Phase 3 — À la fin du ier siècle, le péristyle d’une domus

  • 1 La Forma Orbis Romani (1931), p. 7, n112, traduit ces résultats par : « Nombreuses substructions (...)

1À quelques décimètres sous l’asphalte qui couvrait la place Formigé sont apparues des arases de murs qui ressortissaient à des techniques clairement antiques ; Jules Formigé, en 1928, en avait déjà découvert un qu’il rattachait à une clôture du baptistère (Formigé 1954, p. 30) et d’autres à des thermes, interprétant un bassin comme une piscine thermale (Formigé 1933, p. 287)1.

2En fait, toutes les maçonneries mises au jour se rapportent à une habitation qui se superpose à la domus à l’atrium fleuri, en reprenant les mêmes directions et en réutilisant certains de ses murs comme fondations. La nouvelle construction étant établie 2 m plus haut que la précédente et ses façades ouest, est et nord étant déplacées, on doit envisager parallèlement une restructuration d’envergure du parcellaire dans ce secteur de la ville.

I. Architecture

3De cette maison, dont les appartements devaient s’étendre, en dehors de la place, au nord, en particulier sous l’emprise du baptistère, seule a été reconnue une cour à péristyle bordée, au sud, d’une série de pièces, vraisemblablement au nombre de cinq (fig. 401).

Figure 401 - Place Formigé, secteur occidental. Phase 3

Figure 401 - Place Formigé, secteur occidental. Phase 3

Plan des vestiges (relevé S. Roucole).

4Les murs sud (31) et nord (37) étant connus, ces constructions s’étendent sur 24,80 m (du parement sud du mur 37 au parement sud du mur 31) ; si le mur oriental (32) a été reconnu, l’emplacement de celui de l’ouest ne peut être que supposé, par symétrie axée sur le bassin, et on aurait alors une largeur estimée à 20,50 m, hors œuvre.

Les murs

5Tous les murs correspondant à cette construction de la phase 3 ne sont plus représentés que par des fondations maçonnées de pierre et chaux, parfois avec des calages utilisant des fragments de tuiles (fig. 402) ; ceux des bâtiments sont larges de 0,54 ou 0,58/060 m (murs 31, 32, 36 et 38) et ceux des stylobates du péristyle de 0,44/0,48 m (murs 39, 40 et 41) ; les murs encadrant le bassin sont larges de 0,46/0,50 m.

Figure 402 - Place Formigé. Phase 3

Figure 402 - Place Formigé. Phase 3

Élévation de la fondation du mur 31, face nord.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

6Mais, à côté de cette série de fondations nouvelles (fig. 403), l’ossature de la construction reprend plusieurs des murs de la domus à l’atrium fleuri qui étaient restés en élévation pour s’appuyer sur eux et s’en servir de fondation. Procédons à une description rapide de chacun des uns et des autres.

Figure 403 - Place Formigé

Figure 403 - Place Formigé

Plan sélectif indiquant les murs réutilisés de la maison de la phase 2 et les murs construits lors de la phase 3 (dao S. Saulnier).

7Le mur nord, 37, s’appuie sur la partie inférieure de la maçonnerie du mur 9 qui constituait la façade nord de la maison de la phase 2 (fig. 404).

Figure 404 - Place Formigé

Figure 404 - Place Formigé

Le mur 9 de la domus à l'atrium fleuri (encore couvert d'enduits peints) sur lequel se superposent une à trois assises de la construction de la phase 3 (sous la mire).
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

8Le mur de façade orientale, 32, correspond à une implantation nouvelle, en retrait vers l’ouest de 1,40 m par rapport à la façade, 8, de la maison précédente.

9La façade méridionale, 31, est intégralement rebâtie à l’emplacement du mur 7 de la phase antérieure ; cette reconstruction laisse supposer que le mur s’était entièrement effondré vers le sud.

10Deux des murs internes du bâtiment méridional, 36 et 38, sont bâtis sur des implantations nouvelles et le fait que 38 se superpose à une cloison, 10, largement détruite pour l’occasion, est fortuit. À l’inverse, deux autres, 34 et 35, réutilisent respectivement les murs 16 et 13/15. Pour ce faire, les baies qui y étaient ouvertes sont entièrement obturées (fig. 405, 406 et 407), jusqu’à la base et même au-delà.

