Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 2. Production, conservation, distribution

3. Viticulture et oléiculture grecques et indigènes en Grande Grèce et en Sicile

Jean-Pierre Brun

Résumé

Are transfers of technology in fields of olive oil and wine production between Greek and Italic populations archaeologically detectable ? Although documentation is still scarce, we have learnt that from the Bronze Age local populations knew how to produce olive oil while from the Iron Age they produced wine. Recent discoveries at Poggiomarino near Pompeii show that vine cultivation, wine production and consumption were common among the Italic populations during the 9th c. BC. On the other hand, a revaluation of the content of Corinthian A and SOS amphorae, which were probably used to transport wine rather oil, implies that Greek settlers did not import their oil from mainland Greece but produced it locally as they did their wine. The first archaeological remains of wine production excavated so far are those of Punta Chiarito on the island of Ischia where, near to a small farm dated from the 6th c. BC, were discovered several vine plantation pits, a press and many jars used to make wine. Other plants, dating from the Classical period, are located in Sicily, around Gela and Camarina, and carpological studies show that the cultivation of olive trees reached a peak during the 4th c. BC in the territory of the Greek colony of Metaponto (Southern Italy). Oil presses are known in the Lucanian territory at Montegiordano near Sybaris, at Monte Moltone near Potenza and in the Sicanian zone at Monte Adranone (Sicily). Just as those of Greek mainland cities or western colonies, they might bear testimony to a rather large diffusion of Greek techniques in the indigenous world. But the available data are still too scant to precisely date these transfers.

Entrées d'index

Géographique :

Italie méridionale, Sicile

Texte intégral

1Les rapports entre Grecs et indigènes d’Italie méridionale s’apprécient sur divers plans, culturel, religieux, économique, technique. Nous tentons ici de déceler dans la documentation archéologique aujourd’hui disponible quels sont les signes d’éventuels transferts de techniques entre Grecs et indigènes dans le champ de l’arboriculture. En Grande-Grèce et en Sicile la question est plus complexe qu’en Gaule méridionale car l’existence d’une viticulture et d’une oléiculture antérieures à la fondation des colonies grecques est désormais avérée.

1. Viticulture et oléiculture indigènes

  • 1 Sur Broglio di Trebisacce, voir Peroni, Trucco 1994, p. 578 pour la présence massive de bois d’oliv (...)

2L’olivier sauvage est présent dans le bassin méditerranéen depuis la dernière glaciation. Les plus récentes recherches sur la génétique de l’arbre montrent que les oléastres du bassin oriental de la Méditerranée n’ont pas le même patrimoine génétique que ceux du bassin occidental, notamment de la Péninsule Ibérique (Breton, Tersac, Bervillé 2006). Au Proche-Orient, les variétés cultivées descendent d’une même famille alors que les variétés occidentales portent des marqueurs génétiques qui montrent une hybridation entre les oléastres occidentaux et des cultivars importés d’Orient. La mémoire génétique des plantes offre donc un support à l’hypothèse d’une domestication de l’arbre au Proche-Orient et en Occident. Les travaux récents effectués en Espagne montrent effectivement une exploitation de l’oléastre dès le Néolithique et une domestication au cours de l’âge du Bronze. Le processus est marqué par une exploitation contrôlée de l’olivier qui semble lié à une taille régulière destinée à accroître la qualité des fruits et leur capacité à fournir de l’huile. La domestication de l’arbre est bien antérieure à l’arrivée des Phéniciens et des Grecs : elle remonte au Chalcolithique, les plus anciens échantillons étant datés de 2300 – 2000 av. J.-C. (Terral et al., 2004). En Italie, la culture de l’olivier s’est développée très tôt en Calabre probablement en liaison avec les contacts avec le monde Mycénien. Des sites occupés aux XIII-XIe siècles, Torre del Mordillo, Broglio di Trebisacce dans la région de Sybaris, Castello à Tursi (Basilicata) ont livré des noyaux d’olives cultivées 1.

3La vigne est une liane qui pousse naturellement dans les forêts de la Méditerranée et de l’Europe méridionale. La vigne sauvage se reproduit par ses graines tandis que la vigne cultivée est propagée par bouturage qui permet une sélection rigoureuse contrastant avec l’extrême variabilité des vignes sauvages. Cette particularité a permis aux viticulteurs de trouver dans leur environnement proche des variétés sauvages climatiquement adaptées susceptibles d’être adaptées à leurs besoins. Les vignes cultivées apparaissent surtout dans les Iles Éoliennes et dans la zone d’Ischia-Procida, deux secteurs où les contacts avec les Mycéniens ont été intenses dès les XVIe et XVe siècles avant J.-C.

