Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 5. Grecs et indigènes en Thrace, entre mer Egée et mer Noire

4. L’importance de la plaine du Strymon comme voie de contacts culturels et commerciaux entre Grecs et Thraces

Zisis Bonias

Résumé

La vallée du Strymon a servi de voie de pénétration pour les populations venues de l’Egée (Andriens, Thasiens, mais aussi Perses, puis Athéniens). Une inscription trouvée à Bergè suggère que le site fit un emporion, puis une colonie de Thasos dans la vallée du Strymon, une étape vers le comptoir de Pistiros.

Entrées d'index

Mots clés :

emporion

Géographique :

Strymon, Bergé, Pistiros

Texte intégral

1Même si le titre de mon intervention, « l’importance de la plaine du Strymon, comme voie de contacts culturels et commerciaux entre Grecs et Thraces », peut couvrir une très large fourchette chronologique, car on peut traiter de ce thème pour toutes les périodes, préhistoriques et historiques, je souhaiterais ici limiter ma présentation à un horizon chronologique plus court. D’ailleurs, nous tous qui vivons dans cette région (supra, fig. 146) et qui la connaissons bien, sommes conscients que le rôle joué par cet espace géographique pour les contacts et les échanges pourrait être démontré par un seul exemple. J’en présenterai toutefois plus d’un, et chacun des cas étudiés sera mis en relation avec l’effort de pénétration de l’élément grec dans l’arrière-pays thrace.

  • 1 Bonias, Perreault 1992-1993 ; 1994 : 1997 ; 1998 ; 2005 ; 2008 ; sous presse ; Perreault, Bonias 19 (...)

2Lorsqu’en 1992, nous avons débuté les fouilles d’Argilos1 (fig. 159), en collaboration avec l’Université de Montréal et l’Institut Canadien d’Athènes, notre objectif premier était l’étude des contacts entre les Grecs, qui venaient coloniser la zone côtière du nord de la mer Égée, et les tribus autochtones thraces. Comment s’effectua cet établissement, dans quel espace et pourquoi ? L’endroit choisi était-il inhabité ? Les Grecs rencontrèrent-ils des difficultés dans l’organisation et le mise en place de leurs installations ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles nous tentons de répondre. Après quinze ans de recherches sur le terrain, nous avons désormais quelques réponses. Les fouilles ont en effet révélé des indices qui laissent croire que le site d’Argilos était, au moment de l’arrivée des Grecs, déjà occupé par une communauté thrace. Dans les niveaux anciens, la céramique thrace (fig. 160), locale ou régionale, est trouvée en quantité plus importante que la céramique grecque. Une première analyse de ces productions indiquerait même que certaines fabriques sont antérieures au matériel grec le plus ancien. Bien sûr, d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse, mais quoi qu’il en soit, il est clair qu’il y a, dès l’arrivée des Grecs à Argilos vers le milieu du VIIe siècle, cohabitation avec les Thraces. D’autre part, les études stratigraphiques montrent que la céramique thrace est attestée sur le site jusque dans la première moitié du VIe siècle, après quoi elle disparaît totalement. Tout porte donc à croire qu’après un peu moins d’un siècle de cohabitation, l’élément thrace de la population d’Argilos s’était complètement hellénisé.

3La raison première de l’établissement des Andriens à Argilos était sans doute le contrôle de l’entrée de la plaine du Strymon afin d’y exploiter les métaux du Dyssoron et les ressources naturelles de l’arrière-pays thrace, sur lesquelles nous reviendrons plus loin. Rappelons que l’emplacement de la cité est à deux kilomètres de l’embouchure du Strymon et qu’elle fut protégée par des fortifications au moins dès le V e siècle.

Fig. 159. La colline d’Argilos.

Fig. 159. La colline d’Argilos.

Fig. 160. Argilos, céramiques thraces.

