Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 8. Études de cas particuliers

3. Monte San Mauro di Caltagirone : Histoire des interprétations d’un site du premier âge du Fer

Laurence Mercuri

Résumé

L’article souligne les points forts de la recherche sur Monte Mauro et les éléments qui ont conditionné jusqu’à aujourd’hui les pistes employées. On suggère pour finir de laisser pour un temps le débat sur l’ethnicité au profit d’une approche politique et sociale du site.

The article underlines the highlights of the research on Monte Mauro and the elements which conditioned the trails employed until today. One suggests to finishing to leave the debate on the ethnicity for a time to the profit of a political and social approach of the site.

Entrées d'index

Mots clés :

nécropole, maison, anaktoron

Keywords :

necropolis, houses, anaktoron

Géographique :

Monte San Mauro, Sicile

Texte intégral

1La migration des Grecs à partir du VIIIe s. a donné naissance dans l’analyse historique qu’on peut en faire aujourd’hui à une terminologie variée en vue de traduire les changements qu’entraînent, pour les composantes culturelles des populations, les contacts entre les communautés. Ainsi, l’expression « établissement indigène » tend-elle à désigner un établissement dont la population est indigène et le pouvoir entre les mains de tout ou partie de cette communauté ; après l’installation des migrants grecs, certaines de ces communautés indigènes autonomes deviennent des communautés « indigènes hellénisées », « gréco-indigènes », ou « gréco-sicules » pour la Sicile orientale. Ces expressions sont assez troublantes car on est en droit de se demander quelle dose d’indigène et quelle dose de grec elles peuvent bien impliquer et de quel côté penche la balance. On voit bien qu’en réalité cette terminologie reflète des présupposés et l’embarras dans lequel on se trouve pour définir culturellement et politiquement des communautés vivant dans des zones de migration grecque et pour évaluer le degré des mutations culturelles entraînées par les nouveaux contacts. Ces difficultés sont d’autant plus grandes que l’interprétation des contextes archéologiques est dépendante du vieux schéma intellectuel Grecs / non-Grecs, c’est-à-dire d’une perception antagoniste des situations.

2Dans ce domaine, le site de Monte San Mauro di Caltagirone est un cas emblématique. Monte San Mauro est situé dans le sud-est de la Sicile, à 30 km de la mer et à 500 m d’altitude dans le massif des Hérei. Le site est composé d’un ensemble de cinq collines attenantes et ouvertes en hémicycle – pour reprendre l’image de P. Orsi – vers le sud et vers les autres collines qui s’étagent en pente douce jusqu’au littoral de Géla, aisément accessible par les vallées du Maroglio et du Géla. (fig. 508) Monte San Mauro est aussi relié à la mer Ionienne, quoique moins directement et moyennant un trajet de 70 km, par les vallées du Maroglio, du Caltagirone et du Simeto qui rejoint la mer à la hauteur de Léontinoi. Cette position géographique sur une ligne de partage des eaux, ainsi que certaines données matérielles sur lesquelles nous reviendrons, ont conduit à faire de Monte San Mauro un site de frontière, au carrefour de deux aires culturelles, la zone rhodio-crétoise de Géla et la zone eubéenne de Léontinoi.

  • 1 D. Adamesteanu (fouilles 1955) ; P. Pelagatti (1970-1977) ; G. M. Bacci (1978) ; U. Spigo (1979-198 (...)

3L’histoire scientifique du site de l’âge du Fer débute en 1903 avec P. Orsi (Orsi 1912). L’ensemble des investigations, depuis cette date, a permis la mise au jour de secteurs d’habitat, de contextes cultuels et de noyaux de nécropoles1.

Fig. 508. Plan général de Monte San Mauro (d’après Orsi 1910, tab. I et Frasca 2001, fig.1).

Fig. 508. Plan général de Monte San Mauro (d’après Orsi 1910, tab. I et Frasca 2001, fig.1).

