Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Chapitre 1. Le site de « Nord-Est Cathédrale », rue de Beausset/Place Gaidon (1979-1982)

Phase 3 — Remaniements de l’époque flavienne

Texte intégral

1Au début de l’époque flavienne on constate d’autres transformations importantes dans le quartier, aussi bien dans les constructions que dans les aménagements du cardo maximus.

Secteur I

2L’organisation et la chronologie des constructions de cette phase (fig. 49) sont des plus mal documentées dans la mesure où les murs et les couches d’occupation ont été en partie dérasés par les aménagements postérieurs.

Figure 49 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 49 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 3 : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Architecture

3Deux nouveaux murs sont érigés tandis qu’il est assuré que les deux murs de l’état antérieur, 4 et 5, en pierres liaisonnées à l’argile, demeurent en élévation.

4Des murs, 8 et 9, il ne reste que les profondes fondations maçonnées, larges de 0,60/0,65 m et arasées à NGF 21,26/21,19 m (fig. 50). Il s’agit de deux murs bâtis à angle droit, selon une inclinaison nord-nord-ouest/sud-sud-est (réseau B), et liés entre eux. Une inconnue subsiste pour la face orientale du mur 9 car il est possible qu’elle ait été en partie bâtie en élévation mais la conservation d’un mur postérieur, 18, n’a pas permis de s’en rendre compte.

Figure 50 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I

Figure 50 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I

En cours de fouille, les murs 1 et 5 (à dr.), 8 et 9 (au centre), 18 (à g.) et 13 (à l’arrière-plan) ; le trou de poteau (phase 2) est bien visible.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).

5Le mur 9 ne se poursuivait pas, vers le sud, au-delà du mur de la phase suivante, 13, et il faut restituer, pour cette interruption, une tête de mur (il ne faut pas tenir compte d’une autre tête de mur, en vis-à-vis, 14, qui n’est pas dans l’alignement).

6La fondation du mur 8 s’appuie, d’une manière nettement non orthogonale, contre le parement oriental du mur 5 établi à la phase 2.

Stratigraphie

7Les sols associés à ces murs ont disparu (pour des raisons inexpliquées) et seule subsiste une partie de la base des remblais (vers NGF 21,20 m) qui leur servaient de support (c.6), en particulier dans l’espace C. Au nord, deux fosses (fig. 51) ont été creusées (5bz et 5c) et définitivement scellées avec la mise en place de l’état suivant (voir phase 4 pour l’étude du matériel qu’elles contenaient, p. 85-86).

Figure 51 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I

Figure 51 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I

Les fosses 5c (à g.) et 5bz (à dr.) qui contenaient des déchets de l’artisanat du bronze. Le mur 1 (à dr.) est antérieur (phase 1) alors que la cloison 17 (fondation à l’arrière-plan qui repose sur le mur 2), et les murs 11 (angle au premier plan) et 12 (à g.) sont postérieurs (phase 4).
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).

Chronologie

8Elle repose sur seulement 263 tessons de céramiques et d’amphores.

9• Remblai c.6 (fig. 52)

Figure 52 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I (c.6)

Figure 52 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I (c.6)

Céramique culinaire africaine (113-115), sigillée du sud de la Gaule (116), sigillée italique (117-118), céramique à paroi fine (119-121), céramique commune engobée (122-127), céramique commune à pâte grise (128), céramique commune à pâte brune (129-130), céramique culinaire micacée varoise (131), céramique commune à pâte claire (132-133), verre (134), tabletterie (135) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

10Céramique culinaire africaine

- 113 : bord à lèvre amincie dont les surfaces sont à mi-chemin entre la culinaire africaine et la sigillée claire A2 ; la forme pourrait s’apparenter au type Hayes 14, ou 14/17, ou même 31 qui, en tant que telles, sont des productions relativement tardives ;

- 114 : bord de faitout Hayes 23B à bourrelet interne peu prononcé ;

- 115 : bord de marmite Hayes 197.

11Sigillée du sud de la Gaule

- 116 : bord d’assiette Drag. 18.

12Sigillée italique

- 117 : bord de type Consp. 18.2.

- 118 : estampille sur fond d’assiette, très incomplète mais probablement sur deux lignes, dans un cartouche rectangulaire encadré de filets, ---]ERI / ---

Avec les seules lettres partiellement conservées, de lecture douteuse de surcroît (le supposé E pourrait être un T et/ou le supposé R un B), l’identification de cette marque est difficile. Toutefois, en fonction de l’angle conservé et de la position dans le tesson, il s’agit probablement d’une estampille sur deux lignes, ce qui conduit à retenir M. VALERIVS EVHEMERVS (OCK 2316.1), de Pise, actif entre 10 av. et 10 apr., dont le cartouche contient, comme ici, un filet d’encadrement (Rivet 2005, no 18).

13Céramique à paroi fine

- 119 : bord et panse de gobelet hémisphérique italique à simple sillon de type Marabini 36 (Auguste-Tibère), à pâte brun orangé ;

- 120 : bord de gobelet hémisphérique hispanique de type Mayet 37, à décor sablé et engobe brun orangé métallescent ;

- 121 : fond plat de gobelet italique à pâte rouge orangé.

14Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 122 : bord de petite coupe à paroi verticale ;

- 123 : bord de coupe à paroi rectiligne oblique imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 5b) ;

- 124 : bord de coupe à lèvre en amande ;

- 125 : bord de coupe à lèvre en amande, engobe à reflets métallescents ;

- 126 : bord de coupe à lèvre en amande ;

- 127 : goulot de balsamaire.

15Céramique commune à pâte grise

- 128 : bord d’olla, sans anse conservée.

16Céramique commune à pâte brune

- 129 : bord de plat à paroi verticale et lèvre à bourrelet interne ;

- 130 : bord de marmite à lèvre étirée vers l’extérieur.

17Céramique culinaire micacée varoise

- 131 : plat (44 fr.) de forme 2 (Rivet 1982), sans préhension conservée.

18Céramique commune à pâte claire

- 132 : bord de pot, les anses n’étant pas conservées ;

- 133 : bord de coupe à listel dont le versoir n’est pas conservé.

19Verre

- 134 : paroi de gobelet à décor figuré soufflé dans un moule, de forme AR 31 (Claude/Néron jusqu’à Trajan) ; verre moulé monochrome, bleu-vert clair.

20Tabletterie

- 135 : couvercle de pyxide ; trou central, face inférieure plane, face supérieure creusée de trois gorges concentriques (rondelle : Béal 1983, pl. LVIII, no 1220).

21Commentaire sur la chronologie. L’originalité du bord no 113 par rapport à son classement, qui ressortit aussi bien à la sigillée claire A qu’à la céramique culinaire africaine, et la difficulté de le rattacher à une des formes de la typologie, rendent difficile sa prise en compte et, dans le cas d’un rapprochement avec la forme Hayes 14 ou 14/17, imposerait une chronologie d’apparition soit au début ou au milieu du IIe siècle (Hayes 14A/Lamb. 3a), soit après le milieu de ce même siècle (Hayes 1972, p. 39 et 41 ; Carandini, Tortorella/Atlante 1981, p. 32 et 34) ; ce serait alors l’élément le plus récent de ce dépôt mais il se trouve également que ce tesson, trouvé en surface, est porteur d’un indice de confiance très modéré.

