Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 3. Place Formigé - secteur occidental (1988)

Phase 1 — Les vestiges partiels d’une première occupation

Texte intégral

  • 1 Les localisations de ces sondages sont parfois indiquées en fonction des espaces de la maison de la (...)

1Plusieurs sondages profonds ont été entrepris sous les sols de la maison romaine (phase 2) mise au jour dans la partie occidentale de la place Formigé, avant tout dans le but de préciser une chronologie pour l’édification de celle-ci1. Quelques-uns ont fait apparaître des segments de murs d’une phase antérieure (fig. 225) ; construits en pierres liées à la terre, leur mise sur plan ne laisse guère apparaître une grande cohérence si ce n’est qu’ils répondent à un schéma orthogonal. On peut vraisemblablement les attribuer à une ou plusieurs habitations aux sols en terre battue limités par des murs revêtus d’enduits peints blancs.

2Dix sondages donnent ainsi des résultats de pertinence très inégale.

Figure 225 - Place Formigé, secteur occidental

Figure 225 - Place Formigé, secteur occidental

Localisation des sondages profonds dans l’emprise de la maison de la phase 2 et segments de murs appartenant à la phase 1 (dao S. Saulnier).

3Neuf sondages ont été ouverts sous les sols en terre battue des pièces de l’aile sud de la maison de la phase 2 (espaces 1, 2, 3 et 4) sur des surfaces variant entre 4 m2 et 0,60 m2. Le dixième a été pratiqué sous la mosaïque de la pièce 6. Pour chacun des sondages de la première série, la réflexion conduit à une attitude hypercritique, à minimiser leur fiabilité et à écarter une grande part du matériel archéologique qu’ils ont pourtant procuré, en très faible quantité et d’une nature qui, au demeurant, n’irait aucunement en contradiction avec les résultats obtenus par ailleurs. En effet, l’essentiel de ces recherches a exploré un substrat stérile, sauf dans les strates supérieures d’où proviennent quelques tessons. Il est certain que ces niveaux, dans la durée de l’occupation de la maison de la phase 2, correspondent (sans évoquer quelques fosses creusées et comblées ici ou là avec une terre de même nature que celle des couches encaissantes ...) à des sols en terre battue qui ont été plus ou moins régulièrement décapés, assainis, rénovés et rechargés.

4Aussi peut-on avancer, en rapport avec les murs de la phase 1, qu’aucun sol n’a été identifié avec certitude, sauf dans le sondage j.

I. Architecture

5L’ensemble des sondages a livré, en tout et pour tout, trois segments de murs inscrits dans un schéma orthonormé de direction nord-nord-ouest/sud-sud-est correspondant au réseau A de l’urbanisme de Forum Iulii.

  • Le premier mur, 1 (fig. 226), a été mis au jour au nord du site, à l’aplomb de la façade de la cathédrale, sous l’espace 6, après dépose d’un sol en mosaïque (sondage j), mais seules deux assises ont pu être mises au jour (fig. 227 et 228). De direction ouest-est, il a été dégagé sur 5,40 m de long, sa largeur étant de 0,50 m en moyenne. Il était dérasé à la cote NGF 17,90/18,03 m, c’est-à-dire à un niveau plus ou moins égal au sommet des terres qui lui étaient associées, au sud. On ne peut affirmer qu’il s’agit uniquement d’une fondation, faite de blocs mal équarris liés à la terre, incluant quelques fragments de tegulae ; le segment ouest présente des gâchées de chaux.

Figure 226 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Figure 226 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Plan du mur 1 ; la zone tramée correspond au segment utilisant de la chaux (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

Figure 227 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Figure 227 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Le mur 1 au pied du mur de clôture nord de la maison de la phase 2.
Vue prise vers le nord-ouest (cliché L. Rivet).

Figure 228 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Figure 228 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Au premier plan, mur 1 et, à l'arrière-plan, mur de clôture nord de la maison de la phase 2.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

  • Un deuxième mur, 2, découvert dans l’espace 4 (sondage h), de direction nord-sud, doit être attribué à cette phase (voir fig. 300) car sa maçonnerie, profondément dérasée, semble être restée visible dans l’habitation de la phase 2. Il est fait de blocs liés à la chaux pauvre et sa largeur est de 0,32 m (fig. 229) ; il s’appuie sur une fondation débordante (ressaut à 17,40 m NGF). Reconnu sur 6,70 m de long, son tracé est interrompu par une baie large de 1,15 m. Dérasé à une cote NGF variant entre 17,60 et 17,70 m, sa nature n’a pu être observée en profondeur. Bien que l’ayant longtemps considéré comme un des éléments de la construction de la maison de la phase 2 (son arase était apparente dans le futur sol en terre battue et « on marchait dessus »), il faut convenir, sans autre argument que celui d’un rapport de niveau avec des sols découverts plus à l’ouest, qu’il appartient sans guère de doute à cette phase 1. Pour ce mur, on ne dispose pas d’indication stratigraphique car les sondages, rapidement menés à l’est, n’ont pas révélé de niveaux d’occupation nets. Cependant, la présence du ressaut de fondation, à la cote 17,30/17,40 m NGF, permet d’individualiser les terres encaissantes dans lesquelles il a été bâti. Au sud, il est possible que ce mur soit associé à une base de pilastre car une maçonnerie débordante a été retrouvée à l’est.

Figure 229 - Place Formigé. Phase 1, sondage g

Figure 229 - Place Formigé. Phase 1, sondage g

Longé par la mire, le mur 2 et, au premier plan, le sondage sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

  • À peu de distance vers l’ouest et de direction ouest-est, sous l’espace 3 (sondage f), un tronçon de muret en argile, 3, large de 0,28 m, a été découvert sur 1 m de long, dérasé à la cote 17,63 m NGF (fig. 230) ; il reposait sur une fondation débordante faite de pierres (fondation dont la racine n’a pas été recherchée, faute de temps). Comme pour le mur 2, l’arase a pu rester partiellement visible dans la maison de la phase suivante.

Figure 230 - Place Formigé. Phase 1, sondage f

Figure 230 - Place Formigé. Phase 1, sondage f

Muret 3 (sous la mire horizontale) en terre sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

II. Stratigraphie

6Les données stratigraphiques livrées par les sondages ouverts sous les sols en terre battue appartenant à la maison de la phase 2 sont les suivantes :

  • dans le sondage a (emprise de 4 m2), sous le sol en terre battue (c.56), à l’épiderme cendreux (tantôt noir et tantôt blanc) supporté par un remblai de terre marron violacé (c.57) dans lequel a été creusée une petite cavité (c.60), seule une profonde fosse ouverte à la cote 17,60 m NGF, creusée dans le substrat décomposé, a été mise en évidence (fig. 231) ; elle est comblée d’une terre sableuse (c.61) ;

  • le sondage b (emprise de 1,80 m2) a permis de mettre au jour (fig. 232 et 233), sous le sol en terre battue et sa recharge (c.463 et 464), un mince niveau (c.469) creusé de deux petites fosses (c.467 et 468) ; à moins qu’il ne s’agisse de réfections des sols de la maison de la phase 2 dans la mesure où, pour les terres inférieures, on se place légèrement au-dessous du ressaut de fondation du mur 12, ce niveau pourrait représenter un sol à la cote 17,40 m NGF ;

Figure 231 - Place Formigé

Figure 231 - Place Formigé

Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage a
(relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

Figure 232 - Place Formigé

Figure 232 - Place Formigé

Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage b
(relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

Figure 233 - Place Formigé. Phase 1, sondage b

Figure 233 - Place Formigé. Phase 1, sondage b

À droite de la règle, le mur 12 (phase 2) ; les autres relèvent de la phase 3.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

  • dans le sondage c (emprise de 1,80 m2, fig. 234 et 235), le remblai (c.452) dont l’épiderme constitue le sol de la phase 2 reposait sur une mince couche de terre fine compacte (c.456) nivelée sur l’argile violacée stérile qui culmine à la cote 17,35 m NGF ;

Figure 234 - Place Formigé

Figure 234 - Place Formigé

Coupe stratigraphique ouest-est dans les sondages c et d (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

Figure 235 - Place Formigé. Phase 1, sondages c-d

Figure 235 - Place Formigé. Phase 1, sondages c-d

Au centre, le mur 12, arasé, appartenant à la maison de la phase 2.
Vue prise vers le nord-ouest (cliché L. Rivet).

  • le sondage d (emprise de 1,70 m2) ne présente aucun vestige se rattachant à la phase 1 (fig. 234). En effet, le sol induré sur une dizaine de centimètres d’épaisseur (c.454/455) de la maison de la phase 2 est une recharge posée sur l’épiderme nappé de petites plaques de chaux (fig. 235) d’un remblai de terre marron clair (c.459) qui doit constituer le sol originel reposant directement sur l’argile violacée stérile qui culmine à la côte 17,47 m NGF ;

  • le sondage e (moins de 1 m2, fig. 236) : sous une terre marron clair contenant des fragments d’enduits de chaux (c.448) a été repéré un niveau de terre noire (c.449) reposant sur de l’argile violacée avec intrusions de sable (c.450), indiquant un paléosol en surface de l’argile violacée compacte (c.460) représentant le substrat décomposé qui culmine à la cote 17,35/17,40 m ;

Figure 236 - Place Formigé

Figure 236 - Place Formigé

Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage e (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

  • dans le sondage f (emprise de 4,50 m2), la situation stratigraphique est différente de part et d’autre du muret 3 (fig. 237) dont le sommet arasé a pu rester visible un temps. Bien qu’appréhendés sur une surface convenable (1,40 m de long sur 1 m de large, au nord, et 2,10 m de long sur 1 m de large, au sud), les niveaux fouillés ne sont pas très compréhensibles.

Figure 237 - Place Formigé

Figure 237 - Place Formigé

Coupe stratigraphique sud-nord dans le sondage f de part et d’autre du muret 3 appartenant à la phase 1 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

7Au sud du muret 3, sous le remblai (c.702) dont l’épiderme supporte le sol en terre battue du corridor de la maison de la phase 2 (à la cote NGF 17,48 m), a été mis au jour un sol constitué de tegulae retournées (fig. 230) qui se prolonge au sud par un sol en terre battue dont la surface est couverte de charbons de bois (à la cote NGF 17,38 m). Ce sol reposait sur une mince couche de chaux (c.704) qui recouvrait l’argile violacée compacte (c.705) culminant à la cote NGF 17,25 m).

8Au nord du muret 3, la situation est plus confuse en profondeur. Sous le sol en terre battue (qui correspond au niveau de la base de l’enduit de la cloison 14) et ses recharges (c.148 et c.119), un lit de tessons roulés (c.475) faisait office de remblai d’assainissement (fig. 238). Il recouvrait un remblai d’argile violacée (c.476) qui passait sous la fondation de la cloison 14 et dont l’épiderme, à la cote NGF 17,40 m environ, comportait des traces de chaulage. Ce remblai ennoie un niveau de destruction comportant des briques crues (c.482) qui repose sur l’argile violacée compacte à la cote moyenne NGF 17,00 m.

Figure 238 - Place Formigé. Phase 1, sondage f

Figure 238 - Place Formigé. Phase 1, sondage f

Sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2, un niveau de tessons roulés (c. 475) (cliché L. Rivet).

  • les sondages g (2,80 m2), h (1,80 m2) et i (0,60 m2) ont révélé les lambeaux d’un sol en terre (fig. 239, c.498) sous celui de la phase 2 (c.480 et 492), posé sur des niveaux d’argile violacée (fig. 229) comportant par endroit des fragments d’enduits de chaux (au sud : c.477, 481, 483 et 485 ; au centre : c.493, 494 et 497-fosse) et contenant quelques artefacts ; le sommet du substrat est atteint entre les cotes 17,40 et 17,30 m.

Figure 239 - Place Formigé

Figure 239 - Place Formigé

Coupe stratigraphique est-ouest dans le sondage g, de part et d’autre du mur 2 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

  • au nord, sous la mosaïque, le sondage j (emprise 6 m2) a livré une stratigraphie correspondant à la mise en place de la maison de la phase 2 et aux sols et remblais en liaison avec le mur 1 (fig. 227 et 240).

