Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 1. Techniques de construction

6. Maisons à absides dans le monde grec et en Gaule méditerranéenne

Dominique Garcia et Henri Tréziny

Résumé

Les maisons à absides semblent disparaître dans le monde grec vers la fin du VIIIe s. et on ne les trouve guère dans les habitats agglomérés du VIIe s. Cependant, l’existence de maisons absidales à Clazomènes vers la fin du VIe s., suggère que ce type de construction pouvait réapparaître dans certaines conditions. Dans le Midi de la Gaule, les maisons absidales semblent se trouver dans des habitats isolés et disparaître rapidement dans les habitats agglomérés. Plus que la forme absidale, c’est l’utilisation de certaines techniques (brique crue) qui peut suggérer une pratique grecque à côtés des traditions indigènes.

Apsidal houses seem to disappear in the Greek world toward the end of the 8th ce,tury BC and they do not exist in the

Entrées d'index

Mots clés :

habitat, abside

Géographique :

Clazomènes, Bessan

Texte intégral

1Lors de la découverte des maisons à abside de La Monédière à Bessan, dans l’arrière-pays d’Agde (Hérault), A. Nickels (1976) a interprété le site comme un petit habitat grec et considéré ces constructions comme de tradition grecque. Suite aux découvertes effectuées sur le site indigène de Gailhan, dans les garrigues gardoises, B. Dedet (1990) a réévalué la part locale dans ce type de plan absidal.

2À la lumière de récentes études sur l’habitat grec et de quelques découvertes récentes plus proches de Marseille, nous réexaminerons ici la documentation en essayant de démêler ce qui relève du plan absidal en lui-même et des techniques de construction mises en oeuvre pour son élaboration, et en nous interrogeant sur les indices qui permettent d’attribuer ces bâtiments à une population grecque ou indigène.

1. Le monde grec (HT)

1.1. La Grèce protogéométrique et géométrique

3Les questions relatives à l’habitat géométrique et partiulièrement aux maisons absidales ont été traitées exhaustivement par Mazarakis 1997. Les maisons absidales sont le mode le plus fréquent de construction en Grèce à l’époque géométrique, surtout pour des édifices publics, pour lesquels le plan absidal peut subsister encore, par conservatisme religieux, au début de l’époque archaïque (particulièrement dans des sanctuaires d’Apollon). Les maisons absidales sont le plus souvent isolées, mais elles peuvent aussi exister dans des habitats agglomérés. Les maisons ovales (ou « bi-absidales ») sont assez fréquentes en Attique et en Eubée, dans les îles et sur les côtes occidentales de l’Asie Mineure à la fin de l’époque géométrique et au VIIe s.

4En ce qui concerne plus précisément l’Ionie, des maisons ovales existent à Milet à l’époque géométrique (Mazarakis 1997, fig. 419-420), mais, sur le même site, les maisons du VIIe s. de Kalabaktepe ont un plan quadrangulaire (ibid., fig. 417-418).

5A Ephèse, sous la Tetragonos agora d’époque hellénistique, une maison ovale orientée Nord-Sud datant sans doute du VIIIe s. (Mazarakis 1997, fig. 422a) est remplacée ensuite par une maison quadrangulaire de même orientation avec une antichambre ouverte à l’Est. Dans le courant du VIIe s., d’autres pièces presque carrées s’alignent le long d’une rue étroite. Au VIe s., sont construites des maisons plus importantes, remplacées aux V e-IV e s. par des ateliers (Scherrer, Trinkl 2006).

  • 1 Plan de la fouille dans Özyiğit 2003a, fig.3 ; restitution des maisons protogéométriques Özyiğit 20 (...)

6A Phocée, les fouilles récentes d’Ö. Özyiğit ont mis au jour un certain nombre d’habitations archaïques du VIIe s. de type « mégaron », de plan rectangulaire avec portique antérieur. Ces maisons se superposent quelquefois à des maisons de type absidal qui ne semblent pas postérieures à l’époque protogéométrique (ou géométrique ?) 1.

7Dans l’état actuel des connaissances, les quelques vestiges connus de maisons sur tous les sites ioniens au VIIe s. et dans la première moitié du VIe s. sont donc quadrangulaires. Les maisons de plan absidal remontent en général au protogéométrique et au géométrique, mais il y en a encore au VIIe s. Certaines semblent transformées en maisons quadrangulaires vers la fin du VIIe s., comme la maison J du secteur FGT de Clazomènes (Ersoy 2004, p. 52).

