Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 1. Le site de « Nord-Est Cathédrale », rue de Beausset/Place Gaidon (1979-1982)

Éléments de conclusion

Texte intégral

1En abordant cette fouille, en 1979, on ne connaissait quasiment rien de la topographie de ce quartier sud de la ville : tout juste un bâtiment dénommé « temple » et deux égouts collecteurs encore visibles dans des caves qui semblaient indiquer que les constructions suivaient des directions différentes de celles que livraient de nombreux vestiges connus dans le reste de l’espace urbain, en particulier dans le quartier du Clos de la Tour que des fouilles avaient révélés dans les années 1970. Ces directions singulières constituaient une donnée étonnante, peut-être pertinente pour cerner le type de carroyage mais, comme les égouts suivent, avant tout, la pente du terrain plutôt que la trame urbaine (on connaît de très gros collecteurs qui traversent en écharpe des insulae), et qu’un bâtiment peut également, pour des raisons diverses, se soustraire à une cadastration régulière, ces données nécessitaient d’être confortées par des découvertes tangibles. Les plans publiés depuis le début des années 1960 affichaient déjà ces divergences dans le carroyage urbain (Février 1964, Février 1979).

2En fait, dès l’abord de la fouille, la problématique s’articulait surtout sur l’implantation des bâtiments du groupe épiscopal au pied desquels nous nous trouvions : pourquoi étaient-ils inscrits dans ces directions nord-nord-ouest/sud-sud-est ? Comme la cathédrale s’appuie sur les constructions romaines – ce que nous ne savions pas encore –, la question d’une inclinaison originale du bâti dans ce quartier, basée sur une constatation identique, revenait au même (fig. 158).

Figure 158

Figure 158

Les vestiges du site « Nord-Est cathédrale » replacés dans l’environnement archéologique des découvertes réalisées dans l’emprise de la cathédrale (dao L. Rivet).

3Les résultats de cette fouille, sans doute conduite de façon décousue, procurent des réponses à cette interrogation mais selon un contexte plus complexe qu’il n’était prévu puisque les découvertes se situent au contact des deux réseaux urbains, à cheval sur les constructions du réseau B qui viennent inciser ou trancher celles du réseau A.

4Le point de tangence entre les deux types d’urbanisation se fait par l’intermédiaire d’une rue, le cardo maximus et, même si la chronologie des phases apparaît parfois floue et confuse, sur le site, il est indéniable qu’elles reflètent un décalage considérable puisque le réseau A émerge dès la création (ou la déduction coloniale ?) de Forum Iulii alors que le réseau B n’est initié qu’à partir des années 15 ou 20 de notre ère, cette datation tardive étant confirmée par différents autres sites, en particulier par les fouilles du parc de stationnement du Clos de la Tour, en 1982 (Rivet et al. 2000, p. 119), et par celles de l’Espace Mangin, en 2004 (Pasqualini et al. 2006).

5On est donc amené à constater l’image d’une ville qui se développe très lentement à partir d’un noyau originel, au sud, qui reste isolé et d’ampleur très restreinte pendant au moins un demi-siècle, dans un projet qui tarde à remplir l’espace ! À la faveur d’autres fouilles, il faudra chercher à en comprendre les raisons et à démontrer cette mécanique de la lenteur dans l’essor urbain.

6Les résultats issus de la parcelle située au nord-est de la cathédrale ont constitué un progrès majeur dans la compréhension du développement urbain de Fréjus. Face à cette découverte, les vestiges mis au jour apparaissent d’un intérêt relativement secondaire bien qu’il s’agisse du cardo maximus tracé contre la bordure du bloc forum.

