Conclusion

Évolution topographique. Dans le secteur du groupe épiscopal

Deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère

  • 1 Cette fourchette chronologique marque l’intervalle dans lequel doit intervenir la fondation de Foru (...)
  • 2 On se souviendra que la déduction coloniale par les vétérans de la VIIIe Légion intervient après la (...)

1On a souligné le caractère déterminant de la fouille du site de « Nord-Est cathédrale » dans la perception des deux réseaux urbains qui, l’un d’abord, seul, l’autre ensuite, en association avec le premier, couvrent progressivement la surface de la ville antique. Les quelques segments de murs mis au jour dans l’angle nord-ouest de ce site illustrent des implantations bâties selon des directions qui n’existent que dans le quartier sud-ouest alors que toutes les constructions découvertes dans les autres secteurs de la ville sont dans des directions différentes et relèvent donc d’une époque plus récente. En fonction de leur émergence, les premiers aménagements (réseau A) sont dits « proto-augustéens » et les seconds (réseau B) « tardo-augustéens » sinon même tibériens. Pour en revenir aux premiers, ces piètres portions de murs, associées à des niveaux contenant du matériel des dernières décennies avant notre ère, illustrent le noyau du développement urbain précoce qui est initié lors de la fondation césarienne, laquelle comporte également les occupations bâties sur la Butte Saint-Antoine – et masquées, en profondeur – qui participent aussi de la même trame ; mais, ni ici, ni là, les marqueurs chronologiques que sont les céramiques, ou les monnaies, ou le verre, ou même les peintures murales, ne permettent pas de remonter véritablement aux années 49-45 avant notre ère1. Comme souvent, à ces traces archéologiques profondes est attaché un déficit de mobilier ; aussi, la faible quantité et qualité des fragments de céramiques collectés peut faire ensuite place à des appréciations sensiblement différentes car la céramologie, face à un minuscule lot de tessons, laisse libre cours – selon l’humeur – à proposer une datation haute (45/40 av. ?) ou basse (30/20 av. ?)2 puisque l’expertise repose sur des formes de vaisselles (campanienne A tardive, sigillée italique, gobelets à paroi fine, amphores italiques, etc.) qui, durant ces périodes, peuvent être produites et utilisées pendant plusieurs décennies.

2Même s’ils restent encore rattachés à une datation insuffisamment précise, selon nous, ces quelques murs – des miettes –, auxquels il faut ajouter ceux reconnus place Formigé et deux autres tronçons dans la nef Notre-Dame de la cathédrale, représentent pourtant une avancée formidable, tout au moins à l’époque de leur découverte, en inventant cette réalité du réseau urbain de type A. Toutefois, le caractère ultra ponctuel de leur représentation en plan montre à quel point on ignore encore beaucoup de ce secteur de l’agglomération primitive : seuls deux égouts collecteurs – pourtant beaucoup plus tardifs –, encore visitables sous des maisons, plus à l’ouest, autorisent, probablement, à restituer deux voies cardines adossées à cette trame urbaine alors que l’on ne sait rien du moindre tracé des voies décumanes ; peut-être en existait-il une au sud des sondages profonds que nous avons pu ouvrir sur la place Formigé mais rien n’est vraiment sûr. Les découvertes récentes d’une fouille réalisée dans l’Espace Mangin (Pasqualini et al. 2006) démontrent que les constructions organisées selon cette disposition se développaient également au nord-ouest du futur forum.

3En définitive, c’est dans ce domaine de la chronologie des premières occupations, sans la moindre hésitation, que l’on attend le plus des futures recherches pour nourrir de manière concrète l’Histoire des origines de Fréjus.

La fin de la période augustéenne

4Curieusement, aucun des chantiers ouverts au cœur du vieux Fréjus n’apportent d’indications précises, en terme de chronologie, sur la mise en place des constructions initiées dans les années 10-15 ou 20 de notre ère (fig. 494) – comme l’indiquent d’autres découvertes –, à l’exception de la fouille de la place Formigé qui constitue un cas à part sur lequel nous reviendrons.

