Version classiqueVersion mobile

La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie

 | 
Patrick Thollard

Première partie. Géographie, Livre IV : Traduction

Chapitre I. La Keltikè transalpine

Note de l’auteur

Comme cela a été dit en introduction, nous ne donnons pas ici une nouvelle édition du texte grec du livre IV de la Géographie de Strabon. Nous nous contentons de reproduire celui de l’édition d’August Meineke tel qu’il figure dans le TLG. Nous indiquons par un dièse les passages dans lesquels nous nous séparons de cette édition, en fonction de nos choix différents de traduction. Par ailleurs, l’édition d’A. Meineke a, comme c’était l’usage alors, « latinisé » la forme de certains des noms propres écrivant, par exemple, Βρεττανική (Brettanikè – la Bretagne) ou Λίγηρ (Liger – la Loire) là où Strabon écrivait Πρεττανική (Prettanikè) et Λείγηρ (Leiger). La transcription que nous donnons dans la traduction reste fidèle à la graphie proposée par les manuscrits.
L’index des noms propres se trouve en fin de volume.

Texte intégral

Fig. 1. Carte de la Celtique transalpine selon Strabon

Fig. 1. Carte de la Celtique transalpine selon Strabon

Chr. Goudineau, A.-G. Magdinier, P. Thollard

Introduction

Peuplement, organisation administrative

1[IV, 1, 1] (176C) ᾽Εϕεξῆς δ´ ἐστὶν ἡ ὑπὲρ τῶν ῎Αλπεων Κελτική. Ταύτης δὲ καὶ τὸ σχῆμα ὑπογέγραπται πρότερον τυπωδῶς καὶ τὸ μέγεθος· νυνὶ δὲ λεκτέον τὰ καθ´ ἕκαστα.

2Οἱ μὲν δὴ τριχῆ διῄρουν ᾽Ακυιτανοὺς καὶ Βέλγας καλοῦντες καὶ Κέλτας, τοὺς μὲν ᾽Ακυιτανοὺς τελέως ἐξηλλαγμένους οὐ τῇ γλώττῃ μόνον ἀλλὰ καὶ τοῖς σώμασιν ἐμϕερεῖς ῎Ιβηρσι μᾶλλον ἢ Γαλάταις, τοὺς δὲ λοιποὺς Γαλατικοὺς μὲν τὴν ὄψιν, ὁμογλώττους δ´ οὐ πάντας, ἀλλ´ ἐνίους μικρὸν παραλλάττοντας ταῖς γλώτταις· καὶ πολιτεία δὲ καὶ οἱ βίοι μικρὸν ἐξηλλαγμένοι εἰσίν.

3᾽Ακυιτανοὺς μὲν οὖν καὶ Κέλτας ἔλεγον τοὺς πρὸς τῇ Πυρήνῃ, διωρισμένους τῷ Κεμμένῳ ὄρει.
Εἴρηται γὰρ ὅτι τὴν Κελτικὴν ταύτην ἀπὸ μὲν τῆς δύσεως ὁρίζει τὰ Πυρηναῖα ὄρη, προσαπτόμενα τῆς ἑκατέρωθεν θαλάττης (177C) τῆς τε ἐντὸς καὶ τῆς ἐκτός· ἀπὸ δὲ τῶν ἀνατολῶν ὁ  ̔Ρῆνος παράλληλος ὢν τῇ Πυρήνῃ· τὰ δ´ ἀπὸ τῶν ἄρκτων καὶ τῆς μεσημβρίας τὰ μὲν ὁ ὠκεανὸς περιείληϕεν ἀρξάμενος ἀπὸ τῶν βορείων ἄκρων τῆς Πυρήνης μέχρι τῶν ἐκβολῶν τοῦ   ̔Ρήνου, τὰ δ´ ἐξ ἐναντίας ἡ κατὰ Μασσαλίαν καὶ Νάρβωνα θάλαττα καὶ αἱ ῎Αλπεις ἀπὸ τῆς Λιγυστικῆς ἀρξάμεναι μέχρι τῶν πηγῶν τοῦ   ̔Ρήνου. Τῇ δὲ Πυρήνῃ πρὸς ὀρθὰς ἦκται Κέμμενον ὄρος διὰ μέσων τῶν πεδίων, καὶ παύεται κατὰ μέσα πλησίον Λουγδούνου, περὶ δισχιλίους ἐκταθὲν σταδίους.

4᾽Ακυιτανοὺς μὲν τοίνυν ἔλεγον τοὺς τὰ βόρεια τῆς Πυρήνης μέρη κατέχοντας καὶ τῆς Κεμμένης μέχρι πρὸς τὸν ὠκεανὸν τὰ ἐντὸς Γαρούνα ποταμοῦ, Κέλτας δὲ τοὺς ἐπὶ θάτερα μέρη καθήκοντας καὶ τὴν κατὰ Μασσαλίαν καὶ Νάρβωνα θάλατταν, ἁπτομένους δὲ καὶ # τῶν ᾽Αλπεινῶν ὀρῶν ἐνίων, Βέλγας δ´ ἔλεγον τοὺς λοιπούς τε τῶν παρωκεανιτῶν μέχρι τῶν ἐκβολῶν τοῦ  ̔Ρήνου καί τινας τῶν παροικούντων τὸν  ̔Ρῆνον καὶ τὰς ῎Αλπεις. Οὕτω δὲ καὶ ὁ θεὸς Καῖσαρ ἐν τοῖς ὑπομνήμασιν εἴρηκεν.
̔Ο δὲ Σεβαστὸς Καῖσαρ τετραχῆ διελὼν τοὺς μὲν Κέλτας τῆς Ναρβωνίτιδος ἐπαρχίας ἀπέϕηνεν, ᾽Ακυιτανοὺς δ´ οὕσπερ κἀκεῖνος, προσέθηκε δὲ τετταρεσκαίδεκα ἔθνη τῶν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λίγηρος ποταμοῦ νεμομένων· τὴν δὲ λοιπὴν διελὼν δίχα τὴν μὲν Λουγδούνῳ προσώρισε μέχρι τῶν ἄνω μερῶν τοῦ  ̔Ρήνου, τὴν δὲ τοῖς Βέλγαις.

5῞Οσα μὲν οὖν ϕυσικῶς διώρισται δεῖ λέγειν τὸν γεωγράϕον καὶ ὅσα ἐθνικῶς, ὅταν ᾖ καὶ μνήμης ἄξια, ὅσα δ´ οἱ ἡγεμόνες πρὸς τοὺς καιροὺς πολιτευόμενοι διατάττουσι ποικίλως, ἀρκεῖ κἂν ἐν κεϕαλαίῳ τις εἴπῃ, τοῦ δ´ ἀκριβοῦς ἄλλοις παραχωρητέον.

  • 1 En II, 5, 28, à quoi renvoie aussi la mention Εἴρηται γάρ « En effet, on l’a dit » qui suit quelque (...)

6[IV, 1, 1] À la suite [de l’Ibèria] se trouve la Keltikè [Celtique] Transalpine. J’en ai déjà décrit à grands traits la forme comme l’étendue1, il s’agit maintenant d’en présenter les composantes.

  • 2 La leçon de tous les manuscrits est τοὺς δὲ λοιποὺς Γαλατικὴν μὲν τὴν ὄψιν, ce qu’il faudrait tradu (...)
  • 3 La correction de πολιτεία en αἱ πολιτεῖαι, proposée par Cobet et adoptée par Fr. Lasserre, ne s’imp (...)

7Certains auteurs, on le sait, l’ont divisée en trois parties, nommant les Akouitanoi [Aquitains], les Belgai [Belges] et les Keltai [Celtes]. D’abord, les Akouitanoi, tout à fait à part non seulement par la langue mais aussi pour le physique, plus proches des Ibères que des Galatai [Gaulois]. En revanche, tous les autres étaient Galatai2 par l’apparence même s’ils ne parlaient pas tous la même langue – certains se distinguant par de minces particularités linguistiques. Ajoutons que leur vie publique3 et leurs mœurs ne diffèrent que de peu.

  • 4 Fr. Lasserre insère une longue phrase à cet endroit, pour combler la lacune qui apparaît en IV, l, (...)
  • 5 Nous suivons Fr. Lasserre et St. Radt qui rétablissent l’article τό devant Κέμμενον que certains éd (...)

8Par Akouitanoi et Keltai, ils désignaient ceux qui touchent à la Pyrènè [les Pyrénées] séparés par le Mont Kemménon [les Cévennes].
En effet, on l’a dit, cette Keltikè est limitée au couchant par les montagnes Pyrènaia (lesquelles rejoignent la mer des deux côtés), au levant par le Rhênos [le Rhin] qui est parallèle à la Pyrènè. Pour les parties septentrionales et méridionales, les limites sont : d’abord (au Nord) la mer extérieure, depuis les extrémités septentrionales de la Pyrènè jusqu’aux bouches du Rhênos ; ensuite, à l’opposé, la mer riveraine de Massalia [Marseille] et de Narbô4 [Narbonne], et les Alpeis [les Alpes] depuis leur l’origine en Ligystikè [la Ligystique] jusqu’aux sources du Rhênos. À angle droit par rapport à la Pyrènè se développe le Mont Kemménon5 qui traverse les plaines centrales ; il prend fin en plein milieu [de ces plaines] près de Lougdounon [Lyon] après un parcours d’environ 2 000 stades.

  • 6 Certains éditeurs corrigent le féminin Κεμμένη, donné par la plupart des manuscrits, en Κέvμμενον, (...)
  • 7 Les manuscrits hésitent sur la forme. Kramer restitue ᾽Αλπεινῶν à partir de Polybe, restitution que (...)

9Or donc, ils appelaient Akouitanoi ceux qui occupaient les régions septentrionales de la Pyrènè et de la Kemménè6 [les Cévennes] jusqu’à l’Océan en deçà du fleuve Garounas [Garonne]. Ils appelaient Keltai ceux qui s’étendaient vers les autres régions et vers la mer riveraine de Massalia et de Narbô et qui confinaient aussi à certaines montagnes des Alpeis7. Enfin, ils appelaient Belgai le reste des peuples limitrophes de l’Océan jusqu’aux bouches du Rhênos ainsi que certains de ceux qui habitent en bordure du Rhênos et des Alpeis. C’est bien ce qu’a dit également le dieu César dans ses Commentaires.
En revanche, César Auguste, opérant une quadruple division, a individualisé les Keltai de la province Narbonitis [la Narbonnaise] ; aux Akouitanoi, il a conservé l’acception césarienne mais il leur a ajouté quatorze des peuples qui habitent entre le Garounas et le Leiger [la Loire]. Pour le reste, l’ayant partagé en deux, il a rattaché à Lougdounon la partie qui s’étend jusqu’au cours supérieur du Rhênos et l’autre aux Belgai.

10Autant le géographe se doit de traiter des diversités physiques et ethniques (lorsqu’elles méritent mention), autant pour les dispositions décidées par les hommes d’Etat et qui varient selon les conjonctures, on se contentera d’une présentation générale. Pour des précisions, se reporter à d’autres sources.

Les fleuves de la Keltikè

11[IV, 1, 2] ῞Απασα μὲν οὖν ἐστιν αὕτη ποταμοῖς κατάρρυτος ἡ χώρα, τοῖς μὲν ἐκ τῶν ῎Αλπεων καταϕερομένοις τοῖς δ´ ἐκ τοῦ Κεμμένου καὶ τῆς Πυρήνης, καὶ τοῖς μὲν εἰς τὸν ὠκεανὸν ἐκβάλλουσι τοῖς δὲ εἰς τὴν ἡμετέραν θάλατταν. Δι´ ὧν δὲ ϕέρονται χωρίων, πεδία ἐστὶ τὰ πλεῖστα καὶ γεωλοϕίαι διάρρους ἔχουσαι πλωτούς. Οὕτως δ´ εὐϕυῶς ἴσχει τὰ ῥεῖθρα πρὸς ἄλληλα ὥστ´ ἐξ ἑκατέρας τῆς θαλάττης εἰς ἑκατέραν κατακομίζεσθαι, πορευομένων τῶν ϕορτίων ἐπ´ ὀλίγον και διὰ πεδίων εὐμαρῶς, τὸ δὲ πλέον τοῖς ποταμοῖς, τοῖς μὲν ἀναγομένων τοῖς δὲ καταγομένων.

12῎Εχει δέ τι πλεονέκτημα πρὸς τοῦτο ὁ  ̔Ροδανός· καὶ γὰρ πολλαχόθεν ἐστὶ σύρρους, καὶ συνάπτει πρὸς τὴν ἡμετέραν θάλατταν κρείττω τῆς ἐκτὸς οὖσαν, ὥσπερ εἴρηται, καὶ διὰ χώρας διέξεισι τῆς εὐδαιμονεστάτης τῶν ταύτῃ. (178C)
Τοὺς γὰρ αὐτοὺς ἐκϕέρει καρποὺς ἡ Ναρβωνῖτις ἅπασα ὥσπερ ἡ ᾽Ιταλία. προϊόντι δ´ ἐπὶ τὰς ἄρκτους καὶ τὸ Κέμμενον ὄρος ἡ μὲν ἐλαιόϕυτος καὶ συκοϕόρος ἐκλείπει, τἆλλα δὲ ϕύεται. Καὶ ἡ ἄμπελος δὲ προϊοῦσιν οὐ ῥᾳδίως τελεσϕορεῖ· ἡ δ´ ἄλλη πᾶσα σῖτον ϕέρει πολὺν καὶ κέγχρον καὶ βάλανον καὶ βοσκήματα παντοῖα, ἀργὸν δ´ αὐτῆς οὐδὲν πλὴν εἴ τι ἕλεσι κεκώλυται καὶ δρυμοῖς· καίτοι καὶ τοῦτο συνοικεῖται πολυανθρωπίᾳ μᾶλλον ἢ ἐπιμελείᾳ. καὶ γὰρ τοκάδες αἱ γυναῖκες καὶ τρέϕειν ἀγαθαί, οἱ δ´ ἄνδρες μαχηταὶ μᾶλλον ἢ γεωργοί· νῦν δ´ ἀναγκάζονται γεωργεῖν καταθέμενοι τὰ ὅπλα.

13Κοινῇ μὲν οὖν ταῦτα λέγομεν περὶ πάσης τῆς ἐκτὸς Κελτικῆς, περὶ δὲ τῶν τεταρτημορίων ἑκάστου διαλαβόντες λέγωμεν νυνὶ μεμνημένοι τυπωδῶς, καὶ πρῶτον περὶ τῆς Ναρβωνίτιδος.

14[IV, 1, 2] Or donc, dans sa totalité, ce pays est abondamment arrosé par des fleuves, dont les uns descendent des Alpeis, les autres du Kemménon et de la Pyrènè ; les uns se jettent dans l’Océan, les autres dans notre mer. Parmi les contrées qu’ils traversent, on trouve essentiellement des plaines et des zones de colline, qui se prêtent à la navigation. Et la nature a si heureusement organisé leurs cours les uns par rapport aux autres que le trafic peut passer d’une mer à l’autre, les cargaisons ne subissant que de brefs transferts en pays de plaine – donc faciles – et les fleuves constituant l’essentiel du trajet, les uns se remontant et les autres se descendant.

  • 8 La mention ὥσπερ εἶρηται « comme on l’a dit », est attestée par tous les manuscrits mais ne renvoie (...)

15De ce point de vue, le Rhodanos [Rhône] a une supériorité. En effet, il reçoit des affluents venus de plusieurs directions (comme il a été dit8), il les draine vers notre mer (qui est plus intéressante que la mer extérieure !) et il traverse le territoire le plus prospère du pays.
En effet, toute la Narbonitis produit les mêmes fruits que l’Italie. En remontant vers le Nord et le Mont Kemménon, on quitte la zone de l’olivier et du figuier – les autres productions ne changeant pas. Un peu plus haut, la vigne mûrit difficilement. Tout le reste du pays produit beaucoup de blé, de millet et de glands et toutes les espèces de bétail. Aucun espace n’y reste improductif sauf lorsque s’y opposent des zones marécageuses et des forêts. Cependant, même là, il y a des habitants – plus en raison de l’abondance de la population que de son activité ; en effet, si les femmes sont fécondes et bonnes nourrices, les hommes, eux, sont guerriers plutôt qu’agriculteurs. Aujourd’hui, il est vrai, on les a forcés à cultiver la terre, après leur avoir fait déposer les armes.

16Ces analyses s’appliquent à l’ensemble de la Keltikè extérieure. Nous allons désormais traiter chacune de ses quatre parties séparément, dans leurs grandes lignes. Et d’abord, la Narbonitis.

La Narbonitis

Forme, limites, dimensions

17[IV, 1, 3] Ταύτης δὲ τὸ σχῆμα παραλληλόγραμμόν πώς ἐστιν, ἐκ μὲν τῆς ἑσπέρας γραϕόμενον τῇ Πυρήνῃ πρὸς δὲ τὰς ἄρκτους τῷ Κεμμένῳ· τὰς δὲ λοιπὰς τὴν μὲν νότιον ἡ θάλαττα ποιεῖ μεταξὺ Πυρήνης καὶ Μασσαλίας, τὴν δ´ ἑωθινὴν αἱ ῎Αλπεις ἐκ μέρους καὶ τὸ μεταξὺ διάστημα τῶν ῎Αλπεων ἐπ´ εὐθείας αὐταῖς ληϕθὲν καὶ τῶν ὑπωρειῶν τοῦ Κεμμένου τῶν καθηκουσῶν ἐπὶ τὸν  ̔Ροδανὸν καὶ ποιουσῶν ὀρθὴν γωνίαν πρὸς τὴν λεχθεῖσαν ἀπὸ τῶν ῎Αλπεων εὐθεῖαν. Τῷ δὲ νοτίῳ πρόσκειται παρὰ τὸ λεχθὲν σχῆμα ἡ ἐϕεξῆς παραλία, ἣν ἔχουσιν οἵ τε Μασσαλιῶται καὶ οἱ Σάλυες μέχρι Λιγύων ἐπὶ τὰ πρὸς ᾽Ιταλίαν μέρη καὶ τὸν  ̔Ουᾶρον ποταμόν. Οὗτος δ´ ἐστίν, ὡς εἶπον πρότερον, ὅριον τῆς Ναρβωνίτιδος καὶ τῆς ᾽Ιταλίας· ὑπάρχει δὲ θέρους μὲν μικρός, χειμῶνος δὲ καὶ μέχρι ἑπτὰ σταδίων πλατυνόμενος. ἐντεῦθεν μὲν οὖν ἡ παραλία παρατείνει μέχρι τοῦ ἱεροῦ τῆς Πυρηναίας ᾽Αϕροδίτης· τοῦτο δ´ ἐστὶν ὅριον ταύτης τε τῆς ἐπαρχίας καὶ τῆς ᾽Ιβηρικῆς· ἔνιοι δὲ τὸν τόπον ἐν ᾧ ἐστι τὰ Πομπηίου τρόπαια ὅριον ᾽Ιβηρίας ἀποϕαίνουσι καὶ τῆς Κελτικῆς.

18῎Εστι δ´ ἔνθεν μὲν εἰς Νάρβωνα μίλια ἑξήκοντα τρία, ἐκεῖθεν δὲ εἰς Νέμαυσον ὀγδοήκοντα ὀκτώ, ἐκ Νεμαύσου δὲ διὰ Οὐγέρνου καὶ Ταρούσκωνος εἰς τὰ θερμὰ ὕδατα τὰ Σέξτια καλούμενα, ἅπερ πλησίον Μασσαλίας ἐστί, πεντήκοντα τρία, ἐντεῦθεν δὲ εἰς ᾽Αντίπολιν καὶ τὸν  ̔Ουᾶρον ποταμὸν ἑβδομήκοντα τρία, ὥστε τὰ σύμπαντα γίνεται μίλια διακόσια ἑβδομήκοντα ἑπτά. ἔνιοι δ´ ἀπὸ τοῦ ᾽Αϕροδισίου μέχρι τοῦ  ̔Ουάρου σταδίους ἀνέγραψαν δισχιλίους ἑξακοσίους, οἱ δὲ καὶ διακοσίους προστιθέασιν· οὐ γὰρ ὁμολογεῖται περὶ τῶν διαστημάτων.

19Κατὰ δὲ τὴν ἑτέραν ὁδὸν τὴν διὰ  ̔Ουοκοντίων καὶ τῆς Κοττίου (179C) μέχρι μὲν Οὐγέρνου καὶ Ταρούσκωνος κοινὴ ὁδὸς ἡ ἀπὸ Νεμαύσου, ἐντεῦθεν δὲ ἐπὶ μὲν τοὺς  ̔Ουοκοντίων ὅρους καὶ τὴν ἀρχὴν τῆς ἀναβάσεως τῶν ῎Αλπεων διὰ # Δρουεντία καὶ Καβαλλίωνος μίλια ἑξήκοντα τρία· πάλιν δ´ ἐντεῦθεν ἐπὶ τοὺς ἑτέρους ὅρους τῶν  ̔Ουοκοντίων πρὸς τὴν Κοττίου μίλια ἑκατὸν ἑνὸς δέοντα ἐπ´ ᾽Εβρόδουνον κώμην· εἶτ´ ἄλλα τοσαῦτα διὰ Βριγαντίου κώμης καὶ # Σκιγγομάγου καὶ τῆς τῶν ῎Αλπεων ὑπερθέσεως ἐπὶ ῎Ωκελον, τὸ πέρας τῆς Κοττίου γῆς· ἡ ἀπὸ Σκιγγομάγου δὲ ἤδη ᾽Ιταλία λέγεται· ἔστι δὲ ἐνθένδε ἐπὶ ῎Ωκελον μίλια εἰκοσιοκτώ.

  • 9 Cf. supra n.4.

20[IV, 1, 3] Sa forme est à peu près un parallélogramme, dessiné au couchant par la Pyrènè et vers le Nord par le Kemménon. Pour les autres côtés : celui du Sud est constitué par la mer entre Pyrènè et Massalia, celui du levant en partie par les Alpeis et, pour le reste, par une ligne droite prolongeant les Alpeis et rejoignant le piémont du Kemménon là où il est contigu au Rhodanos et forme un angle droit avec la ligne provenant des Alpeis. Au Sud s’ajoute (déformant la figure géométrique que nous avons définie) la suite du littoral qu’occupent les Massaliôtai [Massaliotes] et les Salyes [Salyens] jusqu’aux Ligyes [Ligyens] vers les régions proches de l’Italie et le fleuve Ouaros [Var]. Ce fleuve, comme je l’ai dit précédemment9, marque la frontière entre la Narbonitis et l’Italie ; l’été, il est petit mais, l’hiver, sa largeur atteint jusqu’à 7 stades. Donc, de là, le rivage s’étend jusqu’au sanctuaire d’Aphroditè Pyrènaia [Aphrodite Pyrénéenne]. Et celui-ci constitue la frontière de cette province et de la province Ibérikè [l’Ibérie], bien que certains fassent du lieu où se situent les trophées de Pompée la frontière entre l’Ibérikè et la Keltikè.

21En partant de cet endroit jusqu’à Narbô, il y a 63 milles, puis de là vers Némausos [Nîmes] 88, puis de Némausos par Ougernon [Beaucaire] et Tarouskôn [Tarascon] jusqu’aux sources chaudes appelées Sextia [Aix-en-Provence] (qui sont proches de Massalia) 53, puis de là jusqu’à Antipolis [Antibes] et au fleuve Ouaros 73 ; si bien que le total se monte à 277 milles. (Certains auteurs ont donné, de l’Aphrodision [sanctuaire d’Aphrodite Pyrénéenne] jusqu’au Ouaros, 2 600 stades, et d’autres en ont ajouté 200, car on ne s’accorde pas sur les distances).

  • 10 C’est-à-dire de Tarouskôn, bien évidemment, et non de Némausos comme le traduit étourdiment Fr. Las (...)
  • 11 Radt restitue à bon droit Δρουεντίας, au génitif, attesté par une partie des manuscrits (Βv/ω΄)
  • 12 Les manuscrits attestent un changement de forme du nom qui n’est pas anodin. La première fois on tr (...)

22Si l’on suit l’autre route qui passe par le pays des Ouokontioi [les Voconces] et celui de Cottius, jusqu’à Ougernon et Tarouskôn, on emprunte la même route depuis Némausos. Puis, de là10 jusqu’à la frontière des Ouokontioi et au début de l’ascension des Alpeis, en traversant le Drouentias11 [la Durance] et Kaballiôn [Cavaillon], on compte 63 milles ensuite ; pour gagner l’autre frontière des Ouokontioi, limitrophe du pays de Cottius, il faut parcourir 99 milles jusqu’au village d’Ebrodounon [Embrun], puis encore 99 en passant par le village de Brigantion [Briançon], celui d’Exkiggomagos [Exilles] et par le col des Alpeis qui conduit à Okélos [Ocelum] où se termine le pays de Cottius. Ajoutons qu’à partir de Skiggomagos12 on dit que c’est déjà l’Italie et la distance de cet endroit jusqu’à Okélos est de 28 milles.

Massalia

23[IV, 1, 4] Κτίσμα δ´ ἐστὶ Φωκαιέων ἡ Μασσαλία, κεῖται δ´ ἐπὶ χωρίου πετρώδους· ὑποπέπτωκε δ´ αὐτῆς ὁ λιμὴν θεατροειδεῖ πέτρᾳ βλεπούσῃ πρὸς νότον. τετείχισται δὲ καὶ # αὕτη καλῶς καὶ ἡ πόλις σύμπασα μέγεθος ἔχουσα ἀξιόλογον. ᾽Εν δὲ τῇ ἄκρᾳ τὸ ᾽Εϕέσιον ἵδρυται καὶ τὸ τοῦ Δελϕινίου ᾽Απόλλωνος ἱερόν· τοῦτο μὲν κοινὸν ᾽Ιώνων ἁπάντων, τὸ δὲ ᾽Εϕέσιον τῆς ᾽Αρτέμιδός ἐστι νεὼς τῆς ᾽Εϕεσίας.

  • 13 Nous choisissons de lire αὐτή, réfléchi, plutôt que αὕτη, démonstratif. Cf. Marseille, p. 211.

24[IV, 1, 4] Massalia est une fondation des Phocéens. Elle est sise sur un terrain rocheux et son port se développe au pied d’un escarpement en forme de théâtre qui regarde vers le midi. L’escarpement est, par lui-même13, superbement fortifié et il en va de même pour la ville tout entière, dont l’étendue est remarquable. À la pointe, se dresse l’Éphésion et le sanctuaire d’Apollôn Delphinios. Si ce dernier est commun à tous les Ioniens, l’Éphésion, lui, est un temple dédié à l’Artémis d’Éphèse.

La fondation de Massalia

25᾽Απαίρουσι γὰρ τοῖς Φωκαιεῦσιν ἐκ τῆς οἰκείας # λόγιον ἐκπεσεῖν ϕασιν ἡγεμόνι χρήσασθαι τοῦ πλοῦ παρὰ τῆς ᾽Εϕεσίας ᾽Αρτέμιδος λαβοῦσι· τοὺς μὲν δὴ προσαχθέντας τῇ ᾽Εϕέσῳ ζητεῖν ὅντινα τρόπον ἐκ τῆς θεοῦ πορίσαιντο τὸ προσταχθέν. ᾽Αριστάρχῃ δὲ τῶν ἐντίμων σϕόδρα γυναικῶν παραστῆναι κατ´ ὄναρ τὴν θεὸν καὶ κελεῦσαι συναπαίρειν τοῖς Φωκαιεῦσιν ἀϕίδρυμά τι τῶν ἱερῶν λαβούσῃ· γενομένου δὲ τούτου καὶ τῆς ἀποικίας λαβούσης τέλος, τό τε ἱερὸν ἱδρύσασθαι καὶ τὴν ᾽Αριστάρχην τιμῆσαι διαϕερόντως ἱέρειαν ἀποδείξαντας, ἔν τε ταῖς ἀποίκοις πόλεσι πανταχοῦ τιμᾶν ἐν τοῖς πρώτοις ταύτην τὴν θεὸν καὶ τοῦ ξοάνου τὴν διάθεσιν τὴν αὐτὴν καὶ τἆλλα νόμιμα ϕυλάττειν τὰ αὐτὰ ἅπερ ἐν τῇ μητροπόλει νενόμισται.