Figure 240 - Place Formigé

Figure 240 - Place Formigé

Coupe stratigraphique sud-nord dans le sondage j, sous la mosaïque appartenant à la maison de la phase 2 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).

9Sont à associer à la construction de la maison de la phase 2 les différents supports de la mosaïque, radier (c.700) et hérisson (c.704), des remblais de terre meuble comblant la tranchée de récupération du mur 1 (c.706), les comblements des tranchées de construction des murs 9/22 (c.710/715) ainsi qu’un remblai sub-horizontal de terre marron violacé et tassée, épais de 4 à 8 cm (c.705), renfermant des déchets d’enduits lissés de chaux, posé sur un sol horizontal (à la cote NGF) en terre battue (c.708) comportant des éléments carbonisés.

10Ce sol (c.708), qui se développait au sud du mur 1, doit lui être rapporté bien que le lien entre l’un et l’autre n’ait pas été clairement établi. Recouvert de charbons de bois (et de fragments d’enduits peints blancs), il a été mis en évidence (à 17,82 m NGF) sur une faible surface (un peu plus de 1 m2) ; sur son épiderme étaient écrasés quelques tessons. Sous ce sol, un remblai de terre argileuse marron (c.709) comportait des nappes de charbons de bois et un amas de gros blocs de pierre.

III. Éléments de datation

11Les tableaux de comptage (fig. 241 et 242) regroupent et répartissent l’ensemble du matériel de la phase 1 mis au jour dans tous les sondages, pour les sols et remblais en association avec les murs 1, 2 et 3.

Figure 241 - Place Formigé

Figure 241 - Place Formigé

Tableau de répartition du mobilier (en Nombre de Restes) des sondages a, b, c, e, f, g, h.

Figure 242 - Place Formigé

Figure 242 - Place Formigé

Tableau de répartition du mobilier (en Nombre de Restes) du sondage j.

12En ce qui concerne le matériel provenant des sondages pratiqués sous les sols en terre battue de la partie méridionale du site, les résultats que procure ce mobilier sont mitigés et n’apportent pas d’éléments tangibles pour dater les sols et remblais associés aux murs 2 et 3, d’autant qu’il s’agit essentiellement de fragments de céramiques dépourvues de formes : un des tessons de sigillée italique, de forme Consp. 22, permet seulement de constater que le remblai d’où il provient (sondage f, c.704) et qui supporte un sol en lien avec le muret 3, ne peut avoir été constitué avant les années 15 avant notre ère.

13Le dixième sondage, j, à l’inverse, est celui qui est incontestablement le plus fiable puisqu’il concerne une exploration dans les niveaux scellés par la mosaïque de l’espace 6 de la maison de la phase 2, sondage d’une certaine ampleur (6 m2) rendu possible à la suite de la dépose du pavement. Il a livré une quantité appréciable et diversifiée de mobilier (872 fr.), ainsi que six monnaies, dont l’analyse rend probants les résultats mais, l’hypercritique restant une valeur scientifiquement incontournable, on ne peut manquer de s’interroger : le pavement correspond-il bien à l’aménagement d’origine de l’habitation car rien ne s’oppose, en effet, à ce qu’une amélioration dans le standing intérieur soit intervenue 5, 10 ou 20 ans après la construction de la demeure ? Le débordement des plus anciennes couches d’enduit qui couvrent les murs sur la bordure du pavement plaide cependant pour considérer que celui-ci appartient bien à l’état originel de la maison de la phase 2.

14Seules les c. 708 (sol) et 709 (support) se rattachent à la phase 1 mais deux collages de tessons intervenant entre le matériel de ces contextes (38 fr. seulement) avec celui issu des niveaux d’installation de la mosaïque (radier, hérisson, etc.) justifient que nous présentions ensemble ces objets. Ainsi, ne relèvent de la phase 1 que les quatre objets suivants : nos 34 (bec de lampe), 67 (céramique modelée d’époque impériale), 70a (coupe en céramique à pâte claire) et 76 (amphore de Marseille), des éléments bien insuffisants pour nourrir une datation. L’ensemble du matériel inventorié ci-après est donc très majoritairement relatif à l’abandon des occupations de la phase 1 et en prise directe avec l’époque de construction de la maison de la phase 2.

1. Sondage j : catalogue (fig. 243 à 251)

15• Sigillée du sud de la Gaule

Figure 243 - Place Formigé. Phase 1

Figure 243 - Place Formigé. Phase 1

Sigillée du sud de la Gaule (dessin L. Rivet).

  • 2 « Sans guère de doute », en fonction des connaissances auxquelles on se réfère aujourd’hui. Alors q (...)

16Plusieurs des vases suivants présentent des formes identiques à celles de la sigillée italique mais la qualité de la pâte leur accorde, sans guère de doute, une origine de La Graufesenque2.

1 (c.706) : coupe campaniforme à lèvre pendante de forme Halt. 7 (2 fr.), le bord et le fond n’étant pas jointifs.

2 (c.705-706) : coupe tronconique à rebord vertical concave finement mouluré et guilloché de forme Ritt. 5 (3 fr.).

3 (c.700) : fragments non jointifs correspondant vraisemblablement au même vase : un bord vertical à paroi mince et à lèvre effilée, un segment de panse creusée d’une double gorge et décorée d’une zone de guillochis et un fragment de carène basse : il s’agit d’un gobelet de forme Halt. 16 (4 fr.) ; la restitution donne une hauteur arbitraire.

4 (c.705) : fragment de panse à paroi fine creusée d’une double gorge et décorée d’une zone de guillochis : gobelet de forme Halt. 16 semblable à la forme précédente.

17• Sigillée italique

Figure 244 - Place Formigé. Phase 1

Figure 244 - Place Formigé. Phase 1

Sigillée italique (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

5 (c.706) : assiette à paroi oblique, rectiligne, proche de la forme Goud. 1/Consp. 1.1.3 (5 fr.) ; la pâte est tendre et le vernis non grésé : il s’agit d’une sigillée cuite en mode A.

6 (c.706) : coupe tronconique à rebord vertical concave finement mouluré et guilloché de forme Goud. 27/Consp. 22.1 (4 fr.) portant la marque TERTI dans un cartouche rectangulaire, de l’officine de Tertius (5), OCK 2076.3, active à partir de -10.

7 (c.705) : coupe tronconique à rebord vertical concave finement mouluré et guilloché et à panse incurvée de forme Goud. 27/Consp. 22.1 (2 fr.).

8 (c.706) : bord de coupe hémisphérique, non guilloché, de forme incertaine (Ritt 8/Consp. 36 ?).

9 (c.706) : coupe cylindrique basse à panse légèrement évasée, à pied annulaire et à bord convexe de forme indéfinie (3 fr.), peut-être apparentée à Consp. 28.2 avec un bord qui rappelle la famille Consp. 15.1 (Halt. 15) ; le vernis est décollé par places, en bandes horizontales, selon la caractéristique classique des productions italiques.

10 (c.706) : de prime abord, il n’est pas certain que les deux bords, 10a et 10b, appartiennent au même vase car ils présentent une épaisseur sensiblement différente.

Le fragment 10a correspond à un bord de skyphos de forme Drag./Watz. VII qui présente l’amorce d’une anse annulaire, à méplat horizontal décoré (fréquemment d’une massue), collée immédiatement sous le bord.

Le fragment 10b pourrait être le bord du même vase mais peut aussi correspondre à un deuxième objet de même nature, compte tenu des légères différences d’épaisseur, d’inclinaison et de diamètre (une déformation qui peut être provoquée lors de l’adjonction des anses). La partie supérieure du décor est composée d’une frise de rosettes à ca 22 pétales.

11 (c.705) : fragment de panse d’un calice portant un décor végétal.

12 (c.706) : fragment de décor guilloché d’un gobelet de forme Halt. 16.

Dans le mortier du support de la mosaïque, un fragment informe de fond, à large bande guillochée (non ill.), appartenant à un plat.

18• Campanienne

Figure 245 - Place Formigé. Phase 1

Figure 245 - Place Formigé. Phase 1

Campanienne (13), gobelet d'Aco (14-15) et céramique à paroi fine (16-28) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

13 (c.706) : fond de coupe sur pied annulaire ; pâte brun-rouge, fine, engobe brun métallescent.

19• Gobelet d’Aco

14 (c.706) : fragment de panse portant un décor de semis de picots ; pâte micacée, non engobée ; surface interne orangée, surface externe ocre orangé.

15 (c.705) : fragment de panse portant deux zones décorées de semis de picots ; la surface extérieure porte un vernis grésé rouge-brun de type sigillé.

20• Céramique à paroi fine

L’ensemble des tessons présente une pâte siliceuse.

16 (c.706) : gobelet hémisphérique à double sillon établi à mi-panse (2 fr.), de forme Mayet XXXIII (no 264)/Marabini XXXVI (pl. 22, nos 218-221) ; pâte rouge-brun orangé, micacée ; surface brun-rouge, non engobées.

17 (c.706) : bord à lèvre épaissie d’un bourrelet interne appartenant à un gobelet hémisphérique Mayet XXXIII (nos 261-263)/Marabini XXXVI ; pâte micacée et surface brun-rouge.

18 (c.706) : fond plat souligné d’un ressaut correspondant peut-être à un gobelet hémisphérique (2 fr.) ; pâte micacée et surface rouge orangé.

19 (c.706) : bord à lèvre épaissie d’un renflement interne et soulignée d’une gorge externe appartenant vraisemblablement à un gobelet hémisphérique Mayet XXXIII (nos 261-263)/ Marabini XXXVI ; pâte et surface brun-gris.

20 (c.706) : fond plat souligné d’un ressaut appartenant peut-être à un gobelet hémisphérique ; pâte très fine, micacée, et surface rouge orangé.

21 (c.713) : fond plat souligné d’un ressaut appartenant peut-être à un gobelet hémisphérique ; pâte fine, compacte, légèrement micacée, orangée ; surface extérieure brun-rouge et surface intérieure orange, granuleuse, portant plusieurs cercles concentriques de couleur brune.

22 (c.706) : bord à lèvre arrondie légèrement éversée, soulignée par une gorge externe, appartenant peut-être à un gobelet-tonneau ; pâte micacée et surface brun orangé.

23 (c.706) : bord à lèvre allongée légèrement épaissie soulignée d’une gorge externe de gobelet-tonneau ; pâte micacée et surface brun orangé granuleuses.

24 (c.706) : bord à lèvre allongée légèrement épaissie soulignée d’une gorge externe de gobelet-tonneau (2 fr.) ; pâte micacée, très poreuse, et surface ocre orangé.

25 (c.706) : bord éversé à « lèvre concave » d’un gobelet de forme Marabini IV (pl. 4, nos 40-44) ; pâte brun-rouge, micacée, et surface brun orangé.

26 (c.706) : fond plat appartenant peut-être à un gobelet-tonneau (7 fr.) ; pâte rouge orangé à cœur gris, micacée, surface rouge orangé en partie basse, brun-gris en partie haute.

27 (c.706) : fond plat épais de gobelet ; pâte grossière, micacée, à cœur gris et surface brun-rouge.

28 (c.706) : fragment informe décoré de guillochis ; pâte micacée et surface brun-gris rougeâtre.

Les 97 autres fragments informes renvoient également à des productions en pâte brute, vraisemblablement d’origine italique.

21• Lampe

Figure 246 - Place Formigé. Phase 1

Figure 246 - Place Formigé. Phase 1

Lampes (cliché L. Damelet et L. Rivet, Cnrs-CCJ).

29 (c.715) : fragment très usé pour lequel on distingue une portion du médaillon ( ?) concave décoré, sur son pourtour, de deux rangs de globules ( ?), accosté d’un bandeau (ou d’un aileron ?) ; pâte tendre, beige clair, non micacée, sans trace d’engobe conservée.

30 (c.706) : portion de bandeau plat, moulé, décoré d’une guirlande cernée de deux sillons ; pâte beige foncé, engobe brun orangé brillant.

31 (c.706) : fragment de bec de type Loeschcke IA/Deneauve IV à gouttière dont on devine encore la partie supérieure d’une volute (Bussière 2000, p. 66-68) ; pâte beige très clair, engobe brun foncé uniquement conservé dans les creux.

