Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Autour de la céramique

Amphores italiques des IIe-Ier siècles av. J.-C. dans la région de Narbonne : provenances et chronologiei

Corinne Sanchez

Résumé

Narbonne au IIe/Ier s. av. n. è. représente à la fois un important lieu de consommation mais également un port de redistribution des importations italiques vers l’Aquitaine. Afin de sérier dans le temps l’évolution de ces importations, nous bénéficions de plusieurs sites bien datés par la stratigraphie et l’association avec les céramiques fines : Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières (seconde moitié du IIe s. av. n. è.), la Gendarmerie (fin du IIe s. av. n. è.), l’Illette à Peyriac-de-Mer (début Ier s. av. n. è.) et la Médiathèque (niveaux du milieu du Ier s. av. n. è.). Les observations typologiques et macroscopiques apportent des éléments sur les ateliers ayant approvisionné Narbonne et sa région.

During the IInd-Ist c. BC, Narbonne is both an important place of consommation and a port of trade for the italic importations towards Aquitania. In order to study the évolution of these importations, we have the chance to have many archaeological sites which are very well dated thanks to stratigraphy and fine pottery : Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières (second part of the IInd c. BC), la Gendarmerie (end of the IInd c. BC), l’Illette à Peyriac-de-Mer (beginning of the Ist c. BC) and la Médiathèque (some occupation from the middle of the Ist c. BC). Typologic and macroscopic observations bring to light some knew elements about the workshop having supplied Narbonne and its area.

Entrées d'index

Mots clés :

amphore, estampille, chronologie

Keywords :

amphora, stamps, chronology

Géographique :

Narbonne

Chronologique :

IIe/Ier av. J.-C.

Texte intégral

  • i Ce travail est inscrit dans l’axe thématique « Identités » du programme scientifique du Labex ARCHI (...)

1Cette présentation des amphores des IIe/Ier s. av. n. è. trouvées à Narbonne et dans sa proche périphérie suit une approche typo-chronologique proposée lors d’une synthèse sur Narbonne tardo-républicaine (Sanchez 2009). Cette synthèse méritait d’être approfondie par des classements par groupe de pâte et une étude des estampilles. Les données narbonnaises constituent pour les questions récurrentes sur les amphores un observatoire des évolutions particulièrement pertinent. Le statut même de Narbonne, première colonie romaine hors d’Italie et tête de pont du commerce romain en Gaule, en fait une référence incontournable. À la charnière entre les mondes ibériques et gaulois, Narbonne semble éloignée des circuits commerciaux massaliètes. L’influence italique prévaut même à des dates anciennes et laisse supposer l’existence d’une administration romaine antérieure à la conquête (Ebel 1976).

2Toutes les fouilles urbaines ont livré des amphores italiques mais la plupart du temps en position secondaire. Les fouilles à Narbonne même, mais aussi en contexte rural et lors des fouilles subaquatiques, permettent de mieux appréhender les quantités de mobilier italique ayant transité par Narbonne. Plusieurs sites de référence (fig. 1) apportent des arguments chronologiques précis (stratigraphie et association avec les céramiques fines) pour la période IIe/Ier s. av. n. è. : Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières (fouille M. Courrent), la Gendarmerie à Narbonne (fouille Y. Solier, R. Sabrié), l’Illette à Peyriac-de-Mer (ensemble homogène daté par les céramiques fines) et la Médiathèque à Narbonne (fouille Ph. Mellinand, E. Léal, Inrap) (fig. 1). Ces quatre sites sont d’autant plus intéressants qu’ils se succèdent très rapidement. Ils permettent d’aborder le question des importations par atelier pour définir si les approvisionnements correspondent à des circuits commerciaux différenciés. Cette question est aujourd’hui régulièrement discutée, non seulement à partir de la répartition des estampilles mais également sur la base des analyses de pâte (Benquet 2002).

Fig. 1. Zone étudiée et principaux sites de la région de Narbonne (Aude).

Fig. 1. Zone étudiée et principaux sites de la région de Narbonne (Aude).

Troisième quart du IIe s. av. n. è. : Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières

3Il faut s’éloigner du cadre urbain pour aborder le milieu du IIe s. av. n. è. avec le site de Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières (Courrent et al. 2003). Une fosse de 9 sur 6 m et profonde de 0,4 m a livré 14 000 tessons d’amphores et de vaisselle. L’association des amphores italiques avec les céramiques fines comme les campaniennes A Lamb.25, 27 et 36 apporte des arguments pour une datation dans la seconde moitié du IIe s. av. n. è. La fourchette chronologique ne permet cependant pas d’affirmer si ce site est antérieur ou contemporain de la première fondation. Les céramiques ibériques peintes sont nombreuses et confirment un commerce important avec la Catalogne.

4Les amphores sont représentées par 478 bords, ce qui constitue le plus important ensemble de la région. Pour Montredon-des-Corbières, le rapport hauteur sur largeur (H/L) des bords d’amphores est compris en moyenne entre 0,9 et 1,5. Aucun exemplaire sauf une exception sur 478 bords ne dépasse un rapport H/L supérieur à >2. Aucune observation ne peut être faite sur les fonds qui présentent tous une très forte usure.