4Par coïncidence, la même année, en 1992, fut trouvée dans le village de Neos Skopos (Serres), situé le long du Strymon, à environ 40 km de la mer, une inscription (fig. 161) datée de 470/460 avant J.-C. rédigée en alphabet parien et gravée dans du marbre thasien (Bonias 2000). Précisons que le site antique se trouvait en bordure du Strymon et près du lac Kerkinitis et que, bien sûr, le fleuve était navigable jusque dans cette zone. Cette inscription nous donne le nom de cette cité : il s’agit de l’antique « Bergè ». Si l’on ajoute d’autres informations connues depuis sur la région, on peut en quelque sorte définir de quel type d’établissement il s’agit : emporion tout d’abord, puis colonie organisée de Thasiens dans la valée du Strymon.

Fig. 161. L’inscription de Bergè.
Fig. 161a

Fig. 161. L’inscription de Bergè.Fig. 161a

5Il est vrai que nous possédons toujours peu d’éléments pour reconstituer l’ensemble de l’évolution historique de l’infiltration des Hellènes dans cette région que protégeaient des guerriers célèbres. Les difficultés que rencontrèrent les Thasiens dans leurs efforts de colonisation de la pérée nous sont connues par d’autres sources et Archiloque, dans ses poèmes, les a décrites clairement. Au départ, les Thraces ne semblent pas s’être intéressés à ces nouveaux arrivants installés dans les zones côtières, car leurs intérêts se trouvaient ailleurs, à l’intérieur des terres, plutôt que vers la mer. Cependant, les Thasiens étaient eux, parfaitement conscients de la richesse de ces zones intérieures, qui renfermaient quantités de métaux, de forêts et de terres agraires. Ainsi, ils prirent d’abord rapidement le contrôle de la pérée, du Strymon jusqu’au Nestos, grâce à la fondation de colonies-cités et de colonies-emporia. Leur infiltration dans l’arrière-pays fut plus longue et plus ardue. Ils n’y arrivèrent qu’en 360/359 avant J.-C., et à ce, probablement avec l’encouragement des Athéniens, voire avec leur appui, et fondèrent la colonie des Krinides, renommée plutard Philippes, une colonie qu’ils ne purent maintenir que trois années.

6Le même phénomène semble s’être déroulé dans la région occidentale de Thrace. La plaine du Strymon, qui était le principal axe de communication vers l’intérieur et par conséquent un lieu de rencontre interculturelle entre Hellènes et peuplades Thraces, n’attira pas seulement l’attention des Grecs mais aussi des Perses, du moins pendant la période limitée où ils se trouvèrent dans la région. Entre les années 513/512-480, le contrôle de la zone autour de l’embouchure du Strymon semble avoir été aux mains des Perses qui exercèrent celui-ci de différentes façons, notamment avec la colonie de Myrkinos.

7Les Athéniens apparaissent de manière dynamique dans la région (fig. 162) après la période des guerres médiques, une fois que leur autorité eut été établie en Grèce. Ils fondent la première coalition athénienne et leur armée navale domine dès lors la Méditerranée orientale et la Mer Noire. En 476 av. J.-C., Kimon occupe Eion et en fait le centre d’opération de ses entreprises dans la région, ainsi qu’une base navale. À partir de 447/446, le nom d’Eion apparaît sur les catalogues de taxation, mais il est certain que les Athéniens contrôlaient la cité bien avant. Parallèlement, Argilos soutenait la présence athénienne de l’autre côté de l’embouchure du fleuve. Toutefois, à l’intérieur des terres, la situation était très différente. Les tentatives des Athéniens pour pénétrer dans l’arrière-pays rencontrèrent des obstacles à cause des peuplades locales thraces. À la bataille de Draviskos en 464, les Athéniens perdirent 10 000 combattants. Ce n’est qu’en 437 av. J.-C. qu’ils réussirent à mettre le pied sur la terre d’Édonie et purent fonder Amphipolis, contrôlant ainsi l’embouchure du Strymon, et par conséquent, la principale voie d’accès vers l’intérieur.

