Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne

 | 
Marc Bouiron
, 
Françoise Paone
, 
Bernard Sillano
, 
et al.

Introduction. Marseille ou la connaissance de la ville

Nadine Scherrer, Bernard Sillano, Marc Bouiron, Colette Castrucci et Françoise Paone

Texte intégral

Avant d’entreprendre l’analyse de Marseille depuis le Moyen Âge, il importe de préciser le cadre topographique et historique, de donner le détail des fouilles qui ont servi de source à notre étude et enfin d’apprécier la relativité des sources historiques que constituent les données archéologiques et les textes d’archives.

Fig.1.La ville de Marseille et son environnement (DAO Inrap).

La connaissance de l’histoire d’une ville est intimement liée à la topographie de son implantation. Marseille, ville et port fondé par les Grecs de Phocée, marins aventuriers du Far West de l’époque archaïque, s’organise autour de la mer. Parmi les sources historiques permettant de comprendre cette évolution, l’archéologie prend de plus en plus une place de choix, y compris pour les périodes les plus récentes.

1.1. Le cadre topographique et historique

Fig.2.Le site de Marseille (Courbes de niveaux de 1840, DAO M. Bouiron/Ville de Nice).

La ville se situe dans une vaste rade du Golfe du Lion, dans la Provence méridionale calcaire qui occupe l’espace entre le Rhône et le Var (fig. 1). Elle est principalement arrosée par le ruisseau des Aygalades au nord-ouest et par  l’Huveaune et son affluent le Jarret au sud-est. Son climat méditerranéen a pu être modifié au cours des siècles par des phénomènes repérés au niveau de  l’Europe, d’abord par l’optimum climatique médiéval, un réchauffement important entre l’an mil et le XIIIe s., puis à l’Époque moderne (du XVe au XIXe s.) lors du petit âge glaciaire.

  • 11 Une calanque est une crique étroite cernée de parois rocheuses escarpées. Ici, le relief, non calca (...)

L’atout de Marseille est avant toute chose l’emplacement de son port, le Lacydon, établi dans une calanque-estuaire11 qui s’enfonce d’un kilomètre dans les terres. Il est abrité dans une anse en eaux relativement profondes (environ 7 m actuellement) cernée par des collines au nord et au sud. L’embouchure, large d’environ 100 m, s’ouvre sur la haute mer entre les avancées du fort Saint-Jean et celles du fort Saint-Nicolas et du Pharo (Bouiron, Gantès 2001, p. 24). Les reliefs qui encadrent le port ont été atténués par des arasements et des remblaiements dès l’Antiquité, mais restent néanmoins encore visibles de nos jours (fig. 2).

  • 12 La surface actuelle de la commune est de 240 km2 dont 100 km2 d’espaces naturels.

La ville antique s’est développée au nord du plan d’eau sur trois buttes : celle de Saint-Laurent, la butte double des Moulins et de la Roquette et celle des Carmes. Au Moyen Âge, la cité s’agrandit un peu vers l’est, mais son extension territoriale reste très limitée avant l’Époque moderne (entre 50 et 70 ha)12. Si des remparts successifs élargissent la surface de la ville intra muros au cours des siècles, ils restent relativement proches les uns des autres et l’étendue de la ville ne change guère avant le XVII s. À l’ouest, la butte Saint-Laurent culmine à 26 m NGF, en partie centrale celle des Moulins à 42 m et la Roquette à 38 m et enfin au nord-est la butte des Carmes se situe autour de 40 m (Bouiron, Gantès 2001). Les buttes sont séparées par des talwegs dont certains ont pu être décelés en fouille par les études géomorphologiques et grâce aux aménagements visant à canaliser les eaux de ruissellement qui dévalaient ces pentes. L’importante sédimentation dans les parties basses a permis la conservation des vestiges archéologiques malgré les multiples constructions au long des siècles. La ville est entourée de vallons délimités par des collines plus ou moins hautes (du Lazaret, Saint-Charles, Saint-Michel et de la Garde).

Fig.3. Les chantiers de fouille archéologique dans la topographie de Marseille (DAO B. Sillano/Inrap sur fond de plan M. Bouiron).

1.2. L’archéologie préventive du Moyen Âge et des Temps Modernes à Marseille

Initiée dès 1967 avec les fouilles de la Bourse, l’archéologie préventive est restée présente à Marseille dans la plupart des travaux d’aménagement urbains, qu’ils soient publics ou privés. Progressivement, des fenêtres se sont ouvertes sur le passé de la ville la plus ancienne de France (fig. 3). Néanmoins, les résultats sont très inégaux, en particulier en ce qui concerne les niveaux médiévaux et, à fortiori, modernes.

  • 13 Se référer aux notices de sites dans Bouiron et al. 2001a, p. 421, 425 et 429.

