Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 7. Langue et écriture

2. Contacts et échanges technologiques entre Grecs et indigènes en Italie méridionale : langues et écritures au cours du IVe siècle av. J.-C.

Paolo Poccetti

Abstract

This paper focuses writing systems and text typologies as patterns of contacts and technological exchanges between Greeks and western indigenous communities from the beginning of the Greek colonization until 4th century BC. Developments of those relationships are also examined in the perspective of the variation of this kind of technological exchanges. Fourth century is considered a crucial period owing to the socio-political evolution of the indigenous communities, which involved new pattern of contacts within a Mediterranean network. A deeper assimilation of Greek culture is evidenced by remodeling alphabetic systems and text genres which inserted the indigenous communities within the Hellenistic world.

Index terms

Geographical index :

Italie méridionale

Full text

1On reconnaît désormais que les contacts et les échanges technologiques entre les populations égéennes et les cultures indigènes de l’Italie méridionale sont antérieurs à l’époque de la colonisation grecque. Outre les fouilles archéologiques remontant à la période mycénienne, au début de la littérature grecque se retrouve la conscience de ces relations archaïques, où les échanges de la culture matérielle sont étroitement liés aux aspects de la communication linguistique.

2Ce sont les poèmes homériques qui nous fournissent le témoignage littéraire le plus ancien en ce sens là. Dans un célèbre passage de l’Odyssée, la déesse Athéna, sous l’apparence de Mentès roi des Taphiens, se rend avec des camarades par voie maritime chez « des gens qui parlaient une autre langue près de la ville de Témésa pour l’échange commercial des métaux » :

Νῦν δ´ᾧδε ξὺν νηὶ κατήλυθον ἠδ´ ἑτάροισι,
πλέων ἐπὶ ; οἴνοπα πόντον ἐπὶ ἀλλοθρόους ἀνθρώπους,
ές Τεμέσην μετὰ ; χαλκόν, ἄγω δ´ αἴθωνα σίδηρον.

  • 1 Cf. Biraschi 1983 ; Lepore, Mele 1983, p. 850 ; Mele 2009 ; Givigliano 2009.

3L’identification topographique de la mention homérique de Témésa avec la ville située sur les côtes tyrrhéniennes de la Calabre moderne, que Strabon (VI 1, 5) désigne comme fondation de l’ancienne population italique des Ausones (Αυςσόνων κτίσμα) semble désormais certaine et hors de toute discussion1. Dans cette ville, la tradition ancienne a situé aussi le mythe du meurtre de Politès, un des camarades d’Ulysse, qui y aurait été tué par traîtrise par les habitants.

4Comme l’a souligné A. Mele (2009), les deux épisodes sont liés, s’inscrivant tous les deux dans le contexte des contes homériques ou, pour mieux dire, l’un (celui de Politès) implique l’autre. Ils ont apparemment des significations opposées, mais en même temps dialectiques et cohérentes entre elles. En effet ils expriment deux facettes des contacts entre Grecs et indigènes au seuil de la colonisation : d’une part, l’échange dans l’accueil pacifique, de l’autre, les luttes sanglantes avec perte de vies humaines. En ce dernier cas, le meurtre de Politès par traîtrise, d’une part, signale le refus d’accueillir les héros grecs de la part des indigènes et, de l’autre, met en relief l’opposition entre deux modèles idéaux : la vertu (ἀρετή) des Grecs face à la traîtrise des barbares.

5Ici on mettra à l’écart la question complexe du niveau chronologique reflété par les vers de l’Odyssée (attribués à la fin du IIe millénaire ou au début du Ier ou au seuil de la colonisation), ce qui relève de la philologie homérique, pour souligner la donnée la plus importante qui nous concerne ici, c’est-à-dire les liens entre relations commerciales, échange de technologie et les aspects de la communication linguistique. La raison du voyage « chez les hommes qui parlaient une autre langue » (ἐπ´ ἀλλοθρόους ἀνθρώπους) est l’échange de métaux : les Grecs échangent le bronze avec le fer (ξαλκόν / σίδηρον). Cet échange s’insère dans l’exploitation, disparue plus tard, de mines de cuivre connues dans cette région de l’Italie méridionale à l’époque protohistorique (Guarascio 1983, p. 140 s.). L’extraction de ce minéral s’insère dans un réseau important de commerce entre Grecs et indigènes, reflété par le passage homérique, où l’échange est inversé : ce sont les Grecs qui apportent du bronze pour prendre du fer.

6Cela pose des problèmes chronologiques par rapport aux technologies que les deux métaux mettent en cause. Il est notoire que le bronze et le fer donnent leur nom aux âges qui se sont succédé dans la protohistoire de la Méditerranée et de l’Europe au début du Ier millénaire av. J.-C., ce qui correspond à la fois à l’évolution de la technologie et à des niveaux différents de civilisation. Donc, apparemment, les indigènes seraient porteurs d’une technologie plus avancée que les Grecs eux-mêmes. Toutefois, plus vraisemblablement, il ne s’agit que de rôles interchangeables. Le passage homérique, qui remonte à un niveau chronologique difficilement antérieur au Ier millénaire, montre que le fer et le cuivre n’opposaient pas si nettement l’Orient et l’Occident de la Méditerranée. En outre, comme l’a souligné R. Peroni, dans ce cadre, l’extraction des minéraux ainsi que la production métallurgique ne pouvaient pas échapper au contrôle politique d’une communauté (Peroni 1996, p. 15). Le déplacement du roi des Taphiens et l’objet de l’échange, qui correspondent au caractère aristocratique du commerce archaïque identifié avec la prexis d’Homère et d’Hésiode (Mele 1979, p. 58 ss.), laissent imaginer des relations avec les populations indigènes à un niveau politique élevé.

  • 2 Et.Magn. ἀλλόθροος · ἀλλόγλωσσος ὁ ἀλλόθρίαν φωνὴν ἒχων ἢγουν ὁ βάρβαρος.

7Du point de vue de la communication linguistique le passage homérique ne précise pas la langue dans laquelle ces échanges se déroulaient. De toute façon l’expression ἐπὶ ἀλλοθρόους ἀνθρώπους, dont le sens par rapport à la langue nous est assuré par les gloses anciennes2, traduit chez les Grecs la conscience de la diversité linguistique d’un endroit de l’Occident nommé avec précision.

8Dans les poèmes homériques, les allusions à la diversité linguistique par rapport à des régions précisément identifiées sont très rares. Parmi les termes homériques se référant à ce domaine ἀλλόθροος est le plus neutre, parce qu’il n’a en lui-même aucune connotation négative, à la différence, par exemple, de βαρβαρόφωνος qualifiant les Cariens (Καρῶν βαρβαροφόνων, Il. II, 867) ou de ἀγριόφονος attribué aux Sinties de Lemnos (ἐς Λῆμνον μετὰ ; Σιντίας ἀγριοφώνους, Od. VIII, 294).

9Le passage d’Homère n’implique apparemment qu’une communication orale. Les échanges et les commerces mentionnés dans les poèmes se situent toujours dans l’oralité. Toutefois, on le sait bien, la diffusion et l’adoption de l’écriture alphabétique s’inscrivent dans les échanges commerciaux qui constituent le contexte privilégié des contacts et des relations entre Grecs et populations indigènes de toutes les côtes méditerranéennes, de l’Italie à l’Asie Mineure, de la Gaule et de l’Espagne à l’Afrique du Nord. Il n’y a aucun doute que l’alphabet ait rayonné en Occident à travers les routes commerciales. Les attestations les plus anciennes de l’écriture en Occident, qui se manifestent d’une extrémité à l’autre de la Méditerranée (notamment de Al Mina à Tartessos à travers Pithécusses), s’inscrivent dans le réseau des commerces et des itinéraires maritimes touchés par les Grecs et par les Phéniciens. Le commerce archaïque se servait de l’écriture. L’épave de l’île du Giglio face de l’Etrurie, remontant au VIe siècle, contient des outils pour écrire qui étaient évidemment indispensables pour les activités du commerce (Cristofani 1995, p. 27).

10Lorsque M. Lejeune, il y a trente ans, a esquissé les parcours des « rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire av. J.-C. », il a distingué deux phases, dont le point chronologique de séparation, valable pour la Méditerranée entière, a été fixé au IVe siècle (Lejeune 1983a). La première phase a été nommée ‘‘individualiste’’ en ce qui concerne les procédés de transmission de l’écriture et la formation des alphabets locaux ; la seconde a été nommée ‘‘communautaire’’ en tant que formation d’une communauté graphique unitaire qui relie le monde grec (Lejeune 1983a, p. 741 s.).

11Ce schéma est bien utile et fort approprié, dans la mesure où il met en relief le véritable changement de perspective dans l’alphabétisation du monde indigène qui a lieu au cours du IVe siècle, mais il nécessite d’être un peu nuancé.

12A l’aube de l’adoption de l’alphabet grec, on a la perception de l’ ‘‘individualisme’’, lorsqu’on constate que les plus anciens documents écrits connus en Occident se situent, d’une manière presque inattendue, dans les endroits les plus périphériques ou les plus éloignés des circuits commerciaux méditerranéens. Cependant ces apparitions précoces et isolées se situent dans des régions qui, au bout d’un ou deux siècles, ont assisté à la naissance et à la diffusion d’une tradition d’écriture plutôt ‘‘communautaire’’, en tant qu’elle revient à noter une langue commune à des communautés diverses ou parce que son utilisation relie plusieurs communautés parlant des langues différentes.

  • 3 Pour ces signes, dont l’interprétation est controversée, cf. Peruzzi 1992 ; Imperato 1994, 176. Une (...)

13Par exemple, sur le sol italien le témoignage le plus ancien de l’écriture alphabétique se trouve sur un tesson avec cinq signes trouvé dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa dans le Latium3. Sa datation autour de 770 av. J.-C. est contemporaine de l’apparition de l’écriture en Grèce elle-même et précède les attestations les plus anciennes de l’écriture dans les sites de la colonisation grecque en Italie. Bien sûr, ce fragment inscrit est peut être importé, ce qui n’implique pas forcément l’emploi de l’écriture de la part des indigènes. Mais l’épanouissement de l’écriture dans la même région (le Latium ancien) un siècle plus tard confère une signification spéciale à la présence de ces signes.

14En Gaule et dans la Péninsule Ibérique, les apparitions archaïques de l’écriture apposée sur des supports du même type posent des problèmes semblables. Ainsi trois signes gravés sur une céramique halstattienne datée au VIe siècle, provenant du site de Montmorot sur le versant français du Jura, appartiennent à l’alphabet étrusque de l’Italie du Nord, dont la diffusion s’insère dans les relations très anciennes entre les deux versants des Alpes (Verger 2001).

  • 4 En ce qui concerne l’Espagne cf. De Hoz 1995, p. 153.

15Dans la péninsule Ibérique, les témoignages les plus anciens de l’écriture grecque se retrouvent dans les zones affectées par la fréquentation phocéenne : au Sud-Est dans la région de Tartessos (affectée aussi par les fréquentation phéniciennes), d’où proviennent deux graffites céramiques, l’un de Toscanos daté au VIIe siècle, l’autre de Huelva, daté vers le milieu du VIe siècle (De Hoz 1995, p. 152) ; au Nord-Est, dans l’important site ibère d’Ullastret, a été trouvée une kylix attique fragmentaire avec inscription remontant à la fin du VIe siècle (De Hoz 1997, p. 57, 3.1). Ces trois objets sont vraisemblablement importés4. Mais leur présence révèle que les indigènes étaient accoutumés à l’écriture alphabétique phénicienne ou grecque bien antérieurement à la création des systèmes d’écriture pour écrire leur propre langue. Il ne relève pas du hasard que les régions où se situent les deux sites ibériques mentionnés, aient été des foyers d’écriture de la péninsule. Comme l’a montré J. De Hoz (2001, p. 57), « la première écriture créé dans la péninsule Ibérique fut une adaptation de l’écriture consonantique phénicienne crée à Tartessos ».

16D’autre part, le premier document en langue ibère fait son apparition vers la fin du Ve siècle à Ullastret (De Hoz 1995, p. 156), dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique, même si son système d’écriture a été créé dans les Sud-Est sous l’influence de la culture phénicienne. Mais la véritable liaison entre le site de Tartessos et la région autour d’Ampurias est la fréquentation phocéenne.

17Sur le sol italien, les témoignages les plus anciens de l’écriture appartiennent aux établissements eubéens dans le golfe de Naples, notamment au VIIIe s. l’île de Pithécusses, aujourd’hui Ischia (Dubois 1995, n° 2-8) et VIIe s. la ville de Cumes (Dubois 1995, n° 11-14), qui se situent à la frontière septentrionale de l’expansion coloniale grecque dans la mer Tyrrhénienne.

18Dans les régions les plus méridionales de l’Italie et en la Sicile, qui occupent une position centrale par rapport aux itinéraires maritimes et qui ont été affectées de très bonne heure par les contacts avec les Grecs, l’écriture ne fait son apparition qu’un peu plus tard (VIe siècle).

19On constate un procédé parallèle sur le versant indigène. Ce sont les populations des régions de l’Italie centrale, notamment les Étrusques, les Latins, les Falisques, les Sabins, qui présentent les témoignages les plus anciens de l’écriture des langues indigènes. En outre elles ont développé de très bonne heure des systèmes alphabétiques autonomes l’un de l’autre. L’écriture, qui rayonne à travers les contacts commerciaux pour lesquels le basin du Tibre a joué un rôle essentiel, est devenue une marque de distinction sociale. Elle symbolise la condition aristocratique dans les inscriptions funéraires ainsi que dans la pratique des échanges d’objets précieux ou dans les rites des banquets.

20La formation d’un système autonome d’écriture a contribué à la naissance précoce de l’identité ethnique et de la physionomie culturelle des civilisations de l’Italie centrale, où l’écriture devient de très bonne heure expression des institutions civiles et de l’organisation politique.

21Une condition différente se dessine dans les régions les plus méridionales de l’Italie qui ont été entourées par des colonies grecques tout au long des côtes. Ici l’écriture des langues indigènes est plus tardive (fin du VIe siècle). En outre le nombre des textes connus jusqu’au milieu du IVe siècle est beaucoup plus réduit qu’en Italie centrale à la même période. En fait les populations en contact immédiat avec les πόλεις de Grande Grèce et de Sicile n’ont pas développé leur propre alphabet de la même manière que les cultures de l’Italie centrale. Elles ont adopté les alphabets locaux des Grecs presque sans aucune variation et des formes et des valeurs des signes, sauf l’introduction d’un signe pour noter une consonne inconnue au système phonétique grec, à savoir le signe pour <f> (Lejeune 1967 ; 1970). C’est seulement pour noter cette lettre qu’elles ont apporté des modifications à l’alphabet qui a fourni le modèle principal.

