Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Première partie. Étude topographique et morphologique d’une ville multipolaire

Chapitre 3. Construire la ville du XIIe au XVIIIe s.

Abdelrhani Mezzoud, Robert Thernot, Mireille Vacca-Goutoulli, L. Duval et Colette Castrucci

Texte intégral

L’attention portée au bâti sur les fouilles de ces dernières décennies permet de disposer maintenant de corpus assez complets documentant la construction. Le parallèle étroit avec les textes d’archives renforce la qualité des interprétations.

Au-delà du recensement des matériaux retrouvés dans les vestiges du Moyen Âge, ce sont les techniques même de construction qui sont perceptibles grâce aux fouilles archéologiques, les textes nous faisant largement défaut pour cette période.

1.1. Les matériaux recensés à l’époque médiévale (A. Mezzoud, R. Thernot)

Le recensement des matériaux utilisés à Marseille au Moyen Âge dans la construction de l’habitat est tributaire de l’état de conservation des structures mises en place au cours de cette période. La disparition de la plupart des élévations et d’une grande partie des sols de circulation prive l’enquête d’une part substantielle de son domaine d’étude. Toutefois, concentrées sur les fondations et la base des élévations associées à quelques sols en terre battue ou préparations de sol, les observations menées sur les divers chantiers, par leur caractère convergent, permettent de déterminer les principales sources d’approvisionnement en matériaux de construction. La place principale est tenue par les roches qui fournissent les matières premières de la maçonnerie : moellons, chaux et sables. La terre crue est utilisée dans les élévations comme matériau principal ou comme liant, et au sol sous la forme de terre battue. Les terres cuites architecturales restent peu représentées dans les niveaux explorés, si ce n’est à travers les fragments de tuiles et de carreaux dans les niveaux de démolition. Le bois apparaît de façon sporadique dans les niveaux résultant de l’incendie des faubourgs au XIV e s.

1.1.1. Les matériaux rocheux (A. Mezzoud)

H. Tréziny a souligné la difficulté de l’étude des matériaux des monuments médiévaux de Marseille (cathédrale de La Major, église Saint-Laurent, abbaye Saint-Victor) due aux nombreuses restaurations subies par ces édifices. L’étude menée par P. Gaudon et A. Hartmann-Virnich a montré que les matériaux rocheux utilisés dans ces édifices sont pour la plupart les calcaires roses « de La Couronne » et la pierre blanche « de Saint-Victor ».

L’étude des matériaux rocheux dans les constructions médiévales, menée sur les trois grands chantiers archéologiques marseillais qui font l’objet de la présente publication, s’est efforcée de rechercher l’origine géologique et géographique des matériaux et de cerner l’évolution de leur utilisation. La situation qui se dessine à l’issue de cette enquête sur l’architecture civile est différente de celle qui prévaut pour les édifices plus prestigieux. Les sources d’approvisionnement sont pour l’essentiel issues des affleurements du bassin de Marseille. Les pierres les plus fréquemment employées sont les calcaires lacustres de Saint-Victor de faciès dur et tendre. Les travertins dits aussi « tufs sédimentaires », dont les affleurements sont encore visibles au nord de la ville de Marseille, sont largement employés dans les îlots du faubourg mis au jour sur le site de l’Alcazar. À ceux-ci s’ajoutent, plus ponctuellement, des grès et poudingues dont les gisements affleurent en divers endroits de la ville. Le calcaire de La Couronne apparaît plus rarement dans les constructions civiles ordinaires des XIIe-XIIIe s., mais occupe une place importante dans les édifices liés aux pouvoirs civil et religieux : palais comtal et maison canoniale. Ce matériau est toutefois présent dès le XIIe s. dans les maisons du quartier de la cathédrale. Il devient plus fréquent dans les autres secteurs au cours des siècles suivants, surtout dans les situations où l’utilisation de la pierre de taille est plus appropriée : seuils, piédroits, chaîne d’angle, parements de puits.

La présence de vestiges attestés pour les époques médiévales et modernes nous a conduit à l’étude pétrographique et géologique des matériaux naturels utilisés en construction. Notre analyse a été basée essentiellement sur une étude pétrographique préliminaire de chaque roche, c’est-à-dire sa composition minéralogique, son aspect, sa dureté, sa couleur et sa réaction à l’acide chlorhydrique.

Dans un deuxième temps, nous avons mené une étude géologique dans le bassin de Marseille et ses environs, afin de déterminer les faciès lithologiques auxquels appartenaient les différents matériaux. Nous avons effectué sur chaque site une série d’observations et d’analyses macroscopiques des différents matériaux au sein des structures mises au jour. Ces analyses ont été basées sur la composition minéralogique, physico-chimique et biologique des matériaux, afin de leur attribuer une première identification pétrographique et de les mettre en relation avec le vocabulaire déjà établi.

Enfin, nous avons tenté de réaliser des pourcentages de fréquence, en procédant à un comptage des différents matériaux dans les parements, parfois en les dénombrant sur des portions de 1 à 2 m de long et en les rapportant à l’ensemble de la structure. L’objectif étant d’observer la corrélation entre les matériaux et la mise en œuvre d’une part, et leur situation chronostratigraphique d’autre part, ceci dans le but de suivre l’évolution chronologique des approvisionnements.

Il importe de rappeler les principaux objectifs de notre exploration géologique dans le bassin de Marseille et de ses alentours :

  • l’identification des unités géographiques pour l’ensemble des affleurements géologiques de l’aire marseillaise ;

  • le prélèvement d’un grand nombre de roches susceptibles d’être utilisées comme matériaux de construction au sein des vestiges archéologiques ;

  • la détermination d’un vocabulaire pétrographique, géologique et géographique plus approprié.

Le cadre géographique et géologique

Le bassin de Marseille se caractérise par une partie orientale émergée et une extension occidentale noyée dans la mer Méditerranée, dont l’étendue est difficile à préciser. La ville actuelle est à l’intérieur d’une cuvette irrégulière dont la superficie s’étend sur 180 km2. Une ceinture montagneuse discontinue borde ce bassin :

  • au nord/nord-ouest, la chaîne de la Nerthe,

  • au nord/nord-est, le massif d’Allauch,

  • au sud-est, le massif de Carpiagne,

  • au sud, le massif de Marseilleveyre.

La vallée de l’Huveaune, encastrée entre le massif d’Allauch et de Carpiagne, unit le bassin d’Aubagne à celui de Marseille. Ce dernier est drainé par trois principaux ruisseaux :

  • le ruisseau des Aygalades qui prend sa source sur le versant nord-ouest de la chaîne de l’Étoile et débouche dans le bassin par le seuil de Notre-Dame-Limite ;

  • le Jarret qui pénètre dans le bassin par le seuil structural liant l’Étoile au massif d’Allauch ; il provient du secteur de Pichauris (commune d’Allauch) ;

  • l’Huveaune qui descend du massif de la Sainte-Baume, traverse le bassin d’Aubagne, puis la partie sud de celui de Marseille.

L’ouverture du bassin de Marseille est liée aux derniers mouvements de la phase majeure de la tectonique provençale (Bartonien, ère Tertiaire). Le chevauchement, vers le nord et le nord-est, d’un panneau de terrains secondaires constituant le massif de l’Étoile, a engendré une dépression dans le sillage de ces mouvements tangentiels. Cette dépression a commencé à se combler pendant l’Oligocène (Guieu 1968, 1977).

Des sédiments de type lacustre, fluvio-lacustre, torrentiel et brèchique se sont déposés dans la cuvette. La dégradation directe des reliefs nouvellement mis en place, combinée au phénomène de subsidence par failles normales liées à l’extension, se traduit par une accumulation détritique importante. La puissance de ces dépôts est indiquée par les résultats du « sondage Fournier », décrits par Ripelin en 1935. Une série de 871 m de marnes, sables, grès et poudingues a été traversée sans que le substratum anté-oligocène soit atteint. La sédimentation est principalement lacustre. Elle se compose de calcaires à striatelles, faciès à laminites et de calcaires dits « de l’Estaque » d’âge Sannoisien-stampien supérieur (Nury 1977, 1979).

À l’Oligocène supérieur, la sédimentation devient plus détritique. Les niveaux de conglomérats polygéniques associés à des marnes et des sables, témoignent par leur composition pétrologique d’apports lointains qui proviennent du continent « hispano-pyrénéo-corso-sarde », situé au sud (Blanc 1953 ; Auzende et al. 1973). Le Miocène, connu dans le chaînon de la Nerthe et de l’Étoile, n’a été reconnu que dans le bassin du Cap Janet, et daté de l’Aquitanien basal (Catzigras et al. 1979). Le Pliocène est inconnu. La sédimentation reprend au Quaternaire avec les dépôts pléistocènes des travertins de Marseille, auxquels ont succédé les nombreuses formations bréchiques du Quaternaire moyen et supérieur.

Les différents faciès rencontrés

Le site archéologique de l’Alcazar a servi de base pour répertorier un grand nombre de matériaux utilisés dans les constructions. Nous avons remarqué que le calcaire blanc oligocène (Stampien), les grès et les poudingues de l’Oligocène supérieur, le calcaire Miocène de La Couronne ainsi que les travertins quaternaires, sont les matériaux les plus répandus au sein de ces constructions. Les formations secondaires datées du Jurassique se rencontrent rarement au sein des vestiges, ce sont le plus souvent des calcaires barrémiens à faciès Urgonien.

- Les calcaires stampiens dits « calcaires blancs de Saint-Victor »

Il s’agit de sédiments de type lacustre qui ont donné des calcaires en bancs, ou à faciès de laminites (calcaires du Stampien inférieur). Les affleurements sur le pourtour de Notre-Dame-de-la-Garde sont quasiment inexistants. Le bassin de Carénage du Vieux-Port a été creusé dans des laminites calcaires (Gaudant 1975) au-dessus desquelles se développent une série de marnes beiges verdâtres, de calcaires massifs et laminaires, et de lits de brèches que l’on peut observer à l’entrée du tunnel du Vieux-Port. Les calcaires subsistent seulement dans la crypte de l’abbaye Saint-Victor (Nury, Raynaud 1986). G. Démians d’Archimbaud indique que des vestiges d’extraction antique de matériaux de construction ont été reconnus dans la crypte de l’abbaye Saint-Victor (Démians d’Archimbaud et al. 1972 et 1974).

- Les calcaires dits « de l’Estaque » du Stampien supérieur

À la sortie du village de l’Estaque, le long de route RN 568 longeant le littoral, à la montée des Usines (fig. 67), on aperçoit les premiers affleurements de calcaire de teinte généralement très claire (blanc jaunâtre). Ils se présentent sous forme de bancs massifs (50 cm d’épaisseur) avec un pendage vers l’est ; la texture est à grains fins très serrés, légèrement silicifié, crayeux. Il s’agit des « calcaires de l’Estaque » (Deperet 1889 ; Vasseur 1894). Dans le quartier du Marinier, au nord-ouest de l’Estaque, on observe une alternance de bancs calcaires de 20 à 50 cm d’épaisseur et des laminites calcaires à la base, sur une hauteur de 3 à 4 m (fig. 68).

Fig. 67. Bancs de calcaires à l’ouest des quartiers de Riaux à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)

Fig. 67. Bancs de calcaires à l’ouest des quartiers de Riaux à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)

Fig. 68. Bancs de calcaires dans le quartier du Marinier à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)

Fig. 68. Bancs de calcaires dans le quartier du Marinier à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)

Par sa nature et son aspect, ce calcaire ressemble à celui dit de « Saint-Victor ». Les anciens auteurs ont eu tendance à rassembler à un même niveau tous les calcaires inférieurs en une même unité (Deperet 1889 ; Vasseur 1894). Nous dirons qu’il s’agit d’un calcaire oligocène à faciès Stampien supérieur (Nury 1977 ; Nury 1979)

Les calcaires stampiens n’affleurent actuellement dans le centre de Marseille que d’une façon sporadique autour du massif de Notre-Dame-de-la-Garde. Hormis les observations que nous avons faites lors de notre intervention sur un chantier de construction au 69 rue Sainte et dans la crypte de l’abbaye Saint-Victor, nous n’avons repéré aucune autre trace de ces calcaires. À l’Estaque, les bancs de calcaires de 20 à 30 cm d’épaisseur, observés au niveau des affleurements le long de la RN 568, au quartier de Riaux et des Maurins, laissent penser que d’éventuelles exploitations durant les périodes historiques sont envisageables. Sur les bordures du bassin de Marseille, aux Camoins, Allauch et Saint-Marcel, ils affleurent d’une façon discontinue, mais il s’agit surtout de calcaires laminitiques très altérés et très friables qui ne peuvent pas être exploités comme pierre de taille.

- Les grès et les poudingues

À l’Oligocène supérieur, la sédimentation devient fluvio-lacustre, alternant des niveaux de grès et de poudingues, associés à des marnes sableuses, puis torrentielles et bréchiques, brèches à éléments locaux calcaires (Dupire 1985).

Les formations fluvio-lacustre, c’est-à-dire les grès et les poudingues, sont visibles à Marseille au sein d’un affleurement derrière le fort Saint-Jean. Des tranchées de 0,80 à 1 m de profondeur, réalisées pour des travaux de déviations de réseaux aux alentours de la gare Saint-Charles, ont fourni des alternances de poudingues et de grès associés à des marnes sableuses. À Saint-Marcel, ces faciès peuvent affleurer sur des hauteurs assez importantes (fig. 69). À Saint-Henri et Saint-André, les poudingues visibles le long du chemin du littoral appartiennent à la formation des Arnavaux-Sainte-Marthe (Oligocène supérieur récent).

Fig. 69. Bancs de poudingues sub-horizontaux, avec intercalations de lits d’argile rouge (A. Mezzoud/Inrap)

Fig. 69. Bancs de poudingues sub-horizontaux, avec intercalations de lits d’argile rouge (A. Mezzoud/Inrap)

Denise Nury a établi une carte de répartition schématique globale des faciès de la formation des poudingues de Marseille, où elle a distingué trois zones, présentant une granulométrie fine en allant d’est en ouest (fig. 70). Les brèches à éléments calcaires du Jurassique et du Crétacé sont nommées « pseudobrèches » ou « calcaires désorganisés ». Selon elle, il s’agit de formations monogéniques (les éléments sont de même nature pétrographique) et constitués du même matériau que l’encaissant. Elles affleurent dans les massifs jurassiques et urgoniens et constituent le substratum de n’importe quel niveau de l’Oligocène. Nous les avons rencontrés dans le massif de la Nerthe. Des brèches à éléments calcaires stampiens, prises dans un ciment de même nature, ont été intercalées dans des séries oligocènes. Elles sont liées au jeu synsédimentaire de failles normales.

Fig. 70. Zones de répartition des grès et des poudingues dans le bassin de Marseille

Fig. 70. Zones de répartition des grès et des poudingues dans le bassin de Marseille

- Les travertins ou « tufs sédimentaires »

Les travertins reposent en discordance sur les terrains tertiaires pour la grande majorité. Leur âge n’a jamais vraiment été élucidé ; la découverte par Gouvernet de molaires et de défenses d’un Elephas meridionalis, à la base des tufs surplombant Saint-Henri, est le seul témoin relativement sûr. À cet endroit, l’âge serait le Pliocène supérieur.

D’après Jung, les tufs ou travertins sont des dépôts formés aux émergences de sources calcaires. Ce sont des roches grossièrement litées, vacuolaires de couleur jaunâtre et contenant souvent des débris de végétaux. Quatre facteurs (climatiques, chimiques, biologiques et mécaniques) sont nécessaires pour leur formation. Leur édification est généralement liée à un paysage calcaire karstifié et aux accidents topographiques plus au moins marqués. Dans le bassin de Marseille, bien que l’environnement soit calcaire, le lieu de dépôt est marno- argileux. L’étude de S. Dupire (Dupire 1985) a porté sur les unités (faciologiques) suivantes : les formations sableuses, les formations bréchiques, les roselières et les formations calcaires.

S. Dupire (fig. 71) a établi une carte de répartition des principaux sites dans le bassin de Marseille ; selon lui, ces formations constituent essentiellement deux grandes unités topographiques tabulaires, situées en position haute par rapport à leur environnement :

  • l’unité des quartiers nord-ouest de Marseille : Saint-Antoine, la Viste, les Aygalades, le Cap Jannet et le Cap Pinède ;

  • l’unité du centre-est : Saint-Barnabé, Saint-Jacques, Beaumont et Saint-Julien.

Nous avons assemblé ces informations et essayé de repérer le maximum d’affleurements qui peuvent nous procurer l’ensemble de ces formations travertineuses. Nous n’avons pas pu visiter tous les sites mentionnés dans les deux unités, et les affleurements que nous avons pu approcher montraient au sein de leur structure des travertins sableux, calcaires et des roselières. Les travertins bréchiques étaient absents de ces formations.

Fig. 71. Carte des principaux sites de travertins dans le bassin de Marseille (S. Dupire)

Fig. 71. Carte des principaux sites de travertins dans le bassin de Marseille (S. Dupire)

- Le calcaire de La Couronne

L’autre faciès répandu dans les monuments de Marseille, et ce depuis l’Antiquité, est le calcaire de La Couronne. Il s’agit d’un calcaire biodétritique, tertiaire, miocène, d’étage burdigalien, qui a marqué le paysage urbain de sa couleur le plus souvent rosée.

Situées à une trentaine de kilomètres de Marseille sur le territoire de Martigues, les carrières sont le plus souvent littorales ou peu éloignées du rivage (fig. 72). On connaît la préférence qui est donnée au transport par voie d’eau de ce type de matériau qui sera la règle jusqu’à la mise en place du transport par voie ferrée au XIXe s. et l’arrivée de pierres de taille d’origine plus lointaine. Cependant, les relations entre Marseille et la côte jusqu’à Fos-sur-Mer, se sont faites longtemps par mer, puisque, encore dans les années 1950, tous les transports de marchandises, de bois et de personnes se faisaient par bateaux (Vacca-Goutoulli 2001, p. 163).

Fig. 72. Carte des principaux faciès indiquant les principales carrières de La Couronne (A. Mezzoud/Inrap)

Fig. 72. Carte des principaux faciès indiquant les principales carrières de La Couronne (A. Mezzoud/Inrap)

L’utilisation des matériaux rocheux au cours du Moyen Âge

- Le bourg de Morier

Les matériaux utilisés au XIIe s. dans le faubourg pour l’édification des aqueducs, des puits-citernes et des conduites sont des moellons taillés, de modules réguliers, en calcaire stampien de Saint-Victor. En relation avec ce réseau hydraulique, le bâtiment principal de la tannerie présente une prédominance du calcaire stampien au sein de sa construction. Les bâtiments extérieurs à l’ensemble artisanal affichent une prépondérance de travertin, notamment celui à aspect vacuolaire du type « roselière » de couleur ocre rouge. Ce type de roche a marqué les édifices de cette période.

À la fin du XIIIe s. est mis en place le faubourg du site de l’Alcazar, réunissant six îlots d’habitation. Les murs de façade et certains murs de refend sont constitués de moellons équarris ou retouchés en travertin et en calcaire stampien. S’ajoutent parfois des blocs de poudingues et de grès employés au niveau de la première assise de certains murs de façade. Dans celui conservé en élévation dans l’îlot 6, les proportions en matériaux rocheux utilisés au niveau des fondations sont quasiment équivalentes à celle de l’élévation. On retrouve les faciès marseillais : travertins, calcaires, poudingue et grès.

Vers la fin du XIIIe s. et le début du XIV e s., la densification du bâti garde l’héritage des modes de construction antérieurs, avec l’utilisation des mêmes faciès qu’auparavant. Néanmoins, la pierre rose de La Couronne fait son apparition dans l'habitat civil, alors qu’elle était quasiment absente des constructions précédentes du faubourg.