1.2. Clazomènes (fig. 251)

8Mais le cas de Clazomènes est bien plus complexe. Des bâtiments de plan absidal sont apparus dans plusieurs secteurs de la ville, sur les chantiers de Liman tepe (au-dessus des vestiges de l’âge du Bronze), dans le secteur dit FGT (ou tranchée C), dans le secteur MGT (ou tranchée B). Dans tous les cas, il s’agit de constructions des années 530 (Ersoy 1996), ou 510/500 (Ersoy 2006) sans doute liées à la réoccupation du site après sa prise par les Perses vers 540. Dans la tranchée B un mur (M24) pourrait remonter à la fin du VIIe siècle (fig. 251, en gris). Les premières structures se datent dans le dernier tiers du VIe s. : ce sont deux bâtiments de plan absidal (F et K) reliés par un mur (en rouge). Il semble que ce soient d’abord des structures légères en terre (dont on a quelques vestiges et un foyer), rebâties ensuite avec solin de pierre. Le bâtiment F avait des murs couverts d’un enduit blanc et contenait un foyer circulaire en position centrale. Dans un second temps sont construites les pièces A et E, peut-être d’abord deux maisons (en jaune) séparées par un couloir et agrandies ensuite par adjonction de H (stockage ?) et I (atelier ?), avec une grande cour soigneusement dallée B (en violet). Les structures absidales semblent toujours en service jusqu’à un incendie (fin du VIe s. ?). Elles sont alors recouvertes par d’autres murs rectilignes, dont la pièce J au sud (en vert), sans que l’on puisse dire s’il s’agit d’extensions de la maison précédente ou d’autres maisons. L’ensemble est abandonné vers 490. Dans la tranchée D (secteur HBT), un habitat lui aussi rectangulaire se date dans la première moitié du VIe s., et ne semble pas réoccupé après 540 ; il ne comporte pas de maisons absidales. Ces quartiers, renforcés par une fortification qui reprend peut-être un tracé du début du VIIe s. (Current Archeology in Turkey ; l’information n’était pas encore connue dans Ersoy 2004), sont abandonnés après la révolte ionienne de 494.

Fig. 251. Clazomènes 1987-1990, tranchée B, d’après Ersoy 1993, couleurs ajoutées (Tréziny). Gris, mur du VIIe s. ; rouge, maisons absidales vers 530 ; jaune, violet, adjonctions fin du VIe s. ; vert, début du Ve s.

Fig. 251. Clazomènes 1987-1990, tranchée B, d’après Ersoy 1993, couleurs ajoutées (Tréziny). Gris, mur du VIIe s. ; rouge, maisons absidales vers 530 ; jaune, violet, adjonctions fin du VIe s. ; vert, début du Ve s.

9Les maisons absidales apparaissent donc dans le contexte très précis de la réoccupation partielle du site. Dans un premier état, elles semblent d’ailleurs se limiter à des constructions en terre, sans solin de pierre, que le fouilleur qualifie de « provisoires » ; puis elles sont reconstruites avec solin de pierre. Lorsque l’habitat reprend une consistance urbaine, les maisons à abside sont d’abord intégrées dans le nouvel habitat, puis disparaissent au profit de constructions rectangulaires. Tout cela semble se succéder en quelques dizaines d’années.

10Ces données peuvent s’interpréter de façon contradictoire. D’une part, elles montrent que les maisons absidales, encore fréquentes au VIIIe et au VIIe s., sont exceptionnelles dans la première moitié du VIe s. : le plan absidal ne peut donc être considéré comme une norme de l’habitat clazoménien. D’autre part, elles montrent que la vieille technique des constructions à abside n’a pas disparu ; elle s’est sans doute conservée dans un habitat rural et réapparaît lors de la réoccupation « provisoire » du site vers 510 pour disparaître à nouveau quelques années plus tard (vers 500-490 ?) avec la construction de quartiers urbains réguliers.

1.3. La Grèce d’Occident (fig. 252)

11La plupart des habitats grecs connus en Occident à partir la fin du VIIIe s. et plus tard possèdent des maisons exclusivement quadrangulaires, qu’ils soient d’origine dorienne (Mégara Hyblaea, Syracuse) ou d’origine eubéenne (Naxos, Zanklé). La seule exception notable vient de deux sites de l’île de Pithécusses (Ischia) occupée par des Eubéens dès le second quart du VIIIe s.
À Pithécusses, on suppose que l’habitat principal – dont on ne sait malheureusement rien – devait se trouver sur le Monte Vico, au-dessus de la nécropole de San Montano. Une structure de plan absidal d’époque géométrique, peut-être une habitation, a été retrouvée immédiatement au Sud, dans le quartier périphérique de Mazzola (Buchner 1970-1971, maison III), tandis qu’une autre cabane de plan ovale dans le même secteur (maison IV) serait plutôt une installation métallurgique remplacée dès 700 par une maison quadrangulaire (fig. 252a). Dans la partie Sud de l’île, à Punta Chiarito, une maison ovale avait une élévation en pierre, sur une fondation un peu plus large ; le toit de la première phase (deuxième moitié du VIIIe s.) devait être fait de chaume, à double pente dans la partie centrale (De Caro, Gialanella 1997, fig. 252b et fig. 253). Dans la seconde phase, le toit à double pente est couvert de tuiles et s’appuie sur des poteaux alignés contre le mur. La maison ne semble pas isolée mais intégrée dans un petit village (Tarente 2000, p. 894) détruit par une inondation dans la première moitié du VIe s. Ces constructions doivent se comprendre comme des survivances de modes d’habitat utilisé en Eubée à l’époque géométrique.

