Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 5. Grecs et indigènes en Thrace, entre mer Egée et mer Noire

3. Argilos aux VIIe - VIe siècles

Jacques-Yves Perreault et Zisis Bonias

Résumé

This article deals with the Greek colonization of ancient Argilos which took place towards the middle of the 7th century B.C., and addresses the question of cohabitation between the Greek colonists and the native Thracian population. A study of the archaeological remains, the literary sources and the development of Greek penetration in the lower region of the Strymon river tends to show that Greeks and Thracians did live together in Argilos, but also in several other sites of this region.

Entrées d'index

Mots clés :

colonisation grecque, Thraces

Géographique :

Argilos

Texte intégral

01/06/2010

01/06/2013

  • 1 La carte géographique et tous les profils ont été réalisés par François Gignac (Archeodesign). Le (...)
  • 2 Sur l’emplacement du site de Bergè, Bonias 2000, 227-246 ; Hatzopoulos 2008, 31-33.
  • 3 Plutarque, en posant cette question, s’intéresse à la toponymie de la côte opposée à Akanthos ((...)

1Dans l’Antiquité, la basse vallée du Strymon était une importante région de contacts et elle fut l’objet de bien des convoitises. Phéniciens, Thraces, Macédoniens, Grecs et Perses ont été attirés par cette contrée riche en minerais d’or et d’argent, au réseau commercial fluvial et terrestre très actif permettant de pénétrer facilement jusqu’au coeur du territoire. L’embouchure du fleuve Strymon marque aussi la limite de deux zones coloniales grecques (fig. 146)1. À l’Est, la colonisation parienne de Thasos pendant le second quart du VII e siècle a été suivie par l’implantation, à partir de l’île, d’un chapelet de comptoirs et de colonies le long de la rive opposée, dans une zone s’étendant du Nestos au Strymon. Galepsos était considérée comme la plus occidentale des colonies de l’île, mais depuis peu on situe aussi les Thasiens à Bergé, sur la rive orientale du Lac Kerkinitis (ou Prasias), donc en contact direct avec le Strymon2. D’autre part, on sait maintenant que les Pariens, et peut-être les Thasiens, sont également à l’origine de l’implantation grecque d’Éiôn (voir infra), à quelques kilomètres seulement à l’Est de l’embouchure du grand fleuve. La rive droite du Strymon marque, quant à elle, la limite de la poussée orientale de la colonisation eubéo-andrienne, qui couvre l’ensemble de la péninsule de Chalcidique. Argilos est la colonie la plus à l’Est de ce réseau et l’une des quatre fondées par Andros, les trois autres, Sanè, Akanthos et Stageira, étant situées le long de la côte orientale de la Chalcidique. On ne sait rien ou presque de la manière dont s’est déroulée la fondation des colonies d’Andros. Un seul texte, celui de Plutarque (Quaest. Graec. 30), traite, mais indirectement, de la fondation de Sanè et d’Akanthos. L’auteur sous-entend que dans les deux cas il s’agissait au départ de bourgades thraces. Sané serait tombée aux mains des Grecs à cause de la trahison d’un de ses habitants alors qu’à Akanthos, les indigènes auraient fui devant le nombre imposant de colons grecs3. Doit-on en déduire qu’il en a été de même pour Argilos, un établissement thrace pris de force par les Grecs ? Pas nécessairement, car si les données littéraires font défaut dans ce cas, nombreux sont les témoignages sur les fondations ou les tentatives de fondation (car il y eut également bon nombre d’échecs) en territoire thrace, dont plusieurs dans la région immédiate d’Argilos. Ces témoignages montrent clairement que les rapports entre Grecs et Thraces variaient beaucoup, allant de l’hostilité à la neutralité ou la cohabitation, même à l’intérieur d’une région géographique aussi limitée que la basse vallée du Strymon.

Fig. 146. Carte géographique.

Fig. 146. Carte géographique.
  • 4 Martin 1983, p. 175 ; Graham 1978 ; Pouilloux 1954, p. 15-17, 30-34, 311-313.
  • 5 L’inscription, qui se lit « Les Pariens ont consacré ce monument en souvenir de la valeur de Tokè (...)
  • 6 Pour Bonias 2000, p. 235-238, le site est en territoire odomante puisqu’il se situe sur la rive g (...)
  • 7 Hatzopoulos (M.), BullEpigr 2001, p. 302 ; Hatzopoulos 2008 ; Picard, 2005, p. 273.
  • 8 Liampi 2005, p. 42-46. Nous ne faisons pas état ici de la clérouchie athénienne de Bréa, fondée p (...)

