Versione classicaVersione mobile

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Autour de la céramique

La nécropole augustéenne de la villa de Sivier (Istres, Bouches-du-Rhône)

Frédéric Marty e Bérengère Perez

Abstract

La fouille d’une petite nécropole rurale dépendant d’un domaine agricole gallo-romain a permis de mettre au jour une fosse-bûcher, une tombe à incinération secondaire ainsi qu’une petite fosse charbonneuse. L’étude archéologique et anthropologique a montré la complémentarité des deux premières structures qui concernent toutefois deux individus distincts. Ce noyau funéraire est daté par le mobilier d’accompagnement – composé notamment d’urnes en céramique non tournée des ateliers des Alpilles et de balsamaires en céramique – du dernier quart du Ier s. av. J.-C. Des offrandes alimentaires ainsi que des objets de parure et de toilette ont aussi été identifiés. En outre, la fosse-bûcher a pour particularité d’avoir livré deux planches en bois d’olivier pouvant appartenir au plancher du bûcher ou à un lit funéraire. Ces pratiques funéraires, en rupture avec celles en vigueur dans le monde indigène du Ier s. av. J.-C., marquent la romanisation des campagnes.

Termini per la ricerca

Indice geografico :

Bouches-du-Rhône, Istres, Sivier

Indice cronologico :

Ier s. av. J.-C.

Testo integrale

Contexte géographique et archéologique

1Le site de Sivier, à Istres, est situé à 900 m au nord de l’étang de l’Olivier, en bordure septentrionale de la dépression de Saint-Jean, sur d’anciennes terrasses cultivées, entre 40 et 60 m d’altitude. Le vallon, largement ouvert sur l’étang, dont le niveau est proche de la cote 0, est encadré par de petits reliefs tabulaires miocènes, faiblement élevés : Miouvin, Sulauze et Montméjean.

2Les différentes recherches menées depuis quelques années ont permis de mettre en évidence, sur plus d’un hectare, des vestiges s’échelonnant du Néolithique moyen à l’Antiquité tardive. Ainsi, différentes traces d’occupation néolithiques, dont chasséennes, sont disséminées sur une grande étendue : fossé, architecture de pierre... (Marty et al. 2010). Les témoins des Premier et Second âge du Fer restent ténus. Ils se résument à quelques tessons de céramiques, peut-être liés aux façons culturales. Pour l’Antiquité (fig. 1), les prospections pédestres ont permis de localiser une villa gallo-romaine implantée en bordure du plateau qui domine le vallon. Les céramiques recueillies autorisent une datation entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le VIe s. ap. J.-C. (Trément 1999, IS 4). La villa se dote d’un atelier de potiers, situé en contrebas (four, carrière d’argile...), dont la production, entre les années 50 et 80-100, est principalement constituée de tuiles et d’amphores gauloises à fond plat ne laissant aucun doute quant à la vocation viticole du domaine à cette époque (Marty 2003). Des murs de terrasse, contemporains de cette occupation, ont été repérés en différents points dans le vallon, témoignant de sa mise en valeur à des fins culturales (Vecchione, Duflot 2003 ; De Luca, Chevillot, Collinet 2005 ; De Luca 2006 ; Marty et al. 2006). Enfin, des sondages en 2006, suivis d’une fouille sur 125 m² en 2007, ont révélé l’existence d’une petite nécropole du début de l’époque romaine, à 70 m en aval de la villa. On retiendra dans cet article les résultats qui s’y rapportent.

Fig. 1. Sivier. Répartition des vestiges antiques et localisation de la nécropole (DAO F. Marty).

Fig. 1. Sivier. Répartition des vestiges antiques et localisation de la nécropole (DAO F. Marty).

La nécropole

3Le décapage préliminaire à la pelle mécanique a permis de mettre en évidence une fosse-bûcher, une tombe à incinération secondaire ainsi qu’une fosse charbonneuse contemporaines (fig. 2). Les trois structures se situent approximativement au centre de la zone de fouille, à une altitude comparable. La distance qui sépare chacune d’entre elles est comprise entre 1,75 et 2,55 m. Sur les 125 m² décapés, l’espace investi par la nécropole, telle que nous la percevons aujourd’hui, ne dépasse pas 8,50 m². Nous ne pouvons pas savoir dans quelle mesure la topographie ou les aménagements anthropiques (terrasses, chemins...) ont pu avoir une incidence sur sa localisation et ses limites, les niveaux de circulation contemporains ayant été détruits par l’érosion ou les cultures. Tout au plus, nous constatons que la fosse-bûcher est approximativement orientée est / ouest, tandis que la tombe à incinération secondaire et la fosse charbonneuse sont globalement orientées nord-ouest / sud-est.

Fig. 2. Plan de la nécropole (relevé F. Marty et V. Prades ; DAO F. Marty).

