Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 1. Le site de « Nord-Est Cathédrale », rue de Beausset/Place Gaidon (1979-1982)

Phase 4 — Au iie siècle, des transformations inscrites dans la permanence

Full text

1On est relativement bien documenté sur le dernier état des constructions situées dans le secteur I (fig. 69) car les niveaux d’occupation ont été préservés à l’intérieur de murs conservés sur une bonne partie de leur élévation (fig. 70) : il en découle une entité bien comprise et bien datée. Il n’en est pas de même sur le reste du terrain où il faut parfois faire appel à des démonstrations reposant sur la logique des enchaînements architecturaux pour restituer d’importantes mutations.

Figure 69 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 69 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 4 : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Figure 70 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 70 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 4, secteur I en début de fouille. Cloison 17 et, en arrière, mur 12 (à g.) et muret 18 (à dr.).
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet,1980).

Secteur I

2Les aménagements se rapportent à l’angle sud-est d’un bâtiment dont on ne peut percevoir l’ampleur.

Architecture

3Les cinq murs décrits ci-après forment un tout indissociable.

4La mise en place de ce nouvel habitat a nécessité un dérasement homogène de tous les anciens murs (5, 8 et 9), autour d’un niveau moyen à NGF 21,25 m, ainsi que la disparition d’une partie des sols (fig. 71).

Figure 71 - « Nord-Est cathédrale ». Secteur I

Figure 71 - « Nord-Est cathédrale ». Secteur I

Constructions mises au jour avec, en particulier, la cloison à colombage 17 (au centre) et les murs 12 et 11 (à dr.).
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet, 1981).

5• Mur 12

Sa fondation est bâtie en tranchée à partir de la cote 21,46 m. Dégagé sur 1,60 m de longueur, il se prolonge vers le nord et est large de 0,50 m en élévation ; pour celle-ci sont utilisés, conjointement au mortier, des moellons et des tegulae placées en lit de pose. Il est arasé à la cote NGF 21,88 m. Le mur 12 est construit en même temps que la cloison 17, la liaison étant visible sur plusieurs assises.

6• Mur 11

Il s’agit vraisemblablement d’un support maçonné ou d’un dé de renfort, en limite de fouille. Large ou long de 0,70 m et appuyé, par l’ouest, contre le mur 12, sa construction, bien qu’indépendante, utilise les mêmes matériaux (moellons et lits de tuiles) et la même technique de construction et forme un angle droit avec lui, encore occupé, à la base, par la chaux d’un sol (à la cote NGF 21,47 m). Il est arasé à la cote NGF 22,16 m.

7• Muret 18

Reconnu sur 4,40 m de long, il est maçonné et peu fondé (vers la cote NGF 20,84 m ; dérasé entre 21,26 et 21,45 m). Étroit de 0,45 m, on peut supposer qu’il ne comportait pas d’élévation et que son rôle était réduit à constituer un emmarchement ou un large seuil. Il est partiellement chevauché (ou lié aux ?) par les murs 12 et 13 et la cloison 17.

  • 1 La majeure partie de l’élévation s’est effondrée après la fin de la campagne de fouille de 1980.

8• Cloison 171

Construite en liaison avec le mur 12, mais de façon non orthogonale, elle a été reconnue sur 3 m de long ; son niveau de construction se place vers la cote 21,32 m et est bien marqué, au sud, par un ressaut (fig. 72). La fondation, en pierre, est peu profonde (jusqu’à NGF 21,16/21,26 m) et large d’environ 0,30 m. L’élévation, large de 0,20 m, est conservée sur une hauteur de 0,90 m. Elle est composée, dans son âme et pour 0,15 m de large, avec des fragments de tegulae disposés à plat les uns sur les autres et liés au mortier de chaux. Les parements de cette maçonnerie sont enduits d’une couche d’argile crue de 2 à 3 cm d’épaisseur, elle-même recouverte d’un fin crépi de chaux. De la cote NGF 21,32 m à la cote 21,56 m, donc sur les 0,24 m de la hauteur inférieure de l’élévation, le parement sud présente un bourrelet maçonné épais de 2 à 3 cm. L’élévation de cette cloison utilise le bois, comme on peut le déduire d’une saignée horizontale au bas de toute la longueur du parement nord (entre NGF 21,60 et 21,67 m) à l’intérieur de laquelle étaient conservées les traces d’une sablière basse carbonisée. Comme on le constate, surtout, par l’alternance de piliers verticaux, carrés, de 7 à 8 cm de côté et disposés, dans la maçonnerie, tous les 0,65/0,70 m, il s’agit d’une construction en colombage.

Figure 72 - Phase 4, secteur I

Figure 72 - Phase 4, secteur I

Cloison à colombage 17. Vue prise vers le nord-ouest (cliché P.-A. Février, 1980).

9Mur 13

Sa direction, comme celle de la cloison, est grossièrement ouest-est. Maçonné de façon classique, en moellons et mortier, il montre ici ou là des fragments de tuiles placés horizontalement. Il est large de 0,55 m et a été reconnu sur 5,50 m de long (voir fig. 50 et 79) ; son niveau de construction est proche de la cote NGF 21,36 m et, si on n’observe pas de ressaut de fondation, on rencontre deux trous carrés (d’environ 0,10 m x 0,10 m), distants de 1,60 m, comme des trous de boulin mais qui devaient être conçus pour le drainage.

La partie construite en fondation présente des blocs de forte taille, disposés et ordonnés, ainsi que des bavures de mortier ; elle s’enfonce au-delà de NGF 20,56 m. Vers cette cote, à hauteur de l’arase de la fondation du mur 9, un tuyau en terre cuite (longueur : 0,60 m ; diamètre intérieur : 0,10 m) est pris dans la maçonnerie du mur qu’il traverse, sans se prolonger de part et d’autre (fig. 73) ; il se jette, au sud, dans l’amorce d’un égout de gabarit domestique (f) recouvert de dalles dont le canal est large de 0,33 m.

Figure 73 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I

Figure 73 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I

Tuyau en terre cuite passant sous le mur 13 (cliché L. Rivet).

L’élévation du mur 13 est composée de moellons, disposés en lits parfaitement horizontaux alternant, ici ou là, avec des fragments de tegulae ; elle culmine encore à la cote NGF 22,17 m. Son extrémité orientale, chevauchant le muret 18, donne sur le cardo et présente une tête de mur en biseau, sans retour ni vers le sud ni vers le nord, démontrant ainsi que le muret 18 est bien un simple emmarchement.

Stratigraphie

10Dans l’espace A, le niveau de sol en rapport avec les trois murs environnants est chaulé à l’est (NGF 21,47 m) et cendreux à l’ouest (21,54/21,48 m). Ce sol (voir fig. 13), supporté par un remblai argileux, occulte les deux fosses de bronzier évoquées précédemment (p. 63).

11Dans l’espace C, le sol en terre battue, c.5a/5b (entre NGF 21,26 et 21,34 m), est mis en évidence par la récolte d’un abondant matériel représentatif de la période d’abandon (voir infra, p. 131-143). Vers l’ouest, une grande fosse oblongue (c.5s) a été ouverte et comblée.

Chronologie

12Le matériel provenant du comblement des fosses 5c et 5bz date la constitution de l’état.

13• Comblement de la fosse 5c (fig. 74)

Figure 74 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5c)

Figure 74 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5c)

Sigillée claire A (246), sigillée italique (247-248), céramique à paroi fine (249), céramique commune engobée (250-252), céramique commune à pâte grise (253-254), céramique commune à pâte brune (255), céramique modelée (256), céramique commune à pâte claire (257-259), mortier italique (260), amphore (261), tabletterie (262-263) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

Ce comblement contient des céramiques concassées (261 tessons) qui doivent être issues des niveaux de circulation de la rue.

14Sigillée claire B

- [non ill.] : 6 fr. inf. dont 3 décorés d’un guillochis.

15Sigillée claire A

- 246 : bord de forme Hayes 9A.

16Sigillée italique

- 247 : fond de coupe dont la paroi interne est fortement usée ;

- 248 : estampille sur fond de coupe, dans un cartouche rectangulaire, ATEI

Il est possible que cette estampille de l’officine d’ATEIVS corresponde à celle basée à Arezzo (OCK 267.5), active entre 15 et 5 av. (Rivet 2005, no 1).

17Céramique à paroi fine

- 249 : fond de gobelet italique à pâte gris sombre et à surface granuleuse.

18Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 250-251 : bords de coupes (Rivet 2002, forme 2 var.) ;

- 252 : bord de coupe à lèvre en amande.

19Céramique commune à pâte grise

- 253 : bord d’olla à pâte et surface gris blanchâtre (6 fr.) ;

- 254 : bord d’olla à pâte et surface gris blanchâtre (7 fr.).

20Céramique commune à pâte brune

- 255 : bord d’olla à lèvre épaissie, de section quadrangulaire.

21Céramique modelée d’époque impériale

- 256 : bord d’olla non tournée présentant un décor de lignes concentriques (3 fr.) ; pâte très micacée.

22Céramique commune à pâte claire

- 257 : bord de coupe ;

- 258 : bord de couvercle (percé de 2 fois 2 trous) considéré comme servant à obturer une amphore ;

- 259 : fond plat de vase fermé (2 fr.) ;

23Céramique commune italique

- 260 : bord de mortier italique de type II (Hartley 1973, p. 54).

24Amphore

Gaule

- 261 : lèvre à bandeau saillant (dérivée des Dr. 28), de production locale ou régionale, à pâte micacée.

25Artisanat du bronze

- [voir fig. 165-167] : fr. de creusets en terre cuite (voir annexe p. 165).

26Tabletterie

- 262 : cuillère (cochlear) décorée de trois rainures à la jonction du manche de section circulaire et du cuilleron pseudo hémisphérique (Béal 1983, A XXV, 1) ;

- 263 : épingle à cheveux à tête sphérique et à corps de section cylindrique (Béal 1983, A XX, 8).

27Commentaire sur la chronologie. La sigillée claire B, représentée par quelques tessons informes, pousse la datation au-delà des années 140/150, période durant laquelle débute sa production ; la commercialisation de la forme H. 9A de sigillée claire A (n246) correspondrait, quant à elle, aux années 100-160 (Atlante p. 27, tav. XIV-9 et 10), alors que se développent, à partir de l’époque flavienne, les coupes à bord en amande de céramique commune engobée (no 252). Il faut donc sans doute envisager une chronologie avancée dans la deuxième moitié du IIe siècle pour cet ensemble qui comporte des céramiques communes régionales à pâte kaolinitique gris-blanc (Rivet 2004, p. 182-183) dont les ateliers, localisés dans le Haut-Var, apparaissent à cette époque (à partir du milieu du IIe ou seulement vers la fin du IIsiècle ?).

28• Comblement de la fosse 5bz (fig. 75)

Figure 75 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5bz)

Figure 75 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5bz)

Sigillée du sud de la Gaule (264-265), céramique commune à pâte brune (266), tabletterie (267) (cliché P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

29Sigillée du sud de la Gaule

- 264 : fr. de frise décorée de Drag. 29 ;

- 265 : fr. de panse décorée de Drag. 37.

30Céramique commune à pâte brune

- 266 : taraillette.

31Artisanat du bronze

- [voir fig. 161-163] : moules et fr. de moules à la cire perdue en terre cuite (voir annexe p. 165).

32Tabletterie

- 267 : aiguille à chas complexe accompagné de deux trous perforants dans l’axe longitudinal (Béal 1983, p. 163 et 172, pl. 31, no 435) ; la pointe est cassée.

33Commentaire sur la chronologie. Le nombre de céramiques collectées (19 fragments) est très faible (fig. 18) et ne permet pas d’être assuré qu’une datation du comblement dans les dernières décennies du Ier siècle soit fiable.

34• Sol c. 5a/5b (fig. 76)

Figure 76 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (c.5a/5b)

Figure 76 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (c.5a/5b)

Sigillée italique (268-269), lampe (270), céramique commune engobée (271), céramique commune à pâte grise (272), céramique commune à pâte claire (273), mortier italique (274), amphore (275), verre (276) (cliché P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

35La datation repose sur seulement 124 fragments de céramiques.

36Sigillée claire A

- [non ill.] : 1 fr. informe.

37Sigillée italique

- 268 : bord d’assiette à paroi oblique de forme Consp. 1 ;

- 269 : fond annulaire guilloché.

38Lampe

- 270 : fr. de bandeau décoré d’un rang d’oves de forme Deneauve VII ou VIII.

39Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 271 : bord de coupe imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 4).

40Céramique commune à pâte grise

- 272 : bord d’olla à pâte gris-blanc (6 fr.).

41Céramique commune à pâte claire

- 273 : bord de cruche à lèvre en bandeau mouluré.

42Céramique commune italique

- 274 : fond annulaire de mortier italique.

43Amphore

Gaule

- 275 : lèvre de Dr. 2-4 en pâte locale ou régionale.

44Verre

- 276 : fond de coupe sur pied annulaire (imitation de sigillée) ; verre moulé monochrome, vert-jaune.

45Commentaire sur la chronologie. C’est un unique fragment informe de sigillée claire A qui procure une indication chronologique pour fixer un terminus ante quem non aux deux dernières décennies du Ier siècle mais il faut aussi s’aviser de la présence d’un bord de céramique à pâte grise que la pâte et la cuisson incitent à rattacher à une production (aire du Verdon) mal située dans la seconde moitié du IIe siècle (voir les nos 253 et 254 de la fosse 5c). Dans le cadre d’une chronologie similaire se place le bandeau de lampe décoré d’oves, un motif qui apparaît sur les types Deneauve V à partir du milieu du Ier siècle.

46• Comblement de la fosse 5s (fig. 77 et 78)

Figure 77 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)

Figure 77 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)

Sigillée claire A (277), céramique culinaire africaine (278), sigillée du sud de la Gaule (279-280), sigillée italique (281-283), céramique à engobe interne rouge pompéien (284), céramique culinaire italique (285), céramique à paroi fine (286-290), céramique commune engobée (291-293), céramique commune à pâte grise (294-297), céramique commune à pâte brune (298-299) (dessin L. Rivet).

Figure 78 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)

Figure 78 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)

Céramique commune à pâte claire (300-305), amphore (306-309) (dessin L. Rivet).

47Sigillée claire A

- 277 : bord de coupe de type Hayes 14A.

48Céramique culinaire africaine

- 278 : bord de casserole de forme Hayes 194.

49Sigillée du sud de la Gaule

- 279 : marli à décor de feuille d’eau de coupe Drag. 35 ;

- 280 : bord d’assiette de forme Drag. 18.

50Sigillée italique

- 281 : bord de type Consp. 33 (d’Auguste à la fin du Ier/début du IIe s. selon les profils) ;

- 282 : bord de type Consp. 36.4.1 (d’Auguste à la fin du Ier s. selon les profils) à bord incliné ;

- 283 : bord de forme indéterminée (variante du Service I ?).

51Céramique à engobe interne rouge pompéien

- 284 : bord de plat de forme Goud. 15.

52Céramique culinaire italique

- 285 : bord de plat à lèvre bifide (2 fr.).

53Céramique à paroi fine

- 286 : bord de gobelet hispanique de forme Mayet 37, à surface sablée et engobe jaune orangé ;

- 287 : bord de gobelet italique, à surface lisse et à pâte micacée rouge orangé ;

- 288 : bord de gobelet hémisphérique italique à lèvre épaissie d’un bourrelet interne, de forme Marabini 36, à surface granuleuse et à pâte brun-gris ;

- 289 : gobelet hémisphérique italique à simple sillon externe, de forme Marabini 36, à surface granuleuse et à pâte très cuite, brun-rouge foncé dans la partie basse, gris foncé dans la partie haute (9 fr.) ;

- 290 : fond plat de gobelet italique à surface lisse et pâte orangé.

54Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 291-292 : bords de coupes à paroi courbe oblique imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 5a) ;

- 293 : fond de coupe sur pied annulaire.

55Céramique commune à pâte grise

- 294 : bord de coupe carénée ;

- 295 : bord d’olla carénée, à lèvre moulurée et à une anse plate (6 fr.), arrachée ;

- 296 : bord de couvercle à lèvre arrondie ;

- 297 : bord de couvercle à lèvre redressée.

56Céramique commune à pâte brune

- 298 : bord de jatte à lèvre biseautée ;

- 299 : bord de couvercle à lèvre arrondie (3 fr.).

57Céramique commune à pâte claire

- 300 : bord de pot à lèvre moulurée (avec l’hypothèse qu’il s’agisse d’une lèvre d’amphore) ;

- 301 : bord de pot à lèvre évasée ;

- 302 : bord de vase à liquide à lèvre évasée (voir secteur I, c.7d, no 31a et c.7b, no 58) ;

- 303 : bord de pot cylindrique ?

