4. Archéologie des pratiques funéraires en Grèce d’Occident au premier âge du Fer : de quelques idées reçues

Laurence Mercuri

Résumé

Le recensement des cas d’inhumations en position contractée ou fléchie en Italie méridionale et en Sicile, au 1er âge du Fer, démontre le caractère très exceptionnel de cette pratique en-dehors de la zone iapyge. Par conséquent, y voir, en particulier en Sicile, un marqueur de la présence de populations indigènes au sein des poleis peut susciter le scepticisme, d’autant que si l’on prend en compte le facteur chronologique, cette pratique funéraire apparaît bel et bien comme une survivance tant en milieu grec qu’en milieu indigène.

The census of the cases of inhumations in contracted or flexed position in Southern Italy and in Sicily, in the 1st Iron Age, demonstrates the very exceptional character of this practice outside the Iapyges’ zone. Consequently, to see there, in particular in Sicily, a marker of the presence of native populations within poleis can arouse the scepticism, as far as if we take into account the chronological factor, this practice appears well and truly as a survival both in Greek and in native middle.

Pratiques funéraires inhabituelles et interprétations historiques

1Des tentatives pour réinterpréter les fouilles anciennes et abandonner certaines idées reçues en archéologie funéraire sont apparues ces dernières années.

  • 1 Shepherd 2005.

2En 2005, G. Shepherd a repris le dossier des pratiques observées dans les colonies grecques d’Occident et jugées « inhabituelles », en présentant un recensement critique des cas signalés dans les fouilles publiées1 : les sépultures multiples, non pas inhabituelles mais, en réalité, communes ; les dépositions contractées, rares même en milieu sicule si bien qu’il est difficile d’y voir un critère ethnique discriminant ; l’acéphalie et les dépôts de crânes [les deux pratiques ne sont malheureusement pas nettement distinguées], exceptionnels et, pour le moment, sans explication claire ; les cas de mixité grecque au sein des poleis, qui conduisent, selon G. Shepherd, à des pratiques funéraires innovantes et indépendantes de celles des métropoles.

  • 2 Sur ce terme, cf. Boulestin, Duday 2005, p. 17-35 ; Duday 2006, p. 25-27.

3En 2001, j’avais moi-même proposé une révision de la question de l’acéphalie et des dépôts de crânes, pratiques qui avaient paru jusqu’alors fréquentes et typiques des non-Grecs et qu’on avait longtemps cru pouvoir identifier sans tenir compte d’éventualités telles que les réductions de squelettes, l’évolution taphonomique du contexte ou bien l’insuffisance des techniques de fouilles (Mercuri 2001). L’examen de chaque cas signalé avait abouti à ne retenir, pour les fouilles anciennes, que les sites indigènes de Rossomanno et de Butera (sous réserve d’un réexamen des contextes selon les exigences actuelles de l’archéothanatologie2) comme susceptibles de dénoter un traitement volontairement différencié du crâne. L’attention était aussi attirée sur l’étude anthropologique récente de la tombe 12 de la nécropole orientale de Castiglione di Ragusa (fouilles 1999, étude anthropologique 2001) qui, en mettant en évidence la gestion différée des ossements accompagnée d’un traitement particulier des extrémités céphaliques, avait démontré que des pratiques originales existaient bien en Sicile, au 1er âge du Fer (Duday 2006a).

4La question des inhumations en position fléchie sur le côté se présente en termes équivalents. C’est elle que nous discuterons ici, compte tenu des implications historiques des interprétations qu’on en propose (fig. 383 et 384).

Fig. 383. Occurrences de la position fléchie en Italie, durant le 1er âge du Fer (Carte de La Genière 1971, tab. V, revue).

Fig. 383. Occurrences de la position fléchie en Italie, durant le 1er âge du Fer (Carte de La Genière 1971, tab. V, revue).

Fig. 384. Occurrences de la position fléchie en Sicile, durant le 1er âge du Fer (pour la légende, se reporter à la fig.1).

Fig. 384. Occurrences de la position fléchie en Sicile, durant le 1er âge du Fer (pour la légende, se reporter à la fig.1).

Corps en position contractée ou fléchie

1– Dans les poleis d’Italie méridionale et de Sicile

  • 3 Cf. Shepherd 2005, excepté pour Himère, non recensé.

5Des squelettes couchés sur un flanc, en position contractée, ou bien le buste à plat et les membres inférieurs fléchis sur le côté ont été signalés dans des poleis d’Italie méridionale et de Sicile durant le 1er âge du Fer. Le recensement actuel, d’après les fouilles éditées, s’élève à cinquante et un cas, distribués géographiquement entre Pithécusses (9), Siris (16), Métaponte (2) et Hippônion (3), pour l’Italie méridionale, entre Mégara Hyblaea (6), Syracuse (4), Géla (1), Léontinoi (2), Sélinonte (2), Himère (3), Agrigente (2) et Camarine (1), pour la Sicile. La chronologie s’échelonne du VIIIe au IV e s. av. J.-C., pour la très grande majorité des cas, selon la répartition suivante3 :

6VIIIe s. : Pithécusses (7)

  • T. 317 (GR I ou II ?) : « Scheletro giacente sul fianco destro, avrambraccio sinistro piegato sul petto, braccio destro lungo il fianco, gambe piegate... Senza corredo ». Cf. Pithekoussai I, 1993, p. 371.

