Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 5. Grecs et indigènes en Thrace, entre mer Egée et mer Noire

2. D’Odonis à Thasos. Thraces et Grecs (VIIIe – VIe s.) : essai de bilan

Arthur Muller

Résumé

Les sources littéraires, discutées depuis longtemps, nous donnent un point de vue essentiellement grec sur l’installation des Pariens à Thasos. La documentation archéologique réunie au cours des dernières décennies éclaire quant à elle la culture matérielle des premiers habitants de l’île, les indigènes thraces. On propose ici un bilan de près d’un demi-siècle de discussions et hypothèses, qui permettent désormais de caractériser avec plus de sûreté l’occupation thrace attirée par les richesses minières sur le site de Limenas-Thasos dans la 2e moitié du VIIIe s., de préciser la date d’arrivée des colons pariens, en deux vagues rapprochées, à partir de 670 et 663 respectivement. En revanche, les modalités de cette installation restent largement inconnues, même si l’on constate une succession tranchée Thraces-Grecs plutôt qu’une coexistence. Quant aux Phéniciens des sources littéraires, ils se dérobent toujours.

The written sources, discussed for a long time, give us an essentially Greek point of view for the installation of Parian colonists in Thasos. On the other hand, the archaeological evidence collected in the last decades shed new light on the material culture of the first inhabitants of the island, the Thracians. We propose here an assessment of about half a century of discussions and hypothesis who make it now possible to characterize with more reliability the Thracian occupation, attracted in the site of Limenas-Thasos in the second half of the 8th century BC by the wealth of various metal ores, and to date more precisely the arrival of the Parian colonists, in two close following waves, in 670 and 663 BC. If the conditions of their installation remains largely undetermined, at least a clear succession between Thracians and Greeks seems sure, rather than a coexistence, in the first half of the 7th century. But the Phoenicians of written sources remain elusive.

Entrées d'index

Mots clés :

mine, Pariens, Phéniciens, Thraces

Géographique :

Thasos

Texte intégral

  • 1 On reconnaîtra dans ce bilan les différentes strates d’apports de la communauté des chercheurs « th (...)

1L’étude des rapports entre Grecs et indigènes thraces dans l’île de Thasos s’appuie sur deux séries de données : les sources écrites, connues et commentées depuis longtemps, et les sources archéologiques, dont le nombre et la précision n’ont cessé d’augmenter au cours des dernières décennies. Si la confrontation entre les deux séries d’informations n’est pas des plus faciles, les progrès récents permettent de réduire, sur quelques points au moins, la part des hypothèses et de préciser, mais certainement pas de façon définitive, aussi bien la date que les circonstances de l’installation des Pariens à Thasos1.

1. État des connaissances ancien : Thraces et/ou Grecs ?

1.1. Données des sources littéraires

  • 2 Les sources littéraires sur la Thasos pré-grecque ont été assemblées RE V2 (1934), s.v. « Thasos », (...)

2Les sources anciennes2 sont très discrètes sur les premiers occupants de l’île, qualifiés tantôt de Barbares (Skymnos 659), tantôt de Thraces (Archiloque LB, fr. 98) : ce mot désigne en fait les occupants d’un immense territoire qui va de la côte égéenne au Danube et de l’Axios aux détroits et à la mer Noire. Seul Archiloque donne un nom de tribu thrace, vraisemblablement du continent : c’est à un Saïen qu’il abandonne son bouclier (Archiloque LB, fr. 13). Ailleurs le poète évoque les combats contre les Sapéens (Archiloque LB, fr. 100). Selon Strabon (XII, 3, 20), Sintiens, Sintes, Saïens et Sapéens désigneraient la même peuplade de la région d’Abdère et des îles voisines de Lemnos : faut-il y inclure celle de Thasos ? L’île elle-même se serait appelée Odonis selon Hésychius, nom que l’on a rapproché de celui des Édones, autre tribu thrace installée dans le Pangée.

3Les textes évoquent aussi les Phéniciens à propos de Thasos. À en croire les mythographes, c’est au Phénicien Thasos, compagnon de Cadmos lancé à la recherche d’Europe, que l’île doit son nom. À cela s’ajoutent bien sûr les deux passages bien connus d’Hérodote : l’un attribue aux Phéniciens l’installation du culte d’Héraklès à Thasos (II, 44 ; cf. Pausanias V, 25, 12), l’autre le début de l’exploitation de l’or de Thasos (VI, 47).

  • 3 Ce schéma a été élaboré dès Pouilloux 1964, p. 22-23 ; il reposait sur la « datation basse » d’Arch (...)

4Les sources sont plus abondantes et précises pour la colonisation grecque elle-même ; il s’agit entre autres des fragments d’Archiloque, lui même acteur de l’aventure parienne à Thasos. C’est essentiellement à partir des sources écrites que Jean Pouilloux avait reconstitué, dans les années 50 et au début des années 60, le schéma d’une colonisation en trois vagues, conduites par trois générations d’une même famille parienne et datées d’après l’akmè d’Archiloque, située vers 6503 :

  •  les premiers contacts, qualifiés de « précoloniaux », entre Paros et l’île du nord de l’Égée seraient le fait de Tellis, vers 710. Tellis et Cléoboia apportent à Thasos les objets sacrés du culte de Déméter (Pausanias X, 28, 3) ;

  •  la fondation de la colonie serait à placer vers 680, avec Télésiklès, fils de Tellis, comme oikiste. C’est à lui que s’adresse l’oracle fameux : « Annonce aux Pariens que je t’invite à fonder dans l’île brumeuse une ville que l’on voie de loin » (Eusèbe, Préparation évangélique VI, 7, 256b) ;

    • 4 Il pourrait s’agir du contingent de 1000 hommes mentionné dans une inscription fragmentaire de Paro (...)

     autour de 650, la colonie aurait reçu le renfort d’un deuxième contingent de Pariens, parmi lesquels Archiloque, fils de Télésiklès, guidé lui aussi par l’oracle de Delphes : « Archiloque, va à Thasos et habite l’île glorieuse » (Archiloque LB, fr. 365), et Glaukos, compagnon d’armes que le poète raille à plusieurs reprises4.

5Jean Pouilloux imaginait une installation pacifique, les colons prenant femme chez les indigènes ; la fréquence des noms thraces dans l’onomastique classique thasienne en porterait témoignage. L’union, la fusion même entre les deux populations, l’ancienne et la nouvelle, serait à l’origine de la prospérité de la colonie (Pouilloux 1954, p. 16-17, 27, 34).

1.2. Première confrontation avec les données de l’archéologie : Grecs et Thraces

6Longtemps l’archéologie était restée parfaitement muette sur cette période, à laquelle ne renvoyait que le cénotaphe de Glaukos, compagnon d’Archiloque et chef de guerre, dans l’angle nord-est de l’agora classique-hellénistique de la ville de Thasos ( = Limenas) (Pouilloux 1955). En 1960 cependant, Paul Bernard atteignait dans deux sondages profonds, distants de 200 m environ (fig. 142), Th1 (terrain Héraklis Kokkinos, aux abords nord de l’Artémision) et Th2 (quartier de la porte d’Hermès, en contrebas de l’emplacement qu’occupera plus tard le théâtre), des niveaux qui ont donné la première occasion de confronter les sources écrites et la documentation matérielle (Bernard 1964).