- 304 : bord de vase à liquide, sans anse conservée ;

- 305 : embouchure de cruche à une anse.

58Amphore

Gaule

- 306 : lèvre à bandeau saillant (dérivée des Dr. 28), de production locale ou régionale ;

- 307 : fond sur pied annulaire appartenant peut-être au précédent.

Espagne

- 308 : lèvre de forme Dr. 20 de Bétique (profil d’époque Claude-Néron) ;

- 309 : bas de panse et pointe de Dr. 20 (5 fr.).

59Commentaire sur la chronologie. Dans l’espace C, le matériel (407 fragments de céramiques) du comblement de la fosse 5s n’apporte une chronologie que pour cet événement et est basé sur la présence de formes d’époque flavienne de sigillées du sud de la Gaule et d’un élément de sigillée claire A (no 277), la coupe Hayes 14A (Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 32 et tav. XVI-7 à 9), qui n’appartient vraisemblablement pas à la première génération mais dont la diffusion pourrait être envisagée dès la deuxième ou troisième décennie du IIe siècle, et non plus tard comme il est généralement considéré (Hayes 1972, p. 40-41 ; Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 32 et tav. XVI-7 à 9 ; Bonifay 2004, p. 157). D’autres éléments céramiques pourraient également se rapporter à l’époque flavienne comme, peut-être, deux des trois sigillées italiques puisque les formes Consp. 33 et 36 figurent toujours en bonne place dans les niveaux flaviens et trajaniens de Rome (Rizzo 2003, p. 87, graf. 6 et p. 94, graf. 8).

60• Tranchée de construction du muret de façade 18, c. 5i

61Le seul contexte qui apporte une information directe pour dater la constitution de cette phase est celui du comblement de la tranchée de construction du muret de façade 18. Comme souvent, le matériel est très peu abondant et ne fournit pas d’indication précise.

62Sigillée du sud de la Gaule

- [non ill.] : inf. décor Drag. 29.

63Céramique commune à pâte brune

- [non ill.] : bord d’olla à lèvre aplatie vers l’extérieur.

Interprétation

64Les vestiges reconnus correspondent à deux pièces distinctes d’une même habitation, séparées par une cloison, 17 (dans laquelle s’ouvre peut-être une porte à quelques décimètres vers l’ouest, sous la berme ...).

65Au nord est un espace au sol en terre battue pour lequel on manque de données quant à la fonction.

66Au sud, la très large ouverture sur la rue, dont la fermeture pouvait se faire par des panneaux de bois, désigne très probablement une boutique ou un atelier ; beaucoup plus tard, aux IVe-Ve siècles, lors de la phase d’abandon, les pièces de céramique retrouvées, abondantes, des cruches, des marmites et de la vaisselle, pourraient renvoyer à un lieu de consommation alimentaire, une possible taberna (comptoir) mais rien n’indique qu’il en ait été de même dès cette époque (fig. 79).

Figure 79 - Secteur I

Figure 79 - Secteur I

L’ensemble des constructions à l’issue de la fouille.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).

67Du point de vue de la topographie, on constate que les deux murs ouest-est, 11 et 13, présentent un décalage angulaire avec les directions du réseau A qui prévaut pourtant au sud-ouest du secteur, comme on le sait depuis les fouilles ouvertes sous la cathédrale et la place Formigé.

68L’implantation du mur 13 provoque à nouveau un changement dans la limite de propriété et sa tête de mur, à l’est, implique une ouverture sur le cardo pour l’espace sud, E.

Secteur II

69La connaissance de ce secteur souffre de diverses insuffisances, l’espace E, au nord des murs 10/16, ayant été exclu de la fouille, hormis pour un dégagement de surface des niveaux antiques qui a mis en évidence un égout de petit gabarit (voir fig. 53), et l’espace situé au sud, F, ayant subi, à l’inverse, un profond affouillement à l’Antiquité tardive qui a eu pour conséquence de faire disparaître une bonne partie des niveaux d’occupation plus anciens.

Architecture

70• Mur 14

Établi sur l’alignement de façade du cardo, ce mur (voir fig. 53) n’est conservé que pour sa fondation qui est large de 0,56 m (arase à NGF 21,11 m) ; il suppose donc un niveau d’occupation nettement plus élevé dans l’espace E que dans l’espace F. Au nord, face au mur 13, sa tête laisse une ouverture large de 1,90 m, sans pierre de seuil retrouvée.

Au sud, il s’appuie contre un pilier (arase à 21,30 m) encore constitué de quatre blocs en grand appareil, superposés, de 0,60 x 0,80 m de côté (hauts de 0,55 m, 0,49 m et 0,47 m) ; l’excès d’épaisseur du pilier par rapport à la largeur du mur déborde à l’intérieur du bâtiment, aussi bien en E qu’en F. Un tuyau en terre cuite (diamètre de 0,15 m) est encastré verticalement dans les blocs du pilier, en marge (fig. 80). Un cinquième bloc semble s’être déversé à l’est, sur une couche tardive (voir fig. 156) : c’est un remploi mouluré taillé dans un bloc d’architrave (fig. 81). Un sixième, mis au jour au fond de l’espace F, est un déplacement de l’Antiquité tardive.

Figure 80 - Phase 4, secteur II

Figure 80 - Phase 4, secteur II

Bloc supérieur du pilier d’angle inscrit entre les murs 14 et 15 dans lequel est aménagée une canalisation de descente d’eau constituée d’un emboîtement de tuyaux en terre cuite.
Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1979).

Figure 81 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

Figure 81 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

Pilier d’angle ; mur 10/16 (à dr.) et mur 14 (au premier plan).
Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1979).

71• Mur 15

Dans le prolongement du mur 14 et appuyé contre l’autre face du pilier, le mur 15 est large de 0,46 m avec une élévation bâtie en moyen appareil régulier (moellons de 0,30 à 0,35 m de long et de 0,15 m de hauteur), lié à la chaux (fig. 82). Sept assises conservées montrent que la face orientale de cette élévation, côté cardo donc, est couverte d’un enduit de chaux bien conservé, épais de 3 cm, sauf en partie basse où il est systématiquement manquant et où sa bordure suit une ligne irrégulière et inclinée (fig. 83 et 84) ; on peut en déduire, sans guère de doute, que cet enduit a été appliqué alors qu’une couche de terre ennoyait la base du mur. La fondation n’a été que partiellement dégagée mais, au sud, le mur repose sur deux dalles débordantes (à NGF 19,13 et 19,22 m). Le ressaut de fondation suit la pente du terrain (entre 19,50 m au nord et 19,10 m au sud).

Figure 82 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

Figure 82 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

Le mur de façade 15 (phases 4 et 5) dont l’arase est partiellement surmontée par le mur 19 de l’Antiquité tardive (phase 6) ; tous deux s’appuient, au nord, contre un pilier d’angle en grand appareil auquel s’adosse également, par l’ouest, le mur de retour 16 (phase 4) qui double, au nord, le mur 10 (phase 3).
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1979).

Figure 83 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV

Figure 83 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV

Le mur de façade sur la rue, 15, solidaire d’un pilier d’angle en grand appareil dont les blocs sont empilés à joints secs.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).

Figure 84 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV

Figure 84 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV

Enduit de chaux sur la face orientale du mur de façade 15 ; à l’arrière, mur 19.
Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1980).

Au sud, le mur s’interrompt et s’adossait à un autre pilier dont il ne subsiste qu’un bloc en grand appareil, de 0,70 x 0,80 m de côté (haut de 0,80 m). Ce bloc, posé sur une dalle qui empiète nettement sur le tracé du mur, a été ripé vers l’ouest, vraisemblablement lors de travaux exécutés durant l’Antiquité tardive.

Ce mur 15 n’est pas situé en stratigraphie car il était jouxté, tant à l’est (par une longue fosse, c.4c) qu’à l’ouest (un espace perturbé par un mur postérieur, 19), par des terres remaniées. Posé sur une des dalles, on déduit simplement que ce mur est postérieur à l’aire de circulation.

72Pour une question de niveau, on peut toutefois raccorder son utilisation (et non sa construction) à la surface du cailloutis c.5e/5f de la chaussée (voir infra, p. 98).

73• Mur 16

Ce mur est un doublage du mur 10, large de 0,32 m, construit en élévation sur l’essentiel de la hauteur visible en face sud, au terme de la fouille, soit sur 1,60 m environ (NGF de 19,30 m à 20,92 m) ; la facture de l’appareillage est médiocre (voir fig. 82), utilisant des blocs de dimensions dissemblables ainsi que des fragments de tegulae. Le parement est encore couvert des traces d’un enduit de chaux. Vers l’est, il s’appuie, avec un décalage très marqué, contre les blocs en grand appareil du pilier déjà évoqué entre les murs 14 et 15.