11En revanche, les stylobates du péristyle, 39, 40 et 41, sont sur des tracés originaux. Seul un court segment du mur 41 a été observé en profondeur, dans le tablinum 6 de la maison de la phase 2 : sa fondation perfore le sol de mosaïque, à la recherche d’une stabilité durable.

Figure 405 - Place Formigé. Phase 3

Figure 405 - Place Formigé. Phase 3

Élévation de la fondation du mur 33, face nord ; la lézarde s'est produite à l'aplomb du mur 12 de la phase 2 qui crée une résistance différentielle.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Figure 406 - Place Formigé. Phase 3

Figure 406 - Place Formigé. Phase 3

Obturation de la porte ouverte dans le mur 16 de la phase 2 (à hauteur des mires) afin d'asseoir la fondation du mur 34.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Figure 407 - Place Formigé. Phase 3

Figure 407 - Place Formigé. Phase 3

Obturation de la porte ouverte dans le mur 13/15 de la maison de la phase 2 (à l'arrière des mires) afin d'asseoir la fondation du mur 35.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Les niveaux de circulation

12Les sols, aussi bien dans les pièces du bâtiment sud que dans les galeries du portique, n’étaient plus conservés mais différents indices indirects permettent quelques suppositions sur leurs altimétries respectives.

13Les niveaux de jardin peuvent être déduits de la cote fournie par la surface sur laquelle se sont effondrées les colonnes en briques qui reposaient sur le stylobate occidental et qui supportaient les toitures des portiques : NGF 19,80 m pour celle repérée au nord, 19,83 m pour celle du sud ; on peut également faire valoir la couverture de l’égout qui prend naissance au nord-ouest du bassin (sommet à NGF 19,70 m) ou une bavure dans le mortier du mur ouest du bassin, 42, bavure que l’on suit sur plusieurs mètres de long, à 19,86 m. On peut ainsi estimer que le niveau du jardin se situait à environ 19,90/19,95 m.

14Pour ce qui touche aux niveaux de circulation dans les galeries du portique – où il faut envisager des sols en terre battue –, on doit supposer qu’ils étaient légèrement surélevés, peut-être alentour de NGF 20,00/20,10 m ( ?) ; un bac à chaux, aménagé et enterré dans le portique oriental, présente un fond à la cote 19,30 m.

15Pour les salles du bâtiment méridional, les niveaux devaient se situer à une cote équivalente ; l’arase la plus haute de l’une des fondations (mur 36) est à la cote 20,03 m.

Le péristyle

16Un espace ouvert central (dans œuvre, 9,76 m x 12,80 m restitué, soit 125 m2) est encadré de galeries larges de 2,90/2,96 m (dans œuvre). L’ensemble du péristyle (jardin central et galeries) s’étend sur 19,40 m x 16,40 m (dans œuvre) et couvre donc une surface de 318 m2. Les toitures étaient supportées par des colonnes de briques cuites en secteurs (1/6) de cercles (fig408 et 409).

Figure 408 - Place Formigé

Figure 408 - Place Formigé

Phase 3. Effondrement d'une portion de colonne en briques dans la partie nord du jardin.
Vue prise vers l'ouest (cliché L. Rivet).

Figure 409 - Place Formigé

Figure 409 - Place Formigé

Phase 3. Effondrement d'une portion de colonne en briques dans la partie sud du jardin.
Vue prise vers l'ouest (cliché L. Rivet).

17La cour est occupée par un bassin d’agrément en position axiale et de direction nord-sud, alimenté par une fontaine, centrée, établie sur le stylobate nord.