  • T. 318 (GR I ou II ?) : « Scheletro giacente nella stessa posizione di 317 coll’avrambraccio sinistro piegato sul petto e le gambe piegate sul fianco sinistro... ma in dirizione opposta. Senza corredo ». Cf. Ibid., p. 371.

  • T. 319 (GR I ou II ?) : « Scheletro giacente sul fianco sinistro, braccia diritte lungo i fianchi, gambe ranicchiate, con le ginocchia all’altezza dello stomaco. Senza corredo ». Cf. Ibid., p. 372, tab. XLVIa, b.

  • T. 404 (GR II) : « Scheletro... giacente sul fianco destro, gambe in posizione flessa, avrambraccio sinistro piegato in alto, in modo che le falangi della mano toccano la clavicola, braccio destro diritto lungo il fianco. Le gambe si sovrappongono all’inumato in uguale posizione 406 ». Mobilier : deux fibules a sanguisuga rhomboïdale en bronze. Cf. Ibid., p. 432.

  • T. 405 (GR II) : « Fanciullo... Scheletro... giacente sul fianco destro, gambe in posizione rannicchiata, contratte al massimo, avrambraccio sinistro piegato sul bacino, braccio destro diritto lungo il fianco. Le gambe si sovrappongono all’inumato in uguale posizione 406. Senza corredo ». Cf. Ibid., p. 433.

  • T. 406 (GR II) : « Scheletro... giacente sul fianco destro, gambe in posizione flessa (tibie ad angolo retto rispetto alla colonna vertebrale), avrambraccio sinistro piegato ad angolo retto e posto trasversalmente sullo stomaco, avrambraccio destro piegato similmente e teso in avanti... Senza corredo ». Cf. Ibid., 1993, p. 433.

  • T. 409 (GR II) : « Bambino... Dello scheletro giacente sul fianco destro sono conservati soltanto il cranio, la clavicola sinistra, parte degli omeri e alcune vertebre... è molto probabile che le gambe siano state in posizione flessa. Senza corredo nella parte conservata ». Cf. Ibid., 1993, p. 434.

7VIIe s. : Pithécusses (1), Siris (16), Syracuse (2), Géla (1)

8Pithécussses (1) :

  • T. 263 (PCR) : « Sepoltura simultanea di fanciulla dell’età di ca. 16 anni e di bambino dell’età di 10 anni, di sesso maschile. Fossa... La fossa contiene due scheletri affiancati, discretamente conservati. Quella di fanciulla... supino, braccio destro diritto lungo il fianco, sinistro piegato sul bacino. Lo scheletro del bambino... è disteso ma posto sul fianco destro, chiaramente soltanto per ragioni di spazio ». Mobilier : coupe ionienne importée, scodellina locale, aryballe piriforme ». Cf. Pithekoussai I,1993, p. 318, tab. XLIIf, CXLVII, 101.

9Siris, nécropole ouest (Madonelle) (16) :

  • 16 tombes sur 450 sépultures (inhumations et incinérations) (3,5 %) (fin VIIIe-fin VIIe s.). Buste à plat, jambes fléchies sur le côté ; mobilier pas toujours présent : petit vase en impasto, fibules en fer ou boucles d’oreilles à spirale en bronze indigènes. Cf. Berlingò 2009.

10Syracuse, Fusco (2 sur 354 sépultures) :

  • T. 142 (sarcophage monolithique ; VIIe s.). « Col torace e gli arti piegati a sigma, essendo stato caricato su di un fianco ». Sarcophage contigu au sarcophage 141 qui contenait un squelette, le crâne également à l’est, mais allongé ; sans mobilier. Cf. Orsi 1895, col. 120 ; Albanese 1997, p. 519.

  • T. 248 (fosse de forme elliptique, creusée dans la roche). « Scheletrino leggermente ripiegato su sè stesso, col cranio ad Est ». Cf. Orsi 1895, col. 140.

11Géla, Borgo (1) :

  • T. 100 (alla cappuccina ; VIIe s.). « Lo scheletro, col cranio ad E, non era disteso, ma ripiegato alla foggia di quelli preistorici, tanto che potrebbe azzardarsi la domanda se non si tratti di un servo siculo, qui deposto nel VII secolo, in mezzo alla popolazione greca, non avendo io mai ricontrato in migliaja di sepolcri greci una forma di giacitura analoga. Presso il cranio, uno spilletto di bronzo ed una minuscola lekythos grezza... Lo scheletro del sep. 100 è, in una necropoli greca, caso del tutto nuovo, nè escludo possa spettare ad un doulos siculo ». Cf. Orsi 1906, col. 70-71, 244.

