Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 1. Techniques de construction

3. La diffusion du village clos dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique et le problème architectural de la palaia polis d’Emporion

Pierre Moret

Resumen

Cette brève contribution tente de répondre à la question suivante : l’architecture de la de la palaia polis d’Emporion, dans son état du milieu du VIe siècle (phase IIIc), doit-elle être tenue pour grecque, ou pour un produit hybride fortement influencé par son environnement ibérique ? Il est vrai qu’on note une certaine similitude entre les pièces étroites de la palaia polis et celles des “villages clos” ibériques du premier âge du Fer. Mais ceux-ci n’ont pas la même régularité, et surtout ils n’existent à cette époque que dans des régions plus méridionales. On se demandera donc si la batterie de cellules standardisées d’Emporion ne représente pas une modalité encore mal connue de l’architecture grecque archaïque.

Entradas de índice

Índice geográfico :

Emporion

Texto completo

1Cette brève contribution n’a d’autre objet que de rappeler les résultats d’une étude menée il y a une dizaine d’années, en la complétant par quelques réflexions que m’ont inspirées les développements récents de la recherche.

2Il a longtemps été admis que la profonde modification des formes d’habitat qui a lieu entre le VIIe et le VIe siècle dans les régions littorales du nord-est de l’Espagne était due à l’influences des Phéniciens, puis des Grecs, qui fréquentaient alors ces côtes. Certes, c’est bien à ce moment-là que les villages à structure non agglutinée, regroupant un nombre généralement réduit de cabanes ovales ou oblongues bâties en matériaux légers, sont remplacés par des habitats plus compacts et plus structurés, à murs porteurs construits en briques crues sur un solin de pierre.

3Mais j’avais attiré l’attention (Moret 2002) sur une autre dynamique, proprement indigène, qui trouve son origine dans la moyenne vallée de l’Èbre. On connaît en effet dans cette région, depuis le milieu du IIe millénaire av. J.-C., des maisons quadrangulaires à solin de pierre et élévation en briques de terre crue moulée, et depuis le début du Bronze final des « villages clos » à maisons mitoyennes regroupées en rangées serrées de part et d’autre d’une rue ou d’une place médiane (fig. 217). Cette forme d’habitat gagne à partir du VIIIe siècle la région de plaine qui entoure Lérida et la partie occidentale du Bas Aragon, puis à partir du VIIe siècle l’est et le sud du Bas Aragon. Les transformations de l’habitat qu’on a observées au VIIe siècle sur les sites de la basse vallée de l’Èbre peuvent donc être comprises comme l’aboutissement d’un phénomène d’expansion culturelle d’ouest en est, amorcé plusieurs siècles plus tôt dans l’Èbre moyen, sans pour autant exclure une influence phénicienne concomitante.

Fig. 217. Villages clos du Bronze Final et du premier âge du Fer.
a- Cabezo de Monleón (Caspe, Saragosse),
IXe/VIIIe ;
b- La Ferradura (Ulldecona, Tarragone), VIIe ;
c- Escodinas Bajas (Mazaleón, Teruel),VIIIe/VIIe ;
d- Anseresa (Olius, Lérida), à partir du VIIe ;
e- Piuró del Barranc Fondo (Mazaleón, Teruel), VIe ;
f- San Cristóbal (Mazaleón, Teruel), VIIe/VIe.

Fig. 217. Villages clos du Bronze Final et du premier âge du Fer.a- Cabezo de Monleón (Caspe, Saragosse),IXe/VIIIe ;b- La Ferradura (Ulldecona, Tarragone), VIIe ;c- Escodinas Bajas (Mazaleón, Teruel),VIIIe/VIIe ;d- Anseresa (Olius, Lérida), à partir du VIIe ;e- Piuró del Barranc Fondo (Mazaleón, Teruel), VIe ;f- San Cristóbal (Mazaleón, Teruel), VIIe/VIe.

4Les fouilles les plus récentes et la correction de certaines chronologies n’ont pas démenti ces conclusions, qui sont reprises par Carme Belarte dans sa contribution à ce volume : on y trouvera le détail du dossier archéologique et toutes les références nécessaires. Mais je suis enclin aujourd’hui à minimiser encore –dans ce domaine du moins– l’impact de la présence phénicienne. L’absence très probable de tout établissement phénicien permanent dans la région de l’embouchure de l’Èbre, comme sur le reste de la côte catalane, est un paramètre fondamental. Lorsque la présence physique de l’étranger se limite à la visite épisodique de bateaux marchands, l’éventail des modèles techniques offerts à la curiosité de la société indigène se limite nécessairement à des biens mobiliers, à des éléments de parure ou à des vêtements, voire, dans certains cas, à des pratiques alimentaires ou culinaires. Mais tout ce qui concerne l’architecture est hors champ : on imagine mal un marchand phénicien transportant avec lui des briques crues, ou se préoccupant d’en enseigner la fabrication à ses clients ibères. On l’imagine encore moins leur donnant des conseils en matière d’urbanisme.