Fig. 142. Thasos-Limenas : sites thraces assurés et hypothétiques.

Fig. 142. Thasos-Limenas : sites thraces assurés et hypothétiques.
  • 5 On se reportera aux relevés (plan et coupe) de 1960 : Bernard 1964, fig. 1 et 2. Ces documents ont (...)

7Dans les niveaux profonds du site Th1 (séquence W-X-Y-Z) a été partiellement observée une maison de plan absidal (ou ellipsoïdal), avec un refend ; elle est construite en pierre, avec un toit en terre sur un clayonnage de branches. Le fouilleur a lu dans la stratification (fig. 143) les indices d’une longue occupation (niveau W1) et de deux destructions violentes par incendie (niveaux W2 et Y) (Bernard 1964, p. 80-82 et 87) 5. La céramique recueillie dans ces niveaux et ceux du site Th2 a été datée en gros de la première moitié du VIIe siècle. Elle est de fabrication locale (vaisselle commune, vaisselle de type macédonien) ou importée du nord-ouest (céramique d’Olynthe) ou du nord-est de l’Égée (céramique éolienne G2-3 ware, céramique lemnienne, bucchero gris, céramique grise) ; à cela s’ajoutent des amphores à décor géométrique d’origine non déterminée (Bernard 1964, p. 88-142).

Fig. 143. Lectures comparées de la stratigraphie du site Th1, d’après Bernard 1964 et Muller et al. 2002. La désignation des murs est celle de Bernard 1964 ; entre crochets sont indiquées les nouvelles désignations des entités mentionnées dans le corps du texte.

Fig. 143. Lectures comparées de la stratigraphie du site Th1, d’après Bernard 1964 et Muller et al. 2002. La désignation des murs est celle de Bernard 1964 ; entre crochets sont indiquées les nouvelles désignations des entités mentionnées dans le corps du texte.

8Pour le fouilleur, il s’agissait du premier habitat grec : « les incendies des strates Y et W ne rapporteraient-ils pas la même histoire de conflits et violences que celle dont nous percevons confusément l’écho dans les poèmes d’Archiloque ? (…) Les conflagrations que révèle le sondage apportent aux données littéraires une confirmation archéologique » (Bernard 1964, p. 142). Pour le reste, son interprétation se calque sur la reconstruction de Jean Pouilloux : la première génération de colons, amenée par Télésiklès, encore isolée par ses difficultés avec les indigènes thraces, leur emprunte cependant son équipement matériel quotidien et ne commerce qu’avec le nord de l’Égée. Ce n’est qu’après le renforcement de la colonie par un deuxième contingent, celui amené par Archiloque et Glaukos, que la prospérité serait venue et que les marchands des Cyclades se seraient aventurés vers le nord, provoquant un changement profond du faciès céramique à partir de 650 : dans les couches postérieures en effet, les vases des Cyclades apparaissent en quantité (Bernard 1964, p. 142-146).

1.3. Lectures divergentes

  • 6 Owen 2005, p. 22, n. 12, rappelle sommairement les positions des principaux chercheurs sur l’attrib (...)

9Les sondages de 1960 et surtout la stratigraphie de Th1 sont rapidement devenus un élément de référence pour toute discussion sur la colonisation grecque dans le nord de l’Égée. Au-delà de l’interprétation résumée ci-dessus, qui est celle d’une co-existence, fût-elle violente, des Thraces et des Grecs l’espace d’une génération (en gros 680-650), d’autres lectures y ont vu une succession6 :

    • 7 Cette chronologie a été repoussée par Grandjean 1988, p. 436-440 et 465-468.

     habitat et mobilier témoignant de contacts cantonnés à l’Égée du nord devraient être attribués aux indigènes thraces, les Grecs n’arrivant que vers 650, en une seule vague très rapidement prospère (Graham 1978, p. 86-98 ; Graham 2001, p. 366-384)7 ;

  •  habitat et mobilier, thraces, devraient être remontés dans les dernières décennies du VIIIe siècle et les premières du VIIe, avant l’arrivée des Grecs, en deux vagues, vers 680 puis vers 650 environ (Grandjean 1988, p. 436-441 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, p. 717-722).

10Ces deux lectures divergent sur la date d’arrivée des colons pariens, mais se rejoignent dans leur succession tranchée entre Thraces et Grecs.

11Depuis 1960, de nombreux travaux sont venus apporter des éléments nouveaux, dans l’île surtout, dans une moindre mesure sur le site de Thasos-Limenas, parallèlement dans des enquêtes de terrain et des études de mobilier au musée. Le réexamen des sources littéraires lui-même a contribué au renouvellement des connaissances. Les Thraces d’Odonis sont enfin sortis – un peu au moins – de l’ombre, tandis que se précisaient les conditions de l’installation des Pariens dans l’île de Thasos.

2. Les Thraces d’Odonis

2.1. La présence thrace dans l’île

12La découverte la plus importante est celle de l’occupation pré- et proto-historique de l’île, d’Odonis donc. Grâce aux travaux de Chaïdo Koukouli d’abord, de Stratis Papadopoulos ensuite, l’occupation de l’île est désormais attestée dès le paléolithique et les indigènes thraces sont enfin apparus de façon plus tangible. Pour la fin de l’âge du Bonze (IA et IB, selon la périodisation de Chaïdo Koukouli) et le début de l’âge du Fer (IIA, B et C), on connaît désormais plus d’une demi-douzaine de sites, dont le plus important est celui de Kastri, au centre de l’île.

13Ces sites sont installés de préférence de façon à commander les ressources minières : cuivre, plomb et argent, fer et même or. La mise en relation, par l’archéométrie, d’artefacts métalliques avec ces ressources montre que les Thraces pratiquaient une métallurgie déjà active : du bronze depuis le Bronze récent au moins ; du fer, dont la technologie aurait peut-être été découverte accidentellement par les bronziers après une période d’importation d’objets en fer ; du plomb au Bronze récent et au début de l’âge du Fer ; peut-être même de l’or (Koukouli 1992, p. 674-684, 687-688).

2.2. La restitution du paysage de Limenas au VIIIe siècle

14Les recherches paléo-environnementales ont permis de restituer les grandes lignes du paysage naturel du site de Thasos-Limenas, avant son occupation durant la période IIC seulement (Sintès 2000, 2003). Le relief était alors bien plus contrasté et accentué qu’il ne l’est aujourd’hui, avant le remblaiement du bas de la pente de l’acropole, dont les versants étaient protégés par une dense couverture forestière. La région de la future agora classique-hellénistique était alors en légère pente vers la mer, surplombée du nord-est au sud-ouest par un ressaut du socle de gneiss, d’altitude et de largeur variable. Le réseau hydrographique présentait des différences encore plus sensibles par rapport à la situation actuelle : un cours d’eau venant du sud-ouest longeait au pied de l’acropole le ressaut décrit ci-dessus, traversait la partie basse du site, jusqu’à la zone des futurs agora et port, où il se jetait dans la mer : à cet endroit se trouvait une zone deltaïque largement amphibie, envahie de façon épisodique par la mer. Le niveau de celle-ci était alors sensiblement plus bas qu’aujourd’hui.

