Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 3. Les céramiques : fabrication, formes, décors, échanges

5. Beidaud : un cas d’acculturation potière dans l’hinterland gète ?

Pierre Dupont e Vasilica Lungu

Abstract

In order to improve the regional differenciation of chemical patterns within modern Dobrogea between Histria and other ancient settlements, new batches of pottery samples from both coastal Greek colonies, such as Tomis, Callatis and Orgame, and autochtonous sites of the nearby hinterland have been analysed. Interesting results have been obtained on the Getic Iron Age oppidum of Beidaud, halfway between Histria and Orgame. Our samples of wheelmade grey ware of Greek type from this indigenous site have revealed chemical compositions mostly differing from those of both Histria and Orgame, thus suggesting the existence of a distinct workshop most probably located in Beidaud, the main Getic centre all around. The question is whether this workshop was operated by acculturated Getic potters of by Greek ones, either settled or itinerant.

Termini per la ricerca

Indice geografico :

Roumanie, Dobroudja, Beidaud

Indice cronologico :

âge du fer, époque archaïque

Testo integrale

1Au cours des années soixante-dix, les recherches archéométriques menées sur les céramiques d’Histria, sur le littoral ouest du Pont-Euxin avaient mis en évidence l’existence d’un artisanat local particulièrement développé, à l’origine d’une gamme de productions assez diversifiée, comprenant même des vases à décor peint élaboré, et ce, dès l’époque archaïque. A l’époque, nous n’avions procédé qu’à une différenciation régionale sommaire, dans le cadre restreint de la problématique histrienne, c’est à dire sur quelques sites ruraux de la chôra alentour : d’une part, en raison des difficultés techniques pour rayonner à plus longue distance ; d’autre part, parce que le territoire d’Histria semblait former un tout homogène jusqu’à Orgamè au nord et, donc, que l’étendue de la zone d’incertitude autour d’Histria pouvait passer au second plan. Aujourd’hui, les conceptions sur le contexte colonial régional ont évolué sensiblement (Avram 2001, p. 593-612.), Orgamè faisant maintenant figure d’établissement plus ou moins autonome, même si le terme de polis ne semble pas encore de mise (Mănucu-Adameşteanu 1992, p. 55-67 ; contra : Avram 2001, p. 610-611).

2Dans le but d’améliorer la différenciation régionale entre Histria et le reste de la Dobroudja (Cf. Dupont 1999, p. 129-135), nous avons procédé à l’analyse physico-chimique de nouveaux échantillonnages, provenant de quelques autres grands établissements grecs du littoral (en l’occurrence Tomis, Callatis et Orgamé). Surtout, nous avons entrepris d’étendre notre enquête vers l’arrière-pays, en nous penchant sur le cas d’un important site indigène tout à fait représentatif, celui de Beidaud, situé à mi-chemin entre Histria et Orgamé (Simion 2003, p. 79-98) (Fig. 344).

Fig. 344. Carte du territoire d’Histria (d’après AVRAM 2000 [2001], 596, fig. 2).

Fig. 344. Carte du territoire d’Histria (d’après AVRAM 2000 [2001], 596, fig. 2).

3Cette démarche nous a paru nécessaire, la situation observée sur les sites ruraux de la chôra des fondations grecques du littoral étant, comme cela est bien compréhensible, pratiquement la même. Il est clair, en effet, que de petits établissements comme ceux découverts à Nuntasi, Tariverde et Sinoe, situés à quelques kilomètres à peine à la périphérie d’Histria étaient sous la dépendance directe de cette colonie. Cette situation de dépendance transparaît également dans les petits échantillonnages analysés, dont les compositions se rattachent pour la plupart à celles du groupe histrien B.

