Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 3. Place Formigé - secteur occidental (1988)

Préambule

Texte intégral

1Une fouille à l’emplacement de la place Formigé n’aurait jamais dû avoir lieu. Certes, des travaux édilitaires devaient se dérouler mais, comme ils ne consistaient guère qu’en la rénovation du dallage, donc à ne toucher qu’aux niveaux très superficiels déjà plusieurs fois remaniés, rien n’imposait une recherche même si quelques tranchées devaient être creusées pour installer des réseaux, tels qu’ils s’en réalisent partout dans les rues sans que cela ne donne lieu à prescription archéologique.

2Mais, en 1988, il se trouvait que Paul-Albert Février avait déjà réussi à provoquer de telles recherches, avec Michel Fixot et moi-même, sur deux terrains très proches : celui dit de « Nord-Est cathédrale », où nous avions travaillé sous le rythme de campagnes estivales durant 4 ans (de 1979 à 1982), et celui du Jardin du Palais de Justice où nous avions également réalisé deux campagnes (en 1981 et 1982) qui permirent de mettre en évidence les dalles imposantes d’une place publique romaine, découverte qui nécessita un peu de temps, encore, avant qu’on ne rassemble les arguments pour considérer qu’il s’agissait bien du forum de la ville. Un troisième site devait nous être alloué, l’actuelle École de Musique, mais la destruction de ces bâtiments provisoires était repoussée année après année et ce terrain reste encore hors de notre champ d’enquête.

3Les relations d’amitiés qui liaient Paul-Albert avec François Léotard remontaient à leurs années de jeunesse. F. Léotard étant Maire de Fréjus depuis 1977 (et député à partir de 1978), diverses réunions les conduisaient à se croiser régulièrement, en particulier celles qui touchaient à la gestion et à la sauvegarde du patrimoine de ce qui était, pour l’un, comme pour l’autre, « sa » ville. La nomination de François Léotard comme Ministre de la Culture, en mars 1986, créa nécessairement des conditions exceptionnelles pour qu’une recherche puisse être ouverte, en toute légalité et avec quelques financements, sur cet espace central de la ville, dès qu’une occasion se présenterait : la rénovation de la place qui fut planifiée pour 1988 ! Ce furent des découvertes uniques dans le domaine de l’habitat d’époque romaine (fig. 222 et 223) et la population apprécia jour après jour les vestiges qui apparaissaient progressivement et dont l’état de conservation était suffisamment éloquent !

Figure 222 - Les fouilles en cours, place Formigé, devant la cathédrale

Figure 222 - Les fouilles en cours, place Formigé, devant la cathédrale

Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).

Figure 223 - Les fouilles en cours, place Formigé

Figure 223 - Les fouilles en cours, place Formigé

Vue prise d’hélicoptère (cliché ST/CEPA).

4C’était donc en 1988 et c’était déjà un autre siècle, celui où les textes législatifs à la disposition de la Direction des Antiquités – actuel Service Régional de l’Archéologie –, alors dirigée par Jean-Paul Jacob, celui où les valeurs culturelles toujours vivaces dans la mentalité des élus et les rapports entre ces derniers et les archéologues de terrain permettaient de préserver l’intégrité des vestiges inclus dans le périmètre de l’enceinte romaine ; la répartition des forces était au bénéfice d’une volonté profonde, dans la raison populaire, de défendre les vieilles pierres profondément enfouies sous le cadre de la vie quotidienne.

5Je n’oublie pas la visite de Jacques Lasfargues, inspecteur missionné par la Sous-Direction de l’Archéologie : ses encouragements nous furent réconfortants. Je n’oublie pas, non plus, pour Paul-Albert comme pour moi, les bienveillantes incitations qui conduisirent à laisser procéder à la dépose d’une partie du sol de mosaïque et, surtout, de la plus grande part des peintures murales…

6Les travaux débutèrent donc au mois de février, le 8, sur un terrain dont on savait qu’il avait été, vers l’est, occupé par les vestiges d’une partie du palais épiscopal ; à l’emplacement de ce corps de bâtiment, détruit entre 1823 et 1828, fut ensuite aménagé un jardin séparé de la place par une grille, eux-mêmes supprimés par la suite.

7Peut-être pourrions-nous, si les fondations du palais n’avaient pas trop bouleversé les choses, atteindre quelques niveaux antiques. Paul-Albert choisit, comme secteur de recherche, l’intérieur de la cathédrale où, ici aussi, la rénovation du sol par l’administration des Monuments Historiques offrait la possibilité de pratiquer des fouilles. La partie orientale de la place revenait tout naturellement à Michel Fixot, médiéviste.

8Il me restait le secteur occidental, celui qui apparaissait comme être toujours resté non occupé depuis l’Antiquité …

9… j’y ai sans aucun doute vécu les plus beaux jours de ma vie d’archéologue !

10Nous fouillâmes jusqu’à la fin du mois de mai, le 31 ... : le mois même où François Léotard abandonnait ses fonctions de ministre !

11Durant tout le chantier, l’équipe de fouilleurs était réduite et nous souhaitions respecter le terme pour rendre le terrain. Parallèlement, nous nous étions engagés, avant cette échéance, à présenter les résultats à travers une exposition accompagnée d’un catalogue (Février, Fixot, Rivet 1988) ; il se trouve que la rédaction de cette plaquette nous exonérait de rendre un rapport en bonne et due forme.