2.3. La relecture du sondage Th1

  • 8 On se reportera au nouveau relevé 2002 de la coupe nord, illustré Muller et al. 2002, p. 61, fig. 4 (...)

15En 2002, la réouverture du sondage profond du site Th1 et le réexamen de ses parois a permis de proposer une nouvelle lecture de la séquence W-X-Y-Z 8 (Muller et al. 2002) (fig. 143). Il apparaît désormais qu’il faut distinguer dans le seul niveau W trois périodes distinctes, avec un mur MUR13 plus ancien (période 1) que le MUR10 de la « maison absidale », elle-même bordée d’un fossé la protégeant du ruissellement côté amont (période 2). L’essentiel de la stratification est constitué, dès la phase d’utilisation de la « maison absidale », de dépôts colluvionnaires (périodes 2 et 3) : le lessivage des pentes en amont dépose d’abondants matériaux, tantôt sableux et gravillonneux, tantôt plus terreux et chargés de charbons de bois, naguère interprétés respectivement comme couches d’occupation ou remblais et d’incendie. Dans toutes les couches des périodes 1, 2 et 3, à l’exception de la couche de destruction (pierres et terre argileuse) de la maison absidale, on remarque l’abondance de coquillages marins et de scories très fragmentées. Surtout, dans la stratification de la période 3 d’autres indices révèlent une activité de métallurgie du fer : en particulier une profonde fosse tapissée de scories FOS33 et deux micro-séquences stratigraphiques SAR14 et SAR15 riches en scories, charbons de bois et battitures de fer, qui signalent la proximité immédiate de foyers de forges (Pichot à paraître).

  • 9 Sur ces vases : Gimatzidis 2002, p. 74 et Tiverios 2006, p. 78. Sur la présence eubéenne dans le go (...)
  • 10 Sur ces catégories de vases, voir aussi ; Tiverios 2006, p. 76-78, avec la bibliographie antérieure (...)
  • 11 L’origine et la date du G2-3 ware sont actuellement au centre des recherches et discussions. Voir e (...)

16Quant au mobilier recueilli en Th1 et Th2, Stéphanos Gimatzidis en a repris l’examen à la lumière des connaissances acquises en Macédoine depuis 40 ans (Gimatzidis 2002). Cette mise à jour a confirmé l’image de relations cantonnées au nord de l’Égée ; elle a permis cependant de reconnaître quelques tessons de skyphoi subgéométriques d’origine eubéenne 9, de mieux identifier les importations en provenance du golfe thermaïque – céramique dite « argentée », amphores commerciales subgéométriques sans doute destinées au transport du vin 10 – et surtout de proposer une datation globalement plus ancienne, couvrant la deuxième moitié du VIIIe siècle et les premières décennies du VIIe. La production de céramique subgéométrique G2-3 ware, des groupes éolien et lemnien, bien représentée parmi les trouvailles, remonterait elle aussi à la fin du VIIIe siècle 11.

17Les périodes 1 (avec le premier mur) et 2 (celle de la maison absidale) doivent donc bien être attribuées aux Thraces. Sans doute en est-il de même de la période 3 : c’est en tout cas ce que suggère l’homogénéité de la stratification et des trouvailles sur les trois périodes. Au-delà de l’uniformité du faciès céramique, l’abondance des coquillages marins plaide aussi en ce sens : sur d’autres sites thraces de l’île, elle est considérée comme révélatrice des habitudes alimentaires des indigènes qui y trouvaient leur principal apport protéïnique (Karali-Giannakopoulou 1999, p. 391-392). La période 4 est en revanche caractérisée par un profond changement du faciès céramique, où prédominent désormais des vases venus des Cyclades, et par la disparition quasi complète des coquillages.

2.4. Autres vestiges thraces du site de Limenas (fig. 142)

18Th2 se trouve à environ 200 m au nord de Th1, au bas du versant au sommet duquel s’installera plus tard le théâtre. Les deux sites sont tout à fait comparables, non seulement pour les trouvailles céramiques qui relèvent des mêmes catégories de céramiques nord-égéennes de la deuxième moitié du VIIIe siècle et des premières décennies du VIIe, mais aussi pour les données architecturales et stratigraphiques (Bernard 1964, p. 83-86), ce que n’a pas fait remarquer le fouilleur mais que le réexamen de Th1 a mis en évidence. En effet, sur une terrasse du secteur 3 de Th2 a été reconnu un mur appartenant à une construction dont la couverture était identique à celle de la maison de Th1 ; comme cette dernière, elle était protégé en amont par un canal. Dans le secteur 1 sont décrites « deux couches très minces d’une terre noirâtre mêlée de charbons, séparées par une couche de terre sablonneuse » : cette séquence est identique à la séquence X-Y-Z de Th1 ; dans le secteur 2, « deux strates de terre noire » identifiées à celles du secteur 1. Même s’il n’est pas fait mention de scories dans ces couches – celles de Th1 avaient également échappé à l’observation –
c’est très probablement une activité métallurgique qui est là encore à l’origine de leur accumulation.

19En Th3 (à une cinquantaine de mètres au sud seulement de Th1), des sondages profonds à côté de l’autel monumental de l’Artémision ont rencontré, au-dessus du sol vierge, une accumulation épaisse de près de 2 m de « couches de sable et de cailloutis contenant sporadiquement des céramiques précoloniales » (Maffre, Salviat 1980, p. 729 ; 1981, p. 935). Comme en Th1, il s’agit de colluvions.

  • 12 Blondé (Fr.), Muller (A), Mulliez (D.) - Thasos. Abords nord-est de l’agora. BCH, 109, 1985, p.874 (...)
  • 13 Bonias (Z.), Marc (J.-Y.), Viviers (D.) - Thasos. Le Théâtre. BCH, 119, 1995, p. 674 et 681.

20D’autres trouvailles ont été signalées dans des contextes stratigraphiques insuffisamment caractérisés qui ne peuvent être considérés comme des sites au même titre que Th1-2-3. À une quarantaine de mètres à peine au nord-ouest de Th3 (et une cinquantaine au sud-ouest de Th1), le « niveau le plus ancien » reconnu dans un autre sondage profond a livré des fragments de vases de cuisson tripodes de fabrication locale
précoloniale 12. D’autre part, à l’emplacement du futur bâtiment de scène du théâtre ont été observés « des fragments de murs directement construits sur le rocher » ; à proximité ont été recueillis quelques tessons « de céramique noire ou ocre lustrée, très proches de ceux étudiés par Paul Bernard »13.

21Signalons enfin pour mémoire quatre hypothèses qui reconnaissent d’éventuels éléments thraces sur le site de Limenas-Thasos et permettraient, si elles se vérifiaient, d’en compléter le paysage :

  •  divers indices (ossements humains fragmentés repris en position secondaire dans des remblais du VIe siècle ; discrets vestiges peut-être de tombes en place, mais observés trop partiellement au niveau de la nappe phréatique) suggèrent l’existence d’une nécropole ancienne, sur les marges occidentales des sites Th1 et Th3, sous l’angle nord-est de la future agora classique-hellénistique (Blondé, Muller, Mulliez 2003, p. 260 ; Blondé et al. 2008, p. 420) ; pourrait-elle être thrace plutôt que grecque ?

