Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

La logique de l'écriture

Alphabet grec et langues indigènes de la Grande Grèce entre unité et variété

Paolo Poccetti

Résumé

Les langues sabelliques occupent une place tout à fait spéciale qui les distingue des autres domaines linguistiques non seulement de la Péninsule italienne, mais aussi de la Méditerranée ancienne dans son ensemble. Les populations installées en Grande-Grèce et en Sicile sont demeurées fidèles aux modèles de l’alphabet grec, avec lesquels elles étaient plus directement en contact, alors que les populations indigènes du centre de la Péninsule ont développé très tôt des systèmes d’écriture autonomes les uns par rapport aux autres. La conquête de cette autonomie non seulement vis-à-vis de l’alphabet grec, qui a fourni le modèle, mais aussi par rapport aux autres langues voisines (telles que le latin et l’étrusque) se réalise à travers deux procédés fondamentaux, l’innovation et la conservation, qui concernent à la fois la forme et la valeur des signes. Dès l’époque archaïque, le domaine sabellique se distingue des autres langues de la Péninsule non seulement par l’emploi de systèmes d’écriture différents, mais aussi par les évolutions et le réseau des contacts qui accompagnent l’histoire de ces communautés réparties entre l’Ombrie et la Calabre, jusqu’à leur absorption dans le monde romain.

The Sabellian languages are very different from other language areas not only of the Italian peninsula, but also of the whole ancient Mediterranean. Native peoples of Magna Graecia and Sicily have taken models of the Greek alphabet, with which they were more in touch, while the native peoples from the center of the Peninsula have developed early writing systems, all autonomous from each other. The conquest of autonomy not only with respect to the Greek alphabet, which provided the model, but also in relation to other neighboring languages (such as Latin and Etruscan) takes place through two fundamental processes, innovation and conservation, which concern both the form and the value of signs. Since the Archaic period, the Sabellian field differs from other languages of the peninsula not only by the use of different writing systems, but also by the changes and the network of contacts that accompany the history of these communities spread between Umbria and Calabria, until their absorption in the Roman world.

Entrées d'index

Géographique :

Grande-Grèce

Texte intégral

1Au sein des systèmes d’écriture, les langues sabelliques occupent une place tout à fait spéciale qui les distingue des autres domaines linguistiques non seulement de la Péninsule italienne, mais aussi de la Méditerranée ancienne dans son ensemble. Mise à part la diffusion de l’alphabet latin, qui intervint à la suite du rayonnement de l’influence romaine, et dont les traces dans l’écriture ne sont pas antérieures au IIIe s. av. J.-C., ces langues font appel à deux systèmes graphiques distincts, dès le moment où elles commencent à être documentées. Les populations installées en Grande-Grèce et en Sicile sont demeurées fidèles aux modèles de l’alphabet grec, avec lesquels elles étaient plus directement en contact, alors que les populations indigènes du centre de la Péninsule ont développé très tôt des systèmes d’écriture autonomes les uns par rapport aux autres. La conquête de cette autonomie non seulement vis-à-vis de l’alphabet grec, qui a fourni le modèle, mais aussi par rapport aux autres langues voisines (telles que le latin et l’étrusque) se réalise à travers deux procédés fondamentaux, l’innovation et la conservation, qui concernent à la fois la forme et la valeur des signes. Ainsi, par exemple, ce sont l’emploi des lettres « mortes » (comme le samek en milieu sabin), l’attribution de valeurs différentes à un même signe (comme le digamma respectivement en contexte latin et étrusque), et l’introduction de signes tout à fait nouveaux (les notations du /f/ en falisque et en étrusque) qui donnent lieu à la naissance de systèmes alphabétiques distincts. De cette manière, dès la seconde moitié du VIe s. av. J.-C., trois grandes aires d’écritures nationales, latine, étrusque et sabine, se distribuent dans la partie centrale de la Péninsule. Dans ces grandes aires s’inscrivent des variations locales avec des aboutissements différents : d’une part, la fixation, plus ou moins rigide, d’un système d’écriture « national », comme celui de l’étrusque et celui du latin, et, de l’autre, l’affaiblissement ou la disparition de certaines écritures, comme dans le cas des alphabets employés par les langues sabelliques à l’époque archaïque.

  • 1 Sur le lien entre diffusion de l’écriture et organisation politique cf. Cristofani 1999.

2Dès l’époque archaïque, le domaine sabellique se distingue des autres langues de la Péninsule non seulement par l’emploi de systèmes d’écriture différents, mais aussi par les évolutions et le réseau des contacts qui accompagnent l’histoire de ces communautés réparties entre l’Ombrie et la Calabre, jusqu’à leur absorption dans le monde romain. La  « crise » et les transformations qui ont affecté l’organisation sociale et politique des communautés de la Péninsule au Ve s. av. J.-C. n’ont pas eu de répercussions remarquables dans les lignes fondamentales des systèmes alphabétiques de l’étrusque et du latin, qui pour l’essentiel sont demeurés intacts (sauf l’évolution du tracé des signes) alors que le domaine des langues sabelliques se caractérise par des changements remarquables qui mettent en question les modèles alphabétiques eux-mêmes1. Ces changements se nourrissent de la relation dialectique, d’une part entre discontinuité et continuité, et, de l’autre, entre l’unité et les variations, où l’axe chronologique se croise avec les coordonnées géographiques.

3Avant le IVe s. av. J.-C. deux grandes aires d’écriture se distinguent, représentées respectivement par l’alphabet des inscriptions appelées « sud-picéniennes » et par l’alphabet qui s’est répandu depuis les colonies achéennes en Lucanie et dans le Bruttium. Dans ce panorama, une place tout à fait spéciale est réservée à la Campanie. Au cours du Ve s., cette région présente une partition entre deux zones alphabétiques pour écrire une même langue. Ces zones sont séparées par le Vésuve : au nord du volcan, on utilise l’alphabet étrusque, alors qu’au sud, plus précisément dans la zone avoisinant la presqu’île de Sorrento, on rencontre un alphabet indigène (Poccetti 2010).

4Mais à l’intérieur de ces aires alphabétiques, on constate des variations dans l’emploi et dans la valeur des signes ainsi que dans les procédés orthographiques. Ainsi, tout comme la vingtaine d’inscriptions du corpus « sud-picénien » présente des variantes éparpillées dans des localités toutes proches les unes des autres, les quelques textes sabelliques écrits en alphabet du réseau des colonies achéennes font ressortir des distinctions dans le tracé des signes et dans l’orthographe. Par exemple, parmi les inscriptions en alphabet achéen, la graphie de la diphtongue dans l’inscription de Tortora (<oF>, Rix 2002, ps 20) se différencie de celle du vase de Castelluccio sul Lao (<ou>, Rix 2002, ps 1). De même, le tout petit corpus d’inscriptions en alphabet indigène de Campanie, concentrées autour de la Presqu’île de Sorrento, présente des différenciations à la fois dans l’orientation des lettres et dans les signes de ponctuation (Poccetti 2010).

5A partir de la fin du IVe s. avant J.-C., la partition du domaine sabellique entre deux grandes aires alphabétiques se répète, mais les modèles sont différents : il s’agit de l’alphabet étrusque et de l’alphabet grec hellénistique. Le rapport avec l’alphabet qui a fourni le modèle se différencie d’une zone à l’autre, ce qui se manifeste dans les procédés d’adaptation suivis par chaque aire alphabétique. Pour expliquer ces modifications, M. Lejeune avait appliqué le critère de la distinction entre alphabet qui a fourni le modèle principal et alphabet qui a fourni le modèle accessoire (Lejeune 1970, p. 5 ; Lejeune 1983). Mais d’autres faits ont joué un rôle important dans la partition alphabétique, notamment la continuité avec la tradition graphique qui précède et les contacts avec d’autres cultures alphabétiques. La continuité avec une tradition graphique antérieure se manifeste d’une manière différente d’une région ou d’un site à l’autre, ou parfois d’un texte à l’autre. Quelques exemples apparemment isolés s’insèrent de manière cohérente dans une ligne de continuité alphabétique lors du remplacement d’un alphabet par un autre alphabet. Par exemple, l’introduction des deux signes vocaliques transcrits <ú> et <í> caractérisant la « réforme orthographique » de l’alphabet osque d’origine étrusque s’est inspirée de l’emploi de certains signes de l’alphabet « sud-picénien » dont la fonction correspondait à celle de <ú> et <í>. Plus précisément, la forme de <ú> reproduit celle de l’alphabet « sud-picénien » (sauf l’orientation, différente, du signe), alors que la forme de <í> a été créée par imitation de celle de <ú>, ce qui donne lieu à un parallélisme formel entre les deux signes nouveaux, qui n’existe pas dans l’alphabet qui a fourni le modèle.

