circulation ancienne qui conditionne la largeur de 7,5 m des pièces 2A et 2B, établies sur cet axe.

Fig. 232. Plan modulaire de la tannerie de Morier (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 232. Plan modulaire de la tannerie de Morier (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

La fouille a montré une répartition fonctionnelle des constructions. À l’ouest, le bâtiment 1, équipé d’installations particulières et pourvu d’annexes, apparaît clairement comme une unité entièrement dévolue au traitement des peaux, l’atelier proprement dit. Il comporte des cuves quadrangulaires et plusieurs séries (ou batteries) de cuves circulaires, un point d’approvisionnement en eau, une zone de dépotoir a l’arrière (1H) et des espaces de combustion (1F et 1G). À l’est de l’atelier, le complexe se poursuit dans le bâtiment 2 qui se présente comme une construction imposante pouvant être destinée au stockage des peaux tannées et vraisemblablement au logement des artisans. Enfin, la découverte de deux cuves en bois identiques laisse penser que cet atelier pouvait s’étendre à l’est de l’aqueduc et du puits citerne.

Le bâtiment 1

Le bâtiment 1 se compose d’une vaste unité principale, de plus de 200 m2, divisée en quatre pièces ou espaces ouverts communiquant les uns avec les autres (fig. 233). Les espaces 1A et 1B devaient ouvrir au nord sur un axe de circulation ; à l’arrière de celles-ci se développent deux espaces successifs (1C, 1D) occupant chacun toute la largeur de la construction. À l’extérieur, les abords occidentaux du bâtiment sont marqués par des espaces couverts (1E, 1F), la présence d’un appentis (1G) contre le mur ouest et une zone de dépotoir au sud (1H). Enfin, l’ensemble est clôturé à l’ouest par le long mur de limite de parcelle, construit dans le prolongement du mur de façade ouest du bâtiment 1. La limite sud de cet ensemble n’a pu être déterminée.

Fig. 233. Plan de détail de l’ensemble 1 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 233. Plan de détail de l’ensemble 1 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

- L’unité principale

Des mises en œuvre distinctes caractérisent les murs porteurs. Le mur occidental est une maçonnerie dont la fondation, large de 80 cm, présente quatre assises de moellons grossièrement équarris formant un parement double et blocage interne. Elle possède un ressaut de 20 cm sur son parement est. La seule assise d’élévation, large de 65 cm, est à parement double et blocage interne de moellons plus soigneusement équarris et liés au même mortier. Le mur oriental est conservé sur une seule assise de fondation liée à la terre, haute de 25 cm et large de 80 cm. Enfin, le mur sud complètement épierré n’est plus signalé que par sa tranchée de récupération, large de 78 cm pour une profondeur de 50 cm. La façade nord se trouve hors d’emprise du chantier, mais devait border la rue Crotte-Vieille.

- Les espaces 1A et 1B

Au nord, l’espace est cloisonné en deux pièces identiques, 1A et 1B, largement ouvertes sur les espaces intérieurs grâce à des accès larges délimités par des piédroits. La construction du mur médian est comparable à celle du mur ouest : sa fondation de 68 cm de large comporte quatre assises régulières hautes de 65 cm, supportant une élévation large de 52 cm et liée par un mortier épais et débordant. Les piédroits de chaque espace, de mise en œuvre similaire, mesurent 90 x 70 cm et définissent des ouvertures de 6 m de large.

Ces deux pièces sont de configuration identique et présentent une largeur totale de 6,10 m pour une longueur minimale de 6 m. Leurs sols en terre battue sont mis en place sur une épaisse charge limoneuse nivelant les dépôts alluviaux sous-jacents. Deux types d’aménagements de cuves caractérisent ces pièces. Dans la pièce 1A, deux cuves rectangulaires semi-enterrées sont installées le long de murs longitudinaux. Placée dans l’angle sud-est, une cuve est conservée sur une longueur de 2,70 m pour une largeur de 1,70 m ; arasée au niveau du sol, seule sa partie enterrée, profonde de 50 cm, est conservée. Son profil révèle des parois droites et un fond plat mais présentant une inclinaison du nord au sud de l’ordre de 12 cm. Le fond et les parois d’aspect ligneux témoignent d’un contenant initial en bois ; des concrétions issues de l’utilisation tapissent le fond. Le comblement d’abandon de la cuve est un sédiment gris clair très fin constitué essentiellement de cendres, mêlées à du sable ou en agrégats indurés. À l’ouest, une seconde cuve présente les mêmes caractéristiques de plan et de structure mais elle n’est conservée que sur une largeur de 1,60 m et une longueur de 1,20 m. Elle présente également des traces ligneuses et un comblement cendreux, conservés sur une hauteur de 20 cm. Ses limites nord et sud sont perturbées par des installations postérieures, mais il est vraisemblable qu’elle occupait l’angle formé par le mur et le piédroit, à l’identique de la cuve orientale. Entre les deux cuves, un passage large d’environ 2,30 m permet de circuler entre les installations. La conservation du niveau de sol et du fond des cuves permet de restituer des installations semi-enterrées sur une profondeur de 50 cm, le reste de la cuve étant en élévation au-dessus du sol sur une hauteur indéterminée.

La pièce 1B adjacente, comprend trois cuves circulaires, dont deux sont alignées le long du mur ouest et l’autre contre le mur est (fig. 234). La cuve installée dans l’angle sud-ouest a un diamètre de 1,50 m. Arasée dans sa quasi-totalité, elle n’est identifiable que sur une hauteur de 3 cm. Son fond présente une surface bombée d’aspect ligneux avec des concrétions de calcite ; sa paroi circulaire est épaisse de 3,5 cm. À seulement 20 cm de cet aménagement, se trouve une autre cuve qui présente les mêmes traces ligneuses. Elle n’est que très partiellement conservée, sur un périmètre de seulement 1,16 m et son diamètre initial ne peut être restitué. Formant le pendant de la structure ouest, une troisième cuve extrêmement arasée n’est conservée que sur 1 m de diamètre. Son pourtour et son fond présentent une épaisseur de 10 cm de cendre indurée correspondant peut-être à un contenant de bois disparu. Toutes ces cuves sont comblées par du sédiment gris très cendreux.

Fig. 234. La cuve dans l’angle de l’espace 1A (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 234. La cuve dans l’angle de l’espace 1A (cl. F. Parent/Inrap)

- L’espace 1C

Les deux pièces 1A et 1B ouvrent au sud sur le même espace 1C qui ne mesure que 2 m de profondeur, mais occupe toute la largeur du bâtiment, soit 12 m. Au sud, il est séparé de l’espace 1D par un muret, perpendiculaire au mur porteur ouest, et dont ne demeure que sa tranchée d’épierrement, large de 50 cm pour une longueur de 1,50 m. Si l’on restitue un pendant contre le mur porteur oriental, on obtient une ouverture de 9 m de large, amplitude rendant indispensable une structure porteuse intermédiaire qui n’a pas été découverte. L’espace 1C est pourvu d’un caniveau constitué d’un tuyau en terre cuite placé entre deux pierres plates posées de chant, le tout profondément enfoui (fig. 235). Ce caniveau, dont l’extrémité sud est détruite, débute à l’aplomb du mur médian puis traverse l’espace en biais sur une longueur d’environ 2,50 m. Il est ensuite scellé par un niveau de sol de terre battue mis en place sur une couche de préparation de 20 cm à 30 cm d’épaisseur.

Fig. 235. Vue de la canalisation de l’espace 1C (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 235. Vue de la canalisation de l’espace 1C (cl. T. Maziers/Inrap)

- L’espace 1D

L’espace 1D est une vaste cour intérieure de près de 105 m2 au centre de laquelle est établi le grand puits terminal alimenté par l’aqueduc ainsi que deux cuves circulaires disposées le long du mur est. Localisée dans l’angle sud-est de la cour, la première cuve n’est conservée que sur une moitié mais son diamètre interne restitué est de 1,20 m. Elle est cependant installée dans une fosse de 1,70 m de diamètre, dimension vraisemblablement justifiée par le profil de la cuve. Son fond est plat et ses parois, visibles sur une hauteur de 17 cm, sont verticales. La seconde cuve possède un diamètre interne de 1,70 m ; pour un creusement d’installation d'un diamètre de 2,10 m (fig. 236). Son fond est plat et ses parois droites sont conservées sur une hauteur de 35 cm. Toutes deux présentent des parois d’aspect ligneux, témoin d’un contenant de bois disparu, un comblement très fin gris cendreux et des traces d’un dépôt verdâtre à la base. Les sols de l’espace 1D sont conservés sur une infime portion et massivement érodés en raison de récupérations postérieures. L’aménagement de cet espace s’est effectué par un apport de remblais de limon hétérogènes, mis en place immédiatement au-dessus des dépôts de limon sous-jacents de manière à régulariser et damer la surface initiale.

Fig. 236. La cuve de l’espace 1 D (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 236. La cuve de l’espace 1 D (cl. F. Parent/Inrap)

- Les espaces adjacents

Le corps de bâtiment principal est bordé à l’ouest d’espaces attenants délimités par un mur de clôture restitué sur une longueur de 23 m. Fondé sur trois assises de blocs de travertin montés à sec de manière à former un double parement sans blocage interne, ce mur conserve une élévation sur une hauteur de quatre assises (soit 60 cm). L’appareil à double parement de moellons de travertin équarris et blocage interne (calcaire fin, travertin, grès) est assisé et lié à la terre. Sur son parement est, des plaques d’enduit de mortier de chaux très blanc témoignent d’un revêtement de cette façade du mur. Ce mur détermine deux petites pièces au nord (1E et 1F) puis un espace oblong (1G) qui communique avec une vaste zone ouverte (1H) (cf. fig. 233 et fig. 237).

Fig. 237. Le mur de clôture de la tannerie (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 237. Le mur de clôture de la tannerie (cl. T. Maziers/Inrap)

- Les espace 1E et 1F

La pièce 1E apparaît comme un espace étroit de 3,50 m. Elle n’est conservée que sur une longueur de 3 m. Ses murs périmétraux sont massivement épierrés (à l’exception d’un tronçon) et son sol de terre battue est aménagé sur une charge limoneuse d’environ 10 cm d’épaisseur, venant régulariser les remblais sous-jacents issus de la construction de cette pièce ou du nivellement des séquences alluviales antérieures.

La pièce 1F est un espace réduit ne mesurant que 5 m2 limité au sud par une cloison légère dont ne demeure que le négatif, de 20 cm de largeur. Un accès étroit d’une soixantaine de centimètres est aménagé au sud-est. Le sol de terre battue de cette pièce présente à sa surface des traces de cendres et de charbons de bois.

- L’espace 1G

L’espace 1G, plus vaste, mesure environ 40 m2. Il possède un sol de terre battue caractérisé par un remblai de limon très compact et hétérogène avec des inclusions de graviers, éclats de calcaire et nodules de chaux, le tout d’une épaisseur de 10 à 15 cm. Sa surface présente des dépôts charbonneux et plus ponctuellement des zones nettement rubéfiées attestant l’utilisation de feu dans cet espace. Bien qu’extérieur et ouvert sur la zone de dépotoir, il est probable que cet espace ait à l’origine été couvert par un auvent de manière à créer un appentis.

- L’espace 1H

Enfin, au sud du bâtiment I, se développe une zone ouverte (1H) dont l’étendue n’est pas circonscrite. Ce vaste espace est marqué par un sol de terre battue mis en place sur un puissant remblai de 20 à 30 cm mêlant limons, fragments de tuiles et cailloux. La surface est très irrégulière et marquée par des dépôts cendreux et plusieurs dépressions.

Des niveaux de dépotoirs sont concentrés à l’intérieur des dépressions les plus profondes, mais débordent également de celles-ci. Deux fosses-dépotoirs sont localisées dans l’angle nord-ouest de l’espace. Elles possèdent toutes deux un profil en cuvette et un tracé très irrégulier. La première a une profondeur de 50 cm et un diamètre d’environ 2 m. Son comblement inférieur, épais de 30 cm, est constitué d’un sédiment de limon caractérisé par une abondance de fragments de faune mêlés à des poches de cendres. Lui succède un comblement argileux brun daté de la fin du XIIe s. qui intègre un mobilier osseux tout aussi abondant mais moins fragmenté. La fosse voisine présente les mêmes caractéristiques de comblement. Son profil est en cuvette à bords très évasés, d’une profondeur d’environ 30 cm. Son contour, très irrégulier, s’étend sur une longueur de 3 m. Son remplissage se compose d’apports multiples : aux argiles brunes riches en faune se superposent un épais dépôt de cendres d’environ 30 cm d’épaisseur puis un comblement où alternent, sur environ 25 cm d’épaisseur, des dépôts sableux très riches en ossements d’animaux et de fins dépôts cendreux.

Lors de son abandon, l’ensemble du dépotoir est scellé par des brasiers et éclats de calcaire. Circonscrits à la superficie des fosses, ils sont destinés à assainir une zone riche en matières organiques et à niveler les irrégularités provoquées par l’utilisation des fosses-dépotoirs. Le dernier niveau d’occupation est lui-même caractérisé par une surface très irrégulière et des traces cendreuses issues de l’activité artisanale qui se poursuit après le bouchage de ces fosses. La couleur brune et la texture évoque la putréfaction de la fourrure animale alors que l’étude des ossements révèle la présence exclusive des os des membres supérieurs et inférieurs. Il est probable qu’il s’agisse des restes d’équarrissage des peaux.

- Organisation fonctionnelle de l’atelier

La présence de cuves diverses au sein du bâtiment 1 indique que c’est là qu’il faut localiser l’atelier de tannage proprement dit. Dans la pièce 1A, deux cuves rectangulaires sont installées le long de chacun des murs. L’usage de ce type de bassin quadrangulaire est attesté pour le travail dit « de rivière ». Cette opération intervient en tout début de tannage et consiste à tremper et rincer les peaux avant l’application des produits tannants. À ce stade des opérations, le renouvellement fréquent de l’eau entraîne de nombreuses manipulations et, à l’intérieur du bâtiment, la nécessité de protéger les murs, d’où l’application sur les parements de mortier débordant pour en garantir l’étanchéité. C’est cette opération particulièrement astreignante de rinçage à l’eau claire des peaux qui a souvent justifié l’implantation des tanneries le long de cours d’eau. Cependant, on voit ici comment l’absence d’une véritable rivière en ce lieu est palliée par l’établissement de l’imposant réseau hydraulique garantissant un renouvellement en eau constant et suffisant pour le travail « de rivière ».

Dans l’espace mitoyen 1B, trois autres cuves circulaires sont conservées. Leur localisation le long des murs et la proximité de deux d’entre elles, distantes de seulement 0,20 m, laissent préjuger que l’on se trouve ici en présence des vestiges de deux batteries de cuves circulaires. À l’identique des cuves quadrangulaires, elles présentent des parois et un fond ligneux concrétionnés, témoins d’un cuvelage de bois. Au regard de leur état de conservation, on a pu établir que leur diamètre moyen est de 1,50 m, jamais inférieur à 1,20 m. Le comblement de ces cuves circulaires est comme pour les autres aménagements composés d’un sédiment cendreux. Les cuves circulaires disposées en batterie sont attestées dans le travail de bassement c’est-à-dire l’opération véritable de tannage. Les peaux sont entassées dans ces cuves avec différents bains tannants, plus ou moins concentrés suivant le stade de la procédure.

L’espace 1C est conçu comme un espace intermédiaire entre les pièces de tannage (1A, 1B) et la cour arrière avec le puits (1D). Il n’est équipé d’aucun dispositif particulier à l’exception d’une canalisation en terre cuite qui part du cloisonnement central pour se déverser plus au sud. Les nombreuses perturbations modernes et contemporaines de cette zone ont malheureusement interrompu la canalisation, si bien qu’il n’est plus possible de déterminer son point de déversement. Le manque de données interprétatives ne permet pas d’identifier cette structure de manière satisfaisante et notamment de l’associer à l’évacuation des bains des cuves à proximité immédiate ou à une simple évacuation des eaux pluviales.

  • 848 Ces dépôts n’ont pas pu faire l’objet d’une analyse physico-chimique.

L’espace 1C s’ouvre largement sur la grande cour arrière 1D à partir de laquelle s’organise l’approvisionnement en eau. Le puits citerne placé au centre de l’espace est alimenté en eau propre par un aqueduc et sa margelle est à la même hauteur que le sol de travail afin de faciliter les manipulations courantes. Deux autres cuves destinées au tannage se tenaient dans cette cour, le long du mur oriental. Leur cuvelage en bois, d’un diamètre de 1,20 m et 1,70 m, est disposé dans des fosses nettement plus larges, soit respectivement 1,70 m et 2,10 m de diamètre. Ces différences entre les dimensions des fosses et leur contenant s’expliquent sans doute par le profil bombé de ces cuves qui devaient alors davantage s’apparenter à des tonneaux. La présence de dépôts verdâtres 848 clairement identifiés au fond de ces deux contenants semble correspondre à des résidus de tanin et c’est peut-être là qu’il était conservé avant d’être incorporé aux bains.

Malgré la variété et le nombre des dispositifs présents au sein de ce bâtiment, on constate que la disposition de chacun d’entre eux prend soin de ménager des aires de circulation convenables. Ainsi, les aménagements sont déportés le long des murs et les accès depuis la rue Crotte-Vieille jusqu’au fond de la cour arrière n’est pas gêné.

Le corps de bâtiment principal est pourvu de plusieurs pièces et espaces annexes. Au sud de la cour arrière se développe une zone non construite (1H) mais incluse dans l’enceinte de la tannerie. C’est là qu’ont été mises au jour plusieurs fosses comblées de cendres, provenant en partie des vidanges de cuves et de celles des foyers des espaces 1E et 1F, alternant avec des déchets de faune. Les rejets osseux sont constitués principalement de calotte crânienne, de corne et de bas de pattes. Ce type de mobilier osseux est encore une fois caractéristique d’un dépotoir de tannerie. En effet, il est attesté que, comme garantie de qualité, les tanneurs exigeaient de recevoir les dépouilles avec la tête, les pieds et souvent la queue de l’animal. Une identification des restes osseux révèle par ailleurs que la majorité de ce mobilier est constituée d’os d’ovins et de caprins et en moindre quantité de bovins, ces différentes espèces correspondant donc aux types de peaux traitées.

Enfin, le long du mur ouest se tient une série de trois pièces ou espaces. Au nord, la pièce 1E n’a été observée que sur 10 m2 et ne présente pas d’aménagement particulier. Il semble en revanche qu’une certaine unité de fonctionnement prévaut entre 1F et 1G, comme le sous-tend la présence de cendre et charbons de bois sur le sol de ces deux espaces. La pièce 1F forme un petit réduit de 5 m2 avec un sol en terre battue ; il est séparé de 1G uniquement par une cloison. Ce dernier est un espace barlong probablement couvert par un auvent. Sur son sol très compact, plusieurs zones rubéfiées et des dépôts cendreux témoignent d’allumages réguliers de feux. Cet espace peut correspondre à une zone de séchage ou à une étuve consacrée à l’enfumage des peaux. Cette technique, bien que moins répandue, semble ici se substituer au chaulage pour le débourrage des peaux. Il faut cependant préciser que les vestiges archéologiques n’apportent pas de solutions définitives pour cette étape du traitement des peaux. En effet, l’absence de toute trace de chaux associée au peu de résidus que laisse une opération d’étuvage ne permet pas de trancher. En revanche, il est certain que la phase finale d’épilage se conclut par le frottement des peaux à l’aide de sable, ce qui explique peut-être la présence de poches sableuses dans plusieurs cuves et dans le dépotoir.

À l’est de l’atelier, le complexe se poursuit dans le bâtiment 2. Il se présente comme une construction imposante, établie sur une ancienne zone de dépôts alluviaux ayant nécessitée un assainissement préalable, réalisé grâce à l’apport d’un remblai argileux étanche et stabilisateur. Malgré l’absence de toute installation technique tangible, l’organisation interne des espaces et les accès répondent au même souci de fonctionnalité. Au nord, la pièce 2A s’ouvre sur la rue mais également vers l’arrière des bâtiments grâce à l’espace 2B au sud. La fréquence d’utilisation de cette zone, dont la surface de circulation particulièrement sédimentée est marquée par des traces de piétinement, tient à la présence du regard occidental de l’aqueduc, mais peut-être aussi au fait que cette zone était réservée au déchargement ou même au stockage des matériaux en raison de son accès aisé grâce à la rue aménagée au-dessus de l’aqueduc est-ouest.

Parmi les différents espaces qui composent ce bâtiment, seule la pièce occidentale (2C) conserve les traces d’aménagements liés peut être à la présence d’un plancher ou d’une machinerie. Les supports verticaux découverts se composent de poteaux de bois dont les dimensions, comprises entre 20 et 26 cm, et le nombre (l’espacement entre les poteaux est de 1 m) indiquent qu’ils devaient supporter une charge lourde.

Une pièce étroite (2D) est accolée à l’est par une vaste cour (2E) de plus de 42 m2, dépourvue de vestiges déterminants.

Le bâtiment 2

Accolé à l’est du bâtiment 1, le bâtiment 2 est bordé au sud par l’aqueduc et devait s’étendre au nord jusqu’à la rue Crotte-Vieille (fig. 238). La majorité des murs étant encore une fois largement épierrée ou arasée, le plan comporte des lacunes. Il n’est conservé que sur une largeur de 6 m, mais couvre une longueur totale de près de 20 m. L’unité principale est divisée en trois espaces (2C, 2D, 2E) ; elle est unie au bâtiment 1 par les espaces 2A et 2B implantés sur une partie du tracé de la rue de Morier.

Fig. 238. Plan de détail du bâtiment 2 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 238. Plan de détail du bâtiment 2 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

- Les espaces 2A et 2B

Adossée à l’est du bâtiment 1, la pièce 2A est conservée sur une longueur de 4 m pour une largeur totale de 7,50 m. Les murs, entièrement épierrés, ne sont plus signalés que par leur tranchée de récupération. Celle du mur sud est visible sur une longueur de 2,90 m et une largeur de 70 cm, mais son prolongement oriental –plus étroit (35 cm) et court (1 m)– peut se justifier par la présence d’une cloison ou d’un seuil.

Mitoyen de la pièce 1A, l’espace 2B est ouvert au sud et permet l’accès au regard de l’aqueduc ; il a une superficie de 45 m2. Le niveau de sol de cet espace est une simple surface damée au sommet des remblais de limons sous-jacents, située à une altitude légèrement supérieure à celle de la pièce 2A –la dalle de couverture du regard est quant à elle légèrement saillante.

- Le bâtiment principal : les espaces 2C, 2D et 2E

À l’est se trouve le corps de bâtiment principal divisé en trois pièces distinctes 2C, 2D et 2E. Du mur occidental ne demeure que la tranchée d’épierrement, d’une largeur de 80 cm et d’une profondeur de 30 cm. Les murs sud et est conservent uniquement des fondations de 80 cm de largeur et 35 cm de haut, formées de deux assises régulières déterminant un appareil à double parement de moellons équarris et calibrés et blocage interne de cailloux et galets, le tout lié à la terre. La mise en œuvre des fondations du refend médian, moins soignée, se justifie par l’emploi de matériaux grossièrement équarris et ses dimensions inférieures (60 x 30 cm) ; en revanche, le refend ouest présente un soubassement plus puissant (1 m) et débordant de 20 cm par rapport à l’élévation. La construction de ce bâtiment s’est accompagnée d’une campagne d’assainissement des terrains sous-jacents caractérisés par des dépôts alluviaux instables. Un important remblai de préparation de 10 à 20 cm d’épaisseur est constitué d’une chape d’argile très homogène et compacte, assurant l’étanchéité des sols de chaque pièce.

La pièce 2C est une pièce de 5,50 m de large, conservée sur une longueur de 5 m. Son sol en terre battue est fortement damé, mais présente des irrégularités et un léger pendage vers l’ouest. Dans l’angle sud-est de la pièce, une structure légère est matérialisée par au moins trois trous de poteaux. Le premier (24 x 24 x 26 cm), possède un profil conique très régulier et comporte deux pierres de calage contre sa paroi ouest. Le deuxième mesure 20 x 20 x 15 cm et a un profil à parois droites et fond plat. Enfin, le dernier, beaucoup moins régulier, présente un plan ovale pour une profondeur de 20 cm. Son profil comporte des parois droites irrégulières et un fond incliné. L’ancrage de ce poteau au sol est renforcé par un blocage de pierre et de galets contre le bord sud-ouest du négatif d’installation. Une perturbation postérieure a peut-être contribué à la disparition d’autres supports.

La pièce centrale 2D, étroite, a une largeur totale de 2,20 m ; elle est conservée sur une longueur de 4 m. Son niveau de sol, légèrement plus haut que celui de l’espace ouest, correspond à une surface de terre battue relativement régulière et dépourvue d’aménagement.

L’espace 2E, le plus vaste, a une largeur totale de 10,50 m pour une longueur minimale de 4 m. Son niveau d’occupation est semblable aux précédents puisqu’il s’agit encore d’un sol de terre battue dont la surface en est relativement régulière. Ce sol, très partiellement conservé, n’a été observé que sur une superficie réduite (4 m2) en raison de la présence d’une grande cave moderne qui a éliminé d’éventuels aménagements internes.

Le bâtiment 2 ne comporte aucune installation particulière permettant de l’associer de manière définitive aux constructions voisines. En effet, la description des différentes pièces se rapporte très nettement à des espaces domestiques et non à un espace artisanal. Néanmoins, si l’on se reporte à l’agencement et à l’organisation générale des différents éléments, il apparaît qu’il participe du même ensemble. C’est au regard de cette cohésion que nous proposons d’associer ce deuxième bâtiment au même complexe artisanal que celui mis en évidence dans le bâtiment 1, non comme zone de production mais comme annexe, destinée à entreposer les peaux et/ou à loger les tanneurs.

- Une extension possible de la zone artisanale à l’est du puits-citerne et de l’aqueduc oriental 849

  • 849 D’après M. Maurin, P. Reynaud, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 339-340.

Au nord-est de l’aqueduc oriental, un secteur particulièrement perturbé par l’implantation d’une cave moderne a livré des fosses isolées ainsi que plusieurs murs grossièrement appareillés, mais l’état de conservation de ces vestiges ne permet pas d’établir avec certitude leur contemporanéité.

  • 850 Diamètre : 90 cm et 80 cm, prof. conservée : 10 cm.

Ces fosses semblent alignées selon un axe nord-est/sud-ouest matérialisé par le mur est. Elles ont une forme circulaire avec un diamètre sensiblement différent 850. Leur comblement identique est constitué de chaux indurée moulant des éléments de planches et renfermant quelques mottes de terre, débris de tuiles et ossements. Ces restes de planches correspondent à des empreintes de tonneaux ou de cuves, particulièrement nettes dans la fosse nord, dont un fond présente les traces de trois planches. Ces deux tonneaux, calés dans des fosses, apparaissent isolés ; ils sont toutefois comparables aux découvertes liées au contexte de la tannerie.

Conclusion

L’ensemble artisanal, dont l’activité de tannerie est bien attestée par la présence de différentes cuves intégrées dans des espaces ouverts ou couverts et par le dépotoir comportant une quantité importante d’ossements d’animaux, occupe pour cet état une grande partie du site. En effet, si l’on considère l’établissement dans sa totalité, aménagements hydrauliques et bâtiments fonctionnels, on obtient une superficie minimale de près de 1425 m2.

L’étude céramologique comme dendrochronologique date le début du fonctionnement de cet ensemble de la fin du XIIe s., et son activité est attestée jusque dans les premières décennies du XIIIe s. La durée d’activité de ce complexe est par conséquent assez réduite si l’on se réfère aux données céramologiques. Il convient néanmoins de préciser que ce mobilier a été trouvé en petite quantité, excepté dans les fosses dépotoirs, et généralement sous forme de fragments peu exploitables. Ainsi, si le début de l’activité paraît bien fixée, la date de cessation de l’activité est en revanche plus aléatoire.

2.2.4. Des occupations disséminées dans les environs de la tannerie

Au sud et à l’ouest de l’établissement artisanal, les vestiges demeurent disséminés et peu structurés.

Le bâtiment 3 851

  • 851 D’après N. Scherrer et E. Yebdri, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 340-341.

Le long de la rue de Morier, un nouvel édifice, le bâtiment 3 (cf. fig. 232), est construit au sud de l’ancien bâtiment 1 du XIIe s. qui, bien que ruiné, reste néammois présent dans le paysage (cf. fig. 238). Il est constitué d’une grande pièce, conservée sur 60 m2 et construite selon un plan rectangulaire orienté nord-sud. Cet espace, dont les dimensions extérieures sont de 10,50 m de long pour 7,50 m de large est amputé de sa façade sud tandis que ses murs nord et ouest ont été épierrés. La largeur des tranchées de récupération est de 70 cm, comparable au négatif d’installation du mur oriental qui conserve une assise de fondation en pierres liées à la terre. L’appareil se présente avec deux parements de blocs ou de moellons de calcaire et de grès équarris avec un blocage interne.

À l’intérieur de cette maison, le sol de terre battue se compose d’un limon sableux compact brun, avec à l’ouest une zone de gravier et dans l’angle nord-est une zone brûlée. Le long du mur ouest, un foyer rudimentaire formant un demi-cercle de 70 cm est constitué d’une simple trace rubéfiée plus cendreuse en son centre. Le mauvais état de conservation général et l’absence d’aménagements caractéristiques rendent difficile la détermination d’une fonction de cet édifice qui s’apparente d’avantage à un habitat sans lien avec la tannerie.

Les terres non loties 852

  • 852 D’après L. Duval et P. Mellinand, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 341-343.

La concentration des vestiges sur la moitié occidentale du site contraste quelque peu avec les aménagements ponctuels répartis dans la partie orientale du site. Les données lacunaires restituent une vision très partielle de l’occupation dans plusieurs zones.

Au nord du bâtiment 3, un petit fossé transversal semble se déverser dans le fossé principal nord-sud. Large d’environ 40 cm, il présente un faible pendage de l’ouest vers l’est de l’ordre de 1,1 %. Dans le comblement a été mis en évidence la présence d’un fin dépôt blanchâtre décrit lors de la fouille comme de la cendre. Son orientation isocline ne s’explique pas, ni son usage. Il aboutit non loin d’une importante fosse creusée en lisière du fossé nord-sud. D’un diamètre de 3,20 m pour une profondeur de 2,30 m, cette excavation aux parois verticales et au fond plat est comblée de limons sableux et de poches d’argiles stampiennes ainsi que de débris coquilliers. Son aspect semble indiquer qu’il pourrait s’agir d’un négatif de puits.

Les structures préservées dans l’extrémité orientale du site sont également éparses et aucune limite spatiale n’est conservée ; on note ainsi la présence d’un puits et de deux fosses aux remplissages particuliers.