    • 14 Voir l’intervention de V. Najdenova in : Étienne, Le Dinahet 1991, p. 311 reprise Graham 2001, p. 3 (...)

     les fameuses « cupules », ou plutôt les fosses à côté de l’autel de l’Hérakleion (Launey 1944, p. 28, 167-170) évoqueraient des dispositifs analogues, des « bassins plus ou moins grands liés par des caniveaux », de sanctuaires rupestres thraces 14 ;

  •  l’identification d’offrandes thraces, des fibules du VIIIe et du début du VIIe siècle, suggère que le site de l’Artémision pourrait lui aussi avoir été un lieu de culte indigène avant d’être repris par les Grecs (Owen 2005, p. 20 et 22, n. 14) (voir ci-dessus Th3) ;

  •  la niche du sanctuaire de Pan, sur l’acropole, réutiliserait une tombe rupestre thrace (Owen 2000 ; Graham 2001, p. 379).

2.5. L’occupation thrace de Limenas

22Ces éléments ne donnent encore qu’un aperçu bien partiel de l’occupation thrace de Limenas. Tout au plus peut-on reconstituer, au bas du théâtre naturel de l’acropole et bordée à l’ouest par un cours d’eau, une agglomération relativement étendue, même si l’occupation n’est pas continue entre Th1 et Th2, distants de 200 m. Son installation est tardive par rapport aux autres sites protohistoriques dans l’île : c’est la seule qui ne soit occupée qu’à l’âge du Fer IIC. Cette période correspondrait à un retour vers les sites côtiers, à un moment de renaissance du commerce et des relations avec les régions du monde nord-égéen, dont témoignent les importations de céramiques évoquées ci-dessus (Koukouli 1992, p. 724 ; Gimatzidis 2002).

23Mais s’agit-il seulement d’un déplacement vers un site côtier ou plus précisément d’une installation sur un gîte métallifère ? En Th1 à l’évidence, en Th2 très vraisemblablement et en Th3 peut-être, on observe des indices d’activité métallurgique. En fait, l’attrait du site de Limenas, à côté de sa position favorable sur des voies commerciales et de l’existence d’un mouillage bien protégé, réside dans sa richesse minière : on connaît celle-ci depuis 1978 et la découverte de la mine de l’acropole (Koželj, Muller 1988). Les premières explorations avaient proposé pour celle-ci une exploitation à partir du VIe siècle : sans doute faut-il désormais remonter cette date à la période VIIIe - VIIe siècle. C’est là en tout cas, à proximité immédiate, que les Thraces exploitaient les minerais de fer surtout, mais aussi de cuivre et d’or, qu’ils transformaient en bas de la pente.

24Il est difficile de juger de l’importance de cette activité à partir des seules données de Th1 : elle n’est pas mince en tout cas. Mais les sites Th1 et Th3 ont donné un précieux indice supplémentaire : celui d’une rupture écologique, qui est la conséquence d’une métallurgie active. En effet, la plus grande épaisseur de la stratification antérieure à l’arrivée des Grecs est constituée de dépôts colluvionnaires, qui ne se forment qu’à partir du début de la présence humaine sur le site : avant celle-ci le paysage était resté tout à fait stable. Le facteur déclenchant de ce phénomène a été l’activité métallurgique, grosse consommatrice de combustible sous forme de charbon de bois : c’est évidemment la déforestation des pentes de l’acropole qui a entraîné l’érosion et le phénomène du colluvionnement, qui perdurera tout au long de l’histoire antique de Thasos et en modifiera profondément le paysage (Blondé et al. 2008, p. 418 ; Blondé, Muller, Mulliez 2009).

  • 15 Sur cette production de vin macédonienne, voir Tiverios 2006, p. 77, n. 35.

25Pour le reste, de ces Thraces d’Odonis à l’âge du Fer IIC, on connaît incomplètement deux exemples de leur habitat fort simple – plan en fer à cheval ou ellipsoïdal avec un refend, mur de pierre liées avec de la terre, toiture en argile sur clayonnage de branchages – et un peu mieux leur vaisselle (Bernard 1964 ; Gimatzidis 2002). Ils importent de Macédoine sans doute du vin et les vases qui vont avec15, amphores et cruches principalement ; ils ont également des partenaires commerciaux vers le sud-est de l’île (Lemnos, Éolide). Cette prospérité apparente et ces relations commerciales étendues, qui changent l’appréciation que nous devons avoir d’eux (Owen 2005, p. 19), les habitants d’Odonis la tirent pour une grande part de la métallurgie, ce que l’on soupçonnait déjà (Graham 1978, p. 88, 92) mais dont la révision du sondage Th1 a désormais apporté la confirmation archéologique (Muller et al. 2002, p. 65-69).

3. Les Phéniciens et Odonis ?

  • 16 Tiverios 2008, p. 75-76 reprend toutes les sources plus ou moins tardives ainsi que les hypothèses (...)
  • 17 François Salviat proposait généralement de revoir la datation des ivoires orientaux à la baisse (19 (...)

26Quant aux Phéniciens des sources littéraires (ci-dessus, § 1.1)16, on n’en a toujours aucune trace tangible. Seuls quelques lions d’ivoire orientaux recueillis à l’Artémision pourraient éventuellement être mis en rapport avec un commerce phénicien (Salviat 1962). Il est certes difficile d’exploiter des objets de luxe isolés ; la discussion autour de ces lions n’en est pas moins intéressante. François Salviat les a caractérisés comme des pièces originales importées d’Orient et les a datées du 2e quart du VIIe siècle au plus tôt. Il expliquait leur présence par la venue d’un marchand17 de Tyr ou de Sidon ou par la pénétration du commerce grec dans le Proche-Orient, tout en évoquant aussi la possibilité de liens directs entre Thasos et la région syro-phénicienne au VIIe siècle (Salviat 1962, p. 108). Mais la chronologie des ivoires orientaux paraît devoir être revue à la hausse (Graham 1978, p. 86, n. 249) : aussi le meuble luxueux auquel appartenaient ces lions (un trône ?) pourrait-il avoir été apporté par les Phéniciens (Graham 1978, p. 91) non à Thasos, mais à Odonis…

  • 18 Georges Dossin n’a cependant pas repris ces analyses dans son article Dossin 1977.

27Toponymie et onomastique de leur côté apportent peut-être des éléments de confirmation des dires d’Hérodote. En effet, les toponymes de Ainyra et de Koinyra, qui permettent à l’historien (VI 47) de localiser les mines d’or qu’auraient exploitées les Phéniciens, pourraient bien être de souche sémitique. Koinyra rappelle directement le nom de Koinyras, ancien roi de Byblos et roi de Chypre (l’île du cuivre) évoqué dans l’Iliade (Salviat 1962, p. 108, n. 7) ; d’après le linguiste Georges Dossin, Koinyra et Ainyra ont en commun le suffixe –ura qu’on retrouve dans arg-uros ; la première partie de ces toponymes pourrait être mise en rapport avec le vieux mot sémitique gin qui signifie l’or (Salviat, Servais 1964, p. 284, n. 3 ; Pouilloux 1982, p. 93, n. 13)18. Quant au nom Thasos lui-même, il s’agirait d’un vocable sémitique de souche araméenne qui signifierait « l’île de l’or » (Dossin 1977, p. 200). Enfin, de rares noms d’origine sémitique apparaissent dans l’onomastique thasienne plus récente : Kadmos, Pataikos et Matthaios, transcriptions grecques de l’araméen (Pouilloux 1954, p. 19-20). Mais plutôt que par une tradition phéniciennne remontant à l’époque d’Odonis, ces noms pourraient s’expliquer par une « phénicisation » bien plus tardive, au moment où la Thrace était devenue une satrapie perse (J. des Courtils in : Étienne, Le Dinahet 1991, p. 312).