Fig. 287 Carte de l’Italie méridionale localisant les sites mentionnés.

Fig. 287 Carte de l’Italie méridionale localisant les sites mentionnés.

4La découverte de résidus de vinification datables du IXe siècle av. J.-C. à Poggiomarino près de Pompéi montre un développement notable de la viticulture en Campanie avant l’implantation des colonies grecques (Cicirelli, Albore-Livadie 2008). Le site de Longola, fouillé à partir de 2000 à l’occasion du creusement d’une station d’épuration, est situé en bordure du Sarno et totalement immergé dans la nappe phréatique. Occupé de l’âge du Bronze final jusqu’à l’Orientalisant récent au début du VIe siècle, il se compose de plusieurs îlots séparés par des canaux. Ces îlots supportaient de grandes cabanes allongées dotées d’une abside, toutes construites sur une armature de poteaux et poutres. Un canal appelé MAF3 séparant deux îlots a livré de nombreux pépins associés à des détritus alimentaires, des planches, des poutres, des roues de char et des céramiques datables de l’âge du Fer (Cicirelli et alii 2008). La datation dendrochronologique donne une fourchette entre 905 et 864 av. J.-C. Dans le détail, le dépôt est double : un premier niveau (US 1698) est composé de sarments ; en dessous, l’US 1704 correspond à un amas de pépins et de rafles en bon état provenant du pressurage du raisin. La culture de la vigne est donc prouvée par les résidus de la taille et par la nature des pépins qui proviennent presque tous de variétés cultivées. La pratique de la vinification, quant à elle, est assurée par les amas de pépins et de rafles caractéristiques du marc après pressurage.

5L’intérêt de cette découverte est double. D’une part, elle tranche avec netteté un débat ancien : nous savons désormais qu’il y a une viticulture indigène avant l’arrivée des colons grecs. D’autre part, elle montre avec éclat que la culture de la vigne et la préparation du vin à l’époque protohistorique mais aussi durant les périodes archaïque et classique ne laissent pas de traces autres que des vestiges organiques. En l’absence de conditions très favorables comme un incendie, une éruption volcanique ou un enfouissement sous une nappe phréatique permanente, on ne peut trouver aucune trace. D’un point de vue méthodologique, cette observation est essentielle : l’absence de découverte spécifique ne prouve rien, surtout lorsque les fouilles sont anciennes et n’ont pas donné lieu à des tamisages à l’eau. Sur les sites de l’âge du Fer, même dans les conditions très favorables de Longola, aucun vestige d’instrument de production n’a été découvert : le vin et l’huile étaient élaborés en utilisant des instruments en matériaux périssables et dans des jarres d’aspect banal que seules des analyses chimiques systématiques permettraient d’identifier. En conséquence, les techniques employées sont presque inconnues ; tout au plus l’absence de traces de pressoir à levier ou de broyeurs à olive semble impliquer l’utilisation d’instruments primitifs en bois et en tissu.

2. Les installations de production dans les colonies grecques

6Les débuts de l’oléiculture et de la viticulture dans les colonies grecques d’Italie ne sont pas attestés par des témoignages tangibles mais il est légitime de penser que l’arboriculture a été développée dès la fondation des colonies. Les colons ont dû entretenir des oliviers en bordure des champs de céréales et dans les collines, en association avec des vignes. Ces pratiques étaient d’autant plus aisées que l’olivier et la vigne sauvages faisant partie du maquis local et qu’ils étaient déjà exploités par les populations indigènes : il suffisait de sélectionner des plants et de les greffer.