  • 2 Sur la composante indigène dans l’habitat d’Himère, cf. les opinions de St. Vassallo et de N. Alleg (...)
  • 3 Références dans L. Mercuri, dans ce volume, p.521-527.

12Un édifice fragmentaire sans doute absidal se trouve également sur le Piano di Imera, dans le premier habitat d’Himère, entre la fin du VIIe et le premier quart du VIe s. Mais le caractère très fragmentaire de la construction (fig. 252c) et notre mauvaise connaissance de ce premier habitat d’Himère ne permettent pas de comprendre comment le bâtiment s’insérait dans le plan d’urbanisme 2. Enfin une maison absidale de Monte San Mauro di Caltagirone (fig. 252d), site grec ou indigène selon les interprétations, isolée dans un contexte de maisons quadrangulaires, a pu être interprétée soit comme une survivance grecque, soit comme de tradition indigène 3.

Fig. 252. Bâtiments de plan absidal dans le monde grec d’Occident. a- Ischia Mazzola (d’après Buchner) ; b- Ischia Punta Chiarito (d’après De Caro, Gialanella) ; c- Himère (d’après Himera II) ; d- Monte S. Mauro di Caltagirone (d’après Spigo 1986). Orientation et échelle (1/500) communes.

Fig. 252. Bâtiments de plan absidal dans le monde grec d’Occident. a- Ischia Mazzola (d’après Buchner) ; b- Ischia Punta Chiarito (d’après De Caro, Gialanella) ; c- Himère (d’après Himera II) ; d- Monte S. Mauro di Caltagirone (d’après Spigo 1986). Orientation et échelle (1/500) communes.

Fig. 253. Restitution de la cabane de Punta Chiarito dans son premier état (deuxième moitié du VIIIe s.), d’après De Caro, Gialanella.

Fig. 253. Restitution de la cabane de Punta Chiarito dans son premier état (deuxième moitié du VIIIe s.), d’après De Caro, Gialanella.
  • 4 Bilan commode dans CAG Marseille (2005) : fouilles du parvis de l’église Saint-Laurent, du Collège (...)
  • 5 Fouilles INRAP, dir. Fr. Paone, novembre 2008.

13À Marseille, toutes les maisons archaïques retrouvée à ce jour ont un plan quadrangulaire 4. Toutefois, dans la fouille de l’îlot des Pistoles, M. Moliner a découvert en 1995 une structure curviligne d’un diamètre de 3 m dont seule est conservée la moitié Est (Moliner 1999 [2000]). La « pièce », occupée au second quart du VIe s., était creusée dans le substrat et entourée d’un mur en briques crues qui réduit le diamètre utile à 2,20 m au maximum. Le fouilleur envisage une pièce ronde fermée par un toit en coupole, peut-être sur le modèle d’un « vase-lanterne » en forme de cabane trouvé à l’intérieur. La conservation très partielle du monument pourrait autoriser l’hypothèse d’une maison absidale, mais ses dimensions seraient très réduites ; noter aussi qu’elle se trouverait dans un quartier orthogonal régulier qui paraît loti dès le second quart du VIe s. Plus probante pourrait être la découverte récente près de la Cathédrale 5 d’une structure curviligne malheureusement très mal conservée qui pourrait appartenir à une habitation. Cette maison, si c’en est une, daterait plutôt du premier quart du VIe s. et se trouverait à l’extérieur de la première ville archaïque, dans une zone que l’on pourrait qualifier de « suburbaine ». Il faut insister cependant sur le caractère provisoire et non contrôlé de ces informations : l’existence de maisons à abside à Marseille n’est pas exclue, mais relève encore de la simple hypothèse de travail.

14Notre conclusion sera donc d’une extrême prudence. Il est incontestable que les maisons absidales ou ovoïdes sont dans l’habitat grec un phénomène ancien, fréquent à l’époque protogéométrique et géométrique, subsistant au VIIe s. mais rarissime au VIe s. Toutefois, les cas isolés ne manquent pas et Clazomènes est un bon exemple de la résurgence possible, dans certaines circonstances, d’un plan qui avait été abandonné de longue date dans les habitats agglomérés.

