Phase 6 — L’Antiquité tardive

1Cette période est représentée par plusieurs événements en apparence antagonistes avec, à la fois, l’effondrement de la plupart des bâtiments et la construction d’un mur pour le réaménagement d’un espace, au sud-ouest du terrain (fig. 121) ; l’imprécision dans les datations ne permet pas d’être tout à fait certain de l’ordre dans lequel s’effectuent ces pages de transformations.

Figure 121 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 121 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6 : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Secteur I

Architecture : effondrement de la boutique

2Une épaisse couche de gravats (de 0,80 à 1 m) représente l’effondrement de la boutique (en A/C) et comprend, en abondance, des éléments de murs, dont certains en briques crues (ép. des briques entre 8 et 11 cm), de cloisons en tegulae (colombage) et de toiture (en particulier des blocs de mortier qui fixaient les tuiles) mais aussi des fragments de revêtement de murs (peinture, dont des fragments appliqués sur un support en argile) et d’huisserie ou de plancher (bois calcinés) (fig. 122).

Figure 122 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I

Figure 122 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I

Sous les murs des époques médiévale et moderne, les niveaux d’époque romaine à l’emplacement de la boutique ; dans la berme, les terres rougeâtres correspondent à la couche d’effondrement. Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet, 1981).

3Une partie de l’écroulement se répand dans la rue (c.4b) sur une épaisseur significative (0,80/0,90 m sur le trottoir attenant, quelques centimètres à proximité du collecteur g) et renferme des gravats analogues à ceux qui viennent d’être évoqués avec, en plus, des fragments de marbre (une quarantaine) et de nombreux clous.

4L’abandon de cette boutique est associé à des traces d’incendie diversement documentées : terre rubéfiée, planches et céramiques brûlées, charbons de bois abondants.

Stratigraphie

5Dans l’espace A, ces gravats reposaient sur le sol par l’intermédiaire d’une fine couche de terre sableuse et cendreuse ; en C, ils recouvraient le niveau non uniforme des remblais de la c.6, indiquant ainsi que le sol, à cet endroit, a été éliminé avant cet événement.

6C’est à la base de ces gravats qu’a été retrouvée une série d’objets plus ou moins entiers et, en particulier, de la vaisselle (fig. 123 et 124).
Dans la rue, ces décombres tapissent le dernier niveau de circulation conservé.

Figure 123 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I

Figure 123 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I

Niveau d’effondrement de la boutique en cours de fouille.
Vue prise vers l’est (cliché P.-A. Février, 1980).

Figure 124 - Phase 4, secteur I

Figure 124 - Phase 4, secteur I

Grand vase (inv. no 654) de l’Antiquité tardive en cours de dégagement à l’entrée de la boutique.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1980).

Chronologie

7À l’emplacement du bâtiment, la chronologie de ce bouleversement s’appuie seulement sur quelques tessons de céramique car tous les contextes comportent un mobilier relativement abondant (904 fragments de céramiques et amphores, fig. 18) mais une très forte proportion de matériel résiduel constitué de toutes les catégories habituelles des Ier, IIe et IIIsiècles ; la céramique est généralement très fragmentaire mais, dans quelques cas, des pièces attribuables aux IIe et IIIe siècles ainsi qu’à l’Antiquité tardive sont relativement bien préservées.

8• Effondrement c.4a/4b/4c (fig. 125 à 135)

9DS.P.

- 628 : bord de coupe de forme indéterminée, gris foncé à noir ;

- 629 : bord de couvercle de forme Rigoir 31, couleur cuir à surface guillochée.

10Sigillée claire D

- 630 : fond à gradin correspondant à celui d’un plat ;

- [non ill.] : fr. de panse à dépressions de forme Hayes 59A.

11Sigillée claire C

- 631 : bord d’assiette (3 fr.) de type Hayes 48B ;

- 632 : coupe (4 fr.) de forme Lamb. 35ter/Atlante XXX, 6 ;

- 633 : bord d’assiette de forme Hayes 50 ;

- 634 : bord d’assiette Hayes 50 (2 fr.).

12Lampe

- 635 : type Deneauve VIIA à bec arrondi limité par un sillon droit dont le médaillon porte le décor de deux feuilles (palmes) nervurées verticales (semblable ou identique à Bussière 2478, de Néron au IIIe s.) ; pâte beige jaunâtre ;

- 636 : type Bussière DX2 à bandeau orné de stries obliques dont le médaillon porte un décor de Diane chasseresse tirant une flèche de son carquois (Bussière 2000, no 3269, milieu du IIe-premier quart du IIIs.).

Figure 125 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 125 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

DS.P. (628-629), sigillée claire D (630), sigillée claire C (631-634), lampe (635-636) (cliché C. Durand et P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

13Céramique commune engobée

- 637 : couvercle en céramique commune à pâte claire, couvert d’un engobe brun foncé à reflets métallescents ;

- 638 : manche à tête zoomorphe de patère à bord creusé d’une gorge et à panse régulièrement scandée de dépressions ; le manche tubulaire est marqué, sur la face supérieure, de huit stries en lieu et place des cannelures des prototypes en bronze, et doté d’une tête de bélier. Pâte claire revêtue d’un engobe orangé, dénaturé car brûlé (35 fr.). C’est un type de patère fréquent en argent ou en bronze, dès le Ier s., du type Tassinari H 2000/2100, dont les manches sont ornés généralement d’une tête de bélier (par exemple, Pautreau 1999, fig. 34-37 ; Castella et al. 2002, pl. 5, fig. 13) ; on les trouve souvent parmi le mobilier de tombes aristocratiques. En céramique, les poêlons (Haltern, type 29) à manche simple sont bien connus en culinaire italique (Aguarod Otal 1991, p. 96-98), ainsi que dans leur transcription régionale en céramique (Rivet 2007b).

Figure 126 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 126 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Céramique commune engobée (637-638), céramique commune à pâte grise (639-642) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

14Céramique commune à pâte grise

- 639 : plat à pâte gris-blanc (5 fr.) ;

- 640 : bord de coupe à pâte granuleuse micacée ;

- 641 : bord d’olla à pâte gris-blanc (5 fr.).

- 642 : petite cruche à pâte fine et lissée donnant l’apparence d’appartenir à la catégorie des DS.P.

15Céramique commune à pâte brune

- 643 : couvercle à bord angulaire (7 fr.) ;

- 644 : marmite à fond bombé strié (83 fr.) ; ce caccabus s’inscrit dans la lignée des productions de marmites italiques et africaines (Hayes 183) mais la pâte ne correspond pas à ces deux familles ; origine indéterminée (Méditerranée orientale ?).

Figure 127 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 127 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Céramique commune à pâte brune (643-644), céramique culinaire micacée varoise (645-649) (dessin L. Rivet).

16Céramique culinaire micacée varoise

- 645 : bord de plat à paroi évasée ;

- 646 : bord d’olla (2 fr.) sans épaulement ;

- 647-648 : bords de marmites de forme 14 (Rivet 1982, IVe s.) ;

- 649 : bord de marmite (2 fr.) à paroi rectiligne peu évasée.