7Ce postulat raisonnable se heurte toutefois à la littérature suscitée par l’interprétation des amphores SOS et « Corinthienne A » qui auraient servi aux importations d’huile venue d’Attique et de Corinthe au cours des VIIIe, VIIe et VIe siècles, importations destinées à l’approvisionnement des colonies et au commerce avec les indigènes. Mais, si les colons grecs ont greffé des oléastres et ont planté des oliviers et des vignes dès leur arrivée, peut-on imaginer qu’ils aient été encore réduits, plus d’un siècle après, à importer des quantités d’huile supérieures, en termes relatifs, à celles de vin ? L’importation prépondérante, durant le tout le VIIe et la première moitié du VIe siècle, d’amphores « Corinthienne A » et dans une moindre mesure d’amphores SOS, puis d’amphores « à la brosse » a fait penser que, de la fin du VIIIe au début du VIe siècle, le développement insuffisant de la culture de l’olivier avait entraîné un flux important d’huile de Corinthe et d’Attique. La disparition de ces amphores dans le courant du VIe siècle serait à mettre en relation avec la progressive autosuffisance en la matière. En parallèle, les amphores vinaires seraient peu abondantes, non seulement dans les colonies mais aussi dans les sites indigènes où leur rareté contrasterait avec l’abondance des vases à boire le vin (Albanese 1997).

  • 2 La mesure de Solon, rapportée part Plutarque (Solon 24, 1-2), postérieure de plus d’un siècle aux d (...)
  • 3 La tombe Artiaco 104 de Cumes a fait récemment l’objet d’une nouvelle lecture : Guzzo 2000, p. 135- (...)

8Ce schéma est fondé sur l’hypothèse que ces deux types d’amphores servaient au transport de l’huile, or cette proposition n’a jamais été démontrée. Les fortes proportions de « Corinthienne A » sur des sites comme l’Incoronata de Métaponte et leur association avec des vases à boire font douter qu’elles aient contenu de l’huile. Les tombes d’Italie méridionale et d’Étrurie, entre la fin du VIIIe et le VIe siècle, contiennent souvent des amphores « Corinthienne A » associées à des services à vin : un cas typique est celui de la tombe 926 de Pontecagnano (fig. 288 : D’Agostino 1977). De même, les amphores SOS ont été considérées comme contenant de l’huile d’Attique surtout à cause de la fameuse mesure prise par Solon interdisant toute exportation de produit agricole d’Attique sauf l’huile 2. Or sur le Vase François peint par Kleitias vers 570 av. J.-C., on voit Dionysos arriver aux noces de Thétis et Pélée en apportant une amphore SOS. Par ailleurs, dans la tombe Artiaco 104 de Cumes datée de la fin du VIIIe siècle av. J.-C., une amphore SOS est associée à un service à boire en argent 3. Dans le courant du VIIe siècle, ce même type d’amphore se retrouve fréquemment dans les tombes étrusques aux côtés des amphores à vin de Chios.

Fig. 288 Le mobilier de la tombe 926 de Pontecagnano, d’après D’Agostino 1977.

Fig. 288 Le mobilier de la tombe 926 de Pontecagnano, d’après D’Agostino 1977.

9Si les « Corinthienne A » et les SOS n’ont pas contenu de l’huile, les anomalies signalées plus haut disparaissent : les colonies grecques de Grande-Grèce et de Sicile ont développé assez vite une production suffisante d’olives et d’huile sans recourir à des importations et les amphores « Corinthienne A » et SOS rentrent dans la sphère de la consommation aristocratique de vins prestigieux importés à grand frais et leur commerce dans celui bien connu des trafics de marchandises de luxe à côté des huiles parfumées, des bijoux, de la vaisselle en bronze ou en argent, des vases décorés, etc.

  • 4 On notera que dans la ferme de Punta Chiarito à Ischia, une partie des amphores utilisées par le vi (...)

10Restituer les amphores SOS et « Corinthienne A » au commerce de luxe, laisse la place aux productions locales pour la consommation courante de vin et d’huile. Or les productions locales n’ont pas besoin d’amphores pour être transportées : des outres et des amphores de récupération peuvent suffire, ce qui nous prive de toute trace de leur existence 4. De plus des productions locales sont attestées par des fabrications d’amphores dès la fin du VIIIe et au VIIe siècle en de nombreuses colonies, par exemple à Cumes et à Pithécusses (Di Sandro 1986).

11À défaut de conteneurs indiscutables, l’archéologie devrait trouver quelques traces de plantation, des tranchées pour les vignes ou des fosses pour les oliviers. La fouille de Punta Chiarito, un promontoire de la côte méridionale de l’île d’Ischia a livré des fosses de plantation de vignes et les trous laissés par les échalas. Des enquêtes plus poussées, notamment à l’occasion de grands travaux linéaires, donneront certainement d’autres vestiges. Les instruments de production de l’époque archaïque seront plus difficiles à repérer car les appareils utilisés dans les colonies grecques étaient pour la plupart en matériaux périssables : fouloirs et pressoirs en bois que l’on voit représentés sur les vases attiques contemporains, par exemple sur le cratère attique de Lecce (fig. 289). Les seuls instruments susceptibles de laisser des traces sont les pithoi, dont l’interprétation n’est pas univoque, des amas de pépins de raisins, rarement observés, et parfois des dalles de pierre.