Le bassin

18Un bassin, long de 8,90 m et large de 3,15 m (hors œuvre), s’inscrit à l’intérieur des murs stylobates ; les dimensions intérieures sont de 8,05 m x 2,18 m (fig. 410). Le fond (à la cote NGF 19,58 m au nord et 19,54 m au sud) comme les parois sont tapissés de mortier hydraulique, trois des côtés présentant, à la base, un large solin d’étanchéité en quart-de-rond. Le mortier qui recouvre les parois est fin, comporte de petits fragments de tuileau et est très compact ; il est couvert d’une pellicule d’enduit rougeâtre, elle-même ponctuée de concrétions calcaires. Dans l’angle sud-est, une légère dépression indique l’entrée d’un exutoire. Les murs de cet ouvrage sont peu fondés (fig. 411), vers NGF 19,00/19,20 m, et utilisent, en abondance, des fragments de tegulae. On estime que ce bassin était peu profond puisque les niveaux de jardin n’étaient situés qu’à 0,40 m environ au-dessus. Précisons que dans le cadre de cet espace central, l’implantation de ce bassin n’est pas rigoureusement orthogonale.

Figure 410 - Place Formigé

Figure 410 - Place Formigé

Phase 3. Le bassin d'agrément.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

Figure 411 - Place Formigé

Figure 411 - Place Formigé

Phase 3. Parement oriental du mur 42 du bassin.
Vue prise vers le sud-ouest (cliché L. Rivet).

19Au nord, un équipement établi sur le tracé du mur stylobate 41 et dans l’axe du bassin a souffert du dérasement (fig. 412 et 413). Il s’agit de la base rectangulaire d’une petite vasque (0,84 m x 0,35 m), plaquée de marbre blanc dont le fond se situe à la cote NGF 20,12 m, soit à une cote nettement inférieure de celle de l’arase du mur qui le borde, au sud, et qui culmine à NGF 20,42 m. On interprète cette maçonnerie comme une fontaine aménagée en contre-haut du bassin.

Figure 412 - Place Formigé

Figure 412 - Place Formigé

Phase 3. Vestiges de la base d'une fontaine plaquée de marbre blanc.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

Figure 413 - Place Formigé

Figure 413 - Place Formigé

Phase 3. Base d'une fontaine plaquée de marbre blanc.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

20Le grand bassin, vraisemblablement centré et pourvu d’une fontaine, caractérise cette cour comme un espace d’agrément, où l’eau devait le partager, peut-être, avec des plantations ornementales.

Remaniement du bassin

21Sans indication chronologique, une première transformation est représentée par la construction d’un mur, 43, qui divise le grand bassin en deux parties inégales (fig. 414) : les extrémités de ce mur s’appuient contre l’enduit des longs murs latéraux, 42 et 44. On obtient ainsi deux cuves selon ces dimensions : 2,18 m x 0,93 m au nord et 6,52 m x 2,18 m au sud. Ce mur de refend ne présente pas d’enduit rougeâtre et n’est pas conforté, à la base, par un solin en quart-de-rond.

Figure 414 - Place Formigé

Figure 414 - Place Formigé

Phase 3. Partie nord du bassin d'agrément
et du mur de séparation 43 (derrière les mires).
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

22Toujours dans la partie nord et de part et d’autre du bassin, on observe deux adjonctions latérales, les murs qui les encadrent étant peu fondés. On peine à identifier la fonction de ces deux aménagements de conception différente : celui de l’est encadre un volume qui était empli de terre et celui de l’ouest est partiellement occupé par un massif de béton de tuileaux (un autre remaniement ?) dont le sommet, aplani, se situe à la cote NGF 20,33 m (fig. 415) ; à la base de sa face ouest, il garde la trace d’un négatif de tuyau. Le premier pourrait être un bac destiné à des plantations (à moins qu’un dispositif semblable à l’autre caisson n’ait disparu ?), le second un support de statue ( ?). Ce ne sont là que des suppositions.

Figure 415 - Place Formigé. Phase 3

Figure 415 - Place Formigé. Phase 3

Massif maçonné à l'angle extérieur nord-ouest du bassin ; on distingue, à la base, le négatif d'un tuyau de plomb ; à l'arrière-plan, le bassin ; au premier plan, canal d'égout.
Vue prise vers l'est (cliché L. Rivet).

Un bac à chaux installé dans le portique

  • 2 MARI est déjà attesté dans la domus à l’atrium fleuri (supra, fig. 384, nos 18-21). La période d’ac (...)

