Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Première partie. Étude topographique et morphologique d’une ville multipolaire

Chapitre 1. Évolution historique et topographique

Marc Bouiron, Thierry Pécout, Régis Bertrand, Nadine Scherrer et Bernard Sillano

Texte intégral

Si le cadre topographique de la ville moderne n’a jamais posé de problème aux historiens, grâce aux nombreux plans et vues en perspectives des XVIe-XVIIIe s. (fig. 10), il n’en a pas été de même de la ville du Moyen Âge. Plusieurs difficultés ont longtemps brouillé la compréhension de la topographie médiévale. En premier lieu les travaux d’urbanisme du XIXe s. et la destruction d’une partie de la vieille ville en 1943 nous ont privé d’une compréhension directe du tissus urbain (sans compter la large destruction des données archéologiques). Ensuite, la compréhension de la ville du début du Moyen Âge est bien évidemment étroitement liée à celle de la ville antique ; or, pendant longtemps, on a hésité sur la position du rempart à l’est de la cité. Ce n’est qu’à la suite de la découverte du rempart hellénistique, sur le site de la Bourse, en 1967, que la question a été définitivement tranchée. Enfin, dernier écueil lié au précédent, l’interprétation des textes anciens a été biaisée par des lectures erronées. Les affirmations péremptoires, polémiques et souvent vindicatives d’Eugène Duprat n’ont pas aidé.

Fig. 10. Vue perspective de Marseille par Maretz (1630) (Palais du Roure/Fonds Benoit, d'après l'original conservé à la BNF)

Fig. 10. Vue perspective de Marseille par Maretz (1630) (Palais du Roure/Fonds Benoit, d'après l'original conservé à la BNF)

La compréhension actuelle, enfin cohérente (mais l’avenir nous le dira), de la topographie médiévale doit beaucoup aux travaux archéologiques. Pour une vision chronologique de cette évolution, nous renvoyons à la première partie de l’ouvrage coordonné par T. Pécout (Bouiron 2009b et c). La répartition des pouvoirs est détaillée ci-dessous entre autres par T. Pécout, tandis que R. Bertrand retrace l’évolution de Marseille moderne.

Nous n’aborderons ici que le cadre dans lequel s’inscrit la ville médiévale et moderne : la topographie « naturelle », les limites de la cité et les éléments fondateurs de la trame.

1.1. La topographie naturelle

  • 21 La butte des Moulins est doublée par une hauteur très proche, la butte de la Roquette à 38 m NGF.

L’extension des ports et la création de la rue de la République ont bouleversé une topographie « naturelle » de la ville que l’on perçoit maintenant difficilement. Le site urbain, on le sait (Bouiron, Gantès 2001) est constitué de trois grandes buttes successives. Avant les grandes transformations de Marseille, la butte Saint-Laurent culminait à 26 m, la butte des Moulins 21 à 42 m et celle des Carmes à 40 m NGF. L’actuelle plateforme du Fort Saint-Jean est totalement artificielle ; seule existait une petite éminence, dans le prolongement de la butte Saint-Laurent, dont le substratum atteignait 18 m NGF. Entre les buttes se trouvent des cols, d’où naissent des talwegs façonnés par les écoulements d’eau.

  • 22 GCNN Marseille n° 1104 (23 janvier et 1er février 1179).
  • 23 Sur cet évêque et le « château Babon » voir Bouiron 2009b, p. 25-26 et 28.
  • 24 GCNN Marseille n° 221 (23 janvier 1220).
  • 25 AD13 61 H 1 pièce 2bis (13 mars 1163) transcrit dans Bouiron 2001c, p. 79 n. 9, GCNN Marseille(...)

La topographie du sol était bien perceptible au Moyen Âge, en particulier avant que l’habitat ne recouvre la quasi totalité de l’espace urbain. La butte Saint-Laurent s’appelle le mons Babonis 22, du nom de l’évêque marseillais (du VIIe s. ?) 23. La butte des Moulins s’appelle Colla 24, c’est-à-dire « la Colline ». Enfin la butte des Carmes est la Roquabarbara 25, dont le nom subsiste encore à l’époque moderne sous le nom de Roquebarbe. Aux alentours des XIe-XIIe s., les hauteurs sont porteuses d’un symbole de pouvoir ; on trouve ainsi l’évêque sur la butte des Carmes et les vicomtes, de façon éphémère sur la butte Saint-Laurent dans le château Babon.

L’importance dans cette topographie reste le lien avec la mer. Sur la face occidentale, la côte est plutôt escarpée, la mer ayant probablement au fil des siècles entamé le substrat « rocheux » (ou plus exactement marneux) (fig. 11). La zone de développement le plus important se concentre sur la rive nord du port, c’est-à-dire sur le versant méridional des buttes. La pente douce jusqu’au rivage permet l’établissement d’un port qui n’a quasiment pas changé de place depuis l’Antiquité. Seule compte alors la capacité utile qui implique d’utiliser tout ou partie de la rive nord, voire de doubler le mouillage avec la rive sud, ce qui n’interviendra pas avant la fin de la période que nous étudions.

Fig. 11. Détail de l'enceinte du côté de la Tourette du côté de La Major (XVIIe s. ?) (cl. MHM)

Fig. 11. Détail de l'enceinte du côté de la Tourette du côté de La Major (XVIIe s. ?) (cl. MHM)

1.2. L’enceinte

La compréhension des limites de la ville a beaucoup progressé ces dernières années, en particulier dans les siècles de transition entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge. La ville du haut Moyen Âge est bipolaire, à l’intérieur de l’emprise héritée de la fortification hellénistique. A l’ouest, une fortification entoure un espace assez large autour de la cathédrale, la butte Saint-Laurent et la partie nord de l’actuel fort Saint-Jean. L’enceinte porte au XIIe s. le nom de castrum Babonis sur la butte Saint-Laurent, et nous avons proposé d’y voir une matérialisation de la délimitation de l’episcopatus avec le comitatus à la fin du VIIe s. (Bouiron 2009b, p. 28). Nous reviendrons sur ces questions dans le volume sur l’Antiquité tardive.

  • 26 Voir pour le détail Bouiron 2009b, p. 40 et le plan p. 41. Nous incluons de manière définitive la (...)

Nous plaçons sur la butte des Carmes une seconde fortification, plus tardive, qui appartient au pouvoir civil. La délimitation de cette enceinte 26 repose encore une fois sur des textes du XIIe s. (en particulier la délimitation de la paroisse des Accoules en 1163). Elle fait le pendant de la partie épiscopale et remploie très largement à l’est l’enceinte antique, dont on garde intactes les portes d’accès : porte d’Italie (porta romana), porte Saint-Martin et porte d’Aix.

  • 27 Voir Bouiron 2001c, p. 82, au plaid de la Lèque tenu entre 1122 et 1132 (d’après GCNN Marseille n (...)
  • 28 Il est intéressant de noter la différence de délimitation entre celle qui intervient à la fin du (...)

Nous positionnons également sur la butte des Carmes le siège du pouvoir civil (palais « comtal »), peut-être dès la seconde moitié du IXe s. Ainsi pourrait s’expliquer la dénomination de Rocabarbara : roque (éminence fortifiée) des « Barbares », ces Bourguignons qui tiennent le pouvoir comtal et dont J.-P. Poly a bien montré combien ils étaient haïs en Provence (Poly 1976, p. 14-15). La butte a probablement été fortifiée de façon autonome ; au début du XIIe s., elle est encore pourvue d’un « vallum », correspondant peut-être à une fortification de terre 27. À la même époque, la nouvelle délimitation de la ville supérieure, après la fin de l’indivision entre vicomtes et évêques, prend alors comme repère la partie sud de la fortification de la butte des Carmes 28.

  • 29 Sur cette extension, voir Bouiron 2001c, p. 81 et Bouiron 2009c, p. 46-47.

Nous ne nous étendrons pas sur l’évolution de l’enceinte médiévale, maintenant bien connue. Vers 1040, la première extension de l’enceinte se place dans le cadre d’une réunification de la ville, alors que vicomtes et évêques appartiennent à la même famille. La nouvelle enceinte matérialise probablement une croissance importante de l’habitat autour de l’entrée sud-est de la ville 29. La fouille de la surverse de la rue République a recoupé le tracé probable de cette enceinte. B. Sillano propose d’attribuer à la fondation de cette fortification une série de pieux, observés très rapidement dans des conditions de chantier très difficiles ; aucune maçonnerie n’a pu être réellement observée mais on imagine qu’une récupération a dû intervenir postérieurement.

  • 30 Détail des enceintes dans Bouiron 2001c, p. 83-87 ; cf. également Bouiron 2009c, p. 49-50.
  • 31 Pour le détail politique et foncier entourant cette extension, voir Bouiron 2002.

Cette zone connaît une expansion quasiment sans interruption jusqu’au milieu du XIV e s. Une extension postérieure de l’enceinte intervient encore à la fin du XIIe s. avec un doublement de la fortification vers le milieu du siècle suivant 30. Nous avons proposé de dater la fortification des alentours de 1190 31 ; il n’est pas impossible qu’elle soit légèrement antérieure mais ne devrait pas remonter au-delà de 1180. La création de faubourgs de plus en plus densément peuplés témoigne bien de l’attractivité de la zone de plaine située à l’est de la cité.

A l’exception de modifications de détail de la fortification (en particulier les transformations des tours en fonction de l’évolution de l’artillerie et la mise en place de bastions au XVIe s., dont l’étude détaillée reste à faire) (fig. 12), le tracé ne changera pas jusqu’à l’Agrandissement de Louis XIV. C’est à cette époque que sera finalement mis en œuvre un projet qui accompagnait la nouvelle donne démographique de la seconde moitié du XVIIe s. (fig. 13). L’histoire de la fortification moderne reste à entreprendre : le renforcement des bastions, scandés par les sièges de 1524, 1536 et 1590 est à mettre en correspondance avec les textes d’archives et les magnifiques représentations de la ville par les ingénieurs piémontais.

Fig. 12. Détail du plan de Marseille par Pelloia (v. 1550) (cl. AsTo)

Fig. 12. Détail du plan de Marseille par Pelloia (v. 1550) (cl. AsTo)

Fig. 13. L'extension de l'enceinte : plan de Marseille par Nicolas de Fer (1702) (cl. MHM)

Fig. 13. L'extension de l'enceinte : plan de Marseille par Nicolas de Fer (1702) (cl. MHM)

1.3. Les éléments fondateurs de la trame

La trame urbaine médiévale dépend largement de celle de l’Antiquité. Nous l’avons montré (Bouiron 2001d, p. 156), la continuité est la règle. Dans les zones où l’habitat n’a pas disparu trop longtemps, les constructions reprennent les axes antiques. Les voies principales sont également relativement proches des anciens tracés, les portes de ville (y compris dans les enceintes réduites du haut Moyen Âge) ayant maintenu les circulations principales.

Des nouveautés sont apparues par rapport à la période romaine. Tout d’abord il faut noter les transformations que connaît la ville durant l’Antiquité tardive : en particulier la position excentrée de la cathédrale a modifié progressivement le réseau viaire. Dès cette époque, le bord de mer connaît des transformations, aperçues ponctuellement sur la fouille de la place Jules-Verne. Le démantèlement des grands édifices de l’Antiquité entraine également des ouvertures de rues ; on notera toutefois que le forum ne semble pas avoir totalement disparu durant ces derniers siècles, si l’on en juge par la préservation des caves Saint-Sauveur, dans lesquelles nous avons proposé de voir le cellarium fisci de l’Antiquité tardive (Bouiron 2009b, p. 27).

Malgré la continuité, la construction des enceintes réduites à partir de la fin du VIIe s. a entraîné des déformations importantes. Ainsi plusieurs tracés de rues semblent liés à la présence soit de l’enceinte soit de portes (rues du Poirier, de l’Éperon, des Solleillets, des Gavottes …). Sur la butte des Moulins, la topographie d’origine est suivie par la courtine, ce qui tend à déformer le plan orthonormé antique. Pour autant, ces modifications restent relativement limitées à l’échelle de la ville.

Enfin, il faut noter l’extension sur le plan d’eau par rapport à la ligne de rivage antique. Ainsi le quartier du port a gagné une à deux files d’îlots, probablement au cours du XIIe s.

2. Pouvoirs et villes multiples au Moyen Âge

On le sait, la ville médiévale est aux mains de pouvoirs multiples : pouvoir civil, pouvoir religieux se décomposent et se recomposent jusqu’au moment où les Angevins parviennent à tenir l’ensemble des droits seigneuriaux.

2.1. Comtes, vicomtes et pouvoir communal (M. Bouiron)

  • 32 Voir les arbres généalogiques publiés dans Bouiron 2009b, p. 36 et 38.
  • 33 Sur les vicomtes de Marseille, la dernière mise est point est de Florian Mazel (2009, p. 145-166)

Au milieu du Xe s., une nouvelle dynastie comtale dirige la Provence. Le premier d’entre eux, Boson, fait très certainement partie de la famille d’origine lotharingienne d’Hugues, roi d’Italie de 926 à 945, de Rodolphe et Hugues le Noir, ducs de Bourgogne, et de l’éphémère roi de Provence Boson. Si la filiation est encore hypothétique 32, elle renvoie sans équivoque à cette grande famille, ces Bourguignons qui ont géré la Provence à leur profit. Dans le sillage de cette famille apparaît, quasiment au même moment, Arlulf, issu de l’entourage viennois des comtes. Boson est mentionné comme comte dès 946, Honorat, le fils d’Arlulf, est évêque de Marseille depuis au moins 948. Il est difficile de ne pas voir dans ces deux dates une réelle concomitance de la désignation de l’évêque de Marseille par le nouveau comte de Provence. Entre 972 et 977, le frère de l’évêque Honorat, Guillaume, reçoit le titre de vicomte de Marseille, qui devient avec lui héréditaire 33.

