B — Dans la nef Notre-Dame (1988)

1L’exposé des résultats sur la troisième travée de la nef Notre-Dame est présenté par phases chronologiques (fig. 456 à 461).

Figure 456

Figure 456

Vestiges antiques découverts dans la troisième travée de la nef Notre-Dame
et emplacements des coupes (relevé S. Roucole, dao L. Rivet).

Figure 457

Figure 457

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Coupe stratigraphique (no 1) ouest-est
(relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 458

Figure 458

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Coupe stratigraphique (no 2) nord-sud
(relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 459

Figure 459

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Coupe stratigraphique (no 3) nord-sud (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 460

Figure 460

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Coupe stratigraphique (no 4) nord-sud (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 461

Figure 461

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Coupe stratigraphique (no 5) nord-sud (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Phase 1. Dans la deuxième moitié du Ier siècle av. n.è.

2Les découvertes s’organisent en deux états.

Phase 1A

3Les vestiges les plus anciens sont uniquement illustrés par les traces de deux segments d’un mur (fig. 462) mis au jour dans les sondages 3 et 4.

Figure 462

Figure 462

Troisième travée de la nef Notre-Dame. Plan des vestiges, toutes phases confondues
(relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

4Architecture

Il faut distinguer deux tronçons de murs de direction ouest-est, non jointifs et non strictement dans le prolongement l’un de l’autre ; les deux sont faits de petits blocs non équarris dont il ne subsiste qu’un rang de pierres qui représente l’assise inférieure d’une fondation (dérasée à la cote NGF 17,17 m pour le premier et 17,50 m pour le second), posée dans les épais affleurements décomposés du substrat. Le segment 1 est uniquement lié à la terre (fig. 463 et 464) alors que le segment 2 montre, sur ce liaisonnement à l’argile, une pellicule de chaux discontinue entre les pierres (fig. 465). Le premier segment (long de 2,50 m) présente des bordures mieux conservées que celles du second (long de 2 m) ; les deux ont une largeur de 0,55 m.

Figure 463 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Figure 463 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Arase du mur 1.
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet).

Figure 464 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Figure 464 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Le mur 1 et, à l’arrière, les murs 3 (à g.) et 8 (à dr.).
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Figure 465 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Figure 465 - Nef Notre-Dame. Phase 1A

Arase du mur 2.
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet).

5Stratigraphie

La fouille n’a pas permis de retrouver le sol associé à ces portions de murs. En revanche, il semble que la construction du mur 2 (voir fig. 458) ait coupé une terre cendreuse (c.268), sans certitude ; sa construction est postérieure à une pellicule de terre noire (c.275) qui jonche la surface décomposée du substrat. Le mur est profondément dérasé lors de la phase suivante et ennoyé dans des remblais épais qui indiquent l’époque de son abandon (voir infra c.264 et 271).

6Chronologie

Le matériel céramique est constitué d’un bord d’olla de céramique modelée d’époque impériale, de quatre fonds sur pied annulaire de céramique commune à pâte claire et d’un fragment informe d’amphore.

En fonction du matériel, largement insuffisant pour permettre de préciser une chronologie de la mise en place de cette construction, la datation est très variable, à situer dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère, sans argument pour proposer une date haute.

7Interprétation

Les techniques de construction incitent à distinguer ces deux segments, d’autant qu’ils ne sont pas strictement dans le prolongement l’un de l’autre. Leurs restes indiquent qu’il s’agit de la base de leurs fondations et on suppose que ces murs ont fait l’objet, après abandon, de récupération intense de leurs matériaux.

Faut-il rattacher ces deux branches à un habitat ou à un aménagement annexe, dans une cour par exemple ? Il est impossible de répondre à cette question mais on constate l’absence de retour vers le nord comme vers le sud ; en fait, on imaginerait bien un mur perpendiculaire dans l’intervalle entre les deux tronçons. On notera, pour ces deux murs qui sont attribuables à la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère, sans plus de précisions, qu’aucun n’est parfaitement conforme à une direction du réseau A.

Phase 1B

8Les découvertes suivantes concernent un mur mis en évidence sous la berme qui sépare les sondages 2 et 3.

9Architecture

Grossièrement parallèle au précédent mais implanté à environ 0,30 m au sud, le mur 3 est fait de blocs grossièrement équarris dont certains de bonne taille, liés à l’argile (fig. 466). Environ cinq assises sont conservées, sur une hauteur de 0,75 m, et les parements sont proprement élaborés ; il est dérasé à la cote NGF 17,57 m. Sa largeur est de 0,45 m.

Figure 466 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Figure 466 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Le mur 3 dont le prolongement est tranché par la fondation du mur 8.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Il a été reconnu sur 3,20 m de long ; vers l’est (fig. 467 et 468), il est mutilé par un équipement postérieur, 7 ; vers l’ouest, il est sectionné par la construction de la fondation de l’angle entre les murs 8 et 9, également postérieurs.

Figure 467 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Figure 467 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Parement sud du mur 3.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

Figure 468 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Figure 468 - Nef Notre-Dame. Phase 1B

Portion du mur 3 (sur la dr.). On devine (à g.) la surface blanchâtre du rocher.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

10Stratigraphie

Le sol associé à ce mur n’a pas été retrouvé mais semble s’être situé à une cote voisine de son niveau d’arase ; ce qui subsiste du mur correspondrait donc à une fondation élaborée en tranchée étroite et les remblais dans lesquels elle est bâtie sont les suivants : au sud, une terre argileuse compacte (c.273) qui repose sur de l’argile (c.274) et, au nord, non pas un sol mais deux remblais argileux superposés (c.264 et 266).