17Céramique commune à pâte claire

- 650 : coupe carénée à lèvre épaissie intérieurement (14 fr.) et à fond plat découpé à la ficelle ;

- 651 : petite cruche à panse sphérique et à fond plat ;

- 652 : coupe à panse carénée (?) et à lèvre en amande (7 fr.) ; pâte rouge et surface rouge pâle ;

- 653 : bord de coupe à panse éversée ;

- 654 : grand vase à bord en marli et à anses horizontales appliquées (58 fr.) sous chacune desquelles ont été incisés trois X (marques numérales ?) avant cuisson (exemplaire de vase assez semblable dans Bresciani, Excoffon 2006, p. 44, fig. 22, no 5).

Figure 128 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 128 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Céramique commune à pâte claire (650-653) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

Figure 129 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 129 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Céramique commune à pâte claire (cliché et dessin L. Rivet).

18Céramique commune italique

- 655 : mortier de type II (Hartley 1973, p. 54) ; le fond n’est pas jointif (3 fr.) ;

- 656 : bord de mortier de type II (Hartley 1973, p. 54).

19Amphore

- 657 : couvercle d’amphore, pâte rouge et surface beige (2 fr.) ; origine gauloise (Piton 1998, fig. 7, no 63).

Italie ?

- 658 : lèvre de Lamb. 2 d’Apulie (?), pâte à inclusions volcaniques et surface beige.

Espagne

- 659 : conteneur de Bétique à panse cannelée (132 fr.) et à pâte brun-rouge correspondant à la forme Beltrán 68 (Beltrán 1970, p. 572-573 et fig. 236, 1, à partir de trois objets provenant d’un milieu sous-marin, au musée d’Almeria) dont trois exemplaires complets ont été trouvés sur l’épave Cabrera 3 (Bost et al. 1992, p. 144-146 et fig. 16, 7 et 41, 1-4 ; Casasola 1998, p. 547 et fig. 2, nos 1 à 3 ; Casasola 2000, fig. 2, 5), bien datée de 257, en tant que « vaisselle de bord » ; la pointe creuse, non jointive, présente les mêmes caractéristiques de pâte et de couleur. Deuxième moitié du IIIe jusqu’à la fin du IVe et peut-être le Vs.

Afrique

- 660 : col d’Africaine II (Africano grande) à pâte rouge (17 fr.), sous-type IIC (milieu du IIIe-début du IVs. : Bonifay 2004, p. 114-115 et fig. 60, C1) ; amphore à saumure, atelier de Nabeul ;

- 661 : pointe d’Africaine IIC (Africano grande) à pâte rouge brique et surface rouge clair (correspond vraisemblablement au col précédent) ;

- 662 : peut-être un fond de Dr. 30 (Maurétanie césarienne, IIIe-IVe s.), ou une variante de Dr. 30 (comme par exemple Martin-Kilcher 1994, forme Augst 15, p. 377, fig. 152, 2, et p. 379), à pâte brun-rouge et surface beige grisâtre ;

- 663 : col rectiligne légèrement évasé se rapprochant du type Dressel 23 ; pâte et surface rouge clair (6 fr.) ;

- 664 : pointe à surface spatulée renvoyant à la forme Africaine IA (Africano piccolo) ; pâte brun-rouge foncé (surface intérieure idem) à pigments blancs très abondants, surface extérieure gris clair ; ateliers de Salakta (Tunisie) ;

- 665 : lèvre triangulaire d’une amphore tripolitaine (?) à saumure (?) ; pâte compacte (inclusions d’éclats de coquilles blanches), rouge pâle, et surface brun-rouge clair.

Origine indéterminée

- 666 : col étroit surmonté d’une lèvre rabattue vers l’intérieur, à pâte (inclusions d’éclats de coquilles blanches) et surface gris-rouge foncé ; peut-être la forme Ostia IV, 263, plutôt qu’Almagro 51C (si l’on se réfère à Bonifay 2004, p. 151 et fig. 82, type 62, qui invente cette imitation africaine d’une amphore hispanique) ;

- 667 : col évasé à lèvre épaissie creusée de quatre sillons, pâte gris-rouge foncé et surface crème (7 fr.) ; amphore à saumure de type Dr. 7-14 ou plutôt Beltrán IIB ?

- 668 : fond ombiliqué de Dr. 30 ? à pâte et surface brun pâle.

Figure 130 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 130 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Mortier italique (655-656), bouchon d’amphore (657), amphore (658) (dessin L. Rivet).

Figure 131 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 131 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6, secteur I (c.4a/4b). Amphore (659-660) (dessin L. Rivet).

Figure 132 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 132 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6, secteur I (c.4a/4b). Amphore (661-668) (cliché et dessin L. Rivet).

20Terre cuite

- 669 : fragment de tuyau ;

- 670 : disque pourvu d’un orifice circulaire central rejoint par un canal étroit ouvert sur l’extérieur. Il s’agit probablement d’un moule en creux muni d’un canal de coulée pour la fabrication d’une pièce métallique.

Figure 133 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 133 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Terre cuite (dessin L. Rivet).

21Tegulae

- 671 : fragment portant en creux la marque CASTORIS

- 672 : fragment portant en creux la marque CASTORIS

- 673 : fragment portant en creux la marque CASTORI[

- 674 : fragment portant en creux la marque ]RIS

- 675 : fragment portant en creux la marque MARI

- 676 : fragment portant en creux la marque ]ARI

Figure 134 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 134 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6, secteur I (c.4a/4b). Marques sur tuiles (dessin L. Rivet).

22Verre

- 677-678 : bords d’assiettes soufflées à lèvres coupées de forme Is. 1/18 (Auguste-Néron) ; verre soufflé, incolore ;

- 679 : fond sur pied annulaire d’assiette (2 fr.) ; verre de technique indéterminée, incolore ;

- 680 : fond d’assiette sur pied annulaire (4 fr.) ; verre moulé, incolore ;

- 681-682 : bords de gobelets à lèvres épaissies de forme Is. 85b/AR 98 (milieu du IIe-début du IVe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 683 : bord de gobelet à lèvre coupée de forme AR 38 (Néron/Flaviens-troisième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 684 : bord de gobelet à lèvre coupée de forme Is. 12/AR 34 (Auguste-Trajan) ; verre soufflé, vert clair ;

- 685 : carène de gobelet à dépressions et à décor réticulé (2 fr.) ; verre soufflé, blanc dépoli ;

- 686 : fond ombiliqué de gobelet à panse à dépressions ; verre soufflé, vert-bleu pâle.

- 687 : encolure de flacon ou, plus vraisemblablement, d’œnochoé à bec pincé ; verre soufflé, incolore ;

- 688 : fond plat de coupe ; verre de technique indéterminée, vert pâle ;

- 689 : filament ; verre incolore.

23Bronze

- 690 : penne de serrure.

Figure 135 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Figure 135 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur I (c.4a/4b)

Verre (677-689), bronze (690) (cliché P. Foliot, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

24Étain

- [non ill.] : cuiller (perdue).

25Monnaies

M9

PB d’Antipolis : 1,70 g (inv. M.32).

Av. Tête à dr.

R/ Victoire couronnant trophée.

RPC I, 532.

43-23 av. J.-C. Période R7B.

M10

PB de Cabellio : 1,90 g (inv. M.33).

Av. CABE - tête à dr.

R/ [COL] - tête casquée à dr.

RPC I, 529.

43-23 av. J.-C. Période R7B.

M11

Sesterce : 25,50 g (inv. M.34).

Av. [...]ADRIANVS AVG - buste lauré «d», drapé à g.