2. Les sites protohistoriques de Gaule méditerranéenne (DG)

15Sans vouloir prétendre dresser un inventaire exhaustif des édifices à plans absidaux ou ovalaires antérieurs à la Protohistoire récente, il convient tout de même de noter que des constructions de ce type, sans être exclusives, sont fréquemment reconnues dans le Midi de la France depuis au moins le Néolithique récent/Chalcolithique (Beeching, Sénépart dir. 2009). Elles mettent en oeuvre des matériaux variés et reflètent des formes d’organisation spatiale diverses : maisons en matériaux périssables (en terre à la Capoulière à Mauguio dans l’Hérault, ou sur poteaux porteurs à Trèbes dans l’Aude) ou en pierres sèches (Cambous dans l’Hérault ; Canet, Roudil 1978), retrouvées isolées ou le plus souvent regroupées en villages, comme à Boussargues dans l’Hérault (Colomer et al. 1990). Bien plus récemment, au Bronze final IIb (début du XIe s. avant J.-C.), le cas du site de Laprade (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse), récemment fouillé sur le tracé de la ligne TGV (Billaud 2005), est particulièrement significatif. Six bâtiments à architecture de terre à simple ou double abside, et un édifice carré ont été dégagés. Les dimensions varient de 5,5 à 10 m pour la longueur et de 3,5 à 5,5 m pour la largeur, pour des surfaces de 20 à 50 m2. Ces constructions sont globalement orientées nord-sud avec l’abside principale face au Nord. L’analyse de la répartition des vestiges révèle une certaine variété de l’occupation de l’espace intérieur. Nous retiendrons donc qu’il existe des bâtiments absidaux ou ovalaires avant tout contact méditerranéen direct avéré.

16Pour l’âge du Fer, le corpus méridional est maintenant –notamment grâce à l’archéologie préventive– plus large qu’il ne l’était lors de la publication initiale d’André Nickels (1976). Nous présenterons les données de façon chronologique.

17La découverte récente effectuée au lieu-dit le Traversant à Mailhac (Aude) (Gailledrat et al. 2006-2007), au pied du célèbre oppidum du Cayla, est intéressante à analyser. Ce site semble avoir connu une occupation sporadique au Bronze final IIIb comme en témoignent les vestiges d’une première habitation à abside, en bauge, malheureusement partiellement documentée. Il faut attendre les années 650 av. J.-C. pour qu’un habitat se réinstalle dans le secteur et ceci sur plusieurs milliers de m2. Les fouilles ont révélées trois maisons à absides d’une surface d’au moins 50 m2. Il s’agit d’édifices bi-absidaux en torchis et poteaux porteurs, de 8 à 12 m de long pour 3,70 à 5,40 m de large (fig. 254).

Fig. 254. Relevé général des vestiges mis au jour sur le site du Traversant à Mailhac (Aude) : bâtiments absidiaux sur poteaux porteurs de la fin du Bronze final III et du début du premier âge du Fer ; d’après E. Gailledrat.

Fig. 254. Relevé général des vestiges mis au jour sur le site du Traversant à Mailhac (Aude) : bâtiments absidiaux sur poteaux porteurs de la fin du Bronze final III et du début du premier âge du Fer ; d’après E. Gailledrat.

18Le site de Tamaris à Martigues (Duval 2000) –daté de la fin du VIIe siècle et/ou du tout début du VIe siècle– est implanté sur 1,5 hectare en bordure de la Méditerranée, sur un promontoire rocheux situé à l’est du Cap Couronne, à 40 km à l’ouest de Marseille. Protégé au Sud par des falaises qui dominent la mer, le site est défendu au nord par deux fortifications successives (fig. 255). La plus méridionale barre le cap et limite des îlots bien structurés, séparés par des ruelles, composés soit de maisons indépendantes juxtaposées soit de cellules accolées. Entre ce rempart sud et celui situé plus au nord, on trouve d’autres regroupements d’habitations de types variés : « La forme des pièces est le plus souvent carrée ou rectangulaire, plus rarement en trapèze, mais le cas d’une pièce à abside est également attesté. (…) les unités domestiques à pièce unique non mitoyennes ; les maisons mitoyennes autonomes, sans communication interne ; les maisons faites de deux pièces en enfilade ; enfin les habitations à trois pièces de forme compacte » (Duval 2000, p. 169). Une première maison à abside sur poteaux porteurs (orientée au nord) est reconnue dans la zone 4 (espace 406) et trois autres, sur murs porteurs mais de même orientation, dans la zone 2 (espace 211, fig. 256) et la zone 3 (espaces 316 et 337). Sur ce site, l’originalité de ces maisons réside dans le fait qu’elles s’intègrent au sein de quartiers également constitués de maisons quadrangulaires.

Fig. 255. Plan de la partie nord du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C. ; d’après S. Duval et M. Rétif.

Fig. 255. Plan de la partie nord du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C. ; d’après S. Duval et M. Rétif.

Fig. 256. La maison 211 du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C., vue prise du nord ; cl. Sandrine Duval.

Fig. 256. La maison 211 du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C., vue prise du nord ; cl. Sandrine Duval.

19On sait depuis peu (Marichal, Rébé 2003) que l’agglomération de Ruscino à Perpignan (Pyrénées-Orientales) est créée dans le premier quart du VIe siècle. La superficie de l’occupation peut actuellement être estimée à huit hectares pour la partie haute sans présager des occupations en contrebas du plateau. Il s’agit d’un habitat en ordre lâche, naturellement protégé, qui associe maisons à absides en matériaux périssables, structures de stockage des céréales et espaces libres, peut-être plus particulièrement réservés au cheptel. Une des maisons est particulièrement bien conservée, et bien publiée. Il s’agit d’une construction sur poteaux porteurs de 4,60 m de large et 10,50 m de long, accusant donc une surface d’environ 45 m2 (fig. 257).

