Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 5. Sous les nefs de la Cathédrale (1987-1989)

A — Dans le chœur de la nef Saint-Étienne (1987)

Texte intégral

1La faible ampleur de la surface ouverte pour la fouille et l’exigence de conserver les restes de tous les aménagements bâtis liés à l’évolution de la cathédrale ont fortement réduit les possibilités d’observation des vestiges antiques, dont la densité elle-même fit d’ailleurs également obstacle (fig. 449).

Figure 449 - Chœur de la nef Saint-Étienne vers la fin de la fouille

Figure 449 - Chœur de la nef Saint-Étienne vers la fin de la fouille

Vue prise vers le sud-est (cliché M. Griesheimer).

Antiquité

Architecture

2On retiendra les trois principales entités qui relèvent sûrement du Haut-Empire (fig. 450 et 451).

Figure 450 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 450 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 451 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 451 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Coupe stratigraphique sud-nord (relevé S. Roucole).

3Un alignement de blocs

4Au nord-ouest du chœur est un alignement ouest-est (1) de deux longs monolithes en grès (long. supérieure à 1,30 m, l. 0,46 m, haut. 0,48 m) reposant sur une fondation en petit appareil dont la base n’a pas été atteinte ; un crampon en pi, en plomb, les solidarise et leur arase (NGF 19,48 m), très irrégulièrement usée et même brisée par endroits. Le dispositif se poursuivait vers l’est comme vers l’ouest. La surface d’un des blocs (l’autre étant partiellement masqué) présente, alignés dans l’axe longitudinal, une série de cinq petites cavités irrégulièrement espacées, d’ouest en est, à 0,20, 0,17, 0,22 et 0,18 m les uns des autres (fig. 452) : il s’agit de trous de louve et de pinces, ce qui implique que ce rang de blocs était probablement surmonté d’un autre ou de tout autre couvrement.

Figure 452 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 452 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Le mur (1) et le bloc évidé (2) ; on devine, en bas à dr. une dalle (3).
Vue prise vers l’ouest (cliché M. Griesheimer).

5L’un des blocs montre également, à l’ouest, une profonde échancrure, oblique, qui vient rejoindre un bloc quadrangulaire (2), situé au sud et en contrebas de 0,40 m environ (19,08 m) : ce dernier bloc (fig. 453), isolé, de forme carrée, 0,64 m de côté, et épais de 0,38 m, est évidé en son centre (diam. 0,14 m) et présente également une surface creusée d’une entaille, moins profonde, dans le prolongement de l’autre ; il repose sur un massif bétonné qui n’offre aucun débouché à la cavité et qui est lui-même posé sur une tegula.

Figure 453 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 453 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Au fond et à g., le mur (1) et le bloc évidé (2) ; à dr., un mur médiéval collé contre un mur de l’Antiquité tardive.
Vue prise vers le nord (cliché M. Griesheimer).

6Un dallage monumental

7Au nord de l’alignement de blocs (1) a été observée une dalle (3) en grès qui vient s’adapter contre le parement ; elle repose sur une surface maçonnée.

8Cette dalle est le seul témoin, dans le chœur de la nef Saint-Étienne, d’un dallage monumental (NGF 19,52 m) dont la suite sera mise au jour, en 1992, plus au nord, dans une salle voisine, annexe de la sacristie où il était immédiatement masqué sous un sol de tommettes provençales (voir fig. 484). Là sont en place une douzaine de monolithes en grès, jointifs, allongés, qui reposent directement sur le substrat (Rivet et al. 2000, p. 194). Ces dalles de grandes tailles forment des rangs larges de 0,90 m, 0,75 m et 0,58 m ; les longueurs mesurables sont : 0,50 m, 1,10 m, 1,21 m, 1,42 m, 1,47 m, 1,62 m, 2,00 m et 3,55 m ; les épaisseurs : entre 0,37 et 0,45 m. Elles sont à peine usées, sinon « neuves ». Quatre d’entre elles montrent des trous de louves et une autre, peut-être, un canal de scellement, tandis que la rangée la plus étroite, à l’ouest, est creusée d’une large gorge et pourrait constituer une bordure (hors d’atteinte à la fouille).

9On spécifiera que la cote de ce dallage (19,52 m) est très légèrement plus haute que le sommet de l’alignement de blocs conservé (19,48 m).

10Deux égouts collecteurs

11Un grand égout collecteur (a), de direction nord-ouest/sud-est (dimensions du conduit : l. 0,88 m, haut. 1,10 m), présente des piédroits maçonnés en petit appareil (fig. 454) ; il est couvert de grandes dalles en grès tendre, usées et/ou brisées, dont le sommet est à la cote 19,00 m (radier à 17,74 m).

Figure 454 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 454 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Couverture et piédroit de l’égout collecteur (a).
Vue prise vers l’est (cliché M. Griesheimer).

12Un autre égout collecteur (b), de direction ouest-est, est de taille réduite (conduit : l. 0,35 m, haut. 0,70 m), et se jette (?) dans le premier. Son radier (NGF 17,90 m) est constitué de tegulae, de même que ses piédroits, et sa couverture (18,69 m) est constituée de dalles formant un extrados horizontal.