12VIIe-VIe s. : Métaponte (1), Mégara Hyblaea (6), Agrigente (1)

13Métaponte, Pantanello (1 sur 310 tombes : Shepherd 2005, p. 121) :

    • 4 J. C. Carter considère le bras replié sur le buste comme l’expression simplifiée de la position con (...)

    T. 301 (v. 700-540). Buste à plat avec légère flexion, vers la gauche, du bassin et des membres inférieurs ; bras droit replié en travers du buste, bras gauche le long du corps ; vase d’impasto en surface, épingle en fer près d’une clavicule. Cf. Carter 1998, p. 59, 64-65, 3104.

14Mégara Hyblaea, nécropole méridionale (6). « Six corps recroquevillés ». Cf. Gras 1975, p. 48 et Shepherd 2005, p. 121.

15Agrigente, Pezzino (1) :

  • T. 1171 (fosse creusée dans la roche ; VIe s.) : deux squelettes dont un en position contractée. Cf. De Miro 1989, p. 22, 28.

16VIe s. : Syracuse (2), Sélinonte (2), Agrigente (1), Himère (3)

17Syracuse, Fusco (2) :

  • T. 498 (fosse creusée dans la roche ; VIe s.). « Grande fossa nella roccia, nel cui fondo se ne apre una piccola, che conteneva uno scheletro di adulto col cranio ad est, adagiato sopra un fianco, cogli arti alquanto ripiegati ; alla spalla destra uno spillo di bronzo a testa accartocciata ». Cf. Orsi 1895, col. 184 ; Albanese 1997, p. 519.

  • T. 308 (VIe s.). « Scheletro a braccia piegate ». Cf. Orsi 1895 ; Albanese 1997, p. 519.

18Sélinonte, Manicalunga (1) :

  • T. 63 (VIe). « Anelli, pendagli di tradizione indigena ». Leibundgut-Wieland 1995, p. 194 ; Albanese 1997, p. 519.

19Sélinonte, Timpone Nero (1) :

  • T. 358 : Cf. Leibundgut-Wieland 1995, p. 194.

20Agrigente, Pezzino (1) :

    • 5 Tous ces cas sont mentionnés dans Shepherd 2005, p. 122 et n. 22, sauf Gela et Himère.

    T. 120 : un squelette en position contractée. Cf. De Miro 1989, p. 22, 285.
    Himère, fouilles Gabrici 1926 (3). Cf. Allegro, Belvedere, Bonacasa 1976, p. 18 et 86.

21V e-IV e s. : Pithécusses (1), Léontinoi (2), Camarine (1)

22Pithécussses (1)

  • T. 98 : « Scheletro poggiato sul fianco sinistro, avrambraccio destro piegato, con la mano sul bacino, braccio sinistro diritto lungo il fianco, gambe leggermente flesse ». Mobilier. : petite amphore, lécythe et tasse monoansée locales. Cf. Pithekoussai I, 1993, p. 119-120, tab. XIXd, CIX.

23Léontinoi, Pozzanghera (2). T. 22 et 23. Cf. Albanese 1997, p. 520.

24Camarine, Passo Marinaro. Cf. Albanese 1997, p. 520.

251er ou 2e âge du Fer : Hippônion (3), Métaponte (1)

26Hipponiôn (Vibo Valentia) (3 sur 430 tombes environ ; VIIe-IIe s. av. J.-C.) :

  • position allongée sauf trois cas : T. 65, 77, 164 (0,67 %). Cf. Arslan 1986, p. 1029-1058.

27Métaponte, Pantanello (1) :

  • T. 320 (IXe-IIIe s. av. J.-C.) : position foetale prononcée, sans mobilier. Cf. Carter 1998, p. 59, 64-65, 366.

28L’examen ne permet pas de déceler une concentration chronologique ou géographique, hormis à Siris où seize sépultures d’inhumés avec jambes fléchies sont datables entre la fin du VIIIe et la fin du VIIe s. Quant aux mobiliers, ou bien ils sont absents, ou bien ils sont composés de parures et de céramique de tradition indigène, ce qui accrédite la thèse habituelle selon laquelle les inhumés sont d’extraction indigène et servile :
Pithécusses : sépultures sans mobilier sauf deux, l’une (VIIIe s.) avec deux fibules a sanguisuga rhomboïdale en bronze, l’autre (V e-IV e s.) avec petite amphore, lécythe et tasse locales.
Siris : 16 (VIIe s.) sans mobilier ou avec petit vase d’impasto, fibules en fer ou boucles d’oreilles à spirale en bronze de type indigène.
Métaponte : une sépulture (VIIe-VIe s.) avec vase d’impasto et épingle en fer
Sélinonte : Deux sépultures (VIe s.) avec anneaux et pendentifs de tradition indigène.