4Par contre, plus vers l’intérieur, l’oppidum gète de Beidaud, dont la période d’occupation correspond surtout au I er âge du Fer, a livré, outre une série d’amphores-emballages de la Grèce de l’Est archaïque, une bonne quantité de céramiques grises de type grec ou supposé tel, dont quelques unes ont pu être analysées. La majorité d’entre elles semblent former un groupement séparé, à la fois distinct des compositions d’Histria et des sites ruraux de sa chôra (Sinoé, Tariverde) et, à un moindre degré, de celles d’Orgamé. En effet, sur le dendrogramme de tri des données d’analyse (Fig. 345), la branche B, correspondant au groupement Beidaud est associé à quelques échantillons d’Orgamé, dont deux références locales sûres (HIS 248-249 = cales d’enfournement d’un complexe hellénistique). Cependant, à y regarder de plus près, les pièces d’Orgamé de cette branche B sont toutes en position marginale ; quant aux deux références locales, elles se démarquent par des teneurs en calcium et magnésium beaucoup plus élevées que pour le reste du groupe. Ceci donne à penser que leur présence résulte d’une attribution abusive de l’ordinateur liée au mode de calcul de la distance mathématique entre les échantillons.

Fig. 345. Dendrogramme de classification hiérarchique ascendante d’un échantillonnage d’Orgamé et de Beidaud.

Fig. 345. Dendrogramme de classification hiérarchique ascendante d’un échantillonnage d’Orgamé et de Beidaud.

5Il n’est donc pas exclu que l’on puisse se trouver ici face à un atelier de l’intérieur (une telle éventualité avait déjà été envisagée par Mănucu-Adameşteanu 1992, p. 63 et, plus généralement, dans les nécropoles du deuxième âge du Fer de Dobroudja, par Irimia 1983, p. 83), dont il s’agira de déterminer si ses productions sont le fait de potiers grecs (itinérants ou sédentaires) opérant en territoire barbare ou bien de réalisations à mettre au compte d’artisans gètes initiés à la pratique du tournage et ayant adopté, tout ou partie, le répertoire de formes des ateliers grecs du littoral, comme dans le cas des potiers indigènes de Serra di Vaglio, imitant des terres cuites métapontines dès le milieu du VI e s. (Adameşteanu 1990, p. 146).

6La plupart des formes grises tournées de notre échantillonnage de Beidaud consistent en écuelles à bord incurvé, rainuré sur le pourtour (Fig. 346), et en pichets carénés à anse surélevée (Fig. 347), plus un fragment de bord de cratère (Fig. 348) (Cf. aussi : Lungu, Dupont, Simion 2007, p. 25-57).

Fig. 346. Beidaud. Ecuelles grises à bord incurvé rainuré.

Fig. 346. Beidaud. Ecuelles grises à bord incurvé rainuré.

Fig. 347. Beidaud. Pichets gris à anse surélevée.

Fig. 347. Beidaud. Pichets gris à anse surélevée.

Fig. 348. Beidaud. Cratères gris à bord « en sabot ».

Fig. 348. Beidaud. Cratères gris à bord « en sabot ».

7Dans quelle mesure certaines de ces formes, et notamment le pichet à anse surélevée, ne pourraient-elles pas remonter à la tradition de la céramique autochtone modelée (Cf. par ex., pour des formes très typées comme les pichets à anse surélevée, les exemplaires reproduits par Moscalu 1983, pl. LIX-LX, de profil un peu différent il est vrai, leur vasque basse évoquant davantage des puisoirs, de silhouette apparentée à celle des kyathoi grecs). La diffusion de la forme recouvre un vaste espace couvrant le sud, l’ouest et le nord de la mer Noire et touche tant les établissements indigènes que les cités grecques d’Odessos, Apollonia, Mésembria, Istros, Olbia, Bérézan etc… ; Tsonchev 1959, p. 109, fig. 37-41 ; Toncheva 1967, p. 174-175, fig. 21a,b ; Nikov 1999, p. 2, 35, fig. 4/1-2 ; Agre 2002, p. 31-45 ; Chichikova 2004, p. 207, figs. 1-5 ; Dimitriu 1966, p. 98, pl. 58, n° 461-462 ; Alexandrescu 1972, p. 119, fig. 4-5 ; Alexandrescu 1977, p. 131, fig. 15 et fig. 16 (diffusion des tasses à anse surélevée) = Alexandrescu 1999, p. 138-173 ; Krapivina 1987, p. 75, fig. 27/4-6 ; Krapivina 2007, p. 102, fig. 5/1-2 ; Buiskikh 2006, p. 38, fig. 1/5 ; Buiskikh 2007, p. 37, fig. 1 : 7-9 ; Schultze, Magomedov, Buiskikh, 2006, p. 298, Abb. 3/5. Pour une origine locale de la forme, plaident de nombreux exemples couvrant l’espace thraco-scythe, voir, par exemple, Melyukova 1979, p. 57, fig. 17/5 (Theodoroskogo) ; Nemeti 1982, p. 139, Abb 17 (Sanislău Gr. 62) ; Vulpe 1990, Taf. 60, no 24 (Ferigile, fin du VIIe – début du VIe s. av. J.-C.) et Taf. 61, no 3 (Ferigile, V e s. av. J.-C) ; Kemenczei 2006, p. 131-151 ; Leskov 1990, p. 74, n° 1 et fig. 19 (“Trichterhalstasse, handgeformt, protomaiotische Grabstätte Fars, zweite Hälfte des 8. und 7. Jahrhundert v. Chr.”), à l’instar de la situation constatée dans l’hinterland des colonies phocéennes de Provence par exemple (Cf. Arcelin-Pradelle 1984).