28Cela fait donc bien peu de choses pour établir et caractériser une présence phénicienne à Odonis et laisse trop de place aux hypothèses. La renaissance du commerce en Égée du nord, dont témoigneraient les objets orientaux, mais aussi la diffusion de la céramique subgéométrique G2-3, est-elle due à la thalassocratie phénicienne en quête de métaux, qui aux IXe et VIIIe siècles a succédé à la thalassocratie mycénienne (Graham 1978, p. 89) ? Les Phéniciens installeraient souvent un sanctuaire en marge des communautés avec lesquelles ils étaient en relation commerciale : la situation même de l’Hérakleion de Thasos, à 400 m au sud-ouest du site thrace (Th1-2-3), irait ainsi dans le sens d’une fondation phénicienne et d’une confirmation d’Hérodote (II 44) (Van Berchem 1967, p. 102 ; Graham 1978, p. 89-90).

29Reste en tout cas l’absence totale de vestiges phéniciens ou même simplement antérieurs à la fin du VIIe siècle à l’Hérakleion (Bergquist 1973, p. 39-57 ; Graham 2001, p. 379). Et il faut aussi reconnaître qu’il est difficile de faire des Phéniciens les vecteurs du G2-3 ware, quand la diffusion de celui-ci – abondant dans le nord-est de l’Égée, mais plus que rare à l’ouest d’Odonis-Thasos – diffère à ce point de celle des quelques objets et amphores phéniciens reconnus jusqu’à présent, dans le nord-ouest de l’Égée seulement, à Thermè par exemple (Tiverios 2008, p. 75-76). Aussi a-t-on proposé de voir en fait dans ces « Phéniciens » des Mycéniens des côtes orientales de l’Égée (Launey 1944, p. 221) : leur commerce en tout cas est attesté par la présence de tessons mycéniens locaux sur le site de Kastri, à la fin de l’âge du Bronze (IB) (Koukouli 1992, p. 727).

4. Les débuts de Thasos grecque

4.1. L’arrivée des Pariens

30Comparant les récits de fondation de Marseille, de Rome et de Thasos, Claude Rolley a démontré que l’épisode de Tellis et Cleoboia (Pausanias X, 28, 3) ne se plaçait pas une génération avant la fondation par Télésiklès, mais était en fait contemporain de celle-ci : Cleoboia, prêtresse seule habilitée à porter les objets sacrés de Déméter, est placée sous la protection de Tellis, le père de l’oikiste ; ce dernier, armé et donc impur, ne peut en effet jouer ce rôle de garant (Rolley 1997, p. 40-41). Sont ainsi supprimés les « contacts précoloniaux » ou « l’infiltration des premiers contingents », et restent pour l’arrivée des Pariens les « deux vagues » traditionnellement datées des alentours de 680, pour la fondation par Télésiklès, et 650 pour le renforcement avec le contingent d’Archiloque (ci-dessus § 1.1).

31On peut désormais préciser ces dates. L’étude récente et la nouvelle chronologie des céramiques orientalisantes des Cyclades, naguère qualifiées de « méliennes » mais dont l’origine parienne est maintenant bien établie, montrent que l’Artémision de Thasos a reçu un certain nombre de ces vases dès le deuxième quart du VIIe siècle (Coulié 2008, p. 443-444) ; le changement du faciès céramique observé dans le sondage Th1 est donc bien antérieur à ca 650. Par ailleurs, dans un tout récent essai où il soumet à examen toutes les sources écrites relatives à Archiloque, François Salviat propose une nouvelle chronologie de la carrière du poète : son père Télésiklès aurait emmené une première expédition à Thasos vers 670, et c’est un Archiloque très jeune encore, âgé de 18 ans seulement, qui aurait dès 663 pris part avec Glaukos au deuxième contingent, acteur du développement de la colonie sur le continent, mais aussi d’éventuelles démêlées avec les Naxiens (Tsantsanoglou 2008, p. 173). En 648, au moment de la fameuse éclipse, Archiloque était déjà de retour à Paros (Salviat à paraître). L’archéologie et la philologie se conjuguent donc pour suggérer une colonisation très rapide de l’île à partir de 670, qui s’est étendue à partir de 663 déjà à son épire entre Strymon et Nestos, comme si les Pariens avaient cherché à y devancer d’autres Grecs (Tiverios 2008, p. 74). Cette nouvelle datation, intermédiaire entre les propositions de Jean Pouilloux (ca 680 et ca 650) et de A.J. Graham (ca 650), concilie une part de l’hypothèse du premier – existence de deux contingents, mais très rapprochés dans le temps et sans période de fragilité entre les deux – et une part de l’hypothèse du second – arrivée massive et rapidement couronnée de succès (ci-dessus, § 1.1 et 1.3 respectivement).

  • 19 Tel est l’objectif final du programme de fouille franco-grec ouvert en 2004 aux abords nord de l’Ar (...)

32On devine sans peine qu’à côté des autres richesses naturelles du site, c’est le potentiel minier et métallurgique de Thasos qui en faisait le principal attrait pour les Pariens. De fait, la stratification du site Th3 témoigne de l’activité métallurgique des premières générations de colons : à l’emplacement qui sera occupé fin VIe – début V e siècle par le grand autel de l’Artémision, les fouilleurs signalent une très forte concentration de scories dans un « sol » noirâtre – sans doute en raison de l’abondance de charbon de bois – que de rares tessons datent d’après 650 (Maffre, Salviat 1980, p. 729 ; 1981, p. 935). Surface et épaisseur de cette couche révèlent une activité soutenue et continue, en un endroit où le sanctuaire ne s’étendra que plus tard. D’après les échantillons de scories recueillis par les fouilleurs, on y a pratiqué la réduction du fer mais aussi produit du bronze : en témoigne en particulier un fragment de tuyère ou de moule pris dans une scorie de cuivreux (Pichot à paraître). Les minerais provenaient certainement de la mine de l’acropole (Koželj, Muller 1988). Si la première métallurgie grecque à Thasos se place ainsi dans la continuité topographique et sans doute aussi chronologique immédiate de celle des Thraces d’Odonis, il faudra, pour juger d’une éventuelle continuité technologique et comparer les performances des métallurgistes thraces et grecs, attendre l’exploration des sites Th1 et Th3 sur une plus grande surface avec la mise au jour d’installations artisanales et surtout des études archéométriques19.