2Dans certains cas, les Grecs chassent les Thraces. C’est ce que nous venons de voir avec la fondation de Sanè et d’Akanthos. Les Athéniens feront de même lors de leur seconde tentative pour fonder une colonie à Ennea Hodoi, la future Amphipolis, en 437/6. À l’inverse, il arrive que les Thraces chassent les Grecs. À Abdère, Timèsios de Clazomènes, à la tête d’un premier groupe de colons, fut refoulé par les indigènes (Hér I, 168). Plus à l’Est, les colons de Périnthe et de Byzance subirent des attaques répétées de la part des indigènes de la région (Loukopoulou 1989, p. 185). C’est peut-être aussi le cas de plusieurs des petites colonies eubéennes situées à l’intérieur des terres de la Chalcidique et qui ne paraissent pas avoir survécu très longtemps. Plus près d’Argilos, ce fut aussi, à deux occasions, le cas d’Amphipolis. D’abord lorsque Aristagoras, gendre et neveu d’Histiée, quitte l’Ionie en 497 pour s’installer à Myrkinos, établissement brièvement colonisé par son oncle quelques années plus tôt (infra). Une fois sur place, il monte une expédition contre les Thraces, sans doute dans l’espoir de prendre le contrôle d’Ennea Hodoi. Son aventure est un échec et lui-même meurt au combat. Puis, quelques décennies plus tard, les Athéniens, au moment du siège de Thasos en 465, envoient 10.000 colons pour occuper Ennea Hodoi mais ceux-ci sont à leur tour anéantis par les forces thraces à Drabiskos. Finalement, et il semble bien que ce fut ainsi dans la majorité des cas, Grecs et Thraces cohabitent ou bien les Thraces ne manifestent pas d’opposition violente et s’accommodent, tant bien que mal, de cette présence étrangère, avec sans doute une certaine gradation dans les rapports. Bien sûr, la cohabitation n’implique pas nécessairement le partage d’un même établissement, la colonie grecque pouvant être implantée à proximité d’un établissement indigène. C’est ce qui s’est passé en Chersonèse où les indigènes Dolonques ont même constitué un front commun avec les colons Athéniens pour combattre les agressions de la tribu thrace voisine des Apsinthiens (Loukopoulou 1989, p. 185-189). Mais dans plusieurs cas il s’est agi d’une véritable cohabitation. À Samothrace, Grecs et Thraces fréquentaient le même sanctuaire et il semble bien qu’ils aient vécu ensemble (Graham 2002 ; Matsas 2007). À Thasos également, l’association de matériel grec et indigène dans les premières couches d’occupation indiquerait, selon certains, le caractère mixte de la population4. Plus près d’Argilos, les visées d’Histiée de Milet sur les richesses de la basse vallée du Strymon sont passées par une collaboration et une cohabitation avec les Thraces. En 513, il obtint de Darius le droit de s’installer à Myrkinos, un bourg thrace. Il avait déjà commencé à fortifier la ville lorsque Mégabaze persuada Darius de faire venir Histiée à Suse afin de l’éloigner de cette région stratégique. Le général invoquait notamment le fait qu’Histiée était très populaire parmi les Grecs et les barbares (Hér. V, 23). Mais entre temps, Myrkinos était devenu un établissement mixte car Aristagoras n’avait pas hésité à s’y installer à son tour une quinzaine d’année plus tard, pour peu de temps il est vrai. Le site d’Éiôn est un autre exemple d’établissement mixte dans cette même région. On ne connaissait rien des débuts du site jusqu’à la découverte, en 1973, d’une inscription en alphabet parien datée de 525-490, honorant un certain Tokès, nom thrace, tombé au combat pour la défense de la cité. L’origine des Grecs présents à Éiôn est sujet à débat (Thasiens, Pariens ou peut-être les deux5) mais cela n’enlève rien au caractère mixte de l’établissement. Le site de Bergè pourrait être un autre exemple d’établissement mixte. On sait maintenant que ce site se trouvait à l’emplacement de l’actuelle Nea Skopos, sur la rive orientale du lac Kerkinitis (Bonias 2000), en territoire bisalte ou odomante6, Certains y voient une véritable colonie thasienne fondée au dernier quart du VIe siècle7, d’autres plutôt un bourg thrace auquel se sont joints des colons thasiens (Bonias 2000, p. 239-242 ; Isaac 1986, p. 59), mais en tout cas rien ne laisse penser qu’il y ait eu opposition de la part des indigènes à l’installation de ces Grecs sur leur territoire. Enfin, la cité de Tragilos, sur laquelle nous reviendrons plus loin, était une importante ville de Bisaltie, où cohabitaient Grecs et Thraces8.

  • 9 Isaac 1986, p. 19 et Plut., Cim, 7,2. Les Perses ont eux aussi entretenu des relations contradict (...)

3D’ailleurs les Grecs ne sont pas les seuls étrangers à avoir conclu des relations amicales avec les Thraces vivant sur les rives du Strymon. On sait qu’il en fut de même pour les Perses, puisqu’en 476, Cimon, après la prise d’Éiôn, sous contrôle perse pendant quelques années, exila les Thraces qui avaient fourni des provisions à l’armée du grand roi9.

4Enfin, certains membres influents de la société athénienne se sont enrichis dans la région du Strymon et du Mont Pangée, grâce à leur amitié avec les Thraces. Il semble aussi évident que Pisistrate, lors de son exil de six ans en Thrace (+- 556 av. n.è.) n’aurait pas pu exploiter les mines du mont Pangée (et par le fait même s’enrichir considérablement au point d’engager une armée de mercenaires…) sans le soutien ou en tout cas sans avoir noué de fortes amitiés avec la population indigène (Isaac 1986, p. 20 et 34).

  • 10 Liampi 2005, p. 9-32. C’est Paul Perdrizet, à la fin du XIX e siècle, qui le premier situe l’empl (...)