  • 6 Notamment, Guzzo (P. G.), Bottini (A.). – Popoli e civiltà dell’Italia antica, VIII. Greci e indige (...)
  • 7 Kurtz (D. C.), Bordman (J. N.). – Greek burial customs, Londres, 1971, p. 308.

29Mais cette interprétation ne tient guère pour la T. 100 de Borgo, à Géla, et la T. 498 du Fusco, à Syracuse, où l’épingle de tradition grecque remplace la fibule indigène :
Syracuse : une sépulture avec épingle (VIe s.) à tête roulée en cornet, en bronze.
Géla : une sépulture (VIIe s.) avec épingle en bronze et lécythe achrome.
Cinquante et un cas répartis entre douze poleis et sur cinq siècles, c’est peu, comparés aux milliers de tombes mises au jour dans ces nécropoles et le phénomène n’a donc pas le caractère massif que lui accorde habituellement la bibliographie. Or, les conclusions historiques qu’on en tire d’ordinaire sont proportionnellement inverses puisqu’on assimile la position fléchie du corps inhumé à un facteur ethnique, indice de la présence, dans les poleis, de populations indigènes asservies6. On en a cherché la preuve dans les tombes a grotticella des nécropoles indigènes et l’idée connaît une grande diffusion à partir de 1971, avec la publication de Greek burial customs par D. Kurtz et J. Boardman qui tiennent pour avérée et fréquente la pratique en milieu non-grec7. Or, dans l’état actuel des connaissances, celle-ci est aussi isolée en milieu indigène qu’en milieu grec, pendant la période historique, en-dehors de la zone nord-ionienne et adriatique.

2– Dans les sites indigènes d’Italie méridionale et de Sicile

30La déposition du corps en position fléchie sur le côté est habituelle dans la Pouille et les zones limitrophes dites, en italien, de cultura adriatico-iapigia :
Monte Sannace (Bari) (650-300 av. J.-C.). Cf. Mc Clintock 1991, p. 93-99.
Ascoli Satriano (Foggia) 625-100 av. J.-C. Cf. Niro 1991, p. 9-28.
Noicattaro (Bari). (600-500 av. J.-C.). Cf. Ibid., p. 15-24.
Valenzano (Bari). (575-475 av. J.-C.). Cf. Moreschini 1995, p. 26-30.
Acquaviva delle Fonti (Bari) (550-350 av. J.-C.). 19 tombes dont une (T. 12) avec jambes légèrement repliées, à l’origine attachées aux chevilles, selon les fouilleurs. Cf. Ibid., p. 41-45.
Mesagne (Brindisi) (550-275 s. av. J.-C.). 39 tombes dont 32 avec inhumés en position contractée (les autres, tombes d’enfants – T. 5 et 27 –, ou tombes avec deux squelettes en position allongée – T. 3, 10, 12, 16, 23 et 25). Cf. Ibid., p. 47-53.
Conversano (Bari) (375-325 av. J.-C.). Cf. Ibid., p. 32-39.
Francavilla Fontana (Brindisi) (350-150 av. J.-C.). 14 tombes dont une (T. 12) avec inhumé en position contractée. Cf. Ibid., p. 55-60.

31La pratique se rencontre dans les zones limitrophes, en Basilicate, et s’explique par l’appartenance à la même sphère culturelle :
Valle Sorigliano (IXe s.). Fosses en pleine terre, position contractée sur lit de pierres agencées. Cf. Bianco 1999, p. 159-160.
Masseria Zagarella, loc. Santa Lucia (fin IXe-mil.-VIIIe s.). Trois tumuli avec cistes contenant des inhumés en position contractée ; mobilier avec fibules à arc serpentant. Cf. Bianco 1999, p. 148-149.
Torre di Satriano (VIIIe s.). Sépulture dans fosse en pleine terre délimitée par des cailloux, avec inhumé en position contractée ; mobilier céramique. Cf. Bianco 1999, p. 170.
Serra di Vaglio (2e moitié du VIIIe s.). Fosses en pleine terre dans l’habitat, position contractée. Cf. Bianco 1999, p. 170.
San Leonardo di Pisticci (Anglona) (2e moitié du VIIIe s.). Faible nombre de tombes avec inhumés en position contractée, peut-être avec couverture en tumulus. Cf. Lo Porto 1969, p. 139 ; Bianco 1999, p. 168.
Matera, Due Gravine (VIIIe s.). Cistes sous tumuli ; T. 3 et T. 1 et 2 non datées. Cf. Bianco 1999, p. 150, fig. 5.
Banzi (Potenza) (milieu VIIe-début IIIe s.). Cf. Bottini 1986, p. 983-991.
Ripacandida (Potenza) (fin VIIe-fin V e s.). Cf. Longo 1986., p. 1059-1065.
Ruvo del Monte (Potenza) (fin VIIe-fin V e s.). Cf. Ciriello 1986, p. 1067-1074.
Lavello-Cimitero (IVe s.). Cf. Russo 1988, p. 31-39.
Murgecchia (Matera) (1er ou 2e âge du Fer). Inhumés contractés dans cistes en pierre ou dans fosses creusées dans la roche, recouvertes de tumulus. Cf. Bianco 1999, p. 148.