- Le quartier de la cathédrale

Près de la cathédrale, au sud de la rue Four-du-Chapitre, certains murs de façade construits au XIIe s. mettent en œuvre des blocs et des moellons à la fois en calcaire de La Couronne et de Saint-Victor. Les réfections observées au sein des maisons situées sur la butte Saint-Laurent n’ont pas échappé à la pratique du remploi, comme en témoignent l’hétérogénéité des faciès, l’usure et le façonnage de certains matériaux rocheux utilisés. La construction de deux maisons au sud de la rue des Treize-Coins a été la seule réelle modification relevée à la fin du XIIIe s. et au XIV e s., l’occupation des autres secteurs ayant préservé une certaine continuité. Malgré la rareté des murs composant ces deux constructions, l’emploi des blocs et moellons en calcaire de La Couronne et en calcaire stampien, reste primordial. Pour la première fois des moellons de calcaire dur ont été réutilisés.

Au nord de la rue Four-du-Chapitre, des vestiges témoignant de l’existence d’une belle bâtisse médiévale ont été interprétés comme la maison canoniale. Le matériau rocheux le plus fréquemment utilisé dans les différents éléments architecturaux qui la composent, support de piliers, parement de murs de façade, ouvertures, est le calcaire rose de La Couronne. Des calcaires stampiens et des travertins ont été employés lors des réhabilitations postérieures.

La répartition quantitative et spatiale des matériaux employés sur le quartier de La Major suscite deux observations. Tout d’abord les matériaux rocheux employés dans les habitats situés aux abords du groupe cathédral et au pied nord ou à mi-pente de la butte Saint-Laurent, sont hétérogènes, sommairement taillés, liés parfois à la terre mais le plus souvent au mortier.

Cependant, pour les bâtisses situées entre la rue des Treize-Coins et la rue Four-du-Chapitre, dont l’architecture est plus soignée comme l’indiquent l’épaisseur des murs, la profondeur des fondations ou l’emploi de pierres de taille, le choix du calcaire rose de La Couronne a été privilégié.

- Le quartier du Mazeau

Dans les vestiges de l’habitat mis en place à la fin du XIIe et au début du XIIIe s. dans le quartier du Mazeau, le matériau rocheux principal est le calcaire blanc stampien, en particulier dans les murs les plus anciens. Les grès, les poudingues et ponctuellement les travertins ont été mis en œuvre en fondation dans le blocage interne des murs, et plus rarement en parements d’élévation. Le calcaire rose de La Couronne apparaît soit sporadiquement associé à d’autres roches soit de façon plus systématique dans certaines situations : cuvelages de puits, angles, piédroits, seuils, etc. Des jambages de portes mitoyennes sont formés d’une alternance de blocs taillés de Saint-Victor et de tuf. Le calcaire urgonien est peu représenté. Le palais comtal (ou un édifice voisin) dont la façade orientale a été observée, est parementé en fondation, comme en élévation, de blocs de calcaire de La Couronne.

- En conclusion

La répartition quantitative et spatiale des matériaux employés sur les trois sites explorés a livré plusieurs informations nouvelles. Tout d’abord l’emploi du calcaire stampien dit « de Saint-Victor » dans la majorité des maçonneries au Moyen Âge accrédite l’hypothèse de sources d’approvisionnement contemporaines des constructions, telles que des carrières nouvelles, ouvertes sur le pourtour du massif de la Garde. En outre des affleurements repérés vers les quartiers de l’Estaque au nord de la ville laissent envisager que ces derniers auraient pu être aussi exploités. Les caractéristiques physiques ou mécaniques de ces faciès calcaires ont été mises en corrélation avec leur répartition au sein de la construction. L’adaptation d’une nature pétrographique à une nécessité architectonique suppose une parfaite connaissance des matériaux par les constructeurs du Moyen Âge.

Le calcaire burdigalien de La Couronne, est réservé à certains usages au Moyen Âge, alors que ses différents faciès seront très largement utilisés à l’Époque moderne. La perception de l’évolution chronologique de la prédilection pour tel ou tel faciès transparaît malgré les variations liées au statut des divers quartiers étudiés et le brouillage résultant des processus de remplois des matériaux rocheux.

La répartition des affleurements de ces matériaux nous renseigne sur les circuits commerciaux et sur le marché de la pierre en Basse-Provence. L’étude des matériaux apporte des informations sur les intentions, les connaissances théoriques et les savoir-faire techniques des bâtisseurs, et sur les conditions économiques régnant dans la région marseillaise. L’approvisionnement des chantiers de construction au Moyen Âge comme à l’Époque moderne dépend de tous ces facteurs, et l’analyse des matériaux met en évidence ces données sous un éclairage nouveau (Vacca Goutoulli 1997).

Si l’exploitation des gisements comme ceux de La Couronne, Saint-Victor ou Cassis a été attestée à diverses périodes, il n’est pas exclu que l’exploitation d’autres sites ait été également menée. Malheureusement l’urbanisation de ces dernières décennies a recouvert les traces éventuelles de ces carrières, et seuls quelques affleurements encore visibles nous permettent d’exprimer cette hypothèse.

1.1.2. La terre crue (R. Thernot)

La terre crue est un matériau utilisé à l’époque médiévale dans la construction de l’habitat, pour la confection des sols et pour certaines élévations.

Les sols en terre battue sont constitués d’une couche préparatoire destinée à stabiliser et assainir le sol et d’une couche d’utilisation. La première est constituée de terre limoneuse ou argileuse dans laquelle ont été incorporés des agrégats : sable, graviers, éclats calibrés de calcaire, de tuiles ou de mortier, charbons de bois, coquillages. La deuxième couche est généralement de texture plus fine et damée par la fréquentation.

Les élévations en terre crue sont représentées par l’usage de la terre massive dans le quartier du Mazeau, et de la brique crue dans les quartiers du Mazeau et de la cathédrale. Si la première technique est attestée à plusieurs reprises dans la construction de l’habitat, la seconde n’apparaît que dans deux cas d’envergure modeste.

Le mur en brique crue du quartier du Mazeau se place en façade sur rue. Il compte quatre assises de briques de terre jaune, argilo-sableuse de 5 à 10 cm d’épaisseur, liées par une argile grise. Le mur en briques crues du quartier de la cathédrale, daté du XIIe s., est suivi sur moins d’un mètre de long, pour une largeur de 45 cm (Barra et al. 2004, p. 291). Sa technique de construction fait appel exclusivement à la terre, sans solin de pierre. Quelques briques, en place et dans le niveau d’effondrement, ont été repérées, mais leur modularité n’a pas pu être précisée.

Les ouvrages en terre banchée (tapia) mis au jour sur les fouilles de la place Villeneuve-Bargemon (maisons B et E) attestent de l’utilisation de cette technique à la fin du XIIe s. à Marseille dans le quartier du Mazeau alors en pleine construction. Le matériau utilisé est un limon homogène incluant quelques rares galets et cailloux de petite taille. Dans le bourg de Morier, les niveaux d’incendie sont caractérisés par la présence d’éléments provenant de la toiture (tuiles, poutres calcinées) associés à de la terre limoneuse crue et à de la terre rubéfiée, incluant des fragments de mortier et d’enduits. La relative rareté des blocs et des moellons dans ces niveaux est liée à la pratique de récupération des matériaux, mais elle est peut-être un indice de la présence d’élévations en terre.

1.1.3. Les liants et les enduits (R. Thernot)

Le mortier de chaux et la terre sont utilisés comme liants aussi bien des fondations que des élévations. Seul le soin apporté à la construction, donc le coût de celle-ci, semblent induire le choix de l’un ou l’autre liant. Les observations de terrain n’ont pas permis de déceler l’incorporation de chaux à la terre pour améliorer la solidité du liant, comme il en est fait mention à Aix-en-Provence dans les constructions rurales avec la terra amortayrada (Bernardi 1995, p. 160), mais cette technique connue sous le nom de « mortier d’agasse » est restée fréquente en Provence jusqu’à l’ère industrielle.

Le mortier de chaux est également utilisé comme revêtement de sol comme dans la maison 5D près de la cathédrale. Le mortier de chaux mis en œuvre est le plus souvent fortement dosé en chaux comme l’indiquent sa blancheur et/ou sa dureté. Les agrégats sont constitués par un sable grossier comportant des éléments roulés hétérométriques, dépassant parfois le centimètre. Utilisé comme enduit, le mortier est fait avec un sable plus fin et recouvre les murs liés à la terre et les murs en terre banchée. Dans les maçonneries parementées en petit appareil, les joints sont regarnis de mortier.

  • 140 ACM BB12, fol. 79.

Dans les structures hydrauliques, les enduits sont destinés à constituer une couche étanche. Dans ce but, du tuileau pilé est incorporé et confère au mélange une coloration rosée. Près de la cathédrale, un petit caniveau domestique du XIIe s. (maison 7B – Barra et al. 2004, p. 285) reçoit pour son étanchéité un enduit de mortier de tuileau. Dans la maison 3B, les parois internes d’une latrine portent des traces du même type d’enduit de couleur rose. Pour la construction d’un aqueduc dans le bourg de Morier, l’usage du mortier hydraulique (batum) est évoqué dans un acte de 1319 140.

Concernant les enduits intérieurs, des fragments d’enduits peints sont signalés dans les niveaux d’abandon, mais aucun indice d’utilisation de plâtre n’a été relevé sur les structures médiévales observées.

1.1.4. Les terres cuites architecturales (R. Thernot)

Plusieurs types de terres cuites architecturales ont été employés, des plus fréquents (les tuiles) aux plus rares (les carreaux de pavement).

Les tuiles

Les tuiles ne sont perçues que par les éléments fragmentaires piégés dans les niveaux d’abandon ou le niveau d’incendie du bourg de Morier, détruit au milieu du XIV e s. Il s’agit de tuiles rondes à pâte rouge ou jaune, semblables au type fabriqué régionalement jusqu’à l’ère industrielle. Dans le bourg Sainte-Catherine, également détruit et incendié avant 1360, des tuiles canal entières de 48 cm de long, 22 cm de large et 2 cm d’épaisseur, parfois munies d’un trou de fixation ont été recueillies (Bouiron 1994, p. 89 ; Bouiron 2001a, p. 110).

Les carreaux

Des fragments de carreaux ou malons sont également présents dans ces niveaux d’incendie, semblables à ceux observés au bourg Sainte-Catherine. Deux modules principaux y ont été relevés : 27/14/3 ou 2 cm, et 20/14/2 cm (ibid.). Il peut s’agir des revêtements des sols des étages ou encore des malons de couvert de toiture.

Les sols de carreaux en place sont absents sur les trois chantiers. Les productions de carreaux décorés des ateliers du bourg des Olliers ne sont pas représentées, si ce n’est peut-être au bourg Sainte-Catherine par un élément particulier. Cet objet en pâte calcaire émaillée est en forme d’étoile à huit branches et porte un décor d’étoile à huit branches peinte au brun de manganèse (Richarté, Bouiron 1995). La rareté des revêtements de sol en carreaux de terre cuite avait déjà été soulignée en Provence par Philippe Bernardi et Elizabeth Sauze (Bernardi 1995, p. 365 ; Sauze 1983, p. 30).

Les tuyaux

Dans le quartier du Mazeau, en rive orientale de la rue de la Guirlande, le grand bâtiment interprété comme des bains construit à la fin du XIIe s. ou au début du XIIIe s. est doté d’un réseau de tuyaux en terre cuite (canons) noyé dans le blocage interne des murs (fig. 73 et cf. infra § II, 2, 2.3.2.). Les éléments modulaires sont tournés dans une argile rougeâtre, dont la coloration est altérée à cœur par la cuisson en atmosphère réductrice. La pâte inclut de nombreuses particules de dégraissant, dont de la silice et un peu de mica. Les tuyaux mesurent de 28 à 34 cm de long, et 8,4 cm de diamètre extérieur maximum. Le diamètre intérieur est de l’ordre de 4,8 cm. Ils comportent chacun un bout évasé et un autre en forme de goulot de 4 cm de long permettant l’emboîtement. Le mortier du blocage assure le maintien des éléments en place et l’étanchéité du dispositif. Ces modules se différencient nettement en termes de pâte, de dimensions et de forme, des tuyaux trouvés dans les ateliers du bourg des Olliers (Vallauri, Leenhardt 1997, p. 306). Ces derniers sont en pâte calcaire, atteignent 45 cm de long et plus de 7 cm de diamètre interne et leur système d’emboîtement est plus court. De plus, la datation de création des ateliers est postérieure à celle attribuée au bâtiment de la rue de la Guirlande.

Fig. 73. Réseau de tuyaux en terre cuite noyé dans le blocage d’un mur des bains dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 73. Réseau de tuyaux en terre cuite noyé dans le blocage d’un mur des bains dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)

Plus généralement, l’usage économe de la terre cuite est à rapprocher de la situation de pénurie évoquée par Henri Amouric, imputable d’après lui à la rareté du bois de chauffe (Amouric et al. 1997).

1.1.5. Le bois (R. Thernot)

  • 141 ACM AA 28, 16 mars 1424, cité par Bernardi 1998, p. 317-328.

L’éloignement géographique des massifs forestiers susceptibles de fournir des bois d’œuvre de section suffisante pour ménager des portées compatibles avec le fonctionnement des pièces d’habitation a vraisemblablement constitué un facteur de cherté de ce matériau dans la construction locale. En témoignent son utilisation parcimonieuse et la décision selon laquelle « (…) après le sac de Marseille, en novembre 1423, la reine Yolande accorda aux habitants de cette ville une exemption des droits de péage pour le bois d’œuvre nécessaire à la reconstruction de leurs maisons » 141.

Le bois dans le gros-œuvre est utilisé dans les planchers et les toitures, comme l’attestent les fragments calcinés retrouvés dans les niveaux d’incendie du bourg de Morier. L’utilisation de tuiles rondes en couverture laisse penser que la forme des ouvrages de charpenterie ne devait pas fortement différer de celle qui prévaut jusqu’à la fin de la période moderne. L’écartement entre les murs porteurs varie entre 4 et 5 m. Lorsque cette portée apparaît supérieure (8 m), comme dans le quartier du Mazeau (unité E), il est probable que des murs de refend disparus aient divisé l’espace intérieur. Cette dimension détermine la longueur des pannes de toiture et des poutres de plancher mises en œuvre. L’étude menée par Philippe Bernardi sur les techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin du Moyen Âge montre que les pièces de bois importées des Alpes mesuraient couramment 10 à 12 m de long. Les épaisseurs des pièces de section circulaire étaient comprises entre 17 et 25 cm et celles des pièces de section carrée atteignaient 35 cm (Bernardi 1995, p. 132). Les charpentiers marseillais devaient s’approvisionner auprès des mêmes filières que leurs confrères aixois. Les bois d’œuvre étaient donc coupés afin d’adapter la longueur des poutres à la résistance au fléchissement induite par le diamètre des bois disponibles. En effet, l’expérience empirique avait vraisemblablement déjà montré que le rapport entre la hauteur d’une poutre et sa longueur de portée potentielle, est de l’ordre de un à vingt. Les bois importés des Alpes permettent ainsi de réaliser des portées de 3,50 m à 7 m, la moyenne correspondant aux écartements de 4 à 5 m les plus fréquents. C’est donc la section plus que la longueur des bois disponibles qui conditionne l’écartement des murs porteurs.

L’utilisation du bois dans les supports verticaux reste marginale et ne transparaît que par les trous de poteaux dotés de calages, correspondant à des structures légères appuyées sur des murs maçonnés.

Aucun essai de détermination des espèces n’a été jusqu’ici entrepris sur les restes issus des divers secteurs fouillés, et la nature des bois utilisés n’est donc pas connue.

1.2. Les techniques de construction au Moyen Âge (R. Thernot)

Sur la base de ce répertoire de matériaux, les constructeurs des XIIe-XV e s. réalisent les ouvrages qui composent les diverses parties des maisons et de leurs dépendances. Les matériaux combinés entre eux génèrent un éventail technique relativement modeste, du moins tel qu’il apparaît à travers le filtre des données archéologiques. Les informations sur les élévations, les étages, les toitures, le décor des façades font défaut. La perception du bâti médiéval issue des investigations de terrain, privée d’exemples maintenus en élévation, n’est pour l’heure guère enrichie par les données d’archives. Le regard reste ainsi braqué sur le pied des murs et les sols des rez-de-chaussée, et l’attention concentrée sur les aspects techniques afférents au gros-œuvre.

1.2.1. La maçonnerie

Les techniques mises en œuvre sont essentiellement représentées par la maçonnerie, associant les divers modules de pierre et les liants – terre ou mortier de chaux. Les murs sont construits sur une fondation formant une semelle filante, différenciée de l’élévation par ses matériaux, sa largeur et ses modes de construction. La fondation est souvent constituée de blocs ou de moellons non retouchés ou équarris. Ces éléments sont disposés en assises plus ou moins régulièrement en fonction de leur mode de taille et de leur module. Quand les éléments sont des moellons ou des cailloux, ils peuvent être disposés en épi. Le remploi de galets de lest de bateau apparaît ponctuellement dans le quartier du Mazeau, proche du port. Un blocage interne complète le cas échéant la largeur de la structure. La fondation est débordante et comporte dans certains cas plusieurs ressauts. Elle peut être liée à la terre ou au mortier, ce dernier plus fréquemment employé dans les constructions plus soignées : maisons du quartier du Mazeau, maisons d’angle ou de grande superficie dans le faubourg. La fondation du Palais comtal près du Mazeau se distingue radicalement des autres fondations par l’utilisation de pierre de taille de La Couronne composant un moyen appareil régulier formant une série de ressauts.

Les élévations sont majoritairement formées de deux parements appareillés et d’un blocage interne. Le liant est le plus souvent le mortier de chaux dans la construction des maisons de ville. Les structures plus modestes sont liées plus volontiers à la terre. Lorsque le mur est lié à la terre, les moellons du parement peuvent être disposés en boutisse pour une meilleure adhérence, comme l’illustre le mur qui sépare les bâtiments 5A et 5C du quartier de la cathédrale. Dans la plupart des murs, l’appareil est constitué de moellons équarris ou de blocs taillés, composant soit un petit appareil réglé avec des hauteurs d’assises de 10 à 15 cm, soit un appareil moyen avec des blocs de 20 à 30 cm. Dans le quartier du Mazeau, les parements des habitations courantes et ceux du grand bâtiment de la rue de la Guirlande sont en petit appareil régulier (fig. 74). Dans le faubourg ou dans le quartier de la cathédrale, l’appareil est parfois moins soigné. Dans quelques cas, un soin particulier apporté à la réalisation des parements se traduit par la taille des moellons ou des blocs mis en œuvre et les joints sont minces. Parmi ces exemples, il faut signaler les chemisages des puits et des bassins. Dans ces ouvrages plus soignés, la pierre de taille utilisée est celle de La Couronne ou de Saint-Victor(fig. 75).

Fig. 74. Parement en moellons de calcaire de Saint-Victor dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 74. Parement en moellons de calcaire de Saint-Victor dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 75. Un puits du quartier du Mazeau (T. Maziers/Inrap)

Fig. 75. Un puits du quartier du Mazeau (T. Maziers/Inrap)

1.2.2. Le pisé et l’adobe

La terre crue pour la confection des élévations apparaît utilisée surtout sous la forme du pisé banché (tapia), le modelage de briques semble être devenu au Moyen Âge une technique marginale, plus rarement représentée et cantonnée à des murs de clôture de cour.