Fig. 257. La maison à absides de Ruscino à Perpignan (Pyrénées-Orientales), début du VIe s. avant J.-C. :
répartition des principaux aménagements domestiques 

Fig. 257. La maison à absides de Ruscino à Perpignan (Pyrénées-Orientales), début du VIe s. avant J.-C. :répartition des principaux aménagements domestiques 

257b - relevé des poteaux ;

257b - relevé des poteaux ;

257c - proposition de restitution (d’après I. Rébé et R. Marichal).

257c - proposition de restitution (d’après I. Rébé et R. Marichal).

20La maison à absides mise au jour sur l’oppidum de Gailhan dans l’arrière-pays gardois est datée du milieu du V e s. avant J.-C. Ses parois sont construites pour partie en torchis sur poteaux porteurs, avec soubassement en pierre, et pour partie en pierre. Longue d’environ 9 m et large de 4,60 m, elle présente une superficie proche de 28,5 m2. Les deux petits côtés sont formés d’une abside de plan très surbaissé. Le mobilier recueilli indique clairement un contexte indigène.

21De récentes fouilles préventives réalisées par Oxford Archaeology à Villeneuve-Minervois (Aude) au lieudit la Condamine ont permis de mettre au jour un petit habitat du milieu de l’âge du Fer, composé de constructions sur poteaux porteurs dont deux maisons à abside de grandes dimensions.

22Ces unités domestiques, à Gailhan et à Villeneuve-Minervois, sont marquées par deux traits architecturaux archaïsants : l’usage du plan absidal – exemples les plus récents pour le Midi – et la présence de poteaux porteurs, alors que l’architecture en dur se diffuse très largement dès le début du V e s. dans les régions plus littorales (Garcia 2004, p. 63)

23A Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), une récente relecture des archives de fouille a permis à Sophie Ledrôle d’écarter l’hypothèse d’une maison à abside archaïque, « trace concrète de colons grecs dans le delta rhodanien » (Arcelin et al. 1983, p. 141-142) : il s’agit en fait, très probablement, de l’angle d’un îlot arrondi. Mais d’autres découvertes, moins bien documentées ou encore inédites (comme la construction à absides mise au jour durant l’été 2009 à Lattes, dans l’Hérault, sous un îlot d’habitation du V e s. avant J.-C.), pourraient compléter les exemples de constructions absidales que nous venons de présenter.

  • 6 « (…) che in qualche modo sono (les maisons à absides de Gaule méridionales) toccati dalla presenzz (...)

24On constatera donc que ce bilan n’est pas très éloigné de celui dressé pour le monde grec. En Méditerranée nord-occidentale aussi, ce type architectural est ancien. Traditionnel au Chalcolithique et à l’âge du Bronze, il n’aura tendance à disparaître qu’avec le développement de l’habitat aggloméré au VIe s. avant J.-C. et surtout durant le V e s. Dans l’état actuel de nos connaissances, la maison de plan absidal n’a plus cours en Gaule méditerranéenne à partir du IV e s., mais elle est encore présente dans la toute proche Ligurie, comme en témoigne la découverte d’une maison à double abside (8 x 4,86 m) en matériaux périssables sur le castellaro de Bergeggi (Del Lucchese et al. 2007) dans laquelle les fouilleurs voient une influence… massaliète 6.

3. Conclusions

3.1. Le plan absidal

25Il apparaît évident que l’origine, l’usage et la diffusion du plan absidal ne sont pas exclusivement helléniques. Il faut admettre, à la suite des anthropologues (de Rapoport 1969 à Segaud 2007, en passant par Lepoittevin 1996), que la maison est un objet social complexe et qu’une apparente similitude de plans ne peut, à elle seule, autoriser une confrontation pertinente.

26Comme l’a récemment rappelé Olivier Buchsenschutz (2005, p. 51), dans les sociétés préindustrielles, trois éléments principaux conditionnent le choix d’une architecture : aux contraintes du milieu et aux exigences d’un modèle culturel qui cherche à s’imposer – mais qui finalement s’adapte –, il faut ajouter les connaissances techniques. Il est vain d’imaginer une évolution chronologique linéaire à partir d’un seul d’entre eux : traditions, investissement et prestige doivent tenir compte des matériaux disponibles et des caractéristiques du climat tout en s’appuyant sur un niveau de connaissances techniques, traditionnelles ou nouvellement acquises.

