Annexe — Le mobilier de la domus à l’atrium fleuri

1Les conditions d’enfouissement de la maison ont donc préservé, dans un état remarquable de conservation, les parties inférieures des pièces et, par voie de conséquence, le matériel qui s’y trouvait encore. Le fait que des traces d’incendie aient été décelées (peintures murales en partie brûlées, quelques planches calcinées sur les sols de béton ou sur la mosaïque, de même que la combustion des seuils en bois, etc.) n’a guère de conséquence sur ce matériel qui ne présente pas, sauf rares exceptions, de dégâts particuliers.

I. Les conditions de conservation

2La fouille n’a pas livré le moindre indice significatif de l’ameublement de la maison ; on a déjà évoqué ce problème lors de la définition que nous avons cherchée à donner aux différentes salles et seules, ici ou là, quelques planches de bois ont été vues, correspondant plutôt à l’effondrement des plafonds qu’à des portes ou à des meubles.

3Cette carence de l’information touche, bien entendu, aux conditions de l’abandon.

4Même s’il faut admettre qu’une grande partie du mobilier a été récupérée avant l’évacuation définitive de la maison à l’atrium fleuri, le but est de dresser ici la liste des vaisselles et autres objets ou ustensiles qui subsistaient, malgré toutes ces réserves, sur les sols, sous l’effondrement de l’étage et d’une partie des élévations de murs ainsi que de la toiture, et d’établir des plans de répartition ; on serait alors porté à imaginer que l’on tient un instantané partiel de la répartition des objets dans chacune des pièces.

5Cependant, l’intérêt de cette démarche est à nuancer compte tenu de deux complications :

  • l’existence d’un étage contribue à brouiller le bon ordre du mobilier puisqu’il est certain que des ustensiles étaient rangés dans les logements supérieurs ;

  • dans la couche de mortier servant d’accroche aux peintures murales (toutes les pièces en comportaient) était inclus un grand nombre de tessons de céramiques (voir encart p. 338), si bien qu’il convient de porter un regard critique sur ce matériel (essentiellement constitué de fragments informes d’amphores ou de cruches) et les vases effectivement en usage dans la maison ; pour sélectionner ceux-ci, c’est le bon état de conservation des céramiques, après remontage, qui a prévalu.

6Concernant l’état dans lequel est parvenu le mobilier, il est nécessaire de rappeler le contexte de la découverte et la valeur de la collection par une série de faits et d’explications :

  • même si on apprécie une bonne part du plan de la maison, l’emprise des fouilles correspond seulement à environ 1/3 de la surface occupée (surface totale, hors œuvre : 470 m2 ; surface fouillée : environ 156 m2). La récolte de mobilier constitue donc un assortiment très incomplet ;

  • même s’il semble que la maison a subi un incendie, ses occupants ne l’ont pas quittée dans la précipitation ; ils ont disposé de temps pour déménager meubles et objets (lits, coffres, brasero, etc. ...), vider et démonter quelques équipements. Ainsi comprend-t-on la quasi-absence d’éléments appartenant à des meubles (appliques, charnières, etc.), à des huisseries ou au décor et à la parure des vêtements. Outre les pièces de valeur (métal, verre), il est donc très vraisemblable qu’une partie du mobilier céramique usuel a également été emportée ;

  • en plusieurs cas, il est assuré que le mobilier a été déplacé latéralement du fait de l’effondrement des peintures murales qui, en glissant pour partie le long des murs, se sont répandues sur les sols et ont pu passer d’une pièce à l’autre ;

  • après l’abandon des lieux, il est possible qu’un chapardage par des maraudeurs ait été effectué ; en tout cas – mais cela se produit peut-être lors de la construction de la maison de la phase suivante – on a la preuve que des récupérations organisées ont été opérées comme l’indiquent les prélèvements d’un tuyau en plomb qui reliait la margelle du puits à la cuisine et des placages de marbre qui ornaient les sommets des murs d’appui ;

  • enfin, l’édification d’une nouvelle maison n’est pas sans conséquence : certes, son établissement à un niveau supérieur de quelque 2 m a concouru à préserver les vestiges antérieurs mais la construction à son bénéfice de plusieurs murs profondément ancrés a fait disparaître (ou déplacer) un certain nombre de mètres cubes relatifs aux terres d’effondrement.

  • 1 Dessins Lucien Rivet et infographie Sylvie Saulnier. Photographie des objets : Loïc Damelet et Chri (...)

7Malgré ces réserves et ces résultats partiels, il apparaît toutefois intéressant de dresser l’inventaire du matériel intact ou présumé intact et en usage ; on y a ajouté quelques fragments de sigillées qui présentent des estampilles1.

II. Inventaire du mobilier

Boutique (espace 2)

8Surface reconnue : 16,75 m2 sur 38,90 m2, soit 43 %.

Boutique 2

Boutique 2

Figure 357 - Mobilier de la boutique (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

9Céramique culinaire africaine

1 : bord et carène d’une casserole à paroi redressée et lèvre bifide de la forme Ostia II, p. 85 et fig. 306 (Atlante I, tav. CVI, 7).

10Sigillée du sud de la Gaule

2 : coupe Ritt. 9 (4 fr.) dont il manque la marque ; le profil est un peu à l’écart du type canonique avec une paroi légèrement ouverte et l’absence de lèvre en bourrelet ;

3 : fond annulaire de forme Drag. 27 portant la marque incomplète --]NICIO ;

4 : fond annulaire de coupe Drag. 24/25 portant la marque RMANI, lig. RM.

11Lampe

5 : fragment de forme Deneauve VA à médaillon décoré d’une double corne d’abondance dont les pointes sont ornées de têtes de capricorne ; engobe brun clair, métallescent.

12Imitation de sigillée

6 : petite coupe à paroi épaisse (pâte fine, orangée, micacée) imitant la vaisselle campanienne ;

7 : coupe (3 fr.) à paroi épaisse et à engobe jaune-orange imitant la vaisselle campanienne.

13Céramique culinaire italique

8 : grand couvercle à bord redressé et lèvre arrondie par un bourrelet (5 fr.) ;

9 : marmite à rebord horizontal (3 fr.) de forme Haltern 56 à fond bombé.

14Céramique commune à pâte claire

10 : petite coupe à marli légèrement recourbé et à fond plat découpé à la ficelle ;

11 : petit couvercle à bouton de préhension pincé (4 fr.).

12 : coupe-mortier à listel dont il manque le versoir (2 fr.), pâte sableuse ;

13 : coupe-mortier à listel et versoir (155 fr.), pâte beige, compacte (voir aussi fig. 388) ;

14 : moitié supérieure d’une cruche à une anse (11 fr.) ;

15 : moitié inférieure d’une cruche de même facture à fond annulaire (41 fr.).

Boutique 2

Boutique 2

Figure 359 - Place Formigé. Mobilier de la boutique, suite (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

15Mortier italique

16 : fragment de versoir et de rebord de type Dramont 2 (Hartley 1973) portant la marque ---]RCSEC[---/--- sur deux lignes.

16Terre cuite

  • [fig. 358] : trois fragments de sole ( ?) de four.

  • [fig. 381] : quatre pesons.

Figure 358 - Place Formigé

Figure 358 - Place Formigé

Éléments de terre cuite, provenant de la boutique 2, identifiés comme des fragments de soles (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

17Bronze

17 : louche à large cuiller très peu profonde, ou passoire (fond absent), à lèvre épaissie et arrondie et à manche étroit et long terminé par un trou de suspension ;

18 : deux embouts en bronze (cylindres creux contenant encore du bois), retrouvés côte à côte, dont l’une des extrémités comporte une base plus large (découverts contre le parement du mur 12) (voir aussi fig. 375) ;

19 : amulette phallique : phallus et bras tendu avec poing.

18Fer

- plusieurs fragments de plaques ou grilles à fonction indéterminée (voir fig. 286).

Vestibule (espace 1)

19Surface fouillée : 18 m2 sur 26,80 m2, soit 67 %.

20Amphore

- (non ill.) partie inférieure d’une amphore Dressel 20 (59 fr.).

Corridor (espace 3)

21Surface fouillée : 5 m2 sur 7 m2 soit 71 %.

Corridor 3

Corridor 3

Figure 360 - Place Formigé. Mobilier du corridor (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

22Sigillée du sud de la Gaule

20 : coupe incomplète (3 fr.) de forme Drag. 24/25.

23Sigillée italique

21 : assiette de forme Goud. 43/Consp. 3.1.2 (15 fr.) portant la marque centrale MVRRI.

  • 2 Les quatre vases suivants, entiers (voir aussi fig. 390), ont fait l’objet d’une étude particulière (...)

24Céramique culinaire africaine2

22 : casserole (20 fr.) de forme Hayes 194 ou Atlante I, CVI, 8, p. 216 à paroi extérieure cendrée ;

23 : couvercle à bouton (13 fr.) de forme Ostia II, fig. 302 ou Atlante I, CIV, 1, p. 212, assorti au récipient précédent ;

24 : marmite (14 fr.) de forme Ostia II, fig. 309 (proche de Hayes 23A) ou Atlante I, CVI, 14, p. 217 ;

25 : couvercle (17 fr.) de forme Hayes 196 , variante précoce, assorti au récipient précédent.

25Lampe

26 : exemplaire (8 fr.) de forme Deneauve VA dont le médaillon porte un décor très incomplet : personnage ( ?) portant la leontis ; engobe brun orangé métallescent.

26Imitation de sigillée

27 : petite coupe à pâte très finement micacée imitant la vaisselle campanienne de forme Lamb. 30/31.

27Céramique commune engobée

28 : cruche à ouverture renflée, bec pincé et à une anse (14 fr.), pâte beige foncé, tendre, engobe micacé, brun orangé et brun-gris foncé.

28Céramique commune à pâte brune

29 : coupe à haut pied (Räucherkelch), incomplète (3 fr.), pâte micacée ;

30 : olla tournée, à épaulement fortement caréné (8 fr.) ; bord et encolure lissés, panse rugueuse ; pâte brun-gris foncé, homogène semi-grossière à dégraissant très abondant, sableux avec paillettes de mica doré et argenté ; restes d’une couverte grise sur les zones lissées.

29Céramique culinaire italique

31 : pot à une anse (50 fr.), pâte fine, compacte, brun-rouge, à gros grains noirs irréguliers de dégraissant et à fins pigments blancs clairsemés ;

32 : olla à pâte grossière (32 fr.), brun à rouge, sableuse, à dégraissant de litoclastes et de roches volcaniques ; les surfaces sont plus foncées que le cœur de la pâte.

30Céramique culinaire micacée varoise

Corridor 3

Corridor 3

Figure 361 - Place Formigé. Mobilier du corridor, suite (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

31Aucun de ces vases ne paraît avoir été pourvu de préhensions.

33 : plat (2 fr.) de forme 5 (Rivet 1982), carbonisé ;

34 : plat (12 fr.) de forme 6-7 ;

35 : olla (16 fr.) de forme 20 ;

36 : olla (12 fr.) de forme 20.

32Céramique commune à pâte claire

37 : col de cruche à une anse et à ouverture évasée en baïonnette ;

38 : pot à deux anses, lèvre manquante (27 fr.).

33Tuiles

  • [fig. 383, no 12] : fragment portant en creux la marque CASTORIS ;

  • [fig. 384, no 21] : fragment portant en creux la marque MARI.

On peut également signaler un fragment de tuile-cheminée.

34Terre cuite

- [fig. 381] : un peson.

35Verre

39 : petit flacon (balsamaire) à fond plat et panse piriforme galbée, col cylindrique vertical et lèvre cassée, de couleur bleu-vert clair (forme Isings 8) (voir aussi fig. 380, à g.).

36Bronze

40 : marmite à paroi mince, à bord en baïonnette et à panse biconvexe à carène basse (voir aussi fig. 374) ;

41 : applique en forme de tête de chien.

Cuisine (espace 4)

37Surface fouillée : 22,15 m2 sur 41,30 m2 soit 53 %.

Cuisine 4

Cuisine 4

Figure 362 - Place Formigé. Mobilier de la cuisine (dessin L. Rivet).

38Céramique à paroi fine

42 : gobelet (14 fr.) de forme Mayet XL à décor barbotiné de feuilles d’eau et de bâtonnets.

39Céramique culinaire italique

43 : bord de couvercle ;

44 : bord de plat à engobe interne rouge pompéien ;

45 : partie supérieure d’un pot à pâte brune dont il manque l’anse, semblable au no 31.

40Céramique commune à pâte claire

46 : coupe à haut pied (Räucherkelch, 6 fr.) ;

47 : coupe à listel et versoir (8 fr.) ;

48 : col de cruche à une anse (8 fr.).

41Terre cuite

- [fig. 381] : quatre pesons.

42Bronze

49 : petite casserole (ou patère) à flanc galbé, à fond plat, à lèvre en saillie et à manche (incomplet) épais et court ;

50 : petite casserole à vasque peu profonde (le fond manque), à lèvre à ressaut et à manche, étroit et long, terminé par un trou de suspension ;

51 : partie supérieure d’une clochette (sonnaille) cylindrique à paroi mince et galbée et à bélière de suspension profilée à pan coupé pourvue d’un orifice central circulaire ; le battant manque mais il subsiste la trace de rouille de cet élément qui était en fer (voir aussi fig. 376).

43Fer

Cuisine 4

Cuisine 4

Figure 363 - Place Formigé. Mobilier de la cuisine, suite (dessin L. Rivet).