  • 2 C’est le cas de l’inscription célèbre de Caso Cantovios (CIL I2 5 = ILLRP 7), datant du début du (...)
  • 3 Rix 2002, MV 2. En ce qui concerne l’origine de deux tracés différents pour les sifflantes, cf. P (...)
  • 4 En ce qui concerne la datation de ces casques, voir Del Tutto-Prosdocimi-Rocca 2002, 411-417.

6D’autres échos de l’écriture « sud-picénienne » se retrouvent sporadiquement dans les textes en alphabet latin, adopté de très bonne heure par les populations des Abruzzes, notamment les Marses, les Vestins, les Péligniens. Ainsi, l’orientation boustrophédique appliquée à l’alphabet latin, dans les inscriptions provenant des pays des Marses2 et des Vestins (Poccetti 2007, p. 377), est un trait qui trouve son origine dans l’écriture archaïque locale. Une autre trace de l’alphabet « sud-picénien » se retrouve dans l’emploi de deux signes distincts pour les sifflantes dans une inscription en alphabet latin du pays des Vestins3. Il paraît donc certain que, au moins au seuil du IIIe s. av. J.-C., le souvenir de l’alphabet sud-picénien ne s’était pas affaibli, puisque des traces de celui-ci se manifestent dans les alphabets qui s’y substituent. D’ailleurs, la continuité du système graphique plus ancien est directement attestée par des casques inscrits qui conservent ce type d’écriture encore aux IVe-IIIe s. av. J.-C.4. Ces objets correspondant à un usage personnel nous montrent que l’emploi du système d’écriture archaïque se poursuivait au niveau informel des objets privés.

7Un autre aspect important qui a contribué à la formation des systèmes d’écriture chez les populations parlant les langues sabelliques concerne les contacts avec les traditions voisines. Ces contacts ont produit des résultats différents, qui vont de l’adoption d’un signe isolé jusqu’à l’emprunt d’une série de signes aboutissant à la création d’un alphabet nouveau. C’est grâce à la proximité de l’alphabet grec que l’écriture de l’osque de la Campanie et du Samnium a introduit les signes pour les consonnes sonores /b/, /d/, /g/, en se fondant sur l’alphabet étrusque, ce qui a donné naissance à un système nouveau. Ce n’est pas un hasard si cette exigence ne s’est pas manifestée dans l’alphabet étrusque appelé à écrire l’ombrien, qui, en revanche, révèle l’influence des traditions alphabétiques voisines essentiellement à travers les tracés des signes (Maggiani 1984).

8La relation dialectique entre continuité et discontinuité, et entre unité et variété caractérise d’une manière tout à fait particulière les régions de l’Italie du sud qui ont adopté l’alphabet grec en tant que « modèle principal » de leurs systèmes d’écriture. Le lien strict et profond avec l’alphabet grec, et dans ses variations locales, et dans son développement historique, a donné lieu à une différenciation cruciale entre les écritures des langues indigènes de l’Italie méridionale et celles du reste de la Péninsule. Les alphabets adoptés par les populations indigènes de la Grande-Grèce demeurent strictement liés à l’alphabet modèle, en suivant ses variations et en s’adaptant aux innovations qui touchèrent la forme des signes et l’orthographe, alors que – comme on vient de le rappeler – les systèmes graphiques du centre-nord cherchent à gagner leur autonomie.

9Les dernières décennies ont marqué un progrès énorme dans la connaissance des systèmes alphabétiques utilisés pour écrire les langues indigènes de Grande-Grèce et de Sicile, qu’on peut identifier en trois grands domaines : celui des langues indigènes de la Sicile, celui du messapien dans l’Apulie et celui des langues sabelliques qui occupent la Lucanie et le Bruttium.

10C’est le domaine des langues sabelliques qui a connu le développement le plus important des systèmes d’écriture utilisant l’alphabet grec grâce à l’enrichissement remarquable du corpus. En effet, jusqu’à la fin des années 1960 la documentation épigraphique de ces langues en alphabet grec était très pauvre, en diachronie et en synchronie, comme le montre le recueil de Vetter (1953), qui contient moins d’une dizaine d’inscriptions en osque, auxquelles se rajoutaient deux textes, que M. Lejeune regroupait encore en 1973 sous la définition descriptive « épigraphie indigène du Bruttium » (Lejeune 1973). Ces deux documents sont demeurés tout à fait isolés et en partie énigmatiques jusqu’à la publication du cippe inscrit de Tortora trente ans plus tard (Lazzarini-Poccetti 2001). Ce document nouveau nous a dévoilé la diffusion de l’alphabet achéen pour écrire la langue des communautés indigènes, au niveau de leur organisation politique.

11La connaissance de l’alphabet hellénistique employé pour écrire la langue osque au cours du IVe s. av. J.-C. s’est élargie grâce aux découvertes de l’épigraphie osque de Rossano di Vaglio, dont les fouilles entre la fin des années 1960 et le tout début des années 1970 ont mis au jour environ soixante textes nouveaux. Cette période connut un essor particulier à la suite des discussions au sein des Congrès de Tarente, grâce à l’intuition et à la sensibilité de M. Lejeune, en collaboration avec le Surintendant de la Lucanie D. Adamesteanu (Poccetti 2001). Dans ce domaine M. Lejeune a joué un rôle tout à fait fondamental et irremplaçable en tant que « maître-fondateur » d’une sorte de nouvelle discipline, qu’il nomme lui-même « l’osque-grec ». Les problèmes liés à la transcription des textes nouveaux, au fur et à mesure de leur découverte lors des fouilles, et à leur encadrement chronologique, ont stimulé les efforts pour retracer les lignes d’un système d’écriture cohérent avec le système phonologique, dont la reconstruction avait attiré l’intérêt de M. Lejeune depuis longtemps (Lejeune 1962).

12Par ailleurs, le corpus épigraphique de Rossano di Vaglio impliquait non seulement la découverte d’un système d’écriture employé pour une langue, déjà connue à travers un autre alphabet, mais aussi l’acquisition d’une variété nouvelle de cette même langue, reflétée par un système graphique différent (Del Tutto Palma 1989). De ce point de vue, l’étiquette « osco-grec » devient ambigüe, se prêtant à être indifféremment appliquée à la variété graphique et/ou linguistique. En effet les témoignages de l’osque en graphie grecque font ressortir des éléments de variations à l’intérieur du domaine osque que l’écriture fort standardisée de la Campanie et du Samnium ne permettent pas d’apprécier. Plus généralement, c’est la connaissance du système phonologique de l’osque dans sa totalité qui a bénéficié de l’acquisition du dossier « osco-grec » surtout en ce qui concerne la notation des voyelles, que M. Lejeune avait synthétisée dans le tableau suivant en 1975 (fig. 1).

Fig. 1. Tableau du système des voyelles de l’osque esquissé par Lejeune 1975, p. 9.

Fig. 1. Tableau du système des voyelles de l’osque esquissé par Lejeune 1975, p. 9.
  • 5 Rix 2002 Lu 47. Sur la distribution des signes dans le texte voir Poccetti 1993, 219.

13Cependant, à la différence de l’osque en alphabet étrusque, la graphie « osco-grecque » semble échapper à un encadrement unitaire et cohérent. Deux points sont essentiels, portant l’un sur la forme des signes, à comparer avec celle de l’alphabet grec, l’autre, sur l’orthographe, à comparer avec celui de l’alphabet étrusque. Les consonnes sont également concernées par des variations, dont la distribution relève d’origines et de fonctions diverses. Par exemple, les deux signes pour la sifflante, notamment le sigma à quatre tirets <S> et le sigma lunatum <C>, présentés généralement comme se succédant chronologiquement (fig. 4), se retrouvent à l’intérieur d’une même tablette d’imprécation avec des fonctions morphosyntaxiques différentes5.

