4. De la vaisselle au matériau de construction : techniques et emplois de la terre cuite en tant que traceur culturel (VIe-IVe s. av. J.-C.)

Daniela Ugolini

Résumé

En Gaule méditerranéenne, la terre cuite est relativement peu sollicitée (en dehors des vases) en tant que traceur des présences helléniques. Pourtant, elle offre de nombreux objets/éléments dans divers domaines de la vie quotidienne qui permettent de signaler des « manières de faire » non conformes aux usages des peuples indigènes côtiers. La composition de la vaisselle, la présence systématique de certaines formes, voire la façon de se servir des vases fournissent des indications fort utiles et en partie pressenties de longue date. Par contre, l’utilisation du métier à tisser vertical ou des tuiles, l’abondance des lampes, les techniques de production de la céramique, l’apparition de terres cuites particulières sont des indices tout aussi importants. Non seulement ils contribuent à isoler quelques sites à forte composante grecque, mais ils permettent aussi d’identifier les très grandes agglomérations correspondant aux villes.

In mediterranean Gaul, terracotta is not very employed (excluding vases) as a marker of hellenic presence. Though, it offers many items / artefacts in various spheres of daily life that may indicate some “how to” atypical for indigenous coastal peoples. Nearby the composition of the dishes, the presence of certain forms, how the vessels are used, all elements that provide useful information, the vertical loom, the tiles, the number of lamps, the techniques of ceramic production, some specific decorated terracottas etc. are other traces equally important. They help to isolate the sites with strong Greek presence, and they also identify the very large settlements corresponding to cities.

Mediterranean Gaul, pottery, town

Introduction

1En Languedoc-Roussillon, vers le milieu du VIIe s. av. J.-C., arrivent les premières importations grecques du Midi de la Gaule, plusieurs décennies avant la fondation de Marseille. Ces vases, peu nombreux, ont fait partie du mobilier funéraire d’un petit nombre d’indigènes, sans doute des personnages importants, ensevelis dans des nécropoles à incinérations situées entre les basses vallées de l’Hérault et de l’Aude (Agde/Le Peyrou et Le Bousquet ; Servian/La Cartoule ; Béziers/La Courondelle : fouille 2007 sous la direction de L. Buffat ; Mailhac/Grand Bassin I) (fig. 296). Souvent, à côté de ces pièces grecques, il y en a d’autres qui renvoient aux Phéniciens et à l’Ibérie (sur ces nécropoles notamment Nickels 1989a). Dès le VIIes., s’amorce ainsi une double origine des importations qui se confirmera aux siècles suivants. Pour le VIIe s., il reste toutefois impossible de dire si nous avons déjà affaire à deux réseaux distincts.

2Tout porte à croire que c’est la recherche du métal (bronze et étain notamment) qui a poussé les prospecteurs méditerranéens à aborder nos côtes, où ils ont rencontré des populations s’approvisionnant dans le nord continental. Du point de vue archéologique, cela se traduit par le phénomène “launacien” (en général, résumé de la question : Janin 2003), c’est-à-dire des cachettes enterrées d’objets en bronze toujours situées hors des habitats mais non loin des axes de circulation. La localisation de ces dépôts fait supposer l’acheminement des matières premières vers l’embouchure de l’Hérault, où sont situés les plus côtiers (fig. 296, carrés) (Ugolini, Olive 2006 b et 2007). Les premiers contacts entre Grecs et indigènes ont donc eu lieu dans la zone d’Agde, qui présente les meilleurs atouts maritimes de la côte languedocienne et où va naître par la suite un port grec.

Fig. 296 Carte des nécropoles à incinérations du premier Âge du fer (725-575 av. J.-C.) en Languedoc occidental et Roussillon.

Fig. 296 Carte des nécropoles à incinérations du premier Âge du fer (725-575 av. J.-C.) en Languedoc occidental et Roussillon.

Les nécropoles ayant restitué les plus anciens vases grecs sont signalées par les étoiles grises. Les carrés gris indiquent les dépôts “launaciens” (Carte D. Ugolini).

3Autour de 600 av. J.-C., la colonisation du Midi se met en place avec la fondation de Marseille et, à partir de cette date, plusieurs établissements grecs vont voir le jour entre le nord-est de la Péninsule ibérique et les Alpes. Les sources, rares et pour la plupart tardives en regard de ces fondations, mentionnent les noms d’un certain nombre d’entre elles, sans que l’on soit en mesure de savoir si toutes sont citées et sans que l’on puisse aujourd’hui localiser toutes celles qui le sont. Quoi qu’il en soit, il est certain que le mouvement colonial a accru la circulation des hommes et déterminé l’intensification des trafics.

4En Languedoc-Roussillon, de nombreux sites naissent et se développent notamment le long du grand axe de circulation terrestre reliant l’Italie à l’Espagne, connu sous le nom mythique de “Voie Hérakléenne”. Agde est le seul établissement grec et le seul port de cette côte qui soit à la fois localisé et mentionné par les sources. Avec un succès mitigé, la recherche a attribué des présences grecques, à des niveaux différents, à plusieurs autres agglomérations : L’Argentière (Espeyran, Saint-Gilles, Gard), que l’on a identifiée à la Rhodanousìa des sources (Barruol, Py 1978) ; Le Caïlar (Gard), qui serait un “comptoir” (Py, Roure 2002) ; La Monédière (Bessan, Hérault), que l’on relie à Agde (Jully 1972 ; Nickels 1989 b) et à Béziers (Ugolini 2001 a ; Ugolini, Olive 2007 ; Ugolini à paraître) ; Béziers (Hérault), très grande agglomération que l’on suppose occupée par des Grecs (Ugolini et al. 1991 ; Ugolini, Olive 2006 a) ; Lattes/Lattara, site indigène où, au début, se seraient installés des Étrusques et où l’influence de Marseille prend ensuite le dessus (Py 1995 ; Py et al. 2006) ; Pech Maho (Sigean, Aude), site indigène qui serait aussi un “comptoir” : Gailledrat, Solier 2004).

5D’une manière générale, et quel que soit le qualificatif que l’on voudra bien donner à tel ou tel autre site ou le cadre général dans lequel on l’insèrera, c’est sur la côte que se concentrent les trafics. C’est ce contexte – tributaire d’une fréquentation intense déterminant un taux élevé d’importations – qui explique que les chercheurs attribuent à certains établissements un peuplement grec ou largement grec, ou, encore, indigène mais très hellénisé, dans la tentative de localiser ces villes dont les sources ont conservé les noms, ou d’en identifier d’autres que les auteurs anciens n’auraient pas mentionnées pour une quelconque raison.

6Il y a probablement eu une certaine dispersion des Grecs, qui ont pu s’établir aussi ailleurs que dans leurs propres fondations et notamment dans des lieux stratégiques pour le commerce (débarcadères maritimes ou fluviaux, étapes sur le réseau viaire, passages obligés tels que les franchissement des fleuves etc.). Parallèlement, il est vraisemblable qu’un certain nombre d’indigènes ont élu domicile dans les villes grecques, pour les mêmes raisons ou pour d’autres. Il est en effet impensable que les Grecs sont tous restés cantonnés sur quelques sites alors que les indigènes ont occupé tous les autres. D’ailleurs, d’autres étrangers (Étrusques, Ibères, Puniques, Italiens…) ont pu aussi tenter leur chance en s’installant en Gaule. Et tout cela sans compter les mariages mixtes. Au bout du compte, il s’est produit – sur la côte et plus ou moins rapidement – un mélange ethnique qui masque bien souvent la réalité d’origine.

7Il n’en reste pas moins que les différences entre les sites sont grandes, même entre ceux que l’on serait tenté d’assimiler au phénomène colonial ou à de fortes présences grecques. Cela va de la situation géographique jusqu’à la taille du site, de son plan jusqu’à son organisation interne, du plan de la maison jusqu’à l’existence de quartiers artisanaux, de son mobilier propre jusqu’au nombre des importations etc. Le problème de l’identification des présences exogènes et de la façon de parvenir à les isoler se pose donc de façon aiguë.

8La recherche a répondu à cette difficulté de diverses manières. Bien entendu, elle a mis en avant les textes anciens, qui sont malheureusement fort rares et tardifs. L’archéologie a misé sur l’apparition de certaines techniques de construction (p. ex., l’utilisation plus ou moins précoce de l’adobe, de la pierre taillée…) ; sur l’urbanisme (p. ex., le plan du site, le plan des maisons, la présence d’espaces/bâtiments publics…) ; sur le mobilier céramique (p. ex., l’abondance des amphores massaliètes, des importations grecques, de la céramique tournée ; l’utilisation de certains vases…).

9Les arguments avancés sont différents pour chaque cas, ou disons plutôt qu’ils ne sont pas les mêmes pour tous les cas. Il faut bien dire qu’il est rare qu’un site donné cumule plus de deux ou trois critères à la fois et on admettra que quelques éléments d’“hellénisation” ne peuvent suffire à déceler des présences grecques durables, notamment plusieurs générations après l’implantation grecque, car on se heurte très vite à l’évaluation de ces critères, au niveau de l’“hellénisation” dont ils seraient porteurs et au poids qu’il convient de leur attribuer. Par exemple, le transfert de certaines techniques est inévitable sur le court ou le moyen terme ; la confusion entre commerce et identité ethnique est courante, alors que la consommation de produits importés n’est pas, en soi, un indicateur ethnique valable et sert tout juste à en mesurer le niveau dans les approvisionnements ou la capacité d’accès et d’achat ; les graffitis inscrits sur les vases peuvent indiquer l’utilisation d’une langue ou l’adoption d’un alphabet mais ils peuvent tout aussi bien avoir d’autres significations et soulèvent de redoutables difficultés d’interprétation etc.

10De plus, dans le Midi, nous sommes confrontés à un hellénisme “silencieux” (peu de textes anciens, pas d’inscriptions, peu de monnaies), auquel manquent presque totalement les macro-phénomènes que sont les temples, les grands dépôts votifs, la sculpture, les nécropoles, les bijoux, la vaisselle en métal précieux etc., se trouvant aux marges des grands courants commerciaux de l’époque et donc un peu isolé. Cette situation périphérique a forcément pesé sur l’évolution des Grecs de Gaule, mais d’une manière difficile à appréhender : dilution ou, au contraire, radicalisation et enfermement ? Et, d’ailleurs, cela peut bien valoir aussi pour le monde indigène qui a pu “s’acculturer” ou résister à (ou trier parmi) des formes de civilisation qu’il n’a pas toutes comprises ou qu’il n’a pas ressenties comme nécessaires ou utiles.

11Dans ces conditions, le seul moyen d’identifier, sur un site donné, des présences grecques qui ne seraient pas ponctuelles ni strictement liées au fonctionnement d’un système économique, et qui, bien au contraire, montreraient l’existence d’un groupe humain structuré et vivant selon des schémas non indigènes passe forcément par la mise en évidence d’un ensemble d’aspects de la vie quotidienne et de manifestations d’ordre culturel qui doivent être “différents” de ceux que l’on observe sur les sites indigènes contemporains et qui signalent des “modes de vie” ou des “modes de faire” non conformes aux réalités des populations locales. Et il faut éviter la solution de facilité consistant à relever sur un site donné, et en particulier s’il est côtier et relativement tardif, les “éléments de grécité” car l’on en trouvera à coup sûr sans pour autant que cela trahisse nécessairement l’origine différente du peuplement, qui peut être strictement le même que celui de l’arrière-pays. Ces “éléments de grécité” ne traduiront alors que l’adaptation plus rapide du site côtier au contexte induit par la circulation des hommes et des biens.