27Il est inutile de s’attarder sur les matériaux, dont l’archéologie montre la variété des types mis en œuvre (bois, terre, pierre et torchis) et dont l’approvisionnement était aisé, si ce n’est pour souligner qu’en Gaule méridionale, seul Bessan témoigne de l’utilisation de la brique crue en dehors des sites grecs. D’un point de vue spatial, tous comptes faits, l’abside est un espace assez incommode, utilisé le plus souvent comme resserre ou cellier alors que la maison reflète des occupations variées selon les sites. C’est donc dans ses qualités de résistance aux poussées, particulièrement face aux vents forts, que réside l’intérêt du plan absidal. En effet, une paroi verticale accuse une forte résistance au vent, alors qu’une paroi oblique ou arrondie atténue la pression du vent en facilitant sa fuite (Hodara 2005, p. 74). En outre, une toiture en abside stabilise l’ensemble des chevrons en l’absence de faîtière porteuse et évite les problèmes de rives, à la jonction entre le mur pignon et la couverture (Buchsenschutz 2005, p. 51). Nécessairement fortement pentue, et donc permettant de limiter la hauteur des longs pans –eux aussi soumis à la pression des vents–, la couverture pouvait associer des végétaux (chaume, branchages, roseaux), de la terre et des dalles. L’observation de l’orientation des exemples de Gaule méditerranéenne, dont l’abside principale est généralement orientée aux vents dominants, montre que les aptitudes de ce type d’architecture sont bien exploitées par les populations indigènes.

28Le plan absidal peut être perçu comme caractéristique de constructions isolées ou regroupées au sein d’un urbanisme en ordre lâche et, le plus souvent, d’une architecture en matériaux périssables. A contrario, cette forme architecturale ne s’adapte guère à l’habitat aggloméré et normé. L’exemple, évoqué plus haut, de Tamaris refléterait de façon remarquable le passage entre les deux formes architecturales (matériaux périssables et construction en dur) et les deux types d’organisation villageoise (l’habitat en ordre lâche et l’urbanisme régulier).

29La mise en place d’un réseau urbain stable, la généralisation des constructions sur murs porteurs – et donc le développement des toitures en terrasse – entraîneront, sinon la disparition des maisons à abside(s), du moins leur relégation dans des contextes géographiques (et culturels) marginaux. S’il fallait donc chercher une influence hellénique indirecte dans l’architecture domestique de la Celtique méditerranéenne, il faudrait retenir davantage les habitations quadrangulaires des agglomérations de la fin du premier âge du Fer que les quelques cas de maisons à abside(s).

3.2. Les maisons absidales de Bessan

30Revenons pour terminer sur le cas de la Monédière à Bessan (Hérault), qui était à l’origine de notre réflexion. L’identification sur ce site dans l’immédiat arrière-pays d’Agde d’une maison grecque de plan absidal avait été solidement argumentée par André Nickels dès sa découverte, en 1972.

31Les fouilles du site ont livré les restes de trois constructions absidales dont une (la maison A), datée du dernier tiers du VIe s. avant J.-C. (Nickels 1989), est bâtie en briques d’argile crue sur solin en pierre (Nickels 1976). Elle est conservée sur une longueur de 9 m et la largeur restituée est d’environ 4,80 m. La partie sud de l’édifice n’est pas conservée et il n’est pas impossible que l’édifice ait comporté à l’origine deux absides. C’est cette construction, souvent évoquée dans la littérature archéologique, qu’André Nickels interprétait comme une maison grecque. A proximité de cet édifice, les restes mal conservés d’une autre construction de la même phase chronologique sont également interprétés comme une maison à abside (maison B). Enfin, une troisième maison se surimpose à la maison B dans la première moitié du V e s. Elle semble construite en torchis sur un solin de tessons (Nickels 1976 et 1989) (fig 258).

Fig. 258. La maison A de La Monédière à Bessans (d’après Nickels 1989).

Fig. 258. La maison A de La Monédière à Bessans (d’après Nickels 1989).

32Comme on l’a vu précédemment, on ne peut pas dire que le plan absidal soit grec par lui-même. Mais il pourrait, comme à Clazomènes, représenter une survivance de traditions architecturales grecques du haut-archaïsme adaptées à un milieu non urbain. Ce qui fait sans doute de cette maison une habitation grecque, c’est d’abord la céramique utilisée par ses occupants, qui est tournée à 97 %, ce qui nous rapproche des chiffres de Marseille pour la même époque. Une fosse à offrandes mis au jour à proximité de la maison (Nickels, Genty 1974), a livré un matériel céramique très probablement issu d’un banquet, pratique commensale inhabituelle en contexte gaulois à cette période. C’est ensuite l’usage de la brique crue, banal en milieu grec mais encore exceptionnel en milieu indigène à cette époque.

33Enfin, comme l’avait suggéré Nickels, cette interprétation s’accorderait assez bien au contexte archéologique de la basse vallée de l’Hérault où la présence grecque est précocement reconnue grâce à l’archéologie.

Bibliographie

Beeching, Sénépart 2009 : Beeching (A), Sénépart (I.) dir., 2009, De la maison au village : l’habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen : Actes de la table ronde des 23 et 24 mai 2003, Marseille / Musée d’Histoire de la Ville de Marseille (Séance de la Société préhistorique française). Paris, Société préhistorique française, 310 p. (Mémoires de la Société préhistorique française ; 48).