52 : trépied circulaire (diam. 21 cm ; haut. 18 cm) fait de deux types d’éléments : le cerclage de support est disposé à plat et riveté à trois pattes verticales qui, faisant retour vers le centre, se terminent chacune par deux pointes ; l’autre extrémité des pattes est recourbée pour former un pied (voir aussi fig. 378) ;

53 : gril (craticula) quadrangulaire (larg. 29/29,5 cm ; long. minimum 26,5 cm ; haut. 7,5 cm) composé de deux barres latérales de maintien – dont une extrémité est recourbée à angle droit pour former un pied épaissi – auxquelles sont fixées au moins sept tiges transversales, de section carrée, disposées régulièrement et parallèlement. On ignore la longueur originelle.

Cubiculum (espace 10)

44Surface fouillée : 4,80 m2 sur 12 m2 ( ?) soit 40 % ( ?).

Cubiculum 10

Cubiculum 10

Figure 364 - Place Formigé. Mobilier du cubiculum 10 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

45Mortier italique

54 : mortier italique de forme Dramont 2 (Hartley 1973) avec marque DOMIT[---/GNOT[--- sur deux lignes (7 fr.).

46Verre

55 : ensemble de fragments représentant deux vases fermés de taille différente, partiellement fondus, de couleur vert-bleu : on observe deux embouchures en partie déformées (diam. int. 1,5 cm et 5 cm), une anse plate striée et un grand nombre de fragments plats, parfois avec une bordure cylindrique ; on ne sait rapporter ces vases (à liquide) à une forme précise.

47Fer

56 : lame de serpe ou de greffoir dont il manque la partie inférieure du fer, ou soie, qui pénètre dans le manche (voir aussi fig. 379).

Impluvium (espace 5)

48Surface fouillée : 5,90 m2 sur 13,80 m2 soit 43 %.

Impluvium 5

Impluvium 5

Figure 365 - Place Formigé. Mobilier de l’impluvium (dessin L. Rivet).

49Sigillée du sud de la Gaule

57 : assiette de forme Drag. 18 (2 fr.), de profil d’époque néronienne, avec marque OFSECVN ;

58 : fond d’assiette Drag. 18 (3 fr.) à couverte marbrée, de bonne facture, marque incomplète, OFM[--- ;

59 : plat de forme Drag. 18 (3 fr.) dont l’emplacement de la marque n’est pas conservée ;

60 : fond de coupe de forme Drag. 29 (3 fr.) avec marque FIILIX.

50Sigillée italique

61 : coupe de forme Consp. 37.3.1 (3 fr.) avec marque in planta pedis, vraisemblablement C.MR ;

62 : coupe de forme Ritt. 8/Consp. 36.4.1 avec marque in planta pedis, incomplète et non lue.

51Céramique culinaire micacée varoise

63 : plat à oreilles (4 fr.) de forme 5b (Rivet 1982), la catégorie étant également représentée par d’autres plats et ollae, fragmentaires.

52Terre cuite

- [fig. 381] : disque (diam. 11 cm ; ép. 2 cm) vraisemblablement taillé puis poli dans une tuile et percé de deux trous.

53Verre

64 : petit balsamaire vert pâle, à fond plat et panse piriforme, col étranglé terminé par une embouchure évasée (Isings 26a) (voir aussi fig. 380, à dr.).

Portique sud de l’atrium (espace 9)

54Surface fouillée : 6,75 m2 sur 14,30 m2, soit 47 %.
C’est une zone vide de pièces de vaisselle.

55Tuiles

  • [fig. 383, no 1] : fragment portant en creux la marque CAS[ ;

  • [fig. 383, no 2] : fragment portant en creux la marque ]ASTORIS ;

  • [fig. 383, no 3] : fragment portant en creux la marque ]RIS ;

  • [fig. 383, no 15] : fragment portant en creux la marque CAST[ ;

  • [fig. 383, no 16] : fragment portant en creux la marque ]STORIS ;

  • [fig. 384, no 26] : fragment portant une marque à crue tracée au doigt : SII.

56Terre cuite

- [fig. 381] : deux pesons.

Portique nord de l’atrium (espace 9)

57Surface fouillée : 9 m2 sur 19,20 m2 soit 47 %.

Portique 9

Portique 9

Figure 366 - Place Formigé. Mobilier du portique (cliché et dessin L. Rivet).

58Lampe

65 : exemplaire de forme Deneauve IXA à canal fermé marqué COMVNIS.

59Céramique commune à pâte grise

66 : encolure de bouilloire à bec trilobé en céramique commune à pâte kaolinitique (48 fr.) de forme Goud. 1.

60Tuile

- [fig. 383, no 5] : fragment portant en creux la marque CASTORIS (et montrant l’empreinte d’une semelle).

61Fer

67 : candélabre dont la reconstitution graphique repose sur la découverte d’une vingtaine d’éléments ; la tige, de section circulaire (diam. 1,5 à 2 cm) repose sur trois pieds recourbés ; deux éléments, également en fer, un petit plateau creux et une coupelle conique, ont été retrouvés associés aux fragments de la tige et pouvaient être solidaires de ce support ; la restitution proposée demeure hypothétique.

Tablinum (espace 6)

62Surface fouillée : 20,10 m2 sur 31 m2 soit 64 %.

Tablinum 6

Tablinum 6

Figure 367 - Place Formigé. Mobilier du tablinum (dessin L. Rivet).

63Sigillée du sud de la Gaule

68 : assiette de forme Drag. 15/17 (15 fr.), à profil « ouvert » caractéristique du début des années 60, avec marque rétrograde CASTIOF ; sous le fond, graffiti : II en opposition à X ;

69 : assiette de forme Drag. 15/17 (9 fr.), à profil « ouvert » caractéristique du début des années 60, avec marque ---]CAS+, lig. TI ; sous le fond, graffiti incomplet : II et, vraisemblablement manquant, X ;

70 : assiette de forme Drag. 15/17 (13 fr.), à profil « ouvert » caractéristique du début des années 60, avec marque CEX.ALBINI ; sous le fond, graffiti : J et II en opposition à X ;

71 : assiette de forme Drag. 15/17 (12 fr.), à profil « ouvert » caractéristique du début des années 60, avec marque incomplète OFLVCR ; sous le fond, graffiti : VR ; sous la panse, VRBI ;

72 : fond d’assiette portant la marque NESTORFEC ; sous le fond, graffito : VA ( ?) ;

73 : coupe de forme Ritt. 12 (19 fr.) dont le profil de la collerette renvoie à l’époque néronienne ;

74 : partie haute d’une coupe de forme Ritt. 12 (4 fr.) dont le profil de la collerette renvoie à l’époque néronienne ;

75 : coupe Drag. 27 marbrée (2 fr.), de profil d’époque néronienne, dont il manque l’emplacement de la marque ;

76 : encrier Hermet 18 (2 fr.) ;

77 : bas de panse de gobelet Déchelette 67 marbré décoré d’une palissade de bâtonnets tremblés reposant sur une ligne perlée (Hermet 90, 11 et p. 145-146) dans le style de Crucuro (Ettlinger-Simonett 1952, p. 47 et pl. 15, no 7) ;

Tablinum 6

Tablinum 6

Figure 368 - Place Formigé. Mobilier du tablinum, suite (dessin L. Rivet).

  • 3 La fosse de Gallicanus, découverte dans l’angle nord-est de l’ancienne parcelle Malaval, a livré en (...)

78 : coupe de forme Drag. 29 (5 fr.), de bonne facture et à la carène bien marquée (années 50-60), avec estampille OFCAST ; la frise, décorée d’une guirlande d’éléments bifoliés (proche de Hermet 13, 26 ou 32) et la panse, composée d’une guirlande de feuilles pectinées imbriquées (Hermet 7, 4) au-dessus d’une guirlande d’éléments bifoliés également emboîtés (proche de Hermet 13B, 14), renvoient aux vases de la fosse de Gallicanus3 (Polak 2000, p. 409-410) ;

79 : fond de coupe Drag. 29 avec marque FELIC[-]S ; décor des années 55-65 avec, sur la frise, une imbrication lâche de triangles ou pointes de flèches (Hermet 52) et, sur la panse, une sorte de guirlande de feuilles latéro-échancrées (Hermet 6, 40) sur une palissade de feuilles dressées (Hermet 10D, 29) ;

  • 4 Le sondage 15 pratiqué dans le Champ Cluzel à La Graufesenque a mis au jour un dépotoir rempli de c (...)

80 : bas de panse de Drag. 30 (4 fr.) ; on reconnaît les poinçons suivants : Apollon Citharède (Hermet 18, 3), chien (Hermet 26, 35), cervidé (Hermet 27, 16) et tortillon (Hermet 16, 40) dans le style de Masclus (précision A. Vernhet et Vernhet 1993, p. 55)4.

64Céramique culinaire italique

81 : plat à engobe interne rouge pompéien (16 fr.).

65Céramique commune engobée

82 : petit pot sur fond annulaire dont il manque le bord (6 fr.), engobe brun orangé, pâte micacée ;

83 : cruche à ouverture renflée, bec pincé et à une anse (3 fr.), pâte beige foncé, tendre, engobe gris foncé brillant (semblable à l’exemplaire no 28) (voir aussi fig. 389).

66Céramique commune à pâte claire

Tablinum 6

Tablinum 6

Figure 369 - Place Formigé. Mobilier du tablinum, suite (dessin L. Rivet).

84 : coupe-mortier à listel dont il manque le versoir (7 fr.) ; paroi interne finement striée ;

85 : grande coupe à anses appliquées (26 fr.).

67Amphore

6886 : amphore Dressel 20 quasiment entière (70 fr.) dont seules les anses manquent dans le remontage ; une anse isolée (pâte de couleur beige rosée) de Dressel 20 pourrait lui correspondre, portant la marque MAEMRVSTICI.

69Tuiles

  • [fig. 384, no 20] : fragment portant en creux la marque MARI ;

  • [fig. 384, no 22] : fragment portant en creux la marque L.M.C ;

  • [fig. 384, no 23] : fragment portant en creux la marque LM[ ;

  • [non ill.] : fragment portant une marque à crue tracée au doigt : MAX.

En outre, lors de la dépose des peintures murales, est apparu un fragment portant la marque en creux CASTORIS (voir infra p. 000 et fig. 383, n° 13).

Grand œcus (espace 8)

70Surface fouillée : 18,30 m2 sur 31,75 m2 soit 57 %.

Grand œcus 8

Grand œcus 8

Figure 370 - Place Formigé. Mobilier du grand oecus (dessin L. Rivet).

71Sigillée du sud de la Gaule

87 : coupe de forme Ritt. 8 (2 fr.) avec marque de lecture difficile, CORV ;

88 : coupe de forme Drag. 24/25 (2 fr.) avec marque graphomorphe ;

89 : coupe de forme Ritt. 9 (9 fr.) avec marque SECV[--- ;

90 : assiette de forme Drag. 15/17 (13 fr.), à profil « ouvert » caractéristique du début des années 60, dont il manque l’emplacement de la marque ;

91 : assiette de forme Drag. 18 (23 fr.), de profil d’époque néronienne, avec marque .CASTI. bornée par deux points ;

92 : assiette de forme Drag. 18 (5 fr.), de profil d’époque claudienne, avec marque GENALISF, lig. LI ; sous le fond, graffiti PAV et X ( ?) ;

93 : assiette de forme Drag. 18 (5 fr.), de profil d’époque claudienne, dont il manque l’emplacement de la marque ;

94 : assiette de forme Drag. 18 (9 fr.), de profil d’époque néronienne, dont il manque l’emplacement de la marque ;

95 : assiette de forme Drag. 18 (6 fr.), de profil intermédiaire entre l’époque de Claude et celle de Néron, dans les années 50, dont il manque l’emplacement de la marque ;

96 : assiette de forme Drag. 18 (5 fr.), de profil intermédiaire entre l’époque de Claude et celle de Néron, dans les années 50, dont il manque l’emplacement de la marque ;

97 : fond d’assiette de forme Drag. 18 (2 fr.), avec pied de profil d’époque claudienne et marque SCOTNVS ;

98 : coupe Drag. 29 (2 fr.) dont il manque l’emplacement de la marque et dont le décor est sensiblement plus récent que ceux attestés dans la fosse de Gallicanus datée de 55-60 (information A. Vernhet) : frise constituée d’une association de trois nodules surmontés d’un élément bifolié (Hermet 13B, 20) et panse composée d’une guirlande de feuilles ovales sinuées (plus petites que Hermet 10C, 4) surmontant une alternance de festons (Hermet 31, 22) incluant un chien (plus petit que Hermet 26, 58) sur feuille non identifiée et de trois feuilles panduriformes (Hermet 12, 58).

72Céramique culinaire africaine

99 : marmite (23 fr.) de forme Atlante I, CVI, 7/Ostia II, fig. 306.

73Céramique culinaire italique

100 : plat à engobe interne rouge pompéien avec marque à cru sous le fond (24 fr.) : ---]IC ;

74Imitation de sigillée

Grand œcus 8

Grand œcus 8

Figure 371 - Place Formigé. Mobilier du grand oecus, suite (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

101 : coupe évasée à pâte micacée et engobe orangé, imitant la forme Lamb. 8 de campanienne.

75Céramique commune engobée

102 : gobelet à panse globulaire (5 fr.), pâte micacée, engobe brun orangé, mat ;

103 : grande cruche à une anse, sur fond annulaire, dont il manque le bord (33 fr.), engobe orange peu adhérent, pâte micacée.