R/ Minerve à g., à ses pieds, un bouclier avec un serpent.

Cf. RIC 61la/b (mais buste « d ») ;

BMC -. Semble être inédite.

119-122 apr. J.-C. Période 5.

M12

Denier : 2,45 g (inv. M.31).

Av. ANTONINVS AVG PI-VS PP TR P COS III - tête à dr.

R/ ANNO-NA AVG - modius.

RIC 62a ; BMC 181.

140-144 apr. J.-C. Période 6.

M13

As : 9,35 g (inv. M.6.).

Av. FAVSTINA-[...] - tête de Faustina II à dr.

R/ Figure assise à g.

161-176 apr. J.-C. Période 7a.

M14

Antoninianus : 2,10 g (inv. M.30).

Av. GALLIENVS AVG - tête radiée à dr.

R/ Figure debout.

260-268 apr. J.-C. Période 10.

M15

Follis de la 5e réduction : 2,05 g (inv. M.5).

Av. CONSTANTINV[...] - tête à dr. -B5-.

R/ [GLORIA EXERCITVS] - deux étendards.

330-335 apr. J.-C. Période 13b.

26Commentaire sur la chronologie. Un petit nombre de tessons permet de proposer un terminus ante quem non pour l’effondrement de ce bâtiment. Deux fragments de vaisselle représentant la classe des DS.P. (nos 628 et 629) pourraient être commercialisés à partir de la fin du IVe siècle ou le début du Ve siècle et l’apport de la monnaie la plus récente issue de ce contexte, un ae3 (inv. M15), Constantinus Gloria Excercitus à l’étendard, daté entre 330 et 335, pas plus que les pièces de sigillée claire D, toutes de la première génération (dont une assiette de forme Hayes 59A) ne permettent de rajeunir cette date.

27La chute de cet immeuble ne peut donc sûrement pas intervenir avant la fin du IVe ou le début du Ve siècle.

28Plusieurs faits particuliers sont à souligner. Des pièces de vaisselle, retrouvées entières ou quasiment entières, correspondent incontestablement à des acquisitions anciennes et montrent ainsi leur longue durée d’utilisation : c’est le cas pour au moins une des lampes (no 635), le poêlon (no 638) et peut-être aussi un des mortiers italiques (no 655). Dans les terres cuites architecturales également, les tuiles estampillées (Castoris et Marus) font partie de matériaux récupérés car leur époque de fabrication, à Fréjus même, remonte au Ier siècle.

29D’autre part et en tenant compte de l’organisation de l’espace A, la (relative) forte proportion d’amphores, de petits pichets ou cruches, la grande bassine à bord en marli, conduisent à émettre l’hypothèse que ce local était peut-être ouvert à des consommateurs de liquides et/ou de produits cuisinés.

Interprétation

30L’effondrement de ce bâtiment, dont toute une pièce est largement ouverte sur la rue, ne pose pas de problème particulier ; c’est sur la disposition des locaux mais aussi sur le témoignage des objets récupérés que se base l’hypothèse d’envisager une taverne mais cette attribution n’attend que d’être réfutée. L’absence de vaisselles fines en bon état et la très forte proportion de vaisselles « anciennes » sont étonnantes.

31On ne sait rien d’un éventuel étage.

32L’incendie évoqué en relation avec cet abandon est un événement à considérer, comme il se doit, avec prudence surtout dans le cas présent où il n’apparaît pas comme un phénomène d’ampleur ; on peut ainsi supposer que de simples foyers ont pu être allumés, postérieurement à l’effondrement de l’immeuble, pour brûler des déchets divers. En revanche, la disparition du sol, en C (un plancher en bois ?), ne trouve pas d’explication sauf à envisager que des affouillements ont également été entrepris aux fins de récupérer des matériaux.

Secteur II

33La période est illustrée par la construction isolée d’un mur, inscrit dans le bâti antérieur et dont la raison d’être comme la durée d’existence sont difficiles à apprécier.

Architecture

34Le mur 19, de direction nord/sud, s’appuie contre le pilier nord du bâtiment E-F du Haut-Empire et chevauche en partie l’arase de l’ancien mur de façade, dérasé, 15. Très correctement parementé sur sa face orientale (fig. 136), avec au moins sept à neuf assises de moellons conservées en élévation, il est lié à la terre argileuse et inclut quelques fragments de tuile ; sa paroi occidentale est dégradée (fig. 137). Il est large de 0,45 m. Au moins deux rangées de pierres en fondation reposent sur un « lit » ou « hérisson » de pierres plates sous lesquelles la fouille n’a pas été poursuivie ; un ressaut, à l’ouest, est situé à la cote NGF 19,50 m au sud et 19,70 m au nord. Appuyé sur une solide dalle (fig. 138), le mur enjambe soigneusement le collecteur (b) que l’on a voulu, apparemment, conserver en usage.

35Ce nouveau mur, associé au mur 16 (et 10) qui reste en élévation, constitue un espace dont on ne saisit pas l’extension.

Figure 136 - Phase 6, secteur II

Figure 136 - Phase 6, secteur II

Le mur de façade de la rue, 15, dont le parement est revêtu d’un enduit et, à l’arrière, le parement du mur de l’Antiquité tardive, 19, bâti sur une fondation large.
Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1980).

Figure 137 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Figure 137 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Parement occidental du mur de l’Antiquité tardive, 19, prenant appui contre le pilier en grand appareil, à l’extrême gauche, où on distingue également le doublage du mur 10/16. Il franchit l’égout collecteur (b) du Haut-Empire.
Vue prise vers l’est (cliché P.-A. Février, 1979).

Figure 138 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Figure 138 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Assises inférieures du mur de l’Antiquité tardive, 19, au niveau du franchissement de l’égout collecteur (b) qui a conservé sa dalle de couverture.
Vue prise vers l’est (cliché P.-A. Février, 1979).

Stratigraphie

36La stratigraphie est bizarre, surtout au nord de l’espace F (et, en particulier, au nord de l’égout b) mais permet pourtant de cerner le mur 19 pour sa phase de construction ; en revanche, les données sont plus floues pour apprécier sa durée d’utilisation et l’époque de son effondrement.

37mur 19, construction

38Le niveau du ressaut de fondation du mur 19 indique que les couches d’occupation qui lui sont associées ont été évacuées (de même, on l’a dit, qu’une partie de celles des périodes antérieures) et ne sont plus représentées que par des reliquats de leurs supports, la c.4d, une terre fine violacée et compacte, et la c.4e, une nappe de gravats. Rien ne permet d’expliquer cette disparition du sol que l’on peut rapporter à une action volontaire au moment de l’abandon, à moins qu’il ne s’agisse d’une catastrophe naturelle. Il serait logique d’attribuer à cette période et à cette réorganisation l’obturation d’une éventration dans l’égout collecteur (b) et l’emploi d’un bloc provenant du pilier laisserait alors penser que celui-ci n’était plus utilisé sur sa hauteur d’origine.

39On peut ajouter que les niveaux de circulation extérieurs, à l’est, s’ils étaient encore en usage, sont à une cote bien supérieure (NGF 20,15/20,34 m contre 19,70 m dans le bâtiment).

40mur 19, effondrement

41Les vestiges conservés du mur 19 (arase à 20,46 m) présentent un fruit important vers l’ouest où la partie haute s’est déversée (fig. 139), constituant les éléments des c.4c, c’est-à-dire un fort amoncellement de moellons, issus du mur, et de sable, en tout ou partie dû à la décomposition des mortiers.

