Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Autour de la céramique

L’évolution du timbrage sur amphores vinaires italiques aux IIe et Ier av. J.-C. à partir du corpus toulousain

Laurence Benquet

Résumé

Le corpus établi pour une thèse soutenue en 2002 réunissait près de 670 estampilles provenant des fouilles anciennes dont 570 sur amphores vinaires italiques ce qui en fait le plus important répertoire de références pour le bassin méditerranéen. La révision de la chronologie des contextes de découverte entamée lors de l’ACR « Toulouse gauloise » ainsi que de la typochronologie ont permis de proposer un schéma évolutif des courants commerciaux entre les côtes tyrrhéniennes de l’Italie et l’isthme gaulois durant les deux derniers siècles avant notre ère. Les fouilles d’archéologie préventive menées par l’INRAP dans le quartier Saint-Roch et sur l’oppidum de Vieille-Toulouse depuis le début des années 2000 ont fait augmenter de près de 20 % ce corpus avec la particularité de fournir des contextes stratigraphiques sûrs. Cette masse de matériel permet une approche statistique objective afin de proposer une évolution chronologique du timbrage.

The corpus set up for a PhD presented in 2002 gathered nearly 670 stamps from old excavations, with 570 on italic wine amphorae, which is the largest directory references for the Mediterranean Sea. The reviewing of the chronology of the contexts of discovery started through a research program (ACR “Toulouse gauloise”) and the typo-chronology allowed to propose an evolutive pattern of trade flows between the Tyrrhenian coast of Italy and the Gaul isthmus during the last two centuries B.C. The preventive archaeological excavations led by the INRAP in the Saint-Roch district and in the oppidum of Vieille-Toulouse since the early 2000s have increased by nearly 20% this corpus with the particularity to provide stratigraphic contexts safe. This mass of material gives an objective statistical approach to propose a chronological evolution of stamping.

Entrées d'index

Géographique :

Toulouse, Vieille-Toulouse

Chronologique :

âge du fer

Texte intégral

1Les marques sur amphores découvertes sur les sites de la fin de l’âge du Fer dans le Toulousain forment le plus important corpus réuni jusqu’à présent en Gaule. Il recense un millier d’estampilles dont près de 900 sur amphores vinaires produites sur les côtes tyrrhéniennes de l’Italie. Ce catalogue regroupe les objets des fouilles anciennes, menées depuis le milieu du XXe s. par diverses équipes de chercheurs sous la direction de G. Fouet puis de M. Vidal sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, les coteaux d’Estarac et à Toulouse dans et autour de la caserne Niel (quartier Saint-Roch) auxquelles il faut ajouter les investigations de l’abbé G. Baccrabère dans le quartier du Port Saint-Sauveur et de la Flambère. Depuis le début des années 2000, les travaux d’aménagement urbain ont permis à l’INRAP de mener de nombreuses fouilles sur divers sites dans Toulouse, Vieille-Toulouse et Blagnac et ainsi de développer d’un tiers le corpus initial.

2La soutenance d’une thèse de doctorat sur les amphores découvertes dans le Toulousain (Benquet 2002) ainsi que l’ACR « Toulouse gauloise » ont permis de réactualiser les données anciennes et de proposer de nouvelles chronologies à des ensembles, plus particulièrement les lots provenant de puits et de fosses. Les dernières fouilles menées par l’INRAP ont mis au jour des horizons stratigraphiques bien calés chronologiquement et confirment la contemporanéité des trois grandes zones d’occupation dans la région, c’est-à-dire Blagnac, Vieille-Toulouse et le quartier Saint-Roch bien que ce dernier ne perdure guère au-delà du début du Ier s. av. J.-C. Au total, nous disposons d’un corpus riche de 600 timbres provenant de Vieille-Toulouse, 226 du quartier Saint-Roch et 72 de Blagnac.

3Malheureusement, du fait d’une majorité de découvertes anciennes, un quart d’entre elles ne peuvent se rattacher à un horizon chronologique précis.

Interprétation des timbres

4Le caractère aléatoire du marquage des amphores est au centre de la problématique concernant l’interprétation des estampilles. A quels facteurs économiques ou fiscaux doit-on ce phénomène ? Il s’avère, en effet, qu’au sein d’une même cargaison un certain nombre de conteneurs pouvait être estampillé, tandis que certains chargements ne l’étaient pas du tout. L’hypothèse selon laquelle l’acquéreur pouvait remonter, grâce à la lecture des marques, à l’officine qui a produit l’amphore ou au fundus qui a fourni la denrée peut également être proposée. De cette façon, la marque peut être envisagée comme la garantie de plusieurs normes (Manacorda, Panella 1993, p. 60-61) :

  • une norme qualitative relative à la rigueur des soins apportés tant au produit qu’à l’emballage (Pline, H. N. 35, 161) ;

  • une norme fiscale ;

  • une norme commerciale, afin de protéger l’acheteur de toute fraude liée au poids excessif de l’amphore et à sa capacité moindre.

5Toutes ces garanties seraient le reflet d’un contrôle en aval par une instance supérieure, peut-être du sénat. Le développement du timbrage peut refléter un processus de standardisation de la production des amphores et un développement avancé de l’organisation du travail au sein de l’atelier. Conditionnée par le développement d’une main-d’œuvre servile dans les officines, des exigences de production pouvaient donc être requises par des dispositions législatives prises par le sénat. Dans cette dernière perspective, on peut se demander pourquoi le processus de timbrage ne s’est pas généralisé à tous les objets en considérant la simplicité technique de l’opération.