Le puits est situé dans l’angle sud-est du chantier ; son niveau de creusement n’a pas été retrouvé (fig. 239). Sa fosse d’installation, de plan circulaire et de profil conique, a un diamètre d’environ 3,20 m ; à l’intérieur celle-ci est installé un cuvelage de plan carré dont les parois internes mesurent 70 cm de côté. Ces parements, conservés sur deux assises, sont appareillés au moyen de moellons en calcaire lacustre soigneusement taillés. La longueur de ces moellons oscille entre 24 cm et 33 cm, tandis que la hauteur des assises est identique (13 cm). Ces deux assises sont surmontées d’une reprise de l’élévation, conservée sur une hauteur maximale de cinq assises irrégulières (75 cm) et composée de matériaux hétéroclites, dont certains semblent provenir du chemisage initial du puits. Le calage du cuvelage est assuré par des cailloux et moellons de diverses natures pétrographiques, tandis que la large fosse d’installation est comblée au moyen d’une alternance de couches d’argile jaune d’origine stampienne et de couches de limon brunâtre. Cette structure semble plutôt destinée à une collecte des eaux contenues dans les terrains superficiels, plutôt qu’à la captation de la nappe phréatique. Cette différence n’est pas obligatoirement due à des exigences distinctes, mais peut-être simplement à une limitation des moyens à mettre en œuvre. Les niveaux de comblement du puits, attribuables au XIIIe s., correspondent pour une part à une couche d’utilisation constituée d’argiles fines de décantation de couleur grise et pour une autre part à des couches d’abandon et de destruction de la structure, contenant de nombreux éléments provenant des parties supérieures du cuvelage.

Fig. 239. Vue d’un puits d’angle (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 239. Vue d’un puits d’angle (cl. T. Maziers/Inrap)

Deux fosses sont également localisées en lisière orientale du site. La première est formée d’un vaste creusement profond de 3,28 m apparemment circulaire dont seul le bord nord est conservé. Ses parois sont relativement verticales et le profil du fond n’a pas fait l’objet d’observations détaillées. Cette fosse est comblée d’une succession de lits d’argile stampienne jaune alternant avec des strates de limon brun, composant ainsi un feuilletage similaire au comblement de la fosse d’installation du puits voisin. La vocation de cette fosse demeure problématique et la complexité et la régularité de son remplissage évoquent plus un comblement volontaire et réfléchi que le rebouchage d’un trou de spoliation. Étant donné que seule une petite moitié de cet ensemble était conservée, il est possible que la partie disparue ait recelé une structure pouvant s’apparenter à un puits. À un mètre à l’ouest de cette dernière, est située une seconde excavation de plan globalement quadrangulaire. Longue de 1,60 m et large de 1,30 m, ses parois sont en pente douce, profondes d’une vingtaine de centimètres et son fond irrégulier. Son comblement homogène est constitué d’argile ocre jaune d’origine stampienne et contient du matériel de la première moitié du XIIIe s. Il correspond vraisemblablement à une utilisation spécifique plutôt qu’à son abandon : fosse de décantation, aire de fabrication d’adobes, support ou base de pilier en terre évitant les remontées d’humidité.

Disparition de la vocation artisanale du secteur et abandon du complexe hydraulique 853

  • 853 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 343.

Au cours de la seconde moitié du XIIIe s., l’activité artisanale du secteur périclite. Faute d’entretien, le réseau hydraulique s’envase et se colmate progressivement jusqu’à devenir inopérant, une partie de la tannerie est méthodiquement détruite et les matériaux récupérés. La disparition de cette infrastructure d’envergure dans la 2e moitié du XIIIe s. est peut-être consécutive à un déplacement de la corporation dans le quartier de Saint-Louis, plus au sud. Il ne s’agit donc pas d’un abandon du secteur mais d’une volonté de changer la vocation du bourg destiné alors à accueillir quelques années plus tard un quartier d’habitation.

Si une partie du remplissage résulte d’apports successifs de sable issus de l’écoulement de l’eau et donc de l’utilisation de l’ensemble, l’abandon du complexe est constitué d’un colmatage d’épais dépôts limoneux. Le conduit de l’aqueduc nord-sud est comblé par des formations homogènes sablo-limoneuses issues d’écoulement lent, alternant avec des dépôts plus grossiers de type graviers et galets. À l’ouest, le puits citerne se remplit de limons de décantation gris compacts au cours de la seconde moitié du XIIIe s. ; cette accumulation sédimentaire est probablement liée à la récupération du système de vannes. L’aqueduc est-ouest est également comblé de dépôts lents puis d’apports plus torrentiels avant d’être partiellement récupéré sur toute la portion comprise entre le regard ouest et le puits terminal. À l’intérieur du bâtiment 1 de la tannerie, le puits inutilisé voit son cuvelage et sa margelle s’affaisser sur plus de 1 m de hauteur ce qui entraîne le comblement du conduit de l’aqueduc qui le jouxte.

L’abandon des bâtiments de la tannerie, à la suite duquel se mettra en place le faubourg, ne témoigne pas de démolition violente mais au contraire d’une récupération presque systématique des matériaux de construction. Le terrain destiné à accueillir des habitats est, soit préalablement remblayé sur près de 70 cm dans la zone de dépotoir, soit décaissé dans les espaces renfermant les cuves de tannage. Le bâtiment 2 mitoyen qui semblait dévolu au stockage des peaux et aux logements des artisans est réaménagé pour accueillir des maisons. La circulation sur la rue de Morier en direction de la rue Crotte-Vieille est rétablie suite à la destruction des espaces 2A et 2B.

2.3. Le faubourg médiéval (fin XIIIe - début XIV e s.) (E. Leal, F. Paone, N. Scherrer)

On l’a dit, l’abandon de l’infrastructure de la tannerie dans la deuxième moitié du XIIIe s. est peut-être consécutif à un déplacement de la corporation dans le quartier Saint-Louis, plus au sud. La transformation de la topographie des lieux s’opère par la mise en place d’un réseau d’axes de circulation nord-sud entre lesquels se développent différents îlots (fig. 240). Cette densification de l’occupation est, comme pour les états médiévaux précédents, plus particulièrement concentrée sur la moitié occidentale du site, soit sur les terres les plus proches de la ville et de son rempart.

Fig. 240. Plan général du bourg de Morier dans la fouille de l'Alcazar (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 240. Plan général du bourg de Morier dans la fouille de l'Alcazar (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

2.3.1. Le réseau viaire 854 (F. Paone)

  • 854 D’après L. Ben Chaba, L. Lefèvre-Gonzales, P. Mellinand, N. Scherrer, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, (...)

Dès le XIIe s. est attesté l’existence d’un premier chemin d’orientation nord-sud, la carreria del Morier, perpendiculaire à une voie remontant à l'Antiquité dénommée au Moyen Âge rue Crotte-Vieille. Mais la constitution progressive du quartier à la fin du XIIIe s. rend nécessaire un maillage viaire plus dense, renforcé de deux nouvelles rues dont l’orientation est sensiblement la même que la première. L’espacement entre ces rues étant parfois important, une desserte des bâtiments a pu également être assurée par des traverses perpendiculaires. Le réseau viaire du secteur ne forme pas un tissu orthonormé du fait même de sa constitution progressive. Les contraintes topographiques engendrées par un tracé de voies anciennes et par la proximité du système défensif sont perceptibles dans la moitié occidentale du site. Ceci contraste avec la partie orientale où l’absence de sujétion permet la mise en place d’une voie large et rectiligne nord-sud dont l’usage a d’ailleurs perduré jusqu’à nos jours. Le maillage des axes nord-sud est irrégulier, 18 m entre la rue occidentale et la rue médiane, 44 m entre cette dernière et la voie orientale. Il semble toutefois beaucoup plus lâche que celui des traverses est-ouest, de 14 m en moyenne.

Pérennisation de la rue de Morier

  • 855 Il s’agit de la première mention de la rue de Morier.

La rue de Morier, attestée depuis le XIIe s., forme un élément structurant pour la topographie des lieux. Son prolongement vers le nord n’a laissé aucune trace pour les phases antérieures à la création du faubourg, et sa jonction avec le rue Crotte-Vieille reste incertaine. Elle l’est d’autant plus qu’à la fin du XIIe s., lors de la construction de la tannerie, deux pièces obturent au nord le tracé de cette voie. La jonction avec la rue Crotte-Vieille pouvait s’effectuer uniquement par une traverse bordant au sud l’un des bâtiments. À la fin du XIIIe s. le faubourg se densifie, comme le montre en 1298 l’existence d’une liste de 11 propriétaires de maisons bordées par la carreria de Morier qui doivent un cens au comte 855. Après le destruction d’une partie de la tannerie, les nouvelles maisons s’orientent perpendiculairement à cet axe.

À l’origine, la rue a une longueur d’environ 37 m et une largeur comprise entre 3 à 3,50 m. Elle accuse un pendage général de 1 % du nord au sud. L’ancienneté de cette voie se traduit par un tracé sinueux plus significatif que pour les autres axes pour lesquels, malgré une mise en place progressive des maisons du faubourg, les alignements de façades sont respectés.

À partir de la fin du XIIIe ou du début du XIV e s. est réalisé un pavage dont ne subsistent que quelques tronçons répartis de manière lacunaire à l’extrême sud et au centre de la rue, sans que l’on puisse déterminer si cet aménagement recouvrait, de façon logique, la totalité de la rue. Dans la partie centrale, cette calade, conservée sur une longueur de 4,50 m et une largeur de 2,35 m, est installée sur un lit de pose de limon incluant quelques fragments de tuiles et des charbons de bois (fig. 241). Le pavement est construit au moyen de galets et de quelques pierres brutes, d’une dizaine de centimètres, liés à la terre. Au centre, le passage d’un fil d’eau, d’orientation nord-sud, est matérialisé par l’alignement de pierres et de galets de plus gros module que celui utilisé pour élaborer le revêtement. Au sud, les vestiges de la calade sont ténus puisque conservés sur 70 cm de long et 40 cm de large. Elle est composée de galets de 4 à 5 cm de diamètre sans que l’on puisse savoir si, à l’instar de la portion découverte au nord, un fil d’eau y était aménagé. Le pavement est nivelé au moyen de recharges successives ; il n’en reste par endroit que quelques galets alignés dans l’axe du fil d’eau.

Fig. 241. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 241. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)

La rue Sainte-Claire

  • 856 Le fossé se situerait au niveau du Cours Belsunce soit une trentaine de mètres à l’ouest.

Identifiée comme pouvant être la carreria Sancta Clara, la rue occidentale est établie lors de la mise en place du faubourg à la fin du XIIIe s. Elle est légèrement décalée à l’est d’un espace de circulation perceptible le long du bâtiment 1 de la tannerie, qu’elle recouvre en partie. Ce réalignement est peut-être consécutif à la création des fossés avec murs de contrescarpe réalisé vers 1290. Mesurant 3,60 m de large, cette rue est la moins bien documentée. Elle est assez comparable à la rue médiane, tant par sa fonction de desserte d’habitations que par sa mise en œuvre. La mise en place progressive des façades sur rue ne semble pas s’inscrire dans un processus de respect d’un alignement ; son tracé oblique, amorcé par le décrochement formé par les bâtiments de l’ensemble 2G, retranscrit l’alignement du fossé défensif peu éloigné 856.

Le premier niveau attribuable de façon certaine à la voie est une couche damée de cailloutis pris dans une matrice argilo-limoneuse, épaisse de 2 à 5 centimètres contemporaine d’un sol de mortier compacté. Sur cette première surface de circulation détériorée sont déposées plusieurs recharges lenticulaires sableuses. Ce premier état de la voie est perturbé par l’implantation d’un caniveau transversal situé à l’extrême nord du chantier et orienté ouest-nord-ouest/est-sud-est. Cette canalisation, conservée sur un tronçon long de 2,18 m pour une largeur maximale atteignant 45 cm, consiste en une simple rigole profonde de 15 cm, creusée dans les niveaux sous-jacents. Elle est couverte de dalles et moellons de calcaire et poudingue disposés à plat. Au moment de sa mise au jour, ce creusement était comblé d’un dépôt limono-sableux très homogène lié à son fonctionnement.

À cet état succède un rehaussement de la chaussée par l’apport de remblais destinés à supporter un sol caladé fouillé seulement dans la partie sud-ouest de la voie, tandis qu’au sud-est il laisse la place à un niveau de cailloutis équivalent. La calade associe des matériaux hétérogènes (galets, cailloux calcaires et fragments de terre cuite) dont il est difficile d’établir si certains relèvent d’apports liés à l’entretien de la voie. Ce sol, observé sur une superficie réduite de 3,5 m2, est bordé à l’ouest par un alignement de cailloux formant une rigole axiale à partir de laquelle se développe à l’est le sol de cailloutis damé mêlés à du mortier sur une épaisseur d’une dizaine de centimètre.

L’aménagement d’un caniveau collectif, mais surtout la mise en place de sols construits, témoignent du soin apporté à la réalisation des niveaux de circulation de cette rue, probablement nécessité par la forte fréquentation des lieux. Cependant ces sols sont observés sur une superficie extrêmement restreinte d’où l’impossibilité de juger de leur extension sur l’ensemble de la voie qui, de plus, est amputée à ses extrémités.

La rue orientale ou rue des Cordiers

La rue orientale est créée durant la deuxième moitié du XIIIe s. en reprenant un axe existant durant l'Antiquité. Elle est bordée de murs parfaitement rectilignes (fig. 242). Cette voie est la plus large puisqu’elle mesure 3,80 m d’est en ouest ; son tracé s’implante sur un secteur vierge de construction donc dépourvu de contraintes lié à des constructions préexistantes. Son relatif éloignement du centre urbain, sa vocation à desservir des zones peu bâties, voire même agricoles, font de cette voie un axe de circulation mineur. Cependant, ce constat semble contredit par ses dimensions et par son maintien dans la trame urbaine contemporaine (rue du Baignoir). Il semble donc qu’il faille chercher ailleurs, au nord ou au sud, la légitimité d’une telle voie. La lecture des archives nous apporte quelques éclaircissements : cette rue correspond probablement à la traverse des Cordiers recoupant la rue Crotte-Vieille au nord et celle des Roubaud au sud et mentionnée une première fois en 1290. En 1298, les Béguines de Roubaud édifient un nouveau bâtiment à proximité de leur couvent, sur des terres leur appartenant et situées le long de cette voie. Ainsi peut-on émettre l’hypothèse que la présence de propriétés et constructions relevant des Béguines a conditionné la topographie des alentours et notamment l’implantation de cette voie.

Fig. 242. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 242. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)

Cette rue est largement endommagée par la présence d’un collecteur central qui réduit la surface étudiée à 10 m2. Durant la phase la plus ancienne, la rue est bordée à l’est par une palissade en bois dont ne demeure qu’un alignement de sept poteaux. Six d’entre eux possèdent un diamètre compris entre de 8 et 12 cm et une profondeur moyenne de 8 à 12 cm. Le septième, de plan rectangulaire et de gabarit supérieur (21 x 11 cm), a un creusement en palier à l’est et des parois verticales sur trois côtés ; son fond est en pointe et sa profondeur de 10 cm. La plupart des négatifs sont tapissés de chaux et de mortier ce qui peut être interprété probablement comme des pieux de fondation de maçonnerie. Les sols successifs sont caractérisés par des apports réguliers de gravillons ou de pierres mêlés à de l’argile ou des limons. Des nodules de mortier complètent parfois les éléments mis en œuvre. L’inclusion de matériaux plus hétérogènes est ponctuellement à signaler comme par exemple ce sol composé en partie de nodules de mortier, des fragments d’enduit et de nombreuses scories de métal ainsi que de mobilier céramique en abondance. À l’une des surfaces de circulation sont associés des fragments de tuiles et de céramiques disposés à plat. Les séquences sont damées et présentent un double pendage significatif d’est en ouest de 2,7 %, moins marqué du nord au sud de 1,6 %. La présence d’un fil d’eau central sans aménagement particulier est également attestée. Cette traverse, qui s’implante au milieu du XIIIe s., semble dépourvue de calade et aucune trace d’ornière n’a été repérée, mais l’étroitesse de sa partie conservée ne permet pas d’exclure leur existence.

Les dessertes secondaires : une traverse nord et une impasse

À ces rues principales s’ajoutent deux dessertes accessibles par la rue de Morier, l’une d’elle étant à usage privatif. Bordant au sud l’îlot III, la ruelle d’axe est-ouest, reprend l’emplacement de l’ancien aqueduc qui alimentait la tannerie. C’est par son intermédiaire que s’effectuait alors la communication entre la rue de Morier et la rue Crotte-Vieille. Avec l’établissement du faubourg, cet axe de 2,80 m de large permet l’accès au sud de l’îlot III et au nord de l’îlot IV. Un aménagement du dénivelé est-ouest est opéré par l’installation d’un emmarchement accolé aux façades. Conservé sur 1 m de long et sur une seule assise de 60 cm, il est formé de gros blocs de calcaire retouchés, posés à plat, et de blocs plus petits à l’ouest et au milieu. Cet aménagement, lié à la terre, fait la transition entre un sol en terre battue à l’ouest et une calade établie à l’est, 24 cm plus bas et très mal conservée.

Quinze mètres plus au sud et perpendiculairement à la voie de Morier, une impasse, large de 4 m, sépare les bâtiments 4A et 4C1 et permet d’accéder aux constructions et jardins orientaux. Cette venelle (4C4) semble cependant à usage privatif et parait utilisée comme espace de travail rattaché à l’îlot IV.

La trame médiévale perdure dans le tissu urbain moderne ; on remarque en revanche que celle-ci se simplifie en s’aérant. Le réseau est-ouest est privilégié au détriment des voies nord-sud dont seul l’axe oriental est maintenu sur le site. On peut s’étonner de l’annexion par le domaine privé des deux axes de circulation, et notamment de la rue de Morier dont le tracé a été l’un des éléments déterminants dans l’urbanisation du secteur.

2.3.2. De l’usage limité à la disparition du réseau hydraulique (E. Leal, N. Scherrer) 857

  • 857 D’après C. Aubourg, É. Leal, P. Reynaud, C. Voyez, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 349-351.

La disparition du complexe artisanal s’est accompagnée de l’envasement progressif de tout le réseau hydraulique qui le faisait fonctionner. Les écoulements canalisés par le fossé oriental perdurent cependant, un nouvel aménagement se superpose à l’aqueduc et des travaux de curage sont à nouveau entrepris. Dans les derniers temps, le débit d’eau ralentit jusqu’à disparaître.

La persistance des circulations d’eau entraîne une restauration de l’ancien aqueduc nord-sud qui sert de support alors à un nouveau conduit (fig. 243). Ses piédroits sont posés sur les montants de la canalisation sous-jacente ; la liaison s’effectue grâce à un rang de blocs calcaires bruts ou retouchés, liés au mortier, sur lesquels sont bâtis des parements en petit appareil régulier (sept assises de moellons en calcaire oligocène taillés) avec un liant à la terre. Cet aménagement se termine au sud par deux blocs de calcaire dur formant la transition avec un exutoire dont la bordure orientale alignée comprend deux rangs de moellons et de blocs en travertin, calcaire et poudingue. La limite ouest forme un évasement jusqu’à recouvrir le cuvelage de l’ancien puits-citerne. Elle s’accole au mur de bordure de la traverse septentrionale en formant un coude puis un léger décrochement.

Fig. 243. Transformations du fossé (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 243. Transformations du fossé (cl. T. Maziers/Inrap)

Parallèlement, à partir de la fin du XIIIe s., le fossé est à nouveau curé mais l’évacuation des boues ne se fait pas de façon identique sur tout son tracé. Dans la partie nord, la purge forme un négatif en forme de U de 1,50 m de large, la profondeur du curage s’accentue en partie centrale passant de 50 cm à 90 cm. Enfin dans son extrémité méridionale, le curage a une emprise plus large (1,80 m) mais moins profonde (30 cm) maintenant ainsi un fond d’écoulement au pendage régulier. Suite à ces travaux, le colmatage du fossé se poursuit ; il se matérialise par des passées sableuses issues de dynamiques hydrauliques réduites. Lui succède une phase d’abandon caractérisée par un sédiment sombre incluant de nombreux fragments de blocs de pierres. Il subsiste cependant, après cette phase, une reprise d’écoulements sporadiques surcreusant la couche d’abandon.

Les aménagements du nouvel aqueduc sont détruits durant la seconde moitié du XIV e s. Le grand puits terminal est complètement abandonné et bouché. La portion du conduit de l’aqueduc qui se trouve désormais sous l’espace 2E est entièrement récupérée à partir du mur médian jusqu’au puits terminal. L’extrémité ouest de l’aqueduc, à l’aplomb de la façade de la pièce 2E, est condamnée sur toute sa largeur par un muret. Le reste du tracé vers l’est est intégralement conservé. Les deux regards qui ponctuaient à l’origine la tracé du conduit sont conservés sans modification structurelle, dans la rue de Morier pour l’un et dans la traverse est-ouest pour l’autre. À l’origine destinés à l’entretien du conduit, il est possible que dans ce dernier état ils aient fait office de puits pendant quelque temps.

2.3.3. La composition du faubourg (N. Scherrer)

La création d’habitats dans les faubourgs est le marqueur de l’accroissement de la démographie urbaine, en liaison avec l’exode rural. Les unités de construction s’inscrivent entre des rues ou des traverses qui en assurent la desserte. La mise en place des six îlots d’habitation retrouvés sur le site est progressive, aussi la présentation des vestiges est-elle le reflet de cette chronologie relative des bâtiments les uns par rapport aux autres (fig. 244).

Fig. 244. Le bourg de Morier vers 1320 (dessin G. Frommherz/Inrap)

Fig. 244. Le bourg de Morier vers 1320 (dessin G. Frommherz/Inrap)

L’îlot I 858

  • 858 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, p. 351-352.

L’îlot I, situé à l’ouest de la rue Sainte-Claire et en limite de la fouille, n’est que très partiellement conservé : seule une partie de la façade orientale sur rue et un mur de refend sont visibles (fig. 245). Les données relatives à l’organisation et à la datation de ce premier îlot sont par conséquent particulièrement succinctes. Le mur de façade sur la rue Sainte-Claire reprend en partie la limite de parcelle occidentale de la tannerie en la réalignant selon un axe nord-sud. Ce mur, conservé sur une longueur de 3,50 m, possède une fondation large de 53 cm conservée sur deux assises, à double parement de moellons équarris (poudingue, travertin, calcaire crayeux) et un blocage interne lié à la terre. La tranchée de récupération d’un mur perpendiculaire, large de 50 cm, indique que l’espace derrière le mur de façade est subdivisé en deux pièces (ou bâtiments ?).

Fig. 245. Plan de l’îlot I (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 245. Plan de l’îlot I (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Seule la partie sud-est de la pièce 1A a été fouillée ; elle est remblayée par un épaisse couche de limons gris de manière à surélever le niveau d’occupation antérieur de près de 50 cm pour créer une nouvelle surface de terre battue. Dans la partie conservée, ce sol apparaît comme un niveau très damé et régulier avec par endroits la présence d’une fine couche de chaux. Au sud, la pièce 1B, dont seul l’angle nord-est est conservé, possède un sol de terre. La préparation du sol, d’environ 20 cm d’épaisseur, est constituée d’une première couche de limons sableux riches en cailloutis, recouverte par un niveau composé de limons plus fins et homogènes, dont la surface est régularisée et damée pour servir de sol. Aucun dispositif domestique particulier n’a permis de définir la fonction de ces deux pièces et les niveaux fouillés n’ont livré aucun élément de datation.

L’îlot II 859

  • 859 D’après É. Leal et N. Scherrer in Bouiron 2001b, p. 352-360.

L’îlot II s’inscrit entre la rue Sainte-Claire à l’ouest et le chemin du Morier à l’est (fig. 246). Large de 17,50 m, il a été observé sur une longueur de 40 m. Une opération d’assainissement préalable à la mise en place des sols sur l’arasement des structures artisanales de l’ancienne tannerie a été nécessaire à cause de la présence d’éléments insalubres, notamment les cuves de tannage. La progressive mise en place des édifices donne de l’îlot II une image de bâtiments hétéroclites accolés les uns aux autres. Les premiers espaces clos paraissent être ceux ouvrant sur la rue occidentale (les ensembles 2A, 2B et 2C) contre lesquels s’accolent sans doute rapidement les unités 2D et 2E, puis 2F. Parallèlement une unité importante, 2G, est établie plus au sud ; l’espace laissé au nord de celle-ci ne sera loti que plus tard (2H).

Fig. 246. Plan de l’îlot II (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 246. Plan de l’îlot II (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

- L’ensemble 2A

Au nord-ouest se développe la pièce 2A, identifiée sur une longueur de 9,50 m par un sol de terre battue. Le mur de façade sur la rue Sainte-Claire est hérité de la phase précédente, et le mur méridional vient s’appuyer contre. Large de 50 cm, il présente une fondation à double parement de moellons équarris liés au mortier. Il n’est conservé que dans sa partie ouest, sur une longueur d’environ 2 m. Le reste de son tracé étant totalement récupéré, le contact avec le mur oriental est détruit.

- L’ensemble 2B

Au sud de l’espace 2A, à plusieurs mètres de distance, une nouvelle parcelle est lotie ; elle est limitée par trois murs, au nord, à l’ouest et au sud. En l’absence d’autres éléments de clôture, il n’est pas possible d’en restituer la superficie exacte ou la partition intérieure. Sa superficie maximale en l’état atteint 85,50 m2 mais il est possible, au regard de l’organisation des autres espaces, qu’elle ait été divisée en deux pièces, d’une quarantaine de mètres carrés chacune, par un mur médian peut-être situé dans le prolongement du mur séparant des pièces 2E1 et 2E2.

Le mur nord est conservé en fondation et sur deux assises d’élévation. La première est constituée de deux assises, d’environ 50 cm de profondeur et la maçonnerie, à double parement de moellons équarris et blocage interne, est large de 65 cm avec un ressaut sur chacun des côtés. L’élévation, à parement double sans blocage interne, mesure 45 cm de large. L’ensemble de la construction est lié à la terre et forme un angle avec le mur de façade occidental. La fondation de ce dernier est constituée de deux assises (mesurant 50 cm de profondeur), de moellons équarris formant un double parement non débordant, de même largeur que les deux assises d’élévation conservées, soit 55 cm. Les hauteurs de fondation et d’élévation de ce mur de façade entièrement lié à la terre sont identiques à celles du mur nord. Le mur sud n’est conservé que sur sa première assise de fondation, soit une profondeur de 25 cm. La maçonnerie à double parement de moellons équarris et blocage interne de cailloux et galets est liée au mortier.

L’angle nord-ouest de l’espace conserve un fragment de sol suffisant pour qu’on puisse en lire la structure. Il se distingue des sols de terre battue identifiés dans les pièces adjacentes. En effet, il est constitué d’un premier remblai assez grossier associant graviers, sables et cailloux dans une matrice limoneuse. Lui succède une couche de limons bruns plus compacts et homogènes caractérisée par la présence d’éclats de calcaire dont la surface a été damée et régularisée.

- L’ensemble 2C

Dans un premier temps, le terrain situé entre les espaces 2A et 2B n’est pas construit, mais il est rapidement investi. Ce nouvel espace, d’une superficie de 53,50 m2, s’ouvre sur la rue Sainte-Claire par un mur de façade accolé contre les deux pignons. C’est une solide construction entièrement liée au mortier, conservée sur la totalité de sa fondation et quatre assises d’élévation. La fondation comporte deux assises régulières à double parement de moellons équarris et blocage interne de cailloux, galets et fragments de tuile, d’une profondeur de 40 cm. Le liant de mortier est épais et souvent débordant. La largeur de la fondation (60 cm) est sensiblement plus importante que celle de l’élévation qui est de 50 cm. L’appareil de l’élévation, conservé sur une hauteur de 70 cm, est constitué de moellons équarris, assisés, formant un parement double sans blocage interne.

La limite orientale de l’espace 2C est constituée par un piédroit prolongé au sud par un mur. Le piédroit, construction à double parement liée au mortier, large de 50 cm et long de 80 cm, est conservé sur ses deux assises de fondation. Le mur qui lui est accolé est, en revanche, un mur lié à la terre. Large de 60 cm, il est conservé sur deux assises de fondation, soit environ 40 cm de profondeur. Il se compose d’une maçonnerie assisée à double parement de moellons équarris et blocage interne de cailloux et galets. Il semble que dans un état initial, la pièce 2C communiquait à l’arrière sur un autre espace (les futures pièces 2D1 et 2D2), peut-être ouvert par une large ouverture dont le piédroit serait un témoin. Ce passage est par la suite condamné par le mur, au moment où l’on décide de construire les deux pièces ouvrant sur la rue de Morier.

L’espace 2C est subdivisé par un mur nord-sud et hérité d’un ancien bâtiment de la tannerie. La conservation de cette maçonnerie crée à l’intérieur de la pièce une subdivision en au moins deux pièces. Mais trois sols ayant été distingués, il est possible que le bâtiment ait été divisé en trois pièces. Dans la pièce 2C1, le long de la rue Sainte-Claire, le sol est constitué d’une mince couche de limons sableux bruns, compacts et homogènes, à la surface damée. Seul le creusement d’une fosse, postérieur à la mise en place du sol, a été observé. À l’est, le réduit 2C2 d’environ 7,50 m2 de superficie possède son sol propre, constitué d’une épaisse chape d’argiles jaunes (30 cm d’épaisseur) à la surface fortement damée et régulière. Ce sol a livré du mobilier céramique daté de la fin du XIIIe s. Enfin, la moitié sud de la pièce se présente comme un espace oblong d’une superficie de 23,75 m2, dont le sol est conservé de manière très partielle, sur environ 2 m2, en raison du creusement ultérieur d’une vaste fosse. Il est constitué d’un remblai de limons de 15 cm d’épaisseur formant une couche compacte et homogène et a livré du mobilier céramique daté de la première moitié du XIV e s.

L’absence de contact stratigraphique entre les différentes parties de cette pièce ne permet pas de savoir comment s’effectuait la transition entre les sols.

- L’ensemble 2D

Cet ensemble occupe la partie nord-est de l’îlot II et donne sur la rue de Morier. Il est établi dans l’espace sur lequel s’ouvrait initialement le bâtiment 2C. Après l’obturation de cette communication par un mur, deux pièces, 2D1 et 2D2, ayant chacune leur façade sur rue sont créées. Le mur méridional de cet ensemble est attesté uniquement par sa tranchée de récupération, large de 65 cm et conservée sur 40 cm de profondeur. Il est situé dans l’axe du mur de limite sud de l’ensemble 2C. La pièce 2D1 est conservée sur une bande de 2 m de large ; sa limite nord manque, car hors emprise du chantier. La pièce 2D2 possède une superficie totale de 22,75 m2. Un premier sol forme une surface damée et régulière de part et d’autre du mur qui sépare les deux pièces. Il est constitué d’un remblai de limons argileux bruns et gravillonneux servant de couche de préparation à une mince couche de sables et d’argiles jaunes mélangés. Il a livré du mobilier céramique daté de la première moitié du XIV e s.

Dans un second état, le mur de cloison est épierré et sa tranchée de récupération comblée de manière à mettre en place un nouveau sol de terre battue, qui occupe les deux espaces 2D1 et 2D2 et crée ainsi une vaste pièce d’une superficie minimale de 32 m2. Ce sol est installé sur une mince couche de préparation de limons.

- L’ensemble 2E

  • 860 Les tranchées d’épierrements ne sont ni alignées, ni de la même largeur.

