Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 3. Les céramiques : fabrication, formes, décors, échanges

4. La céramique à vernis noir d’époque classique dans les colonies ouest pontiques et l’hinterland indigène (territoire de la Bulgarie)

Anelia Bozkova

Résumé

L’article avance les résultats d’une étude parallèle du massif céramique des colonies ouest-pontiques et de l’hinterland thrace, ayant établi des modalités spécifiques dans le répertoire de vases à vernis noir et dans les préférences des habitants des régions respectives. L’étude nous mène à l’identification de trois différents milieux contextuels aux particularités distincts dans le choix de vases céramiques. Le premier est celui des colonies grecques du littoral, qui présente un répertoire relativement standardisé et balancé, quoique en général appauvri par rapport à Athènes. Le deuxième milieu culturel est celui des agglomérations situées à proximité proche du littoral. Deux sites de ce groupe démontrent des particularités dans la composition du répertoire céramique qui sont tout à fait semblables à celles des colonies grecques. Les trouvailles céramiques des complexes proprement thraces qui font le troisième milieu reconnu démontrent un modèle différent d’attitudes et de préférences envers les vases grecques à vernis noir. Leur répertoire est restreint à un nombre réduit de formes, et surtout aux vases destinés à boire.

Texte intégral

  • 1 La céramique à vernis noir de la Bulgarie n’a pas encore reçu un traitement intégral. Il y a pourta (...)

1Comme partout dans le monde méditerranéen à l’époque grecque, la céramique à vernis noir était parmi les produits céramiques les plus populaires et largement répandus le long de la côte ouest-pontique aussi bien que dans l’intérieur de la Thrace. Les vases couverts de vernis noir sont attestés dans des contextes archéologiques différents et démontrent une diffusion géographique très intense et abondante et une présence continue en grande quantité, ce qui en fait un objet favorable et attirant pour l’étude scientifique (fig. 337)1. La céramique à vernis noir trouvée en Bulgarie est liée surtout avec le trafic commercial des colonies grecques du littoral pontique et ce fait justifie l’étude parallèle des données de ces deux larges contextes ethnoculturels – celui des colonies sur la côte occidentale du Pont et celui de leur arrière-pays indigène Thrace. Il est bien évident qu’il faut également tenir compte de la probabilité d’une importation parallèle de marchandises venant du Sud, de la côte nord-égéenne et suivant les routes anciennes le long des rivières Hébros et Nestos ainsi que d’autres voies terrestres. Cette possibilité n’enlève rien à l’intérêt d’une étude parallèle des céramiques pontiques et de celles de l’intérieur indigène, mais elle peut obliger à en nuancer les conclusions.

Fig. 337. Carte de diffusion des vases à vernis noir d’âge classique en Bulgarie.

Fig. 337. Carte de diffusion des vases à vernis noir d’âge classique en Bulgarie.

1. Milieu géographique et contextuel des trouvailles analysées

2Les trouvailles céramiques qui font objet d’analyse dans l’étude présente proviennent :

  •  du territoire interne urbanisé des colonies grecques ;

  •  des sites qui se trouvent dans le territoire externe des colonies ou dans leur proche voisinage ;

  •  des contextes indigènes de l’intérieur.

3Dans les colonies grecques sur le territoire actuel de la Bulgarie – Apollonia, Mésembria, Odessos, Dionysopolis – des trouvailles de céramique à vernis noir ont été récupérées partout dans les couches archéologiques et les structures des villes elles-mêmes et dans leurs nécropoles (cf. par exemple Ivanov 1963, p. 65-273 ; Galabov 1965, p. 11-48).

4Dans les contextes indigènes, la céramique à vernis noir est attestée plus souvent dans les nécropoles et dans les complexes de fosses à caractéristique plutôt cultuelle, et plus rarement dans les agglomérations. Les sites habités où l’on trouve une quantité élevée de céramique à vernis noir sont d’ordinaire d’un haut rang dans la hiérarchie du système d’agglomérations de la Thrace et sont souvent interprétés soit comme des résidences royales ou aristocratiques, soit comme des agglomérations urbaines ou de fonctions commerciales majeures.