22Parmi les autres céramiques, le bord de céramique culinaire africaine (no 114) renvoie au début du IIe (Hayes 1980, p. 48), voire à la fin du Ier siècle. La période d’apparition des céramiques culinaires africaines est maintenant mieux admise et il est reconnu qu’elles sont déjà bien diffusées dès la deuxième moitié du Ier siècle (Aguarod Otal 1991, p. 267). Le reste du matériel, souvent résiduel, semble en accord avec l’époque de Tibère-Claude.

Interprétation

23Avec ce remaniement dans les constructions, on se trouve en présence d’un phénomène exceptionnel : un mur lié au mortier, 8, vient s’appuyer contre un mur en pierres liées à l’argile, 5, appartenant à l’état antérieur mais toujours en service. En outre, le retour du mur 8 vers le sud, 9, emprunte l’alignement de la façade du cardo maximus et constitue ainsi un artifice pour les bâtis antérieurs situés en arrière. À l’époque flavienne, c’est donc, sans doute une fois encore, un remodelage radical qui s’opère en investissant des constructions bâties sur des murs liés à l’argile et non orientés dans le schéma directeur du quartier (réseau A) et la nécessité d’une reconstruction de fond en comble pour la frange des habitats qui s’étendaient vers l’ouest. Le nouveau schéma d’urbanisme conduit à constater une modification dans les limites de propriété.

24La lecture du plan, qui reste largement incompréhensible pour les contours des bâtiments, engage un autre commentaire : on ne peut pas rattacher aux deux nouveaux murs un vis-à-vis au nord, ce qui permet de confirmer l’hypothèse d’un espace ouvert, en C et A/B. En revanche, vers le sud, il y a tout lieu de penser que le mur 10 (voir infra) ferme une salle, E, sur laquelle on ne dispose d’aucune information, aucun sol, non plus, n’ayant été discerné.

25Dans l’espace ouvert, au nord, en A/B, la nature des déchets récupérés dans le comblement des deux fosses (5bz et 5c) donne un indice sur le type de l’activité développée entre les règnes de Vespasien et de Trajan/Hadrien, sinon en ce lieu mais du moins à proximité : à la fois une activité artisanale liée au travail du métal et, en particulier, celui du bronze (voir annexe p. 165) avec un atelier qui pouvait s’étendre vers le nord, au-delà de la limite de fouille.

Secteur II

26Seule l’aire méridionale, au sud du mur 10, a été fouillée et procure, pour cette période, des informations sur un égout collecteur de grand gabarit (b) ainsi que sur l’apparence de la surface du substrat.

Architecture

27• Le mur 10

Tel qu’il apparaît, le mur 10, large de seulement 0,42 m, est construit en fondation pour le côté nord ; pour la face sud, il montre, en surface (arase à NGF 20,92 m), une limite rectiligne (fig. 53) ; l’observation ne peut aller au-delà puisqu’il est doublé au sud dans la période suivante mais on doit sûrement restituer un parement construit en élévation, une technique cohérente dans la mesure où ce mur domine, au sud, un espace ouvert en contrebas, F (sol autour de 19,30 m).

Figure 53 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II

Figure 53 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II

Appuyés contre le pilier, les murs 14 (à g.), 15 et 19 (à dr.), 10 et 16 (au premier plan) ; on devine l’égout d (à g.).
Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1979).

28• L’égout collecteur (b)

Aménagé en tranchée dans le rocher, bordé de deux piédroits en moellons maçonnés, cet égout collecteur présente un canal large de 0,50 m et était couvert de dalles (vers 19,60 m) qui se sont effondrées pour la plupart, provoquant des désordres stratigraphiques (fig. 54). De direction nord-ouest/sud-est, il se prolonge vers le nord-ouest, en s’engageant sous le(s) mur(s) 10/16, et rejoint, au sud-est, dans le secteur IV, le collecteur (a).

Figure 54 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II

Figure 54 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II

Le pilier (au fond à dr.) contre lequel s’appuient le mur 16 (à g.) et les murs 15 et 19 ; l’égout b privé de sa couverture.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1979).

29• L’égout (d)

Dans l’espace central, au nord du mur 10, on ne sait rien de l’égout de gabarit domestique construit en tegulae (radier vers NGF 20,80/20,90 m) sinon qu’il sera mis hors d’usage par la construction d’un mur de façade postérieur, 14.

Stratigraphie et chronologie

30Directement établie sur le rocher, au profil irrégulier (NGF 19,15/19,20 m) et creusée de quelques petites fosses, une couche argilo-sableuse violacée recouvrait une des dalles de couverture du collecteur b (c.5) mais est surtout conservée au sud de cet égout (c.5a et 5b). Au nord de l’égout, cette couche (c.5) lui est donc postérieure mais peut aussi contenir du matériel plus récent que celui de la période de son établissement, ce qui invite, sans hésitation et en définitive, à la rattacher à la phase suivante.

Interprétation

31On verra, infra, que l’espace qui s’étend au sud du mur 10, F, en contrebas d’environ 1,60 m, était vraisemblablement aménagé en aire dallée. Quant à l’espace central, E, l’absence de fouille interdit toute tentative de conclusion sur sa destination.

Secteur III

32L’installation d’un égout collecteur dans l’emprise de la chaussée de la rue a pour conséquence de rehausser sensiblement les niveaux de circulation dans celle-ci ainsi que sous le portique.

Architecture

33C’est la conjonction de la chronologie relative et d’une chronologie absolue qui conduit à inscrire dans cette phase la construction d’un égout collecteur de grand gabarit.

34• L’égout collecteur (a)

À peu de distance de la colonnade, 0,75 m vers l’ouest, est construit dans la chaussée, en tranchée étroite, un égout collecteur dont l’emprise occupe une largeur de 1,50 m ; son extrados est plat (arase à NGF 20,00 m au droit de la colonne), constitué de pierre et maçonnerie (fig. 55). Les piédroits du canal sont soigneusement montés en petit appareil et la couverture interne est en forme de bâtière, maçonnée sur couchis. Les dimensions du conduit sont les suivantes : largeur : 0,70 m ; hauteur : 1,24 m.

Figure 55 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III

Figure 55 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III

Au premier plan, extrados plat de l’égout collecteur (a) et, à l’arrière, extrados voûté en tuiles de l’égout (g, phase 5) éventré, appuyé contre la colonnade.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1982).

35Par le canal, cet égout a pu être suivi, vers le nord, sur une quinzaine de mètres : il n’est pas rectiligne et s’infléchit légèrement vers l’ouest ; vers le sud, il se poursuit dans le secteur IV.

36• L’égout (c)

Contemporain ou postérieur à ce collecteur (a), un autre égout, (c), le rejoint par l’est, venant du nord ; à cette jonction, un regard est obturé par une dalle. Vu uniquement par une reconnaissance à l’intérieur du conduit, son calibre est plus réduit, la largeur du canal oscillant entre 0,38 et 0,44 m ; la couverture, plate, est confectionnée à partir de dalles de dimensions importantes, généralement 1 m ou 1,50 m de long. On suit ce canal sur une quinzaine de mètres, deux coudes successifs lui permettant de prendre un tracé plus ou moins parallèle à celui du collecteur (a).

37• Niveau de circulation de la chaussée

Les égouts étant établis, les terres extraites des tranchées creusées pour leur installation sont épandues et des niveaux de circulation aménagés. D’ouest en est, ce que l’on perçoit du profil de la chaussée, figé à la veille d’autres travaux ou réfections, consiste en une bande surélevée (NGF 20,94 m), au long du bâtiment occidental (A/C/E) puis, jusqu’à la colonnade, en une zone déprimée, sub-horizontale (20,68 m), peut-être marquée par un léger talus central.