Stratigraphie

  • 1 Ce qui a fait écrire à P.-A. Février qu’« aucune stratigraphie n’est venue apporter une indication (...)

13La fouille, comme il se doit, a été particulièrement attentive à la stratigraphie mais les avatars du site ont rompu toutes les connexions entre les niveaux ou remblais et les aménagements construits1.

Interprétation

14L’absence de connexion stratigraphique ne permet pas de savoir l’ordre dans lequel interviennent les différents aménagements, mur (1) et dallage (3) d’une part, qui sont sûrement solidaires, égouts collecteurs d’autre part, voire même si tous sont contemporains. Par comparaison avec les données issues du site de « Nord-Est cathédrale », ils sont attribuables au début de l’époque flavienne, sans guère de scrupules.

15Cependant, l’apport essentiel de cette fouille, pour l’Antiquité, est représenté par l’alignement de monolithes (1) qui offre une limite méridionale au dallage découvert dans la salle annexe de la sacristie et qui s’inscrit dans le réseau B ; il est très probable que ce rang de blocs était surmonté d’un couvrement mais de quel type ? Par un ou d’autres rangs de blocs ? Par une plinthe moulurée qui, elle-même, pouvait recevoir aussi bien une colonnade qu’une balustrade ? On ne sait, et contentons-nous de considérer qu’il constitue un aménagement spécifique – un mur de type stylobate – qui interrompt la circulation au sud du dallage. Si le bloc (2) était bien à rattacher à cette phase, on ignore sa fonction.

16Les égouts participent d’un réseau déjà bien représenté plus au nord sur le site de « Nord-Est cathédrale »  ; l’égout collecteur (a) doit prendre la suite du principal conduit identifié au nord tout en marquant, toutefois, une nette inflexion au tracé.

Antiquité tardive

17Sans réelle preuve mais sur la base de l’évidence des enchaînements, il est possible d’attribuer à l’Antiquité tardive les aménagements suivants.

18Un mur (4) de direction nord-sud traverse le site (fig. 455). Il est bâti en petit appareil régulier, de belle facture bien que lié à la terre, et son arase se situe à la cote NGF 19,60 m ; il est pourvu d’un double ressaut de fondation, l’un dans la hauteur du petit appareil (à la cote 19,19 m), l’autre à la base de celui-ci (18,78 m) qui repose sur une large semelle débordante de blocs de remploi en grès (dans la partie nord) et de briques ou tuiles à plat (partie sud). Ce mur s’inscrit dans une direction qui est très proche sinon équivalente à celle adoptée pour un mur (19) de même facture et de même époque découvert sur le site de « Nord-Est cathédrale » (voir p. 144 et fig. 121).

Figure 455 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Figure 455 - Chœur de la nef Saint-Étienne

Mur (4) en petit appareil lié à la terre reposant sur une base débordante en blocs de remploi.
Vue prise vers le nord (cliché M. Griesheimer).

19Il faut considérer que le bloc quadrangulaire (2), accolé au stylobate (1), est réutilisé pour une autre fonction que celle pour laquelle il a été prévu et que c’est à cette occasion que sont creusées les entailles ; le dispositif a été interprêté, pendant la fouille, comme des latrines pourvues d’une alimentation en eau ; immédiatement au sud était creusée une profonde fosse dont le fond était tapissé d’argile blanche et verte, comblée (41) après le haut Moyen Âge car le mobilier comprenait un fragment de plaque de chancel.

20Deux lambeaux de sols en béton de tuileau (5), placés à la cote NGF 19,42/19,38 m, établis à un niveau inférieur au mur stylobate et appuyé contre, sont probablement à rapporter aussi à cette période.

Conclusion

21Même si le mur stylobate (1) n’est pas daté, il renvoie probablement à l’époque flavienne et présente l’intérêt de donner une limite à l’aire dallée mise en évidence immédiatement au nord.

22Les vestiges que l’on rapporte à l’Antiquité tardive, mur 4 et sols en béton, illustrent une diffusion des occupations sur l’emprise du cardo, occupations à placer probablement dans la mouvance des bâtiments de culte qui ont été érigés immédiatement au sud-ouest.

Notes

1 Ce qui a fait écrire à P.-A. Février qu’« aucune stratigraphie n’est venue apporter une indication chronologique » (Février 1988, p. 258).

Table des illustrations

Titre Figure 449 - Chœur de la nef Saint-Étienne vers la fin de la fouille
Légende Vue prise vers le sud-est (cliché M. Griesheimer).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 450 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 451 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Coupe stratigraphique sud-nord (relevé S. Roucole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 452 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Le mur (1) et le bloc évidé (2) ; on devine, en bas à dr. une dalle (3).Vue prise vers l’ouest (cliché M. Griesheimer).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 453 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Au fond et à g., le mur (1) et le bloc évidé (2) ; à dr., un mur médiéval collé contre un mur de l’Antiquité tardive.Vue prise vers le nord (cliché M. Griesheimer).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 454 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Couverture et piédroit de l’égout collecteur (a).Vue prise vers l’est (cliché M. Griesheimer).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 455 - Chœur de la nef Saint-Étienne
Légende Mur (4) en petit appareil lié à la terre reposant sur une base débordante en blocs de remploi.Vue prise vers le nord (cliché M. Griesheimer).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 699k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access