8A défaut d’apporter encore une réponse claire à cette question les analyses effectuées sur deux formes modelées basses à pâte fine de pichets à anse surélevée (du genre de ceux reproduits par Moscalu 1983, pl. LIX : 20-21.) ont révélé des compositions différentes de celles des exemplaires tournés du groupe Beidaud. En tout cas, les formes tournées à pied annulaire de ces pichets gris, parfois un peu réoxydés, sont abondamment représentées sur un certain nombre d’autres sites indigènes que Beidaud (Moscalu 1983, pl. LXXI-LXXIII.) (Fig. 349). Des spécimens à pied en trompette sont également attestés en Thrace (Chichikova 2004, p. 207, fig. 4-6.), pour lesquels des prototypes (ou avatars ?) anatoliens ne sont pas exclus (Sams, Temizsöy 2000, p. 28, fig. 44, p. 29, fig. 47 « Early Phrygian Period »). D’une manière plus générale, les recherches à venir sur l’identification des productions autochtones de type grec en Dobroudja devront se pencher aussi sur la question de la spécificité de leur répertoire de formes, tant par rapport à celui des cités grecques avoisinantes que par rapport au reste du domaine pontique.

Fig. 349. Pichets à anse surélevée des sites géto-daces de l’intérieur (d’après MOSCALU, 1983, pl. LXXI).

Fig. 349. Pichets à anse surélevée des sites géto-daces de l’intérieur (d’après MOSCALU, 1983, pl. LXXI).

9Par ailleurs, grâce à l’obligeance du fouilleur, V. Baumann, nous avons pu adjoindre à notre échantillonnage de céramiques grises archaïques de Beidaud, un échantillon à caractère exceptionnel : en l’occurrence, une anse d’amphore timbrée hellénistique provenant de Noviodunum, porteuse d’une légende complète Θεογνητου ιστριη (Fig. 350) (Opaiţ, Baumann 2006, p. 405, pl. I, 1.). A l’analyse, cette pièce s’est avérée proche des compositions du groupe Beidaud, quoique légèrement marginale, et, surtout, en dehors des principaux groupes géochimiques histriens, un résultat que laissait déjà présager l’aspect de la pâte, beaucoup trop colorée. S’il n’est pas assuré que cet échantillon entre vraiment dans le groupe Beidaud et si une origine histrienne s’est révélée démentie par l’analyse, il n’en reste pas moins que l’on a affaire à une production régionale, réalisée dans un matériau loessique et présentant une légende tendant à accréditer une origine histrienne, à l’instar de nos modernes contrefaçons asiatiques. Quant au nom de l’éponyme Qeovgnhtoı, il apparaît plutôt suspect lui aussi, comme ne pouvant être raccroché à un repère chronologique bien précis (le nom se retrouve sur certaines inscriptions d’Attique – IG I(3) II.111 ; IG I(3) A.II.a.67 ; Ag. Stèle A col. II.67 (ca. 411 BC) – et d’Egypte – SEG 3 ; SB 3 (V e-VIIe s. ap. J.-C.). En revanche, ce nom est très fréquemment attesté à Istros de l’époque hellénistique à la période romaine (Pippidi 1983, 4.2-3 ; 23.2 ; 31.2 ; 59.13 ; 189.5 ; avec patronymes 193 A 88, ou comme patronyme 31.2 ; 110. 1, du IV e s. av. J.-C. au IIe s. ap. J.-C.).