5Mais alors, qu’en est-il d’Argilos ? Il existe très peu d’informations littéraires sur la colonie andrienne et les rares mentions concernent presque essentiellement les guerres médiques ou celle du Péloponnèse. Hérodote inclut le site dans la liste des villes que traverse Xerxès (Hér VII, 115,1) et Thucydide parle de la cité en relation avec la prise d’Amphipolis par Brasidas en 424 (Thuc IV, 103). Ces deux passages fournissent les indices nécessaires pour situer l’emplacement géographique de la colonie, la première cité grecque à l’Ouest du Strymon, en plein cœur du territoire bisalte. Les vestiges de la colonie recouvrent la colline de « Palaiokastro », à quelques 2 kilomètres à l’Ouest du village moderne de Nea Kerdylia, et à un peu moins de 4 kilomètres à l’Ouest du fleuve (fig. 147)10.

Fig. 147. Argilos, vue aérienne vers l’Ouest.

Fig. 147. Argilos, vue aérienne vers l’Ouest.
  • 11 L’ecclésiaste Eusèbe date les fondations d’Akanthos et de Stageira de la 31ème olympiade, en 655/ (...)

6Malheureusement, aucun texte ne fait mention de la fondation du site. Nous savons ce qui s’est passé à Sanè et Akanthos mais ces deux colonies ont été fondées en territoire bottiéen, ce qui n’est pas le cas d’Argilos. La date de fondation, 655/654, est déduite de celle des trois autres colonies d’Andros dans la région11.

  • 12 La mission archéologique gréco-canadienne est une « synergasia » aux termes de la loi grecque sur (...)
  • 13 Perreault, Bonias 1998, p. 37-48 ; Bonias, Perreault 1998, p. 173-196.
  • 14 Perreault, Bonias 2006, p. 49-54 pour un aperçu des céramiques archaïques du site.

7La mission gréco-canadienne d’Argilos a débuté ses travaux en 199212. Dès la seconde année, trois zones de fouille avaient été implantées : le long du rivage, entre le bord de mer et la route nationale moderne ; sur la pente Sud-Est de la colline, où une prospection de surface avait révélé l’existence d’une rue et des affleurements de murs ; enfin sur l’acropole, où de larges et profonds sillons laissés par le passage des charrues (moyen utilisé par certains pour localiser des tombes…) avaient fait apparaître structures et mobilier (fig. 148) (Perreault, Bonias 1998, p. 37-48 ; Bonias, Perreault 1998, p. 173-196)13. Très rapidement, dans deux de ces zones, les fouilleurs ont dégagé des niveaux contenant de la céramique correspondant au plus tôt à des styles de la seconde moitié du VIIe siècle, soit la période correspondant, en principe, à l’arrivée des Grecs. Sur l’acropole, ces fragments (car aucun vase complet n’a été trouvé) proviennent de remblais postérieurs, mais témoignent néanmoins de l’existence d’une occupation de la zone au VIIe siècle. Les découvertes les plus intéressantes ont toutefois été faites dans des sondages pratiqués le long du rivage. On a d’abord ouvert une tranchée pilote, profonde de 6,50 m, dans le but d’établir une stratigraphie complète de l’occupation de la zone. La présence d’une quantité impressionnante de céramique couvrant le premier siècle de l’occupation grecque nous a convaincu d’étendre la surface de fouille. Depuis, le matériel mis au jour, très imposant, nous donne un aperçu des premiers contacts entre Grecs et Thraces14.

  • 15 Une rangée de 5 trous de poteaux, dans un horizon chronologique de la première moitié du VIe sièc (...)

8Dans les couches les plus profondes, celles situées immédiatement au-dessus de la plage antique, une succession de sols d’occupation très minces alterne avec de fines couches de sable. Ces niveaux d’occupation, qui, il est vrai, n’ont pour le moment été dégagés que sur une très faible étendue, ne contiennent que de la céramique thrace. Au-dessus de ces couches, les sols s’épaississent, le matériel est nettement plus abondant et plus diversifié, et c’est ici qu’on a dégagé les vestiges architecturaux les plus anciens15. Le mobilier céramique décoré se divise en deux grandes catégories, thrace et régional d’un côté, grec de l’autre.

Fig. 148. Argilos, plan topographique.

Fig. 148. Argilos, plan topographique.
  • 16 Analyses effectuées par Martin Perron, dans le cadre de ses études doctorales, au CETI de Xanthi. (...)
  • 17 Car attestée pour la première fois lors des fouilles d’Olynthe, dans les niveaux précédant le pas (...)

9La céramique thrace, entièrement façonnée à la main, est composée de marmites, de vases de stockage, de bols et de vases à boire (figs. 149-151). L’examen à l’œil nu des pâtes indique qu’ils proviennent de plus d’un centre de production mais certains auraient été fabriqués localement, ce qui ressort d’une première série d’analyses archéométriques16. Ces vases ne peuvent être datés que par leur association avec le matériel grec. La céramique régionale est constituée en majeure partie de vases de transport (fig. 152) et de stockage provenant de la péninsule de Chalcidique (céramique dite « pré-perse »)17. Ici aussi, il est clair que nous avons affaire à plusieurs centres de production. Certains des fragments appartiennent sans doute à des types du VIIe siècle, notamment ceux décorés de groupes de cercles concentriques, mais tout comme pour la céramique thrace, on connaît mal l’évolution typologique des formes et le développement stylistique des zones décoratives. Il n’est donc pas impossible que certains des fragments puissent même être antérieurs à l’arrivée des Grecs.

Fig. 149 et 149a. Marmite thrace C- 5457.

Fig. 149 et 149a. Marmite thrace C- 5457.