  • 1 Ces observations ont été réalisées au centre archéologique de Lattes dans le cadre d’un stage org (...)

5Des observations macroscopiques des pâtes dʼamphores de Montredon-des-Corbières ont été réalisées1 : 402 bords d’amphores ont été étudiés et la vingtaine de groupes définis a été comparée aux échantillons de référence fournis par F. Olmer. Les groupes les mieux représentés sont les suivants (fig. 2) :

  • Tout à fait identique à un échantillon de la tombe de Boé (Boudet 1996) qui porte l’estampille « MOC » connue sur l’épave Dramont A (Santamaria 1975), le groupe n° 5 est constitué par des fragments à pâte beige rosé avec de nombreuses vacuoles, du quartz et des grains de chamotte beiges non calibrés et épars et des grains bruns pouvant correspondre à des oxydes. Il représente plus de la moitié des bords de la couche 5 (fig. 3). Le groupe 8 en serait un sous-groupe (quartz, calcaire et oxydes) tout comme le n° 9 et le 10 où les inclusions sont moins nombreuses.

  • Le deuxième groupe le plus fréquent est originaire sans doute d’Etrurie méridionale (fig. 3). Ce groupe dit de « Cosa » (groupe n° 3) correspond aux échantillons de référence avec l’estampille de la palme. La pâte est rouge, légèrement feuilletée contenant des inclusions blanches probablement de carbonates et des inclusions noires d’origine volcanique en grande quantité ; la surface extérieure est claire. Le groupe n° 7 ressemble aux pâtes de Cosa avec des variantes de couleurs.

  • Le groupe d’amphores italiques à dégraissants volcaniques dit « faux Eumachii » (groupe 4) est caractérisé par une pâte rouge fortement chargée en minéraux noirs volcaniques accompagnés de deux types de quartz et une surface extérieure claire.

  • Les groupes 3 et 4 sont finalement assez proches et les bords à bandeau assez long sont uniquement attestés dans ces séries (fig. 3). Ils illustrent pour une période donnée des différences de hauteur de bords selon les ateliers et à l’intérieur des mêmes ateliers.

Fig. 2. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : principaux groupes de pâtes.

Fig. 2. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : principaux groupes de pâtes.

Fig. 3. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : amphores par groupes.

Fig. 3. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : amphores par groupes.

6Plusieurs groupes sont d’origine indéterminée et bien moins fréquents. Le groupe 1 est à pâte marbrée. Les fragments sont peu nombreux mais présents dans chaque couche. Ces pâtes marbrées ne définissent pas une origine mais une technique de préparation de l’argile (Thierrin-Michael 2003). Le groupe 2, à pâte rose beige, avec des inclusions de calcaire et de fragments de chamotte hétérogènes est dénommé Boé 33 car proche de cet échantillon.

7D’autres tessons s’intègrent dans des petits groupes mais sont comparables à des échantillons disponibles. C’est le cas pour le groupe 11 (fig. 3) qui est proche des pâte connues à Albinia (pâte dense contenant des quartz, des carbonates et quelques minéraux volcaniques) et qui a été dénommé « pseudo Albinia » car il ne correspond pas exactement à cette série. Sur un départ d’anse hors stratigraphie l’estampille AP témoigne de la présence de ces importations d’Albinia. Le groupe 13 a une pâte dense mais plus aérée à l’intérieur, rose à cœur mais aux franges internes et externes claires, avec la présence de chamotte, de quartz et d’oxydes de fer. Le groupe 14 pourrait être attribué à Sinuessa, dans le Latium, proche de l’échantillon avec estampille L.M, avec sa pâte rosée, contenant des quartz et peut-être des carbonates. Le groupe 15 (pâte beige à cœur rosé contenant des grains rouges et noirs peut-être d’origine volcanique) a été comparé à l’échantillons Boé 5 avec l’estampille « Rodé Gali ». Le groupe 16 semble proche du groupe « Lentulus », marque connue sur l’épave Santa Severa (Gianfrotta 1981, p. 75-77). Quant aux groupes n° 17 et 18, la pâte contient du quartz, des carbonates et des oxydes rouges et noirs.

8Cette grande diversité dans un même ensemble qui est pourtant a priori constitué rapidement prouve un approvisionnement multiple. Les analyses minéralogiques pondèrent cette première constatation : les inclusions sont souvent similaires mais diffèrent dans leur densité. Certaines tendances apparaissent cependant clairement comme une préférence pour les produits originaires du Latium, de l’Étrurie Méridionale et de la Campanie. Les comptages ont montré des différences entre les groupes selon les unités stratigraphiques. Ce résultat est intéressant car pour l’instant rien ne nous permettait de préciser si le comblement de la fosse était parfaitement homogène. Ces premières constatations seront à vérifier avec des analyses chimiques pour voir si cette classification est pertinente. Elles permettent dès à présent des observations intrinsèques notamment sur le comblement qui semblait homogène que ce soit pour les céramiques fines ou la typologie des amphores. La répartition des groupes de pâtes par US ne valide pas cette homogénéité. Il serait intéressant de pouvoir observer une évolution des arrivages selon les périodes et dans ce cas, les proportions selon les origines pourraient constituer des indices chronologiques. On peut toutefois également penser qu’il y a une grande diversité des zones d’approvisionnement même à une date précise. En effet, sur un site comme la Lagaste, sur une centaine de lèvres, quarante ateliers peuvent être distingués (Hesnard et al. 1989, p. 56, fig. 27).