12Je ne sais pas si nous avons bien fouillé mais il est sûr que nous avons fouillé vite et il y avait une sorte de frénésie à chercher à en apprendre le plus possible, probablement plus en étendue qu’en profondeur ! Aujourd’hui, au moment de rendre compte des résultats, il est sûr que l’on pâtit moins d’un déficit de certains détails mal, ou même non enregistrés (quelques photos, des cotes de niveaux, etc.), que de n’avoir pas pu pousser plus loin dans ces deux directions.

Introduction

  • 1 Fouille effectuée du 8 février au 31 mai 1988, avec des compléments du 22 au 31 août et du 12 au 22 (...)

13C’est dans le cadre d’une opération de rénovation conduite sous la responsabilité de l’architecte des Bâtiment de France, Louis Fahrner, qu’il a été possible de fouiller l’ensemble de la place Formigé1, un site où la qualité des vestiges différait selon qu’il s’agissait de la moitié orientale ou de la moitié occidentale (fig. 5). Comme le réaménagement concernait uniquement la surface de circulation de la place, les vestiges ont été réenfouis, sans destruction majeure.

14Cette fouille s’apparente à une recherche programmée. Toutefois, son ampleur (environ 650 m2), un temps d’intervention défini par la promesse de libérer le terrain assez rapidement et une équipe relativement peu étoffée ne permirent pas de conduire l’étude dans des conditions scientifiquement optimales ; un volume de terrain non négligeable est resté à l’écart des recherches, faute de temps et de forces suffisantes.

15À l’est, des vestiges denses de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, en particulier une partie du palais épiscopal, incitèrent à les laisser en place et, dans ces conditions, seuls deux sondages profonds de dimensions très réduites permirent d’atteindre la base des niveaux de l’Antiquité (voir chap. IV). En revanche, la moitié occidentale du terrain, après l’Antiquité, est restée un espace ouvert (avec d’abord quelques tombes, d’ailleurs mal datées, puis une place), et les vestiges étaient conservés, sans grandes perturbations postérieures, à peu de profondeur sous la surface actuelle qui coïncide, grosso modo, à celle des années 1980. Toute la surface n’a cependant pas été fouillée et des choix ont conduit à trouver un équilibre entre la reconnaissance des vestiges, en plan, dans un périmètre limité, et l’extraction d’un fort volume de terre pour atteindre les sols du plus grand nombre d’espaces de la maison à l’atrium fleuri tout en réservant un petit laps de temps pour opérer plusieurs sondages sous ces mêmes sols. Une extension de quelques mètres vers l’ouest, ne serait-ce que sous la forme d’une large tranchée, eut été souhaitable mais il nous avait été demandé de laisser cette surface en l’état pour que les étals de quelques marchands de textiles puissent s’installer les mercredis et samedis matins ...

16Par ailleurs, d’autres contingences constituèrent des obstacles et, e, des lacunes dans la recherche :

  • le chantier était traversé par des réseaux d’utilité publique qu’il était impossible de détourner (en particulier : alimentation en eau du quartier et évacuations pluviales, gaines téléphoniques de la mairie établie dans les bâtiments de l’ancien palais épiscopal) ;

  • comme la destruction des vestiges n’était pas la raison de l’intervention archéologique, le choix fut décidé, sauf rares exceptions, de n’endommager ni les murs ni les maçonneries alors que des démontages auraient été utiles. La destruction était d’autant moins à l’ordre du jour que, compte tenu du bon état de conservation de cette maison romaine et de sa lisibilité auprès du public, le projet de conserver et de rendre accessibles les vestiges sous une dalle de béton fut d’actualité durant toute la durée du chantier et plusieurs fois encouragé par la presse locale. Naturellement soutenue par les archéologues et la population, la création de cette crypte ne rencontra que des inconvénients auprès des édiles et de l’architecte ; se posait effectivement un problème de hauteur de circulation insuffisante de quelques décimètres, sous la dalle, problème qu’il aurait sans doute été possible de résoudre par quelques solutions astucieuses. On sait que, tout compte fait, le spectacle de ce chantier archéologique béant, très attractif durant le printemps, le fut tout autant auprès des touristes de l’été 1988 ;

  • également pour des raisons de conservation, dans le cas où les vestiges seraient remblayés, il fut décidé de ne pas détruire un grand bassin d’agrément ornant la cour à péristyle de la maison du dernier état (phase 3) et qui constituait un obstacle important.

  • Dans la moitié occidentale de la place, les fouilles ont donc permis de mettre au jour trois états pour l’Antiquité (fig. 224) :

Figure 224 - Place Formigé

Figure 224 - Place Formigé

Plan des vestiges, toutes phases confondues ; en couleur, les constructions antiques (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

  • les traces d’une occupation précoce (phase 1), uniquement reconnue à l’occasion d’une petite dizaine de sondages restreintés ;

  • les vestiges remarquablement bien conservés d’une maison qui fut construite vers la fin de l’époque augustéenne (vers 10-15) et abandonnée à la fin du règne de Néron (phase 2), que nous appellerons la « domus à l’atrium fleuri » ;

  • le secteur d’agrément d’une habitation illustrée par la découverte de son péristyle (phase 3) et dont les appartements devaient se développer plus au nord, en particulier sous l’emprise du baptistère et de l’entrée de la cathédrale.

Notes

1 Fouille effectuée du 8 février au 31 mai 1988, avec des compléments du 22 au 31 août et du 12 au 22 septembre.

Table des illustrations

Titre Figure 222 - Les fouilles en cours, place Formigé, devant la cathédrale
Légende Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 223 - Les fouilles en cours, place Formigé
Légende Vue prise d’hélicoptère (cliché ST/CEPA).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 224 - Place Formigé
Légende Plan des vestiges, toutes phases confondues ; en couleur, les constructions antiques (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access