32 (c.704) : autre fragment du même type (Loeschcke IA/Deneauve IV) avec toutefois une organisation plus anguleuse entre le bandeau et la gouttière ; pâte beige, engobe brun uniquement conservé dans les creux.

33 (c.705) : fragment comportant une partie de médaillon et l’amorce d’un bec à volutes, de type Deneauve V précoce (5 fr.) ; pâte beige, engobe brun moucheté médiocrement adhérent ; bulles de surmoulage. Il est vraisemblable que le fragment de bec rond non jointif qui conserve un bouton de volute « en spirale » appartient à cette lampe. Il subsiste du décor du médaillon les extrémités courbées d’une rosace.

34 (c.708) : fragment de petit bec rond ; pâte beige, engobe brun orangé et noirâtre.

35 (c.706) : fragment de rebord à bandeau très étroit, plat et horizontal, et marli mouluré de trois filets et deux sillons resserrés (15 fr.) ; pâte beige orangé, engobe orangé partiellement conservé. On ne peut être sûr de la forme à laquelle se rapporte ce fragment (Deneauve IV ?). Le décor du médaillon conserve une petite tête humaine.

36 (c.705) : fragment de bandeau mouluré et médaillon conservant la tête d’un petit personnage ; pâte et engobe orangés, bulles de surmoulage.

37 (c.705) : fragment de bandeau mouluré et de médaillon (2 fr.) où subsiste la patte antérieure droite d’un animal ; pâte beige, engobe brun uniquement conservé dans les creux.

38 (c.706) : fragment de rebord à bandeau étroit, plat et horizontal, et marli mouluré de deux filets et trois sillons ; pâte beige orangé, engobe brun métallescent. Le peu de décor qui subsiste correspond vraisemblablement à un casque de gladiateur.

39 (c.706) : fragment présentant une frise d’oves ; pâte très fine, orange, très légèrement micacée ; engobe épais, orange.

On peut mentionner, en outre, 3 fr. de becs triangulaires de type Deneauve IV, issus des c.705 et 706 appartenant à des individus distincts, des éléments de volutes et d’infimes fragments de décors.

22• Imitation de sigillée

Figure 247 - Place Formigé. Phase 1

Figure 247 - Place Formigé. Phase 1

Imitation de sigillée (40-45) et céramique commune engobée (46-48) (dessin L. Rivet).

40 (c.706) : bord d’un pot à collerette interne, à lèvre épaisse et aplatie au-dessus de trois sillons extérieurs ; pâte brun-orange, fine, engobe brun métallescent (Rivet 2002b, p. 258 et fig. 4, no 17 ; Rivet 2009, p. 436, no 2).

41 (c.706) : bord de coupe évasée à lèvre arrondie dans le prolongement de la paroi, forme 4 (Rivet 2002b) ; pâte orange clair, fine, micacée ; engobe orange, mat, assez bien adhérent.

42 (c.706) : fond de coupe sur pied annulaire ; pâte orange clair, fine, micacée ; engobe orange, mat, peu adhérent et seulement conservé sur la surface interne.

43 (c.706) : bord de coupe, forme 5 ; pâte fine, beige orangé, très micacée ; engobe brun orangé, plus foncé sur la surface extérieure.

44 (c.706) : bord de coupe évasée à lèvre arrondie dans le prolongement de la panse, forme 6 ; pâte orange, fine, micacée ; engobe orange, mat, peu adhérent (4 fr.).

45 (c.706) : galbe de la panse d’une coupe à deux anses de forme 14b (Rivet 2002b, p. 256-258 ; Rivet 2009a, forme 37) ; pâte orange clair, fine, micacée ; engobe de la surface extérieure brun-orange, mat, moyennement adhérent ; engobe de la surface interne épais, orange, très adhérent (2 fr.).

23• Céramique commune engobée

46 (c.706) : bord de coupe à paroi redressée terminée par une lèvre arrondie et soulignée par une gorge externe ; pâte orange, fine, micacée ; engobe orange foncé, mat, assez bien adhérent.

47 (c.705) : col de cruche à une anse dont il ne subsiste que l’attache supérieure de celle-ci ; pâte tendre, beige, micacée ; engobe rouge orangé peu adhérent.

48 (c.706) : probablement le goulot d’un balsamaire ; pâte très fine, légèrement micacée, beige clair ; il est vraisemblable qu’un engobe, mal fixé, a disparu.

Mentionnons un col de petit balsamaire incomplet (non ill.), à engobe brun orangé foncé).

24• Céramique culinaire italique

Figure 248 - Place Formigé. Phase 1

Figure 248 - Place Formigé. Phase 1

Céramique culinaire italique (dessin L. Rivet).

49 (c.705) : bord de plat à marli de céramique à engobe interne rouge pompéien de forme 4-Luni 2/4 (Aguarod Otal 1991, p. 67 et fig. 5) (4 fr.).

50 (c.706) : bord de couvercle (2 fr.) de forme 1 (Aguarod Otal 1991, fig. 21-1 et 22-1) dont il manque la partie centrale.

51 (c.706) : bord de plat à lèvre bifide de forme 4 (Aguarod Otal 1991, p. 93-96).

25• Céramique culinaire de Méditerranée orientale

Figure 249 - Place Formigé. Phase 1

Figure 249 - Place Formigé. Phase 1

Céramique culinaire de Méditerranée orientale (52-57), céramique commune à pâte sombre (58-65) et céramique modelée d’époque impériale (66-69) (dessin L. Rivet).

52 (c.705-706) : bord vertical d’olla à lèvre aplatie à la base duquel une gorge marque un étranglement qui annonce le haut de la panse, vraisemblablement globulaire ; pâte brun orangé, micacée, à nodules de quartz éoliens, compacte ; surface orange avec fines stries de tournage (2 fr.).

53 (c.706) : bord vertical d’olla à lèvre aplatie au sommet de laquelle s’est formée une faible gorge ; amorce de la panse, sûrement globulaire ; pâte brun orangé, micacée, à nodules de quartz éoliens ; surface orange, irrégulière et granuleuse.

54 (c.706) : bord d’olla à lèvre bifide déversé vers l’extérieur et creusé d’une gorge interne ; pâte brun-gris, inclusions de quartz, légèrement micacée ; surface gris foncé, rugueuse.

55 (c.706) : bord d’olla à lèvre bifide déversée vers l’extérieur ; pâte gris-brun foncé, granuleuse, quartz et mica ; surface grise.

56 (c.705) : bord d’olla à lèvre bifide déversée vers l’extérieur et creusée d’une gorge interne ; pâte grise, compacte, contenant du quartz et légèrement micacée ; surface gris foncé, granuleuse.

57 (c.706) : bord de vase à liquide à lèvre bifide dont l’élément inférieur est fortement détaché de la paroi ; le tesson montre nettement un pincement de la matière conduisant la lèvre supérieure à venir se joindre à la collerette inférieure pour former un bec verseur ; pâte brun-gris rougeâtre, compacte, quartz, points de chaux, légèrement micacée ; surface gris foncé, granuleuse.

26• Céramique commune tournée à pâte sombre

Il s’agit de diverses productions qui comportent quelques vases à pâte grise mais surtout des tessons à pâte brune et surface sombre.

58 (c.705) : bord d’olla à lèvre largement aplatie et éversée ; pâte compacte, fine, grise, quartz et points de chaux, très légèrement micacée ; surface gris foncé.

59 (c.706) : bord d’olla à lèvre aplatie déversée vers l’extérieur ; pâte brun-gris rougeâtre, gros grains de quartz et points de chaux, légèrement micacée ; surface gris foncé. Une étroite bande de lissage sur l’encolure.

60 (c.706) : bord d’olla à lèvre aplatie formant méplat ; pâte grise, quartz et points de chaux, légèrement micacée ; surface gris foncé, rugueuse ; fines bandes de lustrage sous l’encolure.

61 (c.705-706) : bord d’olla à col étranglé et à lèvre fortement éversée constituant une gorge interne ; pâte gris rougeâtre, quartz et points de chaux, légèrement micacée ; surface gris foncé, granuleuse (2 fr.).

62a (c.706) : base du col d’un vase à liquide (7 fr.) dont une déformation de la paroi induit une embouchure tribobée ; pâte rouge-brun foncé à cœur gris, grossière, quartz et points de chaux ; surface granuleuse, gris-brun à l’extérieur et gris foncé à l’intérieur.

62b (c.706) : fond plat appartenant vraisemblablement au même vase à liquide ; mêmes caractéristiques de pâte et surface.

63 (c.706-713) : fond plat reposant sur un faux pied annulaire dégagé par une gorge (2 fr.) ; un tesson de panse, non jointif ; pâte très fine, brun orangé, quelques points de chaux, très micacée ; surface extérieure lustrée, grise, et surface intérieure brun orangé clair ;

64 (c.706) : fond très légèrement bombé (2 fr.) ; pâte brun-rouge, grossière, très micacée ; surfaces grise à l’extérieur et brun-rouge à l’intérieur ;

65 (c.706) : fond plat ; pâte grise, légèrement micacée ; surface grise, rugueuse.

27• Céramique modelée d’époque impériale

66 (c.713) : bord éversé d’olla ; pâte brun-rouge à cœur noir, micacée ; surfaces intérieure et extérieure lissées.

67 (c.706-709) : bord éversé d’olla (2 fr.) ; pâte micacée, brun-noir ; surface lissée à l’extérieur, spatulée à l’intérieur.

68 (c.706) : fond légèrement bombé (2 fr.) ; pâte grossière, micacée, gris-brun foncé ; surface brun-noir ;

69 (c.706) : fond plat de diamètre indéterminé ; pâte grossière, très micacée, gris-brun ; surfaces gris-brun à l’extérieur, noire à l’intérieur.

28• Céramique commune à pâte claire

Figure 250 - Place Formigé. Phase 1

Figure 250 - Place Formigé. Phase 1

Céramique commune à pâte claire (70-72), amphore (73-78), verre (79-80) et petit mobilier (81-82) (cliché et dessin L. Rivet).

70a (c.709) : bord rectiligne d’une coupe peu évasée, lèvre simplement amincie dans le prolongement ; pâte rouge orangé, micacée, avec points de chaux ; surface extérieure couverte d’un revêtement blanc cassé qui concerne également les deux premiers centimètres de la surface intérieure.

70b (c.706) : fond plat détaché à la ficelle et dégagé de la panse par une mince moulure ; pâte rouge orangé, micacée, avec points de chaux ; surface extérieure couverte d’un revêtement blanc cassé ; la surface intérieure du fond montre de fins et réguliers filets et sillons.

Il y a tout lieu de penser que ces deux éléments, non jointifs, relèvent du même objet.

71 (c.710) : bord de coupe à ouverture étranglée ; pâte calcaire, très micacée (paillettes argentées et dorées), très fine, beige orangée ; les surfaces étant usées, on peut se demande si un engobe n’a pas disparu.

72 (c.706) : bord de coupe-mortier à listel dont il ne subsiste que l’amorce du versoir ; pâte claire, micacée, bien cuite.

29• Amphore

Espagne

73 (c.706) : bord convergent à lèvre épaisse et arrondie : ibérique ?

74 (c.706) : lèvre de Haltern 70 de Bétique.

75 (c.700) : lèvre de Dressel 19 ou 20 de Bétique (le tesson, pris dans le radier de la mosaïque, est en partie couvert de mortier).

Marseille

76 (c.716) : fond sur pied annulaire (en partie couvert de mortier de chaux) ; pâte micacée.

77 (c.703) : fond sur pied annulaire (2 fr.) ; pâte micacée.

78 (c.706) : fond sur pied annulaire (1 fr.) ; pâte très micacée.

30• Verre

79 (c.706) : bord de coupe (linear-cut) à lèvre effilée, à pan meulé sur la face externe, soulignée par une gorge interne ; verre moulé brun ambré.

80 (c.706) : fragment de vitre en verre blanc présentant une surface granuleuse caractéristique de la technique du soufflage à la volée sur un moule en bois.

31• Tabletterie

81 (c.706) : élément d’applique en os pour un meuble, un coffre ou un lit ?

32• Pierre

82 (c.706) : lissoir en jaspe vert poli sur toutes les faces.

33• Couteau-pliant/greffoir

Figure 251 - Place Formigé. Phase 1

Figure 251 - Place Formigé. Phase 1

Couteau pliant ou greffoir à manche en bois de cerf (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dao S. Saulnier).