11Chronologie

Les différentes couches encaissantes contiennent :

  • c.264 : un fragment informe de sigillée italique, un bord de marmite de forme Haltern 56 et un bord de couvercle en céramique culinaire italique ;

  • c.266 : un fragment de médaillon de lampe, une oreille de préhension de céramique modelée d’époque impériale et un bord d’olla en céramique commune à pâte brune ;

  • c.273 : un fragment informe de lampe et un bord de coupe en céramique commune engobée ;

  • c.274 : un fragment de cuve de lampe, un bord de coupe en céramique commune engobée et deux fragments informes en céramique à engobe interne rouge pompéien.

Les céramiques datantes ne sont pas en quantité suffisante pour aller au-delà d’une chronologie assez vague dans la deuxième moitié du Ier siècle avant notre ère mais la présence d’un fragment de sigillée italique, comme celle d’ailleurs des autres tessons, permettent d’avancer que ce mur n’a pas été construit avant les années 40 avant notre ère.

12Interprétation

13Ce mur 3 est parfaitement conforme à la grille du réseau A. Son type d’architecture pourrait relever de la sphère domestique pour une habitation dont on ignore tout de l’ampleur ; il est possible qu’un retour ait été construit à l’ouest, en direction du sud, là où il est sectionné.

Phase 2. Un escalier monumental

14Les constructions antérieures étant dérasées et enfouies, les nouveaux aménagements correspondent à un escalier monumental à la base duquel a été identifié un sol en terre battue.

Architecture

15• Un escalier monumental

Il subsiste un important massif de forme trapézoïdale, 5, bâti de blocs quadrangulaires de moyen appareil liés à la chaux (fig. 469) ; les parements étaient probablement revêtus d’un placage. Immédiatement à l’ouest se développent les degrés d’un escalier dont seules subsistent les deux marches inférieures, en grès, de grandes dimensions (fig. 470). La plus basse est longue de 2,75 m, profonde de 0,40 m et haute de 0,18 m et repose sur une dalle de maçonnerie épaisse de 0,27 m, coulée sur le rocher qui a été préalablement aplani ; ni l’une ni l’autre n’ont pu être vues dans leur totalité. La base de ce degré induit, au sud, un niveau de circulation à la cote NGF 17,75 m. Cette marche est surmontée par une autre dont la longueur conservée, 1,30 m, est aussi incomplète. Toutes deux sont très usées. En arrière, donc sous la volée, était un muret, 6, large de 0,38 m, sans doute bâti pour contenir les terres, en contre-haut sur ce terrain en pente, et supporter la partie supérieure de l’escalier ; son sommet est à la cote 18,20 m.

Figure 469 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 469 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Au premier plan, deux des degrés de l’escalier dominés par le mur 6 et, en arrière, le massif maçonné 5 en moyen appareil. Vers le fond, on devine le mur 13.
Vue prise vers l’est (cliché L. Rivet).

Figure 470 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 470 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Les degrés de l’escalier dominés par le mur 6 et, sur la g., le massif maçonné 5 en moyen appareil. À l’arrière-plan, les murs 13 et 15 ; sur la dr., un caveau.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

16• La “structure 7”

Il faut rattacher à cette phase l’installation de ce qui a été qualifié, pendant la fouille, de « caniveau ». Cette structure, 7 (fig. 471), est constituée d’un double alignement de blocs liés à l’argile dont il subsiste, au nord, une pierre plate faisant office de couverture posée sur les piédroits. La technique de construction est des plus rudimentaires. Cet équipement, reconnu par deux tronçons non jointifs sur 2,50 m de long, marque un coude, la section amont longeant la base enterrée de l’escalier et la section aval se dirigeant vers le sud-est où elle détériore le mur 3 appartenant à la phase 2.

Figure 471 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 471 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Vestiges de la « structure 7 ».
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Aucune autre construction ne paraît pouvoir être rattachée à celle de l’escalier.

Stratigraphie

17Comme on l’a dit, on dispose, en avant de la marche inférieure de l’escalier, donc au sud (dans le sondage 5), d’un niveau de sol de terre battue, jaunâtre (c.224), qui se situe à la cote 17,75 m ; telle est la situation et il faudrait s’en tenir là, sauf que la fouille du remblai sous-jacent (c.253), argileux brun violacé, ne livre pratiquement rien pour proposer une chronologie. Si l’on s’éloigne, vers le sud-est (dans le sondage 2), un niveau de sol équivalent (c.255), reposant sur un même remblai (c.250), se rencontre à une cote très légèrement plus haute, 17,80/17,90 m. Si on se dirige vers le sud-ouest (dans le sondage 4), un sol de texture semblable (c.271) se situe à la cote 17,75 m. Ces sols sont comparables mais leur support ne procure pas, non plus, d’élément de datation.

18En revanche, un peu plus au sud (dans le sondage 1), un sol (c.210) qui s’étend à une cote légèrement inférieure, à NGF 17,60 m, présente une surface très indurée, charbonneuse, avec des traces ferrugineuses ; il repose sur un remblai (c.211) de nature différente des précédents puisqu’il comporte une série d’artefacts utiles à la détermination d’une datation (voir infra, p. 386). Il est évident que ce contexte manque de correspondance avec l’escalier.