Inégalité dans le traitement des données tout d’abord ; pendant longtemps, l’archéologie de la période antique prédominait sur celle des niveaux plus récents, jugés peu dignes d’intérêt et suffisamment renseignés par les textes. Sur le vaste chantier de la Bourse, les vestiges médiévaux et modernes ont été éliminés, hormis quelques ensembles étudiés par des archéologues plus « sensibles » à ces problématiques. Au début des années 90, sur le chantier du parking Jules-Verne, les séquences du Moyen Âge ont été largement éradiquées et le dégagement partiel des niveaux plus récents se réduit à quelques notes non consignées dans un rapport. Au même moment, les niveaux médiévaux des sites comme le parking Sainte-Barbe (1991) ou la place Général-de-Gaulle (1993) ont donné lieu chacun à une analyse exhaustive et poussée (qui ne s’est pas faite au détriment des niveaux antiques eux-mêmes intégralement fouillés), qui a abouti à des publications monographiques importantes (Marchesi et al. 1997, Bouiron 2001a). Dans l’intervalle, plusieurs opérations de petite et moyenne envergure (Les Pistoles, Ilot 55, Parc des Phocéens, RHI Bon Jésus13), ont fait l’objet de publications partielles pouvant concerner l’occupation médiévale ou moderne, la priorité étant donnée bien évidemment à la période antique.

  • 14 Il faut souligner ici le rôle joué à l’époque par le Service régional de l’Archéologie et en partic (...)

Avec la scission, en 1995, de la fouille de l’ex musée César (opération renommée par la suite en « place Villeneuve-Bargemon ») en deux opérations distinctes, « César 1 » consacrée aux périodes médiévale et moderne, et « César 2 », consacrée à l’Antiquité, la prise en compte des niveaux récents devient effective et systématique14. Désormais, le décapage préliminaire s’arrête à l’apparition des premières constructions visibles, très souvent des vestiges du siècle dernier. Il est vrai que les techniques de fouille, en particulier l’introduction systématique de la mini-pelle, ont permis de traiter les importantes séquences stratigraphiques relevées à Marseille dans un temps compatible avec les délais de fouille alors que le travail exclusivement manuel nécessitait une intervention mécanique préalable lourde qui a conduit aux impasses mentionnées.

Avec le chantier de l’Alcazar, en 2000, le rapport de fouille se complète par une étude synthétique par période, sorte de pré-publication, ainsi que d’une recherche archivistique importante. La même démarche est appliquée au chantier du Tunnel de la Major, en 2001, puis à celui de l’Espace Bargemon, en 2003, ainsi que sur les quelques opérations très récentes menées durant les trois ans de rédaction de la présente publication (Collège Vieux-Port, Rue de la République, Rue Jean Trinquet, 25 rue Thubaneau).

  • 15 Premier triennal : 2005-2007 ; second triennal, en cours au moment de la publication : 2008-2010. I (...)

Afin de permettre la publication des trois grandes opérations de l’Alcazar, du Tunnel de la Major et de l’Espace Bargemon, un Projet Collectif de Recherche (PCR) « Archéologie urbaine à Marseille : publication des fouilles récentes » a été mis en place. Il est coordonné par M. Bouiron15.

À l’origine ambitieux, le projet de publication devait concerner toutes les opérations préventives marseillaises, mais la réduction drastique des moyens octroyés nous a conduits à nous polariser sur ces trois chantiers, pour lesquels l’étude déjà menée était suffisamment aboutie pour nous dispenser d’un retour à l’enregistrement de terrain. La question de la représentativité de ces opérations reste posée pour prétendre tirer des conclusions générales sur l’évolution de la ville ; il ne s’agit ici que d’une approche.

1.3. Localisation des fouilles dans la ville

Les trois opérations concernées par cette publication sont localisées en trois endroits très différents de la ville (fig. 4). La première, le Tunnel de la Major, se situe à proximité de la cathédrale, sur le revers de la butte des Moulins et de la butte Saint-Laurent. La seconde, l’Espace Bargemon, est en bordure du port et plus exactement en son milieu, lieu stratégique où sont installées les instances décisionnelles. Et la troisième, l’Alcazar, dans les faubourgs, à proximité des remparts médiévaux.

Fig.4. Le cadre urbain de l’Époque moderne et les opérations archéologiques (DAO B. Sillano/Inrap sur fond de plan M. Bouiron).

D’emblée, l’étude exclut le terroir qui, par les échanges qu’il a avec la ville (matériaux, denrées alimentaires, journaliers, résidences secondaires), participe pourtant de la vie de la cité. Les quelques fouilles archéologiques qui l’ont concerné n’ont renseigné que l’agriculture à l’époque antique. Seule une « folie » du XVII s., mise au jour à Saint-Jean-du-Désert (Abel 1995), montre le faste déployé par l’élite urbaine dans ses résidences secondaires, faste souvent absent de leurs demeures du centre ville. Il convient néanmoins de signaler sur une grande partie du terroir marseillais l’importance des travaux de mise en culture aux XVIIe et XVIIIe s. qui se traduisent par la création de terrasses et des remblaiements massifs (de l’ordre du mètre d’épaisseur), systématiquement mis en évidence par les fouilles et diagnostics archéologiques et qu’il conviendra d’étudier ultérieurement. Ce terroir s’étend jusqu’à la rive sud du port qui, jusqu’à l’avènement de Louis XIV, reste extra muros et n’est pas concernée par notre étude. Mentionnons néanmoins les travaux du LAMM sur  l’abbaye de Saint-Victor (Fixot, Pelletier 2009) ou encore les jardins du roi René, mis au jour sur le chantier du Quai Rive-Neuve.