Billaud 2005 : Billaud (J.Y.) – Traces fugaces et architecture de terre au Bronze final : le cas de Laprade (Lamotte-du-Rhône, Vaucluse, TGV Méditerranée). In : Buchsenschutz (O.), Mordant (Cl.) dir. – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Paris, CTHS, 2005, p. 389-404.

Buchsenschutz 2005 : Buchsenschutz (O.) – Du comparatisme à la théorie architecturale. In : Buchsenschutz (O.), Mordant (Cl.) dir. – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Paris, CTHS, 2005, p. 49-63.

Canet, Roudil 1978 : Canet (H.), Roudil (J.L.) – Le village chalcolithique de Cambous (Viols-en-Laval, Hérault), Gallia Préhistoire, XXI, 1978, 1, p. 143-188.

Colomer et al. 1990 : Colomer (A.), Coularou (J.), Gutherz (X.) – Boussargues (Argelliers, Hérault), un habitat ceinturé chalcolithique : les fouilles du secteur ouest. Paris, MSH, 1990, 224 p. (DAF, 24)

De Caro, Gialanella 1997 : De Caro (S.), Gialanella (C.) – Novità pitecusane. L’insediamento di Punta Chiarito a Forio d’Ischia. In : Bats (M.), d’Agostino (B.), éd. – Euboica. L’Eubea e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente. Atti del convegno internazionale di Napoli, 13-16 novembre 1996. Naples 1998, p. 337-353 (coll. CJB 16 / Aion ArchStAnt-Quad. 12).

Dedet 1990 : Dedet (B.) – Une maison à absides sur l’oppidum de Gailhan (Gard) au milieu du V e s. av. J.-C. La question du plan absidal en Gaule du Sud. Gallia, 47, 1990, p. 29-55.

Del Lucchese et al. 2007 : Del Lucchese (A.), Giannattasio (B.M.) et Odetti (G.)- Il castellaro di Bergeggi. In : De Marinis (R.) et Spadea (G.)– Ancora su i Liguri. Gênes, De Ferrari, 2007, p. 113-116.

Duval 2000 : Duval (S.) – L’habitat côtier de Tamaris. In : Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, musée Ziem, 2000, p. 167-170.

Ersoy 1993 : Ersoy (Y.E.) – Clazomenae : the Archaic settlement, thèse de doctorat Bryn Mawr College, 1993, Ann Arbor 1996.

Ersoy 2004 : Ersoy (Y.E.) – Klazomenai : 900-500 BC. History and Settlement Evidence. In : Moustaka et al., éd., Klazomenai, Teos and Abdera : Metropoleis and Colony. Thessalonique 2004, p. 43-76.

Ersoy 1999 [2007] : Ersoy (Y. E.) – Klazomenai in the Archaic period. In : Cobet (J.) et al., éd, Frühes Ionien : eine Bestandaufnahme. Akten des Internationalen Kolloquiums zum einhundertjährigen Jubil äum der Ausgrabungen in Milet, Panionion/Güzelçamli, 1999, Mayence 2007 (Milesische Forschungen 5), p. 149-178 (non uidimus).

Garcia 2004 : Garcia (D.) – La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence aux VIIIe-II siècles av. J.-C. Paris, Errance, 2004, 206 p.

Gailledrat et al. 2006-2007 : Gailledrat (E.), Boisson (H.) et Poupet (P.) – Le Traversant à Mailhac (Aude) : un habitat de plaine du Bronze final IIIb et du premier âge du fer. DocAMérid, 29-30, 2006-2007, p. 19-74.

Himera II : Allegro (N), Belvedere (O.), Bonacasa (N.) – Himera II. Campagne di scavo 1966-1973. Vol. 2, 2.Rome, 1976.

Hodara 2005 : Hodara (J.J.) – L’architecture de l’habitat protohistorique : contraintes techniques. In : Buchsenschutz (O.), Mordant (Cl.) dir. – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Paris, CTHS, 2005, p. 65-76.

Lepoittevin 1996 : Lepoittevin (L.) – La maison des origines. Essai d’anthropologie critique. Paris, Masson, 1996, 240 p.

Marichal, Rébé 2003 : Marichal (R.) et Rébé (I.), dir. – Les origines de Ruscino (Château-Roussillon, Perpignan, Pyrénées-Orientales) du Néolithique au premier âge du Fer. Lattes, aralo, 2003, 298 p.

Moliner 1999 [2000] : Moliner (M.) – Les niveaux archaïques dela place des Pistoles à Marseille : un espace cultuel ? In : Hermary (A.) et Tréziny (H.), éd., Les cultes des cités phocéennes. Actes du colloque d’Aix-en-Provence-Marseille 1999. Aix-en-Provence 2000 (coll. Et. Massa. 6), p. 101-117.

Nickels, Genty 1974 : Nickels (A.), Genty (P.Y.) – Une fosse à offrandes du VIe siècle avant notre ère à la Monédière, Bessan (Hérault), Revue archéologique de Narbonnaise, 7, 1974, p. 25-57.

Nickels 1976 : Nickels (A.) – Les maisons à abside d’époque grecque archaïque de La Monédière, à Bessan (Hérault). Gallia, 34, 1976, p. 95-128.