5A contrario, dans une région où existaient des comptoirs ou des ports phéniciens, l’impact du modèle architectural importé est immédiat. C’est ce que l’on voit par exemple dans le sud-est de l’Espagne, dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres autour du port de La Fonteta (Guardamar del Segura), récemment fouillé (Rouillard, Gailledrat, Sala 2007). Des maisons de type oriental à plan complexe, directement inspirées de celles de la deuxième phase de La Fonteta (VIIe siècle) apparaissent au cours du demi-siècle suivant sur plusieurs sites indigènes de l’intérieur des terres, comme Peña Negra ou Hellín. Rien de tel dans les régions côtières du Nord-Est, où le plan des maisons « en dur » de la fin du VIIe siècle et du VIe siècle dérive du modèle indigène du village clos, quand il n’adopte pas des formes totalement originales, comme celle de la maison-tour à plan circulaire, qui n’est connue que dans le Bas Aragon et le Bas Ebre (Moret 2006). Si les Phéniciens ont joué un rôle dans ce processus, c’est tout au plus celui d’avoir attiré vers la côte des populations, porteuses de ce patrimoine technique et architectural, qui étaient désireuses de rentrer dans le circuit des échanges méditerranéens.

6C’est dans ce contexte qu’il faut essayer de comprendre les éléments d’architecture mis au jour entre 1994 et 1998 sur le site de la palaia polis d’Emporion, à Sant Martí d’Empúries (Aquilué et al. 2002). Ces fouilles nous permettent, pour la première fois, de connaître le plan d’un bloc de maisons grecques de l’époque archaïque en Extrême Occident. Rappelons-en les principaux résultats. La première implantation connue est celle d’un village indigène du premier âge du Fer (650/625 à 580 av. J.-C.), constitué par des cabanes approximativement rectangulaires, juxtaposées les unes aux autres, et possédant des murs en torchis. Le premier habitat phocéen (phase III a) est mis en place entre 580 et 560/550. Plusieurs pièces rectangulaires sont alors édifiées le long d’une rue est-ouest dont le tracé ne sera plus modifié jusqu’au V e siècle. Mais leurs restes sont trop mal conservés pour qu’on puisse en déduire l’organisation d’ensemble du quartier fouillé. On ne dispose d’un plan à peu près complet que pour la phase III c, qui débute vers 540 (fig. 218). Une rue rectiligne, large de 2,90 m en moyenne, devait traverser l’ensemble de l’établissement. De part et d’autre sont édifiés des pâtés de maisons remarquablement réguliers, à en juger d’après les quatre pièces mises au jour du côté nord de la rue. Ces pièces ont des parois mitoyennes, construites en adobes sur un solin de pierre. Leurs largeurs sont identiques à très peu près : 2,75 à 2,95 m entre les axes des murs, soit une mesure identique à celle de la largeur de la rue. Leur longueur n’est pas connue ; on peut seulement dire qu’elle était supérieure ou égale à 7 m. On ignore si chacune de ces pièces constituait une unité d’habitation indépendante ou si elles s’agrégeaient entre elles pour former des maisons plus grandes.

Fig. 218. Sant Martí d’Empúries, vestiges d’habitat de la palaia polis (phase III c, vers 540), d’après Aquilué et al. 2002.

Fig. 218. Sant Martí d’Empúries, vestiges d’habitat de la palaia polis (phase III c, vers 540), d’après Aquilué et al. 2002.

7Malgré son extension réduite, cette fouille permet de formuler sur des bases renouvelées la vieille question de l’influence exercée par Emporion sur l’architecture indigène du nord-est de l’Espagne. Mais elle suscite, en même temps, une interrogation inverse : n’y aurait-il pas dans cet urbanisme archaïque un certain nombre de traits non grecs, susceptibles d’être expliqués par l’environnement ibérique de la petite communauté marchande phocéenne ? C’est à ces deux questions que j’ai tenté d’apporter quelques éléments de réponse (Moret 2000-2001).