12En d’autres termes, l’adoption d’un plan régulier pour l’organisation de l’habitat et des rues se croisant à angle droit montrent, certes, qu’il y a eu un changement, mais ne suffisent pas à faire une “ville” et ne font pas non plus un site “à la grecque” ni même “hellénisé” ; boire du vin (puisqu’on reçoit des amphores) n’est pas, en soi, fondamentalement différent que boire de la bière (produite sur place), mais il y a des lieux où le vin n’arrive pas et des façons/occasions de boire qui peuvent être différentes et, d’ailleurs, utiliser des coupes attiques indique d’abord et surtout que l’on dispose de ces vases ; cuire sa préparation dans un pot tourné ou non tourné de forme analogue n’a pas une grande importance pour la réussite de la recette… Par contre, un habitat aux quartiers spécialisés ; l’utilisation d’une vaisselle produite ou constituée pour répondre aux besoins spécifiques de toute une communauté ; la présence d’outils ou d’objets absents ou très rares ailleurs etc. sont des pièces qui, mises bout à bout, contribuent à former l’image recherchée.

13Tout est donc dans l’appréciation des données archéologiques et dans l’analyse critique que l’on sera amené à en faire. Pour aboutir, tous les critères (sources textuelles, modes de construction, urbanisme…) sont à prendre en compte et doivent être évalués cas par cas. Il est évident que tous ne seront pas nécessairement opérants dans toutes les circonstances et partout. Chaque aire géographique ayant des faciès culturels propres (grecs mais aussi indigènes), les exemples donnés ci-après ne valent que pour la Gaule. Mais, ce qui compte – ici comme ailleurs – c’est l’accumulation des indices, aussi discrets et modestes soient-ils. C’est donc dans leur nature intrinsèque mais aussi dans leur nombre, leur fréquence et dans l’étendue des domaines touchés que ces traceurs font ressortir l’originalité de certaines communautés.

14Dans cette approche, la céramique et la terre cuite constituent, en Gaule, deux domaines globalement peu sollicités, alors qu’ils apportent d’utiles éléments de réflexion.

Équipements du quotidien

15Parmi les gestes ou les activités de la vie quotidienne, en dehors de l’utilisation de la vaisselle, il est particulièrement difficile d’identifier des pratiques plus grecques ou plus indigènes que d’autres dans la mesure où les peuples vivant au bord de la Méditerranée ont eu des comportements finalement semblables et ont mis au point des outils communs. Pourtant certains objets semblent être porteurs, en Gaule, d’une manière de faire spécifique.

Les pesons du métier à tisser vertical

16Le filage laisse peu de traces et les fusaïoles qui le signalent – objets très simples, modelés en terre et cuits, parfois décorés de motifs linéaires – se ressemblent depuis le Néolithique, de l’intérieur du continent à la côte et d’une côte à l’autre. Une fois le fil obtenu, on le tissait et il est courant de trouver des pesons isolés ou, dans certaines pièces des maisons du pourtour méditerranéen, des “lots” matérialisant la présence d’un métier à tisser vertical.

17Or, il se trouve que ces objets techniques, qui ne sont pas particulièrement difficiles à faire et qui sont le plus souvent modelés à la main, sont particulièrement rares en Gaule méridionale jusqu’à la Conquête romaine, alors qu’ils sont attestés dans le monde celtique (de Chazelles 2000). On suppose alors que les indigènes du Midi tissaient à l’aide de métiers d’une autre conception, éventuellement mobiles, et il semble qu’ils ont continué à le faire même après avoir connu le système fixe vertical en usage chez les Grecs de la côte. Le fait d’envisager l’utilisation du métier vertical tout en ayant recours à d’autres poids pour tendre les fils (pierres ou galets percés ; disques retaillés et percés dans des fragments de céramique…) ne ferait que déplacer le problème car, dans ce cas, il faudrait se demander pourquoi les indigènes du Midi ont ignoré cet objet universel, simple et efficace qu’est un peson.

18Les pesons de tisserand (du VIe au début du IIIe s. av. J.-C.) apparaissent ainsi comme un traceur culturel, même si, par eux mêmes, ce ne sont pas des objets spécifiquement grecs. Leur présence/absence fait émerger des lieux où l’on travaille les tissus “à la grecque”, par opposition à d’autres où la pratique est différente. Leur distribution est donc significative et ne concerne, à ce jour, qu’un nombre très réduit de sites : Marseille (dès le VIe s., de forme ronde : fig. 297, 1 ; ou tronco-pyramidale : fig. 297, 2), Béziers (dès au moins les environs de 500, rond et tourné en céramique grise monochrome, qui est le seul connu actuellement dans le Midi : fig. 297, 3 ; ou tronco-pyramidal : fig. 297, 4) et Agde (au moins dès le IV e s., tronco-pyramidaux : fig. 297, 5-6).

Fig. 297. Poids de métier à tisser.

Fig. 297. Poids de métier à tisser.

1- Marseille, îlot des Pistoles, pesons circulaires (VIe s. av. J.-C.), (d’après Rothé, Tréziny 2005, fig. 561) ;2- Marseille, rue du Castillon, Sondage I.1. Pesons tronco-pyramidaux (VIe-IVe s. av. J.-C.), (d’après Rothé, Tréziny 2005, fig. 374) ; 3- Béziers, Place de la Madeleine, comblement du four de potier, peson circulaire tourné en céramique grise monochrome ayant éclaté lors de la cuisson (vers 500-475 av. J.-C.), (Cliché C. Olive) ; 4- Béziers, Place de la Madeleine, habitat, peson tronco-pyramidal peint en rouge (IV e s. av. J.-C.), (Cliché C. Olive) ; 5- Agde, rue Perben, vers 350 av. J.-C. (d’après Nickels 1995, fig. 16, 1) ; 6- Agde, rue Perben, vers 250 av. J.-C. (d’après Nickels 1995, fig. 20, 11).

Les lampes à huile

19Le domaine de l’éclairage n’a pas laissé de traces archéologiques dans le Midi en dehors de l’utilisation des lampes à huile, des objets introduits par les Grecs dès le VIe s. av. J.-C. Partant de là, on pourrait penser que dans les lieux de vie des Grecs la lampe est un objet courant et que, par le biais des contacts, les indigènes ont dû très vite l’adopter. En réalité, jusqu’à la Conquête romaine il reste rare presque partout (Ugolini 1993 et 2007).

20La carte de distribution (fig. 298) montre que Marseille en a restitué le plus grand nombre ainsi que les exemplaires les plus anciens (Villard 1960). Cela ne surprend pas. Les lampes les plus nombreuses sont d’importation (“ioniennes” à vernis noir et en pâte claire ; attiques ; quelques puniques…), mais la cité phocéenne en a aussi produit en plusieurs classes différentes : grises monochromes, en pâte claire et en pseudo-attique, que l’on retrouve parfois aussi sur d’autres sites.

Fig. 298. Carte de distribution des lampes à huile entre le VIe s. et la première moitié du IIIe s. av. J.-C. (Carte D. Ugolini).

Fig. 298. Carte de distribution des lampes à huile entre le VIe s. et la première moitié du IIIe s. av. J.-C. (Carte D. Ugolini).

21La diffusion le long des côtes provençale et varoise est modeste. Les sites concernés, même grecs, sont rares et il s’agit dans tous les cas, semble-t-il, de pièces isolées. La seule exception est alors Arles, grande ville en même temps que port fluvial et nœud routier.

22En Languedoc-Roussillon, on en rencontre sur la majorité des sites côtiers, mais aucune lampe n’est signalée dans l’actuel département du Gard, où se trouvent L’Argentière et Le Caïlar. À Béziers sont parvenus les exemplaires les plus anciens, c’est là que la diversité des origines est la plus grande et que l’on observe la plus grande régularité chronologique des approvisionnements comme de l’utilisation. Béziers en a aussi produit : en céramique grise monochrome, en pâte claire, en céramique de cuisine tournée et en céramique non tournée, que l’on retrouve parfois également sur d’autres sites. C’est dans un rayon de 50 km à l’est comme à l’ouest de Béziers, que la dispersion des lampes est la plus sensible, notamment pour les années 525-475 av. J.-C., qui correspondent à un moment de grand déploiement du commerce grec dans cette région. Par la suite, les lampes du V e s. se concentrent à Béziers, qui en utilise jusqu’à la fin du IV e s. Au cours du IV e s., elles réapparaissent à Montlaurès (Narbonne, Aude ; «  capitale » indigène), à Agde et à Lattes.

23La carte masque toutefois des différences aussi bien quantitatives que chronologiques puisque 3 sites regroupent déjà presque 90 % des découvertes, ce qu’il faut mettre sur le compte de la présence non systématique des lampes d’un site à l’autre. L’évaluation de l’occurrence souligne cet aspect et montre qu’utiliser une lampe est resté longtemps une pratique moins courante qu’il n’y paraît. La comparaison entre les niveaux du IV e s. de Lattes et de Béziers est alors intéressante. Si on n’éclaire pas une maison avec une lampe, on peut retenir – à titre d’hypothèse de travail – qu’il y en avait au moins une dans chaque habitation et on peut tenter d’établir une corrélation entre les lampes et d’autres objets que l’on imagine d’usage quotidien et présents dans une maison en un seul exemplaire à la fois. Les chenets de foyer ou les meules à grain pourraient être de bons témoins.

  • À Lattes, les niveaux qui ont restitué ± 30 lampes recelaient aussi ± 60 meules et autant de chenets : soit 1 lampe pour 2 meules et 2 chenets.

  • Des niveaux de Béziers qui ont restitué ± 13 lampes, proviennent ± 6 meules et aucun chenet. Pour Béziers, on ne retiendra donc qu’un rapport lampes/meules : soit 2,5 lampes pour 1 meule.

  • En privilégiant le nombre total de fragments céramiques (vaisselle + amphores + pithoi) en regard du nombre de fragments de lampes on obtient une tendance d’un autre genre.

  • À Lattes, les niveaux d’où sont issues ± 30 lampes ont donné ± 130000 fragments de céramiques : soit ± 0,02 % de lampes

  • À Béziers, les niveaux desquels proviennent ± 13 lampes ont donné ± 20000 fragments de céramiques : soit ± 0,065 % de fragments de lampes.

  • Enfin, si l’on retient la surface fouillée, le calcul livre le nombre de lampes découvertes par mètre carré :

  • À Lattes, l’exploration de ± 2000 m2 ayant restitué ± 30 lampes, on a 1 lampe tous les 66 m2 ;

  • À Béziers, l’exploration de ± 300 m2 ayant restitué ± 13 lampes, on a 1 lampe tous les 23 m2.

24Les proportions obtenues par ces comptages se valent et indiquent qu’il y a eu entre 2,5 et 3 fois plus de lampes à Béziers qu’à Lattes (Ugolini 2007), alors que Béziers est en cours d’abandon et Lattes, au contraire, en plein développement. Ainsi, le nombre absolu des lampes découvertes sur un site donné n’est qu’indicatif et la fréquence et l’usage réel et quotidien de ces objets, avec ce que cela comporte en termes d’adhésion à un mode d’éclairage “nouveau”, se posent de façon nette.

25En Gaule méridionale la lampe à huile est donc restée pendant longtemps un objet à la diffusion toujours côtière, plus accentuée en Languedoc occidental et Roussillon. Fonctionnant avec un combustible qui devait être, au moins au début, rare et coûteux, son utilité ne s’est pas imposée. Elle reste, au cours de plusieurs siècles, l’un des indices des contacts entre Grecs et indigènes, voire de présences grecques, mais on ne la rencontre couramment que dans les très grandes agglomérations (Marseille, Arles, Béziers), là où l’occupation avait un caractère urbain fortement marqué qui a dû influer sur le mode de vie. C’est sans doute ce qui explique son absence ou sa rareté sur des sites, pourtant grecs (Agde, Olbia…) et au schéma “urbain” de l’habitat, mais peu étendus et dont l’aspect citadin était probablement moins développé. En d’autres termes, le fonctionnement interne de ces établissements pouvait ne pas être comparable à celui d’une grande ville. Dans le prolongement de ces remarques, on peut ajouter qu’aucune lampe ne provient, semble-t-il à l’heure actuelle, de sites ruraux.