7En gardant toujours une vision globale, à l’échelle de la ville, cette voie n’est pas sans se démarquer des normes : alors que les trois voies cardines secondaires reconnues au Clos de la Tour mesurent régulièrement 14,80 m de large (avec deux trottoirs sous portique), soit 50 pieds, ici la dimension n’est que de 9,97 m (avec un seul portique), soit une mesure non convertible en nombre rond de pieds romains (33,68 avec un pied de 0,296 m ...), et c’est un peu étonnant puisque son statut en fait théoriquement une voie majeure. Mais on sait que la largeur de ce cardo n’est pas constante sur l’ensemble de son parcours (voir fig. 1) : tout au nord, il pourrait mesurer 14,80 m au quartier de l’Agachon, au sud de la porte du même nom où il franchit l’enceinte mais, un peu plus au sud, un mur de soutènement réduit cette dimension à 9,97 m ; plus au sud encore, au-delà du decumanus maximus, sur le site de l’Espace Mangin, sa largeur serait de 14,50 m (avec deux portiques latéraux). On n’est pas en mesure d’expliquer si le mur de soutènement est un aménagement postérieur responsable de cette modification fortuite de la voie qui, lors de sa création, aurait répondu aux normes ; à Fréjus comme dans les autres villes de l’Empire, les réalisations de rues effectivement conçues à l’origine selon des normes rigoureuses déterminées par les arpenteurs peuvent varier, au fil du temps, du fait de propriétaires privés qui accaparent le domaine public pour étendre leurs bâtiments ; le phénomène est bien connu et brouille souvent la lecture, en plan, des résultats archéologiques.

8Mais une chose est sûre : tout au sud, cette voie débouche sur une rupture importante du relief qui impose l’aménagement d’une issue latérale pour le franchissement de l’enceinte, presque à la perpendiculaire, par une rampe étroite qui rejoint les quais du port (voir fig. 221) : ici, la rue perd de sa superbe.

9Dans ces conditions, la fouille du site de « Nord-Est cathédrale » met en exergue une rue qui change d’allure, ou d’apparence, surtout si on prend en compte, immédiatement au sud (fig. 158), le revêtement peu usé de la salle annexe de la sacristie, découvert en 1992 (voir p. 375), dont les dalles de grandes dimensions semblent être d’ampleur excessive pour l’équipement d’un simple portique, d’autant que l’aire observée ici déborde nettement, à l’ouest, l’alignement de la colonnade du portique du cardo ... et vient buter, au sud, contre un alignement de blocs, bâti à la perpendiculaire et qui représente un obstacle à la circulation (cet ensemble dominant, au sud, un espace mal compris mais en creux : on est là dans le chœur de la nef Saint-Étienne, voir p. 373-374) : le parcours piétonnier était interrompu alors qu’on ignore les dispositions qui prévalaient vers l’ouest, là où pourrait subsister une bande de roulement pour desservir les bâtiments de ce quartier.

10Un peu plus au sud encore, la fouille effectuée dans la troisième travée de la nef Notre-Dame, en 1988 (voir p. 389 et s.), a mis au jour l’extrémité orientale d’un bâtiment dont la qualité des maçonneries (murs épais de 0,70 m sur des fondations larges utilisant des blocs de grand appareil) et l’absence de cloisonnement renvoient, sans hésitation, au domaine public ; on date son installation du tout début de l’époque flavienne. Dans le sens de la longueur, le plan de cette construction s’insère dans les directions du réseau A mais, à l’est, le mur de fermeture du petit côté est incliné selon le réseau B de façon à se conformer au tracé du cardo ; cette disposition n’a rien d’étonnant et illustre, une fois de plus, l’adaptation des deux réseaux entre eux. En revanche, en avant du mur du petit côté, est un autre mur, parallèle, plus étroit (0,35 m) mais profondément fondé, qui fait penser à un stylobate de portique ; la fouille – dans un contexte très perturbé par les multiples aménagements et remaniements liés au lieu – n’a pas permis d’en savoir beaucoup plus et c’est la seule lecture du plan qui incite à poser la question de cet hypothétique portique occidental qui serait large, dans œuvre, de 3,45 m, une dimension inusitée sur les autres sites connus de la ville.