  • 6 Rix 2002 Me 1. Sur l’histoire des textes des Mamertini, cf. Orioles 1992 ; Crawford 2006.
  • 7 Voir l’inscription de Δαζιμος de Montescaglioso: Dubois 2002, p. 123.
  • 8 Référence dans Arena 2001, 9.
  • 9 Rix 2002 Lu 43, où ce prénom est reproduit avec la graphie fautive Νυμπσιμ au lieu de Νυμψιμ.
  • 10 Pour d’autres reflets de ce traitement en milieu osco-grec, voir Poccetti 2001, 87.

14Ailleurs les graphies de sifflantes semblent indiquer des différences phonétiques d’une région à l’autre. Par exemple, le digraphe <σδ> au lieu du <ζ> dans le prénom Νιυσδιηις attesté par la célèbre inscription des Mamertins (Mamertini)6 révèle la fidélité des Mamertins à la tradition locale (Arena 2001, p. 9), tandis que la sifflante sonore dans les inscriptions de Rossano est notée par le signe <ζ> (ex.ειζιδομ) conformément à l’orthographe grecque de la Lucanie (ex. Δαζιμος au lieu de Δασιμος dans les tables d’Héraclée, qui continue d’utiliser la graphie en alphabet achéen7. Mais la graphie de Νιυμσδιηις, à identifier, comme l’avait souligné Pisani8, avec le prénom noté Niumsis en alphabet étrusque et Νυμψιμ (ex. à Tiriolo)9 ou Νοψις dans d’autres textes en alphabet grec (ex. à Laos) (Rix 2002 Lu 46), nous dévoile d’un coup la sonorisation de la sifflante dans le groupe /ms/, qui n’est pas signalée en alphabet étrusque. En revanche, l’orthographe de Νυμψιμ n’implique aucune sonorisation : au contraire, le traitement du groupe consonantique /ms/ > /mps/ produit l’affaiblissent de la nasale, conforme à la phonétique grecque10, qui se retrouve dans Νοψις. En d’autres termes, Νυμψιμ etΝοψιςreflètent le traitement du groupe consonantique /ms/ typique du grec parlé. L’exemple de ce prénom nous montre que les variations graphiques à l’intérieur du domaine osco-grec correspondent à de véritables différenciations dans la langue.

15Au fur et à mesure que les inscriptions de Rossano di Vaglio étaient mises au jour, l’édition du corpus devait se confronter à deux problèmes préalables, à savoir le classement chronologique et la fixation de la valeur de chaque signe en fonction de l’interprétation des textes.

16Dans cette perspective, un rôle tout à fait fondamental a été joué par les variantes du signe pour noter la consonne /f/ et par les variantes d’orthographe des voyelles. Le nombre exceptionnel des signes pour /f/ dans l’alphabet osco-grec n’a rien de comparable avec d’autres systèmes d’écriture de l’Italie, étant donné que presque toutes les langues de l’Italie ont été obligées de trouver un outil pour noter un phonème que le répertoire grec ne possédait pas. Mais la distribution et l’origine de la variété des signes pour /f/ - parfois employés en synchronie - ne sont pas encore totalement claires. M. Lejeune, qui était conscient de ce problème bien avant les importantes découvertes de Rossano di Vaglio (Lejeune 1967), est toujours demeuré fidèle à son idée de fond que tous les signes employés dans l’écriture osco-grecque pour noter /f/ ne remontent qu’à un seul archétype commun, à savoir le signe de l’alphabet étrusque qui a l’allure du chiffre 8. Mais il a changé d’avis en ce qui concerne les filières qui ont produit l’évolution des variantes. La comparaison entre le schéma de 1966 (fig. 2) et celui de 1971, formulé à la suite des nouvelles trouvailles du sanctuaire lucanien de Rossano (fig. 3), nous montre le changement de son modèle de reconstruction. Une dernière modification se retrouve dans le tableau résumant les signes de Rossano (fig. 4), qui d’une manière surprenante ne prend pas en compte tous les signes attestés dans l’épigraphie du sanctuaire, par exemple le signe pour <β> appelé à noter /f/.

Fig. 2. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1966, p. 174.

Fig. 2. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1966, p. 174.

Fig. 3. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1971, p. 50.

Fig. 3. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1971, p. 50.

Fig. 4. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1990, p. 29.

Fig. 4. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1990, p. 29.

17L’explication de la variété des signes pour /f/, proposée par M. Lejeune, s’inscrivait, d’une part, dans une perspective strictement évolutive et, de l’autre, dans son idée originelle (mais appliquée de manière trop rigide) de modèle alphabétique « accessoire » opérant sur le modèle alphabétique « principal » (Lejeune 1970). D’après cette vision des choses, les créateurs de l’écriture osco-grecque, embarrassés pour la notation de /f/, phonème qui n’existait pas en grec, se seraient tournés vers la graphie étrusque en empruntant le signe caractéristique de cet alphabet (Lejeune 1970, p. 274). Mais cet épisode initial mis à part, il n’admettait plus de contacts, par la suite, entre la culture graphique des Osques méridionaux et celle des Osques centraux, en parvenant à la conclusion que la lettre <f> dépourvue d’attaches grecques et dont les attaches originelles avec l’osque-étrusque ont été très vite rompus a évolué isolément et de façon, en quelque sorte désemparée (Lejeune 1970, p. 276).

18Or l’interruption totale des contacts entre les deux systèmes graphiques, imaginée pour expliquer l’évolution du signe pour /f/, ne s’accorde pas avec le parallélisme et la cohésion entre les deux domaines en ce qui concerne la notation des voyelles, qu’il avait souligné à plusieurs reprises. Les relations étroites entre les deux systèmes se manifestent à travers une réforme orthographique du système vocalique, qui se déroule de manière parallèle dans les deux domaines au début du IIIe siècle av. J.-C. Cette « réforme » consiste, d’une part, en l’introduction de signes nouveaux dans le répertoire alphabétique et, de l’autre, en une distribution différente des graphèmes mis à disposition par l’alphabet grec. Bien évidemment, ce parallélisme ne peut pas relever du seul hasard.

19Cependant, la difficulté insurmontable dans l’idée de l’archétype et de l’évolution formulée par M. Lejeune repose, en premier lieu, sur le fait que le signe pour /f/ de l’alphabet étrusque ne se retrouve nulle part dans l’épigraphie osco-grecque. Inversement, des signes attestés dans l’alphabet osco-grec se retrouvent dans le domaine alphabétique d’origine étrusque. C’est le cas du signe à trois tirets, que M. Lejeune avait d’abord conçu comme une évolution du signe étrusque, avant son « exportation » en milieu osco-grec. Il se retrouve dans les légendes monétaires des Fenserni (Colonna 1984, p. 235) (fig. 5). On pourrait envisager là une influence dans le sens inverse.

Fig. 5. Tracé du /f/ en forme de sigma à trois tirets.

Fig. 5. Tracé du /f/ en forme de sigma à trois tirets.

20Mais la preuve décisive contre l’évolution tardive du signe étrusque vers les formes attestées dans l’alphabet osco-grec nous est fournie par de nouvelles découvertes, qui montrent que le signe de forme la plus évoluée était déjà diffusé dans des textes remontant à la fin du IVe s. av. J.-C., provenant de sites divers, et se rangeant à des niveaux socio-linguistiques différents, comme la tablette d’imprécation de Tiriolo dans le Bruttium (Rix 2002 Lu 43) et la plaque en bronze de Roccagloriosa, découverte plus récemment.

  • 11 Voir Threatte 1980, p.470; en ce qui concerne plus spécifiquement les flottements entre ces conso (...)

21Il paraît désormais hors de discussion que les signes employés pour noter /f/ dans la graphie osco-grecque ont des origines diverses et que, par conséquent, ils ne peuvent être ramenés à un archétype unique. Trois signes pour /f/ sont issus de l’alphabet grec, d’une manière indépendante l’un de l’autre : il s’agit des lettres β, θ et φ, dont l’évolution précoce vers les valeurs phonétiques des spirantes, attestée par l’épigraphie grecque dès l’époque classique11, a favorisé leur emploi pour noter la fricative bilabiale italique. D’ailleurs, l’emploi du <b> pour noter /f/ se retrouve dans d’autres domaines alphabétiques, comme dans l’épigraphie des langues indigènes de la Sicile.

  • 12 Comme, par ex., l’admet Cristofani 1998.

