Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 1. Techniques de construction

2. Techniques de construction et architecture protohistorique indigène dans le nord-est de la péninsule Ibérique

Maria Carme Belarte

Résumé

L’étude de l’architecture protohistorique du nord-est de la Péninsule Ibérique montre que les techniques de construction ainsi que les formes bâties résultantes possèdent une personnalité propre en même temps qui témoignent des nombreuses influences méditerranéennes reçues durant l’âge du Fer. L’ensemble de données suggère que les rapports et les échanges culturels étaient riches du point de vu des techniques de construction et des formes d’architecture, mais les sociétés indigènes gardent leur propre personnalité en ce qui concerne la construction et l’utilisation de l’espace bâti.

The study of the proto-historic architecture of the northeastern Iberian Peninsula shows that building techniques as well as the resulting built forms had their own personality. At the same time, they were the result of several Mediterranean influences received during the Iron Age. The whole of data indicates the richness of the relationships and the cultural exchanges reflected in the use of building techniques as well as in the architectural forms. In any event, indigenous societies kept their own personality regarding the construction and the use of built space.

Texte intégral

01/06/2010

01/06/2013

1. Les techniques de construction durant le bronze Final et le premier âge du Fer

1Dans cet article on présente un état de la recherche sur les techniques de construction et l’architecture protohistoriques du nord-est de la péninsule Ibérique (fig. 205), et on analyse en particulier les transformations qui se produisent le long de l’âge du Fer. Les techniques de construction ainsi que les formes d’architecture de ces sociétés sont le résultat en même temps de l’évolution des populations locales et de l’interaction entre celles-ci et les influences coloniales qui ont lieu durant le premier âge du Fer.

2Pendant le Bronze final et le premier âge du Fer, les traits principaux définissant les formes d’habitat sont le manque d’uniformité, ainsi que la présence de différences régionales importantes. Ce manque d’uniformité perdurera jusqu’à la fin du VIe siècle av. J.-C., comme on le verra par la suite.

3Des études préalables menées par d’autres chercheurs ont insisté sur cette problématique et ont essayé de définir les différentes aires géographiques en fonction des formes d’habitat (Rovira, Santacana 1982a  ; Francés, Pons 1998, 31-46) (fig. 206). D’après ces recherches, des différences importantes sont évidentes entre, d’une part, le littoral et le pré-littoral, d’autre part, les plaines intérieures telles que la vallée du Segre et, finalement, les aires intérieures de montagne.

Fig. 205. Carte de la Catalogne avec emplacement des principaux sites mentionnés dans le texte.

Fig. 205. Carte de la Catalogne avec emplacement des principaux sites mentionnés dans le texte.

Fig. 206. Carte de la Catalogne avec indication des différents types d’habitat du Bronze final et premier âge du Fer, en fonction des différentes aires géographiques (d’après Francès, Pons 1998).

Fig. 206. Carte de la Catalogne avec indication des différents types d’habitat du Bronze final et premier âge du Fer, en fonction des différentes aires géographiques (d’après Francès, Pons 1998).

4La région littorale et pré-littorale présente une situation très semblable à celle de la Gaule méridionale. Les sites d’habitat attestés depuis le début du Ier millénaire sont formés par des cabanes à poteaux porteurs, c’est-à-dire, des bâtis dont la base est creusée dans le substrat et la superstructure est faite de matériaux périssables (une armature de végétaux enduite de torchis, avec parfois des socles en pierres). Ces cabanes présentent des plans arrondis ou ovales, leurs dimensions étant assez réduites (entre 10 et 15 m2 normalement, rarement arrivant à 20 m2) et sont parfois accompagnées de structures annexes (fosses, silos, fours…)  ; leur état de conservation est souvent très précaire, les structures ayant été arasées par des travaux agricoles modernes, et les aménagements domestiques à l’intérieur des cabanes (principalement, des foyers et des banquettes) sont parfois détruits par la superposition de structures tout au long de l’utilisation des sites. En conséquence, la distinction entre les cabanes et les structures à fonction non strictement domestique n’est pas évidente. Les cabanes ainsi que les structures annexes sont parfois groupées en hameaux  ; des exemples de ce type de groupements ont été étudiés à La Fonollera, Torroella de Montgrí (Gérone) (Pons 1982) (fig. 207) ou Can Roqueta, Sabadell (Barcelone) (Carlús et al. 2007). L’organisation de ces sites se présente de manière lâche et l’existence d’espaces de circulation ou de rues n’est pas nettement définie. L’existence d’une planification préalable de l’espace n’est pas évidente et il n’y a pas d’indices d’un premier urbanisme. Dans la plupart de cas, il n’a pas été possible de fixer le nombre de cabanes fonctionnant en même temps, mais ces sites ont pu être utilisés sur de longues périodes. Ce type d’habitat perdurera sur l’aire côtière de Gérone et Barcelone jusqu’au milieu du VIIe siècle et même au début du VIe s. av. J.-C.