8Je passerai rapidement sur la question de l’influence du modèle architectural emporitain. Paradoxalement, c’est dans son immédiat hinterland que son impact semble le plus faible. Pendant une période fort longue – un demi-siècle au bas mot –, l’existence de l’établissement grec n’entraîna aucun changement notable dans les habitudes des bâtisseurs indigènes de l’Empordà et des régions voisines ; ce n’est qu’au début du V e siècle que la maison rectangulaire à murs porteurs fait son apparition dans le Nord de la Catalogne. Le phénomène est peut-être un peu plus précoce (fin du VIe siècle ?) sur l’oppidum d’Ullastret, proche d’Ampurias, mais les données stratigraphiques relatives aux premières phases d’implantation de l’habitat y sont encore peu claires. Cette situation paradoxale peut s’expliquer par la nature de l’enclave grecque d’Emporion, qui fonctionnait comme un relais sur des routes commerciales maritimes à longue distance plutôt que comme un centre de redistribution à l’échelon local. Les Emporitains avaient sans doute des relations plus étroites et plus suivies avec leurs partenaires ibères ou élisyques d’autres ports de la côte, parmi lesquels Pech Maho est à ce jour l’exemple le mieux connu, qu’avec les populations rurales indigènes de leur arrière-pays.

9La question la plus difficile est de savoir si l’architecture de la palaia polis, au milieu du VIe siècle, est le produit d’une tradition purement grecque, transportée en terre ibère, ou si elle ne résulte pas plutôt d’une altération, ou du moins du gauchissement d’un modèle grec, sous l’influence de l’environnement indigène. Cette interrogation s’impose dès lors qu’on place côte à côte le plan du pâté de maisons de la phase III c de Sant Martí d’Empúries (fig. 218) et le plan des villages clos de la vallée de l’Èbre (fig. 217). Ici et là, ce sont des maisons étroites – on parlerait plus volontiers de cases ou de cellules –, beaucoup plus longues que larges ; leur technique de construction est la même ; et elles sont identiquement disposées en rangées serrées, formant des blocs homogènes à cloisons mitoyennes. Il est vrai aussi que les maisons de la palaia polis ne s’inscrivent dans aucun des types actuellement reconnus de l’architecture domestique grecque de l’époque archaïque ; quant à la disposition en batterie de ces pièces étroites, elle n’a rien à voir avec l’urbanisme des colonies grecques d’Occident.

10Je ne crois pas, cependant, que ces arguments soient suffisants pour attribuer à une influence du milieu indigène les caractères originaux des maisons d’Emporion. En premier lieu, il ne faut pas oublier que les fouilles n’ont ouvert qu’une toute petite fenêtre sur l’habitat archaïque de la palaia polis. Qui sait si des maisons d’un plan différent n’existaient pas dans d’autres secteurs du site ? Et n’aurait-on pas affaire, plutôt qu’à de véritables maisons d’habitation, à des magasins ou à des entrepôts, ce qui pourrait expliquer la forme très étroite des pièces fouillées ? On ne pourra sans doute jamais apporter de réponse précise à ces questions, mais on risque, en les oubliant, de verser dans des jugements réducteurs.

11Les similitudes avec l’architecture ibérique peuvent résulter d’une convergence, due à des contraintes topographiques comparables. Le premier site d’Emporion était un petit îlot rocheux où les colons grecs furent contraints de pelotonner leurs maisons dans un espace étriqué. Tant qu’ils n’eurent pas la possibilité de s’installer au large sur le continent, les Emporitains durent user d’expédients pour « tenir » dans les limites de l’îlot : ils pouvaient y parvenir en calculant au plus juste la taille des maisons et en les serrant les unes contre les autres. Les villages ibériques étant souvent implantés sur le sommet d’une petite colline, il est normal qu’on y constate le même type d’adaptation au terrain.

12D’autre part, si l’on y regarde de plus près, la régularité du tracé des maisons de la palaia polis est sans exemple dans le monde indigène. Les cases des villages préibériques ne présentent jamais, comme à Emporion, des murs rigoureusement rectilignes et parallèles, ni des largeurs égales ; jamais non plus on ne peut y discerner un tracé régulateur aussi strict, attesté par le fait que la largeur de la rue et la largeur des maisons (celle-ci étant mesurée à l’entraxe des murs mitoyens) sont rigoureusement identiques.

13En dernier lieu – et c’est sans doute l’argument le plus fort –, les villages indigènes comparables se situent tous dans la vallée de l’Èbre et dans l’Ouest de la Catalogne, fort loin de la région où les Grecs choisirent de s’installer. Dans un rayon de plus de cent kilomètres, les habitats de l’hinterland d’Emporion sont tous, au début du VIe siècle, soit des grottes, soit des cabanes en bois et torchis. Il faudrait créditer ces Grecs d’une singulière curiosité et d’une improbable connivence culturelle avec le monde barbare, pour admettre qu’ils soient allés chercher leur source d’inspiration si loin de leur seule base ibérique. Je ne crois donc pas qu’il y ait rien de mixte ou d’hybride dans l’architecture du premier établissement d’Emporion ; il faut plutôt y voir une adaptation à des conditions très particulières, sans équivalent connu sur les autres sites coloniaux connus de l’Occident grec.