Figure 494

Figure 494

Le secteur du groupe épiscopal vers 10-15 de notre ère (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

5Pour la portion de cardo maximus reconnue au nord-est de la cathédrale, qui apparaît selon une largeur plus étroite (9,97 m) qu’il ne l’est plus au nord (14,80 m = 50 pieds), avec une chaussée non dallée mais dotée d’un trottoir sous portique, côté oriental, la fouille ne livre pas de datation précise pour cette phase ; établi sur un terrain en pente, le ravinement et des remaniements ont probablement fait disparaître les témoins de cette époque, à moins que les fouilles n’aient pas su déceler les endroits judicieux pour en prendre connaissance, par exemple en approfondissant les recherches dans la partie sud, là où il fallait conserver un dallage. L’installation de cette rue, dont la limite construite pour sa bordure occidentale n’a pas été reconnue, est cependant à rattacher à la fin du règne d’Auguste ou au début de celui de Tibère car elle émane d’un nouveau programme d’urbanisation relativement bien daté par des éléments extérieurs comme la fouille du decumanus maximus où on a estimé que son aménagement relève des années 15-20 de notre ère (Rivet et al. 2000, p. 118).

6Il en est de même pour l’érection du forum (Jardin du Palais de Justice), aligné sur ces mêmes axes, où les quelques agencements reconnus (un escalier monumental et un dallage), pratiquement posés directement sur le rocher, ne livrent aucune donnée chronologique : là encore, il faut faire appel à l’instauration du schéma urbanistique « tardo-augustéen » dans lequel il constitue une des pièces maîtresses pour apprécier l’époque de sa mise en place.

7Les découvertes sur les sites de « Nord-Est cathédrale », de la nef Notre-Dame, de la salle annexe de la sacristie et du Jardin du Palais de Justice se complètent et participent du même programme même si les lacunes et silences qui leur sont attachés en terme de chronologie sont scientifiquement frustrants.

8Le cas de la domus à l’atrium fleuri, place Formigé – à laquelle on peut ajouter le petit secteur fouillé dans la partie orientale de la même place –, est un peu singulier dans la mesure où le matériel récolté sous les sols, et qui permet de dater son établissement, livre des éléments qui nous semblent fiables et qui ont tendance à désigner, ou à confirmer, la toute fin de la période augustéenne c’est-à-dire les années 10-15 : bien que non directement liée au programme édilitaire – il s’agit d’une simple demeure privée –, cette construction pourrait profiter de cette relance urbanistique d’envergure et faire pencher la réalisation des grands travaux urbains non sous le début du règne de Tibère mais dès l’époque augustéenne tardive.

9Le site de « Nord-Est cathédrale » met en exergue cette nouvelle donne urbaine puisque l’on touche du doigt l’installation des alignements du réseau B à travers le passage du cardo qui vient rogner et détruire à la marge (sur quelle ampleur ?) les bâtis antérieurs, dépendants du réseau A, pour les frapper d’un alignement de façade.

10À hauteur de la cathédrale (salle annexe de la sacristie), on s’interroge sur les quelques aménagements bâtis qui occupent une partie de l’emprise du cardo – à l’est, un superbe dallage clos, au sud, par un obstacle transversal ; à l’ouest, un mur inscrit dans l’alignement théorique d’un portique mais qui n’en est probablement pas un – et posent la question de sa viabilité, surtout quand on sait que la rue débouche, au sud, à l’approche du port, sur un relief qui, compte tenu de la déclivité, ne peut faire place qu’à une rampe peu pratique pour les charrois. Là se pose donc le sujet du statut de cette rue que nous dénommons systématiquement cardo maximus. Or, si l’on considère le cardo suivant, à l’est, de l’autre côté du forum (voir fig. 221), on constate qu’il rejoint un tracé plus conventionnel, encore utilisé au Moyen Âge et à l’époque moderne, par la porte Reynaude, pour descendre sur le port par une pente nettement moins accentuée. Ainsi, l’hypothèse d’un cardo maximus qui franchit la porte de l’Agachon, au nord de la ville, pour ensuite, à hauteur du croisement avec le decumanus maximus, marquer une baïonnette et longer par l’est le forum, se présente comme une proposition qui n’est pas à écarter, bien au contraire ; dans ce cas, les portions de cardo reconnues sur le site de « Nord-Est cathédrale » mais aussi dans l’annexe de la sacristie ainsi qu’à l’est de la nef Notre-Dame ne constitueraient qu’une simple rue secondaire à trafic restreint.