10La confirmation archéométrique d’une origine istro-pontique pour notre échantillon de Noviodunum vient enrichir la liste des pièces d’imitation, plus ou moins fidèles, de modèles grecs hellénistiques exhumées sur d’autres sites de la Plaine Roumaine (le Sud de Roumanie) ou de Dobroudja intérieure : que ce soit des reproductions d’amphores rhodiennes (Vulpe, Gheorghiţă 1981, p. 59, pl. I : 3 ; Rosetti 1960, p. 396, fig. 4.) (Fig. 351), certaines porteuses de timbres « exotiques » (la plupart anépigraphes) (Rosetti 1960, p. 402, 397, fig. 5, p. 398, fig. 6 ; Glodariu 1976, p. 159-163, pl. 18-20.) (Fig. 352), de bols à reliefs (Vulpe, Gheorgiţă 1981, 61, pl. II.) (Fig. 353) ou, même, de vases peints, du style de Hadra notamment (Fig. 354) (Lungu 2001, p. 43-87 ; Lungu, Trohani 2000, p. 137-162).

Fig. 350. Noviodunum. Timbre amphorique à légende. Θεογνητου ιστριη.

Fig. 350. Noviodunum. Timbre amphorique à légende. Θεογνητου ιστριη.

Fig. 351. Popeşti. Anse d’amphore pseudo-rhodienne (MNIR, Bucureşti, ss. inv.).

Fig. 351. Popeşti. Anse d’amphore pseudo-rhodienne (MNIR, Bucureşti, ss. inv.).

Fig. 352. Popeşti. Timbres amphoriques anépigraphes (d’après ROSETTI 1960, 397, fig. 5 ; GLODARIU 1976, pl. 18-19).

Fig. 352. Popeşti. Timbres amphoriques anépigraphes (d’après ROSETTI 1960, 397, fig. 5 ; GLODARIU 1976, pl. 18-19).

Fig. 353. Popeşti. Bol hellénistique à reliefs (MNIR, Bucureşti, inv. 5427).

Fig. 353. Popeşti. Bol hellénistique à reliefs (MNIR, Bucureşti, inv. 5427).

Fig. 354. Borduşani. Cratère. MNIR, Bucureşti, ss. inv.

Fig. 354. Borduşani. Cratère. MNIR, Bucureşti, ss. inv.

11Pour en revenir à la période archaïque ou, plutôt, au premier âge du Fer, les résultats de laboratoire obtenus sur des céramiques grises tournées de Beidaud ont donc mis en évidence des précurseurs de cette série de trouvailles hellénistiques. Le problème va être maintenant d’apprécier la part tenue alors par cet artisanat de type grec en pays indigène. Il importera de compléter les données d’analyse de Beidaud à l’aide d’échantillons en provenance d’autres sites indigènes représentatifs (Enisala, Murighiol, Babadag…) et de recouper soigneusement les résultats pour se faire une idée plus précise de la situation sur le plan régional. Parallèlement, une analyse typologique approfondie devra s’efforcer de cerner les traits spécifiques des productions de ces divers ateliers de l’intérieur par rapport aux modèles grecs. Certes, pour les formes simples comme les écuelles à bord incurvé rainuré, la tache s’annonce ardue, mais, dans certains cas, des indices ténus pourront éveiller l’attention. On trouve, par exemple, parmi les céramiques grises d’Histria, quelques formes culinaires, dont les caractéristiques de pâte sont celles de la poterie commune ordinaire, ce qui fait s’interroger sur leur capacité à résister aux chocs thermiques répétés d’une utilisation journalière, et donc sur le niveau de qualification du potier : il s’agit en général de marmites du genre lopas à couverte noirâtre lustrée (Fig. 355), mais les fouilles de Bérézan ont également livré un spécimen de réchaud archaïque fragmentaire de type inhabituel (Musée de l’Hermitage, inv. B. 77-180 = pièce incomplète), reprenant la forme d’une grande écuelle grise à bord incurvé, avec, dans la vasque, des tenons supports de marmites et, au fond de la vasque, l’amorce d’une sorte de dépression en saillie sur l’extérieur, pouvant correspondre, soit à un réceptacle garde-braises (Friis-Johansen 1958, 59-60, fig. 121-123, 167-169, et fig. 226-227 = « Kohlenbecken », à l’instar des réchauds traditionnels cambodgiens qui comportent encore aujourd’hui un compartiment garde-braises attenant à la cuve principale), soit à une prise d’air pour le tirage (Fig. 356).