22Tous ces signes de l’alphabet grec appelés à noter /f/ se retrouvent dans les monnaies frappées en partie en osque, en partie en grec, par les villes de Campanie. Mais, dans ces monnaies tantôt en alphabet étrusque tantôt en alphabet grec figurent aussi des tracés inconnus à l’épigraphie osco-grecque, tels que le simple cercle <o> ou le rhomboïde < ◊> (Colonna 1984, p. 235). Tout cela implique évidemment des contacts entre les deux zones alphabétiques, mais en même temps semble exclure le rayonnement d’un modèle unique d’une part ou de l’autre12. Finalement, à la pluralité des notation du /f/, que l’on constate au cours du Ve s. sur les monnaies de Campanie, l’écriture osque de cette région a substitué un seul signe, celui appartenant à l’alphabet étrusque, alors que l’écriture en alphabet grec ne semble avoir adopté aucun modèle unique. Dans cette perspective, la graphie osco-grecque est plus conservatrice que la graphie osco-étrusque.

  • 13 C’est le signe numéroté 3a de la fig. 3 et 2a de la fig. 4.

23Les autres signes pour noter /f/ qui figurent plus fréquemment dans la documentation osco-grecque ne semblent pas non plus remonter à une source unique. La chronologie des nouvelles découvertes plaide contre la filière évolutive esquissée par M. Lejeune, étant donné que les occurrences du signe en forme de <S>13 sont plus ou moins simultanées avec celles qu’on a supposé être le résultat de son évolution, les deux cas se rencontrant à la fin du IVe s. av. J.-C.

  • 14 Comme l’admet Del Tutto Palma 1989, 110.

24En outre, la relation entre les autres signes échelonnés sur des périodes différentes représente le point le plus délicat de la question. Il se peut que ces signes relèvent des lettres grecques pour les « sifflantes » ou bien de leurs variantes : mais à quel niveau se situe cet aboutissement et quel est son point de départ ? L’emploi du signe pour sigma à quatre tirets (à savoir <Σ>) et son évolution vers le sigma lunatum (à savoir <C>) dans le corpus osco-grec (fig.4), invitent à exclure toute relation synchronique avec les signes appelés à noter /f/ dans le même alphabet. Donc, s’il y a eu un emprunt du signe à trois tirets avec valeur de sifflante, il doit avoir eu lieu en dehors de l’alphabet « ionien », répandu au IVe s. av. J.-C. dans le monde hellénistique, qui a fourni le répertoire des signes à l’écriture osco-grecque. Le sigma à trois tirets est connu par des alphabets locaux qui précèdent le rayonnement de l’alphabet hellénistique, comme, en Grande-Grèce, l’alphabet des colonies eubéennes, où ce signe est très commun (Jeffery 1990, p. 34). En revanche, dans l’alphabet achéen, diffusé dans la Lucanie occidentale et au nord du Bruttium, le signe à trois tirets correspond à la lettre iota, alors que cet alphabet adoptait le san pour noter la sifflante. Quant à la proximité phonétique avec la consonne /f/, donc, l’adaptation du signe à valeur vocalique de l’alphabet achéen semblerait moins probable qu’un emprunt au sigma à trois tirets des colonies eubéennes14.

25Toutefois le parcours de l’emprunt à l’alphabet eubéen demeure obscur, sauf à envisager les relations possibles des Lucaniens avec la zone de rayonnement de l’alphabet eubéen en Campanie, dont la limite méridionale, marquée par la Presqu’île de Sorrente et son arrière-pays au sud du golfe de Naples, se caractérise par la rencontre et les contacts entre des alphabets différents dès l’époque archaïque. Cependant une inscription osque en alphabet grec eubéen provenant de cette zone présente dans le nom Fίρινεις le signe final à quatre tirets (Rix 2002 Cm 16 ; Poccetti 2010, p. 84).

26Or le nouveau texte archaïque en alphabet achéen de Tortora sur la cote tyrrhénienne nous permet de formuler d’autres hypothèses sur l’origine de certains signes pour /f/ en graphie osco-grecque. En effet, la nouveauté la plus remarquable de ce document indigène à l’égard de l’écriture réside dans le signe employé pour noter /f/. Ce signe résulte d’une innovation introduite dans l’alphabet achéen utilisé par les langues indigènes à l’époque archaïque. Les similitudes frappantes de ce signe avec celui qui figure avec la même valeur dans les inscriptions en alphabet indigène de la Campanie méridionale, autour de la Presqu’île de Sorrente, indiquent des relations entre les deux domaines alphabétiques avant la diffusion de l’alphabet hellénistique (Poccetti 2010, p. 71). Ces relations viennent d’être confirmées par des textes nouveaux découverts plus récemment.

27Mais l’histoire de ce signe appelé à noter /f/ semble bien plus complexe, parce que son aspect se rapproche de la forme d’un signe attesté dans le corpus « sud-picénien » avec la valeur de /w/, qui n’est qu’une modification de l’ancien digamma, dont il a gardé la valeur phonétique. Bref, dans un horizon chronologique homogène (VIe-Ve s.), le même signe, hérité du digamma, garde la valeur de /w/ dans l’alphabet « sud-picénien », diffusé au centre de la Péninsule italienne, alors qu’au sud, dans deux aires alphabétiques distinctes, mais contigües – celle du sud de la Campanie et celle de la Lucanie – il se présente avec la valeur de /f/. On peut résumer la situation par le schéma de la fig. 6.

Fig. 6. Forme et valeur phonétique du /f/.

Fig. 6. Forme et valeur phonétique du /f/.
  • 15 Voir la table des signes « sud-picéniens » dans Marinetti 1985, p.59-60

28Le sens de diffusion de ce signe est orienté du nord vers le sud en donnant lieu à des variations mineures dans la forme. Ce sens de diffusion nous est confirmé par les valeurs différentes de ce signe, qui suppose l’évolution de /w/ vers /f/ et non pas l’inverse. Le changement de la valeur phonétique /w/ → /f/ (suivant un cheminement comparable à celui du signe pour digamma en latin) a eu lieu dans les régions méridionales, où les alphabets des populations indigènes ne possédaient aucun signe pour noter /f/, alors que l’alphabet « sud-picénien » avait à sa disposition un signe autonome (celui à deux points < : >)15. En revanche, les alphabets du sud disposaient d’un signe pour le digamma, comme nous le montre l’inscription de Tortora, ce qui rendait inutile l’emprunt d’un autre signe avec la même valeur.

29Ce qui nous intéresse ici, c’est de souligner que les populations indigènes de la Lucanie occidentale qui se servaient de l’alphabet achéen pour écrire leur langue (appartenant au groupe sabellique) à la fin de l’époque archaïque ont emprunté le signe pour /f/ à un alphabet indigène, employé un peu plus au nord pour noter la même langue. Ce phénomène révèle les contacts entre les deux aires alphabétiques à une époque antérieure à la formation de l’écriture osco-grecque. Rappelons que la limite qui sépare les deux domaines alphabétiques des langues sabelliques demeure intacte de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, lors du remplacement des alphabets qui ont fourni le modèle principal au cours du IVe s. Cette limite, située autour de la Presqu’île de Sorrente, coïncide avec l’ancienne ligne de séparation entre Campanie et Lucanie, qui continue d’exister jusqu’à l’époque romaine (fig.7). En d’autres termes, le changement des alphabets dans les deux systèmes d’écriture des langues sabelliques s’insère dans une continuité d’alphabétisation, qui respecte la distribution géographique des systèmes graphiques plus anciens. En effet, la limite méridionale du Golfe de Naples séparait la zone d’influence de l’alphabet de la colonie eubéenne de Cumes de la zone d’influence de l’alphabet achéen, dont la diffusion avait pour point de départ la colonie de Poseidonia.

Fig. 7. Une frontière alphabétique (le trait noir indique la limite de l’emploi de l’alphabet grec (toutes variantes confondues) pour écrire les langues indigènes).

Fig. 7. Une frontière alphabétique (le trait noir indique la limite de l’emploi de l’alphabet grec (toutes variantes confondues) pour écrire les langues indigènes).