22La conformité des écritures indigènes aux modèles helléniques peut s’expliquer par des raisons différentes qui se complètent : d’une part la langue, de l’autre la politique.

23Sur le versant linguistique, l’emploi d’un système d’écriture commun au grec et aux langues indigènes correspond au niveau d’homogénéisation de deux codes linguistiques à l’intérieur d’une même communauté. En d’autres termes l’utilisation de la part des indigènes du même système d’écriture que les voisins Grecs sans variations saisissables s’inscrit dans la condition de bilinguisme avec diglossie qui a caractérisé les régions plus méridionales de l’Italie durant plusieurs siècles. L’unité de l’alphabet facilite le code-switching au niveau de la communication écrite.

24Le bilinguisme, dont la durée est attestée de manière différente d’une région à l’autre jusqu’à l’époque romaine, affecte surtout les deux régions plus méridionales qui longent la mère Ionienne : la Lucanie et la Calabre.

25En particulier en ce qui concerne la Calabre, le bilinguisme se situe aux niveaux les plus élevés de la communication littéraire et artistique. Un indice nous est fourni par l’attribution des liens de parenté avec le monde indigène à deux figures importantes, l’une de la poésie, l’autre de la prose, telles que Stésichore et Pythagore. Ces liens sont signalés par l’onomastique personnelle : le frère de Stésichore portait le nom de Μαμεϝρτιος, alors qu’au père de Pythagore est assigné le nom de Μαϝμαρκος conçu comme variante des noms grecs Μναϝμαρκος ο Μναϝσαρξος (Poccetti 1988, p. 132 s.). Au delà des questions de détail, les deux données semblent indiquer la conscience d’un esprit culturel unitaire qui soudait les Grecs et les indigènes aux niveaux les plus élevés de la communication littéraire.

  • 5 Stésichore frg. 181, 208, 210 Page.
  • 6 C’est le cas d’un Lucanien anonyme envoyé comme ambassadeur à Syracuse, où il reçoit des éloges pou (...)

26Concrètement, les deux personnalités de la culture hellénique locale sont insérées dans un entourage familial qui n’est pas grec. D’ailleurs les ouvrages de Stésichore et Pythagore se soudent strictement au contexte local. L’un dans sa production poétique a abordé des thèmes qui s’inspirent des traditions locales, des rencontres les plus anciennes des indigènes avec les colonisateurs, tels que les nostoi des héros homériques, la saga d’Oreste et le conte d’Héraklès en quête des boeufs de Géryon5. L’autre est la source d’un mouvement intellectuel où la participation des Grecs et de non Grecs a été soulignée par les sources anciennes (Poccetti 1989, p. 129 ss.). Au sein du pythagorisme s’est développée une prose philosophique et oratoire en dialecte dorien, où la Lucanie du IVe siècle a joué un rôle fondamental grâce à l’influence de Tarente : il suffit de rappeler les écrits d’Aristoxène et d’Ocellus Lucanus, mais aussi d’autres faits moins connus qui mettent en cause des Lucaniens anonymes6.

  • 7 P. Fest. 13 L.. Cf. également Porph., ad Hor., Sat. 1, 10, 30 = Lucil. frg. 1124 M. : Ideo ergo et (...)

27Que ce bilinguisme dure jusqu’à l’époque romaine nous est démontré par l’expression bilingues Bruttaces attribuée à Ennius et à Lucilius. Cette formule a l’allure d’une sorte de dicton ou d’expression proverbiale, où l’adjectif bilinguis (assez rare en latin), calqué d’après le grec δίγλωσσος, a un effet de double sens notamment de ‘‘bilingue’’ et ‘‘celui dont il faut se méfier’’ (dans cette dernière signification bilinguis figure chez Plaute : Poccetti 1986). L’allusion au bilinguisme de cette région, qui met en cause spécifiquement l’osque et le grec, nous est assurée par les gloses : bilingues Bruttaces dixit Ennius (Ann. 496) dixit, quod Bruttii et Osce et Graece loqui soliti sint. Sunt autem populi vicini Lucanis7.

28La langue latine qui, en conséquence de la romanisation, s’est substituée à l’osque, n’a pas remplacé ou effacé l’emploi du grec. Les inscriptions de l’époque impériale témoignent d’une situation de bilinguisme avec diglossie grec/latin (Consani 1995), parallèle à celle qui caractérisait auparavant la distribution du grec et des langues indigènes. La seule différence concerne l’écriture. La romanisation, qui s’accompagne du prestige de la langue dans l’administration, a introduit un alphabet nouveau à côté de l’alphabet grec. Donc d’un alphabet unique pour noter deux langues on passe à l’emploi de deux alphabets distincts pour chaque langue. Mais la résistance de l’alphabet grec a été très forte vis-à-vis de la force de l’alphabet latin. Son emploi a continué dans les inscriptions privées de l’époque impériale jusqu’au seuil de l’époque moderne en fournissant le système d’écriture pour les dialectes romans locaux.

29Le fait que les indigènes à l’époque archaïque n’ont pas développé un alphabet autonome par rapport aux voisins Grecs n’est pas à interpréter comme l’indice d’un emploi ‘‘individualiste’’ de l’écriture. En fait on connait des textes de nature publique, mais ils ne nous révèlent aucune organisation publique ni aucune structure de leur Etat. Cette condition de l’écriture semble plutôt dénoncer une autonomie politique inachevée ou une identité ethnique incomplète.

30Deux exemples, différents entre eux, nous sont fournis respectivement par la population nommée Oinotroi en Grande Grèce et par les Sicules en Sicile. Les uns ont adopté l’alphabet des colonies achéennes, qui les entouraient ; les autres ont été soumis à l’influence de la « tradition alphabétique du centre grec qui jouait pour chacune aire le rôle de centre culturellement hégémonique » (Agostiniani 1992, p. 136).

31Pour les uns comme pour les autres on ne dispose que de très peu d’inscriptions remontant à la période comprise entre la fin du VIe siècle et la moitié du Ve, parmi lesquelles on trouve des textes publics, qui, toutefois, ne nous disent rien de l’organisme qui a émis ces textes.

32En fait la production épigraphique des Oenotres ainsi que des Sicules est vraisemblablement l’expression d’une physionomie ethnique et politique très faible. D’autre part, ces documents s’inscrivent dans des contextes historiques particuliers. Les textes attribuables aux Oenotres sont postérieurs à la crise de l’‘‘empire’’ de Sybaris (510 av. J.-C.) ; les inscriptions des Sicules appartiennent à la phase qui précède la coalition autour de la révolte de Douketios (Agostiniani 1991, p. 27). Après son anéantissement, on n’a plus de traces de l’épigraphie des Sicules, et ce n’est pas un hasard.

33Bien sûr, ce ne sont pas uniquement la différentiation des systèmes d’écriture et l’emploi de la langue indigène qui marquent l’autonomie politique et l’identité ethno-culturelle d’une communauté. Le véritable signal d’une maturation ethno-culturelle relève d’une production réellement autonome des textes.

34Dans cette direction un changement remarquable se manifeste vers le milieu du IVe siècle av. J.-C. Les processus de transformations qui affectent simultanément les sociétés indigènes et le monde grec au tournant du Ve siècle se répercutent sur les systèmes de contacts et des échanges technologiques au niveau des langues et des écritures, manifestés à travers les textes. A ce moment-là, on constate des phénomènes de continuité et de discontinuité dans les relations entre Grecs et indigènes par rapport à l’époque archaïque. La continuité est représentée par la participation des indigènes aux évolutions du monde grec concernant la langue et l’alphabet. La discontinuité consiste dans l’apparition d’un langage nouveau qui se traduit dans la rédaction de textes nouveaux chez les indigènes.

35Ce renouvellement a comme points de départ, d’un côté, la crise du modèle de la πόλις grecque, et, de l’autre, la maturation ethno-politique des sociétés indigènes au cours du IVe siècle. Le résultat le plus frappant de cette évolution sur le versant indigène est la formation des communautés ethniques nommées par la tradition ancienne Saunitika ; ἒθνη. Sous cette appellation, attribuée à l’historien grec de Sicile Timée de Tauroménion, sont désignées toutes les populations comprises entre le Samnium et la Sicile, notamment les Samnites, les Campaniens, les Lucaniens, les Bruttiens. Le dernier anneau de cette chaine ethno-génétique, qui s’est étendue dans le sens chronologique et géographique, sont les Mamertins, les soldats mercenaires qui se sont emparés de Messine, ville grecque, qui a changé son nom en conséquence de leur occupation politique prenant l’appelation de ‘‘Etat des Mamertins’’ (de Messana à touto Mamertino).

36En fait les Mamertins s’insèrent dans le même parcours qui a abouti à la formation d’autres communautés ethniques. Les sources anciennes associent à la naissance des communautés des Campaniens, des Lucaniens et des Bruttiens une démarche commune, à savoir l’occupation des villes grecques ou profondément hellénisées de la Grande Grèce. Ce fait s’est déroulé d’une manière différente d’un endroit à l’autre, mais sans aucun doute les historiens anciens ont eu la conscience que l’identité ethnique et l’autonomie politique des communautés samnites se reliait strictement à la prise des fondations coloniales grecques significatives pour chaque région.

37La succession chronologique des événements se déroule en parallèle à l’expansion géographique du Nord vers le Sud. Ainsi par l’occupation de Capoue les Samnites prennent le nom de Campaniens autour de 420 av. J.-C. Au cours du IVe siècle l’apparition des autres groupes ethniques appartenant au cercle des Saunitika ; ἒθνη est contemporaine dans les sources littéraires à l’occupation de villes grecques situées dans les régions auxquelles chaque communauté donne son nom. C’est ainsi que les Lucaniens et les Bruttiens prennent leurs noms et leur identité ethniques de la prise, de Métaponte et de Poseéidonia pour les uns, de Terina et de Hipponion pour les autres.

38Parfois la tradition littéraire insiste sur la violence et sur les aspects sanglants qui auraient caractérisé ces événements. C’est le cas, par exemple, de Capoue, où la prise du pouvoir de la part des populations sabelliques aurait eu lieu par la traîtrise et par des massacres. Mais le cas de Capoue est tout à fait spécial, parce que la révolte, si révolte il y a eu, n’était pas dirigée contre les Grecs, mais contre les Étrusques qui maîtrisaient la Campanie.

39En fait, la violence ne semble pas affecter d’autres villes de la région, dont les Samnites se sont emparés de manières différentes. Par exemple, à Cumes, dont la transformation de colonie grecque à ville samnite est attestée par l’épigraphie et par la tradition littéraire, comme le souligne Velleius Paterculus I 4, 2 (Cumanos Osca mutavit vicinia), on n’a pas de traces de luttes sociales violentes. Il en va de même pour d’autres villes du golfe de Naples, qui ont été ‘‘samnitisées’’, telles que Pompéi et Herculanum. A Naples même, la présence significative des Samnites dans la vie urbaine déjà au Ve siècle nous est attestée par les sourcs littéraires ainsi que par les inscriptions grecques (Lepore 1985, p. 109 s.).

40A cause de sa puissance et de sa richesse au cœur de la plaine campanienne, Capoue représentait le chef-lieu politique de la région. L’importance de son rôle se reflète aussi dans le nom ethnique des Campaniens, qui, selon l’explication de Schulze (1895, p. 287), est issu du nom de la ville d’après la filière Kapuano- > Kappano- > Kampano-. Dans cette filiation, le grec a joué un rôle important. En fait l’évolution linguistique qui, de Kapuano-, a abouti à Kampano-, s’est faite en deux étapes, une assimilation consonantique (Kapuano- > Kappano-) qui appartient aux langues indigènes et une dissimilation par l’insertion d’une consonne nasale devant consonne labiale (Kappano- > Kampano-), qui s’inscrit dans les évolutions phonétiques du grec (Schwyzer 1934). L’association populaire avec le mot latin campus n’est développée que plus tard. Par conséquent, la forme Campani s’est instaurée dans un milieu où la langue indigène était en contact avec le grec. Une confirmation en ce sens nous est fournie par les attestations les plus anciennes du nom des Campaniens qui sont en grec. En effet leur nom fait son apparition sur les monnaies des soldats mercenaires en Sicile dès l’expédition athénienne contre Syracuse en 413 av. J.-C. (Tagliamonte 1994, p. 124 s.). Les premières monnaies frappées avec le nom de Kampanoiv en grec ont été attribuées à la fin du Ve siècle (Id., p. 137).

  • 8 Poccetti 1984, p. 158 ; Barbera, Russo 2004, p. 90 ss.

41La formation des groupes ethniques des Saunitika ; ἒθνη a des conséquences remarquables en ce qui concerne la langue et l’écriture. Dans ces domaines, les contacts avec le monde hellénique jouent un rôle tout à fait fondamental. Le fait le plus frappant est la formation d’une langue standardisée, au moins au niveau de la communication officielle. Cette langue, reflétée par l’épigraphie, se présentait unitaire aux yeux des Romains qui lui ont donné l’appellation de ‘‘osque’’ et lui ont reconnu le prestige de langue littéraire (Poccetti 1989, p. 106). En effet Oscus est employé en latin comme nom de langue commune à des populations diverses plutôt que comme nom ethnique qui identifie une population précise8.

42Sur le plan de l’écriture, la langue osque se sert de deux systèmes alphabétiques, qui remplacent les alphabets locaux archaïques. L’un est issu de l’alphabet étrusque, l’autre de l’alphabet grec. L’alphabet étrusque a été adopté pour écrire l’osque à travers des modifications beaucoup plus nombreuses et importantes que l’alphabet grec utilisé pour écrire la même langue. L’écriture osque en alphabet étrusque à été réalisée par l’introduction de cinq signes nouveaux : trois signes consonantiques (les sonores <b>, <d> <g>, issues de l’alphabet grec) et deux vocaliques (les signes <í>, <ú>, issus des alphabets italiques archaïques). Les signes consonantiques ont été empruntés à l’alphabet grec, qui, par conséquent, a joué un rôle très important dans la formation de l’écriture osque en alphabet étrusque en fournissant, comme l’a dit M. Lejeune, son « modèle accessoire » (Lejeune 1970, p. 271 s.).

43En revanche l’écriture osque en alphabet grec ne présente qu’une nouveauté par rapport au modèle principal : c’est le signe pour noter /f/, consonne inconnue au système phonologique du grec. Toutefois pour noter cette consonne l’écriture osque en alphabet grec n’est pas uniforme non plus à l’intérieur de la même région ou d’un même endroit comme le montre l’épigraphie du sanctuaire lucanien de Rossano di Vaglio. Ici on trouve un éventail de signes divers, dont la classification est controversée.