  • 14 Tous les manuscrits portent λόγον que conserve Lasserre. Casaubon, suivi par Meineke et Radt propos (...)
  • 15 L’expression permet de comprendre indifféremment « fondées par Phocée » ou « fondées par Marseille  (...)

26Voici ce qu’on dit : au moment où les Phocéens quittaient leur terre propre, une parole14 leur fut donnée leur prescrivant de prendre pour guide de leur navigation celui que l’Artémis d’Éphèse leur indiquerait. Aussi certains d’entre eux se rendirent-ils à Éphèse pour rechercher le moyen de se conformer aux injonctions divines. Aristarchè était l’une des femmes les plus considérées (de cette ville) ; la déesse – dit-on – lui apparut en songe et lui ordonna de mettre à la voile avec les Phocéens en emportant avec elle une certaine image prise dans le trésor sacré. Ainsi allèrent les choses et, lorsque la colonie fut définitivement établie, les Phocéens érigèrent le sanctuaire et, à Aristarchè, ils conférèrent l’honneur exceptionnel de la désigner comme prêtresse. Dans les cités coloniales fondées par cette ville15, partout les honneurs suprêmes sont réservés à cette déesse (Artémis) mais surtout on conserve à son « xoanon » la même disposition et les mêmes usages que ceux qui sont de règle dans la métropole.

Avantages et ressources

27[IV, 1, 5] Διοικοῦνται δ´ ἀριστοκρατικῶς οἱ Μασσαλιῶται πάντων εὐνομώτατα, ἀνδρῶν ἑξακοσίων καταστήσαντες συνέδριον διὰ βίου ταύτην ἐχόντων τὴν τιμήν, οὓς τιμούχους καλοῦσι. Πεντεκαίδεκα δ´ εἰσὶ τοῦ συνεδρίου προεστῶτες, τούτοις δὲ τὰ πρόχειρα διοικεῖν δέδοται. Πάλιν δὲ τῶν πεντεκαίδεκα προκάθηνται τρεῖς οἱ πλεῖστον ἰσχύοντες, τούτων δὲ εἷς· τιμοῦχος δ´ οὐ γίνεται μὴ τέκνα ἔχων μηδὲ διὰ τριγονίας ἐκ πολιτῶν γεγονώς. Οἱ δὲ νόμοι ᾽Ιωνικοί, πρόκεινται δὲ δημοσίᾳ.

28Χώραν δ´ ἔχουσιν ἐλαιόϕυτον μὲν καὶ κατάμπελον, σίτῳ δὲ λυπροτέραν διὰ τὴν τραχύτητα, ὥστε πεποιθότες τῇ θαλάττῃ μᾶλλον ἢ τῇ γῇ τὸ πρὸς ναυτιλίας εὐϕυὲς εἵλοντο μᾶλλον. (180C) ῞Υστερον μέντοι ταῖς ἀνδραγαθίαις ἴσχυσαν προσλαβεῖν τινα τῶν πέριξ πεδίων ἀπὸ τῆς αὐτῆς δυνάμεως ἀϕ´ ἧς καὶ τὰς πόλεις ἔκτισαν, ἐπιτειχίσματα τὰς μὲν κατὰ τὴν ᾽Ιβηρίαν τοῖς ῎Ιβηρσιν, οἷς καὶ τὰ ἱερὰ τῆς ᾽Εϕεσίας ᾽Αρτέμιδος παρέδοσαν τὰ πάτρια ὥστε ἑλληνιστὶ θύειν, τὴν δὲ *  ̔Ρόην ᾽Αγάθην τοῖς περὶ τὸν ποταμὸν οἰκοῦσι τὸν  ̔Ροδανὸν βαρβάροις, τὸ δὲ Ταυροέντιον καὶ τὴν  ̔Ολβίαν καὶ ᾽Αντίπολιν καὶ Νίκαιαν τῷ τῶν Σαλύων ἔθνει καὶ τοῖς Λίγυσι τοῖς τὰς ῎Αλπεις οἰκοῦσιν.

29Εἰσὶ δὲ καὶ νεώσοικοι παρ´ αὐτοῖς καὶ ὁπλοθήκη· πρότερον δὲ καὶ πλοίων εὐπορία καὶ ὅπλων καὶ ὀργάνων τῶν τε πρὸς τὰς ναυτιλίας χρησίμων καὶ τῶν πρὸς πολιορκίας, ἀϕ´ ὧν πρός τε τοὺς βαρβάρους ἀντέσχον καὶ  ̔Ρωμαίους ἐκτήσαντο ϕίλους, καὶ πολλὰ καὶ αὐτοὶ χρήσιμοι κατέστησαν ἐκείνοις κἀκεῖνοι προσέλαβον τῆς αὐξήσεως αὐτῶν.
Σέξτιος γοῦν ὁ καταλύσας τοὺς Σάλυας, οὐ πολὺ ἄπωθεν τῆς Μασσαλίας κτίσας πόλιν ὁμώνυμον ἑαυτοῦ τε καὶ τῶν ὑδάτων τῶν θερμῶν, ὧν τινὰ μεταβεβληκέναι ϕασὶν εἰς ψυχρά, ἐνταῦθά τε ϕρουρὰν κατῴκισε  ̔Ρωμαίων, καὶ ἐκ τῆς παραλίας τῆς εἰς τὴν ᾽Ιταλίαν ἀγούσης ἀπὸ Μασσαλίας ἀνέστειλε τοὺς βαρβάρους, οὐ δυναμένων τῶν Μασσαλιωτῶν ἀνείργειν αὐτοὺς τελέως. Οὐδ´ αὐτὸς δὲ πλέον ἴσχυσεν ἀλλ´ ἢ τοσοῦτον μόνον ὅσον κατὰ μὲν τὰ εὐλίμενα ἀπὸ τῆς θαλάττης ἀπελθεῖν τοὺς βαρβάρους ἐπὶ δώδεκα σταδίους, κατὰ δὲ τοὺς τραχῶνας ἐπὶ ὀκτώ· τὴν δὲ λειϕθεῖσαν ὑπ´ ἐκείνων τοῖς Μασσαλιώταις παραδέδωκεν.

30᾽Ανάκειται δ´ ἐν πόλει συχνὰ τῶν ἀκροθινίων, ἃ ἔλαβον καταναυμαχοῦντες ἀεὶ τοὺς ἀμϕισβητοῦντας τῆς θαλάττης ἀδίκως.

31Πρότερον μὲν οὖν εὐτύχουν διαϕερόντως περί τε τἆλλα καὶ περὶ τὴν πρὸς  ̔Ρωμαίους ϕιλίαν, ἧς πολλὰ ἄν τις λάβοι σημεῖα· καὶ δὴ καὶ τὸ ξόανον τῆς ᾽Αρτέμιδος τῆς ἐν τῷ ᾽Αβεντίνῳ οἱ  ̔Ρωμαῖοι τὴν αὐτὴν διάθεσιν ἔχον τῷ παρὰ τοῖς Μασσαλιώταις ἀνέθεσαν. Κατὰ δὲ τὴν Πομπηίου πρὸς Καίσαρα στάσιν τῷ κρατηθέντι μέρει προσθέμενοι τὴν πολλὴν τῆς εὐδαιμονίας ἀπέβαλον, ὅμως δ´ οὖν ἴχνη λείπεται τοῦ παλαιοῦ ζήλου παρὰ τοῖς ἀνθρώποις καὶ μάλιστα περὶ τὰς ὀργανοποιίας καὶ τὴν ναυτικὴν παρασκευήν. ᾽Εξημερουμένων δ´ ἀεὶ τῶν ὑπερκειμένων βαρβάρων καὶ ἀντὶ τοῦ πολεμεῖν τετραμμένων ἤδη πρὸς πολιτείας καὶ γεωργίας διὰ τὴν τῶν  ̔Ρωμαίων ἐπικράτειαν, οὐδ´ αὐτοῖς ἔτι τούτοις συμβαίνοι ἂν περὶ τὰ λεχθέντα τοσαύτη σπουδή. (181C) Δηλοῖ δὲ τὰ καθεστηκότα νυνί· πάντες γὰρ οἱ χαρίεντες πρὸς τὸ λέγειν τρέπονται καὶ ϕιλοσοϕεῖν, ὥσθ´ ἡ πόλις μικρὸν μὲν πρότερον τοῖς βαρβάροις ἀνεῖτο παιδευτήριον, καὶ ϕιλέλληνας κατεσκεύαζε τοὺς Γαλάτας ὥστε καὶ τὰ συμβόλαια ἑλληνιστὶ γράϕειν, ἐν δὲ τῷ παρόντι καὶ τοὺς γνωριμωτάτους  ̔Ρωμαίων πέπεικεν ἀντὶ τῆς εἰς ᾽Αθήνας ἀποδημίας ἐκεῖσε ϕοιτᾶν ϕιλομαθεῖς ὄντας.  ̔Ορῶντες δὲ τούτους οἱ Γαλάται καὶ ἅμα εἰρήνην ἄγοντες, τὴν σχολὴν ἄσμενοι πρὸς τοὺς τοιούτους διατίθενται βίους οὐ κατ´ ἄνδρα μόνον ἀλλὰ καὶ δημοσίᾳ· σοϕιστὰς γοῦν ὑποδέχονται τοὺς μὲν ἰδίᾳ, τοὺς δὲ # πόλεις κοινῇ μισθούμεναι, καθάπερ καὶ ἰατρούς.

32Τῆς δὲ λιτότητος τῶν βίων καὶ τῆς σωϕροσύνης τῶν Μασσαλιωτῶν οὐκ ἐλάχιστον ἄν τις θείη τοῦτο τεκμήριον· ἡ γὰρ μεγίστη προὶξ αὐτοῖς ἐστιν ἑκατὸν χρυσοῖ καὶ εἰς ἐσθῆτα πέντε καὶ πέντε εἰς χρυσοῦν κόσμον· πλέον δ´ οὐκ ἔξεστι.
Καὶ ὁ Καῖσαρ δὲ καὶ οἱ μετ´ ἐκεῖνον ἡγεμόνες πρὸς τὰς ἐν τῷ πολέμῳ γενηθείσας ἁμαρτίας ἐμετρίασαν μεμνημένοι τῆς ϕιλίας καὶ τὴν αὐτονομίαν ἐϕύλαξαν, ἣν ἐξ ἀρχῆς εἶχεν ἡ πόλις, ὥστε μὴ ὑπακούειν τῶν εἰς τὴν ἐπαρχίαν πεμπομένων στρατηγῶν μήτε αὐτὴν μήτε τοὺς ὑπηκόους.

Περὶ μὲν Μασσαλίας ταῦτα.

33[IV, 1, 5] Le régime des Massaliôtai est aristocratique avec les meilleures des lois qui soient au monde : ils ont institué une assemblée de 600 hommes, qui détiennent cette charge à vie (on les appelle « timouchoi ») et il y a quinze membres à la tête de cette assemblée, auxquels est confiée l’expédition des affaires courantes ; derechef, trois de ces quinze assurent la présidence, investis du pouvoir principal ; et parmi eux, un a la prééminence. On ne peut devenir « timouchos » si l’on n’a pas d’enfants et si les ascendants ne sont pas citoyens depuis trois générations. Les lois sont ioniennes et elles sont affichées en public.

  • 16 Sur le maintien de la leçon unanime des manuscrits ̔Ρόην ̓ Αγάθην, voir Marseille, p. 231-233.

34Ils possèdent un territoire planté d’oliviers et couvert de vigne mais assez pauvre en céréales en raison de son aridité, de sorte qu’ils se sont investis sur mer plutôt que sur terre, préférant tirer parti de leurs dons naturels pour la navigation. Ultérieurement, leur valeur les rendit assez forts pour leur permettre de s’adjoindre certaines des plaines environnantes, en utilisant la même puissance qui leur avait aussi permis de fonder les villes qui sont des remparts, les unes du côté de l’Ibèria, face aux Ibères, (à qui ils ont aussi transmis les rites de l’Artémis d’Éphèse tels qu’ils leur venaient de leurs pères, si bien qu’on y sacrifie selon le rituel grec) puis Rhoè Agathè16 [Agde] face aux barbares qui habitent dans les parages du fleuve Rhodanos, puis Tauroention [Tauroentium], Olbia, Antipolis et Nikaia [Nice] face au peuple des Salyes et aux Ligyes qui habitent les Alpeis.

  • 17 Le texte des manuscrit est le suivant ὅσον κατὰ μὲν τὰ εὐλίμενα ἀπὸ της θαλάττης ἀπελθεῖν ἐπὶ τοὺς (...)

35On trouve également chez eux des loges à navires et un arsenal. Auparavant, ils avaient aussi quantité de navires, d’armes et de machines utiles à la fois pour les transports maritimes et pour la poliorcétique, qui leur permirent à la fois de résister aux barbares et de se gagner l’amitié des Romains. Nombreuses furent les occasions où ils rendirent service à ces derniers qui, à leur tour, contribuèrent à leur accroissement.
Ainsi, Sextius, celui qui vainquit les Salyes, après avoir fondé non loin de Massalia une ville qui porte à la fois son nom et celui « d’Eaux Chaudes » (on dit que certaines de ces sources se sont désormais refroidies !) établit au même endroit une garnison de Romains et refoula les barbares en arrière du littoral – dans sa partie qui, depuis Massalia, mène en Italie – alors que les Massaliôtai ne parvenaient pas à les repousser définitivement. Lui-même d’ailleurs, ne réussit qu’imparfaitement puisqu’il parvint seulement, là où la côte offre des ports, à faire éloigner les barbares de douze stades, et de huit là où elle est rocailleuse17 – et il remit aux Massaliôtai le terrain que les Barbares avaient abandonné.

36Se dresse dans la ville, en grande quantité, la fine fleur du butin qu’ils ont conquis dans les batailles navales qui les ont périodiquement opposés à ceux qui, au mépris du droit, leur disputaient la mer.

  • 18 Les manuscrits portent soit πόλεις soit αἱ πόλεις, difficilement compréhensible. Plusieurs solution (...)

37Donc, auparavant, ils connaissaient une fortune exceptionnelle, qui tenait, entre autres, à l’amitié qui les unissait aux Romains (amitié dont on trouverait bien des preuves et, par exemple, le fait que les Romains ont consacré le « xoanon » d’Artémis – celui qui se trouve sur l’Aventin – en lui conservant la disposition qu’il a chez les Massaliôtai) ; mais, lors de la sédition de Pompée contre César, ils choisirent le camp des vaincus et perdirent l’essentiel de leur prospérité. Certes, des traces du dynamisme passé subsistent dans la population, surtout pour la fabrication des machines et l’équipement naval, mais, comme les barbares qui sont au-dessus d’eux ne cessent de se civiliser et qu’au lieu de faire la guerre ils se sont désormais tournés vers les activités du citoyen et de l’agriculteur en raison de la domination romaine, eh bien, oui, même chez eux, on ne saurait trouver, pour les activités susdites, un aussi grand enthousiasme ! Preuve en est la situation actuelle : tous les gens raffinés se tournent vers l’éloquence et la philosophie, de sorte que la cité qui, peu auparavant, s’était adressée aux barbares pour leur servir d’école et avait amené les Galatai à apprécier le grec au point qu’ils en étaient venus à rédiger leurs contrats en grec, (cette cité), aujourd’hui, a persuadé jusqu’aux plus célèbres des Romains de s’y rendre plutôt que de séjourner à Athènes, lorsqu’ils sont épris de savoir. À les voir, les Galatai, d’autant plus qu’ils vivent en paix, se plaisent à consacrer leurs loisirs à de telles occupations. Ce n’est pas seulement le fait de tel ou tel individu, mais bien une pratique publique : ainsi, quand ils accueillent des sophistes, si certains sont rétribués par des particuliers, d’autres le sont aux frais de la communauté18 – comme on fait pour les médecins.

  • 19 Le terme ἡγεμῶν désigne le chef politique, par opposition au chef de guerre στρατηγός. Mais il reco (...)

38De la simplicité des mœurs et de la modération des Massaliôtai, le plus faible témoignage ne serait pas celui-ci : la dot maximale, chez eux, est de cent pièces d’or, plus cinq pour les vêtements et cinq pour les bijoux d’or, et il est interdit de dépasser ce montant.
Ajoutons que César, comme les dirigeants19 qui lui ont succédé, ont montré de l’indulgence vis-à-vis des égarements manifestés durant la guerre : se souvenant de l’amitié (qui unissait Marseille à Rome), ils ont maintenu l’autonomie dont, depuis l’origine, jouissait la cité, de sorte que n’ont à obéir aux gouverneurs dépêchés dans la province ni elle-même ni ceux qui lui sont assujettis.

Voilà pour Massalia.

Le littoral

De Massalia à la Pyrènè

39[IV, 1, 6] ῞Αμα δ´ ἥ τε τῶν Σαλύων ὀρεινὴ πρὸςς ἄρκτον ἀπὸ τῆς ἑσπέρας κλίνει μᾶλλον καὶ τῆς θαλάττης ἀϕίσταται κατὰ μικρόν, καὶ ἡ παραλία παρὰ τὴν ἑσπέραν περινεύει· μικρὸν δ´ ἀπὸ τῆς πόλεως τῶν Μασσαλιωτῶν προελθοῦσα ὅσον εἰς ἑκατὸν σταδίους ἐπὶ ἄκραν εὐμεγέθη πλησίον λατομιῶν τινων ἐντεῦθεν ἄρχεται κολποῦσθαι καὶ ποιεῖν τὸν Γαλατικὸν κόλπον πρὸς τὸ ᾽Αϕροδίσιον τὸ τῆς Πυρήνης ἄκρον· καλοῦσι δ´ αὐτὸν καὶ Μασσαλιωτικόν.

40῎Εστι δ´ ὁ κόλπος διπλοῦς· ἐν γὰρ τῇ αὐτῇ περιγραϕῇ δύο κόλπους ἀϕορίζον ἔκκειται τὸ #Σήτιον ὄρος, προσλαβὸν καὶ τὴν Βλάσκωνα νῆσον πλησίον ἱδρυμένην· τῶν δὲ κόλπων ὁ μὲν μείζων ἰδίως πάλιν καλεῖται Γαλατικός, εἰς ὃν ἐξερεύγεται τὸ τοῦ  ̔Ροδανοῦ στόμα, ὁ δ´ ἐλάττων ὁ κατὰ Νάρβωνά ἐστι μέχρι Πυρήνης.
 ̔Η μὲν οὖν Νάρβων ὑπέρκειται τῶν τοῦ ῎Ατακος ἐκβολῶν καὶ τῆς λίμνης τῆς Ναρβωνίτιδος, μέγιστον ἐμπόριον τῶν ταύτῃ, πρὸς δὲ τῷ  ̔Ροδανῷ πόλις ἐστὶ καὶ ἐμπόριον οὐ μικρὸν ᾽Αρελᾶτε· ἴσον δέ πως διέχει τὰ ἐμπόρια ταῦτα ἀλλήλων τε καὶ τῶν εἰρημένων ἄκρων, ἡ μὲν Νάρβων τοῦ ᾽Αϕροδισίου τὸ δ´ ᾽Αρελᾶτε τῆς Μασσαλίας.

41 ̔Εκατέρωθεν δὲ τῆς Νάρβωνος ἄλλοι ποταμοὶ ῥέουσιν, (182C) οἱ μὲν ἐκ τῶν Κεμμένων ὀρῶν οἱ δ´ ἐκ τῆς Πυρήνης, πόλεις ἔχοντες εἰς ἃς ἀνάπλους οὐ πολύς ἐστι μικροῖς πλοίοις.

  •  ̓Εκ μὲν τῆς Πυρήνης ὅ τε  ̔Ρουσκίνων καὶ ὁ ᾽Ιλίβιρρις, πόλιν ἔχων ὁμώνυμον ἑκάτερος αὐτῶν· τοῦ δὲ  ̔Ρουσκίνωνος καὶ λίμνη πλησίον ἐστὶ καὶ χωρίον ὕϕυδρον μικρὸν ὑπὲρ τῆς θαλάττης, ἁλυκίδων μεστόν, τὸ τοὺς ὀρυκτοὺς κεστρεῖς ἔχον· δύο γὰρ ἢ τρεῖς ὀρύξαντι πόδας καὶ καθέντι τριόδοντα εἰς ὕδωρ ἰλυῶδες ἔστι περιπεῖραι τὸν ἰχθὺν ἀξιόλογον τὸ μέγεθος· τρέϕεται δὲ ἀπὸ τῆς ἰλύος καθάπερ αἱ ἐγχέλυες. Οὗτοι μὲν ἐκ τῆς Πυρήνης ῥέουσιν οἱ ποταμοὶ μεταξὺ Νάρβωνος καὶ τοῦ ᾽Αϕροδισίου.

  •  ̓Επὶ θάτερα [δὲ] μέρη τῆς Νάρβωνος ἐκ τοῦ Κεμμένου ϕέρονται πρὸς τὴν θάλατταν, ἐξ οὗπερ καὶ ὁ ῎Αταξ ὅ τε ῎Ορβις καὶ ὁ ῎Αραυρις. τούτων ἐϕ´ οὗ μὲν Βαίτερρα πόλις ἀσϕαλὴς ἵδρυται πλησίον τῆς Νάρβωνος, ἐϕ´ οὗ δὲ ᾽Αγάθη κτίσμα Μασσαλιωτῶν.

42[IV, 1, 6] En même temps que le territoire montagneux des Salyes s’infléchit de plus en plus de l’ouest vers le nord et s’écarte progressivement de la mer, le rivage tend vers l’ouest. Mais après avoir parcouru une courte distance (de l’ordre de 100 stades) de la ville des Massaliôtai jusqu’à un promontoire de grandes dimensions proche de carrières de pierre, à partir de là il commence à s’arrondir et à former le golfe galatique qui s’étend jusqu’à l’Aphrodision point extrême de la Pyrènè – golfe qu’on appelle aussi massaliotique.

  • 20 Nous conservons, à la suite de Lasserre, la leçon des Manuscrits, Σίγιον, que beaucoup d’éditeurs c (...)

43En fait, ce golfe est double. Car sur le même contour deux golfes sont déterminés par la saillie du mont Sigion20 prolongé par l’île Blaskôn [Blasco] qui se situe près de lui. De ces deux golfes, c’est le plus grand qui – si l’on emploie cette fois les termes exacts – se nomme galatique, celui dans lequel se jette l’extrémité du Rhodanos. Le plus petit, lui, avoisine Narbô et va jusqu’à la Pyrènè.
Parlons de Narbô. Elle se situe au-dessus des bouches de l’Atax [l’Aude] et de l’étang de Narbonitis. C’est le plus grand « emporion » de tous ceux de la région (que nous décrivons). Près du Rhodanos, il y a une ville qui est aussi un « emporion » d’une certaine importance, Arélaté [Arles]. Une distance à peu près égale sépare ces « emporia » l’un de l’autre et, d’autre part, chacun d’entre eux des points extrêmes que nous avons définis, Narbô de l’Aphrodision, Arélaté de Massalia.

44De chaque côté de Narbô, coulent d’autres fleuves, les uns depuis les Monts Kemména [les Cévennes], les autres de la Pyrènè. Ils comportent des villes auxquelles on peut remonter par de brèves navigations sur de petits bateaux.

  • D’abord, provenant de la Pyrènè, il y a le Rouskinôn [le Ruscino] et l’Ilibirris [l’Illiberis], chacun comportant une ville du même nom. Pour le Rouskinôn, non seulement on trouve près de lui un étang mais il y a aussi un secteur marécageux, à une courte distance de la mer, riche en salines, qui contient des muges enfouis. En effet, si l’on fouit le sol sur 2 ou 3 pieds et qu’on enfonce son trident dans l’eau fangeuse, on peut transpercer le poisson – d’une taille remarquable ; il se nourrit de la fange à l’instar des anguilles. Donc, tels sont les fleuves qui coulent de la Pyrènè entre Narbô et l’Aphrodision.

    • 21 Une partie des manuscrits secondaires (hikos) présentent un δέ absent des manuscrits primaires (ABC (...)

    De l’autre côté21 de Narbô, depuis le Kemménon (d’où provient aussi l’Atax) s’élancent vers la mer l’Orbis [l’Orb] et l’Arauris [l’Hérault]. Sur le premier, s’élève Baitéra [Béziers], ville bien protégée proche de Narbô ; sur le second, Agathè [Agde], fondation des Massaliôtai.

La Crau

45[IV, 1, 7]  ̓ ̀Εν μὲν οὖν ἔχει παράδοξον ἡ προειρημένη παραλία τὸ περὶ τοὺς ὀρυκτοὺς ἰχθῦς, ἕτερον δὲ μεῖζον τούτου σχεδόν τι τὸ λεχθησόμενον. Μεταξὺ γὰρ τῆς Μασσαλίας καὶ τῶν ἐκβολῶν τοῦ  ̔Ροδανοῦ πεδίον ἐστὶ τῆς θαλάττης διέχον εἰς ἑκατὸν σταδίους, τοσοῦτον δὲ καὶ τὴν διάμετρον, κυκλοτερὲς τὸ σχῆμα· καλεῖται δὲ Λιθῶδες ἀπὸ τοῦ συμβεβηκότος. Μεστὸν γάρ ἐστι λίθων χειροπληθῶν ὑποπεϕυκυῖαν ἐχόντων αὑτοῖς ἄγρωστιν, ἀϕ´ ἧς ἄϕθονοι νομαὶ βοσκήμασίν εἰσιν· ἐν μέσῳ δ´ ὕδατα καὶ ἁλυκίδες συνίστανται καὶ ἅλες. ῞Απασα μὲν οὖν καὶ ἡ ὑπερκειμένη χώρα προσήνεμός ἐστι, διαϕερόντως δ´ εἰς τὸ πεδίον τοῦτο τὸ μελαμβόρειον καταιγίζει πνεῦμα βίαιον καὶ ϕρικῶδες· ϕασὶ γοῦν σύρεσθαι καὶ κυλινδεῖσθαι τῶν λίθων ἐνίους, # καταϕλᾶσθαι δὲ τοὺς ἀνθρώπους ἀπὸ τῶν ὀχημάτων καὶ γυμνοῦσθαι καὶ ὅπλων καὶ ἐσθῆτος ὑπὸ τῆς ἐμπνοῆς.

46᾽Αριστοτέλης μὲν οὖν ϕησιν ὑπὸ σεισμῶν τῶν καλουμένων βραστῶν ἐκπεσόντας τοὺς λίθους εἰς τὴν ἐπιϕάνειαν συνολισθεῖν εἰς τὰ κοῖλα τῶν χωρίων. Ποσειδώνιος δὲ λίμνην οὖσαν παγῆναι μετὰ κλυδασμοῦ, καὶ διὰ τοῦτο εἰς πλείονας μερισθῆναι λίθους, καθάπερ τοὺς ποταμίους κάχληκας καὶ τὰς ψήϕους τὰς αἰγιαλίτιδας, ὁμοίους δὲ καὶ λείους καὶ ἰσομεγέθεις [πρὸς] τῇ ὁμοιότητι· καὶ τὴν αἰτίαν ἀποδεδώκασιν ἀμϕότεροι. Πιθανὸς μὲν οὖν ὁ παρ´ ἀμϕοῖν λόγος· ἀνάγκη γὰρ τοὺς οὕτω μὲν οὖν ὁ παρ´ ἀμϕοῖν λόγος· ἀνάγκη γὰρ τοὺς οὕτω συνεστῶτας λίθους οὐ καθ´ ἑαυτοὺς ἢ ἐξ ὑγροῦ παγέντας μεταβαλεῖν, [ἢ] ἐκ πετρῶν μεγάλων ῥήγματα συνεχῆ λαβουσῶν ἀποκριθῆναι.