26Il faut enfin évoquer le fait qu’au IIIe s. les lampes tendent à disparaître, du moins en Languedoc-Roussillon (voir p. ex. pour Lattes : Feugère 1990, p. 360, fig. 17-4 ; Raux 1999). Or, ce siècle voit l’abandon de nombreux sites et notamment celui de Béziers, déserté autour de 300-275 av. J.-C. Toutefois, là où l’occupation perdure (Lattes, Agde, Ensérune, Pech Maho), les lampes sont soit absentes soit très rares après 275/250 av. J.-C. On dirait qu’elles n’arrivent plus et le besoin de compenser ne s’est traduit nulle part par une production d’imitation. Il faut en déduire qu’on s’en est passé sans difficulté, ce qui tend à montrer que la lampe n’était pas encore ressentie comme nécessaire.

27C’est avec l’arrivée en masse des produits italiques qu’elle revient, mais c’est seulement dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. qu’elle est enfin d’usage quotidien presque partout, soit presque 6 siècles après l’arrivée en Gaule des premiers exemplaires grecs.

Les fours de potier

28En Gaule, l’installation des Grecs détermine l’apparition de la vaisselle tournée et celle d’autres récipients nécessitant la cuisson dans un four adapté. Par le biais du commerce, ces produits sont introduits partout le long de la bande côtière et on considère que les indigènes ont appris ces techniques de fabrication. Dans les faits, avant le IIe s. av. J.-C., les découvertes d’ateliers sont fort rares le long de l’arc méditerranéen gaulois : on en trouve à Marseille et en Biterrois.

Les ateliers de fabrication de la vaisselle tournée

29En principe, l’introduction du tour de potier et de la cuisson en four sont des apports de la civilisation grecque, puisqu’il n’y a aucun argument – pour l’instant – qui permettrait d’envisager concrètement le rôle des Ibères ou des Étrusques dans l’apparition de ces techniques. Marseille est à l’origine de plusieurs classes de vases tournés, même si aucun four à vaisselle n’y a encore été découvert. D’autres productions auraient vu le jour en Provence comme en Languedoc-Roussillon, des ateliers pouvant être aux mains des indigènes dès le VIe s.

  • 1 Au début des années 1980, C. Arcelin-Pradelle a mis au jour, au Mourre de Sève (Sorgues, Vaucluse), (...)

30Pour la vaisselle tournée, les seuls ateliers mis au jour jusqu’ici sont situés en Biterrois 1 : deux (dont un fouillé) à Béziers (fig. 299, 1 ; Ugolini, Olive 1988), à la périphérie de la ville du VIe s., et deux autres dans l’arrière-pays (Mas de Pascal, Aspiran, Hérault ; A. Pezin, dans Demoule 2004, p. 115, ici fig. 299, 2). La comparaison entre ces structures permet quelques remarques.

31• Le four fouillé à Béziers a fonctionné vers 500-475 av. J.-C. Il était d’un type habituel dans le monde grec, tant pour ses mesures (ø de 1,20 m) que pour ses aménagements, malgré la destruction ancienne de l’alandier et de la fosse d’alimentation qui nous prive d’un certain nombre d’observations. Creusé dans le substrat sur un profondeur d’une cinquantaine de centimètres, il avait un pilier central formé de 4 adobes (trois de chant et une posée à l’horizontale). Chambre de chauffe et pilier étaient enduit d’un épais revêtement composé d’argile et dégraissants divers (graviers, sable…). La sole était amovible, ce qui est une originalité. De forme carrée et très épaisse (10-12 cm), elle était moulée et perforée. Juste posée sur le pilier central, elle laissait des espaces vides sur les côtés qui étaient obturés par des éléments en demi-cercle façonnés à la dimension voulue. La coupole (sans doute en matériaux périssables) reposait ainsi sur ces pièces en demi-cercle et, à la fin de chaque cuisson, elle pouvait être enlevée facilement sans endommager la sole. En cas de besoin, la sole pouvait aussi être remplacée sans abîmer la structure du four.

32• Les deux fours du Mas de Pascal étaient isolés dans la campagne mais dans une zone favorable à l’activité des potiers. Bien que de conception fondamentalement similaire à celle du four de Béziers, ils étaient réalisés différemment. Plus grands (ø 1,50/1,60 m) et plus profonds (env. 0,80/1 m), les chambres de chauffe étaient creusées dans le substrat et avaient des bords surmontant légèrement, en forme de silo. Les supports centraux des soles étaient des piliers formés de deux rangées de briques crues très allongées et étroites. Les soles percées, relativement peu épaisses (fragments visibles sur la fig. 299, 2), étaient rondes et reposaient sur les bords des chambres de chauffe ainsi que sur les piliers centraux. Chambres de chauffe et piliers étaient enduits d’un revêtement argileux peu adhérent et peu durci par la chaleur. L’alandier était aménagé par des pierres dont l’une (large et plate) devait servir de porte (pour fermer la chambre de chauffe) ou de linteau entre les deux parois de l’alandier. La fosse d’alimentation était petite, étroite et profonde.

Fig. 299. Fours de potier.

Fig. 299. Fours de potier.

1- Béziers, Place de la Madeleine, four de potier, vers 500-475 av. J.-C. (dessins C. Olive) ; 2- Mas de Pascal (Aspiran, Hérault), four de potier pour la cuisson de céramique grise monochrome, vers 500 av. J.-C. (d’après A. Pezin dans Demoule 2004, p. 115, fig. à gauche).

33Ces fours, malgré leur aspect qui – à première vue – les mettrait sur le même plan, n’ont sûrement pas eu la même efficacité. Les mesures de ceux du Mas de Pascal autorisaient la cuisson d’un plus grand nombre de vases en une seule fournée, ce qui peut paraître plus économique. En réalité, la profondeur et la largeur des chambres de chauffe demandaient une grande quantité de bois et de braises pour obtenir la température voulue (au minimum 600° ?). L’objectif devait être difficile à atteindre si l’on en juge par la minuscule et incommode fosse d’alimentation, qui n’était accessible que par le haut (et non par l’avant comme on l’observe habituellement). De surcroît, la forme de ces fours fragilisait la sole, qui reposait sur des bords peu solides et sur un pilier trop étroit. D’ailleurs, ces fours n’ont fonctionné que pendant une période courte et, vraisemblablement, l’un après l’autre, comme le laisse supposer l’état du revêtement des chambres de chauffe, ainsi que l’environnement de l’atelier.

34En d’autres termes, il est difficile de croire que les structures de cuisson du Mas de Pascal et de Béziers ont été construites par des artisans ayant acquis la même expérience. Ainsi, l’exemple biterrois renvoie au savoir-faire grec, alors que les deux autres exemples sont la reproduction d’une technique vue, mais non parfaitement comprise et maîtrisée.

Les ateliers à amphores

35Marseille est la seule ville en Gaule à avoir produit des amphores. Les ateliers mis au jour dans la cité phocéenne justement les concernent, et accessoirement les mortiers de cuisine, réalisés avec la même pâte que les amphores.

36Trois sites marseillais, tous à la périphérie de l’habitat qui leur était contemporain, ont fourni des indications sur ces activités.

  • Un four pour la cuisson des amphores non micacées, mal conservé, a été découvert anciennement sous l’ancienne Rue Négrel (Rothé, Tréziny 2005, 395-396, fig. 378). Il a fonctionné avant 520-510 av. J.-C.

  • Un (ou des) four(s), dont on n’a recueilli que des fragments de parois, se trouvai(en)t sous l’avenue Vaudoyer. Il(s) a (ont) cuit des amphores micacées et des mortiers entre 500 et la fin du V e s. av. J.-C. (Rothé, Tréziny 2005, 424-425).

  • Rue Leca, une activité qui a perduré plus d’un siècle a pu être bien appréhendée. Le premier four (construit vers 480-450 av. J.-C., phase I) n’a pas été retrouvé car en périphérie de la zone fouillée. Entre 450 et 400 av. J.-C. (phase II), est bâti un grand four (ø 4,4 m), qui a subi des réaménagements au cours du temps. Il a produit des amphores micacées et des mortiers (Rothé, Tréziny 2005, 470-472, fig. 518-522 ; ici fig. 300, 1-3). Ce four est ensuite remplacé par un autre (phase III : 400-375 av. J.-C.), mal conservé, qui a également cuit des amphores. Le four de la rue Leca, dans son état de la deuxième moitié du V e s. av. J.-C. (état b1), bien qu’arasé sous le niveau de la sole, illustre parfaitement la technicité des potiers marseillais qui ont creusé dans la substrat, et renforcé par un bâti en adobes et par un deuxième chemisage (fig. 300, 3), une grande chambre de chauffe à couloir central et conduits secondaires perpendiculaires pour la distribution de l’air chaud. Des arcs (au moins 5) en plein cintre (ou à encorbellement ?) en adobes soutenaient la sole (disparue). Une réfection postérieure (état b2) a subdivisé le couloir central en deux parties par la construction d’un muret axial qui a remplacé le système à arceaux tout en réutilisant les conduits secondaires.

37Tout à fait conforme aux standards grecs, ce four est quasiment unique en Gaule. Il ne peut être comparé qu’à un four utilisé pour les pithoi mis au jour à Béziers, qui est plus ancien et/ou contemporain de celui de Marseille.

Un atelier pour la production des pithoi

38Un four de potier a été mis au jour à 3 km du centre de la ville ancienne de Béziers, dans un lieu particulièrement favorable : proche d’un ruisseau pérenne et d’une forêt, sur des terres alluviales argileuses, offrant tous les sables et graviers utiles pour la composition de la pâte des vases et au bord d’une ancienne voie reliant Béziers à l’important établissement de La Monédière de Bessan (Olive et al. 2009). Difficile à dater précisément mais ayant fonctionné entre la fin du VIe s. et la première moitié du IV e s. av. J.-C., il a servi à la cuisson des pithoi, qui sont les seuls récipients dont on trouve de très nombreux fragments surcuits et sous-cuits.

39Le four (fig. 300, 4-6) était arasé juste sous le niveau de la sole, très épaisse (15/16 cm) et perforée de trous, qui devait être ronde et dont des fragments ont été recueillis dans le comblement. La grande chambre de chauffe de forme sub-circulaire (ø intérieur moyen : 2,65 m) était creusée dans le substrat argileux sur 0,84 m de profondeur. Elle communiquait avec la fosse d’alimentation (surcreusée également) par un alandier renforcé par des blocs de calcaire. Dans la chambre de chauffe, un muret central en adobes (mesures des adobes : 0,45/0,46 x 0,38/0,39 x 0,07/0,075 m) partageait l’espace en deux et se terminait aux deux extrémités par de fausses voûtes (réalisées en encorbellement) appuyées, l’une, sur la paroi du fond et, l’autre, sur l’alandier. Sur les côtés, deux piliers en adobes étaient adossés aux parois. Des fausses voûtes les reliaient au muret central. Ce très puissant dispositif assurait, d’une part, le soutien d’une sole qui était très lourde et qui devait porter un chargement encore plus lourd, et, d’autre part, la circulation de l’air chaud. Chambre de chauffe, muret central et piliers latéraux étaient enduits d’un épais revêtement argileux qui a été refait et réparé plusieurs fois, prouvant que le four a été en activité “longtemps”. La fosse d’alimentation, de forme elliptique, était longue de 2,75 m et large moyennement de 1,65 m. Elle était encadrée par des poteaux dont la disposition indique l’existence d’un bâti en matériaux périssables de retenue des terres environnantes au bord de l’excavation. Les structures aériennes n’ont pas laissé de traces suffisantes pour la détermination du système de couverture du laboratoire, qui reste hypothétique : bâti fixe en adobes ou coupole mobile en matériaux périssables.

