Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Préface

Christian Goudineau

Texte intégral

1La vie universitaire apporte assez souvent des satisfactions, plus rarement des joies. J’en éprouve une vraie en écrivant cette préface. Non seulement en raison de liens anciens tissés avec Patrick Thollard à l’université de Provence et sur des chantiers de fouilles qui ont forgé une solide amitié, mais parce que j’aime beaucoup cet ouvrage. Il y a longtemps, après sa thèse de troisième cycle, je lui avais fait quelques suggestions (que j’ai oubliées), plus récemment Dominique Garcia lui a donné à son tour quelques conseils (que j’ignore), mais ce livre doit ce qu’il est à son auteur. Il en va toujours ainsi, mais cette fois l’auteur a pris les risques d’une aventure originale – disons, du moins, peu académique qui peut déplaire au sein du microcosme des études philologico-historico-archéologiques !

2Se lancer dans une nouvelle traduction du livre IV de la Géographie de Strabon, pourquoi ? Les précédentes n’étaient pas catastrophiques, loin de là, sans compter que le travail de François Lasserre sur le texte pour l’édition Budé ne pouvait guère être amélioré, l’édition de Radt n’ajoute pas grand-chose, c’est même plutôt l’inverse. Patrick Thollard a considéré cependant, en vrai helléniste et archéologue, qu’au moins deux caractéristiques pouvaient être contestées. D’abord, l’élégance – ou, au moins le classicisme : d’un texte plutôt besogneux, surtout constitué de fiches de diverses origines, loin d’être au fait des réalités (ce qu’on ne saurait reprocher à un auteur grec qui veut décrire l’intégralité du monde habité), on « gommait » les incertitudes, les aspérités – et en outre on traduisait (au sens propre) des réalités très anciennes en utilisant les termes d’aujourd’hui, au risque d’approximations, de malentendus, voire d’erreurs. Le lecteur appréciera ou non de lire dans leur transcription antique le nom de montagnes, de fleuves, de villes, de régions, de peuples. Personnellement, je suis sensible à ce dépaysement qui nous fait entrevoir la découverte, autrefois, d’un pays plus ou moins exotique par un lettré d’Athènes ou de Rome – ou par un gouverneur, un administrateur, un financier se rendant en Gaule et soucieux de s’informer.

3J’ai également apprécié que Patrick Thollard évite ces milliers de notes de détail qui encombrent les éditions « savantes » et qui n’offrent aucun cadre historique solide – à supposer qu’elles ne se contredisent pas. Les notices argumentées – en réalité, de superbes petites synthèses – qu’il propose, pour l’essentiel consacrées au Midi, constituent à la fois un régal pour l’esprit par leur érudition et leur intelligence, une invitation (pour lui, pour d’autres ?) à faire de même pour la suite du livre IV – peut-être une beau programme pour une équipe de recherche. On y vit la dialectique entre la pensée que les anthropologues nomment « étrangère » (parfois « étrange ») et la nôtre qui s’appuie sur d’autres catégories et d’autres connaissances. Ce n’est pas la moindre richesse de cet ouvrage – je serais tenté de dire : fascination – que de nous faire éprouver ce sentiment du décalage (du gouffre ?) qui nous sépare d’un monde gréco-romain que beaucoup croient pouvoir apprivoiser mais qui est tout à fait irréductible au nôtre.

Juillet 2008

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search