83 (c.706) : couteau constitué d’un manche en bois de cerf (andouiller de massacre : identification Ph. Columeau), façonné et poli, et d’une lame pliante ; assujettie à un axe en bronze, la lame, en fer, se replie dans une fente aménagée dans le manche dont l’extrémité la plus large présente une cavité dans laquelle devait s’encastrer un embout, manquant.

34• Monnaie (fig. 252)

Figure 252 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Figure 252 - Place Formigé. Phase 1, sondage j

Monnaies provenant des niveaux antérieurs à l’installation de la mosaïque appartenant à la maison de la phase 2 (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

  • 3 Les identifications des monnaies de l’ensemble de la fouille (inv. M) ont été effectuées par G. Rog (...)

35Six monnaies3 ont été retrouvées sous la mosaïque ; une seule (no 2) se rapporte directement à la phase 1 :

361

As de la République : 17,06 g. (Inv. R3/M56 ; c.705).
Av. Tête de Janus bifrons.
R/ Proue à dr., ROMA dessous.
Avant 82 av. J.-C.

372

Petit bronze d’Antibes : 3,19 g. (Inv. R4/M61 ; c.712).
Av. Tête d’Apollon à dr.
R/ [ANTI] ΔΕПІ (E lunaire) - Victoire et trophée. RPC I, 532.
43-23 av. J.-C.

383

Petit bronze d’Antibes : 2,58 g. (Inv. R5/M58 ; c.706).
Av. ANT - tête à dr.
R/ Victoire et trophée.
RPC I, 532.
43-23 av. J.-C.

394

Petit bronze d’Antibes : 2,41 g. (Inv. R6/M59 ; c.706).
Av. Tête à dr.
R/ Victoire et trophée.
RPC I, 532.
43-23 av. J.-C.

405

Petit bronze d’Antibes : 1,49 g. (Inv. R8/M60 ; c.706).
Av. Tête à dr.
R/ Victoire et trophée.
RPC I, 1, 532.
43-23 av. J.-C.

416

Petit bronze des Volques Arécomiques : 1,52 g.
(cassé, Inv. R11/M57 ; c.705).
Av. [VOLCA] - tête à dr.
R/ [AREC] - Démos à g., une palme devant.
De la Tour 2677.
49-23 av. J.-C.

2. Commentaire

422.1. Le mobilier autre que céramique

43• Monnaie

L’as républicain, non coupé, est en usage dans le contexte proto-augustéen, antérieur à la réforme monétaire de 23-19. Les petits bronzes d’Antibes et volques sont les divisionnaires les plus courants sur le littoral de la Narbonnaise jusqu’à la fin de l’ère augustéenne, rares ensuite. L’absence de monnaies impériales milite en faveur de l’interface 30-10 avant n.è.

44• Pierre

Le petit polissoir (no 82) est en jaspe et provient vraisemblablement des Alpes italiennes. Sa fonction est indéterminée : s’agit-il d’un objet inclus dans une trousse de toilette (pour écraser les fards) ou d’un outil récupéré dans un atelier artisanal ?

45• Tabletterie

  • 4 Un objet identique au musée de Spolète provenant de la nécropole de Santa Scolastica à Norcia (prov (...)

On trouve un élément similaire (no 81) dans un assemblage entrant dans la composition d’un pied de lit funéraire4mais, ici, il s’agit plus vraisemblablement d’un élément d’applique pour un meuble.

46• Couteau-pliant/greffoir

47Bien que dans un bon état de conservation (no 83), la disparition de l’extrémité de la lame, et donc de sa forme, rend incertaine la désignation exacte de cet objet. Pourtant, le manche en corne et la lame mobile offrent toutes les apparences d’un canif, couteau de poche bien connu chez les Romains.

48Cependant, si de tels objets sont relativement nombreux dans le monde romain, ils présentent, apparemment de façon systématique, un manche droit, ouvragé ou non ; sauf à considérer que la courbure du manche, inhérent à l’emploi d’une corne, n’ait pas de sens particulier, il n’est cependant pas satisfaisant de reconnaître dans cet objet un simple couteau-canif. Il est indéniable, dans cette optique d’identification, que la forme exacte de la lame et son positionnement dans le prolongement du manche constituent deux données déterminantes ; en outre, son dispositif de blocage, en position ouverte, nous échappe bien qu’on puisse supposer une excroissance du fer venant buter contre le dos du manche.

49Ainsi, le caractère infructueux des recherches sur des parallèles stricts amène à s’interroger sur la possibilité d’une fonction plus spécifique que celle d’un simple canif. La petite taille de l’objet et la courbure du manche sont deux critères qui amènent à émettre l’hypothèse qu’il s’agit probablement d’un greffoir utilisé dans l’arboriculture ou, plutôt, la viticulture, selon une forme correspondant à des outils encore en usage de nos jours ; une célèbre marque de couteau pliant commercialise d’ailleurs actuellement un objet à manche et lame courbes, sous le terme de « serpette ». Ce que nous offre comme possibilité de restitution les éléments conservés de la lame ne permet cependant pas de dessiner à l’extrémité de celle-ci le croc qui caractérise ces outils.

  • 5 Voir par exemple Tendille 1981, et en particulier fig. 3, no 18.

50Une autre hypothèse a été d’envisager un rasoir pliable en forme de couteau, le côté tranchant étant ici droit. Des objets de toilette similaires sont connus pour la période protohistorique5. Pour le Haut-Empire, on peut citer ceux découverts à Augst (Riha 1986, p. 28-30 et taf. 11 ; Deschler-Erb 1998, p. 374, no 4548 et taf. 58) ainsi qu’à Cologne (Haberey 1932, p. 129-132 et abb. 1, nos 7 et 8) ; cette fonction est également préférée, à titre d’hypothèse, par S. Raux (2004, p. 210 et 220 et fig. 224, no 610), pour une lame au profil concave identique découverte au Clos de La Lombarde, à Narbonne, dans un contexte -30/15.

51• Verre

Ce type de coupe moulée, à paroi rectiligne (no 79), n’apparaît pas dans les typologies classiques mais figure chez Hayes (1975, p. 17-18 et fig. 1, nos 42-43, d’origine syrienne), pour la période augustéenne ; un exemplaire est également connu à Settefinestre (Ricci 1985a, tav. 48, no 6) où il est fait état de l’origine palestinienne de cette forme du Ier siècle avant n.è. qui cesse d’être diffusée au début du Ier siècle de n.è. Les recherches menées dans les niveaux augustéens (en particulier entre -20 et 5/10) du pseudo sanctuaire de Cybèle à Lyon en ont livré de nombreux exemplaires (Desbat 2003, p. 398 et pl. I, nos 1 à 10) ; la phase A61 de l’Îlot 6, à Olbia de Provence, datée de -40/-30 à 10 de n.è., a fourni plusieurs exemplaires dont un de la même couleur que celui-ci (Fontaine 2006, p. 312-314) ; ils sont également abondants sur le site de Villeneuve à Fréjus (Cottam, Price 2009, p. 227) dès la phase -10/-5 à 10/15. Au large de Cannes (Alpes-Maritimes), le navire de La Tradelière transportait, outre des amphores, un chargement de vaisselles en verre parmi lesquelles des coupes pourvues de ce type de bord à sillon interne (Fiori, Joncheray 1975, pl. III, no 2 ; Pollino 1986, p. 187 et fig. 49 ; Feugère, Leyge 1987) ; or ce navire venait de Méditerranée orientale et a sombré vers le changement d’ère. L’origine levantine de cette coupe ne semble donc pas faire de doute.

522.2. Le mobilier céramique

53• Amphore

54La lèvre de Haltern 70 (no 74), collée et aplatie contre la paroi, correspond à un type augustéen.

55Le profil du fragment de bord de Dressel 19 ou 20 (no 75), avec sa lèvre en baïonnette, semble se rattacher, dans la typologie de S. Martin-Kilcher (1983, types 4-5), aux productions datées du règne de Tibère et, effectivement, le décrochement de la lèvre apparaît moins accentué à l’époque antérieure comme sur la version « archaïque » Halt. 71 ou Oberaden 83 ; une amphore découverte dans l’épave Sud-Lavezzi 2 (Domergue, Liou 1990, fig. 27, no 8), dont le naufrage est daté dans la fourchette de la décennie 20-30, participe de cette même chronologie. Cependant, une amphore du dépotoir de La Favorite, à Lyon, daté de la première décennie du Ier siècle, présente un profil semblable à celui-ci (Becker, Constantin, Desbat, Jacquin, Lascoux 1986, fig. 13, no 10) ; même similitude avec une autre Dressel 20 issue du dépôt de La Longarina, clos vers 12 de notre ère (Hesnard 1980, pl. VI, no 2). On pourrait donc accepter, pour l’apparition de ce profil, une date dans la période tardo-augustéenne plutôt que tibérienne.

56Les trois fonds plats (nos 76-78) correspondent à des amphores issues des ateliers de Marseille, de forme Bertucchi 6 (Bertucchi 1992, p. 99-110), d’époque augustéenne.

57Ce sont essentiellement les fragments informes d’amphores qui permettent d’évoquer d’autres types : Dressel 1B de Campanie, Dressel 2-4 de Tarraconaise à pâte rouge et de Léétanie, Dressel 7-11 de Bétique et Dressel 28 hispanique.

58Au total, l’ensemble des éléments récoltés témoigne des approvisionnements suivants : de Bétique, de l’huile (Dr. 19-20), du vin (H. 70 et Dr. 28) et des saumures (Dr. 7-11), de Tarraconaise, du vin (Dr. 2-4), de Campanie, du vin (Dr. 1B), et de Marseille, des vins régionaux (Bertucchi 6).

59• Céramique commune à pâte claire

  • 6 Mais la faible taille des tessons rend quelque peu aléatoire l’inclinaison du bord et son diamètre  (...)

60La restitution graphique de la coupe (no 70) présente une forme assez originale6 avec une paroi redressée et un fond plat, et le revêtement fait penser à l’aspect des céramiques façonnées à l’eau de mer. La vasque se compare à celle des coupes Consp. 7 de sigillée italique et anticipe, en esprit, celle de la coupe Drag. 33, à cette nuance près que le fond apode – particulièrement soigné – dénote une forte connotation indigène ...

61En dépit de sa forme ordinaire, la coupe pourvue d’un bord rentrant (no 71) résiste aux comparaisons dans ce que l’on connaît du faciès régional ; s’il s’agit d’une coupe à anses, on peut indiquer un équivalent avec celle qui provient d’une tombe datée des années 40-60 dans la nécropole de La Calade à Cabasse, dans le Var (Bérard 1961, p. 134 et pl. XIX, no 109).

62La coupe-mortier à « listel » et versoir (no 72) est un récipient très répandu en Provence orientale (Rivet 1996, p. 332-333 et fig. 5) – le camp de la Flotte a livré plus d’une centaine d’exemplaires répartis entre -10/-5 et 65/75 (Rivet 2009a, forme 16, p. 496-497) – et s’inscrit dans les nombreuses séries que l’on trouve un peu partout en Gaule (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. II, nos 9-11), dès l’époque augustéenne, ainsi que sur le limes (Haltern 59, Oberaden 72).

63• Céramique modelée d’époque impériale

64Les deux vases (nos 66 et 67) qui représentent cette catégorie d’ollae, avec encolure évasée et fond plus ou moins bombé, sont omniprésents dans les contextes du Ier siècle avant n.è. de nombreux sites du littoral provençal et ligure (par exemple, à Vintimille, Olcese 1993, p. 192 et tav. 12, no 18E, pour les IIe et Ier siècles avant n.è.).

65La panse de l’olla correspondant au bord no 66 présente généralement un décor peigné.

66L’encolure no 67 surmonte également un vase à panse sphérique.

67• Céramique commune tournée à pâte sombre

68Tous les tessons renvoient à une production tournée et figurent des portions très réduites de bords, (nos 58 à 61) qui rendent difficile la restitution de la morphologie générale des objets d’autant qu’on ignore si ces pots étaient pourvus de préhension et si la surface de leur panse était striée. La plupart des bords se rapportent cependant à des ollae à panse ovoïde, sans qu’il soit autorisé de préciser les proportions de celle-ci et la présence ou non d’un épaulement marqué.