Fig. 300. Fours de potier.

Fig. 300. Fours de potier.

1-3 : Marseille, rue Leca, grand four pour la cuisson des amphores et des mortiers (phase II : 450-400 av. J.-C.). 1 : phase II, état b1 ;
2- phase II, état b2 (d’après Rothé, Tréziny 2005, fig. 519 et 521) ;
3- proposition de restitution (d’après Hermary et Alii 1999, fig. p. 72).
4-6- Béziers, ZAC de La Domitienne, grand four de potier pour la cuisson des pithoi (fin VIe s.-IVe s. av. J.-C.) (clichés et dessins C. Olive).

4- vue de la chambre de chauffe, avec muret/pilier central et piliers latéraux à encorbellement supportant la sole ;
5- muret/pilier central construit en adobes et recouvert d’un épais revêtement argileux ;
6- proposition de restitution du four où 6/7 pithoi de taille moyenne pouvaient être cuits en une même fournée.

40Ce four est, semble-t-il, le premier que l’on met au jour en Méditerranée occidentale pour la cuisson des pithoi. C’est intéressant en soi car cela a permis de revenir sur ces récipients, que l’on a souvent considéré – à tort – comme une banalité, et sur une fabrication qui, contrairement aux idées reçues, est hautement spécialisée. Mais cette découverte montre aussi que la structure a été conçue et bâtie avec le même savoir-faire que le four à amphores de la rue Leca, à Marseille (fig. 300, 1-3), auquel elle est tout à fait comparable.

41De ce dossier, on peut tirer quelques renseignements utiles.

  •  Premièrement, les ateliers identifiés restent fort rares et cela malgré l’explosion des fouilles préventives et les hectares explorés au moins sous forme de diagnostics et malgré un nombre important de sites anciens.

  •  Les ateliers les plus perfectionnés mis au jour jusqu’ici sont localisés à Marseille et à Béziers.

  •  Les fours du Mas de Pascal illustrent un cas de figure différent. Déjà dans l’arrière-pays (à 37 km de Béziers et d’Agde) et isolés dans la campagne, ils ne peuvent être rattachés à aucun site en particulier. Leurs caractéristiques techniques montrent que le principe de la cuisson en four était connu, mais sa reproduction en a été maladroite. Ils témoignent vraisemblablement d’une activité due à des artisans indigènes. Leurs produits, des vases gris monochromes exclusivement (plus faciles à cuire que d’autres catégories céramiques), indiquent d’ailleurs aussi que la technique permettant d’obtenir un vase tourné n’était pas complètement acquise : si le tournage était plutôt bien réalisé, la pâte était de qualité médiocre. N’intégrant pratiquement aucun dégraissant à part quelques brindille de paille, elle manquait de cohésion et avait une consistance plâtreuse, ce qui peut traduire un malaxage insuffisant voire une préparation trop rapide de l’argile (observations et étude du mobilier de D. Ugolini).

Vaisselle et utilisation des vases

42Malgré les importations et les productions avérées ou supposées de céramique tournée distribuées le long de notre côte par le commerce, les vases traditionnels non tournés ne disparaissent pas pour autant de la vaisselle de la plupart des sites méridionaux et c’est donc principalement par les échanges que s’enrichit la vaisselle des indigènes. Il reste que la proportion de vases tournés utilisés n’est pas la même sur tous les sites et l’on observe des différences notables tant sur le plan de l’utilisation que sur celui du choix des formes.

43Le facteur “temps” est, dans ce contexte, déterminant car il est évident que tout tend à s’estomper au fur et à mesure que les décennies passent. Au VIe s., l’identification des Grecs sur un site donné ne se heurte qu’à quelques difficultés mineures. Deux siècles plus tard, l’inévitable dilution des traits culturels discriminants, autant grecs qu’indigènes, rend l’approche plus complexe. Il ne suffit plus alors, et pour s’en tenir au domaine de la vaisselle, de pointer la céramique non tournée ou d’isoler une forme de vase. Malgré tout, peut-être à cause d’une forme de résistance ou de conservatisme des indigènes, la vaisselle laisse toujours percer des différences qui sont bien utiles dans le cadre de nos recherches.

44Les exemples qui suivent concernent des sites occupés au IV e s. av. J.-C. dont le mobilier provient de fouilles stratigraphiques permettant le décompte par nombre de vases (calculé d’après le nombre de bords, soit 1 bord = 1 vase).

Vaisselle et classes de production

45L’étude de la vaisselle utilisée dans le Midi permet de mettre en évidence des faciès régionaux (Ugolini, Pezin 1993), où certains semblent plus grecs que d’autres (Bats 1988 ; 1992 ; Ugolini et al. 1991 ; Olive, Ugolini 1997 ; Ugolini 2001 b), et permet aussi une approche des habitudes locales (Ugolini 2000). Aussi, s’il faut tenir compte des modes de vie, la capacité d’achat, la proximité des marchés et le réseau distributeur comptent tout autant dans les différences que l’on constate d’un site à l’autre. Malgré tout, certaines caractéristiques semblent relativement stables.

  • 2 Les graphiques ont été réalisés à partir des données rassemblées dans Barruol, Py 1978 pour L’Argen (...)

46Premièrement, les classes céramiques ne se répartissent pas de la même manière et on voit apparaître deux “blocs” bien distincts que la présentation par ordre géographique d’est en ouest fait ressortir (fig. 301) 2.

Fig. 301. Classes de production et vaisselle au IVe s. av. J.-C. en Languedoc (d’est en ouest), en pourcentage du nombre minimum de vases : L’Argentière (Espeyran, Saint-Gilles-du-Gard, Gard), Le Caïlar (Gard), Lattes (Hérault), Agde (Hérault), Béziers (Hérault) et Montlaurès (Narbonne, Aude).

Fig. 301. Classes de production et vaisselle au IVe s. av. J.-C. en Languedoc (d’est en ouest), en pourcentage du nombre minimum de vases : L’Argentière (Espeyran, Saint-Gilles-du-Gard, Gard), Le Caïlar (Gard), Lattes (Hérault), Agde (Hérault), Béziers (Hérault) et Montlaurès (Narbonne, Aude).

Abréviations : ATT = attique (à vernis noir ou figurée) ; PS-AT = pseudo-attique de production massaliète ; ETR-P = céramique étrusque à vernis noir peinte ; autreVN = autre céramique à vernis noir, essentiellement italique ; GM = grise monochrome (essentiellement de production biterroise pour les sites occidentaux) ; autreGR = autre céramique grise ; CELT = céramique celtique à pâte grise ; COT-CAT = céramique à pâte grise des ateliers du nord-est catalan ; PCL-MAS = céramique à pâte claire de production massaliète ; PCL-BEZ = céramique à pâte claire produite à Béziers ; IB/I-L = céramique ibérique et ‘ibéro-languedocienne’ ; autrePCL = céramique à pâte claire de prodution indéterminée (punique principalement) ; COM-ETR = céramique commune (à feu) étrusque ; COM-PUN = céramique commune de production punique ; M = Mortiers (principalement massaliètes en Languedoc oriental et massaliètes et biterrois en Languedoc oriental) ; CCT-BEZ = céramique de cuisine (à feu) tournée produite à Béziers ; CCT-LOR = céramique de cuisine (à feu) tournée du Languedoc oriental ; CCT-IT/GR = céramique de cuisine (à feu) tournée de production italo-grecque ou punique ; CCT-autre = céramique de cuisine (à feu) tournée de production indéterminée ; CNT-Berre = céramique non tournée produite autour de l'étang de Berre ; CNT = céramique non tournée.

47• Les sites du Languedoc oriental (L’Argentière, Le Caïlar et Lattes) montrent un faciès en tous points analogue. Il se définit principalement par un nombre limité des classes céramiques en usage, où dominent la non tournée (plus de 50 % des vases à Lattes et au Caïlar) et la massaliète à pâte claire (près de 30 % des vases sur les deux sites). À L’Argentière, le taux de non tournée est plus bas (un peu moins de 20 %), ce qui a été mis en regard de l’abondance de céramique massaliète (près de 60 %) et vu comme un argument en faveur de la grécité du site. On peut toutefois penser qu’il s’agit d’une simple anomalie due au hasard des sondages (ou à la non conservation de la céramique non tournée, qui a pu “fondre” à cause de la nature du terrain), car en fin de compte le schéma reste similaire à celui des deux autres sites. En fait, c’est le taux anormalement bas de non tournée qui produit mécaniquement la montée des vases clairs.

48Aucune production locale ou «  micro-régionale » n’émerge dans ce groupe de sites. Même la dénommée CCT-LOR (“céramique commune tournée du Languedoc oriental” selon la définition du Dicocer, que l’on suppose produite dans cette aire géographique), qui est une céramique à feu, totalise à peine près de 10 % au Caïlar, beaucoup moins à Lattes et est absente de L’Argentière. Autrement dit, le déficit de non tournée de L’Argentière (qui affiche un taux insuffisant même pour les besoins culinaires) n’est pas compensé par d’autres vases à feu, ce qui conforte l’idée d’un épiphénomène.

49Par ailleurs, on mettra sur le compte de l’étendue et de l’ampleur des fouilles entreprises à Lattes depuis bientôt 30 ans, qui sont sans comparaisons dans le Midi et qui donnent plus de chance aux classes rares d’être repérées tôt ou tard, l’apparition de produits importés non signalés sur les deux autres sites mais dont l’occurrence reste très faible.

50• Les sites du Languedoc occidental (Agde, Béziers et Montlaurès) témoignent aussi d’un faciès similaire entre eux et Agde est clairement insérée dans ce bloc, qui est tout autre que celui du Languedoc oriental. Ici, les classes céramiques sont plus nombreuses, ce qui montre une plus grande ouverture des échanges. Toutefois, les proportions respectives ne sont pas les mêmes. Béziers ayant été un centre producteur, ses vases (en céramique grise monochrome, à pâte claire, culinaire et mortiers) sont omniprésents forcément à Béziers même, mais aussi dans cette aire géographique.

51La céramique non tournée est moins représentée qu’en Languedoc oriental : Montlaurès, capitale indigène, est le site qui en restitue le plus (environ 35 % des vases) et Béziers celui qui en restitue le moins (environ 5 % des vases), Agde se situe ainsi entre les deux, avec environ 12 % des vases, ce qui est peu. Parallèlement, c’est à Béziers et à Agde que la vaisselle culinaire tournée biterroise est la plus abondante (Ugolini 2001 b), comme les vases à pâte claire (en général), ainsi que les mortiers. On notera aussi que la céramique à pâte claire massaliète est plus abondante à Agde qu’à Béziers : on touche sans doute là aux limites des capacités de production de Béziers, qui connaît dans la seconde moitié du IV e s. un déclin progressif qui se soldera par son abandon. Il fallait donc compenser. Enfin, la céramique culinaire italo-grecque affiche ses proportions les plus élevées de la région à Agde et à Béziers.

52• Étonnamment, les taux les plus stables sont ceux de la céramique attique, qui se situent globalement entre 5 et 8 % des vases, de L’Argentière à Montlaurès, signe évident d’un commerce d’égale ampleur pour tous, y compris à Marseille même. D’un autre côté, la pseudo-attique massaliète a été vendue principalement en Languedoc oriental (près de 5 % des vases), alors que le taux d’Agde (± 2,5 %) est à peu près le même que celui de Béziers.

53En définitive, les sites du Languedoc oriental (et de la Provence) témoignent – me semble-t-il – surtout de leur dépendance stricte d’un unique réseau, le massaliète, qui y distribuait en masse ses produits principaux (vin/amphores, vaisselle et quelques autres d’accompagnements). En Languedoc occidental, le marché était plus ouvert, sans doute parce qu’il y avait un port et parce que les Grecs n’étaient pas les seuls à le fréquenter. Et, dans ce contexte, Béziers constitue un cas bien particulier.