2. Caractéristique générale des données étudiées

5Parmi les trouvailles des colonies pontiques et de l’intérieur thrace, on a pu reconnaître un total de 52 formes de vases en céramique à vernis noir d’âge classique dont 48 ont des parallèles parmi les formes attestées sur l’agora d’Athènes, et seulement quatre présentent une morphologie spécifique et inhabituelle (fig. 338). La chronologie des vases examinés est déterminée sur la base des parallèles attiques et des contextes de provenance des trouvailles. En principe, la corrélation de ces deux systèmes de repères chronologiques arrive à des résultats identiques qui soutiennent la contemporanéité des exemples attiques et des trouvailles des colonies pontiques et de l’intérieur thrace. Il sera quand même intéressant de noter l’existence d’un certain nombre de cas où la date déterminée par le contexte archéologique est plus tardive d’un quart de siècle au moins que les parallèles attiques, un fait qui pourrait être expliqué par le temps mis au transport et par un usage plus prolongé des vases. C’est par exemple le cas avec deux bols de type vicup de la nécropole d’Apollonia (Ivanov 1963, 179, n° 398, pl. 100, 104) qui font partie d’un inventaire funéraire qui contient aussi un bol de type Pheidias et d’autres vases qui donnent au complexe une date plus tardive d’au moins 20 ans par rapport à la fin de production des vicups à Athènes (Agora XII, n° 92-93).

6La synthèse des données manifeste une claire prédominance des bols à boire dans le répertoire de vases à vernis noir de la Thrace (qui font souvent partie d’un service du vin), et ce ne sont pas seulement les trouvailles funéraires qui soutiennent cette conclusion générale. Les bols à boire prévalent aussi bien parmi les trouvailles provenant des sites aux contextes négatives (des fosses) dans les colonies (notamment à Mésembria) ainsi qu’à l’intérieur, et aussi de quelques sites de caractère urbanisé (résultats non publiés des fouilles près de Vasil Levski et de Krastevitch dans la région de la future Philippopolis [Plovdiv]). Dans le cadre de cette image générale on peut distinguer des particularités dans l’intensité de diffusion, dans les nuances statistiques de répartition, dans les modes probables d’emploi. C’est surtout sur ces aspects et caractéristiques qu’il vaut la peine d’orienter une analyse qui mettrait en valeur tout le massif de céramique à vernis noir connu à présent en Bulgarie.

3. Bols à tige et sans tige. Confrontation diachronique et synchronique

7Les bols à haute tige et à deux anses opposées connus sous les noms de stemmed cups ou kylikes firent leur apparition dans les colonies grecques du Pont occidental (comme à Athènes et dans les autres villes grecques de la Méditerranée) à la haute époque classique et reçurent un assez bon accueil. On en connaît des exemples de toutes les variantes dans les complexes coloniaux : coupe C, coupe B, vicup, acrocup, ainsi que des stemmed dishes (Bozkova 2008, 114-123). Les plus anciens et les plus nombreux sont les bols du type coupe C qu’on rencontre dans les complexes du fin du premier et du deuxième quart du V e s. av. J.-C. et qui étaient reproduits en versions locales monochromes d’argile grise dans les ateliers coloniales (vraisemblablement à Mésembria). Les exemples publiés de bols à haute tige provenant de la nécropole d’Apollonia Pontique sont peu nombreux, ce qu’on pourrait expliquer par le nombre restreint de tombes étudiées datant des trois premiers quarts du V e s. av. J.-C. Mais le matériel fragmenté provenant des couches archéologiques de Mésembria, également attesté à Odessos, montre la véritable échelle de ce phénomène. C’est dans la même période (mais à une date initiale un peu plus basse) que firent leur première apparition dans les colonies les bols sans tige du type stemless qui auraient aussi une assez grande propagation.

  • 2 Matériaux inédits du Musée de Tchirpan.
  • 3 Matériaux inédits des excavations de K. Kisyov dans le Musée de Plovdiv.