44A côté d’une évolution différenciée du signe de l’alphabet étrusque, suggérée par M. Lejeune (1970), pour les signes qui notent /f/ dans l’alphabet grec on a proposé des origines diverses à l’intérieur de l’alphabet grec, telles que l’adaptation des lettres grecques pour digamma, pour phi, pour theta, pour sigma (del Tutto Palma 1989, p. 110). Rappelons que en général les réalisations phonétiques du /f/ peuvent se rapprocher des variantes de toutes ces consonnes. L’emploi du signe pour phi accompagné par le signe d’aspiration se retrouve déjà dans les monnaies de la ville de Allifae (᾽Αλλιφηανον à côté de ᾽ Αλλιfανον) remontant au Ve siècle, ce qui a amené à fixer en Campanie le foyer initial de l’écriture osco-grecque (Cristofani 1996).

45En outre, l’écriture osque en alphabet grec présente parfois aussi le signe beta en fonction de /f/, en conséquence de l’évolution vers la valeur de spirante que cette consonne présente déjà dans les variétés du grec ancien, comme anticipation de la condition du grec byzantin et moderne.

  • 9 Rix 2002 Me 1, Me 2, Me 3. En outre cf. Orioles 1992, p. 339.

46Ce détail nous révèle une fluidité constante des contacts entre ceux qui écrivaient l’osque en alphabet grec et la langue et l’écriture grecque. Concrètement, ceux qui utilisaient l’alphabet grec pour écrire l’osque dans les régions de la Grande Grèce étaient constamment au courant de l’évolution du système phonétique du grec y compris les flottements des valeurs phonétiques de certains signes alphabétiques. Tout cela ne peut s’expliquer autrement que dans un contexte de bilinguisme et de digraphisme constant, ce qui permettait une mise à jour continue des variations d’orthographe. La précision de ces variations se présente d’une manière impressionnante dans l’épigraphie des Mamertins à Messana, où on trouve des rédactions d’un même texte suivant des critères différents d’écriture des voyelles, en conséquence de l’évolution des diphtongues et du phénomène de l’« itacisme » : ainsi tantôt <oi> tantôt <ωι> tantôt <ει> tantôt <η> sont appelés à noter /i/9.

47Bref toute variation dans l’écriture osque en alphabet grec s’harmonise constamment avec les évolutions du système phonétique de la langue grecque, ce qui démontre que cette écriture n’est pas simplement le résultat d’un emprunt qui se développe indépendamment de son modèle.

48Le seul point qui demeure inchangé dès l’époque archaïque concerne la distribution géographique de ce système. Lorsque les indigènes ont adopté l’alphabet hellénistique de type ionien oriental, ils ont laissé intacte la ligne de frontière qui sépare le domaine d’emploi de l’alphabet grec et le domaine de diffusion des alphabets indigènes. Cette ligne, qui coïncide grosso modo sur le versant tyrrhénien avec la frontière entre la Campanie et la Lucanie anciennes, demeure toujours inchangée jusqu’à l’introduction de l’alphabet latin en Grande Grèce. Au total au Ve siècle on constate, d’une part, une continuité des aires géographiques qui utilisent l’alphabet grec et, de l’autre, une rupture dans l’emploi des modèles alphabétiques.

49Ce panorama nous invite à poser la question des rapports entre la formation de la langue osque et la formation des systèmes utilisés pour l’écrire. La formation de la langue osque peut difficilement se concevoir sans le niveau écrit et indépendamment de l’influence exercée par l’hellénisme.

50Comme on vient de le rappeler, l’épigraphie osque officielle reflète une image fort standardisée de la langue, où les distinctions dialectales sont particulièrement nuancées et la distinction par rapport aux variétés italiques de l’Italie centrale, qui gardent certains faits archaïques, est très nette. En outre, l’osque s’ouvre aux apports des autres langues, spécialement le grec, par l’emprunt des termes techniques de l’architecture, de l’urbanisme.

  • 10 Eudoxe chez Et. Byz. s.v. ᾽Οπικοί · ᾽Οπικοί ; ἒθνος ᾽Ιταλίας. Εὒδοξος ἓκτῳ γῆς περιόδου · γλώσσας σ (...)
  • 11 Cerchiai 1995, p. 24 ; Lepore 1990, p. 85 ss. ; Barbera, Russo 2004.
  • 12 Lepore 1990, p. 85 ss. ; Barbera, Russo 2004, p. 94.

51Une allusion indirecte à ce procédé de standardisation qui a abouti à la formation de la langue osque se retrouve dans les sources helléniques. Un fragment d’Eudoxe de Cnide, qui nous semble très important en ce sens là, nous informe que ᾽Οπικοι ; γλώσσας συνεϝμιχαν, à savoir « les Opikoi ont mélangé leurs parlers »10. Par le nom des ᾽Οπικοι, les sources grecques désignaient jusque là les populations indigènes de la côte tyrrhénienne de la Campanie avec une extension géographique variable par rapport aux Ausones11. Plus tard au nom des ᾽Οπικοι se superpose celui des ᾽Οσκοι, qui en représente l’aboutissement12. La chronologie des événements auxquels Eudoxe de Cnide fait allusion ne peut qu’être contemporaine ou au plus très peu antérieure à son époque (milieu IVe siècle av. J.-C.). Le procédé de transformation auquel il fait allusion s’insère parfaitement dans le contexte de la formation de la langue osque, qui se manifeste à travers l’apparition de ses documents épigraphiques.

52Dans le vocabulaire de l’acculturation grecque, la famille lexicale du verbe signifiant ‘‘mélanger’’, se référant à la langue, désigne les changements par effet des contacts, qui, d’une part, stimulent les convergences avec les langues étrangères et, de l’autre, contribuent à atténuer les distinctions dialectales à l’intérieur du système de la langue en elle-même (Dubuisson 1982). En d’autres termes l’information d’Eudoxe fait allusion à un procédé de convergence qui a affecté les parlers des populations nommées ᾽Οπικοι aboutissant à la formation d’une langue unitaire. Dans ce procédé de standardisation linguistique qui a abouti à la formation de la langue osque, le modèle grec a joué un rôle essentiel. C’est surtout l’hellénisme, qui s’est diffusé dans le basin méditerranéen, qui a fourni le modèle et le stimule dans cette direction.

53D’ailleurs, comme il est bien connu, la diffusion de l’hellénisme vers le milieu du IVe siècle se répercute dans les contextes indigènes de tous les coins de la Méditerranée. Partout l’hellénisme se caractérise par la participation des non Grecs, appelés ‘‘barbares’’ par les Grecs eux-mêmes, à la culture et à l’esprit hellénique. En fait on ne pourrait pas concevoir l’hellénisme à fois comme phénomène spirituel et technique en dehors d’une participation des ‘barbares’ à la culture grecque et vice-versa : l’hellénisation des barbares’ ou la ‘‘barbarisation des Grecs’’ ne sont que deux faces de la même médaille.

  • 13 López Eire 1996. Spécifiquement pour l’Italie méridionale cf. Consani 1996.

54Les effets les plus importants de l’hellénisme en ce qui concerne la langue et l’écriture consistent dans la diffusion d’une langue commune, appelée justement koiné, et dans la diffusion d’un type alphabétique commun. Ainsi les variétés des alphabets et des dialectales locaux, que chaque colonie avait héritées de son origine, sont abandonnées au profit d’un modèle unitaire qui vient d’outre-mer. Ce sont l’alphabet ionien d’Asie et une base dialectale ionienne-attique en tant que langue véhiculaire de niveau élevé, qui s’imposent partout aux dépens des parlers et des alphabets locaux. Bien sûr, les dialectes locaux ont survécu dans certains domaines ou en se distribuant par rapport à la koiné d’une manière différente d’un contexte à l’autre13.

  • 14 Consani 1995b ; Poccetti 2005, p. 140 ss.

55D’autre part, la diffusion en Occident n’a pas eu lieu d’une manière uniforme et subite. Plus exactement on distingue une koiné généralisée dans la Méditerranée et des koinai locales diverses. En Grande-Grèce et en Sicile la koiné se présente longtemps en concurrence et souvent mélangée avec les dialectes locaux, surtout le dialecte dorien, dont la continuité jusqu’à l’époque impériale nous est attestée par plusieurs indices14. Des textes épigraphiques de types différents (officiels et privés) nous prouvent la présence du dialecte dorien dans la langue parlée de la Grande-Grèce jusqu’à l’époque romaine. En outre la vitalité du dialecte dorien en Occident à l’époque hellénistique nous est assurée par son emploi comme langue littéraire, dans la prose (rhétorique et oratoire) et dans la poésie. Mais à ce niveau l’emploi du dorien lui-même en Grande-Grèce et en Sicile de l’époque hellénistique consistait dans une sorte de koiné, où les différentiations locales plus anciennes (telles que, par exemples, la doris mitior et la doris severior) étaient fort nuancées.

56La diffusion d’un modèle unitaire de langue commune et d’un système alphabétique commun vont en parallèle. On ne saurait pas imaginer la diffusion d’une koiné indépendamment de l’écrit. D’autre part, ce fait extraordinaire caractérisant l’hellénisme a stimulé la communication, la circulation des idées, les convergences entre cultures différentes.

57Par là il est difficile de concevoir les procédés de standardisation qui se constatent chez les populations indigènes de la Grande-Grèce au cours du IVe siècle av. J.-C. sans se référer au grec. Les convergences qui affectent le monde indigène se déroulent en parallèle et presque en synchronie avec ce qui se passe dans le monde grec, avec les aboutissements déjà mentionnés : a) la formation d’une langue capable de se présenter d’une manière unitaire vers l’extérieur, au moins au niveau officiel ; b) la création de systèmes homogènes d’écriture qui s’inspirent de l’écriture grecque par des moyens différents.

58En Italie du Sud, l’assimilation et l’intégration de la culture de l’hellénisme sont plus rapides et plus profondes qu’ailleurs, surtout par rapport aux régions de la Méditerranée occidentale. Une des raisons, comme on vient de le souligner, repose sur l’antiquité et la continuité des relations entre les indigènes et les colonies grecques, remontant au moins à l’aube de la colonisation, si non même à l’époque mycénienne. Bien sûr, ces relations se sont développées d’une manière différente dans les deux régions au cours des siècles.

  • 15 Lejeune 1967, p. 210-211 ; Landi 1979, p. 288, n° 160.

59En Grande-Grèce, l’adhésion à l’hellénisme épanoui vers la moitié du IVe siècle a été presque immédiate et profonde. Significativement, une des inscriptions les plus anciennes écrite en koiné et en alphabet ionien se retrouve dans un centre indigène de l’arrière pays lucanien. Il s’agit de l’inscription gravée sur l’enceinte de murailles de Serra di Vaglio (fig. 495), attribuée au milieu du IVe siècle : ἐπὶ; τῆς Νυμμέλου ἀρχῆς 15. Νυμμέλος est un prénom indigène (Nummelos < *Num-(e)lo-), apparenté avec la famille onomastique de Numa, Numasios, Numidius, etc..., connue du latin et des langues sabelliques (De Simone 1991). Ce nom appartient à un commandant de la communauté locale qui a fait des travaux sur la fortification où l’inscription a été trouvée.

Fig. 495. Inscription grecque des remparts de Serra di Vaglio.

Fig. 495. Inscription grecque des remparts de Serra di Vaglio.

60Il a choisi une formule parfaitement grecque en ce qui concerne l’emploi et de son nom personnel en fonction d’idionyme et du terme ἀρχή pour exprimer le titre de son pouvoir dans la communauté indigène. Ce terme correspond vraisemblablement au mot osque meddikia, dérivé de meddix, qui désigne le commandant politique pourvu aussi de pouvoirs militaires, comme nous l’apprennent les sources romaines sur les guerres contre les Samnites.

61L’inscription appartient aux témoignages de l’architecture militaire, s’inspirant des modèles de l’épigraphie grecque qui se sont diffusés à partir de l’époque hellénistique. Conséquemment elle ne reproduit pas seulement une expression officielle en grec hellénistique se référant à une institution qui n’était pas grecque, mais aussi une typologie de textes diffusés par l’hellénisme. En outre, comme on vient de le rappeler, le choix de la langue et de l’alphabet témoignent de l’adhésion précoce aux modèles de la koiné de la part des élites locales. Donc les communautés indigènes de l’arrière-pays ont adopté de très bonne heure dans la communication officielle l’alphabet et la langue de la koiné en même temps que les colonies grecques, qui, en revanche, gardent certains traits des dialectes locaux.

62La comparaison avec un texte en osque fouillé dans un contexte parallèle de la même région et de la même époque (une pierre des remparts de Muro Lucano) nous prouve la correspondance entre la formule grecque et une tournure syntaxique indigène exprimant le même contenu : Μαις Αρριες σουFεν μεδδικεν (Rix 2002 LU 37).

  • 16 Sur les formules éponymes en osque, cf. Prosdocimi 1980, 198 s.

63En ce cas, le chef suprême de la communauté qui a exécuté les travaux sur l’enceinte a préféré utiliser la langue indigène pour exprimer le même message que son collègue de Serra di Vaglio. Ici on est en présence d’une inscription entièrement en osque écrite en alphabet grec. La formule éponyme σουFεν μεδδικεν avec la répétition de la particule –en postposée est une variante par rapport à l’emploi plus commun du cas locatif (meddikiai) suivi par le génitif du nom personnel, attesté ailleurs16.

  • 17 La Regina 1981, p. 135 ; Del Tutto Palma 1990, p. 42 ; Tagliamonte 1993, p. 256.
  • 18 Untermann 2000, p. 718 s.v. sup admet l’emploi de la formule éponyme avec ou sans préposition en pa (...)

64Mais au IVe siècle on trouve une autre variante de la même formule éponyme gravée encore en alphabet grec sur le casque votif lucanien du Musée Poldi Pezzoli à Milan, qui a dû appartenir à des soldats mercenaires qui ont fait des opérations dans la ville de Métaponte (Rix 2002 LU 37). La lecture de cette inscription est controversée en ce qui concerne la première partie17, mais personne ne discute la formule éponyme συπ μεδικιαι + nom au génitif. L’expression est à mi-chemin entre l’emploi du cas locatif simple (meddikiai) et l’emploi d’une particule antéposée ou postposée à valeur locative (telle que la postposition –en dans l’inscription de Muro Lucano). L’emploi de la préposition sup dans ce contexte ne trouve qu’une correspondance dans la formule ombrienne su maronato, qui, en parallèle à l’osque, se présente en concurrence avec l’emploi du simple locatif (maronatei). Dans les deux cas l’emploi de cette préposition relève vraisemblablement d’une influence étrangère indépendante dans chacun des deux, notamment du grec en osque, du latin en ombrien18.

Fig. 496 Inscription osque de remparts de Muro Lucano.

Fig. 496 Inscription osque de remparts de Muro Lucano.

Fig. 497. Inscription du casque du Musée Poldi Pezzoli (Milan).

Fig. 497. Inscription du casque du Musée Poldi Pezzoli (Milan).