Classes de production et fonction des vases

54Il s’agit d’une problématique complexe, difficile à aborder, inépuisable et sur laquelle il faudra sans doute revenir (Bats 1988 ; 1992 ; 1993 ; Ugolini et al. 1991 ; Olive, Ugolini 1997 ; Ugolini 2000 ; 2001 b). On ne donnera ici que deux exemples reflétant deux situations du IV e s. différentes mais géographiquement proches (25 Km) : Béziers, site où l’on suppose un peuplement grec, et Montlaurès, établissement indigène de premier plan. Les graphiques de la fig. 302 ont été réalisés à partir de comptages sur le nombre minimum de vases calculé d’après le nombre de bords.

Fig. 302. Vaisselle et fonction des vases.

Fig. 302. Vaisselle et fonction des vases.

A- Répartition de la vaisselle selon la fonction à Montlaurès et à Béziers durant le IVe s. av. J.-C. B : Fonctions de la vaisselle (manger, boire, servir à boire et cuire) et classes céramiques au IVe s. av. J.-C. à Montlaurès et à Béziers et la fonction cuire à Agde. Pour les abréviations, se reporter à la légende de la fig. 7.

55Les catégories fonctionnelles retenues sont les plus courantes : boire, servir la boisson, manger, cuire, présenter, préparer, petite réserve. Dans les grands vases, on trouve des formes impossibles à départager entre la petite réserve (jarres et autres grands vases dont la forme ne permet pas une attribution fonctionnelle sûre) et le service de la boisson (cratères) ; de même, les divers comprennent des formes de petite taille probablement dévolues à la présentation de sel, huile et autres condiments, ainsi que des vases dont les bords ne peuvent être attribués à une forme précise. D’une manière générale, s’il y a lieu, les erreurs d’identification fonctionnelle se répercuteront sur les deux sites, ce qui laisse toute leur validité aux propositions illustrées par les graphiques.

  •  Dans la fonction boire sont regroupées toutes les formes qui peuvent s’y rapporter : coupes à bord droit ou légèrement tourné vers l’extérieur (avec ou sans anses), canthares, skyphoi, gobelets, petits bols…

  • Sous servir à boire sont rangées toutes sortes de cruches de taille moyenne ou grande (à bords droits ou tourmentés, à marli, à embouchure ronde ou tréflée…), ainsi que les petites amphores de table et les cratères.

  • La fonction manger compte des vases comme les plats, plats à marli, grands bols à bords fortement rentrants, coupes mono-ansées (à bord épaissi, droit ou biseauté).

  • Dans la fonction cuire sont regroupées les urnes, les marmites et autres (tournées ou non tournées).

    • 3 Bats 1992, 286 classe les jattes parmi les «  vases de préparation (pour mélanger, pétrir et tritur (...)

    Les vases recensés dans la fonction présenter sont essentiellement des jattes 3 ; alors que la fonction préparer concerne les mortiers.

  • Dans la petite réserve on trouve des vases comme les jarres et les urnes – tournées ou non tournées – de grande ou très grande taille, à l’exclusion des pithoi, qui ne font pas partie de la vaisselle.

56La fig. 302-A permet de saisir que c’est dans les fonctions boire, préparer et petite réserve que l’on observe les principales différences. Il est utile de préciser qu’à Montlaurès les formes liées au service à boire augmentent avec le temps (voir Ugolini 2000, fig. 7-16), ce qu’il faut probablement interpréter comme un phénomène d’adaptation à la nouvelle ambiance culturelle. Quant à la fonction présenter, qui concerne les jattes et autres grands plats, elle n’est attestée qu’à Montlaurès, alors que l’utilisation des mortiers (préparer) est plus développée à Béziers, qui d’ailleurs en a produit (Gomez 2000). Quant à la petite réserve, elle est deux fois plus importante à Montlaurès qu’à Béziers, sans doute parce que ce besoin est moindre dans un contexte urbain, où l’approvisionnement est constant et quasiment immédiat.

57Si l’on examine comment, dans chaque fonction, se répartissent les classes céramiques, on voit apparaître d’autres différences (fig. 302-B). Ainsi, à Montlaurès on absorbe la nourriture dans des vases appartenant surtout à la grise monochrome, à la claire biterroise et à la non tournée, alors que le service de Béziers ne comporte que des vases gris monochromes et à pâte claire. Les vases du service de la boisson sont ceux qui présentent les plus grandes analogies, tandis que la fonction cuire donne des images quasiment inversées d’un site à l’autre. Il est alors forcément significatif qu’Agde soit si proche de Béziers pour la même fonction (Ugolini 2001 b).

58Au fur et à mesure que le temps passe, on le voit, les choses s’entremêlent, mais les habitudes perdurent et l’examen détaillé des formes utilisées est tout aussi instructif, d’une part parce qu’il est invraisemblable que tous les sites aient produit de la vaisselle tournée, même au IV e s., et, d’autre part, parce que ceux qui en ont sûrement fabriqué n’ont pas fourni les mêmes vases. Par exemple, il semble acquis que Marseille n’a pas produit de céramique à feu et a toujours été dépendante du marché (ollae étrusques, non tournée, vases culinaires grecs, italo-grecs…). Quant à Béziers, il y manque les amphores, alors qu’il est plus que vraisemblable que ses campagnes ont produit du vin très tôt (consommé dans la région ? ou conditionné dans des amphores de Marseille ?) et il y manque aussi une production de vases à vernis noir.

Des pithoi dans les maisons

59Parallèlement à la vaisselle tournée, d’autres récipients spécialisés, les amphores et les pithoi, inconnus avant la colonisation grecque, sont devenus de plus en plus courants. Si les amphores ont suscité beaucoup de travaux, les pithoï anciens n’ont pas fait l’objet d’une grande attention jusqu’à date récente. La découverte du four de potier de Béziers (voir ci-dessus), qui en a produit, a été l’occasion de revenir sur ces grands récipients (Ratsimba 2002 et 2005).

60On a pu ainsi se rendre compte de l’existence de deux grandes familles de production qui se partagent la côte gauloise (fig. 303).

Fig.303. Les pithoi en Gaule méridionale selon les deux principaux types de pâtes. A- à pâte beige ; B- à pâte rouge.

Fig.303. Les pithoi en Gaule méridionale selon les deux principaux types de pâtes. A- à pâte beige ; B- à pâte rouge.

61• Les pithoi massaliètes et provençaux (fig. 303-A) forment un ensemble composé d’au moins deux groupes distincts qui s’identifient assez facilement par la pâte beige rosé et le dégraissant. La distribution concerne les côtes à l’est du Rhône, jusque dans le Var.

62• En Languedoc-Roussillon, de la rive droite du Rhône jusqu’aux Pyrénées (fig. 303-B), les pithoi ont une pâte de couleur rouge-brun et des compositions du dégraissant qui permettent de distinguer plusieurs groupes/ateliers : l’un ( ?) voit ses produits distribués dans le Gard et les plaines montpelliéraines ; 2) trois productions sont ou peuvent être biterroises ; 3) un autre groupe, d’apparition plus récente (après 350 av. J.-C.), est à situer dans l’Aude ; 4) un dernier groupe était actif sur la côte du Roussillon.

63• Il reste a déterminer si dans la basse vallée du Rhône (zone d’Arles et Alpilles) ont existé d’autres ateliers ou si, ici, se croisent produits provençaux et produits languedociens.

64Les pithoi ont parfois voyagé loin des ateliers dont ils sont issus, ce qui montre qu’ils ont fait l’objet d’un commerce. À Béziers, on trouve des pièces massaliètes ou provençales et aussi des exemplaires qui sont plutôt courants en Languedoc oriental (Ratsimba 2002). À Pech Maho a été mis au jour un fragment portant un nom grec incisé (EUS[T]RATID… : Untermann 1980, p. 326) qui peut signaler une pièce massaliète ou provençale. La diffusion des pithoi biterrois présentant la pâte caractéristique de l’atelier décrit ci-dessus (ou d’autres ateliers locaux utilisant la même pâte) est la seule que l’on puisse aborder en connaissant le lieu exact de production, mais pour l’exhaustivité il faudrait examiner les pithoi de tous les sites connus. Un premier aperçu, appuyé sur du mobilier réellement vu, permet de dire que ces produits ont été distribués entre la basse vallée de l’Aude et la basse vallée de l’Hérault, sur une distance minimum, à partir de Béziers, de 30 Km (Olive et al. 2009). Cela conforte l’idée que le pithos faisait partie des produits que l’on échangeait. Et il coûtait sûrement cher car il était techniquement difficile à faire (difficulté devenue proverbiale : Hésychius s. v. pithos ; Pollux VII, 163), demandait une quantité importante de matières premières (eau, argile, dégraissants, bois) et son transport n’était pas aisé. L’achat était donc dicté par un besoin spécifique, mais il pouvait aussi être offert en cadeau.

65À Marseille, point de départ du pithos en Gaule, le nombre de pièces attestées n’est pas très élevé (autour de ± 1 % du total des vases). Certains exemplaires étaient poissés : ils étaient donc au moins en partie employés pour la vinification. À Béziers, le nombre est plus important : entre 2 et 3 % des vases. Ici aussi ont été relevées des traces de résine et donc ces pithoi étaient aussi au moins partiellement réservés à la vinification. On soulignera que seulement Marseille et Béziers ont livré des spécimens ‘anciens’ de très grande taille (diamètre de l’embouchure supérieur à 65 cm) (Ratsimba 2005, fig. 26-27).

66En milieu indigène, jusque vers 400 av. J.-C., les pithoi (en pâte rouge ou beige, selon les aires géographiques) sont rares : par exemple, à Lattes, l’augmentation concerne la première moitié du IV e s. et le nombre de fragments ne dépasse pas 5 % du nombre total des fragments (et non des vases) (Py 2001, 1063). Parmi les exemplaires plus ou moins entiers mis au jour sur les sites indigènes, environ la moitié avaient une contenance inférieure à 75 litres (Ratsimba 2005, 37 et 51, fig. 16-19). En d’autres termes, ces récipients y étaient généralement peu nombreux et aussi plutôt petits.

67Les pithoi n’étant pas attestés en Ibérie avant la romanisation (même à Emporion et Rhodè), leur présence caractérise le Midi de la Gaule, où elle témoigne de l’adoption d’un nouveau récipient à liquides performant qui pouvait s’adapter à bien des usages, ce qu’on doit à une implantation grecque importante qui a stimulé l’apparition d’ateliers spécialisés dont les plus anciens sont ceux de Marseille et de Béziers.

Des terres cuites sur les toits

68Dans le domaine de la construction, l’utilisation des tuiles pour la couverture des toits est inconnue en Gaule avant la colonisation grecque et elle est y restée exceptionnelle avant la romanisation.

69Deux sites seulement en ont fait un usage régulier, bien que sûrement non systématique, et cela très tôt : Marseille dès le VIe s. et Béziers dès au moins la première moitié du V e s. (fig. 304). Pour chacun de ces deux sites on a des productions suffisamment individualisées pour que l’existence d’ateliers distincts soit assurée (on se reportera à la contribution de C.-A de Chazelles, supra, p. 309-318).

Fig. 304. Béziers. 1- fragments de tuiles plates et courbes, vers 400 av. J.-C. (dessins C. Olive) ; 2- clous de charpente en fer, Ve-IVe s. av. J.-C. (dessins J. Noël).

Fig. 304. Béziers. 1- fragments de tuiles plates et courbes, vers 400 av. J.-C. (dessins C. Olive) ; 2- clous de charpente en fer, Ve-IVe s. av. J.-C. (dessins J. Noël).