4Si l’on n’a jamais nié l’existence d’une communauté indigène à San Mauro pour l’âge du Bronze, la question a toujours été de savoir si cette communauté se maintenait encore au VIe s. et, si oui, dans quelle proportion, aux côtés d’une composante grecque. Le débat, rendu délicat par l’absence d’une ample publication des contextes, s’est ainsi cristallisé autour de certains dossiers – l’architecture et les techniques de construction, le funéraire, les productions artisanales, l’épigraphie, l’identification toponymique du site – dans lesquels les éléments indigènes et grecs ont été inversement valorisés en fonction de la thèse ethnique soutenue.

1. Le dossier « habitat et architecture »

5L’architecture, considérée presque dans son ensemble comme relevant de modèles grecs (plan, techniques de construction, terres cuites), n’a guère fait l’objet de discussion en-dehors de l’anaktoron et de l’édifice à abside.

1.1. L’anaktoron

6La découverte en deux temps de cet édifice, à presqu’un siècle de distance, a conditionné l’histoire des interprétations. P. Orsi, en effet, avait mis au jour un bâtiment retangulaire composé de deux pièces, qu’il datait du début du VIIIe s. et qu’il jugeait encore en usage à l’arrivée des Grecs à la fin du VIIe s. (fig. 509). Les fouilles d’U. Spigo en 1978 ont révélé deux pièces supplémentaires à l’ouest, dans le prolongement du bâtiment rectangulaire, avec cette particularité que la pièce la plus occidentale contenait une très grande quantité de matériel domestique et de stockage, distribué au sol et sur la longue banquette murale : fusaïoles, poids de tisserands, meules en pierre, éléments de foyer, pithoi et céramique indigène (amphores et oenochoés à décor géométrique, scodelloni), amphores commerciales d’importation (amphores attiques SOS de la fin du VIIe s., amphores « à la brosse », amphores de Lesbos).

Fig. 509. Planimétrie de « l’anaktoron » (d’après Spigo 1984/5, tab. CCX).

Fig. 509. Planimétrie de « l’anaktoron » (d’après Spigo 1984/5, tab. CCX).

7La discussion s’est concentrée sur la nature et la fonction de l’édifice dont l’histoire des interprétations a été liée à sa topographie, au sommet du colle 3, à son architecture et aux tablettes de bronze inscrites qu’on y a découvertes : lieu de pouvoir (selon P. Orsi, la résidence du chef indigène jusqu’à l’arrivée des Grecs à la fin du VIIe s.) ; lieu sacré (depuis D. Adamesteanu, qui y voyait un sanctuaire indigène de la fin du VIIe s., dans la sphère culturelle de Géla) ; lieu (plutôt grec) de nature mal définie (sacrée ? profane ?) mais contribuant à la production et à la redistribution de denrées et d’objets manufacturés (depuis les fouilles d’U. Spigo en 1978). La découverte des deux pièces occidentales a en effet incontestablement enrichi le dossier mais laisse ouvertes les questions que posait déjà P. Orsi à propos de la chronologie et la fonction du complexe :

8– du point de vue chronologique, la stratigraphie exacte des structures n’a pas été clarifiée, ni leur datation relative, même si on tend à considérer les quatre pièces comme contemporaines. Le rapport entre le matériel indigène et le matériel grec n’est pas non plus clair car on ne dispose pas à l’heure actuelle de chronologie fiable de la céramique indigène. Pour prendre un exemple, le type de l’amphore indigène à corps globulaire légèrement rétrécie à la base est datée sur trois quarts de siècle, entre le troisième quart du VIIe s. (Spigo 1986, tab. VII, fig. 6.) et l’extrême fin du VIIe s. ou le début du VIe s. (Albanese 1991, p. 99). Le choix de l’une ou de l’autre date est conditionné par l’hypothèse de départ qu’on choisit pour l’interprétation générale du site : la date basse, si on admet une cohabitation indigènes/Grecs ; la date haute, si on veut au contraire étayer la thèse de l’installation violente des Grecs et de la rupture radicale entre la phase protohistorique et la phase ultérieure.