76Céramique culinaire micacée varoise

104 : olla (28 fr.) de forme 17 (Rivet 1982) à anse rubanée. Pellicule de dépôts rougeâtres sur la paroi intérieure dans la partie inférieure du vase ;

105 : olla (18 fr.) incomplète (forme 20) pour laquelle on ne peut préciser le mode de préhension.

77Céramique commune à pâte claire

106 : cruche à une anse, col galbé et fond annulaire (41 fr.).

78Terre cuite

- [fig. 381] : un peson.

79Verre

107 : patère moulée (6 fr.) en verre de couleur vert d’eau, à paroi décorée de filets et fond ombiliqué (forme approchante de Morin-Jean 136 et Isings 75b).

80Tuiles

  • [fig. 383, no 11] : fragment portant en creux la marque CASTORIS ;

  • [fig. 383, no 14] : fragment portant en creux la marque CASTO[- ;

  • [fig. 383, no 17] : fragment portant en creux la marque -]STORIS ;

  • [fig. 384, no 18] : fragment portant en creux la marque MARI ;

  • [fig. 384, no 19] : fragment portant en creux la marque MARI ;

  • [fig. 384, no 24] : fragment portant en relief la marque CHV ;

  • [fig. 384, no 25] : fragment portant en relief la même marque C[-

81Brique bipédale

- [fig. 383, no 4] : fragment, épais de 5,5 cm, portant en creux la marque CASTORIS.

82Bronze

108 : petit pêne de serrure.

Petit œcus (espace 7)

83Surface fouillée : 6,90 m2 sur 18,60 m2 soit 37 %.

Petit œcus 7

Petit œcus 7

Figure 372 - Place Formigé. Mobilier du petit oecus (cliché Ph. Foliot et L. Damelet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

84Céramique culinaire italique

109 : couvercle (35 fr.) ;

110 : plat à engobe interne rouge pompéien (21 fr.).

85Tuiles

  • [fig. 383, no 6] : fragment portant en creux la marque CASTORIS ;

  • [fig. 383, no 7] : fragment portant en creux la marque CASTORIS ;

  • [fig. 383, no 8] : fragment portant en creux la marque CASTORIS ;

  • [fig. 383, no 9] : fragment portant en creux la marque CA[- ;

  • [fig. 383, no 10] : fragment portant en creux la marque -]IS.

86Bronze

111 : lampe « ouverte » sur fond annulaire attribuable au type Loeschcke XXVA (voir aussi fig. 377).

III. Commentaires

87Il convient de revenir sur cette bonne centaine de pièces (111 exactement, et tout particulièrement sur les 98 qui constituent des pièces de vaisselle et des ustensiles concernant strictement la table et la cuisine), par catégorie (fig. 373), afin de les rapporter aux connaissances qu’on en a aussi bien en termes de chronologie que d’origine. D’autres objets sont liés à l’éclairage, à l’ameublement, à des activités de production, etc.

Figure 373 - Place Formigé

Figure 373 - Place Formigé

Répartition de la vaisselle et des ustensiles de cuisine dans les différents espaces de la maison à l’atrium fleuri.

1. Le mobilier métallique et le verre

88Il consiste en objets liés à la cuisine et à la table mais aussi destinés à divers usages dans la maison.

89• Le bronze

90Plusieurs ustensiles de vaisselle en bronze ont été mis au jour, uniquement dans les locaux de service de la maison ainsi que dans la boutique :

  • une marmite à paroi mince (no 40, corridor 3) (fig. 374) trouve un équivalent à Pompéi, par exemple dans la maison I, 8, 14 (Tassinari 1993, type U 2130) ;

Figure 374

Figure 374

Marmite en bronze (n° 40) provenant du corridor 3 (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

  • une passoire, ou louche ( ?) à large cuiller (no 17, dans la boutique 2), à long manche étroit, est comparable à un objet du Musée des Antiquités Nationales (Tassinari 1975, no 49), sans datation ;

  • une petite casserole à flanc galbé et manche épais (no 49, cuisine 4) trouve des comparaisons avec des objets de Pompéi (Tassinari 1993, types G. 1000 ou 2000) ;

  • une petite casserole à manche étroit et long (no 50, cuisine 4) est plus ou moins similaire avec des ustensiles (dits de bains) attestés à Pompéi (Tassinari 1993, type I 2000 ( ?) à fond annulaire).

  • D’autres objets divers se rapportent au mobilier, au décor ou encore à la vie quotidienne :

  • pour les deux embouts en bronze (no 18, boutique 2) (fig. 375), on ne sait déterminer leur fonction malgré la consultation de très nombreuses publications (des éléments dans l’ameublement ? des armatures de meuble ? de lit ? des supports de hampes ? des gonds de portes ou des cylindres mobiles de volets (Ginouvès 1992, pl. 24, 4) ? La présence de bois à l’intérieur des cylindres exclut, en tout cas, leur utilisation dans un dispositif hydraulique. Il existe des pièces semblables, mais plus courtes et à base carrée, qui sont sûrement des gonds (Stefani 2003, p. 131, A26). On peut également évoquer des éléments de tige de candélabre ou ceux d’un instrument de géomètre (Settis 1984, p. 119, fig. 83 = Sena Chiesa 1998, p. 273), mais aucune comparaison n’est réellement convaincante.

Figure 375

Figure 375

Embouts en bronze (n° 18) provenant de la boutique 2 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

    • 5 Feugère 1981, p. 142-144, fig. 8. Le musée de Fréjus en conserve quatre exemplaires : Brentchaloff (...)

    l’amulette phallique (no 19, boutique 2) est d’un type très courant durant l’époque romaine5 ; il est possible qu’un anneau ait été limé entre les deux appendices, comme d’ailleurs le revers de l’objet car il est plat, ce qui fait penser à une applique de meuble et suggère une utilisation secondaire qui n’a plus de rapport avec les militaria des contextes militaires ;

  • une applique en forme de tête de chien (no 41, corridor 3) ;

  • un petit pêne de serrure (no 108, grand œcus 8) appartenant à un dispositif qui pourrait correspondre à la fermeture d’une porte intérieure, d’un coffre, d’un placard, etc. ;

  • une clochette (sonnaille ou tintinnabulum) trouvée dans la cuisine (no 51, espace 4) pouvait servir dans les domaines les plus divers (fig. 376). Outre leur qualité en tant que signaux acoustiques, les sonnailles pouvaient être attachées au cou d’un animal ou même d’un enfant (Feugère 1981, p. 148-149) ou posséder des valeurs apotropaïques pour éloigner le mauvais œil. Une éventuelle évolution typo-chronologique de ces objets reste à établir. Un exemplaire similaire est attesté à Avenches dans un contexte de la deuxième moitié du Ier siècle (Blanc, Meylan-Krauze 1997, p. 80, no 39) mais c’est dans la maison VI, 15, 9 de Pompéi que l’on trouve une réplique parfaite de cette sonnaille (Ciarallo, de Carolis 2001, p. 148, no 144) ;

Figure 376

Figure 376

Tintinnabulum en bronze (n° 51) provenant de la cuisine 4 cliché L. Rivet).

  • la découverte dans le petit œcus (no 111) d’une lampe en bronze de type Loeschcke XXVA (fig. 377), à réservoir ouvert en forme de 8, volutes extérieures au niveau de l’étranglement et anse plastique en forme de feuille (Bailey 1996, p. 57), de très belle qualité, permet de confirmer que des objets plus coûteux que ceux en céramique participaient du mobilier de la maison. Ce type de luminaire est parfois suspendu par des chaînettes (mais ici aucun dispositif n’est prévu) ou disposé sur le plateau d’un candélabre ; en Campanie, ces lampes en métal sont présentes dans les maisons de la classe sociale la plus aisée (Ciarallo, de Carolis 2001, p. 183, nos 214-215) mais on les trouve dans des milieux plus modestes, voire en contexte militaire (par exemple Vegas 1966, no 306) dès l’époque Claude-Néron.

Figure 377

Figure 377

Lampe en bronze provenant du petit œcus 7 (n° 111) (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

91• Le fer

92Deux ustensiles proviennent de la cuisine et illustrent la cuisson en marmite et les grillades : le trépied (no 52, fig. 378) et le gril (no 53) sont des instruments connus anciennement, dès l’Âge du Fer (Perrin 1990, p. 60-63) ; ils sont fréquents dans le monde romain et sont attestés dans la plupart des cuisines des maisons de Pompéi, de Gaule comme de Germanie, etc.

Figure 378

Figure 378

Trépied en fer (n° 52) provenant de la cuisine 4 (cliché L. Rivet).

  • 6 Pour comparaison, voir un candélabre en fer de forme assez semblable provenant de Beaucaire (Gard) (...)

93Également fréquent dans le monde romain, le candélabre, voué à supporter une lampe, est généralement en bronze. L’exemplaire de Fréjus (no 67), en fer, était placé dans la galerie nord de l’atrium, près de l’entrée du tablinum 6. Brisé en plusieurs morceaux rouillés, le dessin propose une restitution qui ne permet pourtant pas d’accorder une position satisfaisante au petit plateau et à la coupelle conique placés en partie supérieure6.

94L’outil trouvé dans le cubiculum 10 (fig. 379) pourrait correspondre à une « serpe de vigneron » (no 56), selon la terminologie préconisée par C. Vernou (2001, p. 152), ou à un greffoir utilisé dans l’arboriculture comme on en trouve sur différents sites ruraux et urbains de l’Empire, en particulier dans l’aire du Vésuve (pour Pompéi : Ciarallo, de Carolis 2001, p. 180, n210 ; pour Pompéi et Boscoréale : Stefani 2002, p. 35 = Stefani 2003, p. 199).

Figure 379

Figure 379

Serpe en fer (n° 56) provenant du cubiculum 10 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

95• Le verre

96Outre les deux petits balsamaires (nos 39 et 64) à fond plat (fig. 380) et panse piriforme plus ou moins galbée (Isings 8 et 26a), il faut aussi compter deux vases fermés, partiellement fondus et déformés au moment de l’abandon de l’habitation, trouvés dans le cubiculum 10 ; peut-être s’agit-il de bouteilles à corps carré (Simon-Hiernard 2000, p. 141) dont l’état de conservation rend impossible la reconstitution.

Figure 380

Figure 380

Balsamaires en verre (nos 39 et 64) provenant du corridor 3 et de l’impluvium 5 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

97L’objet le plus intéressant est sans doute la patère (no 107), ou cassolette ; proche des types Morin-Jean 136 et Isings 75b, il s’agit d’une forme rarement répertoriée même si on en connaît quelques exemplaires, dès le Ier siècle, entre autres à Pompéi, par exemple dans la Maison du Poète Tragique (Musée de Naples), à Herculanum (Scatozza Höricht 1986, p. 37-38, formes 15 et 16), au musée de Cologne (Fremersdorf 1961, p. 42 et taf. 67, Ier s.) et au musée du Louvre (Arveiller-Dulong, Nenna 2005, p. 45, no 36).

2. Les tuiles et pesons

98• Les pesons

  • 7 Pour leur description, je m’inspire de la méthodologie détaillée justement mise en avant par P. Arn (...)

Dispersés dans plusieurs pièces, les pesons en terre cuite sont au nombre de 12 (fig. 381) ; ils sont tous en forme de pyramide tronquée avec orifice de passage horizontal et participent de l’activité du tissage en étant fixés aux fils verticaux de la chaîne du métier à tisser afin que ces derniers soient tendus. Leur concentration dans plusieurs pièces du secteur sud de la maison (fig. 382) ne permet pas de proposer une localisation de la machine, pas plus que d’exclure (au contraire, d’ailleurs) qu’elle était installée dans une des pièces de l’étage. Les poids de ces raidisseurs sont les suivants7 : quatre ex. dans la boutique 2, 204 gr. (rogné), 274 gr., 350 gr. (rogné) et 390 gr. ; un ex. dans le corridor 3, 358 gr. ; 2 ex. dans le portique 9-sud de l‘atrium, 226 gr. (rogné) et 326 gr. ; quatre ex. dans la cuisine 4, 302 gr., 326 gr., 356 gr. et 532 gr. ; un ex. dans le grand œcus 8, 280 gr.

Figure 381

Figure 381

Pesons provenant de différentes pièces de la maison (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

Figure 382

Figure 382

Répartition des pesons dans l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri.

99On peut ajouter, dans le portique 9-sud, un disque percé de deux trous (282 gr.) qui peut être associé aux pesons de métier à tisser mais que l’on identifie parfois aussi comme un lest de pêche (voir fig. 381).

100• Les tuiles et briques

Le catalogue des estampilles concerne 24 fragments de tegulae – dont il ne fait aucun doute que toutes, sauf une, proviennent de la toiture de l’habitation – et un fragment de brique.

Les marques livrent quatre noms différents de tuiliers et apportent des précisions sur la chronologie de leur activité respective.