Fig. 289 Foulage du raisin sur un cratèredu Musée de Lecce, dessin J.-P. Brun.

Fig. 289 Foulage du raisin sur un cratèredu Musée de Lecce, dessin J.-P. Brun.

12Le cas exceptionnel de Punta Chiarito sur l’île d’Ischia offre le tableau d’une ferme des colons grecs de Grande-Grèce. L’habitat a été figé par une coulée de boue épaisse de plus de trois mètres survenue au VIe siècle av. J.-C. (Gialanella 1994 ; De Caro, Gialanella 1998). La partie ouest de l’habitation était occupée par une resserre contenant des pithoi et des amphores locales et importées de Corinthe et d’Étrurie (fig. 290). À l’extérieur, à trois mètres à l’ouest de la porte, une dalle de pierre devait servir de fouloir ou plutôt de base de pressoir à levier en plein air. Plus que les instruments de production eux-mêmes, c’est donc l’association entre pithoi, fragments d’amphores et pépins de raisin qui, dans la majorité des cas, permet de déceler une production locale de vin. Il en est de même pour l’huile car l’emploi durant les époques archaïque et classique d’instruments de production primitifs risque de masquer une production de faible ampleur mais suffisante pour satisfaire la demande locale : des associations entre jarres et noyaux d’olives cassés sont des indices pour repérer une production locale.

Fig. 290 Maie de pressoir en pierre de la ferme de Punta Chiarito à Ischia, photo C. Gialanella.

Fig. 290 Maie de pressoir en pierre de la ferme de Punta Chiarito à Ischia, photo C. Gialanella.

13On s’attendrait à ce que les découvertes archéologiques soient plus fréquentes pour la période classique. En effet, les textes mentionnent l’existence de cultures et d’installations de production de grande ampleur en Sicile dès le V e s. av. J.-C. Vers la fin du siècle, un Syracusain du nom de Polyzèlos était propriétaire d’une olivette (Thucydide, VII, 81, 4). Cas plus significatif : les Histoires de Polykleitos rapportent qu’à Agrigente, un certain Tellias possédait une cave à vin équipée d’un grand fouloir enduit de chaux, d’une contenance de 1000 amphores (environ 200 hl) relié à 300 jarres taillées dans la pierre, chacune d’une contenance de 100 amphores (environ 20 hl) (Diodore de Sicile, XII, 83, 3). Avant la seconde guerre punique, Agrigente exportaient ses olives et son huile à Carthage, ce qui implique toute une organisation de la production et du conditionnement (Diodore de Sicile, XIII, 81, 4). Dans les alentours immédiats de Camarine, les deux fermes quasi identiques de Capodicasa et de Jurato, construites dans la seconde moitié du V e siècle, n’ont pas livré d’installation caractéristique de la production du vin ou de l’huile, pas de pressoir notamment ; toutefois, la pièce 5 de la ferme Jurato comportait quatre fosses interprétées comme des logements de pithoi qui témoigneraient du stockage de vin ou d’huile (Pelagatti 1980-1981, p. 724) (fig. 291). La découverte de noyaux d’olives dans les niveaux d’occupation de cette ferme pourrait indiquer son implication dans l’oléiculture (Di Stefano 2002, p. 108).

Fig. 291 Plan de la ferme Jurato à Camarina, d’après Pelagatti 1980-1981.

Fig. 291 Plan de la ferme Jurato à Camarina, d’après Pelagatti 1980-1981.