Situé au sud de l’ensemble 2D et à l’ouest de l’espace 2B dont il reprend la largeur, l’ensemble 2E est formé de deux pièces, 2E1 et 2E2, délimitées l’une de l’autre par un mur. Elles sont séparées de la rue de Morier par deux murs sans doute distincts 860. Totalement détruite, leur limite occidentale n’est pas restituable. Les murs largement récupérés n’apparaissent plus que par leur tranchée d’épierrement, exception faite du mur médian, conservé sur deux tronçons de 0,60 et 1,50 m. Il se présente comme un mur à double parement et blocage interne, d’une largeur de 80 cm. Il est conservé sur une unique assise de fondation, constituée de moellons équarris liés à la terre. La tranchée de fondation permet de restituer une hauteur de fondation initiale d’environ 50 cm, soit au moins deux assises pour le type d’appareil observé sur le site.

La pièce 2E1 possède une superficie minimale de 29,25 m2. Un sol de terre battue très damé mais marqué par des irrégularités a livré du mobilier daté du début du XIV e s. Le sol de la pièce 2E2 est sensiblement identique.

- L’ensemble 2F

Il s’agit d’une construction oblongue établie au sud des ensembles 2B et 2E. Toutes les maçonneries sont épierrées, à l’exception du mur qui constitue la limite entre les deux pièces. Les tranchées d’épierrement des limites sud et est sont remarquablement larges. Cet ensemble était bordé par la rue Sainte-Claire, la rue de Morier et une traverse qui sera ensuite occupée par l’espace 2H. Sa position dans l’îlot et la largeur des tranchées laisse penser qu’il s’agit d’un bâtiment important.

À l’ouest se trouve la pièce 2F1, dont la superficie restituée est de 35 m2. Son sol de terre battue présente une surface irrégulière légèrement bosselée. Il est installé sur une chape constituée d’un remblai de mottes d’argiles grises et jaunes compactées, et sur un remblai de limons argileux compacts mais assez hétérogènes. La pièce 2F2 occupe, à l’est, une superficie de 42,50 m2. Son niveau de sol a également une surface assez irrégulière au-dessus d’un épais remblai de nivellement.

- L’ensemble 2G

Localisé à 6,50 m au sud du bloc 2F, l’ensemble 2G est un important corps de bâtiment, de 15 m de long et de 9 m de large au moins, formant la partie méridionale de l’îlot II. Il est très mal conservé en raison de l’installation ultérieure de deux caves d’Époque moderne.

Le mur septentrional, large de 80 cm, est lié à la terre ; l’élévation est conservée sur quatre assises vers l’ouest. À l’est, il ne subsiste que quelques pierres qui forment vraisemblablement le radier d’installation. Les murs nord et ouest sont chaînés entre eux. Le mur occidental, coupé par la paroi moulée, mesure au minimum 60 cm de large. Le bâtiment 2G se compose d’au moins trois espaces dont deux, les espaces 2G2 et 2G3, donnent sur la rue de Morier. Le mur séparant l’espace 2G1 des pièces 2G2 et 2G3, est partiellement conservé sur une assise de fondation, composée de moellons et blocs de calcaire liés à la terre, dont la largeur est de 70 à 80 cm. Perpendiculaire à ce dernier, le mur entre les pièces 2G2 et 2G3 ne subsiste que par la tranchée d’épierrement qui mesure 60 cm de large. Au nord-est de l’ensemble 2G, contre le parement nord du mur, un sol chaulé compact de 6 cm d’épaisseur contenant des éclats de calcaire, est conservé sur 2,24 m2. Ce sol est lié à la mise en œuvre du bâtiment.

La pièce 2G1, localisée à l’ouest, s’ouvre probablement sur la rue Sainte-Claire située hors de l’emprise du chantier à cet endroit. L’espace semble donc présenter un plan rectangulaire orienté nord-sud. La surface de la pièce est d’au moins 47,5 m2. Aucun sol n’a pu être observé.

L’espace 2G2 forme l’angle nord-est de l’ensemble. Un sol en terre battue est installé sur un remblai daté de la fin du XIIIe s. ou du début du XIV e s. Il recouvre l’ensemble de l’espace et est marqué par la présence de poches de cendres et de taches rubéfiées. Un foyer est aménagé dans la partie centrale de l’espace. De plan circulaire, il se caractérise par de la terre rubéfiée et de la cendre (son diamètre mesure 24 cm). Le sol est également recoupé par une fosse dont le comblement contient de la céramique du début du XIV e s.

L’espace 2G3 est conservé sur 19,2 m2, mais il est possible que l’espace ait été plus important. Cette pièce fortement arasée n’a livré aucune trace d’occupation.

- L’ensemble 2H

Cette construction est réalisée alors que les ensembles 2F et 2G sont déjà construits. L’édifice doit s’adapter à l’exiguïté de la surface restante et au bâti existant en faisant le lien entre le décrochement marqué des façades des deux immeubles entre lesquels il s’insère. L’ensemble 2H est fermé à l’est par un mur, dont ne subsiste que la tranchée d’épierrement large de 70 cm. Ce dernier est axé en fonction des deux façades plus anciennes qui ne respectent pas exactement un même alignement sur la rue de Morier, ce qui rend son tracé légèrement oblique. Deux pièces sont édifiées, séparées par un mur de refend lui aussi épierré ; la tranchée mesure 60 cm de large.

De plan trapézoïdal, la superficie interne de la pièce 2H1 représente au minimum 16,50 m2. Un niveau de sol, et un foyer semi-circulaire, ont été observés dans la partie sud de l’espace. Le foyer matérialisé par un sédiment argileux rubéfié mesure 40 cm de diamètre ; il se situe contre le mur médian.

Au sud de l’espace précédent, la pièce 2H2, d’une superficie de 17,10 m2, est également de plan trapézoïdal. Un premier sol se compose d’un sédiment sablo-limoneux (fig. 247). Deux poteaux, alignés selon un axe nord-sud, matérialisent sans doute un cloisonnement ou un support. À l’est, une fosse de forme rectangulaire et de faible profondeur (8 cm) présente au fond un lit de mortier ; elle est peut-être le témoin de l’installation puis de la récupération d’un aménagement. Deux blocs de calcaire taillés, distants d’un mètre l’un de l’autre, dont l’un est sculpté, ont également été retrouvés sur ce niveau à 0,62 m du mur de limite sud. Le bloc sculpté, utilisé en réemploi, présente deux cannelures séparées par un creux et de l’autre côté, une nervure. Ces pierres ont pu servir de bases de poteau. Le sol rechargé d’une couche de limons sableux, est aménagé d’un foyer. De forme irrégulière, plutôt ovale (1 m de long), celui-ci est constitué de terre rubéfiée et de charbons de bois. Une corne d’animal a été retrouvée à sa surface et une poche de cendres était rejetée contre le mur méridional. Les blocs étant alors toujours apparents, ils ont pu servir de base à une crémaillère. Le sol et sa recharge sont datés du début du XIV e s.

Fig. 247. Les bases de poteau de l’espace 2H2 (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 247. Les bases de poteau de l’espace 2H2 (cl. T. Maziers/Inrap)

Cet îlot est l’illustration parfaite d’un agencement successif de constructions mitoyennes. On en veut pour exemple l’annexion de la zone laissée libre entre les ensembles 2F et 2G, peut-être une traverse à l’origine, par le bâtiment 2H dont le plan traduit cette nécessité d’adaptation aux contraintes spatiales. La rationalité dans l’agencement du bâti est lisible au travers d’une répartition spatiale cohérente des maisons et des espaces ouverts. En effet, les unités d’habitations semblent être plus particulièrement disposées le long de la rue de Morier. Les espaces situés à l’ouest (à l’exception de l’ensemble 2C) constituent, semble-t-il, des secteurs ouverts, des cours ou des jardins.

L’îlot III 861

  • 861 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, p. 360-363.

L’îlot III est situé à l’est de la rue de Morier et est bordé au sud par la traverse nord. Il réutilise un ensemble plus ancien, le bâtiment 2 de la tannerie, auquel s’ajoute un agrandissement vers l’est. Si les pièces 2A et 2B du bâtiment initial sont abandonnées pour le percement de la voie, l’emplacement et la superficie du corps principal sont conservés et intégrés dans le nouveau découpage parcellaire par un réalignement du mur de façade sur rue (fig. 248). À l’intérieur, les modifications interviennent sur le découpage interne et sur les niveaux de sols qui sont exhaussés.

Fig. 248. Plan de l’îlot III (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 248. Plan de l’îlot III (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Le mur ouest a été entièrement épierré et ne subsiste plus que par sa tranchée de récupération, large de 72 cm et profonde de 25 cm. Le comblement contient du mobilier céramique daté de la première moitié du XIV e s. L’espace disposé le long de la rue de Morier est cloisonné en deux pièces, 3A1 et 3A2, par un mur transversal, appuyé contre les murs est et ouest. Il s’agit d’un mur à double parement de moellons de calcaire équarris et blocage interne hétérogène de galets et cailloux, liés par un mortier gris fin très compact. Il mesure 65 cm de large pour une longueur totale de 5,80 m. Outre sa liaison au mortier, il se caractérise par une faible profondeur de fondation (une seule assise de fondation de 15 cm de profondeur). Le parement nord du mur est revêtu d’un enduit de chaux. Au nord, la pièce 3A1, largement tronquée par la mise en place d’une cave moderne, ne subsiste que sur une longueur de 1,70 m pour une largeur totale de 5,80 m. Le sol de terre battue est installé sur une charge de limons sableux de 5 cm d’épaisseur. Il remonte légèrement contre les parements internes des murs qui le bordent à l’est et au sud. Deux foyers en fosses sont aménagés dans le sol. Le premier est situé dans l’angle sud-est de la pièce. Sa fosse, peu profonde, possède un profil en cuvette assez irrégulier, dont le fond est tapissé de blocs et de cailloux ; les parois sont fortement rubéfiées. Le second est aménagé le long du mur ouest. Sa fosse, au profil en cuvette, ne possède aucun aménagement intérieur. Le fond et les parois sont aussi fortement rubéfiés. Son comblement a livré du mobilier céramique du XIIIe s. Au sud, la pièce 3A2 a une surface de 14,50 m2. Son sol de terre battue est mis en place sur une charge de limons datée de la première moitié du XIV e s. À ceci s’ajoutent des galets qui comblent les irrégularités du sol sous-jacent et scellent les installations antérieures.

À l’est, l’organisation spatiale est inchangée par rapport à l’état précédent. La pièce 3B demeure un espace étroit de 2,50 m de large orienté nord-sud. Le mur occidental de la pièce est revêtu d’un enduit de chaux, conservé jusqu’à l’arase du mur. Le niveau d’occupation de cette pièce est un sol de terre battue qui scelle le précédent sol par une mince charge limoneuse de 4 cm d’épaisseur, datée de la première moitié du XIV e s. Sur le sol, à l’angle nord-ouest de la pièce, ont été mis au jour les restes carbonisés d’un objet en fibres végétales tressées. Conservé sur un carré d’environ 50 cm de côté, il n’a pas été possible d’identifier cet objet, peut-être une natte de sol ou un sac ?

Enfin, dans le vaste espace 3C, on procède à une restauration du sol d’origine au moyen d’une mince recharge de limons homogènes et très compacts, sur laquelle s’installe le nouveau sol de terre battue. L’espace est en outre doté d’un puits. Il n’est pas possible de localiser avec précision la situation du puits au sein de l’espace, car on ne connaît que partiellement l’extension de ce dernier. Compte tenu de la superficie conservée, il n’apparaît pas installé dans un angle mais en un point plutôt central. Son diamètre interne est de 1,05 m et il a été observé sur neuf assises pour une profondeur de 1,30 m. Son cuvelage présente une maçonnerie très soignée de moellons taillés dans le même calcaire tendre que les autres ouvrages hydrauliques observés sur le site. Le blocage se compose de blocs et de cailloux bruts. L’appareil régulier possède des trous de boulin de sections identiques, soit 12 cm de large pour 16 cm de haut. Leur répartition sur le cuvelage, partiellement conservé, présente au moins trois trous par assises, distantes les unes des autres d’une hauteur de cinq assises. En grande partie récupéré, il n’a conservé aucun contact avec les sols environnants et sa margelle est détruite.

L’espace oriental 3D est mal documenté car seule une partie des maçonneries qui le délimitent a été observée lors de la campagne de diagnostic de 1992. Il s’agit d’un mur, qui vient s’accoler à l’angle sud-est de la cour 3C et fermait au sud la pièce. Conservé sur une assise, il se compose essentiellement de moellons bruts de poudingue stampien liés à la terre.

L’îlot IV 862

  • 862 D’après Duval et al. in Bouiron 2001b, p. 363-375.

Bordé au nord par la traverse nord et à l’ouest par la rue de Morier, cet îlot s’étend vers l’est jusqu’à l’emprise du fossé, soit sur une largeur de 28 m (fig. 249). Le cœur d’îlot est accessible par une impasse. Il se compose au nord de deux ensembles distincts 4A et 4B, dont il est difficile d’établir la chronologie de construction. La partie méridionale est composée d’un bâtiment, 4C, qui donne à l’est d’une zone ouverte dotée de quelques éléments construits (4D). Dans un second état, le nombre de constructions augmente et l’ensemble 4E est établi.

Fig. 249. Plan de l’îlot IV (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 249. Plan de l’îlot IV (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

- L’ensemble 4A

Cet ensemble forme l’angle nord-ouest de l’îlot. Il est constitué de trois espaces sur plan en lanières, orientés est-ouest et accolés les uns aux autres perpendiculairement à la rue de Morier. Le mur septentrional est partiellement conservé à l’est, sur deux assises de fondation, des blocs pour la première et une rangée de moellons au-dessus. L’ensemble est lié au mortier gris fin et mesure jusqu’à 75 cm de large. Contrairement aux autres murs est-ouest qui sont perpendiculaires à la rue de Morier, son axe biais est induit par la présence de la traverse nord. Le mur de façade sur la rue de Morier est entièrement épierré et il est difficile d’imaginer sa largeur car l’axe a été repris par une canalisation postérieure. Le mur oriental a été partiellement retrouvé sur trois assises de fondation qui forment un ressaut sous la seule assise d’élévation conservée. Il est constitué de blocs, moellons et cailloux de calcaire liés à la terre et mesure 50 cm de large. Le mur de limite sud est mal renseigné. L’ensemble est divisé par deux refends. Le premier, au nord, conservé sur trois assises d’élévation d’une largeur de 55 cm qui reposent sur une assise de fondation débordante de 68 cm de large. Ce mur est lié à la terre et il est enduit sur le parement nord. Son extrémité ouest traverse, au moins partiellement, le mur de façade oriental, mais ne se poursuit pas au-delà. Il semble bien, en fait, que lors de la construction, ils aient été chaînés. Le second mur de refend est constitué d’une fondation de 70 cm de large, composée de deux assises de moellons de calcaire et de travertin liés à la terre. L’élévation, conservée sur une assise de 53 cm de large, est également liée à la terre et très semblable à celle du mur nord.

L’espace 4A1, d’une superficie de 61,5 m2, est de forme trapézoïdale et sa largeur varie de 5 à 6,50 m d’ouest en est. Contre le mur méridional, la base d’un pilier de 57 cm de long sur 50 cm de large est conservée. Elle est constituée de blocs de calcaire taillés liés au mortier, contrairement au mur adjacent, qui est lié à la terre, mais comme le mur de limite nord, contre lequel devait également s’accoler un second pilier. En effet, la tranchée de récupération du mur s’élargit nettement en face du pilier méridional, ce qui permet de restituer un pilier contre son parement sud. Ces deux piliers en vis-à-vis se situent aux deux-tiers de la longueur de la façade sur rue, ménageant ainsi au fond de la pièce un petit espace. Le niveau d’occupation de celui-ci est installé sur une couche préparatoire de 10 cm d’épaisseur, constituée d’un sédiment limoneux contenant des nodules d’argiles jaune-orange et des nodules de mortier. Le sol est composé d’un sédiment limoneux à la surface irrégulière ; il contient plusieurs objets métalliques qui sont peut-être issus de serrures ou huisseries. Une petite fosse ou dépression circulaire, d’un diamètre de 50 cm et creusée dans le sol, contient un bloc de calcaire retouché, des tuiles et des charbons de bois. Il s’agit peut-être d’une base de poteau comblée par la suite. Celui-ci est presque dans l’axe d’alignement des piliers. Ces piliers coïncident avec l’endroit où la largeur de l’espace est supérieure à 6 m, c’est à dire difficilement couvrable par des poutres transverses. Ils portaient peut-être une poutre sur laquelle venaient ensuite reposer des traverses.

Au centre, l’espace 4A2 a une superficie de 38,5 m2 et sa largeur sur rue est de 3,50 m. Contre le mur oriental, à 16 cm de l’angle nord-est, est installée une structure de 45 cm de long sur 30 cm de large, conservée sur une assise de moellons et cailloux de grès et calcaire, liés à la terre. Cet aménagement n’a pas pu être interprété. Une couche préparatoire de limons sableux mêlés de nodules argileux, datée du début du XIV e s., est recouverte par un sol sablo-limoneux.

Au sud, l’espace 4A3 est peu renseigné. L’espace a été couvert d’une couche préparatoire constituée de limons argileux jaunes mêlés de fragments de calcaire surmontée d’un sol composé d’une quinzaine de centimètres d’argiles jaunes mêlées de cailloutis. Ce niveau est structurellement proche du sol retrouvé dans l’espace mitoyen 4B1, et présente les mêmes caractéristiques que les sols observés dans les espaces extérieurs. Il s’agit donc peut-être d’une cour ou d’un appentis.

L’acquisition de l'ancien bâtiment du XIIe s. a été nécessaire à l’élaboration du bâtiment 4A à l’angle de la rue de Morier et de la traverse nord. Le soin apporté à sa réalisation (façade maçonnée, piliers et support intermédiaires) ainsi que l’étendue de son plan (deux grandes pièces plus une voire deux cours) en font l’une des constructions majeures du quartier et amènent à s’interroger sur l’identité du propriétaire qui n’appartient probablement pas à une population très modeste mais correspond plutôt à un notable.

- L’ensemble 4B

L’ensemble 4B se trouve à l’est de l’ensemble 4A et est desservi par la traverse nord (cf. fig. 249). Il se compose de deux longs espaces orientés nord-sud, 4B1 et 4B2. À l’est, des terres ouvertes, friches ou jardins, sont simplement délimités par des murs.

L’espace 4B1, orienté du nord au sud, est mitoyen des pièces 4A1 et 4A2. Il est fermé à l’est par un mur dont il subsiste deux assises de fondation, avec un léger ressaut de moellons en travertin retouchés liés à la terre et une seule assise d’élévation enduite de mortier blanc sur sa face externe. Au sud, la limite a disparu : il n’en reste que la tranchée d’épierrement du mur, comblée de sédiment hétérogène contenant beaucoup de mortier. Au nord, la présence d’un petit fragment de mur permet d’envisager une fermeture de l’espace quelques mètres avant l’angle nord-est de la pièce 4A1, mais cet éventuel contact reste très hypothétique car le tracé du mur est interrompu par le creusement d’un sondage ancien. La seconde hypothèse est celle d’un espace ouvrant sur la traverse nord et qui se fermerait au même niveau que le mur nord de la pièce 4A1. Cette hypothèse semble validée par le fait que le mur oriental se prolonge vers le nord, au-delà du muret perpendiculaire, même si ce tronçon est d’orientation légèrement divergente vers l’est. Compte tenu de l’état de conservation de ces maçonneries, aucune ouverture n’a pu être décelée. Selon l’hypothèse retenue, la surface de cet espace va de 26,5 à 39,6 m2, sa longueur étant comprise entre 7,30 et 11 m pour une largeur de 3,50 m.

Contre le mur ouest, un aménagement de 2,20 m de long pour une largeur maximale de 60 cm et une épaisseur de 15 cm forme peut-être une banquette ou une base d'escalier ; cet empierrement est bordé par un alignement de quatre cailloux plus gros. Le premier niveau d’occupation de cet espace est directement installé sur des sédiments d’origine alluviale. Le sol de terre battue est assez lacunaire mais relativement bien conservé dans la moitié nord de la pièce. La surface est compacte et lisse, de texture légèrement sableuse mêlée de nombreux nodules de chaux, et présente des traces brunes. Au nord, il reçoit un épandage de cendres mêlé de passées sableuses et il est marqué de deux traces rubéfiées circulaires de 25 cm de diamètre. Au sud-ouest de la pièce, le sol est ensuite recouvert par un niveau argileux jaune, parsemé de nodules de chaux et de charbons de bois. Un niveau assez comparable a été vu dans la partie nord. De même texture, il inclut de nombreux matériaux de construction (fragments de tuiles, de carreaux avec mortier d’accrochage, clous et mortier). Sa faible et constante épaisseur (5 à 10 cm), son aspect damé et horizontal l’identifie à une recharge de sol, dont les matériaux de construction recyclés sont une matière de choix (drainage et isolation, qualités mécaniques de compactage).

Accolé à l’est de l’espace 4B1 et de même module, l’espace 4B2, est limité à l’est par un simple muret de 20 cm de large reconnu sur moins d’un mètre de longueur. Il est composé d’un alignement de cailloux liés par un mortier blanc solide. Le mur qui ferme l’espace 4B2 au sud, est conservé sur une seule assise de blocs de moellons calcaire relativement bien équarris. Dans cette pièce, le sol est formé de petits nodules de mortier et de débris de travertin.

- L’ensemble 4C

À 3,50 m au sud de l’ensemble 4A, se trouve le bâtiment 4C (cf. fig. 249). Il s’agit d’une construction établie au cours du XIIIe s. (cf. supra § 2.2.4.). À la fin de ce siècle, elle subit des modifications, mais la continuité de l’occupation est attestée ; en effet, aucune phase d’abandon ou de remblaiement ne s’intercale stratigraphiquement entre ces remodelages. Les murs nord et ouest sont maintenus, la limite orientale est légèrement décalée vers l’est par la construction d’un nouveau mur et le mur nord est alors prolongé jusqu’à cette nouvelle façade. La partie méridionale de l’îlot, proche de l’actuelle rue du Petit-Saint-Jean, a subi d’importantes destructions, par conséquent aucun vestige ne nous renseigne sur sa disposition. La construction de murs de refend divise le bâtiment en trois pièces rectangulaires (4C1, 4C2 et 4C3) d’orientation est-ouest, perpendiculaires à la rue de Morier. Enfin un passage (4C4) entre l’ensemble 4A et le bâtiment donne accès aux jardins localisés à l’est. La façade orientale est conservée sur deux assises de fondation composée d’un double parement avec blocage interne. Sa longueur est d’environ 10 m et sa largeur de 60 cm. Sa maçonnerie met en œuvre des cailloux et des moellons, le plus souvent équarris mais parfois bruts, majoritairement en grès, liés par un épais mortier de chaux. On remarque que le mur oriental antérieur était également constitué essentiellement de grès ; il est possible que les éléments de ce dernier aient été récupérés et retouchés pour la construction du mur de réalignement.

Le mur qui sépare les pièces 4C1 et 4C2, dont la construction est contemporaine de celle de l’autre mur de refend et du mur oriental, est conservé sur 2 m de long et sa largeur est à peine inférieure à 60 cm. Il conserve deux assises en fondation et une assise d’élévation de facture similaire à celle du mur est. Le double parement de moellons de travertin et de calcaire brut ou équarri est lié au mortier. La présence d’un bloc de calcaire rectangulaire en position verticale posé sur un bloc quadrangulaire témoigne de l’existence d’une porte. Suite à la récupération de la majorité des éléments de la porte, l’ouverture est obturée par un tronçon de maçonnerie d’environ 1,50 m de long. La mise en œuvre diffère car les moellons sont liés à l’argile. Sa hauteur conservée n’excède pas 21 cm. Un deuxième mur orienté est-ouest est construit au sud. Il est appuyé contre le mur de limite oriental ; sa longueur conservée n’excède pas 1,5 m. Au-delà, la tranchée de récupération n’a pas été observée. Ce mur sépare les pièces 4C2 et 4C3.

La pièce 4C1, au nord, couvre une superficie de 3,80 x 7 m soit d’environ 20 m2. Les niveaux d’occupation à l’intérieur de l’espace sont très mal conservés, particulièrement dans la partie orientale. Le sol et ses recharges sont ainsi localisés sur trois mètres à partir de la façade sur la rue de Morier ; les trois mètres suivants, jusqu’au mur oriental, sont vierges de sol et d’aménagement. La limite entre les deux zones est perceptible à l’extrémité occidentale de la porte qui ouvre sur l’espace 4C2. Cette délimitation, qui scinde l’espace en deux, est peut-être le résultat de destructions ultérieures, ou plus vraisemblablement le témoin d’une cloison disparue. Un sol de terre battue est composé d’un sédiment limoneux jaunâtre mêlé à de nombreuses poches de sables, d’argiles, de chaux et de terre rubéfiée. Ce sol vient buter contre le mur méridional ; il se perd vers l’est, où nous n’avons pas son contact avec le mur et où l’on constate une dépression importante. Le sol contient de la faune en grande quantité, dont des restes d’animaux de petite taille, de poissons et de coquillages. Divers autres éléments y ont été retrouvés, dont du corail et un fragment de fer d’équidé. Aucun foyer n’a été retrouvé. Un certain nombre de recharges ont été observées ; l’une d’elles est constituée d’une fine épaisseur de mortier de sables gris, de chaux et de petits cailloux, de 2 à 4 cm d’épaisseur. Des sables gris très meubles couvrent cette recharge et contiennent des objets en fer et en alliage cuivreux. Il sont surmontés d’une nouvelle recharge, à base de limons beiges plus ou moins épais qui contient beaucoup de charbons et de cendres et qui est rubéfiée par endroits. Elle contient notamment des clous, une lame avec soie, un élément en alliage cuivreux et des rebuts de fabrication de fer. Une poche de mortier gris clair épaisse de 10 cm vient combler une légère dépression dans cette recharge. On note aussi la présence d’un trou de poteau qui se situe précisément au centre de la moitié ouest de l’espace, ce qui tend à confirmer que cette division n’est pas fortuite. Il se matérialise par un creusement circulaire de 20 cm de diamètre et 18 cm de profondeur. Un calage constitué de trois pierres réduit le diamètre à 10 cm. Le comblement contient de nombreux charbons de bois, qui proviennent sans doute de la combustion du poteau sur place. Ces niveaux qui révèlent peut-être une activité artisanale sont datés de la fin du XIIIe s. ou du début du XIV e s.

La pièce 4C2 est très mal conservée, mais sa surface peut être restituée à environ 25 m2. Une fosse est creusée dans le niveau de sol. De forme allongée, elle se situe contre le mur nord et est comblée de limons sableux contenant quelques pierres. Un grand creusement irrégulier forme sans doute la récupération d’une structure de type support, peut-être un piédroit en relation avec le mur sud. Une base de pilier est accolée à l’est de ce négatif. Constituée de moellons de calcaire lié à la terre, elle mesure 42 cm de long sur 39 cm de large. Cet ensemble de vestiges est certainement lié à des supports. Le matériel qui en est issu est daté de la fin du XIIIe s. Dans l’angle nord-est de la pièce, un ensemble de maçonneries forme un aménagement particulier (cf. fig. 91). Il comprend d’abord un mur à parement unique accolé au parement méridional du mur nord et constitué d’une rangée de blocs équarris et d’un blocage composé de cailloux liés à la terre. Il est conservé sur environ 2 m de longueur ; sa largeur maximale est de 40 cm et sa hauteur conservée de 20 cm. Il s’arrête nettement à l’ouest, sans retour, ni tranchée de récupération. À 1 m de distance est établi un autre mur, parallèle au précédent, de 40 cm de large également. Il n’est que partiellement conservé, le contact avec le mur oriental, étant épierré. À l’ouest, il s’interrompt comme son pendant. L’observation de sa maçonnerie ne permet pas d’affirmer catégoriquement qu’il s’agisse de l’extrémité de la construction, mais tout porte à le croire dans la mesure où aucune tranchée de récupération n’a été observée dans son prolongement. Ce mur a été construit sur le principe du double parement de moellons bruts ou équarris avec un blocage interne ; l’ensemble est lié par un mortier de chaux. Un empierrement formé de cailloux et de galets liés par de l’argile se développe entre ces deux murs et couvre une surface légèrement supérieure à 2 m2. La fonction de cet ensemble est difficile à déterminer. Sa situation dans l’angle nord-est de la pièce et le fait qu’il ne se développe pas au-delà de la porte ménagée dans le mur nord sont des indices pour l’interpréter comme un soubassement d’un escalier.

La pièce 4C3 a subi d’importantes destructions. Elle est conservée sur moins de 10 m2 ; aucun niveau d’occupation n’a résisté au dérasement général.

L’espace 4C4, au nord du bâtiment 4C, correspond à une zone ouverte qui établit une communication entre la rue de Morier et les jardins (4D) à l’est. Cet espace n’est pas simplement une desserte, mais correspond surtout à une zone fonctionnelle étroitement liée à une activité de petit artisanat déjà perceptible dans la pièce 4C1. Large de 3,50 m à l’ouest, il s’étend à l’est jusqu’au sud de l’ensemble 4B.

À l’ouest, un sol de terre battue très grossier a pu être partiellement observé aux abords de l’angle de la pièce 4C1. Il se compose d’un sédiment limoneux sur lequel on circulait. Un foyer a été installé sur ce niveau. Il est formé par un creusement en demi-cercle situé contre le parement nord du mur de la pièce 4C1 ; de contour régulier et de fond concave, il mesure 100 x 86 x 10 cm. Un certain soin semble avoir été apporté à son élaboration. Une fine couche de charbons de bois, liée à l’utilisation de la structure, tapisse la cuvette du foyer. Un objet en métal qui a fortement subi l’action du feu a été dégagé dans les charbons ; il n’a pu être identifié. Au-dessus, une couche constituée exclusivement de mottes d’argiles pures jaunes, qui ne présente aucune trace de rubéfaction, comble partiellement le fond du foyer. Il est vraisemblable que nous sommes en présence d’une réparation du foyer, qui n’a finalement pas été utilisée. Au-dessus de ces argiles, une couche de sédiment limoneux beige comble définitivement le foyer. Un épandage de charbons de bois à l’ouest du foyer provient sans doute de vidanges de celui-ci. Dans cette lentille ont été retrouvés de nombreux éléments en métal : des clous, des fragments en alliage cuivreux et des rebuts de fabrication. Deux fosses ont été creusées dans la même couche. Une, de forme ovoïde (90 x 60 cm), a un creusement irrégulier. Le comblement en est constitué essentiellement de gros cailloux de nature diverse et de galets d’environ dix centimètres de long pris dans un sédiment limoneux brun proche de celui du sol. Elle contient, en outre, un rebut de fabrication de fer et un objet, en fer également, non identifié. La deuxième fosse de forme oblongue (110 x 50 x 30 cm), est située à l’est du foyer. Les parois et le fond sont irréguliers, les bords sont droits. Le comblement a révélé un certain nombre de blocs plaqués contre les parois ; il n’est pas certain toutefois que nous soyons en présence d’un aménagement volontaire. La plupart des blocs portaient des traces de brûlé. L’utilisation de cette fosse est certainement à mettre en relation avec le fonctionnement du foyer sans que l’on comprenne exactement de quelle manière. Peut-être a-t-elle servi de feu secondaire avec dépôt de braises sur les pierres, ce qui pourrait expliquer qu’elles soient brûlées. Plus à l’est, de nombreuses fosses ont été retrouvées, parfois très grandes (3,20 x 2,40 x 0,30 m pour l’une d’elles). Les comblements sont assez variés, mais la plupart contiennent des pierres, des fragments de tuiles, des charbons, des fragments métalliques. Certaines portent des traces de chauffe sur les parois. L’une d’elles contient des éléments et scories métalliques en grand nombre (clous, anneaux, plaques, petits morceaux de cuivre et de bronze, clous de sellerie, lamelles, anneaux), ainsi que de très nombreuses scories de verre et fragments de récipients en verre. À toutes ces fosses il faut ajouter la présence de quatre trous de poteaux dont trois sont sur le même axe et qui pouvaient former un petit appentis. Cet espace ouvert a certainement servi de zone de travail.