65Concrètement, la présence isolée de sup dans le casque lucanien aurait été stimulée par la correspondance avec la préposition grecque ἐπί dans la tournure ἐπί τῆς ἀρχῆς.L’emploi du locatif (et non pas de l’ablatif comme en ombrien su maronato) relève d’une combinaison de l’expression osque et de la formule grecque avec préposition. Autrement dit, sup μεδικιαι n’est qu’un calque partiel de la formule courante en grec ἐπί τῆς ἀρχῆς.

66La comparaison entre les trois textes nous permet de tirer des conclusions. Les formules éponymes se référant à des magistrats des communautés indigènes font leurs premières apparitions en Lucanie au IVe siècle. Elles s’inscrivent dans des contextes connexes au monde militaire (deux sur des pierres de remparts, une sur un casque) et expriment deux types de textes qui s’inspirent des modèles épigraphiques et idéologiques du monde grec (respectivement les travaux de fortifications et les dédicaces votives des armes). Ces modèles sont imités par les communautés indigènes à travers des procédés différents pour exprimer les formules éponymes des magistrats locaux : 1) Serra di Vaglio : emploi du grec (alphabet et langue de la koiné) ; 2) Muro Lucano : formule entièrement osque ; 3) Casque lucanien : calque partiel de la formule grecque. Les trois solutions ne sont que trois moyens d’expression qui s’inscrivent dans une condition bilingue et biculturelle des populations indigènes.

67La parution de textes de ce type n’implique pas seulement l’adoption de ‘‘technologies’’, telles que l’alphabet, la langue, la manière d’écrire dans les supports matériaux, mais aussi le développement d’une conscience ethnique et la maturation politique des communautés indigènes. En fait la correspondance de ἀρχή et de meddikia n’exprime pas simplement une relation lexicale de traduction, mais elle suppose l’élaboration d’un concept de gouvernement et de charges politiques. En conséquence, on ne s’étonnera pas de trouver encore en Lucanie à la fin du IVe siècle une loi publique en osque (le fragment la table de Bronze de Roccagloriosa), qui décrit par un langage élaboré les attributions des magistrats de la communauté locale (Gualtieri, Poccetti 2001).

68On passe maintenant à d’autres genres de textes qui commencent à apparaître dans les langues indigènes de Grande-Grèce au cours du IVe siècle et qui, à notre avis, sont significatifs dans la perspective du renouvellement des relations et des échanges culturels entre Grecs et indigènes : ce sont les dédicaces votives et les textes d’imprécation (tabellae defixionum). Auparavant, les textes de ces types ne sont attestés qu’en grec et aux alentours des villes coloniales. La participation des indigènes aux cultes grecs nous est assurée par les offrandes votives ainsi que par l’onomastique étrangère dans les sanctuaires grecs. Mais une épigraphie indigène propre aux lieux de culte est inconnue avant le IVe siècle.

69De même, d’autres textes découverts dans les sanctuaires des villes grecques contiennent des noms étrangers au répertoire onomastique hellénique. C’est le cas par exemple de textes d’imprécation comme les tablettes de plomb provenant du temple de la Malophoros à Sélinonte, qui contiennent pas mal de noms non Grecs (Dubois 1989, n° 29-54). Mais on ne connaît pas de textes d’imprécation en langue indigène avant le IVe siècle.

70En ce qui concerne les dédicaces votives il faut faire une distinction préalable entre les populations de l’Italie centrale et celles de l’Italie du Sud. A la différence des populations de la Grande-Grèce, les Étrusques et les Latins de l’époque archaïque ont connu une production d’épigraphie votive. Toutefois on ne constate aucune formule figée ou spécialisée pour ce domaine à cette époque-là. Les deux inscriptions latines archaïques disponibles présentent deux verbes différents l’une de l’autre (steterai et mitat) avec des tournures syntaxiques différentes. Du côté étrusque les textes votifs archaïques sont plus nombreux, mais on n’y trouve pas d’expression qui marque la distinction entre ce qui est offert (ou appartient) aux divinités et ce qui est offert (ou appartient) aux hommes : le verbe (muluvanice) et les constructions syntaxiques sont communs aux deux concepts.

71En grec, on connaît dès l’époque archaïque l’expression spécialisée pour l’offrande religieuse (ἀνατίθημι ὁ δεῖνα ἀνέθηκε). Toutefois on trouve aussi le verbe signifiant ‘‘donner’’ (δίδωμι), qui ne constitue pas un terme spécialisé (Lazzarini 1990, p. 846).

72C’est dans les régions de la Grande Grèce que l’on trouve cours du IVe siècle les dédicaces les plus anciennes en osque. Ces textes reproduisent les deux verbes attestés en grec, d’une part par la création d’un verbe spécialisé bâti d’après le modèle de ἀνέθηκε et, de l’autre par l’emploi du verbe ‘donner’ d’après le modèle de δίδωμι.

73Les inscriptions gravées sur deux casques votifs se distinguent par l’emploi, pour l’un, du verbe αναφακετ, pour l’autre du verbe δεδετ. Les contextes homogènes et les supports identiques (dédicaces des armes de la part de soldats mercenaires) ne laissent pas apprécier une nuance sémantique distinguant les deux expressions :

1- Σπεδις Μαμερεκιες Σαιπινς αναφακετ (Rix 2002 Lu 18)
2- Τρεβις Σφεστιες δεδετ (Rix 2002 Lu 19)

74Au point de vue de la création lexicale, αναφακετ est le résultat d’un calque de la structure du composé grec ἀνέθηκε, alors que δεδετ est un calque sémantique de δίδωμι dans la mesure où il a acquis le sens contextuel de « faire une dédicace, dédier (à une divinité) ». C’est δεδετ qui plus tard s’impose partout aux dépens de l’autre. Dans cette perspective l’épigraphie osque présente une convergence avec l’épigraphie latine qui ne connait que le verbe dare et donare (dénominal de donum). De même dans l’épigraphie vénète figurent les verbe doto et donasto correspondant au prétérit de dare et de donare. Dans les dédicaces étrusques, il y a à partir du IVe siècle un renouvellement des formules votives par l’introduction du verbe turuce et d’autres lexèmes nouveaux (Colonna 1990, p. 2051).

75Parmi les traditions épigraphiques de l’Italie anciennes, seul l’osque a fait des efforts pour reproduire le verbe grec ἀνέθηκε en tant que terme spécialisé pour les dédicaces religieuses, même si c’est d’une manière limitée dans l’espace et dans le temps, c’est-à-dire en Lucanie au IVe siècle. Mais ces efforts n’ont pas abouti à des résultats uniformes et unitaires, ce qui vraisemblablement a contribué à leur insuccès. En effet, les trois attestations disponibles consistent en trois variantes (αναfακετ, αfακειτ, ανα[ff]εδ), qui figurent dans les textes suivants :

1) Σπεδις Μαμερεκιες Σαιπινς αναfακετ (casque) (Rix 2002 Lu 18)
2) ΚλοFατις Γαυκιες φατοFοι δ]ιοFιοι μετσεδ πεhεδ Fλουσοιο αfακειτ (autel de la Cività di Tricarico) (Rix 2002 Lu 13)
3) [Σ]τατις [---]ες ΙουFει [---]αναρηι ανα[ff]εδ (stèle du lieu de l’assemblée publique de Paestum) (Rix 2002 Lu 14)

76Ces variantes relèvent de procédés divers d’adaptation de l’aoriste ἀνέθηκε à la langue osque. Le fait commun est la correspondance de ἔθηκε avec les aboutissements sabelliques de la même racine *dheh1-. Ce rapprochement se base sur des ressemblances formelles plutôt que sémantiques, parce que le verbe grec a la signification de ‘‘placer, mettre’’, alors que le verbe italique signifie ‘‘faire’’. Le procédé d’adaptation formelle se réalise de deux manières différentes. Le redoublement caractérisant en osque les parfaits issus de făk- /fēk- (> fefak- / fefēk-> fifik-) ne figure pas dans les composés αναfακετ, αfακειτ (n° 1-2). En revanche ανα[ff]εδ est issu d’un parfait redoublé *fe-fe-d < *dhe-dhe-d de la même racine *dheh1-, sans élargissement en -k-, caractérisant le thème verbal du verbe pour ‘‘faire’’ dans les langues sabelliques et en latin (Untermann 1993). D’une manière surprenante, les créateurs des ces formes verbales en osque ont utilisé les aboutissements divers de la racine indo-européenne *dheh1-, à la base aussi de ἀνέθηκε, comme l’a montré la grammaire comparée moderne.

  • 19 Untermann 1973, p. 390 : « To secure the second meaning “on, upon” for O-U an-, am- is less easy, t (...)
  • 20 Untermann 2000, p. 95 : « Teilweise bd-gleich mit aa- und ad-, vielleicht auch mit ob- und ant- »
  • 21 Rix 2002 Lu 13. Plus exactement la lecture est aflkeit reproduite par Vetter 1953, n° 183. En ce qu (...)

77En ce qui concerne le préverbe, αναfακετ et ανα[ff]εδ nous fournissent les seules attestations du préverbe ana en osque. Les langues sabelliques connaissent un préverbe an, dont le statut sémantique ne correspond pas parfaitement à celui du grec ajnav « sur, au dessus de »19. En effet an- se charge aussi des valeurs de ad- et de ā-20. Par conséquence la variante αfακειτ ne repose pas forcémment sur a(n)fakeit, proposé dans l’édition de H. Rix21. Les valeurs interchangeables de ad-, ā-, an- dans certains contextes pouvaient amener aux flottements entre αfακειτ et anfakeit.

78Mais ana qui ne figure que dans αναfακετ et ανα[ff]εδ ne peut être autrement expliqué que par imitation du grec ajnav dans le but de reproduire parfaitement le modèle du composé ἀνέθηκε. Ainsi αναfακετ et ανα[ff]εδ s’avèrent des calques partiels ou à mi-chemin de ἀνέθηκε. Les deux éléments des composés ont été reproduits par deux procédés inverses l’un par rapport à l’autre : le préverbe osque a(n) a été substitué par le grec ajna v ; le verbe grec e[qhke a été remplacé par l’osque faket.En revanche la variante αfακειτ se dessine comme un calque complet de la structure de ἀνέθηκε.

79Sauf ces témoignages lucaniens, on ne connaît pas en osque d’autres attestations d’un verbe qui correspond exactement à ἀνέθηκε en tant qu’expression spécialisée pour les dédicaces. Comme l’on vient de le rappeler, c’est la formule avec le verbe ‘‘donner’’ qui s’impose partout presque sans exceptions dans les dédicaces en osque. A partir du verbe ‘‘donner’’ l’osque présente des variations stylistiques parallèlement à d’autres domaines linguistiques de l’Italie ancienne, notamment le latin, le falisque, l’ombrien, le vénète. Ces variations, qui vont constituer les formules votives de ces domaines, sont les suivantes :

A) Verbe base (ex. lat. dedit)
B) Nom déverbal en phrase nominale (ex. lat. donum)
C) La tournure à figura etymologica (ex. lat. donum dedit)
D) Verbe dénominatif (ex. lat. donavit)

  • 22 Par ex. : Pl. Specios Menervai donom port( ) CIL I2 34 = ILLRP 234.
  • 23 CIL I2 5 = ILLRP 7. A propos de atolere dans cette inscription cf. Del Tutto, Prosdocimi, Rocca 200 (...)
  • 24 Par ex. : Futtos Aplisikos Trisikos toler [Tru]musijatei donom Lejeune 1974a, n° 210 = Fogolari, Pr (...)

80La tournure à figura etymologica donum dare s’est diffusée dans l’Italie ancienne en s’imposant comme formule épigraphique (Euler 1982) aux dépens d’autres expressions connues de la langue parlée comme en latin donum ferre, donum portare. Ces variantes figurent très rarement dans l’épigraphie votive latine (ex. donum portat)22 ou se présentent dans des traditions marginales, par exemple en pays Marse dans l’inscription de Caso Cantovios (atolere)23 et en vénète (donom toler)24.

81A l’épigraphie osque appartiennent les attestations les plus anciennes de la formule osque d’ex-voto pour la ‘‘grâce reçue’’, notamment l’expression brateís datas (parfois seulement brateís), qui sert à manifester le sentiment de gratitude vers la divinité pour un bénéfice obtenu. La construction syntaxique brateís (datas) en génitif absolu se compose du terme pour ‘‘grâce’’ (brati-) suivi par le participe passé du verbe pour ‘‘donner’’ (datas), ce qui souligne le concept de l’offrande en tant qu’échange de bénéfices entre hommes et dieux.

82En Lucanie se concentrent les attestations à la fois les plus nombreuses (4 : 13) et les plus anciennes par rapport aux autres régions du pays osque. Cette formule n’est pas limitée à l’épigraphie des sanctuaires, comme le montre l’inscription sur la stèle fouillée dans le lieu des assemblés publiques (ekklesiasterion) de Paestum, au centre du pouvoir politique de la ville. Ce détail nous fournit un précieux indice chronologique qui nous permet de la dater antérieurement à 273 av. J. Chr., c’est-à-dire avant l’institution de la colonie romaine de Paestum :

[Σ]τατις [---]ες ΙουFει [---]αναρηι ανα[ff]εδ βρατηις δατας (Rix 2002 Lu 14).

83En outre, le sanctuaire lucanien de Rossano di Vaglio constitue le lieu de culte où se concentre le nombre le plus élevé d’attestations de la formule βρατηις δατας. Les autres attestations sont plutôt éparpillées : la limite septentrionale est les pays des Péligniens et des Vestins à l’époque romaine, où cette formule figure dans des textes mélangés avec le latin (Rix 2002 MV 5 ; Pg 4 et 6). La distribution géographique de cette formule semble indiquer un rayonnement du Sud vers le Nord, vraisemblablement de la Lucanie elle-même, ou, de toute façon, d’une zone de contacts assez étroits avec les Grecs. Les inscriptions des Vestins et des Péligniens qui l’attestent relèvent des rapports avec la Campanie (Poccetti 2007, p. 382).

84La comparaison entre la fig. 498 (distribution de la formule à figura etymologica du type donom dare) et la fig. 499 (distribution de la formule osque brateís datas) montre un rayonnement différent des deux formules : l’une en Italie centrale (l’épigraphie latine semble jouer un rôle tout à fait primordial), l’autre en Italie méridionale (typique de l’épigraphie osque du sud). La combinaison des deux expressions ne se retrouve qu’au pays des Vestins (duno didet brat(eis) data(s)) et des Péligniens (donom ded(det) brat(eis) datas) à l’heure de la romanisation (Rix 2002 Pg 6).

Fig. 498. Distribution de la formule à figura etymologica du type donom dare dans l’Italie antique reproduite d’après Euler 1982.

Fig. 498. Distribution de la formule à figura etymologica du type donom dare dans l’Italie antique reproduite d’après Euler 1982.

Fig. 499 Distribution de la formule osque brateís datas.

Fig. 499 Distribution de la formule osque brateís datas.
  • 25 Lazzarini 1976, n° 708, 792 ; 1990, p. 850 sqq.