47Τὸ μέντοι δυσαπολόγητον Αἰσχύλος καταμαθὼν (183C) ἢ παρ´ ἄλλου λαβὼν εἰς μῦθον ἐξετόπισε. Φησὶ γοῦν Προμηθεὺς παρ´ αὐτῷ καθηγούμενος  ̔Ηρακλεῖ τῶν ὁδῶν τῶν ἀπὸ Καυκάσου πρὸς τὰς  ̔Εσπερίδας

« ἥξεις δὲ Λιγύων εἰς ἀτάρβητον στρατόν,
ἔνθ´ οὐ μάχης, σάϕ´ οἶδα, καὶ θοῦρός περ ὢν
μέμψει· πέπρωται γάρ σε καὶ βέλη λιπεῖν
ἐνταῦθ´· ἑλέσθαι δ´ οὔ τιν´ ἐκ γαίας λίθον
ἕξεις, ἐπεὶ πᾶς χῶρός ἐστι μαλθακός.
ἰδὼν δ´ ἀμηχανοῦντά σε Ζεὺς οἰκτερεῖ,
νεϕέλην δ´ ὑποσχὼν νιϕάδι γογγύλων πέτρων
ὑπόσκιον θήσει χθόν´, οἷς ἔπειτα σὺ
βαλὼν διώσει ῥᾳδίως Λίγυν στρατόν. »

48ὥσπερ οὐ κρεῖττον ὄν, ϕησὶν ὁ Ποσειδώνιος, εἰς αὐτοὺς τοὺς Λίγυας ἐμβαλεῖν τοὺς λίθους καὶ καταχῶσαι πάντας ἢ τοσούτων δεόμενον ποιῆσαι λίθων τὸν  ̔Ηρακλέα. Τὸ μὲν οὖν τοσούτων ἀναγκαῖον ἦν, εἴπερ καὶ πρὸς ὄχλον παμπληθῆ· ὥστε ταύτῃ γε πιθανώτερος ὁ μυθογράϕος τοῦ ἀνασκευάζοντος τὸν μῦθον. ᾽Αλλὰ καὶ τὰ ἄλλα πεπρῶσθαι ϕήσας ὁ ποιητὴς οὐκ ἐᾷ μέμϕεσθαι ϕιλαιτίως. Καὶ γὰρ ἐν τοῖς περὶ τῆς προνοίας καὶ τῆς εἱμαρμένης λόγοις εὕροι τις ἂν πολλὰ τοιαῦτα τῶν ἀνθρωπίνων καὶ τῶν ϕύσει γινομένων, ὥστ´ ἐπ´ αὐτῶν ϕάναι πολὺ κρεῖττον εἶναι τόδε ἢ τόδε γενέσθαι, οἷον εὔομβρον εἶναι τὴν Αἴγυπτον, ἀλλὰ μὴ τὴν Αἰθιοπίαν ποτίζειν τὴν γῆν· καὶ τὸν Πάριν εἰς Σπάρτην πλέοντα ναυαγίῳ περιπεσεῖν, ἀλλὰ μὴ τὴν  ̔Ελένην ἁρπάσαντα δίκας τῖσαι τοῖς ἀδικηθεῖσιν ὕστερον, ἡνίκα τοσοῦτον ἀπείργαστο ϕθόρον  ̔Ελλήνων καὶ βαρβάρων· ὅπερ Εὐριπίδης ἀνήνεγκεν εἰς τὸν Δία

« Ζεὺς γὰρ κακὸν μὲν Τρωσὶ πῆμα δ´  ̔Ελλάδι
θέλων γενέσθαι ταῦτ´ ἐβούλευσεν πατήρ ».

  • 22 Coray a proposé d’ajouter l’article défini τό dont on peut se passer.
  • 23 Les manuscrits portent κατακλᾶσθαι qui signifie littéralement « être brisé ». Son emploi un peu ima (...)

49[IV, 1, 7] Une première étrangeté du littoral que nous avons décrit, c’est celle qui concerne les « poissons enfouis ». Il en est une autre, en un sens presque plus forte, que nous allons décrire. En effet, entre Massalia et les bouches du Rhodanos, il y a une plaine, distante de la mer de quelque 100 stades et aussi d’un diamètre équivalent (sa forme est circulaire). Elle est appelée « la Pierreuse » en raison de sa constitution car elle est pleine de pierres – qui tiennent dans la main. Sous ces pierres, pousse du chiendent qui fournit une abondante pâture au bétail ; en son centre, on trouve de l’eau, des salines et des sources salées. Toute la région – y compris l’arrière-pays – est exposée aux vents, mais c’est particulièrement dans cette plaine que se déchaîne un22 « Melamborée », au souffle violent qui vous glace. En tout cas, l’on prétend qu’il entraîne et qu’il fait rouler certaines de ces pierres, qu’il précipite23 les gens en bas de leurs véhicules et qu’il les dépouille aussi bien de leurs armes que de leurs vêtements – cela par son souffle !

50Pour son compte, Aristote dit que c’est sous l’action de séismes (ceux qu’il appelle « brastes ») que ces pierres ont été projetées à la surface et qu’elles se sont ensuite agglomérées dans les creux que présentaient ces endroits. Poseidonios, de son côté, pense qu’il s’agissait d’un lac qui s’est cristallisé sous l’effet d’un tourbillon : de ce fait, il se serait fractionné en une multitude de pierres de la même façon que se forment les cailloux fluviatiles et les galets des plages, mais ces pierres devraient leur identité de lissage et de taille à leur commune origine. Telle est l’explication que livrent ces deux auteurs. On peut recevoir l’une comme l’autre argumentation. En effet, on est contraint d’admettre que des pierres qui offrent un tel assemblage n’ont pas obéi à un phénomène spontané : soit elles se sont cristallisées à partir d’un élément liquide, soit elles se sont détachées de grands blocs par fractures successives.

51Eschyle avait bien conscience de la difficulté d’expliquer ce phénomène (qu’il l’ait connu lui-même ou qu’il l’ait appris d’une autre source), et l’a transposé sous une forme mythique. De fait, voici ce que dit chez lui Prométhée quand il décrit à Héraklès les routes qui, du Caucase, mènent aux Hespérides :

« Et tu arriveras devant l’armée intrépide des Ligyes.
Alors, quelle que soit ta vaillance – je la connais –,
ne sous-estime pas le combat. Car le sort a décidé qu’alors
les flèches te manqueront, et tu ne pourras ramasser
quelque pierre sur le sol : toute la région est meuble.
Mais, te voyant démuni, Zeus te prendra en pitié :
il tendra vers la terre un nuage obscur fait
de cailloux arrondis et les fera pleuvoir.
Alors, toi, tu les jetteras sur l’armée ligyenne
et la mettras en fuite ».

52« N’aurait-il pas été préférable, remarque Poseidonios, de jeter les pierres directement sur les Ligyes et de les ensevelir tous plutôt que d’imaginer qu’un tel nombre de projectiles pourrait être utilisé par Héraklès ? » De toute façon, il en fallait une grande quantité puisqu’il s’agissait de s’opposer à une foule immense : sur ce point, donc, l’auteur du mythe est plus convaincant que celui qui le conteste. D’ailleurs, en déclarant que les autres événements aussi avaient été « décidés par le sort », le poète échappe aux reproches chicaniers. De fait, dans les ouvrages qui traitent de la providence et du destin, on trouverait foule de situations humaines ou de phénomènes naturels tels qu’on pourrait dire à leur propos : « il eût été préférable qu’il arrivât ceci ou cela » ! Par exemple que l’Egypte fût bien arrosée par les pluies au lieu d’attendre que l’Ethiopie abreuve sa terre ; que Pâris, lorsqu’il se rendit à Sparte, fît naufrage et mourût au lieu d’enlever Hélène et d’expier plus tard son forfait de la main de ceux qu’il avait offensés – non sans avoir causé un tel massacre de Grecs et de Barbares ! Cela, Euripide en attribue la responsabilité à Zeus :

« Car Zeus, qui voulait le malheur des Troyens comme la souffrance de l’Hellade, décida qu’il en irait ainsi, lui, le père de toutes choses ».

L’embouchure du Rhodanos

53[IV, 1, 8] Περὶ δὲ τῶν τοῦ  ̔Ροδανοῦ στομάτων Πολύβιος μὲν ἐπιτιμᾷ Τιμαίῳ ϕήσας εἶναι μὴ πεντάστομον ἀλλὰ δίστομον· ᾽Αρτεμίδωρος δὲ τρίστομον λέγει.

54Μάριος δὲ ὕστερον ὁρῶν τυϕλόστομον γινόμενον ἐκ τῆς προσχώσεως καὶ δυσείσβολον καινὴν ἔτεμε διώρυχα, καὶ ταύτῃ δεξάμενος τὸ πλέον τοῦ ποταμοῦ Μασσαλιώταις ἔδωκεν ἀριστεῖον κατὰ τὸν πρὸς ῎Αμβρωνας καὶ Τωυγενοὺς πόλεμον· ἐξ οὗ πλοῦτον ἠνέγκαντο πολύν, τέλη πραττόμενοι τοὺς ἀναπλέοντας καὶ τοὺς καταγομένους· ὅμως οὖν ἔτι μένει δυσείσπλοα διά τε τὴν λαβρότητα καὶ τὴν πρόσχωσιν καὶ τὴν ταπεινότητα τῆς χώρας, (184C) ὥστε μὴ καθορᾶσθαι μηδ´ ἐγγὺς ἐν ταῖς δυσαερίαις. Διόπερ οἱ Μασσαλιῶται πύργους ἀνέστησαν σημεῖα, ἐξοικειούμενοι πάντα τρόπον τὴν χώραν· καὶ δὴ καὶ τῆς ᾽Εϕεσίας ᾽Αρτέμιδος κἀνταῦθα ἱδρύσαντο ἱερόν, χωρίον ἀπολαβόντες ὃ ποιεῖ νῆσον τὰ στόματα τοῦ ποταμοῦ.

55 ̔Υπέρκειται δὲ τῶν ἐκβολῶν τοῦ  ̔Ροδανοῦ λιμνοθάλαττα, καλοῦσι δὲ στομαλίμνην, ὀστράκιαδ´ ἔχει πάμπολλα καὶ ἄλλως εὐοψεῖ. Ταύτην δ´ ἔνιοι συγκατηρίθμησαν τοῖς στόμασι τοῦ  ̔Ροδανοῦ, καὶ μάλιστα οἱ ϕήσαντες ἑπτάστομον αὐτόν, οὔτε τοῦτ´ εὖ λέγοντες οὔτ´ ἐκεῖνο· ὄρος γάρ ἐστι μεταξὺ τὸ διεῖργον ἀπὸ τοῦ ποταμοῦ τὴν λίμνην.

 ̔Η μὲν οὖν ἀπὸ τῆς Πυρήνης ἐπὶ Μασσαλίαν παραλία τοιαύτη καὶ τοσαύτη τις.

56[IV, 1, 8] En ce qui concerne les embouchures du Rhodanos, Polybe critique Timée, affirmant qu’elles sont non pas cinq mais deux. Artémidore, lui, parle de trois.

  • 24 Sur cette traduction , cf. Marseille, p. 228.

57Ultérieurement, Marius, constatant l’obstruction progressive due aux dépôts d’alluvions et les difficultés d’accès, fit creuser un nouveau canal par où il fit passer l’essentiel des eaux du fleuve, et il en fit don aux Massaliôtai en récompense de leur bravoure lors de la guerre contre les Ambronai [Ambrons] et les Toygénoi [Toygènes]. Ils en retirèrent un profit considérable en faisant payer des taxes à ceux qui remontaient et à ceux qui descendaient. Malgré cela, l’accès au fleuve reste difficile pour les bateaux, en raison à la fois de la violence du courant, des atterrissements et aussi du niveau très bas de la région – celle-ci, par mauvais temps, ne s’aperçoit pas, même de près. Voilà pourquoi les Massaliôtai ont érigé des tours pour servir de signaux, tous les moyens étant mis en œuvre pour établir des repères24 dans cette région–  preuve en est qu’ils ont aussi élevé à cet endroit un sanctuaire de l’Artémis d’Ephèse en choisissant comme emplacement une île façonnée par les bouches du fleuve.

58Au-dessus de l’embouchure du Rhodanos se trouve une lagune appelée Stomalimnè [l’étang de Berre]. Elle contient des huîtres en abondance et est en outre très poissonneuse. Certains auteurs l’ont comptée au nombre des embouchures du Rhodanos, particulièrement ceux qui lui en affectent sept, mais ils ont tort les uns et les autres car il y a une montagne intercalée qui sépare l’étang du fleuve.

Voilà donc, dans les grandes lignes, l’aspect et les dimensions du littoral qui s’étend de la Pyrènè à Massalia.

De Massalia au Ouaros [Var]

59[IV, 1, 9]  ̔Η δ´ ἐπὶ τὸν  ̔Ουᾶρον ποταμὸν καὶ τοὺς ταύτῃ Δίγυας τάς τε τῶν Μασσαλιωτῶν ἔχει πόλεις Ταυροέντιον καὶ  ̔Ολβίαν καὶ ᾽Αντίπολιν καὶ Νίκαιαν καὶ τὸ ναύσταθμον τὸ Καίσαρος τοῦ Σεβαστοῦ, ὃ καλοῦσι Φόρον ᾽Ιούλιον. ῞Ιδρυται δὲ τοῦτο μεταξὺ τῆς  ̔Ολβίας καὶ τῆς ᾽Αντιπόλεως, διέχον Μασσαλίας εἰς ἑξακοσίους σταδίους.  ̔Ο δὲ  ̔Ουᾶρος μέσος ἐστὶ τῆς ᾽Αντιπόλεως καὶ Νικαίας, τῆς μὲν ὅσον εἴκοσι τῆς δὲ ἑξήκοντα σταδίους διέχων· ὥσθ´ ἡ Νίκαια τῆς ᾽Ιταλίας γίνεται κατὰ τὸν νῦν ἀποδεδειγμένον ὅρον καίπερ οὖσα Μασσαλιωτῶν·
# ̓Επετείχισαν γὰρ τὰ κτίσματα ταῦτα τοῖς ὑπερκειμένοις βαρβάροις οἱ Μασσαλιῶται τήν γε θάλατταν ἐλευθέραν ἔχειν βουλόμενοι, τῆς χώρας ὑπ´ ἐκείνων κρατουμένης· ὀρεινὴ γάρ ἐστι καὶ ἐρυμνή, πρὸς μὲν τῇ Μασσαλίᾳ πλάτος τι μέτριον καταλείπουσα τῶν ἐπιπέδων χωρίων, προϊόντι δὲ ἐπὶ τὴν ἕω παντάπασιν ἀποθλίβουσα πρὸς τὴν θάλατταν καὶ μόλις αὐτὴν πορεύσιμον ἐῶσα τὴν ὁδόν. Κατέχουσι δὲ τὰ μὲν πρῶτα Σάλυες, τὰ δὲ τελευταῖα πρὸς τὴν ᾽Ιταλίαν συνάπτοντες Λίγυες, περὶ ὧν λεχθήσεται μετὰ ταῦτα.

60Νυνὶ δὲ τοσοῦτον προσθετέον ὅτι τῆς μὲν ᾽Αντιπόλεως ἐν τοῖς τῆς Ναρβωνίτιδος μέρεσι κειμένης, τῆς δὲ Νικαίας ἐν τοῖς τῆς ᾽Ιταλίας, ἡ μὲν Νίκαια ὑπὸ τοῖς Μασσαλιώταις μένει καὶ τῆς ἐπαρχίας ἐστίν, ἡ δ´ ᾽Αντίπολις τῶν ᾽Ιταλιωτίδων ἐξετάζεται, κριθεῖσα πρὸς τοὺς Μασσαλιώτας καὶ ἐλευθερωθεῖσα τῶν παρ´ ἐκείνων προσταγμάτων.

61[IV, 1, 10] Πρόκεινται δὲ τῶν στενῶν τούτων ἀπὸ Μασσαλίας ἀρξαμένοις αἱ Στοιχάδες νῆσοι, τρεῖς μὲν ἀξιόλογοι δύο δὲ μικραί· γεωργοῦσι δ´ αὐτὰς Μασσαλιῶται. Τὸ δὲ παλαιὸν καὶ ϕρουρὰν εἶχον ἱδρυμένην αὐτόθι πρὸς τὰς τῶν λῃστηρίων ἐϕόδους, εὐποροῦντες καὶ λιμένων.

62Μετὰ δὲ τὰς Στοιχάδας (185C) ἡ Πλανασία καὶ Λήρων ἔχουσαι κατοικίας. ᾽Εν δὲ τῇ Λήρωνι καὶ ἡρῷόν ἐστι τὸ τοῦ Λήρωνος· κεῖται δ´ αὕτη πρὸ τῆς ᾽Αντιπόλεως. ῎Αλλα δ´ ἐστὶ νησίδια οὐκ ἄξια μνήμης, τὰ μὲν πρὸ τῆς Μασσαλίας αὐτῆς τὰ δὲ πρὸ τῆς ἄλλης τῆς λεχθείσης ᾐόνος.

63Τῶν δὲ λιμένων ὁ μὲν κατὰ τὸν ναύσταθμον ἀξιόλογος καὶ ὁ τῶν Μασσαλιωτῶν, οἱ δ´ ἄλλοι μέτριοι· τούτων δ´ ἐστὶ καὶ ὁ  ̔Οξύβιος καλούμενος λιμήν, ἐπώνυμος τῶν  ̔Οξυβίων Λιγύων.

Περὶ μὲν τῆς παραλίας ταῦτα λέγομεν.

  • 25 Les manuscrits donnent ἐτείχισαν qu’il est inutile de corriger en ἐπετείχισαν (cf. Marseille, p. 22 (...)

64[IV, 1, 9] Le littoral qui s’étend en direction du fleuve Ouaros et des Ligyes de cette région comporte non seulement les villes des Massaliôtai, Tauroention, Olbia, Antipolis et Nikaia, mais aussi la base navale de César Auguste qu’on appelle Phoron Ioulion [Forum Iulii, Fréjus]. Celle-ci se situe entre Olbia et Antipolis, à environ 600 stades de Massalia. Le Ouaros est entre Antipolis et Nikaia, à environ 20 stades de l’une et 60 de l’autre, de sorte que Nikaia, d’après l’actuelle frontière officielle, prend place en Italie, bien qu’elle soit une ville des Massaliôtai.
En effet, les Massaliôtai avaient fortifié25 ces fondations pour se protéger des barbares installés juste au-dessus. Ils voulaient assurer au moins la liberté de la mer puisque les autres contrôlaient le pays. Celui-ci en effet est montagneux et naturellement retranché : si, du côté de Massalia, il tolère une vague bande de terrains plats (de médiocre largeur), dès que l’on progresse vers l’est il se resserre complètement contre la mer ; tout juste s’il laisse un passage à la route. Les parties occidentales sont occupées par les Salyes, les parties orientales par les Ligyes qui confinent à l’Italie – et dont nous parlerons ultérieurement.

65Pour actualiser, un seul complément : bien qu’Antipolis soit située dans le territoire de la Narbonitis et Nikaia dans celui de l’Italie, Nikaia demeure soumise aux Massaliôtai et fait partie de la province, tandis qu’Antipolis a été rangée parmi les cités italiotes aux termes d’un jugement rendu contre les Massaliôtai qui l’a libérée de leur domination.

66[IV, 1, 10] En face de cette étroite bande côtière, en partant de Massalia, il y a les îles Stoechades [îles d’Hyères], dont trois importantes et deux petites. Les Massaliôtai les cultivent. Aux temps anciens, ils y avaient aussi une garnison qu’ils avaient établie pour s’opposer aux raids des pirates et ils y entretenaient aussi des ports.

67Après les Stoechades, on trouve l’île de Planasia [Saint-Honorat] et celle de Lerôn [Lérins], qui comportent des agglomérations. A Lerôn, il y a aussi un « hérôon », celui de Lerôn. Cette île s’étend en face d’Antipolis. Il existe aussi d’autres îlots qui ne méritent pas d’être mentionnés, les uns en face de Massalia même, les autres face au reste du rivage qu’on vient de décrire.

68En ce qui concerne les ports, celui qui dessert la base navale est remarquable et il en va de même pour celui des Massaliôtai. Les autres, en revanche, sont d’importance médiocre. Parmi ces derniers, il y a également le port dénommé Oxybios d’après le nom des Ligyes Oxybioi [Ligyens Oxybiens].

Telle est notre analyse du littoral.

L’arrière-pays

69[IV, 1, 11] Τὴν δ´ ὑπερκειμένην αὐτῆς χώραν μάλιστα γεωγραϕεῖ τά τε ὄρη τὰ περικείμενα καὶ οἱ ποταμοί, διαϕερόντως δὲ ὁ  ̔Ροδανὸς μέγιστός τε ὢν καὶ πλεῖστον ἀνάπλουν ἔχων ἐκ πολλῶν πληρούμενος ῥευμάτων· λεκτέον οὖν ἐϕεξῆς περὶ τούτων.

70[IV, 1, 11] Quant au territoire qui se trouve au-dessus du littoral, sa géographie est surtout déterminée par les montagnes qui l’entourent et par les cours d’eau (au premier rang desquels le Rhodanos : c’est à la fois le plus grand et celui qui permet la plus importante remontée par eau grâce à ses nombreux affluents qui le grossissent) : ces éléments vont ordonner notre exposé.

Rive gauche

71᾽Απὸ Μασσαλίας τοίνυν ἀρξαμένοις καὶ προϊοῦσιν ἐπὶ τὴν μεταξὺ χώραν τῶν τε ῎Αλπεων καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ μέχρι μὲν τοῦ Δρουεντία ποταμοῦ Σάλυες οἰκοῦσιν ἐπὶ πεντακοσίους σταδίους· πορθμείῳ δὲ διαβᾶσιν εἰς Καβαλλίωνα πόλιν ἡ ἐϕεξῆς χώρα πᾶσα Καουάρων ἐστὶ μέχρι τῶν τοῦ ῎Ισαρος συμβολῶν πρὸς τὸν  ̔Ροδανόν· ἐνταῦθα δὲ καὶ τὸ Κέμμενον συνάπτει πως τῷ  ̔Ροδανῷ· μῆκος τὸ μέχρι δεῦρο ἀπὸ τοῦ Δρουεντία σταδίων ἐστὶν ἑπτακοσίων. Οἱ μὲν οὖν Σάλυες ἐν αὐτοῖς τά τε πεδία καὶ τὰ ὑπερκείμενα ὄρη κατοικοῦσι, τῶν δὲ Καουάρων ὑπέρκεινται  ̔Ουοκόντιοί τε καὶ Τρικόριοι καὶ ᾽Ικόνιοι καὶ Μέδυλλοι.

72Μεταξὺ δὲ τοῦ Δρουεντία καὶ τοῦ ῎Ισαρος καὶ ἄλλοι ποταμοὶ ῥέουσιν ἀπὸ τῶν ῎Αλπεων ἐπὶ τὸν  ̔Ροδανόν, δύο μὲν οἱ περιρρέοντες πόλιν Καουάρων κοινῷ ῥείθρῳ συμβάλλοντες εἰς τὸν  ̔Ροδανόν, τρίτος δὲ Σούλγας ὁ κατὰ Οὔνδαλον πόλιν μισγόμενος τῷ  ̔Ροδανῷ, ὅπου Γναῖος ᾽Αηνόβαρβος μεγάλῃ μάχῃ πολλὰς ἐτρέψατο Κελτῶν μυριάδας. Εἰσὶ δὲ ἐν τῷ μεταξὺ πόλεις καὶ Αὐενιὼν καὶ ᾽Αραυσίων καὶ ᾽Αερία, τῷ ὄντι (ϕησὶν ᾽Αρτεμίδωρος) ἀερία διὰ τὸ ἐϕ´ ὕψους ἱδρῦσθαι μεγάλου.

73 ̔Η μὲν οὖν ἄλλη πᾶσά ἐστι πεδιὰς καὶ εὔβοτος, ἡ δ´ ἐκ τῆς ᾽Αερίας εἰς # τὴν Αὐενιῶνα ὑπερθέσεις ἔχει στενὰς καὶ ὑλώδεις.

74Καθ´ ὃ δὲ συμπίπτουσιν ὁ ῎Ισαρ ποταμὸς καὶ ὁ  ̔Ροδανὸς καὶ τὸ Κέμμενον ὄρος, Κόιντος Φάβιος Μάξιμος Αἰμιλιανὸς οὐχ ὅλαις τρισὶ μυριάσιν εἴκοσι μυριάδας Κελτῶν κατέκοψε, καὶ ἔστησε τρόπαιον αὐτόθι λευκοῦ λίθου καὶ νεὼς δύο, τὸν μὲν ῎Αρεως τὸν δ´  ̔Ηρακλέους.

75Donc, en partant de Massalia, on s’engage dans le territoire compris entre les Alpeis et le Rhodanos. Jusqu’à la rivière Drouentias, ce sont des Salyes qui l’occupent sur 500 stades. Puis une traversée par bac conduit à la ville de Kaballiôn. À partir de là, tout le pays appartient aux Kaouaroi [Cavares] jusqu’au confluent de l’Isar [l’Isère] avec le Rhodanos. C’est aussi à cet endroit que le Kemménon rejoint pour ainsi dire le Rhodanos. La distance jusqu’à ce lieu depuis le Drouentias est de 700 stades. Une précision : si les Salyes, chez eux, occupent à la fois les plaines et les montagnes qui les dominent, en revanche, les Kaouaroi ont au-dessus d’eux les Ouokontioi, les Trikorioi [Tricorii], les Ikonioi [Iconii] et les Médoulloi [Medulli].

  • 26 Les manuscrits donnent πόλιν Καουαρῶν καὶ Οὐάρων, ce qui est incompréhensible. Casaubon a proposé d (...)

76Entre le Drouentias et l’Isar, d’autres rivières descendent aussi des Alpeis pour se jeter dans le Rhodanos. Il y en a d’abord deux qui encerclent une ville des Kaouaroi26 avant de se réunir pour confluer en commun vers le Rhodanos. Une troisième, le Soulgas [la Sorgue], mêle ses eaux au Rhodanos près de la ville d’Oundalon [Undalum], là où Cnaeus Ahenobarbus, dans une grande bataille, mit en déroute plusieurs dizaines de milliers de Keltoi. Dans l’intervalle, il y a les villes d’Aouéniôn [Avignon], d’Arausiôn [Orange] et d’Aéria [Aeria] qui est, selon Artémidore, réellement aérienne parce qu’édifiée sur un haut sommet.

  • 27 Le nom donné par les manuscrits est Δουρίωνα, inconnu par ailleurs, ce qui a amené les éditeurs à t (...)

77Or donc, tout le reste du pays est en plaine et en pâturages, mais la partie entre Aéria et Dourion27 [Durio] comporte des cols étroits et boisés.

78À l’endroit où se rejoignent la rivière Isar, le Rhodanos et le mont Kemménon, Quintus Fabius Maximus Aemilianus, avec moins de 30 000 hommes, mit en pièces 200 000 Keltoi. Il y éleva un trophée de pierre blanche et deux temples, l’un à Arès l’autre à Héraklès.