70Aucun site indigène du Midi n’a produit ni employé les tuiles jusqu’au IIe s. av. J.-C. Il est plus surprenant de constater que Olbia ou Agde n’en ont pas employées non plus. Il faut en conclure que si la présence des Grecs est une condition indispensable pour l’utilisation précoce de la tuile, elle n’est pas la seule. L’autre critère nécessaire et complémentaire est manifestement celui du contexte, qui est urbain dans les deux cas connus. Cela se comprend si l’on tient compte que seulement une ville aux nombreuses maisons (parmi lesquelles certaines devaient être grandes et avoir des toitures complexes) et comportant des édifices publics pouvait générer une demande suffisante pour déclencher la mise en place d’ateliers dédiés. Le coût de production suffit sans doute à justifier une telle situation. La difficulté du transport de ces objets lourds et encombrants devait être rédhibitoire pour la majorité des sites, même grecs, où des couvertures en terre (ou chaume), moins onéreuses, représentaient une solution adaptée au climat et satisfaisante, comme elle l’a d’ailleurs été à Marseille même (Vitruve, De Archit., II, 1, 5).

Des terres cuites décorées

71Les terres cuites décorées, si courantes dans le monde grec, sont très rares dans le Midi. Les exemples disponibles se partagent nettement en deux : ceux qui se rapportent au monde indigène et ceux qui se rapportent au monde grec.

Les foyers décorés et les chenets

72Les foyers décorés et les chenets représentent quasiment l’unique manifestation artistique attestée dans les maisons que l’on puisse attribuer au monde indigène méridional au cours de ces siècles.

73Les foyers décorés sont constitués d’une chape d’argile lissée de forme quadrangulaire (moyennement 50 cm de côté) recouvrant un radier (de pierres ou tessons) disposé dans un léger creusement. Ils sont comparables aux autres foyers, mais ils sont toujours en position centrale dans la pièce à vivre où ils se trouvent (Roux, Raux 1996 ; Raux 1999, 455-457). Sur leur périphérie (la partie centrale restant le plus souvent lisse) ils portent des ornements géométriques obtenus par incision ou excision sur la pâte encore fraîche (fig. 305, 1-5). Les motifs, déjà présents sur la céramique du Bronze final ou du premier Âge du fer, appartiennent au fonds indigène et sont récurrents : principalement lignes, triangles, biscèles, chevrons, losanges, svastikas, grecques, méandres. Des frises de cercles estampés sont plus rares.

74On trouve ces foyers depuis les Pyrénées jusqu’à Olbia, entre le Bronze final III et le Ier s. av. J.-C. C’est dans l’aire rhodanienne, entre La Roque (Fabrègues, Hérault) et Saint-Blaise (Saint-Mithre-les-remparts, Bouches-du-Rhône : Chausserie-Laprée 2005, p. 167, fig. en haut, V e s. av. J.-C.) qu’ils sont nombreux et anciens. Le floruit se situe entre le début du IV e s. et la fin du IIIe s. av. J.-C. Les foyers décorés découverts au-delà de cette zone géographique sont les plus récents (IIe-Ier s. av. J.-C.) et apparaissent lorsqu’ils ne sont pratiquement plus en vogue dans la zone rhodanienne et en Languedoc oriental.

75Les chenets en terre cuite apparaissent au début du V e s. et se raréfient à partir de la fin du IIIe s. av. J.-C., mais c’est entre le début du IV e s. et la deuxième moitié du IIIe s. qu’ils ont connu leur meilleur moment. Ce sont des objets domestiques courants, modelés en argile et cuits, qui servaient dans le cadre de l’utilisation du foyer, soit pour l’appui des broches soit pour celui des bûches. Ils présentent un corps massif et allongé, fréquemment décoré de motifs géométriques (les mêmes que pour les foyers décorés), avec une extrémité redressée reproduisant le plus souvent une tête d’animal, parfois très stylisée (surtout bélier et cheval : fig. 305, 6-9).

Fig. 305. Foyers décorés et chenets du Languedoc oriental.

Fig. 305. Foyers décorés et chenets du Languedoc oriental.

1-5 : Foyers décorés. 1- La Roque (Hérault), vers 400-325 ;
2- Roque de Viou (Gard), vers 325-300 av. J.-C. ; 3- Le Marduel (Gard), vers 300 av. J.-C. ; 4- Lattes (Hérault), vers 375-325 av. J.-C. ;
5- Lattes (Hérault), vers 350-325 av. J.-C.
6-9 : Chenets en terre cuite de Lattes. 6- vers 375-325 av. J.-C. ;
7- vers 325-275 av. J.-C. ; 8- vers 375-300 av. J.-C. ; 9- 250-225 av. J.-C.
(Image composée d’après Roux, Raux 1996, fig. 15,2 ; 22 ; 25 ; 33 et d’après Feugère 1992, fig. 10, 11, 13 et 15).

76L’aire de distribution est large : de Ruscino (Perpignan, Pyrénées-Orientales) jusqu’à la rive gauche du Rhône, du Pègue (Drôme) à la vallée de la Durance (Feugère 1992, fig. 18 ; Raux 1999, 448-455 ; Py, Roure 2002). C’est toutefois de La Roque (Fabrègues, Hérault) à L’Argentière que l’on en trouve le plus grand nombre. Les pièces aux marges de la zone principale de diffusion sont les plus récentes.

77Ces documents, on le voit, recouvrent une réalité “indigène”, gauloise (Milan 1981), aucun site grec n’étant touché, sinon Olbia et seulement tardivement. Par contre, L’Argentière, Le Caïlar et Lattes sont au cœur de ces manifestations auxquelles, au début des recherches, on a attribué une valeur symbolique liée au “feu domestique”. Aujourd’hui, notamment grâce aux fouilles extensives de Lattes et aux observations sur un grand nombre d’exemples in situ, on y voit plutôt des aménagements et des outils domestiques réalisés avec un souci esthétique pour l’embellissement des pièces à vivre, sans toutefois pouvoir exclure totalement qu’ils aient pu recouvrir – aussi – des aspects de la vie spirituelle.

Des terres cuites moulées

78Les terres cuites réalisées au moule, si courantes dans le monde grec, sont très rares en Gaule.

79Marseille a restitué des pièces figurées (animaux ou têtes humaines) qui sont des appliques de vases, notamment d’askoi, dont certains sont de production locale et témoignent de la capacité (dès le VIe s.) des Marseillais de produire des terres cuites moulées (pour un aperçu général, voir Tréziny 2000, p. 89-90). Les statuettes et autres terres cuites décorées sont rares et il n’est pas toujours précisé s’il s’agit de produits locaux ou d’importation. La liste qui suit n’est sans doute pas exhaustive (fig. 306).

80Trois statuettes féminines archaïques en terre cuite représentant une femme portant un haut couvre-chef ont été mises au jour. Au moins l’une des trois, de type ionien et archaïque, est importée (Hermary et al. 1999, fig. à p. 63), comme une tête de statuette provenant de fouilles anciennes au Fort Saint-Jean. Des fragments de plinthe d’une statuette archaïque debout ont été découverts à la Bourse et dans la zone du port. Des niveaux des IV e-IIIe s. fouillés dans l’îlot des Pistoles proviennent des éléments de statuettes archaïques en terre cuite (fig. 306, 3) ; une antéfixe en terre cuite à tête de silène (fig. 306, 1) et des bords de périrrhantérion à décor végétal et avec une frise représentant une course de chars réalisée au moule (fig. 306, 2). De la fouille des docks romains provient un fragment de terre cuite architecturale non daté, peut-être d’époque hellénistique (Benoit 1965, pl. 14-5). Un fragment d’une sorte de tablette ou de plaque archaïque, trouvée dans une sépulture d’enfant, représente un sphinx (fig. 306, 4). Une plaque décorative haute de 6 cm représentant un lion dévorant un cervidé a été découverte à la Bourse : elles pourrait être archaïque ou plus récente et est un objet unique à Marseille (Tréziny 2000, p. 90, fig. 7, ici : fig. 306,5).

Fig. 306. Marseille. Terres cuites moulées.

Fig. 306. Marseille. Terres cuites moulées.

1- antéfixe à tête de silène (îlot des Pistoles, IVe-IIIe s. av. J.-C. : d’après Hermary et Alii 1999, p. 74, fig. en haut à gauche) ;
2- bord de périrrhantérion avec frise représentant une course de chars (îlot des Pistoles, IVe-IIIe s. av. J.-C. : d’après Hermary et Alii 1999, p. 74, fig. en haut à droite) ;
3- fragments de statuettes anthropomorphes et zoomorphes (îlot des Pistoles, VIe s. av. J.-C. : d’après Rothé, Tréziny 2005, fig. 564) ;
4- fragment de plaquette de terre cuite représentant l’arrière-train d’un sphinx (Rue du Tapis vert, sarcophage S2, sépulture d’enfant datée vers 500-475 av. J.-C. : d’après Rothé, Tréziny 2005, fig. 815) ; 5- plaque de terre cuite en argile massaliète représentant un lion terrassant un cervidé
(La Bourse, dans un remblai hellénistique, pièce archaïque ? d’après Tréziny 2000, fig. 7).

81Des terres cuites décorées ont été aussi découvertes à Béziers (fig. 307). Elles proviennent de contextes datés de la deuxième moitié du IV e av. J.-C. (niveaux de sol/rue) (fig. 307, 2-5) et, dans un cas (fig. 307, 1), de la première du IIe s. av. J.-C. (étalement des ruines de la ville abandonnée à la fin du IV e s. av. J.-C. pour l’aménagement de la réoccupation du IIe s. av. J.-C. : le fragment y est sûrement résiduel) (Wiégant et al. 2003, p. 14 et 39). Malheureusement retrouvées en petits fragments, l’objet d’origine ne peut être identifié. Il s’agit toutefois de pièces relativement petites et dont la paroi était épaisse de plus de 2 cm (aucune ne conservant l’épaisseur complète) et rougie à cœur, probablement sous l’effet de la cuisson. Elles présentent une pâte claire et un dégraissant de taille moyenne utilisé par les ateliers de Béziers (tuiles, pithoi, mortiers) : elles sont donc de production locale.

82Techniquement, elles se subdivisent en deux groupes sans doute non contemporains.

83Le premier est sans doute le plus ancien (fin VIe-V e s.) (fig. 307, 1-3) et a un décor réalisé par moulage : une grecque, une palmette et un guerrier (ou une rangée de guerriers) portant un casque à cimier, à cheval, dont on distingue le harnachement et les œillères, et dont le style indique une chronologie plus ancienne que le IV e s. : 525-475 av. J.-C. Des traces d’une couverte blanchâtre (peinture ? lait de chaux ?) sont visibles sur le fragment au guerrier et sur celui avec la palmette.

84Le second groupe (fig. 307, 4-5), qui peut appartenir au IV e s., a un décor réalisé par des impressions estampées (sceaux), vraisemblablement organisées en métopes (un guerrier à cheval sous une ligne cordée et motif – palmette ? – derrière le cheval, en bas à gauche ; une frise verticale de quadrupèdes bossus, ou bâtés, séparés par une ligne cordée d’un motif circulaire : une palmette ?). D’autres fragments (non illustrés) préservent des traces de ces lignes cordées.

Fig. 307. Béziers, Terres cuites décorées.

Fig. 307. Béziers, Terres cuites décorées.

Rue de la République 2003. VIe-IVe s. av. J.-C.
1-3- terres cuites moulées ;
4-5- terres cuites à décor estampé (sceaux).
(Clichés C. Olive ; dessin sur l’agrandissement du n° 3 de D. Ugolini).