En marge de la ville sans pour autant être assimilables au terroir, les faubourgs ont été largement étudiés par le biais de l’archéologie. Les chantiers de Sainte-Barbe et du parking Général-de-Gaulle, déjà publiés, ainsi que les opérations de l’îlot Puget, de l’îlot Bernard Dubois ou encore du Jeu de Paume, au 25 de la rue Thubaneau (Sillano, Scherrer 2009) ont montré le caractère à la fois urbanisé et industriel de ces quartiers au Moyen Âge et aux Temps Modernes. À la fois centrale et d’une très grande superficie, la fouille de l’Alcazar en rassemble tous les caractères et en livre une synthèse à la fois diachronique et fonctionnelle.

La ville intra muros, si elle reste une au sein de remparts dont le tracé a, somme toute, été peu modifié depuis l’Antiquité, n’en est pas moins divisée en quartiers. Depuis le début du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’Époque moderne, ceux-ci ont réuni la population selon des groupes sociaux dont l’impact est tangible jusque dans le type d’habitation. Ville haute, dépendant de l’évêque, et ville basse, dite vicomtale, n’expriment pas qu’une réalité foncière mais bien des populations différentes. La première, pauvre et roturière, se traduit par les petites habitations qui font le charme de l’actuel quartier du Panier ; la seconde, occupée par la noblesse, les marchands et les négociants, présente une mosaïque d’habitats où se côtoient hôtels du patriciat, maisons bourgeoises, boutiques et maisons élémentaires. Au fil du temps, la dichotomie primaire s’est morcelée, les propriétés vicomtales étant rachetées par la bourgeoisie et les écuyers, pour aboutir à la création des quatre grands quartiers de l’Époque moderne : Cavaillon, Blanquerie, Corps-de-Ville et Saint-Jean. À chacun nous avons coutume d’attribuer une frange de la population soit, respectivement, les journaliers, qui travaillent dans le terroir pendant la journée, les commerçants et artisans, les nobles et bourgeois et enfin les marins. Chacun de ces quartiers a fait l’objet de fouilles archéologiques. Dans le quartier de Cavaillon, citons les fouilles des Pistoles, de l’îlot 55, de la RHI Bon Jésus, des Carmes, de la Rue Leca, du Tunnel de la Major ou, plus récemment, du Parking République, de la Rue Trinquet et de l’esplanade de la Major. Pour des raisons diverses (documentation insuffisante ou opération plus récente que le début de la rédaction de la présente publication), seule la fouille du Tunnel de la Major a retenu notre attention. Trop proche de la cathédrale, dans une zone occupée par le chapitre, les résultats de cette opération demeurent peut-être peu représentatifs de l’habitat propre au quartier. Dans le quartier de la Blanquerie, seules les fouilles de la Bourse, du bassin de stockage Sadi Carnot (République – surverse Vieux-Port) et de l’Alcazar ont été réalisées, la première vaste mais peu documentée pour les périodes récentes, l’autre extrêmement réduite. Dans le quartier Saint-Jean, la seule opération est celle du Collège Vieux-Port si l’on excepte la toute petite fouille du parvis de l’église Saint-Laurent. Notre étude n’éclaire en rien notre connaissance de ces quartiers au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Enfin, le quartier de Corps-de-Ville est très bien illustré par les opérations successives autour de la mairie. Par chance, l’étendue de la zone fouillée et son caractère central révèle une grande variété de types d’occupations qui permet de se représenter ce qu’était la ville de Marseille intra muros au cours du Moyen Âge et des Temps Modernes.

En conclusion, nous dirons que les trois chantiers sur lesquels s’appuie notre étude n’en restent pas moins suffisamment bien placés et vastes pour être considérés comme représentatifs de l’occupation de la ville au cours du Moyen Âge et de l’Époque moderne. Notre publication, si elle ne peut prétendre à l’exhaustivité (mais peut-elle être exhaustive lorsqu’il s’agit d’archéologie ?), n’en apporte pas moins un éclairage nouveau sur l’histoire de Marseille qui, jusqu’à présent, était essentiellement alimentée par les documents écrits.

2. Les opérations archéologiques étudiées

Trois chantiers font l’objet de notre étude. Nous les indiquons dans l’ordre où ils apparaissent dans la seconde partie de l’ouvrage : le Tunnel de la Major, au nord de la ville ; les fouilles autour de la Mairie, au sud de la ville ; enfin l’Alcazar, seul chantier suburbain de notre étude.

2.1. Le Tunnel de la Major

  • 16 Aucune exploration archéologique n’a été réalisée sous la Mairie, le tunnel ayant été réalisé par f (...)