  • 2 Spigo 1986 ; Albanese 1997 et 1997a ; Greco 1999.

9– en ce qui concerne la fonction du complexe, rien n’est tranché non plus. 1) P. Orsi, qui ne connaissait que la partie orientale, était impressionné par son architecture maçonnée et massive, très différente des cabanes de la même période, c’est pourquoi il l’identifie avec la résidence du chef de la communauté protohistorique de San Mauro. 2) Dans les années 60, on a développé l’hypothèse du naiskos, qui, depuis D. Adamesteanu, est régulièrement reprise. Celle-ci est conditionnée par la topographie de l’édifice, en position dominante, au sommet de la colline, ce qui a conduit également à lui attribuer des terres cuites architecturales de style géloen, découvertes sur les pentes, en contrebas. Il s’agirait donc d’un sanctuaire indigène de la fin du VIIe s., en ce temps-là dans la sphère culturelle de Géla. 3) Enfin, la recherche récente, plus attentive à l’étude des espaces artisanaux et aux entrepôts, a proposé une interprétation profane du complexe sur la base du matériel domestique et de stockage découvert en 1978. On est d’autant mieux disposé à y voir un espace de travail que l’on a découvert des contextes semblables dans le quartier d’habitation situé plus bas, sur les pentes de la colline. L’édifice 4, en effet, a livré les restes de douze pithoi de type corinthien (à bord saillant et large) et indigène (a fiabelli), dont certains conservaient encore de l’orge. Ce volume de stockage semblant excéder les besoins d’une famille, on a donc proposé de l’attribuer non pas à une maison privée mais à un magasin public en rapport avec des activités commerciales. L’édifice 2, dit « casa delle arule », a reçu une interprétation comparable : la dizaine d’autels portatifs qu’il renfermait paraît le désigner en effet comme un lieu de fabrication ou, tout du moins, comme un lieu de stockage et de vente. Ainsi, ces trois constructions formeraient-elles un complexe et se rattacheraient-elles à des activités de production et de commerce, concourant donc à faire de Monte San Mauro un centre économique dynamique2 mais dont la qualité grecque ou indigène n’est plus aussi tranchée que dans les deux premières propositions.

1.2. L’édifice à abside « de type grec »

10L’édifice à abside, comme les deux édifices 2 et 4, appartiennent à un ensemble, situé dans le quartier inférieur de la colline, dont la fouille extensive a marqué un tournant dans l’histoire des interprétations du site parce qu’ils ont été rapportés en bloc aux modèles grecs, qu’il s’agisse des techniques de construction (fondation et élévation en pierre) ou des structures (deux ou trois pièces ouvertes vers le sud, sur une cour rectangulaire, parfois couverte) (fig. 510).

Fig. 510. Planimétrie de la zone de l’édifice à abside (d’après Spigo 1980, fig. 2).

Fig. 510. Planimétrie de la zone de l’édifice à abside (d’après Spigo 1980, fig. 2).
  • 3 Nickels 1976 et 1989 ; Dedet 1990.
  • 4 Spigo 1980, p. 148. Cf. Ridgway (D.), L’aube de la Grande Grèce, Naples 1992, p. 43-44 (Pithécusses (...)

11Sur le plan de l’histoire des interprétations, l’édifice à abside est particulièrement éclairant car il rappelle à bien des égards l’évolution de la recherche sur les maisons à abside de La Monédière à Bessan3 : en Sicile comme dans le sud de la France, la thèse grecque s’oppose à la thèse indigène. En effet, en fonction des comparaisons invoquées (plans grecs de la période géométrique ou plans indigènes de la fin de l’âge du Bronze), cet édifice oscille entre l’interprétation grecque (U. Spigo) et l’interprétation indigène (R.M. Albanese Procelli). En faveur de la première thèse, U. Spigo, comme A. Nickels pour Bessan, attribue une origine grecque au plan à abside et voit là la preuve de la refondation de Monte San Mauro par des Grecs à la fin du VIIe s. Il se réfère à des exemples tirés du monde grec occidental : au quartier Mezzavia de Pithécusses, daté vers 725 ; à une maison du VIe s. à Himère. D’autres proviennent du monde indigène hellénisé : deux édifices cultuels du VIIe s. à Morgantina ; les maisons de La Monédière à Bessan4.