19Au nord de l’escalier, en contre-haut, le niveau minimum de circulation peut être placé à la cote 18,20 m.

20La « structure 7 » est posée sur l’argile vierge de décomposition du rocher.

Chronologie

21• Établissement des niveaux de circulation

La fouille du remblai établi directement en avant de l’escalier (c.253) n’a livré que très peu de tessons et seule une lèvre d’amphore Dressel 20 (fig. 472) peut être mentionnée. Les remblais issus des sondages 2 (c.250) et 4 (c.271) sont stériles en mobilier datant.

Figure 472 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 472 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Lèvre d’amphore Dressel 20 (dessin L. Rivet).

22En revanche, dans le sondage 1, la c.211, qui sert de support au sol, est riche de plus de 250 fragments de céramiques et amphores ; on y reviendra, mais cette abondance, comparée à l’indigence des autres contextes, est certainement le signe que, assez près en avant de l’escalier, des espaces distincts sont aménagés et que le matériel sur lequel on se propose d’établir une datation ne lui est pas directement associé même s’il appartient très certainement à la même phase.

Les céramiques sur lesquelles s’appuie la datation sont uniquement représentées, à côté du cortège habituel des céramiques italiques à paroi fine, des lampes et des céramiques communes, par la sigillée italique et, en particulier, par un bord du service I, par un autre de forme Goud. 27/Consp. 22 et, surtout, par un calice (32 fr.) de forme Dragendorff/Watzinger Ia/V ou Consp. R 2.3.1, à décor végétal et de facture soignée (fig. 473) ; issu des productions de la vallée du Pô, il présente la caractéristique d’être signé dans le décor : L. SARI M[...] ou [...]M[...] L. SARI (Rivet 2002a).

Figure 473 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 473 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Calice de type SARIVS (cliché Y. Rigoir, dessin L. Rivet et S. Saulnier).

23La chronologie attribuée à ce vase ne peut être antérieure aux années 15/10 avant notre ère, comme d’ailleurs celle concernant la coupe Consp. 22.

La mise en place de l’escalier monumental et des niveaux de circulation alentour pourrait donc être située dans la dernière décennie avant notre ère, voire peu après.

24• Abandon de l’escalier

On l’a vu, les niveaux de circulation sont d’une certaine nature dans les sondages 2, 3, 4 et 5 et d’une autre dans le sondage 1.

  • 1 Ces modestes colliers sont fréquents dans les maisons de Pompéi et Herculanum mais aussi dans tout (...)

C’est également dans ce dernier que l’on observe une épaisse (parfois jusqu’à 1,10 m) couche de destruction (c.193) alors que dans les autres, seuls des remblais « ordinaires » (à base d’argile brun violacé) et peu épais ont été accumulés (c.194, 220, 221) : ils livrent quelques tessons de sigillée de sud de la Gaule (Drag. 18, 24/25, 29), de la céramique culinaire africaine (Hayes 196 et 197), un fragment de firmalampe, etc., et cinq perles de collier à décor côtelé en pâte de verre bleue turquoise (fig. 474)1.

Figure 474 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 474 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Perles en pâte de verre bleue (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

25La spécificité du sol rencontré dans le sondage 1 est de montrer des traces d’incendie, en particulier des planches carbonisées ; à ce niveau ont été recueillis, sur une surface inférieure à 4,50 m2, de nombreux vases dont certains sont brûlés. Au-dessus, une épaisse couche de gravats (c.193) dont la coloration brun-rouge provient de la décomposition de briques crues (fig. 475).

Figure 475 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 475 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Dans le sondage 1, vue en coupe de la couche de destruction contenant des briques crues (cliché L. Rivet).

26Ce lot de mobilier ayant fait l’objet d’une étude spécifique (Rivet 2007a), on ne présentera ici qu’une sélection de pièces, en particulier sigillées, et on reprendra les principales conclusions de cet article pour argumenter la chronologie de l’abandon.

27Sigillée italique (fig. 476)

Figure 476 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 476 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Assiettes et coupes en sigillée italique (1-6) et en sigillée du sud de la Gaule (7-26) (dessin L. Rivet).

1 : assiette de forme Goud. 43/Consp. 3.2.1 ;
2 : bord de plat de forme Goud. 15/17/Consp. 12.2.1 ;
3 : bord de plat de forme Goud. 26/Consp. 18 ;
4 : bord de coupe de type Consp. 33.2 ( ?) ;
5-6 : coupes de forme Ritt. 8/Consp. 36.4.4.

28Sigillée du sud de la Gaule (fig. 476 et 477)

Figure 477 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 477 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Coupes Drag. 29
en sigillée du sud de la Gaule (dessin L. Rivet et S. Saulnier).

7-14 : coupes de forme Ritt. 8 ;
15-17 : coupes de forme Drag. 24/25 ;
18 : bord de coupe de forme Drag. 27 ;
19 : fond de coupe ;
20-23 : assiettes de forme Drag. 18 ;
24-25 : bords d’assiettes Drag. 15/17 ;
26 : bord d’assiette Drag. 16 ;
27-29 : coupes de forme Drag. 29.

29Les autres catégories de céramiques sont également bien représentées et attestent d’une certaine homogénéité de l’ensemble, qu’il s’agisse des céramiques engobées, des céramiques communes à pâte claire ou des céramiques culinaires micacées varoises. Il s’agit d’un vaisselier typiquement domestique même si on peut mettre en exergue trois pièces présentant une forme originale (Rivet 2006) : des pots trapus à fond plat qui pourraient correspondre à un usage particulier sur les navires puisque les exemplaires de comparaison proviennent exclusivement de contextes portuaires ou d’épaves (fig. 478).