Fig. 2. Plan de la nécropole (relevé F. Marty et V. Prades ; DAO F. Marty).

La fosse-bûcher

Étude archéologique

4Une fosse-bûcher, de plan rectangulaire (1,69 x 0,65 m), à angles arrondis et fond plat, a été creusée dans un niveau argileux (fig. 3). Sa profondeur (0,72 m) est conforme à la moyenne observée à Vernègues (0,20 à 0,80 m : Chapon et al. 2004, 115) ou à Aix-en-Provence (0,30 à 1 m : Nin 2006, 118, tabl. 10). Il en est de même pour sa longueur (1,20 à 2,60 m à Vernègues ; 0,70 à 2 m à Aix-en-Provence) et sa largeur (0,60 à 0,80 m à Vernègues ; 0,30 à 1,30 m à Aix-en-Provence). Bien que nous ayons affaire à une incinération primaire, on constate la rareté des traces de rubéfaction sur les parois de la fosse et leur absence à sa périphérie, à la hauteur de son niveau d’ouverture. L’absence de rubéfaction au fond des fosses de crémation a déjà été signalée (Nin 2006, 118) et s’explique par une montée en température rapide directement suivie d’une accumulation de braises et de cendres qui limite les processus d’altération des sols (Andrieux 1994, 263).

Fig. 3. Fosse-bûcher. Vues en plan (au niveau des planches) et en coupe (relevé F. Marty et B. Perez ; DAO F. Marty).

Fig. 3. Fosse-bûcher. Vues en plan (au niveau des planches) et en coupe (relevé F. Marty et B. Perez ; DAO F. Marty).

5La fouille du comblement montre la superposition de 5 unités stratigraphiques. Au fond, l’US 4026, peu épaisse (4 à 6 cm), est composée de charbons de bois et de fragments de branches carbonisées orientés préférentiellement dans le sens longitudinal, mêlés à des nodules d’argile cuite ou crue (parois de la fosse effondrées). Au-dessus se placent deux planches d’olivier carbonisées jointives (US 4025 ; épaisseur : 1 cm), d’orientation analogue. Il s’agit là, probablement, des restes du plancher du bûcher ou d’un lit funéraire. Aucun système d’assemblage particulier n’a été observé. À notre connaissance, l’identification d’un plancher en bois reste exceptionnelle, alors que la découverte de bûches est davantage fréquente. Les planches se sont légèrement recourbées sous l’action du feu. Elles dessinent une forme allongée aux contours irréguliers (1,18 x 0,31 m). Vient ensuite l’US charbonneuse 4013, contenant un sédiment argileux non rubéfié issu de l’effondrement des parois de la fosse (épaisseur : 0,15 m), surmontée d’une épaisse couche de charbons de bois (US 4012 ; épaisseur : 0,43  m) incluant un cailloutis épars. L’analyse des charbons de bois (ARC07/R2619B) contenus dans ces deux derniers niveaux montre la prédominance du pin (Pinus sp. : 114 frag.), suivi de l’olivier (Olea europaea : 38 frag.) et du chêne à feuille persistantes (Quercus t. ilex : 9 frag.). La partie supérieure du comblement charbonneux semble avoir été creusée, car elle prend la forme d’une cuvette bien marquée de 0,17 m de profondeur. S’agit-il du résultat d’un acte de prélèvement ? Un remblai argileux à cailloutis épars vient sceller la fosse (volontairement ou non ?), peut-être après un certain temps d’exposition à l’air libre comme l’indique la présence de plus de 2 500 coquilles d’escargots millimétriques.

6Des ossements incinérés très fragmentés, ne présentant aucun ordre apparent, ont été récoltés dans les US 4026, 4013 et 4012. Tous les objets présents dans la fosse ont également subi les effets de la crémation. Aucune offrande secondaire n’a, par conséquent, été déposée à l’intérieur. Une urne complète en céramique non tournée des ateliers des Alpilles CNT-ALP 1a3, contenant au fond 9 fragments de coquilles de moules brûlés, constitue la seule véritable offrande primaire avérée (fig. 4). Cette urne s’est brisée et ses parois se sont desquamées sous l’action des chocs thermiques. Tous les fragments étaient regroupés contre la paroi sud de la fosse, du côté ouest, sur le plancher en bois, à l’exception d’un bord découvert au même niveau altimétrique, dans le quart nord-est. Au total, 657 fragments de coquilles de moules ont été décomptés dans la fosse-bûcher. En dehors de ceux contenus dans l’urne, une partie pourrait être intrusive dans la mesure où l’ensemble de la stratigraphie du site a livré un nombre important de restes de ce type. Quoi qu’il en soit, les dépôts de coquillages accompagnant le défunt, tels que pectens, coques, tellines, pétoncles et huîtres, sont relativement fréquents dès le Ier s. av. J.-C. (Bel 2002, 137 ; Bel et al. 2008, 249-250 ; Moliner 2003, 185 ; Nin 2006, 132). Quatre fragments d’amande et quatre fragments de pulpe de fruits sont peut-être l’indice d’autres offrandes alimentaires. Une écaille de pomme de pin se rapporte plus probablement au combustible.