32En revanche, en Sicile et en Calabre, la pratique, lorsqu’elle est observée, est exceptionnelle. En Calabre, deux sépultures ont été recensées, toutes deux du début du premier âge du Fer :
Cirò (IXe s.). Une sépulture. Cf. La Genière 1971, p. 241-242, tab. IV, 2.
Francavilla Marittima (IXe s.). Position contractée dans les tombes les plus anciennes mais la pratique courante est la position allongée. Cf. La Genière 1971, p. 241-242 (information Zancani) ; Peroni 1989, p. 490.

  • 8 La position fléchie sur le côté attestée dans la T. 5 semble avoir été dictée par le manque de plac (...)

33En Sicile, des cas ont été signalés à Monte San Mauro (1), à Morgantina (2) et, en zone punique, à Lilybée (2) :
Monte San Mauro, nécropole du Colle 4 (VIe s. av. J.-C.). Une sépulture avec inhumé le buste à plat, les mains sur l’abdomen et les jambes légèrement fléchies sur le côté. Cf. Bacci 1978, p. 585-586.
Morgantina. 45 tombes à chambre (730-450 av. J.-C.). T. 5 (buste et jambes sur le côté) et T. 9 (buste à plat et jambes légèrement fléchies sur le côté)8. Cf. Lyons 1996, p. 177-188, fig. 2 et 4.
Lilybée. 495 sépultures dont 313 inhumations (phase punique : 3e quart du IV e s.-milieu du IIIe s. av. J.-C.). Deux inhumés en position contractée dans une tombe de via Cicerone et une autre découverte sous le parvis du Museo Baglio Anselmi à Marsala. Cf. Bechtold, Becker 1995, p. 87-187.

  • 9 Parmi les trois tombes signalées pour la phase 2 (après 730), les petites dimensions de deux d’entr (...)
  • 10 On ne peut ainsi exclure que, dans la T. 248 du Fusco, à Syracuse, où Orsi a observé le squelette d (...)
  • 11 Attestations rappelées par G. Shepherd (2005, p. 120) qui signale les tombes d’Aghioi Théodoroi, pr (...)
  • 12 Cf. Blegen (C. W.), Palmer (B.), Young (R. S.). – Corinth XIII. The North cemetery, Princeton, 1964 (...)

34Dans ces régions, pour trouver avec une certaine fréquence des attestations d’inhumés en position contractée ou fléchie, il faut remonter à l’âge du Bronze ou, au plus tard, au tout début de l’âge du Fer. XIe s.-1ère moitié du VIIIe s., c’est précisément la datation des nécropoles que l’on convoque habituellement à l’appui de la « thèse indigène », en particulier pour la Sicile : Cassibile, Monte Dessueri, Paternò et Madonna del Piano à Grammichele, toutes du Bronze récent et final (XIe s.-IXe s.) ;
et également, Monte Finocchito où la position contractée est attestée pendant la première phase de la nécropole, soit entre 850 et 730 environ9 :
Cassibile. 255 tombes. Cf. Orsi 1897, p. 104 et 1928, p. 71 ; Orsi 1899, col. 117.
Monte Dessueri. Cf. Albanese 2003, p. 60, fig. 16, 4.
Paternò, nécropole Salinelli. Cf. Orsi 1909, p. 386.
Grammichele, Madonna del Piano. 61 tombes. Cf. Orsi 1905, p. 96-133 ; Bernabò Brea et al., 1969, p. 210-216.
Monte Finocchito : 146 tombes. v. 850-730 ; 730-660. Cf. Orsi 1894, p. 37-71 et 1897, p. 117-197 ; Frasca 1981, p. 72.
Or, quand on évoque ces exemples, on omet de signaler : 1) l’ancienneté des contextes et l’écart chronologique par rapport aux nécropoles grecques archaïques, d’un siècle au minimum ; 2) la fréquence concomitante, pour ne pas dire la prédominance, de la position allongée sur le dos à l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer ; 3) la disparition de la position fléchie à Monte Finocchito, après la 1ère phase, c’est-à-dire à partir du dernier tiers du VIIIe s. ; 4) l’usage de l’enchytrismos à Madonna del Piano, attestée, y compris pour les adultes, depuis le Bronze ancien dans les sociétés indigènes de Sicile et dont la forme du conteneur, au-delà de la valeur symbolique que pourrait aussi revêtir cette pratique, contraint à déposer le corps en position contractée10 ; 5) la fréquence de la pratique dans le Péloponnèse jusqu’au VIIIe s. avec encore des attestations à Corinthe pendant la phase archaïque, ce que souligne la liste suivante11 :
VIIIe s. : 49 tombes fouillées dont 42 cistes ; 30 d’entre elles étaient bien conservées et toutes présentaient un inhumé en position contractée.
VIIe s. : 65 tombes fouillées, 31 bien conservées dont 30 avec position contractée, un inhumé en position allongée mais les jambes pliées (T. 92)
v. 625-575 : Les pratiques changent au moment où l’espace funéraire s’étend : l’inhumation devient prédominante, les premières sépultures en position allongée apparaissent au début du VIe s. et coexistent avec les sépultures d’inhumés en position contractée jusqu’au milieu du VIe s. où la position allongée l’emporte12.