  • 34 Sur tout ceci, voir Bouiron 2001c, p. 78-80 et Bouiron 2009b, p. 40-41.

Dans la situation de la ville du Xe s., le comte doit disposer à Marseille de sa propre résidence. Les deux enceintes réduites, l’une à l’ouest pour l’évêque et la seconde à l’est pour le comte, délimitent les zones d’habitation. En 904, la donation d’un fisc par le comte Thibert à Saint-Victor, à l’origine de la possession de la rive sud par cette abbaye, se détermine par rapport à la porte du castrum. La connaissance de cette entité comtale repose sur très peu d’indices, le plus parlant étant la présence de « vieux murs » en 1163 qui servent de limite à la paroisse des Accoules 34. Cette « ville comtale », allongée jusqu’au port au sud, est dominée par la butte des Carmes. Le tout peut donc être assimilé à un castrum, site de hauteur fortifié ; la conjonction entre la topographie et le terme de Roca Barbara, si l’on admet l’assimilation aux Bourguignons, permet de proposer une résidence des comtes « bourguignons » sur la butte des Carmes. Notons également qu’aux siècles suivants du Moyen Âge, la partie du port où se trouvent les navires les plus importants (militaires en particulier) correspond à la zone portuaire de l'ancienne ville comtale. La position de celle-ci permet également de contrôler les entrées des marchandises par la porte d’Italie ou la porte d’Aix, et de percevoir les péages correspondant (c’est le Tholonée du Moyen Âge tardif).

  • 35 Le couvent Sainte-Marie, ancêtre de celui de Saint-Sauveur, a fait l’objet d’une nouvelle étude s (...)

La possession, par une même famille, du pouvoir épiscopal et vicomtal permet d’estomper la délimitation héritée de l’Antiquité tardive. Ainsi s’explique la fondation du couvent Sainte-Marie 35 en 1030, dans l’espace (neutre ou partagé ?) entre les deux enceintes réduites. Il s’agit de reconquérir cet espace devenu inoccupé. Un texte de 1073 signale que l’église Sainte-Marie de las Acoas, donnée aux moniales, était auparavant une paroisse. S’agit-il d’une réminiscence d’une tentative de repeuplement au début du XIe s. ? On notera ici que celui-ci concerne seulement la partie sud de l’espace entre les villes, la plus proche du plan d’eau. Il faudra attendre plusieurs siècles pour que la partie au nord soit à nouveau pleinement urbanisée.

  • 36 Cette délimitation a été étudiée de façon spécifique (Bouiron 2001c, p. 77-78).

Le redécoupage de la cité entre l’évêque et les vicomtes intervient probablement de façon floue dans un premier temps comme le propose Florian Mazel (2009, p. 146). Contrairement à ce que nous pensions jusque là, il semble peu probable que nous soyons en présence d’un partage volontaire entre Pons II, dernier évêque de la famille des vicomtes, et ses frères Guillaume III et Geoffroi Ier. Les tentatives régulières de la famille vicomtale pour tenter de récupérer l’évêché dans la première moitié du XIIe s., par le biais du prévôt Aicard, se solderont systématiquement par des échecs. La ville épiscopale acquiert une réelle existence dans les textes à partir de 1151 et est confirmée par l’empereur Frédéric Ier en 1164. Le découpage qui affecte alors Marseille se fait selon une ligne globalement nord-est/sud-ouest : toute la partie sud-est relève dès lors des vicomtes, la partie nord-ouest de l’évêque. Ce partage se fait en fonction d’éléments topographiques ou de bâtiments existant à cette époque. A l’est, l’évêque prend le sommet de la butte des Carmes, en suivant la probable fortification de la partie supérieure (protégeant l’ancien palais comtal ?). La délimitation se fait ensuite en suivant à peu près la ligne de crêtes des buttes de la Roquette et des Moulins. En poursuivant vers l’ouest, sur la pente de la butte des Moulins, la ligne de partage rejoint la vieille enceinte du mons Babonis. Il s’agit donc de l’adjonction de tronçons ayant une réalité physique dans l’esprit de ceux qui partagent le territoire. Ceci explique que trois générations plus tard, l'espace s'étant transformé, la description de la limite entre les villes établies en 1220 soit beaucoup plus complexe à comprendre 36.

La ville basse n’évolue que lentement à partir de ce moment-là. La multiplication des branches de la famille vicomtale, alliée aux difficultés des comtes de Provence d’origine catalane pour maintenir leur pouvoir, permet l’émergence du pouvoir communal. Au début du XIIIe s., les rachats successifs des droits seigneuriaux et les conflits avec l’abbaye Saint-Victor qui cherche à tenir la ville basse, amènent la commune à une certaine liberté. C’est l’époque des podestats, le temps où l’on construit le palais communal, où la commune se donne au comte de Toulouse pour échapper au comte de Provence. Liberté de quelques décennies, difficile à maintenir, qui ne résistera pas à la poigne du premier comte angevin, Charles Ier.

  • 37 Le travail d’édition en cours par Marc Bouiron et Juliette Sibon du recensement de 1265 et de l’e (...)

Dans les documents conservés du règne de ce prince, il est particulièrement important de constater la transmission des propriétés de la commune au comte 37, la commune n’étant elle-même que l’héritière des droits (et possessions ?) vicomtaux.

2.2. Les évêques de Marseille, de la seigneurie urbaine au service du prince, XIe – XIVe s. (T. Pécout)

Parmi les prélats des trois provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles et Embrun, les évêques de Marseille se caractérisent par une puissance temporelle considérable, comparable à celle des archevêque d’Arles ou d’Aix. Pourtant, le diocèse de Marseille ne se distingue pas par son étendue ni par la densité de son peuplement. C’est avant tout à son implantation urbaine, dans une cité au notable dynamisme commercial et qui constitue la plus grande unité de Provence hormis l’Avignon pontificale du XIV e s., que l’évêque de Marseille doit son rang. Mais cette position attire aussi de nombreuses convoitises. Peu avant l’an mil, le temporel de l’évêché et celui de l’abbaye Saint-Victor restent encore largement imbriqués, sous le contrôle étroit de la famille des vicomtes de Marseille dont ils constituent l’élément principal de l’assise politique, juridictionnelle et domaniale. Dès lors que le siège épiscopal commence à s’affirmer comme puissance autonome, l’enjeu réside pour l’évêque dans sa capacité à rassembler sous son contrôle les droits susceptibles de maintenir ce rang, et d’éviter l’émergence de pouvoirs concurrents. Sur ce double plan, les prélats rencontrent des obstacles qu’ils ne parviennent pas à surmonter, et l’émergence du chapitre cathédral comme puissance seigneuriale ajoute encore à ses difficultés. De la détention par ses acteurs concurrents de nombreux droits supposant l’exercice d’une juridiction ou le contrôle d’un ressort, résulte une territorialisation progressive des dominations, et, au sein de la cité, une partition spatiale des pouvoirs seigneuriaux.

  • 38 De rares travaux universitaires demeurés inédits (Jouve 2002, Jouvet 2006). Outre les publication (...)

La première moitié du XIIe s. est une période d’affirmation du pouvoir temporel des évêques de Marseille. Cette tendance est suscitée par un processus d’émancipation et de fragmentation des pouvoirs. Tandis qu’à la faveur de la réforme dite grégorienne, et de ses conséquences sur le rôle dévolu aux moines dans la société chrétienne, l’abbaye de Saint-Victor échappe définitivement à leur sphère d’influence directe à la fin du XIe s., la famille vicomtale et sa parentèle perdent le contrôle du siège après l’épiscopat de Raymond de Solliès (1122-1151) 38. Dans les années 1160, cette évolution aboutit à la consolidation d’une seigneurie épiscopale dont le cœur est la ville haute de Marseille. Elle se maintient jusqu’à l’échange imposé par Charles d’Anjou en 1257.

Le pontificat de Pierre (1152-1170) est déterminant qui voit se structurer une seigneurie épiscopale. Depuis la ville haute, et malgré ses droits sur le port ancien, il tente de développer les échanges à partir du débarcadère de Porte Galle, dans l’anse de l’Ourse. Il contrôle aussi le monastère de moniales Saint-Sauveur. Mais l’émergence d’une seigneurie épiscopale passe par l’affrontement avec les vicomtes. Divers conflits montrent que ces derniers s’efforcent de préserver leurs prérogatives publiques et les droits qui y sont liés (albergue, questes, cavalcades, justices). Les évêques disposent en revanche du péage de Ners et Allauch, de celui de Saint-Julien, ainsi que d’exemptions sur les bois proches de la ville et les taxes du port.

  • 39 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 238.
  • 40 GCNN, Marseille, n° 159, col. 77-78.
  • 41 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 224. Pour la question de l’hommage, voir Giordanengo 1988 et Mazel (...)
  • 42 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 241.
  • 43 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 261.

Ce pouvoir seigneurial grandissant s’exprime dans l’édification d’une nouvelle forteresse urbaine, aux limites de la ville, et sur les hauteurs la dominant, à Roquebarbe. Les vicomtes tentent de s’y opposer en 1151, en leur contestant le droit d’édifier des fortifications, mais le comte de Provence tranche peu après en faveur du prélat 39. L’évêque Pierre prend bien soin de se faire confirmer explicitement ce droit régalien auprès de l’empereur en 1164, ce qui est également réaffirmé l’année suivante par son métropolitain, l’archevêque d’Arles. Dans les possessions les plus excentrées, le prélat mène une politique comparable de lutte et de soumission des nobles locaux. Ainsi, en 1157, les seigneurs de Saint-Cannat doivent accepter de lui prêter hommage 40. Le pouvoir vicomtal se maintient toutefois dans les castra contrôlés par l’évêque, Aubagne, Gémenos, Cuges, Julhans, Roquefort, ou encore Saint-Marcel et Castellet. Mais ce dernier veille à s’y faire reconnaître seigneur majeur, avec l’exercice du dominium, ce qui lui permet d’imposer aux nobles serments puis hommage. Si une première forme d’allégeance des vicomtes est attestée dès 1128 41, il faut attendre 1152 42 pour rencontrer un véritable hommage, avec le vicomte Raymond Geoffroi. La cérémonie est ensuite bien attestée, avec Hugues Geoffroi en 1177 43, pour la région d’Aubagne. Au XIIIe s., la famille des Baux, successeurs des vicomtes, se prête aussi à ce cérémonial (Mazel 2002).

Dans leur effort de consolidation du temporel, les évêques se tournent vers les sources de toute légitimité. Ils sollicitent des confirmations des papes, mais aussi des empereurs et rois d’Arles. En cela, ils rejoignent les préoccupations des pontifes, désireux d’accroître leur emprise sur le clergé séculier, dans le sillage de la réforme dite grégorienne et du processus de centralisation qui s’ensuit, mais aussi celles des empereurs de la dynastie des Staufen, s’efforçant de restaurer leur autorité dans ce qui est devenu le royaume d’Arles. La confirmation impériale de 1164 entérine ainsi la lente gestation de la seigneurie épiscopale et donne à cette dernière la force du droit.

  • 44 GCNN, Marseille, n° 146, col. 67-68, et n° 147, col. 68-69.
  • 45 AD13 6G 438, fol. 1v-2.
  • 46 C’est le cas du cartulaire de l’évêché de Marseille compilé en 1356, où l’acte figure en tête ave (...)

Déjà, en 1141, le pape Innocent II avait accordé une première bulle de confirmation qui inspire le contenu de celle d’Eugène III en 1148 44. Celle d’Anastase IV, en 1153 45, est en revanche plus précise dans le détail et la localisation des droits exercés. Le début des années 1160 correspond à une phase de stabilisation des juridictions spirituelles et temporelles dans la ville : tandis que les droits et limites des paroisses achèvent de se structurer, avec Saint-Cannat qui s’ajoute à Saint-Martin, Sainte-Marie des Accoules et Saint-Laurent, chapitre et évêque tentent de s’en partager les ressources et juridictions. Aussi, lorsque l’évêque Pierre, et peut-être aussi son chapitre, sollicitent en 1164 un diplôme de l’empereur Frédéric Ier (1152-1190), qui s’efforce alors de reprendre le contrôle de son royaume d’Italie face aux communes urbaines, le prélat fournit à la chancellerie impériale une liste précise de ses biens et droits. Il s’efforce aussi par là de contrecarrer les résistances de la famille vicomtale qui, pour avoir longtemps partagé avec les évêques une histoire commune, dispose de droits enchevêtrés avec la seigneurie épiscopale, et qui supporte fort mal l’emprise qu’elle tente de leur imposer. Du reste, une procédure est alors en cours entre ces mêmes protagonistes, sous l’arbitrage de l’archevêque d’Arles et de l’évêque de Carpentras, depuis le début de cette année 1164 et jusqu’en octobre 1165 (Mazel 2009). La sollicitation d’une confirmation impériale s’y inscrit sans nul doute. L’évêque Pierre espère dès lors parachever la consolidation de ses droits temporels. D’ailleurs, l’archevêque d’Arles Raymond de Bollène (1163-1182) effectue la même requête auprès de l’empereur. Tous deux obtiennent satisfaction par deux diplômes délivrés à Pavie les 16 et 17 avril 1164, et qui désormais vont figurer en bonne place parmi les titres et pièces probatoires de leurs archives et cartulaires respectifs 46.