33Si l’on a ainsi progressé sur la date et les motifs de la colonisation parienne à Thasos, on se retrouve en revanche plus démunis pour en décrire les modalités. On a vu plus haut que les « couches d’incendie » du site Th1 avaient ruiné la première hypothèse d’une installation pacifique (Pouilloux 1954, p. 34) au profit de celle d’une conquête violente (Bernard 1964, p. 142). Depuis la révision de la stratigraphie de Th1, on n’a plus d’indice pour le site de Limenas même, puisque les « couches d’incendie » de Th1 n’en sont plus ; quant à la couche de destruction de la maison absidale de ce même site, qui clôt la période 2, elle est bien antérieure à l’arrivée des colons à la période 4 (fig. 143) (Muller et al. 2002, p. 63-64). Ailleurs dans l’île, aucun des sites protohistoriques ne perdure au-delà de l’arrivée des colons grecs. La destruction du plus important, celui de Kastri, est même antérieure au niveau W qui recouvre les périodes 1-2 du site Th1 de Limenas, et donc à la colonisation (Koukouli 1992, p. 709-730) : ce hiatus demandera une explication.

4.2. La ville bipolaire d’Archiloque

  • 20 Sur chacun de ces sanctuaires, voir Grandjean 1988 et Grandjean, Salviat 2000, passim. Pour le Déli (...)

34En tout cas, on a bien l’impression que les indigènes thraces sont quasiment absents de la Thasos grecque : s’ils ont laissé une trace dans l’onomastique (Pouilloux 1954, p. 16-17), celle-ci est bien discrète (Chamoux 1959, p. 350). Peut-on du moins les retrouver dans l’organisation spatiale de l’agglomération grecque à ses débuts ? Jean Pouilloux, qui pensait à une juxtaposition de la colonie grecque et de l’établissement indigène (Pouilloux 1954, p. 15), voyait dans les sanctuaires de la périphérie et du sommet (Pythion et Athénaion auxquels on peut ajouter le Thesmophorion et désormais le Delion20) les sanctuaires proprement grecs, et dans ceux de la plaine (Artémision, Hérakleion et même celui resté anonyme au lieu dit Arkouda), des « ‘sanctuaires mixtes’, [unissant] le culte grec à des rites particuliers, ‘non helléniques’ » (Pouilloux 1954, p. 29). En l’état actuel des connaissances, l’origine thrace de ces deux lieux de culte prête à discussion et doit rester hypothétique (ci-dessus, § 2.4).

35Quoi qu’il en soit, l’Artémision et l’Hérakleion ont bien constitué les deux noyaux d’une agglomération bipolaire (Martin 1978, p. 185-186 ; Grandjean, Salviat 2000, p. 196) (fig. 144) ; autour de l’Artémision, au nord-est, se sont greffés la première zone publique, l’activité économique avec le port et la production métallurgique évoquée à l’instant, l’habitat que l’on connaît à partir de la fin du VIIe siècle (période 4) et une nécropole, peut-être dans la continuité d’une nécropole indigène (ci-dessus, § 2.4), où Glaukos, le compagnon d’armes d’Archiloque, a été honoré d’un cénotaphe. À proximité de l’Hérakleion, vers le sud-ouest, on connaît également un habitat, à partir de la fin du VIIe siècle (Grandjean 1988, p. 468-469). Mais, manifestement, ce pôle n’a pas la même importance que celui constitué autour de l’Artémision. Entre ces pôles, la voie qui longeait les dernières pentes de l’acropole formait le trait d’union de cette agglomération et menait au-delà à la chôra, sur le tracé qui réunissait déjà le site thrace à sa plaine agricole vers le sud-ouest.

Fig. 144. Thasos : la ville bipolaire vers la fin du VIIe s.

Fig. 144. Thasos : la ville bipolaire vers la fin du VIIe s.

36Cette bipolarisation de l’agglomération a été rapidement consacrée par la construction, dans la première moitié du VIe siècle, de la première protection reconnue à Thasos (fig. 145). Elle s’appuie sur le rempart naturel d’une abrupte arête rocheuse au flanc sud-ouest de l’acropole, et la prolonge à travers la plaine maritime par un fort mur doublé d’un glacis dallé du côté de la zone amphibie ; une série de bastions sur la ligne de crête de l’acropole complète ce dispositif. Cet aménagement défensif discontinu ne concerne ainsi qu’un périmètre réduit, autour du pôle nord-est : le pôle sud-ouest, autour de l’Hérakleion, reste en dehors du périmètre protégé (Blondé, Muller, Mulliez 2003, p. 258-259, 260 ; Blondé et al. 2008, p. 420).

Fig. 145. Thasos : l’agglomération avec sa première protection vers le milieu du VIe s.

Fig. 145. Thasos : l’agglomération avec sa première protection vers le milieu du VIe s.

37L’explication de cette bipolarisation inégale de l’agglomération aux VIIe et VIe siècles relève entièrement du domaine de l’hypothèse. Après avoir fait de l’Hérakleion un éventuel sanctuaire phénicien jouant le rôle de point de contact en marge d’une agglomération thrace (ci-dessus § 2.6), on a fait de lui, en raison de l’importance d’Héraklès dans le panthéon parien (Tiverios 2006, p. 80 ; 2008, p. 76) et de son rôle en général dans la colonisation grecque, une place avancée en marge de la ville grecque, où se seraient rencontrées l’ancienne population, thrace, et la nouvelle (Martin 1978, p. 191-192). On a aussi suggéré de voir dans cette bipolarisation « l’expression urbanistique de différenciations sociales et politiques » (Viviers 1999, p. 234-238). Mais, encore une fois, en l’état actuel des recherches, aucun indice archéologique ne permet de distinguer, comme le laissent entendre ces hypothèses, un quartier indigène d’un quartier grec dans la ville archaïque. Quoi qu’il en soit, ce n’est que la construction du grand rempart au tout début du V e siècle (Grandjean, Salviat 2000, p. 197) qui a mis fin à cette bipolarisation et unifié l’espace urbain : à partir de ce moment, en dehors des vestiges dans l’onomastique évoqués plus haut, l’élément thrace se dérobe complètement à Thasos : quoi de plus normal, près de deux siècles après l’arrivée des colons pariens ?

Bibliographie

Archiloque LB : Lasserre (Fr.) éd., Bonnard (A.) trad. – Archiloque. Fragments. Paris, 1959 (Collection des Universités de France).

Berchem 1967 : van Berchem (D.) – Sanctuaires d’Hercule-Melqart. Contribution à l’étude de l’expansion phénicienne en Méditerranée. Syria 44, 1967, p. 73-109, p. 307-338.

Bergquist 1973 : Bergquist (B.) – Herakles on Thasos : the Archaeological, Literary and Epigraphic Evidence for his Sanctuary, Status and Cult Reconsidered, Uppsala, 1973 (Boreas 5).

Bernard 1964 : Bernard (P.) – Céramiques de la première moitié du VIIe siècle à Thasos. BCH, 88, 1964, p. 77-146.

Blondé, Muller, Mulliez 2002 : Blondé (Fr.), Muller (A.), Mulliez (D.) –Évolution urbaine d’une colonie à l’époque archaïque. L’exemple de Thasos. In : Luce (J.-M.) éd., Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.-C.), Pallas, 58, 2002, p. 251-265.