Figure 478 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Figure 478 - Nef Notre-Dame. Phase 2

Pots trapus en céramique commune à pâte brune (dessin L. Rivet).

30La sigillée italique présente une association de pièces « anciennes » avec, par exemple, les petites coupes Consp. 36.4.4 (nos 5 et 6) mais aussi « récentes » avec l’assiette haute Consp. 3.2.1 qui pourrait ne pas être antérieure au milieu du Ier siècle et même constituer un bon marqueur pour les contextes de l’époque flavienne à Rome, Pompéi, Bérénice, etc. La même remarque valait déjà pour le mobilier abandonné dans la maison à l’atrium fleuri (voir supra, p. 327).

  • 2 Identification G. B. Rogers : As : 9,64 g. Av. TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP P P - tête à g. (...)

31La découverte d’un as de Claude (50-54)2 contribue à renforcer la chronologie induite par les sigillées. En effet, parmi les produits sigillés provenant des ateliers de La Graufesenque, certains profils apportent des précisions comme deux des coupes Ritt. 8 (nos 12 et 13) et trois assiettes Drag. 18 (nos 20, 21 et 22) qui procèdent de l’époque néronnienne ; les coupes Drag. 29 (nos 27 et, surtout, 28 et 29) présentent des styles décoratifs caractéristiques de la période de splendeur et sont attribuables à la fin des années 50. Enfin, la plupart des estampilles se rapportent à la période néronienne (50/55-70) ; dans cinq cas, les graphies utilisées pour Castus (nos 12 et 13), Felicen.te (no 27), Mommo (no 21) et Primus-Sco (no 20), renvoient à la période suivant le début des années 60.

32La vaisselle des services flaviens est ici absente comme elle l’était de la domus à l’atrium fleuri ; d’autres parallèles sont encore à souligner comme la présence, commune aux deux sites, des signatures des potiers Felix et Castus.

33La datation de ce lot marque donc de façon assez précise un abandon qui intervient dans la fourchette des années 65-70.

Interprétation

34• La “structure 7”

En ce qui concerne cet aménagement, plutôt qu’un caniveau, ou un égout, il faut peut-être envisager une gaine “technique”, par exemple pour une conduite en bois, à moins qu’il ne s’agisse d’un drain ( ?).

35• Escalier monumental

Cet équipement s’inscrit dans le réseau A et il y a tout lieu de restituer (mais à quelle distance ?), un vis-à-vis au massif maçonné oriental 5 pour encadrer cet escalier. Cette disposition des deux piles et la technique de construction, en moyen appareil, suggèrent d’envisager un arc ( ?) et renvoient incontestablement à un équipement de nature publique. Un tel ouvrage laisse également supposer des circulations du même ordre en contre-haut et en contrebas ; on ignore tout de l’espace qui se développait en contre-haut (une rue ou une place ?) mais on a quelques données, troublantes, sur les sols établis en contrebas.

36• Niveaux de circulation

Au pied de l’escalier, aucune construction n’a été repérée mais les indications procurées par les dépôts laissés lors de l’abandon conduisent à une image brouillée.

De toute évidence, les différents niveaux de sols que nous avons déjà plusieurs fois évoqués, mais aussi la nature des remblais qui les supportent de même que les terres qui les recouvrent, reflètent au moins deux ambiances distinctes que l’on est tenté de désaccorder en les séparant par un ou deux mur(s) : un à l’emplacement du mur 8, pour justifier la différence de conditions entre les sondages 1 et 4 et, peut-être, un autre entre les sondages 1 et 2. Au sud-est se développerait un espace ouvert alors qu’au sud-ouest on serait en présence d’une pièce d’habitation dont le sort ressemble en tout point à celui de la domus à l’atrium fleuri, ici avec un lot également conséquent de vaisselles en relativement bon état de conservation – certaines pièces sont entières –, avec une chronologie en parfaite adéquation. Une telle éventualité n’est pas sans inconvénient puisque ces cloisonnements se placeraient à 2 m exactement en avant de l’escalier.

En fait, les fouilles ont été bien trop réduites et fragmentées pour qu’il soit possible d’interpréter correctement les abords inférieurs de cet équipement.

Phase 3. La silhouette d’un bâtiment public

37Le site connaît une transformation radicale avec un surhaussement des sols et la construction d’un bâtiment illustré par trois murs dont les maçonneries sont liées.

Architecture

38Les murs 8 et 9 sont larges (0,70 m) et profonds et montés en moellons liés à la chaux.

39Le mur 8, de direction ouest-sud-ouest/est-nord-est (réseau A), reconnu sur 5,50 m de long, est arasé à une cote relativement haute, variant entre NGF 18,65 et 18,80 m et constitue une puissante construction (fig. 479). Il est large de 0,70 m au sommet et de 0,90 m à la base, cette différence étant le résultat d’un double ressaut de fondation, l’un au sud à la cote 18,03 m et l’autre au nord à la cote 17,67 m. La base s’enfonce dans les argiles décomposées du substrat et la racine n’a pas été atteinte à la cote 16,90 m environ ; elle doit se situer à peu de distance car des blocs de pierre, dont un mouluré (fig. 480), en position débordante, représentent probablement le rang inférieur. Ce mur est surtout connu à son extrémité orientale, c’est-à-dire près d’un angle : il présente des assises soigneusement organisées, avec des blocs taillés, allongés, de module supérieur à ceux de moellons ordinaires ; les joints ne sont pas repris au fer et on observe des bavures de mortier.