Fig. 207. Plan d’une des cabanes du site de La Fonollera (Torroella de Montgrí) (d’après Pons 1982, modifiée).

Fig. 207. Plan d’une des cabanes du site de La Fonollera (Torroella de Montgrí) (d’après Pons 1982, modifiée).

5Toujours dans cette région littorale et pré-littorale, à partir du milieu du VIIe siècle av. J.-C., apparaissent dans les aires les plus méridionales des sites organisés selon une utilisation contrôlée et planifiée de l’espace. Il s’agit de sites de taille réduite (de 300 à 500 m2 de superficie en moyenne) qui possèdent de 10 à 20 maisons à plan rectangulaire et d’une superficie d’environ 20 m2, avec murs mitoyens et organisées en îlots séparés par des rues. On peut citer pour ce type de site Barranc de Gàfols (Ginestar, Tarragona) (Sanmartí et al. 2000) (fig. 208), La Ferradura (Ulldecona, Tarragona) (Maluquer de Motes 1983) ou Puig Roig (El Masroig, Tarragona) (Genera 1995). Sur ces habitats, l’utilisation de la brique crue moulée est attestée de manière claire pour la première fois (fig. 209). De même, la chaux est utilisée pour les enduits sur le site de El Calvari (Vilalba dels Arcs, Tarragona) (fig. 210). Ce dernier site ne serait pas un lieu d’habitat mais un bâtiment à fonction cultuelle, ce qui est indiqué par la présence d’objets singuliers, tels que des tables basses imitant les trépieds phéniciens, ainsi que des céramiques à fonction rituelle  ; on notera également la présence d’importations phéniciennes sur le site (Bea, Diloli, Vilaseca 2002).

Fig. 208. Plan du site du premier âge du Fer de Barranc de Gàfols (Ginestar).

Fig. 208. Plan du site du premier âge du Fer de Barranc de Gàfols (Ginestar).

Fig. 209. Vue d’une des couches d’effondrement de briques sur le site de Barranc de Gàfols.

Fig. 209. Vue d’une des couches d’effondrement de briques sur le site de Barranc de Gàfols.

Fig. 210. Vue du mur en briques sur le site de Turó del Calvari de Vilalba dels Arcs ; on apprécie des restes d’enduit de chaux sur quelques briques.

Fig. 210. Vue du mur en briques sur le site de Turó del Calvari de Vilalba dels Arcs ; on apprécie des restes d’enduit de chaux sur quelques briques.

6Dans cette région méridionale, les nouveautés dans les techniques de construction sont attestées juste après l’arrivée des premières importations d’amphores phéniciennes provenant du sud de la péninsule Ibérique, et sont accompagnées par la présence des premières céramiques tournées. La région du cours inférieur de l’Ebre montre de manière claire ce processus. Dans ce sens-là, nous devons mentionner la proximité géographique entre ces premiers sites à plan organisé et le site d’Aldovesta, proche de l’embouchure de l’Ebre, contenant un important volume d’amphores phéniciennes ainsi que des objets en bronze destinés à la refonte, et dont la fonction serait celle d’un centre de commerce redistribuant vers les populations locales des produits provenant des sites phéniciens du sud péninsulaire, probablement en échange de métaux (Mascort, Sanmartí, Santacana 1991).

7Pour la même période, les fouilles menées à terme sur le site de l’Era del Castell (El Catllar, Tarragone) (Fontanals, Otiña, Vergès 2006) montrent que ce site possédait un urbanisme très semblable aux habitats de la région de l’Ebre, ce qui laisse à penser qu’un processus semblable pourrait avoir eu lieu dans la région côtière autour de Tarragone.

8Sur le reste de la Catalogne littorale, l’apparition des premiers sites à caractère urbain – comparables à ceux que l’on vient de décrire pour la Catalogne méridionale- ainsi que l’introduction de la brique ne se produisent pas avant la fin du VIe s. av. J.-C., ce qui a été traditionnellement mis en rapport avec la fondation d’Empúries et le contact avec le monde colonial grec.

9Sur le site même de la Palaia Polis d’Empúries (aujourd’hui Sant Martí d’Empúries), un habitat indigène formé de maisons juxtaposées à plan sub-rectangulaire, dont les murs possèdent des socles en pierre et des élévations en terre, est attesté entre la deuxième moitié du VIIe s. et les premiers décennies du VIe s. av. J.-C., après l’arrivé des premières importations étrusques ainsi que des premières importations phéniciennes du sud de la péninsule Ibérique. À partir du 580 av. J.-C. sont attestées des maisons à plan rectangulaire dont les murs possèdent des élévations en briques et correspondent à la fondation phocéenne (Aquilué 1999).