L’ensemble de ces observations démontrent l’existence dans ce secteur d’un petit artisanat du métal, peut-être à usage quasi domestique.

- L’ensemble 4D

Localisé au sud de l’espace 4C4 (cf. fig. 249), cet ensemble occupe une superficie minimale de 180 m2. Il est délimité à l’ouest par le mur oriental du bâtiment 4C, au nord par un cloisonnement dont la nature reste inconnue et au sud par la paroi moulée qui le recoupe. La limite orientale de cet ensemble est matérialisée par deux tranchées nord-sud parallèles, implantées sur le comblement du fossé dont elles reprennent la limite d’emprise au sol. La tranchée occidentale correspond vraisemblablement à un mur implanté dans les comblements d’abandon du fossé, le long de sa rive occidentale. Le comblement de la tranchée d’installation du mur disparu subsiste par endroits. La tranchée d’épierrement est comblée d’un sédiment jaunâtre mêlé à de gros fragments de mortier issus du démontage du mur. Vers le nord, son tracé disparaît et ne semble pas se poursuivre au-delà des limites repérées lors de la fouille. À l’est, distante de 90 cm, la seconde tranchée est visible sur au moins 8,50 m de long. Sa largeur à la base du creusement est de 56 cm et sa partie supérieure, plus large, atteint 1,10 m. Le long de la paroi occidentale du creusement subsistent par endroits des lambeaux de mortier blanchâtre, témoins de la maçonnerie récupérée. La présence de ces plaques de mortier pourrait aller dans le sens de la récupération d’un mur ou d’une autre structure maçonnée telle qu’un caniveau. Il est possible de déterminer une chronologie entre les récupérations de ces deux structures : la tranchée ouest est scellée par une couche de remblai, elle-même recoupée par le creusement de la tranchée de récupération orientale.

Entre les tranchées et le bâtiment 4C, l’espace est recouvert par un remblai limono-sableux de couleur claire et chargé en charbons de bois, assimilable à des terres de jardins. Trois constructions s’apparentant à des bases de piliers ont été dégagées. Deux d’entre elles se situent le long du bâtiment 4C à 30 cm et 40 cm du mur ; la distance qui sépare ces deux maçonneries est d’environ 2,50 m. Un troisième pilier se situe à un peu plus de 14 m à l’est des piliers occidentaux, près d’un petit édifice. Ces structures sont de forme quadrangulaire et de facture identique. Elles sont construites avec des cailloux et des moellons bruts et équarris de calcaire blanc et de calcaires rose, liés par un mortier blanc. Il s’agit d’un ensemble dont la structure même nous échappe, composant deux ensembles distincts aux extrémités du jardin.

Au sud-ouest, un puits est construit. D’un diamètre interne de 1,05 m, il se compose d’un petit appareil régulier de moellons soigneusement taillés et posés à sec. Les assises supérieures sont composées de moellons plus grands. Aux quatre points cardinaux, on observe la présence de trous de boulins, ménagés pour construire le puits. Le blocage est constitué d’un mélange de cailloux calcaire et de mortier. Il n’a pas pu être fouillé jusqu’au fond. Deux petites fosses isolées ont été mises au jour et ont livré du mobilier du XIV e s.

Un petit édifice a été observé dans l’angle nord-est de cette parcelle (fig. 250). Deux murs sont installés sur le comblement de la tranchée d’épierrement occidentale. La fondation du mur orientée nord-sud a été observée sur 1,75 m de long pour 48 cm de large. Elle n’est conservée que sur une seule assise. Son parement oriental est aménagé avec de gros moellons de poudingues posés à plat, et son parement ouest est constitué d’un blocage de cailloux de calcaire blanc liés à la terre. Complètement épierré à son extrémité septentrionale, il vient s’installer contre la partie occidentale de la fondation du mur de direction est-ouest. Ce dernier a été observé sur 1,20 m de long, pour une largeur moyenne de 45 cm. Il ne conserve lui aussi, qu’une seule assise de fondation. Sa technique et ses matériaux de construction sont similaires à ceux du mur nord-sud. Bien qu’aucun chaînage d’angle n’ait été observé entre ces deux constructions, il semble bien que ces murs forment l’angle sud-ouest d’un petit bâtiment.

Fig. 250. Le petit édifice dans l’espace 4D (DAO F. Gueriel, J. Isnard)

Fig. 250. Le petit édifice dans l’espace 4D (DAO F. Gueriel, J. Isnard)

Au nord de ces deux fondations, on observe la présence d’un troisième mur, orienté est-ouest. Conservé sur deux assises, il a été observé sur 1,50 m de long, pour 60 cm de large. Il est lui aussi partiellement épierré. Cependant, même si la technique de construction de cette fondation est similaire à celles des deux précédentes, les matériaux employés sont quelque peu différents. En effet, ce mur est aménagé avec des moellons et des cailloux de travertin, de grès et de calcaire, liés à la terre. L’association de ces trois murs forme un petit espace d’environ 2 m de largeur. Aucun niveau de sol n’a été repéré.

Dans un second temps, le petit édifice est en partie épierré, et une nouvelle limite occidentale, ainsi qu’un retour vers l’est, sont bâtis (cf. fig. 250). Le mur nord-sud est conservé sur 2,30 m de long, pour 50 cm de large ; il présente un double appareil de moellons et de cailloux posés à plat. Ces éléments, associant du grès, du calcaire et du travertin sont maçonnés à l’aide d’un mortier blanc gris relativement friable. Les deux extrémités de cette structure ont été récupérées. Le mur d’axe est-ouest mesure 1,40 m de long pour une largeur de 45 cm. Il se compose d’une fondation maçonnée conservée sur une seule assise, construite avec des moellons et des cailloux de calcaire posés à plat. Son extrémité orientale est installée sur l’arase de la façade occidentale du petit édifice antérieur et est lié avec ce dernier en retour vers le nord tandis que la partie sud de cet ancien mur est rasée. Au nord, un massif de forme quadrangulaire (80 x 70 cm), est construit avec des moellons et des cailloux de calcaire durs posés à plat et liés à la terre. Cet édifice, dont l’étroitesse de la pièce nord (90 cm) est remarquable, résiste à l’interprétation. A-t-on les vestiges de constructions agricoles, artisanales ? La conservation médiocre des structures rend difficile une interprétation de la fonction du secteur. Cet espace ouvert est peut-être un jardin avec un cabanon et un puits à rattacher au bâtiment 4C.

- L’ensemble 4E

Suite à l’apport d’un remblai masquant certaines fosses dans la ruelle 4C4, de nouvelles constructions sont implantées (cf. fig. 249). Elles se répartissent de part et d’autre d’un mur qui prolonge le mur de limite sud de l’îlot IV vers l’ouest. Cet ensemble se compose, au nord, de deux petites pièces (4E1 et 4E2) et d’un vaste jardin arboré (4E3) qui s’étend jusqu’en bordure de l’ancien fossé nord-sud. Au sud, deux autres espaces sont établis, 4E4 et 4E5.

L’espace 4E1 est situé au sud de l’espace 4B1. Il a une longueur de 3,80 m et une largeur de 3,40 m, ce qui représente une surface de 13 m2. Des quatre murs qui l’enserrent, seul le mur oriental est conservé ; les trois autres n’existent que sous la forme de tranchée d’épierrement. Le mur est une construction hétérogène conservée sur deux assises de fondation de cailloux et moellons bruts ou retaillés, et une élévation, très lacunaire, de moellons retaillés. Il est chaîné au mur méridional de l’espace 4E2 et apparemment accolé à l’angle sud-est de la pièce. Le sol de la pièce est formé de lambeaux de couche argileuse jaune.

L’espace 4E2 est limité au nord par un mur constitué de deux parements sur une assise de moellons de calcaire et de grès. Cet espace reçoit un sol, composé d’une couche de limons sableux percée d’une fosse. Cet espace a sensiblement la même surface que l’espace 4E1 ; leur fonction reste énigmatique.

L’espace 4E3, d’une superficie d’un peu plus de 160 m2, est manifestement un espace ouvert. Il est vraisemblablement limité au nord par le mur qui borde la traverse et à l’est par l’ancien fossé. Une couche de limons jaunes, dont la surface semble constituer le sol, est ponctuellement affectée de poches de cailloutis et graviers manifestement issus de ruissellements. Cette surface est creusée de plusieurs fosses ovales peu profondes dont trois forment un alignement parallèle aux murs de bordure nord et sud. Ces creusements ont en commun leurs modestes dimensions et leurs comblements de terre noirâtre, tous identiques, qui évoquent de la terre amendée et lient ces fosses à une activité agricole. Le niveau encaissant montre en outre des caractéristiques de sol amendé et travaillé. En bordure du fossé à l’est de la parcelle, un épandage de limons sableux, très charbonneux par endroits et très compact, forme un niveau de circulation de 1,50 m de large. Le matériel céramique relevé dans ces couches permet de les dater du milieu du XIV e s.

L’espace 4E4 a une superficie à peine supérieure aux deux premiers. Le mur septentrional est conservé sur 11 m de longueur pour une largeur moyenne de 55 cm. Il se compose de moellons bruts (dont certains sont des réemplois) liés à la terre. Le long du parement sud, on note la présence d’un enduit de chaux et sable fin très mal conservé. Récupéré dans sa partie occidentale, il est chaîné avec le mur qui sépare les espaces 4E1 et 4E2. La jonction avec le mur qui sépare les espaces 4E4 et 4E5 a disparu, ce dernier est de mise en œuvre identique. L’espace est large de 3 m pour une longueur estimée à 6 m environ. Son occupation est matérialisée par une surface cendreuse sur laquelle on observe des tessons et des tuiles à plat, et dans laquelle sont percés une fosse et un trou de poteau.

L’espace 4E5, de forme rectangulaire, a une longueur minimum de 9,50 m pour une largeur de 3 m. Son sol de terre battue à la surface duquel subsistaient quelques tessons est perturbé par les creusements de plusieurs fosses et deux trous de poteaux.

  • 863 Les dimensions des modules sont prises à partir de l’axe des murs.

L’orientation du parcellaire dans l’îlot IV s’est faite essentiellement à partir des voies nord-sud, mais quand la trame est lâche (comme c’est le cas ici), ce sont les venelles est-ouest qui conditionnent l’ordonnancement des parcelles, le petit côté s’ouvrant sur la rue. La parcelle standard mesure 4 m de large pour une longueur de 11,5 m 863, soit une profondeur de près de trois fois la largeur. Ce gabarit concerne les espaces 4A2 et 4A3, 4B1 et 4B2, 4E5 ; l’impasse (4C4), dont la longueur n’est pas connue, respecte également la largeur de 4 m. Au sud, l’ensemble 4C correspond à une réutilisation d’un bâtiment ancien étendu à l’est pour atteindre 8 m soit deux largeurs standards. Un traitement particulier est apporté à la parcelle d’angle 4A1, son plan plus irrégulier résultant d’une transition entre deux rues non perpendiculaires. Dans cet îlot, une place assez importante est laissée aux espaces ouverts (cour, jardin ou verger) et clôturés (4A3, 4B1, 4D) qui sont toujours accessibles depuis une voie.

L’îlot V 864

  • 864 D’après Lefèvre-Gonzalès et al. in Bouiron 2001b, p. 378-380.

Il s’agit, avec l’îlot VI, de l’un des secteurs les moins riches en vestiges (fig. 251). D’une largeur de 14 m et en grande partie détruit par le creusement de toute une série de caves à l’Époque moderne, il est limité, à l’ouest, par le fossé et, à l’est, par la rue des Cordiers. Seules sont préservées une partie des façades sur la rue et quelques maçonneries au nord. L’impossibilité de déterminer des espaces engendre une difficulté de désignation des diverses parties constituant cet îlot.

Fig. 251. Plan de la partie orientale du site (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 251. Plan de la partie orientale du site (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

L’ancien fossé correspond toujours à une limite parcellaire. C’est dans son comblement que sont construits, au nord-ouest, deux murs orientés nord-sud, dont un est construit avec un retour vers l’est. Le mur intérieur, d’une largeur de 48 cm et conservé sur 4,90 m de longueur, ne comporte plus qu’une seule assise de fondation, en petit appareil de taille irrégulier. Les matériaux employés sont hétérogènes (cailloux, moellons en calcaire, travertin, poudingue ou tuf), parfois disposés en épis et liés à la terre. Le mur, disposé ultérieurement le long du parement ouest du précédent, comprend deux parements avec blocage interne, en petit appareil irrégulier, conservés sur trois assises. Il mesure de 0,45 à 0,60 m de large et est conservé sur 0,75 m de longueur. La nature des cailloux et moellons est aussi très diverse (travertin, calcaire tendre, poudingue et grès). Les pierres sont grossièrement retouchées, liées à la terre et posées à plat ou en épis ; elles forment des assises en gradins du côté du parement oriental. Ces deux murs sont peut-être destinés à renforcer, dans une ultime phase, la berge orientale du fossé. Le troisième mur, orienté est-ouest, a conservé en fondation une assise à deux parements et blocage, en petit appareil irrégulier de travertin lié à la terre. Il mesure 0,50 m de large et est conservé sur une longueur de 2,80 m. La présence de ce mur divise le secteur en deux espaces, dont les niveaux de sol ont disparu.

À l’est, la façade sur la rue des Cordiers présente plusieurs modifications et ajouts de maçonneries, reflets probables d’une mise en place progressive. Dans une première phase, la fondation de la partie nord du mur de façade conservée sur quatre assises, est caractérisée par l’emploi presque exclusif de poudingue. Dans un second temps, l’élévation du mur est remaniée ; elle est conservée sur deux assises composées de pierres en calcaire rose et de poudingue, liées au mortier sur une longueur de 7,80 m pour une largeur totale de 59 cm. Vers le nord, un seuil est partiellement conservé ; il est construit au moyen de deux blocs taillés dans du calcaire rose. Dans le même temps, le mur est prolongé vers le sud : l’élévation, bâtie en petit appareil de taille de moellons irrégulièrement assisés (grès, poudingue et calcaire), repose sur une fondation ménageant un léger ressaut. Un mur de direction est-ouest forme un retour vers l’ouest, mais le lien stratigraphique avec le mur sur rue est perdu. Seule subsiste une assise de fondation observée sur une longueur de 2,30 m pour une largeur de 40 cm. Il est essentiellement composé de galets et de cailloux de calcaire.

Un puits est situé près de la porte qui ouvre sur la rue des Cordiers. Il a fait l’objet d’une récupération partielle et la partie inférieure n’a pas été fouillée dans sa totalité. Le creusement d’installation de ce puits, d’un diamètre moyen de 3 m, est de plan circulaire et comporte des parois verticales. Le cuvelage n’a été repéré que sur une hauteur de 1,25 m, soit douze assises. Celles-ci sont composées de petits moellons de calcaire blanc taillé présentant un léger cintre sur leur face apparente ; ils sont très régulièrement agencés et assisés. La hauteur des assises apparaît irrégulière et le profil interne de ce cuvelage est en léger tronc de cône. Les neuf assises supérieures présentent des faces internes artificiellement lissées tandis que sur les assises inférieures, des traces de layages obliques sont nettement plus marquées. L’espace interstitiel compris entre le creusement d’installation et le cuvelage est comblé au moyen d’un blocage de cailloux et moellons bruts en calcaire blanc et poudingue sans organisation perceptible. Le plus ancien niveau de remplissage qui a été fouillé peut être rattaché à son utilisation. Il s’agit d’un sédiment argileux brun foncé caractérisé par sa richesse en matériaux organiques (copeaux, sarments, paille). Le matériel contenu dans ce contexte est daté de la fin du XV e s. par un tesson, le reste de la céramique appartenant aux XIIIe ou XIV e s. Il est à noter que parmi ces récipients il y a très peu de vases à liquide, ordinairement majoritaires dans les puits. Ce contexte est scellé par une couche d’abandon.

Enfin, deux fosses et un trou de poteau ont été découverts en bordure de la tranchée orientale. Les fosses ovales sont perpendiculaires l’une à l’autre. Les remplissages ne nous apportent aucune information sur leur utilisation. Au sud, a été creusé un trou de poteau d’un diamètre de 15 cm, associé à des calages de pierres et de tessons. Ce creusement est isolé, aucune autre structure de ce type n’a été mise au jour dans ce secteur.

Dans cet îlot, la restitution d’un module de parcelle d’une largeur de 7 m pour 14 m de long, soit un rapport d’une profondeur pour deux largeurs, est envisageable. Cette hypothèse s’applique également à l’îlot VI.

L’îlot VI 865

  • 865 D’après Lefèvre-Gonzalès et al. in Bouiron 2001b, p. 378-380.

Cet îlot est situé à l’est de la rue des Cordiers, et mesure 27 m de large sur 32,80 m de long (cf. fig. 251). Il est morcelé par des murs partageant l’espace en trois zones distinctes non loties.

La parcelle 6A mesure 25 m de longueur pour une largeur minimale de 15 m, soit une superficie minimale de 375 m2. La limite occidentale de l’espace est matérialisée par un mur constituant la façade orientale de la rue des Cordiers. De ce mur, seule la fondation est conservée, sur trois assises ; elle est construite en petit appareil régulier lié à la terre. Une assise médiane est formée essentiellement de plaquettes calcaires posées en épi (15 x 10 x 10 cm) tandis que l’assise supérieure est faite de poudingue et de grès. Le mur méridional est conservé en deux fragments disjoints de mises en œuvre différentes. À l’ouest, un départ de maçonnerie est bâti en calcaire et poudingue formant quatre assises irrégulières liées au mortier. Il est chaîné à son extrémité occidentale au mur de façade sur rue de l’espace 6C au moyen d’un bloc de calcaire blanc. Vers l’est, le mur n’est conservé que sur une unique assise de fondation comportant des cailloux et moellons de calcaire, grès et travertin, disposés en épis pour une partie d’entre eux et liés à la terre. Il est sans doute contemporain du mur de direction nord-sud situé à l’est du chantier qui forme un retour vers le nord. Celui-ci, repéré sur une longueur de 10 m, est également composé de deux tronçons. La partie méridionale est construite au moyen de moellons de calcaire, grès et poudingue retouchés posés en carreau ou en boutisse alternant avec des petites dalles de calcaire ou de grès disposées en épis, l’ensemble étant lié à la terre. La partie nord du mur, composée de cailloux et moellons de calcaires et de poudingue est trop mal conservée pour préciser son type d’appareil.

Localisée dans l’angle nord-est, la parcelle 6B n’a été observée que sur une largeur de 2 m et une longueur de 6,70 m. Un puits, d’un diamètre interne de 1,40 m, y est installé (fig. 252). Il n’a pas été fouillé dans sa totalité, seuls les cinq premiers mètres de comblement ont pu être retirés. Une couronne de dalles de calcaire soigneusement taillées en arc-de-cercle est surmontée d’une quarantaine d’assises irrégulières de moellons de calcaire. L’interstice situé entre ces moellons et le creusement d’installation est comblé au moyen de moellons et de blocs de calcaire et de travertin. La partie supérieure du puits a fait l’objet d’une réfection, caractérisée par un cuvelage nettement moins soigné, construit en cailloux et moellons de calcaire et de travertin à peine retouchés. Ce chemisage est calé contre le creusement au moyen de cailloux et éclats de même nature. Deux comblements différents en ont été extraits, correspondant tous deux à des niveaux de destruction et d’abandon datés du XIV e s.

Fig. 252. Le puits l’espace 6B (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 252. Le puits l’espace 6B (cl. T. Maziers/Inrap)

La parcelle 6C est accolée au sud de la parcelle 6A ; elle est limitée à l’ouest par le mur qui borde la rue des Cordiers. Coupée au sud par la limite de chantier, elle mesure une longueur minimale de 27 m pour une largeur minimale de 15 m. La fondation du mur sur rue est conservée sur 2,04 m de long pour une largeur de 54 cm. Les matériaux utilisés, majoritairement du poudingue et du calcaire, sont disposés en épis. Cette fondation de mur est composée de deux assises qui présentent un léger ressaut de 2 à 3 cm par rapport à l’élévation formée de trois assises d’élévation liée à la terre. Une reprise partielle est observée dans l’élévation correspondant à un bouchage dont l’orifice pourrait être volontaire (un emplacement de porte) ou bien accidentelle (un effondrement). Au sud, le long du parement oriental sont accolées deux petites structures quadrangulaires bâties au moyen de moellons et cailloux liés à la terre. Dans le segment compris entre ces deux éléments, la largeur du mur est moindre. Il est possible que ce tronçon corresponde au bouchage d’une ouverture initialement limitée par deux piédroits maçonnés ou deux supports de piliers. Malheureusement, le degré d’arasement des vestiges est tel qu’il est impossible de conclure.

2.3.4. Les aspects fonctionnels du faubourg 866 (N. Scherrer)

  • 866 D’après F. Paone. in Bouiron 2001b, p. 101-103 et F. Paone et N. Scherrer. in Bouiron 2001b, p. 1 (...)

Malgré la destruction quasi totale du bâti, il est possible de dégager quelques aspects généraux concernant le bourg de Morier.

L’investissement des terres périphériques au rempart ne s’accompagne pas nécessairement de plan de lotissement codifié et rationnel comme cela a pu être observé dans le bourg Sainte-Catherine (Scherrer, Bouiron 2001), mais laisse ici place à une urbanisation qui semble moins maîtrisée, où les unités d’habitations s’accolent les unes aux autres et sont davantage l’œuvre d’initiatives individuelles. L’emprise des parcelles à bâtir était probablement délimitée par des clôtures et la construction des maisons restait à la charge des preneurs. Chaque parcelle est accessible par une rue ou une traverse, ce qui indique bien que l’implantation du bâti est néanmoins rationalisée (cf. supra § I, 2, 2.1.2.). Le phénomène de maison double est généralisé dans l’îlot II mais plus difficile à attester sur l’ensemble du faubourg. Les constructions sont bâties en adéquation avec des parcelles de plus petite taille, contrainte spatiale à laquelle sont moins soumis les autres îlots. Les maisons d’angles sont celles dont le plan et la mise en œuvre traduisent le plus d’ostentation, en corrélation avec des dimensions plus importantes.

Les murs

La majorité des fondations des murs mesurent entre 50 et 65 cm de large, les plus grandes largeurs sont comprises entre 70 et 80 cm. Les dimensions inférieures se rencontrent pour des cloisons ou pour des petits cabanons. Il ne semble pas y avoir de corrélation entre la largeur des fondations et la fonction portante des murs, la qualité de la construction semble davantage résulter d’un soin global de mise en œuvre apporté à l’un ou l’autre des édifices. Par exemple, dans les maisons 2F et 2G, les murs qui donnaient sur le passage avant la construction du bâtiment 2H présentent de grandes largeurs ; il s’agit certainement d’une volonté ostentatoire plus que d’une nécessité. On rencontre deux types de liant, le mortier d’une part, mais c’est surtout l’emploi de la terre qui est généralisé. Le mortier de chaux reste donc marginalement employé (25 % des cas) et on le rencontre plus particulièrement dans des constructions d’une certaine envergure comme, par exemple, les maisons d’angle. Des éléments disposés en épis ont été observés dans certains murs de l’îlot V et systématiquement dans les murs de l’îlot VI. Il est difficile de dire s’il s’agit d’une technique de construction plus spécifiquement réservée aux zones rurales ou simplement d’un maçon spécifique qui a œuvré sur ces parcelles.

Les élévations sont très mal documentées sur cette fouille. La prédominance de la pierre dans les fondations et dans les quelques élévations conservées n’est peut-être pas significative pour l’ensemble des superstructures. En effet, il semble qu’il faille envisager la présence d’un certain nombre d’élévations en terre comme tend à le démontrer l’observation des niveaux d’incendie des maisons. La plupart d’entre eux sont composés d’éléments de toitures, de fragments de tuiles canal et de bois de charpente associés à des argiles rubéfiées ou des limons. La présence d’argile, fondue ou sous forme de blocs, contraste avec la quantité moindre des blocs ou des moellons dans la démolition. Cette rareté toute relative s’explique aussi par la préoccupation des propriétaires de récupérer un maximum de matériaux (cf. infra § 2.3.5.).

Les supports verticaux

De façon générale la largeur des pièces (entre 4 et 5 m) correspond à une longueur de poutraison classique ce qui ne nécessite donc pas de supports intermédiaires. Mais dans l’espace 4A1, les grandes dimensions et l’irrégularité du plan rendent indispensable l’ajout d’au moins deux piliers maçonnés et d’un poteau dans la partie orientale pour supporter les solives d’un probable plancher. Dans la zone 4D, trois piliers maçonnés dont deux sont disposés parallèlement à un mur indiquent l’existence possible d’une galerie (?) attenante à un jardin.

Les sols

Les sols rencontrés dans les espaces du faubourg sont de nature et de mise en œuvre différentes selon que l’on se situe à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments. La majorité des sols trouvés dans les maisons sont en terre battue. Dans les espaces ouverts, la matrice est souvent constituée d’argiles jaunes mêlée à des apports plus grossiers et hétérogènes avec notamment la présence d’éclats de calcaire ou autres matériaux de construction tels que des fragments de tuiles de mortier. La diversité des inclusions rend les surfaces de circulation irrégulière et bosselée.

L’identification de la fonction des rez-de-chaussée est problématique, rien ne permet de dire si ces derniers sont à usage domestique ou professionnel, même s’il est généralement admis que les espaces domestiques se situent à l’étage. L’usage des pièces de rez-de-chaussée pour les animaux ou à des fins artisanales ou commerciales est concevable car chaque espace ouvre sur la rue.

Les aménagements intérieurs

Bien peu d’aménagements utilitaires ont été découverts proportionnellement au nombre d’édifices dégagés. Ceci s’explique en grande partie par le soin apporté par les habitants à récupérer objets, meubles mais également matériaux de construction avant la destruction du quartier. Les multiples perturbations modernes ont contribué à la disparition des vestiges. Aussi c’est un bilan bien étiolé de ces aménagements qui peut être proposé avec l’impossibilité d’en établir la fréquence ou d’observer leur emplacement au sein de la maison.

Peu nombreux, les foyers sont pour l’essentiel dépourvus d’agencement ou dispositif particulier. Les feux sont allumés à même le sol, comme en témoigne l’existence de traces rubéfiées. Des fosses en cuvette de dimensions variable servent fréquemment de réceptacle au feu, sans préparation particulière à l’exception d’un lit de pierres posées sur le fond pour l’un d’eux. Le seul exemple de foyer central, découvert dans l’espace 2G2, mesure 24 cm de diamètre. Le plus souvent accolés le long d’un mur, ils sont alors oblongs ou semi-circulaires et de taille plus importante, 40 cm de diamètre pour le foyer en 2H1, 50 à 70 cm dans l’espace 3A1 dans lequel se trouve également un foyer d’angle. Les dispositifs d’évacuation des fumées restent inconnus, des systèmes d’évents ou de trémie suspendue sont concevables. On peut également envisager l’emploi de brasero ou de poêle comme systèmes de chauffage en l’absence de foyers.

Très peu de fosses sont creusées à l’intérieur ou à l’extérieur des maisons dans les espaces ouverts attenants. Rares sont celles ayant fait office de dépotoir domestique, aussi nous pensons qu’elles résultent parfois de spoliation de structures bâties. À l’exception notoire de l’ensemble 4C où une multitude de fosses renferment des déchets de forges, la plupart sont simplement colmatées d’un remplissage peu caractéristique de l’utilisation des lieux.

  • 867 1366 : AD13 351 E 28 fol. 143.

Le mauvais état de conservation des vestiges ne permet pas une analyse plus approfondie, que ce soit sur le mode de construction des élévations, sur les circulations intérieures (entre les pièces et avec d’éventuels étages) ou avec la rue, ou sur les aménagements des rez-de-chaussée. En dehors d’un texte 867 qui mentionne en 1322 quatre maisons de deux étages disposant d’un pati pour chacune d’elles dans la rue de Morier, le discours n’est guère plus alimenté par les textes sur ces problématiques.

Les terres de jardin

Bien peu d’éléments nous sont parvenus qui permettraient d’identifier précisément l’utilisation des terrains au sein des espaces de l’îlot VI. Différents apports volontaires de remblais ont été mis en évidence, mais ces niveaux ont été repérés en coupe sans livrer de matériel datant ; d’autres couches, intégralement fouillées ont été perturbées par l’activité agricole de l’Époque moderne et ont livré une forte proportion de matériel intrusif. Aucun sillon ou trace agraire ou trou de plantation d’arbres qui pourraient nous orienter vers des types de cultures particuliers n’a pu être identifié. Certains indices tendent à évoquer un amendement de ces terrains, et l’incohérence des datations céramiques plaident pour un travail de la terre qui a duré dans le temps.

La rareté des vestiges dans les îlots V et VI et l’absence de structures d’habitat dans les sondages de la place de la Providence (Bouiron et al. 1999) semblent confirmer que cette frange constitue la zone de transition entre un espace suburbain et le terroir véritable.

La pratique du maraîchage et de l’arboriculture apparaît régulièrement dans les censives, comme, mais de façon plus exceptionnelle, la mention de jardins d’agrément. Des études de prélèvements effectués dans les fosses ont permis de renforcer l’hypothèse d’un verger dans l’espace 4E3.

2.3.5. La destruction du faubourg et la création de jardins (milieu du XIV e s.) (N. Scherrer) 868

  • 868 D’après M. Maurin et N. Scherrer in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 381-385 et P. Rigaud in Bouiron 2 (...)

Au milieu du XIV e s. la destruction raisonnée du faubourg semble anticiper sur les mesures prises par le conseil de ville en 1357/1358 pour abaisser ou raser les maisons des quartiers extra muros en prévision des attaques des Routiers.

Le faubourg est abandonné dans la première moitié du XIV e s. et méthodiquement détruit (fig. 253). Les maisons sont arasées et parfois incendiées les unes après les autres ou ensemble, et les murs sont épierrés quasi systématiquement. Les incendies touchent le centre et le nord du faubourg, tandis que le sud est épargné par le feu. Suite à un dérasement important lors d’une phase ultérieure, aucune trace de démolition n’est conservée dans la partie orientale du faubourg, où seules les tranchées de récupération des murs sont présentes. Les bâtiments ont sans doute été nettoyés avant démolition, comme le suggère la rareté du mobilier céramique et des objets domestiques en général.