Figure 479 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Figure 479 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Extrémité du mur 8 (angle avec le mur 9) ayant sectionné le mur 3 de la phase 3 ; à la base, le remploi d’un bloc mouluré.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Figure 480- Nef Notre-Dame. Phase 3

Figure 480- Nef Notre-Dame. Phase 3

Bloc de remploi à la base de la fondation du mur 8.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

40Lié à lui, le mur 9, de direction nord-ouest/sud-est (réseau B), arasé à une cote variant entre 18,73 et 18,99 m, est attesté sur 6,20 m de long et se prolonge au-delà vers le sud. C’est une construction également large, au sommet, de 0,70 m, mais elle ne semble pas être pourvue d’une fondation débordante, sauf à proximité de l’angle avec le mur 8 (fig. 481). Sa racine, vue dans le sondage 2, atteint la cote 16,75 m et ne repose pas sur le rocher mais dans la couche argileuse de décomposition. La technique de construction est comparable à celle de l’autre mur.

Figure 481 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Figure 481 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Face orientale du mur 9.
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet).

41Ces deux maçonneries sont des fondations.

Il faut associer à ces deux murs un troisième, 10, parallèle à 8 et établi à 7,45 m (dans œuvre) au sud. Il est représenté par un segment, long de 2,50 m, qui servait de limite méridionale à un caveau moderne en ayant été grossièrement plâtré (fig. 482). Ce qu’on voit du parement présente une facture très comparable à celle des murs 8 et 9. Un court tronçon de ce même mur a été seulement entrevu, 1,50 m à l’ouest, dans un sondage dont l’exigüité et les remaniements médiévaux ne permettaient pas de situer la chronologie.

Figure 482 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Figure 482 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Parement septentrional du mur 10 servant de limite à un caveau.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

42Tout porte également à associer à cet ensemble un quatrième mur, 13 (fig. 483), également bâti en blocs réguliers liés à la chaux, parallèle au mur 9 et qui s’élève à 3,50 m (dans œuvre) à l’est. De largeur réduite (0,38 m), il est dérasé à la cote 19,19 m ; sa base n’a pas été atteinte (au-delà de NGF 18,60 m). L’extrémité septentrionale s’appuie contre la face méridionale du massif 5 qui jouxtait l’escalier, dépouillé de ses placages. Il a été suivi sur 2 m de long mais devait se poursuivre bien au-delà aussi bien vers le nord que vers le sud. Il correspond également à une fondation.

Figure 483 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Figure 483 - Nef Notre-Dame. Phase 3

Le mur 13 (sous la longue mire) qui prend appui (à dr.) contre le massif maçonné 5 de la phase 3. Il est doublé (à g.) par le mur 14 qui s’interrompt à hauteur du mur 15, perpendiculaire et fait de remplois.
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet).

Stratigraphie

43Les murs 8 et 9 ont clairement été construits à partir de deux niveaux bien distincts :

  • à partir du sol de l’état antérieur, situé à la cote 17,75 m, lorsque celui-ci n’était pas recouvert d’un épandage de destruction (donc à proximité de l’escalier) ; c’est le cas du mur 9 ;

  • à partir du sommet de la couche de destruction de la phase 2 dans les zones où il y en a eu, c’est-à-dire dans le sondage 1, pour la face sud du mur 8.

44Pour l’un et l’autre murs, les larges tranchées de construction ont été facilement repérées : c.265 pour la face nord du mur 8 et c.244/256 pour le mur 9 ; au sud du mur 8, une perturbation postérieure a fait disparaître les contacts.

45Le niveau d’utilisation de ces murs n’a pas été retrouvé car il devait se situer plus haut que les niveaux de maçonnerie conservés, à une cote qui ne peut être inférieure à 18,75 m.

Chronologie

46• Comblement de la tranchée de fondation du mur 8 (c.265)

On relève un bord d’olla en céramique modelée d’époque impériale et une dizaine de fragments informes de céramique commune à pâte claire et d’amphore.

47• Comblement de la tranchée de fondation du mur 9 (c.244/256)

On peut décompter un bord de gobelet italique à paroi fine en coquille d’œuf, quelques fragments informes de céramique commune engobée, de communes à pâte grise, brune et claire et d’amphores ainsi que des éclats de taille.

L’indigence du mobilier céramique et des catégories représentées dans ces deux comblements ne permet pas de proposer une chronologie pour la construction des murs. Celle-ci repose, en revanche, sur l’abondante moisson que procurent les gravats de la c.193 (sondage 1), mentionnés supra (voir p. 386-389), qui indiquent que la constitution ne peut être antérieure aux années 65-70.

Interprétation

48Les murs 8, 9 et 10 dessinent un bâtiment de forme allongée dont les limites se plient aux directions imposées par la topographie particulière de ce quartier où, à cet endroit précis, les deux réseaux urbains entrent en contact sur une ligne-charnière (fig. 484) : les murs 8 et 10 s’inscrivent dans le réseau A et le mur 9 dans le réseau B ; ce dernier apparait incontestablement comme une façade donnant sur le cardo maximus. Il est devancé à l’est par le mur étroit 13 que l’on est tenté d’interpréter comme un stylobate soutenant la colonnade d’un portique mais sa puissance ne semble pas renvoyer à ce type d’aménagement même si son alignement se place dans le prolongement théorique d’un portique dont les bases ont été vues, plus au nord, lors de la fouille de l’Espace Mangin (Pasqualini et al. 2006, p. 30). Le plan du bâtiment démontre qu’il s’agit d’une construction s’adaptant à une contrainte.