Fig. 150 et 150a. Marmite thrace C- 13444.

Fig. 150 et 150a. Marmite thrace C- 13444.

Fig. 151 et 151a. Bol thrace C- 5064.

Fig. 151 et 151a. Bol thrace C- 5064.

Fig. 152. Fragments d’amphore de Chalcidique.

Fig. 152. Fragments d’amphore de Chalcidique.
  • 18 Plusieurs chronologies ont été proposées pour la datation des bols à oiseaux ; pour les plus réce (...)
  • 19 Ce type de vase a été attribué à un atelier syphnien par J. Boardman et J. Hayes, qui en ont trou (...)
  • 20 À ces deux groupes de céramique grecque du VIIe siècle se sont ajoutés 3 fragments de vases corin (...)

10La céramique grecque se répartit elle aussi en deux groupes. Pour le moment, les fragments les plus anciens proviennent de la Grèce de l’Est et sont attestés par des bols à oiseaux (figs. 153-155). Certains fragments, qui possèdent une petite encoche horizontale immédiatement sous le bord extérieur du vase, ou encore dont la partie inférieure est entièrement recouverte de noir ou de bandes noires épaisses, appartiennent clairement aux types « anciens » du groupe. Ils sont à dater du milieu du VIIe siècle, voire du second quart18. La seconde catégorie regroupe des vases cycladiques, skyphoi, lékanés et tasses ; ces vases, jadis considérés comme syphniens, doivent à notre avis être plutôt attribués à des ateliers d’Andros (figs. 156-158)19. On les trouve dans les niveaux anciens, associés aux bols à oiseaux.20

Fig. 153 et 153a. Bol à oiseau C- 1360.

Fig. 153 et 153a. Bol à oiseau C- 1360.

Fig. 154 et 154a. Bol à oiseau C- 3023.

Fig. 154 et 154a. Bol à oiseau C- 3023.

Fig. 155 et 155a. Bol à oiseau C- 5161.

Fig. 155 et 155a. Bol à oiseau C- 5161.

Fig. 156 et 156a. Skyphos probablement d’Andros C- 9437.

Fig. 156 et 156a. Skyphos probablement d’Andros C- 9437.

Fig. 157 et 157a. Skyphos probablement d’Andros C- 9793.

Fig. 157 et 157a. Skyphos probablement d’Andros C- 9793.

Fig. 158 et 158a. Tasse probablement d’Andros C- 5275.

Fig. 158 et 158a. Tasse probablement d’Andros C- 5275.
  • 21 Bols à rosettes, à filets verticaux, à méandres et à filets circulaires, toutes les variantes de (...)

11Le développement de la colonie s’accélère rapidement durant la première moitié du VIe siècle et particulièrement au second quart. Les productions céramiques attestées sont beaucoup plus variées, un mouvement déjà amorcé dans les dernières années du VIIe siècle. Le répertoire des formes cycladiques ne change guère, ce qui n’est pas le cas pour la Grèce de l’Est21. La céramique thrace est toujours présente, mais pour peu de temps encore, alors que les productions de Chalcidique se maintiennent, ce qui sera le cas tout au long des VIe et V e siècles ; seuls les styles changent. Le répertoire de formes et de styles de la Grèce de l’Est est plus imposant et la quantité de vases cycladiques augmente. À ces groupes de céramiques grecques s’ajoutent désormais les importations corinthiennes et attiques, ainsi que plusieurs exemples de vases thasiens. Bien sûr, la production locale de céramique grecque est aussi de plus en plus visible, autant dans la céramique culinaire que dans la céramique fine. Cet essor rapide se remarque aussi dans l’architecture, signe d’une croissance économique importante. C’est au cours du second quart du VIe siècle que se développe le secteur Sud-Est et que s’érigent les premières grandes constructions en pierre de l’acropole et du bord de mer. On semble aussi assister à une véritable urbanisation du site avec lotissement, phénomène clairement visible dans le secteur Sud-Est.

  • 22 Sur Kerdyllion, cf. Liampi 2005, p. 40-42 ; Isaac 1986.

12C’est également durant cette période que les Argiliens vont fonder une, et peut-être deux, colonies satellites : Kerdyllion22, à la limite Est de son territoire et Tragilos, qui en aurait marqué la limite septentrionale. De ce fait, Argilos s’assurait la possession d’une importante quantité de terres autour de la colonie initiale. Enfin, fait important, on constate la disparition du matériel indigène. En effet, on ne trouve plus aucun tesson de céramique thrace dans les couches postérieures au milieu du VIe siècle. La croissance de la cité se poursuivra jusqu’à la fondation d’Amphipolis en 437 malgré une destruction majeure touchant plusieurs bâtiments au tournant des VIe-V e siècles (ils seront immédiatement reconstruits et souvent agrandis).

  • 23 Ce serait là une explication à la présence, abondante, de céramique de la Grèce de l’Est parmi le (...)
  • 24 Hammond 1972, p. 440-441.