23Un bac à chaux rectangulaire (1,75 m x 2,90 m) est aménagé dans le portique oriental, contre le mur 32 (fig. 416), c’est-à-dire à l’abri des intempéries et au plus loin de l’espace ouvert (fig. 417). Les parois étaient réalisées avec des tegulae dressées culminant à NGF 19,83 m ; l’une d’elles porte la marque MARI2 (fig418). Le fond du bac est constitué d’un dallage jointif (fig. 419) qui utilise soit des tegulae (0,58 m x 0,45 m) retournées, soit des briques (0,445 m x 0,29 m x 0,045 m) ; une couche uniforme de chaux pure, épaisse d’environ 3 cm, les recouvrait. Le niveau de ce fond (NGF 19,32/19,35 m) montre clairement qu’il s’agit d’une auge profondément creusée dans le sol, le temps des travaux ; une fois remblayée, le portique retrouve sa destination première.

Figure 416 - Place Formigé. Phase 3

Figure 416 - Place Formigé. Phase 3

Relevé en plan du bac à chaux (dessin S. Roucole).

Figure 417 - Place Formigé. Phase 3

Figure 417 - Place Formigé. Phase 3

Bac à chaux en tegulae établi dans la galerie orientale du portique.
Vue prise vers l'est (cliché L. Rivet).

Figure 418 - Place Formigé

Figure 418 - Place Formigé

Marque sur une des tegulae formant la bordure du bac à chaux (dessin L. Rivet).

Figure 419 - Place Formigé. Phase 3

Figure 419 - Place Formigé. Phase 3

Bac à chaux en tegulae après démontage. Vue prise vers l'est (cliché L. Rivet).

Alimentation en eau

24On a signalé le négatif d’un tuyau au long du massif occidental ajouté au bassin ; à la base de son parement ouest subsiste le négatif arrondi de son profil à la côte NGF 20,00 m (fig. 420). Son incrustation dans cette maçonnerie indique que cette canalisation n’appartient pas à la phase originelle du dispositif d’agrément. Les concrétions observées sur les parois du bassin sont un indice pour suggérer qu’à un moment donné l’eau, calcaire, est celle amenée par l’aqueduc.

Figure 420 - Place Formigé

Figure 420 - Place Formigé

Phase 3. Massif maçonné à l'angle extérieur nord-ouest du bassin.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet).

L’égout

25On ignore où prend naissance l’égout de gabarit domestique qui longe d’abord le massif occidental ajouté au bassin (ce qui indique que, lui non plus, du moins dans ce tronçon amont, ne répond pas aux constructions originelles) puis le flanc ouest de ce dernier (fig. 421) ; la suite de son parcours contourne le sud du bassin où il peut recevoir, par un exutoire aménagé dans l’angle de ce dernier, le trop-plein d’eaux ; à partir de là, il répond à une conception d’origine. On le retrouve ensuite dans le bâtiment méridional où il longe, par l’est, le mur 34 (fig. 422) ; avant de franchir la façade sud (mur 31), il traverse un puissant regard (fig. 423 et 424), vraisemblablement pour la décantation ( ?) : un abondant matériel archéologique y a été récolté (fig. 425). C’est le seul égout retrouvé dans cette zone de l’habitation, en particulier réservé à l’évacuation des eaux du bassin mais non exclusivement car il provient au moins de la galerie nord du portique.

Figure 421 - Place Formigé. Phase 3

Figure 421 - Place Formigé. Phase 3

Égout domestique longeant la partie nord du bassin d'agrément.
Vue prise vers le sud-est (cliché L. Rivet).

Figure 422 - Place Formigé

Figure 422 - Place Formigé

Phase 3. Portion d'égout de gabarit domestique couvert de dalles en pierre au long du mur 34.
Vue prise vers l'ouest (cliché L. Rivet).

Figure 423 - Place Formigé. Phase 3

Figure 423 - Place Formigé. Phase 3

À gauche, puits-regard de l'égout de gabarit domestique visible, à droite, après enlèvement de la couverture.
Vue prise vers l'ouest (cliché L. Rivet).