Figure 139 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Figure 139 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II

Mur 15 (à dr.) et 19 (à g.) qui accuse un fruit important.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).

Chronologie

42Le lot attribué à la construction du mur 19 est numériquement très faible (5 fragments) alors que les phases d’occupation et d’effondrement livrent des ensembles conséquents, respectivement 452 et 842 tessons (fig. 19).

43 mur 19, construction

Pour dater la construction de ce mur, la découverte d’un tesson de DS.P. sous la fondation démontre qu’elle n’a pu intervenir avant la fin du IVe siècle, date habituellement attribuée pour le début de la commercialisation de cette céramique.

44• remblai sous fondation c.4e (fig. 140)

Figure 140 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 140 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6, secteur II (c.4e). DS.P. (dessin L. Rivet).

45DS.P.

- 691 : fond gris sur pied annulaire d’une coupe de forme indéterminée ;

- [non ill.] : deux fr. informes gris.

46 mur 19, phase d’occupation

Les reliquats de remblais supportant les sols associés à ce mur livrent quelques pièces intéressantes parmi une grande quantité de céramiques résiduelles.

47• Sol et remblais c.4d (fig. 141)

Figure 141 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II (c.4d)

Figure 141 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II (c.4d)

DS.P. (692-693), lampe (694), Luisante (695) (cliché et dessin L. Rivet).

48DS.P.

- 692 : bord gris de coupe Rigoir 6 ;

- 693 : fond gris de coupe de forme indéterminée ;

- [non ill.] : deux fr. informes gris.

49Sigillée claire D

- [non ill.] : trois fr. informes.

50Lampe africaine

- 694 : forme Atlante VIII C1d (pl. XCVII, 1 et CLVII, 9) à bandeau atrophié et médaillon carré, deuxième moitié du Ve s. (Bonifay 2004, type 48, p. 366).

51Luisante

- 695 : bord et carène guillochée de coupe Lamb. 1/3.

52mur 19, effondrement

53Le volumineux effondrement (c.4c) contient une quantité importante de matériel céramique résiduel mais aussi quelques éléments utiles à la chronologie.

54• Effondrement c.4c (fig. 142 et 143)

55DS.P.

- 696 : marli gris de forme Rigoir 1 décoré de rouelles ;

- 697 : bord orangé d’une coupe de forme indéterminée ;

- 698 : bord gris de coupe Rigoir 8, sans décor ;

- 699 : inf. gris portant le décor d’une palmette incomplète ;

- [non ill.] : 10 fr. informes, dont un orange et 2 de vases à liquide.

56Sigillée claire D

- [non ill.] : 10 fr. informes dont un guilloché de forme Hayes 91.

57Sigillée clair2e C

- 700 : fond d’assiette Hayes 50.

58Céramique culinaire africaine

- 701 : bord de coupe carénée Hayes 10 var. (?) (Atlante, p. 31 et tav. XV, 14-15, IIe-IIIe s.) ;

- 702 : bord de plat Hayes 181 ;

- 703 : bord de couvercle Hayes 182 à surface extérieure lustrée (Bonifay 2004, var. C, p. 217, IIIe s.) ;

- 704 : bord de couvercle Hayes 182, var. tardive (Bonifay 2004, var. D, p. 217 et fig. 115) ?

59Lampe africaine

- 705 : fragment de bandeau concave de forme Atlante VIIIA à disque à rosace centrale.

60Céramique commune engobée

- 706 : fond (découpé à la ficelle) de coupe ; seul l’intérieur est engobé.

61Céramique commune à pâte brune

- 707 : bord de couvercle en pâte grossière.

Figure 142 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II (c.4c)

Figure 142 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur II (c.4c)

DS.P. (696-699), sigillée claire C (700), céramique culinaire africaine (701-704), lampe (705),
céramique commune engobée (706), céramique commune à pâte brune (707) (cliché et dessin L. Rivet).

62Amphore

Italie

- 708 : lèvre courte et à peine redressée sur col tronconique muni de deux anses courtes placées haut (pâte grumeleuse, beige, à inclusions volcaniques) renvoyant au type des amphores romaines de Lipari (Richborough 527), produites dans cette île pour le transport de l’alun, ici avec un profil de type 2b, milieu du IIe-IIIe s. (Borgard, Gateau 1991, p. 319-321 ; Borgard 2000, p. 286 et fig. 1 et 7, no 4).

Afrique

- 709 : lèvre d’Africaine II (Africano grande) à pâte rouge, sous-type IIA (fin du IIe-première moitié du IIIs. : Bonifay 2004, p. 111, fig. 57, var. A1) à lèvre en amande marquée d’un gradin ; transport du vin ;

- 710 : pointe à pâte rouge brique et surface beige raclée verticalement.

Origine indéterminée

- 711 : col étroit surmonté d’une lèvre rabattue vers l’intérieur, à pâte brun-rouge clair et surface rouge pâle, inclusions volcaniques ; peut-être la forme Ostia IV, 263, plutôt qu’Almagro 51C (si l’on se réfère à Bonifay 2004, p. 151 et fig. 82, type 62) ;

- 712 : lèvre de profil triangulaire (2 fr.), pâte rouge clair, surface intérieure rouge clair, surface extérieure rose, dégraissants de quartz éolien et autres ; forme et origine indéterminées, p.e. Leptiminus II ;

- 713 : lèvre de type indéterminé ; pâte et surface brun-rouge clair.

63Verre

- 714 : bord de coupe de type AR 76 (Flaviens-début du IIIe s.) ; verre de technique indéterminée, incolore ;

- 715 : bord de gobelet à lèvre coupée de type AR 36/39 ; verre soufflé, incolore.

Figure 143 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 143 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 6, secteur II (c.4c).
Amphore (708-713), verre (714-715) (dessin L. Rivet).

64Commentaire sur la chronologie. C’est incontestablement le petit contingent de tessons de DS.P. (n691) qui contribue à déterminer la période de mise en place de ce mur 19 qui ne peut intervenir avant la fin du IVe siècle ou, plutôt, le début du Ve siècle.

65La période d’utilisation n’est guère mieux renseignée par le mobilier associé, pas plus que celle de l’effondrement même si celui-ci est nettement plus abondant. L’existence d’un tesson de sigillée claire D de la forme Hayes 91 (non ill.), dont la période d’apparition est fluctuante selon les publications mais qui ne paraît pas s’être produite, pour la variante la plus ancienne, avant la fin du IVe siècle, d’après les contextes arlésiens (Cathma 1996), ou le tout début du Ve siècle (Reynaud et al. 1998, p. 202 ; Bonifay 2004, p. 167-171), renvoie à la même époque, de même que la lampe de type Atlante VIIIA (no 705), commercialisée à partir de la deuxième moitié du IVe siècle. En fait, c’est la lampe Atlante VIIIC (no 694), trouvée en correspondance avec la phase d’occupation, qui repousse la datation dans la deuxième moitié du Ve siècle, ou plus tard. D’autres pièces de vaisselle, en revanche, sont nettement résiduelles (par exemple, no 701).