69On ne saurait affirmer que les pâtes des ollae et cruches illustrées ici impliquent, d’une façon immédiatement perceptible, des productions locales ou régionales, voire des importations, la recherche de parallèles révélant, ce qui est surprenant, relativement peu d’exemples dans les publications de sites de Gaule méridionale pour la période augustéenne.

70Les bords (nos 58 à 60), à lèvre écrasée vers l’extérieur, mais de profils divers, comme la forme supposée du pot, renvoient au fond commun des ollae répandues dans les régions continentales (Gose 530) et bien connues à Lyon sous le terme de pots ovoïdes (Desbat, Laroche, Mérigoux 1979, pl. I, nos 10 à 15 et pl. II, nos 3 à 6), dans des contextes -30/-10, et relevant d’un faciès gallo-romain précoce également illustré dans les fortins et camps du limes, dans l’esprit des pots à anses Halt. 62/Oberaden 55/Rödgen 41 ou des ollae Halt. 57/Oberaden 60/Rödgen 53, les deux types étant d’ailleurs produits, entre autres, à Haltern (Rudnick 2001, p. 137-138 pour Ha 57 et p. 139 pour Ha 62).

71Des pots de ce type sont attestés dans la région, par exemple à Cavaillon, dans le niveau du Ier siècle avant n.è. du puits 7 (Dumoulin 1965, p. 22 et fig. 26e), ainsi qu’à Marseille dans un contexte plus récent, de la fin du Ier siècle (Mellinand 1998, p. 310, fig. 268, 5 à 7) et font l’objet d’une production, selon une morphologie comparable et en pâte kaolinitique, dans l’aire voconce, autour de Vaison-la-Romaine (Goudineau 1977, fig. 2, 3 et 4, no 1 ; Goudineau, Gras 1978, fig. 4, 1 à 4).

72Quant au bord no 61, qui accuse une courbe convexe, peut-être pour recevoir un couvercle, on connaît un parallèle, en pâte brune, dans un contexte du début du Ier siècle à Aix-en-Provence (Nin 2001, p. 251 et fig. 18, 5.410).

73• Céramique culinaire de Méditerranée orientale

74Les importations de céramiques orientales vers la Gaule durant le Haut-Empire sont encore mal cernées, à l’inverse des connaissances qu’on en a désormais pour l’Antiquité tardive. Probablement sont-elles peu abondantes sur les sites d’Occident mais on doit penser que les « impasses » qui sont faites sur leurs identifications accentuent encore cette impression ; il faut dire que des tessons de taille insuffisante, parfois sans élément de forme déterminant, et une attention superficielle des aspects de la pâte conduisent souvent à rejeter ces témoins dans les céramiques communes à pâte sombre, sans plus d’approfondissement. En outre, les publications sur ce type de matériel pour les Ier siècle avant et après n.è. sont encore assez rares.

75À l’inverse, les recherches des deux dernières décennies en Méditerranée orientale ont créé un mouvement qui consiste peut-être à surévaluer, depuis peu, la mise en évidence de ces produits, en Gaule méridionale et ailleurs. Or, les identifications proposées seraient souvent à valider par d’autres types d’examens que ceux qui passent uniquement, comme c’est le cas ici, par une simple observation de la pâte, y compris à la loupe binoculaire (et on s’étonne, alors, de l’absence totale de produits tels que la Eastern Sigillata, etc.)…

76Quoi qu’il en soit, et en se limitant à des exemples récents, on individualise désormais ces céramiques dans des contextes de la deuxième moitié du IIe/début du IIIe siècle à Marseille (Moliner 1996, p. 246-247 et fig. 12 et 15 ; Moliner 2003, tombe 75, no 71) et à Fréjus (Rivet 2004, p. 172, no 27). Le contexte qui nous occupe ici est cependant nettement antérieur.

77Le lot se compose de deux catégories distinctes.

  • 7 Je remercie très amicalement Michel Bonifay (Mmsh-Cnrs/CCJ, Aix-en-Provence) et Jean-Christophe Tré (...)

78Les Globular Cook Pots7

  • 8 Il faut toutefois signaler qu’à la suite des études de Coletti, Pavolini 1996, p. 406, et de Olcese (...)

79C’est tout autant la pâte – brun orangé – que la forme – un col vertical surmontant, de toute évidence, une panse globulaire – qui attirent l’attention sur ces deux bords (nos 52 et 53) ; s’ajoute le fait que ce type d’embouchure n’est pas connu dans le répertoire des céramiques communes de Provence ni dans ceux d’Italie8 ou d’autres régions de Méditerranée occidentale.

80Quant aux deux bords, dont la spécificité consiste à présenter des encolures verticales à la base desquelles s’amorce la panse avec une rupture assez franche, ils supposent de rechercher dans le registre des marmites globulaires à panse cannelée (ou non) et à fond bombé.

81Ce type de marmite ou de pot à une ou deux anses est bien connu dans la culture du monde grec antique (la chytra) des siècles antérieurs à notre ère (Bats 1988, p. 45) et se rencontre toujours dans les niveaux du troisième quart du Ier siècle avant de l’Agora d’Athènes (Robinson 1959, p. 19 et pl. 3, nos F83 à 85) mais aussi à Patras (Hübner 1997, abb. 2, nos 1-4).

82Au-delà de la Grèce et de la Mer Égée, c’est un récipient fortement ancré dans les pratiques culinaires des populations de Méditerranée orientale (Syrie, Liban, Palestine, Jordanie). Ces Globular Cook Pots, généralement pourvus d’une ou deux anses, sont bien connus en Galilée, à Tel Anafa (Berlin 1997, fig. 13), aussi bien pour la période hellénistique (à la charnière des IIe/Ier siècles avant n.è.) que pour l’époque augustéenne (Berlin 1997, p. 84-86, fig. 17 et pl. 21 à 25 et 78-79). Même attestation de cette céramique hellénistique (pâte siliceuse rouge avec quelques grains de quartz noirs et parfois de gros grains de dégraissants calcaires) dans les niveaux des IIIe-Ier siècles avant n.è. des fouilles de Beyrouth (Aubert 2002, p. 76, fig. 3 et 7) comme avec les productions (pâte fine, rouge ou brun-rouge, avec grains blancs et noirs) attestées en Palestine (Diez Fernandez 1983, types T.10.1).

83On conclura sur ces pots en notant que, dans la récolte de tessons informes de cet ensemble, aucun ne montre cependant une surface côtelée qui caractérise généralement leurs panses.

84Petites marmites globulaires à bords bifides

85Avec une pâte grise incluant du quartz éolien, ces produits sont vraisemblablement importés ; la forme induite par les trois premiers bords (nos 54, 55 et 56), probablement une petite marmite, n’est d’ailleurs pas commune, ni en Gaule, ni en Italie, même si on peut en trouver des références ici ou là, comme à Pompéi (Bonghi Jovino 1984, p. 166, tav. 102, no 4, olla en pâte grise). À l’époque hellénistique et dans l’aire égyptienne, on les dénomme marmites « à collerette » (Pierrat-Bonnefois 2002, p. 182 et fig. 2, sans description de pâte) en les considérant comme d’« apparence égéenne ». Elles sont également très bien représentées en Palestine (Diez Fernandez 1983, types T.11.1 et/ou T.10.4, tranche rouge et surfaces noires), dans des contextes de la première moitié du Ier siècle de n.è.

86Le quatrième bord (no 57) renvoie incontestablement à une cruche à bec pincé.

87On ne peut envisager la région précise d’origine.

88• Céramique culinaire italique

89Les trois objets attestés sont représentatifs du Ier siècle avant n.è et issus, en principe, d’ateliers campaniens. De nombreux exemplaires sont encore en usage, au début de l’ère flavienne, dans les foyers des habitations de l’aire vésuvienne (Scatozza Höricht 1996, p. 141-142).

90Le plat à enduit interne rouge pompéien (no 49) se rapporte à la forme Haltern 75B/Oberaden 22/Goud. 17, bien attestée dans les camps du limes ; C. Aguarod Otal (1991, p. 67-71 et fig. 4, nos 5 et 6) le classe dans la forme 4-Luni 2/4 et prolonge sa durée de commercialisation jusque sous les règnes de Tibère et Claude. À Fréjus, la forme est attestée dans l’horizon 3, daté des années -15/-12, de la Butte Saint-Antoine (Rivet 2008, no 252, p. 785).

91L’autre plat, à lèvre bifide (no 51), correspond à la forme 4-Vegas 14 (Aguarod Otal 1991, p. 93-96 et, par exemple, fig. 16, no 2) que l’on rencontre jusqu’à la fin de l’époque d’Auguste et parfois après. Il est également attesté à Fréjus, sur le site de la Plate-Forme (Février 1962, p. 197, fig. 24, espace 58, no 5) ou dans l’horizon 3 de la Butte Saint-Antoine (Rivet 2008, no 255, p. 785).

92En ce qui concerne le couvercle (no 50) de forme 1-Celsa 80.7056 (Aguarod Otal 1991, p. 111-113 et fig. 22, nos 3 et 4), on manque de données pour situer sa période d’expiration.

93• Céramique commune engobée

94Ces céramiques à pâte claire finement épurée et plongées dans un bain d’engobe qui leur donne, après cuisson (mode A), des colorations variant entre le rouge-orange et le brun, sont abondantes à Fréjus ainsi qu’en Provence orientale et en Ligurie à partir de l’époque augustéenne et durant tout le Haut-Empire ; un ou plusieurs pôles de production sont indéniablement à situer dans la région (l’un d’eux dans la vallée de l’Argens, à Lorgues, voir Pasqualini 1985 ; Rivet 2009a, p. 436). Le corpus consiste essentiellement en une coupe à bord droit (no 46) et en un vase à liquide (no 47) ainsi qu’en une forme auxiliaire, un balsamaire (no 48).

95• Imitation de sigillée

96Du point de vue technique, ces produits s’inscrivent intégralement dans les céramiques dites engobées produites à partir d’une argile finement épurée selon les mêmes techniques d’engobage et de cuisson.

97Véritable vaisselle de table de substitution (Rivet 2002b et Rivet 2009b) (nos 41 à 45), ces vases reproduisent, dans les exemples illustrés ici, les formes les plus courantes ou les plus efficaces et populaires du catalogue des céramiques campaniennes (no 41-42 = Lamb. 30/31 ; no 43 = Lamb. 30 ; no 44 = Lamb. 28) et des sigillées italiques (no 45 = Consp. R 13.1.1). Ces coupes naissent à l’époque augustéenne, durant les deux dernières décennies du Ier siècle avant n.è., si ce n’est plus tôt, et durent jusqu’à l’époque flavienne, voire plus.

98Le bord no 40, anguleux et souligné de profondes gorges, renvoie à un objet dont la fonction reste à déterminer. En Gaule, la mention la plus ancienne concernant ce vase est fournie par la publication de l’épave Fourmigue C à Golfe-Juan (Liou, Rouquette 1983, no 289 ; Baudoin, Liou, Long 1994, p. 27-29 et fig. 11), dont le naufrage est daté des années 70/60 avant n.è., où on compte 4 exemplaires en céramique commune à paroi tronconique. La forme, dans sa version quasi cylindrique, est bien connue en sigillée italique (Consp. 51.1) et correspond à un objet relativement peu diffusé, par exemple deux exemplaires à Pompéi (Pucci 1977, p. 16 et tav. III, no 16) et un au Magdalensberg, d’époque augustéenne. Ce vase fait l’objet de productions en céramique commune à revêtement argileux par exemple dans les ateliers de Haltern (Rüdnick 2001, p. 142 et taf. 69) ; on peut aussi citer deux autres fragments à Bolsena (Santrot 1995, p. 189-191, nos 511 et 512) ou encore celui de Genève (Paunier 1981, p. 355, no 410). En Gaule, dans la même catégorie de pâte, les ateliers de Saint-Romain-en-Gal (Desbat, Savay-Guerraz 1986, p. 103, pl. 7, nos 1 et 2) les ont réalisés à l’époque augustéenne, mais aussi Narbonne (Passelac, Sabrié 1986, p. 53, fig. 3, no 320), en « pré-sigillée ». Le site du camp de la Flotte à Fréjus en a livré plusieurs exemplaires (Rivet 2009a, p. 436-437). La relative dispersion des occurences n’aide pas à éclairer sa fonction.