8Pourtant, les Thasiens, semblent s’être établit dans la région de l’embouchure du Strymon, et dans l’arrière-pays, beaucoup plus tôt que les Athéniens. Une inscription d’Amphipolis (Lazaridis 1976) est particulièrement éclairante sur ce point. Les Pariens rendent hommage à un certain Thrace Tokis dans les années 500-490, un guerrier qui a combattu à leur côté et qui est mort à Eion. On lui dédia même une statue. Il est donc clair que les Pariens, en fait les Thasiens, pratiquaient une intense activité dans la région. Mais on peut aller plus loin. Pour nous, il ne fait aucun doute que l’expansion thasienne sur la côte correspondait à une opération de colonisation systématique, qui fut accomplie dans un laps de temps précis et que cette expansion comprenait aussi la région autour du Strymon. En fait, il est probable que les Thasiens furent les protagonistes de la pénétration grecque le long du Strymon et que cette pénétration doit être antérieure à l’inscription d’Amphipolis.

Fig. 162. La région de l’embouchure du Strymon.

Fig. 162. La région de l’embouchure du Strymon.

9On imagine mal que les Thasiens, qui étaient présents sur la côte près de l’embouchure du Strymon, notamment à Eion, n’aient pas été tentés de s’avancer dans l’arrière-pays thrace, cette zone géographique devenant un enjeu économique une fois l’occupation côtière terminée. Ils étaient d’excellents marins et le Strymon était navigable sur une distance considérable. En remontant le Strymon, ils pouvaient atteindre le lac Kerkinitis et, à partir de cet endroit, accéder aux cités thraces à proximité du lac. Et à cette époque, rappelons-le, l’ancienne Bergè était située à proximité de ce lac et du fleuve.

10Quoi qu’il en soit, l’inscription de Bergè atteste bien d’une présence thasienne dans la région. La nature de cette présence pose problème, principalement à cause du manque de fouilles archéologiques sur le site. Il est toutefois probable que les Thasiens, conformément à leurs habitudes, ont d’abord privilégié un établissement commercial. Cet emporion remonterait, d’après les trouvailles archéologiques, au VIe siècle. Le site aurait toutefois acquis rapidement le statut de cité comme l’indique notre inscription mais aussi le fait que Bergè apparaît sur la liste des cités payant des taxes à la coalition diliaque et qu’elle est aussi mentionnée sur l’inscription des théorodoques d’Épidaure de 360 ( ?) avant J.-C. et sur une inscription de Dion.

11L’histoire de la cité, notamment au V e siècle, s’explique aussi par cette présence thasienne et par les relations entre Thasos et Athènes. On se rend compte que les relations Athènes-Thasos ont un impact direct sur le destin des activités commerciales thasiennes à Bergè. On sait qu’en 465/4, Kimon détruit cet établissement colonial thasien. Thasos elle-même sera obligée de se soumettre à la première coalition athénienne et perdra ainsi le contrôle de sa pérée. C’est l’époque où les Athéniens, qui ont acquis le contrôle de l’espace côtier de Thrace, du Strymon au Nestos, espace qu’ils prirent aux Thasiens, tentent de pénétrer dans les plaines fertiles d’Odamantique et d’Édonide. Bergè faisait donc désormais partie de la sphère d’influence d’Athènes mais elle acceptait ou plutôt endurait la présence et la domination athénienne uniquement lorsque Thasos était faible et incapable de la contrer, car Thasos avait le contrôle effectif de la cité, dont les principaux habitants et commerçants étaient d’origine thasienne.

  • 2 Velkov, Domaradzka 1994. Sur Pistiros, voir infra la contribution de V. Chankowski, p. 241-246.