Stratigraphie

74Le seul témoin stratigraphique illustrant éventuellement cette période est disjoint de la construction des murs. Il s’agit d’une couche argilo-sableuse violacée (au nord de E, c.5, épiderme à NGF 19,28 m) directement établie sur le substrat (19,15/19,20 m), au profil irrégulier et creusée de quelques petites fosses, couche qui recouvrait également une des dalles de couverture de l’égout collecteur (b).

Chronologie

75Pour en établir une, on ne dispose que de 125 fragments de céramiques (fig. 19).

76• Sol sur remblai, c.5a/5b (fig. 85)

Figure 85 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II (c.5a/b)

Figure 85 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II (c.5a/b)

Sigillée claire A (310), céramique culinaire italique (311), céramique à paroi fine (312), lampe (313-315), céramique commune à pâte grise (316-317), céramique commune à pâte brune (318), céramique culinaire micacée varoise (319-320), céramique commune à pâte claire (321), verre (322-326) (cliché C. Durand et L. Rivet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

77Sigillée claire A

- [non ill.] : fr. de marli de coupe Hayes 6A ;

- 310 : bord de coupe de forme Hayes 9A.

78Céramique culinaire africaine

- [non ill.] : éléments de formes Hayes 196 et 197.

79Sigillée du sud de la Gaule

- [non ill.] : 2 fr. de marli de Drag. 35/36 dont un décoré de feuilles d’eau, Ritt. 8, Drag. 29, fr. d’encrier Hermet 18.

80Céramique culinaire italique

- 311 : bord de marmite (Haltern 56).

81Céramique à paroi fine

- 312 : fond de gobelet italique ;

- [non ill.] : quelques fr. de décors réticulés attestent une production hispanique.

82Lampe :

- 313 : firmalampe de forme Deneauve IX, marquée Fortis, à pâte rouge brique ;

- 314-315 : fr. de médaillons.

83Céramique commune à pâte grise

- 316 : bord d’olla à surface blanche ;

- 317 : bord de couvercle à lèvre arrondie.

84Céramique commune à pâte brune

- 318 : fond plat d’olla.

85Céramique culinaire micacée varoise

- 319 : bord de plat à paroi peu grattée ;

- 320 : bord de plat (Rivet 1982, forme 4).

86Céramique commune à pâte claire

- 321 : bord de jatte à gorge interne.

87Verre

- 322 : bord de coupe à panse côtelée de forme Is. 3a (Auguste-Trajan) ; bord meulé, une côte proéminente et inclinée conservée ; verre moulé monochrome, brun-jaune ;

- 323 : bord évasé de vase à liquide à lèvre épaissie (voir AR n3941) ; verre soufflé, bleu-vert clair ;

- 324 : bord de petite coupe à lèvre ourlée de type Is. 44a/115, AR 109.1 (fin Tibère/Claude-IVe s.) ; verre soufflé, bleu-vert clair ;

- 325 : bord de coupe à paroi rectiligne, peut-être de forme Is. 80, AR 20.2 (Claude/Néron-milieu du IIIe s.) ; verre soufflé, blanc opaque ;

- 326 : bord d’assiette ou de coupe à marli proche du type AR 24.1 (Flaviens/Trajan-milieu du IIIe s.) ; verre soufflé, bleu-vert clair.

88Artisanat du bronze

- [voir fig. 169] : petites jattes en terre, modelées, provenant d’un remblai qui a été prélevé à quelque distance. Il s’agit de creusets de refonte (voir annexe p. 165).

89Commentaire sur la chronologie. On peut considérer que les deux formes de sigillée claire A constituent le matériel le plus récent de cet ensemble :

  • Hayes 6A, non ill. (Lamb. 23, Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 25, tav. XIII-15 et 16) serait diffusée à partir de la fin du Ier/début du IIe siècle,

  • Hayes 9A, no 310 (Lamb. 2a, Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 27, tav. XIV-8 à 12) à partir des toutes premières années du IIe siècle.

90La lampe de firme signée Fortis (no 313), originaire de la vallée du Pô, peut avoir été commercialisée à partir du milieu du règne de Vespasien (Bailey 1980, p. 96) mais la durée d’activité de l’atelier est estimée à plus d’un demi-siècle.

Interprétation

91Les deux espaces contigus de ce secteur, E et F, au nord et au sud du mur 16, ne correspondent en aucun cas à une même entité foncière, pour une simple question de différence de niveau.

92Celui du nord, en contrehaut, présente un plan trapézoïdal singulier et une façade de 4,20 m ouverte sur le cardo par une baie large de 1,90 m.

93En contrebas, il est assuré que le bâtiment reconnu sur 6 m de long, pourvu de forts piliers, se développait vers le sud (pas de retour de mur) où était peut-être aménagée une ouverture sur le cardo qui est ici absente (fig. 86). Les piliers, comme l’emploi du moyen appareil pour le mur 15, ne correspondent probablement pas à une architecture de type domestique mais se rapportent plutôt à une construction semi-monumentale, d’ailleurs implantée sur une partie de l’aire dallée de statut public de la phase antérieure (voir supra, p. 78). L’ampleur du bâtiment et les techniques de construction constatées conduisent à envisager qu’il était doté d’un étage.

Figure 86 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

Figure 86 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II

La zone F au terme de la fouille avec, laissés en vrac, des blocs architecturaux qui étaient inclus dans les remblais ; au premier plan, les murs 10 (phase 3) et 16 (phases 4 et 5) et, appuyé contre le pilier, le mur 19 (phase 6).
Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1979).

94Il est logique, par le simple bon sens des problèmes d’écoulement d’eau, que les sols d’un habitat soient à une côte supérieure à ceux d’une rue (trottoir ou chaussée) immédiatement contigus mais force est de constater que ce n’est pas le cas ici puisque la rue (NGF 19,60 m) est plus haute d’une trentaine de centimètres que le bâtiment (19,30 m).

Secteur III

95La fouille n’a pas conduit à mettre en évidence une modification des surfaces de circulation dans la voie, tant pour la chaussée que pour le portique (phénomène dû à l’érosion des sols et à des phases d’entretien ?), à cette exception qu’un trottoir est aménagé au long de la façade du bâtiment nord-ouest.

Architecture

96À 1,40 m de la façade (mur 18) et parallèle à elle, une dizaine de pierres, usées, convenablement alignées, forment la limite d’un trottoir étroit (entre NGF 21,26 m au nord et 21,17 m au sud) et légèrement surélevé par rapport à la chaussée (fig. 87). Son épiderme est composé d’un empierrement de petit module, usé, très jointif et extrêmement compact.

Figure 87 - Phase 4, secteur III

Figure 87 - Phase 4, secteur III

Le trottoir étroit en avant de la boutique.
Vue tranversale prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1982).

97Plus au nord, les vestiges de ce trottoir ont également été dégagés mais leur ordonnancement était passablement bouleversé. En revanche, il n’a pas été retrouvé dans les sondages ouverts au sud, au-delà du mur 13.

Stratigraphie

98L’empierrement de surface (c.5k) est ancré dans une terre mélangée à de l’argile qui repose sur une terre sablonneuse, violacée, mêlée à des charbons de bois (c.5l) et sur une terre marron sablonneuse, mêlée à des charbons de bois et incluant les restes d’une planche carbonisée (c.5m).

Chronologie

99Avec les remblais, on dispose de 116 fragments de céramiques et amphores alors que le niveau de sol en livre 365 (fig. 20).

100• Trottoir étroit, remblais c.5l/5m (fig. 88)

Figure 88 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5l/5m)

Figure 88 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5l/5m)

Sigillée du sud de la Gaule (327-328), céramique à paroi fine (329-331), céramique commune engobée (332), céramique commune à pâte grise (333), céramique commune à pâte claire (334), mortier italique (335) (dessin L. Rivet).

101Sigillée du sud de la Gaule

- 327 : bord de forme Drag. 37 ;

- 328 : fond de forme Drag. 29.

102Céramique à paroi fine

- 329 : bord de gobelet à coquille d’œuf ;

- 330 : fond de gobelet italique à pâte gris foncé et surface granuleuse ;

- 331 : bord de gobelet hispanique de forme non déterminée à couverte orangée.

103Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 332 : bord de coupe basse (5 fr.) à paroi courbe et lèvre redressée imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 2).

104Céramique commune à pâte grise

- 333 : bord d’olla à lèvre aplatie vers l’extérieur.

105Céramique commune à pâte claire

- 334 : bord de couvercle à lèvre aplatie et gorge interne.

106Céramique commune italique

- 335 : lèvre de mortier italique de type I (Hartley 1973) ne conservant qu’une partie latérale du bec verseur.

107Commentaire sur la chronologie. Cette première chape de recharges contient une quantité assez faible de céramiques dont un seul tesson, un bord de Drag. 37 (no 327), placerait la date de constitution au cours de l’époque flavienne, ou après. Rien, dans les autres éléments, ne permet de préciser si la chronologie doit être plutôt versée dans les années 70-80 ou au début du IIe siècle. Mais, comme ce remblai semble indissociable du niveau qui le recouvre, on opterait volontiers pour lui assigner une datation équivalente (voir infra, c.5k).

108• Trottoir étroit, surface de circulation c.5k (fig. 89)

Figure 89 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5k)

Figure 89 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5k)

Sigillée claire A (336), sigillée du sud de la Gaule (337), sigillée italique (338-340), céramique culinaire italique (341), céramique à paroi fine (342), lampe (343), céramique commune engobée (344), céramique commune à pâte brune (345), céramique culinaire micacée varoise (346), céramique commune à pâte claire (347-349), amphore (350-354), verre (355-357) (cliché et dessin L. Rivet).

109Sigillée claire A

- 336 : bord de coupe Hayes 14A (3 fr.).

110Sigillée du sud de la Gaule

- 337 : assiette de forme Drag. 18 (9 fr.) à bord redressé.

111Sigillée italique

- 338 : assiette à paroi haute oblique et à lèvre creusée d’un sillon de forme Consp. 3 (34 fr.) dont les bords et le fond ne sont pas jointifs. Le fond porte une estampille centrale incomplète dans un cartouche in planta pedis, peut-être ---]STI

L’interprétation que j’ai donnée de ce timbre est fautive (Rivet 2005, no 14). En fait, les lettres sont de lecture douteuse, en particulier le T. En consultant les fiches de l’OCK, on ne trouve aucune solution satisfaisante pour attribuer ce ductus à un des 27 signataires de la forme Consp. 3.

- 339 : bord de forme non déterminée ;

- 340 : fond de plat sur pied annulaire (8 fr.) portant une extrémité de marque, non déterminée ; sous le fond, le début d’un graffito : HPYA[---

112Céramique culinaire italique

- 341 : bord de couvercle (2 fr.).

113Céramique à paroi fine

- 342 : gobelet caréné italique (9 fr.) de type Marabini 36 à surface granuleuse et pâte très cuite, très dégraissée, brun-gris foncé.

114Lampe

- 343 : corne de réflecteur.

115Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 344 : bord de coupe (8 fr.) imitant une céramique campanienne (Rivet 2002, forme 1) ; un gradin sur la paroi externe pourrait être accidentel.

116Céramique commune à pâte brune

- 345 : bord d’olla ayant conservé le départ d’une anse plate.

117Céramique culinaire micacée varoise

- 346 : bord de plat (7 fr.) de forme 5b (Rivet 1982).

118Céramique commune à pâte claire

- 347 : bord de grande coupe à marli (généralement pourvue d’anses horizontales appliquées) ;

- 348 : col de cruche (4 fr.) de profil galbé dont aucune des deux anses n’est conservée.

- 349 : bord de cruche à lèvre en bandeau.

119Amphore

Gaule

- 350-351 : lèvres à bandeau saillant (dérivée des Dr. 28), de production locale ou régionale.

Espagne

- 352 : lèvre de Dr. 7-11 de Bétique ;

- 353 : lèvre de Dr. 20 de Bétique (2 fr.) ;

- 354 : lèvre de Dr. 2-4.

120Verre

- 355 : bord de coupe à lèvre en bandeau épaissi, proche du type AR 90 ; verre soufflé, jaune-brun ;

- 356 : bord d’urne à lèvre ourlée vers l’intérieur de type AR 109 ; verre soufflé, incolore ;

- 357 : fond de coupe sur pied annulaire (imitation de sigillée) ; verre moulé monochrome, bleu-vert.

121Commentaire sur la chronologie. La chronologie de ce lot de céramique est dominée par la présence, une fois encore, d’une coupe de forme Hayes 14 (no 336) en sigillée claire A (voir supra) qui place la constitution de cette couche dans les décennies comprises dans la première moitié du IIe siècle si on accorde une incidence à l’absence de sigillée claire B, un argument toujours sujet aux aléas de la représentativité d’un échantillon.

122On pointera du doigt la présence, dans ce contexte, d’une assiette de sigillée italique de forme Consp. 3 (no 338), dont le nombre de tessons laisse supposer qu’elle était en état d’utilisation à la veille du rejet plutôt qu’un objet purement résiduel : c’est une vaisselle qui pourrait être produite (sinon largement diffusée hors d’Italie) jusque dans les années 110/120.

Interprétation

123L’installation du trottoir occidental est probablement limitée à la seule façade de la boutique ( ?) nord-ouest.

Secteur IV

124Une seule transformation affecte ce secteur et touche le réseau des égouts : la construction d’une adjonction au collecteur (a) car, comme dans le secteur III, au nord, on ne perçoit pas de modification dans les niveaux de circulation de la voie ; une sorte d’emmarchement semble toutefois être installée, en amont du dallage, en travers de la chaussée.

Architecture

125• Les égouts (e) et (f)

L’installation du collecteur (e) est probablement due à la nécessité d’évacuer les eaux issues du pilier du bâtiment occidental (secteur II) ; construit à la perpendiculaire du collecteur (a), il est long de 3,30 m et seul son canal a été reconnu, large de 0,60 m. Il recueille, en outre, les eaux provenant de la boutique du secteur I par l’intermédiaire d’un égout de gabarit domestique (f) branché par le nord et formant un autre angle droit ; le radier de ce dernier est construit avec des tuiles, les piédroits sont maçonnés et la couverture est faite de dalles irrégulières.

126• Trois pierres ...

Au sud, en K, trois blocs alignés ont été disposés immédiatement au nord du dallage (surface à NGF 19,60 m), tels un obstacle haut de 0,25 m environ (19,81/19,94 m) ; organisés en travers de la rue (fig. 90) et directement au sud d’une bouche d’égout, ils sont fortement usés. Ces pierres sont posées sur un niveau équivalent à celui du dallage.

Figure 90 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV

Figure 90 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV

Au nord du dallage (phase 3), trois blocs alignés perpendiculairement au cardo reposant sur la première série de niveaux de circulation.
Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1980).

Stratigraphie et chronologie

127Pour le collecteur transversal (e), on ne dispose d’aucune information, les terres de la tranchée d’installation ayant probablement été rabattues vers le nord, là où le terrain n’a pas été fouillé.

128L’alignement de blocs usés, posés sur les niveaux de l’époque flavienne, pouvait faire obstacle aux ruissellements dans la rue ; cet équipement ne bénéficie pas d’une datation plus précise.

129Sur les strates de remblais et niveaux précédents (phase 3 : c.5i/5j en J) ont été établis d’autres remblais alternant avec des nappes de sols de cailloutis. Comme dans la phase précédente, la céramique (1317 tessons) est également très fragmentée.

130• Surfaces de circulation (en J et L), c.5e/5f/5g/5h (fig. 91 à 97)

Figure 91 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (5e/5f/5g/5h)

Figure 91 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (5e/5f/5g/5h)

Sigillée claire A (358-365), céramique culinaire africaine (366-377), céramique culinaire orientale (378) (dessin L. Rivet).

Figure 92 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 92 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Sigillée du sud de la Gaule (379-388), sigillée italique (389-390), campanienne (391), céramique à engobe interne rouge pompéien (392-394), céramique culinaire italique (395-396) (dessin L. Rivet).

Figure 93 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 93 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Céramique à paroi fine (397-398), lampe (399-403), céramique commune engobée (404-414), céramique commune à pâte grise (415-416) (cliché et dessin L. Rivet).

Figure 94 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 94 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Sigillée claire A (277), céramique commune à pâte brune (417), céramique culinaire micacée varoise (418-424), céramique commune à pâte claire (425-435) (dessin L. Rivet).

Figure 95 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 95 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Amphore (436-450) (dessin L. Rivet).