Figure 484

Figure 484

Troisième travée de la nef Notre-Dame : plan des vestiges, à l’époque flavienne (phase 3)
(relevé S. Roucole, dao L. Rivet et S. Saulnier).

49Pour cette partie orientale de l’édifice, large de 7,45 m (dans œuvre), on est peu renseigné sur d’éventuels murs de refend mais, bien plus à l’ouest, les découvertes de 1989, dans les première et deuxième travées, en procurent un, permettant de donner la longueur possible d’un espace, 17,90/21,05 m ; le mur 10, quant à lui, est long de plus de 25,40 m ; d’autres cloisonnements sont possibles mais sont restés hors d’atteinte. Les données restent maigres pour espérer proposer une fonction à ce bâtiment dont la nature est probablement publique.

  • 3 Bien que des bétons de tuileaux aient été rencontrés dans la première travée : ils sont estimés app (...)

50Ces trois murs, larges et puissants, sont des fondations et le sol a disparu3. Il devait cependant se trouver à un niveau qui doit être plus ou moins équivalent à celui des dalles découvertes dans la salle annexe de la sacristie (NGF 19,52 m), ou légèrement plus bas ; il se situerait donc à environ 0,50/0,70 m au-dessus de l’arase la plus haute du mur 8, soit peut-être vers 19,40/19,50 m. Cette construction traduit, en effet, une surélévation des sols qui touche tout le secteur à la même époque (voir la place Formigé, p. 339), les terrassements ayant pour conséquence une reconstruction massive de tous les habitats du quartier situé à l’ouest du cardo maximus. La largeur du mur 8, avec deux ressauts de fondation, se comprend probablement comme un épaississement utile à participer au soutien des remblais accumulés sur un terrain en pente du nord vers le sud en vue de former une vaste terrasse.

51Participe peut-être de ce rôle de renfort la proximité des murs 10 et 11, ce dernier étant apparu dans les première et deuxième travées : bâti à seulement 0,80 m (dans œuvre) du mur 10, il sert à la fois de caisson de soutien et de vide sanitaire. Comme il est masqué par le mur gouttereau de la cathédrale qui le réutilise comme fondation, seules, ici ou là, ont été vues de petites portions de son parement nord de même qu’ont été repérés deux courts murs, perpendiculaires, reliant l’un à l’autre et créant ainsi des volumes indépendants ; d’autres murs de ce type sont à découvrir qui devaient assujettir les deux murs parallèles à distance régulière.

52Mais ce mur 11 est bien connu par ailleurs puisqu’il est dans le prolongement de celui qui, place Formigé, sert de limite nord à la domus à l’atrium fleuri et qui est repris, également comme fondation, par la maison construite à l’époque flavienne, époque qui nous occupe ici (fig. 485) ; il est encore réutilisé lors de la construction du baptistère puisque le mur sud de celui-ci s’appuie à nouveau sur lui et c’est ainsi qu’on le suit et qu’on peut le restituer sur plus de 50 m de long puisqu’il sert également de façade à la cathédrale. Il devait traverser de part en part l’insula dans sa longueur, depuis la création de celle-ci, donc depuis au moins le début de l’époque augustéenne, voire avant.

Figure 485

Figure 485

Articulation entre les bâtiments de la nef Notre-Dame, du site de « Nord-est cathédrale » et de la place Formigé à la fin du Ier siècle de notre ère (relevé S. Roucole, dao L. Rivet et S. Saulnier).

Et après ... [Phase 4]

53Après le début de l’époque flavienne, on ne perçoit aucun changement qui affecterait ce monument, ce qui est logique dans la mesure où les niveaux ont été éliminés largement plus bas que les sols antiques.

  • 4 D’ouest en est, les dimensions sont les suivantes (L x l x ép.) : 0,76 x 0,45 x 0,32 m ; 0,71 x 0,5 (...)

54On constate uniquement la construction d’un mur, 15, à l’extérieur du bâtiment, qui est constitué de cinq blocs de remploi en grand appareil (trous de louve), de tailles dissemblables4 (fig. 486) ; il joint l’angle entre les murs 8 et 9 et le mur 13, ce qui signifie que les élévations de l’époque flavienne étaient toujours visibles et, probablement, en état. Il est établi de façon quasi perpendiculaire et les blocs disposés de telle sorte qu’ils forment un parement rectiligne sur la face sud ; cela signifie-t-il que la face nord était masquée ?

Figure 486 - Nef Notre-Dame. Phase 4

Figure 486 - Nef Notre-Dame. Phase 4

Face septentrionale du mur 15 composé de blocs de remploi.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

55À l’est, le mur 13 est doublé pour, semble-t-il, consolider la stabilité de l’ouvrage, le nouveau mur, 14 (fig. 487), large de seulement 0,20 m, étant monté en moellons régulièrement assisés avec des joints lissés et largement beurrés.