Fin du IIe s. av. n. è. : La Gendarmerie à Narbonne

9Le seul ensemble homogène connu à Narbonne pour l’époque tardo-républicaine se situe à l’emplacement de l’actuelle Gendarmerie, au croisement du tracé primitif de la voie Domitienne et de la voie d’Aquitaine (Héléna 1951) : il est plutôt question d’un site péri-urbain (fig. 1). Ce secteur correspond pour le Haut-Empire à une nécropole mais aucune occupation postérieure n’est venue perturber les vestiges de la fin du IIe s. av. n. è. Fouillées en 1981 par Y. Solier (Solier 1981), deux fosses du IIe s. av. n. è. ont été préservées et ont livré une importante série d’amphores : 125 bords et une douzaine d’amphores complètes. Deux hypothèses ont été émises sur ces vestiges : soit il s’agit d’une « bourgade indigène » antérieure à la colonie soit une zone commerciale en relation avec l’exportation des produits italiques vers l’ouest. Plusieurs objets particuliers, selon leur interprétation, pourraient valider cette dernière hypothèse : une anse d’amphore italique retaillée. D’un côté est ciselé un ocelle et de l’autre un pseudo-triskèle (fig. 4, n° 1). Cette réutilisation des anses d’amphores pour réaliser des poinçons n’est pour l’instant attestée que dans la Vienne et en Charente-Maritime (Maguer 2007, p. 55-56).

10Une pierre en calcaire, quadrangulaire, a sur quatre côtés des représentations probablement zoomorphes (fig. 4, n° 2). La seule comparaison existante est un « dé à décor zoomorphique sur ses quatre faces » signalé sur le site du Baou-Roux dans les Bouches-du-Rhône (Boissinot 1990, p. 94). Ces motifs rappellent les décors stylisés celtiques. Différents animaux pourraient être représentés comme le sanglier, le bœuf, le coq et un équidé.

Fig. 4. La Gendarmerie à Narbonne : amphores et mobilier associé.

Fig. 4. La Gendarmerie à Narbonne : amphores et mobilier associé.

11Ces deux éléments ont été considérés comme de probables poinçons servant à estampiller à nouveau les bouchons d’amphores. Cette hypothèse signifierait une consommation du vin italique à Narbonne et un reconditionnement d’un autre produit. Cette interprétation paraît peu probable. Les marques peintes sur ces amphores ont fait l’objet de relevés avant d’être perdues. Elles sont généralement simples avec des lignes verticales ou des lettres KA, M ou N. Il s’agit très probablement de marques numérales.

12Ce site pose des questions majeures pour les chronologies : s’il est lié à la première colonie, il permet de proposer un référentiel sur la base d’une date historique (118 av. n. è.). L’association des céramiques fines est proche de Montredon-des-Corbières mais plusieurs différences sont interprétables comme des éléments chronologiques ou de contextes (site indigène/site colonial : voir développement dans Sanchez 2009). Ainsi, les céramiques campaniennes B et les parois fines sont présentes alors qu’elles ne sont pas attestées à Montredon (fig. 4). Deux situles en bronze complètes avec leur cerclage de fer ont également été prélevées (fig. 4, n° 11 et 12). Face à ce doute sur la question de statut ou de chronologie de ces deux ensembles, les bords d’amphores ont été comparés pour déterminer la part des gréco-italiques de transition (H/L<2) et des Dr.1 (Sanchez 2003, p. 685, fig. 361). Effectivement, la part des gréco-italiques semble légèrement plus élevée à Montredon. Un bord plus large que haut correspond à une forme de gréco-italique et porte un double estampillage sur le bord CH ainsi qu’une marque peinte sur le col composée de traits verticaux parallèles reliés par un trait horizontal (fig. 4 n° 9). La plupart des estampilles CH ont un point de séparation entre les lettres et sont généralement situées sur l’anse à l’exception d’une marque trouvée au Mont-Beuvray ou dans la Saône (Olmer 2003, p. 112). Une autre caractéristique des amphores de la Gendarmerie se présente comme des décors sinueux réalisés avant cuisson sur la lèvre (fig. 4, n° 10). Quant aux observations macroscopiques des pâtes, elles ont aussi souligné la rareté des importations d’Albinia et l’importance des importations d’Italie centrale. À côté de toutes ces importations italiques, se trouvent de rares exemplaires d’amphore ibérique (Sanchez 2003, p. 192, fig. 70, n° 8) ou punico-ébusitaine (Sanchez 2003, p. 192, fig. 70, n° 9).