L’époque flavienne

11Le tout début de l’époque flavienne passe pour être l’amorce d’une longue période d’expansion urbaine pour Fréjus. En tout cas, les structures domestiques du site de la place Formigé indiquent, sans hésitation, un ample remodelage de tout le quartier qui se traduit par un exhaussement plus ou moins important des sols de circulation, plus de 2 m ici (secteur occidental de la place), environ 0,70 m là (secteur oriental), mais aussi environ 1 m à l’emplacement de la cathédrale et peut-être seulement 0,60 m au nord-est de celle-ci. Sans doute faut-il imaginer la création d’un ensemble de nouvelles terrasses, en direction du port, jusqu’à l’enceinte qui est probablement construite à cette même occasion ; une des conséquences est que le decumanus secondaire bordant au sud les maisons de la place Formigé doit être considérablement surélevé.

12Toujours dans cette conjoncture, le cardo (maximus ?) est équipé d’un réseau cohérent d’égouts collecteurs pour l’évacuation aussi bien des eaux usées que des eaux pluviales qui dégradent les surfaces des rues dans une ville établie sur un terrain en pente notable (entre 6 et 7 % dans ce quartier). Au pied des habitats de la rive occidentale de ce site de « Nord-Est cathédrale » était peut-être établie l’échoppe d’un artisan qui a abandonné ses déchets du travail des alliages cuivreux.

13À peu de distance, place Formigé, sur un terrain considérablement exhaussé, est établie une nouvelle domus qui pourrait couvrir le double de la surface de la maison à l’atrium fleuri, en particulier avec une vaste cour à péristyle dotée d’un bassin central ; être propriétaire en plein centre de la ville ne s’oppose pas à déployer une opulence en termes de bien foncier et d’investissement dans les architectures d’agrément.

14À cette même époque encore et sous la nef Notre-Dame de la cathédrale, un grand bâtiment est érigé à l’emplacement d’un secteur d’habitations, venant compléter la panoplie monumentale dans le voisinage immédiat du forum.

Les continuités aux IIe et IIIe siècles

15Aux IIe et IIIe siècles, les fouilles se font l’écho du silence d’une ville de province qui ne livre guère, sinon aucune manifestation construite réellement notable (fig. 495), du moins quelques retouches mineures comme des rénovations (bac à chaux) dans la maison au péristyle de la place Formigé, des recharges dans les niveaux de circulation du cardo et la mise en place d’un nouvel égout collecteur dans la même rue. Rien qui modifie l’organisation du quartier, en tout cas rien de bien spectaculaire ...

Figure 495

Figure 495

Le secteur du groupe épiscopal aux IIe et IIIe siècles (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

L’Antiquité tardive

16Dans le « partage des tâches », il ne me revint pas de traiter spécifiquement de cette période, en particulier parce que la fouille du palais épiscopal (secteur oriental de la place Formigé), qui évolue sur une longue période, à travers le Moyen Âge et l’époque moderne, suppose une étude qui prend en compte son origine, dès l’Antiquité tardive ; c’est, bien entendu, également le cas des nefs de la cathédrale.

17Ceci étant dit, les temps de l’Antiquité tardive représentent l’insertion d’un baptistère, d’une cathédrale et d’un premier palais épiscopal dans un secteur d’insulae, peut-être en déshérence, contre le flanc occidental du forum de la ville, le phénomène le plus spectaculaire étant cependant que ces nouveaux bâtiments, ou leurs annexes, empiètent sur les voiries ou, en tout cas, sur le cardo maximus, comme le montrent, non pas tant le site de « Nord-Est cathédrale », au contraire même, mais la fouille dans le chœur de la nef Saint-Étienne. Le fait marquant est, bien entendu, que l’ensemble de ces nouveaux bâtiments s’appuie sur les directions et même sur certains murs hérités du réseau A de la ville romaine !

18Quant au forum, on peine à suivre son évolution et à apprécier la période de la cessation de son rôle.

Des acquis notables

19Mais il n’y a pas que les considérations relatives à la topographie urbaine et à son évolution ! On peut également mettre en évidence quelques nouveautés plus ou moins originales ou enrichissantes.