85L’hypothèse d’autels votifs (arulae) semble adaptée à la taille présumée de l’objet entier (Gomez, Ugolini dans Ugolini, Olive 2006a). Toutefois, il peut également s’agir de plaques de décoration architecturale, comme celles d’époque classique de Forentum (M. Tagliente dans Bottini, Fresa 1991, p. 23, pl. LXXXXIV) qui présentent des traces de peinture blanche et aussi des motifs estampés. Quelle que soit la fonction des objets auxquels appartiennent nos fragments, les décors du premier groupe rappellent indiscutablement des modèles grecs. Quant au second groupe, il n’y a pas de comparaison connue en Gaule pour une telle décoration estampée, bien que des plaques de décor architectural en terre cuite à motifs estampés aient été mises au jour à Sextantio (Substantion, Castelnau-le-Lez, Hérault). Anciennement, on les datait des VIe-V e s. av. J.-C. et on y voyait une influence grecque archaïque (voir en dernier, avec bibliographie antérieure, Vial 2003, fig. 66-67). En réalité, elles appartiennent à une période bien plus récente (Ier s. av. J.-C.), font partie du corpus des plaques dites “Campana” produites en Gaule (Laubenheimer 1998) et n’ont rien en commun avec nos objets biterrois. D’un autre côté, rien ne permet le rapprochement avec les motifs incisés/excisés des foyers et chenets de l’aire rhodanienne. Les deux groupes de terres cuites biterroises représentent ainsi des unica.

Conclusion

86Pour conclure, les traceurs de l’hellénisme concernant la terre cuite sont dispersés sur tout le territoire considéré ici, qui est un espace côtier où la circulation grecque a été intense.

87Le cas le plus commun, mais aussi le plus sous-estimé, est celui des vases tournés qui arrivent d’abord par les échanges, parfois en quantité considérable. Ils témoignent de relations suivies et le niveau de consommation est clairement lié au réseau de distribution, l’essentiel des importations restant sur la côte. Mais, malgré des flux réguliers, l’utilisation des vases n’est pas identique partout. Même deux siècles après l’arrivée des Grecs, des différences persistent dans les comportements.

88Les traces de la production des vases tournés sont particulièrement rares et très localisées, ce que le hasard des fouilles ne suffit plus à expliquer. Marseille et Béziers sont actuellement les deux seuls sites qui ont sûrement développé cette activité et il est cocasse que les nombreuses productions de Béziers soient considérées comme banales. Certes, cela autorise la multiplication des hypothèses de productions sur d’autres sites et masque les centres qui en ont “vraiment produit” au profit de ceux qui en ont “peut-être produit” en mettant finalement tous les sites sur le même plan. Il reste que fabriquer de la céramique tournée est un travail très spécialisé, qui exige des connaissances et de l’expérience. Les productions indigènes ne ressortent pas en dehors de la grise monochrome, une classe qui a connu un réel succès chez les autochtones. Des ateliers ont vu le jour partout, ce que l’on sait de longue date et ce que prouvent les fours du Mas de Pascal et les vestiges du Mourre de Sève. Il s’agit d’un phénomène ancien qui peut ne pas avoir été suivi par des essais sur d’autres classes imitant les céramiques claires grecques ou autres. Hormis Marseille et Béziers, on reste donc sur des hypothèses.

89Certains objets ou “manières de faire” sont cantonnés en un nombre très restreint de sites : tuiles, pesons de tisserand, terres cuites moulées. On ne les rencontre que là où l’impact grec a été très fort. D’autres ont eu une diffusion importante et régulière mais limitée à un espace géographique : foyers décorés et chenets circonscrivent un territoire indigène. D’autres encore, sans devenir habituels partout, ont eu une distribution relativement large mais n’ont été d’un emploi systématique que rarement : c’est le cas des lampes.

90En définitive, la concentration des éléments en terre cuite que l’on peut rapporter à l’influence grecque ne s’observe que sur quelques sites. Il n’est pas étonnant que ces lieux soient ceux où d’autres critères (urbanisme, modes de construction, système économique, territoire etc.) font envisager non seulement des présences grecques mais aussi une occupation assurément urbaine. C’est sans doute à cause d’une vie citadine réduite que l’hellénisme des sites grecs de taille modeste ressort peu de ce point de vue, bon nombre de ces objets en terre cuite n’y étant pas nécessaires. La vaisselle est alors presque le seul traceur disponible.

91Marseille reste la référence pour la grécité du Midi, mais il faut reconnaître qu’il se produit quelque chose de particulier en Languedoc occidental dans la zone de Béziers/Agde (Ugolini et al. 1991 ; Ugolini à paraître). Les aires massaliète et agatho-biterroise constituent des sortes de bulles au cœur du monde indigène et on perçoit des dynamiques fortes autour de ces deux pôles.

92Ce bilan met l’accent aussi sur le fait qu’ils étaient séparés par un espace indigène qu’il fallait traverser par terre ou par mer, ne serait-ce que pour les besoins du commerce. En fait, c’était un domaine réservé, un monopole, où principalement Marseille mais aussi Béziers (dont les produits sont rarement signalés dans les publications en tant que tels mais qui y ont néanmoins été vendus) écoulaient leurs marchandises. Cela explique que les sites indigènes de ce littoral donnent l’impression d’être plus hellénisés que ceux de l’arrière-pays, mais n’étant pas ouverts du point de vue commercial, l’idée de “relais” sur une voie semble plus conforme à la réalité.

93Cette entité indigène intermédiaire a dû être ressentie comme menaçante pour le négoce grec comme pour la sécurité des hommes. Un passage de Strabon (IV-1, 5-6) indique justement qu’Agde était un rempart contre les indigènes de la vallée du Rhône. Elle protégeait et servait donc un espace économique que les Grecs avaient développé au-delà de ce qui était, pour les Anciens, le système rhodanien (Ugolini, Olive 2007).

94À l’ouest, les marchandises transitaient par Agde et c’est à la présence du port et aux dynamiques induites que l’on doit la diversité des biens parvenus en Languedoc occidental, tant chez les Grecs que chez les indigènes (Ugolini, Olive, 2004 et 2006 b), même si tous n’en ont pas reçu les mêmes quantités ni fait les mêmes usages.

Bibliographie

Barruol, Py 1978 : BARRUOL (G.) et PY (M.) – Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles du Gard. R.A.N. 11, 1978, pp.  19-100.

Bats 1988 : BATS (M.) – Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, éd. du CNRS, 1988, p. 271, pl. 72 (Suppl. 18 à la Revue Archéol. de Narbonnaise).

Bats 1992 : BATS (M.) – Vaisselle et alimentation à Lattes. Les préparations culinaires. Dans (M. Py dir.), Recherches sur l’économie vivrière des Lattarenses. Lattes, éd. ARALO, 1992, pp.  287-289 (Lattara 5).

Bats 1993 : BATS (M.) – La vaisselle culinaire comme marqueur culturel : l’exemple de la Gaule méridionale et de la Grande Grèce (IV e-Ier s. av. J.-C.). Dans Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel. Actes des XIVes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes (21-23 octobre 1993). Juan-les-Pins, Ed. APDCA, 1994, p. 407-424.

Benoit 1965 : Benoit (F.) – Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule. Paris, éd. Ophrys, 1965, p. 335 (Publ. des Ann. Fac. Lettres d’Aix-en-Provence 43).

Bottini, Fresa 1991 : BOTTINI (A.), FRESA (M.P.) – Forentum II. L’acropoli in età classica. Venosa, éd. Osanna, 1991. (Leukania 4, Monografie di archeologia della Basilicata).

Chausserie-Laprée 2005 : Chausserie-Laprée (J.) – Martigues, terre gauloise entre Celtique et Méditerranée. Paris, éd. Errance, p. 255.

de Chazelles 2000 : de CHAZELLES (C.A.) – Eléments archéologiques liés au traitement des fibres textiles en Languedoc occidental et Roussillon au cours de la Protohistoire (VIe-Ier s. av. n. è.). Dans (Cardon D., Feugère M. dir.), Archéologie des textiles, des origines au V e s. Actes du Coll. de Lattes (oct. 1999). Montagnac, éd. Monique Mergoil, 2000, p. 115-130. (Monographies Instrumentum, 14).

Demoule 2004 : DEMOULE (J.P.) (dir.) – La France archéologique : vingt ans d’aménagements et de découvertes. Paris, Hazan, 2004, p. 255.

Feugère 1990 : FEUGÈRE (M.) – Petits mobiliers : faciès et comparaisons. Dans (M. Py dir.), Fouilles dans la ville antique de Lattes. Les îlots 1, 3 et 4-nord du quartier Saint-Sauveur. Lattes, éd. ARALO, 1990, p. 357-376. (Lattara 3).

Feugère 1992 : FEUGÈRE (M.) – Ustensiles de transformation et de consommation alimentaires. Dans (M. Py dir.), Recherches sur l’économie vivrière des Lattarenses. Lattes, éd. ARALO, 1992, p. 291-308. (Lattara 5).

Gailledrat, Solier 2004 : GAILLEDRAT (É.), SOLIER (Y.) – L’établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude) aux VIe-V e s. av. J.-C. (Fouilles 1959-1979). Pech Maho I. Lattes, éd. ARALO, 2004, p. 464 (Monographies d’Archéologie Méditerranénne, 19).

Gomez 2000 : GOMEZ (É.) – Contribution à l’étude des mortiers de cuisine : les mortiers du Languedoc occidental du VIe au IV e s. av. J.-C. Doc. d’Archéol. Mérid., 23, 2000, p. 113-143.

Hermary et al. 1999 : HERMARY (A.), HESNARD (A.), TRÉZINY (H.) dir. – Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.). Paris, Errance, 1999. (Collection Hauts lieux de l’histoire).

Janin 2003 : JANIN (T.) – Dépôts d’objets métalliques de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer du Rhône aux Pyrénées et de la Méditerranée au Massif central. Documents d’Archéologie Méridionale, 26, 2003, p. 385-389.

Jully 1972 : JULLY (J.J.) – La Monédière, factorerie du commerce étrusco-punique et grec au VIe et V e siècles av. J.-C., dans Archéologia, 48, juillet 1972, p. 65-67.

Laubenheimer 1998 : LAUBENHEIMER (F.), avec la collab. de GOURY (J.) – Les plaques Campana gauloises. Dans (Muller A. éd.), Le moulage en terre cuite dans l’Antiquité. Création et production dérivée, fabrication et diffusion. Lilles, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, p. 397-417.

Milan 1981 : MILAN (C.) – Les chenets zoomorphes de la Gaule préromaine et romaine. Études Celtiques, 1981, 18, p. 49-64.

Nickels 1989 a : NICKELS (A.), avec la collab. de MARCHAND (G.) et SCHWALLER (M.) – Agde. La nécropole du premier Âge du fer. Paris, éd. du CNRS, 1989, p. 498 (Suppl. 19 à la Revue Archéol. de Narbonnaise).

Nickels 1989 b : NICKELS (A.) – La Monedière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. Doc. Archéol. Mérid., 12, 1989, p. 51-120.

Nickels 1995 : NICKELS (A.) – Les sondages de la rue Perben à Agde (Hérault). Dans Sur les pas des Grecs en Occident. (Hommages à A. Nickels). Paris-Lattes, éd. Errance-ADAM, 1995, p. 59-98. (Études Massaliètes 4 ; Travaux du Centre Camille Jullian, 15).

Olive et al. 2009 : OLIVE (C.), UGOLINI (D.), RATSIMBA (A.), avec la collab. de JANDOT (C.) et WIÉGANT (J.P.) – Un four de potier pour la cuisson des pithoi à Béziers (Hérault). Production, diffusion et fonction du pithos dans le Midi (VIe-IV e s. av. J.-C.). Gallia, 2009-1 (sous presse).

Olive, Ugolini 1997 : OLIVE (C.) et UGOLINI (D.) – La Maison 1 de Béziers et son environnement (V e-IV e s. av. J.-C.). Dans (D. Ugolini dir.), Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes. VIe-IV e s. av. J.-C., Publ. Univ. de Provence, Aix-en-Provence, 1997, p. 87-129. (Travaux du Centre Camille Jullian, n°  19).