Interprétation

66La création et l’aménagement de cet espace sont assez mal documentés mais ne laissent pas de surprendre ; la forme du nouveau bâtiment, s’il s’agit bien d’un bâtiment et non d’une sorte d’enclos, est singulière et l’évanouissement du véritable sol d’occupation ne trouve pas d’explication convaincante. On s’interroge aussi, par exemple, sur le type de charpente choisi pour la couverture (mais les éléments de toiture n’ont pas été spécifiquement notés lors de la fouille). Le seul argument consiste à envisager que la réponse se trouve au sud et à lier ce curieux (et provisoire) aménagement au chantier de la cathédrale établie immédiatement à côté.

Secteur III

67On a vu (supra, p. 131) que l’ensemble de la chaussée (partie ouest de la rue) est recouvert des gravats de la boutique qui rendent désormais impossible toute circulation ; postérieurement à cet épisode s’effondre le mur de façade de la construction établie à l’est du cardo – le mur de clôture du forum – et, par voie de conséquence, le portique qui en dépend.

Démantèlement et stratigraphie

68• Effondrement du mur 7 et du portique

69Une épaisse couche (entre 0,60 et 1 m) de moellons et de sable (c.4a) occupe toute la largeur du portique ainsi qu’une partie de la chaussée, en recouvrant, à l’ouest, les gravats de la boutique (fig144). Des éléments des colonnes du portique s’effondrent également (deux tambours couchés sur la surface de la c.5g/5h).

70L’amoncellement de pierres correspond à des moellons et à des pans d’un mur écroulé de l’est, mélangés à du sable et de la chaux ; on observe parfois des alignements de moellons (fig145) taillés en queue d’aronde mêlés à du mortier de chaux décomposé. Les dizaines de mètres cubes qu’il représente n’ont livré aucun autre type d’éléments de destruction, ni tuile, ni peinture murale, ni métal. Seuls quelques rares tessons de céramique ont été récupérés.

Figure 144 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Figure 144 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Niveau d’effondrement d’un mur en petit appareil, 7, d’où émerge la colonne monolithe du portique du cardo.
Vue prise vers l’est (cliché L. Rivet, 1982).

Figure 145 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Figure 145 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Détail des moellons en petit appareil du mur de clôture du forum, 7, qui s’est effondré dans le cardo.
Vue prise vers l’est (cliché L. Rivet, 1982).

71• État des autres vestiges

72On a déjà mentionné l’état pitoyable dans lequel ont été laissés les niveaux de circulation de la chaussée en pente, emportés par l’érosion.

73À cause de cet abaissement des surfaces et de la poursuite de la circulation charretière, le collecteur (g) est éventré par endroits et le canal est empli d’une terre (c.5a) très tassée dans la partie supérieure, incluant des éléments divers (fragments de marbre, fer, enduits peints, etc.), à l’inverse des terres inférieures d’infiltration, fines et pulvérulentes. On a déjà dit, aussi, que les maçonneries supérieures de cet égout sont gravement entamées par l’usure (fig. 146), démontrant ainsi que l’absence d’entretien a vraisemblablement duré plusieurs décennies.

Figure 146 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Figure 146 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Réfection ponctuelle de la voûte de l’égout collecteur (g)
(cliché L. Rivet, 1982).

74Le petit égout adjacent (h) était, quant à lui, presque intégralement démantelé.

75Le portique à colonnade et le trottoir étroit, en revanche, ne montraient pas de signe de décrépitude.

76On constate donc, à la fois, un délaissement radical dans l’entretien de la voie et un écroulement des constructions qui pourraient justement s’expliquer par l’arrachement des terres et un travail de sape dans l’Antiquité.

Chronologie

77• Comblement de l’égout (g) c.5a (fig. 147)

Figure 147 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.5a)

Figure 147 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.5a)

Céramique culinaire africaine (716-719), amphore (720), verre (721-724) (dessin L. Rivet).

78Céramique culinaire africaine

- 716 : bord de couvercle à lèvre arrondie surlignée de deux sillons ; la face externe répond à l’aspect de la sigillée claire A et la face interne à celui de la culinaire de forme Hayes 196 ;

- 717 : bord de couvercle Hayes 182 ;

- 718-719 : bords de casseroles Hayes 197.

79Amphore

- 720 : lèvre d’africano piccolo ou Africaine IA.

80Verre

- 721 : bord de gobelet à lèvre coupée de forme AR 38 (Néron/Flaviens-troisième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 722 : bord d’urne à lèvre ourlée de forme Is. 46a (Claude-Flaviens/Trajan) ; verre soufflé, incolore ;

- 723 : coupe basse dont la panse porte 4 filets saillants (4 fr.) de forme AR 55 (IVe-milieu du Ve s.) ; verre de technique indéterminée (soufflé ?), blanc opaque ;

- 724 : fond de verre à pied dont la vasque est collée sur un pied annulaire haut rapporté (de forme proche de AR no 1958) ; verre soufflé, blanc opaque.

81Monnaie

M17

Denier (fourré) : 2,40 g (inv. M.72, 5a).

Av. IMP CAES DOMIT AVG-GERM PM [TR P XII]

- tête à dr.

R/ IMP XXII COS [XVI CENS] P PP - Minerve.

RIC 171 etc. ; BMC 200-201 etc.

92-96 apr. J.-C. Période 3.

82Commentaire sur la chronologie. Les 311 fragments de céramiques et d’amphores n’apportent pas d’éléments datants pour ce comblement. Si notre identification de la coupe en verre (n723) est correcte, elle tend à montrer que l’égout est encore en contact avec l’aire de circulation et qu’il absorbe encore du matériel dans le courant du IVe siècle, voire au Ve siècle.

83• Effondrement dans le portique et la chaussée c.4a/4b (fig. 148 à 150)

84Sigillée claire D

- 725 : inf. plat de fond avec décor de cercle concentrique et palmette ;

- 726 : inf. plat de fond avec décor de cercles concentriques.

85Sigillée claire C

- 727 : marli de coupe Hayes 44 ;

- 728 : bord de plat Hayes 50 (12 fr.) ;

- 729 : bord de plat Hayes 50 (4 fr.).

86Céramique culinaire africaine

- 730 : couvercle de forme inconnue (24 fr.) ayant fortement brûlé ;

- 731 : casserole Hayes 197 (27 fr.) ;

- 732 : casserole Hayes 197 (31 fr.).

87Céramique commune à pâte grise

- 733 : bord d’olla (3 fr.) à col étranglé.

88Céramique commune à pâte brune

- 734 : coupe à panse carénée (32 fr.) et lèvre épaissie creusée d’une gorge externe ;

- 735 : couvercle à bouton pincé réservant une minuscule communication d’une paroi à l’autre (4 fr.).

89Céramique culinaire micacée varoise

- 736-737 : bords de plats, sans préhension conservée.

Figure 148 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Figure 148 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Sigillée claire D (725-726), sigillée claire C (727-729), céramique culinaire africaine (730-732), céramique commune à pâte grise (733), céramique commune à pâte brune (734-735), céramique culinaire micacée varoise (736-737) (dessin L. Rivet).

90Céramique commune à pâte claire

- 738 : bord à lèvre en amande d’une coupe à panse carénée ;

- 739 : bord vertical d’une coupe vraisemblablement carénée ;

- 740 : bord mouluré d’une coupe à panse carénée ;

- 741 : bord d’une coupe carénée à ouverture légèrement évasée et à lèvre triangulaire ;

- 742 : coupe à marli décoré à la molette et incliné vers l’intérieur ;

- 743 : grande coupe à marli (3 fr.).