À la lecture du diplôme impérial de 1164, le pouvoir de l’évêque apparaît considérable. Ce dernier s’ancre en premier lieu dans la cité, soit à partir d’établissements ecclésiastiques, avec le monastère des bénédictines de Saint-Sauveur (en son premier emplacement, à proximité de l’église Sainte-Marie des Accoules), soit à l’appui de sa forteresse des hauteurs de Roquebarbe. Une délimitation précise et territorialisée de son ressort est donnée dans l’acte de 1164. Le contrôle du nord de la cité lui permet de s’implanter, depuis Porte Galle au nord-ouest de la ville haute, dans l’anse de l’Ourse, à l’extérieur des remparts, un petit site portuaire. Puis viennent des possessions domaniales aux abords de l’agglomération ou le long des cours d’eau irriguant le territoire marseillais, avec Plombières (quartier actuel, près de la Belle de Mai), Pratlong (au nord de la ville médiévale, près du Cannet, le long du ruisseau des Aygalades), Mont Jusiau (dans la zone de la Belle de Mai, qui comportait un cimetière juif jusqu’en 1495), le val de Saint-Just (nord-est de l’agglomération actuelle), Casau (Saint-Charles), Garbiers (au nord des précédents), le val Saint-Bauzile (vallée correspondant à l’axe de l’actuelle Canebière), le val de Morier (sud de la colline Saint-Charles), et Saint-Just, au nord-est de l’agglomération. Caldacidio, Castellum de Vier et Colonne restent en revanche non identifiés, tandis qu’Arcus renverrait à des vestiges antiques, et peut se situer dans une zone proche de l’église Saint-Saturnin, dite « dels Arcs » au XIV e s., hors des murs de la ville, ou bien encore au sud-est de celle-ci, près du Rouet. S’y ajoutent le dominium sur les massifs de Marseilleveyre, Mont Puget et Saint-Cyr, au sud de la commune actuelle (les monts « d’outre Huveaune »).

  • 47 AD13 5G 109 et 115.

Au-delà du territoire marseillais proprement dit, l’évêque dispose de nombreux droits dans des castra qui en contrôlent les accès nord, aux Pennes-Mirabeau, nord-est, à Allauch et Ners, est, à Saint-Julien. Mais à Aubagne, ce sont les vicomtes de Marseille qui tiennent le castrum en fief de l’évêque. La seigneurie épiscopale s’exerce aussi dans les zones de salines, avec l’étang du Lion, qui se situe soit au sud de l’étang de Vacarès, en Camargue, ou bien dans l’actuelle commune de Marignane. Elle est présente sur les abords de l’Étang de Berre, le long d’axes terrestres menant à la cité, à Vitrolles, Marignane, Papia (auj. com. Marignane) et Saint-Victor de Cella (Saint-Victoret). Quant à Bagneriis, ce toponyme non identifié renvoie peut-être au Balagnerio et Balagnier signalé au XIV e s. 47, ou bien à l’étang disparu de Vagnère, près de Marignane. Enfin, le prélat contrôle quelques castra aux marges orientales du diocèse de Marseille, comme Méounes et Le Beausset. Saint-Cannat se situe dans une enclave au sein du diocèse d’Aix, tandis que Meinarguette (com. Mazaugues) est comprise dans le diocèse d’Aix, et qu’Évenos, Auroneves ainsi qu’Orvès (habitat disparu, com. Évenos) se trouvent dans celui de Toulon.

  • 48 Moine bénédictin, abbé de Lagrasse, Benoît d’Alignan est désigné évêque de Marseille en 1229 par (...)

En dépit de cette considrable assise, l’évêque ne parvient nullement à prendre le contrôle de la totalité de la ville. Toute la partie basse, la plus dynamique car elle comprend aussi le port, lui échappe. Signe des limites de son rayonnement et sans doute aussi de ses capacités financières, le prélat est incapable au début du XIIIe s. de profiter du délitement de la famille vicomtale et d’acquérir ses droits, contrairement aux élites patriciennes qui en profitent pour former un solide pouvoir communal. Le pouvoir temporel de l’Église de Marseille s’avère mal préparé à affronter le développement d’une commune. Sous l’épiscopat de Benoît d’Aligan (1229-1267) 48, face au modèle d’autonomie offert aux élites urbaines par la ville basse et pour préserver son autorité sur la ville haute, il lui faut passer par l’alliance avec le comte de Provence, Raymond Bérenger V (1209-1245), puis son gendre Charles d’Anjou (1246-1285). Si au milieu du XIIe s., la ville haute, qui voit grandir de nouveaux bourgs, finit par constituer une entité à part entière, dominée par la forteresse épiscopale de Roquebarbe, l’évêque s’y voit ainsi cantonner, et il doit y affronter son propre chapitre cathédral.

  • 49 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 238.
  • 50 Peut-être Rode ou Rodes (quartier du Lendouvier), com. Allauch.
  • 51 Belsunce I, p. 381-383 ; ind. GCNN, Toulon, n° 82, col. 69.
  • 52 Ind. GCNN, Marseille, n° 1097, col. 690.
  • 53 GCNN, Marseille, n° 1108, col. 697-699.

Ce dernier, dont les membres sont issus en grande partie de la petite noblesse urbaine et de la famille vicomtale, est d’abord au début du XIIe s. un instrument entre les mains de cette dernière pour affaiblir le pouvoir épiscopal, notamment sous le prévôt Aicard († 1167). L’affirmation du chapitre, dans les années 1160, sans doute aussi de nouvelles nécessités de gestion induites par le chantier et l’Œuvre de la cathédrale, conduisent à une division du temporel de l’Église, qui se traduit par une partition progressive de la ville haute. Le chapitre cathédral, installé auprès de La Major et de la maison de la prévôté, semble déjà bien contrôler leurs abords, au moins depuis janvier 1151, comme l’atteste un accord conclu avec les vicomtes 49. À l’extérieur de la ville, les chanoines disposent aussi de nombreux droits, et le comte Raymond Bérenger les leur confirme en 1150, à Allauch avec un castellum à Rodimacum 50, Saint-Julien, les Pennes, un quart d’Orvès et d’Évenos. Un premier conflit avec le prélat débouche, en mars 1159, sur l’arbitrage des évêques de Carpentras et de Toulon, qui imposent le serment de fidélité à l’évêque 51. En mai 1163, ceux d’Antibes et de Toulon prononcent une nouvelle sentence qui impose la division des menses épiscopale et canoniale 52. L’ensemble des droits du chapitre est confirmé par le pape Lucius III en juin 1182 53. Sous la prévôté de Guillaume de Tourtour (1173-1183), le temporel du chapitre achève ainsi de se consolider.

  • 54 GCNN, Marseille, n° 1104, col. 693-696.

Il dispose ainsi d’un pouvoir seigneurial capable de rivaliser avec celui des évêques. Le Château Babon, en pariage avec les vicomtes depuis 1179 54 afin de lotir la zone, et l’alleu de Sainte-Marie, mentionné en 1153, constituent la partie de la ville haute relevant du chapitre. Ce dernier y lève des cens sur les habitants, ainsi que la moitié des dîmes de la ville entière, et la moitié de celle que perçoivent les Templiers. Dans le territoire de Marseille, ses possessions se concentrent aussi à Saint-Just, Morier, Saint-Bauzile, Archulas (Arcoles, à Fondacles, au nord de Saint-Julien), la Coufonne (Mazargues). À sa périphérie, il dispose en outre de droits et de parts de seigneuries dans les castra d’Aubagne, Gémenos, Roquefort, Julhans et Cuges, que les vicomtes tiennent en fief, ainsi qu’à Allauch, Château Gombert, Les Pennes, Saint-Julien, Évenos, Feians (près de la Couffone, Mazargues), et enfin une part de moulin sur l’Huveaune. S’y ajoutent les droits d’autel et de collation sur de très nombreuses églises.

  • 55 Châteauvert, Néoules, Var ; La Roquebrussane, ch.-l. cant., Var ; les castra du Val de Signes, ca (...)
  • 56 Saint-Cannat, cant. Lambesc, Bouches-du-Rhône. Ners, Pichauris, auj. com. Allauch, cant. Marseill (...)
  • 57 Mérindol, cant. Cadenet, Vaucluse : il s’agit de la navigation sur la basse Durance et de sa trav (...)

C’est finalement le comte de Provence qui parvient à s’implanter le plus solidement dans la cité et à lancer à son profit un processus d’unification des pouvoirs qui aboutit en 1343. Dans son effort de mainmise sur la ville et ses ressources, et après avoir soumis la commune de la ville basse en 1252, Charles d’Anjou impose un échange avec Benoît d’Alignan à propos de la ville haute. Le 30 août 1257, l’évêque de Marseille abandonne toute juridiction temporelle et seigneurie. En contrepartie, il reçoit une rente annuelle de 500 livres de royaux assignées sur un ensemble de castra évalués par l’archevêque d’Aix, l’évêque de Fréjus et Barral de Baux, et sur lesquels il aura toute juridiction : Châteauvert, La Roquebrussane, Néoules, les castra du Val de Signe, Mérindol, Mallemort, Alleins, Valbonnette 55. S’y ajoutent tous les droits comtaux, sauf les cavalcades et l’hommage que l’évêque devra au comte, sur Saint-Cannat, Ners, Pichauris, Meinarguette, Méounes, Orvès, le Bausset 56, et dans les autres lieux où l’évêque a déjà des droits, ainsi que la liberté de traversée à Mérindol 57 pour ses embarcations. Le prélat recevra l’hommage des seigneurs de ses lieux, il sera défendu par les officiers comtaux face aux contestations, et pourra nommer ses propres officiers, juges et notaires sur ses terres, ainsi qu’un juge des premiers appels. L’évêque prête hommage et fidélité au comte et à la comtesse. Désormais essentiellement rural et bien que comportant d’importantes juridictions, le temporel du prélat est dispersé entre plusieurs diocèses (Aix, Cavaillon et Toulon, outre le diocèse de Marseille).

  • 58 AD13 5G 12, n° 81 (rouleau parchemin).
  • 59 AD13 1H 157, nos 772-773. L’abbaye reçoit en compensation les revenus de l’annonerie.
  • 60 AD13 B 529. Mabilly 1905, p. 274-283.

Mais l’affaiblissement des droits de l’évêque de Marseille est vigoureusement contesté par le pape Alexandre IV (1254-1261) qui y voit une aliénation imposée par le comte. Il désigne le sacriste et l’archidiacre de Maguelone vers l’automne 1258, puis l’évêque de Cavaillon Rostaing Berlinguer en décembre, afin d’examiner la conformité de cet échange. La procédure d’enquête est poursuivie par le neveu du pape, Riccardo Annibaldi, cardinal de Saint-Ange, sous les pontificats suivants, jusqu’en 1268. Le successeur de Benoît d’Alignan, Raymond de Nîmes (1267-1288), échoue enfin dans sa tentative de faire annuler l’aliénation du temporel en 1268 58. Charles d’Anjou dispose ainsi d’un pouvoir considérable sur la plupart de la ville où il installe une administration. Il lui reste à acquérir les droits des moines de Saint-Victor, chose faite le 10 juin 1275 59. Sous le règne de Jeanne Ire (1343-1381), le chapitre cède toutes ses juridictions sur la ville haute le 1er décembre 1343, ainsi que ses droits de lesdes, péage et pêcherie 60. À cette date, s’achève le processus d’unification des pouvoirs sur une ville qui a renoué depuis le début du siècle avec une relative autonomie du gouvernement urbain, sous le contrôle du viguier royal et de ses officiers.

3. Marseille du XVIe s. à la Révolution : aspects urbains et monuments (R. Bertrand)

C’est un état provisoire des connaissances sur Marseille aux Temps modernes que l’on présentera ici, en soulignant d’emblée le long retard de l’érudition marseillaise, qui est encore loin d’être comblé. Marseille n’a pas bénéficié à la fin du XIXe puis au XXe s. d’une commission municipale des travaux historiques, à l’instar de celle qui est établie à Paris, ni d’un groupe associatif d’érudits s’appliquant à reconstituer l’histoire de ses monuments et de ses hôtels particuliers, comme il en a existé à Avignon ou Lyon par exemple. Bruno Roberty et les archivistes Raoul Busquet (Busquet 1955) et surtout Joseph Billioud (Billioud 1963) ont amorcé dans le second tiers du XXe s. les premières recherches d’archives réellement soucieuses de documenter un monument – en particulier par la découverte de prix faits. Puis dans les années 1960-1980, Jean-Jacques Gloton a contribué à réévaluer le baroque marseillais (Gloton 1980a). Les recherches d’Arnaud Ramière de Fortanier (Ramière de Fortanier 1978), d’heureux accroissements des collections municipales, tel l’achat des manuscrits de F. Michel de Léon (Bertrand 1992), et l’exposition organisée par Myriam Morel au musée d’Histoire en 2007 (La ville figurée) ont doté Marseille au cours de la dernière génération d’un corpus iconographique dont la datation a souvent été précisée.