13L’impression que nous laissent les résultats de nos recherches est que la colonie d’Argilos s’est développée en deux temps. Au départ, un premier groupe de colons parait s’être installé de manière pacifique sur le site et avoir cohabité avec la population indigène présente, et peut-être déjà en contact avec des marchands grecs de l’Asie Mineure avant même l’arrivée des Andriens23. Les Bisaltes qui occupaient la région à l’Ouest du Strymon étaient manifestement plus enclins à la collaboration avec les Grecs que les tribus de la Chalcidique où se sont installées les colonies sœurs d’Argilos. Nous avons vu que les relations conflictuelles entre Grecs et Thraces dans la région du bas-Strymon concernent toujours les Édoniens et font généralement référence à la prise de contrôle du site d’Énnea Hodoi. Car si les Édoniens permettent à Histiée de Milet, puis à son gendre Aristagoras, de cohabiter avec eux à Myrkinos, ils vont défendre farouchement leur établissement d’Énnea Hodoi, sans aucun doute le site thrace le plus gros et le plus important de la région. En revanche, on n’entend parler d’aucune hostilité de la part des Bisaltes, ni lors de la fondation d’Argilos, ni pour celle de sa colonie Kerdyllion, ni pour la fondation de Tragilos, ni encore pour la présence thasienne à Bergè. À l’inverse, les colonies andriennes fondées sur la côte orientale de la Chalcidique étaient en territoire bottiéen et si l’on suit N.G.L. Hammond, les Bottiéens étaient méfiants ou du moins peu intéressés par les Grecs, ainsi qu’en témoignerait l’absence de produits grecs dans leur principal établissement à Olynthe24. Les Bisaltes paraissent avoir été plus réceptifs au monde grec, ne serait-ce que pour assurer leur propre sécurité, défendre leurs intérêts dans la région et développer des liens commerciaux profitables. Ils formaient une tribu indépendante, prise en étau entre la Macédoine et sa politique expansionniste à l’Ouest et les Édoniens, qui ont toujours âprement défendu leur contrôle du Strymon, à l’Est. Rien d’étonnant donc qu’ils aient pu accepter, voire encourager, l’installation de colons grecs à Argilos.

  • 25 Comment expliquer autrement la présence aux côtés des grecs d’un cavalier thrace combattant pour (...)
  • 26 La production monétaire d’Argilos est importante durant cette période et ses monnaies circulent j (...)

14La région du bas-Strymon était clairement une zone très convoitée et les sources littéraires sont nombreuses sur les hostilités qui s’y sont déroulées. De leur lecture on peut tirer deux autres observations intéressantes pour notre propos. D’abord, les Grecs s’installent toujours à des endroits déjà occupés par des Thraces : à Myrkinos, Tragilos, Éiôn25 et probablement Bergè, l’installation se fait sans heurts, seule la prise d’Ennea Hodoi nécessitera la force. Ensuite, dans tous ces conflits des dernières décennies du VIe siècle et de la première moitié du V e siècle entre Grecs, Thraces et Perses, il n’est jamais question d’Argilos. Pourtant, Argilos et Éiôn sont à égale distance des rives du Strymon, et les recherches archéologiques sur le site d’Argilos ont montré que la cité était en plein essor économique durant cette période. De plus, grâce à la position stratégique de sa colonie Kerdyllion, qui dominait le Strymon à partir des hauteurs du Mont du Kerdyllion, elle pouvait observer toutes les activités dans cette région autour d’Énnea Hodoi. Les Grecs les plus impliqués dans ces conflits venaient d’Asie Mineure, de Paros, de Thasos ou d’Athènes et tous convoitaient l’or et l’argent des mines. Serait-ce qu’Argilos avait, elle, accès à ces richesses, grâce à des relations de bon voisinage et d’ententes économiques avec les Bisaltes ? La prospérité économique de la cité le laisse croire26.

15Deux ou trois générations après l’installation des Grecs à Argilos, il y a peut-être eu l’arrivée d’un second groupe de colons. Un tel accroissement de la population, accompagné d’activités commerciales intenses, pourrait expliquer le développement soudain et rapide de l’urbanisme. D’autre part, la population grecque de l’établissement étant devenue fortement majoritaire, les Thraces auraient alors décidé, en partie du moins, de quitter le site. Où sont donc passés les indigènes ? On sait que Tragilos était un établissement mixte, Grec et Thrace, et l’on peut donc supposer qu’une partie au moins des indigènes vivant à Argilos ait pu migrer vers ce site ou encore vers la nouvelle colonie de Kerdyllion. Mais il n’est pas impossible non plus qu’une autre partie se soit progressivement hellénisée.

16C’est donc probablement au second quart du VIe siècle qu’Argilos serait passée d’un statut de colonie à celui de cité. Cette situation n’est pas sans rappeler celle observée durant la même période dans plusieurs colonies grecques en Mer Noire où, selon certains chercheurs, on assiste à une transition de la « proto-apoikia » ou « proto-polis » vers l’ « apoikia-polis » au cours du deuxième quart du VIe siècle.

Bibliographie

Bernard 1964 : BERNARD (P.) – Céramiques de la première moitié du VIIe siècle à Thasos. BCH, 88, p. 77-146.

Bonias 2000 : BONIAS (Z.) – Une inscription de l’ancienne Bergè. BCH, 124, p. 227-246.

Bonias, Perreault 2006 : PERREAULT (J.Y.), BONIAS (Z.) – Argilos 2005. AEMQ 19, 2006, p. 81-88.

Bonias, Perreault 1998 : BONIAS (Z.), PERREAULT (J.) – Άργιλος, η αρψαιότερη ελληνική αποικία στηυ Θρακική περιοψή του Στρυμόνα. In : Balkas (A.N.), éd.,Άνδρος και Ψαλκιδική. Πρακτικά Συμποσίου, Άνδρος, 23 Αυγούστου 1997, ΑΝΔΡΙΑΚΑ ΧΡΟΝΙΚΑ 29, Andros, 1998, p. 173-196.