Les murs en terre banchée (fig. 76) dans les habitations du quartier du Mazeau (maisons B et E) sont constitués, comme les murs en maçonnerie, d’une fondation débordante en blocs non retouchés de grès ou de poudingue, et dans certains cas (maison E) d’un solin appareillé comptant quatre assises de moellons de calcaire lacustre et de tuf, liés au mortier, de même aspect que les élévations maçonnées voisines (Thernot, Vecchione 2003, cf. infra § II, 2, 2.3.3.). L’élévation en terre massive, large de 0,55 m, est montée par lits de damage réguliers de 8 cm d’épaisseur. Entre chaque lit est déposée une pellicule de mortier de chaux qui s’épaissit pour former un boudin remontant au contact des parements, afin de former l’accroche de l’enduit. L’enduit de mortier compact appliqué ensuite assure la protection de l’ensemble de la structure, y compris les assises du solin. L’accrochage des murs de refend aux murs périphériques en maçonnerie est assuré par pénétration de l’élévation en terre dans le blocage intérieur du mur. L’absence de joints verticaux traduit l’utilisation de banches sur toute la longueur, fixées de part et d’autre de la base maçonnée par des potelets et des clés. Au contact du pisé et de la fondation, plusieurs alignements de pierres transversaux, distants entre eux de 1,50 m, sont visibles. Ces dispositifs résultent de l’obturation des orifices résultants de l’enlèvement des clés horizontales qui assurent le maintien des banches et des potelets, lors de la mise en place du pisé.

Fig. 76. Vue d’un mur en terre banchée en cours de démontage (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 76. Vue d’un mur en terre banchée en cours de démontage (cl. M. Derain/Inrap)

Les murs dotés d’un solin protégeant l’élévation en terre correspondent à des murs extérieurs, à la différence des murs de refend dépourvus de ce dispositif. Parmi les quatre murs de la maison E, seul le mur de fond de parcelle a conservé un lambeau d’élévation en pisé, mais les deux murs latéraux sont dotés d’assises de moellons arasées au même niveau que le solin de la façade arrière et pour certains d’entre eux, d’orifices qui pourraient correspondre à des trous de clés de banches. Ainsi trois des murs de la maison E, à l’exception peut-être de la façade sur rue, entièrement refaite, ont-ils dû être construits en terre damée sur solins de pierres.

La qualité de la mise en œuvre observée révèle une bonne maîtrise des procédés de construction en terre, qui laisse penser que ces témoignages s’inscrivent dans une tradition de savoir-faire locale bien établie. La présence de murets en adobe élargit l’éventail des techniques de construction en terre crue à l’époque médiévale.

Les murs en terre massive repérés au bourg des Olliers (Marchesi et al. 1997) et dans le quartier du Panier (Reynaud 1998), témoignent de la permanence de la technique jusqu’au bas Moyen Âge. Dans la plupart des exemples relevés, les murs en terre sont liés à des murs en pierres dans la même construction. Au Panier, c’est même un mur composite associant les deux techniques qui est décrit. La terre crue est également mentionnée pour l’enceinte de la ville comtale du XIIe s. (Bouiron 2001c, p. 80).

1.2.3. Les revêtements

La rareté des exemples conservés ne permet pas d’imaginer un large éventail de techniques de revêtement de sols et de murs à l’époque concernée. Hormis la terre battue pour les sols, bien attestée, les autres modes de revêtement ne sont représentés que par un sol dallé dans la maison canoniale.

Sur certaines élévations, un enduit au mortier est appliqué. Le mortier utilisé est posé en couche mince et confectionné avec un sable fin ou peut-être tamisé, à la différence du mortier à hourder, plus grossier. L’intégration de tuileau dans le mortier de chaux permet dans quelques rares cas de tapisser l’intérieur des ouvrages hydrauliques –caniveaux et cuves, observés près de la cathédrale, mais les caniveaux sont le plus souvent réalisés en pierre.

1.2.4. Les éléments architectoniques : piédroits, seuils et piliers

L’état de conservation des élévations ne permet pas d’aborder de façon synthétique les modes de construction des éléments architectoniques dans le bâti médiéval. Seuls quelques rares exemples sont à signaler et se distinguent par l’utilisation de la pierre de taille, en particulier de La Couronne. La maison canoniale est dotée d’une série de piliers parementés en molasse de La Couronne (fig. 77). Dans le quartier du Mazeau, un piédroit et des seuils à feuillure sont également réalisés en blocs de molasse, de calcaire de Saint-Victor et de tuf. Sur la plupart de ces éléments, des indices de remploi ont été relevés, montrant que la pierre de taille neuve semble au Moyen Âge réservée à des usages exceptionnels.

Fig. 77. Pilier de la maison canoniale près de la cathédrale (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 77. Pilier de la maison canoniale près de la cathédrale (cl. T. Maziers/Inrap)

Trouvé en remploi dans le quartier du Mazeau, un fragment d’archivolte d’arc plein-cintre portant un décor de feuillage, en calcaire de La Couronne, constitue l’un des rares témoignages de l’aspect des façades médiévales (fig. 78).

Fig. 78. Fragment d’arc décoré en calcaire de La Couronne (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 78. Fragment d’arc décoré en calcaire de La Couronne (cl. T. Maziers/Inrap)

2. Les matériaux et techniques à l’Époque moderne

Les textes sont bien plus détaillés pour l’Époque moderne. Ceci permet d’appréhender plus finement la question des matériaux et des techniques employés pour la construction.

2.1. Les matériaux recensés à l’Époque moderne d’après les données de fouille et les documents d’archive (A. Mezzoud, R. Thernot d’après M. Vacca-Goutouli)

Les informations sur les matériaux et les techniques mises en œuvre dans la construction de l’habitat moderne sont de nature différente suivant qu’elles proviennent des données de fouille ou des documents écrits relatifs aux bâtiments.

Les opérations archéologiques ont toujours abordé le bâti après arasement. L’étude des élévations n’a donc pas été possible, mais en contrepartie, le démontage des structures conservées a livré des informations nombreuses et précises sur les matériaux employés et sur les techniques, comme la taille de la pierre, les techniques de fondation et de reprise en sous-œuvre, dont les textes ne font pas état de façon détaillée. Des blocs en remploi appartenant à des élévations ont été également retrouvés et livrent des indications sur des façades en grand appareil disparues anciennement.

Les textes collectés, prix-faits et rapports de future cautelle, évoquent essentiellement les élévations, avec des indications sur les ouvrages en maçonnerie, la charpenterie, la menuiserie et la couverture. Ces actes utilisent une terminologie technique conventionnelle marquée par les provençalismes. Dans quelques cas, il a été possible de mettre en relation les structures décrites dans un document et les vestiges archéologiques, permettant de mesurer l’adéquation ou à l’inverse les distorsions entre les travaux prévus et leur exécution effective.

D’un point de vue chronologique, les données archéologiques sont inégalement réparties. Rares pour la période allant du XV e s. au milieu du XVIIe s., elles deviennent ensuite plus abondantes. Les textes retrouvés couvrent la période s’étendant de la fin du XVIe s. au milieu du XVIIIe s.

2.1.1. Les roches (A. Mezzoud, R. Thernot, d’après M. Vacca-Goutoulli)

Plusieurs types de blocs sont employés suivant leur emplacement dans la construction.

Les blocs

  • 142 ACM HH 414.
  • 143 AD13 373 E 270, fol. 1036.
  • 144 AD13 392 E 103, fol. 75v.

La pierre de taille issue des diverses carrières de la Couronne est largement utilisée dans les structures de l’Époque moderne. Les lieux d’extraction cités dans les textes sont Carreau, la Baume, Mussou 142. Les pierres, acheminées par bateau jusqu’à Marseille, sont débitées en modules normalisés : bards, quairon, bujets, quairades, grazes, croizilhons, montants 143. Les différences de modules et de qualité, et donc de coût, des blocs correspondent à des utilisations architectoniques spécifiques et révèlent une forme de normalisation de ceux-ci. Généralement, la pierre à grain fin, bien cimentée, de bonne tenue d’arête, de couleur rose provenant de Carro, est destinée à des ouvrages nécessitant un ajustement précis comme les arcs ou recevant un décor sculpté tels que les encadrements de baies. Les bancs donnant des pierres plus coquillières, plus tendres, fournissent les blocs utilisés en fondation ou dans les parements. L’acheminement par voie de mer fait l’objet de contrats détaillés entre les protagonistes, carrier, tailleur, maçon 144.

  • 145 AD13 380 E 170, fol. 938.

Bien que les carrières de La Couronne prédominent dans l’approvisionnement des chantiers, d’autres roches sont représentées ponctuellement dans les structures en grand appareil moderne. La base de la façade de la maison située à l’angle des rues de la Guirlande et de la Taulisse est en partie parementée en blocs de grès à joints sciés et en tuf. La pierre de Rognes est signalée pour la construction d’un immeuble dans la « Ville Nouvelle » 145.

Les traces d’outils relevées sur les blocs témoignent des étapes de l’élaboration des blocs depuis la carrière jusqu’à la mise en œuvre. L’équarrissement des blocs est révélé par les impacts de marteau taillant brettelé, outil également utilisé pour la finition des lits de pose et d’attente (fig. 79). Les tracés préparatoires à la taille des moulures sont marqués à la pointe sur l’une des faces. Les faces vues ont perdu en général tout indice d’outil hormis les discrètes rainures de la ripe. Sur les lits d’attente des blocs de parement ou les claveaux, des abreuvoirs sont creusés afin de favoriser la répartition du mortier et l’élimination des excès qui permettent de ménager des joints très fins. Lors de la mise en place des blocs dans l’ouvrage, des ajustements sont pratiqués par enlèvement de matière à l’aide d’un ciseau plat.

Fig. 79. Traces de taillant brettelé sur l’une des faces d’un claveau d’arc avec arrière-voussure (cl. M. Vacca-Goutoulli)

Fig. 79. Traces de taillant brettelé sur l’une des faces d’un claveau d’arc avec arrière-voussure (cl. M. Vacca-Goutoulli)

Les moellons et les cailloux

Les pierres utilisées dans le blocage des murs sont de nature très variée et s’ouvrent au répertoire disponible localement : grès, poudingue, calcaires lacustre, urgonien, etc. Les remplois sont souvent représentés, y compris par des blocs de grand appareil provenant de façades démantelées. Les galets et autres petits modules de cailloux de toutes origines constituent le matériau des sols pavés fréquents au rez-de-chaussée et dans les caves, les calades.

Durant la fin du XVIIe s., dans le quartier de l’Hôtel de Ville, le schiste ardoisier a été utilisé pour réaliser des parements de caniveau, des arases dans les murs et même un dallage de sol de cave sous forme de plaques hexagonales. Matériau d’importation lointaine destiné à conférer aux toitures des bâtiments du pouvoir un aspect similaire à celui du nord de la France, le schiste ardoisier est utilisé à cette période dans les grands chantiers voisins que sont l’Hôtel de Ville et les arsenaux. Les utilisations recensées semblent résulter de la récupération des rebuts de ces chantiers.

Le sable

  • 146 AD13 364 E 299, fol. 615.

Les sables utilisés dans la confection des mortiers proviennent de diverses sources. Dans certains mortiers, on reconnaît les agrégats du poudingue stampien exploité pour le sable noyé dans le ciment dont ce conglomérat est constitué. Le « bon sable de la mer » est plusieurs fois préconisé dans les prix-faits, parfois associé au « sable de terre » 146 et des fosses à mortier contenant du sable marin ont été retrouvées dans l’Agrandissement. D’autres textes recommandent le sable d’Arenc, quartier périphérique de la ville dont le toponyme est éloquent quant à la nature de son sol, ou encore de « Portugalle », c’est-à-dire provenant de l’anse de Portegalle, au nord de La Major.

2.1.2. La terre cuite (R. Thernot)

  • 147 AD13 360 E 35, fol. 413, daté de 1599.
  • 148 AD13 364 E 299, fol. 615.
  • 149 AD13 364 E 274, fol. 653v.
  • 150 AD13 363 E 250, fol. 393 ; année 1715.

L’usage des céramiques architecturales (mallons/malons d’après maloun, Mistral 1878, p. 258) est évoqué dans les textes du XVIe s. (Amouric et al. 1997), en particulier pour la réalisation de voûtes : « …lad. crotte y entra plus de huict mille mallons… » 147. L’exemple le plus précoce recensé en fouille se situe dans le bourg de Morier, représenté par l’empreinte de carreaux de 20 cm sur 15,5 cm dans la chape de pose. À la fin du XVIIe s., les exemples conservés de terres cuites architecturales sont fréquents, ce à quoi font écho les mentions dans les textes. Les textes signalent les malons de crotte, destinés à l’origine à la confection des voûtes (crotto), les malons de couvert, destinés à recevoir une chappe de plâtre ou de mortier, les malons d’un pan carré (pan-carra Mistral 1878, p. 468) de 24 à 25 cm de côté, ou de terceneau/tiercenal. Le prix-fait que signe en 1696 Pierre Mesnier pour faire construire sa maison précise que les terres cuites doivent venir du quartier de Séon 148, site qui sera celui des tuileries de Marseille au XIXe s. (Leroy 1847). En 1663, un autre prix-fait stipule que « tous les mallons que employera dans toutte la susd. œuvre seront de la fabrique d’Ensues » 149. Dans un prix-fait de 1715, les origines et/ou les qualités des divers types de carreaux et de briques sont précisées : tomettes de Séon, mallons de Tersenal, briques des cloisons en mallons de Chautel 150. Ces mentions ouvrent aux questions de terminologie, laquelle semble encore mouvante à cette période, de même qu’à celle, corollaire, de la normalisation des produits, et enfin à celle des sites de production dont le recensement reste à mener.

Les informations disponibles sur les terres cuites architecturales trouvées en fouille concernent essentiellement les modules (longueurs, largeurs, parfois épaisseurs). Les données techniques – pâte, traitement des surfaces, traitement des bords – sont rarement mentionnées. La mise en correspondance entre la terminologie utilisée dans les textes et les éléments trouvés en fouille, permettant l’établissement d’une typologie, reste difficile à établir.

Les modules carrés

Les carreaux de module carré mesurent de 23 à 24 cm de côté et 1,8 à 3,5 cm d’épaisseur. Couvrant une surface de 0,05 m2 chacun, ils sont utilisés comme revêtements des sols de cave, de locaux de plain-pied et même dans le chevet de la chapelle des Pénitents à côté de la cathédrale. Ils sont prépondérants dans l’Agrandissement avec au moins sept occurrences sur les neuf sols documentés recensés dans ce quartier. Ils sont attestés de la fin du XVIIe s. (cave du quartier du Mazeau) jusqu’au plein XVIIIe s. (réfection du pavement de la chapelle des Pénitents daté de 1731). Ils sont assimilables au « pan carré » produit au XIXe s. par les fabriques de Séon-Saint-Henri, de 23 cm de côté, et épais de 2 cm pour ceux de simple épaisseur et 3,5 à 4 cm pour les carreaux de double épaisseur (Leroy 1847, p. 39).

Les modules rectangulaires de rapport 1/2

  • 151 AD13 361 E 117, fol. 540.
  • 152 Arsenal (nom masculin) correspond à une forme tardive, succédant à deux séries de mots bien disti (...)

Les carreaux rectangulaires de format allongé mesurent de 26 à 27,5 cm de long, de 12 à 13,5 cm de large et 3 à 4,5 cm d’épaisseur. Couvrant chacun une surface de 0,03 m2, ils sont présents dans les sols de cave et de rez-de-chaussée du quartier du Mazeau et de la cathédrale. Les parois de l’une des cuves trouvées dans les caves de l’Hôtel Surian derrière le pavillon Bargemon sont doublées de briques de ce module disposées en panneresses. Dans le rapport d’estime daté de 1734 151 et concernant la parcelle 399 du quartier du Mazeau, une cave est décrite comme étant pavée en partie de « moilon de crotte ». Ce sol carrelé retrouvé en fouille est constitué de carreaux de 26 cm sur 12,5 cm et 3,2 cm d’épaisseur. Ce module de terre cuite est attesté de la fin du XVIIe s. (sol du Logis de la Taulisse) au milieu du XVIIIe s. (sol du Logis du Rozier). Au XIXe s., il a disparu du répertoire dressé par Victor Leroy (ibidem). Peut-être s’agit-il aussi des tierceneaux des textes, qui au XIXe s. d’après Leroy ne mesurent que 23 cm de long, 12 cm de large et de 2 à 4 cm d’épaisseur (ibidem). Cette appellation semble renvoyer au terme provençal et français méridional (tiersenal/tercenal) 152 désignant les arsenaux ou plus précisément les formes de radoub où étaient remisées les galères, sans qu’on puisse dire si cela fait référence au lieu de fabrication ou au lieu où on les a utilisés en grand nombre.

Les modules rectangulaires de rapport 1/1,6

Les éléments mesurant de 24 à 25 cm de long, de 15 à 16 cm de large et de 3 à 4 cm d’épaisseur sont présents dans un tiers des sols étudiés. Les briques mises en œuvre dans les élévations et les voûtes des caves se conforment à ce module, comme les voûtes de la cave du Logis du Rozier sur le Mazeau. La surface des éléments n’est pas parfaitement lissée, favorisant l’accroche du mortier. Leur aspect est d’autant plus notable quand ils sont utilisés comme carreaux au sol, comme dans l’Agrandissement.

Au sol, chaque élément couvre une surface de près de 0,04 m2. Ce module est attesté en fouille de la fin du XVIIe s. au courant du XVIIIe s. L’utilisation de ces éléments pour la réalisation de voûtes semblerait le désigner comme le « malon de crotte ». Au XIXe s., Victor Leroy désigne en effet comme « crottes » les briques de 23 cm de long, 15 cm de large et de 2,2 à 4 cm d’épaisseur.

Les autres modules rectangulaires

Plusieurs formats de briques rectangulaires plus rares ne se rapprochent pas des trois précédemment identifiés. Il est probable que la proximité des sites de production, favorable à l’expérimentation, la multiplicité des ateliers, la diversité de la commande, l’empirisme des pratiques constructives aient conduit à la fabrication de séries limitées ou à l’utilisation inhabituelle d’éléments dans des ouvrages pour lesquels ils n’étaient pas destinés.

Ainsi près de l’Hôtel de Ville on trouve un sol de cave du début du XVIIIe s., revêtu de carreaux de 22 cm de long, 8 cm de large et 3 cm d’épaisseur, dont le module est à rapprocher des « briques murettes » du XIXe s. (ibidem). Les modules 25 cm sur 12,5 cm, ou 12 cm sur 6 cm, égaux à 1/2 mais plus petits que le type courant, ou encore des séries d’éléments de 26 cm sur 14 cm ont été vus une fois chacun pour la réalisation de sols près du Mazeau ou dans l’Agrandissement. Près de la cathédrale, un sol de la maison 7F, mal daté mais postérieur au XVIe s., est habillé de modules de 17 cm sur 13 cm. Près du Mazeau, un lambeau de sol était revêtu de carreaux de 25 cm sur 13 cm épais de 3 cm, portant sur leur face supérieure un décor estampé composé d’un motif cordiforme entourant le mot « bien ». Il ne s’agit pas d’une pose à l’envers laissant apparaître la marque de fabrique car l’envers du carreau, non lissé est bien identifiable comme tel.

Les modules hexagonaux

  • 153 AD13 390 E 236, fol. 240v.
  • 154 AD13 363 E 250, fol. 393, année 1715.

Réputées caractéristiques des sols provençaux traditionnels, les tomettes sont relativement rares dans les secteurs fouillés, si ce n’est dans les niveaux de démolition contemporains. Ces observations laissent penser que ces éléments sont affectés préférentiellement aux sols des étages. Quelques exemples ont toutefois été relevés, témoignant, par leur caractère atypique, des évolutions de cette fabrication dont la standardisation ne semble intervenir qu’au XIXe s. Dans le quartier de l’Hôtel de Ville, un sol de cave daté du XVIIIe s. est revêtu de tomettes de 9 cm de diamètre et de 2,5 cm d’épaisseur, et une autre cave est pavée de navettes avec un fil d’eau en malons rectangulaires. Au même endroit, ont été recueillis en remblai deux modules hexagonaux affectant la forme de navettes de 22 cm de long, et de 11 à 13 cm de large (fig. 80). Ces éléments ont été datés par le mobilier qui leur était associé de la fin du XVIIe s. (Abel 1997, p. 38). Dans les textes, les « malons à six coins » 153 ou « mallons de thomette du cartier de Séon » 154 sont mentionnés au sol des étages.