12On fera deux remarques sur cette thèse. On rappellera que le plan à abside sort de l’usage grec à la fin de la période géométrique et que sa réactivation un siècle plus tard ne va donc pas de soi. Par ailleurs, il n’est pas attesté en Grèce d’Occident pendant la période archaïque sauf à Himère ; or, on sait qu’à Himère, la recherche actuelle met progressivement en évidence la forte composante indigène tant sur le territoire que dans la ville (Vassallo, dans ce vol. , p. 41-54 ; Allegro, dans ce vol. , p. 511-519). Cette réalité a sans doute contribué ces dernières années à valoriser les typologies indigènes comme cela s’est produit dans le sud de la France où on a démontré que le plan à abside préexistait à l’installation des Grecs et était connu à la fin de l’âge du Bronze (Dedet 1990). En Sicile, U. Spigo avait remarqué que ce type de plan était employé en milieu indigène dès l’âge du Bronze, à Thapsos par exemple, mais il passe au second rang cet aspect au profit de l’hypothèse d’un emprunt au monde grec (Spigo 1986, p. 10-13). En 2003, R. M. Albanese Procelli souligne au contraire la continuité de la typologie protohistorique depuis l’âge du Bronze jusqu’au VIe s., se référant à la « cabane » ellipsoïdale des VIIe-VIe s. de Monte San Giuliano, au nord de Caltanissetta et à l’édifice à abside de la première moitié du VIe s. à Castiglione di Ragusa (Albanese 2003, p. 154). Le plan à abside est bien attesté à partir du Xe s. dans d’autres régions italiennes (Messapie, Daunie, Latium), mais, dans ce cas, la thèse diffusionniste l’emporte dans la bibliographie qui attribue aux Mycéniens la transmission du plan à abside en Méditerranée (Russo 1992, p. 28-34). Nous voilà donc revenus à la thèse hellénocentrique.

2. Le dossier des nécropoles

  • 5 Dans l’attente de la publication exhaustive par M. Frasca, cf. Frasca 2001.

13Les pratiques funéraires, on le sait, sont l’objet d’un conservatisme marqué qui les rend particulièrement utiles dans la définition des identités ethniques. En cela, les nécropoles de San Mauro ont toujours été considérées comme « purement grecques ». Malgré la publication partielle des contextes – soixante-deux tombes, soit un 1/5e des trois cents mises au jour5 –, la bibliographie souligne, depuis P. Orsi, le caractère culturel « grec homogène » des nécropoles de San Mauro. Et l’on peut facilement en lister les caractéristiques : l’architecture funéraire est grecque et conforme à ce qu’on trouve dans les poleis du littoral : tombes à fosse et contre-fosse, tombes à coffrage en appareil isodome, sarcophages monolithiques, tombes alla cappuccina. Les pratiques sont grecques : enfants inhumés dans des conteneurs grecs (pithoi de type géloen [Orsi 1912, t. 5], amphores commerciales [ibid., t. 6, 11, 12, 19, 28, 45], hydries) ; incinérations primaires dans des tombes à fosse, incinérations secondaires recueillies dans des vases cinéraires.

  • 6 Orsi 1912 : tombes 4, 13. Nécropole nord-orientale, fouilles 1970 et 1973.