Le chantier archéologique du Tunnel de la Major (codé TNM 2000) s’est déroulé entre juillet 2000 et février 2001 sur le terrain et le rapport de fouille a été finalisé en 2004 (Barra et al. 2004). Il a été dirigé par F. Conche (responsable d’opération Inrap) et O. Maufras (responsable adjointe Inrap) ; ils ont été aidés dans leur tâche par un collège scientifique regroupant des chercheurs de la Ville de Marseille, de l’Université de Provence et du CNRS. Provoqué par le creusement d’un tunnel, il a pris la forme d’une longue bande de 350 m de longueur sur environ 10 m de large entre le pied de la butte Saint-Laurent et le tunnel de la Joliette16 (fig. 5). La fouille, entièrement réalisée par des agents de l’Inrap, a été divisée en 7 zones. La zone 1 correspond aux surveillances de détournements de réseaux effectuées sous la direction de F. Conche en 2000. La zone 2, au sud de la mairie de secteur (responsable M. Guillaume et adjoints S. Fournier et N. Scherrer), est située au pied de la butte Saint-Laurent. Les zones 3 et 7 se succèdent au nord de la mairie de secteur (responsables C. Voyez et C. Barra, adjointe N. Valour) jusqu’à la Vieille-Major. La zone 4 longe le chevet de la Vieille-Major (responsables R. Gaday et B. Vasselin). La zone 5 se situe au nord de la zone 4 jusqu’à la place du Séminaire (responsable J.-L. Blaison et L. Duval en adjoint). Enfin la zone 7, à l’est de la mairie de secteur, a été dirigée par S. Fournier.

Fig.5. La fouille du Tunnel de la Major vue du nord (cl. Maziers/Inrap).

Ce chantier a été précédé d’un sondage dans l’avenue Vaudoyer (Bouiron et al. 2001 a, p. 422), de plusieurs sondages sur le tracé du futur tunnel (Bouiron et al. 1995) et d’une fouille de 125 m au niveau de l’esplanade de la Tourette (Chapon 2000). Les archives ont été étudiées par P. Rigaud et J. Cuzon (Inrap).

Dans cette publication, les vestiges liés à la vie religieuse du quartier (soit le quartier canonial, le cimetière, la chapelle des Pénitents blancs de Saint-Lazare et le Grand séminaire) ne seront pas évoqués. Ils feront l’objet d’une publication centrée sur l’évolution du quartier épiscopal et la création de la cathédrale de La Major, en lien avec d’autres opérations de fouille.

Les vestiges médiévaux ne sont que partiellement conservés car arasés à l’Époque moderne par diverses constructions ; la création du boulevard Robert-Schuman notamment a entamé la stratification jusqu’aux vestiges de l’Antiquité tardive. Par ailleurs, les constructions des XIIIe et XIVe s. ont largement détruit celles des périodes précédentes, du haut Moyen Âge en particulier. Néanmoins, et malgré aussi l’étroitesse du chantier, un quartier médiéval se dessine clairement. Pour la période moderne, les vestiges archéologiques, également largement arasés, sont néanmoins bien éclairés par les données d’archives.

2.2. Les abords de la Mairie

Entre 1992 et 2005, la Ville de Marseille a réalisé toute une série de travaux autour de la Mairie. Un parking est creusé sous la place Jules-Verne en 1992 puis une vaste excavation au nord de la Mairie, en 1995, qui devait accueillir un musée consacré à l’artiste marseillais César. La donation de l’artiste n’ayant pu être recueillie, un nouveau projet est défini en 2004 : l’Espace Bargemon, vaste infrastructure souterraine, à la fois annexe de la Mairie et salles d’exposition ouvertes au public. Dans ce dessein, une extension de l’emprise d’origine a été nécessaire.

Ces constructions ont été systématiquement accompagnées de fouilles archéologiques qui se répartissent en quatre campagnes :

  • La fouille Jules-Verne (JV 1992) : ce chantier de 3700 m2, dirigé par A. Hesnard (Centre Camille Jullian, CNRS), n’a pas donné lieu à un rapport. Les niveaux modernes et médiévaux ont été très peu étudiés, mis à part un secteur dirigé par F. Paone (rapport non abouti). Un recueil de textes d’archives a été établi par P. Bernardi (directeur de recherches au LAMOP (Paris I), CNRS). Nous n’évoquerons que très peu cette opération.

  • La fouille « César 1 » (CSR 1995) : ce chantier d’environ 1500 m2, dirigé par V. Abel puis R. Thernot (tous deux de l’Inrap), a été consacré à la fouille des niveaux médiévaux et modernes sur l’emprise du projet de musée César (fig. 6). Le rapport (Thernot 1997) a été réalisé en regroupant les participations des différents responsables de secteur (F. Paone, V. Rinalducci, B. Sillano et M. Vecchione) sans qu’il y ait eu assez de temps pour réaliser une synthèse. Une étude d’archives a été menée par C. Castrucci (Inrap).