Py 1995 : PY (M.) – Les Etrusques, les Grecs et la fondation de Lattes. Dans Sur les pas des Grecs en Occident, (Hommages à A. Nickels). Paris-Lattes 1995, p. 261-276. (Études Massaliètes, 4 ; Travaux du Centre Camille Jullian, 15).

Py 1999 : PY (M.), avec la participation de ADROHER (A.), SANCHEZ (C.), BARBÉRAN (S.) et RAUX (S.) – Le faciès de la céramique lattoise du IV e siècle avant notre ère. Dans (M. Py dir.), Recherches sur le IV e s. av. n. è. à Lattes. Lattes, éd. ARALO, 1999, p. 287-438. (Lattara, 12).

Py 2001 : PY (M.) – Doliums. Dans (PY M., ADROHER AUROUX A., SANCHEZ C.), Dicocer2. Corpus des céramiques de l’Âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999). Lattes, éd. ADAL, 2001, p. 1063-1086 (Lattara 14).

Py et al. 2006 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.), SÉJALON (P.) et ROURE (R.) – Les Étrusques et Lattara : nouvelles données. Dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti XXIV° Convegno di studi etruschi e italici, Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002. Pisa, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2006.

Py, Roure 2002 : Py (M.), ROURE (R.), avec la collab. de ALONSO MARTINEZ (N.), BESSAC (J.C.), GARDEISEN (A.) et PIQUÈS (G.) – Le Cailar (Gard). Un nouveau comptoir protohistorique au confluent du Rhôny et du Vistre. Documents d’Archéol. Mérid., 25, 2002, p. 171-214.

Ratsimba 2002 : RATSIMBA (A.) – Les pithoï de Béziers : analyse d’une production et première approche de sa diffusion (VIe-IV e s. av. J.-C.). Mémoire de Maîtrise en Archéologie (J.P. Morel dir.), Université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence 2002, p. 90.

Ratsimba 2005 : RATSIMBA (A.) – Le pithos en Gaule méridionale : production, diffusion et utilisation d’un mobilier d’origine grecque (VIe-IV e s. av. J.-C.). Mémoire de Master 2 d’Histoire (Ph. Jockey dir.), Université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence 2005.

Raux 1999 : RAUX (St.) – Les objets de la vie quotidienne à Lattes au IV e s. av. n. è. Dans (M. Py dir.), Recherches sur le IV e s. av. n. è. à Lattes, Lattes, éd. ARALO, 1999, p. 439-318. (Lattara 12).

Rothé, Tréziny 2005 : Rothé (M.P.), Tréziny (H.) – Marseille et ses alentours. Carte Archéologique de la Gaule, 13-3 (M. Provost dir.). Paris, Ac. Des Inscriptions et Belles Lettres, 2005, p. 925.

Roux, Raux 1996 : ROUX (J.C.), RAUX (S.) – Les foyers domestiques dans l’habitat lattois du IIe Âge du fer (IV e-Ier s. av. n. è.). Dans (M. Py dir.), Urbanisme et architecture dans la ville antique de Lattes. Lattes, éd. ARALO, 1996, p. 401-432. (Lattara 9).

Tréziny 2000 : TRÉZINY (H.) – Les lieux de culte dans Marseille grecque. Dans (A. Hermary, H. Tréziny éd.), Les cultes des cités phocéennes. Actes du Coll. intern. d’Aix-en-Provence/Marseille, 4-5 juin 1999. Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 81-99. (Etudes Massaliètes 6).

Ugolini 1993 : UGOLINI (D.) – Lampes grecques et de type grec de Béziers. Utilisation et diffusion de la lampe grecque dans le Midi entre le VIe et le IV e s. av. J.-C. Doc. Archéol. Mérid., 16, 1993, p. 279-293.

Ugolini 2000 : UGOLINI D. – Consommer les aliments : boire, cuire et manger en Languedoc-Roussillon au cours de l’Age du fer. Dans (R. Buxò et E. Pons dir.), Els productes alimentaris d’origen vegetal à l’edat del Ferro de l’Europa occidental : de la producciò al consum. Actes du 22e Colloque de l’AFEAF, Girona (E), 21-24 mai 1998. Girona, Mus. d’Arqueologia de Catalunya, 2000, p. 389-400. (Sèrie Monogràfica 18).

Ugolini 2001a : UGOLINI (D.) – L’Âge du fer. Dans (M. Lugand et I. Bermond dir.), Agde et Bassin de Thau. Carte Archéologique de la Gaule, 34-2 (M. Provost dir.), Paris, Ac. Insc. et Belles Lettres, 2001, p. 71-78.

Ugolini 2001b : UGOLINI (D.) – La céramique à cuire d’Agde (VIe-IIe s. av. J.-C.). Dans Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule. Actes du 25e Coll. de l’AFEAF (Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001), p. 191-200. (Mémoire n°  6 de la Société Archéologique Champenoise, Suppl. au Bulletin n°  1, 2002).

Ugolini 2007 : UGOLINI (D.) – Les lampes grecques du Languedoc-Roussillon antérieures au IIIe s. av. J.-C. Dans Archéologie et histoire de l’éclairage en Gaule, de la Préhistoire au début du Moyen Âge. Actes de la 2e Table Ronde Internationale ILA, Millau, 22-24 mars 2007. À paraître.

Ugolini à paraître : UGOLINI (D.) – D’Agde à Béziers : les Grecs en Languedoc occidental (de 600 à 300 av. J.-C.). Dans (A. Hermary dir.), Les Grecs en Gaule, dossier à paraître dans la revue Ancient West & East.

Ugolini et al. 1991 : UGOLINI (D.), OLIVE (C.), MARCHAND (G.) et COLUMEAU (Ph.) – Un ensemble représentatif du V e. s. av. J.-C. à Béziers, Place de la Madeleine, et essai de caractérisation du site. Doc. d’Archéol. Mérid., 14, p. 141-203.

Ugolini, Olive 1988 : UGOLINI (D.) et OLIVE (C.) – Un four de potier du V e s. av. J.-C. à Béziers, Place de la Madeleine. Gallia, 45, 1987-1988, p. 13-28.

Ugolini, Olive 2004 : UGOLINI (D.), OLIVE (C.) – La circulation des amphores en Languedoc occidental : réseaux et influences. Dans (J. Sanmartì, D. Ugolini, J. Ramon, D. Asensio éd. scient.), La circulaciò d’àmfores al Mediterrani occidental durant la Protohistòria (segles VIII-III aC) : aspectes quantitatius i anàlisi de contiguts, Actes de la II Reuniò International d’Arqueologia de Calafell, Calafell, 21-23 de març del 2002), Barcelona 2004, p. 59-104. (Arqueomediterrània 8)

Ugolini, Olive 2006a : UGOLINI (D.), OLIVE (C.) – Béziers I (600-300 av. J.-C.). La naissance de la ville. Béziers, éd. Musée du Biterrois, 2006, 150 p.

Ugolini, Olive 2006b : UGOLINI (D.), OLIVE (C.) – De l’arrivée à la consommation : l’impact des trafics et des produits étrusques en Languedoc occidental. Dans Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti XXIV° Convegno di studi etruschi e italici, Marseille-Lattes, 26 settembre-1 ottobre 2002, p. 555-583. Pisa, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2006.

Ugolini, Olive 2007 : UGOLINI (D.), OLIVE (C.) – Sites grecs, sites indigènes. Essai sur le fonctionnement des habitats de l’Hérault occidental (VIe-IV e s. av. J.-C.) Dans (I. Bertrand, A. Duval, J. Gomez de Soto, P. Maguer dir.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe Colloque International de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Chauvigny, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, Mémoire XXXV, 2009, tome II, p. 215-243.

Ugolini, Pezin 1993 : UGOLINI (D.), PEZIN (A.) – Un aperçu sur le mobilier du V e s. av. J.-C. en Languedoc occidental et en Roussillon. Dans (C.-A. de Chazelles dir.), Contribution au problème ibérique dans l’Empordà et en Languedoc. Doc. Archéol. Mérid., 16, 1993, p. 80-87.

Untermann 1980 : UNTERMANN (J.) – Monumenta Linguarum Hispanicarum. Band II. Die Inschriften in iberischer Schrift aus Südfrankreich. Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, 1980.

Vial 2003 : VIAL (J.) – Le Montpelliérais. Carte Archéologique de la Gaule, 34/3 (M. Provost dir.). Paris, Ac. des Inscriptions et Belles Lettres 2003, p. 479.

Villard 1960 : VILLARD (F.) – La céramique grecque de Marseille (VIe-IV e s.). Essai d’histoire économique. Paris, De Boccard, 1960, p. 178 (Bibl. Éc. Franç. d’Athènes et de Rome 195).

Wiégant et al. 2003 : WIEGANT (J.P.), GOMEZ (É.), UGOLINI (D.), Olive (C.), avec la collab. de CASSIGNOL (J.), RODRIGUEZ (L.), BÉNÉZET (J.) et FICHES (I.) – Béziers (34). Rue de la République. Sondages archéologiques. 2003, vol. II. Béziers 2003, p. 120.

Notes

1 Au début des années 1980, C. Arcelin-Pradelle a mis au jour, au Mourre de Sève (Sorgues, Vaucluse), des éléments laissant supposer la cuisson sur place de vases gris monochromes (vases superposés et “fondus”), mais la présence d’un four de potier construit semble exclue, les vases ayant probablement été cuits “en tas”. Ce site est resté inédit : ces informations ont été fournies par L. Batut, qui a collaboré à cette fouille, et par J. Thiriot (CNRS), qui a visité le chantier. Je les remercie pour ces précisions.

2 Les graphiques ont été réalisés à partir des données rassemblées dans Barruol, Py 1978 pour L’Argentière d’Espeyran (Gard) ; Py, Roure 2002 pour Le Caïlar (Gard) ; Py 1999 pour Lattes (Hérault) ; d’après Nickels 1995 et comptages de D. Ugolini pour d’autres fouilles pour Agde (Hérault) ; Olive, Ugolini 1997 pour Béziers (Hérault) ; comptages de D. Ugolini pour le mobilier des fouilles de C.-A. de Chazelles au quartier de la source de Montlaurès (Narbonne, Aude).
Pour limiter les graphiques aux grandes tendances, certaines classes ont été compactées : les mortiers (qui se subdivisent principalement entre mortiers massaliètes et biterrois, auxquels s’ajoutent de rares pièces puniques, étrusques et grecques) ; la grise monochrome (en principe régionale, c’est-à-dire audoise, biterroise et gardoise mais, au moins pour le Languedoc occidental, surtout biterroise car Béziers est le seul site à en produire au IV e s.) ; les vernis noirs (regroupant principalement des produits d’origine italique, comme ceux de l’Atelier des Petites Estampilles, ou ibérique, voire – pour Montlaurès – la pseudo-attique massaliète, attestée par des taux infimes) ; sous “autres claires” sont regroupées, pour Béziers, diverses classes toutes faiblement attestées (massaliète, punique, indéterminées), alors que pour Agde la claire massaliète a été isolée puisqu’elle y est représentée par un taux élevé de vases.

3 Bats 1992, 286 classe les jattes parmi les «  vases de préparation (pour mélanger, pétrir et triturer) ou de service et de consommation (plat commun où chacun se sert directement) ». Ici, on réserve la fonction préparer aux mortiers, qui ne peuvent avoir eu que cette utilisation-là. Dans nos graphiques, les jattes et les mortiers sont donc séparés.

Auteur

Daniela Ugolini

Chargée de recherche au CNRS, Centre Camille Jullian, UMR 6573, MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, F-13094 Aix-en-Provence Cédex 2 <dugolini@club-internet.fr>