85La formule osque d’ex-voto (brateís datas) s’est inspirée plutôt librement d’un modèle idéologique répandu dans le monde grec, notamment l’association de la notion de ‘‘grâce’’ au verbe pour ‘‘donner’’ dans les offrandes aux divinités. En grec ces deux concepts sont indiqués respectivement par la famille lexicale de χαϝρις (χαριστηϝριον, χαρίεις, εὐχαριστῶν, χαρίζειν) et par celle de δίδωμι (et ses composés, tels que ἀντιδίδωμι « donner en échange »). C’est donc de l’association de ce deux lexèmes que ressortit le sens de « donner pour gratitude ou en échange pour un bénéfice reçu », qui se retrouve dans les textes littéraires ainsi que dans les inscriptions stylistiquement plus élaborées : ex. δο χαρίεσσαν ἀμοιβαϝν ; χὰριν ἀνταποδοίη; χάριν ἀντιδιδῶ25. Mais, comme le signale M. L. Lazzarini (1990, p. 850 sqq), la diffusion du terme χάρις et de ses dérivés date de l’époque héllenistique, alors qu’à l’époque archaïque le verbe pour ‘‘donner’’ (δίδωμι) était suffisant pour exprimer la gratitude de celui qui faisait l’offrande.

86En osque l’emploi du mot brati- (< *gwrh2-ti-) dans ces contextes suppose un élargissement sémantique du sens de “faveur” (qui est attesté dans la Tabula Bantina) au sens de “gratitude, reconnaissance”. Le même développement sémantique a eu lieu dans la famille lexicale latine gratia, grates, gratus, où se croisent les notions de « gratitude, gratuité, rémunération ». Comme le souligne C. Moussy (1966, p. 476), « gratuité et rémunération ne sont pas deux notions antonymes, mais solidaires ; toutes les deux se fondent sur la réciprocité [...]. La différence essentielle qui sépare le service gratuit de la prestation rémunérée, c’est que dans le premier cas le paiement en retour n’est pas du ressort de l’obligation juridique, mais de l’obligation morale ».

  • 26 Il s’agit de la formule op voltio leno : cf. Lejeune 1974a, p. 151 ; Fogolari, Prosdocimi 1988, p.  (...)

87Mais cette série lexicale latine ne fait jamais fonction de formule d’ex-voto dans les inscriptions. Comme il est bien connu, la formule latine ayant la même fonction, qui est attestée dans l’épigraphie de l’époque républicaine, se compose d’éléments lexicaux et sémantiques tout à fait différents (libens mereto). Une formule semblable a été reconnue en vénète26, mais elle n’a rien à voir avec celle de l’osque.

88Donc l’expression osque se distingue nettement de celles des autres langues de l’Italie ancienne. La seule coïncidence remarquable du point de vue de l’expression se constate entre le lexème osque βρατηις et son correspondant exact βρατου en gaulois employé dans les mêmes contextes. Ce mot gaulois, qui a été interprété de la même manière que βρατηις en osque, figure dans une douzaine d’inscriptions gauloises de Narbonnaise (donc à l’Ouest de Marseille) écrites en alphabet grec.

  • 27 Lambert 2003, p. 89 ; Delamarre 2003, p. 85 s.v. bratu.

89A ce propos, rappelons que le rapprochement du gaulois βρατου et de l’osque βρατηις, proposé par O. Szemerényi, a été stimulé par les inscriptions trouvées à Rossano di Vaglio (Szemerényi 1974). Ce n’est pas un hasard si l’article de O. Szemerényi a été dédié à M. Lejeune, auquel on doit la découverte de l’épigraphie osque du sanctuaire lucanien (Poccetti 2001, p. 52 sq.). Malgré la prudence montrée par M. Lejeune (1976), l’interprétation de βρατου est désormais reconnue et acceptée par les celtisants27.

  • 28 Cf. Rix 2000, 208ss.

90On n’abordera pas ici les questions de détail morphologique qui séparent le mot gaulois du correspondant osque (βρατου du gaulois est reconduit à un cas instrumental du thème *gwrh2-to alors que βρατηις de l’osque à un génitif d’un thème en –i ou en consonne : *gwrh2-ti- ou *gwrh2-t-)28. D’autre part le latin aussi présente des variations morphologiques à partir de la même racine (ex. gratus, gratia, grates). Soulignons le fait que ces trois langues partagent la même évolution sémantique (même racine), mais que seuls l’osque et le gaulois partagent le même emploi contextuel comme formule d’ex-voto.

Fig. 500. Distribution de la formule gauloise dedeβρατουdekanten par rapport à l’aire de diffusion de l’épigraphie gallo-grecque. Carte reproduite du RIG I.

Fig. 500. Distribution de la formule gauloise dedeβρατουdekanten par rapport à l’aire de diffusion de l’épigraphie gallo-grecque. Carte reproduite du RIG I.

91Cependant le mot gaulois appartient à une formule plus figée et rigide que son correspondant osque. Il ne se retrouve qu’en association avec le verbe δεδε et le mot pour ‘‘dîme’’ (δεκαντεμ / -τεν), comme l’a souligné M. Lejeune (1976, p. 140) : « δεκαντεμ / -τεν ne se rencontre pas avec d’autre verbe que δεδε, ni δεδε avec d’autre objet que δεκαντεμ (-τεν), ni βρατου associé à un autre verbe que δεδε ou à un autre objet que δεκαντεμ (-τεν) ». Autrement dit, le terme gaulois s’insère d’une manière rigide dans un enchaînement sémantico-syntaxique, constitué par ces notions : « donner / placer > offrir – dîme – reconnaissance ».

  • 29 Cf. Delamarre 2003, p. 136 ; Mullen 2008, p. 256, 261.

92Le verbe gaulois δεδε en principe est reconductible soit à la racine de τίθημι <*dheh1- soit à celle de δίδωμι <*deh329. Le fait que les deux verbes, comme l’on vient de dire, sont employés dans l’épigraphie votive grecque ne permet pas de trancher. Toutefois la relation syntaxique avec la ‘‘dîme’’ et la notion de ‘‘reconnaissance’’nous invitent à accorder la préférence au verbe pour ‘‘donner’’, d’où ressortit un parallélisme conceptuel parfait, d’une part avec l’expression osque brateís datas, de l’autre avec celles grecques du type χαριστηϝριον διδόναι, etc... L’objection que l’aboutissement du prétérit de ‘‘donner’’(de-de < *deh3-) attendu en gaulois aurait dû être *dedi (et non pas dede) a été rejetée au nom d’une réfection de la terminaison d’après celle de l’aoriste grec ou bien des formes latine et osque dedit/dedet.

  • 30 Cf. Motta 1993 ; Delamarre 2003, p. 137, s.v - dekantem.
  • 31 Comme l’avait déjà proposé Lejeune 1994, p. 175-178.
  • 32 Ce sont les cas que Gusmani 1986, p. 72 ss. classifie sous le nom de ‘‘integrazione regressiva’’.

93Un traitement parallèle a été évoqué en ce qui concerne le terme pour ‘‘dîme’’ (δεκαντεμ / -τεν), dont la morphologie, pas complètement claire, avait poussé M. Lejeune (1976, p. 140) à poser la question « de quel gaulois s’agit-il ? ». En fait, du point de vue de l’étymologie dekantem / -ten se laisse expliquer aisément à l’intérieur du gaulois et du celtique30, ce qui invite à écarter31 l’hypothèse émise par O. Szemerényi (1991) d’un emprunt au grec δεκάτη. Mais les difficultés de reconduire la terminaison à un thème nominal précis font pencher pour un rapprochement morphologique au modèle lexical de δεκάτη, ce qui n’est pas rare dans les phénomènes d’interférence linguistique32.

  • 33 Cf. Campanile 1993, 29 : « ci troviamo innanzi ad un istituto che dalla Grecia attraverso l’Italia (...)
  • 34 CIL I 632 = ILLRP 149 = CLE 248.
  • 35 CIL I 1531 = ILLRP 136 = CLE 4.
  • 36 A propos d’un possible parallèle ‘‘italique’’ (de l’accom-plissement d’un vœu religieux de la part (...)

94Au cœur des problèmes soulevés par l’analyse morphologique de ces mots se pose la question de savoir si le modèle de la formule gauloise est à attribuer uniquement au grec. L’exclusivité de la provenance hellénique a été récemment remise en discussion au profit d’une influence italique sur l’origine de la formule gauloise (Mullen 2008, p. 258 sq.). D’autre part, en ce qui concerne la ‘‘dîme’’, E. Campanile avait suggéré l’hypothèse d’une institution de circulation méditerranéenne, où l’Italie se trouve au centre, plutôt qu’un emprunt direct au monde grec33. En effet dans les inscriptions latines contemporaines des attestations gauloises (IIe-Ier siècles av. J.-C.) la ‘‘dîme’’ s’insère souvent dans le contexte du commerce et des affaires. Les exemples les plus célèbres sont deux inscriptions poétiques (début Ier siècle av. J.-C.) attribuées à des commerçants : l’une de L. Munius (précédemment identifié à tort avec le consul conquérant de Corinthe) trouvée en Sabine34 et celle des Vertuleii trouvée à Sora, dans le Latium35. Le texte des Vertuleii explicite que l’offrande de la ‘dîme’ a été faite par les fils en accomplissement d’un vœu fait par leur père à la suite d’un succès dans les affaires36.

95Cette connotation économique ou financière de la ‘‘dîme’’ plaide en faveur d’une circulation plus vaste dans le milieu du commerce et des entrepreneurs de l’époque gréco-romaine, où les contacts avec l’Italie ne sont pas exclus. La distribution géographique des attestations gauloises dans le cercle autour des Bouches-du-Rhône indique leur concentration au croisement des routes maritimes et des voies fluviales qui conduisaient à l’intérieur de la Gaule. Dans cette perspective, le rôle joué par la culture phocéenne de Marseille dans l’introduction de la dîme en Gaule et le rayonnement de la formule gauloise doit être ramené à de justes proportions. La chronologie tardive et les contextes sociaux insèrent les attestations gauloises dans la circulation du commerce hellénistique plutôt que dans le sillage du commerce phocéen.

  • 37 En osque, on ne dispose que d’une seule attestation de la dîme dans le sanctuaire de Rossano di Vag (...)

96En outre, comme l’on vient de rappeler, à la différence des attestations épigraphiques de la dîme en latin, en grec et en osque37, le dossier gaulois présente une structure figée et très rigide qui implique une élaboration locale des formules venues de l’extérieur. En d’autres termes la formule gauloise ressortit d’une réfection synthétique et fort standardisée des expressions plus libres et plus souples qui, dans les autres langues de la Méditerranée, étaient utilisées par référence à l’institution de la dîme dans les contextes parallèles.

  • 38 Rix 2002 Po 12 ; le recueil complet de ce documents dans Poli 2003a.
  • 39 Cf. Heurgon 1952 ; Tchernia 1986, p. 47.

97Par conséquent, la formule gauloise reflète une institution méditerranéenne (à savoir la dîme), mais elle ne suppose pas forcement un modèle linguistique unique. Dans cette perspective parmi les expressions qui ont fourni le modèle linguistique au gaulois l’osque ne peut pas être complètement exclu, compte tenu de la ressemblance extraordinaire entre βρατου et l’osque βρατηις qui partagent un développement sémantique parallèle de la même racine s’appliquant, à la différence du latin, aux mêmes contextes. Ainsi la séquence gauloise δεδε βρατου semble l’écho de l’osque dedet brateís (datas), même si l’osque en lui- même n’a pas été responsable de la diffusion de cette formule, strictement connexe à une institution diffusée dans le basin méditerranéen. Les relations entre la Gaule et les gens du pays osque à travers le commerce maritime sont bien documentées aussi par les données épigraphiques. Les timbres amphoriques des Lassii, découverts en plusieurs exemplaires dans l’épave de Agay-Anthéor38, témoignent de l’importation des vins de la Campanie en Gaule, esquissée depuis longtemps par J. Heurgon39. Les monnaies en bronze de Marseille retrouvées à Pompéi nous fournissent une preuve inverse du même fait.

  • 40 Cf. Lejeune 1983b, p. 41 s. ; Poli 2003b.

98Une relation avec les région méridionales de l’Italie, qui utilisaient l’alphabet grec, est impliquée par l’inscription sur le canthare ciselé en argent d’Alésia, où l’interprétation formulée par M. Lejeune reconnaît la signature d’un artisan suivie par l’indication de son métier en osque, à reconstruire Μεδα(τιες) αραγε(τασις) ‘‘Medaties, orfèvre’’40. Il s’agirait donc de l’importation en Gaule d’un produit de l’orfèvrerie réalisé par un artisan appartenant aux régions où l’on parlait osque et écrivait en alphabet grec. M. Lejeune a proposé la Sicile comme lieu de provenance de cet objet et, plus exactement, Messine à l’époque des Mamertins, ville renommée pour les collectionneurs d’objets artistiques (Lejeune 1983b, p. 43). En effet les communications maritimes entre Marseille, la Sardaigne et la Sicile sont connues à l’époque hellénistique (Manganaro 1992 ; 1994).

  • 41 Sur les ateliers d’orfèvrerie en Italie méridionale à l’époque archaïque cf. Scheich 2006.

99Mais, si l’interprétation de l’inscription proposée par M. Lejeune est correcte, on ne peut pas exclure une réalisation de l’objet en Lucanie, où la production d’orfèvrerie autour de Tarente est très bien connue dès la phase archaïque jusqu’à l’époque hellénistique41. En ce cas l’orfèvre, qui a laissé sa signature, serait un lucanien.

  • 42 Cf. Bats 1988, p. 153-154, nos 58,59,60,64.

100En outre, on ne peut non plus exclure que certains graffites de Lattara en lettres grecques datant du IIIe au Ier s. puissent appartenir à la Grande Grèce avec des noms personnels osques (ex : Λούκιος, Μάκκος 42.

101Pour terminer, on attirera l’attention sur un type de textes qui méritent intérêt dans la perspective des relations culturelles avec les Grecs : ce sont les textes d’imprécation (tabellae defixionis). Bien sûr, ces textes sont connus en Occident bien avant l’époque hellénistique. En Sicile, ces documents commencent à apparaître un peu plus anciennement qu’à Athènes et se distinguent de ceux de l’Attique dans les formulaires d’imprécation. Par exemple, caractéristiques des imprécations de Sicile sont les verbes καταγραϝφω, ἐγγραϝφω ‘‘écrire, mettre par écrit’’, qui se spécialisent dans le sens magique de ‘‘faire un envoûtement’’, alors qu’en Attique on trouve couramment le verbe καταδεϝω, καταδίδωμι, litt. ‘‘lier’’ (Poccetti 2002, p. 22 sq.).

  • 43 Cf. Dubois 1989, p. 51 ss ; en ce qui concerne l’onomastique cf. Masson 1972.