Fig. 4. Fosse-bûcher. Urne en céramique non tournée de la région des Alpilles (F. Marty).

Fig. 4. Fosse-bûcher. Urne en céramique non tournée de la région des Alpilles (F. Marty).

7L’unique objet faisant partie des effets personnels du défunt est un fragment de fibule en bronze, partiellement fondu. Seul est conservé le porte-ardillon, à double fenêtre et extrémité ornée d’un bouton qui se rapproche du type 9a (à fenêtre unique) de Michel Feugère (1985, pl. 76, n° 1046).

8La clouterie est bien représentée avec 8 clous robustes en fer dispersés dans les différents niveaux. Deux sont nettement repliés après avoir traversé des supports de 53 et 71 mm. On suppose que ces clous ont servi à assembler les éléments du bûcher ou d’un lit funéraire. Cependant, leur répartition n’apporte pas d’élément d’interprétation supplémentaire. Les clavettes en fer sont relativement bien représentées avec 13 exemplaires complets et 20 fragments. Toutes sont repliées à angle droit. Elles sont localisées dans toute l’épaisseur de l’US 4012 et dans l’US 4026. On ignore ce qu’elles ont pu fixer et le type d’objet en matière périssable qui se cache derrière elles. Néanmoins, étant donné que l’ethnographie nous montre des bûchers parfois élaborés (Chapon et al. 2004, 134 ; Pautreau 2010, fig. 115), on peut suggérer que les clavettes aient servi à y fixer des éléments ornementaux. 24 fragments de fer informes complètent cet inventaire.

9Le mobilier résiduel se compose d’une lamelle en silex, de céramique non tournée, campanienne A, à parois fines, à pâte claire, d’amphore punique et italique (Dressel 1A). Le remblai de scellement contient aussi de la céramique non tournée, campanienne A et à pâte claire. Immédiatement au-dessus de la tombe, a également été trouvé un fragment de pot non tourné Mellinand 1b datable entre 20-10 av. J.-C. et 20-30 ap. J.-C. (Marty 2004, 99-100).

Étude anthropologique

10Les os recueillis dans la fosse-bûcher présentent une fragmentation très élevée, due à la température de crémation et aux manipulations ou traitements subis, qui a constitué un obstacle à leur identification et aux remontages de diaphyses. La part de membres non déterminés y est donc importante et la diagnose sexuelle ainsi que la détermination d’un âge au décès n’ont pu être envisagées. Le décompte et l’observation des pièces osseuses ont, néanmoins, permis d’identifier la présence d’un seul individu de taille adulte. En outre, aucune trace de pathologie ou d’arthrose visibles n’a été relevée sur l’ensemble du volume osseux identifié.

11On observe une coloration majoritairement blanche des os de l’ensemble du corps avec parfois, pour les plus petites esquilles, une couleur grise à noire ainsi que des fissurations et des déformations spiroïdales qui indiquent une température de crémation assez élevée (500 à 600 °C au moins), homogène et longue. Le poids total du volume osseux récolté est de 424,9 g. Cette masse est très inférieure aux valeurs de référence les plus basses pour le poids total d’un squelette adulte incinéré, dont la moyenne varie selon les auteurs entre 1001,5 g et 2422,5 g (poids moyen de 1625 g tous sexes confondus : Duday, Depierre, Janin 2000, 8 ; Mackinley 1993, 283-287). C’est donc à peine plus de 25% du poids total attendu qui est conservé dans cette structure. Ainsi, il est tout à fait raisonnable d’envisager que les restes osseux aient été en grande partie prélevés pour être déposés dans une tombe située ailleurs. Sur le site de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme, V. Bel a mis en évidence la récurrence des crémations pratiquées dans une fosse individuelle, à proximité de la sépulture définitive (Bel, 2002, 77).

La tombe à incinération secondaire

Étude archéologique

12Une fosse sépulcrale peu profonde (0,32 m maximum), à fond plat, de plan ovale (0,76 x 0,38 m), dont les parois vont en se rétrécissant vers le fond, a été creusée dans un niveau argileux (fig. 5). Elle contenait les restes d’une incinération en position secondaire. L’ensemble des objets et ossements récoltés sur le bûcher était dispersé sans ordre apparent dans le loculus, sur toute sa profondeur. On remarque, toutefois, un regroupement plus important des vases en céramique dans les deux tiers orientaux, sans que cela n’implique de rituel particulier. La crémation a touché la totalité des éléments contenus dans la tombe.