Fig. 253. Plan des espaces incendiés (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 253. Plan des espaces incendiés (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Seules les maisons des îlots II, III et IV sont brûlées, les espaces ouverts, les cours ou jardins sont épargnés de même que les rues. Ces traces d’incendies dont l’importance reste limitée, indiquent que ce sont les matériaux irrécupérables tels des éléments de poutraison ou de toiture qui ont brûlé sur place après démontage, et que cette phase de destruction précède d’efficaces et massives campagnes d’épierrement, de récupération dont les tranchées sont comblées durant la seconde moitié du XIV e s.

Dans les voies, des épandages de tuiles, de limons issus des démolitions recouvrent les sols de circulation ; sur la rue des Cordier, une couche d’effondrement de la partie haute du mur de limite est matérialisée par un amas de calcaire, poudingue et travertin mêlés du cailloutis, des fragments de tuiles ainsi que des traces de mortier et de chaux lissés. S’ensuivent de nouveaux rejets de matériaux.

À travers l’observation des niveaux de destruction des îlots, des éléments importants pour la connaissance des élévations apparaissent et la répartition des espaces ouverts et fermés se dessine clairement. Si dans l’îlot I peu visible, aucune couche d’incendie n’apparaît, en revanche l’îlot II connaît plusieurs séquences de démolition localisées dans la moitié nord. Des couches de charbons de bois et d’argile rubéfiée scellent les sols des ensembles 2A, 2C, 2D, 2E parfois des poutres carbonisées sur place sont conservées et des éléments de tuiles rougies. Les murs des maisons une fois brûlées sont épierrés comme le montre l’étalement de blocs rejetés. L’ensemble 2B qui renferme une cour est totalement dépourvu de traces d’incendie et de démolition, de même que la moitié méridionale de l’îlot, à l’exception de l’espace 2G comblé de matériaux de construction.

Dans l’îlot III, les niveaux d’incendie se caractérisent par l’omniprésence d’argile rubéfiée et de plaques d’enduit brûlés ainsi que par la quantité de charbons et morceaux de bois calcinés (fig. 254). Une telle spécificité des matériaux laisse penser que dans cet îlot les murs et cloisons étaient en pisé banché ce que confirme la présence de blocs de mortier mêlés à de limon brun, ainsi que l’absence de résidu de pierres. Seuls les solins de pierres sont donc récupérés. Dans la pièce 3B est conservé un morceau de natte brûlé sur le sol, seul élément de mobilier découvert sur le site.

Fig. 254. Les niveaux d’incendie de l’îlot III (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 254. Les niveaux d’incendie de l’îlot III (cl. F. Parent/Inrap)

Enfin dans l’îlot IV, seules les pièces 4A et 4B sont incendiées ; les constructions environnantes dérasées à l’Époque moderne ne comportent aucune trace de feu. Il ne subsiste que les tranchées de récupération partielles ou totales des maçonneries. Comme pour l’îlot nord, les pièces 4A et 4B sont recouvertes d’une épaisse couche (35 cm) de tuiles et de poutres carbonisées mêlées à de l’argile ce qui suppose qu’ici aussi les élévations sont en terre ; l’espace mitoyen 4A3 est en revanche comblé majoritairement de pierres. Le sol de la pièce 4C1 est recouvert d’une couche de démolition constituée de fragments de matériaux de construction et de résidus assez importants de charbons de bois et d’argile rubéfiée, datée de la première moitié du XIV e s. Dans la pièce 4C2, le démontage de la structure d’un escalier n’a laissé que quelques pierres abandonnées sur le sol caladé. Enfin à l’est, dans la parcelle 4D, le puits est rempli de deux couches de destruction et d’abandon datées entre le XIV e s. et le XV e s.

Les zones orientales à vocation agricole sont décaissées, ne laissant en place que les structures en creux (fonds de fosse et fondations de murs en particulier). Le faubourg ainsi détruit laisse place à un terrain plat et déserté ou aucun monticule de matériaux ne subsiste.

Il semble que le bourg de Morier ait été l’un des premiers détruits car le mobilier issu des démolitions n’excède pas le milieu du XIV e s. Cette campagne de démolition méthodique des maisons des faubourgs, commanditée par le conseil de ville en prévision du siège des Routiers d’Arnaud de Cervole, a cependant été longue à mettre en place, la population des faubourgs étant hostile à la destruction des lieux et à leur déplacement. Au cours du mois de novembre 1357, le conseil ordonne par trois fois la destruction des ponts et maisons situés devant les remparts et décide de faire creuser des tranchées rejoignant les fossés. Jusqu’en février 1358, des réticences persistent et la ville veille que les places des maisons détruites soient exemptées de censes et qu’il n’en soit plus construit d’autres. Afin que l’ennemi ne puisse trouver de subsistance (victualia, pasture animalium) on décida de rapatrier en ville ce qui pourrait lui être utile. La situation politico-militaire s’étant redressée le siège de la ville craint et attendu n’eut finalement pas lieu alors que les destructions avaient été accomplies.

3. Des faubourgs à l’agrandissement de Louis XIV (B. Sillano)

La présentation qui suit fait référence à une numérotation indépendante de celle du parcellaire napoléonien (fig. 255).

Fig. 255. Numérotation des parcelles sur fond de cadastre napoléonien (B. Sillano/Inrap d'après cl. AD13)

Fig. 255. Numérotation des parcelles sur fond de cadastre napoléonien (B. Sillano/Inrap d'après cl. AD13)

3.1. Les faubourgs peu avant Louis XIV

L’occupation, peu avant l’Agrandissement, se limite à quelques demeures le long du Grand-Caire et aux possessions de la congrégation Saint-Hommebon (cf. fig. 222) puis, à partir de 1656, à des bâtiments le long de la rue du Petit-Saint-Jean. C’est ce qu’indique clairement le rapport d’expertise précédant l’Agrandissement, confirmé et complété par les données archéologiques. En revanche, ces dernières apportent un éclairage nouveau sur des parcelles situées en retrait, dont nous n’avons pas trouvé trace dans les rapports (elles ont déjà disparu ?). Il apparaît que les jardins sont parsemés de bâtiments de toutes dimensions.

3.1.1. Nivellement des occupations antérieures

Au début de la période moderne, une grande masse de remblais, épaisse de 0,50 à 0,70 m, est apportée afin de sceller les niveaux d’abandon du faubourg médiéval. Ils aplanissent un terrain à la surface duquel il ne semble plus rester de trace de l’occupation antérieure, mise à part la rue du Baignoir qui reste en usage. À l’ouest, les remblais, hétérogènes et mêlés de déchets de démolition, scellent l’occupation antérieure ; ils ont été apportés dans le courant du XVIe s. De part et d’autre de la rue, ce sont des terres végétales qui ont été apposées durant le XVIIe s. à la suite d’un arasement préalable.

3.1.2. Les habitations le long du Grand-Caire

C’est tout naturellement le long de la place du Grand-Caire, aux portes de la ville, que s’édifient les premiers bâtiments modernes. Trois d’entre eux sont situés sur l’emprise de fouille, mais une partie des bâtiments, en façade, échappe à la fouille car ils ont subi un réalignement lors de la création du Cours.

Au nord, la parcelle 28, large de 9 m, accueille le Logis des Trois Mulets qui se compose, d’après le rapport de 1668, d’un corps de bâtiment de trois étages ouvert sur la place, long de 17 m, auquel est adossé un second, long de 9 m et aussi élevé. Le premier état d’occupation mis en évidence par la fouille, daté dans le courant du XVIIe s., comprend trois espaces distincts (fig. 256). Le plus proche de la façade possède un sol en terre battue et une canalisation, qui le traverse d’est en ouest, faite de pierres diverses assez peu organisées et couverte de dalles de calcaire rose soigneusement découpées pour s’ajuster au conduit. Il s’agit du fond d’une des deux écuries qui occupent le rez-de-chaussée du bâtiment en façade. Le mur qui le sépare de l’espace central, détruit dans un second temps, reprend grossièrement la direction d’un mur du faubourg médiéval, récupéré peu avant, et son appareil, lié à la terre, est fait de moellons de calcaire blancs disposés de manière désordonnée. L’espace central, très dégradé, possède un puits au centre d'un diamètre interne de 0,80 m et dont le cuvelage est fait de moellons de calcaire tendre à peine assisés. Par sa position et la présence du puits, il pourrait correspondre à une cour intérieure, mais le rapport n’en fait pas mention ; il est possible que celle-ci ait été absorbée par le bâti dans un second temps. Enfin, l’espace oriental, le mieux conservé, a révélé, au fond d’un creusement d’environ 1 m, un sol caladé subdivisé par trois tranchées. Il possède un fil d’eau d’axe nord-sud et une empreinte circulaire en creux de 1,10 m de diamètre qui peut correspondre au vestige d’une cuve faite en matériaux périssables. Nous sommes, d’après le rapport d’estime, dans un cellier.

Fig. 256. Les vestiges modernes de la parcelle 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 256. Les vestiges modernes de la parcelle 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
  • 869 AD13 380 E 125, fol. 417.

Au centre, la parcelle 27 est mentionnée dès 1634 dans un acte d’achat et porte pour enseigne Le Canard 869. En 1668, il ne s’agit plus d’une auberge et la parcelle, large de 8,25 m, est occupée par deux bâtiments, l’un de 12 m de long avec deux étages, l’autre de 5,25 m, séparés par une cour intérieure. Une cave récente nous prive des vestiges de sol du premier état, cependant la base de la fondation du mur mitoyen nord présente un piédroit correspondant à l’arrière du bâtiment de façade.

  • 870 AD13 380 E 127, fol. 1733.
  • 871 AD13 364 E 267, fol. 1578v.

Ainsi, de grandes similitudes existent entre les premières parcelles, tout au moins dans un état antérieur au rapport d’estime. Elles se composent toutes deux d’un grand bâtiment en façade et d’une annexe en retrait, séparés par une cour. Ces observations nous permettent de mieux appréhender les textes qui concernent la parcelle 1, extérieure au chantier et située à l’angle de l’îlot. En 1636, le lot n’est pas bâti 870. En 1656, il contient une « petite maison et grand patti se joignant » 871, et le rapport d’estime de 1668 décrit un bâtiment en façade de 19 m de long pour 10 m de large, avec deux étages, une cour avec un puits, puis un autre bâtiment en fond de parcelle. Ces trois textes mettent en évidence le principe du lotissement des parcelles, d’abord en façade puis en fond de parcelle.

  • 872 AD13 360 E 73, fol. 87.

La parcelle 26, sur l’axe médian de l’îlot, n’est pas bâtie en 1668. Au sud, la parcelle 25 est de dimension plus modeste (6 m par 7 m) et ne comprend qu’une maison à deux étages dont la fouille n’a rien révélé. La suivante, la parcelle 24, était à l’origine liée avec les parcelles voisines : 23 au sud et 22 à l’est. L’ensemble, qui formait un tout mentionné en 1638 par un acte de vente 872, se situait à l’angle de l’îlot et mesurait 11 m par 18 m. En 1668, les parcelles 24 et 23 sont dissociées et appartiennent à deux membres d’une même famille, la première restant associée à celle qui est sur la rue du Petit-Saint-Jean. Celle-ci est occupée par un bâtiment avec deux étages alors que l’autre possède un étage de plus. La fouille n’a rien révélé, mis à part un tronçon de mur lié à la terre, le renfoncement que forme la paroi moulée dans l’angle du chantier ayant trop réduit la surface d’observation.

3.1.3. Les parcelles le long de la rue du Petit-Saint-Jean

  • 873 AD13 360 E 73, fol. 87.
  • 874 AD13 360 E 158, fol. 362v.

La rue du Petit-Saint-Jean, qui n’existe pas à l’époque médiévale, n’est, en 1636, qu’une traverse qui s’interrompt au niveau de la rue du Baignoir et qui se lotit à partir de 1656 lorsque l’auberge éponyme est construite à son extrémité. Avant cette date, l’étude des textes ne met en évidence, sur sa rive nord, que deux petites maisons situées en fond de jardin. La première, la « maison et cazal de François Gaillard » 873, située sur la parcelle 21, n’a laissé aucune trace archéologique. L’autre, un bâtiment avec un étage de 7 m de long pour 4 m de large, construit « en pierre et terre » 874, est situé sur la parcelle 20. Il est vendu en 1663 avec la parcelle 19 voisine. Nous avons effectivement retrouvé, au nord de la parcelle, un mur de refend, antérieur aux autres et qui isole un espace, orienté d’est en ouest, dont les dimensions sont conformes au texte. De plus, ce mur est épais de 0,60 m, ce qui est suffisant pour supporter un étage ; il est fait de moellons de calcaire tendre liés à la terre. À l’intérieur, un petit bassin carré de 0,60 m de côté a été dégagé alors que l’extérieur a révélé un lambeau de sol en terre battue.

En dehors de ces bâtiments, le reste des parcelles en rive nord de la rue du Petit-Saint-Jean n’est occupé, jusqu’en 1656, que par des jardins. La plupart des murs de clôture de cette période ont été entièrement repris plus tard ; il n’en reste pas trace, hormis ceux situés à l’intérieur des parcelles qui ont été doublés ou encore qui sont légèrement obliques. C’est le cas du mur mitoyen entre les parcelles 19 et 20, fait de moellons de calcaire de Saint-Victor liés à la terre. Il en est de même pour un mur, également lié à la terre, qui traverse la parcelle 19 du nord au sud. Distant de 1,40 m de la bordure de la parcelle, il délimite un accès aux jardins de la congrégation. Plus à l’est, deux murs perpendiculaires de même nature matérialisent l’angle nord-ouest de la parcelle 17. Plusieurs puits sont présents sur ces terrains, mais il nous est difficile de savoir s’ils sont ou non antérieurs à 1656. Celui de la parcelle 18 est situé en plein cœur du lot, ce qui est peu courant au sein d’un bâtiment. Il pourrait être lié aux jardins. En revanche, l’un d’entre eux, identifié uniquement par la fosse laissée par sa récupération, est certainement à rattacher à cette période. En effet, il est situé dans l’angle sud-ouest de la parcelle 17 et se voit chevauché par le mur de façade de l’auberge édifiée en 1656.

Le rapport d’estime de 1668 nous montre qu’en l’espace de dix ans toutes les parcelles situées au nord de la rue ont été bâties. Nous allons les examiner d’est en ouest.

La première, la parcelle 22, est, nous l’avons vu, liée à la parcelle 24 qui ouvre sur le Grand-Caire. Elle mesure 7 m de large pour 12 m de long ; il s’agit, en 1668, d’une écurie sans étage. Les murs observés en fouille ne semblent pas correspondre à cet état, en revanche nous avons retrouvé un lambeau de sol caladé daté par la céramique de la première moitié du XVIIe s. La parcelle suivante, un peu moins large, est également occupée par une écurie avec probablement un grenier à l’étage. Elle possède aussi un sol caladé qui est adossé à des murettes courant le long des murs, lesquelles sont faites d’un appareil irrégulier et hétérogène lié au mortier (fig. 257). Les parcelles 20 et 19 sont associées et occupent un espace trapézoïdal de 13 m de largeur minimale pour 12 m de profondeur. Le rapport d’estime parle d’une « grande escuyerie et deux greniers à foin par dessus » de 11 m de large. Nous devons déduire la largeur du passage, situé entre les parcelles 19 et 18, qui donne accès au jardin des Pères, ce qui prouve sa pérennité. Les vestiges de cette période sont très dégradés, néanmoins il semble que les murs antérieurs aient été conservés. La fouille a exhumé, au sud de la parcelle 20, un lambeau de sol avec une empreinte de carrelage sur du mortier (carreaux de 20 cm par 15 cm). Il s’agit du seul exemplaire rencontré sur le site pour cette période. Citons également un mur qui divise la parcelle selon un axe nord-sud. Daté des années 1650 par la céramique, il repose sur une fondation de blocs taillés en calcaire blanc liés au mortier peu épais. Dans la parcelle 19, un sol caladé, associé (ou recoupé) à une murette le long du mur, a été observé partiellement.

Fig. 257. Les vestiges du sol dans l’angle nord-ouest de la parcelle 22 (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 257. Les vestiges du sol dans l’angle nord-ouest de la parcelle 22 (cl. T. Maziers/Inrap)
  • 875 AD13 393 E 76, fol. 456v.

L’auberge du Petit Saint-Jean occupe les parcelles 17 et 18. Elle est construite en 1656 sur un espace vierge, comme l’indique l’acte d’achat de deux « places à bâtir » 875. Elle n’est pas modifiée lors de l’agrandissement, en revanche le bâtiment est entièrement refait au XVIIIe s., ce qui a pour effet d’effacer toute trace du précédent. Seuls des négatifs permettent d’en imaginer la structuration. Les rapports d’estime de 1668 et de 1684 lui donnent une dimension de 27 m de long pour 12,50 m de profondeur. L'auberge se compose de deux bâtiments : à l’est, sur la parcelle 17, une écurie surmontée d’un étage ; à l’ouest, un grand immeuble avec deux étages et boutique au rez-de-chaussée.

Sur la parcelle 17, les plus anciennes structures observées en fouille, datées du milieu du XVIIe s., sont un ensemble de fosses destinées au stockage de la chaux. Réparties sur l’ensemble du terrain, elles sont de forme rectangulaire, mais de dimensions variables comprises entre 1,40 m par 1,25 m pour la plus réduite et 3,70 m par 1,70 m pour la plus étendue. Le fond est généralement plat avec des parois verticales ou déversées. L’écrêtement de ces aménagements ne nous permet pas d’en connaître la profondeur. On note dans le bas des fosses la présence d’une couche plus ou moins épaisse de chaux grasse, caractérisée par un aspect induré et compact, parfois recouvert par du sable gris d’origine marine. Après récupération de la chaux, ces fosses sont comblées par des remblais constitués de matériaux de destructions. L’essentiel des sols de travail a été nivelé à une époque plus récente, sauf une portion dans la partie orientale de la zone, où il est matérialisé par une fine couche de chaux déposée sur une surface plane. Dans la partie centrale de la parcelle 17, quatre emplacements de piliers sont localisés (fig. 258). Ces structures ont été récupérées et seul subsiste, dans le fond d’une fosse, un reste de maçonnerie. Il s’agit seulement de la base de la fondation, composée de pierres de toutes natures et toutes dimensions. Les fosses sont de forme carrée, aux parois verticales et fond plat. Aux quatre angles et parfois contre les parois, on observe la présence de mortier induré constitué de sable marin avec des coquillages. Mesurant 1,20 m de côté, ces piliers sont profondément fondés sur une hauteur de 0,50 m à 0,80 m. Ils subdivisent la parcelle en trois travées de 6 m de large et libèrent entièrement l’espace du rez-de-chaussée où se trouve l’écurie.

Fig. 258. Vue d’ensemble des vestiges de la parcelle 17 (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 258. Vue d’ensemble des vestiges de la parcelle 17 (cl. T. Maziers/Inrap)

Les murs porteurs contemporains de ces structures ne sont pas conservés, mais les piliers sont centrés par rapport au bâtiment qui est édifié ultérieurement, en retrait par rapport à la rue. Ce réalignement paraît donc avoir une origine ancienne, peut-être pour mettre en valeur l’édifice. Dans le cas présent, comme il s’agit d’écuries, il est plus probable qu’il vise à faciliter les circulations. Aucun sol n’est conservé, le seul aménagement étant un amas de briques crues qui suppose un cloisonnement en adobes.

En conclusion, nous constatons que les parcelles 19 à 22, bâties très rapidement juste après la construction de l’auberge du Petit Saint-Jean, ont subi une mutation de leur fonction. De simples jardins, elles sont toutes devenues des écuries, munies d’un étage pour y mettre le foin. La rapidité de leur mise en œuvre, qui réutilise en grande partie les murs de clôture insuffisamment fondés, les apparente à des constructions faites dans l’urgence. Peut-être s’agissait-il de répondre rapidement à une demande accrue dans ce quartier, aux portes de la ville, où abondent les auberges qui accueillent les voyageurs. La densification du bâti en centre ville a également contribué à l’impossibilité, voire à l’interdiction, d’y circuler avec des attelages, refoulant par là même les chevaux de trait. Enfin, la présence du marché aux fruits et légumes sur la place du Grand-Caire n’est pas non plus étrangère à la nécessité de remiser les chevaux, au moins pour la journée.

3.1.4. L’occupation de part et d’autre de la rue du Baignoir

  • 876 AD13 380 E 127, fol. 1733.

À l’ouest de la rue du Baignoir, outre l’auberge du Petit Saint-Jean, nous n’avons repéré sur le terrain aucune construction antérieure à l’agrandissement. Le plan Razaud confirme par ailleurs que l’essentiel ne sera pas construit avant le XVIIIe s. En revanche, l’acte de 1636 mentionne une maison que la demoiselle de Guérin « se réserve avec l’allée outrelhais estant alentour dicelle maison » 876 et qui est située hors d’emprise de fouille, à l’angle de la rue du Baignoir et de la rue « tirant aux Augustins », au nord. Les textes nous indiquent qu’à l’est de la rue, avant que ne soit prolongée celle qui s’appellera Petit-Saint-Jean, se trouvaient en 1636 les jardins de Barnier. La fouille y a révélé des bâtiments antérieurs à l’Agrandissement.

Le premier bâtiment construit à l’est de la rue du Baignoir est à l’emplacement de la future parcelle 40, mais n’occupe pas l’ensemble de cette dernière. En effet, en bordure de la rue, un mur a livré du mobilier du milieu du XVIIe s. et constitue un des rares témoins des constructions de cette période. Il est bâti au moyen de moellons de calcaire tendre blanc, liés par du mortier gris et disposés de manière irrégulière. Son épaisseur est de 0,60 m et sa fondation a été observée sur 2,70 m. Il se termine au nord par un piédroit en grand appareil (fig. 259) difficile à interpréter, mais qui pourrait correspondre soit à une ouverture soit à la limite nord d’un bâtiment. Dans la parcelle 39 voisine, sous le sol de la cave, ont été retrouvés les vestiges de fondation de deux murs accolés d’axe nord-sud, ainsi qu’un retour d’axe est-ouest, matérialisé par une tranchée de récupération de mur, dans l’alignement du refend hypothétique de la parcelle 40. Ces témoins attestent de l’existence de murs fondés profondément, liés au mortier et constitués de moellons de calcaire blanc, tout comme le mur de façade, ce qui permet de les associer. Ainsi pouvons-nous restituer une parcelle perpendiculaire à la rue du Baignoir, de 12 m de profondeur et d’une largeur supérieure à 5 m. La profondeur des fondations nous assure qu’il s’agit d’un bâtiment, dont aucun sol associé n’est conservé. Étant donné sa faible largeur, nous pouvons supposer qu’il était à l’origine plus large et dans l’axe de la traverse du Petit-Saint-Jean, puis qu’il a été recoupé par celle-ci lors de son prolongement vers l’est. Ce premier état de construction se traduit, dans les parcelles 41 et 42, par des aires et fosses de gâchage de mortier liées à la construction du bâti. Le décalage du mur de façade de la parcelle 40 par rapport au mur médiéval montre que la rue du Baignoir a été élargie avant l’agrandissement de Louis XIV.

Fig. 259. Détail du piédroit dans la façade de la parcelle 40. Au premier plan, la façade antérieure (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 259. Détail du piédroit dans la façade de la parcelle 40. Au premier plan, la façade antérieure (cl. T. Maziers/Inrap)

La chronologie relative de construction des murs met en évidence, dans la parcelle 43, un espace antérieur aux autres. Aucun sol associé n’est conservé, à cause des caves, et les murs ne contiennent pas de céramique. Cependant, les datations des constructions qui lui font suite indiquent que cet espace a été mis en place avant la fin du XVIIe s. Les fondations du mur sud sont composées d’une partie basse, débordante et installée en tranchée étroite, sur laquelle repose une fondation à double parement et blocage interne, épaisse de 0,60 m et conservée sur 0,80 m de hauteur. Ces constructions sont en moellons de calcaire blanc, disposés en assises irrégulières et liés par du mortier jaune. Le mur ouest n’a pas été étudié et son pendant a été arasé superficiellement par la cave. La profondeur des fondations atteste qu’il s’agit d’un bâtiment, de même longueur que son voisin et également recoupé, par la paroi moulée du chantier cette fois-ci.

En dehors de ces constructions, rien ne permet d’affirmer que le jardin de Barnier était déjà structuré en parcelles. Cependant, si l’on se réfère à la période médiévale, la partie concernée par la fouille était divisée en deux selon un axe est-ouest. Si on suppose que la parcelle nord s’étendait jusqu’à la rue « tirant aux Augustins », il est intéressant de constater que le bâtiment 42 est situé en son centre. De plus, le bâtiment 40 est approximativement à la même distance du mur de clôture (11 m) que son voisin. Il est possible d’imaginer des domaines de taille moyenne au centre desquels se trouve la maison du propriétaire.

3.2. Les premières modifications liées à l’Agrandissement de Louis XIV

La création de la Ville Nouvelle par Louis XIV, avec le tracé d’un nouveau plan du quartier, a eu, sur l’îlot concerné par les fouilles de l’Alcazar, un effet immédiat sur les constructions préexistantes, surtout à proximité du Cours (fig. 260). Ailleurs, après le traçage de nouvelles rues et parcelles, les constructions vont être plus lentes à se mettre en place, au cours du XVIIIe s. Nous distinguons donc dans notre étude ce qui est réalisé vers la fin du XVIIe s. de ce qui advient à partir du milieu du XVIIIe s., même si l’essentiel des sols conservés se rattache à cette dernière période.

Fig. 260. Plan du secteur de l’Alcazar en 1682 (DAO B. Sillano /Inrap)

Fig. 260. Plan du secteur de l’Alcazar en 1682 (DAO B. Sillano /Inrap)

3.2.1. Reconstruction des immeubles le long du Cours

La création du Cours a considérablement modifié les immeubles qui bordaient auparavant le Grand-Caire. Certes, ceux-ci ont profité de leur situation ; cependant, non seulement ils ont été frappés d’un alignement sévère, mais en plus les reconstructions ont dû se plier à des normes strictes afin de préserver l’unité de la façade. Ainsi, les façades de l’îlot de l’Alcazar sont reculées de près de 10 m au nord pour 5 m au sud. Les premiers immeubles étant amputés de presque le tiers de leur superficie, il fût nécessaire de reculer les bâtiments vers l’arrière de la parcelle. Quatre devis de reconstruction nous sont parvenus, datés de 1675, avec un même entrepreneur. La première façade réalisée est celle de la parcelle 26, non bâtie au moment de l’agrandissement. Elle sert ensuite de référence pour toutes les autres, de même que la façade de l’auberge de la Selle d’Or, sur l’îlot voisin au sud, sert de ligne de mire pour l’alignement. Nous allons voir en détail ces parcelles, du nord au sud de l’îlot, mis à part la première qui est hors emprise de fouille (fig. 261).

Fig. 261. Plan des vestiges modernes des parcelles 23 à 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 261. Plan des vestiges modernes des parcelles 23 à 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
  • 877 ACM DD 164, fol. 104v.

Pour la parcelle 28, le rapport de 1683 mentionne « la maison (...) où pend pour enseigne les trois mullets laquelle a esté bastie après l’agrandissement sur les débris d’une maison » 877. Il montre clairement qu’elle a été entièrement reconstruite. Le nouveau bâtiment possède quatre étages et une boutique au rez-de-chaussée. Sur le terrain, nous constatons que le mur méridional est prolongé vers l’est par un mur de même largeur, fondé moins profondément et lié par du mortier gris. Son appareillage est irrégulier et les moellons sont essentiellement du calcaire blanc. Ce mur est lié à un petit retour, qui forme sans doute une base de pilier. Deux autres piliers, bâtis en blocs de calcaire de La Couronne soigneusement taillés, matérialisent ce retour. Cet ensemble constitue l’arrière du bâtiment principal, comme en témoigne le bâti encore en place avant le début du chantier de fouille. Ce recul montre la nécessité de déplacer la façade en raison du réalignement sur le nouveau Cours dont l’amplitude est ici maximale, de près de 7,50 m. À l’intérieur du bâtiment, une construction en forme de «U», ouverte côté rue, est installée dans son axe et correspond à une montée d’escalier. Il s’adosse à l’ancien puits qui est toujours en fonction. Les trois murs d’échiffre sont constitués de gros blocs de calcaire jaune. Une murette en briquettes, d’axe nord-sud, prolonge le fond de l’escalier et son pendant au sud n’a pas été conservé mais devait exister. Elle permet de restituer trois pièces, deux d’axe est-ouest de part et d’autre de l’escalier et une derrière, d’axe nord-sud. À l’est, l’espace, couvert ou non, est limité à l’extérieur par une ossature de piliers. L’ensemble de ces niveaux de rez-de-chaussée est pavé de carreaux de terre cuite, comme l’indiquent les fragments conservés de manière lacunaire. Des bassins (dégradés) enduits de béton de tuileau sont également présents en fond de parcelle.

  • 878 AD13 380 E 171, fol. 1411.

Le rapport d’expertise commence par la même remarque sur la reconstruction de la parcelle 27. C’est alors une maison d’habitation composée de quatre étages, avec une boutique, une écurie et une cave au-dessous. Un devis de 1675 878 nous apporte des détails sur la nouvelle construction. On apprend ainsi que la cave s’étend « de la longueur despuis la muraille du derrière jusqu’au carage » et qu’elle mesure 4,50 m de large ; le puits est également creusé à cette époque. Malheureusement, l’extension de la cave à l’époque contemporaine a effacé les traces d’occupation antérieures. Seul le mur nord a été conservé car les autres, en grand appareil de taille, sont d’époque contemporaine. Contre celui-ci, l’empreinte d’une voûte abandonnée est le seul vestige de la cave primitive. Elle est faite avec des moellons de grès liés par un mortier jaune pulvérulent qui reposent sur un ressaut installé en sous-œuvre. Une voûte en berceau ne pouvant couvrir toute la largeur de la parcelle, on comprend pourquoi il est précisé dans le devis que la cave devait avoir 4 m de large. Cette cave est limitée à l’est au mur de confins de l’ancien bâtiment, mais le rapport d’expertise nous montre que le nouveau s’étend bien au-delà vers l’est, sur une superficie qu’il conserve jusqu’à l’époque actuelle. Enfin, sous le sol de cave, un puits a été mis en évidence qui, par sa localisation et sa conception, se rattache à l’Époque moderne. Il s’agit certainement du puits creusé en 1675, curieusement à l’intérieur du bâtiment.

  • 879 AD13 B 929, fol. 207v.