  • 13 Voir Carter 1998, p. 59, et surtout Shepherd 2005.

35Considérer la position contractée ou fléchie du corps inhumé comme un marqueur de la présence de populations indigènes au sein des poleis d’Occident peut donc aujourd’hui susciter légitimement le scepticisme13, car, tout comme en milieu grec, ce mode de sépulture, pour les populations indigènes, est, à l’âge du Fer, de l’ordre de la survivance et de l’occasionnel et non pas du rituel bien établi et fréquent. Par conséquent, dans les poleis de Sicile, la rareté des attestations est telle que celles-ci peuvent correspondre tout autant à la présence de non-Grecs cohabitant avec des Grecs qu’à la survivance de pratiques grecques de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer. Une interprétation en termes chronologiques et non plus en termes culturels et ethniques serait donc plus conforme aux données du terrain, à moins de prouver (ce qui n’est pas exclusif) la présence d’Iapyges – et avec quel statut ? – hors de la zone nord-ionienne et adriatique.

36En ce qui concerne l’Italie méridionale, la situation est plus contrastée. Les résultats pour la Calabre et la Campanie sont identiques à ceux présentés pour la Sicile. En revanche, la zone adriatique présente un profil culturel particulier dit cultura adriatico-iapigia dans lequel la position contractée ou fléchie de l’inhumé relève de la pratique usuelle. C’est pourquoi la pratique, observée dans des zones limitrophes de Basilicate, en particulier à Siris et à Lavello, est, selon toute probabilité, à attribuer à la cultura adriatico-iapigia.

  • 14 Albanese 1997, p. 519 : « Indicatori archeologici (fibule ed ornamenti metallici di tradizione indi (...)

37Ailleurs que dans cette aire culturelle, la position contractée ou fléchie tient de l’exceptionnel au 1er âge du Fer ; survivance de la pré- et protohistoire, elle connaît la même évolution en milieu indigène qu’en milieu grec, décroissant entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer. Elle ne saurait donc être un critère ethnique ou social discriminant et les causes de son utilisation sont aussi peu claires que celles du choix d’autres pratiques, telles l’inhumation en fosse, l’enchytrismos ou l’incinération14.

Bibliographie

Albanese 1997 : Albanese Procelli (R.M.) – Le etnie dell’età del ferro e le prime fondazioni coloniali. In : Prima Sicilia alle origini della società siciliana. Catalogo della mostra, Albergo dei Poveri. Palermo 1997, p. 510–522.

Albanese 2003 : Albanese Procelli (R.M.) – Sicani, Siculi, Elimi. forme di identità, modi di contatto e processi di trasformazione. Milan 2003.

Allegro, Belvedere, Bonacasa 1976 : Allegro (N.), Belvedere (O.), Bonacasa (N.). – Himera II. Campagne di scavo 1966-1973. vol. 2, 2. Rome, 1976.

Arslan 1986 : Arslan (E.A.) – DANIMS s. v. Vibo Valentia. ASNP XVI, 1986, p. 1029-1058.

Bacci 1978 : Bacci (G.) – Monte San Mauro. Scavi nella necropoli. SE 1978, p. 585-586.

Bechtold, Becker 1995 : Bechtold (B.), Becker (M.J.) – DANIMS s. v. Lilibeo. ASNP XXV, 1995, p. 87-187.

Bernabò Brea et al. : Bernabò Brea (L.), Militello (E.), La Piana (S.) – Mineo (Catania). La necropoli detta Mulino della Badia : nuove tombe in contrada Madonna del Piano. NSA, 1969, p. 210-276.

Bianco 1999 : Bianco (S.) – La prima età del Ferro. In : Adamesteanu (D.). – Storia della Basilicata. 1. L’Antichità, Rome, 1999, p. 137–182.

Bottini 1986 : Bottini (A.) – DANIMS s. v. Banzi. ASNP XVI, 1986, p. 983-991.