Figure 149 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Figure 149 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Céramique commune à pâte claire (738-743) (dessin L. Rivet).

91Amphore

Espagne

- 744 : lèvre et anse ronde (4 fr.) ;

Afrique

- 745 : lèvre (2 fr.) d’Africaine IIA (Bonifay 2004, type 22, p. 111 et fig. 58, no 10) ;

- 746 : lèvre d’Africaine IIIC (Bonifay 2004, type 29, p. 119-120, fig. 65, no 9) de la fin du IVe s.-première moitié du Ve s.

92Terre cuite

- 747 : portion d’une pièce cylindrique décorée au poinçon : juxtaposition de cercles et de losanges sécants ; un relief proéminent en forme de losange pourrait constituer un axe de symétrie. À une extrémité et sur un côté, les bords sont francs, et brisés des deux autres côtés. La partie incurvée est lissée à proximité des bords francs, brute par ailleurs.

93Verre

- 748 : bord de gobelet à lèvre coupée de forme AR 38 (Néron/Flaviens-troisième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, incolore.

94Marbre

- 749 : fond plat de mortier en marbre blanc ;

- 750 : fr. de bord de plaque (ép. 12 mm sans le relief, 16 mm avec) décorée de rinceaux en bas-relief.

95Pierre

- 751 : bord légèrement évasé, sans trace de tournage ;

- 752 : fond plat, sans trace de tournage, portant au-dessous un graffito --E-- ; la surface intérieure est polie par l’utilisation alors que le reste des parois est brut, constitué d’un semis de points de taille à l’aiguille (ce fond ne s’apparente pas au bord précédent).

96Bronze

- 753 : alène ;

- 754 : petite spatule constituée d’une tige (cassée) se terminant par une palette circulaire.

97Tabletterie

- 755 : tige cylindrique dont l’extrémité, taillée en pointe, est creusée d’un cuilleron ovale et étroit ; considérée comme une cuillère à parfum ou à onguent mais aussi comme cure-oreille (Béal 1983, p. 245-246 et pl. XLIV, 772) ;

- 756-757 : fr. d’épingles à cheveux, cassées.

Figure 150 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Figure 150 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III (c.4a)

Amphore (744-746), terre cuite (747), verre (748), marbre (749-750), pierre (751-752), bronze (753-754), tabletterie (755-757)
(cliché P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

98Monnaie

M18

Antoninianus : 2,95 g (inv. M.70, 4b).

Av. IMP CAE TRA DEC AVG - tête radiée à dr.

R/ DACIA à g., tenant étendard.

RIC 36a.

250-251 apr. J.-C. Période 9b.

99Commentaire sur la chronologie. À l’emplacement du trottoir occidental, contre la boutique, cette couche d’effondrement fait suite à celle qui touche l’habitation : parmi les 791 fragments de céramiques et d’amphores, on trouve également des vaisselles assez bien conservées dans lesquelles on note une absence totale de DS.P. et uniquement quelques tessons de sigillée claire D (nos 725 et 726) portant des décors se rapportant à un style mis en place au IVe siècle, et au moins une forme de sigillée claire C (no 728) qui pourrait également être produite au IVe siècle. L’une des amphores, Africaine IIIC, est un peu plus tardive et pousserait la datation dans la première moitié du Ve siècle (no 746).

Interprétation

100La date de l’effondrement de la boutique ayant été estimée intervenir à la fin du IVe ou au début du Ve siècle, il faut envisager une chronologie postérieure pour l’écroulement du mur en petit appareil, 7 – une manifestation particulièrement bien perçue à la fouille (fig. 151) –, et du portique associé qui s’élevaient à l’est et dont une partie se répand sur les gravats de la maison. Mais combien de temps après ? Pendant combien de temps la rue a-t-elle encore été fréquentée après la ruine des bâtiments du secteur I ? Le mobilier recueilli ne permet pas de préciser et une donnée extérieure ne procure pas une information utile : on est certain que la place du forum continue d’être fréquentée au moins jusque dans le IVe siècle, mais peut-être après, jusque vers le milieu du VIe siècle (voir p. 201 et s.) ? Dans ces conditions, le mur de clôture occidental du forum, 7, n’apparaît pas comme un élément indispensable à la survie de la place mais cette donnée chronologique semble autoriser à placer l’effondrement de ce mur entre le milieu du Ve et le milieu du VIe siècle.

Figure 151 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Figure 151 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur III

Vue générale sur l’emprise du cardo maximus montrant la nappe d’effondrement du mur oriental 7. À g., la façade de la boutique. À l’arrière-plan, élévation d’un mur d’époque médiévale.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1982).

Secteur IV

101Les informations produites par ce secteur du site ne sont pas la répétition exacte de celles observées dans le secteur III en ce qui concerne l’effondrement du mur oriental 7 qui bordait le cardo.

Démantèlement et stratigraphie

102Dans le sondage ouvert en limite sud-est de chantier, en L, l’effondrement du mur 7 n’est pas identifié malgré la fouille d’une c.4 pierreuse, reposant directement sur les niveaux du IIIe siècle.

103En revanche, plus au nord, en M, on retrouve un amas de moellons et de mortier de chaux décomposé qui s’apparente à ce qui a été constaté dans le secteur III : nul doute qu’il s’agit de la suite du renversement du mur 7 de la façade orientale du cardo. On relève cependant un élément supplémentaire dans cet amoncellement de pierraille : un pan de cloison fait de lits de tuiles et de briques liées à la chaux (fig. 152), large de 0,40 m, haut de 0,43 m et dont la longueur conservée est de 0,88 m ; durant la fouille, il n’a pas été possible d’identifier son rôle et il peut tout aussi bien s’agir, soit d’un tronçon de muret d’entrecolonnement construit au nord (et faisant également office de piédroit oriental pour l’égout (g), mais leur largeur ne coïncide pas parfaitement) qui aurait été emporté et charrié vers le sud, soit d’un mur d’appui servant de rambarde dans le dispositif d’accès au forum.

Figure 152 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Figure 152 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Fragment de muret en tuiles liées au mortier couché dans l’effondrement du mur 7 en petit appareil qui s’élevait en marge de l’aire du forum.
Vue prise vers l’est (cliché P.-A. Février, 1980).

104Tout à l’ouest, au long du mur 15, a été fouillé le comblement d’une tranchée, c.4t, ouverte on ne sait pour quelle raison, peut-être en vue de la récupération de matériaux.

Chronologie

105Dans les deux sondages ouverts à l’est, en L et en M, aucun mobilier céramique significatif n’a été récupéré dans l’effondrement.

106• Comblement de la tranchée de récupération (en J) c.4t (fig. 153)

Figure 153 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4t)

Figure 153 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4t)

Sigillée claire A (758), céramique culinaire africaine (759), lampe (760), céramique commune engobée (761-764), céramique culinaire micacée varoise (765), amphore (766), verre (767-770), tabletterie (771)
(cliché P. Groscaux et L. Rivet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

107Sigillée claire A

- 758 : bord guilloché de coupe Hayes 7B.

108Céramique culinaire africaine

- 759 : plat apparenté au type Hayes 23B.

109Lampe

- 760 : fr. de lampe de type Atlante VIII C1d (pl. XCVII, 1 et CLVII, 9) à bandeau atrophié et médaillon carré.

110Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 761 : coupe à bord rentrant (8 fr.) de forme 13 (Rivet 2002) ;

- 762 : bord de coupe évasée de forme 6b ;

- 763 : bord de vase fermé à ouverture étranglée ;

- 764 : coupe miniature.

111Céramique culinaire micacée varoise

- 765 : bord de plat.

112Amphore

Afrique (?)

- 766 : lèvre de profil triangulaire, à pâte contenant du quartz éolien (?) et d’autres composants, éventuellement d’origine africaine ; forme appartenant peut-être au type Keay XXXV.

113Verre

- 767 : bord de gobelet à lèvre étirée et épaissie de type mal défini, peut-être AR 9 (Auguste-Néron/début Flaviens) ou AR 98.2 (deuxième quart du IIe-deuxième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 768 : bord éversé de gobelet à lèvre coupée de type mal défini, peut-être Is. 106a, AR 66 (fin du IIIe-IVe s.) ; verre soufflé, blanc opaque ;

- 769 : carène haute d’un gobelet à godrons de type AR 30.1 (Tibère/début Claude-Flaviens/Trajan) ; verre soufflé, vert-bleu ;

- 770 : fond d’assiette ; verre de technique indéterminée (moulé ?), blanc opaque.

114Tabletterie

- 771 : fr. de tige de section ovale dont les faces sont gravées de deux sillons parallèles. La cassure de l’une des extrémités montre que cette tige se poursuivait tel quel ; à l’autre extrémité conservée se distingue, à la suite de deux ruptures obliques, l’amorce d’un prolongement sous la forme d’une sorte de lame, taillée dans la même masse, aussi large que la tige mais plate et mince.

115Commentaire sur la chronologie. Les attestations de céramiques (sur un lot de 165 tessons) sont essentiellement résiduelles et seul le fragment de lampe africaine (no 760) permet d’attribuer à ce comblement une datation dans la deuxième moitié du Ve siècle (Bonifay 2004, type 48, p. 366).

116• Effondrement sur la chaussée (en J, K et L) c.4a/4b/4c (fig. 154 et 155)

117DS.P.

- 772 : bord de coupe Rigoir 4 ; gris ;

- 773 : bord de coupe Rigoir 4 variante ; gris ;

- 774 : bord d’assiette Rigoir 4 variante (hors catalogue) dont l’arête du rebord intérieur est creusée d’encoches ; gris ;

- 775 : carène de coupe Rigoir 14 ou 15 (?) décorée d’incisions, le rebord vertical portant une rangée de palmettes ; gris ;

- 776 : bord de coupe Rigoir 18 ; gris ;

- 777 : bord d’olla de forme indéterminée ; gris ;

- 778 : fond sur pied annulaire de vase à liquide (2 fr.) ; gris ;

- 779 : fr. de panse décoré de palmettes ; gris.

118Sigillée claire D

- 780 : marli de plat Hayes 59 ;

- 781 : bord de plat Hayes 61B ;

- 782 : fr. de bord Hayes 67 ;

- 783 : fr. de fond plat portant un décor de rouelle ;

- 784 : fr. de fond plat à décor lustré en spirale (Hayes 109 ?) ;

- [non ill.] : inf. guilloché de forme Hayes 91.

119Sigillée claire C

- 785 : fr. de panse très peu incliné portant un décor d’applique représentant une feuille ; il s’agit de la production C3 (Hayes 53A, Atlante CXLIV.1, forme Salomonson a).

120Céramique commune engobée

- 786 : coupe à bord aminci et rentrant pourvu d’une collerette (comparer avec le no 411 provenant du secteur IV, c.5e/f/g/h).

Figure 154 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4a/4b/4c)

Figure 154 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4a/4b/4c)

DS.P. (772-779), sigillée claire D (780-784), sigillée claire C (785), céramique commune engobée (786), céramique commune à pâte brune (787-789), amphore (790-791) (dessin L. Rivet et S. Saulnier).

121Céramique commune à pâte brune

- 787 : coupe carénée à lèvre légèrement épaissie ;

- 788 : bord d’olla à lèvre épaissie ;

- 789 : bord d’olla à une anse et à lèvre aplatie vers l’extérieur.

122Amphore

Espagne ou Afrique

- 790 : lèvre, pâte brun orangé, surface rouge pâle (Tripolitaine III ?) ;

- 791 : fond ombiliqué sur pied, pâte brun-rouge et surface rouge pâle.

123Verre

- 792 : bord de gobelet à lèvre coupée et retouchée de forme Is. 12 (Auguste-Trajan) ; verre soufflé, brun ;

- 793 : bord de gobelet à lèvre coupée de type AR 38 (Néron/Flaviens-troisième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, vert pâle ;

- 794 : bord de gobelet à lèvre coupée et retouchée de forme AR 64/73 ; verre soufflé, vert ;

- 795 : bord correspondant peut-être à un pot à col bas évasé sur corps globulaire (Sternini 1990, n55 et fig. 14, no 37, IIIe-IVs.) ; verre soufflé, vert olive foncé ;

- 796 : goulot et bord épais de lécythe (Morin-Jean 1913, p. 31, fig. 8A) ou d’aryballe Morin-Jean 34 (id., p. 87 et 88, fig. 95) des IIIe-IVe s. ; verre soufflé, vert pâle ;

- 797 : médaillon (mascaron) figuré en relief rapporté à chaud sur la paroi d’un gobelet ou d’un verre à pied ; le motif a été altéré lors de la phase de travail à chaud (Foy, Nenna 2001, p. 89-90 ; Foy, Piton 1997). Profil à droite d’une tête laurée à barbe courte d’un empereur du IIe ou du IIIs. (de Hadrien à Philippe) ; on distingue, en bas, le moulage empâté de l’écriture qui court autour d’une monnaie ; verre incolore.

124Ivoire

- 798 : bras de statuette (plutôt que d’une poupée articulée). Bras droit tendu comportant une mortaise circulaire à l’extrémité correspondant à l’épaule ; la main conserve l’amorce des doigts sauf le pouce. Le plan arrière est plat (à l’origine ?).

Figure 155 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4a/4b/4c)

Figure 155 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV (c.4a/4b/4c)

Verre (792-797), ivoire (798) (cliché C. Durand et P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

125Commentaire sur la chronologie. Dans ce lot (632 fragments) comportant une proportion importante de matériel résiduel se détachent plusieurs formes de sigillée claire D (Hayes 59, 61B et 91) qui renvoient toutes à des débuts de production attribués aux dernières décennies du IVe ou au début du Ve siècle (Bonifay 2004, p. 167-171 et 179) ; en revanche, le décor lustré (no 784) suppose une autre forme, plus récente (Hayes 109 ?), et laisse entrevoir une datation nettement plus récente, dans un VIe siècle avancé.

126Cette possible chronologie dans le VIe siècle expliquerait la relative abondance de rejets de DS.P.

Interprétation

127Les marques de l’Antiquité tardive consistent essentiellement en niveaux d’effondrement issus des bâtiments adjacents à la voie qui constituent une chape de gravats d’environ 1 m d’épaisseur.