Organisation de la production

6Les estampilles permettent de nommer certains acteurs, restés totalement anonymes dans les sources littéraires, de l’activité artisanale. Il est admis que les gentilices connus par les timbres renvoient aux propriétaires de figlinae, qui peuvent également être des propriétaires terriens, mais dont nous ne saisissons ici que la fonction d’exploitant de carrières d’argile et de dirigeant d’un atelier de potier (Tchernia 1993, p. 184). L’identité nominative de la main d’œuvre travaillant à la production ou à la gestion de l’officine est manifeste par la présence sur les amphores de noms uniques – majoritairement d’origine grecque - mais aucun élément n’indique leur position dans le processus opératoire. Le nombre restreint des noms qui nous sont parvenus pour une même production, qui comportait la réalisation de milliers d’objets, laisse supposer que ces noms ne mentionnaient pas les figuli, de simples exécutants. Il devait s’agir de personnages qui tenaient un rôle important dans la chaîne productive : « des serviteurs ayant une capacité d’entrepreneur applicable au schéma d’une responsabilité illimitée (institor recevant le titre de praepositus à la production des conteneurs) à celui à responsabilité limitée (servus ayant investi son patrimoine dans l’activité d’une figlina, avec l’éventuelle collaboration de vicarii) » (Manacorda 1985, p. 145). Cette étroite association entre un grand propriétaire foncier et un personnage de statut social inférieur est bien attestée par les combinaisons dans un même cartouche du nom d’une grande famille et celui d’un ou plusieurs serviles, par exemple : la gens Aelia associée aux personnages Artemo, He( ), Nestor, Philoxenes (Benquet et al. 2012) ; un certain P. Mar( ) associé aux personnages Bias, Diocl(es), Ones( ) (Gruat 1994, p. 197) ; la gens Car( ) associée aux personnages Apo( ), Dion( ), Gas( ), Rubricae (Olmer 2003, 150) ; la gens Lucceia associée aux personnages Mosc(h)a, Antio(chus), Manes, Mele(te) (Chiosi 1991, p. 195). Par contre, la fonction exacte de ces personnages est rarement mentionnée et uniquement sur des conteneurs datés du Ier s. av. J.-C. Un certain Philox( ) et un Mosc(h)a peuvent être qualifiés de s(ervus) (fig. 4 n° 1 et 3), tandis que One(s), Diocl( ) et Bias peuvent chacun être qualifiés de me(n)sor (fig. 3 n° 12 à 14) charge liée soit à la fabrication des amphores elles-mêmes, soit à une étape du processus de la commercialisation comme le remplissage des conteneurs. La plupart des exemples ne mentionnent qu’un nom individuel qui peut être retranscrit entièrement ou de façon abrégée sans que l’on soit certain qu’il s’agisse de la même personne (Benquet, Rouquette 2004). Les analyses pétrographiques montrent que deux timbres portant le même nom mais dont la graphie, la position et la forme du cartouche diffèrent n’appartiennent généralement pas à une même officine (Capelli et al. 2013).

7La place des timbres nominatifs reste relativement stable durant un siècle et demi, ils forment en moyenne 48,5 % du total des marques italiques découvertes dans le Toulousain avec un taux maximum de 60 % durant la LTC2/D1a. C’est durant cette même période ainsi que pendant la LTD2 que les gentilices sont majoritaires.

Organisation administrative

8Ces estampilles ne peuvent correspondre à des initiales de prénom ou de nom, comme nous l’avons déjà fait remarquer précédemment pour les timbres ne comportant qu’une ou deux lettres. Elles illustrent plus certainement un code dans lequel la première et la seconde lettre, parfois séparées par un point, changent alternativement. La mise en évidence d’une telle série de timbres permet de suggérer l’hypothèse que cet estampillage reflète un système de comptage. Cette explication est séduisante mais il s’agirait alors d’une comptabilité originale puisqu’elle n’utilise pas les signes numériques habituels composés de sept lettres : I, V, X, L, C, D, et M. Ce système peut être interprété de plusieurs façons différentes. Il utilise donc toutes les lettres en les combinant par paires de manière interchangeable : AA AB AC... puis BA, CA etc. jusquʼà la fin de l’alphabet. Il pourrait s’agir d’un système de comptage alphabétique (Olmer 2003, p.157-168) dans lequel chaque lettre possède une signification intrinsèque. La seconde explication serait d’attribuer à ces timbres l’identification d’un individu propre qui se définirait par son appartenance à un atelier (la première lettre) et par sa lettre individuelle (Hesnard, Carre 1998, p. 297). Il est très difficile de formuler une interprétation plus précise de ce système de timbrage, car ce type d’estampilles n’est pas homogène ni par la forme et la position du cartouche sur l’amphore, ni même dans la graphie du timbre. De plus, si cette façon de timbrer apparaît préférentiellement à la fin du IIe s. av. J.-C., tous les ateliers des côtes tyrrhéniennes semblent l’adopter. L’étude des échantillons de pâtes provenant des amphores timbrées de deux lettres découvertes dans le Toulousain a bien montré la diversité des origines et l’absence quasi totale des productions d’Etrurie de l’atelier d’Albinia, phénomène tout à fait contraire aux constatations effectuées sur les pâtes provenant du Mont-Beuvray (Olmer 2003, p. 170).