30Dans cette ligne de continuité de l’alphabétisation des communautés indigènes, reliant l’alphabet achéen à l’alphabet osco-grec, s’inscrit l’évolution de certains signes pour noter /f/. Des tracés pour /f/ dans la graphie « osco-grecque » sont susceptibles d’être rapportés à la modification du signe employé avec la même valeur dans l’inscription archaïque de Tortora, en alphabet achéen, et dans les inscriptions de Campanie méridionale. Plus précisément, il s’agit de la forme du signe attestée par les inscriptions en alphabet osco-grec, datant de l’époque plus ancienne, comme par exemple la tablette d’imprécation de Tiriolo et le bronze de Roccagloriosa (fig. 8).

Fig. 8. Signe pour /f/ du bronze de Roccagloriosa et de la tablette d’imprécation de Tiriolo.

Fig. 8. Signe pour /f/ du bronze de Roccagloriosa et de la tablette d’imprécation de Tiriolo.

31On peut envisager ce signe comme un développement de la forme du /f/ de l’inscription de Tortora et de l’alphabet indigène de Sorrente, avec la filiation suivante (fig. 9).

Fig. 9. /f/ de l’alphabet achéen à l’alphabet hellénistique.

Fig. 9. /f/ de l’alphabet achéen à l’alphabet hellénistique.

32Du point de vue historique, le parcours le plus probable est la transmission du signe le plus ancien de l’écriture des langues indigènes en alphabet achéen à l’alphabet grec hellénistique. La raison qui nous amène à exclure l’alphabet indigène de la Campanie méridionale en tant que source du tracé en question réside dans le fait que ce système d’écriture semble disparaître au cours du Ve s. av. J.-C. : il semble donc invraisemblable qu’un siècle plus tard les communautés de la Lucanie et du Bruttium se soient tournées vers un système d’écriture qui n’appartenait pas à la tradition locale, et qui n’était pas non plus en usage à ce moment-là. En revanche, il nous paraît probable qu’au moment du remplacement de l’alphabet achéen par l’alphabet « ionien » hellénistique, le souvenir de ce signe ne s’était pas totalement effacé dans la tradition de l’écriture des langues indigènes. Concrètement, la connaissance du signe spécial pour noter une consonne si importante dans le système phonologique des langues sabelliques se serait transmise d’un alphabet à l’autre lors de la phase d’adoption de l’alphabet nouveau.

33La continuité de l’écriture chez les communautés de la Lucanie et du Bruttium lors du passage de l’alphabet achéen à l’alphabet diffusé dans le monde hellénistique n’est pas surprenante, parce qu’elle correspond au même procédé que l’on vient de rappeler ci-dessus : le remplacement d’un système alphabétique par l’autre dans d’autres domaines des langues sabelliques du nord s’est déroulé sans solution de continuité d’un système d’écriture à l’autre. Cela fait ressortir le parallélisme entre les deux domaines alphabétiques en ce qui concerne la continuité de l’écriture, lors du passage d’un alphabet à l’autre. Ainsi s’explique la présence de ce signe (fig. 8) dans les documents datables de la phase la plus ancienne de l’écriture osco-grecque.

34En conclusion, les nombreuses variantes du signe pour /f/, que l’on trouve dans la graphie osco-grecque même à l’intérieur d’un même site (c’est le cas du sanctuaire de Rossano), ne peuvent qu’être issues de sources différentes. Parmi ces sources, il faut prendre en compte le tracé pour /f/ de l’alphabet achéen employé par les communautés indigènes en Lucanie et dans le Bruttium, au cours de l’époque antérieure à la diffusion de l’alphabet hellénistique. La forme évoluée de ce signe figure dans les documents les plus anciens de l’écriture osco-grecque et de la Lucanie et du Bruttium, ce qui indique à la fois l’antiquité et la diffusion de son emploi dans l’aire alphabétique en question.

35Mais, à côté des faits unitaires, nombre de divergences entre la Lucanie et le Bruttium signalent que les deux régions ont développé séparément des « écoles graphiques », comme on l’a souligné depuis longtemps (Poccetti 1988, p. 141-146). Y compris à l’intérieur d’une même région, dans des textes du même type, et dont la datation est identique, on constate des variations. Par exemple, dans une tablette d’imprécation de Petelia, le /f/ est indiqué par le signe grec <φ> (Lazzarini 2004), alors que la tablette de Tiriolo datant de la même époque utilise le même signe que le bronze de Roccagloriosa, que nous avons mentionné précédemment. Quant aux voyelles, les écritures du Bruttium demeurent fidèles à la notation du second élément de la diphtongue par la voyelle <υ>, alors qu’en Lucanie, on trouve le plus souvent le digamma dans le digraphe <ωF> ou <οF>. Cet emploi du digamma pour la notation de la diphtongue avait été attribué à l’influence de la graphie étrusque, qui se serait exercée en Lucanie d’une manière plus marquée qu’au Bruttium, qui, lui, semble rester plus fidèle à la graphie utilisant la voyelle <υ> (Lazzarini 1983, p. 173 ; Poccetti 1988, p. 153). Mais la documentation nouvelle nous invite à nuancer cette conclusion. D’abord la tablette d’imprécation de Petelia, dans le Bruttium, présente la coexistence des deux graphies, par exemple AFες Αυδαις, Γναυ(ς) NoFιo (Lazzarini 2004). Inversement, la plaque en bronze de Roccagloriosa ne présente que la graphie avec <υ> (par exemple dans les mots τουτεικαις et σερευκιδιμα).

36Or le même type de flottement  entre <υ> et <F> dans la notation des diphtongues se retrouve dans les écritures indigènes archaïques en alphabet achéen, comme le montre τουτικεμ dans l’inscription de Castellucio sul Lao, à comparer à τοFτιδ que l’on trouve à Tortora. La pauvreté des textes archaïques ne nous permet pas de retracer les lignes de distribution de ces graphèmes entre Lucanie et Bruttium. Mais il paraît certain que les deux systèmes de notation des diphtongues employés dans l’alphabet hellénistique appartenaient déjà à l’alphabet achéen diffusé dans les mêmes régions. Cela n’exclut pas que la convergence avec la graphie diffusée dans la zone alphabétique étrusque ait stimulé la diffusion du digamma pour noter les diphtongues, qui sont plus prononcées en Lucanie qu’au Bruttium. Cependant, il faut souligner que les données épigraphiques des deux régions sont très déséquilibrées et dans la quantité et dans la chronologie, ce qui impose une certaine prudence dans leur évaluation.

  • 16 On applique ici à l’écriture la notion de « forme intérieure » et « forme extérieure » conçue pou (...)

37Les variations dans les tracés du /f/ et dans l’écriture des diphtongues correspondent bien au panorama très varié offert par la notation du système vocalique. Ces variations se situent au niveau des règles d’orthographe qui affectent plus directement la « forme intérieure » du système, alors que les tracés de signes concernent « la forme extérieure » de l’écriture16. A cet égard, les différentiations s’inscrivent dans les lignes de développement du système osco-grec plutôt que dans l’héritage de l’alphabet achéen, qui ne mettait à disposition que cinq signes vocaliques, tandis que l’alphabet hellénistique en possédait sept, en rajoutant les signes pour <η> et <ω>.