14L’archéologie n’a jusqu’à présent livré des vestiges d’huileries ou d’installations vinicoles qu’à partir de la fin de l’époque classique. En Sicile, quelques exemples sont fournis par Camarine, Géla et Agrigente. À l’est de Camarine, la ferme de Cancellieri, qui occupe un espace de 20 x 15 m environ, comporte deux cours. Dans la cour sud-est donnent la cuisine et les pièces d’habitation ; celle située à l’ouest, comprend un petit sanctuaire rural, une salle équipée de deux pressoirs et de trois pithoi (fig. 292). Originellement interprété comme une installation de production de miel, cet ensemble correspond probablement à une huilerie ou à un complexe vinicole (Di Stefano1980-1981). Dans le territoire de Géla, la ferme du Contrado Priorato datée de la seconde moitié du IV e s. av. J.-C. comprend une pièce dotée d’une maie de pressoir taillée dans la roche. Dans la pièce voisine, deux cuves creusées dans le roc ont une contenance individuelle supérieure à 4000 litres ; elles sont associées à cinq pithoi et à deux cuves cylindriques recouvertes d’un enduit (fig. 293). L’association des cuves et de pithoi et la contenance des cuves pourraient indiquer une production de vin (Adamesteanu 1958). À Agrigente, un pressoir à huile a été dégagé dans une maison accolée au rempart sur la Rupe Atenea (De Waele 1976-1977).

Fig. 292 Plan de la ferme de Contrada Priorato à Gela, d’après Adamesteanu 1958.

Fig. 292 Plan de la ferme de Contrada Priorato à Gela, d’après Adamesteanu 1958.

Fig. 293 Plan de la ferme de Canciellieri à l’est de Camarina, d’après Di Stefano 1980-1981.

Fig. 293 Plan de la ferme de Canciellieri à l’est de Camarina, d’après Di Stefano 1980-1981.

15Cette multiplication des installations de production au cours du IVe siècle montre, qu’après les précurseurs dignes de mention écrite de l’époque précédente, une plus forte proportion d’agriculteurs spécialisent leurs cultures et se dotent d’instruments puissants employant des parties en pierre (maies et meules). C’est d’ailleurs à partir du IIIe siècle et surtout du IIe siècle que l’on commence à voir apparaître des mentions de magasins de jarres (pour conserver l’huile ou le vin) et de pressoirs dans les actes de vente de propriétés qui nous sont parvenus. Par exemple, une inscription trouvée à Morgantina fait mention des parts d’un pressoir qu’on imagine d’une certaine ampleur puisqu’il est partagé entre plusieurs propriétaires ; le contexte, vente d’une propriété viticole, indique qu’il s’agit d’un pressoir à vin (Game 2008, n° 83). Une autre inscription, découverte probablement à Camarine, mentionne une « rue des Pressoirs », ce qui implique à la fois un nombre notable d’appareils et des instruments suffisamment imposants pour attirer l’attention (probablement des pressoirs à levier comme à Agrigente).

3. Quels transferts de techniques vers les populations indigènes ?

16La rareté des installations fouillées ne permet pas de dresser un tableau de la situation, ni de déceler des évolutions ; tout au plus peut-on ouvrir le débat. Il est désormais acquis qu’il existe une viticulture et une oléiculture indigènes antérieures à la colonisation. À la différence de la Gaule méridionale des VIe et V e  siècles, ce ne sont pas les colons grecs qui ont initié les populations italiques à ces cultures. Elles ont découvert elles-mêmes les techniques de base allant de la taille de la vigne à la production du vin et à l’extraction de l’huile ou bien elles ont reçu ces techniques lors de contacts antérieurs avec les Mycéniens à la fin de l’âge du Bronze.

17Il est toutefois vraisemblable que les colons grecs ont introduit de nouvelles variétés d’oliviers et de vignes. C’est un phénomène banal dont on a la preuve génétique par l’apparition du mitotype oriental dans les variétés locales d’olivier. Quand s’est fait cet emprunt ? au moment des contacts avec les Mycéniens ? Au moment de la colonisation grecque ou plus tard encore ? Probablement à toutes ces époques ; il faut imaginer un flux continuel. Il y a eu certainement des transferts de cépages qui suivent parfois des modes. Une preuve de ces transplantations est donnée par la cargaison du navire d’El Sec qui coula à Majorque au IV e siècle avant J.-C. : il transportait des amphores et de nombreux sarments de vigne (Arribas 1989).

18En Italie, les techniques de culture montrent une opposition entre une tradition de conduite basse et sur échalas d’origine grecque et une tradition de conduite de la vigne sur les arbres, d’origine locale et notamment étrusque (Sereni 1965). Mais on est bien incapable de dater la progression dans les aires indigènes des techniques de vignes basses ou sur échalas et donc de mesurer les progrès de l’influence grecque en la matière.

  • 5 Carter 2005, p. 23-28 ; Costantini, Biasimi Costantini, 2003, p. 3-12.