14Cette « uniformité » est paradoxalement apparue comme renforcée et confirmée par l’observation d’anomalies et de pratiques divergentes : des inhumations d’enfants dans des conteneurs indigènes (des pithoi a fiabelli produits dans les sites indigènes de l’arrière-pays de Géla6 ou bien marmites d’impasto [fouilles 1976]) ; des tombes rudimentaires (inhumations à même la terre (Orsi 1912, t. 27, 32), tombes à fosse creusées directement dans la roche et utilisant des pierres taillées grossièrement en guise de couverture [ibid., t. 20, 29, 34, 54]) ; un squelette en position contractée a été observé (Bacci 1978, p. 585-586), ainsi qu’un mobilier strictement indigène, composé de céramique à décor incisé et d’une jatte monoansée (scodellone) (Orsi 1912, t. 20). Ces données ont été traduites en termes ethniques et sociaux, un mobilier indigène et une architecture rudimentaire étant considérés comme les indicateurs de la présence d’indigènes de statut social inférieur.

15De ces données, on a voulu tirer des conclusions : c’est le cas de P. Orsi qui raisonnait sur cinquante-huit contextes dont trente avaient été violés, c’est aussi le cas récemment de M. Frasca qui considère San Mauro comme un « centro fondato ed abitato da Greci », où « la componente indigena, se presente, lo è nè più nè meno come nelle altre fondazioni coloniali greche » (Frasca 2001, p. 21). Or, de telles conclusions ne peuvent tirer leur validité que de statistiques scrupuleusement élaborées, ce qu’interdit actuellement la publication partielle des contextes.

3. Le dossier épigraphique

  • 7 Orsi (P.), Comparetti (D.). – MAL XX, 1910, p. 830-845 (editio princeps) ; Cordano 1978 et 1986.

16Le débat sur San Mauro serait peut-être plus serein et moins embrouillé si Orsi n’avait pas découvert dans « l’anaktoron » les fameuses tablettes de bronze inscrites en dialecte eubéen datées de la seconde moitié du VIe s.7 Le dossier est d’autant plus compliqué que la stratigraphie précise du contexte n’est pas connue, que l’on s’accorde à voir dans ces textes la transcription d’une loi sur les homicides en relation avec la législation pénale de Charondas de Catane (Cordano 1978) et que ces témoignages de culture eubéenne sont uniques dans ce milieu par ailleurs fortement marqué par la proximité de Géla. Les tablettes de bronze trouvent si mal leur place à San Mauro qu’on a voulu à tour de rôle lever cette contradiction : T. J. Dunbabin, refusant de céder à la tyrannie des textes, renonce à leur accorder une valeur historique et écarte la lectio difficilior en jugeant que leur présence à Monte San Mauro est simplement due au hasard ; R. Holloway tente de concilier toutes les données culturelles et propose de voir en Monte San Mauro un établissement chalcidien employant des artisans géloens (Holloway 1990) ; M. Frasca minore la signification de la documentation de type géloen et intègre le site à la sphère eubéenne dès la fin du VIIe s., en proposant d’identifier Monte San Mauro à Euboia, en dépit de l’absence de toute autre documentation clairement eubéenne (Frasca 1997). Aussi peut-on rappeler, pour lever une partie de cette apparente incongruité, que les lieux parmi les plus à même de recevoir des objets d’origines culturelles variées, grecques et/ou non-grecques, sont les espaces cultuels de frontière.

4. Le dossier toponymique

  • 8 Pour l’ensemble, cf. Orlandini 1961, Frasca 1997. Ces identifications ont également été proposées p (...)

17Sur le plan toponymique, les essais de lecture de la documentation ne « tiraillent » pas moins Monte San Mauro entre Géla et la zone chalcidienne de la plaine de l’Etna. Longtemps assimilé aux centres indigènes assujettis par Géla – Galaria, fondée par le Sicule Morgès (E. Pais) ; Omphakè, prise par Antiphèmos, l’œciste de Géla (P. Orsi) ; Maktorion où se réfugient des Géloens chassés de leur cité peu après sa fondation (D. Seminario)8 –, sur la base de la proximité géographique et de la typologie de certaines céramiques et terres cuites architecturales, le site a été identifié, en s’appuyant sur l’épigraphie, avec Euboia, fondée par les Chalcidiens de Léontinoi (Frasca 1997). Si aucune de ces tentatives n’apporte d’arguments décisifs, toutes contribuent à souligner l’incontestable importance du site dans le réseau d’établissements du sud-est de la Sicile.