14Du reste, si l’on se tourne vers le monde grec, le caractère apparemment isolé, voire aberrant du cas emporitain doit être interprété avec beaucoup de prudence. Nous sommes encore loin de percevoir toute la diversité des réalisations de l’architecture grecque archaïque. On sait que les modèles architecturaux mis en œuvre n’étaient pas les mêmes dans les vieilles agglomérations de la Grèce propre et dans les grands quadrillages des colonies de peuplement d’Italie et de Sicile. Pourquoi ne pas convenir que des solutions encore différentes pouvaient avoir cours dans de tout petits établissements coloniaux dont Emporion est, à ce jour, le seul exemple archéologiquement connu pour l’époque archaïque ?

15Le village de Vroulia, sur l’île de Rhodes, daté de la seconde moitié du VIIe siècle, présente contre le mur d’enceinte une longue rangée de pièces rectangulaires larges de 2 à 4 m (Lang 1996, p. 193-194 et fig. 65). La restitution proposée par F. Lang suppose la réunion de ces pièces par deux et la présence de vastes cours à l’avant, mais il ne s’agit que d’une hypothèse. Ce qui retient surtout l’attention, c’est la succession régulière de pièces relativement petites, toutes orientées dans le même sens, bien loin des canons habituels de l’urbanisme grec. On pourrait aussi citer, dans un contexte très différent, la forteresse archaïque de Vrachos, près de Phylla en Eubée, où vingt pièces identiques de 4,5 x 5,9 m sont alignées au milieu de l’enceinte (Coulton, 1997). Je suis certes conscient du caractère disparate de ces exemples ; leur seule vertu est de montrer qu’un schéma d’urbanisme fondé sur une succession de pièces aux dimensions standardisées, relativement petites, alignées en batterie dans un bloc compact, n’était pas étrangère à l’architecture grecque archaïque. Je me risquerai donc à conclure que l’allure « ibérisante » des maisons d’Emporion n’est due qu’au hasard d’une convergence.

Bibliografía

Aquilué et al. 2002 : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.) et TREMOLEDA (J.) – Nuevos datos acerca del hábitat arcaico de la Palaia Polis de Ampurias. In : (J.M.) Luce (éd.), Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (Colloque international, Toulouse, 9-10 mars 2001). Pallas, 58, 2002, p. 301-327.

Coulton 1997 : COULTON (J.J.) – Euboean Phylla and Greek Barracks. In : (D.) Evely et al. (éd.), Minotaur and Centaur, Studies in the Archaeology of Creta and Euboea presented to Mervyn Popham (BAR Int. Ser., 638), Oxford 1997, p. 161-165.

Lang 1996 : LANG (F.) – Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung, Berlin 1996.

Moret 2000-2001 : MORET (P.) – Emporion et les mutations de l’architecture ibérique au premier âge du Fer. Zephyrus, 53-54, 2000-2001, p. 379-391.

Moret 2002 : MORET (P.) – Maisons phéniciennes, grecques et indigènes : dynamiques croisées en Méditerranée occidentale (de l’Hérault au Segura). In : (J.M.) Luce (éd.), Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (Colloque international, Toulouse, 9-10 mars 2001). Pallas, 58, 2002, p. 329-356.

Moret 2006 : MORET (P.) –Torres circulares del Bajo Aragón y zonas vecinas : hacia la definición de un modelo regional. In : A. Oliver Foix (éd.), Arquitectura defensiva. La protección de la población y del territorio en época ibérica (Benicarló, 3-4 de febrero 2005), Castellón, Sociedad Castellonense de Cultura, 2006, p. 187-218.

Rouillard, Gailledrat, Sala 2007 : ROUILLARD (P.), GAILLEDRAT (E.), SALA (F.) – Fouilles de La Rábita de Guardamar II. L’établissement protohistorique de La Fonteta (fin VIIIe-fin VIe siècle av. J.-C.),.Madrid, Casa de Velázquez, 2007.

Índice de ilustraciones

Título Fig. 217. Villages clos du Bronze Final et du premier âge du Fer.a- Cabezo de Monleón (Caspe, Saragosse),IXe/VIIIe ;b- La Ferradura (Ulldecona, Tarragone), VIIe ;c- Escodinas Bajas (Mazaleón, Teruel),VIIIe/VIIe ;d- Anseresa (Olius, Lérida), à partir du VIIe ;e- Piuró del Barranc Fondo (Mazaleón, Teruel), VIe ;f- San Cristóbal (Mazaleón, Teruel), VIIe/VIe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/551/img-1.png
Archivo image/png, 237k
Título Fig. 218. Sant Martí d’Empúries, vestiges d’habitat de la palaia polis (phase III c, vers 540), d’après Aquilué et al. 2002.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/551/img-2.png
Archivo image/png, 372k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access