Le début du Ier s. av. n. è. : LIllette à Peyriac-de-Mer

13Après les années -100 et pour une grande partie du Ier s. av. n. è., le manque d’ensembles clos rend difficile une synthèse sur l’origine des approvisionnements. Pour le début du Ier s. av. n. è. les données à Narbonne même ne sont pas exploitables. Le site de référence pour cette période se trouve à une dizaine de kilomètres de Narbonne au bord des étangs de Bages et Sigean, au lieu-dit l’Illette. Le mobilier provient d’une fouille réalisée dans les années 1960 suite au creusement d’un puits et du défonçage de la vigne (Gallia, Tome XX, 1962, fasc.1, 618). De nombreux éléments laissent supposer le travail du fer. Dans ce contexte plusieurs monnaies associées apportent des indices chronologiques avec une fausse monnaie en plomb frappée en 92 av. (Lucius Cosconius, Marcus Filius, 10 as ; Lucius Licinius Cneus Domitius). D’autre part, la découverte d’un trésor monétaire de cent dix-sept pièces d’argent de la République romaine à environ 200 m de l’Illette montre une thésaurisation et peut témoigner de l’installation de commerçants.

14Le mobilier se caractérise par l’importance des céramiques campaniennes B, des communes italiques, la présence de dernières importations d’ibériques peintes et de gobelets à parois fines de type Rullius (fig. 5, n° 5). Ce site reste exceptionnel par l’importance des communes italiques originaires du Latium avec les pots à bord en amande (COM-IT1B) qui représentent 10% du total des bords. Le site de l’Illette n’a livré malheureusement qu’une vingtaine de bords d’amphores italiques qui se caractérisent par une très grande variabilité. Plusieurs exemplaires ont un rapport H/L supérieur à 2, montrant l’allongement de la hauteur de la lèvre. La hauteur maximum attestée est de 6 cm, ce qui prouve la présence de Dr.1B.

Fig. 5. 1-3 : L´Illette à Peyriac-de-Mer : 1-3 : campaniennes B ; 4 : sombrero de copa ; 5 : gobelet de type Rullius ;6-8 : commune italique ; 9-17 : amphores italiques de l’Illette.

Fig. 5. 1-3 : L´Illette à Peyriac-de-Mer : 1-3 : campaniennes B ; 4 : sombrero de copa ; 5 : gobelet de type Rullius ;6-8 : commune italique ; 9-17 : amphores italiques de l’Illette.

La Médiathèque

15Excepté les fouilles de la Gendarmerie qui sont d’ailleurs à l’extérieur des limites de la colonie, la plupart des niveaux narbonnais ne sont pas datés avant les années 80 av. n. è.

  • 2 Je tiens à remercier Ph. Mellinand et P. Rascalou pour la confiance qu’ils m’ont accordée.

16Pour le site de la Médiathèque, 732 fragments pour 70 individus d’amphores italiques ont été répertoriés (Rascalou, Sanchez 2002)2. Situé à proximité du fleuve, nous sommes probablement proches d’une zone de stockage ou de débarquement de marchandises.

17Les fouilles ont mis au jour des « limites parcellaires » matérialisées par un alignement d’amphores, encore emboîtées (fig. 6). Ces alignements d’amphores italiques correspondent aux US 7112 et 7149. Ce type d’aménagement est reconnu également à Montlaurès (Laubenheimer 1990, p. 58). La plupart des amphores de ces structures de la Médiathèque sont conservées au trois quart. Leur aspect massif, leur carène très marquée, les anses larges et un bord allongé permettent de les attribuer au type Dr.1B. La hauteur des lèvres est comprise entre 5,3 et 6,1 cm mais deux exemplaires sont plus petits (4,3 et 4,5 cm). Les diamètres caractérisent bien cet ensemble : les plus grands atteignent 20 cm et la moyenne est autour de 19 cm. Ces amphores ont généralement une pâte assez fine, un peu sableuse avec quelques dégraissants de fines particules brillantes et de calcite. Plusieurs amphores portent des estampilles sur le bord :

  • L’amphore n° 5 (US 7112) a un bord haut de 5,6 cm pour une épaisseur de 2,8 cm et un diamètre de 17,6 cm (fig. 7, n° 1). Elle porte sur le bord l’estampille L.M qui est généralement attribuée à Sinuessa même si l’examen d’un échantillon de la tombe de Boé a permis de proposer comme autre possibilité d’origine : Albinia (Olmer 2003, 172). Elle est attestée à Ensérune sur une Dr.1B (Lamour, Mayet 1981 ; Ceipac 6162) mais également à Sos-en-Albret (Gruat 1994, p. 194 ; Ceipac 21304) et Rodez (Dausse, Gruat 1991, p. 69 fig. 5 n° 27). Elle est bien diffusée dans tout l’ouest de la Gaule (voir carte de répartition dans Olmer 2003, p. 172, fig. 35).

  • L’amphore n° 8 de l’US 7149, dont la lèvre mesure 6,1 cm de haut pour une épaisseur de 2,3 et un diamètre de 18,5 cm, porte une double estampille GACAR de part et d’autre du bord (fig. 8, n° 1). Cette estampille a déjà été trouvée dans la Saône (Olmer 2003, p. 107 et 150), à Chartres (Poux, Sellec 1998, p. 220 fig. 13 n° 5) et au Mas d’Agenais en Gironde (Cadenat 1978, p. 204 fig. 3 n° 5). L’estampille de la Médiathèque prouve qu’il ne s’agit pas d’un gentilice mais de deux noms associés (esclave/maître) et fait partie d’une série de quatre timbres associant un esclave (Dion(ysius), Rubriaeus, Apo(llo ?) et maintenant Ga( ) à un maître : Car( ). Cette hypothèse, avancée par F. Olmer (Olmer 2003, p. 197) est validée avec le point de séparation entre GA et CAR à la Médiathèque.