Le progrès le plus net des connaissances est venu ces dernières années de l’extension aux Temps modernes des fouilles et relevés archéologiques. Les rapports de fouilles ont déjà permis la confrontation de plusieurs de leurs résultats aux documents écrits et iconographiques. Les archéologues ont suscité un renouveau de la recherche en archives et imposé une exigence de précisions dans son interprétation. L’archéologie contribue avant tout à apporter des données que ces autres sources ne sauraient fournir. Elle induit aussi une approche critique plus affinée des représentations iconographiques de la ville.

3.1. Une grande ville, un faible pouvoir de commandement

Marseille est pendant les Temps Modernes le premier foyer économique de la Provence par son activité portuaire et manufacturière et la seule cité provençale qui figure dans l’étroit peloton des grandes villes françaises de l’époque. Elle améliore sa position démographique entre XVIe et XVIIIe s. alors que s’accentue son écart avec les autres villes du sud-est. Selon J. Billioud, qui a tenté d’étudier la démographie marseillaise à partir des statistiques du ravitaillement, sa population agglomérée serait vers 1520 de 14 à 15 000 habitants, de 30 000 vers 1554 et encore en 1599 (Rambert 1951-1966, III, 179-185). Elle est alors sans doute, par sa population, la sixième ville du royaume. Marseille aurait 40 à 45 000 habitants en 1610. Elle aurait 75 000 habitants en 1696, terroir compris, auxquels s’ajoute la population de cette véritable ville dans la ville qu’est l’arsenal des galères, soit 18 à 20 000 personnes à la fin du XVIIe s. En 1765, Marseille a perdu les pensionnaires de l’arsenal; il y aurait alors 86 400 habitants dans la ville agglomérée et 19 000 habitants dans le très vaste terroir. Si l’on accepte l’hypothèse tout à fait maximale de 120 000 habitants en 1790 (dont 100 000 dans l’agglomération et le reste dans le terroir), elle se situe alors au troisième rang français, loin derrière Paris (650 000 habitants), après Lyon (146 000 habitants), peut-être avant Bordeaux (110 000 habitants). Cette croissance démographique a des conséquences sur le développement urbain. Ce dernier est avant tout marqué par l’Agrandissement de 1666 qui triple la superficie urbaine : il dédouble la perception de la cité entre ce qui devient la « vieille ville », progressivement dépréciée, et la « Ville Nouvelle », au plan régulier, aux longues perspectives et au décor urbain de qualité, très fortement amoindri aujourd’hui (fig. 14).

Fig. 14. Plan de Marseille par Razaud (vers 1700 ?) (cl. ACM)

Fig. 14. Plan de Marseille par Razaud (vers 1700 ?) (cl. ACM)

L’originalité de Marseille est d’être une grande ville dont les fonctions administratives sont très réduites sous l’Ancien Régime. Le centralisme aixois n’a guère d’équivalent en France. Marseille est au XVIIIe s. la seule des dix premières villes de France pour leur population qui ne soit pas le siège d’une intendance. Compte tenu de l’importance économique de la ville-port, l’intendant d’Aix doit longuement y séjourner pendant l’année. Il loue pour cela un hôtel particulier de la rue Noailles. Marseille est un port où le négoce règne en maître, ce qui n’est pas le cas de Bordeaux et Rouen, villes de parlement et d’intendance. La noblesse y est peu nombreuse. Elle est souvent récente et issue de la marchandise, les officiers des galères faisant exception (mais en 1748 les galères sont transférées à Toulon). Elle perd la direction de la ville en 1660 au profit des négociants et tend dès lors à migrer vers Aix, où la noblesse « tient le haut du pavé » et donne le ton à la ville. En 1767 cependant, une réforme du système municipal instaure un maire pris dans la noblesse locale. Les notables marseillais sont pour la plupart en phase d’accumulation du capital familial et ils sembleraient réprouver souvent l’ostentation extérieure dans les bâtiments, au contraire de la noblesse aixoise, qui tient à accentuer sa différence d’avec les riches roturiers et est soucieuse de « tenir son rang » par ses hôtels.

3.2. Marseille au XVIe s. et dans les deux premiers tiers du XVIIe s.

Quelques documents d’exception procurent des images de Marseille antérieures à l’Agrandissement de Louis XIV prises de points de vue différents. Le dessin du capitaine Ercole Nigra, vers 1591, tracé peut-être depuis le plateau Saint-Charles, « constitue la première représentation fiable de Marseille » (Ramière de Fortanier 1978, pl. 6) si l’on tient compte que son auteur, homme de guerre, est davantage soucieux de l’exactitude des remparts et fortifications que du détail de la trame urbaine dont le dédale a été transformé en damier. Non moins exceptionnels, les dessins de Cornelis Vroom, entre 1623 et 1636 (Ramière de Fortanier 1978, pl. 9) et J.-R. Werdmüller, 1662 (Bouiron et al. 2001c, p. 375-393) (fig. 15) procurent une autre vue de la ville, levée depuis le plateau Saint-Michel et centrée sur le port. Le « plan figuré » de Jacques de Maretz vers 1630 (cf. fig. 10) la montre depuis Notre-Dame de la Garde, avec des rues exagérément larges et rectilignes.

Fig. 15. Détail de la vue de Marseille par Werdmüller en 1666 (cl. Zentralbibliothek de Zürich)

Fig. 15. Détail de la vue de Marseille par Werdmüller en 1666 (cl. Zentralbibliothek de Zürich)

Maretz et plus encore Nigra marquent fortement l’aspect de « forteresse de mer » d’une ville qui occupe pour l’essentiel les trois buttes de son site antique et, vers l’est, la petite plaine correspondant à l’ancienne corne du port, colmatée pendant le haut Moyen Âge. Les auteurs du XVIe s. lui reconnaissent la forme d’une harpe. Sa superficie intra muros est d’environ soixante-dix hectares. Marseille est protégée sur deux de ses trois côtés par son enceinte médiévale. Son contour en ligne brisée suit depuis l’entrée de la passe et la tour Saint-Jean le rivage escarpé, qui n’a pas encore été régularisé, jusqu’à l’anse de la Joliette, il suit approximativement l’axe de l’actuel boulevard des Dames dont la création entraînera sous le Premier Empire la disparition de cette partie de la muraille qui n’avait pas été touchée par l’Agrandissement. Au sud de la rue Sainte-Barbe, l’enceinte avait été avancée au début du XIIIe s. presque jusqu’au niveau du futur cours Belsunce. Cette dernière portion était renforcée au XVIIe s. par de grosses tours rondes au couronnement adapté à l’artillerie, analogue à celui du château d’If. Passé la porte Réale (angle actuel de la Canebière et du cours Belsunce), le mur rejoignait le fond du port, entre l’actuelle Canebière et la rue des Fabres.

L’enceinte a été renforcée dans les premières décennies du XVIe s. par des ouvrages bastionnés le long de la route d’Aix. Elle a résisté au siège de 1524 mais devient obsolète au siècle suivant face aux progrès de l’artillerie. Pas de muraille sur le quai du port, défendu par la chaîne que l’on tendait à travers la passe et par la rangée serrée des façades des maisons bordières, entrecoupées de rues étroites et de quelques « crottes » (littéralement voûtes, passages couverts, équivalents des « endrones » de la haute Provence)

Le fond du port est occupé par le « plan Fourmiguier », terrain protégé d’une muraille où se trouvent depuis le XV e s. quelques installations pour la construction des bateaux marchands et les galères. En 1512 un arsenal a été créé dans son prolongement sur la Rive Neuve. Autour de l’enceinte s’étendait une auréole faubourienne, dont des parties sont mieux connues désormais grâce aux fouilles. Particulièrement intéressante est l’évolution de son flanc oriental. Il y a là, le long des lices, entre les chemins d’Aix et d’Italie, un assez large espace, « lou grand caire » (le grand côté), glacis militaire devenu un carrefour essentiel, lieu de passage et de stationnement au contact des principales portes de l’enceinte et au débouché des chemins du terroir. Entre le dessin de Nigra et le plan de Maretz, sa bordure opposée à l’enceinte s’ourle de maisons et d’auberges. On suit aussi ses aménagements : installation de fontaines et plantation d’arbres qui préfigurent sa future transformation en Cours (Sillano 2004b).

Dans la ville murée, la division administrative et politique en « sixains » a fait place depuis le début du XVIe s. (et non en 1560 comme l’indique par erreur Ruffi) à quatre quartiers. Le cœur de la cité, Draperie ou Corps de Ville, autour de la maison commune et de l’église gothique Notre-Dame des Accoules, semblerait très peuplé (plus de 6000 communiants en 1558-59 ?) et serait le quartier le plus richement habité au XVIe s. Robert Ruffi écrit à la fin du XVIe s. qu’y habitent « la plus part des gentilhommes et riches marchandz de la ville ». À l’est, Blanquerie où s’élève la collégiale Saint-Martin, vaste édifice gothique rasé à la fin du XIXe s. Selon Ruffi, les habitants « sont la plusparts mesnagers et bourgeois et partie de gentilhommes ». Au nord-ouest et au nord, Cavaillon, de la Major jusqu’au couvent des Grands-Carmes, le plus éloigné du port, « où logent la plupart des laboureurs » et qui semble de façon générale un quartier socialement déprécié. À l’ouest, Saint-Jean, autour de l’église Saint-Laurent, « où sont logéz tous les pescheurs, gens de marine et quelques merchans » (Kaiser 1992, p. 81). À l’intérieur de ces quartiers, des lieux-dits aux noms assez fluctuants dans les actes pouvaient être déterminés par une rue et ses alentours (« quartier Baussenq », autour de la rue Baussenque), ou un édifice (« quartier de l’observance ») (Kaiser 1992, p. 80-94). Il est couramment affirmé que les limites de ces quartiers correspondaient à celles des paroisses. W. Kayser a montré que ce n’était pas exact au XVIe s. pour le quartier Saint-Jean, qui se serait étendu alors jusqu’à la place de la Major ou pour la paroisse Saint-Martin, qui débordait sur Cavaillon.

Depuis la suppression au milieu du XV e s. de la paroisse Saint-Cannat dont l’église était située sur la pente nord de la butte des Carmes, la ville est divisée en quatre paroisses. Sainte-Marie-Majeure (la Major), la cathédrale, est aussi sanctuaire paroissial, comme dans la plupart des sièges diocésains provençaux (Arles excepté). Saint-Martin est érigée en collégiale en 1536, ce qui aurait rejeté au troisième rang Notre-Dame des Accoules, qui ne devint à son tour collégiale qu’en 1560. Enfin Saint-Laurent est la dernière paroisse jusqu’à l’érection en 1693 de celle de Saint-Ferréol, dans la partie méridionale de l’Agrandissement. La carte des limites paroissiales a été naguère réalisée par Ferréol Rebuffat par dépouillement d’un échantillon d’actes mortuaires qui précisent dans quelle artère a été « pris » le corps, et report de ces données sur les plans de Bresson (1773) et Pierron (178) qui fournissent les noms des rues (Carrière 1968, p. 25).

Ce très faible nombre de sanctuaires paroissiaux urbains est une caractéristique des villes du Midi. En fait les dévotions et les sépultures des fidèles se partagent entre les églises paroissiales et celles des couvents masculins, qui abritent également de nombreuses confréries de dévotion ou professionnelles. Au cours des XVIe et XVIIe s., une douzaine de chapelles de pénitents, associations pieuses de laïcs, sont édifiées, pour la plupart dans des enclos conventuels ou des cimetières paroissiaux. La ceinture conventuelle périurbaine constituée au XIIIe s. par les ordres mendiants a disparu aux siècles suivants, ces communautés trop exposées trouvant refuge dans l’enceinte. Une seconde ceinture se formera aux XVIIe et XVIIIe s. à l’est et au sud ; certaines de ses maisons se retrouveront dans le périmètre de l’Agrandissement de 1666 (Bertrand, Bernos 1993).

À l’intérieur de l’enceinte, un net contraste oppose depuis le Moyen Âge sinon auparavant le sud et le nord de la ville ; le long d’une dorsale sud-ouest/nord-est suivant approximativement le sommet des buttes et l’ancienne limite entre les villes comtale, épiscopale et prévôtale (Rambert 1934, p. 176 et sq.). Sur les versants tournés vers le port, des quartiers densément construits et peuplés, aux îlots allongés et souvent peu profonds, aux rues étroites, dont les marchés et les fontaines multipliaient les espaces de rencontre et d’échanges, qui ont une vie de sociabilité intense pouvant se muer en promiscuité. Dans ces espaces proches du port, on dénonce au XVIe les saillies des maisons sur la rue, qu’elles soient en encorbellement ou sur piliers, et l’enjambement de segments de rues par le bâti, formant les passages voûtés, les « crottes ». Les lettres patentes de 1569 donnaient pouvoir aux consuls de faire abattre « toutes les saillies et arcades ». Mais les résistances furent opiniâtres. Vers 1582 on aurait détruit plus de trois mille « auvents, crottes et saillies », ce qui n’est guère assuré (Billioud 1957, p. 67-74).

Le sommet et le revers des buttes des Moulins et de Saint-Laurent ainsi que les pentes de la butte des Carmes, zones tournées vers le terroir, connaissaient un habitat de bien moindre densité, en général modeste, voire pauvre. Le plan de Maretz comme le cadastre de 1820 y montrent des jardins et des espaces faiblement occupés, un réseau viaire marqué par les contraintes de la pente, des îlots souvent vastes, en particulier dans la partie septentrionale. Au XVIIe s., de nombreux couvents, des chapelles de pénitents, des hôpitaux (la Charité, le Refuge) et des établissements artisanaux y trouveront encore des espaces où s’établir. Fait significatif, alors que les maisons religieuses situées dans les autres quartiers ne disposent d’aucun jardin et sont bordées de rues, celles de Cavaillon conservent jusqu’à la Révolution des enclos parfois vastes : on établira lors du retour de peste de 1721 des fosses communes dans celui de l’Observance. Le cimetière des protestants pourra y être à trois reprises transféré dans des jardins. Le sommet de la butte des Moulins est un espace sous-occupé, où il sera encore possible d’établir au XVIIIe s. des cimetières.