Figure 487 - Nef Notre-Dame. Phase 4

Figure 487 - Nef Notre-Dame. Phase 4

Face méridionale du mur 15 et parement ouest du mur 14.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

56Le mur 14 comme le mur 15 sont construits à partir d’un niveau identique, horizontal, marqué par des bavures de mortier à la base de leurs élévations, à NGF 18,62 m ; cette cote signifie que le sol antique, à ce moment-là et à l’extérieur du bâtiment, est déprimé, à un niveau nettement inférieur à celui que nous proposons de restituer, autour de NGF 19,50 m.

57L’un et l’autre reposent sur des fondations de blocs jetés dans une tranchée étroite creusée dans les remblais antiques, et non liés à la chaux ; la base varie entre NGF 17,80 et 18,00 m.

58La question de la datation est insoluble avec les données disponibles car, nous situant dans les niveaux relativement superficiels, aucune stratigraphie n’est associée. On peut toutefois préciser que ce mur est clairement antérieur à l’installation des mosaïques de l’Antiquité tardive, deux fragments d’entre elles étant posés plus ou moins directement sur son arase.

59Cet aménagement, apparemment implanté dans l’espace public, a-t-il été constitué de plus d’une assise, alors que son arase est plus basse à l’ouest (18,92 m) qu’à l’est (19,15 m) ? Sur quelle hauteur a-t-il été érigé ? À quoi servait-il ? Si on associe la problématique avec le site de « Nord-Est cathédrale » , où il nous a semblé que la pente du terrain (environ 6 à 7 %) et, donc, de la rue, avait une forte incidence sur l’état des niveaux de circulation, on pense à nouveau à un équipement destiné à lutter contre le ravinement, d’autant que son niveau de construction se place bien en-dessous du niveau restitué pour les sols antiques, à mettre en relation avec le dallage proche de la sacristie, à NGF 19,50 m.

Conclusion

60On l’a vu, le mur 11 est une division majeure dans le paysage antique sur laquelle s’organisent les limites de propriétés et c’est sur lui, toujours, que l’architecte choisit d’appuyer le flanc sud des premiers bâtiments chrétiens, baptistère et cathédrale, vers le début du Vsiècle (Rivet et al. 2000, p. 231).

61Ces permanences dans les réutilisations de murs et d’alignements et, donc, dans les distributions de la grille urbaine sont remarquables même si elles se rencontrent, ponctuellement, dans de nombreuses autres villes, comme n’est pas rare non plus l’installation d’un monument chrétien sur un bâtiment public romain.

62Ce qui est plus étonnant, c’est qu’on ait ressenti le besoin d’abaisser les niveaux de sols pour installer ce lieu de culte, baptistère compris et vraisemblablement palais épiscopal aussi, entouré de terrains ou de constructions plus élevés ! Les différences sont parfois de seulement 0,50 m (par exemple avec le dallage monumental qui s’étend au nord-est) mais peuvent atteindre 1 m (avec l’espace devenu libre à l’emplacement de la place Formigé). Pour quelle raison a-t-on choisi cette source d’inconvénients multiples ?

63Certes, les fouilles ouvertes dans la nef de la cathédrale de Fréjus, réduites et gênées par divers obstacles – dont certains auraient pu être évacués, comme les parois des caveaux – sont loin d’éclairer convenablement le sens de toutes ces découvertes.

64Sans compter celles qui touchent à l’Antiquité tardive et à l’organisation des premiers bâtiments. Relèvent sûrement de leur aménagement initial ces lambeaux de mosaïques qui apparurent rapidement après la dépose du dallage et l’enlèvement d’une couche superficielle de gravats (fig. 488 à 490). Ces fragments, disjoints les uns des autres, laissent supposer deux tapis distincts établis à des cotes sensiblement différentes, 19,05 m pour ceux du nord et 18,90 m pour ceux du sud. On a d’abord pensé que ces deux sols ne s’intégraient pas directement au vaisseau de la première cathédrale et constituaient plutôt des salles annexes (Fixot dans Février 1995, p. 164) ; on considère aujourd’hui que cet espace mosaïqué représente le choeur (Fixot, Sauze 2004, p. 25) mais il est possible que d’autres options existent et que le dossier des restitutions architecturales ne soit pas clos.

Figure 488 - Nef Notre-Dame

Figure 488 - Nef Notre-Dame

Mosaïque de l’Antiquité tardive.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Figure 489 - Nef Notre-Dame

Figure 489 - Nef Notre-Dame

Mosaïque de l’Antiquité tardive.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Figure 490 - Nef Notre-Dame

Figure 490 - Nef Notre-Dame

Mosaïque de l’Antiquité tardive.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Annexes

Inscriptions et sculptures hors contexte

Pour les inscriptions (fig. 491) et sculptures (fig. 492 et 493) récupérées hors contexte antique, soit dans les couches de l’Antiquité tardive ou postérieures, soit réutilisées dans la construction de caveaux, dans la nef Saint-Étienne (fig. 491, no 1, et fig. 493) et dans la nef Notre-Dame (fig. 491, nos 2 à 7, et fig. 492), on signalera :

Figure 491.1 - Fragment de plaque de marbre blanc (en remploi dans un mur d’époque romane)

Figure 491.1 - Fragment de plaque de marbre blanc (en remploi dans un mur d’époque romane)

H. : 12 ; l. 15 ; ép. 6,8 à 7,8 ; h. l. : l.1 incomplète, l. 2-3 : 2,5.
Gentilice
L(ucio) Sari[---] / ann(orum) [--- / [.]idis[---] ou cidis[---]
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 1)