Fig. 6. La Médiathèque à Narbonne : photographie de l'alignement des amphores (cliché F. Cognard, Inrap).

Fig. 6. La Médiathèque à Narbonne : photographie de l'alignement des amphores (cliché F. Cognard, Inrap).

Fig. 7. La Médiathèque à Narbonne : amphores de SB7112 et 7149.

Fig. 7. La Médiathèque à Narbonne : amphores de SB7112 et 7149.

18D’autres estampilles ont été découvertes à la Médiathèque :

  • SABINA ; sur épaule d’amphore italique Dr.1, US 7001 (fig. 8, n° 2). Cette marque a également été découverte sur l’épave de la Madrague de Giens (Tchernia et al. 1978, p. 33-46). Ce nom, connu sur les amphores de Brindes – un exemplaire au musée de Narbonne (Lamour, Mayet 1981, p. 10, n° 24) – et les Lamb. 2, est attesté sur une Dr.1B à Roanne (Aulas 1981 et Ceipac 8318).

  • RV.I ; sur anse d’amphore italique Dr.1 ( ?), US 9095, phase 3 (fig. 8, n° 3).

  • PERIGENE ; sur bord Dr.1A (hauteur 4,5, épaisseur 3,2 et diamètre 17 cm), phase 3 US 9012 (fig. 8, n° 4). Le P initial a une boucle ouverte.

  • PHILOXS.AELI (P et H liés) ; sur bord Dr.1B (hauteur 5,9, épaisseur 2,8 et diamètre 18 cm), US 8001 (fig. 8, n° 5). Le S rétrograde correspondrait à servus et le timbre peut être lu comme Philox(enus) servus d’Aelius. Cette estampille, probablement originaire du sud Latium, est connue à Saint-Pierre-sur-Mer mais surtout dans tout l’ouest de la Gaule et notamment à Vieille-Toulouse dans le comblement augustéen d’une citerne (Benquet 2002, t. IV n° 55) et à Poitiers (Ceipac 9073).

  • Q MAE ANT (MAE liés, ANT liés) ; sur bord d’amphore italique Dr.1B (hauteur 5,7, épaisseur 1,8 et diamètre 15 cm), US 9077, phase 5 (fig. 8, n° 6). Cette estampille, peut-être originaire de Terracine, dans la plaine de Fondi, accompagne les amphores de Vevius Papus dans l’épave de la Madrague de Giens. Il s’agit d’un affranchi de la gens Maeci connue à Délos (Olmer 2003, p. 45). Cette estampille a également été trouvée au Mont-Beuvray sur un bord d’amphore qui présente exactement le même profil que celui de Narbonne avec un bord rectiligne (Ceipac 20883) ainsi qu’à Auterive (Alberghi 2005, t. 2 p. 19 n° 26).

  • [VE]HILI ; sur anse d’amphore de Brindes, US 7204, phase 1 (fig. 8, n° 7). C. Vehilius est attestée en trois exemplaires à Vieille-Toulouse dans des niveaux datés entre le deuxième quart du Ier s. av. n. è. et le changement d’ère (Benquet, Gardes 2008, p. 545 fig. 15, n° 6).

  • Estampille en lettres grecques, US 8001 (fig. 8, n° 8).

  • VCCO ; sur anse amphore de Brindes, US 7195, phase 2, (fig. 8, n° 9). Connue comme LVCCO à Badalona (Comas y Sola 1997 ; Ceipac 18054) et également à Vieille-Toulouse (Benquet 2002, t. IV n° 459).

  • SALANI (A et N liés) : sur anse d’amphore de Brindes, US 7001 (fig. 8, n° 10).

  • Marque cassée sur col d’amphore tripolitaine IA, US 7111 (Sanchez 2003, fig. 107, n° 14).

  • ].PHL (lettres liées) ; sur anse d’amphore de Tarraconaise, US 5102 ;

Fig. 8. La Médiathèque à Narbonne : estampilles sur amphores italiques.

Fig. 8. La Médiathèque à Narbonne : estampilles sur amphores italiques.

19Cet ensemble d’estampilles est exceptionnel pour Narbonne, la plupart des autres fouilles n’en livrant que quelques rares exemplaires.

20Signalons la présence pour cet ensemble d’une amphore Pascual 1 avec une pâte proche des italiques dans l’US 9065 (-50/-1) ainsi que plusieurs importations d’amphores de Brindes, puniques ou punico-ébusitaines (Sanchez 2003, p. 123-168).

21Un des apports majeurs du site de la Médiathèque repose sur une stratigraphie fine du Ier s. av. n. è. Ce site permet de cerner la transition entre les amphores italiques et tarraconaises. L’inversion des courants commerciaux entre 40 et 20 av. montre la chute de ces importations italiques de 85 à 25%. Ces chiffres restent cependant à pondérer avec des sites dont l’occupation débute vers 40 av. n. è. pour avoir des comptages sans mobilier résiduel.