Boulestin, Duday 2005 : Boulestin (H), Duday (H.) – Ethnologie et archéologie de la Mort : de l’illusion des références à l’emploi du vocabulaire. In : Mordant (Cl.), Depierre (G.) (éd.) – Les pratiques funéraires à l’Âge du Bronze en France. Actes de la table ronde de Sens–en–Bourgogne (Yonne), juin 1998. Éditions du CTHS – Société archéologique de Sens, 2005, p. 17–35.

Carter 1998 : Carter (J.C.), Abbott (J.T.), Burn (L.) et al.The chora of Metaponto. The necropoleis. Austin, 1998.

Ciriello 1986 : Ciriello (R.). – DANIMS s. v. Ruvo del Monte. ASNP XVI, 1986, p. 1067-1074.

De Angelis 2003 : De Angelis (F.) – Equations of culture : the meeting of natives and Greeks in Sicily (ca. 750–450 BC). Ancient West and East, 2, 1, 2003, p. 19–50.

De Miro 1989 : De Miro (E.) – Agrigento. La necropoli greca di Pezzino. Messine, 1989.

Duday, Sellier 1990 : Duday (H.), Sellier (P.) – L’anthropologie des gestes funéraires et la taphonomie. Nouvelles de l’archéologie. Paris, CNRS, 1990, p. 12–14.

Duday 2006 : Duday (H.) – Lezioni di archeotanatologia : archeologia funeraria e antropologia di campo. Rome, École française de Rome, 2006.

Duday 2006a : Duday (H.) – La tombe 12/99 de la nécropole de Castiglione : une relecture des pratiques funéraires à la lumière des données anthropologiques. In : Pelagatti (P.), Di Stefano (G.), Lachenal (L. de) (éd.). – Camarina. 2600 anni dopo la fondazione. Nuovi studi sulla città e sul territorio. Atti del convegno internazionale, Ragusa 2003, Rome–Ragusa 2006, p. 367–376.

Frasca 1981 : Frasca (M.) – La necropoli di Monte Finocchito. Cronache di archeologia XX 1981.

Gras 1975 : Gras (M.) – Nécropoles et histoire : quelques réflexions à propos de Mégara Hyblaca. Kokalos XXI, 1975, p. 37-53.

La Genière (de) 1971 : La Genière (J.de) – Aspetti e problemi dell’archeologia del mondo indigeno. In : Le genti non greche della Magna Grecia. Atti del XI° convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1971, p. 225-272.

Leibundgut-Wieland 1995 : Leibundgut-Wieland (D.) – DANIMS s. v. Necropoli di Manicalunga. Tombe della contrada Timpone Nero (Selinunte). ASNP XXV, 1995, p. 189-218.

Lo Porto 1969 : Lo Porto (F.G.) – Metaponto. Tombe a tumulo dell’età del ferro scoperte nel suo entroterra. NSA 1969, p. 121-170.

Longo 1986 : Longo (F.) – DANIMS s. v. Ripacandida. ASNP XVI, 1986, p. 1059-1065.

Lyons 1996 : Lyons (Cl.) – Sikels burials at Morgantina : defining social and ethnic identities. In : Leighton (R.) (dir.), Early societies in Sicily. New developments in archaeological research, Londres 1996, p. 177-188.

Mc Clintock 1991 : Mc Clintock (W.T.) – DANIMS s. v. Monte Sannace ASNP XXI, 1991, p. 93-99.

Mercuri 2001 : Mercuri (L.) – Têtes sans corps, corps sans tête. De certaines pratiques funéraires en Italie méridionale et en Sicile (VIIIe–V e s. av. J.-C.). MEFRA 2001–1, p. 7–31.

Moreschini 1995 : Moreschini (D.) – DANIMS s. v. Necropoli di Valenzano. ASNP XXV, 1995, p. 26-30.

Orsi 1894 : Orsi (P.) – Necropoli del terzo periodo al Finocchito presso Noto (Siracusa). BPI 20, 1894, p. 37-71.

Orsi 1895 : Orsi (P.) – Gli scavi nella necropoli del Fusco a Siracusa nel giugno, novembre e dicembre del 1893. NSA 1895, p. 109-192.

Orsi 1897 : Orsi (P.) – Necropoli sicula di Cassibile. BPI, 23, 1897, p. 104s.

Orsi 1897 : Orsi (P.) – Nuove esplorazioni nella necropoli sicula di Monte Finocchito presso Noto. BPI, 23, 1897, p. 117-197.

Orsi 1899 : Orsi (P.) – Pantalica e Cassibile. MAL IX, 1899, col. 33-146.

Orsi 1906 : Orsi (P.) – Gela. Scavi del 1900-1905. MAL XVII, 1906.

Orsi 1909 : Orsi (P.) – Licodia Eubea. Camera sepolcrale del IV periodo siculo. NSA 1909, p. 386.

Orsi 1928 : Orsi (P.) – Miscellanea sicula IV. Nuovi scavi nella necropoli di Cassibile (Gruppo di Montedoro – Siracusa). BPI, 48, 1928, p. 71.