Le percement de la rue impériale sous le second Empire a introduit un hiatus considérable dans la topographie marseillaise en passant en tranchée à l’emplacement du col situé entre les buttes des Moulins et des Carmes et en coupant les versants de ces dernières. On a souligné (Fabre 1862, p. 14-15 ; Rambert 1934, p. 184) l’importance des axes formés par des rues est-ouest qui suivaient les courbes de niveau et aboutissaient à une porte de l’enceinte. Ainsi la Grand-Rue, prolongée par la rue Caisserie ou l’itinéraire qui s’articule de part et autre de la rue du Panier et qui allait de la Major à Saint-Martin et jusqu’à la porte de la Frache. Un autre axe a pu être important, celui formé par les rues Coutellerie, de la Loge et Lancerie : compte tenu de l’étroitesse du quai du port et des îlots à parcelles traversantes qui le bordaient, il a pu servir au charroi des magasins situés en rez-de-chaussée des maisons du port. Du sud au nord, un grand cheminement parfois raide partait du coin de la place neuve et allait par la rue Bonneterie, la rue Négrel, la rue de l’Oratoire et la rue des Grands carmes jusqu’à la porte d’Aix. En fait, ces rues situées dans la continuation des chemins royaux ont un statut spécifique au XVIIe s. et sans doute auparavant : les charrettes peuvent les emprunter et leur pavement et leur entretien est, comme celui des places, entièrement à la charge de la communauté (Billioud 1957, p. 38 et sq.). Les autres rues, caladées et dites « à chaussée fendue » (à cause du ruisseau central permettant l’écoulement des eaux pluviales), sont à la charge des propriétaires riverains, chacun entretenant la portion située devant sa maison sur ordre de la ville. Elles sont très théoriquement interdites au charroi et réservées au portage au col, au brancard (de tous les malades de l’hôtel-Dieu et de tous les morts) ou bien au portage à dos d’âne et de mulet, qui sont susceptibles d’escalader celles qui sont entrecoupées de marches.

Marseille est alors une agglomération en large partie perchée, comme Nice, Gênes et bien d’autres villes et villages du pourtour méditerranéen. Elle a, jusqu’au milieu du XVIIe s., un urbanisme peu différent de celui des autres villes provençales, voire des « villages urbanisés », les bourgs, également dotés d’enceintes. Aix fait alors exception par ses quartiers Villeneuve (1583) et Villeverte (1605) puis Mazarin (1646), agrandissements qui ont induit des tracés orthogonaux et des voies hiérarchisées. Aix a également innové en transformant en cours un segment du glacis de son enceinte, créant l’actuel cours Mirabeau (1651).

3.3. Marseille de Louis XIV à la Révolution

Le règne personnel de Louis XIV va transformer la physionomie de la ville. D’abord par la fortification dans les années 1660 des abords de la passe, qui répond à un double but : protéger la ville et son port d’un coup de main naval et surtout permettre aux garnisons royales de mater une éventuelle révolte urbaine, voire de bombarder la ville qui est désormais « sous le canon du roi ». La citadelle Saint-Nicolas est élevée sur un promontoire presque vierge de constructions, excepté une chapelle. Le fort Saint-Jean intègre en revanche la tour carrée du XV e s., et la tour du fanal érigée en 1646, les bâtiments de la commanderie de Malte et une partie du quartier Saint-Jean, qui est expropriée.

Au terme de sa construction le « Parc » (arsenal des galères) occupe à la fin du XVIIe s. une superficie de près de 9 hectares sur la majeure partie de l’actuel quai des Belges et le quai de Rive-Neuve, jusqu’à la rue Fort-Notre-Dame (Zysberg 2007). On y distingue « l’ancien arsenal », édifié de 1665 à 1669 au détriment du Plan Fourmiguier, qui occupe l’essentiel du « fond du port », puis le « nouvel arsenal » construit en deux étapes (1673-1679 et 1685-1690) sur la Rive Neuve. L’ensemble présente une large ordonnance monumentale : habile scansion par les pavillons de bâtiments très longilignes ; hautes toitures à combles auxquelles répondaient alors celles de l’Hôtel de Ville. Ce couvrement jusqu’alors inusité localement semble une marque ostensible des bâtiments royaux dans la ville.

L’Agrandissement de 1666 est la plus importante opération d’urbanisme provençal des Temps modernes. Le projet décidé par lettres patentes de Louis XIV consistait en un triplement du périmètre urbain ; la nouvelle enceinte, qui se greffe à l’ancienne au pied de la butte des Carmes, près de la porte d’Aix, entoure la totalité du Lacydon puisqu’elle rejoint sur la Rive Neuve la citadelle Saint-Nicolas. Elle intègre donc à la ville, outre le « Parc », nombre de maisons religieuses périurbaines (en particulier l’abbaye Saint-Victor) et les faubourgs (excepté la Bourgade Saint-Lazare, au nord de la porte d’Aix), ainsi que le jeu de mail et de beaux jardins qui seront livrés à l’urbanisation. Le mur qui est alors construit, dont un vestige subsiste rue des Lices, ne saurait soutenir un siège. En dépit de son tracé bastionné à angles très ouverts et de ses petits orillons, il s’agit d’une simple muraille d’octroi qui n’est pas renforcée par un remblai ni précédée d’un fossé et d’ouvrages avancés. En revanche une recherche esthétique se manifeste aux angles des bastions dont les pierres d’appareil sont taillées en bossages.

Le plan d’urbanisation est fondé, suivant les canons d’esthétique urbaine du temps sur les principes du tracé rectiligne et de la largeur constante des rues, selon divers modules en fonction de leur importance. Mais il doit tenir compte des contraintes de la pente et de la présence dans la partie orientale d’un réseau préexistant de vieux chemins. Il semble un compromis imparfait entre la recherche de tracés en patte d’oie, rayonnant depuis les portes (qui font naître les maisons angulaires à pans coupés, ainsi celle construite par Pierre Puget à l’angle des rues de Rome et de la Palud) et celle d’un dessin orthogonal, qui l’emporte nettement dans le quartier de Rive Neuve (Durousseau 1990, Bonillo, Roncayolo 1996, Roncayolo 1996). Trente-huit de ces rues, plus larges, sont destinées au charroi ; elles sont dites « à dos d’âne » (bombées, avec deux ruisseaux latéraux). La ville entretient le dos d’âne, les particuliers riverains les revers.

La voie monumentale qui va être établie, le grand Cours (cours Belsunce et cours Saint-Louis aujourd’hui) constituait un « magnifique pendant au Vieux-Port, haut lieu de l’urbanisme français dont on ne regrettera jamais assez le massacre inconsidéré » (Gloton 1980b). L’inspiration vient du Cours d’Aix, promenade plantée d’arbres, agrémentée de fontaines et bordée d’hôtels aristocratiques. Mais l’originalité marseillaise est sensible : le Cours marseillais s’articule à l’axe majeur nord-sud des rues d’Aix et de Rome, soit plus d’un kilomètre de perspectives rectilignes. Il est bordé sur tous ses côtés par des îlots qui unifient par une façade ordonnancée une rangée d’immeubles de deux ou trois fenêtres construits selon un gabarit uniforme. Les voyageurs le jugent l’une des plus belles avenues de l’Europe. Une telle réalisation a été longtemps éclipsée aux yeux des historiens par les projets somptuaires et irréalistes tracés par Pierre Puget d’une place royale sur le plan Fourmiguier et dans la partie basse de l’actuelle Canebière, qui auraient impliqué la démolition de l’ « ancien » arsenal qui venait d’être achevé et tenaient peu compte des contraintes du site (Drocourt 1996 ; Gloton 1996).

S’établissent au XVIIIe s., au-delà de l’enceinte, outre des couvents désireux d’un relatif isolement par un enclos (les Bernardines, actuel lycée Thiers), de nouveaux faubourgs. Au nord, la Bourgade Saint-Lazare se développe le long du grand chemin d’Aix au-delà de la place pentagone aménagée entre 1726 et 1750. L’urbanisation des zones plates sises à l’est des murs de la ville est réalisée dans le dernier tiers du XVIIIe s. par lotissement par quelques propriétaires de leurs domaines (Lemaître de Beaumont crée les deux rues qui portent son nom) ; puis par l’aménagement en 1771-1775 des « Allées », à l’initiative de l’intendant Sénac de Meilhan (aujourd’hui allées de Meilhan et L. Gambetta, Pringle, Saba 1981). Un quartier suburbain tend à entourer le vieux sanctuaire de hauteur de Notre-Dame du Mont. Au sud, un faubourg s’allonge autour du vieux chemin de Rome (rue d’Italie), qui prend ce nom lorsqu’entre 1776 et 1780, la ville parvient à tracer le grand chemin de Rome, large d’une vingtaine de mètres qui s’achève par la place Castellane. Divers projets d’agrandissement de l’enceinte incluant ces nouveaux quartiers n’aboutiront pas et les murs disparaîtront au début du XIXe s.

C’est dans les quartiers de l’Agrandissement qu’est progressivement mis au point l’immeuble à trois fenêtres par étage (le « classique marseillais » des agents immobiliers, Rambert 1934, Bonillo 1981) et son organisation intérieure en « appartements » – pour user du terme actuel. On connaît quelques grands hôtels (Fabbri 2003) dont certains entre cour et jardin, disparus au XIXe – démolitions de la rue Noailles pour prolonger la Canebière – et au XXe s. (bombardements de 1944). En subsistent les actuels musée Cantini (fin XVIIe s. avec modifications ultérieures) et lycée Montgrand (milieu du XVIIIe s.). Un plus grand nombre d’hôtels sur rue ont des façades parfois assez simples (hôtel Pascal, 52 rue Paradis) mais ornées de mascarons sculptés à visages humains et de belles ferronneries, une des spécialités marseillaises du temps.

3.4. Le quartier de l’arsenal et les « embellissements » du règne de Louis XVI

À la fin de l’Ancien Régime, l’essentiel du périmètre de l’Agrandissement est construit de maisons. À l’intérieur de l’enceinte, les enclos conventuels constituent avec l’enclos de l’arsenal, le Parc, la principale réserve de terrains à bâtir. Le Parc, quasiment désaffecté et délabré, fut vendu en 1781-1784 à la ville qui céda son emplacement à une compagnie chargée des démolitions des bâtiments, de l’urbanisation et du lotissement des terrains et de la prolongation jusqu’au port de la Canebière, qui devient une large rue reliant le plan d’eau au Cours. Ainsi se crée un quartier au plan orthogonal strict et aux places régulières (place Thiars, de l’Opéra et surtout l’actuelle place de Gaulle). L’intendant Latour ordonne en 1787 que les rues nouvelles devront avoir 24 pans (5,4 m) de large, ce qui est inférieur à Paris (30 pieds soit 9,6 m pour Paris, Harouel 1993, p. 229). Les trottoirs, d’abord apparus sur la Canebière et la rue de Rome puis la rue Paradis, sont établis dans ces rues du lotissement de l’arsenal (Billioud 1957, p. 60).

Le long du quai de Rive Neuve et autour du canal de l’ancien arsenal (comblé pendant l’Entre-deux-guerres), de vastes immeubles fonctionnels aux façades néoclassiques, les « domaines », combinent entrepôts et ateliers en rez-de-chaussée et espaces d’habitation aux étages. La partie orientale des terrains, entre les rues Breteuil et Paradis, plus résidentielle, est articulée autour de la salle de spectacles, le Grand théâtre, actuel opéra (1787), seconde salle construite en province après le Grand théâtre de Louis à Bordeaux (1777-1780).

Louis XVI régnant, la promotion économique de la ville commence à se traduire, non sans retard, par quelques efforts d’embellissement. En 1782, le conseil de ville décida de trancher entre les variantes orales des noms de rues, afin d’indiquer leurs noms sur le nouveau plan dit de Pierron, en cours d’élaboration, qui paraîtra en 1785. Le conseil décida de faire graver ces noms sur les façades des maisons angulaires des carrefours. Marseille marque là un retard sur Paris, où le lieutenant de police Hérault avait commencé en 1728 de faire poser des plaques aux encoignures des voies (Bertrand 2001). L’éclairage nocturne des principales voies est réalisé entre 1786 et 1788. Les lanternes forment de la porte d’Aix à la porte de Rome un « cordon de lumière qui est prolongé en ligne droite au milieu de la ville » selon Grosson.

Néanmoins, à la suite de la déclaration royale de 1776 qui a interdit les inhumations dans les églises et ordonné le transfert des cimetières hors de l’enceinte, seul le cimetière de la populeuse paroisse Saint-Martin a été transféré hors de la ville, formant la portion initiale du futur cimetière Saint-Charles. Ceux de la Major, des Accoules, de Saint-Laurent et de Saint-Ferréol, parfois insalubres, sont dans le périmètre des murs et ne seront fermés que dans les premières décennies du XIXe s.