22Les données quantifiées restent rares sur l’axe aquitain mais permettent de confirmer les observations réalisées à Narbonne. Les niveaux contemporains de 40 av. n. è. sont essentiellement composés d’amphores italiques (Sanchez 2011). En effet, dans des niveaux où se trouvent des imitations de sigillées italiques du service 1A, les amphores italiques sont majoritaires et appartiennent essentiellement au Dr.1B ou Dr.1A à bord massif. Une phase, semble-t-il assez courte, voit l’arrivée des amphores de Tarraconaise à pâte rouge. Autour du changement d’ère, les amphores de Tarraconaise sont majoritaires mais ne correspondent pas aux associations habituelles pour le Sud-Est de la Gaule où les productions à pâte rouge, marron ou orangée sont majoritaires. Les amphores de Tarraconaise à pâte blanche sont les plus nombreuses en Aquitaine et posent la question d’un choix dans les ateliers catalans ou de l’existence d’ateliers intermédiaires comme Aspiran (Genty, Fiches 1978 ; Mauné et al. 2006). Il serait donc intéressant de pouvoir analyser ces productions pour déterminer leur origine.

Les zones commerciales ou portuaires

23L’étude des amphores de Narbonne, outre leur aspect commercial, apporte des éléments sur la chronologie des installations portuaires. Les amphores gréco-italiques sont présentes à Montlaurès et à Port-la-Nautique. Le site de Montlaurès, à quatre kilomètres au nord-est de la ville, est identifié à Naro, capitale des Elysiques. L’existence d’un important lieu d’échanges qu’a pu constituer Montlaurès durant la Protohistoire a sans doute été un argument favorable à la déduction de la colonie romaine. Le passage de l’Aude à Montlaurès soulève l’hypothèse d’un moyen de communication fluvial qui relierait l’oppidum à la mer (Guy 1972). Selon les géologues, Montlaurès dominerait le fleuve sur ses flancs nord au début de l’âge du Fer. L’oppidum aurait alors accès à la mer par cette voie fluviale. Des entrepôts importants datés des IIe/Ier s. av. n. è. valideraient l’importance de Montlaurès comme zone commerciale. Port-la-Nautique, au sud de Narbonne, présente un rôle portuaire évident seulement à la fin du Ier s. av. n. è. et jusqu’aux années 70 de n. è. Or, les sondages réalisés par Antéas en 1993 ont démontré l’existence d’un niveau daté vers 150 contenant des amphores gréco-italiques enfouies à 4,90 m de profondeur.

24Ces deux sites posent la question de leur proximité avec le passage du fleuve Aude. L’importance de cette voie d’eau, l’Atax, est soulignée par Pomponius Mela qui appelle Narbo « colonie des Atacini et des Decumani » (II, 5, 75). De cette citation, on considère que l’Aude a donné son nom aux premiers colons installés près du fleuve. Cette hypothèse irait dans le sens d’une installation à vocation commerciale au bord du fleuve pour les transactions par voies navigables. Des installations en ville ont-elles succédé à des aménagements existants au pied de l’oppidum de Montlaurès ? Les fouilles actuelles menées par Antéas dans le canal de la Robine, proche du Pont des marchands, livrent une masse importante d’amphores italiques, voire gréco-italiques. Il est certain que la ville devait disposer d’installations capables de recevoir les marchandises transportées par voie maritime (Rougé 1966, p. 108-110). La reconnaissance d’un paléo-plan d’eau (Ambert 1995) viendrait confirmer la possibilité de l’existence d’un port urbain.

25Le gisement de Malard, proche d’un antique bras de l’Aude (Falguéra 1993) est justement en limite d’un paléo-plan d’eau. Il est composé de plusieurs centaines d’amphores, la plupart des Pascual 1, servant à drainer une zone humide.

26Parmi les autres sites portuaires potentiels, la découverte des épaves de l’étang de Mateille, du Grazel ou du Grand Bassin et le site de Tintaine à Gruissan montrent une fréquentation de cette zone. Les épaves datables de l’époque républicaine sont Grazel A, (Solier et coll. 1981, 23) et surtout le Grand Bassin B, (Solier et coll. 1981, p. 59) qui constitue un ensemble conséquent avec trente-huit bords d’amphores Dr.1A, treize fonds, deux Dr.1B/1C, deux Dr.2/4 et deux Pascual 1, ainsi que cent cinq fragments de céramique campanienne. Parmi les marques et graffitis se trouvent une anse avec un timbre figuré (joueur de flûte avec marque CCL) sur Dr.1 et une marque sur épaule dans un cartouche rectangulaire [.] MEVI (ME liés) sur amphore de Tarraconaise. La gens Mevia est connue en Italie (Latium et Campanie) (Pena 1998, p. 307). Un graffiti ibère sur amphore italique est également attesté. Le mobilier montre une association Italie/Espagne : on y retrouve en effet des monnaies de Tarragone, des amphores venant d’Italie et un plat en métal avec inscription ibérique.

Conclusion

27Ces différents sites narbonnais constituent un apport aux discussions chronologiques au cours des IIe/Ier s. av. n. è. Bien qu’ils ne permettent pas de datations absolues, ils se présentent comme des séries cohérentes, qui peuvent être situées en chronologie relative. Les résultats métrologiques sur des ensembles conséquents montrent une évolution linéaire car les données sont lissées par le nombre. En revanche, la multitude des sources d’approvisionnement provoque indubitablement de nombreuses variantes de bords qui, sur des petites séries, faussent les résultats.