Figure 491.2 - Fragment de plaque de marbre blanc à gros cristaux, polie sur les deux faces (dans un contexte de l’Antiquité tardive)

Figure 491.2 - Fragment de plaque de marbre blanc à gros cristaux, polie sur les deux faces (dans un contexte de l’Antiquité tardive)

H. 20 ; l. : 17,3 ; ép. 1,8 ; h.d.l. : l. 1 incomplète, l. 2-3 : 3,8.
Titulature impériale, à Commode ou à Septime Sévère
---[diui / Ha]dri[ani pronepoti], / diui T[aiani Parth(ici)] / abn[epoti, diui Neruae / adnepoti]---
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 3)

Figure 491.3 - Fragment de plaque de marbre veiné jaune et rouge, polie sur les deux faces (en remploi dans un caveau funéraire)

Figure 491.3 - Fragment de plaque de marbre veiné jaune et rouge, polie sur les deux faces (en remploi dans un caveau funéraire)

H. 11 ; l. : 23 ; ép. : 3,6 à 4 ; h.d.kl. : 4,8.
Chiffre
--- ].XXI
(Gascou, Brentchaloff 2006, n4),

Figure 491.4 - Fragment de plaque de marbre blanc dont est conservée la partie supérieure avec bord mouluré (dans un remblai moderne, sous le sol de la 3e travée de la nef Notre-Dame)

Figure 491.4 - Fragment de plaque de marbre blanc dont est conservée la partie supérieure avec bord mouluré (dans un remblai moderne, sous le sol de la 3e travée de la nef Notre-Dame)

H. : 18 à 20 ; l. : 20 à 28 ; ép. : 3 à 4 ; h.d.l. : 5,5.
Fin d’un gentilice
[---]onius
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 5)

Figure 491.5 - Fragment de stèle en grès, complète à dr., avec bord mouluré (en remploi dans un caveau funéraire)

Figure 491.5 - Fragment de stèle en grès, complète à dr., avec bord mouluré (en remploi dans un caveau funéraire)

H. : 11 ; l. : 31 ; ép. : 16 à 18,5.
Dédicace funéraire
[---]rabonius Fortuna [---]
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 6),

Figure 491.6 - Fragment de stèle en grès, complète à dr. et en bas, dans un cadre mouluré (dans le soubassement des stalles du XVe siècle)

Figure 491.6 - Fragment de stèle en grès, complète à dr. et en bas, dans un cadre mouluré (dans le soubassement des stalles du XVe siècle)

H. 40 ; l. 28 ; ép. 20. Champ épigraphique : h. 35 ; l. : 23 ; h.d.l. : l.1 incomplète, l. 2-4 : 4.
Dédicace funéraire
[D(is) M(anibus) ? / ---Val]eriae, / [matri piae et ] meren[tissimae, Ae ]milia / [---, fi]l(ia), fecit
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 7)

Figure 491.7 - Fragment de stèle en grès, brisée de toutes parts. Encadrement mouluré en queue d’aronde en partie conservé à g. (en remploi dans un mur postérieur à l’Antiquité tardive)

Figure 491.7 - Fragment de stèle en grès, brisée de toutes parts. Encadrement mouluré en queue d’aronde en partie conservé à g. (en remploi dans un mur postérieur à l’Antiquité tardive)

H. : 15 ; l. : 37 ; ép. : 165 ; h.d.l. : 4,8.
Dédicace funéraire
Gentilice ? Sutoriu
(Gascou, Brentchaloff 2006, no 8)

Figure 492 - Nef Notre-Dame. Acrotère représentant une tête de Méduse

Figure 492 - Nef Notre-Dame. Acrotère représentant une tête de Méduse

L'objet, en grès (0,50 m x 0,375 m x 0,26 m), déplacé, est vraisemblablement un élément de décor appartenant à un monument funéraire, réalisé par un atelier local (cliché Cnrs-CCJ)..

Figure 493 - Nef Saint-Étienne

Figure 493 - Nef Saint-Étienne

Décor de griffon en bas-relief sur le petit côté d’un sarcophage antique remployé au XVe siècle pour l’inhumation de Louis de Bouillac, évêque de 1385 à 1405 (cliché M. Griesheimer).

Notes

1 Ces modestes colliers sont fréquents dans les maisons de Pompéi et Herculanum mais aussi dans tout le monde romain, qu’il s’agisse des habitats ou des nécropoles : voir, par exemple, Stefani 2003, p. 175 ; Blanc, Meylan-Krauze 1997, p. 78 et fig. 40, n° 10 ; Gourevitch, Moirin, Rouquet 2003, p. 175.

2 Identification G. B. Rogers : As : 9,64 g. Av. TI CLAVDIVS CAESAR AVG P M TR P IMP P P - tête à g. R/ CON[STANTIAE] AVGVSTI S C - Constance debout à g. RIC I² 111 ; BMC 201. 50-54 apr. J.-C. Période 2a.

3 Bien que des bétons de tuileaux aient été rencontrés dans la première travée : ils sont estimés appartenir au sol de la nef de la cathédrale de l’Antiquité tardive (Fixot, Sauze 2004, p. 25).

4 D’ouest en est, les dimensions sont les suivantes (L x l x ép.) : 0,76 x 0,45 x 0,32 m ; 0,71 x 0,53 x 0,41 m ; 0,70 x 0,57 x 0,43 m ; 0,77 x 0,53 x 0,62 m ; 0,53 x 0,53 x 0,62 m.