11Mais, puisqu’on est sur le terrain des suppositions et qu’il nous semble singulier que le cardo ne dispose pas de sa largeur théorique dans ce secteur, on peut proposer de retrouver celle-ci en considérant la limite représentée par le mur oblique du bâtiment retrouvé dans la nef Notre-Dame, à l’ouest, et le prolongement du mur 7 qui bordait le chantier, à l’est : 14,20 m (pour autant que les raccords entre les différents plans soient exacts ...), c’est-à-dire, là encore, une mesure qui n’est pas conforme à ce que l’on connaît par ailleurs à Fréjus. Si tel était le cas, sur le site de « Nord-Est cathédrale », on aurait dû retrouver, dans le prolongement du mur oblique, des traces bâties, ou dérasées, ou fantômes, de cet alignement « idéal », soit dans le secteur I, espace D, soit dans le secteur II, espace F ; or, strictement rien de cette nature n’a été décelé.

12Comme on s’en rend compte, ces portions du cardo maximus offrent des physionomies variées, voir discordantes, que les fouilles ou les observations ne permettent pas d’appréhender sur des surfaces suffisantes et, surtout, non disjointes les unes des autres telles qu’elles le sont actuellement. Dans ces conditions, inadéquates pour comprendre, la restitution de cette rue reste chimérique et suscite toujours de nombreuses interrogations.

13Tels sont les résultats complexes, à la fois obscurs et déconcertants, que nous livrent ces recherches qu’il est parfois délicat – et acrobatique – d’exposer en toute rigueur scientifique.

14Alors, aussi modestes soient-ils, ces vestiges scandent toutefois la naissance, l’amplification puis la contraction des occupations de ce terrain situé au cœur de la ville.

15Les médiocres tronçons de murs de la phase 1 (entre 40-30 et 20-10 avant notre ère ?) restent peut-être les plus anciens témoins des constructions intra muros, indépendamment des découvertes profondes obtenues sur la Butte Saint-Antoine, une entité particulière dont les murs cependant répondent aussi au réseau A ; participent peut-être également de cet urbanisme précoce quelques vestiges de l’Espace Mangin. Face à un déficit de céramique, on ne sait dater avec précision ces installations qui pourraient se rapporter aussi bien aux années 40 avant notre ère qu’à une période avancée dans l’époque augustéenne ; c’est là une lacune majeure. Une des questions qui reste aussi en suspens est de savoir jusqu’où, vers l’est, s’étendaient ces constructions car il est sûr qu’elles ont été éradiquées par les aménagements suivants.

16Avec très peu de vestiges, l’occupation rattachée à la phase 2 (entre le changement d’ère et les années 15-20) dénote des restructurations qui supposent des reconstructions de fond en comble ; les raisons nous échappent de même que la fonction des locaux reconnus dans l’angle nord-ouest du site, ainsi que leurs développements, en particulier vers l’est. Cependant, une transfiguration radicale de l’urbanisme survient à la fin de cette phase avec la percée d’une nouvelle rue : le cardo maximus. L’application de ce projet, qui accompagne celui d’un développement des autres quartiers de la ville dans un réseau cadastral différent du précédent, a pour conséquence d’aller au-delà de simples opérations de rectifications de façades car il doit entraîner la destruction de tout ou partie de bâtiments anciens. Le site met clairement en évidence l’emprise de cette voie dotée, dès l’origine, d’un portique sur son flanc ouest appuyé contre ce que l’on sait désormais correspondre au mur aveugle de fermeture du bloc forum, nouvellement créé, qui s’étend immédiatement à l’est. En revanche, on ne décèle aucun vestige contemporain, pour cette époque, dans la partie sud du terrain.