10Plus à l’intérieur, dans l’aire qui correspond plus ou moins à l’actuelle province de Lleida, et notamment sur les vallées des fleuves Segre et Cinca, l’habitat se présente de manière sensiblement différente par rapport à la côte. Dans toute cette région, des sites à structure proto-urbaine sont attestés depuis le bronze Final (1100-950 av. J.-C.), sans aucun contact exogène. Ici les sites présentent normalement des plans ovales avec les maisons appuyées contre un mur commun, et laissent une aire centrale libre de constructions. Le site de Vincamet (1100 – 950 av. J.-C.), fouillé récemment (Moya et al. 2005), présente un ensemble de maisons de superficies très semblables à celles attestées sur la région de l’Ebre (fig. 211). Par contre, sur le site de Genó (Maya, Cuesta, López Cachero 1998) les maisons avaient des superficies entre 30 et 40 m2. En ce qui concerne les techniques de construction, sur les sites de Genó et Vincamet les murs des maisons sont entièrement bâtis en pierre, la terre modelée ayant été employé dans l’élaboration des aménagements domestiques. La brique s’introduit dans cette région dans la période 950 – 750 av. J.-C. (Moya et al. 2005, 21). Vers 750 av. J.-C. aura lieu la construction des premiers sites fortifiés, dont celui de Vilars (Arbeca), l’exemple le plus largement fouillé, possède des murs en briques sur des solins de pierre, et la brique a également été employée dans la construction du rempart (Junyent, Lafuente, López 1994, 83-84).

Fig. 211. Plan de l’aire fouillée sur le site de Vincamet (Fraga) (d’après Moya et al. 2005).

Fig. 211. Plan de l’aire fouillée sur le site de Vincamet (Fraga) (d’après Moya et al. 2005).

11Finalement, dans les aires de montagne, l’habitat à l’intérieur des grottes est attesté durant le Bronze final. Il s’agit d’une forme d’habitat résiduelle qui correspond à des occupations ponctuelles et non permanentes. Dans ces zones de montagne, des formes intermédiaires entre la cabane et la grotte (des refuges naturels complétés par le moyen de toitures en matériaux périssables) sont également attestés, par exemple à la Mussara (Rovira, Santacana 1982b) (fig. 212).

Fig. 212. Plan de la cabane de la Mussara (Vilaplana del Camp) (d’après Rovira, Santacana 1982b, modifiée).

Fig. 212. Plan de la cabane de la Mussara (Vilaplana del Camp) (d’après Rovira, Santacana 1982b, modifiée).

12Le panorama décrit ci-dessus laisse à penser que l’introduction de la brique ainsi que l’apparition de l’architecture en dur et du premier urbanisme est, sur la côte de la Catalogne, un phénomène résultant de l’influence coloniale, qu’elle soit phénicienne ou grecque. Or, l’apparition de villages à maisons juxtaposées et organisés selon des modèles d’urbanisme simples est attestée depuis le bronze final dans la région de Lleida (Lérida), ce qui suggère que le passage des cabanes aux villages bâtis en dur n’est pas forcément dans tous les cas un résultat des influences exogènes. En ce qui concerne l’introduction de la brique, il est important de mentionner que, plus à l’intérieur de la Péninsule, dans la haute vallée de l’Ebre et dans la vallée du Duero, des briques moulées sont attestées depuis le Bronze final sur les sites de Cortes de Navarra (Munilla, Gracia, Garcia 1994-1996) ou El Soto de Medinilla (Delibes, Romero 1995). L’utilisation de briques (moulées ou modelées) a été également mentionnée sur des sites du Chalcolithique ou du Bronze du sud péninsulaire (Pellicer, Schüle 1962  ; Arribas et al. 1974), même si dans ces derniers cas il s’agit principalement de fouilles anciennes dont la documentation est moins fiable.

13Nous croyons, en conclusion, que, même si dans certaines régions les contacts méditerranéens ont pu impulser des transformations dans les techniques de construction et également dans l’organisation des habitats, on ne doit pas négliger l’évolution des communautés locales ainsi que la diversité culturelle et les contacts à l’intérieur de la Péninsule, qui dans quelques cas ont pu être à l’origine de résultats semblables en ce qui concerne le changement des formes d’habitat.

2. La période ibérique

14À partir du milieu du VIe siècle av. J.-C. des changements importants se produisent dans les sociétés protohistoriques de la région ici analysée, qui désormais font partie de la culture ibérique. Au début de la période ibérique, de nombreux sites occupés durant le premier âge du Fer sont abandonnés, parfois après des destructions attestées par de puissantes couches d’incendie  ; exceptionnellement, certains sites présentent une continuité d’occupation après des remaniements importants et des changements dans les formes d’habitat. En général, la documentation existante pour la deuxième moitié du VIe siècle et le début du V e siècle est moins abondante que pour les siècles précédents, et la recherche sur le passage des sociétés du premier Fer aux sociétés complexes du second âge du Fer n’a pas encore répondu à toutes les questions concernant les transformations subies par ces sociétés (Belarte, Sanmartí 2006).