Cook, Dupont 1998 : COOK (R.M.), DUPONT, (P.) – East Greek Pottery. London, New York, Routledge, 1998, p. 226 (Routledge readings in classical archaeology series).

Graham 2002 : GRAHAM (A.J.) – The Colonization of Samothrace. Hesperia, 71,3, 2002, p. 231-260.

Graham 1978 : GRAHAM (A.J.) – The Foundation of Thasos. BSA, 73, 1978, p. 61-98.

Hammond 1972 : HAMMOND (N.G.L.) – A History of Macedonia : volume 1, historical geography and prehistory. Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 493.

Hatzopoulos 2008 : HATZOPOULOS (M.B.), Retour à la vallée du Strymon. In : Loukopoulou (L.D.), Psoma (S.), dir., Thrakika Zetemata I, Centre de Recherches de l’Antiquité Grecque et Romaine, Fondation Nationale Hellénique de la Recherche Scientifique, Athènes 2008, p. 175, p. 13-49.

Isaac 1986 : ISAAC (B.H.) – The Greek settlements in Thrace until the Macedonian conquest. Leiden, E. J. Brill, 1986, p. 304.

Lazaridis 1976 : LAZARIDIS (D.) Επίγραμμα Παρίων από την Αμφίπολιν, AE 1976, p. 164-181.

Lazaridis 1972 : LAZARIDIS (D.) – Αμφίπολις, Athens Technological Organization, Athens Center of Ekistics, Athens, 1972, p. 98 (Ancient Greek Cities, 13).

Liampi 2005 : LIAMPI (K.) – Argilos : a Historical and Numismatic Study. Athens, Society for the Study of Numismatics and Economic History, 2005, p. 377 (Kerma, 1).

Loukopoulou 1989 : LOUKOPOULOU (L.D.) – Contribution à l’histoire de la Thrace Propontique durant la période archaïque. 1989, p. 440.

Martin 1983 : MARTIN (R.) – Thasos, colonie de Paros. ASAA, XLV, 1983, p. 175.

Matsas 2007 : MATSAS (D.) – Archaeological evidence for Greek-Thracian Relations on Samothrace. In : Thrace in the Graeco-roman world. Proceedings of the 10th International Congress of Thracology, Komotini-Alexandroupolis 18-23 October 2005, Athènes, Εθνικόν Ιδρυμα Ερευνών, Κέντρον Ελληνικής και Ρωμαϊκής Αρψαιότητος· Υπουργείο Πολιτισμού ΙΘ Εφορεία Προϊστορικών και Κλασσικών Αρψαιοτήτων Κομοτηνής Ακαδημία Επιστημών, Ινστιτούτο Θρακολογίας, 2007, p. 754, p. 387-402.

Panti 2008 : PANTI (A.) Τοπική κεραμική από τη Χαλκιδική και τον μυχό του θερμαϊκού κόλπου (Άκανθος, Καραμπουράκι, Σίνδος), Thessalonique 2008.

Perreault, Bonias 2006 : PERREAULT (J.Y.), BONIAS (Z.) – L’habitat d’Argilos : les céramiques archaïques, un aperçu. In : La Genière (J.de), éd., Cahiers du Corpus Vasorum antiquorum, N° 1 : Les clients de la céramique grecque, Actes du Colloque de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 30-31 janvier 2004. Paris 2006, p. 49-54.

Perreault, Bonias 1998 : PERREAULT (J.Y.), BONIAS (Z.) – Argilos, aux origines du nome de Serres. In : Οι Σέρρες και η περιοχή τους στην αρχαία και μεταβυξαντινή κοινωνιά Ι, Serres, 1998, p. 37-48.

Picard 2005 : PICARD (O.) – Mines, monnaies et impérialisme : conflits autour du Pangée (478-413 av. J.-C.). In : Guimier-Sorbets (A.M.), Hatzopoulos (M.B.), Morizot (Y.), éds., Rois, cités, nécropoles : institutions, rites et monuments en Macédoine : actes des colloques de Nanterre (Décembre 2002) et d’Athènes (Janvier 2004), p. 269-282.

Pouilloux 1990 : POUILLOUX (J.) – Pariens et Thasiens dans le nord de la Grèce à l’époque archaïque. In : Μνήμη Δ. Λαξαηίδη · πώλις και χώρα στην αρχαία Μακεδονία και Θράκη. Πρακτικά αρχαιολογικού Συνεδρίου, Καβάλα 9 - 11 Μαϊου 1986, Υπουργείο Πολιτισμού, Αρχαιολογικό Μουσείο Καβάλας, École Française d’Athènes. Thessalonique, 1990, 731 p. (Ελληνογαλλικές έρευνες 1 ), p. 485-489.

Pouilloux 1954 : POUILLOUX (J.) — Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos. I : De la fondation de la cité à 196 avant J.-C., Paris, Éditions de Boccard, 1954, p. 490, (Études thasiennes 3).

Robinson 1950 : ROBINSON (D.M.) – Excavations at Olynthus, Part XIII. Vases found in 1934 and 1938, Baltimore, MD, Johns Hopkins Press, 1950, p. 463 (Johns Hopkins University Studies in Archaeology No 38).