8La pénétration régulière de céramique à vernis noir dans l’arrière-pays thrace est une pratique établie et considérable dès le deuxième quart du V e s. av. J.-C. (il y a bien sûr des exemples isolés plus anciens), mais malgré cette date assez haute les bols à haute tige n’arrivèrent jamais à avoir une très grande popularité dans les complexes indigènes (fig. 339). Parmi toutes les trouvailles connues à ce jour, il n’y a que deux fragments de bols (l’un de type C, un autre d’acrocup) attestés sur un site riche en importations d’âge archaïque et classique comme Debelt (Gyuzelev 2008, p. 103-104) assez proche de la côte maritime, et deux autres fragments provenant de l’intérieur plus éloigné, l’un d’une variante de stemmed dish provenant de la région de Tchirpan2, l’autre d’un bol de type C de Vasil Levski dans la région de Plovdiv3. En revanche, les fragments et les exemples entiers de bols sans tige (ou stemless) du type inset lip (Castulo cups) se comptent par dizaines et proviennent de 18 sites archéologiques (fig. 340) de caractère différent (des agglomérations, des nécropoles, des sanctuaires). D’après le contexte, la plupart datent du deuxième et troisième quart du V e s. av. J.-C. (Bozkova 2004, p. 52-59). Cette propagation particulière des Castulo cups dans l’intérieur indigène thrace pourrait en effet être expliquée par les traits morphologiques des vases, comme l’a déjà suggéré Brian Shefton (Shefton 1996, p. 169-171) – la solidité des bols sans tige à inset lip comparé à la fragilité des bols à tige.

Fig. 338. Formes atypiques de vases à vernis noir de la nécropole d’Apollonie Pontique, IVe s. av. J.-C.

Fig. 338. Formes atypiques de vases à vernis noir de la nécropole d’Apollonie Pontique, IVe s. av. J.-C.

Fig. 339. Carte de la diffusion des bols à tige en Bulgarie.

Fig. 339. Carte de la diffusion des bols à tige en Bulgarie.

Fig. 340. Carte de la diffusion des bols sans tige du type Castulo cup en Bulgarie.

Fig. 340. Carte de la diffusion des bols sans tige du type Castulo cup en Bulgarie.
  • 4 Le dessin de la tombe m’a été fourni aimablement par Elka Penkova du Musée National Historique à So (...)

9Dans les tombes thraces riches de l’époque, les bols bas sans tige représentés surtout par des stemless with inset lip et plus rarement aussi par des exemples des types small (variants), large with plain rim and with concave rim, et Rheneia cup, reviennent comme un élément obligatoire et invariable, ordinairement avec un vase à vin peint de plus grandes dimensions et un ou plusieurs vases en métal, le tout formant évidemment un service du vin (cf. par exemple Tsontchev 1951, p. 24-43). Dans ces riches inventaires funéraires dont on connaît à présent plus d’une douzaine, les bols à vernis noir sont rangés avec des autres objets précieux qui jouent le rôle des insignes singuliers de statut social élevé (Fig. 3414, cf. Filow 1934 passim). C’est plutôt dans cette qualité d’objet de prestige social que les bols à inset lip (et plus rarement aussi les autres types de bols sans tige ou stemless) apparaissent aussi souvent parmi les offrandes dans les sanctuaires thraces du V e s. av. J.-C. L’exemple le plus clair est fourni par le sanctuaire à fosses récemment fouillé près de Malko Tranovo dans la région de Tchirpan (sur le site cf. Bozkova, Tonkova 2007, 11-13), qui était actif du deuxième quart du V e au troisième quart du IV e s. av. J.-C. On y a découvert plus de 40 fragments de bols à inset lip, contre seulement quatre de bols contemporains du type large with plain rim, et six de bols un peu plus tardifs de Pheidias shape.

Fig. 341. Tombe du tumulus Mushovitsa de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv comportant un bol sans tige du deuxième quart du Ve s. av. J.-C.