17Lors de la phase 3 (dans les années 70-80), la présence de quelques dalles, au sud du chantier, ainsi qu’une situation stratigraphique particulière, différente de ce qui a été constaté au nord, conduisent à imaginer les abords d’un accès latéral à la place du forum, dans l’alignement d’un mur de podium qui a été identifié lors de la fouille du Jardin du Palais de Justice, à une trentaine de mètres à l’est (voir p. 191). Bien qu’aucun élément de cette porte n’ait été rencontré (puisque hors emprise de la fouille), cet accès à la place du forum modifie les dispositions, et ce vraisemblablement depuis la création du cardo, c’est-à-dire dès les années 15-20 : on constate que le portique s’interrompt et qu’un dallage subsiste (NGF 19,55/19,60 m), qu’il faut lire dans le sens ouest-est, pour magnifier quelque peu une rampe ou quelques degrés donnant accès à une place établie en contrebas (NGF 18,16 m). Une hypothèse basée sur cette même supposition autorise à envisager un decumanus secondaire incliné selon le réseau A (dans le secteur II, en F) qui aurait été supprimé lors de cette restructuration liée à l’ensemble de ces travaux. La caractéristique principale de la phase consiste en la mise en place d’un dispositif d’égouts collecteurs conséquent. Si, en revanche, les bâtiments établis sur la face occidentale du cardo présentent un caractère inachevé, pour le moins, il n’est pas interdit de mettre cette situation sur le compte de délais nécessaires, auprès des particuliers, pour effectuer des travaux de gros œuvre : des parcelles ont pu rester délaissées pendant quelques années.

18Si on accorde quelques crédits aux supputations précédentes, on peut justifier la phase 4 (IIe siècle) comme l’apogée d’un paysage urbain abouti autour d’une rue constituée d’une chaussée empierrée et d’un trottoir sous portique, appuyé contre le mur de fermeture du forum et supporté par des colonnes en grès. À l’ouest, une suite de trois bâtiments compose les façades et il est possible d’identifier dans celui du nord une boutique ou taverne, largement ouverte sur la rue, sur laquelle d’ailleurs serait aménagée une sorte de terrasse. On peut s’aviser que cet alignement de façade n’est pas strictement rectiligne et que les légères distortions entre les différents segments de murs qui la constitue résultent probablement de travaux effectués, non pas dans le cadre d’un programme édilitaire mais à la charge du propriétaire de chaque parcelle.

19Dès l’origine, la pente de la rue et les ravinements qui affectent ses niveaux de circulation imposent en permanence des travaux d’entretien et ceux qui illustrent la phase 5 (IIIe siècle) consistent effectivement à renforcer l’évacuation des eaux avec la construction d’un nouvel égout collecteur ; il est possible que celui qui a été aménagé dans les années 70 ne remplissait plus son rôle, ou de façon insuffisante. Probablement pour les mêmes raisons, les sols ont été sensiblement surhaussés de plus de 0,50 m ; ces apports de terre dénaturent les proportions du portique et doivent avoir des conséquences sur les habitats établis à l’ouest tout autant que sur l’accès supposé à la place du forum. Le dallage dans l’espace de la chaussée, au sud, est masqué par des niveaux de circulation en terre.

20La situation des lieux lors de la phase 6 (à partir de la fin du IVe-début du Ve siècle) est assimilable à un abandon quasi total à l’exception d’une parcelle, au sud-ouest (en F), où une réoccupation est illustrée par la construction d’un mur dont une des extrémités s’appuie contre un pilier de la phase 4 : il semble qu’on ait cherché à réutiliser un espace hérité des siècles précédents alors que tout le reste du terrain est recouvert d’une épaisse nappe de gravats à travers laquelle émerge, toutefois, une des colonnes du portique : les équipements antiques ont disparu et aucune circulation organisée n’est désormais possible. En fait, il est surtout à souligner que ce mur s’inscrit dans les directions du réseau A, celles-là mêmes qui sont adoptées pour l’édification de la cathédrale.

Table des illustrations

Titre Figure 158
Légende Les vestiges du site « Nord-Est cathédrale » replacés dans l’environnement archéologique des découvertes réalisées dans l’emprise de la cathédrale (dao L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access