L’officine de Castor est majoritairement représentée par deux types de marques, l’une aux lettres fines comportant une ligature entre le O et le R (3 ex.), l’autre avec des lettres plus épaisses (14 ex.) ; dans cette dernière série, des différences sont évidentes et illustrent des matrices distinctes. Selon l’étude de G. Fédière (1981, p. 11), l’activité de cet officinator, vraisemblablement établi à Fréjus, était placée durant l’époque flavienne. La fouille de la maison à l’atrium fleuri permet de déterminer, pour les deux versions de lettres, que son activité doit désormais être placée antérieurement au terminus de 65/70 qui correspond à l’effondrement de l’habitation. En ce qui concerne la version à lettres grasses, abondamment représentée ici, sa chronologie doit même être remontée aux années 35/45 dans la mesure où un fragment portant ce timbre [fig. 383, no 13] a été trouvé scellé derrière le panneau de peinture murale ornant le mur ouest du tablinum 6 dont les enduits ont été refaits à cette époque (Rivet 1992, p. 109-118 ; Barbet 2000, p. 29, pour l’étude stylistique des peintures). On soulignera qu’une de ces marques (la plus courte après cuisson et la seule avec boucle creuse pour le R) est portée par une brique [fig. 383, no 4]. Castoris ne paraît pas avoir commercialisé ses terres cuites en dehors de l’aire fréjusienne (Brun et al. 1984).

Figure 383 - Place Formigé

Figure 383 - Place Formigé

Estampilles sur tuiles provenant de la toiture (sauf 13, derrière les peintures murales, et 4, sur brique bipédale) : CASTORIS (dessin L. Rivet).

  • 8 Voir la discussion qui suit Laubenheimer 1992, p. 23-24.

101L’officine de Marus est illustrée par plusieurs dizaines de marques sur les sites de Fréjus, essentiellement dans des contextes de la fin du Ier et du IIe siècle ; elle était vraisemblablement établie à Fréjus ou aux abords8. La même remarque pour une datation plus précoce vaut également pour cette fabrique qui diffuse sur différents sites du golfe du Lion et de la Mer ligurienne (Brun et al. 1984, p. 16 ; Rico 1993), de Elche à Monaco. Des amphores Dr. 2-4 de la fin du Ier siècle portent également l’estampille MARI (Laubenheimer 1991, p. 253), avec un timbre de même allure mais non identique, de même que des imitations locales d’amphores Haltern 70 (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 614, n° 94).

102L’estampille L.M.C est connue en plusieurs exemplaires sur des sites fréjusiens en contexte non ou mal daté comme dans la nécropole du Pauvadou (en remploi) ; sa diffusion s’exerce peut-être essentiellement sur la ville. L’hypothèse a été lancée qu’il y a peut-être un rapport avec le tuilier italique L. MVNATIVS CRESCENS (CIL XV, 121, 122b, c, 126 ; Fédière 1981, p. 10).

Figure 384 - Place Formigé

Figure 384 - Place Formigé

Estampilles sur tuiles provenant de la toiture :
MARI, LMC et CHV ; SII : marque à cru (dessin L. Rivet).

103La marque CHV correspond à un officinator qui était jusqu’à maintenant uniquement connu, à Fréjus, sur le site du camp de la Flotte dans le quartier de Villeneuve, dans un contexte imprécisément daté (après le milieu du Ier siècle), en lettres de même taille situées également dans un cartouche rectangulaire (Fédière 1981, p. 9 ; Goudineau, Brentchaloff 2009, p. 65, no 7). Selon les données actuelles, les tuiles sorties de cet atelier sont utilisées pour les seules toitures de la ville et du camp.

104La collecte de marques issues de quatre figlinae laisse à penser que la toiture de la maison à l’atrium fleuri a peut-être subi plusieurs réfections dont la fig. 385 permet de supposer les localisations.

Figure 385 - Place Formigé

Figure 385 - Place Formigé

Répartition des estampilles sur tuiles selon l’emprise des zones fouillées.

105Selon Rico (1993, p. 72-75), les produits des trois officinatores Castor, Marus et Lucius Herennius Optatus – cette dernière n’étant cependant pas représentée dans ce contexte – ont « voyagé ensemble, peut-être toujours, le plus souvent en tout cas, ce qui les rend non seulement contemporains les uns des autres mais aussi très certainement voisins », ce qui ne semble pas se démontrer, tout au moins pour la période d’émergence de Castor et Marus, tous deux ayant sûrement une activité antérieure à la période flavienne.

3. Retour sur les catégories céramiques

106Sans revenir sur l’aspect partiel de cette petite collection de vases en terre cuite (fig. 386) utilisés dans une habitation (89 pièces auxquelles il faut ajouter une amphore entière dans le tablinum et une partie inférieure de même type dans le vestibule), il convient d’esquisser quelques commentaires sur chacune des catégories de céramiques représentées (voir fig. 373).

Figure 386 - Place Formigé

Figure 386 - Place Formigé

Ensemble du mobilier céramique retrouvé dans l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri (cliché Y. Rigoir).

107Amphores

Figure 387 - Place Formigé

Figure 387 - Place Formigé

Estampilles sur amphores (dessin et dao S. Saulnier).

Une seule amphore entière, de type Dressel 20, a été retrouvée (no 86), dans le tablinum 6, ce qui incite à penser qu’elle provient de l’étage, d’autant que ses nombreux fragments étaient dispersés sur l’ensemble de la superficie de la pièce, y compris sur le sol du portique 9 adjacent. Une anse estampillée, qui provient justement de cet espace, pourtant sans collage possible avec l’amphore, doit très probablement lui être rattachée :

  • [fig. 387, no 1]: MAEMRVSTI[-]I (Callender 1003): M. AEM(ILI) RVSTICI lig. MAERM (Bren chaloff, Rivet 2003, p. 603, n57), de Arva, Peña de la Sal-El Castillejo (Chic Garcia 2001, p. 231-232) ; la forme courbe de l’anse est pré-flavienne.

108La panoplie des formes retrouvées à l’état fragmentaire – s’agit-il de matériel non en usage, résiduel, accroché derrière les peintures murales par exemple ? – regroupe essentiellement des Dressel 2-4 tarraconnaises et italiques, des Dressel 20 et 7-11 de Bétique ainsi que des Gauloise 5 et des amphorettes de production locale.

On signalera également d’autres estampilles dans la mesure où elles participent de ou subissent la chronologie.

109Quatre timbrent des anses de Dressel 20 :

  • [fig. 387, no 2] : dans la boutique 2, PMANI[L]SV[P] (Callender 1345) P.MAN(ILI) SVP(ERSTITIS), lig. MAN et VP (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 603, no 62) ; anse à pâte claire, brunâtre ;

  • [fig. 387, no 3] : dans la cour-atrium 5, PONTI[-- (Callender 1365), PONTI[CI] (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 603, no 64) ; pâte claire rosée, érodée à droite ;

  • [fig. 387, no 4] : dans la cuisine 4, PO[---, probablement PONTICI (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 603, no 65) ; sur anse d’un col à lèvre arrondie, pré-flavien ; pâte et surface gris-rouge ;

  • [fig. 387, no 5] : dans la cuisine 4, EFPO (incomplet à dr.) : lecture très incertaine sauf pour la dernière lettre. Il pourrait s’agir de l’estampille du Testaccio que Dressel a vue dans la collection Bruzza, apparemment complète sous la forme E.F.P.O. (CIL XV, 2815 ; discussion : Brentchaloff, Rivet 2003, p. 600, no 44).

110Une cinquième concerne une anse (in radice ansae) de Dressel 2-4 italique :

  • [fig. 387, no 6] : dans la boutique 2, CHL : C. H(I)L(ARI), lig. HIL (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 598, no 32) sur l’attache inférieure d’une anse bifide à pâte rouge.

111On s’abstiendra de tirer des conclusions d’ordre économique de ces 4 ou 5 amphores à huile et de cette seule amphore à vin. En revanche, on peut insister sur les informations chronologiques apportées par ce lot dans le corpus épigraphique : ces estampilles se situent toutes au Ier siècle, antérieurement à l’époque flavienne.

112• Mortiers italiques

113On compte deux mortiers italiques de type 2 à lèvre épaisse et large (Hartley 1973). L’un est très incomplet, issu de la boutique 2 (no 16), essentiellement représenté par le versoir jouxté de la marque :

- ---]RCSEC[---/--- sur deux lignes, vraisemblablement Statius Marc(ius) Secundio (CIL X 2, 8048, 42 et CIL XV 2, 2465), timbre connu à Rome et Pompéi, semblable à Bloch 527b (Brentchaloff, Rivet 2000, p. 496 et fig. 2, no 15).

114L’autre est sur un pelvis complet et provient du cubiculum 10 (no 54) ; il porte la marque :

- ---]DOMIT---/palme à gauche/---GNOTV[---, Cn. Domitivs Arignotus fec(it) (CIL X 2, 8048, 8 (pelvis pompeiana) et CIL XV 2, 1094h = Bloch 501 (sans palme) (Brentchaloff, Rivet 2000, p. 494 et fig. 2, no 13). Cette estampille est déjà connue à Fréjus, au Clos de la Tour.

En l’état actuel des connaissances, on peut noter que, d’après les 24 mortiers italiques estampillés actuellement recueillis à Fréjus (Brentchaloff, Rivet 2000, p. 500), deux grandes familles semblent avoir détenu deux tiers des approvisionnements de la ville : les deux exemplaires de la maison à l’atrium fleuri entrent parfaitement dans ce phénomène de domination puisque l’un a été fabriqué dans un atelier appartenant à la Gens Domitia et l’autre par les figlinae Marcianae.

115En outre, la datation de ces deux estampilles était jusqu’à présent établie sur leur seule découverte à Pompéi, c’est-à-dire avec un terminus antérieur à 79 ; celui-ci peut désormais être légèrement vieilli en le remontant à « avant 65/70 ».

116• Céramiques communes à pâte claire

Coupes, coupes-mortiers à versoir et cruches composent l’essentiel du matériel de cette catégorie et sont assurément issues d’ateliers implantés dans le territoire de la cité de Fréjus, voire aux abords immédiats de la ville. Ces objets reflètent une partie du vaisselier en usage dans la région durant le Ier siècle :

  • la petite coupe évasée (no 10), dont la forme est à rapprocher à la fois de la céramique campanienne (Lamb. 35) et de la sigillée d’époque flavienne (Drag. 35), a été trouvée à de nombreux exemplaires sur les sites fréjusiens dès le début du Ier siècle ;

  • la coupe à haut pied (no 46), souvent dénommée Räucherkelch/encensoir, ou brûle-parfums (formes Gose 443-448), est considérée comme un objet lié au culte domestique dans la mesure où, dans les maisons de Pompéi, ces coupes ont souvent été trouvées dans ou près des laraires (Ciarallo, de Carolis 2001, p. 168, no 187). Bien connus depuis l’époque augustéenne, ces objets sont également très répandus dans les cantonnements des militaires du limes et dans toutes les provinces de l’Empire. S’ils sont liés au culte domestique, en situation sédentaire ou itinérante, on comprend leur omniprésence dans les fouilles d’habitat. À Fréjus, ils figurent au catalogue des produits disponibles auprès de l’atelier de Valescure 1 (Gébara, Béraud 1996, p. 305 et fig. 18, no 1), en activité au Ier siècle ;

  • la grande coupe à anses appliquées (no 85) rappelle nettement la vaisselle en bronze (Tassinari 1993, type S 4000). C’est une forme peu fréquente sur le limes (sauf à Vindonissa) mais bien répandue dans les habitats civils d’Italie ainsi que sur les sites de Fréjus (en particulier dans le camp de la Flotte où près de 300 exemplaires ont été répertoriés) et de sa région dès l’époque augustéenne. Il s’agit probablement d’une vasque utilisée pour les ablutions (Rivet 2009a, p. 498). Sa production est attestée dans les ateliers fréjusiens (Valescure 1 et Saint-Lambert 7, Gébara, Béraud 1996, p. 316, fig. 18, nos 5 et 6 et p. 318, fig. 24, no 2) ;

  • les coupes-mortiers à versoir (nos 12, 13, 47 et 84) sont rattachées à la forme Haltern 59 (fig. 388) et attestées sur différents sites, aussi bien sur le limes que dans la région (Rivet 1996, p. 332-333), dès la fin du Ier siècle avant n.è. Cet objet est très fréquent sur l’ensemble des sites de Fréjus pour le Ier siècle et une production est effective dans l’atelier de Saint-Lambert (Gébara, Béraud 1996, p. 313, fig. 13, nos 6 à 8) à cette époque.

Figure 388 - Place Formigé

Figure 388 - Place Formigé

Coupe-mortier à versoir (n° 13) provenant de la boutique 2 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

  • les cruches (nos 14, 48 et 106), caractérisées par un col tronconique renflé et une silhouette galbée, sont courantes sur les sites de Fréjus, comme sur ceux de la région, dès la fin du Ier siècle av. n.è. Une production de cette forme est attestée dans l’atelier de Saint-Lambert 3 (Gébara, Béraud 1996, p. 312, fig. 12, no 1) ;

  • pour l’encolure de cruche à une anse (no 37), en l’absence de la forme de la panse et du fond, la recherche ne trouve pas de comparaison satisfaisante avec le matériel contemporain ;

  • le pot à deux anses provenant du corridor 3 (no 38), incomplet car sans lèvre, se retrouve comme matériel de bord sur l’épave 1 de la Calanque de l’Âne en baie de Marseille (Ximénès, Moerman 1994, p. 105 et fig. 8, no 6) dont le naufrage est à placer, selon les fouilleurs, dans le dernier quart du Ier siècle. Cette forme, connue sur d’autres sites fréjusiens, dès le premier quart du Ier siècle, pourrait avoir été produite à Fréjus dans l’atelier augustéen de Saint-Lambert 3 (Gébara, Béraud 1996, p. 312, fig. 12, no 10) ;

  • du petit couvercle (no 11), il est difficile de renseigner l’origine de la production mais on peut préciser que des exemplaires similaires sont connus sur le site du camp de la Flotte à Fréjus, dans le quartier de Villeneuve, dès la fin du Ier siècle av. n.è. (Rivet 2009a, p. 508, forme 75a).