15Durant la deuxième moitié du VIe siècle, les formes d’habitat et les techniques de construction subissent un processus d’uniformisation. Les données sont peu abondantes pour ces deux quarts de siècle, mais à partir du V e siècle et, surtout, durant les IV e et IIIe s. av. J.-C., la plupart de sites partagent des traits communs du point de vue de l’architecture et des techniques de construction.

16On doit signaler cependant que, à partir du V e siècle et surtout au cours du IV e siècle, on a affaire à une diversification des sites d’habitat, du point de vue de leurs dimensions et aussi des fonctions, ce qui indique l’existence d’une hiérarchisation de l’habitat. Les dimensions des sites varient de plusieurs hectares à quelques centaines de mètres carrés, et leurs fonctions varient de villes où des fonctions administratives ont pu être identifiées, à des petits sites à caractère rural. Des villages et des sites à fonction économique spécialisée ont également été attestés (Asensio et al. 1998).

17Indépendamment de la catégorie ou de la fonction du site, au cours de la période ibérique les habitats possèdent des trames urbaines régulières, qui définissent et déterminent la distribution des aires d’habitat, des aires de circulation et, éventuellement, des bâtiments à fonction publique.

18Un trait commun à la majorité des sites d’habitat ibériques est la présence de fortifications, parfois d’une certaine complexité, pouvant être composées de remparts, tours et fossés. À l’intérieur du site, les maisons s’appuient au rempart ou mur d’enceinte. Les maisons ibériques possèdent des plans à tendance quadrangulaire, mais celles qui sont adossées aux murs d’enceinte possèdent souvent des plans trapézoïdaux. Dans les aires centrales des sites, des quartiers à plan régulier sont également attestés (fig. 213). Il n’existe pas un seul type de maison ibère, existant une grande diversité de plans et superficies, celles-ci allant des 20 m2 aux presque 1000 m2, et le nombre de pièces à l’intérieur allant de 1 à 20. Les bâtiments publics sont très rares et parfois difficiles à identifier et à interpréter. Les temples sont les plus couramment attestés, surtout sur les villes principales telle qu’Ullastret (où trois temples ont été identifiés). Des structures communautaires à fonction de stockage sont attestées sur le site de Moleta del Remei.

Fig. 213. Plan du site d’Alorda Park (Calafell) : dans le quartier nord, des maisons complexes s’appuient au rempart ; au sud, les îlots de maisons possèdent un plan régulier.

Fig. 213. Plan du site d’Alorda Park (Calafell) : dans le quartier nord, des maisons complexes s’appuient au rempart ; au sud, les îlots de maisons possèdent un plan régulier.

19Une question intéressante à considérer en rapport avec l’architecture et l’urbanisme des sites ibériques est l’analyse de la métrologie utilisée. Des travaux de Pierre Moret ont proposé l’existence d’unités de mesure propres aux Ibères, en particulier l’utilisation d’un pied de 0,32 m (Moret 1998).

20Une étude récente montre l’utilisation de deux pieds différents de création indigène sur les sites ibères de la Catalogne  : un pied de 0,31 m et l’autre de 0,32 m. Le module de 0,32 m est attestée sur les sites de la région de l’Èbre (aire des Ilercavones) tandis que le pied de 0,31 m semblerait avoir eu une répartition plus répandue (Olmos 2009).

21En ce qui concerne les techniques de construction, pour les bâtiments publics comme pour les maisons, le plus courant est que les murs soient bâtis en terre sur solins de pierre, même si les murs complètement bâtis en pierre sont aussi connus. Quant à la construction en terre, la technique la plus fréquente est celle de la brique crue, mais les murs en terre massive sont également attestés. Les problèmes de conservation et d’identification des élévations en terre lors de la fouille ainsi que le manque d’intérêt montré durant longtemps par les chercheurs ont fait que, dans nombre de cas, il n’est pas possible de préciser la technique de construction. Les murs en terre massive ont été presque systématiquement publiés comme des murs en pisé, sans qu’ils aient été fouillés ou sans que des observations détaillées sur la mise en oeuvre aient été faites et, enfin, avec une absence presque totale d’analyses de micromorphologie (Belarte, Gailledrat 2003).

22L’utilisation du pisé durant la période Ibérique et couramment accepté par les protohistoriens espagnols, mais ce fait a été mis en doute par des chercheurs français, notamment par Cl.-A. de Chazelles, à partir du manque de données sûres et de la confusion terminologique existante. On doit signaler que, en Gaule méridionale, l’adoption du pisé est une technique tardive, non antérieure au contact avec les Romains. Cela nous amène au problème de la chronologie d’introduction du pisé dans ces régions. En effet, et à cause des confusions fréquentes entre le pisé et la bauge, nous pouvons difficilement être sûrs du moment initial de l’utilisation du pisé.