Fig. 355. Histria. Lopas gris à couverte noire (« pseudo-cuisine »).

Fig. 355. Histria. Lopas gris à couverte noire (« pseudo-cuisine »).

Fig. 356. Bérézan. Réchaud gris. Musée de l’Hermitage, Saint-Petersbourg, inv. B. 77-770.

Fig. 356. Bérézan. Réchaud gris. Musée de l’Hermitage, Saint-Petersbourg, inv. B. 77-770.

12Pour ce qui est de l’origine ethnique de ces potiers de l’hinterland, la question n’a sans doute guère de sens à l’époque hellénistique, où les brassages de populations étaient déjà suffisamment avancés : de même qu’Hérodote qualifiait les Callipides d’« Helléno-scythes » (Hérodote IV, 17), il est clair que les rangs des colons grecs de la côte et des autochtones de l’intérieur devaient fourmiller de sang-mêlé, qu’ils soient « mixhellènes » ou « mixobarbares » (sur ces problèmes de vocabulaire, cf. Casewitz 1991, p. 121-139). A plus haute époque, on peut néanmoins s’interroger sur la genèse des premières implantations d’officines productrices de céramiques tournées de type grec sur des sites indigènes de l’arrière-pays. A ce stade, il n’est pas sûr que les contacts gréco-barbares aient été déjà suffisamment étroits, pour que des potiers grecs aient embauché des apprentis gètes et, donc, que des artisans gètes « acculturés » aient déjà acquis la technologie nécessaire pour la mettre en pratique à leur tour : les argiles inadaptées des deux spécimens de poterie pseudo-culinaire mentionnés plus haut pourraient bien en être l’illustration Dans ces conditions, l’implantation d’ateliers ou de succursales d’ateliers grecs, voire d’artisans itinérants, en pays indigène apparaîtrait a priori plus probable. Le fait que deux échantillons de céramique modelée à pâte fine de Beidaud aient révélé des caractéristiques de composition différentes de celles des vases tournés irait également dans le même sens. En tout état de cause, seule une meilleure approche du degré d’acculturation général des établissements autochtones concernés devrait permettre, au cas par cas, de trancher…

Bibliografia

Adameşteanu 1990 : ADAMEŞTEANU (D.) – Greeks and Natives in Basilicata. In : Descoeudres (J.P.) ed., Greek Colonists and Native Populations, Proc. of the First Australian Congress of Classical Archaeology, Sydney 9-14 July 1985. Oxford, 1990, p. 143-150.

Agre 2002 : AGRE (D.) – Klassifikacia na keramika ot thrakosko mogil v Etropolsko (V-IV v. pr. Chr.). Archaeological Journal of the Institute of Archaeology and Museum, Sofia, kn. 2, 2002, p. 31-45.

Alexandrescu 1972 : ALEXANDRESCU (P.) – Un groupe de céramique fabriqué à Istros. Dacia, n. s., XVI, 1972, p. 113-132.

Alexandrescu 1999 : ALEXANDRESCU (P.) – Les modèles grecs de la céramique thrace tournée. Dacia, N.S. 21, 1977, p. 113-137 = L’aigle et le dauphin. Bucarest 1999, p. 138-173.

Arcelin-Pradelle 1984 : ARCELIN-PRADELLE (Ch.) – La céramique grise monochrome en Provence, RAN Suppl. 10, 1984.

Avram 2001 : AVRAM (A.) – Les territoires d’Istros et de Callatis. In : Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero, Atti del quarantesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 2000 [2001], p. 593-612.

Buiskikh 2006 : BUISKIKH (S.B.) – Seraya keramika kak etnopokazatel’ grecheskogo naseleniya Nizhnego Pobuzh’ya v VI-I vv. do n. e. In : Aibabin (A.I.) (ed.), Bosporskie Issledovaniya, XI, 2006. Simferopol – Kerch, p. 29-57.

Buiskikh 2007 : BUISKIKH (S. B.) – Seraya goncharnaya keramika Ol’vii i ee khory VI-I vv. do n. e. (istoriograficheskii aspekt). In : Eukharisterion. Antikovdchesko-Istoriograficheskii sbornik pamyati Yaroslava Vitalevicha Domanskogo (1928-2004). Varia in memoriam « prigalili na Ostrov ». Saint-Pétersbourg, 2007, p. 28-44.