117• Céramique commune à pâte brune

La coupe à haut pied (no 29), dont on a déjà évoqué la fonction d’encensoir ou de brûle-parfum (voir no 46), est rarement confectionnée en pâte brune et on manque de référence pour évoquer son origine ; on en connaît un autre exemplaire dans le camp de la Flotte (Rivet 2009a, p. 479, forme 39).

Quant à l’urne, dite « augustéenne » (no 30), son type, attesté à Haltern (Halt. 94), est bien connu depuis les études sur Lyon (Desbat, Laroche, Mérigout 1979, pl. I, 11 et pl. III, 9 et 10) ; son champ de développement couvre une large part de la Narbonnaise, avec différents centres de production (Chausserie-Laprée, Nin 2004).

118• Céramique commune à pâte grise

C’est une catégorie peu représentée puisque seule une cruche à bec trilobé (no 66), ou bouilloire (forme Goud. 1 ; Batigne, Desbat 1996), en pâte kaolinitique des ateliers voconces, retrouvée dans le portique nord de l’atrium, correspond à un vase en usage dans la maison à la veille de son abandon.

119• Céramique culinaire micacée varoise

Deux plats (nos 33 et 34) et deux ollæ (nos 35 et 36), montrant les traces d’une utilisation intense, proviennent du corridor 3 mais leur situation stratigraphique pourrait indiquer qu’ils ont été écartés du vaisselier lors d’une phase de réfection du sol, immédiatement au sortir de la cuisine.

Les plats à cuire (no 63) et ollæ sont également attestés dans la cour-atrium 5 mais leur remontage n’a pas débouché sur des résultats satisfaisants. Dans le grand œcus 8, en revanche, étaient remisées deux ollæ entières (nos 104 et 105) dont une conservait sur la paroi intérieure des résidus granuleux rougeâtres.

Ces récipients culinaires, à la fois modelés, rectifiés au tour lent, lissés pour le bord et l’encolure et râpés (ou « rugosés ») pour la panse, sont très abondants à Fréjus et en Provence orientale ainsi qu’en Ligurie mais on ne connaît rien encore de leur(s) centre(s) de production qui pourrai(en)t être implanté(s) près du massif des Maures.

120• Céramique commune engobée

Les vases de cette catégorie de production à pâte fine dont les parois sont couvertes, par trempage, d’un vernis argileux non grésé, regroupent une vaisselle de présentation, coupes et vases à liquide.

Le petit pot à fond plat concave et ouverture étranglée (no 102) s’apparente aux gobelets à paroi fine.

  • 9 Fouille inédite de G.B. Rogers et D. Brentchaloff en 1980-1982, voir Rivet et al. 2000, p. 117 et 4 (...)
  • 10 En fonction de la présence d’une coupe Drag. 37 en sigillée de La Graufesenque (Bérato et al. 1986, (...)

Deux cruches de forme semblable (fig. 389) mais de taille différente (nos 28 et 83), couvertes d’un engobe brun-gris foncé, illustrent une production des ateliers de Fréjus car il semble qu’on en ait trouvé des ratés de cuisson dans un dépotoir de potiers comblant le fossé établi en avant de l’enceinte, au quartier du Pauvadou9 ; ces cruches faisaient l’objet d’une exportation, comme l’indique la douzaine d’exemplaires trouvés dans l’épave des Roches d’Aurelle, dont le naufrage est daté10 des années 70/90.

Figure 389

Figure 389

Petite cruche en céramique commune engobée (n° 83) provenant du corridor 3 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ)

Le vase à liquide de très grande taille dont il manque l’encolure (no 103) est également vraisemblablement produit à Fréjus ou dans les environs.

Le petit pot (no 82) pourrait être un encrier imitant les objets en sigillée de même type (voir no 76).

121• Imitation de sigillée

Rares sont encore les études qui s’appliquent à isoler cette production de céramique à pâte claire et fine, vraisemblablement fabriquée dans le territoire de la cité de Fréjus, et présentant des caractéristiques techniques en tous points similaires à celles de la céramique engobée ; on suit la période de production, avec des évolutions significatives, du milieu de l’époque augustéenne à la période flavienne.

Le catalogue des formes est encore restreint et concerne essentiellement des coupes et des cruches, les premières trouvant d’étroites correspondances avec les productions de céramiques campaniennes et/ou de sigillées italiques (Rivet 2002, p. 249-266 ; Rivet 2009a ; Rivet 2009b). Les quatre coupes provenant de la maison sont des imitations de campaniennes, de la forme Lamb. 30/31 pour les nos 7 et 27 et de la forme Lamb. 8 pour les nos 7 et 101.

122• Lampes

Outre une lampe entière de type Deneauve IXA (no 65), à canal fermé, signée COMVNIS, deux autres sont demeurées dans la maison et se rapportent au type Deneauve VA, ces derniers luminaires étant produits dès la première moitié du Ier siècle de n.è. L’une est décorée de deux cornes d’abondance (no 5), un sujet répandu dans la région (Rivet 2003, no 192). L’autre (no 26), au médaillon très fragmentaire, peut-être une représentation d’Hercule ou d’un amour portant la leontis, ne trouve pas de comparaison dans les nombreux catalogues consultés.

La marque Comvnis est fréquente dans la région sur des lampes de même type (Bailly 1962, p. 90-91) mais, dans le cas de celle-ci, elle n’émane pas de l’atelier originel établi dans la vallée du Pô, particulièrement actif sous les Flaviens (Bailey 1988, p. 96) ; il s’agit en effet, ici, d’une médiocre contrefaçon.

123• Céramique à paroi fine

Un seul gobelet sans anse (no 42), à décor barbotiné de forme Mayet XL a été trouvé (Mayet 1975), dans la cuisine ; il s’agit d’une production hispanique caractéristique de la période tibéro-claudienne.

124• Céramique culinaire italique

La plupart des pièces de cette vaisselle culinaire sont importées de Campanie, tout particulièrement au Ier siècle de n.è. ; elle est représentée par quelques-uns de ses ustensiles les plus caractéristiques :

    • 11 Il faut dire que ces inscriptions sont à la fois peu courantes et relativement diversifiées : Wynia (...)

    quatre plats à engobe interne rouge pompéien, de formes Goud. 9 (pour le no 44), Goud. 16 (nos 81 et 100) et Goud. 15 (no 110) dont l’un (no 100) porte sur le fond externe quelques lettres terminales d’une marque à cru ---]IC, non répertoriée11 ;

  • trois couvercles de différents diamètres (nos 8, 43 et 109), de forme Goud. 14/18, qui sont souvent étroitement associés aux plats précédents ;

  • la partie supérieure d’une marmite (pentola) à bord aplati (no 9) de forme Haltern 56.

125Pour la répartition, on trouve quatre de ces céramiques dans les pièces utilitaires (deux dans la boutique 2 et deux dans la cuisine 4), une dans le tablinum 6, une dans le grand œcus 8 et un plat avec son couvercle dans le petit œcus 7.

Il faut ajouter, à ces importations campaniennes, d’autres céramiques à pâte brune qui proviennent d’autres régions de la péninsule :

    • 12 Ce type de céramique, dont l’essor commercial est surtout représentatif de l’Antiquité tardive, a é (...)
    • 13 À Sabratha, pour la période impériale précoce (fin du Ier siècle av./début du Ier siècle de n.è.), (...)

    le pot à pâte grossière récupéré dans le corridor 3 (no 32) est une céramique importée de l’île de Pantelleria, au sud-est de la Sicile12 ; même si ces produits, assez standardisés, sont diffusés sur le pourtour du bassin méditerranéen dès le Haut-Empire13, en particulier dans quelques villes de la partie occidentale, leurs occurrences restent pourtant assez rares mais on peut mentionner la découverte de tels vases dans un contexte d’habitation du Ier siècle av. et du Ier siècle de n.è. en Sicile, à Ségeste (Alaimo et al. 1997, p. 51 et 53, fig. 3, forme Ca40) car les qualités culinaires de cette pentola devaient être de premier ordre ;

  • le pot à une anse provenant également du corridor 3 (no 31), à pâte fine, brun-rouge, de même que la partie supérieure d’un autre pot identique récupéré dans la cuisine (no 45), se rattachent à la forme Haltern 62 et constituent une importation de la péninsule italienne : il en existe deux exemplaires à Ostie dans une couche datée de la seconde moitié du Ier siècle (Ostia II, p. 100 et tav. XXVII, no 487, strato V) et sa découverte au sein du mobilier de l’épave du Dramont D, près de Saint-Raphaël (Var), dite des pelves, chargée de céramiques italiques et dont le naufrage est daté du milieu du Ier siècle (Joncheray 1974, p. 38 et pl. V, e), montre que ces vases font bien l’objet d’un commerce de l’Italie vers la Gaule (et peut-être pour leur contenu car l’hypothèse qu’ils ont transporté un produit similaire à de la semoule est soutenue par Olcese 2003, p. 28). D’un profil qui n’est pas sans rappeler des gobelets italiques en paroi fine (Rizzo 2003, p. 27, tav. 1, no 3), cette forme a été produite à Sutri, au nord de Rome (Duncan 1964, p. 61, fig. 12, forme 27 ; Gandolfi, Gervasini 2004, p. 89-90 et fig. 10), à partir des années 50, et à Rome même, sur la via flaminia, dans l’atelier de La Celsa (Olcese 2003, p. 83 et 122, tav. XI, nos 1-4), aux Ier et IIe siècles.

126• Céramique culinaire africaine

Quatre pièces entières trouvées ensemble (dans le corridor 3), à la porte de la cuisine, sont indéniablement en situation fonctionnelle (fig. 390) : ce sont deux casseroles (Hayes 194 ou Atlante I, CVI, 8, p. 216 et Ostia II, fig. 309, ou Atlante I, CVI, 14, p. 217) (nos 22 et 24) et leurs couvercles respectifs (Ostia II, fig. 302 et Hayes 196, var. précoce, proches de Hayes 192) (nos 23 et 25).

Figure 390

Figure 390

Céramique culinaire africaine (nos 22, 23, 24 et 25) provenant du corridor 3 (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ).

La découverte de quelques autres fragments épars (par exemple de couvercles H. 196) et surtout d’éléments de deux autres casseroles à bord bifide (Ostia II, p. 85 et fig. 306 et Atlante I, CVI, 7 = Aguarod Otal 1991, p. 263-264 ; Angeles Sanchez 1995, p. 269), une dans la boutique 2 (no 1) et une autre dans le grand œcus 8 (no 99), complètent le catalogue de ces produits africains qui pouvaient tous être importés, pour certains, dès le début du Ier siècle (Rivet 1991, p. 173-174 et Rivet 1996, p. 335 et fig. 9) – à l’inverse de datations plus tardives et erronées fréquemment utilisées. La précocité de ces importations est pourtant nettement prouvée, aussi bien pour la casserole de forme Hayes 194 (Atlante I, CVI, 8 : dès fin Auguste) que pour les couvercles de forme Hayes 196 (Atlante I, CIV, 1 et CIV, 2 : dès milieu-fin Auguste et dès Claude) ou pour la casserole de forme Ostia II, fig. 306 (Atlante I, CVI, 7 : dès Tibère-Claude). Ces chronologies sont amplement confirmées par les résultats des études de synthèse obtenus par Aguarod Otal (1991, p. 250, 263-266 et 318-319). En revanche, la forme Ostia II, fig. 309, attestée sur ce site, passe pour plus récente (Atlante I, CVI, 14 : époque flavienne, selon la seule documentation d’Ostie ; Aguarod Otal 1991, p. 269-270) mais l’exemplaire de Fréjus démontre que cette casserole est commercialisée à une époque légèrement antérieure.

127• Sigillée italique

Comme sigillée italique utilisée dans la maison, on relève une seule assiette et deux petites coupes :

    • 14 On s’accorde à placer sa création dans le deuxième quart du Ier siècle, voir Rizzo 1998, p. 811. On (...)

    une assiette (no 21, dans le corridor 3), de la forme Consp. 3.1.2, marquée MVRRI, vraisemblablement fabriquée en Étrurie, datable des trois premières décennies de n.è. On estime aujourd’hui que ce type d’assiette Consp. 3.1.2/Consp. 3.2.1 (profil de type Bolsena) pourrait ne pas être antérieur au milieu du Ier siècle14. Pour Fréjus, cet exemplaire n’est pas isolé (voir infra dans cette même maison, à l’état de tesson, fig. 391, no 1) puisqu’il en existe un autre dans la nef Notre-Dame de la cathédrale toute proche, dans un contexte chronologique identique (voir infra fig. 476, no 1, et Rivet 2007, p. 571 et fig. 2, no 1) ;

  • une coupe (no 61, dans la cour-atrium 5) Consp. 37.3.1 (forme Ritt. 12) portant une marque in planta pedis C.MR (voir infra), à lèvre aplatie en forme de petit marli ; elle est vraisemblablement issue d’une production nord-italique, padane (Mazzeo Saracino 1985, p. 204 et tav. LXIII, 8), et même tardo-padane : indépendamment de petites variantes qui se rapportent au marli, généralement pourvu d’une strie ou de guillochis, elle forme des séries conséquentes sur le Magdalensberg (Schindler, Scheffeneger 1977, fig. 49 et 50). Si l’origine était pleinement assurée (on peut toujours avoir des doutes ...), elle permettrait de soutenir l’hypothèse d’une localisation de l’officine de C.MR dans la vallée du Pô. On peut ajouter qu’une coupe semblable, avec décor d’appliques, est présente sur l’épave du Dramont D (Var) transportant des céramiques italiques et dont le naufrage est daté du milieu du Ier siècle (Joncheray 1974, p. 31 et pl. II, a) ;

  • une autre coupe (no 62, dans la cour-atrium 5) Consp. 36.4.1 (forme Ritt. 8) avec marque in planta pedis, non lue ; elle a vraisemblablement la même origine que la précédente (Mazzeo Saracino 1985, p. 204 et tav. LXIII, 12 à 17), ici dans une version gracile.