Figure 424 - Place Formigé. Phase 3

Figure 424 - Place Formigé. Phase 3

Puits-regard (au premier plan) de l'égout de gabarit domestique.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

Figure 425 - Place Formigé. Phase 3

Figure 425 - Place Formigé. Phase 3

Bassine en céramique culinaire micacée varoise découverte dans le puits-regard (dessin et cliché L. Rivet).

26Le tronçon nord, installé dans les terres de jardin, comporte un radier en tuiles, des piédroits maçonnés de pierre et chaux (larges de 0,20 m) et une couverture de tuiles (sommet à NGF 19,71 m) ; le canal est large de 0,20 m. Au sud-est du bassin (à l’emplacement de la cour de la maison à l’atrium fleuri), ses maçonneries sont plus conséquentes, avec un piédroit sud large de 0,18 m s’appuyant contre le mur stylobate 39 et un piédroit nord large de 0,32 m ; le canal (radier à 18,97 m) est large de 0,30 m et l’ensemble est couvert de dalles de pierre (sommet à NGF 19,42 m). Le troisième segment observé, dans la salle orientale du bâtiment, présente les mêmes techniques de construction et les mêmes dimensions. Au sud, le puits-regard, construit en tranchée avec des blocs de calibres variés et des bavures de mortier, est un massif fortement ancré dans les remblais (dérasé à la cote NGF 19,20 m) : à ce niveau, une cuvette quadrangulaire s’approfondit à la cote 17,38 m alors que le radier du canal qui la jouxte au sud est à 17,94 m.

Les salles méridionales

27Les sols n’ayant pas été retrouvés, on ne peut raisonner que sur les arases des fondations (entre NGF 19,14 et 20,03 m) qui dessinent le plan de ces pièces alignées au sud du portique méridional. Ces salles pourraient correspondre à des boutiques et arrière-boutiques ouvrant sur le decumanus qui les longe au sud, tout autant qu’à des salles formant des appartements ouverts sur le jardin ; les données sont largement insuffisantes pour trancher. Un détail cependant, qui tient à la position axiale de la pièce centrale faisant face au bassin, bien qu’avec une ouverture exposée au nord, inclinerait à la faire ouvrir sur le jardin.

II. Stratigraphie

28La position superficielle des vestiges de l’habitation est préjudiciable à la conservation des données stratigraphiques qui lui sont associées. Des espaces dévolus à l’installation de tombes, de façon dense au sud, parsemées sur le reste de la place Formigé, et différentes perturbations modernes et contemporaines, dont une large base en ciment ayant servi de socle à un monument aux morts, ont éliminé de nombreux témoins de cette phase d’occupation ; et, entre tous ces éléments, lorsque de rares couches semblaient préservées, elles contenaient exclusivement du mobilier antique résiduel. On l’a vu, tous les sols ont été éliminés, aussi bien dans les galeries du quadriportique que dans les salles du bâtiment méridional, créant des désordres jusque sous les arases des fondations de murs si bien que, là où les remaniements récents avaient sauvegardé le terrain, on se trouvait directement en présence des couches d’effondrement de la domus à l’atrium fleuri !

29Quelques contextes sont cependant à signaler.

30Au bénéfice d’une indication concernant la construction d’un des murs de cette maison, on dispose du comblement de la tranchée de fondation du mur stylobate 41, contre sa face nord, à hauteur de la salle 6 de la maison de la phase 2. Ce comblement est toutefois effectué avec les terres qui ont été extraites…

31Au compte de l’abandon, la fouille attentive des terres superficielles, y compris dans les niveaux de jardin, de même que le comblement de différents tronçons de l’égout, procurent également quelques données.

III. Éléments de datation

32Les indications chronologiques qui concernent la période de construction de l’habitation comme celle de son abandon sont particulièrement déficientes.

33Cependant, la découverte d’un fragment informe de sigillée claire A dans le comblement de la tranchée de construction du mur 41 apporte un témoignage qui tranche avec l’ensemble cohérent des céramiques antérieures à l’époque flavienne qui datent la destruction de la maison de la phase 2 : l’apparition de cette céramique africaine incite à proposer un terminus ante quem non dans les années 70 et peut-être même 80.