Figure 96 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 96 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Verre (451-472) (dessin L. Rivet).

Figure 97 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Figure 97 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)

Marbre (473), bronze (474), tabletterie (475-476) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).

131Sigillée claire A

- 358 : marli (inclinaison incertaine) de forme Hayes 3 ;

- 359 : coupe de forme Hayes 8A (8 fr.) ;

- 360-362 : bords de coupes Hayes 8A ;

- [non ill.] : petit fragment de bord de coupe Hayes 9 ;

- 363 : bord de forme Hayes 14B (Lamb. 3b1, la taille du tesson ne permettant pas d’en être assuré) ;

- 364 : bord et panse de forme Lamb. 6/Hayes 34 (6 fr.) ;

- 365 : forme non identifiée (3 fr.) : les épaisseurs de parois renverraient plutôt à un pied qu’à un rebord (d’encrier Hayes 124 par exemple).

132Céramique culinaire africaine

- 366-370 : bords de casseroles Hayes 23A ;

- 371 : carène de casserole Hayes 23 ;

- 372 : bord de couvercle Hayes 196 ;

- 373 : bord de couvercle Hayes 196 (2 fr.) ;

- 374 : bord de marmite Hayes 197 (2 fr.) ;

- 375-376 : bords de casseroles Hayes 197 ;

- 377 : encolure à bec trilobé de bouilloire à pâte non micacée, la surface intérieure étant couverte d’un dépôt blanchâtre (le tesson indique à peine la déformation du bord reproduit à titre indicatif sur l’illustration).

133Céramique culinaire orientale

- 378 : carène, panse et anse de bouilloire de Méditerranée orientale de forme Robinson G.188/K.106 ; pâte micacée, rouge, et surfaces brun-rouge foncé. Cet objet se complète avec des tessons (15 fr.) provenant de la couche supérieure (c.5d).

134Sigillée du sud de la Gaule

- 379 : bord de Drag. 36 à décor de feuilles d’eau ;

- 380 : bord de Drag. 37 (3 fr.) ;

- 381 : fond de Drag. 37 appartenant vraisemblablement au précédent (4 fr.) ;

- 382 : bord de Drag. 37 (2 fr.) ;

- 383 : fr. de panse de Drag. 37 ;

- 384 : fr. de Drag. 37 décoré d’oves ;

- 385 : bord de plat Drag. 18 ;

- 386 : bord d’assiette Drag. 18 ;

- 387 : bord de coupe décorée à la barbotine d’une forme apparentée au type Drag. 33 ;

- 388 : fond et carène (2 fr.) décorée de sortes de godrons excisés ( ?) d’une forme apparentée au type Drag. 24/25.

135Sigillée italique

Elle ne comporte pas de forme tardive mais deux estampilles :

- 389 : estampille sur forme indéterminée, vraisemblablement une coupe, dans un cartouche trilobé, (AT)EI

Estampille incomplète dont les deux lobes subsistants du cartouche présentent un décor de palmes (cartouche OCK 572) ; seule la firme d’ATEIVS, de Pise (5 av.-25 de n.è.), telle que OCK 268.118 (plus grande), utilise une marque organisée de cette façon, ATEI étant inscrit dans le troisième lobe (Rivet 2005, no 5).

- 390 : estampille sur fond de coupe, dans un cartouche trilobé, incomplet pour le lobe supérieur, ZOILI, Z inversé.

Localisée à Pise sous cette forme, estampille identique à OCK 2544.57 (cartouche 571), correspondant aux activités de (CN ATEIVS) ZOILVS entre 5 av. et 50 de n.è. (Rivet 2005, no 20).

136Campanienne

- 391 : bord de coupe à pâte grise (campanienne C ?) et à surface noire lustrée.

137Céramique à engobe interne rouge pompéien

- 392-394 : carènes de plats.

138Céramique culinaire italique

- 395 : fond épais de plat ;

- 396 : bord de couvercle à lèvre épointée et redressée.

139Céramique à paroi fine

- 397 : haut bord redressé de gobelet caréné italique (Mayet 34) de technique coquille d’oeuf, à pâte ocre blanchâtre ;

- 398 : gobelet tronconique italique de type Marabini 56 dont la panse est décorée de guillochis ; surface jaune orangé.

140Lampe

- 399 : fr. de bec rond à volutes de type Deneauve VA ;

- 400 : fr. de bandeau et de cuve de firmalampe italique (pâte rouge brique) de type Deneauve IXA ;

- 401 : fr. de marque ---]IS, très probablement pour FORTIS (pâte rouge brique) ;

- 402 : fr. de lampe Deneauve VII avec médaillon décoré d’un buste de Sol radié (identique à Bussière no 1907) ;

- 403 : fr. de lampe Deneauve VIIA avec médaillon décoré d’un sanglier ( ?).

141Céramique plombifère

- [non ill.] : fr. de panse à pâte gris clair verdâtre, vernis extérieur vert irisé, intérieur brun-jaune, dont les caractéristiques sont probablement en rapport avec une production campanienne qui se met en place au début du IIe s. (Desbat 1986, p. 110).

142Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 404 : bord de coupe à lèvre (légèrement) en amande ;

- 405 : bord de coupe à engobe orangé imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 4) ;

- 406 : bord de coupe imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 4) ;

- 407 : fond de coupe sur pied annulaire ;

- 408 : bord de coupe à engobe orangé imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 5b) ;

- 409 : bord de coupe (2 fr.) imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 5a) ;

- 410 : coupe carénée à anses à engobe orangé (4 fr.) ;

- 411 : bord de coupe à collerette à engobe orangé ;

- 412 : pot à anses (deux ?) à engobe orangé ;

- 413 : cruche à bec pincé à engobe gris ;

- 414 : fond sur pied annulaire de vase à liquide à engobe orangé.

143Céramique commune à pâte grise

- 415 : bord d’olla à épaule carénée avec traces de lissage ;

- 416 : bord d’olla à lèvre bifide.

144Céramique commune à pâte brune

- 417 : bord de jatte.

145Céramique culinaire micacée varoise

- 418 : bord de jatte à oreilles (Rivet 1982, forme 11) ;

- 419 : fond d’olla (3 fr.) ;

- 420 : bord de jatte (2 fr.) à oreilles de préhension (Rivet 1982, forme 11) ;

- 421 : bord d’olla (10 fr.) (Rivet 1982, forme 20) ; si une préhension existait, elle n’est pas conservée ;

- 422 : bord d’olla ; si une préhension existait, elle n’est pas conservée ;

- 423-424 : fonds d’ollae.

146Céramique commune à pâte claire

- 425 : petite coupe à marli court ;

- 426-427 : coupes à listel portant un décor digité ;

- 428 : bord de pot dont les anses ne sont pas conservées ;

- 429 : bord de pot à anses (une seule conservée) ;

- 430-431 : bords de pots dont les anses ne sont pas conservées ;

- 432 : bord de pot à paroi intérieure poissée ; la forme du bord rappelle celle connue en céramique culinaire africaine Hayes 183 ;

- 433 : bord de pot ;

- 434 : bord de cruche à une anse ;

- 435 : bord de petit couvercle.

147Amphore

- 436 : embouchure d’amphorisque.

Gaule

- 437 : lèvre de Dr. 2-4 « d’imitation » (Panella 2001, no 59) vraisemblablement de production locale ;

- 438-439 : lèvres de G.5 de production locale ou régionale ;

- 440-441 : lèvres de type Fréjus-Lenzbourg de production locale ;

- 442 : fond plat (sur pied annulaire) d’amphore gauloise à pâte très cuite, verdie, d’origine locale ;

- 443 : fond plat (sur pied annulaire) d’amphore gauloise (5 fr.) d’origine locale ou régionale.

Italie

- 444 : lèvre appartenant peut-être à une Dr. 22 de Campanie (pâte sableuse beige à dégraissants de grains volcaniques noirs et roses ainsi que de quartz et mica).

Espagne

- 445 : lèvre de Pascual 1 (milieu du Ier s. av.-premier quart du Ier s. de n.è.) portant PHIL(I)P/ (P)VS T[--- lig. IP sur le col (Brentchaloff, Rivet 2003, p. 598, no 26) ; cette graphie de Philippus n’est pas encore répertoriée sur ce type d’amphore de Léétanie ;

- 446 : lèvre de Dr. 7-11 ;

- 447-448 : lèvres de Dr. 2-4 de Tarraconaise ;

- 449 : lèvre de Dr. 20 de Bétique (période Flaviens-Antonins) ;

- 450 : lèvre de Dr. 20 de Bétique (période antonine).