38Les nouvelles découvertes ont à plusieurs reprises contraint de modifier le tableau précédemment esquissé. M. Lejeune lui-même, qui en 1970 avait consacré un grand travail à la « phonologie osque et graphie grecque » (Lejeune 1970), se vit obligé deux ans plus tard de modifier ses conclusions à la suite d’une nouvelle inscription qui montrait que « dans la série qui ne présente pas de confusions et flottements (voyelles postérieures en syllabe non finale), le système de notations (α-ω-o) diffère du système lucanien classique (α-o-oυ), attesté notamment sur ce même site de Rossano » (Lejeune 1972a, p. 10). Ces nouvelles données avaient amené M. Lejeune à reformuler deux conclusions, l’une portant sur l’évolution du système phonologique, l’autre sur la question de l’origine de l’écriture « osco-grecque » : « L’osque a toujours donné l’impression d’être la plus stable, phonétiquement, des langues italiques, la moins affectée, à date historique, d’altérations majeures. Un certain nombre de données apportées par l’osque méridional (et valables au moins pour celui-ci) invitent à retoucher cette impression : peu avant le moment (début du Ier siècle avant notre ère) où elle cesse de s’écrire, cette langue était engagée dans une série de transformations bouleversant, plus ou moins profondément, son système phonologique : tendance à réduire de trois à deux les phonèmes vocaliques de la série antérieure et, en syllabe finale seulement, les phonèmes vocaliques de la série postérieure » (Lejeune 1972a, p. 13). « Jusqu’ici le caractère aberrant des notations vocaliques à Sorrente et à Vibo Valentia nous avait porté à envisager différentes « naissances » indépendantes d’une écriture osque à modèle grec. On corrigera cette vue en la ramenant à l’idée d’une seule naissance de l’alphabet osco-grec (en Lucanie ?), avec diffusion dans l’ensemble du monde osque méridional, mais avec des écoles orthographiques variant selon les lieux et les époques » (Lejeune 1972a, p. 10). Mais désormais, la vision d’un seul point de départ ou d’une naissance de l’alphabet osco-grec dans un endroit unique n’est plus à retenir. Les données nouvelles qui sont apparues depuis ces dernières années dessinent un tableau encore plus complexe du point de vue de la distribution et chronologique et diatopique, avec des éléments importants en ce qui concerne l’« origine » et le rayonnement de l’écriture « osco-grecque ». Dans le cadre qui soude les communautés indigènes de la Grande-Grèce à la fidélité à l’alphabet grec, s’insèrent des variations remarquables et des différentiations même à l’intérieur d’un seul endroit, qui nous révèlent que l’activité des lapicides osques n’est que « il risultato di una interna dialettica tra la realtà linguistica dell’ambiente in cui operavano e la tradizione che rappresentavano » (Campanile 1981, p. 39).

39Trois documents, mis au jour plus récemment, ont révolutionné le tableau précédemment esquissé : (a) le fragment de plaque en bronze de Roccagloriosa, (b) une inscription votive de Rossano, (c) le cippe de Tortora, en alphabet achéen. Ces trois documents présentent une certaine cohésion topographique, se concentrant dans la Lucanie occidentale, mais ils s’échelonnent sur des niveaux chronologiques bien différents. L’inscription votive de Rossano (b) appartient à la dernière phase de l’épigraphie du sanctuaire, c’est-à-dire au cours du IIs. (Nava-Poccetti 2001), alors que le bronze de Roccagloriosa (a) remonte à deux siècles plus tôt (fin IVe s.) (Gualtieri-Poccetti 2001) et que la pierre de Tortora (c) date de la fin du VIe s.

40On attirera ici l’attention sur quelques faits essentiels que nous apportent ces documents connus plus récemment. D’abord la notation des voyelles vélaires qui ne concerne que les deux textes osques (a) et (b) en alphabet hellénistique. La dédicace de Rossano atteste un système de notation des voyelles vélaires différent de celui esquissé sur la base du corpus du sanctuaire déjà connu : le signe <ω> y est employé pour la voyelle issue de [ŏ], correspondant au signe <ú> de l’alphabet étrusque, tandis que <oυ> indique la voyelle issue de [ō] correspondant au signe <u> de l’alphabet étrusque.

41Ainsi l’épigraphie osque du sanctuaire lucanien fait ressortir trois systèmes différents de notation des voyelles vélaires (Nava-Poccetti 2001, p. 103) qu’on peut synthétiser dans le schéma suivant  (fig. 10).

Fig. 10. Couples de graphèmes pour les voyelles vélaires dans l’épigraphie du sanctuaire de Rossano.

<u>← [ō]

<ú>←[ŏ]

o

ω

o

o

ω

  • 17 La seule attestation de /eu/ se trouve dans le mot σερευκιδιμα (bronze de Roccagloriosa), dont l’ (...)

42En outre, le signe <ω> sert à noter les diphtongues, notamment <ωι> et <ωF> (ex. Ηερεκλωι ; ΛωFκτιηις) en parallèle à l’emploi de <η> dans <ηι>. Comme on le sait, l’aboutissement de [eu] à [ou] dans les langues italiques ne permet pas l’attestation de <ηF>17.

43A la différence de <ω> qui est employé et comme voyelle libre et dans les diphtongues, le signe pour <η> ne se retrouve que dans la diphtongue [ei] notée <ηι>. L’écriture osco-grecque semble ignorer l’emploi du <η> en tant que simple voyelle, ce qui relève probablement de la valeur phonétique dont le signe <η> s’est chargé en grec de très bonne heure, c’est-à-dire [i]. Cette évolution, bien connue en grec sous le nom de « iotacisme » de <h>, mettait, donc, en concurrence le signe <η> avec <ι>. C’est ainsi que le digraphe <hi>, qui n’aurait aucun sens en grec, se dessine comme un outil créé exprès par l’écriture osco-grecque pour noter la diphtongue [ei]. Dans cette fonction le digraphe <ηι> a remplacé <ει>, qui se retrouve dans les textes plus anciens avec deux fonctions différentes, à savoir celle de simple voyelle reproduisant la valeur qui s’était répandue en grec, et celle de la diphtongue (Lejeune 1970 ; Lejeune 1972a). Cette double fonction se manifeste dans le bronze de Roccagloriosa à travers les graphies de τουτεικαις et μεδεικα- (correspondant à túvtík- et meddík-), à coté de εισει΄ (correspondant à eíseís), qui est cohérent avec la graphie διουFει Fersorei de la tablette de Vibo (Rix 2002 Lu 25), considérée comme un des documents les plus anciens du dossier osco-grec. La datation du bronze de Roccagloriosa à la fin du IVe s. confirme que le digraphe <ηι> pour noter la diphtongue n’est qu’une création postérieure.

  • 18 Une autre explication qui fait appel à des morphèmes différents a été proposée par Prosdocimi 200 (...)

44La conscience du statut phonétique de <η> en grec, qui relève du bilinguisme au niveau et de l’oralité et de l’écriture, se reflète dans les variations de son emploi dans l’écriture osco-grecque. Par exemple, une inscription provenant du temple d’Apollon Alaios au cœur du Bruttium, présente des flottements saisissants dans l’emploi de <η> dans le génitif de l’anthroponyme Πακτηις Ερουντης Πακτιης (Rix 2002 Lu 23) . Ces variations relèvent, plutôt que des raisons morphologiques, des hésitations dans l’emploi du digraphe <ηι> qui allait se diffuser dans l’orthographe osco-grecque18.

45Une preuve inverse de la conscience de la valeur phonétique du signe <η> dans l’alphabet grec nous est fournie par le nom d’Hercule (Ηερεκλωι et Ηερεκλεις en Lucanie) (respectivement Rix 2002 Lu 64 et Lu 26), qui ne reproduit pas l’orthographe originaire du nom grec (Ηρακλης), auquel le théonyme osque a été emprunté. Cette graphie est respectueuse de la prononciation /e/ de la voyelle initiale, qui s’était diffusée dans la langue osque à l’époque de l’emprunt, comme le montre la graphie Herekleís de l’alphabet d’origine étrusque.

46Les parcours différents suivis par l’adoption des signes pour <η> et <ω> dans les règles de l’orthographe osco-grecque nous sont confirmés par les textes datant du tournant du IVe s., qui montrent que l’emploi de ces signes n’a pas été symétrique et que l’introduction de <η> précède celle de <ω>. Ainsi, la loi de Roccagloriosa ignore <w>, alors que <h> ne figure que d’une manière sporadique et non systématique, en accompagnement d’autres voyelles, comme par exemple dans les digraphes <ηα> et <ηι>. D’une manière parallèle, un autre texte datant de la même époque, mais s’inscrivant dans un contexte bien différent, à savoir la tablette d’imprécation de Petelia, présente <ω> uniquement dans la partie en grec, notamment dans la flexion « dorienne » du génitif en -w des prénoms, alors que <η> figure dans un mot de la formule d’imprécation en osque (ητου) (Lazzarini 2004). De même les deux textes provenant du sanctuaire d’Apollon Alaios présentent le signe <η>, mais <ω> ne figure que dans un seul, précisément dans le digraphe <ωυ>, inconnu par ailleurs, du prénom Ωυδδιηις (Rix 2002 Lu 24). Ces documents, datés entre la fin du IVe et le début IIIe s., confirment d’une manière convergente que l’adoption du signe <η> précède celle de <ω>. En outre, alors que les textes qui présentent <ω> exhibent constamment <η>, l’inverse n’est pas vrai. Dans une inscription de Rossano, la diphtongue palatale est notée <ηι>, tandis que la vélaire est écrite <oF> (et non pas <ωF>) : c’est le théonyme ΔιοϜηις (Rix 2002 Lu 27) qui se distingue de ΔιωϜηις et ΖωϜηι (respectivement Rix 2002 Lu 5 et Lu 35) dans le même endroit.