Les Allobriges

79᾽Απὸ δὲ τοῦ ῎Ισαρος εἰς  ̔Ουίενναν τὴν τῶν ᾽Αλλοβρίγων μητρόπολιν κειμένην ἐπὶ τῷ  ̔Ροδανῷ στάδιοί εἰσι τριακόσιοι εἴκοσι. (186C) Πλησίον δ´ ὑπέρκειται τῆς  ̔Ουιέννης τὸ Λούγδουνον, ἐϕ´ οὗ συμμίσγουσιν ἀλλήλοις ὅ τε ῎Αραρ καὶ ὁ  ̔Ροδανός· στάδιοι δ´ εἰσὶν ἐπ´ αὐτὸ πεζῇ μὲν περὶ διακοσίους διὰ τῆς ᾽Αλλοβρίγων, ἀνάπλῳ δὲ μικρῷ πλείους.

80᾽Αλλόβριγες δὲ μυριάσι πολλαῖς πρότερον μὲν ἐστράτευον, νῦν δὲ γεωργοῦσι τὰ πεδία καὶ τοὺς αὐλῶνας τοὺς ἐν ταῖς ῎Αλπεσι· καὶ οἱ μὲν ἄλλοι κωμηδὸν ζῶσιν, οἱ δ´ ἐπιϕανέστατοι τὴν  ̔Ουίενναν ἔχοντες, κώμην πρότερον οὖσαν μητρόπολιν δ´ ὅμως τοῦ ἔθνους λεγομένην, κατεσκευάκασι πόλιν· ῞Ιδρυται δ´ ἐπὶ τῷ  ̔Ροδανῷ.

81De l’Isar [Isère] jusqu’à Ouienna [Vienne], la métropole des Allobriges [Allobroges] située sur le Rhodanos, il y a 320 stades. À proximité, plus haut que Ouienna, se trouve Lougdounon où confluent l’Arar [la Saône] et le Rhodanos. Pour se rendre à cette ville, si l’on traverse par terre le territoire des Allobriges, il y a environ 200 stades, légèrement plus en remontant le fleuve en bateau.

82Précédemment, les Allobriges, par dizaines de milliers, passaient leur temps en expéditions guerrières. Aujourd’hui, ils cultivent les plaines et les vallons des Alpeis. Ils vivent en villages sauf les plus illustres d’entre eux qui, installés à Ouienna, ont fait de celle-ci (qui n’était précédemment qu’une bourgade quoique portant le titre de « metropolis » de ce peuple) une ville bien équipée. Ouienna est située sur le Rhodanos.

Le Rhodanos

83Φέρεται δ´ ἀπὸ τῶν ῎Αλπεων οὗτος πολὺς καὶ σϕοδρός, ὅς γε καὶ διὰ λίμνης ἐξιὼν τῆς Λημέννης ϕανερὸν δείκνυσι τὸ ῥεῖθρον ἐπὶ πολλοὺς σταδίους. Κατελθὼν δὲ εἰς τὰ πεδία τῆς χώρας τῆς ᾽Αλλοβρίγων καὶ Σεγοσιανῶν συμβάλλει τῷ ῎Αραρι κατὰ Λούγδουνον πόλιν τῶν Σεγοσιανῶν.  ̔Ρεῖ δὲ καὶ ὁ ῎Αραρ ἐκ τῶν ῎Αλπεων ὁρίζων Σηκοανούς τε καὶ Αἰδούους καὶ # Λιγκασίους, παραλαβὼν δ´ ὕστερον τὸν Δοῦβιν ἐκ τῶν αὐτῶν ὀρῶν ϕερόμενον πλωτόν, ἐπικρατήσας τῷ ὀνόματι καὶ γενόμενος ἐξ ἀμϕοῖν ῎Αραρ συμμίσγει τῷ  ̔Ροδανῷ. Πάλιν δ´ ἐπικρατήσας ὁ  ̔Ροδανὸς εἰς τὴν  ̔Ουίενναν ϕέρεται.

84Συμβαίνει δὴ κατ´ ἀρχὰς μὲν τοὺς τρεῖς ποταμοὺς ϕέρεσθαι πρὸς ἄρκτον, εἶτα πρὸς δύσιν· εἰς ἓν δ´ ἤδη συμπεσὸν ῥεῖθρον πάλιν ἄλλην καμπὴν λαβὸν νότιον ϕέρεται τὸ ῥεῦμα μέχρι τῶν ἐκβολῶν, δεξάμενον καὶ τοὺς ἄλλους ποταμούς, κἀκεῖθεν ἤδη τὴν λοιπὴν ποιεῖται μέχρι τῆς θαλάττης ῥύσιν.
 ̔Η μὲν οὖν μεταξὺ τῶν ῎Αλπεων καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ τοιαύτη τις.

  • 28 Le texte des manuscrits est : ὅς γε καὶ διὰ λίμνης ἐξιὼν τῆς μεγάλης. Tous les éditeurs corrigent l (...)
  • 29 La lecture Λιγκασίους « Linkasioi » proposée par les manuscrits est incompréhensible : aucun peuple (...)

85Celui-ci s’élance depuis les Alpeis avec un fort volume et beaucoup d’impétuosité au point que, même lorsqu’il traverse le lac Lèmanna28 [le lac Léman] son cours est visible sur de nombreux stades. Au terme de sa descente vers les plaines du pays des Allobriges et des Ségosianoi [Ségusiaves], il conflue avec l’Arar à hauteur de Lougdounon, ville des Ségosianoi. L’Arar coule également depuis les Alpeis. Il sépare les Sèkoanoi [Séquanes] des Aidouoi [Éduens] et des Liggonai29 [Lingons], puis il reçoit le Doubis [Doubs], une rivière navigable qui descend des mêmes montagnes. Il lui impose son nom, si bien que, quoique formé de ce double cours, c’est l’Arar qui se mêle au Rhodanos. Et, ayant à son tour imposé son nom, c’est le Rhodanos qui se porte vers Ouienna !

86Autre particularité : à l’origine, les trois cours d’eau se dirigent vers le Nord, ensuite vers l’Ouest, mais dès qu’ils se sont réunis en un seul lit, leur cours effectue de nouveau une courbe et se dirige plein sud jusqu’aux embouchures non sans avoir reçu les autres rivières (mentionnées supra). C’est donc à partir de là (c’est-à-dire du confluent) que s’effectue le reste du parcours qui mène à la mer.
Tel est donc dans ses grandes lignes le pays compris entre les Alpeis et le Rhodanos.

Rive droite : les Ouolkai [Volques]

87[IV, 1, 12] Τὴν δ´ ἐπὶ θάτερα μέρη τοῦ ποταμοῦ  ̔Ουόλκαι νέμονται τὴν πλείστην, οὓς # ᾽Αρηκομίσκους προσαγορεύουσι. Τούτων δ´ ἐπίνειον ἡ Νάρβων λέγεται, δικαιότερον δ´ ἂν καὶ τῆς ἄλλης Κελτικῆς λέγοιτο· τοσοῦτον ὑπερβέβληται τῷ πλήθει τῶν χρωμένων τῷ ἐμπορίῳ.

88Οἱ μὲν οὖν  ̔Ουόλκαι γειτονεύουσι τῷ  ̔Ροδανῷ, τοὺς Σάλυας ἔχοντες ἀντιπαρήκοντας αὐτοῖς ἐν τῇ περαίᾳ καὶ τοὺς Καουάρους. ̓Επικρατεῖ δὲ τὸ τῶν Καουάρων ὄνομα, καὶ πάντας οὕτως ἤδη προσαγορεύουσι τοὺς ταύτῃ βαρβάρους, οὐδὲ βαρβάρους ἔτι ὄντας, ἀλλὰ μετακειμένους τὸ πλέον εἰς τὸν τῶν  ̔Ρωμαίων τύπον καὶ τῇ γλώττῃ καὶ τοῖς βίοις, τινὰς δὲ καὶ τῇ πολιτείᾳ. ῎Αλλα δ´ ἔστιν ἄδοξα ἔθνη καὶ μικρά, παρακείμενα τοῖς ᾽Αρηκομίσκοις μέχρι Πυρήνης.

  • 30 Sur les différentes formes du nom, cf. Arécomiques et Tectosages, p. 148.

89[IV, 1, 12] Quant à la région située sur l’autre rive du fleuve, elle est pour l’essentiel occupée par les Ouolkai qu’on appelle Arècomikoi30 [Arécomiques]. C’est à eux qu’appartient, dit-on, le port de Narbô mais la justice voudrait qu’on précise qu’il appartient aussi au reste de la Keltikè tant il l’emporte par le nombre de ceux qui fréquentent l’emporion.

90Or donc les Ouolkai avoisinent le Rhodanos, ayant en face d’eux, sur l’autre rive, les Salyes ainsi que les Kaouaroi, mais c’est le nom des Kaouaroi qui prévaut : c’est ainsi qu’on appelle désormais les barbares de ces parages (des barbares qui n’en sont plus puisque, pour la plupart, ils se sont convertis au style de vie des Romains, en adoptant la langue, les mœurs et même, pour certains, la vie publique). Mais il existe en outre de petits peuples obscurs qui s’étendent en bordure des Arécomiskoi jusqu’à la Pyrènè.

Némausos

91Μητρόπολις δὲ τῶν # ᾽Αρηκομίσκων ἐστὶ Νέμαυσος, κατὰ μὲν τὸν ἀλλότριον ὄχλον καὶ τὸν ἐμπορικὸν πολὺ Νάρβωνος λειπομένη, κατὰ δὲ τὸν πολιτικὸν ὑπερβάλλουσα· ὑπηκόους γὰρ ἔχει κώμας τέτταρας καὶ εἴκοσι τῶν ὁμοεθνῶν εὐανδρίᾳ διαϕερούσας, συντελούσας εἰς αὐτήν, # ἔχουσα καὶ τὸ καλούμενον (187C) Λάτιον, ὥστε τοὺς ἀξιωθέντας ἀγορανομίας καὶ ταμιείας ἐν Νεμαύσῳ  ̔Ρωμαίους ὑπάρχειν· διὰ δὲ τοῦτο οὐδ´ ὑπὸ τοῖς προστάγμασι τῶν ἐκ τῆς  ̔Ρώμης στρατηγῶν ἐστι τὸ ἔθνος τοῦτο.
῞Ιδρυται δ´ ἡ πόλις κατὰ τὴν ὁδὸν τὴν ἐκ τῆς ᾽Ιβηρίας εἰς τὴν ᾽Ιταλίαν, θέρους μὲν εὔβατον οὖσαν χειμῶνος δὲ καὶ ἔαρος πηλώδη καὶ ποταμόκλυστον. Τινὰ μὲν οὖν τῶν ῥευμάτων πορθμείοις περᾶται, τινὰ δὲ γεϕύραις ταῖς μὲν ξύλων πεποιημέναις ταῖς δὲ λίθων. Ποιοῦσι δὲ τὰς ἐκ τῶν ὑδάτων δυσκολίας οἱ χείμαρροι καὶ μέχρι τοῦ θέρους ἔσθ´ ὅτε ἐκ τῶν ῎Αλπεων καταϕερόμενοι μετὰ τὴν ἀπότηξιν τῶν χιόνων. Τῆς δ´ ὁδοῦ τῆς λεχθείσης ἡ μὲν εὐθὺς ἐπὶ τὰς ῎Αλπεις ἐστί, καθάπερ εἴπομεν, ἡ σύντομος διὰ  ̔Ουοκοντίων· ἡ δὲ διὰ τῆς παραλίας τῆς Μασσαλιωτικῆς καὶ τῆς Λιγυστικῆς μακροτέρα μέν, τὰς δ´ ὑπερθέσεις τὰς εἰς τὴν ᾽Ιταλίαν εὐμαρεστέρας ἔχει, ταπεινουμένων ἐνταῦθα ἤδη τῶν ὀρῶν.
Διέχει δ´ ἡ Νέμαυσος τοῦ μὲν  ̔Ροδανοῦ περὶ ἑκατὸν σταδίους, καθ´ ὃ ἐν τῇ περαίᾳ πολίχνιον ἔστι Ταρούσκων, τῆς δὲ Νάρβωνος ἑπτακοσίους εἴκοσι.
Πρὸς δὲ τὸ Κέμμενον ὄρος συνάπτοντες, ἐπιλαμβάνοντες δὲ καὶ τὸ νότιον πλευρὸν αὐτοῦ μέχρι τῶν ἀκρωτηρίων οἰκοῦσι τῶν τε  ̔Ουολκῶν οἱ Τεκτόσαγες καλούμενοι καὶ ἄλλοι τινές. Περὶ μὲν οὖν τῶν ἄλλων ἐροῦμεν ὕστερον.

  • 31 Sur tout ce passage, cf. Arécomiques et Tectosages, p. 173-185.
  • 32 En IV, 1, 3.
  • 33 La traduction de Lasserre « Cette route comporte, comme nous l’avons dit, une variante qui mène dir (...)

92La « mètropolis » des Arècomikoi est Némausos. Bien inférieure à Narbô pour la population étrangère et commerçante, elle l’emporte sur elle par son corps de citoyens. En effet, lui sont assujettis vingt quatre établissements de même origine, à la population remarquable, qui lui paient tribut mais qui jouissent également de ce qu’on appelle le droit latin de sorte que ceux qui ont exercé l’édilité ou la questure à Némausos deviennent citoyens Romains et, de ce fait, ce peuple échappe même à la juridiction des gouverneurs de Rome.31
La ville est située sur la route qui conduit d’Ibèria en Italie. Cette route, excellente l’été, est en hiver et au printemps bourbeuse et menacée par les crues. Certes, l’on peut passer certains cours d’eau par bac, d’autres par des ponts construits en bois ou en pierre, mais les eaux qui créent difficulté sont celles des torrents, car il en est qui, jusqu’à l’été, se précipitent depuis les Alpeis après la fonte des neiges. De cette route (déjà évoquée supra) la branche qui mène droit aux Alpeis est – comme nous avons dit32 – le chemin le plus court, à travers le pays des Ouokontioi33. En revanche, celle qui longe le littoral de la Massaliotis [la Massaliotide] et de la Ligystikè est plus longue mais offre des passes plus faciles pour se rendre en Italie car les montagnes y sont désormais bien abaissées.
Némausos est éloignée du Rhodanos d’environ 100 stades (distance calculée par rapport à la petite ville de Tarouskôn, sur l’autre rive) ; 720 stades la séparent de Narbô.
Enfin, limitrophes du Mont Kemménon dont ils occupent également le versant méridional jusqu’aux crêtes, habitent ceux des Ouolkai qu’on appelle Tektosages [Tectosages] ainsi que quelques autres, dont nous parlerons ultérieurement.

Les Tektosages

93[IV, 1, 13] Οἱ δὲ Τεκτόσαγες καλούμενοι τῇ Πυρήνῃ πλησιάζουσιν, ἐϕάπτονται δὲ μικρὰ καὶ τοῦ προσαρκτίου πλευροῦ τῶν Κεμμένων, πολύχρυσόν τε νέμονται γῆν.

94᾽Εοίκασι δὲ καὶ δυναστεῦσαί ποτε καὶ εὐανδρῆσαι τοσοῦτον ὥστε στάσεως ἐμπεσούσης ἐξελάσαι πολὺ πλῆθος ἐξ ἑαυτῶν ἐκ τῆς οἰκείας· κοινωνῆσαι δὲ τούτοις καὶ ἄλλους ἐξ ἄλλων ἐθνῶν·

95[IV, 1, 13] Ceux que l’on nomme Tektosages avoisinent la Pyrènè et ils atteignent aussi, en quelques points, le versant septentrional des Kemména. L’or abonde dans le pays qu’ils habitent.

96À ce qu’il semble, il fut un temps où leur suprématie était si grande et leur population si nombreuse qu’à la suite d’une guerre civile un nombre considérable des leurs furent chassés de chez eux. Vinrent les rejoindre divers ressortissants de divers peuples.

Les Tektosages d’Orient

97Τούτων δ´ εἶναι καὶ τοὺς κατασχόντας τὴν Φρυγίαν τὴν ὅμορον τῇ Καππαδοκίᾳ καὶ τοῖς Παϕλαγόσι· τούτου μὲν οὖν ἔχομεν τεκμήριον τοὺς ἔτι καὶ νῦν λεγομένους Τεκτόσαγας. Τριῶν γὰρ ὄντων ἐθνῶν, ἓν ἐξ αὐτῶν τὸ περὶ ῎Αγκυραν πόλιν Τεκτοσάγων λέγεται, τὰ δὲ λοιπὰ δύο ἐστι Τρόκμοι καὶ Τολιστοβώγιοι· Τούτους δ´ ὅτι μὲν ἐκ τῆς Κελτικῆς ἀπῳκίσθησαν μηνύει τὸ πρὸς τοὺς Τεκτόσαγας σύμϕυλον, ἐξ ὧν δὲ χωρίων ὡρμήθησαν οὐκ ἔχομεν ϕράζειν· οὐ γὰρ παρειλήϕαμεν οἰκοῦντάς τινας νυνὶ Τρόκμους ἢ Τολιστοβωγίους [οὔτ´] ἐκτὸς τῶν ῎Αλπεων οὔτ´ ἐν αὐταῖς οὔτ´ ἐντός· εἰκὸς δ´ ἐκλελοιπέναι διὰ τὰς ἀθρόας ἀπαναστάσεις, καθάπερ καὶ ἐπ´ ἄλλων συμβαίνει πλειόνων· ἐπεὶ καὶ τὸν ἄλλον Βρέννον τὸν ἐπελθόντα ἐπὶ Δελϕοὺς Πραῦσον τινές ϕασιν· οὐδὲ τοὺς Πραύσους δ´ ἔχομεν εἰπεῖν ὅπου γῆς ᾤκησαν πρότερον. (188C)

  • 34 Les manuscrits portent οἰκοῦντάς τινας τὴν νυνί « qui habiteraient la .. aujourd’hui ». Lasserre (s (...)

98En faisaient aussi partie ceux qui ont occupé la Phrygie, pays limitrophe de la Cappadoce et des Paphlagoniens De cela nous avons pour preuve, d’abord, le fait qu’aujourd’hui encore ils sont dits Tektosages. En effet, il existe trois peuples : l’un d’eux – celui qui habite autour de la ville d’Ancyre – est réputé appartenir au peuple des Tektosages, les deux autres sont les Trokmoi [Trocmi] et les Tolistobogioi [Tolisbogii]. Que ces derniers aient émigré de la Keltikè, c’est ce que révèle leur parenté avec les Tektosages. Quant à déterminer de quels lieux précis ils sont partis, nous ne le saurions : à ce que nous avons entendu dire, on ne connaît pas de Trokmoi ni de Tolistobogioi qui habiteraient aujourd’hui34 au-delà des Alpeis, en leur sein, ou en deçà. Mais ils ont dû disparaître sous l’effet de migrations massives, comme cela se produit pour quantité d’autres. Ainsi, certains disent que le second Brennos – celui de l’expédition contre Delphes – était un Prausien : de ces Prausiens non plus nous ne saurions dire quel point de la terre ils habitaient précédemment !

L’or de Tôlossa [Toulouse]

99Καὶ τοὺς Τεκτόσαγας δέ ϕασι μετασχεῖν τῆς ἐπὶ Δελϕοὺς στρατείας, τούς τε θησαυροὺς τοὺς εὑρεθέντας παρ´ αὐτοῖς ὑπὸ Καιπίωνος τοῦ στρατηγοῦ τῶν  ̔Ρωμαίων ἐν πόλει Τολώσσῃ τῶν ἐκεῖθεν χρημάτων μέρος εἶναί ϕασι, προσθεῖναι δὲ τοὺς ἀνθρώπους καὶ ἐκ τῶν ἰδίων οἴκων ἀνιεροῦντας καὶ ἐξιλασκομένους τὸν θεόν·

100Προσαψάμενον δ´ αὐτῶν τὸν Καιπίωνα διὰ τοῦτο ἐν δυστυχήμασι καταστρέψαι τὸν βίον, ὡς ἱερόσυλον ἐκβληθέντα ὑπὸ τῆς πατρίδος, διαδόχους δ´ ἀπολιπόντα παῖδας, ἃς συνέβη καταπορνευθείσας, ὡς εἴρηκε Τιμαγένης, αἰσχρῶς ἀπολέσθαι.

101Πιθανώτερος δ´ ἐστὶν ὁ Ποσειδωνίου λόγος· τὰ μὲν γὰρ εὑρεθέντα ἐν τῇ Τολώσσῃ χρήματα μυρίων που καὶ πεντακισχιλίων ταλάντων γενέσθαι ϕησί, τὰ μὲν ἐν σηκοῖς ἀποκείμενα τὰ δ´ ἐν λίμναις ἱεραῖς, οὐδεμίαν κατασκευὴν ἔχοντα, ἀλλ´ ἀργὸν χρυσίον καὶ ἄργυρον· τὸ δ´ ἐν Δελϕοῖς ἱερὸν κατ´ ἐκείνους ἤδη τοὺς χρόνους ὑπάρξαι κενὸν τῶν τοιούτων, σεσυλημένον ὑπὸ τῶν Φωκέων κατὰ τὸν ἱερὸν πόλεμον· εἰ δὲ καί τι ἐλείϕθη, διανείμασθαι πολλούς· οὐδὲ σωθῆναι δὲ αὐτοὺς εἰκὸς εἰς τὴν οἰκείαν, ἀθλίως ἀπαλλάξαντας μετὰ τὴν ἐκ Δελϕῶν ἀποχώρησιν καὶ σκεδασθέντας ἄλλους ἐπ´ ἄλλα μέρη κατὰ διχοστασίαν. ᾽Αλλ´, ὥσπερ ἐκεῖνός τε εἴρηκε καὶ ἄλλοι πλείους, ἡ χώρα πολύχρυσος οὖσα καὶ δεισιδαιμόνων ἀνθρώπων καὶ οὐ πολυτελῶν τοῖς βίοις # πολλαχοῦ ἔσχε θησαυρούς· μάλιστα δ´ αὐτοῖς αἱ λίμναι τὴν ἀσυλίαν παρεῖχον, εἰς ἃς καθίεσαν ἀργύρου ἢ καὶ χρυσοῦ βάρη. Οἱ γοῦν  ̔Ρωμαῖοι κρατήσαντες τῶν τόπων ἀπέδοντο τὰς λίμνας δημοσίᾳ καὶ τῶν ὠνησαμένων πολλοὶ μύλους εὗρον σϕυρηλάτους ἀργυροῦς.

102᾽Εν δὲ τῇ Τολώσσῃ καὶ τὸ ἱερὸν ἦν ἅγιον, τιμώμενον σϕόδρα ὑπὸ τῶν περιοίκων, καὶ τὰ χρήματα ἐπλεόνασε διὰ τοῦτο πολλῶν ἀνατιθέντων καὶ μηδενὸς προσάπτεσθαι θαρροῦντος.

103[IV, 1, 14] ῞Ιδρυται δ´ ἡ Τολῶσσα κατὰ τὸ στενώτατον τοῦ ἰσθμοῦ τοῦ διείργοντος ἀπὸ τῆς κατὰ Νάρβωνα θαλάττης τὸν ὠκεανόν, ὅν ϕησι Ποσειδώνιος ἐλάττω τῶν τρισχιλίων σταδίων.

104A propos des Tektosages, on dit aussi qu’ils ont pris part à l’expédition contre Delphes et même que les trésors qu’avait trouvés chez eux Caepio, général des Romains, dans la ville de Tôlossa, étaient une partie des richesses rapportées de là-bas, que la population avait augmentées par des consécrations faites sur leurs biens propres et par des offrandes destinées à s’attirer la faveur du dieu.

105C’est pour y avoir mis la main que Caepio termina sa vie dans le malheur : exilé par sa patrie comme voleur sacrilège, il laissa comme héritières des filles qui tombèrent dans la prostitution – à ce que rapporte Timagène – et moururent dans l’ignominie.

  • 35 Sur le maintien de cette précision, cf. l’or de Toulouse, p. 199-200.

106La version de Poseidonios est plus crédible. D’abord, les richesses trouvées à Tôlossa se montaient, dit-il, à environ 15 000 talents, elles étaient déposées soit dans des enclos soit dans des lacs sacrés, il ne s’agissait pas d’objets élaborés mais d’or et d’argent à l’état brut. D’autre part, le sanctuaire de Delphes, déjà à cette époque, ne contenait plus de tels trésors, pillé qu’il avait été par les Phocidiens lors de la guerre sacrée ; en fût-il resté, le partage l’aurait éparpillé. Enfin, quelle chance que [les Tektosages] aient regagné sains et saufs leur patrie, quand on connaît la fin lamentable de l’aventure – après leur retraite de Delphes et que la discorde eut provoqué la dispersion générale – ? En revanche (et là, Poseidonios s’accorde avec nombre d’autres auteurs), comme la contrée est riche en or, qu’elle appartient à une population qui, à la fois, craint les dieux et est peu portée sur le luxe, ils possédaient des trésors en de nombreux points de la Keltikè35, tout particulièrement dans les lacs qui leur garantissaient l’inviolabilité et où ils ont jeté des lingots d’argent et d’or. (D’ailleurs, lorsque les Romains, devenus maîtres des lieux, vendirent les lacs pour le compte du trésor public, de nombreux acheteurs y trouvèrent des blocs d’argent martelés en forme de meules).

107A Tôlossa, le sanctuaire était également objet de piété – les habitants de la contrée l’entouraient d’une extraordinaire vénération et, de ce fait, les richesses y surabondaient : foule de gens y portaient des offrandes et nul n’aurait eu l’audace d’y toucher.

108[IV, 1, 14] Tôlossa est située sur la partie la plus étroite de l’isthme qui sépare l’Océan de la mer proche de Narbô, isthme inférieur à 3 000 stades, à ce que dit Poseidonios.

Le réseau hydrographique

109῎Αξιον δ´ ἀντὶ πάντων ἐπισημήνασθαι πάλιν ὅπερ εἴπομεν πρότερον, τὴν ὁμολογίαν τῆς χώρας πρός τε τοὺς ποταμοὺς καὶ τὴν θάλατταν τήν τ´ ἐκτὸς ὁμοίως καὶ τὴν ἐντός· εὕροι γὰρ ἄν τις ἐπιστήσας οὐκ ἐλάχιστον μέρος τοῦθ´ ὑπάρχον τῆς τῶν τόπων ἀρετῆς, λέγω δὲ τὸ τὰς χρείας ἐπιπλέκεσθαι τὰς τοῦ βίου μετὰ ῥᾳστώνης ἅπασι πρὸς ἅπαντας καὶ τὰς ὠϕελείας ἀνεῖσθαι κοινάς, (189C) μάλιστα δὲ νῦν, ἡνίκα ἄγοντες σχολὴν ἀπὸ τῶν ὅπλων ἐργάζονται τὴν χώραν ἐπιμελῶς, καὶ τοὺς βίους κατασκευάζονται πολιτικούς· ὥστε ἐπὶ τῶν τοιούτων κἂν τὸ τῆς προνοίας ἔργον ἐπιμαρτυρεῖσθαί τις ἂν δόξειεν, οὐχ ὅπως ἔτυχεν, ἀλλ´ ὡς ἂν μετὰ λογισμοῦ τινος διακειμένων τῶν τόπων.