23Un des arguments qui a souvent été utilisé pour parler du pisé durant la période ibérique est un passage de Pline l’Ancien, qui décrit des murs faits de terre dans de coffrages en bois, à Hispania et Africa. La manière dont Pline décrit ces murs, qui seraient une particularité des provinces mentionnées, fait penser que le pisé n’a pas été introduit par les Romains dans ces régions. D’ailleurs, ce passage a fait penser à un possible rapport entre le monde phénicien et punique et l’introduction du pisé dans la Péninsule Ibérique, idée qui a déjà été proposée par C.-A. de Chazelles (1997, 98). De cette façon, au problème de la chronologie initiale on doit encore ajouter celui de l’origine ou provenance de cette technique.

24Les toitures des maisons étaient faites d’une structure de bois couverte d’éléments végétaux et d’une épaisse couche de terre  ; ce système perdurera jusqu’au Ier s. av. J.-C. La tuile est introduite ver la fin du IIe s. av. J.-C. mais elle ne sera employée sur les sites ibériques que de manière ponctuelle.

25Les enduits, les sols et les aménagements domestiques – foyers, fours, banquettes - sont faits de terre, de chaux ou de pierres tout au long de la période ibérique. Les enduits des murs possédaient souvent des décors peints. Dans quelques cas, les sols en briques sont attestés, par exemple dans une pièce à utilisation artisanale (atelier de lin) sur le site de Coll del Moro de Gandesa (Tarragone) (Rafel, Blasco, Sales 1994). Exceptionnellement, des décors en coquillages sont attestés sur le site d’Illa d’en Reixac à Ullastret (Martín et al. 1997).

26Durant le IIIe siècle av. J.-C., sur certains sites de l’aire étudiée, de nouveaux matériaux sont attestés  : c’est le cas de l’opus signinum (parfois avec des adaptations locales) ou du mortier de chaux. Ces matériaux sont employés par exemple à Calafell (fig. 214 et fig. 215), dans une maison de la fin du IIIe siècle interprétée comme la maison d’une des familles principales du site. Une des pièces de ce bâti possédait un étage supérieur, dont les couches d’effondrement contenaient des fragments de signinum et de fragments de mortier de chaux avec une face lissée, et parfois un décor de bandes grises (Asensio et al. 2005). Le sol ainsi que les enduits de l’étage inférieur de cette maison étaient faits en terre.

Figure 214. Fragment d’opus signinum provenant du site d’Alorda Park (Calafell).

Figure 214. Fragment d’opus signinum provenant du site d’Alorda Park (Calafell).

Figure 215. Fragments d’enduit à base de mortier de chaux provenant du site d’Alorda Park (Calafell).

Figure 215. Fragments d’enduit à base de mortier de chaux provenant du site d’Alorda Park (Calafell).

27Des sols en signinum sont également attestés à Puig de Sant Andreu d’Ullastret dans une grande maison du IV e siècle, qui est jusqu’à maintenant la plus vaste maison attestée sur un site ibérique en Catalogne. Il s’agit d’une maison complexe à pièces multiples organisée autour de cours ou d’espaces découverts (Martín et al. 2004). De même, dans une maison complexe de Mas Castellar de Pontós, du IIIe siècle, des sols en signinum sont aussi attestés (Pons 2002). Dans les trois cas mentionnés, l’utilisation de ces matériaux est associée à des maisons à plan complexe dont on parlera plus loin, de plus grandes dimensions que sur le reste du site, qui ont été interprétées comme les demeures des élites. En tout cas, l’introduction de ces nouveaux éléments pourrait être le résultat des influences exogènes, soit hellénistiques (par exemple à Pontós ou Ullastret), puniques (par exemple à Calafell) ou enfin romaines.

28Un dernier point à considérer est l’évolution des plans des maisons tout au long de la période ibérique. Il n’existe pas un seul type de maison ou une «  maison ibérique typique  » en ce qui concerne les plans ou la répartition des espaces. On peut néanmoins parler d’une sorte de «  maison de base  », qui est un rectangle composé par une, deux ou trois pièces  ; cette maison suit la tradition constructive du Bronze final et le premier âge du Fer et possède des dimensions allant de 20 à 30 m2. Durant les IV e et IIIe siècle, la complexité augmente, et l’on détecte un accroissement du nombre d’espaces et partitions ainsi que des superficies (fig. 216). En même temps, certains sites possèdent des grandes demeures qui dépassent largement les dimensions du reste de maisons du site, et qui sont parfois concentrées sur un quartier, en rapport avec le rempart ou d’autres structures importantes pour la communauté. Au IV e siècle, Ullastret possède une grande maison de presque 1000 m2. Sur d’autres sites de la Catalogne, des résidences complexes d‘une superficie autour des 300 m2 apparaissent à la fin du IIIe siècle  : c’est le cas d’Alorda Park, à Calafell (Tarragone), Castellet de Banyoles (Tivissa) ou Mas Castellar de Pontós (Gérone). Ces maisons de grandes dimensions sont parfois des bâtiments organisés autour de cours centrales ou frontales, qui montrent une influence méditerranéenne, et ont été interprétées comme des résidences aristocratiques.