Fig. 5. Tombe à incinération secondaire. Vues en plan et en coupe (F. Marty).

Fig. 5. Tombe à incinération secondaire. Vues en plan et en coupe (F. Marty).

13Les offrandes en céramique se composent de trois vases complets après recollage (fig. 6). Deux balsamaires en pâte claire de type UNGUENT D1 devaient contenir des huiles parfumées répandues sur le bûcher (Bel 2002, 141). Leur couleur a été modifiée au contact du feu, la pâte et l’engobe du col, habituellement brun-rouge, ayant viré au gris. Une urne non tournée des ateliers des Alpilles CNT-ALP 1a8 contenait peut-être une offrande alimentaire. 83 fragments millimétriques de valves de moules brûlées suggèrent l’existence de ce type de rituel. 3 pépins de raisin avec de la pulpe et des fragments d’un autre pépin, au moins trois grains de seigle (plutôt que d’orge ?) ainsi qu’un fragment de l’amande d’un fruit (ARC06/R3394B) signalent également la présence d’une préparation culinaire, de galettes ou de pains. L’urne a subi une forte desquamation, due à un choc thermique, dans sa partie basse. Ceci pourrait indiquer qu’elle était, initialement, complète et en position horizontale sur le bûcher. Elle s’est ensuite brisée, puis les fragments se sont déformés sous l’action du feu.

Fig. 6. ombe à incinération secondaire. 1 : urne en céramique non tournée de la région des Alpilles ; 2-3 : balsamaires en céramique (F. Marty).

Fig. 6. ombe à incinération secondaire. 1 : urne en céramique non tournée de la région des Alpilles ; 2-3 : balsamaires en céramique (F. Marty).

14Quelques objets métalliques composent les effets personnels du défunt : trois fragments de tige en fer appartenant probablement à un ardillon de fibule, un miroir circulaire en bronze incomplet, habituellement interprété comme un accessoire de toilette typiquement féminin (Bel 2002, 148) et deux clous en fer de semelle de chaussure.

15La clouterie recueillie (fig. 7) comprend aussi deux petits clous décoratifs en bronze, de section carrée, à tête en calotte de sphère, repliés à angle droit après avoir traversé un support de 4 mm d’épaisseur. Ce type de clou est généralement associé à un coffret (Chapon et al. 2004, 133). On note également la présence de 8 clous robustes en fer, de section carrée, à tête plate, de 80 à 107 mm de long. Deux sont repliés après avoir traversé un support de 37 et 45 mm. Ces clous devaient servir à assembler les éléments du bûcher ou d’un lit funéraire. 5 fragments de clous en fer très dégradés complètent le corpus. L’objet métallique le plus abondant reste toutefois la clavette en fer, dont on a récupéré 34 exemplaires complets et 49 fragments. À l’exception d’une seule, toutes sont repliées à angle droit. Enfin, un lot de 21 fragments informes de fer, se rapportant très probablement à la clouterie, complète l’inventaire.

Fig. 7. Tombe à incinération secondaire. Exemples de clouterie. 1 : clou de chaussure en fer ; 2 : clou décoratif en bronze ; 3 : clou robuste en fer ; 4-5 : clavettes en fer (F. Marty).

Fig. 7. Tombe à incinération secondaire. Exemples de clouterie. 1 : clou de chaussure en fer ; 2 : clou décoratif en bronze ; 3 : clou robuste en fer ; 4-5 : clavettes en fer (F. Marty).

16Trois intrusions ont été reconnues dans le remplissage de la fosse : un petit tesson de céramique non tournée et deux minuscules éclats de silex ramassés sur le sol en même temps que les restes de la crémation.

Étude anthropologique

17Parmi l’ensemble des os recueillis, regroupés en amas plus ou moins concentrés, aucun doublet n’a été identifié. Il semble que nous ayons les restes d’un seul sujet, de taille adulte. Si la diagnose sexuelle reste difficile à établir, la gracilité des os pourrait toutefois induire un individu de sexe féminin, ce que ne contredit pas l’association avec un miroir en bronze. Concernant l’âge au décès du sujet, l’examen des os n’a révélé aucun signe de sénescence qui permettrait d’avancer un âge. Les éléments du bloc cranio-facial sont, d’autre part, trop fragmentaires pour être utilisés dans le but d’une détermination approximative. En outre, aucune trace de pathologie ou d’arthrose visible n’a été relevée sur l’ensemble du volume osseux.