Fig. 341. Tombe du tumulus Mushovitsa de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv comportant un bol sans tige du deuxième quart du Ve s. av. J.-C.

4. Autres types de bols de la fin du V e et de la première moitié du IV e s. av. J.-C. Quantités relatives

  • 5 Matériel inédit au Musée de Burgas. Je suis obligée pour la possibilité d’en faire connaissance à l (...)

10Avant le canthare classique, aucune forme céramique n’a connu une propagation aussi impressionnante dans l’intérieur de la Thrace que le stemless with inset lip. À une seule exception près, on n’observe pas de pareille spécificité dans les complexes pontiques où les différents types de bols à vernis noir sont représentés dans des proportions équilibrées et conformes aux périodes de leur existence. Le groupe des stemless with inset lip montre dans les complexes coloniaux une présence assez bien établie, mais pas supérieure à celle des autres bols à deux anses du type des kylikes. Quand les stemless with inset lip furent totalement abandonnés ou au moins devinrent très impopulaires vers la fin du troisième quart du V e s. av. J.-C., ce sont les formes du skyphos (surtout dans sa version attique), du bolsal et des bols de Pheidias shape qui prirent leur place de vases les plus communs dans les complexes coloniaux. Plus tard, au début du IV e s. av. J.-C., on peut observer un phénomène prononcé et très significatif lié à la propagation extrême du cup skyphos with heavy wall (fig. 342) (et peut-être à la production locale de ce type de vase ?), attesté assez visiblement dans les séries très longues de la nécropole d’Apollonia Pontique (Ivanov 1963, p. 183-185 ; Galabov 1965, p. 16-18). La présence persévérante de cette forme dans les tombes et dans les foyers de la nécropole d’Apollonia (sur les foyers cf. Hermary, Panayotova 2006, p. 60), surtout dans la première moitié du siècle, pourrait trouver une explication comme une particularité locale de caractère rituel, s’il n’existait de nombreuses trouvailles similaires provenant d’autres agglomérations maritimes qui avaient probablement une population indigène ou au moins mixte, comme par exemple la localité “Sladkite kladentsi” (“Les puits doux”) à Burgas5 (cf. Gyuzelev 2008, p. 98). Il reste pourtant difficile d’expliquer les raisons de ce fort engouement pour la forme de la cup skyphos with heavy wall (dans plusieurs variantes) le long du littoral pontique, mais je peux affirmer avec certitude que, tout comme la stemmed cup, elle n’a eu aucune diffusion plus profonde vers l’intérieur indigène. On ne connaît que quelques cas isolés de cup skyphoi trouvés dans l’arrière-pays de la Thrace, aussi rares que les quelques fragments reconnus des différentes modifications de cup-kantharoi. Il est possible que ce soit encore un cas de causes purement pratiques liées aux dangers du transport terrestre de vases plus fragiles ou aux détails saillants (comme les anses), quoique ce type de risque fût évidemment accepté et surmonté dans le cas d’autres groupes de vases non moins délicats. La présence d’autres types de bols dans les complexes indigènes peut être définie comme sporadique et non point intensive. On peut noter une présence un peu plus intensive des bols de Pheidias shape qui avaient ses analogues parmi les vases d’argent et du bronze et qu’on rencontre toujours dans les plus riches tombes thraces de l’époque ainsi que parmi les imitations indigènes en argile grise (fig. 343). En outre des inventaires funéraires on les rencontre aussi dans les sanctuaires indigènes à fosses où ils appartiennent surtout à la couche chronologique comportant le dernier quart du V e s. av. J.-C. (on les rencontre par exception dans les mêmes complexes avec des stemless with inset lip), et aussi dans quelques complexes du début du IV e s. av. J.-C. Dans la même période et aussi faisant partie des services du vin, mais beaucoup plus rarement que les bols de Pheidias shape, on rencontre aussi des skyphoi, (surtout la version attique) et des bolsals. Toujours en relation avec les formes de bols à boire si populaires en Thrace on doit noter encore une particularité. Il s’agit de vases du groupe one-handler (version noire), qu’on ne rencontre que très rarement dans la nécropole d’Apollonia Pontique (à en juger par les anciennes excavations publiés par T. Ivanov (Ivanov 1963, p. 190, n° 451) et par la masse de matériel accumulé depuis dans l’exposition et les fonds du Musée National Historique), et point parmi les vases importés à vernis noir provenant de l’intérieur indigène. C’est encore un cas de négligence totale d’un groupe grand et important de vases attiques dans le répertoire des importations en Thrace.