La parcelle 26, qui n’était pas bâtie avant l’Agrandissement, est renseignée par deux textes écrits à un an d’intervalle. Le premier est le rapport d’estime de 1683, l’autre une déclaration de l’économe de la congrégation de Saint-Hommebon à qui elle appartient 879. Ils décrivent un premier bâtiment, situé en façade sur le Cours, approximativement carré, de 5,50 m de côté, puis plusieurs écuries en retraits. La première occupe tout le fond de la parcelle à laquelle s’ajoute l’arrière de la parcelle voisine au sud, soit un carré de 12 m de côté ; les autres bordent les possessions de la congrégation, en cœur d’îlot (cf. infra). Lors des fouilles, cette parcelle étant située sous l’accès au chantier, il a été décidé de faire un décapage massif des niveaux modernes pour ne conserver que les bases de fondation des murs. Ainsi, le mur arrière du bâtiment n’a pas été retrouvé ; en revanche, vers le fond, trois murs structurent l’espace. Ils doivent être mis en relation avec le cloisonnement du couvent. En effet, le fond de la parcelle n’est autre que le grand mur d’axe nord-sud qui s’aligne sur la façade de l’église, située au nord et le mur sud est l’arrière des parcelles qui bordent la rue du Petit-Saint-Jean, limite méridionale du domaine de la congrégation. Le mur axial se prolonge vers l’est à travers le cœur d’îlot. Enfin, un court refend n’a d’autre retour que des murs en grand appareil plus récents. Au niveau du puits, un arc de décharge est pratiqué (fig. 262). Ces murs, élevés selon un mode de construction caractéristique du XVIIIe s., ont dû prendre la place d’un prédécesseur trop peu fondé. Ainsi pouvons-nous restituer une cour intérieure avec un puits. La parcelle est traversée d’est en ouest par une canalisation d’époque contemporaine qui reprend l’axe d’un réseau plus ancien en provenance du cœur d’îlot. Un lambeau de sol pavé de terre cuite, daté des années 1680 - 1710 par le remblai sur lequel il repose, a été conservé au sud. Il s’agit de carreaux de 25 cm par 15 cm pour 3 cm d’épaisseur.

Fig. 262. Arc de décharge au-dessus du puits de la parcelle 26 (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 262. Arc de décharge au-dessus du puits de la parcelle 26 (cl. T. Maziers/Inrap)

Le rapport d’estime mentionne pour la parcelle 25 un immeuble de quatre étages sur un magasin, de 6 m de large pour 4,75 m de long. Elle a été excavée à une période récente et il ne reste rien des niveaux d’occupation antérieurs. Le mur nord, repris en sous-œuvre, n’a été vu qu’en coupe. Large de 0,55 m et constitué d’un double parement de moellons de calcaire oligocène, il est relativement similaire au mur du fond de parcelle, mais ce dernier est constitué pour moitié de calcaire oligocène et pour moitié de calcaire de La Couronne. Le mur sud, dans le prolongement du mur de confins des parcelles le long de la rue du Petit-Saint-Jean, a une fondation en pierres liées par un mortier jaune, d’épaisseur irrégulière, qui contraste avec le liant blanc des autres murs. Il est certainement à relier à la parcelle suivante.

La parcelle 24 est mentionnée comme l’auberge du Cheval Rouge. Il s’agit encore d’un immeuble de quatre étages avec un magasin au rez-de-chaussée, toujours relié à la parcelle 22 sur la rue du Petit-Saint-Jean. La fouille a révélé la présence d’une ouverture dans le mur du fond, lequel est un reliquat de l’état précédent. Celle-ci, parementée de blocs de calcaire rose, mesure presque 2 m de large. Elle est excentrée vers le nord car un escalier, matérialisé par son mur d’échiffre très fruste, prend place contre le mur méridional.

Enfin, la parcelle 23, à l’angle du Cours, a la particularité d’avoir conservée sa façade, édifiée en 1675, dans la bibliothèque de l’Alcazar (cf. fig. 37). Le rapport d’estime mentionne un immeuble de quatre étages avec boutique au rez-de-chaussée et une cave au-dessous. Effectivement, le terrain a révélé la présence d’une cave, bordée de murs aux fondations profondes (2 m), épais de 0,60 m et faits de blocs équarris en calcaire tendre sur l’élévation. Les difficultés techniques rencontrées dans cet angle du chantier n’ont pas permis une meilleure observation. Pour cette raison, l’escalier, présent à l’angle, n’a pas été relevé car jugé trop dangereux.

3.2.2. Mutation des bâtiments le long de la rue du Petit-Saint-Jean

Nous ne possédons pas la façade des parcelles situées le long de la rue du Petit-Saint-Jean mais, si l’on se réfère aux données d’archives, elles ne semblent pas avoir été frappées d’alignement. Les transformations réalisées de manière systématique après l’agrandissement ne modifient donc pas la configuration des parcelles mais davantage leur vocation.

  • 880 AD13 390 E 235, fol. 332v.

D’après le rapport d’estime de 1667 où elle est toujours associée à la parcelle 24, la parcelle 22 est occupée par une écurie surmontée de quatre étages. Un devis de 1674 880 stipule cependant que la nouvelle maison aura deux étages, ce qui est plus compatible avec l’état actuel qui n’en présente que trois.

Seul le mur occidental a été refait, en liaison avec la réfection de la parcelle voisine (23) (cf. supra). Les autres sont hérités des périodes antérieures. Une cloison légère isole une petite pièce au fond, de part et d’autre de laquelle sont installés deux carrelages de terre cuite. De chaque côté de cette cloison sont installés deux carrelages, en carreaux de terre cuite rouge de forme carrée de 25 cm de côté. Le carrelage nord se caractérise par des carreaux plus fins (1,8 cm) que l’autre (3 cm), mais aussi plus indurés. Le plus curieux est cependant la nature de son radier de préparation, où abondent les tessons de bouteilles de couleur verte, de plusieurs modèles. Antérieurement à la destruction partielle de ce sol par la cave récente, ce radier était plus étendu encore, ce qui nous conduit à penser que plusieurs centaines, voire des milliers de tessons de bouteilles sont réunis là au même moment. On doit très certainement mettre cette présence de bouteilles en relation avec les auberges qui se trouvent dans le quartier à l’époque de cette construction. La parcelle est ensuite excavée sur sa moitié sud, les murs qui se mettent alors en place étant caractérisés par un mortier jaune foncé débordant. Enfin, la parcelle possède un puits, non relevé, construit contre le parement est du mur ouest et dans l’alignement de la cloison. Son cuvelage, de 1 m de diamètre interne, est, pour la partie conservée du moins, entièrement en briques cuites, de couleur jaune rouge, aux dimensions de 23 cm par 15 cm par 3 cm. Conservées sur sept assises, elles sont disposées verticalement et de chant sur leur petit côté et maintenues en place par du mortier beige jaune friable. Rien ne permet de dater ces structures, mais nous émettons un doute sur l’utilisation des carreaux de terre cuite dans les écuries.

La parcelle 21 est occupée en 1684 par l’auberge de l’Escu d’Or et se compose, dans le rapport, d’un étage qui surmonte un grand magasin. Elle est « fort vieille et dans le mesme estat qu’elle estoit avant lagrandissement ». Cette maison n’a donc pas été refaite ; en revanche, de simple écurie, elle est devenue auberge. La seule partie bien conservée, dans l’angle nord-ouest de l’espace, la calade, a été remplacée par un, puis deux carrelages, postérieurement à la seconde moitié du XVIIe s. Un remblai préalable à la chape qui supporte le premier carrelage permet de niveler les inégalités de la surface de la calade. Seules les empreintes à sa surface nous permettent de restituer des carreaux de 24 cm par 16 cm, récupérés par la suite. Le suivant est fait de carreaux carrés de 24,5 cm de côté disposés en quinconce. Ce dernier est complété, sur le parement est du mur occidental, par un revêtement de carreaux identiques mais moins épais. L’état de conservation du mur ne permet pas de dire si ces carreaux ont été disposés uniquement en plinthe, ou s’ils montaient sur toute sa surface, la première hypothèse étant la plus probable. La parcelle 21 comporte également deux puits qu’il est difficile de dater. L’un d’eux, au nord-est, est de forme ovoïde. Son cuvelage est fait de moellons retouchés en poudingue, ainsi que de cailloux bruts en poudingue et en calcaire blanc, de galets, et de fragments de carreaux en terre cuite. Le tout est lié par un mortier de couleur rose mêlé de terre, avec des joints d’épaisseur irrégulière, rentrants. La couleur du mortier indique sans doute la phase récente du site, plutôt qu’une phase ancienne. Le second est au sud-ouest et une partie de sa margelle est conservée. Le cuvelage, quasi-cylindrique et de 0,70 m de diamètre interne, est construit en éléments très diversifiés, avec un appareil irrégulier, voire chaotique. La margelle, en grands blocs de calcaire tendre sciés en remploi, comporte sans doute initialement quatre à cinq assises.

  • 881 AD13 367 E 159, fol. 1182v.
  • 882 AD13 367 E 159, fol. 930v.

Les parcelles 19 et 20 sont toujours associées en 1672 lorsque deux devis de reconstruction sont établis. L’un d’eux 881 concerne la reconstruction de la « murailhe moitinière », l’autre 882 le rehaussement du bâtiment. En 1684, le rapport d’estime décrit une maison où pend pour enseigne Le Petit Paris composée de deux étages et une écurie. Elle est jointive avec l’auberge du Petit Saint-Jean ce qui indique que le passage qui permettait l’accès aux jardins de la congrégation est englobé, comme le confirme la largeur totale de la parcelle. En fouille, nous constatons effectivement la destruction de la bordure occidentale de ce passage, puis un nivellement de l’espace par un épais remblai d’argile pure, compact et homogène. Puis l’édification d’un mur axial oblique par rapport à l’ancien qui permet de compenser la forme trapézoïdale de la parcelle étendue. Il s’agit certainement de la « murailhe moitinière » puisqu’il divise l’ensemble des parcelles 19 et 20 en deux parties égales. Ce mur a une fondation assez hétérogène, tout comme l’élévation, conservée sur deux assises, en moellons et en blocs bruts et équarris de calcaire blanc, dont la disposition est désordonnée, et liés par un mortier épais jaunâtre. Une ouverture, large de 2 m, est pratiquée dans la partie médiane de ce mur, matérialisée par deux piédroits faits de gros blocs de calcaire de La Couronne taillés.

La partie ouest, la parcelle 20, voit s’édifier un grand nombre de structures et de sols qu’il est souvent difficile de caler chronologiquement. On note la construction d’un mur, épais de 0,40 m, parallèle et appuyé contre le mur nord, probablement pour en consolider l’élévation, qui n’est sans doute pas calculé au départ pour être le mur d’un bâtiment. Sa fondation, conservée sur deux assises, est faite de moellons équarris et de cailloux retouchés, en calcaire blanc, disposés en assises régulières. Une cloison reprend le mur qui séparait l’espace en deux selon un axe nord-sud. À l’ouest, une calade est établie, séparée du mur occidental par une étroite murette adossée. Ce sol est remblayé puis remplacé par un pavement de carreaux carrés de 23 cm de côté. Le remblai contient du mobilier daté des années 1700. Dans l’angle nord-ouest, une fosse chaulée de forme carrée, de 2 m de côté et profonde de 0,60 m, est creusée dans la calade. Comblée vers 1750, elle atteste de travaux à cette période. À l’est de la cloison, un carrelage de type chantignole est conservé, recoupé ensuite par l’installation d’une canalisation faite de borneaux de terre cuite qui court le long de la cloison. Ce sol, qui semble correspondre à l’abandon de l’ouverture entre les deux parcelles, est très récent si on se réfère au bouchage en béton qui scelle la canalisation. Il correspond à la réfection du bâtiment lorsque les parcelles se sont individualisées. En résumé, les niveaux correspondant à l’écurie citée dans le rapport d’estime se réduisent à la calade. Nous constatons également que le rehaussement des murs se traduit par le doublage de leur base par une murette.

La partie est, la parcelle 19, connait tout d’abord le dérasement des murs centraux et occidentaux puis la mise en place d’un remblai, avant la construction de murs de refend. Le mur qui la borde à l’est possède une fondation profonde, assez similaire à son pendant à l’ouest. L’élévation, épaisse de seulement 0,40 m, est composée de blocs sciés en calcaire divers formant un grand appareil de taille régulier, conservé sur un seul rang. Il est peut-être à mettre en relation avec la réfection de la parcelle voisine. Le mur nord est doublé d’une murette. Dans l’axe, le refend d’axe nord-sud a une fondation très épaisse (0,75 m) et hétérogène. Il semble ne pas aller jusqu’au fond de la parcelle, où une cloison qui le remplace pourrait indiquer la présence d’une ouverture primitive. Il est en relation avec un court refend perpendiculaire qui ferme deux espaces à l’ouest. Les niveaux de sol de cette parcelle sont implantés sur un nouveau remblai uniforme généralisé, daté du milieu du XVIIIe s. Ils se caractérisent par l’usage de carreaux en terre cuite rouge, de forme carrée de 24 cm de côté.

3.3. De l’Agrandissement à la Révolution : le lotissement de la Ville Nouvelle

L’évolution du quartier jusqu’à la fin du XVIIIe s. a pu être étudiée en détail grâce à la bonne conservation des vestiges de cette époque.

3.3.1. Parcelles à l’est de la rue du Baignoir

  • 883 AD13 380 E 171, fol. 49 et 380 ; AD13 E 170, fol. 1395v.

En 1675, Noble Thomas Riquetti revend, après les avoir divisés, les terrains qui bordent la « rue nouvelle », dans le prolongement de la rue du Petit-Saint-Jean 883. Les parcelles, sauf celle d’angle, mesurent 6 m de large pour 14 m de long. Elles sont ensuite loties selon un ordre que la fouille permet de reconstituer.

Tout d’abord, à l’angle des deux rues, la parcelle 40 remplace l’ancien bâtiment, arasé, tout en changeant son orientation d’un quart de tour. Sur le mur de façade de la rue du Baignoir, réutilisé, est adjoint un mur au nord, lui-même chaîné au mur oriental. Le bâtiment ainsi créé à l’angle des deux rues mesure 10,50 m par 7 m ; il n’occupe pas toute la longueur de la parcelle. Par la suite, c’est beaucoup plus loin, sur la parcelle 37, qu’est édifié un bâtiment de 11,50 m de long pour 5,50 m de large. Vient ensuite une construction qui occupe toute la parcelle 38 (14 m par 5,50 m). À ce stade est édifié le mur méridional de la parcelle voisine 41, aligné sur le fond du bâtiment de la parcelle 38. Dans la foulée sont bâtis les retours qui ferment les parcelles 41 et 37, délimitant ainsi des arrière-cours. Enfin, la parcelle 39 est dotée d’un bâtiment de 5,50 m de large pour 10,50 m de long construit tout simplement en fermant la parcelle par un mur adossé aux voisins. À ce moment, la parcelle 43 étant bâtie antérieurement, la façade orientale de la rue du Baignoir est presque entièrement constituée. Seule la parcelle 42 reste ouverte sur la rue jusqu’à ce qu’un mur vienne la fermer et que cette portion d’îlot acquière ainsi une configuration qu’il conservera jusqu’à nos jours.

En limite de fouille, la parcelle 36 n’est conservée que sur moins d’un mètre de large. Seule une base de voûte en berceau a été vue. Nous supposerons qu’elle est relativement similaire à la parcelle voisine, comme semble l’attester le cadastre.

Les murs maîtres de la parcelle 37 sont constitués de cailloux et moellons de poudingue (mur ouest) ou de calcaire blanc (mur est), liés par du mortier grisâtre et disposés de manière irrégulière. Dans un second temps, l’espace est séparé en deux par un mur est-ouest qui délimite au sud un espace de plain-pied, tandis qu’au nord est creusée une cave dotée d’un sol aménagé de galets. Ce mur n’est pas daté, mais il recoupe entre autres une fosse dont le matériel le plus récent date des années 1670-1680. Au nord, à l’extérieur et dans un angle, est bâti un puits de plan carré. Un autre, circulaire, est également présent au sud. La cave est ensuite couverte d’une voûte en berceau et dotée d’un escalier à deux volées.

Le bâti de la parcelle 38, qui occupe toute la superficie, réutilise le mur de la parcelle précédente. À l’ouest, le mur édifié est épais de 0,65 m et constitué de moellons de calcaire ou de grès, disposés de manière irrégulière. Sa face orientale est enduite et il n’a pas été possible de savoir si la cave a été prévue ou non lors de la construction de ce mur. Au nord, il est chaîné avec la portion de mur qui forme le fond de la parcelle. Sur toute la superficie de ce bâti, une cave est creusée, mais nous ne savons pas si elle l’a été dès l’origine à cause d’un enduit trop induré qui en recouvre les parois. Elle est dotée d’un escalier d’accès central et comporte un triple système de voûtement : en berceau nord-sud pour la partie centrale et en voûtes d’arêtes pour les extrémités nord et sud. Ces voûtes en briques et petites dalles de calcaire retombent sur des impostes en calcaire rose qui sont insérées dans la maçonnerie du mur maître, postérieurement à sa construction.

Le refend qui permet de créer la parcelle 39 est large de 0,50 m et constitué de calcaire et poudingue. Il se termine à l’est par un piédroit délimitant une ouverture, face à laquelle un emmarchement permet l’accès, depuis le terre-plein au nord, à l’espace surcreusé au sud. Le reste de la parcelle est mal conservé et n’a rien révélé.

Les murs nord et est de la parcelle 40 sont épais de 0,60 m et ont un appareillage irrégulier. Le premier est hétérogène alors que l’autre est constitué exclusivement de moellons de calcaire. L’espace est ensuite recoupé, approximativement au centre par un mur est-ouest. Les deux pièces ainsi séparées communiquent par l’intermédiaire d’une ouverture, une porte en plein cintre construite au moyen de blocs de calcaire rose. Dans un second temps, l’espace tout au nord est réduit par adjonction d’un refend, puis la partie occidentale est excavée. Durant la période contemporaine, l’espace sud est doté d’un four à pain, lié à des aménagements dans l’espace nord.

La parcelle 41 est la plus grande observée sur le site de l’Alcazar. Elle mesure 26 m de long pour une largeur de 8 m. Les murs qui l’entourent sont épais de 0,60 m et constitués de moellons de calcaire tendre disposés de manière irrégulière ; le mur de confins pourrait présenter une ouverture de 3 m de large. Deux puits y prennent place. Le premier, dans l’angle nord-ouest, a une forme de quart de cercle car il s’intègre aux murs. Il a un diamètre interne de 1,20 m et son cuvelage, constitué de moellons de calcaire tendre, a un appareillage irrégulier. Le second est sur l’axe médian de la parcelle, à l’extrémité orientale. Son diamètre interne est de 0,60 m et son cuvelage est constitué de moellons de calcaire tendre et dur. L’ensemble est scellé par un remblai de nivellement qu’il est possible de subdiviser en trois couches qui pourraient correspondre à une mise en culture. La grande dimension de cette parcelle suppose qu’il s’agisse d’un espace ouvert, ce qui est confirmé par l’absence de sol bâti. Dans l’angle sud-ouest de la parcelle, une petite construction, de 4,50 m par 2 m, matérialisée par deux murs et un pilier, semble correspondre à un appentis. Durant la période contemporaine, cette construction est abolie et une cuve est construite en son sein, destinée à récolter les eaux usées provenant de la rue et de la cave de la parcelle 40.

La parcelle 42 est la dernière à avoir été complètement fermée lorsque le mur de façade a été bâti. Ce mur, caractérisé par un mortier jaunâtre pulvérulent, est épais de 0,60 m et constitué de moellons de calcaire tendre disposés de manière irrégulière. Au nord, elle est limitée par le mur du bâtiment qui occupait la parcelle voisine (cf. supra) et son prolongement vers l’est où il est chaîné avec un retour, à 20 m de la façade. Le prolongement, épais de 0,50 m, est constitué de moellons de calcaire dur et tendre, le retour, épais de 0,80 m, de moellons et blocs de calcaire gréseux. Les aménagements internes consistent en deux piliers supportant les retombées d’une voûte et deux murs de refend placés de part et d’autre d’un puits (ces deux murs ne sont pas forcément contemporains, mais leur mauvaise conservation ainsi que l’absence d’éléments de datation les concernant nous les ont fait regrouper ici). Le puits, d’un diamètre intérieur de 0,70 m, a un cuvelage constitué de moellons de calcaire. Malgré l’absence de sols, les supports de voûte pourraient indiquer qu’il s’agit d’un bâtiment. En fond de parcelle, le mur nord est prolongé par un mur dont une assise en élévation est conservée, constituée de blocs taillés en calcaire détritique rose ou jaune. Au sein de l’espace ainsi délimité a été installée une structure bâtie circulaire dont la fonction reste inconnue. Peut-être s’agit-il d’un fond de puits ou de citerne.

Le bâtiment originel de la parcelle 43 est entièrement excavé et agrandi vers l’est. Cet agrandissement est divisé en deux par un mur de refend dont il ne reste que quelques éléments de la première assise de fondation. Il s’agit de blocs de calcaire détritique jaune, reposant sur un alignement de pieux. La faible profondeur des fondations est peu compatible avec un bâtiment. Il est possible que, avant que le bâti s’étende à toute la parcelle, parallèlement au creusement de caves à l’époque contemporaine, celui-ci se limitait à l’ancien bâtiment.

3.3.2. Un programme de construction à l’ouest de la rue du Baignoir

Postérieurement à la désaffection d’une portion du réseau de canalisations provenant du cœur d’îlot, daté de 1700-1750, une série d’immeubles s’implante en bordure ouest de la rue du Baignoir (fig. 263). L’ensemble des pièces dégagées correspond aux caves préservées de quatre bâtiments perdurant jusqu’à leur destruction en 1999. Les textes d’archives font état, dans le courant du XVIIIe s., de l’édification d’immeubles sur des parcelles de jardins appartenant à la congrégation des pères du Saint-Sacrement, sises à l’ouest le long de la partie médiane de l’actuelle rue du Baignoir, jouxtant au sud l’auberge du Petit Saint-Jean.

Fig. 263. Plan des vestiges modernes des parcelles 12 à 15 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 263. Plan des vestiges modernes des parcelles 12 à 15 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

L’ensemble de ces bâtiments forme un îlot homogène, caractérisé par une cohésion dans les volumes, la mise en œuvre et les matériaux employés. Son emprise totale, limitée au sud par l’auberge du Petit Saint-Jean et au nord par la parcelle 11, déjà bâtie et à l’extérieur du chantier de fouille, mesure 27,50 m du nord au sud pour 12,50 m de profondeur. Elle est divisée par les murs de refend est-ouest séparant les différents immeubles, de module presque similaire, soit une longueur interne de 11 m pour une largeur de 6 m à 6,50 m. Toutefois le bâtiment le plus méridional se distingue des autres par la forme et la longueur, avec un décrochement sur sa façade arrière.

Tous les murs de façade, mitoyens et de cloisons sont bâtis avec des matériaux identiques, mis en œuvre selon un même appareil irrégulier et des dimensions comparables. La largeur moyenne est de 0,75 m pour les murs maîtres et 0,40 à 0,50 m pour les cloisons. Leurs matériaux consistent en une forte proportion de cailloux et de moellons de poudingue retouchés, associant des pierres en calcaire blanc ou beige à grain fin, en calcaire marneux et en grès retouchés, liés à un mortier maigre brun clair. Dans le détail, certains murs présentent de sensibles différences, notamment le long mur de façade, comprenant des portions de parements en appareil variable, petit à moyen, irrégulier ou assisé, probablement du fait de sa construction en plusieurs étapes. Les parements de la plupart des murs ont fait l’objet d’un traitement de protection avec un revêtement d’enduit de mortier hydraulique, couleur lie-de-vin, épais de 4 cm et résistant sur la face intérieure, en élévation, des murs de façade. La particularité des murs maîtres réside dans leur première assise de fondation particulièrement puissante, constituée d’un rang de gros blocs en calcaire coquillier taillés (L. : 0,78 m, l. : 0,52 m, ép. : 0,28 m), disposés en boutisse.

Les espaces observés correspondent à des caves dont les implantations ont nécessité un décaissement général, effectué à l’aplomb de la rue du Baignoir, sur une profondeur d’environ deux mètres. La largeur des parcelles bâties correspond sensiblement à un axe constitué par l’aqueduc et le fossé médiévaux. Bien que des particularités de constructions, notamment dans les ouvertures et les pavements, soient similaires d’une pièce à l’autre, leur nombre, leur surface et leur disposition varient selon les immeubles. Les piédroits de portes sont tous caractérisés par des blocs en calcaire rose taillés avec des feuillures aux dimensions sensiblement identiques, et leurs sols sont pourvus de carreaux en terre cuite rectangulaires, au format standard (24,5 cm par 15 cm pour 3 cm d’épaisseur) disposés en quinconce.

En arrière de ces constructions, a été trouvée une fosse à chaux de 4 m de long pour 3,50 m de large et d’une profondeur minimale de 0,30 m. Elle est comblée par un remblai contenant de nombreux nodules de chaux, des débris de mortier, d’enduits, quelques galets et un abondant mobilier céramique qui n’est pas antérieur à 1720-1730. Cependant, si les parcelles ont des modules et un mode de construction similaires, elles diffèrent au niveau de leur plan, tout au moins pour le sous-sol, la seule partie qui nous soit parvenue.

Au nord, la parcelle 12 est recoupée par la paroi moulée du chantier. Elle comprend au moins un espace conservé pourvu de trois sols successifs, dont à l’origine deux pavements de terre cuite (carreaux de 25 cm par 16 cm, puis carrés de 23 cm de côté). Dans l’angle sud-est, deux fondations de murs, formées d’une assise de moellons, incluant à leur extrémité un gros bloc en calcaire rose, pourraient correspondre au soubassement d’un escalier.

Le sous-sol du bâtiment suivant (parcelle 13), d’un peu moins de 70 m2, se compose d’un couloir desservant quatre pièces et du soubassement d’un escalier d’accès. Le plan se découpe globalement en deux parties, avec au nord un secteur dévolu plutôt à la circulation et aux petits espaces, et au sud, en contrebas d’une vingtaine de centimètres, une surface occupée par de grandes pièces. La largeur des ouvertures varie de 0,84 m à 1 m ; elles comprennent deux piédroits conservés sur une à trois assises de blocs de module important mais variable selon les jambages (L. : 0,35 à 0,60 m, l. : 0,24 à 0,44 m, h. : 0,25 à 0,30 m), liés à un mortier maigre et mince, parfois complétés par une maçonnerie de briques ou de pierres en poudingue. Deux ouvertures seulement comportent une pierre de seuil, monolithe ou en cailloux de conglomérat. Les sols de carreaux sont similaires, l’un d’entre eux comportant sur son axe médian des carreaux disposés perpendiculairement pour faire un fil d’eau.

Le troisième immeuble (parcelle 14), d’environ 62 m2, est constitué de cinq pièces. Son plan se scinde aussi en deux parties avec, au nord, trois petits espaces, de 6 à 7,50 m2, agencés en enfilade et dont l’un sert de dégagement, et au sud, deux vastes pièces occupant plus de la moitié de la surface. Les portes ont une largeur moyenne de 1 m et les blocs des montants des dimensions distinctes. La grande pièce est aménagée avec un sol constitué également de deux panneaux, et d’une rangée de carreaux agencés dans l’axe central est-ouest de la pièce.

Le dernier immeuble (parcelle 15) présente, dans sa partie sud, un décrochement vers l’ouest (fig. 264). Il semble qu'en utilisant le bâtiment qui borde la cour du domaine de la congrégation, les pères ont légèrement augmenté la superficie de cette parcelle. La différence de mode de construction du mur nord de cette extension atteste par ailleurs de l’existence d’un bâti antérieur. En ce qui concerne la division du sous-sol, un acte notarié de 1783 dénombre deux grandes caves, une troisième petite et une quatrième « extrêmement petite ». Plusieurs caves ont été effectivement dégagées, mais le décompte ne coïncide pas avec le texte précité. Un mur est-ouest divise l’emprise de l’immeuble en deux longues pièces rectangulaires, chacune ayant été à son tour subdivisée. Celle qui est au nord couvre une superficie de 33,5 m2 et possède deux accès distincts d’une largeur de 1 m. Leur présence et leur localisation suggèrent une subdivision de la cave en au moins deux espaces. L’autre pièce est de forme sensiblement trapézoïdale de 37,5 m2, découpée en trois espaces. Elle a fait l’objet, au cours d’une même campagne, d’une soigneuse réfection mettant en œuvre un nouveau carrelage (carreaux de 23 cm par 23 cm), à la fois de pavement et mural, qui incite à l’appréhender comme une unité. Au sud, un escalier d’accès débouche au centre de la pièce. Son élévation, probablement composée à l’origine de deux volées droites séparées par un repos, ne comporte plus que les deux premières marches. Un espace exigu de 1,80 m sur 0,80 m de côtés, situé sous la volée d’escalier, semble correspondre à un réduit, à moins qu’il ne s’agisse de la cave « extrêmement petite » mentionnée dans l’acte du 28 avril 1783. Deux pièces rectangulaires se répartissent de part et d’autre de l’escalier. La pièce orientale comprend, dans son angle sud-est, un puits probablement antérieur à la cave et toujours en eau. Son cuvelage, d’environ 0,60 m de diamètre est de forme ovale, grossièrement appareillé de moellons et sa margelle aménagée à la hauteur du sol carrelé par une ouverture composée de trois blocs calcaires taillés avec des feuillures permettant la pose d’une pile d’évier rectangulaire, en pierre de Cassis, réemployée comme dalle de fermeture.

Fig. 264. Les vestiges modernes de la parcelle 15 vus de l’est (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 264. Les vestiges modernes de la parcelle 15 vus de l’est (cl. T. Maziers/Inrap)

Les observations portant sur les pièces en sous-sol de ces différents immeubles mettent en évidence le peu de modification de leur plan initial, jusqu’à nos jours. Leur homogénéité se traduit aussi, à l’exception du bâtiment le plus au nord, par le découpage de chaque immeuble en deux grands volumes, se décomposant en deux ou trois espaces. L’attribution d’une date précise à leur construction est mal assurée, en raison notamment de la faible quantité de mobilier céramique. Toutefois la destruction du segment de canalisation situé dans le jardin des pères par l’implantation du mur de façade arrière, indique une mise en place dans le courant du XVIIIe s. Cette datation, confortée par les documents d’archives, est aussi donnée par certains aménagements intérieurs, notamment les sols de carreaux en terre cuite.

3.3.3. Transformation de l’auberge du Petit Saint-Jean

Le Logis du Petit Saint-Jean est attesté jusqu’en 1754. C’est vers cette période que s’organise la subdivision de ce secteur en deux unités d’habitation distinctes, dont les parcelles cadastrales 17 et 18 fossilisent les limites (fig. 265).

Fig. 265. Les vestiges modernes des parcelles 17 et 18 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 265. Les vestiges modernes des parcelles 17 et 18 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Le bâtiment de la parcelle 18 a été mis en place dans la première moitié du XVIIIe s. Il possède une longueur restituée de 13 m pour 8 m de large, hors œuvre. Le mur qui la sépare de sa voisine a été bâti à son profit non pas à l’aplomb mais contre l’ancienne limite. Les murs sont tous bâtis en pierre de taille de La Couronne, y compris celui de la façade qui a été observé avant l’ouverture du chantier archéologique. Les blocs, d’un module de 0,67 m par 0,60 m pour 0,20 m d’épaisseur, sont disposés en boutisse, en assises régulières. Le mur ouest réutilise une fondation qui justifie, par son étroitesse, la disposition en carreaux des blocs.