9Des séries « alphabétiques », en caractères grecs, ont été repérées sur les amphores marseillaises sur les sites d’Olbia et de Marseille même. Elles ont également été interprétées comme un système de numérotation alphabétique qui individualiserait les amphores selon un rythme annuel suivant l’exemple des prêtres éponymes mentionnés dans les cartouches imprimés sur les amphores rhodiennes (Bertucchi 1992, p. 167). Il est peut-être un peu osé d’appliquer cette explication aux séries précédemment mises en évidence, mais une autre série de timbres présentant à la fois le nom d’un personnage suivi d’un point et d’une lettre isolée (BARG.A, DIO.I, EVPO.A, TIGRA.A...) peut être interprétée de cette façon.

10Cette manière de marquer les amphores apparaît tôt mais c’est au cours de la LTD1b qu’elle se diffuse très largement et semble se généraliser durant le Ier s. av. J.-C. Cette méthode comptable perdure à période augustéenne puisque les ateliers de Tarraconaise usent du même système.

Les symboles

11Les symboles utilisés proviennent du répertoire iconographique de la Grèce classique ; plusieurs interprétations ont été formulées en partant de l’analyse des timbres sur les amphores rhodiennes. Si l’imagerie utilisée pour ces dernières est clairement à vocation politique, par la reconnaissance immédiate de l’origine de la denrée à l’aide de l’emblème de la cité productrice, il n’en va pas de même pour les amphores des côtes tyrrhéniennes italiques. Le répertoire iconographique est beaucoup plus large, même si, dans une certaine mesure, de nombreux symboles peuvent être rattachés au commerce maritime et aux traditions bachiques. Il semble que pour les productions italiques ce ne sont donc pas les images elles-mêmes qui caractérisent un atelier mais plutôt la position et la forme des cartouches. Il est cependant pratiquement certain que ce n’est pas là que se situe le rôle primordial de ces estampilles. Si nous excluons le fait que ces timbres identifient un potier ou tout autre personnage ayant une responsabilité dans la chaîne opératoire de la fabrication, du remplissage ou de la commercialisation de l’amphore, émergent alors les hypothèses suivantes : il pourrait s’agir d’un système de comptabilité ou bien d’un marqueur saisonnier ; ces deux explications peuvent également être combinées. S’il s’agit bien d’un système de comptage, nous devrions rapprocher la série des SES suivie d’un symbole, plus particulièrement, de celle exposée précédemment et regroupant les noms serviles suivis ou précédés d’une lettre latine. Les symboles semblent avoir été également utilisés comme système de comptabilité dans les civilisations helléniques, par exemple : sur les monnaies de bronze massaliètes, sur les anses dʼamphores corinthiennes « la présence de lettres ou de monogrammes combinés avec celles de symboles suggère un moyen d’identification ou de comptabilité » (Koehler 1982, p. 289).

12Cet article n’est qu’un bref aperçu du corpus toulousain extrait de mon doctorat auquel les dernières découvertes ont été ajoutées (fig. 1) ; ne sont présentés ici que les estampilles les plus remarquables ou les plus emblématiques d’une période. Une publication de l’intégralité du corpus est programmée très prochainement.

Fig. 1. Répartition des timbres par période et par indexation.

Fig. 1. Répartition des timbres par période et par indexation.

Période 1 (LTC2 / LTD1a)

13Une soixantaine d’exemplaires est attribuable à cette période, tous estampillés sur des amphores de type gréco-italique ou de transition. Les mentions de gentilices ou personnages d’origine servile sont largement majoritaires (60 %) tandis que le nombre de timbres « alphabétiques » et symboliques est pratiquement égal (respectivement 16 et 12 %).

Les acteurs

14Quatre grandes familles bien implantées en Campanie (Castrén 1975, p. 132) illustrent les principales importations attestées dans le Toulousain à cette période (fig. 2 n° 1 à 5). La mention de la gens est généralement abrégée et précédée de l’initiale du praenomen. Les plus fréquemment attestées sont la gens Alfia (4 ex. sur haut d’anse) et celle de Pac(onia) ou Pac(ia) (11 ex. sur attache inférieure) toutes deux d’origine osque (Solin, Salomies 1988, p. 12 et 135) et également connues en Orient pour leurs activités commerciales (Hatzfeld 1919, p. 384, 398-399). Un timbre découvert en Sicile (CIL I, 3489 (b-c)), sur le site de Lacoste à Mouliets-et-Villemartin (Benquet, Piot 2000, p. 160) ainsi qu’à Saint-Gence La Gagnerie (Lintz 2007, p. 269) nous donne la filiation complète de notre personnage : N. Alfi N(umeri) f(ilii). Il serait tentant de rapprocher ce personnage du naviculaire connu par les bouchons découverts dans des amphores Dr. 1B de l’épave de Planier 3 de Marseille (Benoît 1962, p. 153 fig. 12) M. Alfi M(arci) f(ilii) Vng(guentari) qui pourrait être un de ses descendants. La seconde est uniquement référencée sur le site du Castellas de Rognac (Chabot 1968, p. 187, fig. 64). De nombreuses interprétations peuvent être proposées. Un timbre imprimé sur une coupe à vernis noir découvert sur l’Esquilin C. Paco(nius) C. f(ilius) Q. n(epos) (CIL XV, 6097) met en avant l’hypothèse que la gens Paconia posséderait une figlina dans la région de Calès. Q. Paconius, le grand-père pourrait être l’aïeul du céramiste C. Paconius et de notre personnage (Pedroni 1986, p. 381). La famille des Paconii serait donc spécialisée dans la fabrication de céramique dite “ de table ” ainsi que dans celle des amphores. Un autre personnage permet d’accréditer cette origine campanienne, Q. Paconius Leptis résidant à Calès et ami de Cicéron (ad Att. V, 17-2 ; ad Fam. IX, 13 et III, 7, 4) fut chargé de fournir le vin pour les jeux romains de 45 av. J.-C. (Cébeillac 1998, p. 151). Enfin, un certain Q. Paccius fut édile de Formies à la fin du IIe s. av. J.-C. et avait offert à la ville une des portes de la muraille (Cébeillac 1998, p. 116).