102Avant le IVe siècle, on ne possède aucun texte d’imprécation en langue indigène en Grande-Grèce ou en Sicile. En revanche de nombreux noms de personnes indigènes figurent dans les tablettes d’imprécation en grec des villes coloniales. L’exemple le mieux connu est la grande imprécation de Sélinonte où le pourcentage des noms d’origine non grecque est assez élevé43.

103Un style nouveau fait son apparition au cours du IVe siècle, avec la diffusion du verbe spécialisé καταδεϝω, καταδίδωμι (Lo Porto 1980). Ce modèle s’est répandu en Méditerranée et, plus tard, sera traduit en latin par obligo, deligo, etc...

104Au cours de la seconde moitié du IVe siècle, ces textes font leur apparition en contexte indigène avec des choix linguistiques variés. Comme la production de ces textes appartenant au niveau privé n’est pas subordonnée aux règles de l’épigraphie publique et officielle, ils reflètent la langue parlée locale et les choix personnels des graveurs. Ils s’expriment tantôt en langues indigènes tantôt en langue grecque tantôt dans une langue mélangée d’osque et de grec.

105La plupart des sites indigènes affectés par la présence des tabellae defixionis est maritime ou située tout près de la côte, ce qui révèle la direction du rayonnement de ces textes. Mais on connaît aussi des textes d’imprécation provenant de sites plus éloignés de la côte, Tiriolo, en Calabre, l’ager Teuranus romain, mentionné dans le célèbre Senatusconsultum de Bacchanalibus, ce qui témoigne de l’importance de cet établissement indigène jusqu’à l’époque romaine.

106Dans ce site ont été trouvées deux tablettes d’imprécations, remontant les deux au IVe siècle, l’une en grec (Lazzarini 1994 ), l’autre en osque (Rix 2002 Lu 43). Il apparaît donc que, à ce moment-là, les deux langues étaient employées indifféremment dans les mêmes contextes, ce qui dessine une condition sociolinguistique de bilinguisme sans diglossie.

  • 44 Les deux textes ont été publiés dans Poccetti 2000. Le texte en osque correspond à Rix 2002 Lu 63.
  • 45 Le texte publié par Pugliese Carratelli 1992, p. 17 correspond à Rix 2002 Lu 46.

107Une situation similaire nous est montrée par le site de Laos situé sur la côte tyrrhénienne de la même région. Ici dans la même période (dernières décennies du IVe siècle) on connaît trois tablettes d’imprécation : a) l’une rédigée en grec ; b) l’autre en osque44 ; c) l’autre dans une langue qui ne permet pas de trancher nettement entre la flexion osque et la flexion grecque45.

108Le fait commun aux trois documents est la présence de noms personnels qui ne sont pas grecs. Concrètement on trouve : a) des désignations personnelles à deux éléments (prénom+gentilice) en morphologie parfaitement grecque (ex : Μινιος Fαριος) ; b) des désignations personnelles à deux éléments (prénom+gentilice) en morphologie parfaitement osque (ex : ΛοFκις Συριες) ; c) des désignation personnelles soit à un seul élément (choisi parmi le prénom et le gentilice) en morphologie tantôt grecque tantôt indigène (ex. : Fιβιν, Λοικιν, Οψιον, Σαβιδιον) soit à deux éléments parfois distincts par la morphologie selon l’usage osque (ex. : Στατιν, Οψιον) parfois sans marque morphologique, ce qui ne permet pas d’identifier la langue (ex. : ΟFι Σαβιδι).

109Ce dernier cas est tout à fait spécial, parce qu’il admet la lecture dans l’une ou l’autre langue de points de vue différents. Par exemple, les terminaisons -in et -ion de l’accusatif singulier des noms de personne se retrouvent dans les deux langues, mais avec une distribution fonctionnelle différente. En osque ces terminaisons distinguent fonctionnellement le prénom du gentilice à l’accusatif comme au nominatif (-ις, ιες vs. -ιν, -ιον). Par exemple, ΛοFκῖς Συριες (Rix 2002 Lu 63) vs. Νυμψιμ Αλαφιομ (Rix 2002 Lu 43). En grec, elles distinguent deux registres sociolinguistiques : -in n’est que l’aboutissement de -ion au niveau ‘‘bas’’ ou ‘‘vulgaire’’, que l’on se retrouve dans les évolutions du grec : ex. : Δημητριος, Δημητρις, Δημετρης (Jannaris 1897, p. 113).

  • 46 Le texte a été publié par Lazzarini 2004 ; voir aussi Lazzarini 2009.

110Un texte d’imprécation trouvé plus récemment dans les fouilles de Petelia46 dans le versant ionienne de la Calabre , nous présente d’autres sortes de combinaisons entre les deux langues. Comme dans le texte de Laos, qu’on vient de mentionner, la flexion des deux éléments des désignations personnelles n’est pas uniforme, mais la déclinaison osque et la déclinaison grecque semblent se distribuer par couples de désignations. On trouve ainsi Πακολ Στατιες ; Μαρα(ς) Στατιες, Γναυ(ς) Στατιες ; Fιβις Στατιες en morphologie osque, mais ΚαFνοτο Στατιω ; Εμαυτο Στατιω en morphologie grecque. De même Μινας Καιδικις vs. Μιναδο Καιδικω.

111La présence d’un même gentilice dans les deux types flexionnels semble indiquer que le choix de la langue n’est pas subordonné aux habitudes d’un individu ou de chaque milieu familial. Les terminaisons semblent se distribuer par fonctions syntaxiques : le nominatif est constamment en osque (Πακολ Στατιες, Μαρα(ς) Στατιες, Γναυ(ς) Στατιες, Φιβις Στατιες, Μινας Καιδικις) tandis que les terminaisons incompatibles avec l’osque semblent marquer d’autres cas, vraisemblablement le génitif. Les flottements des voyelles –o et -w dans la terminaison du génétif relève des faits dialectaux du grec (-ω caractérise le dialecte dorien).

112Ce mélange de deux codes linguistiques se répète dans la formule d’imprécation qui conclut ce texte :

Καρισταππισπιτιμ σολλομ ησου
Δεϝκεο, Ηερμᾶ, χθώνιε ταῦτα καὶ καϝθεκε αὐτεῖ

113La deuxième ligne se compose d’une formule assez commune en grec, où le dieu Hermès est invité à entraîner aux Enfers les personnages mentionnés, tandis que celle qui précède est en osque. L’expression osque, même si elle n’est pas complètement claire, n’est pas une traduction de la formule grecque, mais les deux semblent s’intégrer et se compléter réciproquement. En outre, remarquons que l’écriture de la ligne en grec n’est pas soignée : on constate des orthographes fautives comme l’emploi incorrect des lettres aspirées (ex. δέκεο au lieu de δέχεο ; κάθεκε au lieu de κατέχε) ou des signes vocaliques pour omicron et omega (ex. la graphie de χθώνιε au lieu de χθόνιε). On pourrait expliquer de la même manière les flottements dans l’orthographe de ces voyelles dans les noms en flexion grecque, comme les couples ΚαFνοτο Στατιω / Εμαυτο Στατιω.

114Donc ce texte est tout à fait extraordinaire en lui-même, mais il n’est pas exceptionnel ou surprenant. En effet il complète le panorama très varié et mélangé des contextes sociolinguistiques qui viennent de la rencontre du grec et des langues indigènes dans des coordonnées spatio-temporelles suffisamment homogènes et bien limitées : une région de la Grande-Grèce (la Calabre) dans la seconde moitié du IVe siècle.

115Plus en général il mérite de souligner certains enjeux sociologiques et technologiques impliqués ce type de textes.

116Les tablettes d’imprécations s’insèrent dans un ‘‘contexte agonistique’’ animé par les contrastes entre individus ou entre groupes d’individus à l’intérieur d’une société organisée. Normalement ces textes sont inspirés par les luttes politiques, les conflits sociaux, les procès judiciaires, la concurrence entre commerçants ou entrepreneurs (Faraone 1991). Les hommes se fient aux moyens de la magie pour résoudre leurs problèmes ou pour l’emporter sur les autres.

117Ces contextes appartiennent à un système organisé de vie qui s’inscrit dans un tissu urbain. Ce n’est pas un hasard si ces documents sont très répandus à l’intérieur du système de la πόλις hellénique. En conséquence, la diffusion des textes de ce type chez les indigènes suppose l’existence des mêmes contextes, notamment les formes d’agrégation sociale et les dynamiques politiques et économiques reproduisant les modèles de la vie urbaine des Grecs. Bref l’apparition de ces textes chez les indigènes n’est pas simplement l’adoption d’un procédé d’écriture, mais elle reflète aussi une organisation parallèle des structures sociales et politiques.

118Un second point impliqué par les textes de ce type concerne le support de l’écriture. La tablette de plomb représente le système le plus pratique pour la transmission et la diffusion de l’écriture dans le monde grec ancien. La facilité de la gravure du métal et les petites dimensions des objets, qui permettaient aisément de les transporter partout, ont véhiculé les contacts linguistiques et culturels à tout niveau social dans tout le réseau de la colonisation grecque.

119Les tablettes de plomb ont joué ce rôle important dans la communication dans une échelle méditerranéenne grâce à une autre fonction, qui s’inscrit dans la vie du commerce et des affaires, notamment comme lettres commerciales, notes de transaction ou d’accompagnement des marchandises.

120La différence entre la fonction commerciale et l’emploi aux fins d’envoûtement chez les Anciens n’est pas très rigoureuse, parce que les imprécations étaient conçues comme des messages ou notes privées envoyés aux Enfers pour obtenir un certain résultat, de la même façon que des lettres ou des notes commerciales.

  • 47 Sanmartí, Santiago 1987 ; De Hoz 1997, p. 40, n° 2.14.

121L’emploi des tablettes de plomb pour enregistrer ou pour communiquer les activités et les objets du commerce s’est répandu d’une manière tout à fait spéciale sur les côtes méditerranéennes de l’Espagne et de la Gaule. Des documents extraordinaires de ce type, trouvés entre Marseille et Ampurias (Emporion), nous offrent des témoignages variés des contacts entre Grecs et populations de langues diverses au Ve siècle et contiennent la mention d’endroits différents de la Méditerranée. Le plus célèbre plomb de Pech Maho contient en recto-verso deux transactions commerciales, l’une en grec ionien, l’autre en étrusque (Lejeune, Pouilloux, Solier 1988). Le texte grec mentionne le nom d’Emporion et des noms ibères comme témoins de la transaction. En revanche le texte étrusque cite le nom de Marseille dans une variante autrement inconnue, Mataliai (Cristofani 1993). Un autre exemple est le plomb d’Emporion qui mentionne également des personnages ibériques ainsi que des sites indigènes, tels que la ville de Saguntum47. Il n’est donc pas surprenant que l’écriture sur plomb ait été adoptée par les Ibères et constitue la partie la plus ancienne et la plus importante de la documentation sur la langue ibère.

122C’est la colonisation phocéenne qui a diffusé ces textes dans la Méditerranée occidentale. Par contre en Grande-Grèce l’emploi des tablettes de plomb à but commercial n’a pas connu une diffusion comparable. On ne trouve pas de documents de ce genre dans les recueils des inscriptions des colonies ioniennes (et eubéennes et phocéennes). Le dossier épigraphique de la colonie phocéenne de Vélia ne contient pas non plus de tels documents, mais cette situation relève peut-être du hasard.

  • 48 Pour textes de Camarine cf. Dubois 1989, n° 124-126 ; Dubois 2008, n° 49-60 . Un exemple de Morgant (...)

123En revanche, la Sicile présente une quantité remarquable d’inscriptions sur tablettes de plomb avec une fonction différente des textes d’imprécation. Il s’agit alors de contrats de vente d’immeubles destinés aux archives locales plutôt qu’à l’échange de biens avec les étrangers48.

124Mais en Grande-Grèce on dispose d’un reflet indirect de la circulation de tablettes en plomb contenant des annotations numériques de marchandises, vraisemblablement à rapporter au milieu phocéen. Il s’agit d’une tablette de plomb découverte dans la fouille de Roccagloriosa (le nom ancien est inconnu) sur la côte lucanienne en peu au sud de Vélia. Ce document présente deux inscriptions gravées par des mains différentes et en langues distinctes dans la même surface (Poccetti 1990). A gauche se trouve un texte complet d’imprécation en osque, à droite, une demi-ligne qui forme le début d’un texte grec inachevé. On y lit une unité de mesure de céréales accompagnée d’un nombre et du verbe pour ‘‘vendre’’(δυFο μεδιμνο πολεντα[ι]) : ce n’est que l’enregistrement d’une opération commerciale.

125Pour des raisons obscures, la rédaction du texte grec a été brusquement interrompue. Ainsi la tablette a été réutilisée pour écrire le texte osque, qui est donc postérieur, mais dans les limites du IVe siècle.

126Les mots grecs sont insuffisants pour préciser la provenance et le contexte de leur rédaction. On peut envisager deux possibilités : le texte grec a été rédigé par des Grecs ou bien par des Lucaniens bilingues du site indigène, qui ont choisi le grec en tant que langue véhiculaire du commerce.

127Dans les deux cas, la proximité de Velia nous invite à assigner à la sphère d’influence de la colonie phocéenne la réalisation du texte grec (même s’il est resté inachevé). La présence de la tablette de plomb dans le site indigène de Roccagloriosa témoigne des contacts entre Grecs et indigènes d’une manière comparable aux tablettes de plomb retrouvées sur les côtes languedocienne et ibérique. En effet, la réutilisation de la tablette de Roccagloriosa pour écrire un texte dans une autre langue se rapproche du destin de la tablette de Pech Maho, mais par un parcours inverse. A Pech Maho le texte en étrusque a été gravé le premier, alors que à Roccagloriosa c’est le texte en grec. De toute façon c’est grâce à sa réutilisation dans le contexte lucanien que ce texte s’est conservé.

128Pour conclure, dans une certaine mesure la tablette de Roccagloriosa nous donne plus d’informations que ne le permet le texte en lui-même. Elle contribue à dessiner le caractère spécial de la colonisation phocéenne dans les relations avec les populations indigènes partout en Méditerranée. Ce caractère est une des composantes de ce qu’on a appelé « la véritable unité du monde phocéen » (Lepore 1970, p. 41).

Bibliography

Agostiniani 1991 : AGOSTINIANI (L.) – Greci e indigeni nella Sicilia antica. In : Campanile (E.), Rapporti linguistici e culturali tra i popoli dell’Italia antica. Pise 1991, p. 23-41 ( = Scritti scelti = AION(ling) 26, 2004, p. 501-519).

Agostiniani 1992 : AGOSTINIANI (L.) – Les parlers indigènes de la Sicile prégrecque. Lalies 11, 1992, p. 125-157 ( = Scritti scelti = AION(ling) 26, 2004, p. 521-553).

