Phase 3 — L’Antiquité tardive

1L’Antiquité tardive est omniprésente sur le site où plusieurs niveaux sont perceptibles. Les fosses de spoliation et un épendage de destruction interviennent après qu’un sol de terre battue ait recouvert une partie du dallage dans un cadre qui implique le maintien des élévations antérieures.

Démantèlement et stratigraphie

2• Ensevelissement du dallage

Les secteurs de la place qui ont conservé le dallage sont noyés sous une couche (c.6) limoneuse, sablonneuse, ocre-jaunâtre, d’un peu moins d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (fig. 211 et 212) ; partout où elle existe, le dallage n’a pas souffert. Il a été estimé que l’épiderme de cette c.6 était un sol très induré.

Figure 211 - Jardin du Palais de Justice

Figure 211 - Jardin du Palais de Justice

Coupe stratigraphique ouest-est au sud du mur à contrefort (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 212

Figure 212

Épais dépôt de sédiments fins sur les dalles de la place.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1982).

3• Effondrement des placages

Le fait archéologique marquant est illustré par l’effondrement des placages et des pilastres (fig. 213), non pas directement sur le dallage de la place mais sur cette nappe de sédiments fins (c.6) ; s’y ajoute un hermès (fig. 214) découvert contre le sommet de la plinthe en grès. Ces éléments décoratifs, dont une partie n’a pas été récupérée, sont alors recouverts par une couche de terre brune (c.5), épaisse de 0,25 à 0,35 m.

Figure 213 - Jardin du Palais de Justice

Figure 213 - Jardin du Palais de Justice

Effondrement du placage et d’un pilastre en marbre (cliché P.-A. Février, 1982).

Figure 214 - Jardin du Palais de Justice

Figure 214 - Jardin du Palais de Justice

Hermès de Jupiter (ou Bacchus ?) en marbre blanc découvert dans un niveau (c.5) de l’Antiquité tardive (cliché L. Rivet).

4• Récupération de dalles

Comme on l’a vu, des dalles de la place ont été spoliées et cette action est solidaire du remblaiement qui intervient ensuite sous la forme d’une couche grise (c.4b) contenant, d’une part, des lentilles de terre jaunâtre de 2 ou 3 cm d’épaisseur et, d’autre part, des terres noires fines tassées avec cailloutis comblant de petites fosses. Cette couche s’enfonce, à l’ouest, jusqu’au niveau des dalles, disparues, et au contact du rocher.

5• Autres spoliations et remblaiement du site

Des fosses sont ouvertes dont le but est, à nouveau, la recherche de matériaux (moellons, marbre), en particulier à l’emplacement du contrefort 8a. Le site est ensuite remblayé avec des terres marron orangé (c.4a), plus ou moins meubles, contenant des éléments de destruction : débris d’inscriptions (fig. 215 et 216), plaques de porphyre rouge, granit, marbre blanc, vert, moulures et blocs architecturaux (fig. 217), etc.

Figure 215 - Jardin du Palais de Justice

Figure 215 - Jardin du Palais de Justice

Fragments d’inscriptions découverts dans les niveaux de l’Antiquité tardive (cliché L. Rivet).

Figure 216 - Jardin du Palais de Justice

Figure 216 - Jardin du Palais de Justice

Fragments d’inscriptions découverts dans les niveaux de l’Antiquité tardive (cliché L. Rivet).

Figure 217 - Jardin du Palais de Justice

Figure 217 - Jardin du Palais de Justice

Fragments architecturaux découverts dans les niveaux de l’Antiquité tardive (cliché L. Rivet).

6• Abandon des marches supérieures de l’escalier

La partie supérieure de l’escalier a probablement connu quelques avatars, en particulier durant l’Antiquité tardive : le remblai consécutif à la mise en place du mur à contrefort a été sur-creusé en partie haute puis ce volume a été à nouveau comblé avec une terre brun violacée (c.6) puis noyé sous les terres fines grises d’époque médiévale.

Chronologie

7• À l’emplacement de l’escalier

8Couche 4 : on peut relever, outre un morceau d’inscription sur marbre mentionnant un duumvir (fig. 216, no 6), un fragment de fond de sigillée claire D (perdu) portant un décor de perdrix.

9Commentaire sur la chronologie. La partie supérieure de cet espace a été plusieurs fois remaniée et l’indication relative à l’Antiquité tardive à travers la sigillée claire D est sûrement trompeuse car elle peut correspondre aussi à une période beaucoup plus récente (les caves semi enterrées des maisons d’époque médiévale).