Dans un premier temps, le rez-de-chaussée est divisé en trois par un refend et une cloison d’axe nord-sud (fig. 266). L’un des espaces, particulièrement étroit (0,60 cm), correspond au couloir. Les autres sont pavés de carreaux de 25 cm par 15 cm. Puis la mise en place postérieure de deux autres refends crée un nouvel espace de 4 m par 3 m, ouvert sur la rue et qui n’a conservé aucun sol. La partie nord de la parcelle, explorée en sondage, n’a livré aucune structure excepté un puits de 0,90 m en œuvre. Son cuvelage, large d’environ 0,30 m, est constitué de matériaux divers, sauf dans la partie basse où il est aménagé avec des briques. Nous pourrions restituer une grande pièce au fond, mais alors se pose le problème de son éclairage car le bâtiment est bordé au nord par les écuries de la Congrégation. L’hypothèse de l’existence d’une cour est également possible. Un plan du XXe s. montre la présence d’une pièce au fond, avec un escalier dans l’angle sud-est.

Fig. 266. L’espace sud-est de la parcelle 18 (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 266. L’espace sud-est de la parcelle 18 (cl. T. Maziers/Inrap)

La parcelle 17, autrefois occupée par une vaste écurie fondée sur quatre piliers, est entièrement reconstruite à partir de la seconde moitié du XVIIIe s. Le bâtiment, qui forme la parcelle d’angle, diffère des autres constructions par la qualité et la diversité de sa mise en œuvre.

Le plan général est obtenu d’une part par le recul de la façade sur la rue du Petit-Saint-Jean et d’autre part par création d’un refend axial massif qui divise l’espace en deux parties égales de 11,50 m par 8,50 m. Ce plan est établi à partir de puissantes tranchées dans lesquelles sont disposées deux assises de parpaings placés en boutisse. Pour cela sont employés des blocs taillés en calcaire de La Couronne mesurant 1 m sur 0,60 m et ayant une épaisseur de 0,25 à 0,30 m, liés au mortier. Au-dessus, les fondations des murs de façades sont formées d’importantes maçonneries d’un mètre de large faites d’un blocage de moellons et cailloux ennoyés dans un mortier compact blanc. Un changement dans la composition du mortier, qui devient beaucoup plus sableux ainsi que la présence d’une assise de réglage en brique, témoigne de deux étapes successives de construction ou d’un arrêt de chantier. Seule la façade rue du Baignoir conserve une assise d’élévation en blocs de calcaire tendre disposée sur un lit de réglage de brique. Au sud-ouest, un arc de décharge est aménagé à cause de la présence d’un important puits obturé par du mortier. Au nord, le mur porteur semble avoir été détruit et remplacé par celui de l’immeuble mitoyen. Le refend, dont les deux premières assises sont identiques aux autres, diffère en revanche dans la suite de sa mise en œuvre. L’appareil mixte est formé de blocs de taille en calcaire de La Couronne placés en boutisse liés à l’aide du même mortier avec des joints gras et saillants. Ils sont accolés à des maçonneries de moellons et de blocs de poudingue retouchés liés à l’aide d’un mortier gris compact incluant des fragments de charbons de bois. Le rythme d’alternance entre ces appareils n’est pas régulier.

L’espace 17B possède en son centre un pilier ainsi que des pilastres accolés qui permettent de restituer un voûtement. Le pilier se compose d’une dalle carrée de 0,75 m de côté en calcaire rose de La Couronne, reposant sur une semelle de fondation bien plus large, aux matériaux hétérogènes, et dont le liant est un mortier gris clair dur, lié au sable marin. Deux pilastres, adossés aux murs est et ouest, sont désaxés par rapport au pilier central et leurs maçonneries, dont l’une est récupérée lors des travaux suivants, mesurent 1,70 par 0,60 m. Les deux autres, beaucoup plus petits, sont placés dans le même axe que le pilier et se composent d’un blocage de cailloux et moellons bruts noyés dans un mortier caractérisé par l’abondance de sable marin et de coquillages.

La construction de cet imposant bâtiment a laissé des traces ténues sur le terrain, matérialisées par un niveau de brasier et une succession de fosses à chaux appuyées contre le pilier. L’intérêt de ces dernières résident dans les traces circulaires d’extraction qui entament le remplissage de chaux.

Des murets viennent ensuite doubler les murs de façade. Leur largeur varie de 0,30 m, au sud, à 0,40 m le long du mur oriental. Une petite pièce est conçue à l’angle sud-est du bâtiment 17B. À l’extérieur de celle-ci, le sol se caractérise par un fin niveau de mortier jaune irrégulièrement présent sur l’emprise du secteur. Au contact de cette couche, on note la présence d’un sol de terre battue. L’intérieur devait certainement être carrelé, comme le prouvent les carreaux de dallage conservés dans les niveaux de destruction qui scellent l’aménagement de cet espace. Parallèlement, l’espace occidental est divisé en deux parties par un mur d’axe nord-sud, puis les sols associés sont détruits et l’ensemble est nivelé par des remblais constitués de matériaux de destruction.

D’autres modifications interviennent par la suite, à une date incertaine, mais qui sort probablement du cadre de notre étude. Ce sont, dans l’espace 17A, la mise en place de ce qui a été interprété comme un escalier dans l’angle sud-ouest, et dans l’autre espace, le remplacement de l’espace 17C par un plus grand ainsi que la division en deux parties égales par une cloison nord-sud.

En conclusion, la reprise intégrale de la parcelle d’angle durant la seconde moitié du XVIIIe s. s’illustre par la qualité de la mise en œuvre du bâtiment mais également par la réduction de l’emprise de l’immeuble. On remarque que les constructeurs ont été animés du souci de réaliser des fondations solides et stables. Le radier des blocs en boutisse, la présence d’un renfort au contact d’un mur de refend, la qualité du mortier relèvent d’une réelle maîtrise technique. Il semblerait que ces compétences soient indispensables à la réalisation d’un bâtiment « d’exception » dont la situation, à la jonction de deux rues, facilite l’implantation. Il apparaît qu’il faille rattacher à cette phase de travaux le retrait de la façade méridionale de l’immeuble sur la rue du Baignoir comme le prouve la localisation d’un puits antérieur colmaté par l’angle sud-ouest de la nouvelle construction. La mise en exergue de la façade méridionale passe alors par le non-respect à la conformité de l’alignement sur la rue.

4. La congrégation Saint-Hommebon (B. Sillano)

Du chapelet d’établissements religieux dont se parent les faubourgs de la ville au cours du XVIIe s., seul celui de la congrégation Saint-Hommebon a été rencontré lors de fouilles récentes, sur le site de l’Alcazar. La frange septentrionale de la concession est hors emprise, mais nous pouvons néanmoins, avec l’aide des archives, en restituer une image complète.

La congrégation des prêtres du Saint-Sacrement ou de Saint-Hommebon, est fondée en 1632 ; la maison de Marseille est établie en 1638, après celles d’Aix et de Brignoles. Il ne s’agit pas d’un couvent au sens strict puisque son but est de réunir des ecclésiastiques séculiers pour des œuvres de missions et des directions de séminaires. À priori donc, il n’est nul besoin d’une infrastructure liée à la vie communautaire. Les bâtiments sont établis hors les murs, dans un secteur encore peu urbanisé, mais, 30 ans après leur construction, ils se retrouvent englobés dans la Ville Nouvelle de Louis XIV avec laquelle ils doivent composer. Nous verrons que, contrairement à ce qu'il advint de plusieurs autres couvents, la congrégation Saint-Hommebon sut tirer profit de l’Agrandissement.

4.1. La confrérie du Saint-Sacrement avant l’Agrandissement

  • 884 AD13 380 E 127, fol. 1733, cf. annexe 3.3.

Nous possédons l’acte d’arrentement perpétuel de Claire de Guérin 884, daté de 1636, qui nous donne un aperçu des terrains et bâtiments concédés. Il y est question d’un vaste jardin situé derrière les habitations qui bordent le Grand-Caire et qui s’étend depuis la « rue tirant aux Augustins » au nord jusqu’aux possessions du sieur de la Reynarde au sud ainsi que la rue du Baignoir à l’est. Nous vérifions ainsi qu’il ne reste plus rien du faubourg médiéval : c’est sur un terrain vierge de constructions que l’établissement religieux peut s’installer. Cet acte suscite cependant des interrogations car il concerne des places qui ne semblent pas appartenir à Claire de Guérin. Il en est ainsi de la parcelle 1, « que (…) Ambroise Bastide à présent possède », de la parcelle 26, « appartenant à Louis Girard », des parcelles 18, 19 et 20, « possédées icelles places par les hoirs du Sr de la Reynarde » et de la parcelle 17, « possédée par lesdicts heoirs du Sr de la Reynarde ». Il en va de même pour les parcelles situées au sud de la future rue du Petit-Saint-Jean. De plus, si par la suite certaines de ces parcelles appartiennent encore à la Congrégation (parcelle 26), les actes montrent que ce n’est pas le cas de la plupart des autres. Ainsi, les parcelles 17 à 20 sont rachetées en 1656 et en 1659, et plus curieusement, les vendeurs ne sont autre que les descendants du Sr de la Reynarde. Tout se passe donc comme si la congrégation ne les avait jamais possédé. L’acte de 1636 a t-il été rendu caduc dans un second temps ? L’existence d’un accès au couvent au sein de la parcelle 19 ne matérialiserait-il pas une servitude héritée des acquisitions de 1636 ? Les terrains composeraient-ils une rente constituée ? La question mériterait d’être approfondie à la lumière du droit de l’époque.

Les premières constructions des pères ne sont renseignées que par la fouille car les textes suivants, les déclarations des Pères, sont postérieurs à l’agrandissement. Au nord, le long de la rue, un bâtiment de 20 m de long (d’est en ouest) pour 12,50 m de large est installé directement sur les remblais qui scellent l’abandon du faubourg médiéval (fig. 267 et fig. 268). Nous l’identifions comme la première église, déplacée sur le Cours lors de l’agrandissement de Louis XIV. Seule sa partie méridionale est dans l’emprise fouillée ; ses fondations, profondes de 3 m et épaisses de 80 cm, sont bâties en tranchée étroite par épandages de couches successives de pierres et de mortier très induré. Dans un second temps, des caves sont creusées ce qui nous prive des sols d’origine. Seuls quelques sols en terre battue, conservés de manière très lacunaire dans un angle et datés entre 1650 et 1670, nous donnent une idée de la nature du revêtement de ces caves, en grande partie éliminés par les réaménagements postérieurs afin de préserver la hauteur disponible.

Fig. 267. Le bâtiment principal de la congrégation Saint-Hommebon, vu de l’est (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 267. Le bâtiment principal de la congrégation Saint-Hommebon, vu de l’est (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 268. Les bâtiments de la congrégation (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 268. Les bâtiments de la congrégation (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Le mur occidental de l’église chevauche une structure qui devait préexister puisqu’elle s’insère parfaitement dans la trame parcellaire médiévale. Il s’agit d’une citerne d’environ 5,80 m de long pour 2 m de large et profonde d’environ 5,60 m (fig. 269). L’importance de cette construction pourtant apparemment banale est attestée par sa pérennité (elle est toujours exploitée à l’époque contemporaine) alors même que, à cause de son emplacement, son maintien a de tout temps nécessité une mise en œuvre complexe. Ainsi, à son aplomb, le mur de l’église est soutenu par un arc doubleau fait de blocs de calcaire rose soigneusement taillés. Elle était couverte d’une voûte en berceau de pierres, probablement sur toute sa longueur à l’origine puis par la suite, partiellement rehaussé avec une voûte en briques. La couverture d’origine, conservée à l’intérieur du bâtiment, est dotée ensuite d’une ouverture bordée d’un garde corps afin de permettre un accès depuis les caves. Un ensemble de canalisations, pour partie dans le bâtiment voisin où se trouve un puits, est relié au bassin, probablement destiné à l’alimenter.

Fig. 269. Plan de la citerne et de la partie ouest du bâtiment 30, antérieurement à 1670 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 269. Plan de la citerne et de la partie ouest du bâtiment 30, antérieurement à 1670 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Le reste des bâtiments, en cœur d’îlot, est installé progressivement selon une chronologie que nous ne connaissons que de manière relative. Tout d’abord, dans le prolongement de la façade ouest de l’église un premier mur ferme le cœur d’îlot, à environ 4 m de distance de l’arrière des parcelles habitées. De même, un second le referme au sud, à la même distance des parcelles situées le long de la rue du Petit-Saint-Jean. Ces constructions isolent ainsi le couvent des habitations environnantes. Puis, un mur double le premier vers l’intérieur, délimitant ainsi une cour de 20 m par 30 m, ouverte dans un premier temps vers la rue du Baignoir. La construction de murs de refend permet ensuite de délimiter entre ces murs des pièces allongées qui encadrent la cour. Deux accès devaient traverser ces locaux, l’un à l’ouest, qui aboutit au Grand-Caire par une parcelle non bâtie, l’autre au sud, vers la rue du Petit-Saint-Jean, par un passage étroit entre deux parcelles loties (cf. supra § 3.1.3.).

4.2. Les réaménagements liés à l’agrandissement de Louis XIV

Le plan de la Ville Nouvelle a eu pour conséquence d’agrandir l’îlot vers le nord par absorption de la rue « tirant aux Augustins » et la création de la rue Dauphine. Selon une procédure dont nous n’avons pas de trace, les pères surent acquérir une partie des terrains gagnés sur les îlots voisins, particulièrement le long du tout nouveau Cours où l’espace dégagé fut suffisant pour y édifier une nouvelle église, plus vaste et mieux placée que l’ancienne. La différence d’orientation entre l’ancienne et la nouvelle rue nous permet de reconnaître sur le plan les murs bâtis après l’Agrandissement (fig. 270). Le texte de référence est une déclaration des Pères sur les possessions de la congrégation dans le rapport d’estime.

Fig. 270. Plan d’ensemble des bâtiments de la congrégation après l’agrandissement de Louis XIV (en gris foncé) (DAO B. Sillano/Inrap)

Fig. 270. Plan d’ensemble des bâtiments de la congrégation après l’agrandissement de Louis XIV (en gris foncé) (DAO B. Sillano/Inrap)
  • 885 Musée des Beaux-Arts, Marseille.
  • 886 AD13 1 Q 664.

Nous possédons peu de renseignements sur l’église, détruite à la Révolution. Marchand a fait un petit croquis de la façade de style baroque, où il est précisé, en légende, qu’elle a été dessinée par P. Puget (fig. 271) et elle est visible, au fond, sur le tableau de M. Serre (Le Cours pendant la peste 885). Le rapport d’estime de 1686 nous en donne les dimensions, 34 m de long pour 12 m de large. Sa forme, en revanche, n’est pas connue. Razaud dessine une abside circulaire, mais nous ne connaissons pas la fiabilité de cette représentation. Le mur gouttereau de l’édifice a été aperçu (et détruit par la paroi moulée), et un massif maçonné, repéré après la fouille au nord du chantier, pourrait en matérialiser l’angle. L’hypothèse de l’abside n’est pas exclue, mais des caves ont éliminé toute preuve absolue. Enfin, l’inventaire du mobilier par les commissaires de la Révolution, en 1792, nous donne indirectement quelques indications, comme le fait qu’elle « est éclairée par sept fenêtres avec leur vitrage à petit carreaux garnis de plomb » 886.

Fig. 271. Dessin de la façade de l’église Saint-Hommebon par Marchand (cl. AD13)

Fig. 271. Dessin de la façade de l’église Saint-Hommebon par Marchand (cl. AD13)

Dans l’emprise des fouilles, nous avons retrouvé les substructions d’un édifice, visible sur le plan Razaud, qui lui est accolé et bâti pour partie sur l’ancienne église. Par ses dimensions modestes (7 m par 9 m) en regard de la massivité des fondations, épaisses de 1 m, nous pouvons supposer qu’il était très élevé et qu'il s'agissait peut-être du clocher. Il est situé à l’aplomb du bassin où un nouvel arc en pierre de taille de La Couronne, dont l’axe est légèrement oblique par rapport au précédent, a été édifié pour soutenir le mur oriental.

  • 887 AD13 380 E 171, fol. 1411.

Dans la déclaration des pères, l’ancienne église semble être devenue la maison d’habitation. Pourtant, l’inventaire de la Révolution la qualifie de séminaire. Il mentionne des salons, un réfectoire, des bains, une cave, dans laquelle se trouvent des tonneaux de vin et d’huile. Dans la partie située dans l’emprise des fouilles et épargnée par les caves d’Époque contemporaine, nous avons relevé une construction d’angle, nantie de petits bassins, dont l’évacuation vers le collecteur axial se fait par l’intermédiaire d’une canalisation intégrée dans le mur (fig. 272 et fig. 273). Elle est reliée à une pièce extérieure, dans laquelle le puits est remplacé dans un second temps par une canalisation. Elle permet l’accès à un local adossé aux parcelles voisines qui est mentionné dans un prix-fait de 1675 887 comme une « rézerve de quatorze pans ou environ sur le dernier » pour laquelle le maçon veillera à ce que « rien ne périsse et se fane », c’est-à-dire une réserve alimentaire.

Fig. 272. Les structures hydrauliques une fois fouillées dans l’angle du bâtiment 30 (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 272. Les structures hydrauliques une fois fouillées dans l’angle du bâtiment 30 (cl. F. Parent/Inrap)

Fig. 273. Partie occidentale du bâtiment 30 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Fig. 273. Partie occidentale du bâtiment 30 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)

Le reste des bâtiments, tout en longueur, qui bordent la cour du couvent, correspondent aux écuries citées dans la déclaration. On y accède depuis le Cours par une vaste porte cochère qui passe à travers (ou sous) l’auberge du Mouton Couronné, également propriété des Pères. L’essentiel du rez-de-chaussée de cette parcelle, débordant sur la parcelle voisine, est par ailleurs occupé par une écurie, de plan carré avec une cour et un puits au centre (cf. supra). Ainsi la congrégation totalise près de 300 m2 d’écuries dont l’exploitation ne devait pas être exclusivement réservé au clergé mais plus probablement à l’adresse des usagers des auberges voisines qui en étaient dépourvues.

  • 888 AD13 362 E 126, fol. 1394.

La cour centrale, dans laquelle s’installe le théâtre de l’Alcazar deux siècles plus tard, est très perturbée par cet édifice. Aucune construction du XVIIe s. n’y a été rencontrée et la seule représentation est celle du plan Razaud, qui montre une sorte de galerie (un cloître ?) qui borde les ailes est, sud et ouest. Des remblais de terre végétale, conservés de manière lacunaire, semblent cependant indiquer qu’il s’agit de jardins. Ceux-ci doivent rester invisibles du monde extérieur. C’est ce qu’indique un acte de 1672 qui précise qu’un voisin ne peut « prendre aucun jour ny voir dans le jardinet terremant desd. Pères de la Mission directement ny indirectement sous quelque cause et prétexte que ce soit » 888. Les murs de confins des parcelles le long de la rue Dauphine sont en effet aveugles. À l’ouest, les parcelles sont entièrement bâties et il est peu probable que, en l’absence de puits de lumière, les murs de confins soient aveugles. La bande d’isolement du théâtre de l’Alcazar ne tiendrait-elle pas son origine d’un mur-écran en avant des parcelles bâties ? Enfin, au sud et à l’ouest, les écuries, peut-être surélevées, peuvent remplir la même fonction.

Un réseau complexe de canalisations prend place dans le jardin. Jusqu’au XXe s., ce réseau s’est sans cesse enrichi de nouvelles conduites, les anciennes étant parfois refaites ou agrandies. C’est le cas pour la canalisation médiane, d’Époque contemporaine, qui recueille les eaux usées de toutes les habitations de l’îlot pour les acheminer vers le collecteur sous le cours Belsunce. Pour la période qui suit immédiatement l’Agrandissement de Louis XIV, les seuls réseaux hydrauliques présents sont l’adduction venant du nord et son embranchement vers l’ouest (cf. supra § I, 2, 3.1.2.). Ils sont constitués de deux parements en petit appareil irrégulier de moellons retouchés et de fragments de tuiles, liés à un mortier maigre, d’un fond en briques cuites, et d’une couverture de dalles de calcaire coquillier taillées. Les parois du canal ont conservé dans leur partie inférieure un enduit hydraulique. Il s’agit certainement d’aqueducs, soit pour l’irrigation, soit pour un usage domestique. Construits après 1670, ils sont abandonnés au plus tôt dans la première moitié du XVIIIe s.

  • 889 « Deux registres de comptabilité conservés aux archives de la Préfecture (de 1751 à 1791) nous ap (...)
  • 890 « Les mêmes registres désignent encore parmi les biens des Prètres du Saint-Sacrement une maison (...)

La congrégation possède en périphérie du couvent une série de bâtiments qu’elle loue. Il s’agit d’abord de l’auberge du Mouton Couronné, sur le Cours avec, probablement, les multiples écuries qui en dépendent. Elle loue également les immeubles qu’elle fait construire, entre 1700 et 1720, le long de la rue du Baignoir (cf. supra § 3.3.2.). Leur organisation prévoit en effet, dès l’origine, une subdivision du sous-sol en autant de caves que d’appartements. La congrégation possède également des maisons sur la rue Dauphine 889 et des propriétés sont signalées en dans d’autres endroits de la ville 890.

4.3. Conclusion

Dès le début du XVIIe s., de nombreux couvents s’installent dans la périphérie orientale de la ville. Ainsi, l’installation des Augustins Réformés remonte à 1613. La congrégation Saint-Hommebon s’implante à peu près en même temps que les Recollets (dont l’église est bâtie à partir de 1648), les Recollettes (vers 1640) et la Mission de France (dont l’église est entreprise en 1667, mais qui tenait dès 1648 une place prépondérante). En 1673, au nombre des charges de cette dernière, figurait la direction du Grand Séminaire, et en cela elle se présente comme une concurrente de la congrégation Saint-Hommebon.

  • 891 Dans un document de 1684, on peut lire : « La supérieure nous a représenté qu’elles ont reçu de g (...)

Lors de leur mise en place, ces institutions étaient effectivement à l’extérieur de la ville, mais, avec l’agrandissement de Louis XIV, quelques dizaines d’années plus tard, elles ont été ennoyées dans un des quartiers les plus actifs. Disposées à l’origine le long de chemins importants, elles se sont retrouvées, pour la plupart, en cœur d’îlot dans le plan de la Ville Nouvelle. Ainsi, l’église des Recollettes, qui donnait à l’origine vers le Grand-Caire, a vu, lors de l’Agrandissement, s’édifier au-devant un îlot-masque, duquel elle est séparée par une ruelle secondaire. La supérieure de ce couvent s’en plaint en 1684 891. De même, l’église de la Mission de France se retrouva en retrait par rapport à l’actuelle rue Tapis-Vert, sur laquelle elle ne débouchait que par un porche. Seule la congrégation Saint-Hommebon a pu tirer profit de l’agrandissement (en exceptant les Recollets, dont l’église a eu la chance de conserver la rue sur laquelle elle donnait).

Mettant à profit un terrain qui leur appartenait, récupérant une portion de l’ancienne rue abandonnée, les prêtres du Très-Saint-Sacrement font édifier leur nouvelle église en bordure du Cours. Dès 1681, les messes y sont célébrées (Jaubert 1888, p. 9). Une telle rapidité d’exécution est révélatrice de l’état des finances de cette Congrégation qui devait, de surcroît, payer une taxe importante en raison de l’étendue de son domaine. A-t-elle bénéficié de compensations ou d’exonérations ? La décision d’agrandissement est-elle survenue au moment où elle projetait de construire une nouvelle église, comme le suggère un achat de pierres en 1659 ?

  • 892 « La congrégation a tenu dans le dernier tiers du XVIIe s. un séminaire à Marseille. Mais elle se (...)

Les dimensions de ce couvent sont somme toute relativement modestes si on les compare à la grande taille des terrains acquis en 1636. Au sud, le long de la rue du Petit-Saint-Jean, les parcelles « achetées » en 1636 sont bâties par des particuliers, et plus jamais, dans les textes les concernant, n’est mentionnée la congrégation. Représentent-ils pour celle-ci une rente constituée ? À l’est, les prêtres font construire une série d’immeubles le long de la rue du Baignoir afin de les louer. Sur le Cours, ils louent l’auberge du Mouton Couronné, avec les vastes écuries auxquelles elle donne accès, disposées autour du jardin. Bien que ce couvent soit essentiellement un séminaire, à l’adresse du clergé séculier, qui ne requiert pas beaucoup de place, on peut s’interroger sur la volonté de tirer un profit financier optimal des terres. L’installation de la puissante Mission de France à proximité a-t-elle modifié le projet de la Congrégation qui a préféré mettre à profit ses terres, d’autant plus rentables qu’elles ont été englobées dans la Ville Nouvelle, afin d’alimenter les caisses et de se développer dans d’autres régions 892 ?

Notes

675 Sur l’évolution de l’enceinte, on renverra à Bouiron 2001c et à Bouiron 2009c, p. 49 sq.

676 Des indications tardives (1405 et 1406) précisent l’emplacement du quartier de Morier par rapport à l’enceinte de la ville : « …burgo Morerii… retro vallato meniorum Mercati… », AD13 B 1177, fol. 63v n° 589 ; « …burgo dictum del Morier extra portale Fori… », AD13 351 E 225, fol. 100.

677 GCNN, Marseille, n° 164, 82. Traduit par T. Pécout (2009, p. 172). Sur ces vallées, voir Bouiron Gantès 2001, p. 31-32.

678 GCNN, Marseille, n° 163, 80 ; Poly 1976, p. 222 n. 71. Voir Mazel 2009, p. 151 sq. (texte et traduction). L’honor est une dotation de terre, un bénéfice du temporel de l’église épiscopale.

679 AD13 6 G 438, fol. 29.

680 AD13 6 G 16 n° 88.

681 AD13 B 812, fol. 24. En raison de la mention concomitante des isllas de Sçant Laurentz et du Morier, E. Duprat (1935, p. 85-86) a supposé qu’il existait un bourg Saint-Laurent voisin de celui du Morier. Il est plus vraisemblable qu’il s’agisse de deux quartiers éloignés l’un de l’autre dont certains cens sont placés sous la tutelle du comte.

682 E. Duprat (Duprat, Rambert 1935, p. 85) précise que « la tour de Bertrand de Trets [vicomte de Marseille] avait appartenu précédemment à Raymond-Geoffroy [un vicomte de Marseille père du précédent] », mais ne cite pas sa source. Lors de la vente de ses biens aux recteurs de Saint-Esprit en 1216, Raimond-Geoffroy déclare garder une tour : « …de predicta autem venditione excipimus et nobis retinemus turrem nostram et plateam cum suis pertinentiis… confrontatur ab oriente via publica et a meridie Toloneo et ab occidente domibus quondam Bertrandi Fabri et a septentrione domibus Judeorum… ». Il s’agit d’une tour intra muros ou faisant partie de l’enceinte. Un Bertrand de Trets chevalier est cité comme témoin de l'acte (Gérin Ricard-Isnard 1926, p. 119, n° 391). Il est probable qu'Eugène Duprat a mal interprété ce texte.

683 AD13 64 H 1, n° 7.

684 ACM BB 16, fol. 91r° v.

685 Voir le texte dans Paone 2009, p. 89.

686 AD13 6 G 18 et ACM 1 ii 45, fol. 12.

687 Albanès (Albanès 1879, LXV) fait remarquer ce changement de noms : « …au XIV e s. on employa plutôt des dénominations tirées des églises et des monastères… ». 1424 : « …in burgo Sancte Clare alias del Morier… », AD13 4 HD B 32, fol. 247 ; 1430 : « …in burgo Morierii prope Sanctam Claram… », AD13 351 E 276, fol. 28 ; 1602, : « …lieu dict le bourc Saint-Loys ou des Robaudz… », AD13 4 HD B 30, fol. 248, 249v.

688 Ruffi (Ruffi 1696, II, p. 109) donne la date de 1272, suivi en cela par les historiens anciens de la ville, Bouche, Belsunce ; B. Roberty reprend cette date, AD13 22 F 81 n° 16. Albanès (Albanès 1879, LIII) et Villard (Villard, Villard 1970, p. 191) proposent l’année 1250. Sur l’établissement des Béguines de Roubaud à Marseille, Albanès 1879.

689 AD13 6 G 54, n° 359 et 6 G 56, n° 370.

690 AD13 355 E 75, fol. 95 : « …borgus Massilie monasterium de Robaudo… ».

691 1602 : « …lieu dict le bourc Saint-Loys ou des Robaudz… », AD13 4 HD B 30, fol. 248, 249v.

692 Espeut 1953, p. 1 ; Roberty, AD13 8 F 48.

693 1388 : « …in burgo seu carreria monasterio veteris Sancte Clare… », AD13 351 E 58, fol. 31v. 1392 : « …carreria recta procendente a dicto monasterio antiquo usque portale de Crota vielha… », AD13 351 E 62, fol. 145v. D’après P. Espeut (1953, p. 4) la rue Longue des Capucins, Espeut, d’après B. Roberty la rue des Dominicaines (AD13 22 F 81, n° 15), d’après E. Duprat (1935, p. 85) la rue des Petites Maries.

694 « In carreria ecclesie Sancte Clare », AD13 B 1019, fol. 9. Texte dans Paone 2009, p. 89.

695 1424 : « …burgo Sancte Clare alias del Morier… », AD13 4 HD B 32, fol. 247 ; 1534 : « …Sancte Clare la vielhe deven las yeras de la Fracha… », AD13 390 E 12, fol. 193. La confusion des appellations de ce quartier imbriqué est courante.

696 Dans un premier temps dans la maison du Temple puis dans la rue de l’Escarlate près de l’église Saint-Cannat, ACM BB 22, fol. 83 ; Espeut 1953, p. 10.

697 Roberty, AD13 22 F 81 § VII, n° 19 ; Duprat, Rambert 1935, p. 85. Les Frères mineurs de Marseille ne semblent pas avoir fait l’objet d’étude particulière (sauf le diplôme de J. Billioud (1949) qui n'a jamais été publié).

698 Saint-Louis de Toulouse, fils de Charles II d’Anjou et de Marie de Hongrie (1274-1297), canonisé en 1317 (Laurent 1954 ; Bonnot 1988, p. 132-138).

699 Sur la destruction du faubourg de Roubaud, nous renvoyons à Rigaud 2001.

700 ACM BB 22, fol. 58, 141v. L’ordre de faire détruire les maisons et les ponts franchissant les douves du fossé est répété plusieurs fois, ce qui semble prouver une probable mauvaise volonté de la population habitant les faubourgs.

701 ACM BB 22, fol. 62v, 68.

702 ACM BB 22, fol. 74v, 81, 84, 90. En 1364 des maisons sont dites crematis, ce qui laisse supposer quelles furent détruites dans l’urgence avant que les gens aient pu récupérer les bois de charpente, matériaux éminemment combustibles, ACM BB 25, fol. 79.

703 ACM BB 22, fol. 83v, 141v. Une lettre d’Arnaud de Cervole interceptée par les Marseillais et adressée à Antoine des Baux, prévôt du chapitre de Marseille, demande si les maisons des bourgs avaient été ou non épargnées par les défenseurs auquel cas en vue du siège il augmenterait ses moyens militaires avant de s’y porter : « car qui ten la borgada non pert a ren… », ACM BB 22, fol. 155v. Ce document écrit à Pélissanne début mars 1358 (n. s.) a été publié par Léonard (1936, p. 628, P. J. LXXXV).