Barbera, Russo 2004 : BARBERA (M.), RUSSO (F.) – Da ῝Οπικός a Oscus : osmosi semantica ed evoluzione lessicale. SSL 42, 2004, p. 89-120.

Bats 1988 :BATS (M.) – Les inscriptions et graffites sur vases céramiques de Lattara protohistorique, Lattara 1, 1988, p 147-160.

Biraschi 1983 : BIRASCHI (A.M.) – Aspetti e problemi della più antica storia di Temesa nella tradizione letteraria. In : Temesa e il suo territorio, Atti del colloquio di Perugia e Trevi (30-31 maggio 1981). Tarente 1982, p. 29-39.

Campanile 1993 : CAMPANILE (E.) – L’uso storico della linguistica italica : l’osco nel quadro della koiné mediterranea e della koiné italiana. In : Oskisch-Umbrisch. Texte und Grammatik, Arbeitstagung der Indogermanischen gesellschaft und der Socità Italiana di Glottologia vom 25. Bis 28. September in Freiburg, Hrsg.H.Rix. Wiesbaden 1993, p. 26-35.

Canali de Rossi 2009 : CANALI DE ROSSI (F.) – Le relazioni diplomatiche di Roma I : dall’età regia alla conquista del primato in Italia (753-265 a.C). Rome 2009.

Cerchiai 1995 : CERCHIAI (L.) – I Campani. Milan 1995.

Colonna 1990 : COLONNA (G.) – Le iscrizioni votive etrusche. Scienze dell’antichità 3-4, 1989-90, p. 875-903 ( = Italia ante Romanum Imperium, Scritti di antichità etrusche italiche e romane, Rome 2005, p. 2043-2070).

Consani 1995a : CONSANI (C.) – Per la storia linguistica di Reggio e dello Stretto in età ellenistica e romana. In : Scritti linguistici e filologici in onore di T. Bolelli. Pise 1995, p. 193-205.

Consani 1995b : CONSANI (C.) – I dialetti greci in età ellenistica e romana : la documentazione epigrafica di Magna Grecia e di Sicilia. In : Cuzzolin (P.L.) éd., Studi di linguistica greca. Milan 1995, p. 73-89.

Consani 1996 : CONSANI (C.) – Koinai et koiné dans la documentation épigraphique de l’Italie méridionale. In : La koiné grecque antique, II, La concurrence. Nancy 1996, p. 113-132.

Cristofani 1993 : CRISTOFANI (M.) – Il testo di Pech Maho, Aleria e i traffici del V secolo a.C. MEFRA 105, 1993, p. 835-845.

Cristofani 1995 : CRISTOFANI (M.) – Prexis aristocratica e commercio organizzato in occidente. In : Viaggi e commerci nell’antichità. Atti della VII giornata archeologica, Gênes 1995, p. 27-37.

Cristofani 1996 : CRISTOFANI (M.) – Sull’origine della scrittura osco-greca. SE 62, 1996, p. 275-280.

De Hoz 1995 : DE HOZ (J.) – Ensayo sobre la epigrafía griega de la Península Ibérica. Veleia 12, 1995, p. 151-179.

De Hoz 1997 : DE HOZ (M.P.) – Epigrafía griega en Hispania. Epigraphica 69, 1997, p. 29-95.

De Hoz 2001 : DE HOZ (J.) – Dans le sillage hispanique de Michel Lejeune. Quelques problèmes d’histoire de l’écriture. In : Hommage rendu à Michel Lejeune, Institut de France (Séance du 26 janvier 2001). Paris 2001, p. 53-70.

De Simone 1991 : DE SIMONE (C.) – *Numasie/Numasio- : le formazioni etrusche e latino-italiche in –sie-/-sio-. SE 56, 1991, p. 191-215.

Del Tutto Palma 1989 : DEL TUTTO PALMA (L.) – Epigrafia lucana. Quaderni dell’Istituto di linguistica dell’Università di Urbino, 6, 1989, p. 93-118.

Del Tutto Palma 1990 : DEL TUTTO PALMA (L.) – Le iscrizioni della Lucania preromana, Padoue 1990.

Del Tutto Palma, Prosdocimi, Rocca 2002 : DEL TUTTO PALMA (L.), PROSDOCIMI (A.L.), ROCCA (G.) – Lingua e cultura intorno al 295 a.C. : tra Roma e gli Italici del nord. In : Poli (D.) éd., La battaglia del Sentino, Scontro fra nazioni e incontro in una nazione. Rome 2002, p. 407-664.

Delamarre 2003 : DELAMARRE (X.) – Dictionnaire de la langue gauloise. Paris 2003.

Dubois 1989 : DUBOIS (L.) – Inscriptions grecques dialectales de Sicile. Rome 1989 [Collection de l’École Française de Rome, 119].

Dubois 1995 : DUBOIS (L.) – Inscriptions grecques dialectales de Grande Grèce, I Colonies eubéennes. Colonies ioniennes. Emporia. Genève 1995.

Dubois 2008  : DUBOIS (L.) – Inscriptions grecques dialectales de Sicile, tome II. Genève 2008.

Dubuisson 1982 : DUBUISSON (M.) – Remarques sur le vocabulaire grec de l’acculturation. Revue Belge de Philologie 60, 1982, p. 5-32.

Euler 1982 : EULER (W.) – Dōnom dō-. Eine figura eymologica der Sprachen Altitaliens. Innsbruck 1982.

Faraone 1991 : FARAONE (Chr.A.) – The Agonistic Context of Early Greek Binding Spells. In : Faraone (Chr.A.), Obbink (D.) éd., Magika hiera, Ancient Greek Magic & Religion. Oxford1991, p. 3-32.

Fogolari, Prosdocimi 1988 : FOGOLARI (G.), PROSDOCIMI (A.L.) –
I Veneti antichi. Lingua e cultura. Padoue 1988.

Givigliano 2009 : GIVIGLIANO (G.) – Temese/Tempsa. Crocevia di strade. Un’indagine di microgeografia storica. In : Dall’Oliva al Savuto, Studi e ricerche sul territorio dell’antica Temesa, Atti del convegno Campora S. Giovanni (Amantea, Cs) 15-16 settembre 2007. Pise-Rome 2008, p. 236-258.

Greco 1981 : GRECO (E.) – Iscrizione osca da Paestum. PP 36, 1981, p. 245-250.

Greco 1992 : GRECO (E.) – Archeologia della Magna Grecia, Rome-Bari 1992.

Gualtieri, Poccetti 2001 : GUALTIERI (M.), POCCETTI (P.) – La Tabula Bronzea di Roccagloriosa. In : Gualtieri (M.), Fracchia (H.) – Roccagloriosa II. L’oppidum Lucano e il territorio. Naples 2001, p. 186-275 (Coll. Centre Jean Bérard).

Guarascio 1983 : GUARASCIO (M.) – Un contributo di dati e metodi della ricerca geomineraria in archeologia : il caso di Temesa. In : Temesa e il suo territorio. Atti del colloquio di Perugia e Trevi (30-31 maggio 1981). Tarente 1982, p. 29-39, 125-142.

Gusmani 1986 : GUSMANI (R.) – Saggi sull’interferenza linguistica, Firenze 1986.

Heurgon 1952 : HEURGON (J.) – Les Lassii pompéiens et l’importation des vins italiens en Gaule. PP 7, 1952, p. 113-118.

Imperato 1994 : IMPERATO (M.) – La documentazione epigrafica coloniale in Italia sino al VI sec.a.C. : un bilancio. AION(ling) 16, 1994, p. 171-221.

Jannaris 1897 : JANNARIS (A.N.) – An Historical Greek Grammar chiefly of the Attic Dialect. Londres 1897 (rist. Hildesheim, Olms 1968).

La Regina 1981 : LA REGINA (A.) – Appunti su entità etniche e strutture istituzionali nel Sannio antico. AION(archeol) 3, 1981, p. 129-137.

Lambert 2003 : LAMBERT (P.Y.) – La langue gauloise. Paris 2003.

Landi 1979 : LANDI (A.) – Dialetti e interazione sociale in Magna Grecia. Naples 1979.

Lazzarini 1976 : LAZZARINI (M.L.) – Le formule delle dediche votive nella Grecia arcaica. MAL s.VIII, vol. XIX, 1976, p. 48-354.

Lazzarini 1990 : LAZZARINI (M.L.) – Iscrizioni votive greche. Scienze dell’Antichità 3-4, 1989-90, p. 845-859.

Lazzarini 1994 : LAZZARINI (M.L.) – Una nuova defixio da Tiriolo. AION(filol) 16, 1994, p. 163-169.

Lazzarini 2004 : LAZZARINI (M.L.) – Lamina plumbea iscritta da Petelia. MediterrAnt VII, 2, 2004.

Lazzarini 2009 : LAZZARINI (M.L.) – Interazioni onomastiche nel Bruzio ionico. In : Poccetti (P.) – L’onomastica dell’Italia antica. Aspetti linguistici, storici, culturali, tipologici e classificatori. Rome, 2009, p. 425-431.

Lejeune 1966 : LEJEUNE (M.) – Notes de linguistique italique, XXI. Les notations de f dans l’Italie ancienne. REL 44, 1966, p. 141-181.

Lejeune 1967 : LEJEUNE (M.) – Notes de linguistique italique, XXII. Caprotina. REL 45, 1967, p. 194-231.

Lejeune 1970 : LEJEUNE (M.) – Phonologie osque et graphie grecque, I. REA 72, 1970, p. 271-316.

Lejeune 1974 : LEJEUNE (M.) – Manuel de la langue vénète. Heidelberg 1974.

Lejeune 1976 : LEJEUNE (M.) – Quel celtique dans δεδε βρατου δεκαντεμ In : Morpurgo Davies (A.), Meid (W.) éd., Studies in Greek, Italic and Indo-European Linguistics offered to L.Palmer. Innsbruck 1976, p. 135-151.

Lejeune 1980 : LEJEUNE (M.) – Le dossier gaulois ieuru. In : Hommages à M. Leroy. Bruxelles 1980, p. 110-118.

Lejeune 1983a : LEJEUNE (M.) – Rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire avant J.-C. In : Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du Colloque de Cortone, mai 1981. Pise-Rome 1983, p. 731-753 (Coll. École Française de Rome, 67).

Lejeune 1983b : LEJEUNE (M.) – Le canthare d’Alise. Nouvelles discussions sur les avatars et sur l’origine du vase. MonPiot 56, 1983, p. 19-53.

Lejeune 1990a : LEJEUNE (M.) – Méfitis d’après les dédicaces lucaniennes de Rossano di Vaglio. Louvain-La Neuve 1990.

Lejeune 1990b : LEJEUNE (M.) – Notes d’étymologie gauloise, XI. Dîme gauloise ou dîme grecque ? XII. Un verbe de dédicace ειωραι? Etudes Celtiques 30, 1994, p. 175-180.

Lejeune, Pouilloux, Solier 1988 : LEJEUNE (M.), POUILLOUX (J.), SOLIER (Y) – Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude). RANarb 21, 1998, p. 19-59.

Lepore 1970 : LEPORE (E.) – Strutture della colonizzazione focea in occidente. PP 25, 1970, p. 19-54.

Lepore 1985 : LEPORE (E.) – La città tra Campani e Romani. In : Napoli antica, Catalogo della mostra. Naples 1985, p. 109-115.

Lepore 1990 : LEPORE (E.) – Origini e strutture della Campania antica, Bologna 1990.

Lepore, Mele 1983 : LEPORE (E.), MELE (A.) – Pratiche rituali e culti eroici in Magna Grecia. In : Forme di contatto e processi di trasformazione nelle società antiche, Atti del convegno di Cortona (24-30 maggio 1981). Pise-Rome 1983, p. 847-897.

Lo Porto 1980 : LO PORTO (F.G.) – Medici pitagorici in una defixio greca da Metaponto. PP 35, 1890, p. 282-288.

López Eire 1996 : LOPEZ EIRE (A.) – L’influence de l’ionien-attique sur les autres dialectes épigraphiques et l’origine de la koiné. In : La koiné grecque antique, II, La concurrence, Nancy 1996, p. 8-42.

Manganaro 1992 : MANGANARO (G.) – Massalia per il Mediterraneo : tra Spagna, Sardegna e Sicilia. In : Sardinia antiqua. Studi in onore di P. Meloni, Cagliari 1992, p. 195-206.

Manganaro 1994 : MANGANARO (G.) – Massalia-Sardegna-Sicilia : la rotta commerciale in epoca ellenistica. In : Le ravitaillement en blé de Rome, Actes du colloque Intern. (Naples, 14-16 février 1991). Naples-Rome 1994, p. 261-265.

Masson 1972 : MASSON (O.) – La grande imprécation de Sélinonte (SEG XVI, 573). BCH 96, 1972, p. 375-388.

Mele 1979 : MELE (A.) – Il commercio greco arcaico. Prexis e emporie. Naples 1979 (Cahiers du Centre J. Bérard IV).

Mele 2009 : MELE (A.) – Per una rivisitazione di Temesa. In : Dall’Oliva al Savuto, Studi e ricerche sul territorio dell’antica Temesa, Atti del convegno Campora S.Giovanni (Amantea, Cs) 15-16 settembre 2007. Pise-Rome 2008, p. 79-101.

Motta 1993 : MOTTA (F.) – Gall. Δεκαντεν, Pitt. Δεκανται, Ant. Irl. –De(i)chet. In : Comparative-historical Linguistics. Indoeuropean and Finnougric Papers in honor of O. Szemerényi. Amsterdam-Philadelphie 1993, p. 293-303.

Moussy 1966 : MOUSSY (C.) – Gratia et sa famille. Paris 1966.

Mullen 2008 : MULLEN (A.) – Rethinking ‘Hellenization’ in South-eastern Gaul. The Gallo-Greek Epigraphic Record. In : Romanisation et épigraphie, Etudes interdisciplinaires sur l’acculturation et l’identité dans l’Empire romain. Montagnac 2008, p. 249-266 (Archélogie et Histoire romaine 17).

Orioles 1992 : ORIOLES (V.) – Bilinguismo e biculturalismo nella Messana mamertina. In : Studi linguistici e filologici offerti a G.Caracausi. Palerme 1992, p. 331-345.

Peroni 1983 : PERONI (R.) – Intervento. In : Temesa e il suo territorio, Atti del colloquio di Perugia e Trevi (30-31 maggio 1981), Tarente 1982, 29-39, p. 190-191.

Peroni 1996 : PERONI (R.) – L’Italia alle soglie della storia. Rome-Bari 1996.

Peruzzi 1992 : Peruzzi (E.) – Cultura greca a Gabii nel secolo VIII. PP 47, 1992, p. 457-468.

Poccetti 1982 : POCCETTI (P.) – Minima Peligna. SSL 22, 1982 p. 183-187.