28À partir du faciès des amphores de Narbonne et des observations macroscopiques se dessinent les relations privilégiées avec les régions du Latium, de Campanie et d’Étrurie méridionale. L’épigraphie avait montré que les colons seraient originaires d’Italie centrale et notamment de l’Ombrie, du Latium et de la Campanie (Gayraud 1981, 149-159). Les donnés archéologiques soulignent les liens commerciaux avec ces régions.

29Les estampilles sont nombreuses au Ier av. n. è. mais extrêmement rares dans les contextes du IIe s. Pour le Ier s. av. n. è., il faut souligner la rareté des importations d’Albinia et surtout l’absence des estampilles de Sestius qui rapproche le cas de Narbonne de celui de Lyon. Une estampille au caducée a cependant été trouvée sur l’île de l’Aute (Sanchez 2003, p. 491, fig. 258, n° 16). Les marques de Sestius sont diffusées sur l’isthme gaulois et notamment à Mailhac, La Lagaste puis Vieille-Toulouse. La « Provence paraît particulièrement absente des répertoires » (Olmer 2003, p. 209) : cette absence caractériserait-elle une consommation littorale ? Mais, parmi les absences remarquables, les timbres à trois lettres appuient l’hypothèse que les importations de Cosa sont moindres et entérine la faiblesse du commerce avec l’Étrurie. La répartition de certains timbres semble finalement suivre une route septentrionale par rapport à Narbonne passant par Ensérune puis vers Mailhac et au delà l’Aquitaine. Pour les IIe/Ier s. av. n. è., certaines absences à Narbonne posent la question de la perduration de relais grecs comme Ampurias et Agde. X. Nieto avait bien signalé la vitalité d’Ampurias jusqu’à la fin du Ier s. av. n. è., moment où le port connaît un déclin face à la concurrence de Narbonne. Il est envisageable qu’Agde ait eu également encore un rôle actif jusqu’à la défaite de Marseille. La déduction des colonies de Narbonne et d’Arles par César témoigne d’une volonté forte de restructurer des zones commerciales majeures. L’importance de Narbonne dans la redistribution des amphores de Tarraconaise le prouve. Cependant, la part prise par des ateliers de la Vallée de l’Orb et de l’Hérault pourrait aussi souligner la continuité de la fréquentation de cet axe. En effet, les premières observations sur les amphores de Tarraconaise qui sont diffusées vers l’Aquitaine montrent une différence entre ce qui est consommé à Narbonne et ce qui est exporté vers le sud-ouest : on observe la part moins importante des pâtes rouge typiques au profit de séries à couleur beige et à pâte granuleuse. On pense alors à l’importance d’axes dits secondaires (Orb et Hérault) où des ateliers relais comme Aspiran ont pu occuper une part du marché des vins hispaniques.

Bibliographie

Alberghi 2005 : ALBERGHI (L.) – Les amphores d’Auterive : commerce aux portes de l’Ariège, Mémoire de Maîtrise sous la direction de C. Rico, UTM, 2005.

Ambert 1995 : Ambert (P.) – Forages géotechniques dans l’agglomération de Narbonne (Aude), Conséquences paléographiques et archéologiques, Archéologie en Languedoc, 19, 1995, p. 75-84.

Aulas 1981 : Marques et inscriptions retrouvées sur amphores à Roanne, CAL, 1, 1980-1981, p. 61-91.

Benquet 2002 : BENQUET (L.) – Les amphores des IIe et Ier s. av. J.-C. découvertes dans le Toulousain : production et consommation, Thèse de doctorat sous la direction de J.-M. Pailler, Toulouse-le-Mirail, 4 tomes, 2002, 895 p.

Benquet, Gardes 2008 : BENQUET (L.), GARDES (P.) – Les dernières phases de l’occupation de l’oppidum de Vieille-Toulouse (Haute-Garonne), Actes du Congrès de la SFECAG Escala-Empúries, 2008, p. 535-552.

Boissinot 1990 : Boissinot (Ph.) – Le Baou-Roux, In : Voyage en Massalie, 100 ans d’Archéologie en Gaule du Sud, 1990, p. 91-94 (Musée de Marseille, Edisud).

Boudet 1996 : BOUDET (R.) – Rituels celtes d’Aquitaine, 1996, 128 p. (ed. Errance).

Cadenat 1978 : CADENAT (P.) – Les timbres d’amphores d’Ussubium (Commune du Mas d’Agenais), Revue de l’Agenais, 1978, p. 1-12.

CEIPAC : Centro para el Estudio de la Interdependencia provincial en la Antigüedad classica. http://ceipac.gh.ub.es/

Comas y Sola 1997 : Comas y Sola (M.) – Baetulo. Les marques d’àmfora. Institut d’Estudis Catalans, Barcelona, 1997, nº 212.

Courrent et al. 2003 : Courrent (M.), Forest (V.), Sanchez (C.) – Une fosse des années -140/-120 à Montredon-des-Corbières (11), Rapport de fouilles de sauvetage, SRA Languedoc-Roussillon, 2003, 71 p.

