Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 4. Les indigènes dans l’habitat et dans les nécropoles des cités grecques

2. Note sur les céramiques indigènes présentes à Marseille

Henri Tréziny

Résumé

Courte note rappelant l’intérêt des études en cours sur les céramiques indigènes dans les fouilles urbaines de Marseille grecque

Texte intégral

  • 1 Cette brève note prend la place d’un article sur le même sujet en cours de rédaction par L.-Fr. Gan (...)
  • 2 Bilan sur la céramique grise de Marseille : Arcelin-Pradelle (Ch.), La céramique grise monochrome e (...)

1Dans la région de Marseille1, l’étude des sites indigènes fait une large place aux comptages des diverses catégories de matériel. Cette pratique, banale dans l’archéologie protohistorique du Midi de la France, mais aussi dans les fouilles urbaines de Marseille, était jusqu’à quelques années relativement peu répandue ailleurs, ce qui donne à la recherche sur Marseille une place à part dans l’étude des colonies grecques d’Occident. L’interprétation des comptages n’est pas toujours facile : ainsi la céramique tournée « grise monochrome », anciennement appelée « phocéenne », était certainement à l’origine importée de Grèce de l’Est (mais en très petites quantités), fabriquée sans doute à Marseille (bien que l’on n’en ait pas la preuve archéologique), puis dans de nombreux sites régionaux autour de Marseille, en Basse-Provence, en Languedoc2. Cette céramique tournée était plus utilisée dans les sites indigènes qu’à Marseille même, mais faut-il la comptabiliser parmi les céramiques tournées d’origine grecque ou, au même titre que les non tournées, parmi les céramiques indigènes ?

  • 3 Gantès (L.-Fr.) – L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète. I (...)
  • 4 Bats (M.) – Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence. Paris 1988 (RAN, Suppl. 18).

2A Marseille même, on a noté3 une baisse régulière des céramiques indigènes non tournées dans le courant du VIe s. : 15  % de la vaisselle dans le premier quart du VIe s., 4  % au second quart, 1,2  % au troisième quart du siècle, pour disparaître ensuite. Les céramiques tournées grises monochromes progressent lentement de 1,6  % au début du siècle à 16,7  % vers 540-520. Mises ensemble, ces deux catégories de céramiques représentent de 10 à 16  % de la vaisselle, dans toute la période. Il serait tentant d’y voir la trace archéologique de la présence indigène à Marseille, quelle qu’en soit la nature (mariage des colons avec des femmes indigènes ou groupes de Gaulois installés ans la ville). Mais dans la mesure où, comme l’a montré M. Bats4 (1988), les Marseillais ne produisaient pas de céramiques de cuisine, ils recouraient à des céramiques importées de Grèce (ou de Grande Grèce et de Sicile), d’Etrurie ou du monde phénico-punique, mais aussi peut-être à des céramiques non tournées locales. Ces présences seraient un simple fait de commerce, que l’on ne pourrait interpréter comme des traces de présence indigène (ou étrusque, ou phénicienne...).

3Les fouilles de ces dix dernières années dans l’habitat, pour l’essentiel encore inédites (on se reportera cependant aux rapports provisoires [Documents Finaux de Synthèse ou DFS déposés au Service Régional de l’Archéologie] ont considérablement augmenté le nombre de sites utilisables pour chaque période et permettent donc – ou permettront quand le matériel sera publié – des analyses beaucoup plus fines. Il semble en effet, à en juger par les quelques éléments disponibles, que les proportions de céramiques soient sensiblement différentes d’un secteur à l’autre. Tels quels, ces chiffres ne sont guère utilisables, par exemple la présence dans la vaisselle d’un pourcentage inhabituel de céramiques fines étrusques (bucchero, étrusco-corinthien) ne permettra pas de dire que l’on est dans un quartier étrusque (un vicus tuscus), même si l’existence à Marseille d’un quartier où se regroupaient des commerçants étrusques n’aurait rien d’invraisemblable. Mais si l’information est recoupée par une proportion anormale d’importations étrusques dans la céramique de cuisine, ou la présence de graffittes étrusques, elle prendra une autre signification. Des études comparables pourraient être faites sur les céramiques indigènes. Ce type de recherche est difficile, et sera évidemment toujours soumis aux risques d’une surinterprétation des données archéologiques, mais il me semble que la question mérite d’être posée, à Marseille et ailleurs.

Notes

1 Cette brève note prend la place d’un article sur le même sujet en cours de rédaction par L.-Fr. Gantès, mais qui n’a pu être présenté dans cette livraison. Elle vise seulement à souligner l’importance des travaux en cours, dont on espère une publication rapide.

2 Bilan sur la céramique grise de Marseille : Arcelin-Pradelle (Ch.), La céramique grise monochrome en Provence. Paris 1984 (RAN, suppl. 10). Bats (M.), Gantès (L.-Fr.) – Vaisselles et amphores de la période grecque. In : Rothé (M.-P.) et Tréziny (H.), éd., Carte archéologique de la Gaule. 13,3. Marseille et ses alentours. Paris 2005, p. 252-258.

3 Gantès (L.-Fr.) – L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète. In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congès (G.), Tréziny (H.), Marseille grecque et la Gaule, 1992 (Etudes massaliètes 3), p. 171-178.

4 Bats (M.) – Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence. Paris 1988 (RAN, Suppl. 18).

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access