Au plan des habitats

20La mise au jour d’une partie de la domus à l’atrium fleuri, dont les élévations ont été préservées des ravages des occupations postérieures (fig. 496), reflète des techniques de construction variées, italiques sans aucun doute mais peut-être aussi mâtinées de traditions régionales (avec une utilisation fréquente de la brique crue) ; le plan est également à la mode italique mais il est aussi adapté au parcellaire et au goût du propriétaire qui modifiera à deux reprises la cour centrale ; les choix décoratifs sont aussi très italianisants, de même que le souci d’accompagner la domus de revenus avec les logements de rapport établis à l’étage. La qualité des peintures murales et le mobilier récupéré concourent à mieux dessiner le cadre de vie d’un logement patricien installé dans le centre de la ville antique entre les années 10-15 et 65-70, sur une surface de 470 m2 ; rares sont ces sensations, pendant la fouille, de ressentir à ce point la présence des hommes qui y ont vécu.

Figure 496 - Place Formigé (1988)

Figure 496 - Place Formigé (1988)

En avant du baptistère paléochrétien et de la cathédrale, la fouille dans la partie occidentale de la place Formigé.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

21L’habitation qui prend la suite pourrait couvrir le double de la surface ; sans aucune preuve, on peut pourtant facilement supposer qu’il pourrait s’agir de la même famille qui réalise son ambition d’une demeure dotée d’un véritable espace vert comme on avait tenté d’en trouver une illusion dans l’impluvium de la maison précédente … et pourquoi pas ?

22Les autres chantiers, en revanche, n’ont procuré que des bribes de constructions que l’on se résout à attribuer, par défaut, à la sphère des habitats sauf dans l’angle nord-ouest du site « Nord-Est cathédrale » où on estime avoir reconnu une taverne – et donc probablement un logement associé –, avec sa façade largement ouverte sur la rue, telle une devanture pourvue d’une sorte de terrasse gagnée sur l’espace public qu’est la chaussée ! Mais on reste étonné de sa longévité, peut-être entre le milieu du IIe siècle et jusqu’au début du Ve siècle, une permanence à laquelle on peut proposer une explication : son emplacement, au plus près de l’accès au forum, n’y est sans doute pas pour rien ! Nombre de contacts pris sur la place publique ou autour de la basilique pouvaient s’achever à cet endroit …

Au plan des monuments publics

Figure 497 - Place Formigé (1988)

Figure 497 - Place Formigé (1988)

La fouille devant le portail de la cathédrale (L. Rivet et N. Rohmann, cliché M. Fixot).

23Les fouilles entreprises entre 1979 et 1989 ont révélé au moins deux entités publiques.

  • 3 Non seulement les colonnes et forts blocs sortis de terre lors de la construction de l’ancien hôpit (...)

24Sans conteste, les trouvailles issues du Jardin du Palais de Justice ont un fort rebondissement puisque, à charge d’une recherche documentaire sur les découvertes anciennes dans le quartier3, d’une démarche régressive par rapport à l’analyse du découpage cadastral actuel du quartier et d’une réflexion globale sur le secteur, elles ont conduit à identifier le forum de la ville, probablement établi dans les années 15-20 de notre ère. On délimite facilement son périmètre mais on ignore encore presque tout des détails de sa configuration intérieure ; les extractions profondes des années 1820 laissent imaginer une area bordée de cryptoportiques. Quant à la fouille des années 1980, elle révèle un remaniement important à la jonction entre la terrasse supérieure et la place et, au regard du nouveau mur plaqué de marbre et scandé de pilastres de très belle facture, il reste à imaginer une façade interrompue par un ou des escaliers limitant l’espace dallé telle que nous la suggérions déjà dans l’Atlas topographique (Rivet et al. 2000, p. 395, fig. 712), à l’image du forum de Brescia. Mais sans doute faut-il laisser ouvertes d’autres options.

25On doit considérer que le dallage monumental qui sommeillait dans la salle annexe de la sacristie et placé sur le tracé du cardo maximus appartient à des aménagements connexes puisque l’on se situe, ici, aux abords immédiats d’un accès latéral à la place.

26Mais où se situait le forum antérieur à celui-ci, celui qui était attaché à l’agglomération primitive ordonnée selon le réseau A ? Pour le savoir, pas le moindre indice ne peut permettre la moindre supposition : d’une manière totalement improbable, à la faveur de n’importe quelle fouille, il reste à débusquer.