Robinson 1933 : ROBINSON (D.M.) – Excavations at Olynthus, Part V. Mosaics, Vases and Lamps of Olynthus found in 1928 and 1931. Baltimore, MD, Johns Hopkins Press, 1933, p. 297 (Johns Hopkins University Studies in Archaeology No 18).

Tiverios 1991 : TIVERIOS (M.) – Αρχαιολογικές έρευνες στη διπλή τράπεξα τηι Αγχιάλου (Σίνδος) κατά το 1991, ΑΕΜΘ, 5, 1991,p. 235-243.

Vokotopoulou 1987 : VOKOTOPOULOU (I.) − Ανασκαφικές έρευνες στη Χαλκιδική, ΑΕΜΘ, 1, p. 279-294.

Notes

1 La carte géographique et tous les profils ont été réalisés par François Gignac (Archeodesign). Le plan topographique a été réalisé par K. Zambas et mis au net par F. Gignac.

2 Sur l’emplacement du site de Bergè, Bonias 2000, 227-246 ; Hatzopoulos 2008, 31-33.

3 Plutarque, en posant cette question, s’intéresse à la toponymie de la côte opposée à Akanthos (Côte d’Araïnos) et non pas à la colonisation proprement dite du site. Selon lui, la flotte grecque était composée de colons andriens et chalcidiens, donc d’un nombre d’hommes bien supérieur à ce qu’il aurait été si les colons étaient venus d’un seul et même endroit. On comprend alors mieux la réaction des Thraces d’Akanthos, à tel point impressionnés par cette force qu’ils ont préféré la fuite au combat. À moins que cette réaction ne soit une métaphore de Plutarque pour ajouter de la crédibilité à son récit…

4 Martin 1983, p. 175 ; Graham 1978 ; Pouilloux 1954, p. 15-17, 30-34, 311-313.

5 L’inscription, qui se lit « Les Pariens ont consacré ce monument en souvenir de la valeur de Tokès qui a sacrifié sa jeunesse dans un combat pour l’aimable Éiôn », a d’abord été publiée par Lazaridis (Lazaridis 1976). Pour cet auteur, puisque les Thasiens ne s’identifiaient pas en tant que « Pariens » à la fin du VIe siècle, Eiôn était donc bien une fondation parienne. Z. Bonias (Bonias 2000, p. 241) y voit plutôt une colonie thasienne, les Pariens n’étant mentionnés dans l’inscription qu’à titre honorifique, peut-être parce qu’ils avaient pris part aux opérations. Enfin, J. Pouilloux (Pouilloux 1990, p. 488-489) verrait volontiers dans la fondation de ce site une entreprise commune entre Pariens et Thasiens.

6 Pour Bonias 2000, p. 235-238, le site est en territoire odomante puisqu’il se situe sur la rive gauche du fleuve et que la frontière Est du territoire bisalte est généralement considérée comme étant la rive droite du Strymon. En revanche, Picard 2005, p. 273, préfère se fier au passage de Strabon (VII, fr. 36) et estime que le territoire bisalte « a pu déborder par endroits de l’autre côté du fleuve ». Voir aussi Liampi 2005, p. 46-49.

7 Hatzopoulos (M.), BullEpigr 2001, p. 302 ; Hatzopoulos 2008 ; Picard, 2005, p. 273.

8 Liampi 2005, p. 42-46. Nous ne faisons pas état ici de la clérouchie athénienne de Bréa, fondée probablement en 446/5, car les auteurs modernes ne s’entendent pas sur l’emplacement exact du site (pas plus que les anciens d’ailleurs !). Mais s’il s’avérait, comme plusieurs le croient, que Bréa était en territoire bisalte, nous aurions là encore un exemple de l’ouverture des Bisaltes envers les Grecs. Pour un résumé des débats autour de ce site, Liampi 2005, p. 49-51.

9 Isaac 1986, p. 19 et Plut., Cim, 7,2. Les Perses ont eux aussi entretenu des relations contradictoires selon les tribus avec lesquelles ils traitaient. Les Péoniens ont tous été déportés, mais les tribus qui exploitaient les mines du Mont Pangée ont par contre été laissées en paix, de même que les Édoniens sur qui les Perses ont pu compter lors de leur occupation d’Éiôn.

10 Liampi 2005, p. 9-32. C’est Paul Perdrizet, à la fin du XIX e siècle, qui le premier situe l’emplacement d’Argilos sur cette colline ; Perdrizet (P.) – Voyage dans la Macédoine première. BCH, 1894, p. 434-435.

11 L’ecclésiaste Eusèbe date les fondations d’Akanthos et de Stageira de la 31ème olympiade, en 655/654. D’autre part, le passage de Plutarque sur Sanè et Akanthos indique que les deux colonies ont été fondées en même temps. Ne reste plus qu’Argilos, pour laquelle il n’existe aucune référence littéraire. Liampi 2005, p. 58-60, doute que les quatre colonies aient pu être fondées en même temps, une telle opération ayant nécessité un trop grand nombre d’hommes. Cependant, nos recherches ont maintenant clairement montré que les Grecs étaient présents sur le site, au plus tôt durant la seconde moitié du VIIe siècle.

12 La mission archéologique gréco-canadienne est une « synergasia » aux termes de la loi grecque sur la recherche archéologique en Grèce. Elle est sous la direction des auteurs de cet article. La mission reçoit un financement de plusieurs sources dont le ministère grec de la Culture, le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, le Gouvernement du Québec, l’Université de Montréal, ainsi que des donateurs privés. Les résultats des recherches sont régulièrement publiés dans les AEMΘ.