110 ̔Ο μέν γε  ̔Ροδανὸς πολύν τε ἔχει τὸν ἀνάπλουν καὶ μεγάλοις ϕορτίοις καὶ ἐπὶ πολλὰ μέρη τῆς χώρας διὰ τὸ τοὺς ἐμπίπτοντας εἰς αὐτὸν ποταμοὺς ὑπάρχειν πλωτοὺς καὶ διαδέχεσθαι τὸν ϕόρτον πλεῖστον.  ̔Ο δ´ ῎Αραρ ἐκδέχεται καὶ ὁ Δοῦβις ὁ εἰς τοῦτον ἐμβάλλων, εἶτα πεζεύεται μέχρι τοῦ Σηκοάνα ποταμοῦ, κἀντεῦθεν ἤδη καταϕέρεται εἰς τὸν ὠκεανὸν καὶ τοὺς Ληξοβίους καὶ Καλέτους, ἐκ δὲ τούτων εἰς τὴν Βρεττανικὴν ἐλάττων ἢ ἡμερήσιος δρόμος ἐστίν.

111᾽Επεὶ δ´ ἐστὶν ὀξὺς καὶ δυσανάπλους ὁ  ̔Ροδανός, τινὰ τῶν ἐντεῦθεν ϕορτίων πεζεύεται μᾶλλον ταῖς ἁρμαμάξαις, ὅσα εἰς ᾽Αρουέρνους κομίζεται καὶ τὸν Λίγηρα ποταμόν, καίπερ τοῦ  ̔Ροδανοῦ καὶ τούτοις πλησιάζοντος ἐκ μέρους· ἀλλ´ ἡ ὁδὸς πεδιὰς οὖσα καὶ οὐ πολλὴ περὶ ὀκτακοσίους σταδίους ἐπάγεται μὴ χρήσασθαι τῷ ἀνάπλῳ διὰ τὸ πεζεύεσθαι ῥᾷον· ἐντεῦθεν δ´ ὁ Λίγηρ εὐϕυῶς ἐκδέχεται· ῥεῖ δὲ ἐκ τῶν Κεμμένων εἰς τὸν ὠκεανόν.

112᾽Εκ δὲ Νάρβωνος ἀναπλεῖται μὲν ἐπὶ μικρὸν τῷ ῎Ατακι, πεζεύεται δὲ πλέον ἐπὶ τὸν Γαρούναν ποταμόν, καὶ τοῦθ´ ὅσον ὀκτακοσίων ἢ ἑπτακοσίων σταδίων· ῥεῖ δὲ καὶ ὁ Γαρούνας εἰς τὸν ὠκεανόν.
Ταῦτα μὲν ὑπὲρ τῶν νεμομένων τὴν Ναρβωνῖτιν ἐπικράτειαν λέγομεν, οὓς οἱ πρότερον Κέλτας ὠνόμαζον· ἀπὸ τούτων δ´ οἶμαι καὶ τοὺς σύμπαντας Γαλάτας Κελτοὺς ὑπὸ τῶν  ̔Ελλήνων προσαγορευθῆναι διὰ τὴν ἐπιϕάνειαν, ἢ καὶ προσλαβόντων πρὸς τοῦτο καὶ τῶν Μασσαλιωτῶν διὰ τὸ πλησιόχωρον.

  • 36 En IV, 1, 2 : cf. n.6.

113Il vaut la peine d’insister une nouvelle fois sur ce que nous avons dit précédemment36, à savoir sur l’harmonie que connaît ce pays au regard aussi bien des fleuves que de la mer – l’extérieure comme l’intérieure. En effet l’analyse montre aisément que le principal avantage tient à la vertu de la topographie, c’est-à-dire à ce réseau qui permet d’échanger les denrées de base avec facilité, sans exclure quiconque et même en développant des profits communs. (Particulièrement aujourd’hui, puisque les habitants vivent en paix au lieu de faire la guerre, qu’ ils accordent tous leurs soins à l’agriculture et qu’ils ont organisé des modes de vie civiques). D’aussi heureuses dispositions ne pourraient-elles aussi témoigner en faveur de l’action de la providence ? On ne saurait y voir le fruit du hasard mais plutôt le résultat d’un plan délibéré.

114De fait, le Rhodanos – en premier – se prête à une remontée importante même pour de gros tonnages et permet d’atteindre de nombreux endroits du pays parce que les fleuves qui sont ses affluents sont eux-mêmes navigables et acceptent l’essentiel du trafic. Ensuite l’Arar, puis le Doubis – qui se jette dans celui-ci – prennent le relais, puis un transport terrestre mène au fleuve Sèkoanas [la Seine], puis, de là, on descend vers l’Océan chez les Lèxoouoi [Léxoviens] comme chez les Kalètoi [Calètes], et, de chez eux, la traversée vers la Prettanikè [Bretagne] se fait en moins d’une journée.

115Comme le Rhodanos est rapide et que sa remontée est délicate, pour certaines des cargaisons qui viennent de là on préfère un transport terrestre par chariots, notamment à destination des Arouernoi [Arvernes] et du fleuve Leiger. Sans doute, le Rhodanos, dans une part de son cours, avoisine ces régions, mais comme la route emprunte des plaines et qu’elle n’est pas longue (environ 800 stades), il est logique de ne pas remonter le fleuve puisque le transport terrestre est plus facile. A partir de là, le Leiger offre toutes facilités : il coule des Kemména vers l’Océan.

116Enfin, depuis Narbô, on remonte d’abord l’Atax sur une faible distance, puis un plus long transport terrestre mène au fleuve Garounas, ce trajet dernier correspondant à 800 ou 700 stades, puis le Garounas, lui aussi, coule vers l’Océan.
Ainsi s’achève notre description des peuples qui habitent la province de Narbonitis, ceux que les auteurs anciens appelaient du nom de Keltai. C’est à partir d’eux, je crois, que l’ensemble des Galatai ont été appelés Keltoi par les Grecs, soit en raison de leur célébrité soit que les Massaliôtai y aient eux-mêmes contribué du fait qu’ils habitaient à côté d’eux.

L’Akouitania [l’Aquitaine]

Généralités

117[IV, 2, 1]  ̔Εξῆς δὲ περὶ τῶν ᾽Ακυιτανῶν λεκτέον καὶ τῶν προσωρισμένων αὐτοῖς ἐθνῶν τετταρεσκαίδεκα Γαλατικῶν τῶν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα κατοικούντων καὶ τοῦ Λίγηρος, ὧν ἔνια ἐπιλαμβάνει καὶ τῆς τοῦ  ̔Ροδανοῦ ποταμίας καὶ τῶν πεδίων τῶν κατὰ τὴν Ναρβωνῖτιν.
Ἁπλῶς γὰρ εἰπεῖν, οἱ ᾽Ακυιτανοὶ διαϕέρουσι τοῦ Γαλατικοῦ ϕύλου κατά τε τὰς τῶν σωμάτων κατασκευὰς καὶ κατὰ τὴν γλῶτταν, ἐοίκασι δὲ μᾶλλον ῎Ιβηρσιν.  ̔Ορίζονται δὲ τῷ Γαρούνᾳ ποταμῷ ἐντὸς τούτου καὶ τῆς Πυρήνης οἰκοῦντες. ῎Εστι δὲ ἔθνη τῶν ᾽Ακυιτανῶν πλείω μὲν τῶν εἴκοσι, μικρὰ δὲ καὶ ἄδοξα τὰ πολλά, # [τὰ] μὲν παρωκεανιτικὰ τὰ δὲ εἰς τὴν μεσόγαιαν καὶ τὰ ἄκρα τῶν Κεμμένων ὀρῶν μέχρι Τεκτοσάγων ἀνέχοντα. (190C)

118̓Επειδὴ δὲ μικρὰ μερὶς ἦν ἡ τοσαύτη, προσέθεσαν καὶ τὴν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λίγηρος.

119Παράλληλοι δέ πώς εἰσιν οἱ ποταμοὶ τῇ Πυρήνῃ καὶ δύο ποιοῦσι παραλληλόγραμμα πρὸς αὐτὴν χωρία, ὁριζόμενα κατὰ τὰς ἄλλας πλευρὰς τῷ τε ὠκεανῷ καὶ τοῖς Κεμμένοις ὄρεσι· δισχιλίων δ´ ὁμοῦ τι σταδίων ἐστὶν ὁ πλοῦς ἑκατέρων τῶν ποταμῶν. ᾽Εκβάλλει δ´ ὁ μὲν Γαρούνας τρισὶ ποταμοῖς αὐξηθεὶς εἰς τὸ μεταξὺ Βιτουρίγων τε τῶν  ̔Οΐσκων ἐπικαλουμένων καὶ Σαντόνων, ἀμϕοτέρων Γαλατικῶν ἐθνῶν· μόνον γὰρ δὴ τὸ τῶν Βιτουρίγων τούτων ἔθνος ἐν τοῖς ᾽Ακυιτανοῖς ἀλλόϕυλον ἵδρυται, καὶ οὐ συντελεῖ αὐτοῖς, ἔχει δὲ ἐμπόριον Βουρδίγαλα ἐπικείμενον λιμνοθαλάττῃ τινί, ἣν ποιοῦσιν αἱ ἐκβολαὶ τοῦ ποταμοῦ.  ̔Ο δὲ Λίγηρ μεταξὺ Πικτόνων τε καὶ Ναμνιτῶν ἐκβάλλει.

120[IV, 2, 1] Ensuite, il faut parler des Akouitanoi et de ceux qui leur ont été rattachés, c’est-à-dire les quatorze peuples Galatai habitant entre le Garounas et le Leiger, dont certains vont jusqu’à atteindre le bassin du Rhodanos et les plaines proches de la Narbonitis.
Pour faire bref, les Akouitanoi diffèrent de la branche galatique aussi bien par leur constitution physique que par leur langue : ils ressemblent davantage à des Ibères. Ils ont pour frontière le fleuve Garounas et vivent entre celui-ci et la Pyrènè. Les Akouitanoi sont un ensemble de plus de vingt peuples, petits et obscurs, pour la plupart riverains de l’Océan, les autres s’étendant vers l’intérieur des terres et les crêtes des Monts Kemména jusqu’au territoire des Tektosages.

121Mais un pays de cette dimension constituait une trop petite unité (administrative) : aussi lui ajouta-t-on le territoire sis entre le Garounas et le Leiger.

  • 37 Les manuscrits de la famille ώ (A manque ici) portent ᾽Ιοσκῶν nom qui n’est pas autrement attesté. (...)

122Ces fleuves sont à peu près parallèles à la Pyrènè et, avec elle, ils forment deux parallélogrammes, dont les autres côtés sont délimités par l’Océan et par le Kemménon. C’est environ sur 2 000 stades tout compris qu’on peut naviguer sur ces deux fleuves. Le Garounas, après s’être grossi de trois rivières, débouche dans la région qui se trouve entre les Bitourigoi [Bituriges] qu’on surnomme Ouiouiskoi [Vivisques] et les Santonoi [Santons] – tous deux peuples Galatai. Remarquons en effet que ce peuple des Bitourigoi Ouiouiskoi37 est le seul peuple allogène établi chez les Akouitanoi. Il ne leur paie pas tribut. Il a un « emporion » Bourdigala [Bordeaux], situé sur une sorte de lagune que forment les bouches du fleuve. Quant au Leiger, il trouve son débouché entre les territoires des Piktones [Pictons] et des Namnitoi [Namnètes].

Korbilô [Corbilo]

123Πρότερον δὲ Κορβιλὼν ὑπῆρχεν ἐμπόριον ἐπὶ τούτῳ τῷ ποταμῷ, περὶ ἧς εἴρηκε Πολύβιος, μνησθεὶς τῶν ὑπὸ Πυθέου μυθολογηθέντων, ὅτι Μασσαλιωτῶν μὲν τῶν συμμιξάντων Σκιπίωνι οὐδεὶς εἶχε λέγειν οὐδὲν μνήμης ἄξιον ἐρωτηθεὶς ὑπὸ τοῦ Σκιπίωνος περὶ τῆς Βρεττανικῆς, οὐδὲ τῶν ἐκ Νάρβωνος οὐδὲ τῶν ἐκ Κορβιλῶνος, αἵπερ ἦσαν ἄρισται πόλεις τῶν ταύτῃ, Πυθέας δ´ ἐθάρρησε τοσαῦτα ψεύσασθαι.

Τῶν δὲ Σαντόνων πόλις ἐστὶ Μεδιολάνιον.

124Précédemment, il y avait sur ce fleuve un emporion, Korbilô, à propos duquel Polybe, évoquant les récits fantaisistes de Pythéas, disait ceci : « alors même qu’aucun de tous les Massaliôtai qui discutaient avec Scipion n’avait été capable de lui fournir un renseignement intéressant quand Scipion posait des questions sur la Prettanikè alors même qu’il n’en avait pas obtenu davantage des gens de Narbô et de Korbilô – la fleur des villes du pays – Pythéas, lui, a eu le front de débiter des mensonges aussi énormes ».

Mediolanion [Saintes] est la ville des Santonoi.

Les peuples des Akouitanoi

125῎Εστι δ´ ἡ μὲν παρωκεανῖτις τῶν ᾽Ακυιτανῶν ἀμμώδης ἡ πλείστη καὶ λεπτή, κέγχρῳ τρέϕουσα, τοῖς δὲ ἄλλοις καρποῖς ἀϕορωτέρα. ᾽Ενταῦθα δ´ ἐστὶ καὶ ὁ κόλπος ὁ ποιῶν τὸν ἰσθμὸν πρὸς τὸν ἐν τῇ Ναρβωνίτιδι παραλίᾳ Γαλατικὸν κόλπον, ὁμώνυμος ἐκείνῳ καὶ αὐτός.
῎Εχουσι δὲ Τάρβελλοι τὸν κόλπον, παρ´ οἷς ἐστι τὰ χρυσεῖα σπουδαιότατα πάντων· ἐν γὰρ βόθροις ὀρυχθεῖσιν ἐπὶ μικρὸν εὑρίσκονται καὶ χειροπληθεῖς χρυσίου πλάκες ἔσθ´ ὅτε μικρᾶς ἀποκαθάρσεως δεόμεναι. Τὸ δὲ λοιπὸν ψῆγμά ἐστι καὶ βῶλοι, καὶ αὗται κατεργασίαν οὐ πολλὴν ἔχουσαι.

126 ̔Η δὲ μεσόγειος καὶ ὀρεινὴ βελτίω γῆν ἔχει, πρὸς μὲν τῇ Πυρήνῃ τὴν τῶν Κωνουενῶν, ὅ ἐστι συνηλύδων, ἐν ᾗ πόλις Λούγδουνον καὶ τὰ τῶν  ̔Ονησιῶν θερμὰ κάλλιστα ποτιμωτάτου ὕδατος· καλὴ δὲ καὶ ἡ τῶν Αὐσκίων.

127Sur la plus grande partie de la côte Océane des Akouitanoi, sablonneuse et pauvre, le millet peut pousser mais les autres productions viennent plutôt mal. C’est là aussi que se trouve le golfe qui forme l’isthme : opposé au golfe galatique qui creuse le littoral de la Narbonitis, il est lui aussi appelé du même nom.
Ce sont les Tarbelloi [Tarbelles] qui occupent ce golfe. Chez eux se situent les mines d’or les plus performantes de toutes : en creusant des puits de faible profondeur, on trouve des plaques d’or qui remplissent la main et qui, souvent, ne réclament qu’un léger affinage ; le reste consiste en paillettes et en pépites, ne demandant elles aussi que peu de travail.

128À l’intérieur et dans la région montagneuse, on trouve une meilleure terre : d’abord, vers la Pyrènè, le pays des Konouénoi [Convènes] (c’est-à-dire des « réfugiés ») où se trouvent la ville de Lougdounon et les eaux chaudes des Onèsioi [Onesii] – d’admirables sources d’une eau délicieuse à boire, ensuite la belle région des Auskioi [Ausques].

Les peuples entre le Garounas et le Leiger

129[IV, 2, 2] Τὰ δὲ μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λίγηρος ἔθνη τὰ προσκείμενα τοῖς ᾽Ακυιτανοῖς ἐστιν ᾽Ελουοὶ μὲν ἀπὸ τοῦ  ̔Ροδανοῦ τὴν ἀρχὴν ἔχοντες,  ̔Ουελλάιοι δὲ μετὰ τούτους, οἳ προσωρίζοντό ποτε ᾽Αρουέρνοις, νῦν δὲ τάττονται καθ´ ἑαυτούς· εἶτα ᾽Αρουέρνοι καὶ Λεμοουίκες καὶ Πετροκόριοι· πρὸς δὲ τούτοις Νιτιόβριγες καὶ Καδοῦρκοι καὶ Βιτούριγες οἱ Κοῦβοι καλούμενοι· πρὸς δὲ τῷ ὠκεανῷ Σάντονοί τε καὶ Πίκτονες, οἱ μὲν τῷ Γαρούνᾳ παροικοῦντες, ὡς εἴπομεν, οἱ δὲ (191C) τῷ Λίγηρι.  ̔Ρουτηνοὶ δὲ καὶ Γαβαλεῖς τῇ Ναρβωνίτιδι πλησιάζουσι.

130Παρὰ μὲν οὖν τοῖς Πετροκορίοις σιδηρουργεῖά ἐστιν ἀστεῖα καὶ τοῖς Κούβοις Βιτούριξι, παρὰ δὲ τοῖς Καδούρκοις λινουργίαι, παρὰ δὲ τοῖς  ̔Ρουτηνοῖς ἀργυρεῖα· ἔχουσι δ´ ἀργυρεῖα καὶ οἱ Γαβαλεῖς.

131Δεδώκασι δὲ Λάτιον  ̔Ρωμαῖοι καὶ τῶν ᾽Ακυιτανῶν τισι, καθάπερ Αὐσκίοις καὶ Κωνουέναις.

  • 38 Les manuscrits hésitent sur la forme entre Οὐελλάοιοι et Οὐελλάιοι. Οὐελλάουοι est une correction d (...)

132[IV, 2, 2] En ce qui concerne les peuples entre le Garounas et le Leiger et dépendant des Akouitanoi, il y a d’abord les Elouoi [Helviens] dont le territoire commence au Rhodanos. Après eux, les Ouellaouoi38 [Vellaves] qui furent naguère rattachés aux Arouernoi mais qui, aujourd’hui, sont autonomes. Puis les Arouernoi, les Lémoouikes [Lémoviques] et les Pétrokorioi [Pétrocores] ; puis, les jouxtant, les Nitiobriges [Nitiobroges], les Kadourkoi [Cadurques] et les Bitourigoi qu’on appelle Kouboi [Cubes] ; puis, sur l’Océan, à la fois les Santonoi et les Piktones, les premiers riverains du Garounas – comme nous l’avons dit –, les seconds du Leiger. Quant aux Routènoi [Rutènes] et aux Gabaleis [Gabales], ils avoisinent la Narbonitis.

133Or donc, chez les Pétrokorioi, il existe une métallurgie du fer très élaborée ainsi que chez les Bitourigoi Kouboi ; chez les Kadourkoi, un artisanat du lin ; chez les Routènoi, des mines d’argent. Les Gabaleis possèdent également des mines d’argent.

134Les Romains ont accordé le droit latin à certains de ces Akouitanoi (par exemple aux Auskioi et aux Konouénoi).

Les Arouernoi

135[IV, 2, 3] ᾽Αρουέρνοι δὲ ἵδρυνται μὲν ἐπὶ τῷ Λίγηρι· μητρόπολις δ´ αὐτῶν ἐστι Νεμωσσὸς ἐπὶ τῷ ποταμῷ κειμένη.  ̔Ρυεὶς δ´ οὗτος παρὰ Κήναβον, τὸ τῶν Καρνούτων ἐμπόριον κατὰ μέσον που τὸν πλοῦν συνοικούμενον, ἐκβάλλει πρὸς τὸν ὠκεανόν. Τῆς δυνάμεως δὲ τῆς πρότερον ᾽Αρουέρνοι μέγα τεκμήριον παρέχονται τὸ πολλάκις πολεμῆσαι πρὸς  ̔Ρωμαίους, τοτὲ μὲν μυριάσιν εἴκοσι πάλιν δὲ διπλασίαις. Τοσαύταις γὰρ πρὸς Καίσαρα τὸν θεὸν διηγωνίσαντο μετὰ  ̔Ουερκιγγετόριγος, πρότερον δὲ καὶ εἴκοσι πρὸς Μάξιμον τὸν Αἰμιλιανόν, καὶ πρὸς Δομίτιον δ´ ὡσαύτως ᾽Αηνόβαρβον.

136Πρὸς μὲν οὖν Καίσαρα περί τε Γεργοουίαν πόλιν τῶν ᾽Αρουέρνων ἐϕ´ ὑψηλοῦ ὄρους κειμένην συνέστησαν οἱ ἀγῶνες, ἐξ ἧς ἦν ὁ  ̔Ουερκιγγέτοριξ· καὶ περὶ ᾽Αλησίαν πόλιν Μανδουβίων, ἔθνους ὁμόρου τοῖς ᾽Αρουέρνοις, καὶ ταύτην ἐϕ´ ὑψηλοῦ λόϕου κειμένην περιεχομένην δ´ ὄρεσι καὶ ποταμοῖς δυσίν, ἐν ᾗ καὶ ἑάλω ὁ ἡγεμὼν καὶ ὁ πόλεμος τέλος ἔσχε· πρὸς δὲ Μάξιμον Αἰμιλιανὸν κατὰ τὴν συμβολὴν τοῦ τ´ ῎Ισαρος καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ, καθ´ ἣν καὶ τὸ Κέμμενον ὄρος πλησιάζει τῷ  ̔Ροδανῷ· Πρὸς δὲ Δομίτιον κατωτέρω ἔτι κατὰ τὴν συμβολὴν τοῦ τε Σούλγα καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ.

137Διέτειναν δὲ τὴν ἀρχὴν οἱ ᾽Αρουέρνοι καὶ μέχρι Νάρβωνος καὶ τῶν ὅρων τῆς Μασσαλιώτιδος, ἐκράτουν δὲ καὶ τῶν μέχρι Πυρήνης ἐθνῶν καὶ μέχρι ὠκεανοῦ καὶ  ̔Ρήνου.

138Βιτυΐτου δὲ τοῦ πρὸς τὸν Μάξιμον καὶ τὸν Δομίτιον πολεμήσαντος ὁ πατὴρ Λουέριος τοσοῦτον πλούτῳ λέγεται καὶ τρυϕῇ διενεγκεῖν, ὥστε ποτὲ ἐπίδειξιν ποιούμενος τοῖς ϕίλοις τῆς εὐπορίας ἐπ´ ἀπήνης ϕέρεσθαι διὰ πεδίου, χρυσοῦ νόμισμα καὶ ἀργύρου δεῦρο κἀκεῖσε διασπείρων, ὥστε συλλέγειν ἐκείνους ἀκολουθοῦντας.

139Les Arouernoi sont établis sur le Leiger et leur métropole est Nemôssos qui est située sur le fleuve. Après avoir arrosé Kenabon [Orléans], l’emporion des Karnoutoi [Carnutes] (ville populeuse située approximativement au milieu de son cours), il va se jeter dans l’Océan. La puissance qui était auparavant celle des Arouernoi est amplement attestée par le fait qu’ils ont souvent réuni pour faire la guerre aux Romains tantôt 200 000 hommes mais plus d’une fois le double ! En effet, c’est avec de telles forces (400 000) qu’ils ont affronté le divin César avec Vercingétorix, et précédemment ils avaient été 200 000 contre Maximus Aemilianus et le même nombre contre Domitius Ahenobarbus.

140Or donc, contre César, c’est autour de Gergoouia [Gergovie] – une ville des Arouernoi située sur une hauteur escarpée – que se déroulèrent les combats (c’était la patrie de Vercingétorix), ainsi qu’autour d’Alèsia [Alésia], une ville des Mandoubioi [Mandubiens] (peuple limitrophe des Arouernoi) elle aussi située sur une colline escarpée, entourée de montagnes et par deux fleuves – c’est là également que le commandant en chef fut capturé et que, du coup, la guerre prit fin. Contre Maximus Aemilianus, les combats se déroulèrent vers le confluent de l’Isar et du Rhodanos – où le Mont Kemménon avoisine aussi le Rhodanos. Enfin, contre Domitius, ils eurent lieu plus bas encore, vers le confluent du Soulgas et du Rhodanos.

141Les Arouernoi étendaient leur pouvoir jusqu’à Narbô et aux frontières de la Massaliotis, et ils dominaient aussi les peuples jusqu’à la Pyrènè, jusqu’à l’Océan et jusqu’au Rhênos.

142Bitouitos, celui qui fit la guerre contre Maximus et Domitius, avait un père, Louérios, dont on dit qu’il se distinguait tellement par sa richesse et sa folie des grandeurs qu’un jour, voulant faire étalage de son opulence à ses amis, il se fit porter en char et traversa une plaine en semant de tous côtés des pièces d’or et d’argent de façon à ce qu’elles fussent ramassées par ceux qui l’escortaient.

Les Provinces rattachées à Lougdounon et aux Belgai

143[IV, 3, 1] Μετὰ δὲ τὴν ᾽Ακυιτανὴν μερίδα καὶ τὴν Ναρβωνῖτιν ἡ ἐϕεξῆς ἐστι μέχρι τοῦ  ̔Ρήνου παντὸς ἀπὸ τοῦ Λίγηρος ποταμοῦ καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ, καθ´ ὃ συνάπτει πρὸς τὸ Λούγδουνον ἀπὸ τῆς πηγῆς κατενεχθεὶς ὁ  ̔Ροδανός. Ταύτης δὲ τῆς χώρας τὰ μὲν ἄνω μέρη τὰ πρὸς ταῖς πηγαῖς τῶν ποταμῶν, τοῦ τε  ̔Ρήνου καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ, μέχρι μέσων σχεδόν τι τῶν πεδίων ὑπὸ τῷ Λουγδούνῳ τέτακται, τὰ δὲ λοιπὰ καὶ παρωκεανιτικὰ ὑπ´ ἄλλῃ τέτακται μερίδι, ἣν ἰδίως Βέλγαις προσνέμουσιν· ἡμεῖς δὲ κοινότερον τὰ καθ´ ἕκαστα δηλώσομεν. (192C)

144[IV, 3, 1] Après le territoire de l’Akouitanè [l’Aquitaine] et celui de la Narbonitis, celui qui fait suite s’étend jusqu’au Rhênos – pris sur tout son cours – depuis le fleuve Leiger et depuis le Rhodanos – pris dans sa partie entre sa source et l’arrivée à Lougdounon. De ce territoire, les parties supérieures – des sources des fleuves Rhênos et Rhodanos jusqu’à, grosso modo, le milieu des plaines – sont soumises à Lougdounon ; le reste, y compris les régions côtières, correspond à une autre province qu’on attribue – pour employer le terme propre – aux Belgai. Quant à nous, c’est en bloc que nous traiterons de ces deux entités.