12Les observations qui précèdent relativement à la situation de la pérée, avec comme base surtout nos connaissances de son espace oriental, ont été faites pour comprendre la forte présence de Thasos et, par extension, de l’élément grec à l’intérieur de l’espace occidental de la Thrace. L’exploitation des richesses forestières, minérales et agricoles de la région de la plaine du Strymon et de l’arrière-pays thrace où conduit ce fleuve, a été au centre de la politique expansionniste thasienne et ils obtinrent de meilleurs résultats que les Athéniens, malgré le contrôle absolu de ces derniers sur la région côtière et le blocus naval qu’ils exercèrent. Nous avons déjà fait état de la pénétration thasienne dans l’arrière-pays de la zone orientale de la pérée au IV e siècle, grâce à la fondation des Crinides. Ils semblent qu’ils aient pénétré plus tôt dans la zone occidentale, développant une politique d’amitié et de coopération avec les rois thraces. Ces relations nous sont connues par diverses sources, notamment par l’inscription de Pistiros2, particulièrement importante, parce qu’elle nous fournit pour la première fois des informations analytiques sur les règlements qui régissent le commerce avec les peuplades thraces, sur les droits et obligations des commerçants envers le roi thrace, etc.

13Je profite de cette mention de Pistiros pour vous faire part de certaines idées sur la place et le rôle de Bergè dans la politique expansionniste thasienne en Thrace. La position géographique de Bergè, qui constitue le premier établissement commercial thasien à l’intérieur des terres, est d’un intérêt fort important. Le site se trouve à un endroit où pouvait se concentrer l’arrivée des produits de l’ensemble de la région. Ces produits pouvaient ensuite être aisément transportés par voie maritime sur le Strymon et atteindre la mer. On voit bien là l’importance des fleuves comme prolongement des routes maritimes vers l’intérieur des terres, et qui a été bien mis en évidence par J. Bouzek dans son article paru dans le premier tome de la publication de Pistiros.

14Mais Bergè occupe aussi un emplacement de choix car elle constitue une étape importante pour la remontée du Strymon vers les plaines fertiles de la Bulgarie actuelle, où les Thasiens vont fonder l’emporion de Pistiros au V e siècle. Cette fondation, qui s’est produite sans aucun doute après la défaite thasienne face aux Athéniens, n’était en fait qu’une suite logique au développement de leurs relations commerciales avec la région, qui remontent au moins à la fin du VIe siècle ou au tout début du siècle suivant, comme en témoignent certaines trouvailles de cette période faite dans la région.

15Ces réflexions sur le rôle de Thasos dans la plaine du Strymon nous conduit à aborder la question de la route utilisée par les Thasiens pour se rendre à Pistiros. Avaient-ils remonté les passages étroits et éloignés du Nestos ? Ou bien encore, avaient-ils emprunté les traversées dangereuses des montagnes du massif du Rhodope, comme le propose I. von Bredow, une traversée qui nous semble aussi difficile que la précédente ? Il faut d’autre part éliminer la plaine du fleuve Hébros car même si ce fleuve était navigable, les Thasiens n’y avaient sans doute pas accès, ayant connu d’innombrables problèmes avec les Maronites pour la main mise sur Strimi. En réalité, je crois que l’avenue la plus envisageable vers les eaux thraces et vers Pistiros était celle que constituait la plaine du Strymon.

16La mention de Belanas Pracenon ainsi que les autres emporia que mentionne l’inscription de Pistiros nous conduit à l’idée qu’il s’agit d’un emporion-bourgade-cité, dont la localisation doit être recherchée dans la région autour du lac Prasias (l’actuel Doirani ?) comme d’ailleurs l’ont laissé sous-entendre ceux qui ont publié l’inscription, lesquels ont noté, sans commenter davantage : « …Il est clair qu’il existait d’autres emporia…qui pourraient suggérer l’existence d’une métropole commune ( ?) ». Nous aboutissons nous aussi à cette conclusion, mais nous y sommes parvenu par un autre chemin, en utilisant l’identification certaine de Bergè et en établissant un lien entre cette cité et la politique commerciale expansionniste de Thasos, qui constitue à nos yeux un élément d’une grande importance.

17La plaine du Strymon constituait donc un passage important pour la circulation du commerce. Les Thasiens ont incontestablement pris soin d’y implanter un réseau pour appuyer ses activités le long du fleuve. Jusqu’à maintenant nous pouvions leur attribuer un point d’encrage au débouché du fleuve, celui d’Eion. La fondation de l’emporion-cité de Bergè en amont du fleuve leur en assurait un second. Il n’est pas improbable que des découvertes futures nous apportent davantage d’information sur la présence thasienne dans cette région car la création d’emporia dans l’arrière-pays thrace, nous l’avons mentionné, a été une poursuite permanente de la politique thasienne et l’établissement à Bergè ne constitue sans doute qu’un maillon de cette chaîne.