18Au sein de ce dernier, toutes les régions anatomiques ne sont pas représentées de manière régulière. En effet, on note une sur-représentation des os de la tête par rapport au reste du corps et une sous-représentation des membres inférieurs. Il est cependant probable qu’une part de ces éléments manquants se trouve dans le lot des « diaphyses indéterminées » ou des « esquilles ». En effet, la quasi-totalité des os indéterminés appartient aux membres sans qu’il soit naturellement possible de préciser s’il s’agit du membre supérieur ou du membre inférieur. Il est néanmoins difficile, pour le moment, de conclure à un choix qualitatif et / ou quantitatif des os de la crémation de la part des préposés aux funérailles. Dans le niveau supérieur du remplissage de la fosse, se trouvaient des os de taille importante (os longs, fragments de crâne, vertèbre), tandis que le niveau inférieur se composait d’os plus fragmentés et de plus petites dimensions, de sorte que la détermination est moins aisée.

19Le poids total du volume osseux récolté est de 880,1 g. Cette masse est de moitié inférieure aux valeurs de référence pour le poids total d’un squelette (supposé) de femme adulte incinérée, dont la moyenne varie, selon les auteurs, entre 1540 g et 1820 g(Duday, Depierre, Janin 2000, 8 ; Mackinley 1993, 283-287), induisant une collecte partielle après la crémation (Duday 2005, 74).

20Enfin, la coloration majoritairement blanche des os de l’ensemble du corps, avec parfois pour les esquilles et les os des mains et des pieds une couleur grise à noire, ainsi que des fissurations et des déformations spiroïdales, indiquent une température de crémation assez élevée et homogène. Le gradient de couleur respecte de manière assez satisfaisante la topographie anatomique d’un sujet couché en extension.

La fosse charbonneuse

21Une petite fosse charbonneuse se situe à 1,75 m au nord de la fosse-bûcher. Elle adopte un plan aux contours arrondis (0,50 x 0,25 m ; profondeur : 0,10 m). Ses parois ne sont pas rubéfiées, excluant a priori une combustion sur place. Son comblement est composé de deux unités stratigraphiques. Au fond, un sédiment argileux beige contient des cailloutis et charbons de bois épars. La couche qui le recouvre possède d’abondants charbons de bois ainsi que quelques nodules d’argile rubéfiée et un petit cailloutis peu abondant. À l’intérieur ont été recueillis 4 fragments millimétriques d’ossements brûlés de couleur blanche, un fragment de lamelle en silex blond, un fragment de céramique non tournée ainsi qu’un fragment d’amphore italique.

22La fonction exacte de cette fosse nous échappe (vidange de bûcher ?). La quantité négligeable d’ossements récoltés permet d’écarter l’hypothèse d’une tombe. La complémentarité éventuelle avec la tombe à incinération secondaire et la fosse-bûcher est, par ­ailleurs, peu évidente malgré leur proximité.

Datation

23La datation de la nécropole repose sur le mobilier céramique recueilli dans la fosse-bûcher et dans la sépulture secondaire. Pour cette dernière, trois objets retiennent notre attention : deux balsamaires et une urne non tournée. Ainsi, les balsamaires en céramique de type UNGUENT D1 apparaissent vers 20 av. J.-C. (Arcelin 1973, 150) et sont encore utilisés dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. (Béraud et al. 1985, 40 ; Moliner 2003, 123). Cette fourchette chronologique, relativement large, peut être resserrée grâce à l’urne CNT-ALP 1a8 dont quelques exemplaires sont assez bien datés par ailleurs. P. Arcelin note que la forme a fait l’objet d’une petite production, très limitée dans le temps, réalisée par un ou deux potiers (Arcelin 1979, 251). On la retrouve dans la tombe I de Saint-Rémy-de-Provence, datée du dernier quart du Ier s. av. J.-C. par la céramique (coupe en céramique campanienne A Morel F2943, cruche CL-REC 2b, urne de type « celtique », urne CNT-ALP 1a3). En outre, l’urne contenait un as de la colonie de Nîmes de la première émission (dès 27 av. J.-C.). C’est également le cas de l’urne de la tombe XII (Arcelin 1975, 93-95 et 126-127 ; 1979, 254). Sur la nécropole de Servanes-Cagalou, à Mouriès, une urne identique, utilisée comme vase à offrande, contenait quelques ossements de faune et une petite cruche CNT-ALP 2b4, habituellement datée vers -40/-20 (Marcadal, Marcadal, Paillet 2003, 269). La tombe 4 de la même nécropole a livré une urne – à l’exception de toute autre céramique – contenant des ossements humains et de faune ainsi qu’une monnaie en bronze à l’effigie d’Auguste, légendée SEGALIVS LUPERCVS et émise en 16 av. J.-C. (Marcadal, Marcadal, Paillet 2003, 275‑276). Ces quelques comparaisons permettent de dater la forme CNT-ALP 1a8 du dernier quart du Ier s. av. J.-C.