148Verre

Toutes les pièces sont monochromes :

- 451 : bord de coupe à panse côtelée et lèvre meulée de forme Is. 3b (fin République/début Auguste-Trajan) ; côtes larges et proéminentes ; verre moulé, bleu-vert ;

- 452 : bord de coupe à décor de godrons (ou en forme de grains de riz) de forme proche de Is. 21, AR 45 (Flaviens-Hadrien) ; verre de technique indéterminée, blanc opaque ;

- 453 : bord de gobelet à lèvre coupée et retouchée de type Is. 34, AR 37 (Tibère/Claude-IIe s.) ; verre soufflé, blanc opaque ;

- 454 : fond apode ombiliqué (appartenant peut-être à un balsamaire) ; verre soufflé, blanc opaque ;

- 455 : bord de gobelet à lèvre coupée et retouchée de type Is. 34, AR 37 (Tibère/Claude-IIe s.) ; verre soufflé, blanc opaque ;

- 456 : fond apode ombiliqué de flacon (balsamaire ou aryballe) ; verre soufflé, incolore ;

- 457 : fond apode ombiliqué de flacon (balsamaire ou aryballe) ; verre soufflé, incolore ;

- 458 : bord de coupe à lèvre épaissie de la série Is. 35/116, AR 38 (Néron/Flaviens-troisième quart du IIIe s.) ; verre soufflé, vert d’eau pâle ;

- 459 : bord à lèvre étirée et épaissie formant marli de coupe de forme Is. 42a, AR 80 (Néron/Flaviens-IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 460 : bord évasé à lèvre épaissie de coupe Is. 42a, AR 80 (Néron/Flaviens-IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 461 : bord de coupe de type AR 14 (Flaviens-milieu IIIe/IVe s.) ; verre soufflé, opaque, blanc ;

- 462 : bord à marli retombant de coupe de forme AR 16.2 (Claude/Néron-milieu IIIe s.) ; verre de technique indéterminée (moulé ?), vert émeraude ;

- 463 : bord de coupe à marli à décor de festons rapporté sur la lèvre éversée et épaissie de type proche de AR 82 (milieu IIe-milieu IIIe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 464 : bord de coupe à lèvre ourlée, repliée vers l’extérieur, Is. 44a/115, AR 109.1 (fin Tibère/Claude-IVe s.) ; verre soufflé, incolore ;

- 465 : bord de coupe à lèvre ourlée, repliée vers l’extérieur, Is. 67b, AR 118.1 (Tibère-IIe s.) ; verre soufflé, bleu-vert très pâle ;

- 466 : bord de coupe (3 fr., dont 1 provenant de la c.5f) de type indéterminé (imitation de sigillée), peut-être Is. 87 ; verre moulé, incolore ;

- 467 : bord de coupe à décor de stries externes ; pâte de verre de technique indéterminée, blanc jaunâtre ;

- 468 : fond de coupe ou d’assiette à pied annulaire massif ; verre moulé, blanc opaque ;

- 469 : fond de coupe sur pied annulaire en pâte de verre ; verre moulé, blanc.

- 470 : fond d’assiette ou de plat à pied annulaire massif ; verre moulé, incolore ;

- 471 : fond de coupe ou de bouteille à pied annulaire évasé ; verre soufflé, blanc opaque.

- 472 : bord d’assiette à lèvre étirée et épaissie formant marli de type indéterminé ; verre soufflé, incolore ;

149Marbre

- 473 : fragment supérieur d’un pilon (broyeur) de mortier (voir par ex. Baudoin, Liou, Long 1994, p. 100 et fig. 88) représentant une tête d’échassier, peut-être une grue.

150Bronze

- 474 : anneau en alliage cuivreux.

151Tabletterie

- 475 : applique sculptée en forme de guirlande de fleurs ;

- 476 : dé.

152Monnaie

M3

Denier : 3,55 g (inv. M.2).

Av. T CAESAR IMP-VESPASIANVS - tête à dr.

R/ IOVIS-CVSTOS - Jupiter à g.

RIC 211 ; BMC 305-309.

76-79 apr. J.-C. Période 3.

153Commentaire sur la chronologie. Dans le domaine des céramiques fines, les deux objets les plus récents sont vraisemblablement, en sigillée claire A, ceux qui sont les moins bien cernés par les typo-chronologies (les autres types apparaissent dès l’époque flavienne) :

154- la forme (no 363) Hayes 14B (Lamb. 3b1) est datée, à Vintimille (Lamboglia 1958, p. 266), de la fin du IIsiècle ; il y a tout lieu, cependant, d’émettre des doutes sur cette chronologie basse ;

155- la forme (no 364) Hayes 34, tardive selon cet auteur (fin du IIe-début du IIIe siècle), est cependant connue à Ostia dans un contexte de la première moitié du IIe siècle (Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 29, tav. XV, 3).

156On pourrait donc proposer, à partir de ces documents, une datation dans la première moitié du IIe siècle, plus précisément dans les deuxième et troisième décennies compte tenu de l’absence de sigillée claire B, une chronologie que ne contrediraient pas le reste du matériel et, en particulier, les céramiques culinaires africaines ou les sigillées du sud de la Gaule dont certaines formes sont introduites sur le marché à partir du début de l’époque flavienne et dont certains décors devraient correspondre à la période de la fin des Flaviens et du début des Antonins, dans les années 90/110. C’est dans ce cadre que seraient mis sur le marché des vaisselles hors du catalogue classique comme cette coupe (n387) apparentée à la forme Drag. 33, à la panse décorée à la barbotine, et cette autre (no 388) d’une forme apparentée au type Drag. 24/25 dont le haut bord est assorti d’un décor de godrons excisés en lieu et place de l’habituel guillochis.

157Plusieurs des fragments de lampes s’insèrent de façon cohérente avec ces céramiques, comme la firmalampe (no 400), une forme abondamment commercialisée durant l’époque flavienne et le IIe siècle, ou la marque Fortis (no 401) issue d’une officine en activité à partir des années 70/80.

158Dans ce contexte, la présence de deux bouilloires doit également être soulignée car ce sont des récipients relativement peu diffusés et/ou, en tout cas, peu ou mal documentés dans les publications : l’une est sûrement d’origine africaine (no 377) et l’autre probablement orientale (no 378), avec une morphologie sensiblement différente de celle déjà rencontrée dans un horizon inférieur (secteur I, c.8, no 10).

159Les céramiques communes livrent le contingent habituel des coupes en céramique commune engobée, des récipients en culinaire micacée et des pots et coupes en pâte claire calcaire.

160Il est encore difficile de distinguer les amphores produites à Fréjus, même à partir de leur seule morphologie, de celles qui, de profils identiques, ont pu l’être dans la proche région. En revanche, des preuves ont été apportées de l’origine locale des amphores de Lenzbourg (nos 440-441), un « type singulier, peu répandu » (Brentchaloff 1988 ; Brentchaloff, Picon 1990) à partir de la fin du Ier et au IIe siècle.

161Les formes de la vaisselle en verre ne contrarient pas une chronologie dans la première moitié du IIe siècle.

Interprétation

162Les aménagements dans ce secteur n’ont aucune conséquence sur l’organisation générale de la voie et la fouille n’a pas conduit à individualiser des recharges particulières dans les niveaux de circulation. En revanche, au sud, les pierres disposées transversalement, si elles représentent bien un alignement continu en avant du dallage, apparaissent comme une volonté de créer un obstacle à la circulation des charrois et de tenter de mettre la surface dallée à l’abri des boues transportées par le ruissellement.

Conclusion

163Les éléments de datation sur lesquels repose cet environnement urbain sont ténus mais nettement distincts de la phase précédente.

164Les changements dans la physionomie de l’îlot occidental (secteurs I et II), du moins dans sa présentation frontale (fig. 98), sont radicaux alors que la voie conserve son paysage antérieur avec la bipartition entre un portique oriental et une chaussée couverte de cailloutis au nord (secteur III) poursuivie par une aire dallée (au sud du secteur IV) dont l’étendue est désormais réduite à l’ouest.

Figure 98 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I au terme de la fouille de 1981

Figure 98 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I au terme de la fouille de 1981

On distingue nettement l’alignement de façade sur le cardo
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981 nec97).