Fig. 342. Cup skyphos with heavy wall de la nécropole d’Apollonia Pontique.

Fig. 342. Cup skyphos with heavy wall de la nécropole d’Apollonia Pontique.

Fig. 343. Bols de Pheidias shape : une version en argile de la nécropole d’Apollonia Pontique du commencement du IVe s. av. J.-C. et une en argent de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv de la fin du Ve s. av. J.-C.

Fig. 343. Bols de Pheidias shape : une version en argile de la nécropole d’Apollonia Pontique du commencement du IVe s. av. J.-C. et une en argent de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv de la fin du Ve s. av. J.-C.

5. Autres groupes céramiques

11Outre les problèmes des bols à boire discutés jusqu’ici, les observations sur le massif céramique de la côte bulgare de la Mer Noire indiquent la présence de presque tous les groupes les plus importants connus de l’agora d’Athènes et des autres villes antiques. Les conclusions sur le répertoire des vases attestés dans un milieu indigène thrace sont un peu plus surprenantes. On y constate par exemple l’absence presque totale des cruches à vernis noir de toutes les variantes, dont au moins quelques unes sont bien représentées dans la nécropole d’Apollonia Pontique. Avec ce type de vase morphologiquement compact et solide, une explication de ce phénomène par les risques de transport serait superflue ; il nous reste à suggérer une manque d’intérêt et de besoin de la part du consommateur local. Pour verser le vin, on utilisait évidemment surtout les cruches locales monochromes de couleur grise qui étaient très populaires, ainsi que les récipients élégants et chers en métal. Il en va de même pour les divers types d’askoi et de gutti, dont la présence dans le milieu indigène est à peine perceptible est resta très faible même à l’époque hellénistique. En ce qui concerne les petits bols sans anses et les salières, ils étaient également assez rares dans l’intérieur de la Thrace avant l’époque hellénistique ; on les rencontre eux aussi surtout dans les complexes d’élite. Quelques rares exemples de salières ou de lampes ont une date assez haute, vers le commencement du V e s. av. J.-C., qui précède le processus de pénétration durable des raffinements de la vie quotidienne des Grecs dans le milieu indigène. Dans ces cas, il faut se demander si ces petits vases n’avaient plutôt une valeur symbolique comme un signe de possession d’objets chers et étrangers, c’est à dire prestigieux, et il est douteux qu’ils aient été utilisés selon leur destination utilitaire originelle.

6. Résultats

126.1. L’étude de la céramique à vernis noir d’époque classique de la côte ouest-pontique et de l’intérieur thrace nous mène à l’identification de trois milieux contextuels différents aux particularités spécifiques dans le répertoire des vases céramiques. Le premier est celui des colonies grecques du littoral, qui présente un répertoire relativement standardisé et équilibré dans toutes les colonies étudiées. En ce qui concerne la diversité des formes, on pourrait constater que le répertoire est en général appauvri par rapport à Athènes. L’hypothèse d’une production locale et d’une spécialisation dans certaines directions concrètes vers le commencement du IV e s. trouve des arguments sérieux dans la représentation excessive du groupe du cup skyphos with heavy wall à Apollonia ainsi que dans un nombre d’autres sites de sa région, probablement liés au commerce. C’est dans ce sens que le milieu colonial peut être qualifié de consommateur et de producteur potentiel dont la production entraînait des préférences semblables chez la population indigène de l’hinterland proche qui était exposée à une influence plus forte et directe du modèle culturel grec. L’étude fait ressortir le rôle d’Apollonia pour la pénétration commerciale de marchandises dans l’intérieur thrace. A cet égard, la discussion autour de l’identification de l’Apollonia mentionnée dans l’inscription de Vetren (Pistiros) possède une importance encore plus grande pour l’étude de l’histoire économique de la Thrace (Velkov, Domaradska 1994, p. 12-13 ; Chankowski, Domaradzka 1999, p. 252).