  • 15 On trouve également ces formes, ensemble, à Sidi Khrebish (Kenrick 1985, p. 168-169 et 443, fig. 30 (...)

128Ces deux dernières pièces, avec leurs estampilles ipp, apparaissent également comme des produits plutôt représentatifs, ici, de l’époque Claude-Néron15.

  • 16 D’autant que ceux-ci, compte tenu du caractère partiel de la fouille, peuvent tout aussi bien être (...)

Il faut, en outre, tenir compte – car il s’agit aussi de justifier une chronologie – de petits fragments de sigillée italique16 (à l’exclusion des tessons informes) provenant de divers espaces et qui désignent les formes suivantes (fig. 391) :

Figure 391 - Place Formigé

Figure 391 - Place Formigé

Autres sigillées italiques fragmentaires provenant des gravats de la maison (dessin L. Rivet).

1291 : Consp. 3.1.2 (grand œcus 8), ou assimilé, carène d’une assiette à paroi haute oblique dont on vient de discuter la datation.

1302 : Goud. 2/Consp. 7.1.2 (corridor 3), coupe à paroi oblique, rectiligne, précoce, en « pré-arétine », caractéristique de la période milieu/fin Auguste.

1313 : bord de coupe à paroi oblique, rectiligne et à lèvre pendante courte (boutique 2), du service Ib, sans division intérieure visible, proche de Consp. 8.1.3, augustéen précoce.

1324 : Goud. 10/Consp. 9.1.2 (grand œcus 8), bord de coupe à fond plat et paroi convexe de la période milieu-Auguste/début Tibère.

1335 : Goud. 16/18/Consp. 14.1.5 (corridor 3), coupe campaniforme à lèvre pendante (service Ib) caractéristique des faciès Dangstetten (-21/-15)/Oberaden (-11/-9) du milieu de l’époque augustéenne.

1346 : bord d’assiette apparenté au service IV, peut-être à rapprocher de Goud. 39c/Consp. 20.4 (boutique 2), première moitié du Ier siècle (Claude-Néron), la pâte et la couleur du grésage excluant une production classique de l’aire Arezzo-Pise ; peut-être la vallée du Pô.

1357 : Goud. 27/Consp. 22.1.3 (tablinum 6), carène d’une coupe à bord vertical, concave (service II), créée au milieu de l’époque augustéenne (horizons Dangstetten/Oberaden et Rödgen (-14/-12)) et sujette à évolution jusqu’au règne de Tibère.

1368 : Goud. 27/Consp. 22.5.2 (corridor 3), coupe tronconique à rebord vertical, concave (service II), évolution de la variante précédente à partir de la fin de l’époque augustéenne (en fait, rien de déterminant ne s’oppose à ce que ce rebord puisse tout aussi bien appartenir à la famille des Consp. 23, voir infra no 10).

1379 : cet élément de carène (corridor 3) ne permet pas de déterminer la forme à laquelle il appartient même s’il est fort probable qu’il renvoie, soit à Consp. 22, soit à Consp. 23.

13810 : cette coupe tronconique à rebord vertical lisse (corridor 3) s’intègre dans le type Goud. 40/Consp. 23, dont le bandeau est systématiquement décoré d’appliques (que le tesson à étudier ne présente pas toujours), s’inscrit dans les évolutions des services II/IV et connaît l’essentiel de sa diffusion durant les deuxième et troisième quarts du Ier siècle.

13911 : Goud. 32b/Consp. 31.1.1 (corridor 3), coupe à paroi bi-convexe de la période fin-Auguste/début Tibère.

14012 : Goud. 32b/Consp. 31.1.2 (corridor 3), coupe à paroi bi-convexe à bord finement guilloché (service III) de la période fin-Auguste/début Tibère.

141Récapitulatif des estampilles

Au total, cinq estampilles ont été relevées (fig. 392) :

Figure 392 - Place Formigé

Figure 392 - Place Formigé

Estampilles sur sigillée italique provenant de l’emprise des zones fouillées (les nombres entre () correspondent à l’inventaire supra) (cliché Y. Rigoir, dessin L. Rivet).

142Hertorivs

1 : [H]ERTO : sur fragment d’assiette (boutique 2), Hertorivs (OCK 932) dans un cartouche en forme de losange, centre de production d’Arezzo, entre -30 et +10 ; non répertorié sous cette graphie dans ce type de cartouche. L’officine est déjà attestée à deux exemplaires à Fréjus, dans le camp naval de Villeneuve (Brentchaloff 2009, nos 321 et 322).

143C.M() R()

2 : C.MR : sur coupe Ritt. 8/Consp. 37.3.1 (no 61, cour 5), C.M() R() (OCK 1067) in planta pedis, centre de production non connu, actif au milieu du Ier siècle et un peu après ; aucun autre exemplaire connu à Fréjus.

144Mvrrivs

3 : MVRRI : sur assiette de forme Goud. 34/43/Consp. 3.1.2 (no 21, corridor), Mvrrivs (OCK 1202.16) dans un cartouche rectangulaire, centre de production de Pise ( ?), durant les trois premières décennies du Ier siècle selon l’OCK. Connu à douze exemplaires à Fréjus dont onze dans le camp naval de Villeneuve (Brentchaloff 2009, nos 353-363.

145Xanthvs

4 : XA[NTHI] : sur fragment de fond de forme indéterminée (corridor 3), Xanthvs (OCK 2536) ; peut-être une ipp mais le fragment est trop incomplet pour l’assurer et la rapporter à un numéro du catalogue. Le centre de production de Cn. Ateivs Xanthus est localisé à Pise, actif entre -5 et +50 et peu après ; connu à 37 exemplaires à Fréjus, la plupart (33 ex.) dans le camp naval de Villeneuve (Brentchaloff 2009, nos 506-538).

5 : Non lue et incomplète, ipp, sur coupe Ritt. 8/Consp. 36.4.1 (no 62, cour), un produit commercialisé à partir du milieu du Ier siècle.

On peut souligner la très faible présence de produits issus des ateiana.

146• Sigillée du sud de la Gaule

Toute cette vaisselle provient de La Graufesenque (fig. 393). Les formes entières attestées sont peu variées et forment souvent des petites séries :

Figure 393

Figure 393

Les sigillées sud-gauloises retrouvées dans l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri (cliché Y. Rigoir).

  • assiettes Drag. 18 (9 ex. : nos 57, 58, 91, 92, 93, 94, 95, 96 et 97) et plat de service de la même forme (1 ex., no 59) ;

  • assiettes Drag. 15/17 (5 ex. : nos 68, 69, 70, 71 et 90) ;

  • petites coupes Drag. 24/25 (nos 4, 20 et 88) et Drag. 27 (nos 3 et 75), Ritt. 8 (no 87) et Ritt. 9 (nos 2 et 89), Déchelette 67 (no 77) ;

  • coupes carénées Drag. 29 (4 ex. : nos 60, 78, 79 et 98) et cylindrique Drag. 30 (no 80) ;

  • coupes à collerette et versoir Ritt. 12 (nos 73 et 74).

La plupart de cette vaisselle est groupée dans le tablinum 6 et le grand œcus 8. Sinon pertinent, du moins curieux, le tablinum présente quatre Drag. 15/17 et aucun Drag. 18 alors que le grand œcus offre un seul Drag. 15/17 et sept Drag. 18…

À ces données, on peut ajouter que la forme Drag. 33, non prise en compte dans la vaisselle utilisée, est attestée par trois fragments de bords.

147Récapitulatif des estampilles

On en compte 18 (fig. 394).

Figure 394 - Place Formigé

Figure 394 - Place Formigé

Estampilles sur sigillée du sud de la Gaule provenant de l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri (les nombres entre () correspondent à l’inventaire supra) (cliché Y. Rigoir, dessin L. Rivet).

148Cex.Albini

1 : CEX.ALBINI : sur Drag. 15/17 (no 70, tablinum 6). Malgré la difficulté de lecture, il s’agit vraisemblablement de la marque CEX.ALBINI ou GEX.ALBINI (et non SEX.ALBANI, Osw. p. 9). M. Polak (2000, p. 163, A35) envisage C.Exomnivs Albinvs, actif vers 50/70 ; c’est une marque assez rare, inconnue à La Graufesenque qui est toutefois l’atelier d’origine.

149Castvs

Potier tourneur très productif, on place sa période d’activité sous Claude-Vespasien (Osw. p. 65 et 368), sans prolongement après 80 (Polak 2000, p. 199) ; il est bien diffusé en Gaule et dans la région (par exemple à Glanum, Bémont 1976, nos 91 à 102). Son activité peut parfois être précisée selon la graphie de l’estampille :

2: CASTIOF: rétrograde, sur Drag. 15/17 (no 68, tablinum 6). Inconnue sous cette forme, CASTI OF(ficina), dans l’ouvrage de M. Polak.

3: OFCAST: sur Drag. 29 (no 78, tablinum 6). Sur coupe carénée, l’estampille OF(ficina)] CASTI est représentative de la période 55-75 (Polak 2000, p. 200, C75).

4: .CASTI.: sur Drag. 18 (no 91, grand oecus 8). La graphie CASTI bornée de points est inconnue chez M. Polak.

5 : ---]CAS+ : incomplète à gauche, sur Drag. 15/17 (no 69, tablinum 6). L’estampille OF(ficina) CASTI, la croix représentant une lig. TI, illustre la période 55-75 (Polak 2000, p. 200, C74).

150Corvinvs

6: CORV: sur Ritt. 8 (no 87, grand œcus 8). Il s’agit vraisemblablement d’un fragment du début de la marque de CORVINVS, peu productif. Il en existe quelques exemplaires à La Graufesenque mais le nom est peu fréquent dans les principaux catalogues (Bémont 1976, p. 35, qui doute de l’association entre CO(sivs) et RV(finvs), avec une estampille développée CORVNI). Il est absent de l’ouvrage de Polak (2000).

151Felix

Ce potier a une activité importante à La Graufe-senque et au Rozier autour du milieu du Ier siècle : Claude-Vespasien (Osw. p. 120-121) ou, plutôt, Néron-Vespasien (Polak 2000, p. 224). Il présente des marques de graphies différentes :

7 : FIILIX : sur Drag. 29 (no 60, cour 5). Cette graphie est reconnue sur ce type de coupe pouvant porter des décors d’époque néronienne, ce qui incite à fixer une activité entre 60 et 80 (Polak 2000, p. 225, F21).

8 : FELIC[-]S[MAN] : incomplète à droite (où l’amorce du jambage du M est pourtant visible), sur Drag. 29 (no 79, tablinum 6). La graphie de cette estampille Felicis.Man(u fecit), avec un point après Felicis, correspond à une période d’activité comprise entre 55 et 75 (Polak 2000, p. 225, F17).

152Genialis

9 : GENIALISF : sur Drag. 18 (no 92, grand œcus 8). GENIALIS F(ecit), avec lig. NI et AL, était considéré actif sous Néron-Flavien (Osw. p. 133-134) mais on doit probablement resserrer la production de ce potier, un des moins prolixes de La Graufesenque, aux années 50-70 (Polak 2000, p. 235-236, G15).

153Germanvs

10 : RMANI : sur Drag. 24/25 (no 4, boutique 2) ; estampille complète bien que la graphie apparaisse lacunaire au début. Elle est inconnue sous cette forme chez Polak mais son activité débute après 60 (précision A. Vernhet), peut-être vers 65 (Polak 2000, p. 236).

154Lvceivs

11: OF.LVC[-]: sur Drag. 15/17 (no 71, tablinum 6). Estampille de lecture douteuse pour la dernière lettre mais d’attribution vraisemblable ; s’il s’agit bien de Lvceivs, son activité commencerait vers le milieu du Ier s. pour se terminer vers la fin du règne de Vespasien (Polak 2000, p. 254-255, à rapprocher de L33).

155Modestvs ou Mommo

12 : OF M[--- : incomplète à droite, sur Drag. 18 marbrée (no 58, cour 5). Il n’est guère possible de choisir entre deux estampilles qui débutent de la même façon, OF(ficina) M[ODE(sti)] (Osw. p. 207-208, Claude-Néron) ou OF(ficina) M[OM(monis)] (Osw. p. 208-209, Claude-Vespasien), les deux étant connues sur production marbrée ; ce vase peut être situé dans les années 50-60.

156Nestor

13 : NESTORFEC : sur assiette de forme indéterminée (no 72, tablinum 6). L’activité de Nestor (NESTOR FEC(it), Osw. p. 218, Néron-Vespasien) pourrait être plus précoce et plus courte que ce qui était admis (Polak 2000, p. 279, N3), entre 50 et 65.