  • La fouille « César 2 » (MCR 1996) : ce chantier de 2500 m2, dirigé par A. Hesnard (Centre Camille Julian) et F. Conche (Inrap), a été consacré à la fouille des niveaux antiques sur l’emprise du musée César. Le rapport n’a pas été réalisé ; cependant, la partie des niveaux médiévaux et modernes qui n’avaient pas été fouillée, faute de temps, durant l’opération « César 1 », a pu être étudiée et les données ont été incluses dans le rapport de la fouille précédente.

  • La campagne de l’Espace Bargemon (BRG 2005) : ce chantier était constitué d’une série de petites opérations en périphérie du chantier précédent (fig. 7). Ce sont la zone 1 au sud (40 m2, responsable M. Maurin), 2 et 3 à l’ouest (60 m2 et 150 m2, responsables respectifs F. Parent et B. Sillano), 4 au nord-ouest (70 m2, responsable M. Maurin) et 5 au nord (350 m2, responsables successifs F. Paone et R. Thernot). Une étude d’archives a été menée par Ph. Rigaud (Inrap) et C. Castrucci. Le rapport a donné lieu à des synthèses abouties qui ont tenté de prendre en compte l’ensemble des opérations et servent de base à la présente publication (Mellinand 2005).

Fig.6. Vue d’ensemble du chantier «César 1» en 1996. Au fond, le pavillon Bargemon, la Maison Diamantée et le pavillon Daviel (cl. A. Arbion/Inrap)

Fig.7. La zone 3 du chantier «Espace Bargemon» (cl. T. Maziers/Inrap).

Fig.8. Le chantier de l’Alcazar (cl. F. Parent/Inrap).

Dans ce secteur, la rafle de 1943, organisée par la police française, suivie du dynamitage systématique des maisons par les Allemands a conduit à la disparition quasi-totale du quartier. Au sud de la Grand-Rue, furent seuls épargnés les bâtiments administratifs (Palais de Justice, Mairie, pavillon Bargemon, ainsi que les parcelles 384 et 370 à 374) auxquels s’ajoutent quelques édifices prestigieux (Maison Diamantée, Hôtel de Cabre). Le reste n’était qu’un champ de ruines…

L’arasement des structures archéologiques est très variable d’un secteur à l’autre, tributaire du dynamitage mais aussi des travaux de reconstruction qui ont suivi et dont nous n’avons pas le détail. Ainsi, sur l’emprise du projet du musée César, nous distinguons la moitié nord où les substructions sont conservées jusqu’au niveau du sol d’origine (rez-de-chaussée) alors que dans la moitié sud, le nivellement a surcreusé ce sol sur une profondeur de près de 1 m. La même différence entre le nord (zones 4 et 5) et le sud (zones 1, 2 et 3) a été observée pour l’opération de l’Espace Bargemon.

Les caves, creusées quasi systématiquement à partir du XVIIe s., ont aussi considérablement dégradé le sous-sol et nous privent d’informations essentielles comme les tranchées d’installation des murs ainsi que les sols qui leur sont contemporains. Contrairement aux époques antérieures, les vestiges d’Époque moderne consistent essentiellement en des structures bâties, pour la plupart des murs. Le corollaire est la rareté du mobilier archéologique qui nous permettrait d’établir une chronologie absolue. Paradoxalement, ce sont les niveaux les plus proches de nous dans le temps qui sont les moins bien datés ; la date d’édification de nombreux murs modernes est établie avec une fourchette chronologique de deux siècles alors que la plupart des murs grecs sont datés à 25 ans près ! Les rues ont également été arasées profondément et ce d’autant plus qu’elles ont accueilli en leur axe des réseaux de canalisations successifs, les plus récents oblitérant généralement les précédents.

2.3. L’Alcazar

  • 17 Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale.

Ce chantier (BMVR 1999) de 4400 m2 a été réalisé de février 1999 à février 2000 sous la direction de M. Bouiron alors archéologue de la Ville de Marseille avec une équipe de l’Inrap (fig. 8). Il a été initié par le projet de construction de la BMVR17, sur l’emprise de l’ancien théâtre de l’Alcazar.

  • 18 Responsables et adjoints : S. Bien, B. De Luca, M. Maurin, P. Mellinand, M. Moerman, F. Paone, F. P (...)

Onze responsables de zones et adjoints se sont répartis le travail avec une équipe d’environ 70 personnes18. L’étude d’archives a été menée par P. Rigaud (Inrap) pour la période médiévale et pour la période moderne par C. Castrucci (Inrap). Le rapport de fouille, objet d’un important travail collectif, a été rendu en 2001 (Bouiron 2001b).

L’amplitude du site a permis d’obtenir de nombreuses informations pour toutes les périodes, de l’Antiquité grecque à l’Époque moderne. Comme trop souvent, les vestiges du haut Moyen Âge n’ont pas été retrouvés, soit qu’ils n’ont pas existé, soit qu’ils aient été arasés par ceux des siècles suivants. Des traces sont conservées à partir du XII s. et jusqu’à la destruction au milieu du XIVe s. du faubourg construit à la fin du XIIIe s.