27En revanche, aucune donnée ne permet de supposer la fonction du bâtiment déterré dans la nef Notre-Dame de la cathédrale, dérasé sous les niveaux de sols ; sa forme trapézoïdale est uniquement due à sa place dans la parcelle, à cheval sur le contact entre les alignements des réseaux A et B, en bordure de rue, et l’absence de séparation dans sa nef est peut-être fortuite, conséquence d’une enquête archéologique contrainte, en cette cathédrale, dans ses mécanismes naturels à s’étendre aussi largement qu’il eut été souhaitable ; l’ouverture de ce bâtiment d’époque flavienne devait être établie à l’est, sur le cardo. Tout au plus peut-on soutenir l’hypothèse que le terrain, jouxté antérieurement par un escalier monumental, perpétue une obédience publique qu’il agrandit vers le sud ; il faut souligner que l’emplacement est bien situé, en bordure du cardo et en face du forum, ce qui pourrait orienter la réflexion pour déterminer la fonction du bâtiment.

Et quelques mots encore ...

Figure 498

Figure 498

Le bourg médiéval resserré autour du groupe épiscopal (cliché Altivue/Ville de Fréjus).

28Parlons de frustration, de ces insatisfactions qui émergent à la fin des chantiers.

29Pour celui de « Nord-Est cathédrale » – le plus ancien qui ait été ouvert –, ne pas savoir exactement – après la fouille – où se situe l’entrée latérale du forum, entrée que nous supposons fortement, grève nos aptitudes à comprendre comment s’articulent, d’une part, les restes de ce dallage de piètre qualité et l’interruption du portique appuyé contre le mur périmétral du forum avec, d’autre part, le dallage remarquablement conservé dans la salle annexe de la sacristie. C’est, sans aucun doute, le chantier qui génère plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

30Au final, ces travaux débouchent sur des résultats importants au regard de la surface totale explorée dans les niveaux antiques (environ 600 m2 seulement !), une surface très modeste et même encore plus réduite si l’on s’avise que tous les recoins n’ont pas été véritablement reconnus (voir fig. 495) ; ceci n’explique peut-être pas tout à fait cela, mais le contact avec les vestiges antiques les plus anciens, dans ce secteur de la ville, a nécessité des fouilles, sur certains sites, jusqu’à 3, 4 ou 5 m de profondeur, avec les contraintes que cela implique en terme d’efficacité.

31Enfin, on rappellera que toutes ces recherches, initiées par Paul-Albert Février, étaient animées de préoccupations scientifiques qui postulaient sur la résolution d’inconnues portant aussi bien sur l’Antiquité que sur le Moyen âge et, plus encore peut-être, sur le passage entre l’une et l’autre de ces époques ; mais je pense également qu’il vivait dans cette archéologie une dimension affective – et spirituelle – à éventrer les terrains des abords de la cathédrale Saint-Léonce et, tout particulièrement, ceux à l’intérieur de ce monument – dont nous avions la clé du portail !

32Sur l’ensemble de ces chantiers, je partage passionnément avec lui le comportement scientifique de tous les instants mais aussi une approche basée sur les sensations – voire sur l’émotion – même si la raison profonde n’est sûrement pas de même nature : elle naît, quant à moi, de l’échange entre ces simples vestiges de murs au long desquels vivait une société diversifiée qui résonne toujours dans les pierres des façades de ce quartier de Fréjus.

Notes

1 Cette fourchette chronologique marque l’intervalle dans lequel doit intervenir la fondation de Forum Iulii qui est citée dans la correspondance de Cicéron en 43 avant notre ère (Ad familiares, X, 15, 3 ; X, 34, 1 ; X, 17, 1). La première date renvoie à la chute de Marseille défaite par César, la seconde au retour d’Espagne de César après la bataille de Munda (Rivet et al. 2000, p. 46-47).

2 On se souviendra que la déduction coloniale par les vétérans de la VIIIe Légion intervient après la victoire d’Actium, entre 31 et 27 (Gascou 1985, p. 18, n. 35), peut-être entre 29 et 27 (Rivet et al. 2000, p. 48).

3 Non seulement les colonnes et forts blocs sortis de terre lors de la construction de l’ancien hôpital, en 1825, mais aussi les restes d’une base de statue équestre découverte dans une maison voisine, en 1891 (Rivet et al. 2000, p. 190-191).