157Scotnvs

14: SCOTNVS: sur Drag. 18 (no 97, grand œcus 8). L’estampille du potier SCOTNVS (ou SCOTINVS selon A. Vernhet), qui diffuse surtout en Gaule, illustre la période Tibère-Vespasien (Osw. p. 284), période que l’on aurait tendance aujourd’hui à resserrer aux années 40-65 (Polak 2000, p. 318, S36).

158Secvndvs

Cette marque recouvre trois manufacturiers qu’il est difficile de classer en fonction de la graphie.

15 : SECV[--- : incomplète à dr., sur Ritt. 9 (no 89, grand œcus 8). Avec cette graphie, l’estampille SECV[N](dvs) (Osw. p. 287-289, Claude-Vespasien) correspond à Secvndvs II (Polak 2000, p. 323, S77) dont l’activité couvre les années 55-75.

16: OFSECVN: sur Drag. 18 (no 57, cour 5). Sous cette forme, l’estampille OF(ficina) SECVN(di) (Osw. p. 287-289, Claude-Vespasien) est attribuée à Secvndvs III (Polak 2000, p. 325-326, S92) qui produit dans les années 65-90.

159Senicio

17 : ---]NICIO : incomplète à g., sur Drag. 27 (no 3, boutique 2). La marque [SE]NICIO (Osw. p. 292, Tibère-Claude), sans F à la suite (Polak 2000, p. 328, S114), peut être datée de la période 55-75. À La Graufesenque, cette marque est présente dans la fosse de Gallicanus close dans les années 55-60 (information A. Vernhet).

18 : marque graphomorphe : sur Drag. 24/25 (n88, grand œcus 8).

La petite série de graffitis portés à la pointe sous quelques assiettes (VR / VRBI, AL, X / PLV), dont certains identiques (X / II), correspond à des marques de propriété.

IV. Conclusion

1. Sur la chronologie

160Il convient de confronter l’ensemble des données chronologiques fournies par les céramiques avec les monnaies et de critiquer les informations indiquées par les catégories céramiques dites « datantes », en particulier les sigillées et certaines céramiques communes importées, afin d’esquisser une date pour l’abandon de cette maison.

161• Les monnaies

Quinze monnaies (fig. 395) découvertes dans les terres d’effondrement et sur les sols fournissent des indications chronologiques peu probantes ; les voici présentées des plus anciennes aux plus récentes :

Figure 395 - Place Formigé

Figure 395 - Place Formigé

Monnaies provenant de la maison à l’atrium fleuri (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

1621 Petit bronze de Marseille : 0,74 g. (Inv. R1/M34 ; corridor 3).
Av. Tête laurée d’Apollon à g.
R/ Taureau passant à dr.
MHM 67.
120-49 av. J.-C.

1632 Petit bronze d’Antibes : 2,02 g. (Inv. R7/M43 ; boutique 2).
Av. Tête à dr.
R/ Victoire et trophée.
RPC I, 532.
43-23 av. J.-C.

1643 Petit bronze d’Antibes : 1,08 g.(Inv. R9/M38 ; cuisine 4).
Av. Tête à dr.
R/ Victoire et trophée.
RPC I, 532.
43-23 av. J.-C.

1654 Petit bronze des Volques Arécomiques : 2,07 g.
(Inv. R10/M3 ; grand œcus 8).
Av. VOLCA - tête à dr.
R/ AREC - Démos à g., une palme devant.
De la Tour 2677.
49-23 av. J.-C.

1665 Petit bronze fruste de Marseille ou Antibes : 0,59 g.
(Inv. R14/M14 ; corridor 4).
Av. Illisible.
R/ Illisible.
Le module et le poids suggèrent Antipolis ou Marseille.

1676 Quadrans : 1,73 g. (Inv. R17/M40 ; cuisine 4).
Av. Illisible.
R/ S C - illisible.
Vraisemblablement un quadrans d’Auguste.

1687 As : 7,44 g., trouée (Inv. R19/M41 ; cuisine 4).
Av. DIVVS AVGVSTVS PA[TER] - tête à g.
R/ [PROV]IDENT S C - autel.
RIC I² (Tibère) 81; BMC (Tiberius) 146-50.
22/23-30 apr. J.-C.

1698 As : 7,79 g., incomplète et corrodée
(Inv. R22/M45 ; cuisine 4).
Av. DIVVS AVGVSTVS PATER - tête à g.
R/ S C - probablement PROVIDENT - autel.
RIC I² (Tibère) 81; BMC (Tiberius) 146-50.
22/23-30 apr. J.-C.

1709 Quadrans: 2,45 g. (Inv. R23/M1 ; boutique 2).
Av. [C CAESAR DIVI] AVG PRON [AVG S] C - pileus.
R/ [P]ON M [TR P III(I) C]OS TE[RT autour de RCC].
RIC I² (Gaius) 45 ou 52 ; BMC 63 ou 64.
39-41 apr. J.-C.

17110 As : 8,81 g. (Inv. R25/M13 ; portique sud 9).
Av. GERMANICVS CAESAR TI AVGVST F DIVI AVG N
- tête à g.
R/ [C CAESAR A]VG GERMANICVS PON M TR POT
autour de S C.
RIC I² 35; BMC 49.
C. 37-38 apr. J.-C.

17211 As : 8,05 g. (Inv. R26/M17 ; boutique 2).
Av. [GERMANICVS CAESAR TI AVGVST F DIVI AVG N]
- tête à g.
R/ [C CAESAR AVG] GERMANICVS PON M [TR POT]
autour de S C.
RIC I² 35; BMC 49.
c. 37-38 apr. J.-C.

17312 As : 7,52 g. (Inv. R27/M23 ; boutique 2).
Av. [TI] CLAVD[IVS CAESAR AVG P M TR P IMP
autour de S C.
R/ GER[MANICVS CA]ESAR TI AVG F [DIVI AVG N]
- tête à dr.
RIC I² 106; BMC 218.
c. 50-54 apr. J.-C.

17413 As: 8,38 g. (Inv. R31/M11; corridor 3).
Av. [...]DIV[...] - tête à g. (CLAV)DIV(S)
R/ S [C] - illisible.
Claude (Ti. Claudius Caesar)
ou Néron (Nero Claudius Caesar) : 41-68 apr. J.-C.

17514 As : 6,66 g., incomplète et corrodée
(Inv. R32/M29 ; grand œcus 8).
Av. Tête à dr.
R/ [S] C - illisible.
Non identifiée.

17615 As : 4,58 g., incomplète et corrodée
(Inv. R33/M42.2 ; vestibule 1).
Av. [...]VD C[...] - type manque.
R/ [C]AESA[R ...] - type manque.
Vraisemblablement Claude pour Drusus Germanicus :
41-54 apr. J.-C., voir supra m12.

177Sans commentaire superfétatoire, et si on s’en tenait à la seule étude numismatique, l’évidence serait que la monnaie la plus récente interdit de placer la phase d’effondrement de la maison à l’atrium fleuri avant les années 54/68. C’est un ensemble chronologiquement bien situé (avec quelques survivances augustéennes) dans le créneau Tibère-Claude, autour du milieu du Ier siècle avec des prolongements possibles ou probables sous Néron, jusqu’en 68. On notera que la plupart de ces monnaies sont usées, voire très usées.

178• La sigillée italique

Les données fournies par les 17 sigillées italiques permettent de former deux groupes : un groupe de huit individus qui paraissent correspondre à l’époque augustéenne et augusto-tibérienne et un autre de six individus d’époque Claude-Néron. Dans ce dernier groupe, on trouve trois objets entiers, en usage dans la maison, qui pourraient ne pas être produits avant le milieu du Ier siècle, constituant ainsi les objets les plus récents de la catégorie : assiette Consp. 3.1.2 (no 21), petites coupes Consp. 37.3.1 (no 61) et Consp. 36.4.1 (no 62), ces deux dernières appartenant très probablement aux productions tardives de l’aire padane.

Un intéressant problème de chronologie se pose en ce qui concerne la marque MVRRI, dont l’activité de l’atelier, sauf erreur, est réputée plus ancienne que la date d’apparition de la forme qui la porte.

179• La céramique culinaire africaine

La datation de ces objets nos 1, 22-25 et 99 (Ostia II, p. 85, fig. 306/Atlante I, CVI, 7 et Hayes 194, 22, 23A et 196) ne s’oppose pas à une chronologie à cheval sur le milieu du Ier siècle, bien qu’une période aussi haute puisse encore heurter quelques céamologues trop attachés à la typo-chronologie de J.W. Hayes.

180• La sigillée du sud de la Gaule

La sigillée de La Graufesenque procure des indications chronologiques sensiblement plus récentes que celles de la sigillée italique.

  • 17 Merci à Alain Vernhet pour les amicales discussions autour de ce matériel et les précieux détails d (...)

L’analyse morphologique des vases17 permet de mettre à part des pièces d’époque claudienne et d’autres d’époque néronienne, indépendamment de plusieurs vases pour lesquels il n’est pas possible de préciser la datation à l’intérieur de la chronologie générale.

Les vases « anciens », acquis depuis plusieurs années, étaient en usage dans la maison et concernent cinq assiettes Drag. 18 : les nos 92, 93 et 97, les nos 95 et 96 étant plus particulièrement représentatifs du début des années 50. Les deux estampilles d’époque claudienne conservées sur ces assiettes, Genialis et Scotnvs, sont cohérentes avec la chronologie induite par les profils.

Du point de vue des profils, toujours, mais aussi des décors, les acquisitions récentes sont plus nombreuses et consistent en produits fabriqués à l’époque néronienne comme les deux Ritt. 12. (nos 73 et 74), trois assiettes et un plat Drag. 18 (nos 57, 59, 91 et 94) et un Drag. 27 (no 75). Un des Drag. 29 (no 78) est attribuable aux années 50-60 et un autre (no 79) se rattache aux années 55-65 tandis que le Déch. 67 (no 77) est seulement produit à partir des années 55-60. Enfin, les vases qui apparaissent comme les plus récents seraient les cinq assiettes Drag. 15/17 (nos 68, 69, 70, 71 et 90), à profil « ouvert », du début des années 60, le Drag. 30 décoré dans le style de Masclus (no 80), vers 60-65 et un Drag. 29 (no 98) dont le décor correspond à la même période.

Dans ces dernières séries, quelques estampilles confirment la période la plus récente de cette chronologie : ainsi, Felix sur Drag. 29 (no 60, dans la version estampillée Fiilix) et Germanus sur Drag. 24/25 (no 4) ne seraient pas attestés avant les années 60, voire 65 pour le second, tandis que Secundus, dans sa version III, sur Drag. 18 (no 57), ne produirait qu’à partir de 65. Ce sont là des informations pertinentes.

La datation ne peut évidemment s’abstraire de l’absence des productions dites flaviennes de La Graufesenque (Drag. 35/36 et 37) et des premières importations de sigillée claire A, dans un échantillonnage (33 pièces de sigillée du sud de la Gaule plus quelques dizaines de fragments, non décrits, sans forme supplémentaire utile au débat) d’une importance suffisante pour accepter la valeur de cet argument a silentio ; ainsi, une datation postérieure aux années 70 semble-t-elle totalement irréaliste.

Formulée de la sorte et en fonction des chronologies actuellement en cours sur les sigillées, la date d’abandon proposée pour cette maison pourrait se placer entre 65 et 70 et peut-être, plus précisément, plus près de 70 que de 65.

181• Chronologie de l’abandon

Elle repose essentiellement sur les sigillées qui représentent des marqueurs plus fiables que ceux des céramiques communes, des mobiliers divers ou la datation qui peut s’appuyer sur les styles des peintures murales.

  • 18 À l’époque qui nous intéresse, Fréjus et sa région ne sont pas à l’écart des conflits consécutifs à (...)

En d’autres termes, les convergences de données issues des différentes catégories de céramiques et des monnaies portent à proposer une fourchette dans les années 65/70 mais rien ne permet d’asseoir, de manière rigoureuse, l’éventualité de placer l’abandon de cette habitation, et du quartier alentour, en rapport ou peu après les événements de 68/6918.

2. Sur la répartition du mobilier dans la maison

  • 19 Quelques études ont été publiées (par exemple dans la Rivista di Studi Pompeiani : XI, 2000) mais p (...)

182La documentation facilement accessible sur les listes de vaisselles recueillies dans les maisons de Pompéi ne permet pas toujours de se faire une idée exacte des quantités et des proportions d’objets qui y étaient abrités à l’origine19.

183On se limitera à présenter plusieurs plans de répartition pour une partie des céramiques seulement, comme les sigillées (fig. 396) ou les céramiques culinaires importées (fig. 397), et pour certaines catégories de matériaux comme les pesons (voir fig. 382) ou les marques sur tuiles (voir fig. 385).

Figure 396

Figure 396

Répartition des céramiques fines dans l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri.

Figure 397

Figure 397

Répartition des céramiques culinaires importées dans l’emprise des zones fouillées de la maison à l’atrium fleuri.

  • 20 Cette évaluation découle, on le rappellera, des données suivantes :
    - surface hors œuvre de la maiso (...)
  • 21 On doit préciser que deux lots de pots sont à distinguer dans ce corridor. Le premier, composé de c (...)