34Par ailleurs, un palier dans le temps d’occupation de cette demeure provient de l’aménagement d’un bac à chaux dont les terres encaissantes, à défaut de procurer du mobilier céramique, renfermait deux monnaies dont une est utile à la datation (fig. 426) :

Figure 426 - Place Formigé. Phase 3

Figure 426 - Place Formigé. Phase 3

Les monnaies (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

351 Petit bronze fruste de Marseille ou Antibes : 1,08 g.
(Inv. R12/M18bis,
dans la couche encaissante du bac à chaux).
Av. Illisible.
R/ Illisible.
Le module et le poids suggèrent Antipolis ou Marseille

362 Sesterce : 18,41 g., corrodée
(Inv. R29/M18,
dans la couche encaissante du bac à chaux).
Av. DIVA - FAVSTINA - buste de style médaillique à dr.
R/ CE-R-ES - figure debout à g.
RIC 1128 ; BMC 1526-1528 (sauf buste).
Après 141 apr. J.-C. Pièce peut-être inédite.

37Si l’installation de ce bac est bien postérieure aux années 140, elle l’est peut-être encore plus de quelques décennies car son comblement, qui consiste à le faire disparaître de l’espace du portique, intervient sans aucun doute peu de temps après qu’il ait été conçu : ce type d’aménagement est provisoire par nature puisqu’il ne dure que le temps des travaux. Or, le comblement contenait une forte quantité de céramiques (2239 fr., pour un NMI de 83), un lot homogène qui a fait l’objet d’une étude détaillée (Rivet 2004) permettant d’avancer que l’ensevelissement de ce dispositif intervient à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle. Les sigillées claires B sont représentées par les formes Desbat 1, 8, 12, 19 et 66, les sigillées claires A par les plats Hayes 3C et 6B et les coupes Hayes 9 et 14B, accompagnées par de la céramique culinaire africaine (Hayes 23B, 181, 182 et 197) et de Méditerranée orientale (Cathma 16) ainsi que par un large éventail de céramiques à pâte kaolinitique blanche, provenant des ateliers du Verdon, et de céramiques communes à pâte claire présentant des décors à la molette ; les quelques amphores retrouvées dans ce lot (Dressel 20 et 30, Africaine I, Schöne-Mau XXXV) confortent cette chronologie.

38Quant à évaluer une datation pour l’abandon de la maison, on s’appuie sur des contextes de valeur très contestable.

39Évacuons d’abord les monnaies (fig. 426, nos 3-5) collectées dans ces niveaux pris en pince entre les couches de destruction de la maison de la phase 2 et les remaniements superficiels car toutes sont erratiques :

403 PB de Marseille : 1,13 g. (Inv. R2/M7).
Av. tête d’Apollon à dr. - ΛΟ à dr.
R/ Taureau chargeant à dr. - CO[.] à l’exergue.
MHM 66.2.
120-49 av. J.-C.

414 Quadrans : 1,90 g. (Inv. R16/M12).
Av. Illisible.
R/ S C - illisible.
Vraisemblablement un quadrans d’Auguste.
9-4 av. J.-C.

425 Semis (moulé) : 4,10 g.(Inv. R34/M39,
dans le puits-regard de l’égout).
Av. Tête à dr.
R/ Illisible.
Non identifiée.

43Viennent ensuite des mobiliers inclus dans les comblements des égouts :

  • dans le segment qui traverse la cour-atrium : deux bords de sigillée claire D de forme Hayes 58 et un bord ainsi qu’un fond de sigillée claire C de forme Hayes 50 ;

  • dans le tronçon qui longe le mur 34 : un fragment de DS.P. portant un décor de rouelles et une collerette de sigillée claire D, forme Hayes 91 ;

  • dans le puits-regard, une quantité importante de céramiques du IIIe siècle, dont de la sigillée claire C de forme Hayes 45 et 50 mais aussi un fragment de coupe/pixide corinthienne, à décor moulé (Malfitana 2007, forme 1), produite entre la deuxième moitié du IIe et l’extrême fin du IIIe-début du IVe siècle (fig. 427) ; l’absence de céramique plus récente est compensée par une monnaie (no 5).