Les peuples entre Rhodanos et Arar

Lougdounon

145[IV, 3, 2] Αὐτὸ μὲν δὴ τὸ Λούγδουνον ἐκτισμένον ὑπὸ λόϕῳ κατὰ τὴν συμβολὴν τοῦ τε ῎Αραρος τοῦ ποταμοῦ καὶ τοῦ  ̔Ροδανοῦ κατέχουσι  ̔Ρωμαῖοι. Εὐανδρεῖ δὲ μάλιστα τῶν ἄλλων πλὴν Νάρβωνος· καὶ γὰρ ἐμπορίῳ χρῶνται καὶ τὸ νόμισμα χαράττουσιν ἐνταῦθα τό τε ἀργυροῦν καὶ τὸ χρυσοῦν οἱ τῶν  ̔Ρωμαίων ἡγεμόνες. Τό τε ἱερὸν τὸ ἀναδειχθὲν ὑπὸ πάντων κοινῇ τῶν Γαλατῶν Καίσαρι τῷ Σεβαστῷ πρὸ ταύτης ἵδρυται τῆς πόλεως ἐπὶ τῇ συμβολῇ τῶν ποταμῶν· ἔστι δὲ βωμὸς ἀξιόλογος ἐπιγραϕὴν ἔχων τῶν ἐθνῶν ἑξήκοντα τὸν ἀριθμὸν καὶ εἰκόνες τούτων ἑκάστου μία καὶ ἄλλος # [ἀνδριας] μέγας. Προκάθηται δὲ τοῦ ἔθνους τοῦ Σεγοσιανῶν ἡ πόλις αὕτη, κειμένου μεταξὺ τοῦ  ̔Ροδανοῦ καὶ # τοῦ Λίγηρος·

146Τὰ δ´ ἑξῆς ἔθνη τὰ συντείνοντα πρὸς τὸν  ̔Ρῆνον, τὰ μὲν ὑπὸ τοῦ Δούβιος ὁρίζεται τὰ δ´ ὑπὸ τοῦ ῎Αραρος. Οὗτοι μὲν οὖν, ὡς εἴρηται πρότερον, ἀπὸ τῶν ῎Αλπεων καὶ αὐτοὶ κατενεχθέντες ἔπειτ´ εἰς ἓν ῥεῖθρον συμπεσόντες εἰς τὸν  ̔Ροδανὸν καταϕέρονται· ἄλλος δ´ ἐστὶν ὁμοίως ἐν ταῖς ῎Αλπεσι τὰς πηγὰς ἔχων, Σηκοάνας ὄνομα.  ̔Ρεῖ δ´ εἰς τὸν ὠκεανὸν παράλληλος τῷ  ̔Ρήνῳ διὰ ἔθνους ὁμωνύμου, συνάπτοντος τῷ  ̔Ρήνῳ τὰ πρὸς ἕω, τὰ δ´ εἰς τἀναντία τῷ ῎Αραρι, ὅθεν αἱ κάλλισται ταριχεῖαι τῶν ὑείων κρεῶν εἰς τὴν  ̔Ρώμην κατακομίζονται.

  • 39 La leçon de tous les manuscrits est καὶ ἄλλος μέγας, « un autre grand », ce qui n’est guère satisfa (...)
  • 40 Le texte des manuscrits porte κειμένη, « située », apposée à πόλις, donc à Lyon. L’erreur de locali (...)

147[IV, 3, 2] En tant que telle, Lougdounon, fondée sous une colline près du confluent du fleuve Arar et du Rhodanos, est occupée par des Romains. Par son peuplement, elle l’emporte sur toutes les autres villes à l’exception de Narbô. Pour preuve : les gouverneurs Romains l’utilisent comme emporion et y battent monnaie d’or et d’argent. Le sanctuaire dédié en commun par tous les Galatai à César Auguste s’élève devant cette ville, au confluent des fleuves ; s’y trouvent aussi un autel remarquable portant inscription des peuples (au nombre de soixante), les images de chacun d’eux ainsi qu’un grand […]39. Cette ville est placée à la tête du territoire des Ségosianoi, peuple situé entre le Rhodanos et le Doubis40.

  • 41 On peut comprendre indifféremment « à la suite de Lyon » ou « à la suite des Ségusiaves ».

148Quant aux peuples qui font suite41 – ceux qui s’étendent en direction du Rhênos – ils sont délimités les uns par le Doubis, les autres par l’Arar. Rappelons que ces cours d’eau – on l’a dit précédemment – après s’être précipités des Alpeis et s’être ensuite jetés l’un dans l’autre pour former un seul cours, courent rejoindre le Rhodanos. Il y en a aussi un autre qui a ses sources dans les Alpeis, dont le nom est Sèkoanas ; il coule vers l’Océan, parallèlement au Rhênos, en traversant un peuple du même nom que lui dont le territoire confine au Rhênos dans ses parties orientales, les parties opposées confinant à l’Arar ; c’est de là que proviennent les succulentes salaisons de viande de porc qu’on fait venir jusqu’à Rome.

Les Aidouoi

149Μεταξὺ μὲν οὖν # τοῦ Λίγηρος καὶ τοῦ ῎Αραρος οἰκεῖ τὸ τῶν Αἰδούων ἔθνος, πόλιν ἔχον Καβυλλῖνον ἐπὶ τῷ ῎Αραρι καὶ ϕρούριον Βίβρακτα. Οἱ δὲ Αἴδουοι καὶ συγγενεῖς  ̔Ρωμαίων ὠνομάζοντο καὶ πρῶτοι τῶν ταύτῃ προσῆλθον πρὸς τὴν ϕιλίαν καὶ συμμαχίαν. Πέραν δὲ τοῦ ῎Αραρος οἰκοῦσιν οἱ Σηκοανοί, διάϕοροι καὶ τοῖς  ̔Ρωμαίοις ἐκ πολλοῦ γεγονότες καὶ τοῖς Αἰδούοις, ὅτι πρὸς Γερμανοὺς προσεχώρουν πολλάκις κατὰ τὰς ἐϕόδους αὐτῶν τὰς ἐπι τὴν ᾽Ιταλίαν, καὶ ἐπεδείκνυντό γε οὐ τὴν τυχοῦσαν δύναμιν, ἀλλὰ καὶ κοινωνοῦντες αὐτοῖς ἐποίουν μεγάλους καὶ ἀϕιστάμενοι μικρούς· πρὸς δὲ τοὺς Αἰδούους καὶ διὰ ταῦτα μέν, ἀλλ´ ἐπέτεινε τὴν ἔχθραν ἡ τοῦ ποταμοῦ ἔρις τοῦ διείργοντος αὐτούς, ἑκατέρου τοῦ ἔθνους ἴδιον ἀξιοῦντος εἶναι τὸν ῎Αραρα καὶ ἑαυτῷ προσήκειν τὰ διαγωγικὰ τέλη· νυνὶ δ´ ὑπὸ τοῖς  ̔Ρωμαίοις ἅπαντ´ ἐστί.

150[IV, 3, 3] Τὴν δ´ ἐπὶ τῷ  ̔Ρήνῳ πρῶτοι τῶν ἁπάντων οἰκοῦσιν ᾽Ελουήττιοι, παρ´ οἷς εἰσιν αἱ πηγαι τοῦ ποταμοῦ ἐν # τῷ ᾽Αδούλᾳ ὄρει.

  • 42 Kramer a proposé de lire Λίγηρος au lieu de Δούβιος. La correction ne s’impose pas.

151Or donc, entre le Doubis42 et l’Arar habite le peuple des Aidouoi qui ont comme ville Kabyllinôn [Châlon-sur-Saône] sur l’Arar et comme citadelle Bibrakta [Bibracte]. Les Aidouoi étaient qualifiés de « parents des Romains » ; de tous les peuples (de Gaule intérieure) ce furent les premiers à rechercher leur amitié et leur alliance. De l’autre côté de l’Arar habitent les Sèkoanoi qui ont longtemps été en discorde tant avec les Romains qu’avec les Aidouoi. La raison en était qu’ils s’étaient souvent joints aux Germanoi [Germains] dans les raids que ces derniers menaient contre l’Italie et qu’ils y avaient démontré une puissance vraiment extraordinaire : quand ils s’associaient à eux, les Germanoi étaient forts mais, s’ils se retiraient, ils étaient faibles. Avec les Aidouoi, outre ces mêmes raisons, l’hostilité s’aiguisait de la querelle qui portait sur la rivière qui les sépare : chacun des deux peuples estimait que l’Arar lui appartenait en propre et que lui revenait le produit des prélèvements sur le trafic. Aujourd’hui, tout cela est contrôlé par les Romains.

  • 43 Les manuscrits portent Αἰτουατίοι, nom qui est inconnu. Depuis Kramer, la plupart des éditeurs corr (...)
  • 44 La plupart des éditeurs, depuis Xylander, corrigent la leçon Διαδουέλλᾳ en ̓Αδουέλλᾳ à cause de la (...)

152[IV, 3, 3] Quant à la région bordant le Rhênos, les premiers des peuples à y habiter sont les Helouèttioi43 [Helvètes], chez lesquels se trouvent les sources du fleuve, dans le Mont Diadouella44 [Adula].

Le Rhênos

153Τοῦτο δ´ ἐστὶ μέρος τῶν ῎Αλπεων, ὅθεν καὶ ὁ ᾽Αδούας εἰς τἀναντία μέρη ῥεῖ τὰ πρὸς τὴν ἐντὸς Κελτικὴν καὶ πληροῖ τὴν Λάριον λίμνην, πρὸς ᾗ ἔκτισται τὸ Κῶμον, εἶτ´ ἐνθένδε εἰς τὸν Πάδον συμβάλλει, περὶ ὧν ὕστερον ἐροῦμεν.

154Καὶ ὁ  ̔Ρῆνος δὲ εἰς ἕλη μεγάλα καὶ λίμνην ἀναχεῖται μεγάλην, (193C) ἧς ἐϕάπτονται καὶ  ̔Ραιτοὶ καὶ  ̔Ουινδολικοὶ τῶν ᾽Αλπείων τινὲς καὶ τῶν ὑπεραλπείων.

155Φησὶ δὲ τὸ μῆκος αὐτοῦ σταδίων ἑξακισχιλίων ᾽Ασίνιος, οὐκ ἔστι δέ· ἀλλ´ ἐπ´ εὐθείας μὲν τοῦ ἡμίσους ὀλίγον ἂν ὑπερβάλλοι, τοῖς δὲ σκολιώμασι καὶ χίλιοι προστεθέντες ἱκανῶς ἂν ἔχοιεν· καὶ γὰρ ὀξύς ἐστι, διὰ τοῦτο δὲ καὶ δυσγεϕύρωτος καὶ διὰ πεδίων ὕπτιος ϕέρεται τὸ λοιπὸν καταβὰς ἀπὸ τῶν ὀρῶν· πῶς οὖν οἷόν τε μένειν ὀξὺν καὶ βίαιον, εἰ τῷ ὑπτιασμῷ προσδοίημεν καὶ σκολιότητας πολλὰς καὶ μακράς ; Φησὶ δὲ καὶ δίστομον εἶναι μεμψάμενος τοὺς πλείω λέγοντας· ἐγκυκλοῦνται μὲν δή τινα χώραν ταῖς σκολιότησι καὶ οὗτος καὶ ὁ Σηκοάνας, οὐ τοσαύτην [δέ].

156᾽Αμϕότεροι δὲ ῥέουσιν ἐπὶ τὰς ἄρκτους ἀπὸ τῶν νοτίων μερῶν· πρόκειται δ´ αὐτῶν ἡ Βρεττανική, τοῦ μὲν  ̔Ρήνου καὶ ἐγγύθεν ὥστε καθορᾶσθαι τὸ Κάντιον, ὅπερ ἐστὶ τὸ ἑῷον ἄκρον τῆς νήσου, τοῦ δὲ Σηκοάνα μικρὸν ἀπωτέρω· ἐνταῦθα δὲ καὶ τὸ ναυπήγιον συνεστήσατο Καῖσαρ ὁ θεὸς πλέων εἰς τὴν Βρεττανικήvν. Τοῦ δὲ Σηκοάνα τὸ πλεόμενον ὑπὸ τῶν ἐκ τοῦ ῎Αραρος δεχομένων τὰ ϕορτία μικρῷ πλέον ἐστὶν ἢ τὸ τοῦ Λίγηρος καὶ τὸ τοῦ Γαρούνα· τὸ δὲ ἀπὸ Λουγδούνου μέχρι τοῦ Σηκοάνα χιλίων σταδίων ἐστίν, ἔλαττον δ´ ἢ διπλάσιον τούτου [τὸ] ἀπὸ τῶν εἰσβολῶν τοῦ  ̔Ροδανοῦ μέχρι Λουγδούνου.

157Celui-ci fait partie des Alpeis et c’est de là que coule aussi l’Adouas dans la direction opposée, c’est-à-dire vers la Keltikè intérieure, où il grossit le lac Larios [lac de Côme] – près duquel a été fondée Kômon [Côme] –, puis, de là, il va se jeter dans le Pados [le Pô]. Nous reviendrons ultérieurement sur ces points.

158Le Rhênos, lui, se répand dans de grands marais et dans un grand lac auquel confinent les Rhaitoi [Rhètes] et les Ouindolikoi [Vindéliques] – deux des peuples des Alpeis et d’au-delà.

159Asinios (Asinius Pollion) dit que sa longueur est de 6 000 stades, ce qui est faux : en réalité, en ligne droite, tout juste pourrait-il dépasser la moitié de ce chiffre et, pour les méandres, il suffirait d’ajouter quelque 1 000 stades. En effet, non seulement il est impétueux – ce qui rend également difficile d’y jeter des ponts – mais, une fois descendu des montagnes, à travers plaines, il accomplit le reste de son parcours selon une pente douce. Dans ces conditions, comment pourrait-il conserver son impétuosité et sa violence si, à cette faiblesse de la pente, il fallait ajouter des méandres nombreux et longs ? Asinius dit bien aussi qu’il a deux bouches et il a blâmé ceux qui en donnent davantage ! Il faut conclure que ce fleuve, comme le Sèkoanas, enserrent de leurs méandres une bonne étendue de terrain mais non pas autant qu’Asinios le prétend !

160Ces deux cours d’eau coulent depuis les régions Sud vers les régions Nord. En face d’eux, s’étend la Prettanikè, qui est assez proche du Rhênos pour qu’on en puisse apercevoir le Kantion [cap Cantium] qui est l’extrémité orientale de l’île – mais qui est légèrement plus éloignée du Sèkoanas. C’est aussi à cet endroit que le dieu César établit son chantier naval avant de mettre voile vers la Prettanikè. La partie du Sèkoanas qu’empruntent les bateliers qui reçoivent les cargaisons en provenance de l’Arar est légèrement plus longue que celle du Leiger et du Garounas. Ajoutons que de Lougdounon jusqu’au Sèkoanas il y a 1 000 stades ; il y a moins du double entre les bouches du Rhodanos et Lougdounon.

Les Helouèttioi

161Φασὶ δὲ καὶ πολυχρύσους τοὺς ᾽Ελουηττίους, μηδὲν μέντοι ἧττον ἐπὶ λῃστείαν τραπέσθαι τὰς τῶν Κίμβρων εὐπορίας ἰδόντας· ἀϕανισθῆναι δ´ αὐτῶν τὰ δύο ϕῦλα τριῶν ὄντων κατὰ στρατείας. ῞Ομως δ´ ἐκ τῶν λοιπῶν τὸ τῶν ἐπιγόνων πλῆθος ἐδήλωσεν ὁ πρὸς Καίσαρα τὸν θεὸν πόλεμος, ἐν ᾧ περὶ τετταράκοντα μυριάδες σωμάτων διεϕθάρησαν, τοὺς δὲ λοιποὺς σώζεσθαι μεθῆκεν εἰς ὀκτακισχιλίους, ὅπως μὴ τοῖς Γερμανοῖς ὁμόροις οὖσιν ἔρημον τὴν χώραν ἀϕῇ.

162On dit aussi des Helouèttioi que, quoique riches en or, ils n’en cédèrent pas moins à l’appât du butin quand ils virent les richesses des Kimbroi [Cimbres] et que furent ainsi anéanties dans des expéditions guerrières deux de leurs tribus sur trois qu’elles étaient. Cependant, les survivants eurent une nombreuse descendance si l’on en juge par la guerre qui les opposa au dieu César dans laquelle périrent près de 400 000 individus ; il en resta environ 8 000 auxquels César permit de survivre afin de ne pas abandonner aux Germanoi – qui en sont limitrophes – leur territoire déserté.

Les peuples de l’Arar à l’Océan

163[IV, 3, 4] Μετὰ δὲ τοὺς ᾽Ελουηττίους Σηκοανοὶ καὶ Μεδιοματρικοὶ κατοικοῦσι τὸν  ̔Ρῆνον, ἐν οἷς ἵδρυται Γερμανικὸν ἔθνος περαιωθὲν ἐκ τῆς οἰκείας Τρίβοκχοι. ̓Εν δὲ τοῖς Σηκοανοῖς ἐστι τὸ ὄρος ὁ ᾽Ιουράσιος, διορίζει δ´ ᾽Ελουηττίους καὶ Σηκοανούς.

164 ̔Υπὲρ οὖν τῶν ᾽Ελουηττίων καὶ τῶν Σηκοανῶν Αἴδουοι καὶ Λίγγονες οἰκοῦσι πρὸς δύσιν, ὑπὲρ δὲ τῶν Μεδιοματρικῶν Λεῦκοι καὶ τῶν Λιγγόνων τι μέρος. Τὰ δὲ μεταξὺ ἔθνη τοῦ τε Λίγηρος καὶ τοῦ Σηκοάνα ποταμοῦ τὰ πέραν τοῦ  ̔Ροδανοῦ τε καὶ τοῦ ῎Αραρος παράκειται πρὸς ἄρκτον τοῖς τε ᾽Αλλόβριξι καὶ τοῖς περὶ τὸ Λούγδουνον· τούτων δ´ ἐπιϕανέστατόν ἐστι τὸ τῶν ᾽Αρουέρνων καὶ τὸ τῶν Καρνούτων, δι´ ὧν ἀμϕοῖν ἐνεχθεὶς ὁ Λίγηρ εἰς τὸν ὠκεανὸν ἔξεισι.

165Δίαρμα δ´ ἐστὶν εἰς τὴν Βρεττανικὴν ἀπὸ τῶν ποταμῶν τῆς Κελτικῆς εἴκοσι καὶ τριακόσιοι στάδιοι· (194C) ὑπὸ γὰρ τὴν ἄμπωτιν ἀϕ´ ἑσπέρας ἀναχθέντες τῇ ὑστεραίᾳ περὶ ὀγδόην ὥραν καταίρουσιν εἰς τὴν νῆσον.

166Μετὰ δὲ τοὺς Μεδιοματρικοὺς καὶ Τριβόκχους παροικοῦσι τὸν  ̔Ρῆνον Τρήουιροι, καθ´ οὓς πεποίηται τὸ ζεῦγμα ὑπὸ τῶν  ̔Ρωμαίων νυνὶ τῶν στρατηγούντων τὸν Γερμανικὸν πόλεμον. Πέραν δὲ ᾤκουν Οὔβιοι κατὰ τοῦτον τὸν τόπον, οὓς μετήγαγεν ᾽Αγρίππας ἑκόντας εἰς τὴν ἐντὸς τοῦ  ̔Ρήνου. Τρηουίροις δὲ συνεχεῖς Νέρουιοι, καὶ τοῦτο Γερμανικὸν ἔθνος· τελευταῖοι δὲ Μενάπιοι πλησίον τῶν ἐκβολῶν ἐϕ´ ἑκάτερα τοῦ ποταμοῦ κατοικοῦντες ἕλη καὶ δρυμοὺς οὐχ ὑψηλῆς ἀλλὰ πυκνῆς ὕλης καὶ ἀκανθώδους. κατὰ τούτους δ´ ἵδρυνται Σούγαμβροι Γερμανοί. Πάσης δ´ ὑπέρκεινται τῆς ποταμίας ταύτης οἱ Σόηβοι προσαγορευόμενοι Γερμανοὶ καὶ δυνάμει καὶ πλήθει διαϕέροντες τῶν ἄλλων, ὑϕ´ ὧν οἱ ἐξελαυνόμενοι κατέϕευγον εἰς τὴν ἐντὸς τοῦ  ̔Ρήνου νυνί· καὶ ἄλλοι δὲ κατ´ ἄλλους τόπους δυναστεύουσι καὶ διαδέχονται τὰ ζώπυρα τοῦ πολέμου τῶν πρώτων ἀεὶ καταλυομένων.

167[IV, 3, 5] Τῶν δὲ Τρηουίρων καὶ Νερουίων Σένονες καὶ  ̔Ρῆμοι πρὸς ἑσπέραν οἰκοῦσιν, ἔτι δ´ ᾽Ατρεβάτιοι καὶ ᾽Εβούρωνες· τοῖς Μεναπίοις δ´ εἰσὶ συνεχεῖς ἐπὶ τῇ θαλάττῃ Μορῖνοι καὶ Βελλοάκοι καὶ ᾽Αμβιανοὶ καὶ Σουεσσίωνες καὶ Κάλετοι μέχρι τῆς ἐκβολῆς τοῦ Σηκοάνα ποταμοῦ.

168[IV, 3, 4] Après les Helouèttioi, les Sèkoanoi et les Mèdiomatrikoi [Médiomatriques] habitent le long du Rhênos. C’est chez eux qu’est installé un peuple germanique qui, depuis son terroir d’origine, a traversé le fleuve : les Tribochoi [Triboques]. Chez les Sèkoanoi, on trouve le Mont Iourasios [Jura], et il sépare Helouèttioi et Sèkoanoi.

169Ainsi, au-delà des Helouèttioi et des Sèkoanoi, vers l’ouest, habitent Aidouoi et Liggonai tandis qu’au-delà des Mèdiomatrikoi ce sont les Leukoi [Leuques] et telle partie des Liggonai. Quant aux peuples entre le Leiger et le Sèkoanas – ceux au-delà du Rhodanos et de l’Arar – ils s’étendent en direction du Nord par rapport à la fois aux Allobriges et aux peuples des environs de Lougdounon. Parmi eux, les plus illustres sont celui des Arouernoi et celui des Karnoutoi dont le Leiger traverse les deux territoires en se portant vers l’Océan.

170La traversée vers la Prettanikè depuis les fleuves de la Keltikè est de 320 stades ; en effet, si l’on embarque au reflux, le soir, on débarque dans l’île le lendemain aux environs de la huitième heure.

171Après les Mèdiomatrikoi et les Tribochoi, le long du Rhênos, se trouvent les Trèouèroi [Trévires] ; c’est à cette hauteur qu’est établi le pont de bateaux édifié par les officiers Romains qui mènent actuellement la guerre germanique. De l’autre côté du Rhênos, les Oubioi [Ubiens] occupaient toute la région opposée et c’est eux qu’Agrippa fit venir, avec leur consentement, de ce côté du Rhênos. Aux Trèouèroi succèdent aussitôt les Nerouioi [Nerviens] eux aussi peuple germanique. En dernier lieu, dans la région des bouches du fleuve, viennent les Ménapioi [Ménapiens] qui habitent, sur les deux rives, des marais et des forêts non de haute futaie mais de bois dense et épineux. C’est face à eux que se tiennent les Sougambroi [Sugambres] – des Germanoi. Dominant toute cette partie du bassin, s’étendent les Soèboi [Suèves] qualifiés de Germanoi, les premiers entre tous en puissance et en nombre ; c’est eux qui ont chassé tous ceux qui se sont aujourd’hui réfugiés de ce côté-ci du Rhênos. Et il en est d’autres contrôlant telle ou telle région qui, tour à tour, font revivre les tisons de la guerre à mesure que leurs prédécesseurs, l’un après l’autre, cessent les hostilités.

172[IV, 3, 5] Par rapport aux Trèouèroi et aux Nerouioi, les Sénônes [Sénons] et les Rêmoi [Rèmes] habitent à l’ouest, puis viennent les Atrébatioi [Atrébates] et les Ebourônes [Éburons]. D’autre part, aux Ménapioi, le long de la mer, succèdent les Morinoi [Morins], les Belloakoi [Bellovaques], les Ambianoi [Ambiens], les Souessiônes [Suessions] et les Kalètoi jusqu’à l’estuaire du fleuve Sèkoanas.

L’ Ardouenna

173᾽Εμϕερὴςανι δ´ ἐστὶ τῇ τῶν Μεναπίων ἥ τε τῶν Μορίνων καὶ ἡ τῶν ᾽Ατρεβατίων καὶ ᾽Εβουρώνων· ὕλη γάρ ἐστιν οὐχ ὑψηλῶν δένδρων πολλὴ μὲν οὐ τοσαύτη δὲ ὅσην οἱ συγγραϕεῖς εἰρήκασι, τετρακισχιλίων σταδίων, καλοῦσι δ´ αὐτὴν ᾽Αρδουένναν· κατὰ δὲ τὰς πολεμικὰς ἐϕόδους συμπλέκοντες τὰς τῶν θάμνων λύγους βατώδεις οὔσας # ἀπέϕραττον τὰς παρόδους. ἔστι δ´ ὅπου καὶ σκόλοπας κατέπηττον, αὐτοὶ δὲ κατέδυνον εἰς τὰ βάθη πανοίκιοι, νησίδια ἔχοντες ἐν τοῖς ἕλεσι· ἐν μὲν οὖν ταῖς ἐπομβρίαις ἀσϕαλεῖς τὰς καταϕυγὰς εἶχον, ἐν δὲ τοῖς αὐχμοῖς ἡλίσκοντο ῥᾳδίως· νυνὶ δ´ ἅπαντες οἱ ἐντὸς  ̔Ρήνου καθ´ ἡσυχίαν ὄντες ὑπακούουσι  ̔Ρωμαίων.

174Περὶ δὲ τὸν Σηκοάναν ποταμόν εἰσι καὶ οἱ Παρίσιοι, νῆσον ἔχοντες ἐν τῷ ποταμῷ καὶ πόλιν Λουκοτοκίαν, καὶ Μέλδοι καὶ Ληξόουιοι, παρωκεανῖται οὗτοι. ᾽Αξιολογώτατον δ´ ἐστὶν ἔθνος τῶν ταύτῃ  ̔Ρῆμοι, καὶ ἡ μητρόπολις αὐτῶν Δουρικορτόρα μάλιστα συνοικεῖται καὶ δέχεται τοὺς τῶν  ̔Ρωμαίων ἡγεμόνας.

175Une forte ressemblance rapproche du territoire des Ménapioi celui des Morinoi et ceux des Atrébatioi et des Ebourônes : c’est une forêt d’arbres peu élevés mais vaste (moins étendue cependant que ne l’ont dit les historiens qui lui accordent 4 000 stades) et qu’on appelle Ardouenna [l’Ardenne]. Quand ils étaient en butte à des incursions guerrières, ces peuples avaient coutume d’entrelacer les tiges des buissons, qui sont semblables à des ronces, bloquant ainsi le passage. À certains endroits, ils plantaient aussi des pieux ; eux-mêmes s’enfonçaient dans la forêt, toutes familles réunies, pour occuper de petits îlots dans les marais. S’ils disposaient ainsi de refuges sûrs pendant les périodes de pluie, en revanche, dans les périodes sèches ils se faisaient facilement prendre. Mais de nos jours tous ceux qui vivent en deçà du Rhênos vivent en paix et obéissent aux Romains.

176Au voisinage du fleuve Sèkoanas se trouvent les Parisioi [Parisii] qui ont une île sur le fleuve et une ville Loukotokia [Lutèce], ainsi que les Meldoi [Meldes] et les Lèxoouoi – ces derniers riverains de l’Océan. Mais le plus remarquable des peuples de cette région est celui des Rêmoi ; leur « mètropolis » Dourikortora [Reims] regroupe une très importante population et accueille les gouverneurs de Rome.

Les Ouénètoi [Vénètes]

177[IV, 4, 1] Μετὰ δὲ τὰ λεχθέντα ἔθνη τὰ λοιπὰ Βελγῶν ἐστιν ἔθνη τῶν παρωκεανιτῶν, ὧν  ̔Ουένετοι μέν εἰσιν οἱ ναυμαχήσαντες πρὸς Καίσαρα· ἕτοιμοι γὰρ ἦσαν κωλύειν τὸν εἰς τὴν Βρεττανικὴν πλοῦν χρώμενοι # τῷ ἐμπορίῳ. Κατεναυμάχησε δὲ ῥᾳδίως, οὐκ ἐμβόλοις (195C) χρώμενος (ἦν γὰρ παχέα τὰ ξύλα) ἀλλ´ ἀνέμῳ ϕερομένων ἐπ´ αὐτὸν κατέσπων οἱ  ̔Ρωμαῖοι τὰ ἱστία δορυδρεπάνοις· ἦν γὰρ σκύτινα διὰ τὴν βίαν τῶν ἀνέμων· ἁλύσεις δ´ ἔτεινον ἀντὶ κάλων.