184Dans le cas de la maison à l’atrium fleuri, ce serait une erreur de chercher à participer au jeu arithmétique visant à extrapoler le nombre des objets obtenus sur une partie de la maison à l’ensemble de celle-ci. Inutile de tomber dans l’arbitraire de cet exercice sachant que, statistiquement, on ne dispose que d’une petite moitié ( ?) des objets susceptibles d’être restés en place20. La lecture des plans de répartition permet cependant de constater qu’aucune vaisselle en sigillée ne paraît avoir été conservée dans la cuisine alors que les salles de réception en cumulent plus de deux douzaines, aussi bien dans le tablinum 6 que dans le grand œcus 8, sans que cette présence permette de préciser la fonction de ces salles ; en revanche, le petit œcus 7 n’en contient pas alors qu’une lampe à huile de belle qualité y a été mise au jour. Autre tendance, les céramiques culinaires importées se trouvent dispersées dans différentes pièces mais le plus grand nombre a été trouvé dans le corridor 321, l’architecture ayant déjà déterminé qu’au moins deux étagères y étaient aménagées pour le rangement de tous types d’objets de la vie quotidienne. Une amphore est attestée dans le tablinum mais est peut-être tombée de l’étage vu sa grande fragmentation, alors que dans la cuisine, où ont été retrouvés, en toute logique, un gril et un trépied, aucun conteneur n’a été mis au jour, à moins qu’ils aient été rangés dans la partie non fouillée. Le local ouvert sur la rue ne contient pas de mobilier particulier qui permettrait de préciser la nature de cette boutique car les trois fragments de sole qui y ont été retrouvés (voir supra fig. 358) sont des indices de peu de poids.

3. Sur les approvisionnements en céramiques

185Pour cette période pré-flavienne, dans une maison où les acquisitions de céramiques et autres objets de la vie quotidienne peuvent couvrir des achats étalés sur une, deux ou trois décennies, on constate que les régions d’approvisionnement habituelles sont représentées (fig. 398).

Figure 398

Figure 398

Répartition des approvisionnements des céramiques découvertes dans la maison à l’atrium fleuri.

  • 22 On constate par exemple, dans la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux, que Castvs est (...)

186Ce sont naturellement les grands centres de productions de sigillées, Arezzo, Pise ou la vallée du Pô, d’une part, et La Graufesenque, d’autre part. En ce qui touche à la diffusion des sigillées rutènes, une rapide confrontation entre le lot fréjusien et, par exemple, celui provenant du dépotoir de La Nautique (Fiches, Guy, Poncin 1978), désormais attribué aux années 60-65 (Polak 2000, p. 411) ne livre pas d’éléments de comparaison pertinents ; il resterait à multiplier ce genre d’études avec tel ou tel site de consommation22.

187Les céramiques culinaires italiques, au premier rang desquelles les céramiques campaniennes à vernis interne rouge pompéien mais aussi les produits de l’aire romaine (Sutri, La Celsa) et de l’île de Pantelleria, livrent des attestations supplémentaires de leurs exportations vers le milieu du Ier siècle, tandis que la céramique culinaire africaine confirme la précocité des importations de ces produits aux qualités particulières sur un site du littoral provençal.

188On soulignera que l’étude des sigillées permet de constater également, pour cette époque, que les produits de La Graufesenque n’ont pas encore totalement fait disparaître les importations italiques (3 sigillées tardo-italiques contre 33 sigillées du sud de la Gaule) et que ces considérations sur les approvisionnements ne valent que pour cette maison établie dans une ville dont la situation géographique et les liens historiques avec la péninsule sont à prendre en compte.

Le mobilier céramique retrouvé derrière les peintures murales

189La présence de quelques fragments de céramique et de tuile dans le premier gobetis de mortier des peintures murales (fig. 399), en particulier dans le grand œcus 8 mais aussi dans le tablinum 6, procure également des éléments de chronologie – cette fois pour la céramique –, avec un terminus antérieur aux années 35-45 en fonction de la datation stylistique des panneaux. Il s'agit de céramiques de production locale parmi lesquelles on relève une coupe-mortier (fig. 400, no 1) dont il manque le versoir, dans la lignée de la forme Haltern 59, un col de cruche à une anse (no 2), évolution vraisemblable des productions augustéennes, un col évasé de vase à liquide (no 3), l'encolure d'une petite amphore Gauloise 5 (no 4) et deux cols d'amphores à bandeau (nos 5 et 6) fréquemment attestées dans les niveaux fréjusiens dès le règne de Tibère (Rivet 1980, p. 855-858) et peut-être issues de l'atelier de Saint-Lambert 3 (Gébara, Béraud 1996, fig. 11, no 1). On peut rappeler la trouvaille d’un fragment de tuile estampillée Castoris (voir supra fig. 383, n° 13).

Figure 399 - Place Formigé

Figure 399 - Place Formigé

Le mur 24 (œcus 8) après dépose des peintures murales et décroutage : le soubassement maçonné servant de support à l’élévation de briques crues est plaqué de tessons (cliché L. Rivet).

Figure 400 - Place Formigé

Figure 400 - Place Formigé

Céramiques provenant de la couche d’accrochage des enduits peints (dessin L. Rivet).

Notes

1 Dessins Lucien Rivet et infographie Sylvie Saulnier. Photographie des objets : Loïc Damelet et Christine Durand, Cnrs/Centre Camille Jullian, et Yves Rigoir, que nous remercions très amicalement. Dans la plupart des cas, les estampilles sur sigillées ont été dessinées à partir de tirages photographiques réalisés à l’échelle 3/1 par Y. Rigoir.

2 Les quatre vases suivants, entiers (voir aussi fig. 390), ont fait l’objet d’une étude particulière assortie d’un commentaire chronologique, voir Rivet 1991, p. 173-174.

3 La fosse de Gallicanus, découverte dans l’angle nord-est de l’ancienne parcelle Malaval, a livré entre 15 et 20000 vases parmi lesquels des pièces moulées (par exemple des Drag. 29 et 30 proches, par le style, des écoles de Masclus et d’Albus) qui renvoient à la période de splendeur de La Graufesenque, entre 50/55 et 60/65, voir Labrousse 1980, p. 465.

4 Le sondage 15 pratiqué dans le Champ Cluzel à La Graufesenque a mis au jour un dépotoir rempli de coupes Drag. 29 et 30 et Hermet 5 décorées par Masclus, dépotoir daté des années 55-60 (Fiches, Guy, Poncin 1978, p. 207). La datation est actuellement remise en cause par M. Polak qui propose 60-65 (Polak 2000, p. 410).

5 Feugère 1981, p. 142-144, fig. 8. Le musée de Fréjus en conserve quatre exemplaires : Brentchaloff 1996, nos 55, 56, 57 et 58.

Un ornement semblable est considéré comme appartenant à l’équipement militaire, harnachement de cheval, voir Hawkes, Hull 1947, pl. CIII, no 17 ; voir aussi Ritterling 1912, taf. XIV, I (Hofheim) et abb. 38, I (Mainz). On en trouve 26 exemplaires dans le camp de Vindonissa, voir Unz, Deschler-Erb 1997, taf. 58 et 59.

6 Pour comparaison, voir un candélabre en fer de forme assez semblable provenant de Beaucaire (Gard) et estimé du milieu du Ier siècle av. n.è., Tendille 1981, p. 80-81, fig. 13, no 71.

7 Pour leur description, je m’inspire de la méthodologie détaillée justement mise en avant par P. Arnaud (2001, p. 87).

8 Voir la discussion qui suit Laubenheimer 1992, p. 23-24.

9 Fouille inédite de G.B. Rogers et D. Brentchaloff en 1980-1982, voir Rivet et al. 2000, p. 117 et 436, fig. 803, no 4.

10 En fonction de la présence d’une coupe Drag. 37 en sigillée de La Graufesenque (Bérato et al. 1986, p. 201-202).

11 Il faut dire que ces inscriptions sont à la fois peu courantes et relativement diversifiées : Wynia 1979, Scatozza Höricht 1988. Ces deux titres sont à compléter par diverses publications qui font état de ces marques, par exemple Aguarod Otal 1991, fig. 1 à 10.

12 Ce type de céramique, dont l’essor commercial est surtout représentatif de l’Antiquité tardive, a été isolé au début des années 1980 par Fulford, Peacock 1984, p. 157 et s. Voir également Dore 1989, fig. 59, no 286.30.21 (époque augustéenne) et Wilson 1987, p. 493-700. Pour les études actuelles, voir Santoro Bianchi 2000, fig. 1, no 1 ; Santoro Bianchi, Guiducci 2001, p. 171-175 ; Santoro Bianchi et al. 2003 ; Santoro Bianchi 2005, p. 345 et tav. 1, B.

13 À Sabratha, pour la période impériale précoce (fin du Ier siècle av./début du Ier siècle de n.è.), la vaisselle culinaire de Pantelleria constitue la troisième catégorie la plus usitée sur le site (Dore 1989, p. 100-101) ; à Carthage, cette forme est connue dans un contexte du milieu/troisième quart du Ier siècle (Ortisi 1999, p. 478, no 325).

14 On s’accorde à placer sa création dans le deuxième quart du Ier siècle, voir Rizzo 1998, p. 811. On trouve une assiette de forme semblable – également à cheval sur les formes Goud. 34 et Goud. 43 – mais à lèvre triangulaire, sur l’épave D du Dramont, près de Saint-Raphaël, datée du milieu du Ier siècle (Joncheray 1973, p. 278 et fig. 1, no 4). On sait que ce type d’assiette ou de plat (Goud. 43) apparaît probablement plus tard que vers 20-25, comme le pensait C. Goudineau, plutôt après 40 (Pucci 1985, p. 388 ; Vegas 1994, p. 340), voir vers le milieu du siècle comme à Bérénice (Kenrick 1985, p. 177 et fig. 32, B237) où l’on considère que son véritable développement serait même à placer durant l’époque flavienne. C’est d’ailleurs une des formes les plus fréquentes à Pompéi au moment de la destruction de la ville (Pucci 1977, p. 14-15 et tab. VI) et elle est également présente – c’est même la forme dominante – dans les niveaux flaviens des Thermes du Nageur à Ostie (Ostia III, p. 315) mais aussi à Rome dans les contextes néroniens et flaviens (Rizzo 1998, p. 809-813 ; Rizzo 2003, p. 75-92 et graf. 4 et 5). Elle est aussi attestée à Corinthe dans des contextes du troisième quart du Ier siècle (Warner Slane 1987, p. 197 et fig. 4). Sans doute pour cette période, on la trouve en Corse à Mariana (Pallarès 1974, p. 120, fig. 11, avec marque ipp).

15 On trouve également ces formes, ensemble, à Sidi Khrebish (Kenrick 1985, p. 168-169 et 443, fig. 30, nos B228.1 et B228.2), dans un contexte daté du troisième quart du Ier siècle.

16 D’autant que ceux-ci, compte tenu du caractère partiel de la fouille, peuvent tout aussi bien être des représentants de la vaisselle en usage dans la maison, au même titre que la centaine de pièces que nous avons mise en exergue.

17 Merci à Alain Vernhet pour les amicales discussions autour de ce matériel et les précieux détails dont il nous a fait bénéficier.

18 À l’époque qui nous intéresse, Fréjus et sa région ne sont pas à l’écart des conflits consécutifs à la succession de Néron (Tacite, Histoires, II, 14 et III, 43) puisque la flotte d’Othon croise au large des côtes provençales alors que les troupes de Fabius Valens, lieutenant de Vitellius, stationnent un temps à Fréjus avant que la ville ne soit tenue par le procurateur Valère Paulin pour son ami Vespasien, voir Rivet et al. 2000, p. 49.

Rappelons que l’abandon de cette habitation, avec traces d’incendie, s’inscrit à l’origine d’une transformation urbaine radicale qui consiste à reconstruire l’ensemble du quartier à un niveau supérieur de 2 m à ce qu’il était auparavant, voir infra, p. 350.

19 Quelques études ont été publiées (par exemple dans la Rivista di Studi Pompeiani : XI, 2000) mais privilégient les pièces en métal ou en verre par rapport à la céramique. Merci à Philippe Borgard (Cnrs-CCJ) pour les discussions que nous avons eues à ce sujet alors que lui-même, en reprenant le problème des fullonicae de Pompéi, est également intéressé par la publication exhaustive de tels inventaires qui, comme chacun sait, correspondent généralement à des fouilles anciennes.

20 Cette évaluation découle, on le rappellera, des données suivantes :
- surface hors œuvre de la maison : env. 470 m2 ;
- surface dans œuvre de la maison : env. 420 m2 ;
- surface utile de l’ensemble des pièces de la maison, déduction faite des surfaces occupées par les murs (env. 80 m2) : 340 m2 ;
- surface utile effectivement conservée, ou accessible, déduction faite de l’emprise des murs de la maison construite sur ses décombres (env. 29 m2) : 311 m2 ;
- surface utile de la maison effectivement fouillée : env. 133 m2 (soit 42 % de la surface accessible).

21 On doit préciser que deux lots de pots sont à distinguer dans ce corridor. Le premier, composé de cinq vases anciens – nos 30 (olla carénée en pâte sombre), 33, 34, 35 et 36 (céramique culinaire micacée varoise) – provient d’une réfection du sol ; en revanche, il est assuré que les quatre céramiques culinaires africaines nos 22 à 25 illustrent effectivement la phase d’abandon.

22 On constate par exemple, dans la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux, que Castvs est bien attesté avec des estampilles aux graphies comparables à celles de Fréjus dans les tombes de la phase 1 datée entre 15 et 70, voir Bel 2002, p. 163.