38• Niveau de circulation sous le portique

Seul un fort remblai d’argile violacée (c.6g) subsiste, parfaitement horizontal (NGF 20,48 m), aucun niveau de circulation n’ayant été reconnu (ce qui ne manque pas d’interroger).

Stratigraphie

39• Collecteur (a)

L’égout collecteur étant construit dans une tranchée étroite, on suppose que la butte d’argile violacée compacte, présente à l’ouest (non fouillée), constituait une partie des terres extraites ; il est probable que l’argile violacée compacte (c.6f) procède de la même origine et qu’elle a été ensuite rabattue sur l’extrados.

40• Niveaux de la chaussée

C’est une surface extrêmement compacte (c.6a : ménisque de terre marron compacte reposant sur une fine pellicule de poudre de grès ; c.6b : argile violacée compacte et terre sablonneuse mêlée à de la chaux décomposée), constituée d’un mélange de terre et gravillon incluant des fragments de céramiques concassées et reposant sur une alternance de recharges et de remblais compactés (c.6c à 6e) qui pourraient être les témoins d’autant de niveaux de circulation mais que le matériel céramique, relativement homogène, incite à réunir en une seule réalité, aucun niveau intermédiaire n’ayant été nettement individualisé (6c : terre jaune ; 6d : argile violacée compacte ; 6e : terre marron mêlée à des nodules d’argile violacée et à de la pierraille reposant directement sur le substrat).

41• Niveau sous le portique

Un épais remblai d’une cinquantaine de centimètres (c.6g), constitué d’une argile violacée très compacte, mêlée à des blocs de grès, sans doute consécutivement à l’extraction des terres de la tranchée d’installation du collecteur (a), couvre désormais l’intérieur du portique. Sa surface est parfaitement horizontale mais dépourvue du moindre niveau de circulation.

Chronologie

42On dispose de 600 tessons de céramiques et amphores pour les remblais de la chaussée alors que les niveaux de circulation en fournissent 416 (fig. 20).

43• Chaussée : remblais c.6e/6f (fig. 56-58)

Figure 56 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Figure 56 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Sigillée du sud de la Gaule (136-137), sigillée italique (138-150), céramique culinaire italique (151), céramique à paroi fine (152-153), céramique commune engobée (154), imitation de sigillée (155), céramique commune à pâte grise (156-159), céramique commune à pâte brune (160-164) (dessin L. Rivet).

Figure 57 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Figure 57 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Céramique culinaire micacée varoise (165), céramique commune à pâte claire (166), amphore (167-173), bronze (174)
(cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

Figure 58 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Figure 58 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)

Tabletterie (175-176) : ornements de pied de lit (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

44Sigillée du sud de la Gaule

- 136 : bord de forme Drag. 37 ;

- 137 : fr. de marli à feuille d’eau de forme Drag. 35.

45Sigillée italique

- 138 : bord guilloché de coupe campaniforme Consp. 15.1 (service III, essentiellement entre 15 av. et 15 apr.) ;

- 139 : bord guilloché (2 fr.) de coupe Consp. 15.1 ;

- 140 : bord d’assiette Consp. 18.2 (deuxième moitié de l’époque augustéenne-Tibère) ;

- 141 : bord d’assiette Consp. 20.1 (bien attestée à Haltern) ;

- 142 : bord d’assiette Consp. 20.3 ;

- 143 : bord de coupe tronconique Consp. 22.1 ;

- 144 : bord guilloché de coupe Consp. 22.1 ;

- 145 : fond de coupe (5 fr.) ;

- 146 : fond de plat ;

- 147 : fr. de panse de calice décoré d’un rang d’oves ;

- 148 : fr. de haut de panse de calice décoré d’un rang d’oves ;

- 149 : estampille sur fragment épais, vraisemblablement d’assiette ou de plat, dans un cartouche rectangulaire, incomplète, ATEI lig. ATE

Estampille proche de OCK 268.88 de Pise (Rivet 2005, no 4) ;

- 150 : estampille sur fond de coupe, dans un cartouche à extrémités arrondies, ATEI, lig. AT ou, plus vraisemblablement, TE

Avec une ligature AT, la graphie de cette estampille d’ATEIVS est comparable à OCK 268.52 de Pise ; avec ligature TE, OCK 268.64 et suiv., également de Pise (Rivet 2005, no 6).

46Céramique culinaire italique

- 151 : marli de marmite de type Halten 56 (2 fr.).

47Céramique à paroi fine

- 152 : bord de gobelet italique proche de la forme Marabini 32, à pâte beige orangé contenant des paillettes de mica doré ;

- 153 : bord de gobelet italique (2 fr.) peut-être proche de la forme Marabini 8, à pâte fine rouge et surface lisse flammée.

48Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 154 : bord de coupe (Rivet 2002, forme 5b) ;

- 155 : modiolus imitant une forme de sigillée (28 fr.) ; la lèvre, bifide et moulurée, surmonte une panse décorée d’une frise de guillochis au-dessus d’une zone peignée (Rivet 2009, forme ITS 16).

49Céramique commune à pâte grise

- 156 : bord d’olla à une (ou deux ?) anse plate ;

- 157 : bord d’olla à lèvre aplatie (2 fr) ;

- 158 : bord à lèvre aplatie vers l’extérieur ;

- 159 : bouton de couvercle découpé à la ficelle.

50Céramique commune à pâte brune

- 160 : bord d’olla à lèvre aplatie et épaissie (2 fr.) ;

- 161 : bord d’olla à une anse plate (3 fr.) ;

- 162 : bord de couvercle à lèvre redressée (8 fr.) ;

- 163 : bord d’olla à lèvre aplatie vers l’extérieur ;

- 164 : fond plat.

51Céramique culinaire micacée varoise

- 165 : bord d’olla (Rivet 1982, forme 20) ;

52Céramique commune à pâte claire

- 166 : bord éversé à gorge interne d’un pot vraisemblablement pourvu d’une anse.

53Amphore

Gaule

- 167 : lèvre de Dr. 2-4 de production locale ou régionale ;

- 168 : lèvre de Dr. 2-4 (2 fr.) ;

- 169 : lèvre à bandeau saillant (dérivée des Dr. 28), de production locale ou régionale ;

- [non ill.] : anse plate à sillon central en pâte micacée des ateliers de Marseille.

Espagne

- 170-171 : lèvres de Pascual 1 de Tarraconaise ;

- 172 : pointe de Dr. 20 de Bétique ;

- 173 : pointe de type indéterminé.

54Bronze

- 174 : patte de bovidé correspondant peut-être à une amulette.

55Tabletterie

  • 1 Je remercie Philippe Columeau, Cnrs-Centre Camille Jullian, pour cette détermination.

- 175-176 : deux plaquettes sculptées réalisées dans un os de bœuf (adulte mâle), vraisemblablement un humérus plutôt qu’un métapode1. Les deux éléments portent un décor végétal en bas-relief de feuilles d’acanthes superposées, les faces inornées étant légèrement incurvées. L’élément qui conserve à une de ses extrémités, une bordure moulurée au tour, a un profil tronconique, l’autre (dont une extrémité a brûlé à 600°C) un profil cylindrique.

56Commentaire sur la chronologie. C’est essentiellement sur quelques tessons de sigillée de La Graufesenque que repose la datation de la constitution de ce remblai. Les deux éléments datants (nos 136 et 137) sont cependant très minoritaires et, en particulier, ne sont pas accompagnés d’autres fragments de sigillée du sud de la Gaule, même de production plus ancienne, ce qui est surprenant ; ils apportent un terminus ante quem non relativement imprécis puisqu’on ne sait toujours pas exactement quand commence la commercialisation des Drag. 35-36 et des Drag. 37, peut-être vers la fin des années 60, sûrement dans les années 70.