Les premières demeures de l’Époque moderne sont installées sur un apport important de remblais datés du XVIe s. ; elles sont légèrement antérieures à l’Agrandissement de la ville voulu par Louis XIV. À partir de la création du Cours, ces premières habitations sont réalignées et le quartier connaît un développement exponentiel de son urbanisation jusqu’au XVIIIe s., voire jusqu’à la Révolution. Le quartier est bouleversé par la construction de la salle de spectacle de l’Alcazar en 1857.

Les vestiges permettent de bien documenter l’évolution du quartier du XIIe s. à la période moderne ; en revanche, les élévations ne sont pas conservées.

3. Les contraintes et limites de la documentation

Les sources, qu’elles soient archéologiques ou archivistiques ne sont pas exhaustives sur les zones étudiées. Entre difficulté technique lors des chantiers, destruction ancienne et masse des registres de notaires à dépouiller, il faut ici préciser la représentativité de notre masse documentaire.

3.1. Les limites de l’archéologie du Moyen Âge et des Temps Modernes

Si l’étude des faubourgs de la ville est plus aisée en raison des phases d’abandon qui figent et scellent les différentes occupations, celle qui concerne la ville intra muros se heurte à de nombreuses difficultés. Les opérations de fouille ne concernent que les substructions d’édifices dont la destruction est parfois intervenue immédiatement avant les travaux. Aucune étude de bâti en élévation n’a encore été réalisée et la vision qui nous est restituée est extrêmement lacunaire. Le caractère figé du parcellaire durant toute cette période a pour corollaire la superposition des murs porteurs dont l’élévation toujours plus importante a souvent nécessité la démolition complète des maçonneries antérieures.

La chronologie absolue est difficile à établir en raison de la rareté du mobilier archéologique. Après les grands travaux de nivellement antiques qui ont estompé le relief très marqué à l’origine, les remblaiements associés aux constructions se font plus discrets ; or ce sont eux qui recèlent du mobilier datant. Le creusement quasi systématique des caves à partir du XVIIe s. a également éliminé toute possibilité de dater les structures bâties qui les ceignent. En l’absence d’éléments datant, la chronologie relative est peu révélatrice de l’épaisseur de la séquence archéologique. Les phases constructives, de courte durée, nous livrent une grande quantité d’unités stratigraphiques (par exemple des remblais successifs préparatoires à l’établissement d’un sol) alors que les phases d’utilisation, parfois de très longue durée, ne laissent pratiquement aucune trace (le sol est balayé et entretenu régulièrement).

Deux hiatus chronologiques sont observés de manière récurrente : le premier au début de la période médiévale (entre le VIIIe et le XIe s.) et le second au début de la période moderne (XVe et XVIe s.). Même s’il existe une importante période de récession, la ville n’a pas disparu entre le VIIIe et le XIe s. De plus, le hiatus existe aussi pour le XVe s. durant lequel le commerce reprend une activité importante ; il ne semble donc pas que le repli ou l’essor de la ville soient à l’origine de ces lacunes. Les arasements successifs des vestiges n’en sont sans doute pas non plus les seules causes. Il convient de se poser la question de la limite de nos connaissances, notamment pour ce qui concerne les éléments datant.

3.2. L’apport des archives

Pour la première fois à Marseille, d’importantes études d’archives, conçues comme un outil propre à confronter terrain et sources écrites, ont été conduites dans le cadre des chantiers de fouille. Portant sur les deux périodes, médiévale et moderne, les résultats sont hétérogènes du fait de l’inégalité des sources pour l’une et l’autre période.

Les archives consultées sont pour l’essentiel celles conservés aux archives municipales et départementales, dont les fonds sont parmi les plus riches de France pour la période médiévale. Rappelons que les archives municipales renferment le plus ancien registre de notaire de France (1248) et que le fonds de l’abbaye Saint-Victor, intégralement conservé aux archives départementales, est particulièrement précieux pour les historiens. Dans le cadre de l’archéologie préventive, les études d’archives sont généralement ponctuelles et liées au cadre topographique des chantiers. De ce fait, elles demeurent partielles. Elles tirent leurs informations de documents de nature différente suivant leur origine (notaires, délibérations municipales, …) mais aussi rédigées en différentes langues. La langue d’Oc parlée à Marseille est parfois utilisée dans les actes écrits à partir du XIIe s. Le latin reste malgré tout la langue principale des actes servant de preuve, jusqu’en 1539, date à laquelle François Ier impose la langue française (encore que cette décision mit quelques décennies à être appliquée à Marseille, Dell’Umbria 2006).

  • 19 Pernoud 1949, Rambert 1951-1966, Dupanloup 1966 et 1969.

Pour la période médiévale, la thèse de doctorat de R. Pernoud sur les Statuts de la ville, les travaux de G. Rambert sur le commerce de Marseille, de M. Dupanloup sur les teinturiers, de B. Roberty sur le classement des archives…,19 sont autant de sources d’informations que nous avons pu confronter aux  données de fouilles.