178Πλατύπυγα δὲ ποιοῦσι καὶ ὑψίπρυμνα καὶ ὑψόπρῳρα διὰ τὰς ἀμπώτεις, δρυΐνης ὕλης ἧς ἐστιν εὐπορία· διόπερ οὐ συνάγουσι τὰς ἁρμονίας τῶν σανίδων, ἀλλ´ ἀραιώματα καταλείπουσι· ταῦτα δὲ βρύοις διανάττουσι τοῦ μὴ κατὰ τὰς νεωλκίας καπυροῦσθαι τὴν ὕλην μὴ νοτιζομένην, τοῦ μὲν βρύου νοτιωτέρου ὄντος τῇ ϕύσει, τῆς δὲ δρυὸς ξηρᾶς καὶ ἀλιποῦς.

179Τούτους οἶμαι τοὺς  ̔Ουενέτους οἰκιστὰς εἶναι τῶν κατὰ τὸν ᾽Αδρίαν· καὶ γὰρ οἱ ἄλλοι πάντες σχεδόν τι οἱ ἐν τῇ ᾽Ιταλίᾳ Κελτοὶ μετανέστησαν ἐκ τῆς ὑπὲρ τῶν ῎Αλπεων γῆς, καθάπερ καὶ οἱ Βόιοι καὶ Σένονες· διὰ δὲ τὴν ὁμωνυμίαν Παϕλαγόνας ϕασὶν αὐτούς. Λέγω δ´ οὐκ ἰσχυριζόμενος· ἀρκεῖ γὰρ περὶ τῶν τοιούτων τὸ εἰκός.

180 ̔Οσίσμιοι δ´ εἰσίν, οὓς #[ ̓Ωσ]τιμίους ὀνομάζει Πυθέας, ἐπί τινος προπεπτωκυίας ἱκανῶς ἄκρας εἰς τὸν ὠκεανὸν οἰκοῦντες, οὐκ ἐπὶ τοσοῦτον δέ, ἐϕ´ ὅσον ἐκεῖνος ϕησι καὶ οἱ πιστεύσαντες ἐκείνῳ.

181Τῶν δὲ μεταξὺ ἐθνῶν τοῦ τε Σηκοάνα καὶ τοῦ Λίγηρος οἱ μὲν τοῖς Σηκοανοῖς οἱ δὲ τοῖς ᾽Αρουέρνοις ὁμοροῦσι.

  • 45 Nous proposons de lire τῷ ἐμπορικῷ à la place de τῷ ἐμπορίῳ qui n’est pas compréhensible (Thollard (...)

182[IV, 4, 1] Après les peuples précités, ceux qui restent des Belgai sont les peuples qui habitent le long du littoral de l’Océan. Au nombre de ceux-ci, d’abord les Ouénètoi, ceux qui ont livré un combat naval à César. En effet, résolus à interdire sa navigation vers la Prettanikè, ils utilisèrent leur flotte de commerce45. César les vainquit facilement : il n’eut pas recours aux éperons car le bois des coques était trop épais, mais, comme le vent les poussait vers lui, il ordonna aux Romains de couper les voiles avec des faux ajustées à des lances (car c’étaient des voiles en cuir, pour résister à la violence des vents, tendues par des chaînes et non pas des cordages).

183Ils construisent des vaisseaux à carène large, à la poupe et à la proue élevées, en raison des marées, et faits de bois de chêne – qu’ils ont en abondance, ce qui les amène à ne pas assembler les planches bord à bord mais à laisser des interstices qu’ils bourrent d’algues pour éviter que, lorsqu’on tire les navires à terre, le bois ne perde son humidité et se dessèche. En effet, l’algue est plutôt humide par nature tandis que le chêne est sec et ne suinte pas.

184Je crois que ce sont ces Ouénètoi qui sont à l’origine des colons établis au bord de l’Adriatique. En effet, tous les autres Keltoi – ou à peu près – établis en Italie proviennent de migrations originaires du territoire transalpin, par exemple les Boioi [Boïens] ou les Sénônes. (Je sais bien qu’en raison de l’homonymie, on les dit Paphlagoniens, mais je n’y attache nulle importance car, en ce genre de questions, ce qui compte c’est la vraisemblance !).

  • 46 Beaucoup d’éditeurs ont voulu corriger la leçon τιμίους, pourtant bien assurée, proposée par les ma (...)

185Il y a ensuite les Osismioi [Osismiens] que Pythéas appelle « Timioi »46 qui habitent sur un cap qui s’avance fortement dans l’Océan (mais pas autant que ne le dit cet auteur ni ceux qui lui ont fait crédit).

186Enfin, quant aux peuples situés entre le Sèkoanas et le Leiger, les uns sont limitrophes des Sèkoanoi et les autres des Arouernoi.

Traits communs aux peuples de la Keltikè

Mœurs et coutumes

Traits généraux

187[IV, 4, 2] Τὸ δὲ σύμπαν ϕῦλον, ὃ νῦν Γαλλικόν τε καὶ Γαλατικὸν καλοῦσιν, ἀρειμάνιόν ἐστι καὶ θυμικόν τε καὶ ταχὺ πρὸς μάχην, ἄλλως δὲ ἁπλοῦν καὶ οὐ κακόηθες.

188Διὰ δὲ τοῦτο ἐρεθισθέντες μὲν ἀθρόοι συνίασι πρὸς τοὺς ἀγῶνας καὶ ϕανερῶς καὶ οὐ μετὰ περισκέψεως, ὥστε καὶ εὐμεταχείριστοι γίνονται τοῖς καταστρατηγεῖν ἐθέλουσι· καὶ γὰρ ὅτε βούλεται καὶ ὅπου καὶ ἀϕ´ ἧς ἔτυχε προϕάσεως παροξύνας τις αὐτοὺς ἑτοίμους ἔσχε πρὸς τὸν κίνδυνον, πλὴν βίας καὶ τόλμης οὐδὲν ἔχοντας τὸ συναγωνιζόμενον. Παραπεισθέντες δὲ εὐμαρῶς ἐνδιδόασι πρὸς τὸ χρήσιμον, ὥστε καὶ παιδείας ἅπτεσθαι καὶ λόγων.
Τῆς δὲ βίας τὸ μὲν ἐκ τῶν σωμάτων ἐστὶ μεγάλων ὄντων, τὸ δ´ ἐκ τοῦ πλήθους· συνίασι δὲ κατὰ πλῆθος ῥᾳδίως διὰ τὸ ἁπλοῦν καὶ αὐθέκαστον, συναγανακτούντων τοῖς ἀδικεῖσθαι δοκοῦσιν ἀεὶ τῶν πλησίον.
Νυνὶ μὲν οὖν ἐν εἰρήνῃ πάντες εἰσὶ δεδουλωμένοι καὶ ζῶντες κατὰ τὰ προστάγματα τῶν ἑλόντων αὐτοὺς  ̔Ρωμαίων, ἀλλ´ ἐκ τῶν παλαιῶν χρόνων τοῦτο λαμβάνομεν περὶ αὐτῶν καὶ τῶν μέχρι νῦν συμμενόντων παρὰ τοῖς Γερμανοῖς νομίμων. (196C) Καὶ γὰρ τῇ ϕύσει καὶ τοῖς πολιτεύμασιν ἐμϕερεῖς εἰσι καὶ συγγενεῖς ἀλλήλοις οὗτοι, ὅμορόν τε οἰκοῦσι χώραν διοριζομένην τῷ  ̔Ρήνῳ ποταμῷ καὶ παραπλήσια ἔχουσαν τὰ πλεῖστα. ᾽Αρκτικωτέρα δ´ ἐστὶν ἡ Γερμανία, κρινομένων τῶν τε νοτίων μερῶν πρὸς τὰ νότια καὶ τῶν ἀρκτικῶν πρὸς τὰ ἀρκτικά.

189Διὰ τοῦτο δὲ καὶ τὰς μεταναστάσεις αὐτῶν ῥαδίως ὑπάρχειν συμβαίνει, ϕερομένων ἀγεληδὸν καὶ πανστρατιᾷ, μᾶλλον δὲ καὶ πανοικίων ἐξαιρόντων, ὅταν ὑπ´ ἄλλων ἐκβάλλωνται κρειττόνων. Οἵ τε  ̔Ρωμαῖοι πολὺ ῥᾷον τούτους ἐχειρώσαντο ἢ τοὺς ῎Ιβηρας· καὶ γὰρ ἤρξαντο πρότερον καὶ ἐπαύσαντο ὕστερον ἐκείνοις πολεμοῦντες, τούτους δ´ ἐν τῷ μεταξὺ χρόνῳ πάντας κατέλυσαν, τοὺς ἀνὰ μέσον  ̔Ρήνου καὶ τῶν Πυρηναίων ὀρῶν σύμπαντας. ᾽Αθρόοι γὰρ καὶ κατὰ πλῆθος ἐμπίπτοντες ἀθρόοι κατελύοντο, οἱ δ´ ἐταμίευον καὶ κατεκερμάτιζον τοὺς ἀγῶνας, ἄλλοτε ἄλλοι καὶ κατ´ ἄλλα μέρη λῃστρικῶς πολεμοῦντες.

190Εἰσὶ μὲν οὖν μαχηταὶ πάντες τῇ ϕύσει, κρείττους δ´ ἱππόται ἢ πεζοί, καὶ ἔστι  ̔Ρωμαίοις τῆς ἱππείας ἀρίστη παρὰ τούτων. ᾽Αεὶ δὲ οἱ προσβορρότεροι καὶ παρωκεανῖται μαχιμώτεροι.

191[IV, 4, 3] Τούτων δὲ τοὺς Βέλγας ἀρίστους ϕασίν, εἰς πεντεκαίδεκα ἔθνη διῃρημένους, τὰ μεταξὺ τοῦ  ̔Ρήνου καὶ τοῦ Λίγηρος παροικοῦντα τὸν ὠκεανόν, ὥστε μόνους ἀντέχειν πρὸς τὴν τῶν Γερμανῶν ἔϕοδον, Κίμβρων καὶ Τευτόνων. Αὐτῶν δὲ τῶν Βελγῶν Βελλοάκους ἀρίστους ϕασί, μετὰ δὲ τούτους Σουεσσίωνας.

192Τῆς δὲ πολυανθρωπίας σημεῖον· εἰς γὰρ τριάκοντα μυριάδας ἐξετάζεσθαί ϕασι τῶν Βελγῶν πρότερον τῶν δυναμένων ϕέρειν ὅπλα. Εἴρηται δὲ καὶ τὸ τῶν ᾽Ελουηττίων πλῆθος καὶ τὸ τῶν ᾽Αρουέρνων καὶ τὸ τῶν συμμάχων, ἐξ ὧν ἡ πολυανθρωπία ϕαίνεται καὶ ὅπερ εἶπον ἡ τῶν γυναικῶν ἀρετὴ πρὸς τὸ τίκτειν καὶ ἐκτρέϕειν τοὺς παῖδας.

193[IV, 4, 2] Dans son ensemble, la famille de peuple qu’on appelle aujourd’hui soit gallique soit galatique est à la fois éprise de guerre, impulsive et prompte à prendre les armes, mais par ailleurs simple et sans méchanceté. Voilà qui explique leurs conduites.

  • 47 Dans tous les manuscrits le participe est au génitif (συναγανακτούντων), il faut rétablir le nomina (...)

194Si on leur cherche querelle, comme un seul homme, ils se précipitent au combat, ouvertement, sans la moindre réflexion préalable si bien qu’ils se font battre facilement par quiconque se donne la peine de manœuvrer. De fait, si on les provoque (quels que soient le lieu, le moment ou le prétexte), on les voit prêts à tout risquer sans autre allié que leur force et leur résolution. Mais si on arrive à les persuader, ils ne rechignent pas à faire œuvre utile, allant jusqu’à se consacrer à la culture et à l’éloquence.
Leur force vient d’abord de leur physique, car ils sont grands, et ensuite de leur nombre. Leurs rassemblements énormes sont facilités par leur caractère simple et leur spontanéité, car ils s’indignent47 toujours des injustices dont – à leur idée – leurs proches sont victimes.
Il est vrai qu’aujourd’hui tous vivent en paix, asservis qu’ils sont et les actes de leur existence étant réglés par les ordres de leurs conquérants, les Romains, mais ce sont les temps anciens qui ont inspiré notre description ainsi que les usages qui persistent aujourd’hui encore chez les Germanoi. En effet, ils leur ressemblent aussi bien pour le physique que pour les institutions et ils sont les uns et les autres apparentés ; ils habitent aussi un territoire limitrophe, dont le fleuve Rhênos forme la frontière, et dont les points communs sont légion. Cependant, plus septentrionale est la Germania [Germanie] par rapport à la Keltikè si on confronte les régions nord et sud de l’une et de l’autre.

195C’est aussi ce trait qui explique que leurs migrations se soient faites facilement : ils se déplaçaient en bloc, tous guerriers réunis, et plus encore en rassemblant tous leurs parents, lorsque plus fort qu’eux les expulsait. Aussi les Romains rencontrèrent-ils beaucoup moins de difficulté à les vaincre que les Ibères. De fait, contre ces derniers, ils commencèrent la guerre plus tôt et la terminèrent plus tard, alors que dans le même temps, les Galatai, ceux qui habitaient du milieu du Rhênos aux Monts Pyrènaia avaient été défaits, tous en totalité. En effet, comme ils se précipitaient au combat en bloc et en masse, c’est en bloc qu’ils se faisaient exterminer. Alors que les premiers [les Ibères] économisaient leurs efforts et répartissaient leurs assauts, attaquant tour à tour, tantôt ici, tantôt là, à la manière des brigands.

196Donc, ce sont tous des guerriers par nature, mais ils sont meilleurs cavaliers que fantassins, et la meilleure cavalerie que possèdent les Romains est recrutée parmi eux. Ajoutons que, plus on va vers le Nord et vers l’Océan, plus leurs qualités de guerriers augmentent.

197[IV, 4, 3] Parmi eux, ce sont – dit-on – les Belgai les plus valeureux (ils se répartissent en quinze peuples qui habitent les régions Océaniques entre le Rhênos et le Leiger) : ce furent les seuls à résister à l’invasion des Germanoi Kimbroi et Teutonoi [Teutons]. Et, au sein même des Belgai, ce sont – dit-on – les Belloakoi les plus valeureux, et ensuite les Souessiônes.

198Voici qui atteste l’importance de leur population : une enquête a évalué à environ 300 000 hommes, dit-on, les Belgai capables (autrefois) de porter les armes, et j’ai déjà signalé la multitude tant des Arouernoi que des Helouèttioi et de leurs alliés. Ces données démontrent l’importance de la population et aussi, comme je l’ai dit, l’excellence des femmes pour enfanter et élever les enfants.

Costume, armement

199Σαγηϕοροῦσι δὲ καὶ κομοτροϕοῦσι καὶ ἀναξυρίσι χρῶνται περιτεταμέναις, ἀντὶ δὲ χιτώνων σχιστοὺς χειριδωτοὺς ϕέρουσι μέχρι αἰδοίων καὶ γλουτῶν.  ̔Η δ´ ἐρέα τραχεῖα μὲν ἀκρόμαλλος δέ, ἀϕ´ ἧς τοὺς δασεῖς σάγους ἐξυϕαίνουσιν οὓς λαίνας καλοῦσιν· οἱ μέντοι  ̔Ρωμαῖοι καὶ ἐν τοῖς προσβορροτάτοις ὑποδιϕθέρους τρέϕουσι ποίμνας ἱκανῶς ἀστείας ἐρέας.

200 ̔Οπλισμὸς δὲ σύμμετρος τοῖς τῶν σωμάτων μεγέθεσι, μάχαιρα μακρὰ παρηρτημένη παρὰ τὸ δεξιὸν πλευρόν, καὶ θυρεὸς μακρὸς καὶ λόγχαι κατὰ λόγον καὶ μάδαρις, πάλτου τι εἶδος. Χρῶνται δὲ καὶ τόξοις ἔνιοι καὶ σϕενδόναις· ἔστι δέ τι καὶ γρόσϕῳ ἐοικὸς ξύλον, ἐκ χειρὸς οὐκ ἐξ ἀγκύλης ἀϕιέμενον, τηλεβολώτερον καὶ βέλους, (197C) ᾧ μάλιστα καὶ πρὸς τὰς τῶν ὀρνέων χρῶνται θήρας.

201Ils portent le « sagum », se laissent pousser les cheveux et utilisent des pantalons larges, bouffants et, au lieu de « chitônes », ils portent des tuniques fendues, à manches, qui leur descendent jusqu’au bas-ventre et aux fesses. C’est avec une laine à la fois fibreuse et aux extrémités touffues qu’ils tissent les « sagums » épais, qu’ils appellent « lainai » (et pourtant les Romains, même dans les contrées les plus septentrionales, savent, en les recouvrant de peaux, élever des moutons à la laine suffisamment fine).

202Leur armement est à la mesure de leur grande taille : longue lame suspendue au côté droit, long bouclier, lances en proportion et enfin le « madaris », un genre de javelot. Certains se servent également d’arcs et de frondes. Il existe aussi une sorte d’arme en bois qui ressemble au « grosphos », qui se lance à la main sans propulseur, dont la portée dépasse celle d’une flèche et qu’ils utilisent tout particulièrement pour la chasse aux oiseaux.

Vie quotidienne, sociale, politique et religieuse

203Χαμευνοῦσι δὲ καὶ μέχρι νῦν οἱ πολλοὶ καὶ καθεζόμενοι δειπνοῦσιν ἐν στιβάσι. Τροϕὴ δὲ πλείστη μετὰ γάλακτος καὶ κρεῶν παντοίων, μάλιστα δὲ τῶν ὑείων καὶ νέων καὶ ἁλιστῶν. Αἱ δ´ ὕες καὶ ἀγραυλοῦσιν ὕψει τε καὶ ἀλκῇ καὶ τάχει διαϕέρουσαι· κίνδυνος γοῦν ἐστι τῷ ἀήθει προσιόντι, ὡσαύτως καὶ λύκῳ. Τοὺς δ´ οἴκους ἐκ σανίδων καὶ γέρρων ἔχουσι μεγάλους θολοειδεῖς, ὄροϕον πολὺν ἐπιβάλλοντες. Οὕτως δ´ ἐστὶ δαψιλῆ καὶ τὰ ποίμνια καὶ τὰ ὑοϕόρβια ὥστε τῶν σάγων καὶ τῆς ταριχείας ἀϕθονίαν μὴ τῇ  ̔Ρώμῃ χορηγεῖσθαι μόνον, ἀλλὰ καὶ τοῖς πλείστοις μέρεσι τῆς ᾽Ιταλίας.

204᾽Αριστοκρατικαὶ δ´ ἦσαν αἱ πλείους τῶν πολιτειῶν· ἕνα δ´ ἡγεμόνα ᾑροῦντο κατ´ ἐνιαυτὸν τὸ παλαιόν, ὡς δ´ αὕτως εἰς πόλεμον εἷς ὑπὸ τοῦ πλήθους ἀπεδείκνυτο στρατηγός· νυνὶ δὲ προσέχουσι τοῖς τῶν  ̔Ρωμαίων προστάγμασι τὸ πλέον.
Ἴδιον δὲ τὸ ἐν τοῖς συνεδρίοις συμβαῖνον· ἐὰν γάρ τις θορυβῇ τὸν λέγοντα καὶ ὑποκρούσῃ, προσιὼν ὁ ὑπηρέτης ἐσπασμένος τὸ ξίϕος κελεύει σιγᾶν μετ´ ἀπειλῆς, μὴ παυομένου δέ, καὶ δεύτερον καὶ τρίτον ποιεῖ τὸ αὐτό, τελευταῖον δὲ ἀϕαιρεῖ τοῦ σάγου τοσοῦτον ὅσον ἄχρηστον ποιῆσαι τὸ λοιπόν.
Τὸ δὲ περὶ τοὺς ἄνδρας καὶ τὰς γυναῖκας, τὸ διηλλάχθαι τὰ ἔργα ὑπεναντίως τοῖς παρ´ ἡμῖν, κοινὸν καὶ πρὸς ἄλλους συχνοὺς τῶν βαρβάρων ἐστί.

205[IV, 4, 4] Παρὰ πᾶσι δ´ ὡς ἐπίπαν τρία ϕῦλα τῶν τιμωμένων διαϕερόντως ἐστί, βάρδοι τε καὶ ὀυάτεις καὶ δρυΐδαι· βάρδοι μὲν ὑμνηταὶ καὶ ποιηταί, ὀυάτεις δὲ ἱεροποιοὶ καὶ ϕυσιολόγοι, δρυΐδαι δὲ πρὸς τῇ ϕυσιολογίᾳ καὶ τὴν ἠθικὴν ϕιλοσοϕίαν ἀσκοῦσι· δικαιότατοι δὲ νομίζονται καὶ διὰ τοῦτο πιστεύονται τάς τε ἰδιωτικὰς κρίσεις καὶ τὰς κοινάς, ὥστε καὶ πολέμους διῄ των πρότερον καὶ παρατάττεσθαι μέλλοντας ἔπαυον, τὰς δὲ ϕονικὰς δίκας μάλιστα τούτοις ἐπετέτραπτο δικάζειν. ῞Οταν τε ϕορὰ τούτων ᾖ, ϕορὰν καὶ τῆς χώρας νομίζουσιν ὑπάρχειν. ᾽Αϕθάρτους δὲ λέγουσι καὶ οὗτοι καὶ # [οἱ] ἄλλοι τὰς ψυχὰς καὶ τὸν κόσμον, ἐπικρατήσειν δέ ποτε καὶ πῦρ καὶ ὕδωρ.

  • 48 C’est-à-dire en forme de cône.

206C’est à même le sol que dorment, aujourd’hui encore, la plupart d’entre eux, de même qu’ils s’assoient sur des lits faits de végétaux pour prendre leurs repas. La nourriture surabonde, à base de lait et de viandes de toutes sortes, tout particulièrement de porc, aussi bien frais que salé (leurs porcs, même la nuit, sont en liberté ; par la taille comme la vigueur et la rapidité, ils sont exceptionnels – aussi est-il dangereux de s’en approcher si l’on n’est pas habitué à eux, y compris pour un loup !). Ils ont leurs maisons faites de planches et de clayonnages : elles sont grandes et ont une allure de tholos,48 parce qu’ils les recouvrent d’un chaume épais. Si abondants sont les ovins et les porcins qu’ils fournissent quantité de « sagums » et de salaisons non seulement à Rome mais encore à la plupart des régions de l’Italie.

207Les régimes aristocratiques étaient (autrefois) majoritaires – ils choisissaient chaque année (dans les temps jadis) un chef unique et, pour la guerre aussi, la foule désignait un seul homme comme général mais aujourd’hui ils appliquent les ordres des Romains, pour l’essentiel.
Voici un trait typique de la conduite de leurs assemblées : si quelqu’un se manifeste contre l’orateur et l’interpelle, il est abordé par un garde, l’épée au clair, qui lui ordonne de se taire en le menaçant, et, s’il ne cesse pas, l’autre recommence une deuxième puis une troisième fois et finit par entailler son « sagum » de manière à le rendre inutilisable à l’avenir.
En ce qui concerne les hommes et les femmes, la répartition des tâches se fait à l’opposé de nos propres habitudes, mais c’est là une caractéristique que partagent aussi beaucoup d’autres peuples parmi les barbares.

208[IV, 4, 4] Chez tous les Galatai en règle générale, il y a trois catégories qui tiennent un rang exceptionnel : les Bardes, les Vates et les druides. Les bardes composent des hymnes et des poèmes, les Vates font les sacrifices et étudient la nature, tandis que les druides, s’ils étudient la nature, s’adonnent aussi à la philosophie morale. Leur réputation de parfaite justice fait qu’on leur confie les litiges tant privés que publics, à tel point qu’auparavant ils arbitraient même les guerres et qu’ils interrompaient les combattants sur le point de se mettre en ligne de bataille, à tel point aussi qu’on s’en remettait surtout à eux pour juger des affaires de meurtres (quand il y a abondance de ces dernières, ils y voient signe d’abondance pour le pays lui-même). Ils disent – comme d’autres – que les âmes et l’univers sont indestructibles même si le feu et l’eau doivent régner un jour.

Traits barbares

209[IV, 4, 5] Τῷ δ´ ἁπλῷ καὶ θυμικῷ πολὺ τὸ ἀνόητον καὶ ἀλαζονικὸν πρόσεστι καὶ τὸ ϕιλόκοσμον· χρυσοϕοροῦσί τε γάρ, περὶ μὲν τοῖς τραχήλοις στρεπτὰ ἔχοντες περὶ δὲ τοῖς βραχίοσι καὶ τοῖς καρποῖς ψέλια, καὶ τὰς ἐσθῆτας βαπτὰς ϕοροῦσι καὶ χρυσοπάστους οἱ ἐν ἀξιώματι.  ̔Υπὸ τῆς τοιαύτης δὲ κουϕότητος ἀϕόρητοι μὲν νικῶντες, ἐκπλαγεῖς δ´ ἡττηθέντες ὁρῶνται. Πρόσεστι δὲ τῇ ἀνοίᾳ καὶ τὸ βάρβαρον καὶ τὸ ἔκϕυλον, ὃ τοῖς προσβόρροις ἔθνεσι παρακολουθεῖ πλεῖστον, τὸ ἀπὸ τῆς μάχης ἀπιόντας (198C) τὰς κεϕαλὰς τῶν πολεμίων ἐξάπτειν ἐκ τῶν αὐχένων τῶν ἵππων, κομίσαντας δὲ προσπατταλεύειν τοῖς προπυλαίοις. Φησὶ γοῦν Ποσειδώνιος αὐτὸς ἰδεῖν ταύτην τὴν θέαν πολλαχοῦ, καὶ τὸ μὲν πρῶτον ἀηθίζεσθαι, μετὰ δὲ ταῦτα ϕέρειν πρᾴως διὰ τὴν συνήθειαν. Τὰς δὲ τῶν ἐνδόξων κεϕαλὰς κεδροῦντες ἐπεδείκνυον τοῖς ξένοις, καὶ οὐδὲ πρὸς ἰσοστάσιον χρυσὸν ἀπολυτροῦν ἠξίουν. Καὶ τούτων δ´ ἔπαυσαν αὐτοὺς  ̔Ρωμαῖοι καὶ τῶν κατὰ τὰς θυσίας καὶ μαντείας ὑπεναντίων τοῖς παρ´ ἡμῖν νομίμοις. ῎Ανθρωπον γὰρ κατεσπεισμένον παίσαντες εἰς νῶτον μαχαίρᾳ ἐμαντεύοντο ἐκ τοῦ σϕαδασμοῦ. ῎Εθυον δὲ οὐκ ἄνευ δρυϊδῶν. Καὶ ἄλλα δὲ ἀνθρωποθυσιῶν εἴδη λέγεται· καὶ γὰρ κατετόξευόν τινας καὶ ἀνεσταύρουν ἐν τοῖς ἱεροῖς καὶ κατασκευάσαντες κολοσσὸν χόρτου καὶ ξύλων, ἐμβαλόντες εἰς τοῦτον βοσκήματα καὶ θηρία παντοῖα καὶ ἀνθρώπους, ὡλοκαύτουν.