57Les formes de sigillée italique, dans ce contexte, semblent résiduelles et se rapporter essentiellement à la période augusto-tibérienne. Dans le cadre des céramiques d’imitation, en pâte claire à vernis argileux non grésé, le modiolus (no 155) est une pièce assez exceptionnelle, typique du Ier siècle, que l’on compte en petit nombre aussi bien en céramique (sigillée italique, forme Consp. R3) qu’en verre (Isings 37b) ou en argent (en particulier dans les « trésors » d’argenterie de Campanie).

58C’est aussi dans ce contexte que s’inscrit la découverte des plaques de tabletterie (nos 175 et 176) qui sont bien connues dans toutes les régions de l’Empire, en particulier à l’époque augustéenne, comme appartenant au décor des lits, souvent funéraires car retrouvés en contexte d’incinérations. Les pieds de lits en bois étaient couverts, par collage, de ces décors juxtaposés en os. En Gaule, on les trouve principalement dans la vallée du Rhône et on peut mentionner, par exemple, ceux de Vindonissa (Faust 1992), de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bel 2002, p. 158 et sq., 207 et sq.), de Cucuron (Béal 1991) ou d’Arles (Béal 1986, p. 115). À Fréjus même, il en a été trouvé dans la nécropole de Saint-Lambert (Béraud, Gébara 1986). Les découvertes sont abondantes en Italie et, parmi les plus récentes, citons les pièces de l’une des tombes (« tomba 50 di Opaco ») de la nécropole de Santa Scolastica à Norcia (province de Perugia), exposées au musée de Spolète (Letta 1984, IIe-Ier s. av.), celles de la nécropole de Quadrella à Isernia, Molise (Ciani 1997, p. 242-245, fin du Ier s. av.) ou celles de la nécropole de San Lorenzo à Crémone (Bianchi 2000, Ier s. av.).

59Les deux fragments sont ici probablement en situation résiduelle.

60Ce serait donc dans les années 65-70, ou un peu plus tard, que se placerait l’aménagement de l’égout collecteur (a).

61• Chaussée : sols c.6a/6b/6c (fig. 59 et 60)

Figure 59 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)

Figure 59 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)

Céramique culinaire africaine (177), sigillée italique (178-183), lampe (184-185), céramique commune engobée (186), céramique commune à pâte grise (187-188), céramique commune à pâte brune (189-191) (cliché et dessin L. Rivet).

Figure 60 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)

Figure 60 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)

Céramique commune à pâte claire (192-195), mortier italique (196), amphore (197-199), mortier en grès (200), bronze (201-202) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).

62Céramique culinaire africaine

- 177 : bord de plat à cuire Hayes 23B.

63Sigillée italique

- 178 : bord d’assiette (2 fr.) à paroi oblique légèrement courbée creusée d’une gorge externe sous la lèvre ; la pâte est semblable à celle de La Graufesenque mais on sait qu’un groupe italique s’en rapproche. Vraisemblablement une forme Consp. 3 bien connue pour sa production tardive ;

- 179 : bord d’assiette Consp. 3 à sillon creusé sur le plan supérieur de la lèvre ;

- 180 : bord se rapportant vraisemblablement à une coupe cylindrique Consp. 28.1.1 produite durant la première moitié du Ier s. ;

- 181-183 : fragments de décor sur panses de calices.

64Lampe

- 184 : fr. de type Deneauve IVA à canal traversant le marli dans le prolongement du bec ; engobe brun ;

- 185 : fr. de médaillon conservant le décor d’une jambière de gladiateur (proche de Bailey Q.764).

65Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 186 : fond de coupe sur pied annulaire (8 fr.) à couverte brun orangé métallescent.

66Céramique commune à pâte grise

- 187 : bord à profil en S d’olla à lèvre aplatie ;

- 188 : bord d’olla à épaule carénée, à col lissé et panse grattée, modelée/tournée.

67Céramique commune à pâte brune

- 189 : bord de jatte à lèvre épaissie ;

- 190 : bord de couvercle à lèvre redressée ;

- 191 : fond plat (2 fr.).

68Céramique commune à pâte claire

- 192 : bord de petite coupe basse ;

- 193 : bord de pot à lèvre en baïonnette (à anses, sans doute) ;

- 194 : fond plat de vase fermé ;

- 195 : bord de couvercle à lèvre aplatie en crochet vers l’intérieur.

69Céramique commune italique

- 196 : mortier italique de type II (Hartley 1973) au bec verseur incomplet (4 fr.).

70Amphore

Gaule

- 197 : lèvre en bandeau de type Bertucchi 6a à pâte micacée des ateliers de Marseille (2 fr.) ;

- 198 : lèvre en bandeau de type Bertucchi 6a à pâte micacée des ateliers de Marseille.

Italie

- 199 : lèvre de Dr. 1 ( ?), surface blanc crème.

71Pierre

- 200 : petit mortier en grès.

72Bronze

- 201 : clou en fer doté d’une tête ronde en bronze ;

- 202 : hameçon.

73Monnaie

M1

As : 6,20 g (inv. M.74).

Av. Tête à dr. ( ?).

R/ Complètement limé.

IIe siècle ( ?).

74Commentaire sur la chronologie. Situé au-dessus d’un ensemble qui contenait des éléments de sigillée du sud de la Gaule du début de l’époque flavienne, ce lot surprend par la quasi-absence de ces pièces de vaisselle (seulement 9 fr. informes). Certes, le bord de céramique culinaire africaine Hayes 23B (no 177), provenant de la couche de roulement (6a), couramment attribuée au IIe siècle (Tortorella/Atlante 1981, p. 217), doit désormais être considéré comme un produit diffusé, sinon dès la charnière des règnes de Néron-Vespasien (Aguarod Otal 1991, p. 267-268), du moins à partir des années 70-80 ; d’autres menus fragments informes de couvercles Hayes 196 ne contrarient pas une chronologie dans cette même période. Il faut ajouter que les deux sigillées italiques Consp. 3 (nos 178 et 179), d’une conception postérieure au milieu du Ier siècle, s’accordent également pour proposer une chronologie dans les décennies de l’époque flavienne. La monnaie supposée du IIe siècle à la suite d’une expertise « en aveugle » (sans connaissance de son contexte de découverte) et dont l’état de conservation ne permet pas une lecture fiable, doit être écartée des données chronologiques.

75Les céramiques les plus récentes de l’apport inférieur de remblai ayant été placées dans les années 65/70, ou après, on fixera autour des années 80, ou après, le rehaussement des niveaux de circulation, à moins que la totalité de ces travaux n’ait été effectuée lors d’une même phase.

76• Dans le portique : remblai c.6g

77Le matériel céramique issu du portique ne fournit pas d’indication intéressante pour la chronologie avec 5 fr. informes de sigillée italique et 3 fr. de céramique à paroi fine.

Interprétation

78Le paysage de la rue est notablement modifié à la suite de l’installation d’un réseau d’évacuation des eaux usées et pluviales, non par les aménagements eux-mêmes, puisqu’ils sont enterrés, mais par les effets qu’ils entraînent. Pour le portique H, par exemple, la surélévation des sols réduit notablement son volume en soustrayant la hauteur sous toiture d’une cinquantaine de centimètres. À l’ouest, le même exhaussement des niveaux modifie également la relation entre les bâtiments occidentaux et la rue.