Poccetti 1984 : POCCETTI (P.) – Nomi di lingua e nomi di popolo nell’Italia antica tra etnografia, glossografia e retorica. AION(ling) 6, 1984, p. 137-160.

Poccetti 1986 : POCCETTI (P.) – Lat.bilinguis. AION(ling) 8, 1986, p. 193-205.

Poccetti 1988a : POCCETTI (P.) – Lingua e cultura dei Brettii, In : Per un’identità culturale dei Brettii. Naples 1988, p. 11-158.

Poccetti 1988b : POCCETTI (P.) – Le popolazioni anelleniche d’Italia tra Sicilia e Magna Grecia nel IV secolo a.C. : forme di contatto linguistico e di interazione culturale. In : Tra Sicilia e Magna Grecia. Aspetti di interazione culturale nel IV sec.a.C. Atti del convegno Napoli 19-20 marzo 1987 = AION(ling) 11, 1989, p. 97-135.

Poccetti 1990 : POCCETTI (P.) – Laminetta di piombo con iscrizione dal complesso A. Il testo della laminetta. In : Gualtieri (M.), Fracchia (H.) – Roccagloriosa I. L’abitato : lo scavo e ricognizione topografica (1976-1986). Naples 1990, p. 141-150 (Coll. Centre Jean Bérard).

Poccetti 1993 : POCCETTI (P.) – La tabella defixionis da Laos : rilettura e riflessioni dopo un dibattito. AION(ling) 15, 1993, p. 151-190.

Poccetti 2000 : POCCETTI (P.) – Due Tabellae defixionis osco-greche dalla Calabria nel Museo Archeologico di Napoli. In : Επιγραφαι. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli 2000, p. 745-771.

Poccetti 2001 : POCCETTI (P.) – Perspectives actuelles dans le domaine des langues italiques dans le sillage de Michel Lejeune. CRAI 2001, p. 185-196.

Poccetti 2002 : POCCETTI (P.) – Manipolazione della realtà e manipolazione della lingua : alcuni aspetti dei testi magici dell’antichità. In : Morresi (R.) éd., Linguaggio-Linguaggi. Invenzione-scoperta, Atti del convegno (Macerata-Fermo, 22-23 ottobre 1999). Rome 2002, p. 11-59.

Poccetti 2005 : POCCETTI (P.) – Il declino (o i presunti declini) della Magna Grecia, aspetti della fenomenologia linguistica. In : Tramonto della Magna Grecia, Atti del XLIV convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 24-28 settembre 2004), Tarente 2005, p. 77-159.

Poccetti 2007 : POCCETTI (P.) – Profilo linguistico dell’area vestina tra età preromana e romana. In : Clementi (A.) éd., “I campi aperti di Peltuinum dove tramonta il sole….”. Saggi sulla terra di Prata d’Ansidonia dalla protostoria all’età moderna. L’Aquila 2007, p. 359-389 (Deputazione Abruzzese di Storia Patria).

Poccetti 2009 : POCCETTI (P.) – La documentazione linguistica preromana lungo la fascia tirrenica a sud di Velia : un bilancio delle acquisizioni più recenti. In : De Sensi Sestito (G.) éd., La Calabria tirrenica nell’antichità. Nuovi documenti e problematiche storiche, Atti del convegno (Rende 23-25 novembre 2000). Soveria Mannelli, p. 279-301.

Poli 2003a : POLI (F.) – Les documents de la Chrétienne A. SE 69, 2003, p. 418-425.

Poli 2003b : POLI (F.) – Un document osque méconnu : le vase d’Alésia. SE 69, 2003, p. 425-428.

Porzio Gernia 1970 : PORZIO GERNIA (M.L.) – Aspetti dell’influsso latino sul lessico e sulla sintassi osca. AGI 55, 1970, p. 94-144.

Prosdocimi 1980 : PROSDOCIMI (A.L.) – Studi sull’italico. SE 48, 1980, p. 187-249.

Pugliese Carratelli 1992 : PUGLIESE CARRATELLI (G.) – La defixio. In : Greco (E.), Guzzo (P.G.) éd., Laos II. La tomba a camera di Marcellina. Tarente 1992, p. 17-20.

RIG I : LAMBERT (P.Y.), LEJEUNE (M.) – Recueil des inscriptions gauloises, Textes gallo-grecs. Paris 1985.

Rix 2000 : RIX (H.) – Oskisch brateis, bratom, Lateinisch grates. In : Anusantatyai. Festschrift für Johanna Narten. Munich 2000, p. 207-229.

Rix 2002 : RIX (H.) – Sabellische Texte. Heidelberg 2002.

Sanmartí, Santiago 1987 : SANMARTI (E.), SANTIAGO (R.A.) – Une lettre grecque sur plomb trouvée à Emporion. ZPE 68,1987, p. 119-127.

Scheich 2006 : SCHEICH (C.) – Les “ateliers” d’ors en Italie méridionale au VIe siècle av. J.Chr. In : Nicolini (G.) dir., Les ors des mondes grec et « barbare ». Paris 2006, p. 63-128.

Schirmer 1993 : SCHIRMER (B.) – I verbi etruschi mul(u)vanice e tur(u)ce. Prolegomeni per una determinazione semantica ed impiego. PP 48, 1993, p. 38-56.

Schulze 1895 : SCHULZE (W.) – Samstag KZ 33, 1895, p. 366-386 ( = Kleine Schriften, Göttingen 1966, p. 281-296).

Schwyzer 1934 : SCHWYZER (E.) – Dissimilatorische Geminatenauflösung als Folge von Übersteigerung. KZ 61, 1934, p. 222-252 ( = Kleine Schriften, Innsbruck 1983, p. 502-530.

Szemerényi 1974 : SZEMERÉNYI (O.) – A Gaulish dedicatory formula. KZ 88, 1974, p. 246- 285.

Szemerényi 1991 : SZEMERÉNYI (O.) – Compte Rendu de : De Bernardo Stempel (P.), Die Vertretung der indogermanischen liquiden und nasalen Sonanten im Keltischen. ZCPh 44, 1991, p. 299-312.

Tagliamonte 1994 : TAGLIAMONTE (G.) – I figli di Marte. Mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia. Rome 1994.

Tchernia 1986 : TCHERNIA (A.) – Les vins de l’Italie romaine. Rome 1986 [Collection BEFAR 261].

Untermann 1973 : UNTERMANN (J.) – The Osco-Umbrian Preverbs. JIES 1973, p. 387-393.

Untermann 1993 : UNTERMANN (J.) – Gr. ἒθηκα, lat. fēci : gr ἤκα, lat. iēci. In : Indogermanica et Italica, Festschrift für H.Rix. Inssbruck 1993, p. 459-468.

Untermann 2000 : UNTERMANN (J.) – Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen. Heidelberg 2000.

Verger 2001 : VERGER (S.) – Un graffite archaïque dans l’habitat halstattien de Montmort (Jura, France). SE 64, 2001, p. 265-316.

Vetter 1953 : VETTER (E.) – Handbuch der italischen Dialekte. Heidelberg 1953.

Notes

1 Cf. Biraschi 1983 ; Lepore, Mele 1983, p. 850 ; Mele 2009 ; Givigliano 2009.

2 Et.Magn. ἀλλόθροος · ἀλλόγλωσσος ὁ ἀλλόθρίαν φωνὴν ἒχων ἢγουν ὁ βάρβαρος.

3 Pour ces signes, dont l’interprétation est controversée, cf. Peruzzi 1992 ; Imperato 1994, 176. Une autre proposition de lecture dans Canali De Rossi 2009, p. 165 ss.

4 En ce qui concerne l’Espagne cf. De Hoz 1995, p. 153.

5 Stésichore frg. 181, 208, 210 Page.

6 C’est le cas d’un Lucanien anonyme envoyé comme ambassadeur à Syracuse, où il reçoit des éloges pour la composition de son discours en dialecte dorien. A propos de cet épisode, dont le conte se trouve chez Dion Chrysostome [Dion.Chrys. XXXVIII 24] cf. Poccetti 1989, p. 132.

7 P. Fest. 13 L.. Cf. également Porph., ad Hor., Sat. 1, 10, 30 = Lucil. frg. 1124 M. : Ideo ergo et Ennus et Lucuilius Bruttace bilingui dixerunt.

8 Poccetti 1984, p. 158 ; Barbera, Russo 2004, p. 90 ss.

9 Rix 2002 Me 1, Me 2, Me 3. En outre cf. Orioles 1992, p. 339.

10 Eudoxe chez Et. Byz. s.v. ᾽Οπικοί · ᾽Οπικοί ; ἒθνος ᾽Ιταλίας. Εὒδοξος ἓκτῳ γῆς περιόδου · γλώσσας συνέμιξαν. Une analyse détaillée de ce fragment dans Poccetti 1989, p. 107.

11 Cerchiai 1995, p. 24 ; Lepore 1990, p. 85 ss. ; Barbera, Russo 2004.

12 Lepore 1990, p. 85 ss. ; Barbera, Russo 2004, p. 94.

13 López Eire 1996. Spécifiquement pour l’Italie méridionale cf. Consani 1996.

14 Consani 1995b ; Poccetti 2005, p. 140 ss.

15 Lejeune 1967, p. 210-211 ; Landi 1979, p. 288, n° 160.

16 Sur les formules éponymes en osque, cf. Prosdocimi 1980, 198 s.

17 La Regina 1981, p. 135 ; Del Tutto Palma 1990, p. 42 ; Tagliamonte 1993, p. 256.

18 Untermann 2000, p. 718 s.v. sup admet l’emploi de la formule éponyme avec ou sans préposition en parallèle au latin (ex. : sub imperio ~ consulatu ). Toutefois en latin le cas locatif, commun en osque et en ombrien, n’est pas employé dans ces contextes. En revanche Porzio Gernia (1970, p. 140) explique par l’influence du modèle latin la formule osque συπ μεδικιαι de même que la formule ombrienne su maronatu. Toutefois la chronologie du casque lucanien nous invite à exclure une influence romaine dans ce cas là.

19 Untermann 1973, p. 390 : « To secure the second meaning “on, upon” for O-U an-, am- is less easy, though in a number of exemples this meaning furnishes the best interpretation »

20 Untermann 2000, p. 95 : « Teilweise bd-gleich mit aa- und ad-, vielleicht auch mit ob- und ant- »

21 Rix 2002 Lu 13. Plus exactement la lecture est aflkeit reproduite par Vetter 1953, n° 183. En ce qui concerne la faute dans l’écriture du lambda pour alpha (la différence entre les deux signes n’est représentée que par le tiret horizontal), cf. Del Tutto Palma 1990, p. 153.

22 Par ex. : Pl. Specios Menervai donom port( ) CIL I2 34 = ILLRP 234.

23 CIL I2 5 = ILLRP 7. A propos de atolere dans cette inscription cf. Del Tutto, Prosdocimi, Rocca 2002, p. 471 s.

24 Par ex. : Futtos Aplisikos Trisikos toler [Tru]musijatei donom Lejeune 1974a, n° 210 = Fogolari, Prosdocimi 1988, p. 310, Ca 15.

25 Lazzarini 1976, n° 708, 792 ; 1990, p. 850 sqq.

26 Il s’agit de la formule op voltio leno : cf. Lejeune 1974a, p. 151 ; Fogolari, Prosdocimi 1988, p. 309 Ca 6.

27 Lambert 2003, p. 89 ; Delamarre 2003, p. 85 s.v. bratu.

28 Cf. Rix 2000, 208ss.

29 Cf. Delamarre 2003, p. 136 ; Mullen 2008, p. 256, 261.

30 Cf. Motta 1993 ; Delamarre 2003, p. 137, s.v - dekantem.

31 Comme l’avait déjà proposé Lejeune 1994, p. 175-178.

32 Ce sont les cas que Gusmani 1986, p. 72 ss. classifie sous le nom de ‘‘integrazione regressiva’’.

33 Cf. Campanile 1993, 29 : « ci troviamo innanzi ad un istituto che dalla Grecia attraverso l’Italia giunge fino al mondo celtico continentale ; e anche qui non vedo prove a favore di una comune origine greca, come pure spesso si è ipotizzato »

34 CIL I 632 = ILLRP 149 = CLE 248.

35 CIL I 1531 = ILLRP 136 = CLE 4.

36 A propos d’un possible parallèle ‘‘italique’’ (de l’accom-plissement d’un vœu religieux de la part des fils) du pays pélignien cf. Poccetti 1982.

37 En osque, on ne dispose que d’une seule attestation de la dîme dans le sanctuaire de Rossano di Vaglio (δεκμας: Rix 2002 Lu 22) : à ce propos M. Lejeune souligne « l’authenticité italique de ce type d’offrande » et en outre il se demande « suffit-il d’envoyer Festus au diable pour prouver que la dîme osque, ici sans lien établi avec Hercule, calque une institution grecque ? » (Lejeune 1990, p. 42).

38 Rix 2002 Po 12 ; le recueil complet de ce documents dans Poli 2003a.

39 Cf. Heurgon 1952 ; Tchernia 1986, p. 47.

40 Cf. Lejeune 1983b, p. 41 s. ; Poli 2003b.

41 Sur les ateliers d’orfèvrerie en Italie méridionale à l’époque archaïque cf. Scheich 2006.

42 Cf. Bats 1988, p. 153-154, nos 58,59,60,64.

43 Cf. Dubois 1989, p. 51 ss ; en ce qui concerne l’onomastique cf. Masson 1972.

44 Les deux textes ont été publiés dans Poccetti 2000. Le texte en osque correspond à Rix 2002 Lu 63.

45 Le texte publié par Pugliese Carratelli 1992, p. 17 correspond à Rix 2002 Lu 46.

46 Le texte a été publié par Lazzarini 2004 ; voir aussi Lazzarini 2009.

47 Sanmartí, Santiago 1987 ; De Hoz 1997, p. 40, n° 2.14.

48 Pour textes de Camarine cf. Dubois 1989, n° 124-126 ; Dubois 2008, n° 49-60 . Un exemple de Morgantina dans Dubois 1989, n° 194.

List of illustrations

Title Fig. 495. Inscription grecque des remparts de Serra di Vaglio.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-1.png
File image/png, 449k
Title Fig. 496 Inscription osque de remparts de Muro Lucano.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-2.png
File image/png, 149k
Title Fig. 497. Inscription du casque du Musée Poldi Pezzoli (Milan).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-3.png
File image/png, 49k
Title Fig. 498. Distribution de la formule à figura etymologica du type donom dare dans l’Italie antique reproduite d’après Euler 1982.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-4.png
File image/png, 110k
Title Fig. 499 Distribution de la formule osque brateís datas.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-5.png
File image/png, 98k
Title Fig. 500. Distribution de la formule gauloise dedeβρατουdekanten par rapport à l’aire de diffusion de l’épigraphie gallo-grecque. Carte reproduite du RIG I.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/873/img-6.png
File image/png, 634k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540