Casevitz 1991 : CASEVITZ (M.) – Sur la notion de mélange en grec ancien (mixobarbare ou mixhellène ? In : Mélanges Etienne Bernand. Paris, 1991, p. 121-139.

Chichikova 2004 : CHICHIKOVA (M.) – Trakiiskata keramika, rabotena na kolelo (VI-IV v. pr. Khr.). Annual of the Archaeological Museum Plovdiv IX, 2, 2004, p. 194-211.

Dimitriu 1966 : DIMITRIU (S.) – Cartierul de locuinţe din zona de vest a cetăţii în epoca arhaică. In : Histria II. Bucarest, 1966, p. 19-131.

Dupont 1999 : DUPONT (P.) – Mise au point sur les céramiques locales d’Istros. In : Céramique et peinture grecques. Modes d’emploi, Actes du Colloque international Ecole du Louvre, 26-27-28 avril 1999. Paris, 1999, p. 129-135.

Friis-Johansen 1958 : FRIIS-JOHANSEN (K.) – Exochi, ein frührhodisches Gräberfeld. Copenhague, 1958.

Glodariu 1976 : GLODARIU (I.) – Dacian Trade with the Hellenistic and Roman World. BAR Suppl. Series 8, 1976.

Irimia 1983 : IRIMIA (M.) – Date noi privind necropolele din Dobrogea în a doua epocă a fierului. Pontica 16, 1983, p. 69-148.

Kemenczei 2006 : KEMENCZEI (T.) – Bemerkungen zur Frage der skythenzeitlichen Keramikzeichen. Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hung. 57, 2006, p. 131-151.

Krapivina 1987 : KRAPIVINA (V.V.) – Prostaya stolovaya keramika. In : Kryzhitskii (S.D.) éd., Kultura naseleniya Ol’vii i ee okrugi v arkhaicheskoe vremya. Kiev 1987, p. 71-79.

Krapivina 2007 : KRAPIVINA (V.V.) – Siroglinyana keramika Ol’vii VI-V st. do n. e. Arkheologiya 2007, 1 (Kiev), p. 98-106.

Leskov 1990 : LESKOV (A.) – Grabschätze der Adygeen. Neue Entdeckungen im Nordkaukasus. Munich, 1990.

Lungu 2001 : LUNGU (V.) – Céramique de type Hadra à Istros. Il Mar Nero 4, 2001, p. 43-87.

Lungu, Trohani 2000 : LUNGU (V.), TROHANI (G.) – Les influences grecques et orientales dans les productions céramiques peintes de la Dacie préromaine. In : Istro-Pontic., Tulcea 2000, p. 137-162.

Lungu, Dupont, Simion 2007 : LUNGU (V.), DUPONT (P.), SIMION (G.) – Une officine de céramique tournée de type grec en milieu gète ? Le cas de Beidaud. Eirene XLIII 2007, Studia Graeca et Latina (Archaeologica), Prague, 2007, p. 25-57.

Mănucu-Adameşteanu 1992 : MĂNUCU-ADAMEŞTEANU (M.) – Orgame Polis= Pontica 25, 1992, p. 55-67.

Melyukova 1979 : MELYUKOVA (A. I.) – Skyfiya i Thrakiiskii mir. Moscou, 1979.

Moscalu 1983 : MOSCALU (E.) – Ceramica traco-getică. Bucarest, 1983.

Nemeti 1982 : NEMETI (I.) – Das Späthallstattzeitliche Gräberfeld von Sanislău. Dacia N.S. XXVI, 1982, p. 115-144.

Nikov 1999 : NIKOV (K.) – “Aeolian” bucchero in Thrace ? Archaeologia Bulgarica III, 1999, 2, p. 31-42.

Opaiţ, Baumann 1990 : OPAIŢ (A.), BAUMANN (V.) – Consideraţii privind posibilitatea industrializării peştelui în Dobrogea antică. In : MĂNUCU ADAMEŞTEANU (M.) éd., A la recherche d’une colonie. Actes du colloque international. 40 ans de recherches archéologique à Orgamè/ Argamum. Orgamè/ Argamum, Supplementa I. Bucarest, 2006, p. 397-405.