Figure 427 - Place Formigé. Phase 3

Figure 427 - Place Formigé. Phase 3

Coupe/pixide à relief moulé (IIe-IIIe siècle) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

44On note également une fosse ouverte dans le portique sud, contre le mur 35, et comblée de terres noirâtres : son comblement renfermait un fragment informe de DS.P. et une collerette de forme Hayes 91 en sigillée claire D ;

45Ces céramiques, qui renvoient à un Ve siècle avancé, paraissent suspectes pour valider une datation de l’abandon de la maison et leur présence pourrait s’expliquer par l’endroit même où elles ont été découvertes : une fosse dont le niveau d’ouverture n’était pas conservé et des égouts qui absorbent encore des eaux de ruissellement et ce qu’elles transportent longtemps après le départ des hommes ...

IV. Conclusion

46Au moins deux des limites de cette maison de la phase 3 sont décalées par rapport à la construction antérieure, ce qui implique un redécoupage du parcellaire construit.

47L’histoire de cette construction s’intègre dans un remodelage urbain qui dépasse l’échelle de la parcelle ou des seules parcelles voisines.

48Compte tenu de la disposition du bassin dans le péristyle (fig. 428 et 429), on conçoit difficilement que l’essentiel des pièces d’habitation ait été disposé à l’est ou à l’ouest mais rien ne l’interdit non plus ... Comme le bâtiment est vraisemblablement toujours longé, au sud, par un decumanus secondaire, il s’impose que la parcelle établie au nord, antérieurement sise au nord du mur de limite 9 de la domus à l’atrium fleuri (là où sera édifié, au Ve siècle, le baptistère), est annexée à celui-ci pour un gain de surface construite conséquent : c’est là que nous proposons de restituer les appartements. Dans l’entrée de la cathédrale, à la base du mur oriental qui sépare ce corridor et le narthex, se voient quelques assises de moellons d’un appareil qui semble antique et qui pourrait se rattacher à cette maison.

Figure 428 - Place Formigé. Phase 3

Figure 428 - Place Formigé. Phase 3

Bassin d’agrément établi sur une partie de la cour centrale de la domus à l’atrium fleuri
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet).

Figure 429 - Phase 3

Figure 429 - Phase 3

Vue axonométrique de la domus à péristyle (dessin S. Roucole).

49La translation la plus patente, car observée sur le terrain, est celle de la façade orientale qui, avec le mur 32, est déplacée de 1,40 m vers l’ouest par rapport à la limite de la domus à l’atrium fleuri et qui voit donc, ici, l’emprise de la parcelle précédente sensiblement réduite. On est donc conduit à envisager que ces changements topographiques impliquent une restructuration radicale dans les limites de propriétés de tout le quartier.

50Ce nouveau découpage s’accompagne d’une surélévation importante du terrain. À partir des estimations que nous proposons pour les niveaux de circulation, on aurait un gain de hauteur de 1,80/1,90 m au nord et de 2,40/2,50 m au sud.

51La puissance de cet exhaussement corrobore des transformations d’ampleur dans tout ce secteur de la ville, touchant les bâtiments et la voirie. C’est dans ce contexte, aux lendemains des années 65/70 et à une date difficile à fixer dans la période flavienne – dans les années 80 ? –, que fut construite cette habitation.

52Comme bien souvent, l’époque de sa désertion est confrontée à une carence de données puisque ces dernières dépendent des niveaux superficiels d’occupation qui sont en première ligne pour disparaître ; on est incapable d’opter entre la fin du IIIe ou la fin du IVe siècle.

Notes

1 La Forma Orbis Romani (1931), p. 7, n112, traduit ces résultats par : « Nombreuses substructions de maisons antiques, sur la place de la République [devenue en 1931 : Place C.-J. Formigé], près (du baptistère) » ; on lit également : « Thermes ( ?) près du baptistère ; substructions sur la place de la République ».

2 MARI est déjà attesté dans la domus à l’atrium fleuri (supra, fig. 384, nos 18-21). La période d’activité de ce fabricant de tuiles et d’amphores était située jusqu’à présent à la fin du Ier siècle.