704 1366 : AD13 351 E 28, fol. 143.

705 Délibération du 25 février 1364, ACM BB, 25 fol. 79.

706 En 1405 un laboureur (laborator) reconnait un cens à la cour comtale pour une terre dans une locam hospitii située dans la carreria Morerii, AD13 B 1177, fol. 64v n° 597.

707 Sur l’institution du Béguinage dans les pays d’Oc en général (avec ses difficultés d’insertion dans l’église), Mollat 1964, p. 108-182 ; Manselli 1989 ; à Marseille, Albanès 1879, LX-LXIII.

708 Albanès 1879, LXIV ; Carozzi 1973. Dans les années 1280, quelques documents commerciaux sont passés par les Béguines devant notaire in domo de Robaudo, Blancard 1884-1885, p. 372-380.

709 AD13 3 B 27, fol. 266.

710 ACM BB 21, fol. 82 cit. par Duprat 1922, p. 96.

711 AD13 351 E 65, fol. 107.

712 Albanès 1879, LXV-LXVIII.

713 Albanès 1879, LXVIII-LXIX, p. 266-267. Sur Philippa Porcelet, Aurell i Cardona 1986, p. 165-169.

714 Albanès 1879, doc. IV, V,VIII, IX, XI, XVI, XVII ; Blancard 1884-1885, p. 372, 373, 375, 377, 379.

715 Albanès 1879, p. 114-116.

716 Albanès 1879 : LXXI ; vers 1360 d’après Villard (1970, p. 191). Dans le 1er quart du XIV e s. les Béguins et Béguines eurent quelques difficultés avec l’Inquisition notamment à Marseille (Mollat 1964, I, p. 116-117 n. 1).

717 AD13 28 H 34, n° 213.

718 1392 : « …carriera recta procendente a dicto monasterio antiquo usque portale de Crota vielha… », AD13 351 E 62, fol. 145v.

719 Plan anonyme conservé au Service Historique de la Marine à Vincennes, publié par Zysberg 1983, p. 67.

720 1392 : « …quandam area dictam de Sancta Clara et cum rieja (grille) monasteri antiqui Sancte Clare… », AD13 355 E 47, fol. 63, idem fol. 65v.

721 1405 : AD13 4 HD B 31, fol. 119.

722 Avant 1248, Villard, Villard 1970, p. 129. Mentions du cimetière en 1398 : « …terram… confrontatam ab una parte cum camino publico portal de Crota vielha et ab alia parte cum camino quo itur in carnassium… » AD13 1 HD B 7, fol. 120 ; 1427 : « …ortum… confrontantes… cum symenterio ecclesie Fratrum minoris… », AD13 351 E 187, fol. 217 et 221v. Valbelle (1985, p. 124) note que les habitants « déménagèrent » les morts du cimetière avec ou sans permission.

723 Les Mineurs de Marseille eurent, tout comme les Béguines, de graves difficultés avec l’Église et la papauté. À Marseille en 1318, quatre Mineurs accusés d’hérésie furent brûlés par l’Inquisition (Manselli 1989, p. 129).

724 Roberty AD13 22 F 81 § VII n° 19.

725 AD13 351 E 123, fol. 234-238. En 1492 Jacques de Forbin, seigneur de Gardanne, contribua à la construction du quatrième pilier de droite de l’église Saint-Louis, GCNN Marseille, n° 1359, p. 169.

726 AD13 351 E 220 en date du 2 juillet 1433.

727 Albanès 1879, LXVI ; Rambert 1934, p. 225. Dans ses Statuts de 1253, la ville se préoccupe de l’élargissement des chemins des faubourgs (« stratas publicas que sunt extra Massiliam in territorio Massilie… »), Pernoud 1949, L. I c. 42, 55.

728 En 1590 une vigne à Crote-Vieille est placée « du coste de la ville la ou est la tour, confronte avec le chemin public allant a la porte du Marché… », AD13 353 E 35, fol. 853.

729 ACM BB 21, fol. 82 ; AD13 3 B 27, fol. 266.

730 A l'inverse, le 30 novembre 1350 une délibération du conseil préconise de fermer toutes les portes de la ville sauf celle de Crote-Vieille et celle des Oliers, ACM BB 21, fol. 82.

731 ACM BB 32, fol. 199v. La position d’artillerie comprend une bombarde munie de 3 mascles (culasses mobiles chargées de poudre) et d’un coin de bois ou de métal pour bloquer la culasse.

732 1474 : « …aqueductum sive crotam ad construendum ayguerum… » ACM BB 33, fol. 86 ; Alibert 1966, Cròta : crypte, grotte, cave, voûte, souterrain voûté.

733 1396 : « …terre sitis ad portale de Crota vielha… confrontatis cum camino publico de Crota vielha quo itur ad Sanctum Bausilum et cum camino publico quo itur de supra monasterium antiqum Sancte Clare ad planum Sancti Michaelis et cum quodam adayguerio sive transversia modica per quam ducitur seu derivatur quedam aqua… », document aux Archives Communales de Marseille (non retrouvé) cité par Albanès 1879, LXIX.

734 1398 : « …terram… confrontatam ab una parte cum camino publico portal de Crota vielha et ab alia parte cum camino quo itur in carnassium… transversia et acquerio ortolonarum in medio… », AD13 1 HD B 7, fol. 120.

735 AD13 351 E 62, fol. 145v.

736 Document aux Archives Communales de Marseille (non retrouvé) cité par Albanès 1879, LXIX.

737 1514 : AD13 4 HD B 9, fol. 223 ; 1560 : AD13 4 HD B 22, fol. 43.

738 1526 : AD13 351 E 853, fol. 246.

739 1526 : AD13 351 E 853, fol. 307.

740 On connait le toponyme camp de Ricau en 1417 que l’on situe « retro monasterium Sancte Clare », AD13 351 E 170, fol. 26v et en 1526, AD13 351 E 853, fol. 307.

741 Cité par Albanès 1879, LXX. Le mot carreria ou transversia ayant disparu du texte original il est difficile de se prononcer sur le terme utilisé.

742 1390 : Albanès 1879, p. 291 (AD13 64 H 6) ; 1441 : AD13 351 E 711, fol. 105, 109.

743 AD13 3 B 27, fol. 266v, 281 ; AD13 4 HD B 1bis, fol. 39 : « …Rainaut Barnaut ostallier que esta en la carreria de Robaut », cette intéressante indication de cens payé à l’hôpital Saint-Esprit (présence d’une auberge dans le quartier) pourrait dater de 1323, (la transcription de l’acte est du XVIIe-XVIIIe s., de ce fait cette date n’est pas bien précisée, entre 1323 et 1370). Dans la Vida de Santa Doucelina il est peut-être fait mention d’une auberge dans la rue : « E mezeron lo [un paure malaut] en.I. alberc justa Robaut… » (Albanès 1879, p. 66). Le mot alberc, sémantiquement un abri, peut aussi bien signifier auberge ou maison.

744 AD13 391 E 55, fol. 40.

745 AD13 4 HD B 3, fol. 84 ; AD13 391 E 55, fol. 40 ; 4 HD B 14, fol. 320 ; 6 G 490, fol. 1, 3, 4, 11.

746 « In carreria dels Robaus alias lo Morier », AD13 6 G 490, fol. 1.

747 Voir les plans du Service Historique de la Marine, Vincennes, publiés par Zysberg 1983, p. 32 et 67.

748 La seule traverse nommée est celle des Cordiers, supra.

749 1415 : AD13 4 HD B 32, fol. 166 ; 1419, 391 E 55, fol. 40 ; 1461, 6 G 490, fol. 11.

750 1424 : AD13 4 HD B 32, fol. 247 ; 1424, 4 HD B 5, fol. 223 ; 1492, ACM 2 ii 566.

751 1424 : AD13 4 HD B 13, fol. 187 ; 1459, 4 HD B 2, fol. 234.

752 ACM BB 33A, fol. 15. Voir également, en 1552, l'occupation illicite d'une petite ruelle (non nommée) entre la porte du Marché et le couvent Sainte-Claire, AD13 Aix B 1275 fol. 268.

753 ACM BB 33C, fol. 10v.

754 Roberty 1937, p. 20-25 ; Roberty AD13 22 F 82, fol. 20.

755 AD13 351 E 65, fol. 107.

756 Valle de Moreriis en 1164, GCNN, Marseille n° 164, 82.

757 GCNN, Marseille n° 164, 82.

758 ACM 2 ii 266.

759 AD13 355 E 48, fol. 41.

760 AD13 1 HD B 5, fol. 30.

761 AD13 64 H 1, n° 7.

762 ACM BB 16, fol. 91r-v.

763 Conseil du 29 mars, ACM BB 12, fol. 75.

764 ACM BB 12, fol. 80.

765 ACM BB 12, fol. 79-81.

766 ACM BB 12, fol. 191, 266, 267.

767 ACM BB 12, fol. 59v, 60.

768 ACM BB 17, fol. 40-41.

769 ACM BB 32, fol. 51.

770 Albanès 1865, p. 31, XXV : « Item sian elegitz dos bons homes peyries que adobar fassan los barquils e curar que son davant Sant Lois e far inplir d’ayga per abeurar los cavals e sian ben estangs e negun non hi lavi draps ».

771 ACM BB 25, fol. 154v, la proposition de curage en 1446 correspond aux conduites de la Porte d’Aix allant à la fontaine proche de l’église des Carmes, ces dispositions peuvent également s’appliquer à tout ou partie du réseau… ACM BB 33A, fol. 20-20v.

772 ACM BB 33, fol. 21v (traduction en français dans ACM DD 308, n° 8).

773 ACM BB 33, fol. 74v.

774 ACM DD 393 (traduction en français, n° 18 ter).

775 AD13 351 E 234, fol. ; 391 E 80 fol. 101 ; 4 HD B 9, fol. 223 ; 1 HD B 5, fol. 30 ; 1 HD B 14, fol. 14 ; 1 HD B 15, fol. 141. En 1433 on mentionne « una parva domus ruralis » dans un verger, AD13 355 E 123, fol. 196 75.

776 AD13 B 1177, fol. 64v n° 598.

777 AD13 351 E 240, fol. 175v ; 6 G 490, fol. 3, 4.

778 ACM BB 22 fol. 84, 90.

779 En 1364, AD13 4 HD B 1bis, fol. 43. H. de Valbelle indique qu’en 1523 les matériaux et le lieu de l’ancien couvent des Mineurs restèrent en la possession des Frères (Valbelle 1985, p. 117). En 1528, par lettre patente du roi de France, les ruines et les matériaux furent donnés aux frères de l’Observance, AD13 28 H 61, n° 382 et 17 F 73, n° 13 (copie XVIIe s.).

780 AD13 4 HD B 1bis, fol. 44v.

781 AD13 351 E 670, fol. 19.

782 AD13 355 E 75, fol. 95.

783 AD13 351 E 186, fol. 27v. Du Cange à l’entrée escaudeis évoque le travail d’échaudage des porcs.

784 Une seule mention de terrain planté de céréale (orge) au lieu-dit las Saffranieras derrière le monastère de Sainte-Claire est signalé en 1393, AD13 351 E 53, fol. 33v. On notera l’existence d’une pinède (pineta) et d’une olivette (oliveta) dans le val de Morier et dans le quartier de Robaud en 1458, 1498 et 1509, AD13 1 HD B 4, fol. 23 (et 1 HD B 11, fol. 28) ; 1 HD B 91, fol. 9v (et 1 HD B 4, fol. 17) ; 391 E 163, fol. 291 et 292. Sur la consommation des fruits à Marseille, Villard 1999, 511-522.

785 D’après la copie de P. Bertas, ACM 20 ii 10, §4.

786 ACM DD 27.

787 ACM DD 27, n° 10. L’occupation privée et illicite des espaces publics est évoquée par deux lettres du roi de France en septembre 1493 et août 1499, il demande la destruction des édifices et jardins établis dans les fossés de la ville, ACM DD 27. En 1494, une contestation opposa la ville et Gabriel de Vivaud à propos d’un fossé occupé par un jardin situé entre la Porte de la Frache et le pont de la porte du Marché, le jardin fut détruit et on donna l’ordre de curer le fossé, ACM DD 132, n° 5.

788 AD13 393 E 275 en date du 28 septembre.

789 Le jardin du roi à Marseille se trouvait entre la rue Neuve Sainte-Catherine, la rue du Chantier et le quai de Rive Neuve, Bouiron et al. 2001c, p. 383. Sur les jardins royaux (à Aix), Coulet 1990, p. 275-286 et Coulet 1991, p. 491-495.

790 AD13 B 1019, fol. 9 (1298) ; B 1177, fol. 63v n° 589 (1405) ; B 1947, fol. 37 (2e cahier) (av. 1430).

791 AD13 B 812, fol. 24 (1265) ; B 1019, fol. 9 (1298) ; 351 E 709, fol. 145 (5 juin 1425).

792 Maison 1 : AD13 4 HD B 1, fol. 9v (1311) ; 4 HD B 1bis, fol. 44v (1358-1365). Maison 2 : AD13 4 HD B 1, fol. 26 (1340) ; 4 HD B 1bis, fol. 44 (1359-1364). Maison 3 : 4 HD B 1, fol. 9 (1328), fol. 31v (1352) ; 4 HD B 1bis, fol. 124 et 440v (1343-1358). Le terrain réuni : AD13 4 HD B 5, fol. 46v (1431) ; 4 HD B 7, fol. 55 (1504).

793 AD13 4 HD B 1, fol. 2 (1315), fol. 4 (1349), fol. 8 (1319) ; fol. 9-10 (1311-1324), fol. 26 (1340), fol. 33 (1347) ; 4 HD B 1 bis, fol. 43-48 (1323-1335).

794 AD13 6 G 43, n° 287 (30 novembre 1428) ; 4 HD B 1, fol. 46 (1420).

795 Les mentions de maisons sont issues d’un inventaire des biens de Mabile de Fos, publié dans Bouiron, Rigaud 2009, p. 106-108 (document n° 11).

796 AD13 B 1177, fol. 64v n° 597 (1405) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430).

797 AD13 B 1177, fol. 64 n° 591 (1405) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430) ; 351 E 276, fol. 28 (1430).

798 AD13 4 HD B 1, fol. 15v (?) ; 4 HD B 1bis, fol. 37 (1334), fol. 46v (1359), fol. 50v (1322) ; 4 HD B 5, fol. 233 (1424) ; 4 HD B 31, fol. 41 (7 octobre 1392) ; 4 HD B 42, pièce 5 (22 janvier 1322).

799 AD13 B 1177, fol. 64v n° 598 (1405) ; 351 E 225, fol. 100 (1406) ; B 1949, fol. 37v (av. 1430) ; 351 E 276, fol. 28 (1430).

800 AD13 2 G 214 n° 1468 (7 juin 1390) ; 351 E 175, fol. 7 (14 avril 1424) ; 28 H 39 (23 avril 1424).

801 AD13 351 E 58, fol. 31v (19 juin 1388).

802 AD13 391 E 58bis, fol. 14 (9 juin 1489) ; ACM 2 ii 566 (15 octobre 1492) ; AD13 4 HD B 9, fol. 221 (26 avril 1514) ; 4 HD B 19, n. fol. (1543) ; 4 HD B 21, fol. 4 (1555).

803 AD13 B 1962 et B 1963 (1502 et 1503) ; 352 E 153, fol. 303 (21 avril 1558) ; B 859, fol. 46 (1560) ; B 881, fol. 158 (1560).

804 AD13 355 E 123, fol. 196 (6 octobre 1433).

805 AD13 355 E 123, fol. 204v (7 novembre 1433).

806 « Consistant la maison vandue en une cave qui contient le long de lad. maison et encore va au dessoubz la maison d’habitation dud. sr de Gerente et jusque a la muraille maistresse d’icelle du coste de couchant (…) plus en un petit maguezin au dessus de lad. cave estant dud. coste du couchant sepparé du courroir et passage de la maison d’habitation dud. sr vandeur (…) sepparé d’avec l’escalier dud. sieur de Gerente par une muraille du coste de tresmontane (…) » : vente de Gérente à Jean Fouquier AD13 391 E 391, fol. 979.

807 ACM BB 105, fol. 373.

808 ACM BB 105, fol. 373 et ACM BB 105bis, fol. 944.

809 ACM BB 105, fol. 262v.

810 Les pères Recollets de l’ordre de Saint-François acquièrent des terrains plantés de vignes au lieu dit le Bourg de Saincte Clere la Vielhe entre 1633 et 1634 d’une carteirade et demi chacun : AD13 393 E 57, fol. 784 ; AD13 393 E 58, fol. 351 ; AD13 380 E 125, fol. 1054.

811 AD13 380 E 172, fol. 1733.

812 ACM DD 157, fol. 123 à 143v.

813 ACM DD 155, fol. 229 ; DD 157, fol. 127 ; DD 159, fol. 47, 49, 61.

814 ACM DD 164.

815 ACM BB 105, fol. 262 v en 1671.

816 C’est la future rue du Petit-Saint-Jean, ACM DD 159, fol. 71 en 1674.

817 ACM DD 106, du 21 juin 1674.

818 ACM DD 101.

819 ACM DD 101.

820 ACM DD 101, 17 janvier 1728.

821 AD13 C 2181, doc. 13, vers 1670.

822 Cette référence est donnée par B. Hénin (1986).

823 La hauteur précise des constructions devait être indiquée dans ce prix-fait du logis appelé « le Mouton couronné », que les Pères font construire et qui a servi de modèle aux maisons voisines. Cet acte nous faisant défaut, il n’est pas possible d’avoir la hauteur des maisons reconstruites.

824 Il est curieux de constater que dès 1658, André de Felix, seigneur de Beaulieu, lotit la partie de son terrain située du côté « entre deux chemins des églizes des Pères de la Mission et Récollets », qui est le chemin qui ira ensuite vers la Porte d’Aix, alors que l’agrandissement n’est pas encore décidé. Sept de ces ventes nous sont connues. Les lots sont de 6 cannes de long et vingt pans de large – soit 5,50 m de façade pour 12 m de profondeur, alignés le long du chemin (Bouiron 2001b, vol. 6, p. 168-170 pour les références des actes).

825 ACM CC1, fol. 88.

826 Les références des textes sont dans le rapport de l’Alcazar, Bouiron 2001b, vol. 6, p. 174-179.

827 Vente de place à bâtir du Sr Couzinery à Jean-Baptiste Besson le 2 novembre 1671 : AD13 362 E 124, fol. 2364.

828 AD13 393 E 76, fol. 456v, 363 E 150, fol. 1434 et 363 E 157, fol. 393.

829 AD13 360 E 158, fol. 262v.

830 AD13 367 E 159, fol. 930v et 1182v.

831 AD13 390 E 235, fol. 332v.

832 AD13 390 E 236, fol. 191 ; 361 E 62, fol. 100v ; 390 E 236, fol. 240v ; 380 E 171, fol. 1411.

833 Le nombre de fenêtres par étage n’est connu que pour la maison d’Antoine Evesque qui fait l’angle du Cours et de la rue. Le prix-fait précise qu’il doit y avoir quatre fenêtres par étage, deux de chaque côté.

834 Le prix-fait de cet hôtel, daté du 18 juin 1672, confié à César Portal et Alexandre Casteau, est donné dans l’article de Georges Reynaud (Reynaud 1988, p. 377).

835 D’après É. Leal et P. Mellinand in Bouiron 2001b.

836 D’après É. Leal, C. Aubourg et C. Voyez in Bouiron 2001b.

837 D’après L. Ben Chaba et É. Leal. in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 319-321.

838 Dimensions des dalles : 25 x 14 x 10 cm.

839 D’après Aubourg et al. in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 322-329 et F. Paone in Bouiron 2001b, vol. 7, p. 100.

840 Les dimensions des claveaux est comprise entre 20 et 30 cm de longueur et 7 à 15 cm de largeur.

841 La dalle de l’assise inférieure située à l’extrémité nord et sud des murs est taillée en biseau et de façon presque symétrique.

842 L. : 35 et 45 cm, l. : 30 et 41 cm, ép. : 12 cm.

843 Dimensions respectives des matériaux 20 x 20 cm et 30 à 40 x 20 cm.

844 L’emploi d’une pierre plate, disposée de chant, servant à la fois de claveaux de voûte et de parement nord de la canalisation confirme la contemporanéité de ces ouvrages.

845 Cette étude a été effectuée par F. Guibal, chargé de recherches IMEP (CNRS, UMR 6116).

846 L’articulation entre le cuvelage carré et circulaire n’a pas pu être observée.

847 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 330-339 et F. Paone in Bouiron 2001b, vol.7, p. 89-96.

848 Ces dépôts n’ont pas pu faire l’objet d’une analyse physico-chimique.

849 D’après M. Maurin, P. Reynaud, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 339-340.

850 Diamètre : 90 cm et 80 cm, prof. conservée : 10 cm.

851 D’après N. Scherrer et E. Yebdri, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 340-341.

852 D’après L. Duval et P. Mellinand, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 341-343.

853 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 343.

854 D’après L. Ben Chaba, L. Lefèvre-Gonzales, P. Mellinand, N. Scherrer, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 345-349, et F. Paone, in Bouiron 2001b, vol.7, p. 81-84.

855 Il s’agit de la première mention de la rue de Morier.

856 Le fossé se situerait au niveau du Cours Belsunce soit une trentaine de mètres à l’ouest.

857 D’après C. Aubourg, É. Leal, P. Reynaud, C. Voyez, in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 349-351.

858 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, p. 351-352.

859 D’après É. Leal et N. Scherrer in Bouiron 2001b, p. 352-360.

860 Les tranchées d’épierrements ne sont ni alignées, ni de la même largeur.

861 D’après É. Leal in Bouiron 2001b, p. 360-363.

862 D’après Duval et al. in Bouiron 2001b, p. 363-375.

863 Les dimensions des modules sont prises à partir de l’axe des murs.

864 D’après Lefèvre-Gonzalès et al. in Bouiron 2001b, p. 378-380.

865 D’après Lefèvre-Gonzalès et al. in Bouiron 2001b, p. 378-380.

866 D’après F. Paone. in Bouiron 2001b, p. 101-103 et F. Paone et N. Scherrer. in Bouiron 2001b, p. 13-107.

867 1366 : AD13 351 E 28 fol. 143.

868 D’après M. Maurin et N. Scherrer in Bouiron 2001b, vol. 1-2, p. 381-385 et P. Rigaud in Bouiron 2001b, vol. 6, p. 14-15.

869 AD13 380 E 125, fol. 417.

870 AD13 380 E 127, fol. 1733.

871 AD13 364 E 267, fol. 1578v.

872 AD13 360 E 73, fol. 87.

873 AD13 360 E 73, fol. 87.

874 AD13 360 E 158, fol. 362v.

875 AD13 393 E 76, fol. 456v.

876 AD13 380 E 127, fol. 1733.

877 ACM DD 164, fol. 104v.

878 AD13 380 E 171, fol. 1411.

879 AD13 B 929, fol. 207v.

880 AD13 390 E 235, fol. 332v.

881 AD13 367 E 159, fol. 1182v.

882 AD13 367 E 159, fol. 930v.

883 AD13 380 E 171, fol. 49 et 380 ; AD13 E 170, fol. 1395v.

884 AD13 380 E 127, fol. 1733, cf. annexe 3.3.

885 Musée des Beaux-Arts, Marseille.

886 AD13 1 Q 664.

887 AD13 380 E 171, fol. 1411.

888 AD13 362 E 126, fol. 1394.

889 « Deux registres de comptabilité conservés aux archives de la Préfecture (de 1751 à 1791) nous apprennent que les prêtres du Saint-Sacrement possédaient deux maisons dans la rue Dauphine et six dans la rue du relais. L’une des maisons situées rue Dauphine portait alors le n° 23 et était arrentée au sieur Teissère pour six années, à raison de 800 livres, l’autre portait le n° 21 et était arrentée pour sept années au sieur Achard, à raison de 720 livres » (Jaubert, 1888, p. 10). Il semble en tout cas que les propriétés de la congrégation n’ont cessé de croître durant le XVIIIe s. Ces deux maisons sont situées à l’angle sud-ouest de l’îlot au nord de l’îlot B (n° 714 et 715 du cadastre napoléonien).

890 « Les mêmes registres désignent encore parmi les biens des Prètres du Saint-Sacrement une maison située rue de Rome Fon-longue, iscle 52, portant n° 6 » (Jaubert, 1888, p. 10).

891 Dans un document de 1684, on peut lire : « La supérieure nous a représenté qu’elles ont reçu de grands dommages à l’occasion de l’agrandissement (...) ajoutant que cela leur sera beaucoup plus préjudiciable que le prétendu avantage qu’on peut croire qu’elles retirent d’être dans la nouvelle ville, disant aussi bien que leur église d’abord qu’on était à la porte Réale et à celle du marché, était alors d’une grande considération, au lieu qu’à prézsent le tout est de fort peu de valeur pour être situé à une méchante rue traverse qui reçoit tous les égouts et tous les immondices des maisons du Cours » (Durousseau, 1990, p. 51).

892 « La congrégation a tenu dans le dernier tiers du XVIIe s. un séminaire à Marseille. Mais elle semble avoir ensuite reporté dans celui de Valence les efforts de son modeste effectif » (Bertrand, à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 221. Fond de plan des îlots autour de l’Alcazar (DAO M. Bouiron/Ville de Nice)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-1.png
Fichier image/png, 301k
Titre Fig. 222. Plan du secteur de l’Alcazar, partiellement restitué, en 1636 (en haut) et 1668 (en bas) (DAO B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 223. Plan des vestiges au XIIe s. (DAO F. Gueriel, J. Isnard /Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Titre Fig. 224. Le site de l'Alcazar vers 1170 (dessin G. Frommherz/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-4.png
Fichier image/png, 207k
Titre Fig. 225. Le mur de confortement dans le fossé (cl. C. Voyez/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-5.png
Fichier image/png, 450k
Titre Fig. 226. Plan général de la tannerie (DAO J. Isnard, F. Gueriel/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-6.png
Fichier image/png, 52k
Titre Fig. 227. Plan de détail du complexe hydraulique (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-7.png
Fichier image/png, 268k
Titre Fig. 228. Vue de l’aqueduc (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-8.png
Fichier image/png, 999k
Titre Fig. 229. Relevé en développé du parement du puits-citerne (DAO A.-C. Nalin, F. Gueriel/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-9.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fig. 230. Vue du coffrage en bois (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-10.png
Fichier image/png, 350k
Titre Fig. 231. Le complexe hydraulique (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-11.png
Fichier image/png, 531k
Titre Fig. 232. Plan modulaire de la tannerie de Morier (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-12.png
Fichier image/png, 173k
Titre Fig. 233. Plan de détail de l’ensemble 1 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-13.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 234. La cuve dans l’angle de l’espace 1A (cl. F. Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-14.png
Fichier image/png, 404k
Titre Fig. 235. Vue de la canalisation de l’espace 1C (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-15.png
Fichier image/png, 503k
Titre Fig. 236. La cuve de l’espace 1 D (cl. F. Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-16.png
Fichier image/png, 414k
Titre Fig. 237. Le mur de clôture de la tannerie (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-17.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 238. Plan de détail du bâtiment 2 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-18.png
Fichier image/png, 147k
Titre Fig. 239. Vue d’un puits d’angle (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-19.png
Fichier image/png, 408k
Titre Fig. 240. Plan général du bourg de Morier dans la fouille de l'Alcazar (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-20.png
Fichier image/png, 110k
Titre Fig. 241. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-21.png
Fichier image/png, 216k
Titre Fig. 242. Vue de la calade de la rue de Morier (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-22.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 243. Transformations du fossé (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-23.png
Fichier image/png, 955k
Titre Fig. 244. Le bourg de Morier vers 1320 (dessin G. Frommherz/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-24.png
Fichier image/png, 611k
Titre Fig. 245. Plan de l’îlot I (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-25.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fig. 246. Plan de l’îlot II (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-26.png
Fichier image/png, 256k
Titre Fig. 247. Les bases de poteau de l’espace 2H2 (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-27.png
Fichier image/png, 623k
Titre Fig. 248. Plan de l’îlot III (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-28.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 249. Plan de l’îlot IV (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-29.png
Fichier image/png, 292k
Titre Fig. 250. Le petit édifice dans l’espace 4D (DAO F. Gueriel, J. Isnard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-30.png
Fichier image/png, 170k
Titre Fig. 251. Plan de la partie orientale du site (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-31.png
Fichier image/png, 137k
Titre Fig. 252. Le puits l’espace 6B (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-32.png
Fichier image/png, 213k
Titre Fig. 253. Plan des espaces incendiés (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-33.png
Fichier image/png, 239k
Titre Fig. 254. Les niveaux d’incendie de l’îlot III (cl. F. Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-34.png
Fichier image/png, 462k
Titre Fig. 255. Numérotation des parcelles sur fond de cadastre napoléonien (B. Sillano/Inrap d'après cl. AD13)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-35.png
Fichier image/png, 722k
Titre Fig. 256. Les vestiges modernes de la parcelle 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-36.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 257. Les vestiges du sol dans l’angle nord-ouest de la parcelle 22 (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-37.png
Fichier image/png, 451k
Titre Fig. 258. Vue d’ensemble des vestiges de la parcelle 17 (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-38.png
Fichier image/png, 385k
Titre Fig. 259. Détail du piédroit dans la façade de la parcelle 40. Au premier plan, la façade antérieure (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-39.png
Fichier image/png, 459k
Titre Fig. 260. Plan du secteur de l’Alcazar en 1682 (DAO B. Sillano /Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-40.png
Fichier image/png, 217k
Titre Fig. 261. Plan des vestiges modernes des parcelles 23 à 28 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-41.png
Fichier image/png, 455k
Titre Fig. 262. Arc de décharge au-dessus du puits de la parcelle 26 (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-42.png
Fichier image/png, 390k
Titre Fig. 263. Plan des vestiges modernes des parcelles 12 à 15 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-43.png
Fichier image/png, 265k
Titre Fig. 264. Les vestiges modernes de la parcelle 15 vus de l’est (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-44.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 265. Les vestiges modernes des parcelles 17 et 18 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-45.png
Fichier image/png, 285k
Titre Fig. 266. L’espace sud-est de la parcelle 18 (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-46.png
Fichier image/png, 647k
Titre Fig. 267. Le bâtiment principal de la congrégation Saint-Hommebon, vu de l’est (cl. F. Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-47.png
Fichier image/png, 544k
Titre Fig. 268. Les bâtiments de la congrégation (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-48.png
Fichier image/png, 263k
Titre Fig. 269. Plan de la citerne et de la partie ouest du bâtiment 30, antérieurement à 1670 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-49.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 270. Plan d’ensemble des bâtiments de la congrégation après l’agrandissement de Louis XIV (en gris foncé) (DAO B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-50.png
Fichier image/png, 341k
Titre Fig. 271. Dessin de la façade de l’église Saint-Hommebon par Marchand (cl. AD13)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-51.png
Fichier image/png, 371k
Titre Fig. 272. Les structures hydrauliques une fois fouillées dans l’angle du bâtiment 30 (cl. F. Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-52.png
Fichier image/png, 935k
Titre Fig. 273. Partie occidentale du bâtiment 30 (DAO F. Gueriel, J. Isnard/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/927/img-53.png
Fichier image/png, 130k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access