136.2. Le deuxième milieu culturel qui était un consommateur de vases céramiques à vernis noir était celui des agglomérations situées à proximité du littoral. Deux sites de ce groupe, à Sladkite Kladentsi dans la banlieue de Burgas et à Debelt aussi dans la région de Burgas offrent dans la composition du répertoire céramique des particularités tout à fait semblables à celles des colonies grecques. Il s’agit dans les deux cas d’agglomérations à présence dominante ou considérable de population indigène, mais on manque de données précises sur leur statut administratif ou leur appartenance éventuelle au territoire d’Apollonia. Les résultats des études archéologiques attestent dans les deux sites de Sladkite Kladentsi et de Debelt une quantité considérable de céramiques à vernis noir, une quantité qui dépasse de beaucoup celle de la céramique importée qu’on retrouve dans les agglomérations plus éloignées du littoral. Il serait aussi important de noter que la composition du mobilier céramique est évidemment influencée par les préférences des habitants de la colonie proche d’Apollonia, ce qui nous amène à nous demander s’il s’agit surtout d’un phénomène de proximité géographique, ou peut-être d’une relation ethnoculturelle plus complexe.

146.3. Les trouvailles céramiques des complexes proprement thraces, situés sur le territoire des unions tribales ou structures étatiques de l’intérieur indigène, démontrent une attitude différente envers les vases grecs à vernis noir. Leur répertoire est restreint à un nombre réduit de formes par comparaison non seulement avec Athènes, mais aussi avec les colonies du littoral pontique. En même temps, ce répertoire n’a pas l’air d’être fortuit ; l’analyse détaillée nous porte à reconnaître une prédilection certaine pour quelques formes ou groupes de vases, une prédilection dont les critères réels nous échappent encore. Les bols populaires du type Pheidias shape par exemple (tout comme les stemless with inset lip si souvent mentionnés) donnent un bon argument en démontrant l’existence de préférences authentiques des consommateurs indigènes (une clientèle surtout aristocratique) pour la vision formelle des vases qui leur était familière ou autrement importante. Pour des raisons quelconques ces préférences évoluèrent en un dévouement réglementé, en une nécessité préméditée, même en une obligation singulière. Les données analysées proviennent des nécropoles et des sanctuaires, mais aussi de quelques agglomérations le plus souvent considérées comme des résidences aristocratiques. Dans ce sens il serait injustifié de penser que le répertoire des vases à vernis noir était influencé seulement par des raisons d’ordre rituel ; on pourrait plutôt suggérer un très fort conservatisme du milieu indigène, même en ce qui concernait l’usage des objets importés d’origine grecque.

Bibliographie

Agora XII : SPARKES (B.A.), TALCOTT (L.) – Black and Plain Pottery of the Sixth, Fifth and Fourth Centuries B.C. Princeton, 1970, p. 472 (= The Athenian Agora, XII).

Bozkova 2004 : BOZKOVA (A.) – Atitcheski tchernofirnisovi kiliksi s oudebeleno otvatre oustie ot Bulgarskite zemi. Arheologia (Sofia) 1-2, 2004, p. 52-59.

Bozkova 2008 : BOZKOVA (A.) – Tchernofirnisovi tchachi s visok krak ot klasitcheskata epoha ot Bulgaria. In : Yougoiztotchna Evropa prez antitchnostta, V v. pr. Chr. – natchaloto na VII v. sl. Chr. (Studia in honorem Aleksandrae Dimitrova-Milcheva). Sofia, 2008, p. 114-123.

Bozkova, Tonkova 2007 : BOZKOVA (A.), TONKOVA (M.) – Le sanctuaire thrace à fosses de Malko Tranovo dans la plaine de la Maritsa. L’Archéologue n° 90, juin-juillet 2007, p. 11-13.