19Dans la chora de Métaponte, où il est possible de croiser les données archéologiques avec celles de la carpologie et de la palynologie, les études réalisées sur le sanctuaire de Pantanello, une source dans laquelle les restes organiques sont conservés de façon optimale, montrent que les noyaux d’olives sont très fréquents dans les niveaux de l’époque classique. Les diagrammes polliniques attestent de leur côté la présence discrète de l’olivier dès le VIIe siècle (autour de 2 % des pollens) et surtout une augmentation spectaculaire au IV e siècle où les proportions atteignent 15-16 % du total. Cette phase de culture intense serait suivie d’une décrue à l’époque hellénistique caractérisée par une extension des emblavures 5. Pourtant les fouilles et les prospections de l’équipe de J. Carter n’ont pas mis au jour les installations de production qu’un tel tableau tiré de la carpologie et de la palynologie permettrait d’attendre. Il faut imaginer que la plupart du temps, les installations étaient en matériaux organiques.

Fig. 294 Pressoir de la ferme lucanienne de Montegiordano, photo J.-P. Brun.

Fig. 294 Pressoir de la ferme lucanienne de Montegiordano, photo J.-P. Brun.

Fig. 295 Meule de trapetum et pressoir de Monte Adranone, photo M.-G. Canzanella.

Fig. 295 Meule de trapetum et pressoir de Monte Adranone, photo M.-G. Canzanella.

20Les vestiges de pressoirs concernent sauf exception (Punta Chiarito) des sites datables à partir du IV e siècle en Grande-Grèce et en Sicile (Contrado Priorato à Gela par exemple). De cette époque datent aussi deux fermes lucaniennes, Montegiordano, près de Sybaris, datée entre 350 et 275 avant J.-C. (fig. 294) et Monte Moltone, près de Potenza, milieu du IV e siècle à fin IIIe siècle avant J.-C. ainsi qu’une huilerie dans l’agglomération sicane de Monte Adranone, au sud d’Entella (IV e siècle) (fig. 295). Les installations de pressurage qui se trouvent dans ces fermes et à Monte Adranone sont similaires à celles que l’on connaît en Grèce et dans les cités grecques de Sicile à la même époque : maie de pierre, souvent dans l’angle d’une pièce où était encastré un pressoir à levier et moulin à huile. Si la datation du moulin à huile à meules bombées de Monte Adranone est exacte, on se trouve en face d’un ensemble qui trouve des comparaisons à Olynthe et à Argilos en Macédoine par exemple (Bonias, Perreault 1993). Les rares éléments disponibles n’autorisent donc pas une discrimination entre les installations grecques comme celles de Gela et indigènes comme celle de Montegiordano, leur détermination étant uniquement fondée sur leur emplacement dans le territoire d’une cité grecque ou non. Les techniques utilisées paraissent identiques, soit qu’il s’agisse de commandes faites à des artisans grecs des colonies voisines, soit qu’il s’agisse d’une koinè technique. Dès 1983, Chr. Goudineau avait souligné que Marseille vendait son savoir technique aux indigènes de la Gaule méridionale (Goudineau 1983). Ainsi auraient été négociés avec leurs voisins, la construction de remparts comme ceux de Saint-Blaise, de tours comme celle de Mauressip, de monuments publics comme ceux de Glanon, mais aussi de pressoirs à huile comme ceux d’Entremont. Remarquant qu’un des contrepoids de pressoir d’Entremont, capitale des Salluvii, provenait des carrières de La Couronne et que sa technique de taille était identique à celle des blocs des remparts hellénistiques de Marseille, il en avait tiré la conclusion que le pressoir avait été vendu préfabriqué par des artisans grecs. Cet exemple illustrerait « le transfert en dehors de Marseille (ou des zones qu’elle pouvait contrôler), non seulement de son savoir mais des appareils qu’elle fabriquait. Qu’il s’agisse d’un exemple unique n’importe guère : ce type de pièces ne se retrouve qu’assez rarement » (Goudineau 1984, p. 221). De tels phénomènes ont pu être fréquents en Italie méridionale, mais l’état actuel des recherches ne permet pas encore d’apporter des réponses certaines à ces questions.

Bibliographie

Adamesteanu 1958 : Adamesteanu (D.) – Scavi e scoperti nella provincia di Caltanisetta dal 1951 al 1957. NSA 1958, p. 288-408.

Albanese 1997 : Albanese Procelli (R.M.) – Échanges dans la Sicile archaïque : amphores commerciales, intermédiaires et redistribution en milieu indigène. RA 1997, p. 3-25.