99• Lampe

100Les fragments de lampes sont nombreux (82 fr.) mais hétérogènes et concassés et cette circonstance permet de ne retenir que quelques objets très incomplets. On reconnaît toutefois, pour l’essentiel, des types précoces IV et V de Deneauve ; il s’agit de lampes italiques.

101S’il s’agit bien d’un décor de globules (no 29), le fragment pourrait se rapporter à une lampe tardo-républicaine (Dr. 3 ?), de type non identifiable ou atypique.

102Pour le décor de guirlande (ou cordons) du bandeau (no 30), on peut penser à comparer ce fragment à une lampe à becs d’oiseaux (Dr. 4 ; Bailey 1994, p. 156, fig. 35, no 75) dans les versions caractéristiques de l’époque augustéenne ; le site du Basler Münster a d’ailleurs livré un bandeau au décor strictement identique, dans un contexte chronologiquement comparable (Furger-Gunti 1979, n426, p. 114 et taf. 24).

103Le morceau de bec à gouttière (no 31) appartient à un type à volutes, probablement Deneauve IV (Loeschcke IA), attesté à Haltern (Halt. 35b et Loeschcke 1919, Abb. 5, no 3 ; Bailey 1980, p. 126-128) ; ce type est daté, à Sidi Khrebish (Bailey 1985, p. 25, C125 et C128), du troisième quart du Ier siècle avant n.è. ; on le trouve également à Carthage dans un contexte augustéen (Ortisi 1999, fig. 21, n420a).

104Le no 32 révèle une construction apparemment semblable (mais la mouluration du bandeau est placée directement dans le prolongement de la bordure de la gouttière) ; aucun parallèle n’a été trouvé.

105Le no 33, qui conserve l’ouverture du bec et un bouton de volute, renvoie à une variante de la forme Deneauve VA précoce (Bussière B.III), également d’époque Auguste-Tibère (Oberaden 27) ; lui appartient peut-être le fragment de bec rond, non jointif ; l’étroitesse du bandeau plat ainsi que les boutons des volutes enroulés en spirale appartiennent aux critères définis par Loeschcke pour une datation augustéenne de ce type. Le décor devrait se rapporter à la bordure d’une rosace à godrons incurvés (Deneauve 1969, no 366).

106Il serait hasardeux de chercher à rattacher le petit bec rond en position détachée (no 34) à un type précis de lampes (une lampe hellénistique tournée ?) ; la forme réduite et affinée du bec, en excroissance, permet également d’envisager une lampe plastique (voir, par exemple, Bailey 1980, Q1133).

107Au vu de la morphologie du fragment (bandeau étroit, fines moulures, disque déprimé), le no 35 se rapporte vraisemblablement à un type Loeschcke I précoce (type IV de Deneauve), d’époque Auguste-Tibère ; la tête barbue en marge du décor (un masque de théâtre ?) appartient à une scène de genre.

108Les restes de bandeaux et médaillons (nos 36 à 38) renvoient également à ces mêmes types IV et V de Deneauve.

109Le décor d’oves (no 39), sur une pâte orangée « sigillée », est trop fragmentaire pour tenter d’en tirer une identification sauf à vouloir le comparer avec un fragment de la fouille de Basler Münster (Furger-Gunti 1979, no 425, p. 114 et taf. 24).

110• Céramique à paroi fine

111À une exception près, la céramique à paroi fine (123 fr.) est représentée par des fragments de petite taille qui résistent aux reconstitutions et, par voie de conséquence, à des identifications typologiques affinées ; seul le gobelet no 16, cassé en deux, est entier.

112Les dessins donnent cependant l’image des bords attestés tandis que les fonds plats ne présentent que deux variétés : fonds plats dégagés par un ressaut simple ou fonds intégralement plats. La pâte, siliceuse, généralement rouge ou brun-orange, est toujours micacée ; cette caractéristique technique et le faible nombre de formes représentées, de même que les surfaces laissées brutes, par l’absence d’engobe, contribuent à l’unité de cet ensemble. Il faut noter une minorité de tessons à pâte et à surface grises.

113Ces caractéristiques désignent une origine italique.

114Toutes les formes représentées sont diffusées durant l’époque augustéenne (voire, pour certaines, comme le no 25 à « bord concave », dès la fin de l’époque républicaine) et vraisemblablement originaires d’Italie centrale ou centro-méridionale (Ricci 1985b, p. 286) et la plupart font l’objet d’une production dans une succursale lyonnaise établie sur le site de La Muette, actif entre 15 avant n.è. et 10/15 de n.è. (Desbat, Genin, Lasfargues 1996, p. 39), en vue d’une diffusion vers le limes qui offre ainsi une chronologie fiable pour leur mise en production dans les ateliers d’origine. À Rödgen (Schönberger, Simon 1976, taf. 18, nos 321 et 331) comme à Lyon (Desbat, Genin, Lasfargues 1996, pl. 35, nos 5 et 6) coexistent ainsi les deux types de bords, à lèvre simplement amincie (no 16) et à lèvre pourvue d’un petit renflement interne (nos 17 et 19). Cependant, il n’y a pas lieu de penser que des produits lyonnais aient été exportés vers Fréjus.

115Les gobelets (nos 16, 17 et 19) de forme Mayet XXXIII/Marabini XXXVI, imités du verre (Isings 12 ; Beretta, Di Pasquale 2004, p. 227, no 2.3) et dont les prototypes remontent au IIe siècle avant, sont présents dans les contextes augustéens de Cosa (Marabini 1973, p. 100-110 ; Mayet 1975, p. 67-68 ; Ricci 1985b, p. 286 et fig. XCII, 3, types 2/232 et 2/405) ; c’est la forme la plus populaire à la période augustéenne précoce, omniprésente sur le limes (Halt. 40B), par exemple à Oberaden (Oberaden 38) ou à Rödgen, entre -11 et -7 (Schönberger, Simon 1976, taf. 18, nos 320, 321 et 331 = Rödgen 23B), ainsi que sur le Magdalensberg (Schindler-Kaudelka 1975, types 28, 50 et 68).

116Sur le site de Rödgen sont également présents les bords à lèvre allongée et légèrement épaissie (nos 23 et 24), appartenant à des gobelets-tonneaux (Schönberger, Simon 1976, taf. 17, nos 291 et 295 = Rödgen 20), forme Marabini XXXV, connue à Cosa dans des contextes du troisième quart du Ier siècle avant jusqu’à Tibère (Ricci 1985b, p. 274).

117Il en est de même pour le bord éversé à gorge interne (no 25) (Schindler-Kaudelka 1975, types 12 et 13 ; Schönberger, Simon 1976, taf. 16, no 274 = Rödgen 16), de type Halt. 43A qui se développe à l’époque augustéenne (meilleur rapprochement avec Marabini 1973, pl. 4, n41 ; Ricci 1985b, p. 265 et tav. LXXXIV, no 8).

  • 9 Dans le comblement d’un puits à Valence (Espagne), un gobelet présentant le même type de décor pose (...)

118Le fragment décoré de guillochis (no 28) appartient aux productions de parois fines mais ressortit à un type de gobelet que l’on ne peut déterminer ; de tels décors sont attestés dans les ateliers de Saint-Romain-en-Gal (Desbat, Savay-Guerraz 1986, p. 94 et pl. 7, nos 7-20 ; Desbat 2000, fig. 8) pour la période augustéenne et le début du Ier siècle9.

119Sur les 97 fragments informes décomptés de gobelets d’origine italique, 4 seulement sont décorés d’incisions au peigne (non ill.). Aucune anse n’a été trouvée.

120• Gobelet d’Aco

  • 10 Des ateliers ont aussi été établis à Lyon (Loyasse, -30/-15, puis La Muette, -15/10/15) (Desbat, Ge (...)

121Deux petits tessons illustrent ces gobelets moulés de type Aco, originaires de la vallée du Pô10.

122Le fragment (no 14), à surface brute, correspond à la partie basse d’une panse décorée d’un semis régulier de picots selon des axes horizontaux et verticaux ; ces picots s’interrompent d’un côté pour limiter un champ triangulaire uni dans lequel se devine le bord d’un motif floral au-dessus de la moulure circulaire qui annonce la base et le fond du gobelet qui étaient tournés.

123Le tesson (no 15) présente une couverte sigillée dans les tonalités typiques des productions padanes (Mazzeo Saracino 1985, p. 188-189).

124Ces gobelets d’Aco sont caractéristiques de la période augustéenne, après -20.

125• Campanienne

La qualité de la pâte et du vernis du fond (no 13) laisse supposer qu’il pourrait plutôt s’agir d’une production régionale imitant les produits campaniens.

126• Les sigillées

  • 11 On considère même qu’une annexe d’Ateius était venue s’installer à La Graufesenque : Hoffmann, Pico (...)
  • 12 L’identification des sigillées telle qu’elle est établie ici découle de plusieurs rencontres, à Aus (...)

Pour le petit ensemble de céramiques sigillées (65 fr.), on se trouve confronté à des objets issus des ateliers italiques et à ceux, précoces, des premières productions de La Graufesenque qui, comme on le sait, sont sous influence étroite des premiers aussi bien pour la technique, pour les formes que pour les décors (Hoffmann, Vernhet 1992)11. Ces premières productions du sud de la Gaule sont relativement bien connues sur le site rutène mais nombre d’incertitudes pèsent sur la chronologie de leur prime et balbutiante diffusion12.

127• Sigillée italique

128Sur les 42 fragments de cette catégorie, essentiellement représentée par des tessons dépourvus de forme, sept pièces seulement ont été identifiées :

  • le témoin le plus ancien est l’assiette Goud. 1/Consp. 1.1.3 (no 5), cuite en mode A, qui illustre la phase primitive de la production, dès l’époque pré/proto-augustéenne, vers -40 ;

  • les coupes tronconiques Goud. 27/Consp. 22.1 (nos 6 et 7) appartiennent aux productions classiques du service II, commercialisées au cours de la deuxième décennie du Ier siècle avant n.è. (à partir de -15 ?) ; dans un cartouche rectangulaire, la marque TERTI, lig. TE (TERTIVS, OCK 2076.3, provenant de Neuss). L’officine de Tertius n’est pas localisée mais paraît active à partir de -10. On remarque que cette estampille (qui ne figure pas dans OCK sous une empreinte strictement identique, avec un i de hauteur différente) semble, en revanche, la réplique d’une autre connue sur une coupe de même type trouvée à Antran, Vienne (Tilhard 1999, p. 79 et fig. 101, no 14), dans un ensemble daté du début du Ier siècle ;

  • pour la deuxième coupe (no 7), la courbure de la panse lui assigne également une datation en relation avec celles de Rödgen et Oberaden (à partir de -14/-12) ;

  • pour les deux fragments de bords (nos 10a et 10b), il faut logiquement considérer qu’ils représentent un seul et même skyphos de forme Drag./Watz. VII ; en effet, d’une part, la petite inadéquation des diamètres et des inclinaisons entre les deux bords est vraisemblablement due à la taille très réduite des tessons et, d’autre part, l’excès d’épaisseur de 10b résulte du phénomène bien connu d’une déformation intervenant à l’emplacement où l’anse est collée. Pour ce qui subsiste du décor, la rosette à 22 pétales de la frise est identique, ou possiblement identique, à celle qui figure sur des produits attribués aux ateliers des Annii (Brown 1968, nos 67 et 72) ;

  • le gobelet Halt. 16 (no 12) et le calice au décor de feuilles (no 11) n’appellent pas de commentaires particuliers. Il est préférable de renoncer à l’identification de la feuille, incomplète et légèrement empâtée ;

  • on ne réussit pas à classer de façon satisfaisante le bord de coupe hémisphérique (no 8), bien que la présomption de l’apparenter à la forme Ritt. 8 (Halt. 6, non compris dans un service) soit grande (Atlante II, forme XXXI ? ; Consp. 36 ?), d’autant qu’il existe, dans ce type, un large éventail dans la courbure et l’inclinaison des bords (Hedinger 1999, nos 784 à 796). S’il s’agissait bien de ce type, le début de sa (longue) production est à situer à partir de la deuxième décennie avant n.è. ;

  • la forme la plus originale est sans conteste la coupe cylindrique (no 9), un mélange de Consp. 28.2.1 pour la panse (peu évasée) et le fond (avec pied annulaire plat et atrophié) et de Consp. 15.1 (-15/+15) pour le bord convexe (Halt. 10). Non répertoriée dans les catalogues, cette coupe est peu commune car on ne trouve de comparaison qu’avec un exemplaire issu de la villa de Livie à Prima Porta (Klynne 2001, p. 225, fig. 4, no 3 ; Klynne 2002, fig. 29, no 451) daté, sans plus de précision, de l’époque augustéenne, le guillochis du bord étant toutefois remplacé, à Rome, par des impressions rappelant les surfaces bosselées de certains vases métalliques. On peut également signaler des similitudes avec deux coupes (incomplètes) produites et découvertes dans l’atelier de La Muette à Lyon (Desbat, Genin, Lasfargues 1996, p. 126, pl. 23, nos 8 et 9) dont l’activité s’étend entre 15 avant et 10/15 de n.è.