Plus récemment, le travail au long cours de M. Bouiron et celui de P. Rigaud ont permis de compléter les données du sol. Ainsi pour le site de la place Général-de-Gaulle, le nom des habitants a pu être déterminé pour un certain nombre de maisons ; l’évolution du foncier a pu être cerné dans cette zone (Bouiron 2001a, p. 242-246). L’étude de P. Rigaud pour le chantier de l’Alcazar a permis entre autres choses de cerner la mise en place de la voirie dans ce faubourg.

  • 20 Ont été consultés les fonds des Archives Départementales et des Archives Communales, ainsi que ceux (...)

Pour la période moderne, les recueils successifs ont été réalisés par P. Bernardi, C. Castrucci et P. Rigaud. La carence en matière de datation absolue est compensée par l’abondance des textes d’archive20. Cependant, la majorité des textes a été rédigée entre l’extrême fin du XVI s. et le début du XVIIIe s. Leur intérêt réside donc plus particulièrement dans les descriptions qu’ils nous livrent sur l’organisation des habitats comme sur le mode de construction.

Dans tous les cas, la connaissance du positionnement exact des édifices est une dialectique délicate entre textes d’archives et archéologie. Les textes mentionnent des édifices qui sont bien évidemment connus des personnes pour qui sont écrits les actes ; il n’est donc pas utile d’en préciser l’emplacement. Les fouilles archéologiques restituent des vestiges de constructions, dont on possède rarement le plan complet et dont l’interprétation même reste délicate. L’archéologue-historien doit donc confronter ces deux sources incomplètes pour essayer d’en tirer des certitudes. C’est là une œuvre de longue haleine, dont on commence à peine à bâtir les fondations.

La réunion de divers actes de vente, de location, de donation a permis de dresser outre un état de la qualité des propriétaires, l’évolution générale de la topographie du quartier et souvent une description succincte des lieux. Pour l’Époque moderne, la durée importante de ces études a permis de solliciter d’autres sources, plus rares, en relation avec le bâti : prix-faits et rapports d’expertise, actes notariés dressés à la suite d’une vente. Ces documents, très importants pour l’histoire du bâti des zones fouillées, ont fourni des éléments essentiels : la date de certaines structures découvertes en fouille, un état très détaillé de l’intérieur des habitations (indiquant à chaque fois les dimensions des pièces), l’organisation des façades, des indications sur le profil des baies, le vocabulaire des charpentes et des renseignements sur la confection des sols et des sous-sols.

Outre la restitution de structures dont il ne reste que la substruction, les rapports ont également offert la possibilité de dresser l’état d’un bâti antérieur dont l’origine peut remonter au Moyen Âge. Les prix-faits nous ont amenés à une restitution des éléments disparus et nous ont renseignés sur des édifices en voie de construction en nous permettant d’identifier certains matériaux ou certaines structures.

Les textes permettent parfois de faire coïncider les limites des pièces mentionnées avec celles qui ont été repérées en fouille. D’autre fois, ils nous donnent une image de l’organisation interne de la parcelle avant que des travaux de plus grande envergure n’en éliminent les traces. Les rapporteurs trouvent généralement des maisons très dégradées et nous pouvons aisément supposer que leur construction est antérieure de plusieurs dizaines d’années à la date de l’expertise ; il est cependant clair que les commis étant payés par l’acheteur, ils ont certainement tendance à exagérer la vétusté. Les devis, en revanche, sont établis au moment de la construction et permettent de dater précisément les structures reconnues. Ils laissent cependant planer le doute sur la réalité des travaux qui ont suivi. Par exemple, l’expérience nous a montré que quelquefois l’entrepreneur a conservé les fondations anciennes alors qu’il s’était engagé, d’après le devis, à les refaire entièrement. C’est la collecte d’un nombre important de ces documents, recueillis grâce au temps consacré à ces études, qui a permis la confrontation entre les sources écrites et les données issues des fouilles.

Par ailleurs, les représentations figurées de la ville forment un complément d’information non négligeable pour les périodes qui nous concernent, mais plus particulièrement pour la période moderne (fig. 9). Le plan de Pietro Angelo Pelloia, premier plan connu de Marseille récemment découvert et daté vers 1555 (Bouiron, de Candido 2009), le dessin d’Ercole Negro (1590), le tableau du Prêche de la Madeleine (du début du XVIe s.), le plan Demarest, le cadastre napoléonien, etc… sont autant d’éléments de comparaison avec les vestiges médiévaux ou moderne retrouvés dans le sol. Les informations concernent essentiellement la topographie, la trame urbaine, les fortifications, les édifices importants (religieux ou civils), mais certaines représentations fournissent des détails sur l’habitat, même s’ils sont à considérer avec prudence. En effet, il est possible qu’il s’agisse de représentations archétypales et non de la réalité, mais ils sont à prendre en compte.