Arribas 1989 : Arribas (A.) – El Sec : ceramica comun, bronces, molinos, varia, in : Rouillard (P.), Villanueva-Puig (M.-Chr.) – Grecs et Ibères au IV e siècle avant J.-C., Commerce et iconographie. Paris, De Boccard, 1989, p. 93-116.

Bonias, Perreault 1993 : Bonias (Z.), Perreault (J.) – Argiloı, Anaskafh 1992-1993, To ajrcailologikov evrgo sth Madedoniav kai Qravkh, 7, 1993, p. 465-476.

Breton, Tersac, Bervillé 2006 : Breton (C.), Tersac (M.), Bervillé (A). Genetic diversity and gene flow between the wild olive (oleaster, Olea europaea L.) and the olive : several Plio-Pleistocene refuge zones in the Mediterranean Basin suggested by sequence repeats analysis. Journal of Biogeography 33 (11), 2006, p. 1916-1928.

Carter 2005 : Carter (J.C.) – Discovering the Greek countryside at Metaponto. Ann Arbor, The University of Michigan, 2005 ( p. 287).

Cicirelli, Albore-Livadie 2008 : Cicirelli (C.), Albore Livadie (Cl.) – Stato delle ricerche a Longola di Poggiomarino : quadro insediamentale e problematiche, in : Guzzo (P.), Guidobaldi (M.P.) – Nuove ricerche archeologiche a Pompei ed Ercolano. Studi della Soprintendenza Archeologica di Pompei, 25. Napoli, Electa, 2008, p. 473-487.

Costantini, Biasimi Costantini 2003 : Costantini (L.), Biasimi Costantini (L.) – Agriculture and diet in the chora of Metaponto : the palaeobotanical evidente from the sanctuary of Pantanello, in : Living of the chora. Diet and nutrition at Metaponto. Austin, The University of Texas, 2003, p. 3-12.

D’Agostino 1977 : D’Agostino (B.) – Tombe « principesche » dell’Orientalizzante antico da Pontecagnano. Monumenti antichi, 49, Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1977.

De Caro, Gialanella 1998 : De Caro (St.), Gialanella (C.) – Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Foro d’Ischia, in : Bats (M.), D’Agostino (Br.) (éds.) – Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente. Napoli, Centre J. Bérard/AION, 1998, p. 337-353.

De Waele 1976-1977 : De Waele (J.A.) – Gli scavi sulla Rupe Atenea di Agrigento, Kokalos, 22-23, 1976-1977, p. 456-469.

Di Sandro 1986 : Di Sandro (N.) – Le anfore arcaiche dallo scarico Gosetti, Pithecusa. Naples, Centre Jean Bérard 1986.

Di Stefano 1980-1981 : Di Stefano (G.) – Ricerche nella provincia di Ragusa (1977-1980), Kokalos, 26-27, 1980-1981, p. 756-758.

Di Stefano 2002 : Di Stefano (G.) – La casa greca nel IV sed. a. C. nella Sicilia sud-orientale, In : La Sicilia dei due Dionisî. Atti della settimana di studio, Agrigento 1999. Roma, L’Erma di Bretschneider, p. 93-115.

Fiorentini 1995 : Fiorentini (G.) – Monte Adranone, Roma. Libreria dello stato, 1995.

Game 2008 : Game (J.) – Actes de vente dans le monde grec. Témoignages épigraphiques des ventes immobilières. Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (50), 2008 (p. 209).

Gialanella 1994 : Gialanella (C.) – Phitecusa : gli insediamenti di Punta Chiarito. Relazione preliminare, in : Apoikia. I più antichi insediamenti greci in Occidente : funzioni e modi dell’organizzazione politica e sociale. Scritti in onore di Giorgio Buchner. AION 1, 1994 [Napoli, Istituto universitario orientale 1995], p. 168-203.

Goudineau 1983 ; Goudineau (Chr.), Marseille, Rome and Gaul from the third to the first century BC, in : Garnsey (P.), Hopkins (K.), Whittaker (C.R.), Trade in the ancient economy. Londres, 1983, p. 76-86.

Goudineau 1984 : Goudineau (Chr.) – Un contrepoids de pressoir à huile d’Entremont (Bouches-du-Rhône), Gallia, 42,1, 1984, p. 219-221.