Fig. 2. Période 1 : n°4 à 6, 8 à 16 : Vieille-Toulouse ; n°4, 7, 17 à 23 : Toulouse, quartier Saint-Roch.

Fig. 2. Période 1 : n°4 à 6, 8 à 16 : Vieille-Toulouse ; n°4, 7, 17 à 23 : Toulouse, quartier Saint-Roch.

15Le gentilice Bruttius dérive probablement du nom d’une ethnie (Castrén 1975, p. 143-144 n° 76). Des consuls portant ce même nom semblent avoir été originaires de Lucanie (Pline, Ep. 7, 3). Un Q. Brutius Q. f. est répertorié dans le CIL I, 1259 (Treggiari 1969, p. 211), ainsi que dans le CIL V, 1886-87 et 7344.

16Quant aux noms de personnages uniques (22 %), ils sont préférentiellement imprimés sur la lèvre ou sur l’attache inférieure de l’anse, en caractères grecs ou latins (fig. 2 n° 6 à 10). Les plus fréquents sont d’origine grecque : Andrias, Ap(h)ro( ), Nicia, P(h)il( ), Sur(us) etc.

Timbres alphabétiques et symboles

17Les premiers sont relativement peu nombreux (16 %), les timbres mentionnant une ou deux lettres, toujours latines, parfois ligaturées, n’ont ni forme de cartouche ni positionnement préférentiels (fig. 2 n°11 à 17). Quant aux symboles, ils forment deux séries bien homogènes uniquement sur des amphores de type de transition (fig. 2 n°18 à 23) : celle au cartouche carré (25 x 25 mm) estampés sur le haut du col et celle au cartouche circulaire sur le haut de la panse. Les exemplaires de confrontation sont peu nombreux : Eburomagus / Bram dans l’Aude (Passelac 1970, p. 84 fig. 7 n°1, 3 et 4) pour la première et Châteaumeillant (Laubenheimer, Barthélemy 2010, p. 29 n°47) pour la seconde.

Période 2 (LTD1b)

18Elle forme la majeure partie du corpus, près de 400 timbres ont été découverts dans des niveaux datés de la LTD1b. Nous avons décidé de réunir dans un même paragraphe les estampilles attribuées au dernier quart du IIe s. et ceux du premier quart du Ier s. av. J.-C. car le nombre d’estampilles est sensiblement le même (209 / 185 ex.) et leur répartition au sein des diverses catégories d’indexation est comparable.

Les acteurs

19Si la période précédente était caractérisée par les timbres mentionnant un gentilice, durant la LTD1b les mentions de personnages uniques sont majoritaires (46 %). Trois grandes familles de trois régions de production différentes sont attestées dans le Toulousain pour cette époque. Tout d’abord, la plus connue originaire d’Etrurie et dont l’atelier est localisé près du port de Cosa, est celle des Sestii. Plusieurs personnages de la gens Sestia sont connus grâce à la correspondance de Cicéron. Des estampilles ont été découvertes sur des tuiles à Rome et dans les régions voisines au nom de L. Sestius Albanianus Quirinius (ou Quirinalis), consul suffect en 23 av. J.-C. Il est le fils de P. Sestius, questeur en 63 av. J.-C., tribun de la plèbe en 57, prêteur en 54 ou 50, proconsul de Sicile de 49 à 48 av. J.-C. (Cicéron, Ad Atticum, 15.29.1, 15.27.1) et ami de Cicéron que ce dernier défendit en 56 (Cicéron, Pro Sestio). Ce dernier pourrait être identifié au personnage qui timbre les amphores de son nom (Manacorda 1981, p. 32). Il possédait une propriété terrienne dans l’Ager Cosanus ainsi que des navires (Cicéron, Ad Atticum, 15, 2, 7 ; 16, 4, 4). Un dernier argument en faveur de P. Sestius, il a effectué deux voyages en Gaule pour des raisons familiales, politiques et probablement économiques avant son procès (Cicéron, Pro Sestio, 3, 7 et 33, 7). La production d’amphores attribuée à cette famille semble longue puisque les tous premiers timbres apparaissent dans les niveaux datés de la fin du IIe s. av. J.-C. (9 ex.) mais c’est surtout à partir du premier quart du siècle suivant que les découvertes se multiplient (15 ex.) et ceci sur tous les grands sites de consommation en Gaule (fig. 3 n°1 à 10). La multiplicité des timbres dans la graphie des lettres (ligaturées ou non) et des différents symboles témoignent d’une gestion bien maîtrisée de la production qui perdure jusqu’au milieu du Ier s. av. J.-C. De ce fait, plusieurs membres de cette famille peuvent se dissimuler derrière les abréviations : SES, SEST (E et T ligaturés) et SEST (S et T ligaturés).

Fig. 3. Période 2 : n° 5 à 9, 15, 17 à 21, 23 à 25, 31, 33, 36 à 61 : Vieille-Toulouse ; n°1 à 5, 10, 16, 22, 26 à 30, 32, 34 ; n°35 : Blagnac.