47Les parcours différents suivis par l’introduction de <η> et <ω> se reflètent dans l’emploi asymétrique de ces signes qui accompagnent l’histoire de l’écriture osco-grecque de son début jusqu’à sa disparition. De ces traitements distincts sont responsables, d’une part, l’évolution mentionnée de <η>, qui n’était pas symétrique à celle de <ω> dans le versant vélaire, et, de l’autre, la structure asymétrique du système vocalique de l’osque dont témoigne l’alphabet d’origine étrusque.

48En effet, les trois systèmes graphiques des voyelles attestés à Rossano (fig. 10) ont pour dénominateur commun l’asymétrie entre la série des voyelles vélaires et celle des voyelles palatales. Même si l’alphabet hellénistique mettait à disposition trois graphèmes pour la série vélaire, à savoir <o>, <οω>, <ω>, les lapicides en activité dans le sanctuaire lucanien n’ont jamais employé plus de deux signes à chaque fois. Ce choix reproduit le système de deux signes dont disposait l’écriture en alphabet étrusque, c’est-à-dire <u> et <ú>, ce qui rend manifestes les contacts entre les deux aires alphabétiques (Lazzeroni 1983). Le parallélisme avec le système graphique osco-étrusque se répète pour les voyelles palatales, pour lesquelles on constate en revanche l’emploi simultané de trois signes <ι>, <ε>, <ει> avec valeur de simple voyelle. En conclusion, l’alphabet osco-grec dans ses variantes reproduit constamment l’asymétrie de l’alphabet étrusque entre deux seuls graphèmes dans la série vélaire et trois graphèmes de la série palatale (fig.11).

Fig. 11. Les graphèmes vocaliques de l’osque.

Série vélaire

Série palatale

Alphabet étrusque

<u>,<ú>

<i>, <í>,<e>

Alphabet grec

<ο>,<ω>

<ι>, <ε>, <ει>

<ου>,<ο>

<ου>,<ω>

Conclusion

49Les documents qui ont enrichi récemment le dossier épigraphique de l’osco-grec dessinent une image de ce système d’écriture plus complexe que celle qui avait été esquissée auparavant. Ce système s’insère dans un cadre unitaire et commun, mais avec des différenciations locales remarquables concernant et les tracés de certains signes et l’orthographe, ce qui le distingue profondément du domaine de l’alphabet osque d’origine étrusque. L’alphabet osco-grec s’inscrit dans une ligne de continuité de l’écriture en alphabet achéen chez les communautés de Lucanie et du Bruttium, dont les traces se retrouvent dans un des signes employés pour noter /f/, vraisemblablement issu de celui qu’on trouve dans l’inscription de Tortora en alphabet achéen. De même, l’écriture osco-grecque a hérité des flottements et des variations qu’on constate dans les inscriptions archaïques en alphabet achéen, comme par exemple dans la notation des diphtongues. Ces variations ont été occasionnellement encouragées par les contacts avec le système alphabétique campanien d’origine étrusque.

50Les documents nouveaux confirment que la formation de l’écriture osco-grecque est le résultat de parcours différenciés d’un endroit à l’autre et aussi, le plus souvent, des expériences individuelles qui impliquent des influences de chaque milieu local, en rapport dialectique avec les tendances générales du système. De plus, les diverses « écoles graphiques », qui se concentrent dans l’épigraphie du sanctuaire de Rossano, se montrent très attentives à la cohérence avec le système phonétique de la langue, constamment sous-jacent dans les choix orthographiques. Ces choix sont respectueux de la symétrie avec l’écriture de l’osque en alphabet étrusque, ce qui rend manifestes, surtout à une époque plus tardive et en Lucanie, les efforts d’harmonisation entre les deux zones alphabétiques contigües. D’ailleurs, les contacts ininterrompus avec le domaine alphabétique de la Campanie, d’une part, et les évolutions de l’alphabet grec de l’autre, constituent la clé essentielle pour comprendre les écritures des langues sabelliques dès l’époque archaïque. La fidélité aux traditions graphiques plus anciennes se manifeste dans la continuité de la ligne de démarcation graphique entre les deux zones, qui n’a pas été modifiée par le changement des alphabets.

51Cette mosaïque si complexe confère aux écritures des langues sabelliques une place tout à fait à part dans les systèmes d’écriture de la Méditerranée ancienne. On ne serait pas trop surpris que dans l’avenir de nouvelles découvertes conduisent à modifier, sur certains points, le tableau qu’on vient d’esquisser.

Bibliographie

Arena 1983 : ARENA (R.) – Valori differenziati di alcune lettere nelle diverse tradizioni alfabetiche della Grecia antica. AIWN 5, 1983, p. 197-227.

Arena 2001 : ARENA (R.) – Varianti fonetiche e morfologiche nel greco di Sicilia. In : Norma e variazione nel diasistema greco, a cura di C. Consani e L. Mucciante, Alessandria, 2001, p. 7-16.

Campanile 1981 : CAMPANILE (E.) – Prolegomeni ad un’analisi della varaizione linguistica nei dialetti italici e nel gallico. AIWN 3, 1981, p. 37-46 (réimpr. dans Latina & Italica. Scritti minori sulle lingue dell’Italia antica, Pise-Rome, 2008, p. 735-744).

Colonna 1984 : COLONNA (G.) – Un « trofeo » di Novio Fannio comandante sannita. In : Studi di antichità in onore di Guglielmo Maetzke, Rome, 1984, p. 229-241.

Crawford 2006 : CRAWFORD (M.) – The Oscan Inscriptions from Messana. In : Guerra e pace in Sicilia e nel Mediterraneo antico (VIII-III sec. A.C.), Pise, 2006, p. 521-525.

Cristofani 1998 : CRISTOFANI (M.) – Sull’origine della scrittura osco-greca. Studi Etruschi 62, 1998, p. 275-279.

Cristofani 1999 : CRISTOFANI (M.) – Litterazione e processi di autoidentificazione etnica fra le genti dell’Italia arcaica. In : La colonisation grecque en Méditerranée Occidentale, Actes de la rencontre scientifique en hommage à Georges Vallet (Rome-Naples, 15-18 novembre 1995), Rome, 1999, p. 345-360.

Del Tutto Palma 1989 : DEL TUTTO PALMA (L.) – Epigrafia lucana. Quaderni dell’Istituto di Linguistica dell’Università di Urbino 6, 1989, p. 93-118.

Del Tutto Palma, Prosdocimi, Rocca 2001 : DEL TUTTO PALMA (L.), PROSDOCIMI (A. L.), ROCCA (G.) – Lingue e cultura intorno al 295 a.C. : tra Roma e gli italici del Nord. In : La battaglia del Sentino. Scontro fra nazioni e incontro in una nazione, (Quaderni Linguistici e Filologici Università di Macerata XIV), p. 407-665

Dubois 2002 : DUBOIS (L.) – Inscriptions grecques dialectales de Grande Grèce. II Colonies Achéennes. Genève, 2002.

Dupraz 2010 : DUPRAZ (E.) – Les Vestins à l’époque tardo-républicaine. Du nord-osque au latin. Publication des Universités de Rouen et du Havre, 2010.

Gualtieri, Poccetti 2001 : GUALTIERI (M.), POCCETTI (P.) – La Tabula Bronzea di Roccagloriosa. In : Roccagloriosa II. L’oppidum Lucano e il territorio, (Collection du Centre Jean Bérard), Naples, 2001, p. 197-274.

Jeffery 1990 : JEFFERY (L.) – The Local Script of Archaic Greece. Oxford, 1990.

Lazzarini 2004 : LAZZARINI (M. L.) – Lamina plumbea iscritta da Petelia. Mediterraneo Antico 7, 2004, p. 673-680.

Lazzarini  2009 : LAZZARINI (M. L.) – Interazioni onomastiche nel Bruzio ionico. In : L’onomastica dell’Italia antica : aspetti linguistici, storici, culturali, tipologici e classificatori, Collection de l’École Française de Rome 413, Rome, 2009, p. 425-431.