79On soulignera que la c.6a est le plus ancien niveau de circulation aménagé pour la chaussée qui soit conservé dans cette partie du site, en G, à une cote nettement supérieure à celles des bases de colonnes du portique.

80Remarquons également que la rue, compte tenu de la pente, devait être régulièrement entretenue pour réparer les dégâts causés par le ravinement provoqué par les pluies : son profil et sa faible largeur constituent plus un lit pour les eaux pluviales qu’un véritable espace adapté à la circulation charretière. La voûte plate de l’égout (a) fait l’objet d’un colmatage ponctuel (fig. 61).

Figure 61 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III

Figure 61 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III

Colmatage d’une brèche (sous la mire) dans la voûte plate de l’égout (a) [comparer avec la fig. 55].
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1982).

81Sous le portique, la parfaite horizontalité des sols suggère la pose d’un dallage qui aurait été récupéré, sans réelle possibilité de réponse à cette hypothèse gratuite.

82Il n’y a peut-être pas lieu de s’appesantir sur le fait que l’égout collecteur (a), à l’inverse de ce qui se constate, par exemple, dans le cardo secondaire reconnu au Clos de la Tour (Rivet et al. 2000, p. 118), n’est pas au centre de la rue ou de la chaussée ; les égouts, enfouis, répondent à d’autres priorités que celle de la symétrie et, ici, on a fait en sorte de ne pas accoler l’installation à la colonnade préexistante.

Secteur IV

83À partir de données souvent insuffisantes, nous sommes amenés à proposer quelques restitutions archéologiques qui n’étaient pas apparues pendant la fouille, en nous appuyant essentiellement sur la logique des enchaînements architecturaux.

Architecture

84Comme au nord, en secteur III, les équipements consistent en l’aménagement d’un réseau d’égouts mais la spécificité du secteur réside dans l’établissement d’un dallage dans la seule partie sud du site, en K. Dans la zone orientale du secteur IV, en L, en revanche, pas le moindre vestige ou indice du portique reconnu au nord.

85• L’égout collecteur (a)

Ce segment du collecteur (a), établi sous la rue, présente des caractéristiques sensiblement différentes de celles du tronçon mis au jour en secteur III, dans le prolongement (fig. 62) : si l’extrados est également plat et maçonné (arase à NGF 19,38 m au sud de la partie fouillée), à base de pierraille, avec une largeur hors œuvre identique (1,50 m), le canal semble plus étroit (0,62 m) et la couverture intérieure est voûtée en plein cintre (et non plus en bâtière). Un regard était aménagé et devait être couvert d’une grille d’évacuation ; cette bouche semble avoir servi longtemps, avec des écoulements qui ont créé aux abords, dans les surfaces de circulation successives, un système de rigoles plus ou moins naturelles.

Figure 62 - Phase 3, secteur IV

Figure 62 - Phase 3, secteur IV

Niveau de circulation de la chaussée (c.6) à proximité du mur de façade 15 (à g.) sur le cardo maximus et extrados plat de l’égout collecteur nord-sud (a) à dr.
Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).

86• L’égout collecteur (b)

Issu du secteur II, à l’ouest, ce collecteur, pourvu de deux piédroits maçonnés en moellons, large de 0,50 m et profond d’une quarantaine de centimètres (radier à NGF 19,01 m), est couvert de dalles et rejoint le collecteur (a) d’utilité publique.

87• Un dallage

Au sud du site, en K, les restes d’un dallage en grès ont été retrouvés sur l’emprise de la rue mais la fouille n’a pas été conduite sous celui-ci, nous privant ainsi d’une indication objective sur sa chronologie, même s’il est vraisemblable qu’il était agencé directement sur le substrat (fig. 63). On compte une dizaine de dalles, aux surfaces et bords usés, dont une est très hypothétique car supposée à partir de traces en négatif, dans le secteur II, c’est-à-dire là où un bâtiment sera établi par la suite ; il s’agit d’une empreinte quadrangulaire repérée à un niveau sensiblement inférieur. Les dimensions de ces dalles sont variables, entre 0,50 m et 0,85 m (0,50 x 0,60 m, 0,55 x 0,65 m, 0,55 x 0,80 m, 0,60 x 0,65 m, 0,80 x 0,85 m). Pour raisonner, on dispose de leurs niveaux de surface, autour de NGF 19,55/19,60 m, sauf pour les trois observées à l’ouest qui s’établissent entre 19,22 et 19,32 m. Ces vestiges démontrent indubitablement qu’un espace était dallé, apparemment sur deux niveaux, mais on manque d’argument pour déterminer les limites originelles de cette aire.

Figure 63 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV

Figure 63 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV

Mur de façade 15 (à g., phase 4) dans l’alignement du cardo maximus, dallage (au sud) et niveau de circulation (au nord) séparés par trois blocs.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1980).

88• Niveau de circulation de la chaussée

Au nord du dallage et sur une partie des surfaces fouillées, épargnées par plusieurs perturbations postérieures (fosses correspondant à des effondrements d’égouts, érosions dues à des écoulements de surface, travaux de colmatages), une séquence de niveaux de circulation et de recharges très semblable à celle reconnue plus au nord (secteur III) a été mise en évidence, en correspondance avec le niveau du dallage ; comme au nord, elle est consécutive au rabattement des terres extraites de la tranchée de construction du collecteur (a) et à l’apport de remblais extérieurs.

89Le niveau de circulation (environ NGF 20,00 m), nettement incliné de l’ouest vers l’est, est constitué d’un cailloutis très compact, violacé (c.5e/5f) reposant sur une succession de remblais. Le problème est que ces mêmes niveaux ne se retrouvent pas dans le secteur II où, à l’Antiquité tardive, l’espace a été quasi intégralement excavé.

90• Niveau de circulation, à l’est

À l’est du collecteur (a), il n’a pas été repéré un niveau net de circulation mais une surface caillouteuse apparaît cependant dans la continuité de celle observée à l’ouest du collecteur.

Stratigraphie

91À l’ouest du collecteur (a), en J, le cailloutis (c.5e/f) s’appuie sur une succession de remblais et de recharges (c.5g, 5i, 5j) tantôt composés d’argile violacée, de terres noirâtres et, par endroits, de langues sableuses. Nul doute que cette stratigraphie illustre plusieurs séquences de niveaux et de réfections, avec cependant un matériel céramique relativement homogène du point de vue de la chronologie.

92À l’est, en L, l’épiderme du remblai (c.5c) peut être considéré comme un niveau damé, équivalent au cailloutis précédent, le remblai se bornant à niveler les irrégularités du substrat dans lequel ont été creusées des fosses (c.5d1, 5d2).

93Un contexte particulier est à mentionner, en J-K, celui d’une butte d’argile violacée (c.6), sous les niveaux dont il vient d’être fait état, argile qui recouvre partiellement le collecteur (b) et qui ne contient que du matériel ancien, fragmenté mais recollable, en particulier des sigillées italiques (69 fr.) ; ces terres semblent avoir été extraites en profondeur, pour une raison qui échappe (tranchée d’installation d’un des égouts collecteurs ?), et abandonnées là, en tas.

94• Butte d’argile (en J), c.6 (fig. 64)

Figure 64 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.6)

Figure 64 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.6)

Sigillée italique (203-207), céramique à paroi fine (208-210), céramique à engobe interne rouge pompéien (211), céramique culinaire italique (212), céramique commune à pâte grise (213), céramique commune à pâte brune (214-215), céramique commune à pâte claire (216), amphore (217-218) (dessin L. Rivet).