Blondé, Muller, Mulliez 2009 : Blondé (Fr.), Muller (A.), Mulliez (D.) – Ανθρώπινοι και περιβαλλοντικοί παράμετροι της πολεοδομικής δυναμικής. In : Adam-Veleni (P.) dir., 20 χρόνια Αρχαιολογικό Εργο στη Μακεδονία και Θράκη, Thessalonique, 2009 [sous presse].

Blondé et al. 2008 : Blondé (Fr.), Muller (A.), Mulliez (D.), Kohl (M.), Sanidas (G.) – Thasos in the Age of Archilochos. In : Katsanopoulou et al. 2008, p. 67-83.

Chamoux 1959 : Chamoux (Fr.) – L’île de Thasos et son histoire. REG, 72, 1959, p. 348-369.

Coulié 2008 : Coulié (A.) – Archiloque et la colonisation de Thasos. L’apport de la céramique. In : Katsanopoulou et al. 2008, p. 427-449.

Dossin 1977 : Dossin (G.) – À propos de quelques toponymes égéens. In : La toponymie antique. Actes du colloque de Strasbourg, 12-14 juin 1975, Strasbourg, 1977 (Travaux du Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antique 4), p. 185-203.

Étienne, Le Dinahet 1991 : Étienne (R.), Le Dinahet (M.-Th.) éd. – L’espace sacrificiel en Grèce dans les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité. Actes du colloque tenu à la Maison de l’Orient, Lyon, 4-7 juin 1988, Lyon, 1991 (Publications de la Bibliothèque Salomon Reinach 5).

Gimatzidis 2002 : Gimatzidis (S.) – Ο αποικισμός της Θάσου. Η επανεξέταση της κεραμικής πρωΐμων φάσεων της αρχαίας πόλης. AErgoMak, 16, 2002, p. 73-81.

Grandjean 1988 : Grandjean (Y.), – Recherches sur l’habitat thasien à l’époque grecque. Paris, 1988 (Études thasiennes 12).

Grandjean, Salviat 2000 : Grandjean (Y.), Salviat (Fr.) – Guide de Thasos. Paris, 2e éd., 2000 (Sites et monuments 3).

Grandjean, Salviat 2008 : Grandjean (Y.), Salviat (Fr.) – Règlements du Délion de Thasos. BCH, 130, 2006 [2008], p. 293-327.

Graham 1978 : Graham (A.J.) – The foundation of Thasos. ABSA, 73, 1978, p. 61-98.

Graham 2001 : Graham (A.J.) – Thasian controversies : precolonial and colonial. In : Graham (A.J.) – Collected Papers on Greek Colonization, Leiden, 2001, p. 366-384.

Katsanopoulou et al. 2008 : Katsanopoulou (D.), Petropoulos (I.), Katsarou (S.) éd. - Archilochos and his Age. Proceedings of the 2nd International Conference on the Archaeology of Paros and the Cyclades, Paroikia, Paros, october 2005, Athènes, 2008 (Paros 2).

Karali-Giannakopoulou 1999 : Karali-Giannakopoulou (L.) – Το μαλακολογικό υλικό της Θάσου. Τα όστρεα ως πρώτη ύλη. In : Koukouli (H.), Muller (A.), Papadopoulos (S.) éd. – Thasos. Matières premières et technologie de la Préhistoire à nos jours. Actes du colloque de Thasos-Liménaria, septembre 1995, Paris, 1999, p. 389-393.

Koželj, Muller 1988 : Koželj (T.), Muller (A.) La mine d’or de l’acropole de Thasos. In : Wagner (G.A.), Weisgerber (G.) éd. – Antike Edel- und Buntmetallgewinnung auf Thasos. Bochum, 1988 (Der Anschnitt, Beiheft 6), p. 180-197.

Koukouli 1992 : Koukouli-Chrysanthaki (Ch.) – Πρωτοϊστορική Θάσος. Athènes, 1992 (ADDem 45).

Launey 1944 : Launey (M.) – Le sanctuaire et le culte d’Héraklès à Thasos. Paris, 1944 (Études thasiennes 1).

Maffre, Salviat 1980 : Maffre (J.-J.), Salviat (Fr.) – Thasos : Artémision. BCH, 104, 1980, p. 726-730.

Maffre, Salviat 1981 : Maffre (J.-J.), Salviat (Fr.) – Thasos : Artémision. BCH, 105, 1981, p. 932-939.

Martin 1978 : Martin (R.) – Thasos. Quelques problèmes de structure urbaine. CRAI, 1978, p. 182-195.

Muller et al. 2002 : Muller (A.), Sgourou (M.), Kohl (M.), Sanidas (G.) – Ο αποικισμός της Θάσου. Η επανεξέταση τών αρχαιολογικών δεδομένων. AErgoMak,16, 2002, p. 57-71.

Najdenova 1990 : Najdenova (V.) – Rock Shrines in Thrace. TerraAntBalc 5, 1990, p. 85-100.

Owen 2000 : Owen (S.) – New light on thracian Thasos : a reinterpretation of the ’Cave’ of Pan. JHS, 120, 2000, p. 139-143.

Owen 2005 : Owen (S.) – Analogy, Archaeology and Archaic Greek Colonization. In : Hurst (H.), Owen (S.) éd., Ancient Colonizations. Analogy, Similarity & Difference, Londres, 2005, p. 5-22.

Pichot à paraître : Pichot (V.) – Sidérurgie thasienne. Approches archéologique et archéométrique. In : Blondé (Fr.) éd., L’artisanat grec. Approches méthodologiques et perspectives. Actes de la Table-tonde d’Athènes, octobre 2008 [sous presse].

Pouilloux 1954 : Pouilloux (J.) – Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos. De la fondation de la cité à 196 avant J.-C. Paris, 1954 (Études thasiennes 3).

Pouilloux 1955 : Pouilloux (J.) – Glaukos, fils de Leptine, Parien. BCH, 79, 1955, p. 75-86.

Pouilloux 1964 : Pouilloux (J.) – Archiloque et Thasos, Histoire et poésie. In : Archiloque. Entretiens sur l’antiquité classique 10, Fondation Hardt Vandœuvres 26/8 - 3/9 1962, Genève, 1964, p. 3-27.

Pouilloux 1982 : Pouilloux (J.) – La fondation de Thasos : archéologie, littérature et critique historique. In : Haderman-Misguich (L.), Raepsaet (G.) éd., Rayonnement grec. Hommages à Charles Delvoye, Bruxelles, 1982, p. 91-101.

Rolley 1997 : Rolley (Cl.) – Encore les Άφιδρύματα : sur la fondation de Marseille, de Thasos et de Rome. AnnAStorAnt, 4, 1997, p. 35-43.

Salviat 1962 : Salviat (Fr.) – Lions d’ivoire orientaux à Thasos. BCH, 86, 1962, p. 95-116

Salviat à paraître : Salviat (Fr.) – Archiloque : la conquête thrace et Glaukos, le retour à Paros, l’éclipse. In : Bonias (Z.), Mulliez (D.) éd. – Qavso". Mhtrovpolh kai apoikive". Actes du colloque organisé à la mémoire de Marina Sgourou, Thasos, 21-22 septembre 2006 (BCH Suppl.) [sous presse].