Fig.9.Vue cavalière de Marseille à la fin du XVIe s. (plan Florini, cl. ACM).

4. Le plan de la publication

Nous avons volontairement choisi pour notre publication de consacrer une première partie de l’ouvrage aux études thématiques sur la topographie et la morphologie de la ville. Elles permettent d’analyser les éventuelles constantes et différences entre les quartiers et de faire des comparaisons avec d’autres villes de la région. Une seconde partie vise à présenter plus précisément les trois chantiers archéologiques qui forment le socle de cette étude. La description des vestiges suit l’ordre chronologique.

Ce plan de publication a été adopté afin de permettre un accès direct aux aspects historiques et synthétiques, et que chaque personne souhaitant plus de précisions puisse trouver les éléments objectifs sur lesquels se basent les études dans les descriptions archéologiques.

La première partie s’articule suivant un axe allant du collectif au particulier. Un premier chapitre est consacré aux éléments structurants de la topographie urbaine, divisions administratives de la ville, fortifications, édifices principaux et enfin aménagements portuaires. Le travail s’appuie à la fois sur les découvertes archéologiques et sur les textes d’archives. Le second chapitre vise à observer de plus près la trame urbaine à travers les données recueillies concernant le réseau viaire, le découpage parcellaire et le réseau hydraulique. Ensuite, l’étude s’emploie à détailler les techniques de construction et leur évolution au cours des années ; de la carrière à la mise en œuvre des matériaux, ce chapitre est une première approche synthétique sur le sujet. L’analyse de l’organisation de l’habitat à travers les fouilles archéologiques et les textes d’archives forme le quatrième chapitre. L’angle de lecture adopté s’efforce de rendre compte à la fois des aspects purement architecturaux ou techniques et des désirs humains liés au confort et à l’esthétique moins faciles à mettre en évidence. Enfin, une étude des vestiges de traces artisanales et industrielles permet d’aborder le monde du travail.

La seconde partie restitue les données archéologiques des trois chantiers (Tunnel de la Major, Espace Bargemon et Alcazar) suivant une description chronologique qui reprend le plan visant à aller du collectif vers le particulier.

Enfin une conclusion permet une autre lecture chronologique, plus synthétique, à travers laquelle se dessine l’évolution du visage de la ville au fil des siècles entre les VIIIe et XIXe s. Elle s’interroge sur l’apport de l’archéologie à l’écriture de l’histoire de la ville et enfin pose la question des perspectives envisageables pour de futurs travaux archéologiques.

Notes

11 Une calanque est une crique étroite cernée de parois rocheuses escarpées. Ici, le relief, non calcaire, a été largement émoussé au fil des millénaires.

12 La surface actuelle de la commune est de 240 km2 dont 100 km2 d’espaces naturels.

13 Se référer aux notices de sites dans Bouiron et al. 2001a, p. 421, 425 et 429.

14 Il faut souligner ici le rôle joué à l’époque par le Service régional de l’Archéologie et en particulier par le conservateur en charge de Marseille, Bruno Bizot.

15 Premier triennal : 2005-2007 ; second triennal, en cours au moment de la publication : 2008-2010. Il convient de préciser que les fouilles réalisées autour de la Mairie ne sont étudiées, dans le cadre de cette publication, que pour le Moyen Âge et l’Époque moderne ; les autres périodes seront publiées dans le cadre de l’ACR conduite par A. Hesnard.

16 Aucune exploration archéologique n’a été réalisée sous la Mairie, le tunnel ayant été réalisé par forage.

17 Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale.

18 Responsables et adjoints : S. Bien, B. De Luca, M. Maurin, P. Mellinand, M. Moerman, F. Paone, F. Parent, É. Plassot, P. Reynaud, B. Sillano et C. Voyez.

19 Pernoud 1949, Rambert 1951-1966, Dupanloup 1966 et 1969.

20 Ont été consultés les fonds des Archives Départementales et des Archives Communales, ainsi que ceux de la Chambre de Commerce.

Table des illustrations

Légende Fig.1.La ville de Marseille et son environnement (DAO Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig.2.Le site de Marseille (Courbes de niveaux de 1840, DAO M. Bouiron/Ville de Nice).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig.3. Les chantiers de fouille archéologique dans la topographie de Marseille (DAO B. Sillano/Inrap sur fond de plan M. Bouiron).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig.4. Le cadre urbain de l’Époque moderne et les opérations archéologiques (DAO B. Sillano/Inrap sur fond de plan M. Bouiron).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig.5. La fouille du Tunnel de la Major vue du nord (cl. Maziers/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig.6. Vue d’ensemble du chantier «César 1» en 1996. Au fond, le pavillon Bargemon, la Maison Diamantée et le pavillon Daviel (cl. A. Arbion/Inrap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig.7. La zone 3 du chantier «Espace Bargemon» (cl. T. Maziers/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig.8. Le chantier de l’Alcazar (cl. F. Parent/Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig.9.Vue cavalière de Marseille à la fin du XVIe s. (plan Florini, cl. ACM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/885/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access