129• Sigillée du sud de la Gaule

130La production de l’atelier de La Graufesenque est représentée par quatre vases qui émergent des 23 fragments rassemblés :

  • deux tessons (no 1) se rapportent probablement à la même coupe Halt. 7. C’est une forme qui serait attestée, en « pré-sigillée », à La Graufesenque, dans un cendrier daté de 10-30 et dans deux dépotoirs, celui de Rutenos et celui d’Ateius, datés de 1-20 (Genin, Hoffmann, Vernhet 2002, p. 47, 48 et 50, forme 9, et fig. 26, no 7). Période 5-15 ?

  • la coupe Ritt. 5 (no 2) à bord sans division interne est une forme attestée, avec un vernis non grésé, à La Graufesenque, dans le dépotoir de ratés de cuisson de la parcelle Malaval, dépotoir clos en 10/15 (Genin, Vernhet 2002, p. 105 et fig. 19, nos 1 à 8) : comme ici à Fréjus, il existe des sous-types dont la face interne du bord n’est pas moulurée. Période 5-15 ?

  • les gobelets Halt. 16 (nos 3 et 4) sont abondants dans les ensembles augustéens tardifs de La Graufesenque (Genin, Hoffmann, Vernhet 2002, p. 52, forme 23, et fig. 32, nos 1 et 2). Période 5-15 ?

131Ces tessons de Fréjus procurent donc un exemple supplémentaire de vaisselles qui, directement copiées des sigillées italiques, sortent parallèlement des ateliers rutènes. Or, en ce qui concerne le problème de la concomitance de ces productions, on est à la recherche de chronologies fiables afin de définir leur commercialisation (aire et datation) et on peut rappeler celles actuellement attachées au répertoire de la sigillée italique :

  • Halt. 7 (no 1)= Service Ic, Goud. 18/24, Consp. 14.2 ; coupe représentative de l’horizon Dang-stetten/Oberaden, avec une commercialisation située entre 15 avant et 15 après ;

  • Ritt. 5 (no 2)= Service II, Halt. 8, Goud. 27, Consp. 22.1 ; à partir de - 15-10 avant (Neuss, Haltern) et représentative de l’époque augustéenne tardive. De tels bords, sans division interne, existent en sigillée italique (par ex. à Rödgen : Schönberger, Simon 1976, taf. 14, no 221 mais surtout taf. 15, no 236 ; aussi Ettlinger 1983, taf. 42, nos 5-11).

  • Halt. 16 (nos 3 et 4) = Consp. 50, var. 3 ou 4, Goud. 22a et b. : à partir de -15 (Haltern, Oberaden).

  • 13 La difficulté consistant à savoir les distinguer des sigillées italiques sur les sites de consommat (...)

132Les vases de La Graufesenque découverts dans ce contexte sont donc des formes (de tradition) typiquement « italiques »13 dont le début de la commercialisation pourrait se situer dans les années 10-15 ( ?).

3. Éléments de chronologie

133Le matériel contenu dans les niveaux de remblais et de sol, scellé sous un pavement mosaïqué (sondage j), présente plusieurs points d’intérêt : il constitue en effet un jalon important, tant du point de vue datation (topographie et chronologie relative) qu’en ce qui concerne les catégories représentées (faciès, datation des céramiques, approvisionnements, etc.).

134De la difficulté d’une recherche de comparaisons et de références dans le faciès des céramiques communes régionales

  • 14 Ce qui m’amène à porter un jugement sévère sur les simples méthodes descriptives de certains céramo (...)

135Concernant le domaine des céramiques communes, la quasi-totalité des fragments contenus dans ce contexte nous a amené à consulter un très large éventail d’articles. De ces lectures, il ressort que le nombre de ceux qui apportent un réel intérêt – que ce soit au plan de la description, plus ou moins complète et pertinente, qu’à celui de la fiabilité des arguments chronologiques – se réduit à une liste de titres nettement plus courte que celle qui est comprise dans la bibliographie ici jointe14… ; rien, par exemple, de véritablement et définitivement probant pour les céramiques à pâte grise (nos 54-57) et à pâte claire (no 70)… alors que Fréjus se trouve à la fois sous influence italique, car en Narbonnaise, et largement ouverte aux échanges, car sur le littoral méditerranéen. Qu’en conclure ? Que les formes ici présentées apparaissent comme « extra-terrestres », déconnectées de ce que l’on peut rencontrer sur les sites du sud de la Gaule.

136Sur la composition du lot et les origines des céramiques

137On retrouve dans ce lot des arrivages de vaisselles de la péninsule italique, qu’il s’agisse des sigillées (nos 5-12), des campaniennes (no 14), des gobelets à paroi fine (nos 17-29) ou des lampes issus des ateliers d’Étrurie (nos 30-40) mais aussi des gobelets d’Aco de la Vallée du Pô (nos 15-16) ou des plats culinaires de Campanie (nos 49-51). Les productions gauloises sont présentes à travers quelques vases des ateliers rutènes (nos 1-4) mais également avec les céramiques fines engobées imitant ou non des formes de sigillées (nos 13 et 41-48), les céramiques à pâte sombre, tournées ou modelées (nos 58-69), ou à pâte claire (nos 70-72).

138En revanche, moins commun est le mouvement de commercialisation de vases provenant du Levant (nos 52-57) et impliquant des pratiques alimentaires « non autochtones », ce qui impose de poser la question, à tout le moins, des habitudes culturelles de l’utilisateur et, en définitive, de ses origines ; on s’en tiendra à soulever ce type d’interrogation sans apporter une réponse, faute de disposer d’une série d’indices décisifs.

139On notera aussi l’absence de certaines catégories comme, par exemple, la céramique culinaire micacée varoise, une production pourtant très présente à Fréjus dans les contextes de la fin de l’époque augustéenne.

140Chronologie comparée

141C’est un ensemble céramique qu’il convient de comparer à d’autres qui ont fait l’objet d’une publication et qui concernent les deux premières décennies de notre ère. On citera en particulier, en Gaule et hors de Gaule :

142* des ensembles SANS sigillée du sud de la Gaule :

  • pour l’épave Grand Ribaud D (Hesnard et al. 1998), avec 130 fragments de sigillée italique des services I et II, un Drag-Watz II (Consp. 4, 10, 13, 14, 18.2, 22.1, 23.1, 26.1 et 33.1) et des estampilles (entre autres Ateius, Naevius, Sextus Titius), sans ipp, une datation proposée entre -8 et +9 avec une préférence pour les années antérieures au changement d’ère ;

  • à Saint-Romain-en-Gal, l’Horizon 2 (Desbat, Leblanc 1994) se caractérise par une augmentation des sigillées italiques du service IC (par rapport à l’horizon précédent où les formes précoces et le service IB dominaient) et l’apparition massive du service II (surtout Goud. 27), ce qui conduit à situer cet ensemble autour du changement d’ère (entre -5 et +5) ;

  • à Lyon, l’Horizon 3 (Genin 1997, p. 14-15 et 20) est défini à partir des résultats des contextes du Verbe Incarné 2 et de la rue des Farges 1 et couvre la période -15/+15 ; à côté des sigillées italiques du service IC, celles du service II se développent vers la fin de cette période ainsi que les formes Halt. 11 et 12 ;

  • le comblement du puits de Valence, Espagne (Albiach et al. 1988) comprend 90 NMI de sigillée italique (essentiellement des services II et III, mais aussi I), dont les formes les plus récentes sont Consp. 22.5, 23.1 et 31.2, avec de nombreuses estampilles mais sans ipp ; la datation proposée se place entre -5 et 5 ou 1 et 10 ;

  • à Sept-Fonts, dans l’Hérault (Mauné 1997), le comblement d’une fosse comprend des sigillées italiques des services IC (Consp. 12.3-5 et 14.3-4), II (Consp. 22.1-3) et III (Consp. 15.1 ? et 33.1) et la datation proposée est entre 1 et 10/15 ;

  • le dépotoir de La Longarina (Hesnard 1980) où les formes de sigillées italiques (comparables à l’horizon de Haltern) et les 155 timbres associés (Rivello 2003, p. 69), tous centraux, sauf un radial et un autre ipp (OCK 1353.3), conduisent à une datation du dépôt entre 1 et 12 de n.è. ;

  • l’épave Sud-Lavezzi 2 (Domergue, Liou 1990), qui a livré 19 fragments de sigillée italique (des Goud. 37 mais aussi un plat qui pourrait s’apparenter à Consp. 3.1), avec estampilles (Chresimus P. Corneli et Avillius, cette dernière ipp), dont le naufrage est situé dans les années 20-30, nécessairement après la première décennie ; on sait, depuis la publication, que l’essentiel de la production d’Avillius est daté de l’époque tibérienne (OCK 371-37).

143* des ensembles avec sigillées du sud de la Gaule :

  • à Saint-Romain-en-Gal, l’Horizon 3 (Desbat, Leblanc 1994), avec un as de Tibère et un as de Drusus, est situé dans la période 15/20 (ou 15/30) et se caractérise, à côté des sigillées italiques (62 formes différentes mais beaucoup de résiduel), par l’apparition des produits de La Graufesenque, abondants et divers : Drag. 15, 27, 24/25 et 29, Ritt. 9, auxquels on peut ajouter (Leblanc 1994), Drag. 17A et B, 15/17, 18/31, 30, Halt. 14, Ritt. 1 et 8, et de nombreuses estampilles ; on note la présence de gobelets à paroi fine à pâte calcaire et décor sablé ;

  • Orange, cours Pourtoules, l’état I (-10/+10) présente un seul Drag. 27 et il faut regretter l’absence de détail sur les sigillées italiques (Doray 1994, p. 134) ;

  • à Lyon, l’Horizon 4 (Genin 1997, p. 14-15 et 26), établi sur les résultats des recherches menées à Lyon-Bellecour et rue Chambonnet, est daté vers 20 apr. ; à côté d’une majorité de vaisselles italiques du service II, il se caractérise par l’apparition de quelques pièces précoces de La Graufesenque : Drag. 24/25, 17 et 29 ;

  • pour la chronologie de l’abandon du camp militaire d’Aulnay de Saintonge (Tassaux et al. 1984), ce sont surtout les séries monétaires qui suggèrent une fourchette entre 10-14 et 30 et, plus probablement, entre 21 et 28, et peut-être avant 23 ; pourtant, les gobelets à paroi fine de Montans, de La Graufesenque et un exemplaire de Bétique, constituent des éléments qui tendraient, de l’avis même des auteurs, à porter cette chronologie jusque dans les années 30. Les sigillées italiques sont absentes mais nombreuses sont celles de Montans et de La Graufesenque : Drag. 17, 2/21, 24/25, 27, Ritt. 5, 29A et plusieurs estampilles.