Fig. 3. Période 2 : n° 5 à 9, 15, 17 à 21, 23 à 25, 31, 33, 36 à 61 : Vieille-Toulouse ; n°1 à 5, 10, 16, 22, 26 à 30, 32, 34 ; n°35 : Blagnac.

20La seconde famille emblématique est celle des Sextilii bien répertoriée en Campanie. Ce développement a été proposé à partir des découvertes faites sur les sites de Lyon. Plusieurs estampilles différentes permettent de connaître deux personnages impliqués dans la fabrication des amphores, C. et L. Sextilius implanté en Campanie, peut-être aux environs de La Mondragone (Desbat et al. 1997, p. 514-515). Peu d’exemplaires ont été découverts dans le Toulousain (4 ex.) l’un estampillé au nom de L. Sex(tili) à Toulouse, les autres à Vieille-Toulouse au nom de C. Sex(tili) (fig. 3 n°11).

21Une dernière famille illustrée par un seul membre est celle des Mar( ) (10 ex. à Vieille-Toulouse fig. 3 n°12 à 14). Aucun développement ne peut être proposé pour ce gentilice, de nombreux noms commencent de cette façon (Solin, Salomies 1988, p. 112-113). Cette série de timbres tri-linéaires estampillée sur le haut de la panse d’amphores de transition Dr. 1A/B semble être diffusée exclusivement dans le sud-ouest de la Gaule (Gruat 1994, p. 200-201) auquel il faut ajouter un exemplaire découvert à Corent en Bourgogne (Loughton 2005, p. 693 fig. 15). Les analyses effectuées proposent le sud Latium comme zone de production (Capelli et al. 2013) de l’officine de P. Mar() employant Bias(), Diocl(), Ones()

22Si le nombre de grandes familles impliquées dans la production d’amphores est relativement peu élevé (14 %), les cognomina sont nombreux (32 %). Une quarantaine de noms différents ont été inventoriés, très majoritairement d’origine grecque. Pratiquement toujours abrégé, un même nom peut être décliné de diverses façons (Benquet, Rouquette 2007) sans pour autant avoir la même origine géographique. Les plus répandus sont ceux présents dans l’épave de la Ciotat 3 en provenance probable des côtes du Latium (Long et al. 2010) : Antio(), Diesc(), Flac(cus), P(h)arna(ces), Philo() ou bien encore Alex(ander), Barg(athes), Cilix, Cerdo(), Dasi(), Dex(ter), Dio(),Ean(eas), Eupo(r), Heli(),Hemo(), Isid(orus), Licinus, Marius, Mnase(a), Naepor, Nicia(s), Silo(nis), Ticil(), Titl(es) etc. (fig. 3 n°15 à 38). Ils sont préférentiellement estampillés sur le haut de l’anse.

Timbres alphabétiques et symboles

23Le nombre de timbres liés à la gestion de la production est en nette augmentation ; ils forment 22 % du répertoire durant la LTD1b. Dans le corpus Toulousain, ils sont estampillés sur le haut de l’anse ou plus généralement sur l’attache inférieure. Comme pour la période précédente, la forme des cartouches et la graphie des lettres sont très hétérogènes et il est difficile de les regrouper par association morphologique (fig. 3 n°39 à 54).

24Une série de timbres conséquente (78 exemplaires sur un total de 118 classés comme « symbole ») est emblématique du corpus (fig. 3 n°55 à 61). Elle semble être diffusée uniquement sur l’axe Aude-Garonne, plus particulièrement dans le Toulousain et ses environs (Benquet 2007, p. 441 fig. 5). Ces timbres ont été découverts sporadiquement en Espagne, Italie et sur un site de production d’amphores en Sardaigne près d’Olbia (Sanciu 1997, p. 85) sans que l’on puisse en déduire son origine. Tous présentent des cartouches ayant les mêmes caractéristiques morphologiques (Benquet et al. 2012, p. 375-376) : carré (13 mm de côté environ), estampés à deux reprises sur la lèvre au-dessus de l’attache de l’anse. Si le profil de la lèvre, généralement courte et de forme triangulaire, rappelle singulièrement les gréco-italiques, les exemplaires entiers démontrent de façon indubitable la forme Dr. 1A (Sireix et al. 2007, p. 324 fig. 33 n°7).

25Ces timbres, en tant que simples images, peuvent être interprétés de différentes façons. Ils se référent à deux thèmes iconographiques, celui de la mer et celui du vin. Le premier regroupe les timbres figurant un dauphin, une ancre, un trident et un symbole que nous avons également interprété comme un autre type d’ancre. Le deuxième, quant à lui, regroupe le lagynos, la feuille de pampre et de lierre ainsi que le dauphin, trois images du répertoire dionysiaque. Ces symboles sont autant de traces de la permanence du répertoire mythologique traditionnel de la Grèce classique du V e s. av. J.-C. De nombreux exemples dans la statuaire ou sur les vases à figures noires viennent illustrer cet état de fait. Les thèmes de Dionysos/Bacchus se superposent souvent avec la navigation, telle la coupe d’Exekias (conservée à au Staatliche Antikensammlungen de Munich) représentant Dionysos dans une barque entourée de dauphins et sont donc parfaitement en symbiose avec l’objet sur lequel ils sont apposés. Le double poinçonnage méticuleusement effectué au-dessus de chaque anse pourrait être le signe distinctif de la production d’un ouvrier / d’une équipe, ou bien le marquage d’une même fournée. Les exemplaires de cette série issus de structures et de niveaux bien datés sont essentiellement découverts durant le dernier quart du IIe s. av. J.-C. (67 %), toutefois ces mêmes estampilles peuvent se retrouver durant les périodes suivantes mais très certainement en position résiduelle.

