Annexe : Les restes archéozoologiques

Philippe Columeau

1Un lot de 268 restes d’ossements et de dents d’animaux (ainsi que 15 coquilles) provient du sondage j ouvert sous la mosaïque (c.705/706). Les espèces sont nombreuses, domestiques et sauvages (fig. 253 à 255).

Figure 253 - Place Formigé. Phase 1

Figure 253 - Place Formigé. Phase 1

Répartition des restes de faune.

Figure 254 - Place Formigé. Phase 1

Figure 254 - Place Formigé. Phase 1

Poids des restes de faune.

Figure 255 - Place Formigé. Phase 1

Figure 255 - Place Formigé. Phase 1

Répartition des coquilles.

2La plus grande partie a été attribuée au porc et, très loin derrière, aux caprinés, essentiellement du mouton. Le bœuf n’apparaît que par l’attribution de trois fragments ayant pu provenir d’un seul animal, adulte. L’âge d’abattage des moutons et des porcs est principalement centré sur les animaux jeunes et très jeunes : sur 190 restes de porcs qui ont pu être attribués à une tranche d’âge, 41 % proviennent d’animaux jeunes, 26,8 % de porcelets de moins de six mois (soit plus des deux tiers des porcs abattus). La viande de mouton provient pour 40,6 % d’animaux jeunes, 40,6 % d’agneaux de moins de six mois (81,2 % des ovins). Les autres animaux ont été abattus adultes.

3La découpe des carcasses est en partie restituable d’après des traces sur quelques fragments. Elle correspond à celle qui a été décrite par ailleurs (Columeau 2002a, p. 102-104). Elle est cohérente avec l’environnement archéologique des restes de faune.

4Il s’agit donc de reliefs de repas, mis au jour à l’intérieur de la ville antique. Ces débris décrivent un mode de consommation de la viande comparable avec l’analyse d’un autre lot provenant du Clos de la Tour (Columeau 1991, p. 69), où les porcs ne représentent toutefois que 51,5 % de la viande consommable, et le bœuf 31,2 %. À Orange (Vaucluse), la faune de l’établissement de La Brunette (Columeau 2002b, p. 160) comprend également 34 % environ de viande de porc. Il apparaît donc que, dans le lot étudié ici, les proportions de porc sont beaucoup plus importantes qu’il n’avait été décrit pour le sud de la Gaule (Columeau 1991, p. 85 ; id. 2004, p. 418-424) où le bœuf continue à fournir une part importante du ravitaillement en viande. En cela, ce lot est une illustration de la substitution du bœuf par le porc comme espèce consommée, un phénomène qui s’amplifiera au cours du Haut-Empire dans les agglomérations du sud de la Gaule, pour s’estomper progressivement dès le IVe siècle (Columeau 2004, p. 424-425).

Auteur

Philippe Columeau

MMSH-CNRS/Centre Camille Jullian.