Fig. 80. Un sol carrelé de «navettes» dans le quartier de la Loge (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 80. Un sol carrelé de «navettes» dans le quartier de la Loge (cl. T. Maziers/Inrap)

Les carreaux vernissés et décorés

Dans le quartier de l’Hôtel de Ville, des carreaux revêtus d’engobe et de vernis, vert et parfois incolore, de format carré de 12,5 cm de côté ont été trouvés dans des niveaux de démolition datés de la fin du XVIIe s., associés aux navettes décrites ci-dessus (Abel 1997, p. 38). Dans le même quartier (parcelle 387), un lambeau de carrelage de la fin du XVIIe s. est composé de carreaux revêtus de vernis jaune de module 25 cm sur 15 cm, qui semblent en situation de remploi car parfois posés à l’envers.

Quasi-absents des vestiges archéologiques du Moyen Âge les carreaux décorés restent extrêmement peu représentés à l’Époque moderne. Dans l’Agrandissement ont été découverts des fragments de carreaux de Delft datés du XVIIIe s. (Abel 2001). Dans la chapelle des Pénitents blancs de la rue Trigance, des fragments de carreaux décorés catalans du XVIIe s. ont été recueillis (Barra 2002). Ces éléments témoignent du raffinement du décor de certains espaces, mais s’éloignent du domaine des matériaux de construction stricto sensu.

Les tuyaux

Les prix-faits évoquent la fourniture de borneaux ou bourneaux pour conduire les eaux hors de la maison depuis les eyguiers. Il s’agit de tronçons de tuyaux en terre cuite vernissés à l’intérieur, de 7/8 cm de diamètre. Dans la rue des Treize-Coins, des canalisations modernes faites de borneaux de 45 cm de long chacun ont été observées.

2.1.3. Les liants et les enduits (R. Thernot)

Les liants sont facilement observables en fouille. Il est en revanche toujours plus difficile de leur faire correspondre des descriptions issues des textes d’archives.

Le mortier

Les mortiers sont souvent confectionnés avec un sable moins grossier qu’au Moyen Âge. Au XVIIIe s., ils sont parfois moins durs et laissent transparaître la couleur jaune ou grise du sable. Lorsqu’il s’agit de créer une chape préparatoire à la pose d’un sol carrelé, le mortier est peu dosé en chaux afin d’absorber les déformations du sol et des murs. Dans les voûtes en briques des caves, on observe parfois, comme dans la cave de la parcelle 357 du Mazeau, l’incorporation de particules minérales dures et noires dont l’origine est inconnue.

  • 155 AD13 362 E 125, fol. 919v, le 4 mai 1672.
  • 156 AD13 363 E 250, fol. 393, année 1715.
  • 157 AD13 364 E 299, fol. 615.

Les prix-faits précisent que le mortier doit être « bon » et fait de « chaux et sable ». Il est utilisé pour hourder les moellons, enduire les murs, dont les façades (« Engranera le carrage à bon mortier, chaux et sable … » 155) et sceller les tuiles (tuilles amourteiras). La qualité du sable à utiliser est parfois précisée et plusieurs prix-faits stipulent que le sable doit être de mer 156. Il arrive que le commanditaire exige que la chaux soit « de tuillière de cette ville » 157.

Le plâtre

  • 158 AD13 360 E 35, fol. 719v.
  • 159 AD13 361 E 117, fol. 540, 1734.
  • 160 AD13 364 E 299, fol. 615.
  • 161 AD13 391 E 406, fol. 199.

Le plâtre est utilisé pour ses qualités de plasticité et d’adhérence. Le plâtre (gip) « blanc » ou « noir » apparaît dans les textes avec le mortier de chaux pour la confection des enduits (« … comme aussy la murailhe du ciel ouvert dault en hault de platre ou de mortier au chois dudit Sieur Médicis… » 158). On le trouve signalé comme matériau au sol « … ladite salle est pavée de platre en mauvais état » 159, ou encore comme bourrage entre les chevrons des planchers pour faire un « solier negat » ou liant des malons de couvert de la toiture « Les couverts seront de briques bien jointes de platre et les tuillères par dessus (…) bien jointes de mortier » 160. Il intervient dans les enduits de giparie qui habillent les intérieurs, les cloisons (bugets), les plafonds, les cheminées et les escaliers à ossature de bois. Le plâtre est dans certains cas préconisé associé à la chaux et au sable pour la confection des enduits intérieurs 161.

Le plâtre blanc et le plâtre noir sont souvent cités conjointement dans les prix-faits montrant que leurs usages diffèrent sur le chantier, mais ces derniers ne sont pas explicités. Il est vraisemblable que le plâtre blanc soit utilisé pour la finition et le noir pour le scellement et le bourrage des ouvrages.

Le plâtre provient « de Corporières » lorsqu’une mention d’origine est préconisée, mais on ne connaît pas pour l’heure la localisation précise correspondante. Sur la carte de Cassini, un lieu-dit « quartier de Carpoulier » apparaît au nord-est du village des Camoins.

Victor Leroy signale la distinction de couleur entre le plâtre blanc de Roquevaire et les plâtres gris des Olives, des Caillols, d’Allauch, ou des Camoins. Hormis Roquevaire plus éloigné, les autres lieux d’extraction de gypse sont donc concentrés dans un rayon de 3 kilomètres à l’est du territoire communal de la ville.

Le mortier hydraulique

  • 162 AD13 360 E 75, fol. 561.
  • 163 AD13 364 E 274, fol. 653v.

Le mortier hydraulique est obtenu par adjonction de tuileau ou de pouzzolane, conférant au mélange une fois sec des propriétés de résistance et d’étanchéité. Ces propriétés résultent des réactions dites « pouzzolaniques » intervenues entre la chaux, les silicates et les aluminates contenues dans l’argile cuite ou la pouzzolane. Ce mortier apparaît sous la dénomination de « batun ou batum » dans les textes. D’après F. Mistral, le batun est un « corroi de mortier battu » (Mistral 1878, p. 247). Parfois la poudre de tuileau ou de pouzzolane semble être désignée sous ce nom puisqu’il est cité dans l’énumération des matériaux à fournir. Le mélange est utilisé pour le revêtement interne des cuves et l’isolation des ouvrages exposés à l’humidité. Ainsi dans le prix-fait conclu entre un certain Antelme et le maçon pour des travaux dans le logis de la Taulisse, il est stipulé que la cour sera recouverte de ce type de mortier (« … réparé le pavé dud. ciel ouvert avec du battum pour empecher que les eaux pluviales ny croupissent … » 162). La chapelle des Pénitents à côté de la cathédrale voit ses fondations revêtues d’une couche de mortier de pouzzolane pour lutter contre l’humidité. Les cuves à huile sont enduites de batum 163, à l’instar de celles revêtues d’enduit de mortier de tuileau, retrouvées dans l’une des caves des maisons de la rue de Olives.

2.1.4. Le bois (R. Thernot)

Les informations concernant l’usage du bois dans la construction moderne sont d’ordre différent suivant qu’elles proviennent de la fouille ou de l’étude des textes. Sur les sites, c’est essentiellement la présence de pieux sous les fondations et de dispositifs d’étaiement des murs de soutènement qui est relevée. Les fondations sur radier de blocs de pierre reposent dans certains cas sur des semis de pieux destinés à stabiliser les sols, particulièrement sur les terrains instables proches du port. Le creusement des caves en sous-œuvre impose la mise en place de systèmes d’étaiement provisoire mais dans certains cas, la construction des murs de soutènement intègre des bois noyés dans le blocage.

  • 164 Pin d’Amérique du nord, côte est (détermination F. Guibal, IMEP), Sillano et al. 2007a, p. 111.

Dans les documents d’archives, c’est l’origine et l’usage des bois qui sont décrits pour les ouvrages de charpenterie et de menuiserie. Les dénominations du bois de charpente dans les prix-faits concernent l’essence avec le bois de sap, mentionné fréquemment pour les poutres, et le bois du Rauve ou bois de Rones, transporté par flottage. Les travettes (traveto) posées sur les poutres sont en pin. Le noyer est cité pour la menuiserie des portes et des fenêtres, plus fréquemment réalisée en « bois blanc », dans un rapport de proportion de un à six. Le chêne et le mesle (mélèze), très rarement cités, sont aussi employés dans la menuiserie. À noter aussi l’utilisation de pieux importés de pitch pin 164 sous une fondation de façade de la rue Sainte-Claire, au nord de la ville.

2.2. Les techniques de constructions modernes (R. Thernot)

Les techniques employées dans la construction sont variable suivant la nature des espaces et, bien sûr, des matériaux employés.

2.2.1. La maçonnerie

On distinguera ici les techniques employées dans les fondations des immeubles et le travail en élévation qui nécessite un soin plus important dans la mise en œuvre.

Les fondations

Les fondations modernes sont construites soit en blocage, soit en grand appareil. La préexistence de fondations plus anciennes dont la solidité ou la largeur ne sont pas compatibles avec la nouvelle construction, et l’instabilité du sol, sont les deux principales contraintes techniques que les constructeurs ont à affronter. Dans le premier cas, deux solutions se présentent : la reconstruction complète après démolition, ou la mise en place d’un radier de grand appareil de largeur adaptée posé sur l’ancienne fondation, éventuellement soutenu par des pieux de bois. Dans le second cas, c’est également la solution du radier de blocs posé sur un semis de pieux enfoncés dans le sol qui est adoptée.

Les fondations en blocage font appel à des éléments très hétéroclites, en particulier des remplois de pierres récupérées lors de démolitions. Le mortier est souvent de faible dureté. La construction en tranchée se traduit souvent par une alternance d’assises de moellons bruts et de lits de mortier débordants. La reconstruction de la maison de Catherine Vias en 1668 près du Mazeau implique d’après le prix-fait la mise en place de fondations nouvelles après démontage des anciennes, mais cette reconstruction totale n’a semble-t-il pas été effective (cf. infra § II, 2, 3.4.8.). Dans l’Agrandissement, des fondations de la fin du XVIIe s. sont construites en blocage parementé de façon irrégulière, à l’exception d’un mur dont la fondation est assisée. Dans le cours du siècle suivant, les fondations sont toujours fréquemment en blocage enduit.

Les radiers de blocs sont formés par une file d’éléments en pierre de La Couronne, jaune ou rose taillés, larges de 50 à 60 cm et épais de 25 cm en moyenne, posés en panneresses-parpaings. Ils reposent sur des fondations médiévales, comme sur la parcelle 401 du quartier du Mazeau, ou sur une file de pieux de bois, comme cela a été pratiqué sur la parcelle 373 du même secteur (fig. 81). Sur ces arases sont construites des maçonneries comportant le plus souvent un parement en grand appareil et un blocage lié au mortier, enduit à l’intérieur.

Fig. 81. Coupe sur une fondation moderne en blocs taillés reposant sur des pieux en bois (DAO B. Sillano/Inrap)

Fig. 81. Coupe sur une fondation moderne en blocs taillés reposant sur des pieux en bois (DAO B. Sillano/Inrap)

Dans l’Agrandissement, les fondations de l’auberge du Petit Saint-Jean, mise en place dans le cours du XVIIIe s., se distinguent par la qualité de leur construction. Un puissant radier de blocs de calcaire de La Couronne est installé en fond de tranchée et reçoit une fondation maçonnée large de 1 m, liée avec un mortier dur. Un puits antérieur est enjambé par un arc de décharge en grand appareil relié au radier (fig. 82).

Fig. 82. Arc de décharge sur un puits de l’Alcazar (cl. T. Maziers/Inrap)

Fig. 82. Arc de décharge sur un puits de l’Alcazar (cl. T. Maziers/Inrap)
  • 165 AD13 360 E 33, fol. 296, 1597.
  • 166 AD13 393 E 82, fol. 715.
  • 167 AD13 390 E 236, fol. 191.

Dans les textes, les précisions sur les fondations sont laconiques et se limitent à la recommandation du principe de « fonder sur le ferme » et à mentionner une épaisseur de mur ou la profondeur totale. Ainsi on peut lire que le maçon doit « … bastir de pierre de tailhe le caraige de lad. maison depuis le fondement jusques a la seconde codière et plus hault sy bon semblera audict Reynaudet comme aussy le coing dicelle dhault en haut jusques au thoect sive couvert de la ditte maison de la dite pierre de tailhe. Lequel fondemens la prendra jusques au ferme mesmement sur le coing … » 165. Au XVIIe s., les notations ne sont pas plus précises : « se fera une autre murette au maguesin de la guirlande pour la séparation de la montée, laquelle murette seslevera jusques au couvert qui sera fondue sur le ferme et despesseur suffisante … » 166. En 1675, un maçon doit ancrer les fondations d’une maison de l’Agrandissement à 10 pans (2,5 m) de profondeur 167. Les fondations retrouvées sur la parcelle concernée ne semblent pas correspondre à la prescription du prix-fait.

Les élévations

Les élévations sont construites en maçonnerie parementée en grand appareil ou en blocage enduit de mortier. Le blocage interne fait appel à des moellons et des cailloux non retouchés nommés (pierre) pastouire (pastouiro = moellons/blocage de moellons, Mistral 1878, p. 496), utilisables uniquement noyés dans le mortier. C’est dans le blocage que sont recyclés les matériaux extraits des ouvrages démolis.

  • 168 AD13 393 E 87, fol. 580.

Dans la maison de Catherine Vias, rue de la Guirlande, le maçon doit monter en façade des murs parementés d’un pan de pierre de taille et d’un pan de maçonnerie 168 et c’est effectivement un parement de blocs taillés de tuf, de grès et calcaire de La Couronne, qui a été mis en place à l’extérieur et un blocage à l’intérieur, pour une largeur totale de 50 cm.

  • 169 AD13 364 E 299, fol. 615.

Le prix-fait précise parfois l’épaisseur et la diminution de celle-ci en fonction de la hauteur. Ainsi en 1696, Pierre Mesnier exige que les murailles aient « deux pans despesseur montées en diminuant de ung dousième de pan par canne de bonne pierre de roche de la garde aux fondements, avec de bon mortier dont le sable sera de la mer enduitte dedans et dehors et la chaux des enduis sera de tuillière de cette ville … » 169.

  • 170 AD13 362 E 125, fol. 919v.
  • 171 AD13 390 E 236, fol. 240v : prix-fait pour Alexandre Evesque contre Jean Bonnet.

Les façades en blocage sont enduites de mortier et le terme « engrana » exprime cette action. Pour l’intérieur, les contractants utilisent le mot « aplaner » (aplana : lisser/Mistral 1878, p. 112) pour désigner l’action de lisser au plâtre ou au mortier les murs : « Engranera le carage à bon mortier, chaux et sable tout le dedans de lad. maison aplané à point de blanchir » 170 ; « toutes les murailles seront aplanées par dedans et le carage engrané par dehors » 171.

  • 172 AD13 361 E 62, fol. 100v.

Les façades ou parties de façade en pierres de taille sont construites avec parcimonie. Ainsi, le maçon Jean Bonnet doit-il construire sur le Cours une maison pour François Chaurousset en 1675 172 dont « tout le carage du cousté du cours sera de pierre de tailh conforme a lad. maison des pères missionaires et le carage du couste de lad. rue Saint Jean sera de pierre de tailh jusques au premier courdon de coudière ensemble tous les fenestrages et contours de coudières de chaque estage dud. cousté de la rue seront aussi de pierre de tailh et le reste dud. carage sera de pierre chaux et sable … ». La façade la plus en vue est entièrement en pierres de taille, tandis que la façade sur la rue adjacente en pierres de taille au rez-de-chaussée est enduite au niveau des étages. Seuls les encadrements de baies doivent être tous en pierre. Sur des artères de moindre importance, la même hiérarchie est retrouvée comme dans la maison faisant le coin de la rue de la Guirlande et de la rue de la Taulisse que fait reconstruire Catherine Vias en 1668.

  • 173 AD13 351 E 962, fol. 719.
  • 174 AD13 391 E 383, fol. 214.

Dans d’autres situa9tions plus modestes, seules les « coudières » –les appuis– sont en pierre mais les « fenestres faictes d’une croizière et demi de masonnerie et giperie » 173. Enfin, les coudières aussi peuvent être réalisées en plâtre additionné de tuileau « à façon de tailhe, et ce de bon gip avec du battum s’entend toute la largeur de lad. maison » 174. La pierre de taille utilisée doit être neuve.

2.2.2. Les sols

Deux grandes catégories de sols « construits » ont été observés : les sols à galets (« calades ») et ceux avec des carreaux de pavement.

Sols caladés

Certains sols de caves et de rez-de-chaussée sont revêtus d’un pavage de cailloux et de galets nommé « calade » (fig. 83). Ce mode de revêtement d’origine médiévale perdure jusqu’à XIXe s. comme en témoignent deux exemples de sols de rue retrouvés dans la rue Four-du-Chapitre. Toutefois, les calades des caves et des rez-de-chaussée tendent à être remplacées à la fin du XVIIe s. par les sols carrelés.

Fig. 83. Exemple de sol caladé dans le quartier de la Loge (parcelle 386) (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 83. Exemple de sol caladé dans le quartier de la Loge (parcelle 386) (cl. M. Derain/Inrap)

Sols carrelés

Un des exemples les plus précoces de sol en terre cuite recensés à l’Époque moderne semblerait être dans le bourg de Morier, un sol postérieur au XVIe s. et antérieur au milieu du XVIIe s., dont il ne reste que les empreintes affichant un module de 20 cm sur 15,5 cm (parcelle 20, cf. infra § II, 3, 3.1.3.). La récupération des éléments ne permet pas d’assurer qu’ils étaient en terre cuite, cependant les dimensions sont compatibles avec ce matériau, plus qu’avec des dalles de pierre. Un autre se trouve sur la place du Petit-Mazeau, des carreaux de 26 cm par 12,5 cm et 3 cm d’épaisseur, d’une datation peu assurée mais ancienne (espace 6, cf. infra § II, 2, 3.1.). Les autres sols carrelés retrouvés se mettent en place entre la fin du XVIIe s. et le XVIIIe s. dans les rez-de-chaussée et les caves, remplaçant les calades et les sols en terre battue.

  • 175 AD13 360 E 72, fol. 360.

Le sol d’une tarasse au dernier étage de la maison construite en 1637 près du Mazeau est logiquement recouvert de malons 175.

2.2.3. Les escaliers

  • 176 AD13 353 E 95, fol. 76.

Les visettes (visèto : escalier en limaçon, Mistral 1878, p. 1133) désignent des escaliers dans les prix-faits. Il s’agit en principe d’escaliers en vis de tradition médiévale, mais vraisemblablement parfois d’escaliers rampes sur rampe comme l’indiquent les mentions de balustres, de longueurs et largeurs. Les deux solutions sont économes en espace et en matériaux. Ils sont construits en bois et en maçonnerie le plus souvent de plâtre mais parfois en pierre de taille. La main courante et les balustres sont également en pierre ou en giparie. Les contremarches des parties maçonnées sont revêtues de bois. La volée de marches qui descend à la cave est en pierres de taille afin de résister à l’humidité (fig. 84), de même que la partie d’escalier naissant au rez-de-chaussée car étant « a veue de la porte sera en pierre de tailhe. ». Sur la parcelle 360 du quartier du Mazeau, on monte à l’étage par quatorze marches dont sept en pierre et sept en giperie et on descend à la cave par des marches en pierre 176. Le nombre de marches entre les étages est en moyenne de quatorze à seize pour les étages inférieurs, y compris la cave, le dernier étage étant plus bas, onze ou douze degrés sont parfois suffisants.

Fig. 84. Départ d’escalier en pierre de taille dans une cave du quartier de la Loge (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 84. Départ d’escalier en pierre de taille dans une cave du quartier de la Loge (cl. M. Derain/Inrap)

Rares sont les mentions d’escaliers comptant plus de vingt degrés entre les étages. Les parcelles 394 ou 399 de la rue de la Guirlande où s’établissent de vastes et riches demeures comportent respectivement vingt et vingt-quatre marches pour rallier le premier étage, signalant l’opulence des commanditaires qui peuvent –et doivent– tenter de rapprocher leur résidence du modèle de l’hôtel aristocratique avec sa cage d’escalier monumentale.