Fig. 216. Exemples de maisons d’Ullastret (d’après Martín et al. 2004, modifiée, et Malquer de Motes, Picazo, 1992, modifiée), Alorda Park(d’après Asensio et al. 2005, modifiée), Castellet de Banyoles (d’après Asensio, Miró, Sanmartí, 2005, modifiée) et Pontós (d’après Pons 2002, modifiée), où l’on peut apprécier la diversité de plans et dimensions existante, même à l’intérieur du même site.

Fig. 216. Exemples de maisons d’Ullastret (d’après Martín et al. 2004, modifiée, et Malquer de Motes, Picazo, 1992, modifiée), Alorda Park(d’après Asensio et al. 2005, modifiée), Castellet de Banyoles (d’après Asensio, Miró, Sanmartí, 2005, modifiée) et Pontós (d’après Pons 2002, modifiée), où l’on peut apprécier la diversité de plans et dimensions existante, même à l’intérieur du même site.

29Du point de vue du rapport entre la structure des maisons et la répartition des activités, la maison ibérique se présente de manière très différente des demeures grecques ou romaines. Jusqu’à maintenant, il n’a pas été possible d’identifier l’existence de pièces avec une structure, des aménagements ou une disposition spécifique que l’on puisse relier systématiquement avec des fonctions précises. À l’intérieur des maisons plus complexes, l’existence d’un plus grand nombre de pièces permet une certaine spécialisation des activités, mais la répartition de ces activités, identifiée par l’ensemble des aménagements domestiques et des objets, ne suit pas un modèle standardisé. Dans ces maisons, la possible influence exogène attestée par l’utilisation de certains matériaux ou techniques de construction, ou par la présence même de plans à caractère méditerranéen, n’est pas accompagnée par l’adoption d’un modèle méditerranéen en ce qui concerne la répartition de l’espace ou les activités attestées.

3. Conclusion

30L’étude de l’architecture protohistorique du nord-est de la Péninsule Ibérique montre que les techniques de construction ainsi que les formes bâties résultantes possèdent une personnalité propre et témoignent en même temps de nombreuses influences méditerranéennes. L’ensemble des données suggère que les rapports et les échanges culturels étaient riches du point de vue des techniques de construction et des formes d’architecture, mais que les sociétés indigènes gardent leur propre personnalité en ce qui concerne l’utilisation de l’espace bâti.

Bibliographie

Aquilué 1999  : Aquilué (X.) (dir.) – Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Emporion actual, Monografies Emporitanes, 9, Girona.

Arribas et al. 1974  : Arribas (a.), pareja (e.), molina (f.), arteaga (o.), molina (f.) – Excavaciones en el poblado de la Edad del Bronce del Cerro de la Encina (Monachil, Granada), Excavaciones Arqueológicas en España, 81.

Asensio et al. 1998  : ASENSIO (D.), BELARTE (M.C.), SANMARTÍ (J.), SANTACANA (J.) – Paisatges ibèrics. Tipus d’assentaments i formes d’ocupació del territori a la costa central de Catalunya durant el període ibèric ple. In  : AAVV  : Los iberos, príncipes de occidente, Fundación “La Caixa”, Barcelona, 373-385.

Asensio, Miró, Sanmartí 2005  : Asensio (D.), Miró (M.), Sanmartí (J.) – Darreres intervencions arqueològiques al Castellet de Banyoles (Tivissa, Ribera d’Ebre)  : una ciutat ibèrica en el segle III aC, Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà, vol. 1, 615-627.

Asensio et al. 2005  : Asensio (D.), Morer (J.), Pou (J.), Sanmartí (J.), Santacana (J.) – Evidències arqueològiques del procés d’emergència d’élites aristocràtiques a la ciutadella ibèrica d’Alorda Park (Calafell, Baix Penedès), Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà, vol. 1, 597-613.

Bea, Diloli, Vilaseca 2002  : Bea (D.), Diloli (J.), Vilaseca (A.) – El Turó del Calvari (Vilalba dels Arcs, Terra Alta). Un recinte singular de la primera edat del ferro al curs inferior de l’Ebre, I Jornades d’Arqueologia. Ibers a l’Ebre. Recera i interpretació, Tivissa, 23 i 24 de novembre de 2001, Ilercavònia, 3. 75-87.

Belarte, Gailledrat 2003  : BELARTE (M.C.), GAILLEDRAT (E) – Murs protohistoriques de terre massive, sur la côte orientale de la péninsule ibérique (VIIe-IIIe s. av. J.-C.). In  : Chazelles (C.A. De), Klein (A.) (dir.)  : Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue. Actes de la Table Ronde de Montpellier, 17-18 novembre 2001, 283-297.