10• À l’emplacement de la place

11Couche 6 : les éléments les plus récents consistent en sigillées claires C dont un bord de forme Hayes 50 ;

12Couche 5 : on note la présence de sigillées claires D dont un fond à gradin correspondant à une forme de la première génération ainsi que des fragments de sigillées claires C, dont un bord de forme Hayes 50 et un décor sur forme Hayes 52B (courant du IVe siècle) ;

13Couche 4b : les tessons de sigillée claire D (fig.218, nos 1 et 2) consistent essentiellement en un marli de plat Hayes 59 et en un fond portant un décor de Bacchus (fig. 219) se présentant de face tenant des grappes de raisins et des rameaux de vigne dans la main gauche ; un manteau lui recouvre les épaules (Hayes 1972, p. 262, fig. 50, no 223b) : style commun tardif attesté sur de grands plats entre le deuxième quart du VIe siècle et la fin du VIe/début du VIIe siècle (Atlante, p. 134 et fig. LXIV, 3). On signalera également une monnaie (tête radiée de la fin du IIIe siècle (fig. 220, no 5) ainsi que des fragments de bronze doré ;

Figure 218 - Jardin du Palais de Justice

Figure 218 - Jardin du Palais de Justice

Sigillée claire D provenant des couches 4a et 4b (dessin S. Saulnier).

Figure 219 - Jardin du Palais de Justice

Figure 219 - Jardin du Palais de Justice

Décor de Bacchus sur fond de sigillée claire D (cliché L. Rivet, dessin S. Saulnier).

Figure 220 - Jardin du Palais de Justice

Figure 220 - Jardin du Palais de Justice

Monnaies antiques provenant de la fouille du Jardin du Palais de Justice (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

141

Petit bronze d’Antipolis : 1,06 g (Sond. I, c.7, inv. 1)
Av. Tête à dr.
R/ Victoire et trophée
De la Tour 2197, etc. ; De la Saussaye, pl. XIV, 1 etc.
43-23 av. J.-C. Période R7b

152

Quadrans : 2,19 g (silo, inv. 8)
Av.
SISENNA MES[SALLA III VIR] - autel
R/ GALVS APRONIVS AAA FF - autour de SC
RIC I² 448; Giard 845
5 av. J.-C. Période 1a

163

As: 7,56 g (Sond. IV, c.6, inv. 6)
Av. [DIVVS AVGVSTVS PATER] - tête à g.
R/ [PROVIDENT] SC - autel
RIC (divus Augustus) 6 ; BMC (Tiberius) 146-150
22/3-30 apr. J.-C. Période 1c

174

As : 9,58 g (Sond. III, c.4b, inv. 2)
Av. Tête de femme à dr., peut-être Lucille
R/ Figure debout
S’il s’agit bien de Lucille, 164-169 apr. J.-C.

185

Antoninianus : 2,20 g (Sond. III, c.4b, inv. 10)
Av. GALLIENVS AUG -K-
R/Illisible
261-268 apr. J.-C. Période 10

19Couche 4a : les sigillées claires D (fig. 218 nos 3 à 5) sont représentées par les formes Hayes 61A, 81A, 91 et 99 ; des fragments de pierre ollaire et d’une amphore de Gaza complètent le lot avec, à nouveau, des débris de bronze doré.

20Commentaire sur la chronologie. Le peu de mobilier découvert dans la c.6 permet d’acquérir la certitude que le dallage de la place a été en partie recouvert d’une couche de terre limoneuse à une date qui ne peut être antérieure au milieu du IIIe siècle ... mais qui peut aussi fort bien être très sensiblement postérieure ... Il semblerait qu’on ait marché sur cet épendage de terre, montrant ainsi que le dallage de la place a subi des dégâts, ou tout au moins qu’il n’est plus entretenu, sur une partie de la hauteur du soubassement en grès, alors que le placage du mur 7 est toujours en place et visible ; c’est sur cette surface qu’il se renverse : au IVe, au Ve ou au VIe siècle ? Le mobilier contenu dans les terres qui ennoient ces plaques indiquent que cet événement ne peut être antérieur au début du IVe siècle mais le mobilier datant étant en quantité notablement insuffisante, on ne peut s’appuyer sur lui que pour mentionner ces paliers en-deçà desquels la chronologie n’est pas envisageable…

21Une méprise dans l’appréciation de la position du fragment de sigillée claire D portant le décor de Bacchus nous avait conduit à conclure que la place était encore fréquentée au milieu du VIe siècle (Rivet 2001).Toutefois, à bien reconsidérer le problème, l’option reste plausible.

Interprétation

22Il faut convenir que, d’une part, l’escalier de faible amplitude qui conduisait, sans guère de doute, à un grand monument public et, d’autre part, la place, très vraisemblablement de caractère public, qui s’étendait en contrebas, ne furent pas désaffectés à la circulation quotidienne avant le IVe siècle.