Les fouilles ont livré des escaliers de cave, généralement en pierre de taille de La Couronne, ainsi que, dans des remblais de démolition, quelques marches en pierre portant noyau. Les hauteurs relevées sont de l’ordre de 0,20 m, ce qui semble correspondre aux hauteurs d’étage de douze pans (3 m) à quatorze pans (3,5 m) des maisons courantes indiquées dans certains textes.

2.2.4. La charpenterie et la couverture

  • 177 AD13 391 E 406, fol. 162v.

Point d’ouvrages de charpenterie complexes à Marseille, mais des planchers et une toiture construits suivant la même technique : poutres ancrées dans les murs mitoyens soutenant les travettes (bois d’enfûtage) qui reçoivent la chape de mortier ou de plâtre sur laquelle sont éventuellement posés les carreaux ou les tomettes. En toiture, les travettes sont recouvertes de malons de couvert plâtrés ou de planches (tables dans le rapport de future cautelle 177) et de tuiles scellées au mortier. Les calamands (calaman = poutre, Mistral 1878, p. 423) ou sommiers, les pannes de toiture et les solives de plancher, sont « ronds d’une main ouvert » (soit un pan ou 25 cm), ou « carrés dung pan et quart dhauteur et une main ouvert d’épaisseur » (soit 32 cm de haut et 25 cm de large environ). Les poutres sont distantes de 1,5 m entre elles. Le dénombrement de deux à six poutres par niveaux correspond aux longueurs des bâtiments variant entre 4,5 m et 10 m de profondeur. La cherté du bois conduit à utiliser aussi les dosses, pièces sujettes aux déformations, nommées escoudens dans les textes du XVIIe et du XVIIIe s., comme bois d’enfûtage.

2.2.5. Les caves

La construction des caves se généralise à l’Époque moderne. Les maisons nouvellement construites en possèdent presque toute une et les maisons anciennes s’en dotent grâce à des techniques de construction en sous-œuvre.

  • 178 AD13 393 E 82, fol. 715.

Dans les constructions nouvelles, le creusement d’une cave nécessite la mise en place d’étaiement des terrains riverains de l’excavation. Ainsi dans le prix-fait signé par Mathieu de Madières avec Toussaint Simian en 1662 pour la reconstruction de sa maison, il est précisé que le maçon « apontellera et soubstiendra lesdits bastiments et ceux des voisins sy besoing et affin qu’il ne puissent souffrir ni arriver perils ni dommages et respondra du tout de son propre, … » 178 (apountela = étayer, Mistral 1878, p. 114). On relève plusieurs exemples de murs de soutènement en maçonnerie ennoyant des pieux parfois reliés par des pièces horizontales (fig. 85). Les murs sont construits par bandes parallèles verticales de 0,50 à 1,30 m de large. Les pièces d’étaiement dont le négatif apparaît dans le mortier sont des bois de section rectangulaire ou carrée de 10 à 15 cm de côté.

Fig. 85. Série de pieux en bois noyés dans le blocage d’un mur de cave

Fig. 85. Série de pieux en bois noyés dans le blocage d’un mur de cave

Témoignant des dispositifs d’étaiement lors de la construction en sous-oeuvre des caves (cl. M. Derain/Inrap)

L’exemple de creusement de cave en sous-œuvre le plus révélateur de la procédure est fourni par une cave inachevée située dans le quartier de l’Hôtel de Ville, à l’angle de la rue de la Guirlande et de la rue de la Taulisse (cf. infra § II, 2, 3.3.6.). Dans un premier temps, des puits permettant la construction de piliers en grand appareil ont été creusés à la périphérie et au centre de la parcelle. Ensuite, des arcs de décharge en grand appareil ont été lancés entre les piliers sous les murs de refend (fig. 86). Après la construction de tous les éléments assurant la reprise des descentes de charges, le volume de la cave peut être excavé et les bermes sont stabilisées avec des murs de soutènement en blocage. Dans le cas présent seul un tiers de la surface de la cave a été creusé, laissant inachevés les travaux des autres secteurs.

Fig. 86. Arc de décharge construit en prévision du creusement d’une cave inachevée sur la fouille de la place Bargemon (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 86. Arc de décharge construit en prévision du creusement d’une cave inachevée sur la fouille de la place Bargemon (cl. M. Derain/Inrap)
  • 179 AD13 360 E 72, fol. 360.

Les extensions de caves sous la rue sont également l’occasion pour les maîtres maçons de faire preuve de leurs compétences. Ces travaux qui empiètent sur l’espace public sont vraisemblablement encadrés par des réglementations qui limitent à la moitié de la largeur de la rue la longueur de l’extension, comme le laisse entendre en 1637 un prix-fait qui précise que pour la construction d’une cave « l’entrepreneur prendra de toute parts et jusques a demy rue comme il est permis » 179.

Ces travaux impliquent la mise en place d’un arc de décharge en grand appareil à l’aplomb de la façade sur rue. Ensuite est effectué le creusement de l’extension avec confortement des terres, la mise en place d’une voûte et d’une trémie affleurant au niveau de circulation. Ces extensions sont motivées par la possibilité d’ouvrir le volume de la cave directement sur la rue, et de transférer des charges sans passer par le rez-de-chaussée et l’escalier. Modification d’activité, difficulté d’entretien des structures exposées aux infiltrations et à la circulation, ou nouvelle réglementation, quel que soit le motif, elles sont toutes remblayées dans le cours du XVIIIe s.

Les caves retrouvées sont toutes voûtées même si des indices laissent penser que des planchers ont pu en couvrir certaines, en raison du niveau de leur sol primitif plus élevé. Les voûtes en berceau ou à pénétration sont en briques et reposent sur des impostes et des culots ancrés dans les murs ou sur des piliers axiaux et les murs d’échiffre des escaliers d’accès (fig. 87).

Fig. 87. Extrados d’une voûte d’arêtes en briques sur une cave (cl. M. Derain/Inrap)

Fig. 87. Extrados d’une voûte d’arêtes en briques sur une cave (cl. M. Derain/Inrap)

Dans les caves, les sols – caladés ou carrelés - sont dotés de deux contrepentes convergeant vers un fil d’eau central lui-même en pente, conduisant les eaux de ruissellement – infiltrations ou épandages accidentels – vers une auge monolithique placée contre l’un des murs. Ce dispositif est signalé à Aix-en-Provence dès le XV e s. où il est cité dans les prix-faits comme d’origine piémontaise (Bernardi 1995, p. 366-367).

2.3. La baie et son évolution (R. Thernot avec la coll. de M. Vacca Goutoulli et L. Duval)

Les principaux chantiers de fouille marseillais ont abordé le bâti médiéval et moderne après une phase de dérasement des élévations, chacune d’origine différente : restructuration urbaine du second empire autour de la cathédrale, destructions au cours de la seconde guerre mondiale pour le quartier du Mazeau, et démolition récente pour l’îlot de l’Alcazar. Ces dérasements ont bien évidemment fait disparaître les façades des bâtiments étudiés. Cependant des blocs provenant d’anciennes façades démontées avaient déjà fait l’objet de remplois dans de nouvelles structures épargnées et livrent indirectement des informations sur des bâtiments effacés du paysage urbain depuis longtemps (fig. 88). Les maisons du quartier du Mazeau fournissent ainsi trois exemples de baies caractéristiques de l’évolution des formes du décor et des techniques de stéréotomie entre la fin du Moyen Âge et l’Époque moderne. La situation en remploi des blocs, offrant la possibilité de démonter les structures et d’observer les blocs sur toutes leurs faces, ouvre à une approche associant l’étude des techniques et celle des formes.

Fig. 88. Trois baies provenant de façades démolies (DAO R. Thernot/Inrap)

Fig. 88. Trois baies provenant de façades démolies (DAO R. Thernot/Inrap)

2.3.1. La baie dans les documents d’archives

Dans les documents d’archives, les mentions concernant les fenêtres se résument à une typologie déclinant les fenêtres à crozières/croisières correspondant aux fenêtres à quatre formes, avec meneau et croisillon, éléments de remplage désignés sous le nom de crousillon, et les bastardes plus petites, sans doute sans remplage. Le remplage de pierre peut être remplacé par une armature de menuiserie avec quatre volets intérieurs qui constituent « une fermure de bois blanc à quatre jours ». Les dimensions des fenêtres à quatre formes, souvent carrées, sont de l’ordre de six à sept pans soit 1,50 m à 1,75 m. Les baies de moindre dimension mesurent de deux et demi à quatre pans (0,62 à 1 m) de large et de quatre à six pans de haut (1 à 1,5 m). Parfois, des fenêtres larges de six pans et hautes de quatre sont citées et sont dotées de fermures à deux jours.

  • 180 AD13 393 E 87, fol. 580.

Les fenêtres sont plus rarement dites « à la romaine » ou « à l’italienne ». Dans la maison que fait construire Catherine Vias à l’angle de la rue de la Guirlande et de la Taulisse en 1668, les fenêtres sont « à la romaine » et au dernier niveau « en fasson de luquerne » sous la corniche de pierre « avec ses architectures » 180, révélant une influence de l’architecture baroque avec ce dernier étage en attique que l’on retrouvera sur l’Hôtel de Ville (1666/1673) et les maisons du cours, édifices conçus sous l’impulsion des frères Puget.

2.3.2. La baie à meneau et croisillon de la fin du Moyen Âge

Dans les murs de la cave de la parcelle 373 (cf. infra § II, 2, 3.4.1.), ont été recueillis plusieurs fragments en remploi appartenant à une série cohérente de baies à quatre formes : meneau, croisillon, piédroit, linteau (fig. 89). Le meneau central, large de 8 cm et profond de 13 cm, comporte à l’instar du croisillon une feuillure à l’intérieur, et une moulure en tore formant une colonnette à l’extérieur. Sur un socle rectangulaire, la base de la colonnette est de section hexagonale. Le fût cylindrique de celle-ci d’un diamètre de 5 cm se détache du meneau par l’intermédiaire d’une gorge à profil en cavet. Le piédroit est composé d’un corps de moulures complexe dont la partie principale en tore répond à la colonnette du meneau. Le décor de cette fenêtre semble pouvoir être rattaché au XV e s. ou au début du XVIe s. car la présence de tore est peu fréquente dans le cours du XVIe s. où les moulures deviennent plus anguleuses. Les éléments en calcaire rose à grain fin sont taillés soigneusement et sont revêtus d’un badigeon blanc sur les parties exposées.

Fig. 89. Reconstitution de la fenêtre de l’Hôtel de Remezan d’après les blocs en remploi (cl. R. Thernot/Inrap)

Fig. 89. Reconstitution de la fenêtre de l’Hôtel de Remezan d’après les blocs en remploi (cl. R. Thernot/Inrap)

2.3.3. La baie à meneau et croisillon moderne

Dans une cave située à l’angle de la rue des Olives et de la rue de la Prison, un dépôt de plus de cent blocs architecturaux en attente de remploi a été partiellement dégagé (cf. infra § II, 2, 3.4.2.). Parmi les blocs conservés, se trouvent plusieurs éléments provenant d’un même type de baie. Il s’agit également d’une baie à quatre formes, avec un remplage composé d’un meneau et d’un croisillon. L’appartenance à une même série d’ouverture est déterminée par l’identité du matériau utilisé et du décor porté par les piédroits et les meneaux. Le matériau est un calcaire burdigalien de couleur rose soutenu, dépourvu de coquilles de grandes dimensions, fin et bien cimenté, apparenté à la production des carrières de Carro ou du Baou Tailla, près de La Couronne. Les blocs dans lesquels ont été taillés les piédroits ont pour module 58 cm de long, 37 cm de profondeur et 22 cm de large. Le meneau subsistant mesure 68 cm de haut, 20 cm de profondeur et 18 cm de large. Les faces sont soigneusement taillées et les traces d’impact d’outils discrètes, même sur les lits d’attente et de pose où seules des marques de taillant brettelé apparaissent. Des tracés à la pointe sont visibles à l’arrière du meneau, en lien avec la taille de celui-ci ou peut-être avec la pose des menuiseries. La mouluration est sobre, composée d’un bandeau plat encadré par deux réglets saillants sur les meneaux. Sur le piédroit, la moulure est formée par un réglet et un cavet. Les piédroits sont dotés d’une feuillure et forment un ébrasement vers l’intérieur. Les meneaux sont dépourvus de feuillure, mais portent des mortaises qui pourraient traduire le scellement d’une menuiserie plaquée sur leur face interne. Un appui de fenêtre portant une moulure composée d’un larmier à profil en doucine surplombant un bandeau saillant et un cavet, pourrait correspondre à une baie identique.

Ce type de baie au décor simple renvoie à des exemples courants dans l’architecture locale de la fin du XVIe et du XVIIe s., avant que les remplages de pierre ne soient remplacés par des ouvrages de menuiserie (Massot 1992, p. 65). Un tableau représentant une vue du quai de l’Hôtel de Ville pendant la peste de 1720 montre que les bâtiments entourant la mairie se conforment à ce modèle, désigné sous le nom de crozières dans les prix-faits (fig. 90).

Fig. 90. L'Hôtel de Ville pendant la peste de 1720 (tableau de Michel Serre, Musée des Beaux-Arts, Marseille)

Fig. 90. L'Hôtel de Ville pendant la peste de 1720 (tableau de Michel Serre, Musée des Beaux-Arts, Marseille)

2.3.4. La baie en arc plein cintre avec arrière-voussure

La diffusion dans l’architecture civile d’ouvrages où les techniques complexes de taille de la pierre et de clavage sont développées afin de dégager de vastes volumes ou de larges ouvertures, ou plus simplement pour manifester le prestige des propriétaires, génère de nouvelles modes architecturales. Les chef-d’œuvres de stéréotomie comme la voûte plate de l’Hôtel de Ville d’Arles restent l’exception, néanmoins ils suscitent un engouement pour la prouesse technique, relayé par la diffusion de manuels qui popularisent des modèles d’ouvrages de stéréotomie, comme celui de Mathurin Jousse en 1642, Le secret d’architecture découvrant fidèlement les traits géométriques, couppes et dérobemens nécessaires dans les bastimens. Issue des savoir-faire développés par les tailleurs de pierres au Moyen Âge dans le sud-est, avec en particulier la célèbre vis de Saint-Gilles, l’art de la stéréotomie gagne Paris à la fin XV e s. La prépondérance culturelle de la capitale du royaume au cours des siècles suivants incite les provinces à adopter les modes parisiennes et en Provence à redécouvrir l’usage de la stéréotomie dans l’architecture (Pérouse de Monclos 1983).

Dans l’habitat privé, ces techniques sont exploitées dans la construction des escaliers à jour central et dans celle des baies. Les baies à couvrement clavé, rendant le meneau inutile, peuvent prendre des formes variées, signant l’adoption des modèles relevant de l’architecture classique ou baroque. Les arcs extérieurs des portes et des fenêtres se diversifient : plates-bandes appareillées, segments d’arcs ou arcs en plein cintre sont répartis dans les divers niveaux en lien avec la superposition des ordres. À l’intérieur des pièces, ces couvrements sont associés à des arcs plus ouverts couvrant l’embrasure. La présence des grands vantaux en menuiserie de ces fenêtres sans remplages, le souhait de laisser pénétrer la lumière, rendent nécessaire à la fois l’ébrasement des embrasures et la surélévation des soffites. Les deux arcs différents, intérieur et extérieur, sont reliés par une surface gauche formant une arrière-voussure. Ils ne sont plus juxtaposés comme auparavant. Une typologie des arrière-voussures est établie, déclinant les associations possibles des trois formes d’arc –arasé, segmentaire et plein cintre– sur les deux faces du mur : arrière-voussure de Saint-Antoine, de Marseille et de Montpellier. L’« arrière-voussure de Marseille », associe en façade un arc plein cintre à un arc segmentaire à l’intérieur. Les deux segments de cercle sont reliés par une surface hyperboloïdale. Ces volumes géométriques théoriques sont découpés en autant de voussoirs que nécessaire. Les joints convergents des voussoirs assurent le clavage de l’ouvrage.

Une série de claveaux en pierre de La Couronne, provenant d’une même façade, a été retrouvée dans les remblais de démolition de la place Villeneuve-Bargemon et en remploi dans certains murs de cave (parcelle 387). Les éléments sont tous taillés dans une pierre à grain fin, de teinte rose soutenu, présentant une fermeté autorisant la mouluration et la sculpture. Les éléments observés sur toutes leurs faces permettent de reconstituer le processus allant de la taille des blocs jusqu’à leur mise en œuvre. Les blocs ont à l’origine un module minimal de 60 cm de long, 32 cm de large et 30 cm de hauteur et un autre de 60 x 22 x 22 cm. Les traces liées à l’extraction ont disparu en raison du travail de taille effectué. Les faces cachées portent des impacts de taillant brettelé et les faces visibles avec leurs moulures sont finies à la ripe. Des tracés préparatoires incisés à la pointe pour la taille des feuillures et l’épannelage du corps de moulures sont présents sur les lits de pose. Sur les lits de pose ou d’attente sont creusés des abreuvoirs permettant la bonne répartition du mortier et l’expulsion des excès de liant défavorables à la finesse recherchée des joints. Ces canaux sont creusés en forme de patte d’oie ou en réseau croisé à l’aide d’un marteau taillant brettelé, au ciseau ou à la broche. Le réseau d’abreuvoirs débouche à l’extrados.

Deux des claveaux proviennent d’un même type de baie, couverte d’un arc plein cintre en façade et d’un arc segmentaire à l’intérieur, formant sur l’embrasure une arrière-voussure de Marseille. Le décor est constitué par une archivolte composée de haut en bas d’un tore à profil asymétrique, puis d’un canal plat et enfin d’une gorge à profil également asymétrique. La restitution du cercle complet, d’un diamètre de 99 cm, et le rythme des joints séparant les voussoirs offre l’image d’un ensemble cohérent. Cette restitution est très proche du modèle présenté par Mathurin Jousse (Jousse 1642, p. 208, fig. 104) dans son traité. On y retrouve les mêmes proportions et le même calepinage des claveaux.

Dans l’architecture marseillaise des XVIIe et XVIIIe s., les fenêtres couvertes en plein-cintre ne sont pas rares à l’étage noble. La maison située au n° 17 rue des Convalescents, avec ses quatre travées de baies en plein-cintre au premier étage, celle du n° 32 rue des Chapeliers (Durousseau 1990), ou l’hôtel du n° 56 rue Paradis (Gloton 1992), témoignent du goût marqué localement pour cette forme de baie quasiment absente dans d’autres villes de la province.

3. Le projet de chantier de construction (C. Castrucci)

Alors que les aspects techniques sont connus principalement par l’archéologie, le déroulement du chantier lui-même reste liée à des documents écrits que l’on connaît bien pour la période moderne.

3.1. Rapports de future cautelle et prix-faits

Deux types d’actes notariés ont soutenu nos recherches sur les chantiers de fouille marseillais : les rapports de future cautelle et les prix-faits. Ils nous ont apporté nombre d’informations sur les maisons découvertes en fouille et sur celles qui leur étaient immédiatement proches. C’est pourquoi il a paru nécessaire de présenter ces documents et leur contenu ainsi que leurs protagonistes et les circonstances de leur mise au point.