165Le moins mal connu des bâtiments est la boutique (C) ouverte dans l’angle d’un immeuble dont l’ampleur de l’emprise échappe. Boutique ou taverne, son activité paraît devoir requérir un espace extérieur qui se traduit par l’aménagement d’une sorte de terrasse (ou trottoir étroit) ; c’est là un exemple supplémentaire d’un phénomène déjà constaté, dans d’autres quartiers de Fréjus, d’un propriétaire qui accapare à son profit une partie de l’espace public dont relève le statut des voies.

166Immédiatement au sud, le bâtiment de forme trapézoïdale (E) doté d’une large ouverture reste de fonction inconnue.

167Plus au sud enfin, et en contrebas, pour le grand bâtiment partiellement reconnu (F), on ignore également la destination puisqu’aucun niveau d’occupation était conservé. L’ambiance publique octroyée par l’aire dallée adjacente renforce cependant l’hypothèse d’une nature analogue pour cette construction semi-monumentale bornée de piliers.

168L’ensemble de ces remaniements repose sur une chronologie relative appuyée sur les enchaînements architecturaux et sur une chronologie absolue issue uniquement du bâtiment nord-ouest où le terminus semble se placer au début du IIe siècle, soit un écart d’environ une génération avec la phase précédente.

169Enfin, on constate que, à l’occasion de ces reconstructions qui s’adaptent plus ou moins aux aménagements antérieurs, l’alignement continu des façades occidentales a été légèrement déplacé, mordant de 0,10 ou 0,20 m sur la voie.

Notes

1 La majeure partie de l’élévation s’est effondrée après la fin de la campagne de fouille de 1980.

List of illustrations

Title Figure 69 - « Nord-Est cathédrale »
Caption Phase 4 : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Figure 70 - « Nord-Est cathédrale »
Caption Phase 4, secteur I en début de fouille. Cloison 17 et, en arrière, mur 12 (à g.) et muret 18 (à dr.).Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet,1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Figure 71 - « Nord-Est cathédrale ». Secteur I
Caption Constructions mises au jour avec, en particulier, la cloison à colombage 17 (au centre) et les murs 12 et 11 (à dr.).Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet, 1981).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-3.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Figure 72 - Phase 4, secteur I
Caption Cloison à colombage 17. Vue prise vers le nord-ouest (cliché P.-A. Février, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-4.jpg
File image/jpeg, 536k
Title Figure 73 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I
Caption Tuyau en terre cuite passant sous le mur 13 (cliché L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-5.jpg
File image/jpeg, 844k
Title Figure 74 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5c)
Caption Sigillée claire A (246), sigillée italique (247-248), céramique à paroi fine (249), céramique commune engobée (250-252), céramique commune à pâte grise (253-254), céramique commune à pâte brune (255), céramique modelée (256), céramique commune à pâte claire (257-259), mortier italique (260), amphore (261), tabletterie (262-263) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-6.jpg
File image/jpeg, 916k
Title Figure 75 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5bz)
Caption Sigillée du sud de la Gaule (264-265), céramique commune à pâte brune (266), tabletterie (267) (cliché P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-7.jpg
File image/jpeg, 808k
Title Figure 76 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (c.5a/5b)
Caption Sigillée italique (268-269), lampe (270), céramique commune engobée (271), céramique commune à pâte grise (272), céramique commune à pâte claire (273), mortier italique (274), amphore (275), verre (276) (cliché P. Groscaux, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-8.jpg
File image/jpeg, 748k
Title Figure 77 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)
Caption Sigillée claire A (277), céramique culinaire africaine (278), sigillée du sud de la Gaule (279-280), sigillée italique (281-283), céramique à engobe interne rouge pompéien (284), céramique culinaire italique (285), céramique à paroi fine (286-290), céramique commune engobée (291-293), céramique commune à pâte grise (294-297), céramique commune à pâte brune (298-299) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-9.jpg
File image/jpeg, 760k
Title Figure 78 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I (fosse 5s)
Caption Céramique commune à pâte claire (300-305), amphore (306-309) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-10.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Figure 79 - Secteur I
Caption L’ensemble des constructions à l’issue de la fouille.Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-11.jpg
File image/jpeg, 1000k
Title Figure 80 - Phase 4, secteur II
Caption Bloc supérieur du pilier d’angle inscrit entre les murs 14 et 15 dans lequel est aménagée une canalisation de descente d’eau constituée d’un emboîtement de tuyaux en terre cuite.Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-12.jpg
File image/jpeg, 684k
Title Figure 81 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II
Caption Pilier d’angle ; mur 10/16 (à dr.) et mur 14 (au premier plan).Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-13.jpg
File image/jpeg, 616k
Title Figure 82 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II
Caption Le mur de façade 15 (phases 4 et 5) dont l’arase est partiellement surmontée par le mur 19 de l’Antiquité tardive (phase 6) ; tous deux s’appuient, au nord, contre un pilier d’angle en grand appareil auquel s’adosse également, par l’ouest, le mur de retour 16 (phase 4) qui double, au nord, le mur 10 (phase 3).Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-14.jpg
File image/jpeg, 776k
Title Figure 83 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV
Caption Le mur de façade sur la rue, 15, solidaire d’un pilier d’angle en grand appareil dont les blocs sont empilés à joints secs.Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-15.jpg
File image/jpeg, 992k
Title Figure 84 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteurs II/IV
Caption Enduit de chaux sur la face orientale du mur de façade 15 ; à l’arrière, mur 19.Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-16.jpg
File image/jpeg, 436k
Title Figure 85 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II (c.5a/b)
Caption Sigillée claire A (310), céramique culinaire italique (311), céramique à paroi fine (312), lampe (313-315), céramique commune à pâte grise (316-317), céramique commune à pâte brune (318), céramique culinaire micacée varoise (319-320), céramique commune à pâte claire (321), verre (322-326) (cliché C. Durand et L. Rivet, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-17.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Figure 86 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur II
Caption La zone F au terme de la fouille avec, laissés en vrac, des blocs architecturaux qui étaient inclus dans les remblais ; au premier plan, les murs 10 (phase 3) et 16 (phases 4 et 5) et, appuyé contre le pilier, le mur 19 (phase 6).Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-18.jpg
File image/jpeg, 768k
Title Figure 87 - Phase 4, secteur III
Caption Le trottoir étroit en avant de la boutique.Vue tranversale prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1982).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-19.jpg
File image/jpeg, 944k
Title Figure 88 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5l/5m)
Caption Sigillée du sud de la Gaule (327-328), céramique à paroi fine (329-331), céramique commune engobée (332), céramique commune à pâte grise (333), céramique commune à pâte claire (334), mortier italique (335) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-20.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Figure 89 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur III (c.5k)
Caption Sigillée claire A (336), sigillée du sud de la Gaule (337), sigillée italique (338-340), céramique culinaire italique (341), céramique à paroi fine (342), lampe (343), céramique commune engobée (344), céramique commune à pâte brune (345), céramique culinaire micacée varoise (346), céramique commune à pâte claire (347-349), amphore (350-354), verre (355-357) (cliché et dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-21.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Figure 90 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV
Caption Au nord du dallage (phase 3), trois blocs alignés perpendiculairement au cardo reposant sur la première série de niveaux de circulation.Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-22.jpg
File image/jpeg, 404k
Title Figure 91 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (5e/5f/5g/5h)
Caption Sigillée claire A (358-365), céramique culinaire africaine (366-377), céramique culinaire orientale (378) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-23.jpg
File image/jpeg, 792k
Title Figure 92 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Sigillée du sud de la Gaule (379-388), sigillée italique (389-390), campanienne (391), céramique à engobe interne rouge pompéien (392-394), céramique culinaire italique (395-396) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-24.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Figure 93 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Céramique à paroi fine (397-398), lampe (399-403), céramique commune engobée (404-414), céramique commune à pâte grise (415-416) (cliché et dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-25.jpg
File image/jpeg, 956k
Title Figure 94 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Sigillée claire A (277), céramique commune à pâte brune (417), céramique culinaire micacée varoise (418-424), céramique commune à pâte claire (425-435) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-26.jpg
File image/jpeg, 832k
Title Figure 95 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Amphore (436-450) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-27.jpg
File image/jpeg, 764k
Title Figure 96 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Verre (451-472) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-28.jpg
File image/jpeg, 780k
Title Figure 97 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur IV (c.5e/5f/5g/5h)
Caption Marbre (473), bronze (474), tabletterie (475-476) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-29.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Figure 98 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 4, secteur I au terme de la fouille de 1981
Caption On distingue nettement l’alignement de façade sur le cardoVue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981 nec97).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/562/img-30.jpg
File image/jpeg, 1.8M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540