Période 3 (LTD2)

26Nous disposons d’un total de 131 timbres attribués à cette période. Ce faible nombre est certainement la conséquence des perturbations liées à la phase d’occupation augustéenne de l’oppidum de Vieille-Toulouse ou du site de Blagnac qui perdure jusqu’au règne de Tibère.

Les acteurs

27Si la proportion des timbres nominatifs baisse légèrement par rapport à la période précédente, ils restent majoritaires (44 %). La mention de gentilices est de nouveau supérieure à celle des noms uniques, phénomène consécutif à l’association dans un même cartouche du nom du propriétaire et de l’employé. C’est le cas pour La gens Lucceia (fig. 4 n°1) connue en Orient pour ses activités commerciales (Hatzfeld 1919, p. 395) et en Campanie comme riche propriétaire terrien (Chiosi, Gasperetti 1994, p. 297). Un complexe artisanal dans le nord du Latium, sur la rive du fleuve Garigliano, sur le site de Rocca d’Evantro à Caserta produisant des Dr. 1 a été découvert. Son timbrage est caractérisé par des cartouches circulaires imprimés sur la panse de Dr. 1B associant le nom d’un membre anonyme de la famille des Lucceii, celui d’un servile entourant une spirale, aucun autre exemplaire n’est répertorié en Gaule. La gens Aelia (fig. 4 n°2-3), vieille famille républicaine originaire de la Campanie, possédait des terres sur le territoire de Véies (Valère Maxime 4, 4, 8). Les timbres apposés sur Dr. 1B mentionnent toujours ce gentilice associé à un personnage servile. Si aucun atelier n’a encore été découvert, des similitudes avec des échantillons provenant de l’épave de La Plane à Marseille permettent de supposer une origine latiale de cette production (Benquet et al. 2012, p. 379-381). La mention de tria nomina est assez peu fréquente sur les amphores Dr. 1. Le corpus livre deux estampilles sur lèvre de Dr. 1B mentionnant 3 lettres ligaturées associées aux cognomina Sur(us) et Apol(lonida) (fig. 4 n°4-5). Bien que ce timbre soit également répertorié sur le site Cybèle à Lyon (Lemaître et al. 1998, p. 53 fig. 6 n°1) et au musée de Cagliari en Sardaigne (Pianu 1980, p. 17 n°2) aucun développement ne peut être proposé. Le dernier exemple est celui du timbre L. Lentulus P(ubli) f(ili) imprimé sur lèvre Dr. 1B (fig. 4 n°6). Ce personnage a été identifié comme L. Cornelius Lentulus Crus, sénateur en 49 av. J.-C. (Gianfrotta 1982, p. 20). Ses activités sont connues grâce aux écrits de Cicéron (ad. Atticus, VII, 12, 2 ) qui mentionne, outre ses propriétés foncières près de la ville de Minturnes dans le sud du Latium, ses activités commerciales vers les marchés orientaux (Hatzfeld 1919, p. 389), plus particulièrement vers la Grèce au moyen de ses propres navires. La découverte des épaves de Santa Severa près de Pyrgi et du Dramont A dans la rade de Saint-Raphaël (Santamaria 1975) confirme l’implication de ce personnage dans le commerce de vin, plus particulièrement dans la fabrication d’amphores Dr. 1B timbrées à son nom. Une à deux contremarques (fig. 4 n°7) sont régulièrement apposées permettant de recréer l’organigramme de l’officine située près de Minturnes et des activités externes qui lui sont rattachées (Manacorda 1985). Concernant la gens Sestia toujours bien présente durant cette période, un nouveau graphisme apparaît mentionnant un certain Sest(ius) dont les deux dernières lettres sont ligaturées (fig. 4 n°8-9).

28Les mentions de personnages uniques sont peu nombreuses (18 %), certains timbres sont en position résiduelle, les nouveaux se caractérisent par leur cartouche de grandes dimensions apposé sur l’épaulement (fig. 4 n°10 à 13).

Fig. 4. Période 3 : n°1 à 17 : Vieille-Toulouse.

Fig. 4. Période 3 : n°1 à 17 : Vieille-Toulouse.

Timbres alphabétiques et symboles

29La part des estampilles alphabétiques reste stable par rapport à la période précédente (25 %). Aucune évolution n’est perceptible dans cette façon de timbrer.

30La part des timbres symboliques chute singulièrement (8 %), toutefois un nouveau timbrage apparaît : l’impression d’intaille sur la panse. Bien que peu répandus, quelques exemples ont été reconnus sur l’oppidum de Bibracte sur lèvre et épaulement de Dr. 1B (Olmer 2003, p. 70-71 n°485-486), en Auvergne sur le site de la Grande Borne Aulnat sur la panse (Loughton 2005, p. 691 fig. 12) et une dernière sur la panse d’une Dr. 1B dans l’épave de la Fourmigue C à Golfe Juan (Pollino 1975, p. 74 pl. II-b). Il est souvent difficile d’interpréter l’image qui est imprimée très légèrement dans la pâte certainement pour ne pas abîmer le bijou. Les thèmes abordés sur les amphores du corpus (fig. 4 n°14 à 17) sont ceux liés à la mer (hippocampe), au commerce (Mercure) et à la Fortune (Victoire couronnant un trophée).