Belarte, Sanmartí 2006  : BELARTE (M.C.), SANMARTÍ (J.) (eds.) – De les comunitats locals als estats arcaics  : la formació de les societats complexes a la costa del Mediterrani occidental. Homenatge a Miquel Cura. Actes de la III Reunió Internacional d’Arqueologia de Calafell (Calafell, 25 al 27 de novembre de 2004). Arqueomediterrània, 9, Barcelona.

Carlús et alii 2007  : Carlús (X.), López (F.J.), Oliva (M.), Palomo (A.), Rodríguez (A.), Terrats (N.), Lara (C.), Villena (N.)Cabanes, sitges i tombes. El paratge de Can Roqueta (Sabadell, Vallès Occidental) del 1300 al 500 aC. Quaderns d’Arqueologia de Sabadell, 4, 2007.

Chazelles 1997  : DE CHAZELLES (Cl.A.) – Les maisons en terre de la Gaule méridionale. Monographies Instrumentum, 2. Éditions Monique Mergoil.

Delibes de Castro, Romero 1995  : Delibes de Castro (G.), Romero (F.) – El poblado “céltico” de El Soto de Medinilla (Valladolid). Sondeo estratigráfico de 1989-90. In  : Arqueología y Medio Ambiente. El primer milenio en el Duero Medio. Junta de Castilla y León, 149-177.

Fontanals, Otiña, Vergès 2006  : Fontanals (M.), Otiña (P.), Vergès (J.M.) – El poblado protohistórico de l’Era del Castell (El Catllar, Tarragonès). In  : Homenatge a Miquel Cura, 281-287.

Francès, Pons 1998  : Francés (J.), Pons (E.) – L’hàbitat del bronze final i de la primera edat del ferro a la Catalunya litoral i prelitoral, Cypsela, 12, 31-46.

Genera 1995  : Genera (M.)El poblat protohistòric del Puig Roig del Roget (El Masroig, Priorat), Memòries d’intervencions arqueològiques a Catalunya, 17. Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, Barcelona.

Junyent, Lafuente, López 1994  : Junyent (E.), Lafuente (A.), LÓpez (J.) – L’origen de l’arquitectura en pedra i l’urbanisme a la Catalunya occidental, Cota Zero, 10, 73-89.

Maluquer de Motes 1983  : Maluquer de Motes (J.)El poblado paleoibérico de La Ferradura, Ulldecona. Programa de Investigaciones Protohistóricas, VII. Institut d’Arqueologia i Prehistòria, Universitat de Barcelona, Barcelona.

Maluquer de Motes, Picazo 1992  : Maluquer de Motes (J.), Picazo (M.) – “Una casa del final del segle V a l’oppidum d’Ullastret”. Fonaments, 8. Ed. Curial, Barcelona, 25-51.

Martín, Mataró, Caravaca 1997  : Martín (A.), Mataró (M.), Caravaca (J.) – Un edifici cultual de la segona meitat del segle III aC a l’Illa d’en Reixac (Ullastret, Girona), Quaderns de Prehistòria i Arqueologia de Castelló, 18, 43-70.

Martin et al. 2004  : Martín (A.), Casas (S.), Codina (F.), Margall (J.), de Prado (G.) – La zona 14 de l’oppidum del Puig de Sant Andreu d’Ullastret. Un conjunt arquitectònic dels segles IV i III aC, Cypsela, 15, 265-284.

Mascort, Sanmartí, Santacana 1991  : Mascort (M.T.), Sanmartí (J.), Santacana (J.)El jaciment protohistòric d’Aldovesta (Benifallet) i el comerç fenici arcaic a la Catalunya meridional, Publicacions de la Diputació de Tarragona, Tarragona.

Maya, Cuesta, López Cachero 1998  : Maya (J.L.), Cuesta (L.), López Cachero (J.) (eds.) – Genó  : un poblado del Bronce Final en el Bajo Segre (Lleida), Publicaciones Universitat de Barcelona.

Moret 1998  : MORET, (P.) – “Rostros de piedra”. Sobre la racionalidad del proyecto arquitectónico de las fortificaciones urbanas ibéricas, Paisatges ibèrics. Tipus d’assentaments i formes d’ocupació del territori a la costa central de Catalunya durant el període ibèric ple. In  : AAVV  : Los iberos, príncipes de occidente, Fundación “La Caixa”, Barcelona, 83-92.

Moya et al. 2005  : Moya (A.), López (J.), Lafuente (A.), Rey (J.), Tartera (E.), Vidal (A.) – El Grup del Segre-Cinca II (1250-950 cal. a.n.e.) a les terres del Baix Cinca : el poblat clos de Vincamet (Fraga, Osca), Revista d’Arqueologia de Ponent, 15, 13-57.