La « vieille ville », soit les quartiers du périmètre antérieur à l’Agrandissement, achève de devenir répulsive aux yeux des visiteurs par ses rues « étroites, sales, mal habitées » et ses « tristes maisons » (Chardon 1806 : p. 126-139 ; Roncayolo 1996, p. 25-36). Jugements qui appelleraient des nuances. Se pose en particulier le problème des alignements permettant de reculer les façades et donc d’élargir progressivement les rues, qui dans la plupart des villes d’Ancien Régime accompagnent les reconstructions ponctuelles d’immeubles. L’arrêt du conseil de 29 mai 1725 a interdit de relever ou réparer les murs et maisons ainsi que de construire sur la voie publique sans autorisation des échevins (Harouel 1993, p. 203). Un plan général d’alignement est alors dressé avec « les coupements convenables pour corriger les défectuosités et irrégularités ». En fait, les particuliers continueraient d’agir à leur guise dans les « vieux quartiers » jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. L’alignement commencerait alors à entrer dans les mœurs (Harouel 1993, p. 210), ce que l’archéologie pourrait aider à vérifier et préciser. S’était longtemps posé, il est vrai, le problème de l’indemnisation des pertes de terrains résultant des alignements : dans la vieille ville, elle était pour un tiers à la charge de la communauté et deux tiers des voisins ; dans la Ville Nouvelle, la communauté en payait la totalité. En 1778, trente habitants du Vieux-Marseille protestèrent auprès de Necker. Un arrêt du conseil de 1779 décida qu’à l’avenir la communauté seule procéderait au dédommagement des propriétaires de la vieille ville, au-delà d’un reculement de deux pans (Billioud 1957, p. 76 et sq ; Harouel 1993, p. 208 et 305).

3.5. Contrastes sociaux à la veille de la Révolution

Une nouvelle répartition sociale est perceptible à la fin de l’Ancien Régime. L’élite du grand commerce, les négociants, a colonisé les zones de l’Agrandissement, en particulier les actuels quartiers Belsunce, Noailles et de Rome. 40 % d’entre eux continuent cependant de résider dans la vieille ville, en très large majorité aux alentours immédiats du quai du port et de la « loge » (la bourse, au rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville) ; sauf quelques exceptions dispersées, ils ne franchissent pas vers le nord la Grand-Rue (Carrière dans Baratier et al. 1969, carte 281 ; Hénin 1983). Les hôtels où descendent les voyageurs aisés ou les négociants de passage sont pareillement presque tous situés dans l’Agrandissement, surtout aux alentours du Cours et de l’opéra (Vovelle 1980, p. 125). La cartographie des garnis de clientèle aisée révèle semblablement une double concentration dans les quartiers neufs et un semis assez dense autour de la « loge ».

Aucun négociant n’habite sur la butte des Carmes, quartier déshérité. La densité de population y est forte (plus de 1000 habitants à l’hectare, contre moins de 500 autour du Cours) ; à la fin du XVIIIe s. quelque quatre-vingt « bouges » (garnis misérables) y accueillent plus du tiers du prolétariat flottant de passage à Marseille. Il s’agit aussi d’un fort noyau de prostitution dans certaines rues, ainsi la rue des Gavottes et surtout la rue de l’Echelle – où ont été signalés les premiers cas de peste en 1720 (Riani 1982). Résident sur la butte quelques artisans et surtout des matelots, ouvriers du textile, journaliers (79 % de ceux qui logent en ville), portefaix (70 %) et une population misérable : 93 % des « mendiants domiciliés » habitent ce quartier (Vovelle 1980, p. 85-131).

Le quartier Saint-Jean, autour de l’église Saint-Laurent, peuplé de pêcheurs et marins, est paré dès l’Ancien Régime d’un relatif particularisme, commun aux autres quartiers de gens de mer d’Europe. Dans les premières décennies du XIXe s., le san-jannenque aura la réputation de sortir rarement de son quartier pour se rendre dans les autres. Enfin si l’artisanat et les fabriques restent diffus dans la cité et ses faubourgs, on note leur tendance au regroupement sur le quai de Rive Neuve, au Marquisat (entre l’arsenal et l’abbaye de Saint-Victor), puis à la fin du XVIIIe s. dans les domaines édifiés sur les terrains de l’Arsenal et aussi à proximité de la partie septentrionale de l’enceinte. Près de la porte d’Aix sont des tanneurs, savonniers et fabricants de produits chimiques, attirés sans doute par des espaces à moindre prix et, pour certains, par le bassin d’arrivée des eaux de l’aqueduc. Autour de la Charité, ateliers et fabriques vont bénéficier pendant la Révolution du lotissement de plusieurs couvents et de leurs jardins (Daumalin et al. 2003, p. 58-60).

3.6. Une ville en partie disparue

Une difficulté de l’étude de la ville d’Ancien Régime réside dans l’ampleur des destructions et transformations radicales subies par le bâti marseillais de la Révolution jusqu’à nos jours. Nombre de monuments religieux ont été rasés sous la Révolution et l’Empire, puis au cours du XIXe et parfois même du XXe s. La majeure partie de la « vieille ville », soit des quartiers urbains antérieurs à l’Agrandissement de Louis XIV, a été détruite. Sous le second Empire, le percement de la rue impériale a été suivi à la fin du siècle par la percée de la rue Colbert et la construction de la poste Colbert. Dans les premières décennies du XXe s., la démolition du « quartier derrière la Bourse » a fait disparaître l’ancien quartier de Blanquerie et défiguré irrémédiablement le Grand cours, dont la rive occidentale a été rasée. Enfin l’occupant nazi a détruit à l’explosif les quartiers de la rive septentrionale du port en 1943. Les reconstructions et modernisations d’immeubles n’ont pas cessé jusqu’à nos jours dans les autres parties de la « Ville Nouvelle ». Les fouilles mettent au jour les vestiges d’un Marseille disparu, dont il n’existe souvent d’autres traces que dans les archives et les bibliothèques.

4. Le port

Bien qu’aucun des grands chantiers étudiés n’ait concerné réellement le port, il a semblé important, après un rappel de la place du port dans la ville médiévale et moderne, de donner les résultats principaux de l’opération de la Surverse de la rue de la République.

4.1. Le port médiéval et moderne (N. Scherrer)

  • 61 Des découvertes récentes sur le chantier de la République donnent quelques informations sur le po (...)

L’archéologie fournit peu de données sur le port aux époques médiévale et moderne, mais les archives rendent compte de son importance dans la ville 61. L’étude menée par Régine Pernoud sur les archives du commerce de Marseille au Moyen Âge (Pernoud 1935) donne l’image d’un port dynamique, tourné vers l’ensemble du bassin méditerranéen (Espagne, Italie, nord de l’Afrique, Proche Orient). Les liens avec l’intérieur de la Provence (particulièrement Arles et Avignon) sont essentiels, par le couloir du Rhône, axe à travers lequel se fait un trafic de denrées constant (particulièrement les céréales, huile d’olive, le bois, …) de la haute Provence vers la basse Provence (Stouff 1970, p. 56-60 ; Stouff 2009 ; Bouiron 2009c). Arles avait une place prédominante dans le commerce durant l’Antiquité, mais il semble qu’elle soit supplantée par Marseille au Moyen Âge (Pernoud 1935). Quoiqu’il en soit, le trafic entre ces deux villes concurrentes et alliées est dense.

L’importance du port est prégnante sur le dynamisme de la ville ; la santé du commerce maritime a une influence sur la prospérité de la ville et les phases de prospérité et de récession alternent durant tout le Moyen Âge et l’Époque moderne.

Le port antique visible dans le Jardin des Vestiges est largement envasé et réinvesti dès l’Antiquité tardive, les fouilles de la Bourse l’attestent ; la ligne de rivage est encore mal connue pour cette période, mais des indices archéologiques permettent de la situer approximativement. Des constructions datées de l’Antiquité tardive ont pris place sur la corne du port (Bonifay 1984). Parallèlement, il semble que le niveau vertical de la mer se soit pratiquement stabilisé durant cette période après être monté régulièrement entre 2500 av. J.-C. et 500 ap. J.-C. (Morhange 2001).

  • 62 Il lutte contre le duc de Mauronte allié aux Sarrasins et pille Marseille (Bouiron 2009b, p. 31-3 (...)

Pendant le haut Moyen Âge, le commerce connaît une période de réserve due à l’insécurité de la Méditerranée ; au VIIIe s., les troubles sans doute liés au passage des troupes de Charles Martel 62 contraignent la ville à se replier sur elle-même et il semble que ce soit dans l’enceinte de Babon que les habitants trouvent refuge (Bouiron 2009b ; Bouiron 2009c). Par ailleurs, l’instabilité politique provoque des désordres qui engendrent une inquiétude peu propice au développement et ce encore au IXe s. avec l’attaque de la ville en 838 par les Sarrasins (Bouiron 2009b ; Pernoud 1935).

Avec l’installation de la famille vicomtale, la situation de la ville se stabilise et elle retrouve une période favorable aux activités commerciales (Bouiron 2009c). Lors de la première croisade à la fin du XIe s., sont créés les États francs de Syrie et de Palestine, ce qui favorise également les échanges entre l’Orient et l’Occident. Il en va de même lors de la troisième croisade et la prise de Saint-Jean d'Acre en 1191 par Richard Cœur de Lion. Les villes de la Méditerranée dont Marseille y établissent des comptoirs, relais importants du commerce avec le Moyen Orient.

À partir du XIV e s., les luttes entre Angevins et Aragonais puis les troubles liés à la présence de bandes de routiers et enfin, la guerre de succession de la reine Jeanne perturbent à nouveau le commerce et le port est utilisé à des fins militaires ; les chantiers du plan Fourmiguier se développent (Baratier, Reynaud 1951 ; Bouiron 2001a, p. 84-87). La peste de 1348-1349 aggrave la situation dans la ville.

Au siècle suivant, le sac des Catalans en 1423 laisse la ville exsangue, mais un renouveau s’amorce à partir du milieu du XV e s., notamment sous l’influence de Jacques Cœur qui établit à Marseille les galées de France. En 1481, Marseille est rattachée au royaume de France. Au XVIe s., le commerce se développe particulièrement avec l’empire Ottoman avec lequel François Ier entend entretenir des relations privilégiées (Joutard 1988). Thomas Lenche fonde la compagnie du corail en liaison étroite avec l’actuelle Algérie.

Les guerres de Religion secouent la région et la ville semble isolée du reste de la Provence sous le pouvoir tyrannique de Casaulx. Durant cette période sont fondés un hôtel des monnaies, la première imprimerie de la ville et R. Ruffi est placé à la tête des toutes nouvelles Archives de la commune. Ces créations renforcent l’autonomie de la ville, mais le climat est lourd et le commerce en pâtit.

Après l’assassinat de Casaulx en 1596, Henri IV prend des mesures pour favoriser les échanges commerciaux à Marseille. La Chambre de commerce est créée en 1599. La ville subit alors des années de luttes entre factions. En 1660 Louis XIV entre à Marseille et conçoit pour la ville un projet de développement du port avec notamment la création du nouvel arsenal et en corrélation un agrandissement ambitieux de la ville hors de ses murs médiévaux. La ville connaît alors un essor important.

  • 63 Respectivement Bouiron 2001b et Bouiron et al. 1999.

S’il est indéniable que le port est le pôle d’attraction principal de la ville, il est cependant attesté que, dès l’Antiquité, se développent ponctuellement hors les murs, des activités et des constructions de type artisanal ou domestique (des vestiges d’habitats datés de l’Antiquité tardive ont été observés par exemple sur le site de l’Alcazar et lors des diagnostics de la Providence 63). À partir du Moyen Âge, la tendance s’accentue avec la création de faubourgs. A l’Époque moderne (fig. 16), le port est actif mais se transforme largement à partir de l’Agrandissement de la ville initié par Louis XIV. L’arsenal des galères est aménagé sur la rive sud au XVIIe s. et le plan Fourmiguier disparaît (Bouiron 2001a, p. 321).

Fig. 16. Le port à la fin du XVIe s. (détail du plan Florini, cl. ACM)

Fig. 16. Le port à la fin du XVIe s. (détail du plan Florini, cl. ACM)

La voirie de ce secteur est étroitement liée à son débouché naturel que constitue le port. Si peu de données archéologiques alimentent la connaissance du réseau viaire en lisière de la rive nord, en revanche une série de recherches historiques a été entreprise sur le port et sur les nécessaires mesures d’entretien dont il était l’objet pour maîtriser l’envasement qui le menaçait. La configuration naturelle de l’anse, repliée sur elle-même, en fait un réceptacle des eaux de ruissellement des reliefs alentours. Ces écoulements naturels s’ajoutent à la négligence de la population qui déverse ses immondices dans les rues ou directement dans le port.

Animée par une dynamique marchande polarisée autour du port, la commune de Marseille doit s’assurer de l’accessibilité et de la propreté de son plan d’eau, aussi fait-elle consigner lors de la rédaction du livre 4 des Statuts les réglementations des activités et infrastructures portuaires. Les personnes chargées de l’urbanisme et de la voirie ont en charge de prévenir l’envasement effectif du Lacydon. Des mesures sont prises afin d’établir dans les rues adjacentes des réseaux d’égouts collectifs ainsi que des cuves de bois, les barquil, destinées à filtrer les eaux usées (Hesnard et al. 2001, p. 192-193). Un contrôle strict est effectué sur les navires de pêche et marchands pour qu’ils ne déversent leurs déchets dans le port, qui fait l’objet de curages périodiques. Les berges accueillent également des aménagements sous forme de palissages essentiellement de bois, les escars, sortes de môles contre lesquels venaient accoster les bateaux (Pernoud 1935). Ces mesures préventives ainsi que cet entretien régulier témoignent de la récurrence de cette réalité préoccupante que constitue l’envasement du port.