31Ce bref aperçu de l’évolution du timbrage sur amphores vinaires italiques à partir du corpus toulousain permet de mettre en évidence deux grandes considérations. D’une part, les importations vinaires dans la région Toulousaine semblent fortement liées aux officines implantées sur les côtes du Latium et de Campanie. D’autre part, la nette évolution du timbrage montre un changement dans la gestion de la production à l’intérieur des ateliers. Dans un premier temps, le nom du supposé propriétaire de l’officine est clairement indiqué : praenomen et nomen parfois accompagnés de sa filiation. Dans un second temps, les grandes familles deviennent plus rares, seule la gens est inscrite de façon abrégée, la mention de personnages individuels d’origine servile est courante. La comptabilité liée à la gestion de la production semble également se mettre en place de façon générale sur tous les ateliers. Enfin, c’est là l’indication claire de tous les acteurs liés à la production et à la commercialisation du vin que l’on retrouve sur les conteneurs. Un changement politique semble s’amorcer vers le milieu du Ier s. av. J.-C. sur la participation admise et reconnue de tous des élites municipales dans la production manufacturière et le commerce auparavant cachée derrière le nom d’un employé dont le statut social n’est pas connu : esclave, affranchi, homme libre...

32Il reste encore beaucoup de recherches à effectuer afin de comprendre le rôle et le statut de chaque personnage. Le schéma esquissé à partir du corpus toulousain demande à être confronté avec d’autres collections dont peu sont aussi volumineuses.

Bibliographie

Benoit 1962: BENOIT (F.) – Nouvelles épaves de Provence III. Gallia, 20, 1, 1962, p. 148-176.

Benquet 2002: BENQUET (L.). – Les amphores des IIe et Ier s. av. J.-C. découvertes dans le Toulousain : production et consommation, Thèse de doctorat sous la direction de J.-M. Pailler, Toulouse-le-Mirail, 4 tomes, 2002.

Benquet 2007: BENQUET (L.) – Les importations de vin italique dans le Toulousain au cours du IIe s. av. J.-C. In : Les Âges du Fer dans le sud-ouest de la France, Actes du colloque AFEAF (Toulouse, 2004), 2007, p. 435-448.

Benquet, Piot 2000: BENQUET (L.), PIOT (C.) – Les amphores de Lacoste (Mouliets-et-Villemartin, Gironde). In : Actes du colloque de la SFECAG (Libourne), 2000, p. 155-165.

Benquet, Rouquette 2004: BENQUET (L.), ROUQUETTE (D.) – L’abréviation des noms sur amphores Dr. 1. Tentative d’interprétation à partir de quelques exemples. CAS, XV, 2004, p. 145-152.

Benquet et al. 2012: BENQUET (L.), LEMAITRE (S.), GUITTON (D.), MORTREAU (M.) – Entre Volques et Pictons : la diffusion des amphores vinaires aux IIe et Ier s. av. n. è. à partir des témoignages épigraphiques. In : Actes du colloque de la SFECAG (Poitiers), 2012, p. 375-388.

Bertucchi 1992: BERTUCCHI (G.) – Les amphores et le vin de Marseille du VIe s. av. J.-C. au IIe s. ap. J.-C. RAN, supplt 25, 1992.

Capelli et al. 2013: CAPELLI (C.), CABELLA (R.), PIAZZA (M.) – Albinia o non Albinia ? Analisi in microscopia ottica su anfore Dressel 1 rinvenute in Francia meridionale. In : OLMER (F.) dir.,: Itinéraires des vins romains en Gaule IIIe - Ier s. av. J.-C., confrontation de faciès, colloque de Lattes (janv. – fév. 2007), MAM, HS n°5, p. 481-486.

Castrén 1975: CASTREN (P.) – Ordo Populusque Pompeianus : polity and society in Roman Pompeii, Rome, 1975.

Cébeillac 1998: CEBEILLAC GERVASON (M.) – Les magistrats des cités italiennes de la seconde guerre punique à Auguste : le Latium et la Campanie, coll. EFR n°299, 1998.

Chabot 1968: CHABOT (L.) – Le Castellas de Rognac et l’étang de Berre à l’époque pré-romaine. RSL, 34, 1968, p. 151-215.

Chiosi 1991: CHIOSI (E.). – Rocca d’Evandro (Caserta) - Località Porto. Un quartiere produttivo romano sulla riva sinistra del fiume, lo scavo, Bolletino d’Archeologia, 11-12, 1991, p. 121-124.

Chiosi, Gasperetti 1994: CHIOSI (E.), GASPERETTI (G.) – Rocca d’Evandro (Caserta) - Località Porto, un quartiere artigianale romano sul fiume. In : Ceramica romana e archeometria : lo stato degli studi, a cura di G. Olcese (Castello di Montegufoni, aprile 1993), Firenze, 1994, p. 293-299.

Desbat et al. 1997: DESBAT (A.), MAZA (G.), PICON (M.) – Les marques de C.L. SEX sur Dr. 1A. In : Actes du colloque de la SFECAG (Le Mans), 1997, p. 511-516.

Gianfrotta 1982: GIANFROTTA (P.-A.) – Archeologia sottʼacqua, rinvenimenti sottomarini in Etruria meridionale. Bolletino d'Arte, supplément 4, 1982, p. 13-36.