24La fosse-bûcher, pour sa part, a livré une urne CNT-ALP 1a3. Le type est connu par de très nombreux exemplaires trouvés en contexte funéraire et sur des habitats. Il est diffusé dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. (Arcelin 1979, 233-236). Les petites dimensions de la nécropole ainsi que le niveau d’ouverture identique des deux structures funéraires, conservées intégralement, plaident en faveur d’une contemporanéité de ces dernières. C’est pourquoi nous proposons de dater l’ensemble du dernier quart du Ier s. av. J.-C.

Interprétation

  • 1 Elles sont reconnues principalement dans la basse vallée du Rhône, des deux côtés du fleuve : Nag (...)

25L’ensemble funéraire de Sivier constitue un exemple intéressant de petite nécropole rurale ayant fonctionné au dernier quart du Ier s. av. J.-C. En effet, la plupart des nécropoles du Ier s. av. J.-C. publiées régionalement sont en relation avec une agglomération1. À Sivier, les crémations sont visiblement liées à une phase d’occupation ancienne de l’habitat gallo-romain situé à 70 m au nord, en bordure du plateau dominant le site. L’organisation et l’importance de l’établissement sont encore mal connues. Seules des prospections pédestres nous renseignent sur son étendue probable et sur sa datation, centrée sur le Haut Empire (Trément 1999, 268). Si, dans la région, les exemples de nécropoles rurales du Haut-Empire fouillées exhaustivement et publiées sont encore peu nombreux, le modèle de Sivier semble toutefois s’inscrire dans un schéma général plus vaste. Ainsi, les secteurs ayant fait l’objet de fouilles extensives sur de vastes superficies, notamment à Saint-Priest, dans le Rhône, livrent de petits noyaux funéraires, de une à plus d’une vingtaine de structures, dispersés à quelques dizaines ou centaines de mètres de l’établissement dont ils dépendent, dans des zones cultivées (Blaizot 2009, 254-260).

26Bien que le nombre de crémations soit réduit à deux, leurs types sont à la fois différents et complémentaires dans leur fonction. Différents car les deux dépôts sont bien distincts et caractérisés (bûcher puis lieu de sépulture de deux individus identifiés). Complémentaires en raison du faible pourcentage d’ossements humains par rapport aux valeurs de références et de la proportion très importante d’esquilles recueillies dans la fosse-bûcher en regard de leur faible représentation dans la sépulture secondaire. Enfin, si l’on additionne le poids de la masse osseuse de la sépulture secondaire (880,1 g) au volume osseux prélevés dans la fosse-bûcher (424,9 g), nous obtenons un indice pondéral de 1305 g qui s’approche alors davantage des valeurs de référence d’un squelette adulte incinéré.

27L’incinération sur un bûcher posé au-dessus d’une fosse, suivie du dépôt d’une partie des résidus de la crémation dans une autre fosse, sans organisation apparente, constitue un rite en rupture avec les pratiques indigènes du Ier s. av. J.-C. où la coutume veut que les ossements soient triés et qu’une partie d’entre eux soit placée dans un vase cinéraire, le plus souvent accompagné d’offrandes secondaires. Le tout est habituellement disposé dans une fosse, protégée ou non par des pierres ou par un caisson monolithique, en dalles de pierre ou en bois. La sépulture secondaire de Sivier s’en distingue par le rituel qui a accompagné l’ensevelissement des restes mortuaires. En effet, les ossements brûlés recueillis sur le bûcher sont relativement abondants (880 g) comparés à la poignée d’ossements que l’on retrouve le plus souvent (Bel et al. 2008, 218-219). D’autre part, ils étaient dispersés sans ordre apparent dans le loculus, au milieu des offrandes primaires, des clous et des cendres.

28L’enfouissement en pleine terre des ossements brûlés, restes d’offrandes et charbons de bois provenant du bûcher existe dès la fin du IIIe s. av. J.-C. à Ambrussum (Fiches 1989, 30-39) et à Nîmes (Bel et al. 2008, 222). Toutefois, l’incinération secondaire avec couche de cendre, sans séparation des ossements, apparaît réellement à l’époque augustéenne et se poursuit jusqu’au IIIe s. (Blaizot 2009, 176-183). De la même manière, les premières fosses-bûcher et tombes-bûcher sont attestées dès l’époque augustéenne dans la nécropole de Saint-Lambert, à Fréjus, et vont connaître un réel essor à partir du milieu du Ier s. (Bel 2002, 86-87 ; Blaizot 2009, 102-103) allant jusqu’à représenter l’intégralité des 48 tombes de la nécropole des Communaux de Saint-Cézaire, à Vernègues, utilisée du milieu du Ier s. au début du IIIe s. (Chapon et al. 2004). Nous observons donc, à Sivier, les prémices de nouvelles pratiques funéraires introduites par la romanisation qu’il faut probablement mettre en relation avec l’installation de colons venus implanter leur établissement afin d’exploiter les terres du vallon de Saint-Jean.