Salviat, Servais 1964 : Salviat (Fr.), Servais (J.) – Stèle indicatrice thasienne trouvée au sanctuaire d’Aliki. BCH 88, 1964, p. 267-287

Sintès 2000 : Sintès (G.) – Les paysages thasiens à l’arrivée des Pariens : hypothèses sur les premières modifications. Topoi 10, 2000, p. 11-13.

Sintès 2003 : Sintès (G.) – Thasos, un port depuis l’Antiquité… malgré tout. BCH 127, 2003, p. 123-138.

Tiverios 2006 : Tiverios (M.) – Πάρος - Θάσος - Ευβοία. In : Stampolidis (N. Chr.) éd. – Γενέθλιον. Αναμνηστικός τόμος για την συμπληρςση είκοσιχρόνων λειτουργίας του Μουσείου Κυκλαδικής Τέχνης. Athènes, 2006, p. 73-85.

Tiverios 2008 : Tiverios (M.) – Greek colonization of the northern Aegean. In : Tsetskhladze (G.R.) éd., Greek Colonisation : an Account of Greek Colonies and other Settlements Overseas 2. Leiden, 2008 (Mnemosyne 193.2), p. 1-154.

Tsantsanoglou 2008 : Tsantsanoglou (K.) – Archilochos Fighting in Thasos. Frr. 93a and 94 from the Sosthenes Inscription. In : Katsanopoulou et al. 2008, p. 163-180.

Viviers 1999 : Viviers (D.) – Thasos. In : Greco (E.) éd., La città greca antica. Istituzioni, società e forme urbane. Rome, 1999, p. 221-250.

Notes

1 On reconnaîtra dans ce bilan les différentes strates d’apports de la communauté des chercheurs « thasiens », au premier chef français et grecs impliqués sur le terrain, mais aussi de bien d’autres, au cours d’un demi-siècle de fructueuses discussions. L’intérêt de Michalis Tiverios pour cette enquête est particulièrement stimulant : qu’il en soit remercié ici. La bibliographie ne prétend pas être exhaustive.

2 Les sources littéraires sur la Thasos pré-grecque ont été assemblées RE V2 (1934), s.v. « Thasos », col. 1310-1327 (F. von Hiller) et Pouilloux 1953, p. 15 ; voir aussi Launey 1933, p. 189 et Koukouli-Chrysanthaki 1992, p. 729-731.

3 Ce schéma a été élaboré dès Pouilloux 1964, p. 22-23 ; il reposait sur la « datation basse » d’Archiloque (Pouilloux 1964, p. 8-10), confirmée depuis, et sur la valeur conventionnelle de 30 ans pour une génération. Il a été repris avec quelques aménagements dans Pouilloux 1982. Martin 1978, p. 184 a traduit ce schéma par : « infiltration des premiers contingents, fondation de la ville et son expansion ». Tiverios 2008, p. 73-74, s’y rallie également, mais sans assigner de date à l’activité précoloniale de Tellis, et en élargissant à 680-670 et 660-650 respectivement la datation des deux vagues de colons pariens.

4 Il pourrait s’agir du contingent de 1000 hommes mentionné dans une inscription fragmentaire de Paros (Pouilloux 1954, p. 26-27 ; 1964, p. 12 ; Salviat à paraître).

5 On se reportera aux relevés (plan et coupe) de 1960 : Bernard 1964, fig. 1 et 2. Ces documents ont été republiés à plusieurs reprises, par exemple Graham 1978, p. 63, fig. 2 et 64, fig. 3 et Muller et al. 2002, p. 59, fig. 1-2.

6 Owen 2005, p. 22, n. 12, rappelle sommairement les positions des principaux chercheurs sur l’attribution des niveaux profonds du sondage aux colons grecs ou aux indigènes thraces.

7 Cette chronologie a été repoussée par Grandjean 1988, p. 436-440 et 465-468.

8 On se reportera au nouveau relevé 2002 de la coupe nord, illustré Muller et al. 2002, p. 61, fig. 4 et Blondé et al. 2008, p. 412, fig. 3, en attendant la publication du dossier stratigraphique complet dans le BCH.

9 Sur ces vases : Gimatzidis 2002, p. 74 et Tiverios 2006, p. 78. Sur la présence eubéenne dans le golfe thermaïque et en Chalcidique, d’où pourraient provenir ces vases, voir Tiverios 2008, p. 1-51, passim.

10 Sur ces catégories de vases, voir aussi ; Tiverios 2006, p. 76-78, avec la bibliographie antérieure, ainsi que, dans ce volume, la contribution de H. Manakidou.

11 L’origine et la date du G2-3 ware sont actuellement au centre des recherches et discussions. Voir en particulier Tiverios 2006, p. 78 avec la bibliographie antérieure.

12 Blondé (Fr.), Muller (A), Mulliez (D.) - Thasos. Abords nord-est de l’agora. BCH, 109, 1985, p.874, § 1.1. in fine.

13 Bonias (Z.), Marc (J.-Y.), Viviers (D.) - Thasos. Le Théâtre. BCH, 119, 1995, p. 674 et 681.

14 Voir l’intervention de V. Najdenova in : Étienne, Le Dinahet 1991, p. 311 reprise Graham 2001, p. 383-384. Sur ces sanctuaires rupestres thraces en général, voir Najdenova 1990.

15 Sur cette production de vin macédonienne, voir Tiverios 2006, p. 77, n. 35.

16 Tiverios 2008, p. 75-76 reprend toutes les sources plus ou moins tardives ainsi que les hypothèses fondées sur la toponymie qui témoigneraient d’une présence phénicienne en Thrace égéenne.

17 François Salviat proposait généralement de revoir la datation des ivoires orientaux à la baisse (1962, p. 114-115). Cette date lui était imposée par sa conviction qu’il ne pouvait que s’agir d’offrandes dans un Artémision installé par les Pariens, après 680 donc.

18 Georges Dossin n’a cependant pas repris ces analyses dans son article Dossin 1977.

19 Tel est l’objectif final du programme de fouille franco-grec ouvert en 2004 aux abords nord de l’Artémision (Thanar) autour de Th1. Ce programme en est encore à l’exploration des vestiges protobyzantins : voir les rapports BCH 128-129 (2004-2005) [2008], p. 734-751, BCH 130 (2006) [2009], et BCH 132 (2008).

20 Sur chacun de ces sanctuaires, voir Grandjean 1988 et Grandjean, Salviat 2000, passim. Pour le Délion tout récemment identifié, voir Grandjean (Y.), Salviat (Fr.), BCH 128-129 (2004-2005) [2008], p. 765-773 et surtout Grandjean, Salviat 2008, p. 315-325.

Table des illustrations

Titre Fig. 142. Thasos-Limenas : sites thraces assurés et hypothétiques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 143. Lectures comparées de la stratigraphie du site Th1, d’après Bernard 1964 et Muller et al. 2002. La désignation des murs est celle de Bernard 1964 ; entre crochets sont indiquées les nouvelles désignations des entités mentionnées dans le corps du texte.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 144. Thasos : la ville bipolaire vers la fin du VIIe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 145. Thasos : l’agglomération avec sa première protection vers le milieu du VIe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access