Dans le déroulement des événements, le rapport de future cautelle ou de future précaution est établi très fréquemment au profit du nouvel acquéreur à la suite d’une vente. Passé devant notaire, il permet au nouveau propriétaire de se prémunir contre une surévaluation. Ce document est un véritable rapport d’estime, dressé par deux experts, en présence du nouveau propriétaire –et de l’ancien s’il le désire– qui décrit l’ensemble de l’immeuble, étage par étage jusqu’au toit, tant dans son agencement que dans son mode de construction. La visite de la maison est alors faite pièce par pièce, dont on précise la plupart du temps l’orientation, les dimensions, les matériaux de construction utilisés, les éléments contenus dans chacune d’elles, la décoration le cas échéant et l’état dans lequel elle se trouve. Quelquefois la valeur est aussi précisée : lorsque c’est le cas, une comparaison entre le prix payé lors de l’achat et le prix de l’évaluation est possible pour l’historien. Ces documents sont les plus précieux pour la connaissance de l’habitat privé aux Temps Modernes car ce sont eux qui fournissent les éléments les plus nombreux. Ils situent le bien décrit ou renvoient à l’acte d’achat qui a suscité le rapport qui, lui, en donne la localisation et les confronts. Bien qu’il faille tenir compte des exagérations possibles des experts dans leurs descriptions concernant l’état dégradé des immeubles, ces états des lieux sont tout de même l’occasion d’avoir un panorama assez précis des habitations (cf. annexe 3).

Les prix-faits ou contrats de construction viennent en général à la suite de ces expertises. Et lorsqu’on a l’opportunité d’avoir les deux actes –rapport et prix-fait– passés chez le même notaire, on saisit alors un moment dans l’évolution d’un immeuble. Souvent le nouveau propriétaire a fait appel à un autre notaire pour recevoir le prix-fait, si bien que la recherche des uns comme des autres actes nécessite un dépouillement systématique de nombreux registres afin de tenter de retrouver le rapport qui correspond à tel prix-fait ou vice-versa.

  • 181 À Paris, où la Chambre des Bâtiments contrôle et protège les métiers du bâtiment, le seul fait, p (...)
  • 182 Nombre de ces prix-faits mentionnent une « besoigne » à faire « conformément est representé sur l (...)

Néanmoins la lecture des seuls prix-faits ne suffit pas à donner une idée précise d’une maison car ceux-ci ne mentionnent que les travaux à effectuer. Parfois établis pour la simple réfection d’un mur mitoyen, ou d’une partie quelconque de l’habitation, mais aussi pour des reconstructions totales, ils mettent en présence un commanditaire et un artisan chargé d’effectuer des travaux dont on précise les éléments, les délais à respecter et les prix fixés 181. Cependant seul un corpus important de ces textes permet une étude approfondie, car le contenu des renseignements n’est pas homogène d’un prix-fait à un autre. Non seulement à cause de la variété des travaux à réaliser mais aussi par manque de normalisation dans la manière de les décrire. Pour exemple, on citera des expressions fréquemment rencontrées comme « à l’ordinaire », « de l’espesseur necessere » ou « selon la coutume » toutes allusions à des pratiques connues de l’époque mais qui ne sont pas décrites dans le texte en question et qui pourront l’être dans d’autres. Par ailleurs, de nombreux éléments font défaut et notamment le plan ou « dessaing » auquel il est parfois fait référence, qui accompagnait l’acte, mais qui a disparu 182. Aucune superficie n’est spécifiée dans les textes qui ont fait l’objet de cette analyse. On ne connaît donc que très rarement la hauteur exacte d’une façade à élever, d’une « muraille maistresse » à rénover, d’une vizette à construire.

Au-delà donc de la nécessaire lecture critique et même si beaucoup d’éléments que nous aimerions connaître font défaut, les prix-faits sont un élément essentiel pour la connaissance de la construction car ils détiennent les éléments qui permettent de reconstituer les pratiques liées à la construction. (cf. annexe 3)

3.2. Les parties en présence lors de l’établissement du contrat : le commanditaire et l’entrepreneur

En présence du notaire et, généralement de deux témoins, deux parties sont essentiellement en cause : le commanditaire et le maçon.

  • 183 AD13 373 E 271, fol. 102.

Dans les cas étudiés, le commanditaire peut être un noble, un bourgeois, un marchand, ou un artisan, tous les corps de métiers et toutes les classes sociales sont représentées et font indifféremment appel à un ou plusieurs artisans, maîtres maçons ou gipiers, pour leur fournir un travail. En 1636, ce sont quatre maîtres maçons qui prennent à prix-fait la réunion des deux maisons qu’a acquises Pons Agnel et qu’il veut transformer en un immeuble de rapport 183.

  • 184 AD13 360 E 70, fol. 71. Le prix-fait est passé avec Vincent Barnier, maitre maçon et Michel Arnau (...)
  • 185 AD13 391 E 342, fol. 180.
  • 186 AD13 364 E 244, fol. 1328.

Le plus souvent un ou deux maîtres seulement signent le contrat. Quelquefois l’un est maçon, l’autre gipier comme dans le contrat que passe Pierre Savignon en janvier 1635 pour sa maison de la rue de la Prison 184. Ou bien les deux sont gipiers selon la nature des travaux. C’est le cas de Jean Tavernier et Michel Arnaud, tous deux maistres gipiers qui sont engagés par Jean Mazerat pour faire des travaux de maçonnerie et de blanchiment 185. Jean Boniffay, lui, est tailleur de pierre, et promet d’effectuer des transformations à la façade de la maison d’Henry David du côté de la place Vivaud 186.

En réalité, ces maçons étaient de véritables entrepreneurs capables de diriger l’ensemble des travaux ; certains textes les désignent encore sous le terme de prefachiers, que Mistral fait dériver du terme pres-fa qu’il traduit par « forfait, marché à la tâche » donnant pour définition pour pré-fachié celle de « tâcheron, ouvrier à la tâche, entrepreneur ». Le dictionnaire de S.-J. Honnorat, donne deux définitions du terme prefach : l’une traduisant l’entreprise à forfait, l’autre désignant une entente pour un travail à la tâche pour un prix toujours défini à l’avance (Bertrand à paraître).

Le terme d’entrepreneur apparaît une dizaine de fois ; c’est en qualité de propriétaires d’une maison qu’ils acquièrent ensemble que les architectes Jean Puget et Jean Meollan confient la reconstruction de la maison qu’ils viennent d’acheter en 1674 au maître maçon Guillaume Trienne.

Ces maîtres d’œuvre organisaient le travail et devaient recruter le nombre de personnes qui leur était indispensable. Aucune précision donnée dans les textes ne nous permet de quantifier le nombre de spécialistes et d’ouvriers ; mais ils font toujours l’objet d’une mention particulière dans les actes notariés. Ainsi, il est très fréquent que l’acte se termine en précisant que le maçon devra fournir « ses mains, celles de ses autres maitres et maneuvres (…) ».

  • 187 AD13 360 E 30, fol. 679.

Les contrats ont également livré d’autres éléments sur la manière d’ordonner le travail. Lorsque Charles de Cazaux fait construire sa maison à côté de la maison de ville, les maçons Guillaume Ardent et Claude Collombaud sont « tenus (…) à commencer a travalher et faire travailher à lad. œuvre le troysième du prochain mois de janvier et continuer jusques à la perfection dicelle avec tant de gens que seront nécessaire en nombre suffisant 187».

  • 188 AD13 362 E 91, fol. 703.
  • 189 Un cas –isolé dans notre documentation– a retenu notre attention. Antoine Pontier avait signé un (...)

Les prefachiers avaient sous leurs ordres des manœuvres mais également les maîtres des autres corps de métier. Si l’entrepreneur était un gipier il pouvait s’entendre avec un maçon, capable de tailler la pierre et de la poser, lui-même se chargeant du reste de la « massonerie », ou avec un tailleur de pierre à qui il achetait la pierre une fois taillée. Les maçons semblent être, de ce point de vue plus polyvalents et savent tailler la pierre. Ceux qu’engagent Jean Boissely ont dû fournir « leurs mains » et payer « toutes les journées des autres maistres et maneuvres qu’ils employ(aient) 188». Tel autre contrat précise qu’à la « besougne » désignée « travailleront (…) trois hommes mes maçons, scavoir Railhon et Roux et un autre me maçon capable de son métier » 189.

  • 190 AD13 362 E 127, fol. 1106.
  • 191 AD13 373 E 271, fol. 102.

Toutefois le commanditaire avait son mot à dire dans le choix des ouvriers ; c’est pourquoi Frédéric Bertin fait ajouter sur le contrat qu’il refuse de « faire travailler à lad. besogne aucun apprenti 190». Il a même la possibilité de modifier la composition de l’équipe si quelqu’un ne lui convient pas, et si les maîtres maçons refusent d’en changer, « il sera permis aud. sr Agnel d’en mettre telz autres qu’il treuvera a propos aux despans desd. mes 191».

  • 192 ACM DD 81.

Progressivement, au cours de la période étudiée, le besoin se fait sentir de fixer des règles pour les métiers du bâtiment ; les textes réglementaires se saisissent des usages concernant l’embauche. Ceux-ci deviennent alors plus stricts. C’est ainsi qu’un règlement de la fin du XVIIIe s. fixe l’ordre aux maîtres maçons de privilégier l’emploi des ouvriers français par rapport aux étrangers ; et ensuite de favoriser ceux qui seront capables de fournir un travail fini (cloison, cheminée, etc…) avant les simples ouvriers 192.

3.3. Le déroulement des travaux : les tâches à accomplir par les maçons

La description des travaux à effectuer est inégale et fait souvent référence à un plan, préalablement établi « suivant et conformément au dessaing et project que lesd. ouvriers en ont faict signés par les parties », qui n’est jamais joint au contrat : chaque cas est particulier et l’on trouve quelquefois plus de détails à propos d’un seul ouvrage à faire que dans un contrat prévu pour la réfection totale de la maison. Aussi, c’est à partir de l’ensemble des prix-faits recueillis qu’on obtient le plus d’éléments possibles sur le montage d’un chantier, sur l’ensemble des tâches à effectuer, sur les droits et les obligations de l’entrepreneur.

La diversité des travaux à réaliser est ensuite inhérente au nombre de prix-faits étudiés. La centaine de contrats sur lesquels s’appuie notre étude, nous offre tout un panel d’ouvrages allant des simples travaux d’amélioration –blanchiement des murs, consolidation d’encadrements de portes ou de fenêtres, remplacement d’une porte–, à la démolition quasiment complète de l’immeuble pour tout reconstruire à neuf.

  • 193 AD13 360 E 72, fol. 360.
  • 194 AD13 393 E 82, fol. 715.

C’est le cas de la maison qu’acquiert Jean Griffet en 1637 pour laquelle il est prévu de monter quatre étages surmontés d’une lauvisse. Le rez-de-chaussée sera occupé par une boutique qui doit contenir un four pour la pâtisserie et sous laquelle on creusera une cave jusqu’à demie rue, ce qui nécessite la construction de deux arcades en pierre de taille 193. Ou encore celui de Mathieu de Madières qui achète deux maisons pour les réunir en une seule 194.

Dans ce cas, les maçons étaient chargés de démolir au préalable tout ou partie de l’immeuble existant. Parallèlement, ils devaient « apontel(er) suffisammant les maisons des voisins » afin d’éviter qu’elles ne s’effondrent. Ce qui entraînait un « droit d’appuyage » dû par l’entrepreneur. Parallèlement on montait les échafaudages, on posait gaches, gouffons, cordages.

  • 195 AD13 360 E 80, fol. 1112.
  • 196 AD13 366 E 33, fol. 296.
  • 197 AD13 360 E 33, fol. 376.

Quelquefois, le propriétaire ne veut qu’ajouter des améliorations à son immeuble : Jean Descampz fait créer une fenêtre de pierre de taille à la cuisine au rez-de-chaussée 195, Jean-Baptiste Renaude fait refaire sa façade de pierre de taille 196. Souvent il ne s’agit que de refaire un mur mitoyen tel celui que font rebâtir Jean-Baptiste Renaude et Melchion Medicis en 1597 197.

Pour tous ces travaux, à quelques exceptions près où l’on voit le commanditaire fournir les matériaux, l’entrepreneur est chargé de la fourniture des matériaux à l’exception, le plus souvent, des menuiseries et de la ferronnerie fournies par le propriétaire. En revanche, les matériaux de la démolition –la desfarde ou le debris– revient dans la plupart des cas à l’entrepreneur qui a la possibilité de réutiliser les vieux matériaux à condition qu’ils soient « bons et receptables ».

Une fois les travaux effectués et après avoir utilisé les anciens matériaux valables, les maçons doivent débarrasser les décombres et faire « place nette ».

3.4. Des travaux, à quel prix ?

  • 198 AD13 390 E 383, fol. 1125.

Le prix des travaux est, pour la majorité des cas, fixé forfaitairement comprenant l’ensemble de l’ouvrage à réaliser, la fourniture des matériaux et de la main d’œuvre. Dans quelques cas le prix est donné à la tâche, séparant par exemple la démolition du reste du travail : ainsi Barthélemy Gorge paiera 261 livres pour la démolition, le prix du reste étant fixé au toisé 198.

  • 199 AD13 362 E 127, fol. 1106.
  • 200 AD13 390 E 163, fol. 196.
  • 201 AD13 362 E 91, fol. 1444v.
  • 202 AD13 360 E 51, fol. 765v.

Le prix-fait que passe Phrédéric Bertin prévoit que c’est lui, le commanditaire, qui paiera la main d’œuvre 199. D’autres, comme celui de Louis Boutassi, fixent un prix au toisé pour la construction de la façade et un prix global pour le reste de l’ouvrage 200. Le maçon qu’engage Isabeau de Bocquin pour sa maison, fixe un prix au toisé pour chaque tâche à exécuter, la fourniture des matériaux étant comprise 201. Le prix-fait pour les ouvrages réalisés par Vincent Meollan à la demeure de Louys Felix ne concerne que la main d’œuvre puisque c’est le propriétaire qui fournit tous les matériaux. Il est indiqué à la tâche et au toisé 202.

Dans tous les cas, il est impossible de savoir le prix effectif des travaux : facturés à la tâche, il manque la superficie construite ou restaurée ; au forfait, on ne connaît aucun détail sur le coût de la main d’œuvre et sur la hiérarchie des prix des tâches à accomplir. De même la valeur des ouvrages est difficile à évaluer : aucun élément ne permet d’attester qu’un mur, monté de taille jusqu’à une certaine hauteur puis de maçonnerie avec des décors de taille, coûtait moins cher qu’une façade de taille du rez-de-chaussée jusqu’au toit sans autre ornement de taille. Il est donc difficile d’établir des comparaisons d’une construction à une autre.

  • 203 AD13 380 E 204, fol. 476.
  • 204 AD13 373 E 303, fol. 344v.
  • 205 AD13 363 E 175, fol. 557.
  • 206 AD13 360 E 30, fol. 684v.

Jamais on ne peut faire la part du prix des matériaux dans les sommes fixées, l’approvisionnement se faisant de différentes façons. Des textes issus des sources notariées, illustreront la difficulté de saisir des prix unitaires fixes : les contrats de vente de pierre de taille serviront d’exemple à ce propos. En effet, ces textes nous présentent divers cas : soit, le pereiron vend une quantité plus ou moins détaillée de pierre à un tailleur de pierre ; soit il traite avec un maçon qui faisait tailler la pierre ; soit encore il vend directement ses pierres à un propriétaire qui charge ensuite un entrepreneur de travaux dans un de ses immeubles. Même en considérant que les coûts sont obligatoirement différents selon que la pierre était brute ou déjà taillée, la difficulté est là. Car chaque cas est différent de l’autre. Comment connaître le prix unitaire de la pierre vendue par Jean Remondon, pereiron de Martigues lorsqu’il cède à un tailleur de pierre de Marseille « toute la pierre qu’il trouvera à propos » pour la somme de trente sept livres dix sols 203? Comment comparer le coût de la pierre de taille que le maçon Cezard Portal acquiert pour un prix calculé au toisé, taillée et posée 204, avec celui que paient Anthoine Roux et Jacques Mourenas, respectivement hoste et marchand de Martigues qui achètent leur pierre de La Couronne au prix unitaire des cent queirons 205? D’autres contrats de la fin du XVIe s., fixent des tarifs en fonction des dimensions des pierres : c’est le cas de Louis Félix qui se procure des « cairons (…) de trois pans pour huict escus dix sols le cent et les grases de quatre pans et demy (…) vingt sous chasque piece » 206.

Quoiqu’il en soit, le montant dû n’est jamais payé en une seule fois. Une partie de la somme –souvent la moitié– est versée au moment de la signature du contrat ; le reste est soit versé à la fin des travaux dont la durée varie selon le type de travail à effectuer entre un mois et demi et un an ; soit réglé par moitié à mi-travail et le reste à la fin de celui-ci. Soit encore au fur et à mesure de l’achèvement de chaque étage.

  • 207 AD13 360 E 110, fol. 25v.
  • 208 AD13 360 E 72, fol. 360.

Le contrat se conclut quelquefois par quelques mentions particulières : par exemple, on précise que les travaux réalisés pour la maison de Jean Le Sonneur devront être estimés par deux amis communs 207. L’entrepreneur des travaux de la maison de Jean Griffet est prié « d’avoir faicte (ladicte maison) bien et deuement la clef à la main du proprietaire dans la feste de Pasques prochaine » 208.

En résumé, le contrat à prix-fait est un contrat passé entre deux personnes dont l’une accepte, sous certaines conditions –délai, prix, fourniture de tout ou partie des matériaux– d’exécuter un travail ordonné par l’autre en prenant à sa charge d’engager tous les corps de métier qu’il juge nécessaire pour mener à bien cette opération qu’ils soient maîtres ou manœuvres. Dans la plupart des cas il doit également fournir tout ou partie des matériaux, ceux-ci étant compris dans la somme fixée. À l’entrepreneur, alors, de « reque(rir) aux pereirons » la pierre de taille nécessaire à la construction, comme le précise les termes du contrat que passe Pons Agnel avec quatre maçons.

4. La pierre de taille : un élément de l’économie marseillaise (C. Castrucci)

Les prix-faits nous ont montré comment s’organisait un chantier en amont des travaux, précisant quelques aspects des droits et des obligations des acteurs de la construction. La flambée immobilière suscitée par la décision de l’agrandissement de la ville dans le dernier tiers du XVIIe s., ainsi que les travaux de construction qu’elle a générés, ont entraîné des façons de procéder dont on peut entrevoir les prémices à la lecture plus approfondie de ces mêmes textes.

Les matériaux de construction ont, dans ce contexte, joué un rôle économique important. L’utilisation de la pierre, et en particulier la pierre de taille, a retenu notre attention et sera l’objet de la présente analyse. Les questions posées seront les suivantes : quels signes dévoilent l’importance grandissante que prend l’utilisation de la pierre de taille dans les constructions ? De quelle façon cette dernière est-elle utilisée ? Quelle place pour la pierre « récupérée » ? Comment l’emploi plus systématique de la pierre de taille définit-il de nouvelles pratiques économiques ?

4.1. L’utilisation de la pierre de taille : entre nécessité technique et volonté d’ostentation

Au XVIIe s., l’emploi de la pierre de taille dans les constructions privées qui ne sont pas obligatoirement des demeures de prestige devient de plus en plus fréquent. Dans nombre de prix-faits, les propriétaires du quartier du Corps-de-Ville ou de celui de Blanquerie décident de faire construire ou réédifier telle ou telle partie de la maison en pierre de taille en remplacement de l’ancienne maçonnerie délabrée. Quelles sont les parties du bâtiment auxquelles la pierre de taille est plus particulièrement destinée ? Son emploi avait-il pour seul but d’apporter une meilleure solidité ou un plus bel aspect ? Utilisait-on seulement de la pierre neuve ? Y avait-il des manières communes d’utiliser ce matériau ?

4.2 De la pierre de taille dans toute la maison ?

Les divers textes dont nous disposons et les exemples trouvés en fouille montrent que la pierre de taille n’était pas utilisée dans tout le bâtiment et qu’on ne faisait poser de la neuve qu’exceptionnellement. Son emploi pour des nécessités techniques semble logiquement prévaloir dans tous les cas.

  • 209 AD13 380 E 163, fol. 742.