5. Histoire des interprétations globales du site

  • 9 Dunbabin 1948, p. 128 ; Cordano 1986, p. 36.

18L’histoire des interprétations de San Mauro démontre donc que le débat s’est cristallisé autour d’un aspect, l’identification ethnique du site et son rattachement à telle ou telle zone d’influence grecque. La thèse de P. Orsi – selon laquelle le site indigène protohistorique aurait été remplacé par un site grec à la fin du VIIe s. avec, peut-être, des formes de cohabitation, ce qui n’ôte rien au caractère « vraiment grec » de l’établissement dans sa seconde phase – a été par la suite durcie : Dunbabin a rejeté toute continuité entre les deux phases, et les épigraphistes tendent en effet aujourd’hui à considérer la seconde comme correspondant à une authentique fondation grecque en arguant de l’existence des tablettes de bronze inscrites9.

  • 10 Adamesteanu 1955, p. 185 ; Cordsen (A.). – The pastas house in archaic greek Sicily. Acta Hyperbore (...)
  • 11 Lyons (Cl.). – Morgantina studies, V. The archaic cemeteries, Princeton, 1996, p. 122 n. 18.

19Concomitamment, à partir des années 60, qui marquent le début de la valorisation des études sur les milieux indigènes, on a redonné une place au substrat indigène sans clarifier pour autant le débat puisqu’on a évoqué successivement un « établissement indigène fortement hellénisé10 », un « établissement indigène avec un groupe de Grecs11 », un « établissement mixte de frontière, impliquant des indigènes et des Grecs, peut-être pas d’une même culture » (Greco 1997, p. 288), un « oppidum indigène sous contrôle politique grec », en doublant parfois la définition ethnique d’une dimension économique, « centre de redistribution interne », « site-relais pour les échanges locaux », selon un processus de rifunzionalizzazione imposé par les Grecs. C’est donc en revenir aux trois situations possibles énoncées par G. Vallet au sujet de Butera, dans l’arrière-pays de Géla (Vallet 1967 = 1996, p. 69) : 1) l’établissement demeure un centre indigène plus ou moins autonome et profondément hellénisé, à travers lequel les colons exercent le contrôle de l’arrière-pays ; 2) il passe entièrement aux mains des Grecs qui s’y installent en asservissant la population, d’où certaines formes de conservatisme dans la nécropole ; 3) les indigènes et les Grecs cohabitent, selon des modalités pour l’instant inconnues.

20S’ajoute à cette situation déjà fort complexe la difficulté de rattacher San Mauro à telle ou telle zone d’influence grecque : longtemps on a pensé à Géla, à cause de l’artisanat des terres cuites architecturales et des pithoi a fiabelli, puis à Léontinoi, à cause des tablettes inscrites en dialecte eubéen ; on évoque également parfois Camarine du fait des amphores commerciales réutilisées comme vases cinéraires selon une variété typologique et des pratiques tout à fait comparables à ce qu’on connaît dans la nécropole archaïque du Rifriscolaro. Mais l’hésitation concerne avant tout Géla et Léontinoi, compte tenu moins de la localisation de San Mauro à la confluence des vallées du Maroglio et du Caltagirone que de l’existence des tablettes inscrites en dialecte eubéen.