4.2. Les aménagements portuaires à la lumière des fouilles de la rue de la République (B. Sillano)

La rive nord du port n’a été atteinte par les fouilles que lors du creusement de la surverse du bassin de rétention de la place Sadi-Carnot, en 2007 (Sillano et al. 2007a). La zone se situe au fond du port, devant l’immeuble de la Samaritaine ; elle consiste en une bande de 4 m de large, d’abord dans l’axe de la rue de la République puis oblique en direction du plan d’eau (fig. 17). Il a semblé intéressant de présenter les résultats de l’opération dans ce volume afin de documenter archéologiquement le port.

Fig. 17. Les enceintes et les lignes de rivage successives autour de l’îlot des Augustins (DAO B. Sillano/Inrap)

Fig. 17. Les enceintes et les lignes de rivage successives autour de l’îlot des Augustins (DAO B. Sillano/Inrap)

Jusque là en effet, notre connaissance des aménagements portuaires était réduite à ce qu’Édouard Baratier résume ainsi : « Débarrassée depuis le XIe s. de son rempart de bordure, la rive septentrionale n’était qu’une grève aux pentes plus ou moins raides. Aucun quai n’existait encore ; les premiers ne seront établis qu’au XVIe s. La rive est longée par une chaussée étroite et encombrée, coupée, ça et là, au débouché des ruelles transverses, de ruisseaux fangeux déversant dans le port les immondices de la cité ; des palissades de pieux ou escars recevaient les alluvions aux endroits les plus ravinés, maintenaient la grève et formaient de petits môles d’embarquement » (Baratier, Reynaud 1957).

4.2.1. Cale de halage et mur d’enceinte aux environs de l’an Mil

Les quais tardifs et la corne du port antique s’envasent à partir de la fin du VIe s. de notre ère (Bonifay 1981). Nous avons rencontré le sommet de ces vases lors de la fouille de la surverse, face à La Samaritaine, à 200 m du fond de la darse, sous la forme d’un niveau homogène de sable correspondant à un dépôt marin infralittoral auquel succède un dépôt de stagnation et de décantation en bordure de rivage.

À leur surface est établi un mur fait de moellons soigneusement retouchés et disposés en assises régulières, conservé sur 1,80 m de hauteur (fig. 18). Sa base, sous la cote de – 0,50 m NGF, possède un fruit important du côté sud tandis que les pierres, brutes de taille, et très érodées, sont recouvertes par des vases marines. Il ne fait aucun doute que ce mur marquait la ligne de rivage. Son épaisseur (90 cm) et son élévation permettent de l’assimiler à un mur d’enceinte. S’il ne peut être daté précisément, une chronologie relative peut se déduire des niveaux d’occupation contemporains repérés au nord-est. Sa construction remonterait au moins au XIe s., peut-être même légèrement avant. Une cale faite de blocs et pieux vient ensuite s’appuyer contre lui et éloigne la ligne de rivage. Elle a sans doute servi de halage pour des navires de petit gabarit. Les dépôts de sable et de graviers démontrent que cette cale tombe ensuite en désuétude. Un artisanat lié au travail du bois s’exerce à proximité, si ce n’est sur place, ce dont témoignent les multiples dépôts s’accumulant sur le pavage et dans une vaste fosse. On voit donc que la partie orientale de cette rive du plan d’eau ne comporte pas de quai, ni en pierre ni en bois, mais qu’il s’agit d’une grève en pente douce. Nous n’avons aucune idée de la façon dont on y accédait.

Fig. 18. Le « rempart-littoral » (XIe s. ?) près de la commanderie des Templiers (cl. Fl Parent/Inrap)

Fig. 18. Le « rempart-littoral » (XIe s. ?) près de la commanderie des Templiers (cl. Fl Parent/Inrap)

4.2.2. Les quais entre le bas Moyen Âge et le début de l’Époque moderne

Le mur précédent est ensuite englobé en cœur d’îlot lorsque le rivage est déplacé de plusieurs mètres vers le sud, à une époque difficile à préciser ; le quai en pierre que nous avons retrouvé a subi de multiples réfections (fig. 19). Du premier état, conservé en profondeur, nous n’avons pu observer qu’une assise de blocs taillés, à –1,07 m NGF, d’un module de 45 cm de hauteur, 50 cm d’épaisseur et 60 à 90 cm de longueur. Elle est renforcée par un blocage maçonné disposé en arrière. Devant, une série dense de pieux en bois de petit diamètre, 8 à 12 cm, s’aligne contre le parement, étêtés au niveau de l’assise.

Fig. 19. Le quai du début du XVIe s. et sa réfection sous Louis XIV (cl. B. Sillano/Inrap)

Fig. 19. Le quai du début du XVIe s. et sa réfection sous Louis XIV (cl. B. Sillano/Inrap)
  • 64 AD13 B 1960 fol. 7v ; Hesnard et al. 2001, p. 191.
  • 65 AD13 B 1966 fol. 251v.

Si nous savons que l’aménagement de berge précédent est abandonné au cours du XIIIe s., rien ne nous permet d’affirmer que le quai en pierre, pour lequel il n’existe pas de tranchée de fondation, a été édifié à cette époque. En revanche, la présence d’une couche de graviers caractéristique des assainissements préalables aux constructions sur les vases marines, datée de la même époque et tronquée par le quai, suppose que le rivage se situait au moins à ce niveau ou qu’il se réduisait à une grève en pente douce vers la mer. Il est vrai que, jusqu’au XVIIe s., la partie orientale du port était utilisée pour mettre les bateaux en carénage, ce que confirme Arnoul en 1672 lorsqu’il écrit que « despuis la palissade de Rome qu’on apelle, jusques aux Augustins (...) est l’endroit où de tout temps on avoit acoustumé de mener les vaisseaux et barques vuydes pour se radouber et calefeutrer » (Rambert 1931, p. 326, n° 147). Par ailleurs, nous savons qu’entre 1492 et 1495 d’importants travaux sont réalisés pour « faire la rive » depuis la tour Saint-Jean jusqu’à la porte de la Calade et que de « grosses pierres de quartier et de queyrons » furent employées dans ce but 64. En 1509 de nouvelles réparations sont mises en œuvre « pour rabilher tous les passaiges rompus que sont sous la riba du port despuis la maison de Me Jehan d’Orgon sarrurier jusques au portal de la Callada » 65. Pour cela on va utiliser des pierres taillées issues des carrières de Port-de-Bouc et de Martigues. Enfin, en 1511, le roi ordonne la construction d’un quai. Les travaux, confiés à l’ingénieur naval Raphaël Rostan, consistent en « une muraille de 4 m de hauteur et de 2 m de largeur sous l’eau, à la base, et revêtue de pierres de taille » (Busquet 1945, p. 166-167). Les lettres patentes fixent à 6 pans (1,50 m) la largeur du revêtement en pierre, au bord du quai. Il est difficile de faire la part des choses entre tous ces travaux, parfois des souhaits sans lendemain, mais il est fort probable que le quai fouillé remonte à cette période où, à la suite de l’envasement d’Aigues-Morte, Marseille devient le débouché du royaume sur la Méditerranée. Son épaisseur, 1,20 m, est certes inférieure aux 1,50 m fixés par lettres patentes, mais ce ne serait pas la première fois que nous constatons un écart entre les volontés des édiles et leur réalisation.

  • 66 CCIM n° 4076.

La largeur de la voie côtière à cet endroit, plus de 6 m, semble contredire les études historiques qui s’accordent à dire que le quai n’était parfois pas plus large que 2 m (Hesnard et al. 2001, p. 187). En 1474, le voyageur allemand Hans Von Waltheym constate que « les bateaux vont jusqu’à trois aunes des murs de la ville » (Coulet 1991, 533), soit 3,50 m. Cependant, un plan de 1673 66 met en évidence la singularité du quai devant les Augustins. Il est très large au débouché de la place Sainte-Anne et va en s’amenuisant vers l’est. La largeur que nous avons observée serait donc une particularité locale qui ne reflète pas l’ensemble des aménagements de berge de la rive nord. En revanche, nous n’avons pas observé de divergence entre les orientations du quai et de la façade recoupés par la fouille, mais il faut reconnaître qu’ils sont probablement trop fragmentaires pour pouvoir conclure.

4.2.3. Les quais sous Louis XIV

L’assise en pierre de taille précédente est surmontée de deux autres très différentes en raison de leur irrégularité et qui s’apparentent clairement à des réfections. Les pierres de taille, très corrodées par la mer parce que proches de la surface de l’eau, sont de dimensions trop variables pour ne pas être des remplois. Elles sont confortées, en retrait, par un mur de moellons liés par du mortier. Leur mise en place est datée du milieu du XVIIe s. par la couche d’abandon d’un caniveau qu’elles recoupent.

  • 67 ACM HH 460.

De multiples réfections des quais sont mentionnées dans les textes entre 1670 et 1690, ainsi que d’importants travaux de rénovation lors de la construction du Parc des galères, sous Louis XIV. Cependant, il n’est plus question dans les textes que de palissades, à priori en bois, et la nature même de cette réfection amène des interrogations. Ainsi, en 1602, il est question de « rhabiller et accoutrer 9 palissades » 67 ; or il est spécifié que les entrepreneurs « boucherons a pierre de tail, bien deuement, les trous de chascunes des palissades ». Le terme de palissade aurait-il prévalu à cette époque pour nommer les quais, quelle que soit leur nature ? C’est également à cette époque que le quai est recouvert de briques disposées en opus spicatum à l’intérieur de panneaux bordés de pierres de taille (fig. 20).

Fig. 20. Le quai de la Fraternité au début du XXe s. (J.-B. Moutte d’après Bertrand 2002, p. 149)

Fig. 20. Le quai de la Fraternité au début du XXe s. (J.-B. Moutte d’après Bertrand 2002, p. 149)
  • 68 ACM BB 251 D, fol. 579 : lettre des échevins à Bonin le 30 juillet 1667.

Un plan de 1673 est très intéressant car il s’agit de la première représentation fiable planimétrique du plan d’eau qui n’était dessiné auparavant qu’en vue cavalière. Certes, reporté sur le cadastre napoléonien, il comporte bien des erreurs d’azimut aisément compréhensibles. En revanche, en le comparant aux plans plus récents, par exemple celui de Bresson, nous constatons que les distances entre les palissades sont scrupuleusement respectées, mesurées à la chaîne d’arpenteur. Or, il apparaît clairement, à l’est du port, que la distance entre l’avant-dernière palissade et la dernière, qui deviendra la palissade Sainte-Anne, est deux fois moindre que celle qui sépare cette dernière de l’extrémité du port. Nous pressentons ainsi que le quai oriental du port a été repoussé d’une vingtaine de mètres peu après 1673, période de reconstruction de l’Arsenal des galères, sur le périmètre du plan Fourmiguier. En 1667, les échevins se plaignent que « r Arnoul continue le retraississement de nostre port et suivant les pillotins qu’il a de nouvau mis il le faict de 4 cannes donnant avec ce qu’il a faict il y a 38 cannes qui sont 228 pieds royaulx oultre le comblement qui se fera par la vase qui sera plus que du double » 68. Le déplacement de la rive orientale du port ne fait donc aucun doute et le quai qui borde les Augustins aurait été plus long, d’environ 25 m, que celui qui est dessiné sur le cadastre napoléonien.

4.2.4. La palissade Sainte-Anne

Nous avons eu la chance de recouper en fouille toute la bordure orientale de la palissade Sainte-Anne (fig. 21). Elle se compose de madriers de forte épaisseur (8 cm en moyenne) pour une largeur de 35 cm et une longueur inconnue, enfoncés côte à côte sur une distance de 9,30 m (dont seulement 3,50 m fouillés). Derrière, à 30 cm de distance, la palissade est bordée par un alignement de poteaux en bois d’environ 22 cm de diamètre séparés de 40 cm en moyenne. L’ensemble est découpé horizontalement à la côte – 0,60 m NGF, les pieux étant légèrement plus hauts. En arrière, l’espace est comblé par des cailloux et blocs en vrac, renforcé par des madriers en remploi coincés entre les pieux ; des planches sont disposées à plat sur l’arase des pieux comme sur celle des madriers. Sur cette portion, la palissade n’a livré aucun élément lapidaire taillé et tout porte à croire qu’ils ont fait l’objet d’une récupération puisque les pieux sont étêtés bien au-dessous du niveau de la mer. Les bois ont été systématiquement prélevés et ont fait l’objet d’une étude dendrochronologique. Les madriers sont en sapin, bois parfois utilisé en charpente mais plutôt réservé à la menuiserie, alors que les pieux sont tous en pin, bois courant pour ce type de structure ligneuse mais considéré comme cassant. Les sections importantes des madriers ont permis de dater l’abattage des arbres en 1728 et leur âge maximal à 63 ans.

Fig. 21. La palissade Sainte-Anne en fouille (cl. B. Sillano/Inrap)

Fig. 21. La palissade Sainte-Anne en fouille (cl. B. Sillano/Inrap)
  • 69 CCIM D1.
  • 70 CCIM D1, fol. 72-88.