95Sigillée italique

- 203 : bord de coupe campaniforme (9 fr.) à lèvre pendante peu détachée de la paroi (forme du Service Ib caractéristique de l’horizon Dangstetten-Oberaden mais aussi de Rödgen), forme Goud. 16/18/Consp. 14.1.4 ; la paroi de la panse, ici, paraît excessivement inclinée ;

- 204 : coupe tronconique (6 fr.) à rebord vertical, concave, finement mouluré, forme Goud. 27/Consp. 22.1.1 (service II, la création de la forme est attestée dès l’horizon Oberaden-Rödgen, soit à partir de la deuxième décennie av. n.è., mais la paroi rectiligne de la panse renvoie à une évolution tardo-augustéenne du type : Von Schnurbein 1982, taf. 40) ;

- 205 : coupe tronconique (2 fr.) à rebord vertical, concave, d’une variante du service II (Halt. 8) non précisément répertoriée dans la famille Goud. 27/Consp. 22, avec rebord cambré sans sillon médian sur la face interne et courbure de panse concavo-convexe du service II (forme Consp. 22.5 ?). Pas de comparaison avec les profils des exemplaires de Haltern (bien qu’on puisse trouver des similitudes dans Von Schnurbein 1982, taf. 97, n812) ou de Novaesium (idem avec Ettlinger 1983, taf. 42, no 5) ;

- 206 : bord de coupe à paroi bi-convexe de forme Goud. 32b/Consp. 31.1 (fin Auguste-début Tibère) ;

- 207 : bord et carène d’une assiette en sigillée à pâte fine granuleuse, vernis argileux non grésé, orange ; il pourrait s’agir (rens. M. Bonifay) d’une production de la baie de Naples (identifiée par erreur en 1985 par P. Kenrick comme de la « Tripolitan Sigillata », voir Kenrick 1985, fig. 53).

96Céramique à paroi fine

- 208 : bord de gobelet hémisphérique italique de forme Marabini 36 (Auguste-Tibère) ;

- 209 : bord de gobelet italique de forme Marabini 5 ;

- 210 : col, épaule et fond de balsamaire piriforme.

97Céramique à engobe interne rouge pompéien

- 211 : plat à lèvre arrondie (17 fr.) de forme Goud. 15 ;

98Céramique culinaire italique

- 212 : bord de couvercle à lèvre redressée.

99Céramique commune à pâte grise

- 213 : olla à ouverture étranglée et lèvre bifide, sans préhension conservée ; la pâte est micacée.

100Céramique commune à pâte brune

- 214 : bord d’olla pourvu d’une anse ;

- 215 : fond plat d’olla.

101Céramique commune à pâte claire

- 216 : bord de coupe à listel ayant conservé la trace d’un versoir.

102Amphore

Gaule ?

- 217 : lèvre de type Dr. 2-4 ( ?) à pâte brun orangé, feuilletée et granuleuse, micacée, surface rouge clair ; production du sud de la Gaule (Narbonnaise orientale ?).

Afrique

- 218 : lèvre (2 fr.) d’amphore à huile de Tripolitaine ancienne, de type Dr. 26 (Sciallano, Sibella 1994, rubrique « amphore de Tripolitaine ancienne »), à pâte brun-rouge clair, surface brun-rouge clair, granuleuse, abondamment pourvue en quartz éolien (Bonifay 2004, p. 101 et fig. 52, type 13).

103Commentaire sur la chronologie. Cet ensemble homogène de 147 tessons (fig. 21) comporte une série de sigillées italiques dont les pièces les plus récentes paraissent correspondre à la période fin Auguste-début Tibère ; elles sont accompagnées des habituelles céramiques italiques à paroi fine et des céramique culinaires de même provenance, ainsi que de productions locales en pâtes sombre (la forme d’olla no 213 a déjà été rencontrée dans la fosse 7f du secteur I, no 106) et claire (même commentaire pour la coupe-mortier no 216 avec les vases nos 109 et 110 de la fosse 7f).

104Il faut souligner la présence d’une sigillée de type italique (no 207), peut-être issue des ateliers de l’aire flégréo-napolitaine, de chronologie comparable à celle des autres centres de production (Soricelli 1987, p. 107-122) ; justement, le profil du bord trouve une parfaite comparaison avec un bord issu des fouilles de Sidi Khrebish/Benghazi, publié à l’époque sous l’appellation fautive de « Tripolitanian Sigillata » (Kenrick 1985, p. 289-290 et fig. 52, no 407.2). Le profil de cette assiette se place dans la lignée des productions précoces de forme Goud. 1 et appartient également aux catalogues d’ateliers établis dans le sud de la Gaule qui se sont activés dans la production d’« imitations » d’une vaisselle aux formes élémentaires (Bram, Narbonne, Lyon, Saint-Romain-en-Gal, voir Rivet 2009b).

105Un deuxième objet, l’amphore à huile de Tripolitaine (no 218), doit être mis en exergue et vaudrait aussi de voir confirmer sa provenance et son évolution typologique puisque ses antécédents circulent à partir du IIe siècle avant notre ère, ce type de lèvre semblant se retrouver sur des exemplaires du dépotoir de La Longarina clos vers 12 de notre ère (Hesnard 1980, p. 148 et pl. VI, 4).

Chronologie

106À l’ouest du collecteur (a), on dispose d’un ensemble de remblais et de recharges dont l’épiderme constitue le dernier niveau de circulation. À de rares exceptions, le matériel céramique (74 fragments) est très concassé (fig. 21).

107• Remblais et recharges (en J), c.5i/5j (fig. 65)

Figure 65 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.5i/5j)

Figure 65 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.5i/5j)

Sigillée du sud de la Gaule (219-226), sigillée italique (227-230), céramique à paroi fine (231), céramique plombifère (232), céramique à engobe interne rouge pompéien (233-234), céramique culinaire italique (235-236), céramique commune engobée (237-239), céramique commune à pâte brune (240-241), céramique culinaire micacée varoise (242), céramique commune à pâte claire (243-245) (dessin L. Rivet).

108Sigillée du sud de la Gaule (24 fr.)

- 219 : fr. de marli à feuilles d’eau de forme Drag. 35 ;

- 220-224 : fr. décorés de Drag. 37 dont plusieurs sont empâtés ;

- 225 : fond de Drag. 29 dont l’estampille n’est pas conservée ;

- 226 : fond d’assiette de forme Drag. 4/22 ;

- [non ill.] : 1 fr. de bord Drag. 27, 1 Drag. 18 et 2 Ritt. 8.

109Sigillée italique

- 227 : coupe campaniforme à lèvre pendante, peu détachée de la paroi, proche de la forme Goud. 18/Consp. 14.2.2 (forme du service Ic dominante dans l’horizon Dangstetten-Oberaden) ; ici, la face interne de la lèvre, sous un petit sillon, est peu concave ; sur la panse, le sillon externe est placé haut, à moins de 1 cm sous la lèvre ;

- 228 : bord guilloché d’une forme peut-être à rapporter au type Consp. 33.1 (Auguste-Tibère) ;

- 229 : bord appartenant vraisemblablement à un balsamaire/ungentarium ;

- 230 : estampille sur fond de coupe, dans un cartouche rectangulaire bordé d’un filet supérieur interne, ATEI

Estampille d’ATEIVS dont la graphie (OCK 268.39) pourrait correspondre à l’atelier de Pise, actif entre -5 et +25 (Rivet 2005, no 3).

110Céramique à paroi fine

- 231 : gobelet hémisphérique italique de forme Marabini 36 (Auguste-Tibère), à pâte brun-gris et surface granuleuse.