21Le débat sur l’ethnicité préoccupe les spécialistes depuis les années 60, marquées, pour l’Italie pré-romaine, par le premier congrès de Tarente consacré aux Grecs et aux indigènes. Ce débat est parfaitement fondé mais l’analyse ethnique s’avère ardue dans la plupart des situations de la période archaïque, puisqu’elles concernent des sociétés en pleine mutation et en train de se construire, qu’il s’agisse des sociétés indigènes ou des sociétés grecques, et qu’en outre, ces sociétés, qui se développent en milieu colonial, sont le résultat d’hybridation et de mixité ethniques complexes – probablement dès la première génération de migrants – que nous saisissons de façon très partielle. Ne devrait-on donc pas tenter aujourd’hui de déplacer le débat et essayer d’appréhender ces communautés moins sur le plan ethnique que dans leur dimension politique et sociale ? En d’autres termes, il s’agirait de mieux cerner les sociétés, en particulier le profil des élites locales, leur rôle et leur capacité à devenir les interlocuteurs des migrants grecs au besoin en adoptant des formes de mimétisme ou d’identification, en un mot, de définir la stratégie identitaire et les modes de collaboration qu’elles ont pu mettre en place en vue de garder l’initiative dans le contrôle de leur territoire ou, tout du moins, d’être des partenaires reconnus dans ce contrôle.

Bibliographie

Adamesteanu 1955 : Adamesteanu (D.) – Anaktora o sacelli ? Archeologia classica VII, 1955, p. 178-186.

Albanese 1991 : Albanese Procelli (R. M.) – Importazioni greche nei centri interni della Sicilia in età arcaica : aspetti dell’ « acculturazione ». Cronache di archeologia 30, 1991, p. 97-111.

Albanese 1997 : Albanese Procelli (R. M.) – Identità e confini etnico-culturali : La Sicilia centro-orientale. In : Confini e frontiera nella grecità d’Occidente. Atti del 37° convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1997. Tarente 1998, p. 327-359.

Albanese 1997a : Albanese Procelli (R. M.) – Échanges dans la Sicile archaïque : amphores commerciales intermédiaires et redistribution en milieu indigène. Revue archéologique 1997, p. 3-25.

Albanese 2003 : Albanese Procelli (R. M.) – Sicani, Siculi, Elimi. forme di identità, modi di contatto e processi di trasformazione. Milan, 2003.

Bacci 1978 : Bacci (G.) – Monte San Mauro. Scavi nella necropoli. Studi etruschi XLVI, 1978, p. 585-586.

Cordano 1978 : Cordano (F.) – Leggi e legislatori calcidesi. Sesta miscellanea greca e romana. Rome 1978, p. 89-98.

Cordano 1986 : Cordano (F.) – Le leggi calcidesi di Monte S. Mauro di Caltagirone. MGR X, 1986, 33-60.

Dedet 1990 : dedet (b.) – Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan (Gard) au milieu du Ve s. av. J.-C. La question du plan absidal en Gaule du Sud. Gallia 47, 1990, p. 29-55.

Dunbabin 1948 : Dunbabin (T. J.) – The western Greeks : the history of Sicily and South Italy from the foundation of the greek colonies to 480 B.C., Oxford, 1948.

Frasca 1997 : Frasca (M.) – È anonima la città sicula-greca di Monte San Mauro di Caltagirone ? Parola del Passato 1997, p. 407-417.

Frasca 2001 : Frasca (M.) – Monte San Mauro di Caltagirone. Quattro tombe di un nucleo aristocratico nel VI sec. a. C. Bollettino d’arte 117, 2001, p. 1-26.

Greco 1999 : Greco (E.) – Siculi ed Enotri : tra analogie e differenze. In : La colonisation grecque en Méditerranée occidentale. Actes de la rencontre scientifique en hommage à G. Vallet, Rome-Naples 1995. Rome 1999, p. 281-292.

Holloway 1990 : Holloway (R. R.) – The Geography of the Southern Sicels. In : Descœudres (J.P.) (éd.), Eumousia. Ceramic and iconographic studies in honour of A. Cambitoglou, Sidney, 1990, p. 147-153.

Nickels 1976 : nickels (A.) – Les maisons à l’abside d’époque archaïque de la Monédière à Bessan (Hérault). Gallia 34, 1976, p. 95-128.