Chankowski, Domaradzka 1999 : CHANKOWSKI (V.), DOMARADZKA (L.) – Réédition de l’inscription de Pistiros et problèmes d’interprétation. BCH 123/1, 1999, p. 247-258.

Filow 1934 : FILOW (B.) – Die Grabhügelnekropole bei Duvanlij in Südbulgarien. Sofia, 1934.

Galabov 1965 : GALABOV (I.) – Predrimska keramika ot Apolonia. Bulletin du Musée de Burgas 2, 1965, p. 11-48.

Gyuzelev 2008 : GYUZELEV (M.) – The West Pontic Coast between Emine Cape and Byzantion during the First Millennium BC. Burgas, 2008.

Hermary, Panayotova 2006 : HERMARY (A.), PANAYOTOVA (K.) – La nécropole d’Apollonia du Pont. Nouvelles découvertes de la mission franco-bulgare. Archéologia n° 431, mars 2006, p. 52-63.

Ivanov 1963 : IVANOV (T.) – Antitchna keramika ot nekropola na Apolonia. In : Apolonia. Sofia, 1963, p. 65-237.

Shefton 1996 : SHEFTON (B.) – Castulo Cups in the Aegean, the Black Sea Area and the Near East with the Respective Hinterland. In : Sur les traces des Argonautes. Paris, 1996, p. 163-186.

Tsontchev 1951 : TSONTCHEV (D.) – Tombeau tumulaire thrace près de Brezovo. RA 38, 1951, p. 24-43.

Velkov, Domaradska 1994 : VELKOV (V.), DOMARADSKA (L.) – Kotys I (383/2-359) et l’émporion de Pistiros en Thrace. BCH 118/1, 1994, p. 1-15.

Notes

1 La céramique à vernis noir de la Bulgarie n’a pas encore reçu un traitement intégral. Il y a pourtant un nombre de publications primaires de collections et d’études isolées sur des groupes de vases. Il serait superflu de citer ici toutes les publications primaires de vases à vernis noir ; elles se comptent par dizaines. Seuls les travaux plus généraux qui contiennent des indications sur la plupart des trouvailles seront indiqués.

2 Matériaux inédits du Musée de Tchirpan.

3 Matériaux inédits des excavations de K. Kisyov dans le Musée de Plovdiv.

4 Le dessin de la tombe m’a été fourni aimablement par Elka Penkova du Musée National Historique à Sofia, à qui j’exprime ma gratitude.

5 Matériel inédit au Musée de Burgas. Je suis obligée pour la possibilité d’en faire connaissance à l’amabilité du prof. I. Karayotov.

Table des illustrations

Titre Fig. 337. Carte de diffusion des vases à vernis noir d’âge classique en Bulgarie.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-1.png
Fichier image/png, 672k
Titre Fig. 338. Formes atypiques de vases à vernis noir de la nécropole d’Apollonie Pontique, IVe s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Fig. 339. Carte de la diffusion des bols à tige en Bulgarie.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-3.png
Fichier image/png, 673k
Titre Fig. 340. Carte de la diffusion des bols sans tige du type Castulo cup en Bulgarie.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-4.png
Fichier image/png, 673k
Titre Fig. 341. Tombe du tumulus Mushovitsa de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv comportant un bol sans tige du deuxième quart du Ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-5.png
Fichier image/png, 154k
Titre Fig. 342. Cup skyphos with heavy wall de la nécropole d’Apollonia Pontique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-6.png
Fichier image/png, 89k
Titre Fig. 343. Bols de Pheidias shape : une version en argile de la nécropole d’Apollonia Pontique du commencement du IVe s. av. J.-C. et une en argent de la nécropole de Duvanli dans la région de Plovdiv de la fin du Ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/738/img-7.png
Fichier image/png, 383k

Auteur

National Institute and Museum of Archaeology, 2 Saborna Str., 1000 Sofia, Bulgaria <aneliabozkova@yahoo.com>

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access