Munilla, Gracia, Garcia 1994-1996  : Munilla (G.), Gracia (F.), Garcia (E.) – La secuencia cronoestratigráfica del Alto de la Cruz (Cortes de Navarra) como base para el estudio de la transición Bronce Final-Hierro en el valle medio del Ebro, Gala, 3-5, 153-170.

Olmos 2009  : Olmos (P.) – Aproximació a la metrologia ibèrica a Catalunya (segles V-II a.C.), Revista d’Arqueologia de Ponent, 19, 51-73.

Pellicer, Schüle 1962  : Pellicer (M.), Schüle (W.) – El Cerro del Real, Galera (Granada), Excavaciones Arqueológicas en España, 12.

Pons 1982  : Pons (E.) – La Fonollera, Torroella de Montgrí, Les excavacions arqueològiques a Catalunya en els darrers anys, Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, Barcelona, 113-114.

Pons 2002  : Pons (E.) – Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà)  : un complex arqueològic d’època ibèrica : excavacions 1990-1998. Museu d’Arqueologia de Catalunya-Girona Sèrie Monogràfica, 21, Girona.

Rafel, Blasco, Sales 1994  : Rafel (N.), Blasco (M.), Sales (J.) – Un taller ibérico de tratamiento de lino en el Coll del Moro de Gandesa (Tarragona), Trabajos de Prehistoria, 51, nº 2, 1994, 121-136.

Rovira, Santacana 1982a  : Rovira (J.), Santacana, (J.) – Protourbanismo y asentamientos en la Edad del Bronce en Cataluña, Informació Arqueològica, 38. Institut de Prehistòria i Arqueologia. Barcelona, 26-35.

Rovira, Santacana 1982b  : Rovira (J.), Santacana, (J.)El yacimiento de La Mussara (Tarragona). Un modelo de asentamiento pastoril en el Bronce Final de Catalunya. Monografies Arqueològiques, 2. Diputació de Barcelona-Institut de Prehistòria i Arqueologia. Barcelona.

Sanmartí et al. 2000  : Sanmartí (J.), Belarte (M.C.), Santacana (J.), Asensio (D.), Noguera (J.) – L’assentament del bronze final i primera edat del ferro del Barranc de Gàfols (Ginestar, Ribera d’Ebre), Arqueo Mediterrània, 5, Universitat de Barcelona.

Table des illustrations

Titre Fig. 205. Carte de la Catalogne avec emplacement des principaux sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-1.png
Fichier image/png, 334k
Titre Fig. 206. Carte de la Catalogne avec indication des différents types d’habitat du Bronze final et premier âge du Fer, en fonction des différentes aires géographiques (d’après Francès, Pons 1998).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-2.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 207. Plan d’une des cabanes du site de La Fonollera (Torroella de Montgrí) (d’après Pons 1982, modifiée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-3.png
Fichier image/png, 234k
Titre Fig. 208. Plan du site du premier âge du Fer de Barranc de Gàfols (Ginestar).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-4.png
Fichier image/png, 189k
Titre Fig. 209. Vue d’une des couches d’effondrement de briques sur le site de Barranc de Gàfols.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-5.png
Fichier image/png, 904k
Titre Fig. 210. Vue du mur en briques sur le site de Turó del Calvari de Vilalba dels Arcs ; on apprécie des restes d’enduit de chaux sur quelques briques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 211. Plan de l’aire fouillée sur le site de Vincamet (Fraga) (d’après Moya et al. 2005).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-7.png
Fichier image/png, 193k
Titre Fig. 212. Plan de la cabane de la Mussara (Vilaplana del Camp) (d’après Rovira, Santacana 1982b, modifiée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-8.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 213. Plan du site d’Alorda Park (Calafell) : dans le quartier nord, des maisons complexes s’appuient au rempart ; au sud, les îlots de maisons possèdent un plan régulier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-9.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 214. Fragment d’opus signinum provenant du site d’Alorda Park (Calafell).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-10.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 215. Fragments d’enduit à base de mortier de chaux provenant du site d’Alorda Park (Calafell).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-11.png
Fichier image/png, 579k
Titre Fig. 216. Exemples de maisons d’Ullastret (d’après Martín et al. 2004, modifiée, et Malquer de Motes, Picazo, 1992, modifiée), Alorda Park(d’après Asensio et al. 2005, modifiée), Castellet de Banyoles (d’après Asensio, Miró, Sanmartí, 2005, modifiée) et Pontós (d’après Pons 2002, modifiée), où l’on peut apprécier la diversité de plans et dimensions existante, même à l’intérieur du même site.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/539/img-12.png
Fichier image/png, 551k

Auteur

Chercheur à l’ICREA, Institut Catalan d’Archéologie Classique, Pl. del Rovellat, s/n, E - 43003 Tarragona (Catalogne) <cbelarte@icac.net>

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access