Nickels 1989 : nickels (A.) – La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. DAM 12, 1989, p. 51-119.

Orlandini 1961 : Orlandini (P.) – Omphake e Maktorion. Kokalos 7, 1961, p. 145-149.

Orsi 1912 : Orsi (P.) – Di una anonima città siculo-greca a Monte San Mauro presso Caltagirone. MAL XX, 1912, col. 729-850.

Russo 1992 : Russo Tagliente (A.) – Edilizia domestica in Apulia e Lucania. Ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e II sec. a.C. Galatina, 1992.

Spigo 1980 : Spigo (U.) – Recenti ricerche nel territorio di Caltagirone : Monte S. Mauro e Aldobrando. Cronache di archeologia XIX, 1980, p. 145-167.

Spigo 1986 : Spigo (U.) – L’anonimo centro greco di Monte San Mauro di Caltagirone nel quadro dell’arcaismo siceliota : prospettive di ricerca. Decima miscellanea greca e romana, 1986, p. 1-31.

Vallet 1967 : Vallet (G.) – La cité et son territoire dans les colonies grecques d’Occident. In : La città e il suo territorio. Atti del VII° convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1967, Tarente 1968, p. 67-142 ; republié dans Vallet (G.) – Le monde grec colonial d’Italie du Sud et de Sicile. Rome 1996, p. 33-85.

Notes

1 D. Adamesteanu (fouilles 1955) ; P. Pelagatti (1970-1977) ; G. M. Bacci (1978) ; U. Spigo (1979-1983) ; depuis, interventions régulières de la Soprintendenza BB.CC.AA. di Catania.

2 Spigo 1986 ; Albanese 1997 et 1997a ; Greco 1999.

3 Nickels 1976 et 1989 ; Dedet 1990.

4 Spigo 1980, p. 148. Cf. Ridgway (D.), L’aube de la Grande Grèce, Naples 1992, p. 43-44 (Pithécusses) ; Allen (H. L.). – Per una definizione della facies preistorica di Morgantina. Kokalos 1972-1973, tab. XXIV, 1 ; Nickels 1976 (Bessan) ; O. Belvedere. Cronache di archeologia 19, 1980, p. 51-61 (Himère). Sur les maisons à abside, on se reportera également à Garcia, Tréziny, dans ce vol. , p. 371-378.

5 Dans l’attente de la publication exhaustive par M. Frasca, cf. Frasca 2001.

6 Orsi 1912 : tombes 4, 13. Nécropole nord-orientale, fouilles 1970 et 1973.

7 Orsi (P.), Comparetti (D.). – MAL XX, 1910, p. 830-845 (editio princeps) ; Cordano 1978 et 1986.

8 Pour l’ensemble, cf. Orlandini 1961, Frasca 1997. Ces identifications ont également été proposées pour le site de Butera. Cf. Orlandini 1961, p. 145-149 ; Rizza (G.). – La necropoli di Butera fra Sicilia e Creta in età arcaica. Kokalos 1984-85, p. 70.

9 Dunbabin 1948, p. 128 ; Cordano 1986, p. 36.

10 Adamesteanu 1955, p. 185 ; Cordsen (A.). – The pastas house in archaic greek Sicily. Acta Hyperborea 6, 1995, p. 109 et 111.

11 Lyons (Cl.). – Morgantina studies, V. The archaic cemeteries, Princeton, 1996, p. 122 n. 18.

Table des illustrations

Titre Fig. 508. Plan général de Monte San Mauro (d’après Orsi 1910, tab. I et Frasca 2001, fig.1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/852/img-1.png
Fichier image/png, 511k
Titre Fig. 509. Planimétrie de « l’anaktoron » (d’après Spigo 1984/5, tab. CCX).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/852/img-2.png
Fichier image/png, 303k
Titre Fig. 510. Planimétrie de la zone de l’édifice à abside (d’après Spigo 1980, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/852/img-3.png
Fichier image/png, 299k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access