13 Perreault, Bonias 1998, p. 37-48 ; Bonias, Perreault 1998, p. 173-196.

14 Perreault, Bonias 2006, p. 49-54 pour un aperçu des céramiques archaïques du site.

15 Une rangée de 5 trous de poteaux, dans un horizon chronologique de la première moitié du VIe siècle, a été dégagée au Sud du carré 7323. On a également trouvé un petit four, près de ce qui pourrait être deux charbonnières, on peut donc penser qu’il servait à la fonte ou à la transformation du métal. Voir Bonias, Perreault 2006, p. 81-88.

16 Analyses effectuées par Martin Perron, dans le cadre de ses études doctorales, au CETI de Xanthi. Deux de trois échantillons, C-3753 et C-8245, choisis pour la ressemblance de leurs pâtes avec celles utilisées localement, se sont avérés être de facture locale.

17 Car attestée pour la première fois lors des fouilles d’Olynthe, dans les niveaux précédant le passage des Perses dans la région. Cf. Panti 2008, p. 52 ; Tiverios 1991 ; Vokotopoulou 1987, p. 284 ; Bernard 1964 ; Robinson 1950, p. 4 ; Robinson 1933, p. 23-24.

18 Plusieurs chronologies ont été proposées pour la datation des bols à oiseaux ; pour les plus récentes, cf Cook (R.M.), Dupont (P.) – East Greek Pottery. London, New York, Routledge, 1998, p. 226 (Routledge readings in classical archaeology series), p. 26-28 ; Utili (F.) – Die Archaische Nekropole von Assos. Asia Minor Studien, 31, 1999, p. 6-9.

19 Ce type de vase a été attribué à un atelier syphnien par J. Boardman et J. Hayes, qui en ont trouvé quelques exemples sur le site de Tocra en Cyrénaïque : Boardman (J.), Hayes (J.) –Excavations at Tocra 1963-65, The Archaic Deposits I. BSA, 1966, p. 73-74. Boardman (J.), Hayes (J.) – Excavations at Tocra 1963-65, The Archaic Deposits II. BSA, 1973, p. 34-35. Mais les analyses des argiles effectuées par R. Jones n’ont pu confirmer cette hypothèse, se limitant à situer l’atelier quelque part dans les Cyclades du Nord : Jones (R.E.) – Greek and Cypriot Pottery ; a Review of Scientific Studies. 1986, p. 280. Or, les exemples d’Argilos sont bien plus nombreux que ceux de Tocra ainsi d’ailleurs que des exemples connus de Siphnos, qui proviennent d’un dépôt de sanctuaire ; sur ce matériel de Syphnos, Brock (J.K.), Mackworth Young (G.) – Excavations in Siphnos. BSA, 64, 1949, p. 1-92 ; cf Perreault, Bonias 2006, p. 51-52.

20 À ces deux groupes de céramique grecque du VIIe siècle se sont ajoutés 3 fragments de vases corinthiens, deux de kotyles et un d’aryballe ; cf Perreault, Bonias 2006, p. 52.

21 Bols à rosettes, à filets verticaux, à méandres et à filets circulaires, toutes les variantes de coupes ioniennes et quelques vases du style de la chèvre sauvage.

22 Sur Kerdyllion, cf. Liampi 2005, p. 40-42 ; Isaac 1986.

23 Ce serait là une explication à la présence, abondante, de céramique de la Grèce de l’Est parmi les plus anciennes importations grecques.

24 Hammond 1972, p. 440-441.

25 Comment expliquer autrement la présence aux côtés des grecs d’un cavalier thrace combattant pour la cité d’Éiôn ?

26 La production monétaire d’Argilos est importante durant cette période et ses monnaies circulent jusqu’en Orient. Cf. Liampi 2005, p. 74-75. D’autre part, Argilos, en tant que membre de la Ligue Athénienne, a payé une importante contribution, 10 ½ talents, en 454/453, signe de la richesse de la cité ; sur ce point voir aussi Liampi 2005, p. 78-80 mais aussi Lazaridis 1972, p. 56.

Table des illustrations

Titre Fig. 146. Carte géographique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 147. Argilos, vue aérienne vers l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 148. Argilos, plan topographique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 149 et 149a. Marmite thrace C- 5457.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-4.png
Fichier image/png, 204k
Titre Fig. 149a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 150 et 150a. Marmite thrace C- 13444.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 150a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Fig. 151 et 151a. Bol thrace C- 5064.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 151a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 152. Fragments d’amphore de Chalcidique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 153 et 153a. Bol à oiseau C- 1360.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 153a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Fig. 154 et 154a. Bol à oiseau C- 3023.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 154a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Fig. 155 et 155a. Bol à oiseau C- 5161.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 155a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Fig. 156 et 156a. Skyphos probablement d’Andros C- 9437.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 156a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 157 et 157a. Skyphos probablement d’Andros C- 9793.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-19.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 157a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 158 et 158a. Tasse probablement d’Andros C- 5275.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 158a
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/680/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k

Auteurs

Professeur d’archéologie grecque, Centre d’études classiques, Université de Montréal, C.P. 6128, Succursale Centre-Ville, Montréal, QC, Canada H3C 3J7 <Jacques.Y.Perreault@umontreal.ca>

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access