Bibliographie

Bonias 2000 : BONIAS (Z.) – Une inscription de l´ancienne Berge. BCH 124, 2000, p. 227-246.

Bonias, Perreault 1992-1993 : ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.), PERREAULT (J.) – Άργιλος. 1992-1993. ΑΕΜΘ 7, 1993, p. 465-476.

Bonias, Perreault 1994 : ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.), PERREAULT (J.) – Άνασκαφή Αργίλου 1994. ΑΕΜΘ 8, 1994, p. 317-324.

Bonias, Perreault 1997 : ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.), PERREAULT (J.) – Άργιλος. Πέντε χρόνια ανασκαφής ΑΕΜΘ 10 B, 1997, p. 663-680.

Bonias, Perreault 1998 : ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.), PERREAULT (J.) – Άργιλος. Η αρχαιότερη αποικία στην περιοχή των εκβολών του Στρυμόνα, Πρακτικά Συμποσίου « Άνδρος και Χαλκιδική » 1997. Ανδριακά Χρονικά 29 (1998), p. 173-196.

Bonias, Perreault 2005 : ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.), PERREAULT (J.) – Άργιλος, ανασκαφηω 1998-1999, ΑΕΜΘ 14, 2000, p. 109-116.

Bonias, Perreault 2008 : BONIAS (Z.), PERREAULT (J.) – Argilos. Une colonie grecque en Thrace. In : Studies in Honorae Dimitrova-Milceva, 2008, p. 17-35.

Bonias, Perreault sous presse : BONIAS (Z.), PERREAULT (J.) – Argilos et les débuts de la colonisation grecque en Thrace, Κομοτηνή 1999, Μνήμη Β. Πεντάξου (sous presse).

Lazaridis 1976 : ΛΑΖΑΡΙΔΗΣ (Δ.) – Επίγραμμα Παρίων από την Αμφίπολιν. 1976, p. 164-181.

Perreault, Bonias 1998 : PERREAULT (J.), BONIAS (Z.) – Nouvelles recherches archéologiques sur site d´Argilos. In : Οι Σέρρες και η περιοχή τους. Από την αρχαία στην μεταβυξαντινή κοινωνία, Σέρρες 1993 (1998), A p. 37-48.

Perreault, Bonias 2005 : PERREAULT (J.), ΜΠΟΝΙΑΣ (Z.) – Άργιλος 2005. ΑΕΜΘ 19, 2005, p. 81-87.

Perreault, Bonias 2006 : PERREAULT (J.), BONIAS (Z.) – L’habitat d’Argilos : les céramiques archaiques, un aperçu. Cahiers du CVA France No 1 (2006), p. 49-54.

Perreault, Bonias 2006 : PERREAULT (J.), BONIAS (Z.) – A Greek Colony in Thracian Territory. The AAIA Bulletin 4, 2006/7, p. 38-45.

Velkov, Domaradzka 1994 : VELKOV (V.), DOMARADZKA (L.) – « Kotys » et l’emporion de Pistiros. BCH 118, 1994, p. 1-15.

Notes

1 Bonias, Perreault 1992-1993 ; 1994 : 1997 ; 1998 ; 2005 ; 2008 ; sous presse ; Perreault, Bonias 1998 ; 2005 ; 2006 ; 2006/7.

2 Velkov, Domaradzka 1994. Sur Pistiros, voir infra la contribution de V. Chankowski, p. 241-246.

Table des illustrations

Titre Fig. 159. La colline d’Argilos.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 160a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 160b
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-3.png
Fichier image/png, 475k
Titre Fig. 160c
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-4.png
Fichier image/png, 314k
Titre Fig. 160d
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 161. L’inscription de Bergè.Fig. 161a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 161b
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-7.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 162. La région de l’embouchure du Strymon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access