Lazzarini, Poccetti 2001 : LAZZARINI (M.L.), POCCETTI (P.) – L’iscrizione paleoitalica di Tortora. In : Il mondo enotrio tra VI e V secolo a.C., Atti dei seminari napoletani (1996-1998), (Quaderni di Ostraka 1, 2) Naples, 2001.

Lazzeroni 1983 : LAZZERONI (R.) – Contatti di lingue e di culture nell’Italia antica. Modelli egemoni e modelli subordinati nelle iscrizioni osche in grafia greca. AIWN 5, 1983, p. 171-182.

Lejeune 1949 : LEJEUNE (M.) – Sur le traitement osque de *-ā final. Bulletin de la Société de Linguistique 45, 1949, p. 104-110.

Lejeune 1962 : LEJEUNE (M.) – Notes de linguistique italique XVI, Sur la notation des voyelles vélaires dans les alphabets d’origine étrusque. Revue des Études Latines 40, 1962, p. 149-169.

Lejeune 1967 : LEJEUNE (M.) – Notes de linguistique italique XXI, Les notations de f dans l’Italie ancienne. Revue des Études Latines 44, 1967, p. 141-181.

Lejeune 1970 : LEJEUNE (M.) – Phonologie osque et graphie grecque, I. Revue des Études Anciennes 72, 1970, p. 271-316.

Lejeune 1971 : LEJEUNE (M.) – Il santuario lucano di Macchia di Rossano di Vaglio (en collaboration avec D. Adamesteanu). Memorie dell’Accademia Nazionale dei Lincei, s. VIII, 16, p. 39-83.

Lejeune 1972a : LEJEUNE (M.) – Phonologie osque et graphie grecque, II. Revue des Études Anciennes 74, p. 5-13.

Lejeune 1972b : LEJEUNE (M.) – Les épigraphies indigènes de Bruttium. Revue des Études Anciennes 75, p. 1-12

Lejeune 1975 : LEJEUNE (M.) – Réflexions sur la phonologie du vocalisme osque. Bulletin de la Société de Linguistique 70, p. 233-251.

Lejeune 1983 : LEJEUNE (M.) – Rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire avant J.-C. In : Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés anciennes (Actes du Colloque de Cortona, mai 1981) [Collection de l’École Française de Rome, 67], p. 731-751.

Lejeune 1990 : LEJEUNE (M.) – Méfitis d’après les dédicaces lucaniennes de Rossano di Vaglio. Louvain-La-Neuve, 1990.

Maggiani 1984 : MAGGIANI (A.) – Iscrizioni iguvine e usi grafici dell’Etruria settentrionale. In : Prosdocimi (A. L.) (éd.), Le Tavole Iguvine, Florence, 1984, p. 217-237.

Marinetti 1985 : MARINETTI (A.) – Le iscrizioni sud-picene, I. Testi. Florence, 1985.

Nava, Poccetti 2001 : NAVA (M. L.), POCCETTI (P.) – Il santuario lucano di Rossano di Vaglio. Una nuova dedica ad Ercole. Mélanges de l’École Française de Rome (Antiquité) 113/1, 2001, p. 95-122.

Orioles 1992 : ORIOLES (V.) – Bilinguismo e biculturalismo nella Messana Mamertina. In : Studi linguistici e filologici offerti a G. Caracausi, Palerme, 1992, p. 331-345.

Poccetti 1988 : POCCETTI (P.) – Lingua e cultura dei Brettii. In : Per un’identità culturale dei Brettii, a cura di P. Poccetti, Naples, 1988, p. 3-158.

Poccetti 1993 : POCCETTI (P.) – Nuova laminetta plumbea osca dal Bruzio., In : Crotone e la sua storia tra IV e III secolo a.C., Naples, 1993, p. 213-232.

Poccetti 2000 : POCCETTI (P.) – Note sulla stratigrafia della toponomastica della Calabria antica. In : Toponomastica calabrese, a cura di J. B.Trumper, A. Mendicino, M. Maddalon, Rome, 2000, p. 87-116.

Poccetti 2001 : POCCETTI (P.) – Perspectives actuelles dans le domaine des langues italiques dans le sillage de Michel Lejeune. Comptes Rendus Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2001, p. 185-196.

Poccetti 2007 : POCCETTI (P.) – Profilo linguistico dell’area vestina tra età preromana e romana. In: “I campi aperti di Peltuinum dove tramonta il sole….”. Saggi sulla terra di Prata d’Ansidonia dalla protostoria all’età moderna, a cura di A. Clementi, Deputazione Abruzzese di Storia Patria, L’Aquila, 2007, p. 359-389.

Poccetti 2010 : POCCETTI (P.) – Intorno ai nuovi documenti di area sorrentina : riflessioni sul novum e sul notum. In: Sorrento e la Penisola Sorrentina tra Italici, Etruschi e Greci nel contesto della Campania antica, Atti della giornata di studio in omaggio a Paola Zancani Montuoro (1901-1987), Sorrento, 19 maggio 2007, a cura di Felice Senatore e Mario Russo (Quaderni di OEBALUS 1), Rome, 2010, p. 65-102.

Prosdocimi 2002 : PROSDOCIMI (A. L.) – Il genitivo dei temi in –o nelle varietà italiche (osco, sannita, sudpiceno, etc.). Incontri Linguistici 25, p. 65-76.

Rix 2002 : RIX (H.) – Sabellische Texte, Heidelberg, 2002.

Threatte 1980 : THREATTE (L.) – The Grammar of Attic Inscriptions, I. Phonology. Berlin-New York, 1980.

Notes

1 Sur le lien entre diffusion de l’écriture et organisation politique cf. Cristofani 1999.

2 C’est le cas de l’inscription célèbre de Caso Cantovios (CIL I2 5 = ILLRP 7), datant du début du III siècle av. J.-C : cf. Del Tutto-Prosdocimi-Rocca 2002, 417, qui identifient le lapicide de cette inscription comme « uno scriba sud-piceno che scrive così nel III secolo ».

3 Rix 2002, MV 2. En ce qui concerne l’origine de deux tracés différents pour les sifflantes, cf. Poccetti 2007, p. 378; Dupraz 2010, p. 365.

4 En ce qui concerne la datation de ces casques, voir Del Tutto-Prosdocimi-Rocca 2002, 411-417.

5 Rix 2002 Lu 47. Sur la distribution des signes dans le texte voir Poccetti 1993, 219.

6 Rix 2002 Me 1. Sur l’histoire des textes des Mamertini, cf. Orioles 1992 ; Crawford 2006.

7 Voir l’inscription de Δαζιμος de Montescaglioso: Dubois 2002, p. 123.

8 Référence dans Arena 2001, 9.

9 Rix 2002 Lu 43, où ce prénom est reproduit avec la graphie fautive Νυμπσιμ au lieu de Νυμψιμ.

10 Pour d’autres reflets de ce traitement en milieu osco-grec, voir Poccetti 2001, 87.

11 Voir Threatte 1980, p.470; en ce qui concerne plus spécifiquement les flottements entre ces consonnes dans l’épigraphie, voir Arena 1983.

12 Comme, par ex., l’admet Cristofani 1998.

13 C’est le signe numéroté 3a de la fig. 3 et 2a de la fig. 4.

14 Comme l’admet Del Tutto Palma 1989, 110.

15 Voir la table des signes « sud-picéniens » dans Marinetti 1985, p.59-60

16 On applique ici à l’écriture la notion de « forme intérieure » et « forme extérieure » conçue pour la langue.

17 La seule attestation de /eu/ se trouve dans le mot σερευκιδιμα (bronze de Roccagloriosa), dont l’origine demeure encore obscure.

18 Une autre explication qui fait appel à des morphèmes différents a été proposée par Prosdocimi 2002, 73.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tableau du système des voyelles de l’osque esquissé par Lejeune 1975, p. 9.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1966, p. 174.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1971, p. 50.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4. L’évolution des tracés du /f/ d’après Lejeune 1990, p. 29.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5. Tracé du /f/ en forme de sigma à trois tirets.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6. Forme et valeur phonétique du /f/.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 7. Une frontière alphabétique (le trait noir indique la limite de l’emploi de l’alphabet grec (toutes variantes confondues) pour écrire les langues indigènes).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 8. Signe pour /f/ du bronze de Roccagloriosa et de la tablette d’imprécation de Tiriolo.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 9. /f/ de l’alphabet achéen à l’alphabet hellénistique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/6112/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access