Cette date nous permet d’établir la corrélation avec les travaux de construction de la palissade Sainte-Anne par Barthélemy Flotte, mentionnés en 1735. En revanche, nous n’avons pas de détails sur cet ouvrage dont « le public en a fort admiré la façon singulière de sa construction et compte beaucoup sur sa solidité » 69. En 1741, lorsque le bureau d’entretien du port donne les nouvelles normes en matière de construction et réparation des quais 70, il est précisé qu’il s’agit de « la manière de bâtir dans l’eau avec béton usitée parmi les anciens grecs, les romains après eux et qu’on a commencé à pratiquer avec succès à Toulon » et que cette technique est « comme il a été fait a la palissade dite Ste Anne ». Or il s’agit là de la technique dite du « béton coulé », c’est-à-dire un mélange de pierres et mortier jetés entre des batardeaux préalablement implantés, ce que nous n’avons pas observé sauf, peut-être, sur l’autre partie de la palissade, en front de mer. Dans le cadre d’une surveillance de travaux, en effet, nous avons remarqué que la technique qui prévaut sur cette face consiste en un parement de pierres de taille renforcé par derrière par un mélange extrêmement compact de mortier et cailloutis. Le problème est que, à priori, cette face coïncide avec celle du quai napoléonien dont l’alignement se fait sur le bord externe de la palissade. Les constructeurs auraient-ils jugés l’œuvre de B. Flotte, réalisée près de 150 ans avant, suffisamment solide pour ne pas être refaite et servir de base ?

  • 71 ACM HH 449, 10 juin 1690.
  • 72 ACM DD 107, 16 mars et 15 avril 1690.
  • 73 Machine dont on se sert pour enfoncer des pilotis ou des pieux. Elle comporte une lourde masse de (...)
  • 74 ACM DD 107, 12 mars 1690.

Un autre fait est troublant : la palissade que nous avons fouillée est en tout point similaire à celle de la Loge, mise au jour lors de travaux en 1950 et pour laquelle nous avons les textes relatifs à sa construction en 1690 71 (fig. 22). La construction doit se faire « suivant le devis qui a esté fait par ledit Sr de Seguier, ingénieur pour le Roy dudit port de faire un battardeau avancé dans la mer, construire un pilotage de fondation, fonder sur ledit pilotage, un quay revestu d’un mur de pierre froide et dont le massif doit estre composé d’une bonne maconnerie a chaux et a sable ». La première partie est le « devis du bastardeau et pillotage » 72. Le batardeau, d’une profondeur de 6 à 9 m, est construit sur pieux (de 27 cm de diamètre au plus gros) au moyen de planches de 4,50 m à 6 m de long pour 7,5 cm d’épaisseur fixées sur des sablières de 27 cm par 10 cm de section. Le diamètre des pieux et l’épaisseur des planches qui, si elles sont fixées sur une sablière sont nécessairement verticales, concordent avec nos découvertes. Il est dit que l’entrepreneur doit ensuite vider l’eau et la vase « jusques a la rencontre du ferme », puis « l’espace du plan de fondation sera pavé de vieux pilotis racourcis de 9 a 10 pieds de longueur ou plus » et « l’entredeux desdits pilotis seront remplis de gros cailloux meslés que l’on battra a discrétion ». Nous avons également trouvé ces pierres entassées. Puis, « les pillotis seront jointés l’un contre l’autre du costé du battardeau et de cette manière en sera fait trois rangées. Le restant dudit plan sera composé des pilotis espacés entre eux, d’environ 1 pied et demy, franc de diamettre et seront enfoncés a la sonnette 73 comme les autres ». Nous n’en avons observé qu’une seule rangée mais le secteur fouillé était étroit. En revanche, la distance entre les pieux était bien de 1,5 pieds (40 cm). Enfin, « les testes des pillotis seront esgalement razées a la ligne de fondation du mur et pour lier et fortifier l’ouvrage, on parquetera le dessus pilloté d’un plan, composé de bordages vieux de chesne de 10 pieds de longueur, jointées ensemble et arrestées sur la teste desdits pillotis avec deux cloux ou chevilles ». Nous avons aussi constaté cet arasement de la surface des pieux. Le reste, disparu, est décrit dans le « devis des ouvrages de pierre froide, taille et autres construction » 74. « Le mur du quay, du costé de la mer, sera revesteu d’une chemise de pierre froide (...) rangées par assises régulières unies, jusques au niveau de l’eau ». Sur le dessus, celles-ci auront 50 cm de largeur, 80 cm de long et 25 cm de hauteur et seront « cramponnées et scellées en plomb ». L’arrière est fait de maçonnerie « de pierre de roche de chaux et sable bien battue ». Enfin « le quay aura 7 pieds par le bas et 6 par le haut, 3 toises de profondeur soubs le niveau de l’eau et sur ledit niveau s’eslevera 3 pieds », phrase difficile à comprendre, sinon que le quai dépasse de 75 cm au-dessus de l’eau et qu’il est profond de 5 m.

Fig. 22. La palissade de la Loge découverte en 1945 (CCIM)

Fig. 22. La palissade de la Loge découverte en 1945 (CCIM)

Notes

21 La butte des Moulins est doublée par une hauteur très proche, la butte de la Roquette à 38 m NGF.

22 GCNN Marseille n° 1104 (23 janvier et 1er février 1179).

23 Sur cet évêque et le « château Babon » voir Bouiron 2009b, p. 25-26 et 28.

24 GCNN Marseille n° 221 (23 janvier 1220).

25 AD13 61 H 1 pièce 2bis (13 mars 1163) transcrit dans Bouiron 2001c, p. 79 n. 9, GCNN Marseille n° 164 (17 avril 1164), n° 221 (23 janvier 1220).

26 Voir pour le détail Bouiron 2009b, p. 40 et le plan p. 41. Nous incluons de manière définitive la butte des Carmes dans cette enceinte, il ne faut donc pas tenir compte du plan Bouiron 2001c, p. 79.

27 Voir Bouiron 2001c, p. 82, au plaid de la Lèque tenu entre 1122 et 1132 (d’après GCNN Marseille n° 163, 21 janvier 1164).

28 Il est intéressant de noter la différence de délimitation entre celle qui intervient à la fin du VIIe s., qui laisse à l’évêque toute la partie nord-ouest de la ville, et celle de la fin du XIe s. qui se fait plutôt suivant un partage nord-sud, en suivant à peu près l’alignement des buttes.

29 Sur cette extension, voir Bouiron 2001c, p. 81 et Bouiron 2009c, p. 46-47.

30 Détail des enceintes dans Bouiron 2001c, p. 83-87 ; cf. également Bouiron 2009c, p. 49-50.

31 Pour le détail politique et foncier entourant cette extension, voir Bouiron 2002.

32 Voir les arbres généalogiques publiés dans Bouiron 2009b, p. 36 et 38.

33 Sur les vicomtes de Marseille, la dernière mise est point est de Florian Mazel (2009, p. 145-166).

34 Sur tout ceci, voir Bouiron 2001c, p. 78-80 et Bouiron 2009b, p. 40-41.

35 Le couvent Sainte-Marie, ancêtre de celui de Saint-Sauveur, a fait l’objet d’une nouvelle étude sur la base des quelques textes conservés (Bouiron à paraître).

36 Cette délimitation a été étudiée de façon spécifique (Bouiron 2001c, p. 77-78).

37 Le travail d’édition en cours par Marc Bouiron et Juliette Sibon du recensement de 1265 et de l’enquête de 1298 permettra de retracer beaucoup plus précisément la localisation et les évolutions de la propriété des comtes angevins.

38 De rares travaux universitaires demeurés inédits (Jouve 2002, Jouvet 2006). Outre les publications de Marc Bouiron citées plus loin, c’est la publication de Florian Mazel (2002) qui propose la relecture la plus complète de la période.

39 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 238.

40 GCNN, Marseille, n° 159, col. 77-78.

41 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 224. Pour la question de l’hommage, voir Giordanengo 1988 et Mazel 2002.

42 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 241.

43 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 261.

44 GCNN, Marseille, n° 146, col. 67-68, et n° 147, col. 68-69.

45 AD13 6G 438, fol. 1v-2.

46 C’est le cas du cartulaire de l’évêché de Marseille compilé en 1356, où l’acte figure en tête avec sa confirmation de 1222 : AD13 5G 91, mais pas de celui du chapitre, AD13 6G 438, où il n’apparaît qu’au folio 24 (65e acte).

47 AD13 5G 109 et 115.

48 Moine bénédictin, abbé de Lagrasse, Benoît d’Alignan est désigné évêque de Marseille en 1229 par le pape Grégoire IX Sur ce personnage, voir Grabmann 1941 [considéré à tort par cet auteur comme un franciscain], Segonne 1964, Amargier 1966, Chiffoleau 1986, Cocci 1997 et Pécout à paraître.

49 Gérin-Ricard, Isnard 1926, n° 238.

50 Peut-être Rode ou Rodes (quartier du Lendouvier), com. Allauch.

51 Belsunce I, p. 381-383 ; ind. GCNN, Toulon, n° 82, col. 69.

52 Ind. GCNN, Marseille, n° 1097, col. 690.

53 GCNN, Marseille, n° 1108, col. 697-699.

54 GCNN, Marseille, n° 1104, col. 693-696.

55 Châteauvert, Néoules, Var ; La Roquebrussane, ch.-l. cant., Var ; les castra du Val de Signes, cant. Beausset, Var. Mallemort, Alleins, cant. Eyguières, Bouches-du-Rhône. Valbonnette, com. Lambesc, ch.-l. cant., Bouches-du-Rhône.

56 Saint-Cannat, cant. Lambesc, Bouches-du-Rhône. Ners, Pichauris, auj. com. Allauch, cant. Marseille, Bouches-du-Rhône. Meinarguette, auj. com. Mazaugues, Var. Méounes, cant. La Roquebrussane, Var. le Bausset, ch.-l. cant., Var. Orvès, auj. com. d’Évenos, Var.

57 Mérindol, cant. Cadenet, Vaucluse : il s’agit de la navigation sur la basse Durance et de sa traversée par bacs.

58 AD13 5G 12, n° 81 (rouleau parchemin).

59 AD13 1H 157, nos 772-773. L’abbaye reçoit en compensation les revenus de l’annonerie.

60 AD13 B 529. Mabilly 1905, p. 274-283.

61 Des découvertes récentes sur le chantier de la République donnent quelques informations sur le port médiéval qui ont été publiées dans la revue Marseille (Paone et al. 2009).

62 Il lutte contre le duc de Mauronte allié aux Sarrasins et pille Marseille (Bouiron 2009b, p. 31-34).

63 Respectivement Bouiron 2001b et Bouiron et al. 1999.

64 AD13 B 1960 fol. 7v ; Hesnard et al. 2001, p. 191.

65 AD13 B 1966 fol. 251v.

66 CCIM n° 4076.

67 ACM HH 460.

68 ACM BB 251 D, fol. 579 : lettre des échevins à Bonin le 30 juillet 1667.

69 CCIM D1.

70 CCIM D1, fol. 72-88.

71 ACM HH 449, 10 juin 1690.

72 ACM DD 107, 16 mars et 15 avril 1690.

73 Machine dont on se sert pour enfoncer des pilotis ou des pieux. Elle comporte une lourde masse de fer ou de bois armée de fer, le « mouton », qu’on élève, et qu’on laisse retomber sur des pieux pour les enfoncer en terre. Pour lâcher le mouton, on tire sur une corde qui rappelle celles qui servent à manœuvrer les cloches, ce qui explique l’appellation « sonnette ». On « sonne » les pieux « à refus » c’est-à-dire jusqu’à ce qu’ils refusent de s’enfoncer plus.

74 ACM DD 107, 12 mars 1690.

Table des illustrations

Titre Fig. 10. Vue perspective de Marseille par Maretz (1630) (Palais du Roure/Fonds Benoit, d'après l'original conservé à la BNF)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 11. Détail de l'enceinte du côté de la Tourette du côté de La Major (XVIIe s. ?) (cl. MHM)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-2.png
Fichier image/png, 487k
Titre Fig. 12. Détail du plan de Marseille par Pelloia (v. 1550) (cl. AsTo)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-3.png
Fichier image/png, 594k
Titre Fig. 13. L'extension de l'enceinte : plan de Marseille par Nicolas de Fer (1702) (cl. MHM)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-4.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig. 14. Plan de Marseille par Razaud (vers 1700 ?) (cl. ACM)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-5.png
Fichier image/png, 988k
Titre Fig. 15. Détail de la vue de Marseille par Werdmüller en 1666 (cl. Zentralbibliothek de Zürich)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-6.png
Fichier image/png, 486k
Titre Fig. 16. Le port à la fin du XVIe s. (détail du plan Florini, cl. ACM)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 17. Les enceintes et les lignes de rivage successives autour de l’îlot des Augustins (DAO B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-8.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 18. Le « rempart-littoral » (XIe s. ?) près de la commanderie des Templiers (cl. Fl Parent/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-9.png
Fichier image/png, 761k
Titre Fig. 19. Le quai du début du XVIe s. et sa réfection sous Louis XIV (cl. B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-10.png
Fichier image/png, 1009k
Titre Fig. 20. Le quai de la Fraternité au début du XXe s. (J.-B. Moutte d’après Bertrand 2002, p. 149)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-11.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 21. La palissade Sainte-Anne en fouille (cl. B. Sillano/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-12.png
Fichier image/png, 462k
Titre Fig. 22. La palissade de la Loge découverte en 1945 (CCIM)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/898/img-13.png
Fichier image/png, 498k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access