Pippidi 1983 : PIPPIDI (D. M.) – Inscriptiones Scythiae Minoris Graecae et Latinae, Inscriptiones Histriae et viciniae (ISM I). Bucarest, 1983.

Rosetti 1960 : ROSETTI (D.) – Un depozit de unelte, cîteva ştampile anepigrafice şi o monedă din a doua epocă a fierului. SCIV XI, 2, 1960, p. 391-404.

Sams, Temizsöy 2000 : SAMS (G.), TEMIZSÖY (I.) – Gordion Museum. Ankara, 2000.

Schultze, Magomedov, Buiskikh : SCHULTZE (E.), MAGOMEDOV (B.V.), BUISKIKH (S.B.) – Grautonige Keramik des Unteren Buggebietes in römischer Zeit. Eurasia Antiqua, 12, 2006, p. 289-352.

Simion 2003 : SIMION (G.) – Aşezarea hallstattiană de la Beidaud-Tulcea. In : SIMION (G.) éd. Culturi antice în zona gurilor Dunării, vol. I Preistorie şi protoistorie (Biblioteca istro-pontica Seria arheologie 5). Cluj, 2003, p. 79-98.

Toncheva 1967 : TONCHEVA (G.) – Arkhaichni Materiali ot Odesos, Izvestia na Arkhaeologicheskiya Institut Sofia, XXX, 1967, p. 157-180.

Tsonchev 1959 : TSONCHEV (D.) – Sirata trakiiska keramika v B’lgarya. Annuaire du Musée National Archéologique, Plovdiv, III. Sofia 1959, p. 93-135.

Vulpe 1990 : VULPE (A.) – Die Kurzschwerter, Dolche und Streitmesser der Hallstattzeit in Rumänien. Munich, 1990.

Vulpe, Gheorgiţă 1981 : VULPE (A.), GHEORGIŢĂ (M.) – Şantierul arheologic Popeşti-Mihăileşti, Jud. Giurgiu. Raport preliminar asupra rezultatelor din campaniile anilor 1978-1979. Cercetări Arheologice. Bucarest, 1981, p. 58-65.

Indice delle illustrazioni

Titolo Fig. 344. Carte du territoire d’Histria (d’après AVRAM 2000 [2001], 596, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-1.png
File image/png, 437k
Titolo Fig. 345. Dendrogramme de classification hiérarchique ascendante d’un échantillonnage d’Orgamé et de Beidaud.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-2.png
File image/png, 338k
Titolo Fig. 346. Beidaud. Ecuelles grises à bord incurvé rainuré.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-3.png
File image/png, 180k
Titolo Fig. 347. Beidaud. Pichets gris à anse surélevée.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-4.png
File image/png, 147k
Titolo Fig. 348. Beidaud. Cratères gris à bord « en sabot ».
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-5.png
File image/png, 868k
Titolo Fig. 349. Pichets à anse surélevée des sites géto-daces de l’intérieur (d’après MOSCALU, 1983, pl. LXXI).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-6.png
File image/png, 866k
Titolo Fig. 350. Noviodunum. Timbre amphorique à légende. Θεογνητου ιστριη.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-7.png
File image/png, 211k
Titolo Fig. 351. Popeşti. Anse d’amphore pseudo-rhodienne (MNIR, Bucureşti, ss. inv.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-8.png
File image/png, 419k
Titolo Fig. 352. Popeşti. Timbres amphoriques anépigraphes (d’après ROSETTI 1960, 397, fig. 5 ; GLODARIU 1976, pl. 18-19).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-9.png
File image/png, 258k
Titolo Fig. 353. Popeşti. Bol hellénistique à reliefs (MNIR, Bucureşti, inv. 5427).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-10.png
File image/png, 288k
Titolo Fig. 354. Borduşani. Cratère. MNIR, Bucureşti, ss. inv.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-11.png
File image/png, 302k
Titolo Fig. 355. Histria. Lopas gris à couverte noire (« pseudo-cuisine »).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-12.png
File image/png, 534k
Titolo Fig. 356. Bérézan. Réchaud gris. Musée de l’Hermitage, Saint-Petersbourg, inv. B. 77-770.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/745/img-13.png
File image/png, 985k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540