210[IV, 4, 5] Leur caractère simple et leur impulsivité s’augmentent de beaucoup de stupidité, de vantardise et d’amour des bijoux. C’est ainsi que non seulement ils portent des parures d’or (colliers au cou, bracelets aux bras et aux poignets) mais les personnages de haut rang portent des vêtements de couleur brillante brodés d’or. Leur insondable légèreté les rend insupportables quand ils sont vainqueurs mais, s’ils ont le dessous, elle les plonge dans la stupeur. À l’irréflexion s’ajoute aussi l’usage barbare et proprement inhumain qu’on rencontre chez la plupart des peuples septentrionaux, qui consiste, au retour du combat, à attacher les têtes de leurs ennemis à l’encolure de leurs chevaux pour, une fois chez eux, les enclouer devant leurs portes (à ce propos, Poseidonios dit avoir vu en maints endroits pareil spectacle auquel, au début, il eut du mal à se faire mais qu’ensuite, avec l’habitude, il supporta facilement). Quant aux têtes d’ennemis illustres, ils les oignaient d’huile de cèdre et les exhibaient à leurs hôtes, refusant de les rendre même en échange de leur poids en or. À ces pratiques, les Romains ont mis un terme, de même qu’à celles qui, en matière de sacrifices et de divination, s’opposaient à nos usages. Ainsi, une victime humaine, vouée aux dieux, était frappée dans le dos d’un coup de couteau et ils tiraient présage de ses convulsions. D’autre part, nul sacrifice ne se tenait en l’absence de druides. Il existait aussi d’autres sortes de sacrifices humains, à ce qu’on rapporte : par exemple, ils perçaient des victimes de flèches, ils en crucifiaient dans leurs sanctuaires ou encore ils fabriquaient un colosse de paille et de bois puis ils jetaient à l’intérieur toutes sortes d’animaux, domestiques comme sauvages, des êtres humains, et ils en faisaient un holocauste.

Etrangetés

L’île des femmes possédées de Dionysos

211[IV, 4, 6] ᾽Εν δὲ τῷ ὠκεανῷ # ϕησιν εἶναι νῆσον μικρὰν οὐ πάνυ πελαγίαν, προκειμένην τῆς ἐκβολῆς τοῦ Λίγηρος ποταμοῦ· οἰκεῖν δὲ ταύτην τὰς τῶν # Σαμνιτῶν γυναῖκας, Διονύσῳ κατεχομένας καὶ ἱλασκομένας τὸν θεὸν τοῦτον τελεταῖς τε καὶ ἄλλαις ἱεροποιίαις # ἐξηλλαγμέναις. Οὐκ ἐπιβαίνειν δὲ ἄνδρα τῆς νήσου, τὰς δὲ γυναῖκας αὐτὰς πλεούσας κοινωνεῖν τοῖς ἀνδράσι καὶ πάλιν ἐπανιέναι. ῎Εθος δ´ εἶναι κατ´ ἐνιαυτὸν ἅπαξ τὸ ἱερὸν ἀποστεγάζεσθαι καὶ στεγάζεσθαι πάλιν αὐθημερὸν πρὸ δύσεως, ἑκάστης ϕορτίον ἐπιϕερούσης· ἧς δ´ ἂν ἐκπέσῃ τὸ ϕορτίον, διασπᾶσθαι ταύτην ὑπὸ τῶν ἄλλων· ϕερούσας δὲ τὰ μέρη περὶ τὸ ἱερὸν μετ´ εὐασμοῦ μὴ παύεσθαι πρότερον, πρὶν παύσωνται τῆς λύττης· ἀεὶ δὲ συμβαίνειν ὥστε τινὰ ἐμπίπτειν τὴν τοῦτο πεισομένην.

  • 49 Les manuscrits se partagent entre ϕασιν (« on dit ») et ϕησιν (« il dit »). Nous gardons la premièr (...)
  • 50 Les manuscrits portent Σαμνιτῶν ou Σαμνειτῶν, nom inconnu dans la région. Tout rapprochement avec l (...)
  • 51 Les manuscrits portent : καὶ ἱλασκομένας τὸν θεὸν τοῦτον τελεταῖς τε καὶ ἄλλαις ἱεροποιίαις ἐξιλεου (...)

212[IV, 4, 6] Dans l’Océan, il y a, dit-on49, une petite île assez proche de la côte et située en face de l’embouchure du fleuve Leiger. Elle est habitée par les femmes des Namnitai50, des possédées de Dionysos qui s’attachent à attirer la faveur de cette divinité par la célébration de mystères aussi bien que par d’autres pratiques sacrées51. Nul homme ne met le pied sur l’île : ce sont les femmes qui font elles-mêmes la traversée pour s’unir aux hommes, après quoi elles reviennent. Elles ont coutume, une fois l’an, d’ôter la couverture du sanctuaire et de la replacer le jour même avant le coucher du soleil. Chacune apporte sa charge de matériau et si l’une laisse tomber sa charge, celle-là est mise en pièces par les autres qui font le tour du sanctuaire en portant ses morceaux aux cris d’Evohé sans s’arrêter avant que ne s’arrête leur délire – or, il en est toujours une qui tombe et qui subit ce sort.

Le port des deux corbeaux

213Τούτου δ´ ἔτι μυθωδέστερον εἴρηκεν ᾽Αρτεμίδωρος τὸ περὶ τοὺς κόρακας συμβαῖνον. Λιμένα γάρ τινα τῆς παρωκεανίτιδος ἱστορεῖ δύο κοράκων ἐπονομαζόμενον, ϕαίνεσθαι δ´ ἐν τούτῳ δύο κόρακας τὴν δεξιὰν πτέρυγα παράλευκον ἔχοντας· τοὺς οὖν περί τινων ἀμϕισβητοῦντας, ἀϕικομένους δεῦρο ἐϕ´ ὑψηλοῦ τόπου σανίδα θέντας ἐπιβάλλειν ψαιστά, ἑκάτερον χωρίς· τοὺς δ´ ὄρνεις ἐπιπτάντας τὰ μὲν ἐσθίειν τὰ δὲ σκορπίζειν· οὗ δ´ ἂν σκορπισθῇ τὰ ψαιστά, ἐκεῖνον νικᾶν.

214Voici un récit encore plus fabuleux : celui d’Artémidore à propos des corbeaux. Il existe un port sur le littoral Océanique – raconte-t-il – qui s’appelle « Port des Deux Corbeaux » et l’on voit dans ce port deux corbeaux qui ont l’aile droite presque blanche. Or donc, ceux qui ont un différend quelconque viennent là, disposent une planche en un lieu élevé et y jettent des miettes de galettes, chacun de son côté. Les oiseaux s’envolent vers les miettes, mangent les unes, dispersent les autres, et l’homme dont les miettes ont été dispersées est le vainqueur !

Autres récits fabuleux

215Ταῦτα μὲν οὖν μυθωδέστερα λέγει, περὶ δὲ τῆς Δήμητρος καὶ Κόρης πιστότερα, ὅτι ϕησὶν εἶναι νῆσον πρὸς τῇ Βρεττανικῇ , καθ´ ἣν ὅμοια τοῖς ἐν Σαμοθρᾴκῃ περὶ τὴν Δήμητρα καὶ τὴν Κόρην ἱεροποιεῖται. Καὶ τοῦτο δὲ τῶν πιστευομένων ἐστίν, ὅτι ἐν τῇ Κελτικῇ ϕύεται δένδρον ὅμοιον συκῇ, καρπὸν δ´ ἐκϕέρει παραπλήσιον κιοκράνῳ κορινθιουργεῖ· (190C) ἐπιτμηθεὶς δ´ οὗτος ἀϕίησιν ὀπὸν θανάσιμον πρὸς τὰς ἐπιχρίσεις τῶν βελῶν. Καὶ τοῦτο δὲ τῶν θρυλουμένων ἐστίν, ὅτι πάντες # Κελτοὶ ἡδόνικοί τέ εἰσι καὶ οὐ νομίζεται παρ´ αὐτοῖς αἰσχρὸν τὸ τῆς ἀκμῆς ἀϕειδεῖν τοὺς νέους.

216῎Εϕορος δὲ ὑπερβάλλουσάν τε τῷ μεγέθει λέγει τὴν Κελτικήν, ὥστε ἧσπερ νῦν ᾽Ιβηρίας καλοῦμεν ἐκείνοις τὰ πλεῖστα προσνέμειν μέχρι Γαδείρων, ϕιλέλληνάς τε ἀποϕαίνει τοὺς ἀνθρώπους, καὶ πολλὰ ἰδίως λέγει περὶ αὐτῶν οὐκ ἐοικότα τοῖς νῦν. ῎Ιδιον δὲ καὶ τοῦτο· ἀσκεῖν γὰρ αὐτοὺς μὴ παχεῖς εἶναι μηδὲ προγάστορας, τὸν δ´ ὑπερβαλλόμενον τῶν νέων τὸ τῆς ζώνης μέτρον ζημιοῦσθαι.

Ταῦτα μὲν περὶ τῆς ὑπὲρ τῶν ῎Αλπεων Κελτικῆς

  • 52 Les manuscrits A et C donnent ϕιλόνεικοι (B : ϕινόνεικοι). Cependant, la suite de la phrase a amené (...)

217Ce que nous dit là Artémidore est plutôt fabuleux, il paraît plus digne de confiance au sujet de Déméter et Corè, à savoir qu’il existe une île proche de la Prettanikè sur laquelle se déroulent des cérémonies semblables à celles qui, à Samothrace, honorent Déméter et Corè. Ceci encore fait partie des choses dignes de foi : en Keltikè pousse un arbre semblable à un figuier mais qui porte un fruit dont la forme approche celle d’un chapiteau corinthien d’autre part, si on entaille ce fruit, il s’en écoule un suc mortel qui sert à enduire les flèches. Ceci enfin fait partie des lieux communs : tous les Keltoi adorent les querelles52 et, de même, ils ne voient nulle honte à ce que les jeunes gens soient prodigues de la fleur de leur âge.

218Éphore, dans sa description, exagère les dimensions de la Keltikè au point d’attribuer à ces régions-là la plus grande partie des territoires de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Ibèria, jusqu’à Gadeira [Cadix]. D’autre part, non content de présenter ses habitants comme philhellènes, il est le seul à leur attribuer de nombreuses caractéristiques sans rapport avec ce qu’on voit aujourd’hui. Ainsi, ce trait qu’il est seul à rapporter : ils s’astreignent à ne pas être trop gros ni bedonnants et si quelque jeune homme a un tour de taille qui excède la norme fixée, il est puni d’une amende.

Telle est notre analyse de la Keltikè transalpine.

Notes

1 En II, 5, 28, à quoi renvoie aussi la mention Εἴρηται γάρ « En effet, on l’a dit » qui suit quelques lignes plus bas.

2 La leçon de tous les manuscrits est τοὺς δὲ λοιποὺς Γαλατικὴν μὲν τὴν ὄψιν, ce qu’il faudrait traduire par : « tous les autres sont d’apparence galatique ». La correction de Γαλατικήν en Γαλατικούς proposée par Kramer est admise sans réserve depuis : plus satisfaisante au niveau grammatical, elle ne change pas le sens général.

3 La correction de πολιτεία en αἱ πολιτεῖαι, proposée par Cobet et adoptée par Fr. Lasserre, ne s’impose pas : le singulier est, du reste, préférable au pluriel qui implique une traduction trop précise.

4 Fr. Lasserre insère une longue phrase à cet endroit, pour combler la lacune qui apparaît en IV, l, 3 où Strabon rappelle que le Var constitue la frontière entre l’Italie et la Celtique. Si l’expression ὡς εἶπον πρότερον « comme je l’ai dit auparavant », en IV, 1, 3, suppose bien un passage manquant, celui-ci peut se trouver n’importe où (et pas forcément dans le livre IV) et on n’a aucune idée de sa forme. L’interpolation ajoutée ici par Lasserre ne se justifie guère : elle rompt la cohérence de la description de Strabon à cet endroit sans rien ajouter (la mention « entre l’extrémité méridionale du mont Pyréné et le cours du Var qui sépare la Narbonnaise de l’Italie » est redondante par rapport au texte).

5 Nous suivons Fr. Lasserre et St. Radt qui rétablissent l’article τό devant Κέμμενον que certains éditeurs, après Kramer, suppriment.

6 Certains éditeurs corrigent le féminin Κεμμένη, donné par la plupart des manuscrits, en Κέvμμενον, forme neutre qu’emploie Strabon la plupart du temps. Cette modification ne s’impose pourtant pas. Le nom peut se trouver sous les deux genres : au féminin, généralement employé seul, au neutre lorqu’il accompagne ὄρος. C’est ce qui se passe pour les Pyrénées désignées la plupart du temps par « la Pyrènè », ἡ Πυρήνη, et quelquefois par « les montagnes pyrénéennes », τὰ Πυρηναῖα ὄρη, doublet qui se rencontre déjà chez Polybe (III, 35, 2 ; III, 37, 9).

7 Les manuscrits hésitent sur la forme. Kramer restitue ᾽Αλπεινῶν à partir de Polybe, restitution que conserve St. Radt. Nous préférons, comme Lasserre, garder ᾽Αλπίων attesté dans B et C, qui sont deux manuscrits primaires datant, le premier, du milieu du XIVe s. et, le second, de la fin du XIIIe s. On retrouve la même graphie sous la forme ῎Αλπια un peu plus loin (IV, 1, 6). C’est manifestement un doublet d’῎Αλπεις.

8 La mention ὥσπερ εἶρηται « comme on l’a dit », est attestée par tous les manuscrits mais ne renvoie à aucun passage évident. Cette absence, ainsi qu’une autre en IV, 1, 14, font supposer à Fr. Lasserre une importante lacune au début du paragraphe, lacune dont il trouve la justification dans un développement similaire de Poseidonios conservé chez Diodore (Hist., V, 25, 3). Cela ne suffit pas, bien évidemment. D’autres solutions ont été avancées. Xylander a proposé de lire ὥσπερ εἰρήσεται « comme on le dira ». Le dernier éditeur, St. Radt, à la suite de Meineke, déplace le groupe (et lit « qui est plus intéressante que la mer extérieure, comme on l’a dit ») et pense qu’il s’agit d’une référence à II, 5, 18 où Strabon montre les avantages de « notre » mer. En fait, on peut comprendre que l’expression renvoie d’une manière générale à l’idée d’« heureuse » organisation des cours d’eau les uns par rapport aux autres que Strabon vient de souligner juste avant. Quoi qu’il en soit, la référence de IV, 1, 14 renvoie à ce paragraphe-ci sans qu’on ait besoin de restituer une quelconque lacune. Il n’y a donc pas de raison valable de modifier profondément le texte original.

9 Cf. supra n.4.

10 C’est-à-dire de Tarouskôn, bien évidemment, et non de Némausos comme le traduit étourdiment Fr. Lasserre : cf. Stades et milles... p. 112.

11 Radt restitue à bon droit Δρουεντίας, au génitif, attesté par une partie des manuscrits (Βv/ω΄)

12 Les manuscrits attestent un changement de forme du nom qui n’est pas anodin. La première fois on trouve ̓Εξκιγγομμάγος-Exkiggomagos, la seconde Σκιγγομμάγος-Skiggomagos, qui est la transcription de la forme latine plus habituelle Scingomagus. Les éditeurs uniformisent la graphie en choisissant soit ̓Εξκιγγομμάγος (Lasserre, Radt) soit Σκιγγομμάγος (Meineke). Nous conservons les deux formes, parce qu’elles traduisent vraisemblablement un changement de source.

13 Nous choisissons de lire αὐτή, réfléchi, plutôt que αὕτη, démonstratif. Cf. Marseille, p. 211.

14 Tous les manuscrits portent λόγον que conserve Lasserre. Casaubon, suivi par Meineke et Radt proposent de lire λόγιον « réponse d’oracle ». Il n’y pas lieu de changer le texte origine, d’autant que dans ce cas, Strabon aurait précisé de quel oracle il s’agissait.

15 L’expression permet de comprendre indifféremment « fondées par Phocée » ou « fondées par Marseille ».

16 Sur le maintien de la leçon unanime des manuscrits ̔Ρόην ̓ Αγάθην, voir Marseille, p. 231-233.

17 Le texte des manuscrit est le suivant ὅσον κατὰ μὲν τὰ εὐλίμενα ἀπὸ της θαλάττης ἀπελθεῖν ἐπὶ τοὺς βαρβάρους ἐπὶ δώδεκα σταδίους, κατὰ δὲ τοῦ τραχῶνος ἐπὶ ὀκτώ. La plupart des éditeurs, après Kramer, d’une part, suppriment le ἐπί devant τοὺς βαρβάρους et, d’autre part, restituent τοὺς τραχῶνας à la place de τοῦ τραχῶνος. C’est la solution adoptée par St. Radt. D. Pralon (Pralon 2001) conserve le ἐπί et comprend « de telle sorte qu’ils puissent s’écarter de la mer face aux barbares sur 8 à 12 stades » en donnant à ἀπελθεῖν un sujet sous-entendu (« on » ou « les voyageurs »). C’est un peu compliqué : le sujet attendu est τοὺς βαρβάρους. Lasserre transforme κατὰ δὲ τοῦ τραχῶνος en ἐπὶ ; δὲ τοῦ τραχῶνος, pour garder le génitif des manuscrits mais la restitution rompt le parallélisme avec le κατὰ μὲν du début. Faute de mieux, nous adoptons la restitution de Kramer. De toute manière, le sens reste à peu de chose près le même.

18 Les manuscrits portent soit πόλεις soit αἱ πόλεις, difficilement compréhensible. Plusieurs solutions ont été proposées : la correction de μισθούμενοι en μισθουμέναι (Meineke) mais ce n’est guère satisfaisant et ne résout pas le problème du pluriel (pourquoi parler des cités quand il ne s’agit que de Marseille ?) ; la correction en πολλούς (Muller suivi par Radt), ingénieuse mais qui rompt le parallélisme τοὺς μέν, τούς δέ ; la suppression du mot (Kramer, suivi par Lasserre). Nous optons pour cette dernière solution.

19 Le terme ἡγεμῶν désigne le chef politique, par opposition au chef de guerre στρατηγός. Mais il recouvre des notions aussi différentes que gouverneur de province ou chef d’état. C’est pourquoi, nous préférons ici la formule neutre de dirigeant.

20 Nous conservons, à la suite de Lasserre, la leçon des Manuscrits, Σίγιον, que beaucoup d’éditeurs corrigent en Σήτιον, à cause de Ptolémée (II, 10, 2 : cf. de la valeur comparée des sources..., p. 00). Cependant, le texte de Ptolémée n’est pas clair : il cite d’abord Sète, juste après Agde, puis, à la fin parmi les îles Agde (« dont le nom est identique à celui de la ville », précise-t-il) et (« après elle ») Blasco : toutes deux ont la même latitude… qui est celle de Sète ! Mais, comme le fait remarquer Fr. Lasserre à juste titre, si Blaskôn désigne l’île de Brescou (ce que tout le monde s’accorde à penser), la montagne ne peut être celle de Sète (le Mont Saint-Clair) puisque les deux villes sont distantes de plus de 20 km.

21 Une partie des manuscrits secondaires (hikos) présentent un δέ absent des manuscrits primaires (ABC). Certains éditeurs préfèrent le supprimer (Lasserre) tandis que d’autres le conservent (Radt). Cela n’a aucune conséquence sur le sens.

22 Coray a proposé d’ajouter l’article défini τό dont on peut se passer.

23 Les manuscrits portent κατακλᾶσθαι qui signifie littéralement « être brisé ». Son emploi un peu imagé a conduit certains éditeurs à proposer diverses corrections (κατασπᾶσθαι : Cobet, suivi par Radt ; καταϕλᾶσθται : Meineke) qui ne s’imposent pas vraiment.

24 Sur cette traduction , cf. Marseille, p. 228.

25 Les manuscrits donnent ἐτείχισαν qu’il est inutile de corriger en ἐπετείχισαν (cf. Marseille, p. 229).

26 Les manuscrits donnent πόλιν Καουαρῶν καὶ Οὐάρων, ce qui est incompréhensible. Casaubon a proposé de lire Λουερίωνα (Le Lubéron) mais ce n’est pas le nom d’une ville. Fr. Lasserre restitue πόλιν Καουαρῶν Δουρίωνα « Dourio, ville des Cavares », ce qui est très hasardeux. Nous préférons considérer, à la suite de Xylander, Meineke et Fr. Salviat, que καὶ Οὐάρων est une erreur de copiste et qu’il faut lire πόλιν Καουαρῶν simplement. Pour Fr. Salviat, la ville en question est Cavaillon (Salviat 1985).

27 Le nom donné par les manuscrits est Δουρίωνα, inconnu par ailleurs, ce qui a amené les éditeurs à trouver une correction admissible. La plupart proposent, à la suite de Kramer, Αὐενίωνα (Αὐενιῶνα chez Meineke). C’est la solution adoptée par Radt. Nous conservons, à la suite de Lasserre, la leçon originelle.

28 Le texte des manuscrits est : ὅς γε καὶ διὰ λίμνης ἐξιὼν τῆς μεγάλης. Tous les éditeurs corrigent le μεγάλης en Λεμάνης avec des variantes dans la graphie. On préfèrera Λημέννης (proposé par Kramer) qui est la forme en IV, 6, 11 (celle de IV, 6, 6 est aussi une restitution). La proposition de Fr. Lasserre ὅς γε καὶ διὰ λίμνης μεγάλης ἐξιὼν τῆς Λημέννης est inutilement compliquée.

29 La lecture Λιγκασίους « Linkasioi » proposée par les manuscrits est incompréhensible : aucun peuple connu ne porte ce nom. Nous suivons la correction de Coray en Λίγγονας « Lingonai ». La restitution proposée par Lasserre (suivi par Radt) Λίγ<γονας καὶ Τρι>κασίους est inutilement compliquée.

30 Sur les différentes formes du nom, cf. Arécomiques et Tectosages, p. 148.

31 Sur tout ce passage, cf. Arécomiques et Tectosages, p. 173-185.

32 En IV, 1, 3.

33 La traduction de Lasserre « Cette route comporte, comme nous l’avons dit, une variante qui mène directement aux Alpes et une autre, plus courte, à travers le pays des Voconces » (Lasserre 1966 : 141) est impossible : ἡ συνvτομος διὰ Οὐοκοντίων est une apposition à ἡ μὲν εὐθὺς ἐπὶ τὰς ῎Αλπεις. L’autre route est, bien sûr, celle du littoral : ἡ δὲ τῆς παραλίας, à la ligne suivante.

34 Les manuscrits portent οἰκοῦντάς τινας τὴν νυνί « qui habiteraient la .. aujourd’hui ». Lasserre (suivi par Radt) propose un mot au féminin manquant après le la : Κελτικὴν et comprend « la Celtique d’aujourd’hui ». Nous préférons, à la suite de Meineke, supprimer le τὴν ou, avec Jones, le corriger en τὰ νυνίv « maintenant ».

35 Sur le maintien de cette précision, cf. l’or de Toulouse, p. 199-200.

36 En IV, 1, 2 : cf. n.6.

37 Les manuscrits de la famille ώ (A manque ici) portent ᾽Ιοσκῶν nom qui n’est pas autrement attesté. L’association avec les Bituriges laisse penser à une corruption d’une forme qui aurait pu être Οὐιβισκῶν (Xylander) ou Οὐιουισκῶν (Lasserre), transcrivant le latin Vivisci attesté chez Pline (H.N., IV, 33) ou la forme Οὐιβίσκοι chez Ptolémée (II, 7, 7). Kramer, suivi par Radt, corrige en ̓Οίσκων.

38 Les manuscrits hésitent sur la forme entre Οὐελλάοιοι et Οὐελλάιοι. Οὐελλάουοι est une correction de Radt (à partir du latin Vellavi), plus satisfaisante que Οὐελλαουίοι proposé par Lasserre.

39 La leçon de tous les manuscrits est καὶ ἄλλος μέγας, « un autre grand », ce qui n’est guère satisfaisant. Tyrwhitt a supposé une lacune entre les deux mots, du genre : καὶ ἄλλος Καισάρος μέγας « une autre grande image de César ». Meineke propose quant à lui : καὶ ἄλλος ἀνδριὰς μέγας « une autre grande statue ». Toup corrige en ἄλσος μέγα « un grand bois sacré ». Nous préférons garder le texte en l’état en indiquant simplement l’existence d’une lacune.

40 Le texte des manuscrits porte κειμένη, « située », apposée à πόλις, donc à Lyon. L’erreur de localisation étant trop flagrante, les éditeurs, depuis Xylander, corrigent κειμένη en κειμένου, faisant se rapporter le participe non plus à ville mais à peuple. Du coup, ce sont les Ségusiaves qui paraissent mal situés. C’est pourquoi Meineke corrige Δούβιος en Λίγηρος, ce qui semble exagéré.

41 On peut comprendre indifféremment « à la suite de Lyon » ou « à la suite des Ségusiaves ».

42 Kramer a proposé de lire Λίγηρος au lieu de Δούβιος. La correction ne s’impose pas.

43 Les manuscrits portent Αἰτουατίοι, nom qui est inconnu. Depuis Kramer, la plupart des éditeurs corrigent en ̓Ελουηττίοι. Les propositions d’Aly (Ναντουᾶται και ̓Ελουηττίοι) ou de Lasserre (Ναντουᾶται εἶτα ̓Ελουηττίοι) sont moins satisfaisantes.

44 La plupart des éditeurs, depuis Xylander, corrigent la leçon Διαδουέλλᾳ en ̓Αδουέλλᾳ à cause de la mention de IV, 6, 6, ou ̓Αδούλᾳ en se référant à la forme latine du nom du massif Adulas (l’Adula). Rien n’empêche de garder la forme utilisée par Strabon. L’identification n’est pas en cause.

45 Nous proposons de lire τῷ ἐμπορικῷ à la place de τῷ ἐμπορίῳ qui n’est pas compréhensible (Thollard 1985).

46 Beaucoup d’éditeurs ont voulu corriger la leçon τιμίους, pourtant bien assurée, proposée par les manuscrits en supposant une autre graphie du nom des Osismes (comme ̓Ωστιμίους proposé par Lasserre), mais il vaut mieux penser à un qualificatif donné par Pythéas à ce peuple : « les vénérables ».

47 Dans tous les manuscrits le participe est au génitif (συναγανακτούντων), il faut rétablir le nominatif (συναγανακτοῦντες) pour une construction correcte. Le sens ne fait pas de doute.

48 C’est-à-dire en forme de cône.

49 Les manuscrits se partagent entre ϕασιν (« on dit ») et ϕησιν (« il dit »). Nous gardons la première solution.

50 Les manuscrits portent Σαμνιτῶν ou Σαμνειτῶν, nom inconnu dans la région. Tout rapprochement avec les Samnites d’Italie est naturellement exclu. Nous adoptons la correction de Tyrwhitt en Ναμνῖται, les Namnètes, que Strabon situe, en IV, 2, 1, à l’embouchure de la Loire.

51 Les manuscrits portent : καὶ ἱλασκομένας τὸν θεὸν τοῦτον τελεταῖς τε καὶ ἄλλαις ἱεροποιίαις ἐξιλεουμένας. Ce dernier terme fait double emploi avec ἱλασκομένας du début, c’est pourquoi beaucoup d’éditeurs le suppriment (dont Lasserre et Radt). D’autres, à la suite de Coray, restituent un adjectif se rapportant à ἱεροποιίαις, comme ἐξηλλαγμέναις (Meineke) et comprennent : « d’autres pratiques sacrées étranges ». Nous préférons la suppression du doublet.

52 Les manuscrits A et C donnent ϕιλόνεικοι (B : ϕινόνεικοι). Cependant, la suite de la phrase a amené certains éditeurs a proposer d’autres solutions, tel Meineke qui corrige en ἠδονικοί « voluptueux ». La correction ne s’impose pas.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la Celtique transalpine selon Strabon
Crédits Chr. Goudineau, A.-G. Magdinier, P. Thollard
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/7482/img-1.png
Fichier image/png, 128k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search