Bibliografia

Andrieux 1994 : ANDRIEUX (Ph.) – Étude de la combustion du bûcher. In : Lambot (B.), Friboulet (M.), Meniel (P.), Delestree (L.‑P.), Guillot (H.), LE GOFF (I.), Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), II. Les nécropoles dans leur contexte régional (Thugny-Trugny et tombes aristocratiques) 1986-1988-1989. (Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, suppl. 2), Reims, 1994, p. 262-279. (Dossiers de Protohistoire, 5).

Arcelin 1973 : ARCELIN (P.) – La nécropole protohistorique de La Catalane aux Baux-de-Provence. Revue Archéologique de Narbonnaise, 6, 1973, p. 91-195.

Arcelin 1975 : ARCELIN (P.) et (Ch.) – Les sépultures préromaines de Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Revue Archéologique de Narbonnaise, 8, 1975, p. 67-135.

Arcelin 1979 : ARCELIN (P.) – La céramique modelée au Ier siècle av. J.-C. dans les Bouches-du-Rhône, La vaisselle culinaire autochtone de la Conquête à la Romanisation (125 av. J.-C. – règne d’Auguste), Thèse de doctorat de 3e cycle, LAPMO, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1979, 2 vol.

Bats 1990 : BATS (M.) – Tombes et nécropoles de Narbonnaise aux IIe-Ier s. av. J.-C. : problèmes de datation et de chronologie. In : Duval (A.), Morel (J.-P.), ROMAN (Y.) éd., Gaule interne et Gaule méditerranéenne aux IIe et Ier siècles avant J.-C. : confrontations chronologiques, Actes de la table ronde de Valbonne (1986), (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 21), 1990, p. 269-290.

Bel 2002 : BEL V. dir. – Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule. La nécropole gallo-romaine du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 11), Lattes, 2002, 539 p.

Bel et al. 2008 : BEL (V.), BARBERAN (S.), CHARDENON (N.), FOREST (V.), RODET-BELARBI (I.) , VIDAL (L.) – Tombes et espaces funéraires de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard), (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 24), 2008, 519 p.

Béraud et al. 1985 : BERAUD (I.), BRUN (J.-P.), CONGES (G.), GEBARA (Ch.), PASQUALINI (M.) – Les nécropoles gallo-romaines de Fréjus. Trois années d’action du service archéologique municipal, Catalogue d’exposition, Fréjus, 1985, 45 p.

Blaizot 2009 : BLAIZOT (F.) dir. – Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, (Gallia, 66.1), 2009, 383 p.

Chapon et al. 2004 : CHAPON (Ph.), BUSSIERE (J.), DELATTRE (L.), FEUGERE (M.), RICHIER (A.), ROTH-CONGES (A.), VILLEMEUR (I.) – Les nécropoles de Vernègues (B.-du-Rh.). Deux ensembles funéraires du Haut-Empire à la périphérie d’une agglomération secondaire. Revue Archéologique de Narbonnaise, 37, 2004, p. 109-209.

De Luca 2006 : DE LUCAS (B.) – Chemin de Saint-Jean IV à Istres (Bouches-du-Rhône), Rapport final d’opération de diagnostic, INRAP, SRA-PACA, 2006, 29 p.

De Luca, Chevillot, Collinet 2005 : DE LUCAS (B.), CHEVILLOT (P.), COLLINET (J.) – Chemin de Saint-Jean I à Istres (Bouches-du-Rhône), Rapport final d’opération de diagnostic, INRAP, SRA-PACA, 2005, 34 p.

Duday 2005 : DUDAY (H.) – Archéologie du rituel. Fouille des enclos 23, 25 et 25 A de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi. Campagne 2005. École Française de Rome, Soprintendenza di Pompei, CNRS, Université de Picardie, vol. 1, 173 p.

Duday, Depierre, Janin 2000 : DUDAY (H.), DEPIERRE (G.), JANIN (T.) – Validation des paramètres de quantification, protocoles et stratégies dans l’étude anthropologique des sépultures secondaires à incinération. L’exemple des nécropoles protohistoriques du Midi de la France. In : Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du Fer, Actes du 21e colloque international de l’Association Française pour l’Etude de l’Age du Fer (Conques-Montrozier, 1997), Lattes, CNRS, 2000, p. 7-29. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

Feugère 1985 : FEUGERE (M.) – Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C., (Revue Archéologique de Narbonnaise, supp. 12), 1985, 503 p.

Fiches 1989 : FICHES (J.-L.) dir. – L’oppidum d’Ambrussum et son territoire, (Monographie du CRA), 1989, 286 p.