Son utilisation pour une meilleure solidité du bâtiment semble évidente. Mais elle n’était pas systématique. La plupart des fondations trouvées en fouilles sont faites de gros moellons mêlés de pierres de récupération liées à un mortier. Quelques cas évoquent le choix de la pierre de taille, neuve de surcroît, à des endroits stratégiques du bâtiment. C’est celui de la maison de Jacques de Forbin, rue de la Loge, où les fondations sont faites sur pieux et « de bonne pierre de taille neufve et dure de la Coronne d’espesseur de trois pans jusqu’à ras de terre » 209.

  • 210 AD13 360 E 35, fol. 413.
  • 211 AD13 360 E 72, fol. 360.

Les caves découvertes en fouille, voutées en berceau, étaient également le plus souvent construites en moellons grossiers (Sillano 2005, p. 486). Pourtant, dès la fin du XVIe s., certaines étaient construites en pierre de taille. Ainsi Melchior Medicis fait-il construire « une crotte (au) dessoulz de ladite maison de la longueur et largeur d’icelle (…) acrossiver avec un pillier ou deux sy est de besoing (…) de bonne pierre de tailhe ». Les arcs de décharge : « trois arcs doubleaux pour porter les murettes d’hault en hault pour fere separation des chambres et salle » devaient également être de taille de même que les escaliers d’accès « jusques a ras de terre » 210. Une autre que construit le gipier Reynaud Beroty pour Jean Griffet contient des arcades de pierre de taille 211.

Au cours du XVIIe s., la pierre de taille est de plus en plus souvent présente dans les caves dont la création tend à se généraliser dans le secteur du Corps-de-Ville. Les nombreux textes signalant qu’on crée une cave en sous-œuvre dans un immeuble qui n’en possédait pas, ou qu’on en refait entièrement certaines déjà existantes, témoignent du soin dont leur édification était l’objet.

  • 212 AD13 380 E 130, fol. 27.
  • 213 AD13 352 E 155, fol. 142v.
  • 214 AD13 393 E 82, fol. 715.

L’évolution de la fonction de la cave, résultat de l’évolution de la maison elle-même, explique l’attention nouvelle portée à leur édification. Au XVIIe s., l’espace manque dans la vieille ville pour construire des maisons nouvelles. Force est donc de rehausser d’un ou deux étages celles qui existent, ou bien de les élargir en cœur d’îlot ; les boutiques deviennent également systématiques dans chaque immeuble avec la cave qui y est liée. Celle-ci joue alors un double rôle de fondation et de lieu de stockage nécessaire. Elle se doit d’être saine et les matériaux qui la constituent plus résistants. Rue Coutellerie, le prix-fait passé pour la reconstruction de la maison d’Anthoine Pontier stipule clairement, que, d’une part les fondations seront en pierre de taille de trois pans d’épaisseur, et d’autre part, que l’entrepreneur « fera la crotte (… ) a crosier, (…) y posera les marches de tailhe que seront necessere pour y dessendre et fera un arc doubleau de bonne pierre de tailhe (…) pour y appuyer les deux meyneaux de la vizette quy prandra sa naissance sur lade crotte » 212. On construit en pierre de taille les arcs doubleaux qui soutiennent la voûte de la cave, de même que les escaliers qui y descendent. Celle de la maison de Cosme de Monteoulx, près de la Loge en est un bel exemple. Les piliers placés dans la crotte qu’on élargit, chargés de soutenir les étages, ainsi que les arcades, devront être de pierre de taille que le commanditaire s’engage à fournir 213. Chez Mathieu de Madières la descente de la cave sera de pierre de taille d’une quinzaine de marches 214.

  • 215 Pour la composition du batum, cf. infra § 2.1.3. ; la définition donnée dans le dictionnaire d’Ho (...)
  • 216 AD13 360 E 80, fol. 1112.

La pierre de taille est aussi un gage d’une meilleure étanchéité par rapport aux moellons ordinaires, surtout lorsqu’on la revêt de batum, mortier à base de sable et de poudre de tuileau 215 ; c’est pourquoi on l’utilise dans les canalisations qui amènent l’eau à la rue, soit à partir des puits comme celui de Jean Descamps pour lequel il demande d’« y mettre un canal de taille de trois pans de long allant à la rue pour donner cours aux eaux » 216 soit à partir de la « pille » ou « eyguier » de la cuisine. Un exemple de ces canalisations a été trouvé rue de la Guirlande (Sillano 2005, p. 491).

  • 217 Gros bloc de pierre.

D’autres parties des habitations sont de plus en plus souvent construites en pierre de taille : les armoires intérieures, les portes intérieures, les cheminées avec des « bards de taille 217 », un pour le foyer et un autre pour le devant. Les puits dont « le rond » se fait en pierre de taille sont toujours accompagnés d’une « pille » ou d’un « bassinet » et de « bourneaux » ou d’une « gorgue pour conduire l’eau à la rue ». L’ensemble de ces ouvrages, mis à part les borneaux qui sont en terre cuite, est en pierre de taille, comme on le voit dans la maison de Jean Griffet ou chez Melchion Medicis.

  • 218 AD13 364 E 274, fol. 653v.

Un autre exemple est fourni par la fouille de l’Espace Bargemon où des structures en forme de bassins situées au même niveau ont été découvertes. Il s’agissait de constructions bâties au niveau des caves d’une habitation, sur un sol caladé et recouvertes d’un enduit rougeâtre très épais. Ces ensembles ressemblent fort aux citernes à huile qu’a fait construire Jean Abeille dans la rue de la Prison (Sillano 2005, p. 490). En 1663 ce dernier prévoit de placer l’une des trois citernes qu’il souhaite faire édifier, appelées « pille a tenir huylle » au niveau des caves. Ayant environ 2,5 m de profondeur, l’une devait être placée sur un sol caladé d’environ 50 cm d’épaisseur « faite de massonnerie la moytié par dessoubz et l’autre moytié par dessus avec le battum » et comporter au-dessus une voûte de brique ; l’ensemble devait être entouré de pierre de taille recouverte du fameux batum, enduit utilisé pour ses qualités étanches. Les deux autres pilles que fait construire Jean Abeille furent placées dans le couloir du rez-de-chaussée, de même facture, de même profondeur que la précédente et séparées par un mur 218.

  • 219 Par exemple dans le prix-fait de Jean Griffet AD13 360 E 72, fol. 360.

Les fours pour la pâtisserie ou pour la rôtisserie, nombreux au marché du Mazeau, sont également reconstruits entièrement de taille. Pour éviter les risques d’incendie, on prend la précaution de paver le four avec des « bards de feu » et de poser « trois bards de pierre de taille contre la muraille » 219.

  • 220 AD13 360 E 89, fol. 1176.
  • 221 AD13 393 E 87, fol. 580.
  • 222 AD13 362 E 101, fol. 534v.

Le rôle technique de la pierre de taille dans le bâtiment, s’il n’est pas à démontrer, n’est pas la seule cause de son utilisation. Ainsi, il est clair que son emploi dans les façades poursuit un double but : technique et décoratif. Elles sont rarement construites en grand appareil, comme cela semble être le cas en Provence en général : la pierre de taille est généralement placée en parement du mur, l’intérieur de celui-ci étant construit en moellons ; Jean-Baptiste Meollan qui s’engage à refaire la façade de la maison de Jean Bissar 220 est tenu de « faire de pierre de taille neufve (…) le carage de lad. maison » qui « par dedans (sera) de bonne pierre, chaux et sable ». La façade de la maison de Catherine de Vias « aura un pan de taille d’espaisseur et un autre pan de massonerie par dedans » 221. Bernabel Treman édifiera pour Honoré Béraud « le caraige du coste du port de pierre de taille avec sa massonnerie par dernier » 222.

  • 223 AD13 360 E 80, fol. 446.

Le rôle décoratif de la pierre de taille est ainsi perceptible dans la composition des façades. Il est clair, par exemple, que la décision de poser de la pierre de taille à l’angle d’une maison faisant l’angle d’une rue –comme le fait faire François Coudonneau, dont la demeure fait l’angle de la rue Négrel et de la traverse de la Fontaine-de-l’Aumône et qui prévoit que le coin de l’immeuble soit de pierre de taille « en forme de pillastre (…) jusques au couvert »– poursuit le but de mettre le bâtiment en valeur autant que celui de le fortifier 223.

  • 224 AD13 355 E 454, fol. 265.
  • 225 AD13 362 E 115, fol. 51.
  • 226 AD13 390 E 236, fol. 240v.

Les façades donnant sur une rue importante sont privilégiées par rapport aux autres visant sur des traverses ou sur des cours intérieures. Cependant rares sont celles qui seront en pierre de taille du niveau de la rue jusqu’au toit. Le plus souvent, la pierre de taille occupe un ou deux niveaux, c’est-à-dire le rez-de-chaussée et le premier, le reste est construit en maçonnerie avec les fenêtres de taille ou seulement leurs accoudoirs. Jean-Estienne Ribouillon fait refaire la façade de sa maison donnant sur la place Neuve de pierre de taille « jusques au premier cordon », et « de chasque cotté et a chasqun des trois estages sera fait une fenestre faite de brique avec sa coudiere de taille » 224. Barthellemy Couzinery 225 fait poser la pierre de taille sur trois des quatre étages de façade. On souligne les étages avec des courdons qui courent sur toute la largeur de la maison, on ajoute un entablement au-dessus de la porte d’entrée. François Coudonneau fait ajouter également « quatre courdons de taille qui regneront sur les deux rues » et prend modèle sur une maison voisine en faisant faire « de pierre de taille les deux croisieres du troiziesme cours, les quatre demyes croisieres et petite fenestre du cabinet ». Alexandre Evesque, dont la maison est reconstruite sur le Cours, prend soin de faire faire « la premiere rampe et main courante a la veue de la porte » de pierre de taille 226.

  • 227 AD13 360 E 50, fol. 853v.
  • 228 AD13 390 E 163, fol. 196.
  • 229 AD13 364 E 293, fol. 626v.

Le plus souvent, la pierre de taille est présente sur une hauteur qui va du niveau de la rue jusqu’à la première ou deuxième coudière. Les portes d’entrée ne sont pas toutes aussi luxueuses que celle de la maison de Jean Louys Allemand, proche de la Poissonnerie « avec ses deux chapiteaux, deux pillastres, cornisses, platfons ou cadre au milieu » 227 entièrement en pierre de taille. De même, si Mathieu de Madières et Louis Boutassi ont la possibilité de faire « autant de fenestres de taille que besoin sera avec leurs caudières » 228, d’autres choisissent de ne l’employer qu’avec parcimonie : uniquement pour les seuls accoudoirs ; ou bien, pour les fenêtres entières mais sur un seul niveau. La maison d’Isabeau Chastannier, rue Torte, avait « les croisieres de trois estages aussi de taille » celles du quatrième étaient en brique avec seulement les accoudoirs de taille 229. Toutefois, toutes les façades ne sont pas aussi remarquables ; nombre d’entre elles sont simplement en maçonnerie enduites et blanchies à la chaux, comportant uniquement en pierre de taille une porte d’entrée de la maison et une autre pour la boutique.

4.3. Pierre de taille neuve ou pierre récupérée ?

Économie oblige, tous les propriétaires ne peuvent s’offrir du matériau neuf. Si plusieurs contrats prévoient de placer de la pierre de taille neuve, nombre d’entre eux, on l’a dit, préconisent surtout la réutilisation de la pierre de taille récupérée de la démolition par l’entrepreneur. Les témoignages archéologiques sont venus confirmer cette pratique. Ainsi, dans les caves de deux parcelles situées rue de la Guirlande, deux états de construction ont été observés. La partie la plus ancienne contenait des pierres de remploi alors que la plus récente était édifiée avec du matériau neuf (Sillano 2005, p. 479).

Si les contrats stipulent clairement la réutilisation des matériaux dans les constructions neuves et les reconstructions, le choix en faveur de la pierre de taille neuve n’est pas aussi clair. Encore une fois le vocabulaire employé, souvent très allusif, n’autorise des certitudes que dans très peu de cas. S’il est bien souvent suggéré que le maître maçon doit se servir d’une pierre d’une qualité supérieure, on ne précise pas exactement à laquelle on fait référence. Ainsi, des expressions telles que « bonne pierre », « de la qualité la meilleure », « non du plus riche ny du moindre », ne nous disent pas grand-chose sur la pierre dont il s’agit ni sur ses qualités. Faut-il entendre que l’on choisit de la pierre neuve lorsqu’on parle de « bonne pierre » ? Dans plusieurs cas, cette option est clairement énoncée, notamment lorsqu’il s’agit d’ouvrages pour conforter le bâtiment, comme on l’a vu pour les fondations de la maison de Jacques Forbin, rue de la Loge ou pour la façade de celle de Jean Bissar. Pour les autres cas la question se pose.

  • 230 AD13 390 E 163, fol. 196.

Un élément de réponse est amené dans un des prix-faits dont nous disposons. Le début de contrat engage les maçons chargés des travaux de la maison de Louis Boutassi à refaire la muraille « de bonne pierre de taille » recommandant plus loin « sans y employer aucune des vieilles » ; l’acte se termine en leur demandant de fournir « toute la taille neuve » 230 : on peut supposer que dans ce cas précis il s’agit de pierre de taille neuve. Mais on ne peut pas le généraliser à tous les autres.

Car, par ailleurs, les fouilles ont livré des murs de caves bâtis avec des matériaux hétérogènes mêlant moellons de calcaire, galets, cailloux et fragments de tuiles. La prescription d’utiliser de la « bonne pierre » pourrait également signifier de ne mettre que des moellons joints par un mortier et pas d’autres matériaux.

Presque tous les contrats stipulent que les maçons pouvaient utiliser la pierre de la démolition, une solution n’excluant pas l’autre pour autant : on pouvait tout aussi bien choisir de mettre de la pierre de taille neuve dans un mur de façade ou des appuis de fenêtres et garder la vieille pierre pour des murs de cloisons ou de mitoyenneté. On peut donc supposer qu’en l’absence d’autre précision, c’est bien de la pierre récupérée que l’on utilisait à condition qu’elle soit « bonne et receptable », ce réemploi permettant de réaliser une économie sur le prix des travaux.

  • 231 AD13 360 E 69, fol. 1176.
  • 232 Sur la manière dont les pierres étaient disposées, cf. Duval 2005. Une anecdote qui se passe dans (...)

Les propriétaires eux-mêmes conservaient des matériaux des constructions antérieures. Jean Bissar, propriétaire d’un immeuble dans la rue Torte, désire garder les matériaux restants de la démolition 231. Dans une cave d’immeuble de la fouille Bargemon, un témoignage de cet usage a été remarqué. Situé en bordure de la rue de la Prison et faisant l’angle de la rue des Olives, une série de pierres de taille était soigneusement rangée dans la cave, probablement en attente d’une future utilisation 232.

Ce stockage tend à montrer que la pierre de taille était un matériau couteux, et que tout un marché des matériaux d’occasion devait être organisé.

4.4. Une pierre de taille de quelle provenance et de quelle qualité ?

  • 233 « la taille tant dedans que dehors à croches et lances d’un pan espesseur enduitte de bonne pierr (...)
  • 234 Dans les actes notariés marseillais que nous avons découvert, les pereirons sont de simples vende (...)

Les contrats de construction évoquent peu la provenance des pierres, pas plus d’ailleurs que celle de la plupart des matériaux de construction. Seules quelques-uns d’entre eux précisent que le maçon devra utiliser des pierres de La Couronne ou de la Garde 233. En revanche la fourniture de pierre donne lieu à des contrats passés entre pereirons et maçons ou tailleurs de pierre qui permettent d’éclairer cette question 234.

  • 235 AD13 392 E 103, fol. 75v ; 380 E 204, fol. 476.

Ainsi, les contrats passés entre des carriers de Martigues, de La Couronne et des maçons ou des marchands semblent prouver que ces deux variétés étaient les plus recherchées. Certains d’entre eux indiquent même le nom du terroir précis : la carrière de Simeon Gay, carrier de La Couronne, qui vend à des marchands de Martigues « quatre cens queirons pierre de la Couronne bonne et receptable » était située « dans le cartier des Gardis au terroir dud. La Couronne » et celle de Jean Remondon au « cartier de Lamoreus » 235.

L’accord liant les maçons chargés des travaux des Arsenaux à leurs fournisseurs stipule que les pierres de taille de La Couronne à fournir seront de trois types différents : rouge et blanche, jaune et commune, chaque qualité ayant son prix.

Quelle importance réelle prenait la part des matériaux dans le prix global ? Là encore, les sources nous présentent des cas très divers et l’on a du mal à identifier des prix bien réguliers. L’acquéreur des pierres pouvait tout aussi bien être le commanditaire qui se chargeait de faire tailler et poser la pierre, que le tailleur de pierre qui cherchait ensuite un client ; ou encore le maçon, chargé d’une construction et de la fourniture des matériaux. Tout dépendait à qui on achetait la pierre : au pereiron, possesseur de la terre et vendeur de ses pierres, ou au tailleur de pierre qui avait déjà effectué un travail dessus après les avoir acquises.

  • 236 AD13 383 E 76, fol. 984v.

L’intervention de transporteurs était-elle systématique ? En 1615 Cézard Cauvin, chargé du chantier de l’église des Pères Augustins Réformés, passe contrat pour « luy fournir et porter la quantite de cinquante cannes de muraille de pierre pastouire bonne marchande, receptable de l’espesseur de deux pans moingz cart » qu’il paie 2 livres 9 sous pour chaque canne carrée 236.

Y avait-il un prix fixe pour la pierre brute ? En 1718, le tailleur de pierre Jean Bernard acquiert « toute la pierre qu’il trouvera à propos » à un carrier de La Couronne pour 37 sols 10 sous ; or, la même année, le carrier Joseph Vachier autorise Antoine Nicolas à prendre « toute les pierres de taille [qu’il] pourra faire enlever dans [sa] periere » mais pour 55 livres cette fois ? La qualité de la pierre était-elle supérieure dans le second cas au point qu’elle coûte 18 livres de plus ou bien est-ce la quantité qui a fait la différence ?

4.5. De la prise en charge des enjeux économiques par les autorités communales

L’intérêt d’employer de la pierre de taille dans les constructions à Marseille n’est pas nouveau. Mais les nombreuses destructions et transformations qu’a subies la vieille ville entre le XIXe et le XXe s. –percement de la rue Impériale, destruction de 1943, …– nous privent de témoins architecturaux des époques médiévale et moderne. Seuls « rescapés » de ces disparitions, la Maison Diamantée et l’Hôtel de Cabre étaient-ils pour autant réellement représentatifs de leur époque (Bertrand à paraître) ? Les études d’archives menées à l’occasion des chantiers de fouille autour de l’Hôtel de Ville, en révélant un grand nombre de constructions privées de l’Époque moderne nous autorisent à replacer ces « exceptions » dans un contexte plus juste. Et ainsi de constater qu’elles figuraient parmi les habitations les plus caractéristiques du quartier. La richesse de leur construction qui les distingue des autres, réservée aux familles nobles en général, n’était pas courante dans le quartier jusqu’au début du XVIIe s.

C’est sous l’influence de deux facteurs que, dans le courant du XVIIe s., l’emploi de la pierre de taille devient plus courant : tout d’abord, l’enrichissement du groupe des marchands et de celui des artisans, ce qui leur a permis d’accéder à un matériau plus coûteux ; ensuite la volonté du pouvoir royal d’embellir la ville en l’agrandissant. Ce qui a eu pour effet d’abord l’accès d’un plus grand nombre à un matériau coûteux et a parallèlement entraîné une flambée immobilière accompagnée de la construction de nouvelles maisons ; et, de façon concomitante, celle de mettre en place un certain nombre de mesures propres à faire respecter un certain ordre : la création du Cours, lieu symbolique de cet agrandissement, a été accompagnée de l’édification d’un modèle auquel toute nouvelle construction sur cette artère devait se conformer.