111Céramique plombifère

- 232 : anse pseudo-bifide, pâte ivoire, vernis jaune olive, vraisemblablement issue des ateliers du centre de la Gaule (Vichy et Saint-Rémy-en-Rollat), actifs à l’époque Claude-Néron.

112Céramique à engobe interne rouge pompéien

- 233 : bord de plat de forme Goud. 15 ;

- 234 : bord de plat de forme Goud. 17.

113Céramique culinaire italique

- 235 : bord de marmite (caccabus) à rebord horizontal (Haltern 56) ;

- 236 : bord de marmite à rebord horizontal (Haltern 56).

114Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 237 : bord de coupe imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 5b) ;

- 238 : fond de coupe sur pied annulaire ;

- 239 : goulot de balsamaire.

115Céramique commune à pâte brune

- 240 : bord de casserole de forme peut-être inspirée du catalogue des céramiques culinaires africaines (forme Lamb. 10/Hayes 19) et des productions de Méditerranée orientale ;

- 241 : fond plat de pot ou d’olla.

116Céramique culinaire micacée varoise

- 242 : bord de jatte ou d’olla.

117Céramique commune à pâte claire

- 243 : bord de coupe à listel dépourvu de son versoir ;

- 244 : bord de grande coupe (8 fr.) à lèvre en amande et anses appliquées ;

- 245 : goulot à lèvre moulurée de vase à liquide.

118Monnaie

M2

PB de Marseille : 0,95 g (inv. M.3).

Av. Tête à dr.

R/ Taureau cornupète.

De la Tour cf. 2179 etc.

Période M.

119Commentaire sur la chronologie. Ce premier regroupement de niveaux de circulation et de leurs supports, dont la différenciation à la fouille fut aléatoire (alors que les coupes stratigraphiques en donnent une vision idéalisée telle qu’elles sont lisibles dans les bermes), les uns et les autres ne dépassant pas 10 à 15 cm d’épaisseur, livre plusieurs fragments de sigillées du sud de la Gaule d’époque flavienne (nos 219 à 224). Si l’absence de sigillée claire A est à prendre en compte, on doit s’étonner de ne rencontrer aucun témoin de céramiques culinaires africaines, habituellement bien représentées dans ce type d’horizon à Fréjus, démontrant ainsi que le panel est incomplet. Les reliefs empâtés des sigillées moulées incitent à proposer une datation dans les deux premières décennies du IIe siècle.

Interprétation

120La restitution d’un dallage à cette époque (fig. 66) est essentiellement basée sur la chronologie relative et sur la cohérence entre celui-ci et les niveaux de cailloutis organisés à peu de distance, au nord, qui procurent indirectement les éléments de datation.

Figure 66 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV

Figure 66 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV

Dallage conservé au sud du cardo maximus (zone K) ; les restes d’un muret élevé directement sur deux des dalles, dans une direction en correspondance avec celle de la voie, sont un aménagement ponctuel postérieur inexpliqué.
Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1980).

121Vers l’est, en L (fig. 67), où les deux seules dalles connues se placent dans l’alignement de la colonnade (et même à l’emplacement théorique d’une colonne), elles indiquent clairement que le trottoir sous portique s’interrompt plus au nord et que le dallage, quant à lui, s’étendait peut-être jusqu’à l’alignement de la façade orientale de la voie, c’est-à-dire jusqu’au forum.

Figure 67 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteurs III (à g.) et IV (à dr.)

Figure 67 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteurs III (à g.) et IV (à dr.)

À l’ouest comme à l’est, quelques éléments de dallage de la rue et un segment de l’égout (g), postérieur, dont il subsiste une dalle de couverture.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1980).

122Au nord de K, rien n’indique la disparition d’un tel dallage (en J) et on peut en déduire qu’il prenait vraisemblablement fin à la hauteur où une bordure quasi alignée des dalles a été constatée.

123Vers l’ouest, l’existence d’une dalle à l’emplacement du mur 15, de même que la découverte, au-delà, dans le secteur II, des traces de trois autres dalles, à un niveau plus bas, sont les indices qui plaident en faveur du prolongement de ce revêtement ; on manque cependant d’arguments forts pour appuyer cette hypothèse d’une extension dans cette direction.

  • 2 En outre, en 1987, lors des terrassements effectués pour la construction d’un petit bâtiment adossé (...)

124Plus au sud (fig. 68), hors fouille2, il faut mentionner la découverte, en 1992, d’une douzaine de dalles, également en grès et jointives, allongées, qui servent encore actuellement de sol à une salle annexe de la sacristie, où elles reposent directement sur le substrat (voir infra, p. 375). Leur niveau, équivalent (NGF 19,52 m), apporte une donnée sur la continuité d’une surface dallée même si ces dalles diffèrent par leurs tailles, monumentales comme par leur état de conservation : à peine usées sinon « neuves ». On ajoutera que cette série de dalles butte, au sud, contre un mur transversal découvert, en 1987, dans le chœur de la nef Saint-Étienne (voir infra, p. 373), et qui semble faire obstacle.

Figure 68

Figure 68

Plan des vestiges du site dit « Nord-Est cathédrale » mis en relation avec ceux découverts dans une salle annexe de la sacristie (1992) et dans le chœur de la nef Saint-Étienne de la cathédrale (1987) (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

125Il paraît donc légitime d’envisager, compte tenu des extensions du dallage, qu’un espace ouvert public se développait du nord au sud sur environ 15 m. En revanche, l’hypothèse d’un decumanus s’ouvrant à l’ouest, en lieu et place du secteur II, est peu recevable car, on le sait depuis les synthèses de l’Atlas (Rivet et al. 2000, p. 362-365), en pénétrant dans l’îlot, les directions de la trame urbaine ne sont plus celles du cardo qui répond aux directions du réseau B mais celles des aménagements propres à ce quartier primitif inscrit dans le réseau A.

126En fait, pour en revenir aux dalles mises au jour dans le secteur IV, on a toujours appréhendé ces vestiges dans un sens nord-sud, en fonction du cardo ; or, il est fort possible que la compréhension de ce dallage passe par une vision ouest-est, et que les deux niveaux encore perceptibles, 19,22 et 19,32 m à l’ouest, 19,55 et 19,60 m un peu plus à l’est, gardent le souvenir d’une sorte de plan incliné pourvu de degrés (très dégradé) donnant accès à l’aire du forum qui s’ouvre immédiatement à l’est. C’est, là encore, une supposition parmi d’autres qui n’a jamais été envisagée pendant la fouille.

Conclusion

127Au tout début de l’époque flavienne, autour des années 70-80, à la charnière entre les réseaux A et B, l’organisation de l’urbanisme nécessite encore des adaptations dans le bâti de l’îlot occidental où demeurent les implantations héritées de l’époque augustéenne, même si le site n’en offre qu’une illustration partielle et altérée puisque les deux seuls fragments de murs qui en témoignent encore (murs 4 et 5) n’entrent ni dans l’un ni dans l’autre des deux réseaux. La coexistence de ces derniers avec les murs 8 et 9, affectés à dessiner l’enveloppe du réseau B, constitue d’ailleurs la raison de la complexité des aménagements et une très large part de l’obstacle à la compréhension de l’urbanisme dans ce quartier de la ville.