Orsi 1905 : Orsi (P.) – Necropoli del Molino della Badia presso Grammichele. BPI 31, 1905, p. 96-133.

Peroni 1989 : Peroni (R.) – Popoli e civiltà dell’Italia antica, IX. Protostoria dell’Italia continentale. La penisola italiana nelle età del Bronzo e del Ferro, Rome, 1989, p. 490.

Russo 1988 : Russo (A.) – DANIMS s. v. Lavello – cimitero. ASNP, XVIII, 1988, p. 31-39.

Shepherd 2005 : Shepherd (G.) – Dead men tell no tales : ethnic diversity in Sicilian colonies and the evidence of the cemeteries. OJA 24, 2, 2005, p. 115–136.

Notes

1 Shepherd 2005.

2 Sur ce terme, cf. Boulestin, Duday 2005, p. 17-35 ; Duday 2006, p. 25-27.

3 Cf. Shepherd 2005, excepté pour Himère, non recensé.

4 J. C. Carter considère le bras replié sur le buste comme l’expression simplifiée de la position contractée et inclut pour ce motif les tombes 299 et 346 parmi les tombes à corps en position foetale. Nous ne retiendrons ici que les corps contractés stricto sensu, du fait de la difficulté à prouver la signification de la pratique dans le cas des tombes 299 et 346. Par ailleurs, on ne peut exclure que le cadavre ait été allongé avec les deux bras croisés sur le buste comme dans le cas de la tombe 356 (p. 394) et que l’un des deux ait été desserré et rejeté sur le côté sous l’effet du gonflement de l’abdomen, au moment de la décomposition du corps. Mais, même dans ce cas, l’interprétation de la pratique reste incertaine. Nous éliminons aussi la T. 247 en raison de son état bouleversé.

5 Tous ces cas sont mentionnés dans Shepherd 2005, p. 122 et n. 22, sauf Gela et Himère.

6 Notamment, Guzzo (P. G.), Bottini (A.). – Popoli e civiltà dell’Italia antica, VIII. Greci e indigeni nel sud della penisola dell’Italia antica dall’VIII sec. a.c. alla conquista romana, Rome 1986, p. 20 (Pithécusses) ; Gras 1975, p. 48 (Mégara Hyblaea) ; De Angelis 2003, p. 29 (cohabitation et esclavage).

7 Kurtz (D. C.), Bordman (J. N.). – Greek burial customs, Londres, 1971, p. 308.

8 La position fléchie sur le côté attestée dans la T. 5 semble avoir été dictée par le manque de place pour étendre le cadavre, de même que le premier inhumé a été allongé sur le dos, les tibias fléchis. Voir aussi l’inhumé de la T. 4, allongé sur le dos, les jambes « en tailleur ».

9 Parmi les trois tombes signalées pour la phase 2 (après 730), les petites dimensions de deux d’entre elles semblent avoir imposé la position fléchie des jambes, (T. 13 et 80 Orsi), la troisième procède d’une lecture très incertaine (T. 19 Orsi). Cf. Frasca 1981, p. 48, 51, 57 et 82.

10 On ne peut ainsi exclure que, dans la T. 248 du Fusco, à Syracuse, où Orsi a observé le squelette d’un jeune enfant en position fléchie, cet enfant n’ait pas été déposé à l’intérieur d’une poche en matière périssable, cuir ou natte végétale. Voir supra.

11 Attestations rappelées par G. Shepherd (2005, p. 120) qui signale les tombes d’Aghioi Théodoroi, près de Mégare, pour justifier, un peu hâtivement cependant, la présence de cette pratique à Mégara Hyblaea. Sur les contextes d’Aghioi Théodoroi, cf. BCH 86, 1962, p. 682-689.

12 Cf. Blegen (C. W.), Palmer (B.), Young (R. S.). – Corinth XIII. The North cemetery, Princeton, 1964, p. 16.

13 Voir Carter 1998, p. 59, et surtout Shepherd 2005.

14 Albanese 1997, p. 519 : « Indicatori archeologici (fibule ed ornamenti metallici di tradizione indigena) potrebbero indiziare nelle necropoli coloniali arcaiche alcune presenze, che diventano più significative se associate ad altri segni, come la deposizione rannicchiata su un fianco, tipica dei nativi ». Nous croyons donc, en arrivant à la fin de notre article, que les termes de cette proposition doivent être inversés, qu’il faut également ajouter aux indices archéologiques l’architecture de la tombe et renoncer à parler de pratiques « typiques des indigènes », en général.

Auteur

Laurence Mercuri

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire grecques, Université de Nice Sophia-Antipolis / CNRS, Centre d’Études Préhistoire, Antiquité, Moyen-Âge (CÉPAM) – U.M.R. 6130, 250, rue Albert-Einstein (bât. 1), F. - 06560 Valbonne <laurence.mercuri@unice.fr>