128Par ailleurs, si les observations faites lors de la fouille étaient indubitablement avérées, à savoir que le sondage ouvert en limite sud du site, en L, est dépourvu de l’effondrement d’un mur qui s’élevait à l’est – alors que celui-ci est parfaitement apparent un peu plus au nord, en M – il s’ensuivrait un acquis appréciable pour la connaissance de l’organisation du forum puisque cette interruption dans l’effondrement du mur confirmerait l’hypothèse d’un accès latéral à la place publique, hypothèse que nous avions proposée dans l’Atlas (Rivet et al. 2000, p. 392-397 et fig. 711). En effet, on se situe là dans l’alignement d’un mur à contreforts orné de pilastres dont une portion a été découverte lors de la fouille du Jardin du Palais de Justice et qui ferme la place du forum, au nord, en avant de l’aire dallée (voir fig. 48). Or, ici, les données de fouille paraissent bien aller dans ce sens et, en suivant cette interprétation, les bribes du dallage d’époque flavienne revêtiraient un autre pan de justification.

Conclusion

129Le bilan qu’il faut tenter de dresser bénéficie, le fait n’est pas si courant, des menues connaissances que l’on a acquises sur les sites qui se développent à l’est (Jardin du Palais de Justice) et au sud (fouilles dans la cathédrale et sur la place Formigé) ; il est certain que cette connaissance du contexte urbain est à la fois une aide pour proposer une interprétation des faits constatés sur le chantier mais aussi, il faut s’en convaincre, une mise sous influence.

130À l’est, les indices sont très forts pour restituer le forum de la ville ; vraisemblablement mis en construction dans les toutes premières décennies du Ier siècle, il est pratiquement assuré qu’une partie de la place dallée, au moins, reste praticable jusque dans le courant du IVet peut-être jusque vers le milieu du VIe siècle (voir infra, p. 201). Il s’agit donc d’un ensemble monumental majeur dont la limite occidentale correspond au mur aveugle, 7 qui, à 0,50 m près, borde la parcelle fouillée au nord-est de la cathédrale, probablement avec un accès qui s’ouvrirait immédiatement au sud du portique, en L (secteur IV).

131Au sud, les analyses de P.-A. Février (Février 1981) et les fouilles ouvertes entre 1987 et 1992 concourent à estimer que l’édification de la première cathédrale, une nef à plan rectangulaire, se place dans la première moitié du Ve siècle (Février 1995, p. 155-164 ; Fixot, Sauze 2004, p. 22-24).

132Les indices chronologiques dont on dispose (malgré le faible nombre de céramiques et l’insuffisance de tessons se rapportant à des formes précises) permettent de restituer l’enchaînement suivant :

  • 1.- à la fin du IVsiècle ou au début du Ve siècle, voire après, la boutique s’effondre mais on ne peut pas être aussi catégorique pour le reste des bâtiments, en particulier pour le secteur II, en E, même si la logique incline à ce qu’il en soit de même ; la rue est en partie recouverte des gravats de ce ou ces effondrement(s) mais une circulation rudimentaire reste possible, en particulier sous le portique qui reste en l’état (puisque les tambours de colonnes sont directement couchés sur des niveaux anciens, exempts de décombres) ;

  • 2.- à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle, au plus tôt, un nouvel espace est réaménagé, au sud-ouest du site, en F, avec la construction d’un mur, 19, construit dans les règles de l’art mais pour déterminer une pièce (couverte ?) de forme singulière ;

  • 3.- au Ve siècle, peut-être, cet aménagement est « vidé » et abandonné avant son écroulement ;

  • 4.- à une date inconnue, après l’effondrement de la boutique et des autres bâtiments de l’îlot occidental, peut-être vers le milieu ou dans la deuxième moitié du VIe siècle (voire au début du VIIe siècle), il faut placer la chute du mur de limite orientale de la rue, 7, et du portique qui lui est directement associé.

133On manque toutefois d’indice concret pour situer la ruine de cette portion du mur périmétral du forum de Fréjus mais on peut faire valoir deux remarques :

134- la première est interne au terrain et consiste à considérer qu’on comprendrait mal que l’on réaménage un nouvel espace, en E-F, dans un environnement submergé par une puissante couche de ruines ; contra, le mur 19 pourrait fort bien avoir été bâti avec les moellons récupérés du mur du forum…

135- la seconde est externe et renvoie à une constatation qui concerne l’intérieur du forum, où se développe une place dallée : on y a démontré que celle-ci, ou une partie de celle-ci, était encore fréquentée dans le courant du IVe et peut-être jusque vers le milieu du VIsiècle. C’est à cette période que, par hypothèse, on pourrait envisager un abandon durable du terrain qui s’étend au nord-est de la cathédrale, en même temps que serait totalement désaffecté l’ensemble monumental qui se développait, à l’est, sous l’actuel Jardin du Palais de Justice.

136Quoi qu’il en soit, le site et la période, et tout spécialement à partir de la fin du IVe/début du Ve siècle, livrent l’image incontestable d’une déprise de l’occupation urbaine mais la prise en compte du devenir des abords méridionaux, avec l’implantation du groupe épiscopal, explique largement la mise en sommeil de ces terrains placés dans la périphérie. Dans ce contexte se pose la question de la fonction à laquelle on destine cette étendue « désolée » ; apparemment pas à servir de carrière de pierre pour un chantier important, des matériaux prêts ou quasiment prêts à l’emploi car les moellons des murs encore en place ou effondrés ne paraissent pas avoir été récupérés de façon manifeste ; apparemment pas pour établir une nécropole car les plus anciennes tombes, même si elles sont mal datées, ne peuvent nullement être attribuées à une période équivalente.

137Du point de vue topographique, on soulignera que l’implantation du mur 19, selon une direction grossièrement nord-sud, renoue avec les directions du réseau A de la ville primitive, héritées du milieu du Ier siècle avant notre ère, celui-là même qui est adopté pour édifier le groupe épiscopal au Ve siècle : le phénomène est emprunt de pragmatisme puisqu’on édifie sur les murs construits antérieurement ou, à défaut, dans les mêmes alignements.

138Mais un mot encore sur la chape de gravats qui masque sûrement aussi bien les principaux traits que les détails du dispositif urbain antérieur ; en partie seulement car l’organisation spatiale des constructions antiques, au moins sur un point (secteur IV), servira encore d’appui à un aménagement précaire, le mur 20 (fig. 156), à une période indéterminée du haut Moyen Âge. Il s’agit d’un alignement de blocs de remploi en grand appareil (dont deux moulurés) selon une direction perpendiculaire à la façade occidentale du cardo. On ne sait si cette seule assise était ainsi dès l’origine, sans élévation, et si elle était également limitée en longueur à ce qu’on en a vu à la fouille, soit 4 m environ avec cinq blocs. Le bloc occidental étant appuyé exactement contre le pilier établi entre les murs 14 et 15, il indique que des élévations de bâtiments restaient encore visibles malgré les effondrements.

Figure 156 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Figure 156 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Appuyé contre le pilier de la façade du Haut-Empire (à g.), un alignement de blocs de remplois, dont un est récupéré de ce même pilier, se rapportant à une époque postérieure à l’Antiquité tardive.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).

139Toujours dans le même secteur, dans l’espace M, un cliché de la berme du sondage montre une épaisse coulée de fins sédiments au-dessus de la nappe de moellons renversés (fig. 157) : rien n’est noté dans le journal de fouille mais il s’agit sûrement d’un signe du délaissement du terrain à la même époque, au sens large.

Figure 157 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Figure 157 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 6, secteur IV

Coulée de fins sédiments épandus sur l’effondrement du mur.
Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1980).