Mackinley 1993 : MACKINLEY (J.-I.) – Bone fragment size and weights of bone from modern british cremations and its implications on archaeological cremations. International Journal of Osteoarchaeology, 3, 1993, p. 283-287.

Marcadal, Marcadal, Paillet 2003 : MARCADAL (N.), MARCADAL (Y.), PAILLET (J.-L.) – La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes – Cagalou (Ier s. av. J.-C. - IIIe s. ap. J.-C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône) : sépultures et monuments funéraires. Documents d’Archéologie Méridionale, 26, 2003, p. 251-348.

Marty 2003 : MARTY (F.) – L’atelier de potiers gallo-romain de Sivier (Istres, B.-du-Rh.). Revue Archéologique de Narbonnaise, 36, 2003, p. 259-282.

Marty 2004 : MARTY (F.) – La vaisselle de cuisson du port antique de Fos (Bouches-du-Rhône). In : SFECAG, Actes du congrès de Vallauris, 2004, p. 97-128.

Marty et al. 2006 : MARTY (F.), BLAISE (E.), FURESTIER (R.), GILABERT (C.), LEMERCIER (O.), PEREZ (B.) – Sivier, DFS d’opération de sondage, Musée Archéologique Intercommunal, SRA de PACA, 2006, 131 p.

Marty et al. 2010 : MARTY (F.), LEMERCIER (O.), FURESTIER (R.), BLAISE (E.) – Premiers résultats sur l’occupation néolithique du site de Sivier (Istres, Bouches-du-Rhône). In : Lemercier (O.), Furestier (R.), Blaise (E.) dir., 4e Millénaire. La transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le sud-est de la France et les régions voisines, 2010, p. 91-108. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 27).

Moliner 2003 : MOLINER (M.) dir. – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (IVe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.), (Études Massaliètes, 8), Edisud – CCJ, 2003, 487 p.

Nin 2006 : NIN (N.) dir. – La nécropole méridionale d’Aix-en-Provence. (Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 37), 2006, 240 p.

Pautreau 2010 : PAUTREAU (J.-P.) – Crémations traditionnelles en Thaïlande du nord. In : Porra-Kuteni (V.) dir., Des vases pour l’éternité. La nécropole de Negabous et la Protohistoire du Roussillon, Catalogue d’exposition, Conseil Général des Pyrénées-Orientales – Pôle Archéologique Départemental, 2010, p. 118-126.

Trément 1999 : TREMENT (F.) – Archéologie d’un paysage, Les étangs de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), (Documents d’Archéologie Française, 74), 1999, 314 p.

Vecchione, Duflot 2003 : VECCHIONE (M.), DUFLOT (L.) – Chemin de Saint-Jean à Istres (Bouches-du-Rhône), DFS de fouille d’évaluation archéologique, INRAP, SRA de PACA, 2003, 18 p.

Note

1 Elles sont reconnues principalement dans la basse vallée du Rhône, des deux côtés du fleuve : Nages, Nîmes, Boissières, Beaucaire, Saint-Laurent-des-Arbres, Sauveterre et Aramon, dans le Gard ; Arles, Le Paradou, Les Baux-de-Provence, Saint-Rémy-de-Provence, Eyguières et Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône ; Cavaillon, dans le Vaucluse. D’autres nécropoles ou tombes isolées existent dans ce secteur, mais n’ont été mentionnées que de manière rapide, sans que les contextes de découverte puissent être clairement établis (bibliographie dans Bats 1990 et Bel et al. 2008).

Indice delle illustrazioni

Titolo Fig. 1. Sivier. Répartition des vestiges antiques et localisation de la nécropole (DAO F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-1.jpg
File image/jpeg, 116k
Titolo Fig. 2. Plan de la nécropole (relevé F. Marty et V. Prades ; DAO F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Titolo Fig. 3. Fosse-bûcher. Vues en plan (au niveau des planches) et en coupe (relevé F. Marty et B. Perez ; DAO F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-3.jpg
File image/jpeg, 132k
Titolo Fig. 4. Fosse-bûcher. Urne en céramique non tournée de la région des Alpilles (F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-4.jpg
File image/jpeg, 72k
Titolo Fig. 5. Tombe à incinération secondaire. Vues en plan et en coupe (F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-5.jpg
File image/jpeg, 72k
Titolo Fig. 6. ombe à incinération secondaire. 1 : urne en céramique non tournée de la région des Alpilles ; 2-3 : balsamaires en céramique (F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-6.jpg
File image/jpeg, 100k
Titolo Fig. 7. Tombe à incinération secondaire. Exemples de clouterie. 1 : clou de chaussure en fer ; 2 : clou décoratif en bronze ; 3 : clou robuste en fer ; 4-5 : clavettes en fer (F. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5446/img-7.jpg
File image/jpeg, 52k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search