Gruat 1994: GRUAT (P.) – Les timbres sur amphores Dr.1 du sud-ouest de la France : premier inventaire. Aquitania, XII, 1994, p. 183-202.

Hatzfeld 1919: HATZFELD (J.) – Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénistique, Paris, 1919.

Hesnard, Carre 1998: HESNARD (A.), CARRE (M.-B.) – Les timbres DIO. sur amphores Dr.1 et Lamb.2. RTAR, 2, 1998, p. 295-299.

Koehler 1982: KOEHLER (C.G.) – Amphoras on amphoras. Hesperia, 51, 3, 1982, p. 284-292.

Laubenheimer, Barthélémy 2010: LAUBENHEIMER (F.) et BERTHELEMY-SYLVAND (C.) – Les amphores de l’oppidum de Châteaumeillant. Le matériel des fouilles des XIXe et XXe s. Gallia, 67-2, 2010, p. 1-39.

Lemaître et al. 1998: LEMAITRE (S.), DESBAT (A.), MAZA (G.) – Les amphores de site du “ sanctuaire de Cybèle ” à Lyon : étude préliminaire. In : Actes du congrès de la SFECAG (Istres), 1998, p. 49-59.

Lintz 2007: LINTZ (G.) – Saint-Gence (Haute-Vienne). In : De pierre et de terre : Les Gaulois entre Loire et Dordogne, 2007, p. 268-275.

Long et al. 2010 : LONG (L.), VOLPE (G.), TURCHIANO (M.) – Circulation des amphores et des céramiques sur le littoral méridional. Le cas de l’épave d’époque républicaine La Ciotat 3. Bollettino di Archeologia on line, I, 2010.

www.archeologia.beniculturali.it/pages/pubblicazioni.htlm

Loughton 2005: LOUGHTON (M.) – The republican amphora stamps from the Auvergne. In : Actes de la SFECAG (Blois), 2005, p. 683-700.

Manacorda 1981: MANACORDA (D.) – Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’Ager Cosanus nel I A.C. In : SRPS, II, 1981, Rome-Bari, p. 3-57.

Manacorda 1985: MANACORDA (D.) – Schiavo ‘manager’ e anfore romane : a propositto dei rapporti tra archeologia e storia del diritto. Opus, IV, 1985, p. 141-151.

Manacorda, Panella 1993: MANACORDA (D.), PANELLA (C.) – Anfore. In : The inscribed economy : production and distribution in the roman empire in the light of instrumentum domesticum, (Roma, janv. 1992), JRA supplément 6, 1993, p. 55-64.

Olmer 2003: OLMER (F.) – Les amphores de Bibracte 2 - Le commerce du vin chez les Eduens d’après les timbres d’amphores, coll. Bibracte, 7, Glux-en-Glenne, 2003.

Passelac 1970: PASSELAC (M.) – Le vicus Eburomagus : éléments de topographie, documents archéologiques. Revue Archéologique de Narbonnaise, III, 1970, p. 71-101.

Pedroni 1986: PEDRONI (L.) – La ceramica a vernice nera da Cales, Naples, 1986.

Pianu 1980: PIANU (G.) – Contributo ad un corpus del materiale anforario della Sardegna. Le anfore rodie e le anfore Dr.1 e Dr.2-4. Archivo Storico Sardo, 31, 1980, p. 11-28.

Pollino 1975: POLLINO (A.) – L’épave de la Fourmigue dans le golfe de Juan. CAS, IV, 1975, p. 71-81.

Sanciu 1997: SANCIU (A.) – Una fattoria d’età romana nell’agro di Olbia. Sassari, 1997.

Santamaria 1975: SANTAMARIA (C.) – Lʼépave A du cap Dramont (Saint Raphaël) : fouilles 1971-1974. Revue Archéologique de Narbonnaise, 8, 1975, p. 185-198.

Sireix et al. 2007: SIREIX (C.), BENQUET (L.), BERTHET (A.-L.), CONVERTINI (F.), GE (T.), MARTIN (H.), POIRIE (P.), PRADAT (B.), TIXIER (C.) – Raspide 1 (Blagnac, Haute-Garonne) et Les Vergnasses (Gours, Gironde) : deux exemples de fermes gauloises dans le sud-ouest de la France. In : Les âges du Fer dans le sud-ouest de la France, actes du colloque de l’AFEAF à Toulouse (20-23 mai 2004), 2007, p. 285-292.

Solin, Salomies 1988: SOLIN (H.), SALOMIES (O.) – Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, Hildesheim-Zürich-New-York, 1988.

Tchernia 1993: TCHERNIA (A.) – Des timbres dʼamphores à l’organisation du commerce. In : The inscribed economy : production and distribution in the roman empire in the light of instrumentum domesticum, (Roma, janv. 1992), JRA supplément 6,1993, p. 183-185.

Treggiari 1969: TREGGIARI (S.). – Roman freedmen during the late Republic, Oxford, 1969.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Répartition des timbres par période et par indexation.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2. Période 1 : n°4 à 6, 8 à 16 : Vieille-Toulouse ; n°4, 7, 17 à 23 : Toulouse, quartier Saint-Roch.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3. Période 2 : n° 5 à 9, 15, 17 à 21, 23 à 25, 31, 33, 36 à 61 : Vieille-Toulouse ; n°1 à 5, 10, 16, 22, 26 à 30, 32, 34 ; n°35 : Blagnac.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 4. Période 3 : n°1 à 17 : Vieille-Toulouse.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

Auteur

(INRAP GSO, UMR 5608)

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access