128La configuration de la voie, établie entre le mur aveugle du forum, 7, à l’est, et une construction organisée en façade, à l’ouest, 9, est désormais bien établie : l’artère est utilisée pour développer un réseau public d’égouts pour l’évacuation des eaux usées et pluviales (au moins deux bouches d’égouts). Cette rue, avec ses niveaux damés de cailloutis très compacts, est dévolue à la circulation des charrois mais c’est incontestablement une impasse, ou une semi-impasse, car le dallage établi au sud, tout au moins dans l’annexe de la sacristie, ne montre aucune trace d’usure. Il faut toutefois laisser ouverte la possibilité d’une circulation, selon un parcours encore imprécis car on méconnaît la situation au sud-ouest, hors du site.

129Le mobilier contenu dans les niveaux de recharges de la chaussée du cardo maximus étend la durée de cette phase jusque dans les deux premières décennies du IIe siècle.

130Pour l’aire dallée, nombreuses sont les questions ou les imprécisions qui restent posées, non seulement sur son extension mais aussi sur la relation qu’elle pourrait entretenir avec un grand bâtiment, long et étroit, découvert en 1988 et 1989 sous la nef Notre-Dame de la cathédrale (voir fig. 485), dont le portique de façade se situe dans le prolongement de la limite occidentale du cardo reconnue dans les secteurs I et II, ou avec le forum qui s’étend immédiatement à l’est (voir fig. 221). Mais une autre interrogation essentielle concerne la chronologie relative à la mise en place de ce dallage qui n’a pas été établie en stratigraphie absolue mais que l’on associe volontiers à l’installation des égouts qu’il recouvre alors que, sans véritable raison, la tendance prévaudrait à placer sa création plus tôt, en rapport avec l’érection du portique du cardo.

131Un indice supplémentaire d’un changement des dispositions entre le nord et le sud du terrain fouillé est apporté par l’interruption du portique si l’on considère que la colonne la plus au sud (secteur III) est la dernière et se place d’ailleurs dans l’alignement du mur 10.

132Calculée à partir de l’extrados du collecteur (a), en deux points éloignés de 7,60 m, la pente de la rue est de 8,68 % ; le même calcul, en utilisant la surface de circulation déterminée au nord et le dallage méridional, à 9,50 m de distance, donne 11,36 %. Avec une telle pente, on comprend aisément l’érosion que subissait la rue à chaque précipitation importante, tout particulièrement autour des bouches d’évacuations prévues au long des égouts.

Notes

1 Je remercie Philippe Columeau, Cnrs-Centre Camille Jullian, pour cette détermination.

2 En outre, en 1987, lors des terrassements effectués pour la construction d’un petit bâtiment adossé à la façade nord de la sacristie, en bordure de la rue de Beausset, un angle de cuve en béton de tuileaux appuyé contre des blocs de grès brun en moyen appareil a été observé par G. Congès et C. Gébara qui l’interprètent comme un élément de fontaine, voir Rivet et al. 2000, p. 189.

Table des illustrations

Titre Figure 49 - « Nord-Est cathédrale »
Légende Phase 3 : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 50 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I
Légende En cours de fouille, les murs 1 et 5 (à dr.), 8 et 9 (au centre), 18 (à g.) et 13 (à l’arrière-plan) ; le trou de poteau (phase 2) est bien visible.Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 51 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I
Légende Les fosses 5c (à g.) et 5bz (à dr.) qui contenaient des déchets de l’artisanat du bronze. Le mur 1 (à dr.) est antérieur (phase 1) alors que la cloison 17 (fondation à l’arrière-plan qui repose sur le mur 2), et les murs 11 (angle au premier plan) et 12 (à g.) sont postérieurs (phase 4).Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 52 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur I (c.6)
Légende Céramique culinaire africaine (113-115), sigillée du sud de la Gaule (116), sigillée italique (117-118), céramique à paroi fine (119-121), céramique commune engobée (122-127), céramique commune à pâte grise (128), céramique commune à pâte brune (129-130), céramique culinaire micacée varoise (131), céramique commune à pâte claire (132-133), verre (134), tabletterie (135) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 53 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II
Légende Appuyés contre le pilier, les murs 14 (à g.), 15 et 19 (à dr.), 10 et 16 (au premier plan) ; on devine l’égout d (à g.).Vue prise vers l’ouest (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 54 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur II
Légende Le pilier (au fond à dr.) contre lequel s’appuient le mur 16 (à g.) et les murs 15 et 19 ; l’égout b privé de sa couverture.Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1979).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 55 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III
Légende Au premier plan, extrados plat de l’égout collecteur (a) et, à l’arrière, extrados voûté en tuiles de l’égout (g, phase 5) éventré, appuyé contre la colonnade.Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1982).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 56 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)
Légende Sigillée du sud de la Gaule (136-137), sigillée italique (138-150), céramique culinaire italique (151), céramique à paroi fine (152-153), céramique commune engobée (154), imitation de sigillée (155), céramique commune à pâte grise (156-159), céramique commune à pâte brune (160-164) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 57 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)
Légende Céramique culinaire micacée varoise (165), céramique commune à pâte claire (166), amphore (167-173), bronze (174)(cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Figure 58 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6e/6f)
Légende Tabletterie (175-176) : ornements de pied de lit (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 59 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)
Légende Céramique culinaire africaine (177), sigillée italique (178-183), lampe (184-185), céramique commune engobée (186), céramique commune à pâte grise (187-188), céramique commune à pâte brune (189-191) (cliché et dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 60 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III (c.6a/b/c)
Légende Céramique commune à pâte claire (192-195), mortier italique (196), amphore (197-199), mortier en grès (200), bronze (201-202) (cliché C. Durand, Cnrs-CCJ, dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 61 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur III
Légende Colmatage d’une brèche (sous la mire) dans la voûte plate de l’égout (a) [comparer avec la fig. 55].Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1982).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 62 - Phase 3, secteur IV
Légende Niveau de circulation de la chaussée (c.6) à proximité du mur de façade 15 (à g.) sur le cardo maximus et extrados plat de l’égout collecteur nord-sud (a) à dr.Vue prise vers le nord (cliché P.-A. Février, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 63 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV
Légende Mur de façade 15 (à g., phase 4) dans l’alignement du cardo maximus, dallage (au sud) et niveau de circulation (au nord) séparés par trois blocs.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 64 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.6)
Légende Sigillée italique (203-207), céramique à paroi fine (208-210), céramique à engobe interne rouge pompéien (211), céramique culinaire italique (212), céramique commune à pâte grise (213), céramique commune à pâte brune (214-215), céramique commune à pâte claire (216), amphore (217-218) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 65 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV (c.5i/5j)
Légende Sigillée du sud de la Gaule (219-226), sigillée italique (227-230), céramique à paroi fine (231), céramique plombifère (232), céramique à engobe interne rouge pompéien (233-234), céramique culinaire italique (235-236), céramique commune engobée (237-239), céramique commune à pâte brune (240-241), céramique culinaire micacée varoise (242), céramique commune à pâte claire (243-245) (dessin L. Rivet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 66 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteur IV
Légende Dallage conservé au sud du cardo maximus (zone K) ; les restes d’un muret élevé directement sur deux des dalles, dans une direction en correspondance avec celle de la voie, sont un aménagement ponctuel postérieur inexpliqué.Vue prise vers le nord-est (cliché L. Rivet, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 67 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 3, secteurs III (à g.) et IV (à dr.)
Légende À l’ouest comme à l’est, quelques éléments de dallage de la rue et un segment de l’égout (g), postérieur, dont il subsiste une dalle de couverture.Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1980).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 68
Légende Plan des vestiges du site dit « Nord-Est cathédrale » mis en relation avec ceux découverts dans une salle annexe de la sacristie (1992) et dans le chœur de la nef Saint-Étienne de la cathédrale (1987) (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/561/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 983k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access