144La question de la chronologie

145On le sait, la plupart des datations proposées par les auteurs pour chacun de ces « horizons » fin-Auguste/début-Tibère ont une dimension plus ou moins arbitraire dans la mesure où elles reposent sur les imprécisions qui touchent, même si le phénomène ne se sent pas, à la notion de présence/absence des produits de La Graufesenque. On constate ainsi, à la lecture des contextes précédents, que des zones d’ombre existent, par exemple, entre Saint-Romain-en-Gal Horizon 2 et Horizon 3, avec un « vide » chronologique entre +5 et +15, ainsi qu’entre Lyon Horizon 3 et Horizon 4, avec un « vide » entre 15 et 20, et il est évident que ces deux espaces laissés libres illustrent des plages d’incertitude qui pourraient correspondre à cette difficulté à saisir les premières importations des sigillées des ateliers rutènes. Si bien que la formulation « fin de la période augustéenne (tardo-augustéenne) » semble rimer avec absence de sigillées de La Graufesenque.

  • 15 Parce que les céramiques datantes n’avaient été que superficiellement étudiées, la chronologie anno (...)

146Pour ce lot de mobilier fréjusien, la chronologie repose donc, en grande partie, sur les sigillées du sud de la Gaule pour une époque que l’on suppose être celle qui correspond aux premières percées de ces produits sur le littoral provençal. On pourra multiplier les comparaisons et triturer les données dans tous les sens, on n’obtiendra pas de réponse très argumentée pour préciser une fourchette, assez étroite par nécessité, que nous proposons de situer dans les années 10-15 de notre ère15.

IV. Conclusion

147L’étude de ce lot permet de proposer une datation autour des années 10-15 pour situer la fin de l’occupation illustrée par trois segments de murs et des lambeaux de sols en terre battue. Rien, en revanche, ne permet de situer, même de façon approximative, la mise en place de ces fragments d’habitat dont l’architecture s’inscrit dans le carroyage du réseau A propre à l’agglomération primitive de Fréjus ; un autre segment de mur, découvert dans la partie orientale de la place, complète cette image diaphane de l’urbanisation du quartier (voir p. 357).

148Cette fourchette chronologique correspond aussi à la période durant laquelle a été édifiée la maison à l’atrium fleuri de la phase 2 (infra).

149Il faut bien l’avouer, les sondages pratiqués sous les sols étaient principalement conduits pour dénicher des éléments de datation afin de déterminer l’émergence de l’habitation de la phase 2 plutôt que pour cerner les formes de l’occupation antérieure, et probablement primitive dans ce quartier. Car, en matière de fouille et compte tenu de l’urgence à libérer le terrain, il a fallu faire des choix.

Notes

1 Les localisations de ces sondages sont parfois indiquées en fonction des espaces de la maison de la phase 2.

2 « Sans guère de doute », en fonction des connaissances auxquelles on se réfère aujourd’hui. Alors que de nouvelles informations circulent sur la diversité encore peu soupçonnée dans les pâtes des sigillées italiques, d’autres relatives à la complexification dans les pâtes des sigillées du sud de la Gaule conduisent à considérer que la dispersion de points de calcite dans l’argile utilisée à La Graufesenque ne suffit plus pour discriminer. Des prélèvements en éclats frais des vases nos 1 et 2 ont été observés à la binoculaire. En outre, pour les pièces nos 10b et 11, l’attribution est confirmée par des analyses MEB des pâtes et des engobes réalisées par Philippe Sciau, Cemes-Cnrs, Toulouse, à qui nous adressons nos vifs remerciements.

3 Les identifications des monnaies de l’ensemble de la fouille (inv. M) ont été effectuées par G. Rogers (inv. R) qui, toujours avec compétence et enthousiasme, se tenait au plus près des découvertes archéologiques touchant à Fréjus ; elles ont été revues et complétées par D. Brentchaloff qui les a également commentées et que nous remercions bien vivement.

4 Un objet identique au musée de Spolète provenant de la nécropole de Santa Scolastica à Norcia (province de Perugia), « tomba 50 di Opaco ».

5 Voir par exemple Tendille 1981, et en particulier fig. 3, no 18.

6 Mais la faible taille des tessons rend quelque peu aléatoire l’inclinaison du bord et son diamètre ; la restitution de l’ensemble est également incertaine.

7 Je remercie très amicalement Michel Bonifay (Mmsh-Cnrs/CCJ, Aix-en-Provence) et Jean-Christophe Tréglia (Mmsh-Cnrs/LAMM, Aix-en-Provence) de m’avoir fait connaître ces céramiques des contrées orientales du bassin méditerranéen ; en ce qui concerne les pâtes, l’observation à la loupe binoculaire ne laisse en effet guère de doute sur l’origine de ces deux vases. La publication du matériel issu des récentes fouilles de Beyrouth permettra sans doute d’en savoir plus, en particulier dans le domaine des précisions chronologiques.
Merci également à Emmanuel Pellegrino, très actif dans les missions régulièrement reconduites dans le traitement des lots céramiques de ces mêmes régions et qui m’a aidé dans les recherches bibliographiques récentes.

À ce propos, la plus ou moins grande pertinence des identifications – indépendamment de celles qui découlent des analyses – tient aux publications qui existent, à celles dont on a connaissance et, en bout de chaîne, à celles auxquelles on a finalement accès.

8 Il faut toutefois signaler qu’à la suite des études de Coletti, Pavolini 1996, p. 406, et de Olcese 2003, tav. X, nos 1, 2 et 3, il est établi qu’une production morphologiquement comparable existe, pour les Ier et IIe siècles, dans l’atelier de Rome-La Celsa.

9 Dans le comblement d’un puits à Valence (Espagne), un gobelet présentant le même type de décor pose également un problème d’attribution aux auteurs qui ont fait des examens de pâte (Albiach et al. 1998, p. 147 et fig. 8, no 60328-109).

10 Des ateliers ont aussi été établis à Lyon (Loyasse, -30/-15, puis La Muette, -15/10/15) (Desbat, Genin, Lasfargues 1996, p. 24-27 et p. 68-92) et à Saint-Romain-en-Gal (peut-être -30/-15) (Desbat 1985 ; Leblanc 2001) pour produire, selon l’expression de l’Atlante (Mazzeo Saracino 1985, p. 189-190), des « tipo Aco-gallico ».

11 On considère même qu’une annexe d’Ateius était venue s’installer à La Graufesenque : Hoffmann, Picon 1990-1991, p. 3-11.

12 L’identification des sigillées telle qu’elle est établie ici découle de plusieurs rencontres, à Aussillon, avec Thierry Martin et Jean-Louis Tilhard, et à La Graufesenque, avec Thierry Martin et Alain Vernhet : leurs recherches perspicaces et persévérantes de plusieurs décennies sur les sigillées les placent au fait des dernières avancées en matière de sigillées d’époque augustéenne ; je les remercie grandement de m’avoir évité de commettre quelques erreurs et, surtout, d’avoir réaffirmé, à travers leurs propres hésitations, que les identifications de sigillées posent toujours des problèmes et que les connaissances intrinsèques mêmes qu’on a de ces dernières restent encore perfectibles.

13 La difficulté consistant à savoir les distinguer des sigillées italiques sur les sites de consommation (et même sur le site de production : « à l’œil, les pâtes et les vernis de ces vases importés se distinguent parfois difficilement des productions locales » (Hoffmann 1995, p. 392) : le problème est bien connu et difficilement soluble, en l’absence d’analyses chimiques (Hoffmann, Picon 1993).
Rappelons le schéma hypothétique actuellement envisagé pour les premières activités de La Graufesenque (Hoffmann, Vernhet 1992, p. 177-178 ; Hoffmann 1995, p. 391). À partir de -20/-10, la production concerne une quinzaine de formes (dont des Drag. 29), imitant les sigillées italiques, à pâte grise ou orangée et à engobe non grésé. À partir du début du Ier siècle, poursuite de la production de ces « proto-sigillées » et développement (« en quantité croissante ») d’une production de véritables sigillées grésées à engobe rose orangé imitant plus ou moins fidèlement une quarantaine de formes de sigillée italique (voir la liste conséquente dans Consp., tab. 1, p. 21, qui permet de dénombrer 26 à 29 formes fabriquées à La Graufesenque sur un total de 54 formes de sigillée italique recensées par l’ouvrage) avec estampilles et décors également de même inspiration. Puis, « vers 10-20 après J.-C., les potiers de La Graufesenque continuent toujours à produire des sigillées d’après des modèles italiques mais avec une technique de plus en plus élaborée, ils créaient aussi des formes et des décors nouveaux » (Hoffmann 1995, p. 392). L’essor de la production et de la commercialisation intervient durant cette dernière période.

14 Ce qui m’amène à porter un jugement sévère sur les simples méthodes descriptives de certains céramologues ; voir, dans le domaine parallèle des analyses géochimiques, les réflexions de Picon 2000, p. 100.

15 Parce que les céramiques datantes n’avaient été que superficiellement étudiées, la chronologie annoncée à plusieurs reprises portait sur les années 1-5 de notre ère (Rivet 1996a, p. 110 ; Rivet et al. 2000, p. 196).

Table des illustrations

Titre Figure 225 - Place Formigé, secteur occidental
Légende Localisation des sondages profonds dans l’emprise de la maison de la phase 2 et segments de murs appartenant à la phase 1 (dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 226 - Place Formigé. Phase 1, sondage j
Légende Plan du mur 1 ; la zone tramée correspond au segment utilisant de la chaux (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 227 - Place Formigé. Phase 1, sondage j
Légende Le mur 1 au pied du mur de clôture nord de la maison de la phase 2.Vue prise vers le nord-ouest (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 228 - Place Formigé. Phase 1, sondage j
Légende Au premier plan, mur 1 et, à l'arrière-plan, mur de clôture nord de la maison de la phase 2.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Figure 229 - Place Formigé. Phase 1, sondage g
Légende Longé par la mire, le mur 2 et, au premier plan, le sondage sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 230 - Place Formigé. Phase 1, sondage f
Légende Muret 3 (sous la mire horizontale) en terre sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Figure 231 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage a(relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 232 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage b(relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 233 - Place Formigé. Phase 1, sondage b
Légende À droite de la règle, le mur 12 (phase 2) ; les autres relèvent de la phase 3.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Figure 234 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique ouest-est dans les sondages c et d (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 235 - Place Formigé. Phase 1, sondages c-d
Légende Au centre, le mur 12, arasé, appartenant à la maison de la phase 2.Vue prise vers le nord-ouest (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 236 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique ouest-est dans le sondage e (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 237 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique sud-nord dans le sondage f de part et d’autre du muret 3 appartenant à la phase 1 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 238 - Place Formigé. Phase 1, sondage f
Légende Sous le sol en terre battue de la maison de la phase 2, un niveau de tessons roulés (c. 475) (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 239 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique est-ouest dans le sondage g, de part et d’autre du mur 2 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure 240 - Place Formigé
Légende Coupe stratigraphique sud-nord dans le sondage j, sous la mosaïque appartenant à la maison de la phase 2 (relevé L. Rivet, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 241 - Place Formigé
Légende Tableau de répartition du mobilier (en Nombre de Restes) des sondages a, b, c, e, f, g, h.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 242 - Place Formigé
Légende Tableau de répartition du mobilier (en Nombre de Restes) du sondage j.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 243 - Place Formigé. Phase 1
Légende Sigillée du sud de la Gaule (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 244 - Place Formigé. Phase 1
Légende Sigillée italique (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 245 - Place Formigé. Phase 1
Légende Campanienne (13), gobelet d'Aco (14-15) et céramique à paroi fine (16-28) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 246 - Place Formigé. Phase 1
Légende Lampes (cliché L. Damelet et L. Rivet, Cnrs-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 247 - Place Formigé. Phase 1
Légende Imitation de sigillée (40-45) et céramique commune engobée (46-48) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 248 - Place Formigé. Phase 1
Légende Céramique culinaire italique (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 249 - Place Formigé. Phase 1
Légende Céramique culinaire de Méditerranée orientale (52-57), céramique commune à pâte sombre (58-65) et céramique modelée d’époque impériale (66-69) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 250 - Place Formigé. Phase 1
Légende Céramique commune à pâte claire (70-72), amphore (73-78), verre (79-80) et petit mobilier (81-82) (cliché et dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Figure 251 - Place Formigé. Phase 1
Légende Couteau pliant ou greffoir à manche en bois de cerf (cliché L. Damelet, Cnrs-CCJ, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 252 - Place Formigé. Phase 1, sondage j
Légende Monnaies provenant des niveaux antérieurs à l’installation de la mosaïque appartenant à la maison de la phase 2 (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/637/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access