L’Agrandissement est l’occasion de mettre la ville en valeur et de la placer sur le même rang que d’autres villes européennes. L’ouverture du Cours est aussi le théâtre de modifications en terme de construction, modifications qui contiennent en elles-mêmes des facteurs de changement économique et vont entraîner des réactions de la part des autorités.

La fouille de l’Alcazar a permis de retrouver des prix-faits d’immeubles situés sur le Cours qui ont été évalués par des experts avant d’être frappés d’alignement et reconstruits selon certaines normes. Ils reçoivent d’ailleurs un dédommagement pour cela.

  • 237 ACM BB 104, fol. 58-60, cité par B. Henin (1986).

Une délibération municipale accorde à un certain Pontis la possibilité de construire une maison sur un terrain que la communauté lui a cédé, attenant à un immeuble qu’il possédait. Le Conseil décide que la façade de sa maison servira « de règle et modelle aux autres qui seront construites au Cours ». Cette façade comprendra un bossage d’angle, des pilastres, les fenêtres auront des corniches, des triglyphes et des architraves 237. Ce texte date de 1670, c’est-à-dire 5 ans avant la « reconstruction » des maisons de l’îlot de l’Alcazar dont les prix-faits exposent d’autres détails sur les volontés municipales : la façade doit être de pierre de taille, le nombre d’étages et de fenêtres est normalisé ; on prévoit une boutique en rez-de-chaussée et une lauvisse au-dessus du dernier étage. La présence de la pierre de taille y est forte, essentiellement en extérieur et toujours placée du côté du Cours.

À partir de ce moment là, la pierre de taille ne va plus être réservée aux seuls hôtels particuliers et édifices religieux ; elle va pénétrer dans les habitations particulières où elle sera de plus en plus présente. Les nombreux prix-faits que nous avons rencontrés en sont la preuve. La pierre de taille est montrée comme un élément indispensable d’une demeure qui se voulait « moderne ». Si bien que cela a entraîné un changement dans les mentalités. Même si on n’était pas d’un rang social très élevé, on aspirait à pouvoir construire dans la nouvelle partie de la ville, mais également dans la ville ancienne, une maison où la pierre de taille était présente. Celle-ci est devenue en quelque sorte, à ce moment là, plus qu’auparavant un signe de reconnaissance d’un certain rang social. Ces nouveaux comportements vont entraîner une augmentation de la consommation et amplifier un marché déjà existant.

4.6. Les signes de l’évolution

  • 238 AD13 360 E 684v.

Parmi les signes avant-coureurs que l’on peut remarquer, la généralisation du vocabulaire utilisé pour désigner la pierre en est un. Dans son analyse des termes ayant désigné les différents blocs commercialisés en Provence à la fin du Moyen Âge, P. Bernardi montre la richesse des vocables désignant la pierre (Bernardi 2004). Plusieurs achats de pierre du XVIe s. à Marseille l’illustrent également. Ainsi, dans l’accord qu’ils passent avec Louis Félix, les carriers Louis Peynier et Esprit Collomb promettent de lui vendre « tous les cairons, bugetz de trois pans et bugez de moison et autre tailhe que seront necesseres » pour la construction de sa maison devant le Palais ; les prix sont détaillés selon qu’il s’agisse de grases, croisilhons de fenestres, de fugairons, de cairades de moison ou encore de marches bujadées 238. Chacun d’entre eux désignait des blocs de dimensions différentes selon leur destination.

  • 239 P. Bernardi précise que le cayron succède à la dénomination d’ursonus, son ancêtre médiéval, tout (...)
  • 240 AD13 380 E 155, fol. 768v.
  • 241 AD13 363 E 175, fol. 557.

Or, à Marseille au XVIIe s., ces termes n’apparaissent pratiquement plus dans les actes de la construction au profit de celui de cayron, qui, de plus en plus fréquemment désigne toute forme de pierre 239. Ainsi, les pierres de taille que se font livrer les pères du Saint-Sacrement lors de la construction de l’église de la congrégation seront « reduite(s) a la forme et manière accoutumée » ; mais elles ont été livrées et payées en queirons 240. Comme si ce terme, évoquant une pratique ancienne, devenait à la fois une unité de mesure et un « objet idéal », une sorte d’étalon (Bernardi 2004). Ainsi, lorsque les architectes chargés de la construction de l’Arsenal passent contrat pour qu’on leur livre des pierres de La Couronne nécessaires, les prix unitaires sont calculés avec le queiron comme seule référence 241. Par ailleurs, dans le premier tiers du XVIIIe s., plusieurs affiches viennent fixer le taux de la maçonnerie, le prix des matériaux et la taille des pierres.

Cette évolution arrive dans un contexte où depuis plusieurs décennies, les règles en matière de construction paraissent avoir laissé la place à la coutume. Les divers points évoqués dans cette étude ont montré à quel point les manières de procéder font souvent référence à des habitudes connues, mais aussi à l’initiative personnelle du commanditaire.

Confrontés à une question économique qu’ils se voient obligés de gérer, les échevins de Marseille prennent alors un certain nombre de mesures qui visent à normaliser un marché qu’il devient nécessaire d’encadrer. Si dans la pratique le vocabulaire employé pour désigner les pierres est un signe annonciateur de changements amorcés, ce n’est qu’au début du XVIIIe s. que les textes règlementaires vont commencer à émerger. Plusieurs ordonnances de police et affiches concernant le taux de la maçonnerie viennent fixer un règlement qui n’avait pas été modifié depuis le début du XIV e s. Il semble, à lire le préambule de l’ordonnance de police publiée en 1730, que l’absence de « regle fixe et uniforme » a entraîné beaucoup d’abus tant du point de vue des constructions défectueuses, que des prix pratiqués. Les experts eux-mêmes chargés d’intervenir dans les conflits, faute de règles, ont agi différemment les uns des autres. Ce « règlement pour la construction des édifices et bâtimens publics et particuliers et pour la maniere de les toiser ou canner, pour en faire l’évaluation et prisée » a donc pour rôle de fixer des règles en matière de construction, afin d’éviter les malfaçons et les fluctuations de prix injustifiées. L’interdiction du « regrat de pierres de taille » du 8 juillet 1757 et celle « den faire venir d’autres que de la mesure prescrite par les reglemens » vient confirmer les premières mesures de 1730 et 1745.

Ainsi face à un marché de la construction grandissant, la nécessité d’apporter un cadre aux professionnels du bâtiment à Marseille s’est imposée. Marseille n’est pas la seule ville concernée par ces mesures. Mais Louis XIV veut la transformer en une grande ville moderne et il s’agit donc de modifier ses habitudes. Pour cela les métiers du bâtiment ne peuvent pas être laissés à la seule initiative des échevins. Il veut leur imposer des règles d’uniformité dans les manières de construire et dans celles de contrôler déjà en place à Paris. Ces premières décisions sont une première étape vers cette normalisation.

Notes

140 ACM BB12, fol. 79.

141 ACM AA 28, 16 mars 1424, cité par Bernardi 1998, p. 317-328.

142 ACM HH 414.

143 AD13 373 E 270, fol. 1036.

144 AD13 392 E 103, fol. 75v.

145 AD13 380 E 170, fol. 938.

146 AD13 364 E 299, fol. 615.

147 AD13 360 E 35, fol. 413, daté de 1599.

148 AD13 364 E 299, fol. 615.

149 AD13 364 E 274, fol. 653v.

150 AD13 363 E 250, fol. 393 ; année 1715.

151 AD13 361 E 117, fol. 540.

152 Arsenal (nom masculin) correspond à une forme tardive, succédant à deux séries de mots bien distincts : tarsenal, tercenal, tersenal (employés jusqu’au XVIe s.) et archenal, arsenail (XV e s.), arsenac aboutissant à la forme arsenal qui a éliminé les autres. Ces formes viennent d’un emprunt à l’arabe dār (‘aş-) şan’a « maison de construction, de fabrication », peut-être emprunt direct par les dialectes italiens qui ont assourdi le « d » arabe en « t » ; les formes sans « t » venant du vénitien ancien arzana. On suppose que la fausse coupe di arzana en a résulté. Le suffixe –al est savant, utilisé au XVIIe s. Dès le XVIIe s., arsenal est utilisé pour l’expression « dépôt d’armes ». D’après : Jana Řehořová : Emprunts Arabes en Français, Masarykova Univerzita, Pedagogická Fakulta, Katedra francouzského jazyka a literatury. Brno 2007. URL : is.muni.cz/th/80324/pedf_m/DP-emprunts_arabes_en_francais-.txt – 201k, consulté le 8 septembre 2008.

153 AD13 390 E 236, fol. 240v.

154 AD13 363 E 250, fol. 393, année 1715.

155 AD13 362 E 125, fol. 919v, le 4 mai 1672.

156 AD13 363 E 250, fol. 393, année 1715.

157 AD13 364 E 299, fol. 615.

158 AD13 360 E 35, fol. 719v.

159 AD13 361 E 117, fol. 540, 1734.

160 AD13 364 E 299, fol. 615.

161 AD13 391 E 406, fol. 199.

162 AD13 360 E 75, fol. 561.

163 AD13 364 E 274, fol. 653v.

164 Pin d’Amérique du nord, côte est (détermination F. Guibal, IMEP), Sillano et al. 2007a, p. 111.

165 AD13 360 E 33, fol. 296, 1597.

166 AD13 393 E 82, fol. 715.

167 AD13 390 E 236, fol. 191.

168 AD13 393 E 87, fol. 580.

169 AD13 364 E 299, fol. 615.

170 AD13 362 E 125, fol. 919v.

171 AD13 390 E 236, fol. 240v : prix-fait pour Alexandre Evesque contre Jean Bonnet.

172 AD13 361 E 62, fol. 100v.

173 AD13 351 E 962, fol. 719.

174 AD13 391 E 383, fol. 214.

175 AD13 360 E 72, fol. 360.

176 AD13 353 E 95, fol. 76.

177 AD13 391 E 406, fol. 162v.

178 AD13 393 E 82, fol. 715.

179 AD13 360 E 72, fol. 360.

180 AD13 393 E 87, fol. 580.

181 À Paris, où la Chambre des Bâtiments contrôle et protège les métiers du bâtiment, le seul fait, pour un entrepreneur, de signer un marché à prix-fait ou un devis, le garantit du paiement de son travail (Carvais 1996).

182 Nombre de ces prix-faits mentionnent une « besoigne » à faire « conformément est representé sur le plan et dessain sur ce fait » (AD13 391 E 376, fol. 926) ou « suivant l’ordre du plan qu’on a dressé » (AD13 393 E 82, fol. 715) ; l’un d’eux précise même que les deux parties étaient bien d’accord avec le plan qu’elles ont signé : « pour le département desditz membres seront comme il est marqué au plan qui a esté faict et signé par les parties » (AD13 380 E 169, fol. 380).

183 AD13 373 E 271, fol. 102.

184 AD13 360 E 70, fol. 71. Le prix-fait est passé avec Vincent Barnier, maitre maçon et Michel Arnaud, maître gipier.

185 AD13 391 E 342, fol. 180.

186 AD13 364 E 244, fol. 1328.

187 AD13 360 E 30, fol. 679.

188 AD13 362 E 91, fol. 703.

189 Un cas –isolé dans notre documentation– a retenu notre attention. Antoine Pontier avait signé un prix-fait pour effectuer des travaux dans sa maison, avec le maître maçon Antoine Eiguisier. Celui-ci décède probablement peu de temps après ; et c’est vis-à-vis de sa veuve, avec l’accord du commanditaire, que Jean Ricard, maître gipier s’engage à effectuer l’ouvrage. La responsabilité du travail pouvait donc être prise aussi bien par l’un que par l’autre corps de métier. D’ailleurs le même jour, Jean Ricard passe un contrat avec Jean Lupin, maître maçon pour qu’il effectue les travaux de pierre de taille sur ce chantier (AD13 380 E 130, fol. 27, 203v et 204v).

190 AD13 362 E 127, fol. 1106.

191 AD13 373 E 271, fol. 102.

192 ACM DD 81.

193 AD13 360 E 72, fol. 360.

194 AD13 393 E 82, fol. 715.

195 AD13 360 E 80, fol. 1112.

196 AD13 366 E 33, fol. 296.

197 AD13 360 E 33, fol. 376.

198 AD13 390 E 383, fol. 1125.

199 AD13 362 E 127, fol. 1106.

200 AD13 390 E 163, fol. 196.

201 AD13 362 E 91, fol. 1444v.

202 AD13 360 E 51, fol. 765v.

203 AD13 380 E 204, fol. 476.

204 AD13 373 E 303, fol. 344v.

205 AD13 363 E 175, fol. 557.

206 AD13 360 E 30, fol. 684v.

207 AD13 360 E 110, fol. 25v.

208 AD13 360 E 72, fol. 360.

209 AD13 380 E 163, fol. 742.

210 AD13 360 E 35, fol. 413.

211 AD13 360 E 72, fol. 360.

212 AD13 380 E 130, fol. 27.

213 AD13 352 E 155, fol. 142v.

214 AD13 393 E 82, fol. 715.

215 Pour la composition du batum, cf. infra § 2.1.3. ; la définition donnée dans le dictionnaire d’Honnorat est celle d’un ciment fait avec de la brique pilée, rendu imperméable par corroyage, Honnorat 1846-1847. Voir également : Leroy 1847, p. 34 et 68. Un arrêt du parlement en date du 25 mai 1748 concernant les matériaux propres pour la maçonnerie exige que « les tuilleaux ou briques dont on fait la poudre ou batun pour le ciment seront bien cuits sans aucun mélange de terre, plâtre et mortier ny daucune poterie qui ait receu du vernis ou qui ai contenu de liqueurs grasses et huilleuses », ACM FF 187, fol. 292.

216 AD13 360 E 80, fol. 1112.

217 Gros bloc de pierre.

218 AD13 364 E 274, fol. 653v.

219 Par exemple dans le prix-fait de Jean Griffet AD13 360 E 72, fol. 360.

220 AD13 360 E 89, fol. 1176.

221 AD13 393 E 87, fol. 580.

222 AD13 362 E 101, fol. 534v.

223 AD13 360 E 80, fol. 446.

224 AD13 355 E 454, fol. 265.

225 AD13 362 E 115, fol. 51.

226 AD13 390 E 236, fol. 240v.

227 AD13 360 E 50, fol. 853v.

228 AD13 390 E 163, fol. 196.

229 AD13 364 E 293, fol. 626v.

230 AD13 390 E 163, fol. 196.

231 AD13 360 E 69, fol. 1176.

232 Sur la manière dont les pierres étaient disposées, cf. Duval 2005. Une anecdote qui se passe dans la rue de la Prison où est situé l’immeuble pourrait illustrer et justifier ce dépôt. En 1713, Honoré de Rome d’Ardenne, Capitaine de la Maison du Roi dont il a hérité par testament de Gaspard de Romme (un des gentilshommes de la maison du Roi située à l’ouest de la rue de la Prison) demande aux échevins de la ville que la rue soit agrandie devant la maison qu’il vient de faire reconstruire afin qu’elle soit mise en valeur. L’affaire est très compliquée. Mais il obtient gain de cause, la rue est élargie. Il est probable que les façades des maisons qui lui faisaient face ont dû être détruites et qu’à cette occasion, on a voulu conserver des éléments de la construction pour une réutilisation postérieure (ACM DD 107).

233 « la taille tant dedans que dehors à croches et lances d’un pan espesseur enduitte de bonne pierre de la Coronne » (AD13 391 E 424, fol. 514v) » ; « que les pierres de taille seront de celles apellées de Notre Dame » (AD13 360 E 80, fol. 446).

234 Dans les actes notariés marseillais que nous avons découvert, les pereirons sont de simples vendeurs, propriétaires d’une terre riche en pierre. Ils n’apparaissent jamais comme étant également tailleurs, contrairement à ceux de la région aixoise cités par P. Bernardi.

235 AD13 392 E 103, fol. 75v ; 380 E 204, fol. 476.

236 AD13 383 E 76, fol. 984v.

237 ACM BB 104, fol. 58-60, cité par B. Henin (1986).

238 AD13 360 E 684v.

239 P. Bernardi précise que le cayron succède à la dénomination d’ursonus, son ancêtre médiéval, tout en conservant les mêmes dimensions de 2 pans ½ en longueur pour 1 pan de hauteur et autant de largeur fixées par les Statuts marseillais de 1315.

240 AD13 380 E 155, fol. 768v.

241 AD13 363 E 175, fol. 557.

Table des illustrations

Titre Fig. 67. Bancs de calcaires à l’ouest des quartiers de Riaux à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-1.png
Fichier image/png, 990k
Titre Fig. 68. Bancs de calcaires dans le quartier du Marinier à l’Estaque (cl. A. Mezzoud/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-2.png
Fichier image/png, 214k
Titre Fig. 69. Bancs de poudingues sub-horizontaux, avec intercalations de lits d’argile rouge (A. Mezzoud/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-3.png
Fichier image/png, 439k
Titre Fig. 70. Zones de répartition des grès et des poudingues dans le bassin de Marseille
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-4.png
Fichier image/png, 134k
Titre Fig. 71. Carte des principaux sites de travertins dans le bassin de Marseille (S. Dupire)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-5.png
Fichier image/png, 469k
Titre Fig. 72. Carte des principaux faciès indiquant les principales carrières de La Couronne (A. Mezzoud/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-6.png
Fichier image/png, 314k
Titre Fig. 73. Réseau de tuyaux en terre cuite noyé dans le blocage d’un mur des bains dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-7.png
Fichier image/png, 462k
Titre Fig. 74. Parement en moellons de calcaire de Saint-Victor dans le quartier du Mazeau (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-8.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 75. Un puits du quartier du Mazeau (T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-9.png
Fichier image/png, 977k
Titre Fig. 76. Vue d’un mur en terre banchée en cours de démontage (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-10.png
Fichier image/png, 516k
Titre Fig. 77. Pilier de la maison canoniale près de la cathédrale (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-11.png
Fichier image/png, 990k
Titre Fig. 78. Fragment d’arc décoré en calcaire de La Couronne (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-12.png
Fichier image/png, 236k
Titre Fig. 79. Traces de taillant brettelé sur l’une des faces d’un claveau d’arc avec arrière-voussure (cl. M. Vacca-Goutoulli)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-13.png
Fichier image/png, 178k
Titre Fig. 80. Un sol carrelé de «navettes» dans le quartier de la Loge (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-14.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 81. Coupe sur une fondation moderne en blocs taillés reposant sur des pieux en bois (DAO B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-15.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 82. Arc de décharge sur un puits de l’Alcazar (cl. T. Maziers/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-16.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 83. Exemple de sol caladé dans le quartier de la Loge (parcelle 386) (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-17.png
Fichier image/png, 229k
Titre Fig. 84. Départ d’escalier en pierre de taille dans une cave du quartier de la Loge (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-18.png
Fichier image/png, 457k
Titre Fig. 85. Série de pieux en bois noyés dans le blocage d’un mur de cave
Légende Témoignant des dispositifs d’étaiement lors de la construction en sous-oeuvre des caves (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-19.png
Fichier image/png, 595k
Titre Fig. 86. Arc de décharge construit en prévision du creusement d’une cave inachevée sur la fouille de la place Bargemon (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-20.png
Fichier image/png, 902k
Titre Fig. 87. Extrados d’une voûte d’arêtes en briques sur une cave (cl. M. Derain/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-21.png
Fichier image/png, 969k
Titre Fig. 88. Trois baies provenant de façades démolies (DAO R. Thernot/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-22.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 89. Reconstitution de la fenêtre de l’Hôtel de Remezan d’après les blocs en remploi (cl. R. Thernot/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-23.png
Fichier image/png, 409k
Titre Fig. 90. L'Hôtel de Ville pendant la peste de 1720 (tableau de Michel Serre, Musée des Beaux-Arts, Marseille)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/908/img-24.png
Fichier image/png, 2,4M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access