Nickels 1989 : Nickels (A.) – La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. DAM 12, 1989, p. 51-119.

Özyiğit 2003a : Özyiğit (Ö.) – 2002 Yılı Phokaia kazı Çalışmaları. 25. Kazı Sonuçları Toplantısı, Ankara 2003, p. 441-452.

Özyiğit 2003b : Özyiğit (Ö.) – Recent work at Phokaia in the light of Akurgal’s excavations. Anadolu / Anatolia, 25, 2003, p. 109-127.

Özyiğit 2004 : Özyiğit (Ö.) – 2003 Yılı Phokaia kazı Çalışmaları. 26. Kazı Sonuçları Toplantısı, Ankara 2004.

Rapoport 1969 : Rapoport (A.) – House Form and Culture. Englewood Cliff, Prentice-Hall ed, 1969, 146 p.

Scherrer, Trinkl 2006 : Scherrer (P.), Trinkl (E.) – Die Tetragonos Agora in Ephesos. Grabungsergebnisse von archaischer bis in byzantinische Zeit – ein Überblick. Befunde und Funde klassischer Zeit (Forschungen in Ephesos, XIII 2).

Segaud 2007 : Segaud (M.) – Anthropologie de l’espace. Habiter, fonder, distribuer, transformer. Paris, Armand Colin, 2007, 223 p.

Spigo 1986 : Spigo (U.) – L’anonimo centro greco di Monte San Mauro di Caltagirone nel quadro dell’arcaismo siceliota : prospettive di ricerca. Decima miscellanea greca e romana, 1986, p. 1-31.

Tarente 2000 : Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero. Atti del 40° Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 2000, Tarente 2001.

- Site Klazomenai kazisi :
<http://www.klazomeniaka.com/00-KLAZOMENAI-KAZI.htm>, (en turc, nombreuses illustrations de bonne qualité).

- Site Current Archeology in Turkey :
<http://cat.une.edu.au/page/clazomenae> et <.../page/limantepe> (résumé en anglais des dernières campagnes de fouille).

- La Condamine, fouille OA :
http://fr.thehumanjourney.net/nos-chantiers/76?task=view.

Notes

1 Plan de la fouille dans Özyiğit 2003a, fig.3 ; restitution des maisons protogéométriques Özyiğit 2004, fig. 11-12 ; commentaire en anglais dans Özyiğit 2003b, p.115.

2 Sur la composante indigène dans l’habitat d’Himère, cf. les opinions de St. Vassallo et de N. Allegro, dans ce volume, p.41-54 et p.511-519.

3 Références dans L. Mercuri, dans ce volume, p.521-527.

4 Bilan commode dans CAG Marseille (2005) : fouilles du parvis de l’église Saint-Laurent, du Collège Vieux-Port, de la rue de la Cathédrale, de la place des Pistoles, du tunnel de la Major.

5 Fouilles INRAP, dir. Fr. Paone, novembre 2008.

6 « (…) che in qualche modo sono (les maisons à absides de Gaule méridionales) toccati dalla presenzza e dai rapporti con Marsiglia, documentati chiaramente anche per l’abitaeione di Bergeggi (…). » (Del Lucchese et al. 2007, p.115).

Table des illustrations

Titre Fig. 251. Clazomènes 1987-1990, tranchée B, d’après Ersoy 1993, couleurs ajoutées (Tréziny). Gris, mur du VIIe s. ; rouge, maisons absidales vers 530 ; jaune, violet, adjonctions fin du VIe s. ; vert, début du Ve s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 252. Bâtiments de plan absidal dans le monde grec d’Occident. a- Ischia Mazzola (d’après Buchner) ; b- Ischia Punta Chiarito (d’après De Caro, Gialanella) ; c- Himère (d’après Himera II) ; d- Monte S. Mauro di Caltagirone (d’après Spigo 1986). Orientation et échelle (1/500) communes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 253. Restitution de la cabane de Punta Chiarito dans son premier état (deuxième moitié du VIIIe s.), d’après De Caro, Gialanella.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-3.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 254. Relevé général des vestiges mis au jour sur le site du Traversant à Mailhac (Aude) : bâtiments absidiaux sur poteaux porteurs de la fin du Bronze final III et du début du premier âge du Fer ; d’après E. Gailledrat.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 255. Plan de la partie nord du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C. ; d’après S. Duval et M. Rétif.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 256. La maison 211 du site de Tamaris à Martigues (B.-du-Rhône), début du VIe s. avant J.-C., vue prise du nord ; cl. Sandrine Duval.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-6.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 257. La maison à absides de Ruscino à Perpignan (Pyrénées-Orientales), début du VIe s. avant J.-C. :répartition des principaux aménagements domestiques 
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 257b - relevé des poteaux ;
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 257c - proposition de restitution (d’après I. Rébé et R. Marichal).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 258. La maison A de La Monédière à Bessans (d’après Nickels 1989).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/587/img-10.png
Fichier image/png, 346k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access