Guarino et alii 2002 : Guarino (C.), Napolitano (F.), Sciarrillo (R.), Nava (M.L.) — Olea europea L. : origine e diffusione. Poster 57 du 42e Convegno di studi sulla Magna Grecia. Taranto 2002.

Guzzo 1982 : Guzzo (P.G.) – Le città scomparse della Magna Grecia. Roma, Newton Compton, 1982 (réed. 1990).

Guzzo 2000 : Guzzo (P.G.) – La tanba 104 Artiaco di Cuma osia dell’ambiguità del segno, in : Demarato, studi di antichità classica offerti a P. Pelagatti. Milan, Electa, 2000, p. 135-147.

Peroni, Trucco 1994 : Peroni (R.), Trucco (Fl.) – Enotri e Micenei nella Sibaritide. 1. Broglio di Trebisacce. 2. Altri siti della Sibaritide. Taranto, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1994.

Sereni 1965 : Sereni (E.) – Il vino di Ulisse ed il vino del Ciclope, in : Per la storia delle più antiche tecniche e della nomenclatura della vite e del vino in Italia. Firenze, 1965, p. 75-150.

Terral et alii 2004 : Terral (J.F.), Alonso (N.), Buxo (R.), Chatti (N.), Fabre (L.), Fiorentino (G.), Marinval (P.), Perez (G.), Pradat (B.), Alibert (P.) – Historical Biogeography of olive domestication (Olea europaea L.) as revealed by geometrical morphometry applied to Biological and Archaeological material. Journal of Biogeography 31, 2004, p. 63-77.

Tocco 1990 : Tocco (G.) – La villa de Moltone (Tolve), in : Basilicata, Espansionismo romano nel sud-est d’Italia. Il quadro archeologico. Atti del convegno di Venosa 1987. Venosa, Ozanna, 1990, p. 95-100.

Vallet 1962 : Vallet (G.) – L’introduction de l’olivier en Italie centrale, in : Hommages à A. Grenier, 3, Latomus, 1962, p. 1554-1563.

Notes

1 Sur Broglio di Trebisacce, voir Peroni, Trucco 1994, p. 578 pour la présence massive de bois d’olivier dans les charbons et le nombre des noyaux. Un magasin contenant cinq jarres est daté de l’âge du Bronze final (vol. 1, p. 67-80 et 100-102) ; les analyses chimiques montrent qu’elles ont contenu de l’huile (vol. 2, p. 855-856). Sur Tursi : Guarino et alii 2002.

2 La mesure de Solon, rapportée part Plutarque (Solon 24, 1-2), postérieure de plus d’un siècle aux débuts de la fabrication des amphores SOS, ne saurait constituer un indice de leur contenu. Sur les SOS en Italie, voir Vallet 1962, p. 1554-1563, Guzzo 1982, 76 et Gras 1987, p. 41-50 et plus récemment Descat 1993, p. 145-161 et Docter 1991, p. 45-50.

3 La tombe Artiaco 104 de Cumes a fait récemment l’objet d’une nouvelle lecture : Guzzo 2000, p. 135-147.

4 On notera que dans la ferme de Punta Chiarito à Ischia, une partie des amphores utilisées par le vigneron pour conserver son vin étaient des vases de récupération, amphores de Corinthe et d’Étrurie.

5 Carter 2005, p. 23-28 ; Costantini, Biasimi Costantini, 2003, p. 3-12.

Table des illustrations

Titre Fig. 287 Carte de l’Italie méridionale localisant les sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-1.png
Fichier image/png, 394k
Titre Fig. 288 Le mobilier de la tombe 926 de Pontecagnano, d’après D’Agostino 1977.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-2.png
Fichier image/png, 448k
Titre Fig. 289 Foulage du raisin sur un cratèredu Musée de Lecce, dessin J.-P. Brun.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 290 Maie de pressoir en pierre de la ferme de Punta Chiarito à Ischia, photo C. Gialanella.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 291 Plan de la ferme Jurato à Camarina, d’après Pelagatti 1980-1981.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 292 Plan de la ferme de Contrada Priorato à Gela, d’après Adamesteanu 1958.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 293 Plan de la ferme de Canciellieri à l’est de Camarina, d’après Di Stefano 1980-1981.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-7.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 294 Pressoir de la ferme lucanienne de Montegiordano, photo J.-P. Brun.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-8.png
Fichier image/png, 718k
Titre Fig. 295 Meule de trapetum et pressoir de Monte Adranone, photo M.-G. Canzanella.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/620/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access