Dausse, Gruat 1991 : DAUSSE (L.) et GRUAT (P. ) – Estampilles et inscriptions peintes sur amphores vinaires Dressel 1 trouvées à Rodez, Vivre en Rouergue, Cahier d’Archéologie Aveyronnaise, 5, p. 66-76.

Ebel 1976 : EBEL (Ch.) – Transalpine Gaul, the Emergence of a Roman Province, Leyde, 1976, 113 p.

Falguéra 1993 : Falguéra (J.-M.) – Les fouilles de Malard à Narbonne. Résultats préliminaires d’un sondage sur un lit d’amphores du Ier s. ap. J.-C., Cahiers d’Archéologie Subaquatique XI, 1993, p. 67-98.

Gayraud 1981 : Gayraud (M.) – Narbonne antique, des origines à la fin du IIIe s., RAN, suppl.8, 1981, 592 p.

Genty, Fiches 1978 : Genty (P.-Y.), Fiches (J.-L.) – L’atelier de potiers gallo-romains dʼAspiran (Hérault), Synthèses des travaux de 1971 à 1978, Figlina 3, 1978, p. 71-92.

Gianfrotta 1982 : GIANFROTTA (P.A.) – Archeologia sott’acqua, Rinvenimenti sottomarini in Etruria meridionaled, Bolletino d’Arte, 10, avril-juin 1981, p. 69-92, réimprimé dans Archeologia subacquea, (Boll. d’Arte, suppl. 4), 1982, p. 13-36.

Gruat 1994 : Les timbres sur amphores Dr. 1 du sud-ouest de la France : premier inventaire, In : L’Age du Fer en Europe sud-occidentale (Agen, 1992), Aquitania, 12, 1994, p. 183-202.

Guy 1972 : GUY (M.) – Le cadre géographique et géologique de Montlaurès. In : Narbonne, Archéologie et Histoire, XLVe Congrès de la Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Narbonne, 1972, p. 27-43.

Héléna 1951 : HÉLÉNA (Ph.) – Découvertes archéologiques rue de Nancy, Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, 23, 1951-1955, 107‑108, p. 154-155.

Hesnard et al. 1989 : Hesnard (A.), RicO (M.), Arthur (P.), Picon (M.) et Tchernia (A.) – Aires de production des gréco-italiques et des Dressel 1, Amphores romaines et histoire économique, Rome, 1989, p. 21-65.

Lamour, Mayet 1981 : Lamour (C.), Mayet (F.) – Glanes amphoriques : II.- Régions de Montpellier, Sète, Ensérune, Le Cayla (Mailhac). Études sur Pézenas et l’Hérault 12, Les Amis de Pézenas, Pézenas, p. 3-18 ; n.30, p. 8, pl.II, pl.VII.2.

Laubenheimer 1990 : Laubenheimer (F.) – Le temps des amphores en Gaule : vin, huile et sauces, Paris, 1990, 181 p. (Coll. Des Hespérides).

Maguer et al. 2012 : MAGUER (P.), LEMAÎTRE (S.), DUVAL (A.) avec la collab. de BOLLE (A.), MANIQUET (C.), SANCHEZ (C.) – Des seaux gravés sur anses d’amphores, témoins de lʼactivité des premiers boulangers gaulois?, SFECAG, Actes du congrès de Poitiers, 2012, p. 431-436.

Mauné et al. 2006 : Mauné (S.), Bourgaut (R.), Lescure (J.), Carrato (C.) et Santran (C.) – Nouvelles données sur les productions céramiques de l’atelier de la Dourbie à Aspiran (Hérault) (première moitié du Ier s. ap. J.-C., SFECAG, Actes du Congrès de Pézenas, 2006, p. 157-188.

Mellinand, Léal 2002 : Mellinand (Ph.), Léal (E.) – Une occupation suburbaine antique et médiévale à Narbonne (Aude), la Médiathèque, DFS de fouilles archéologiques, Archives SRA Montpellier, INRAP, 2002, 221 p.

Olmer 2003 : OLMER (F.) – Les amphores de Bibracte 2, Le commerce du vin chez les Éduens d’après les timbres d’amphores, Coll. Bibracte 7, 375 p.

Pena 1998 : Pena (M.-J.) – Productores y comerciantes de vino layetano, El vi a l’Antiguitat. Economia, produccio i comerç al Mediterrani occidental, 2on Col.loqui internacional d’Arqueologia romana, Badalona, 1998, p. 305-318

Poux, Selles 1998 : POUX (M.) et SELLES (H.) – Vin italique en pays Carnute. À propos d’un lot d’amphores Dressel 1 découvert à Chartres, rue Sainte-Thérèse, Actes du congrès de la SFECAG, Istres, 1998, p. 207-223.

Rascalou, Sanchez 2002 : Rascalou (P.), Sanchez (C.) – Étude du mobilier céramique, La médiathèque, Narbonne, SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, AFAN. In : Mellinand (P.), Léal (E.) – Une occupation suburbaine antique et médiévale à Narbonne (Aude), la Médiathèque, DFS de fouilles archéologiques, Archives SRA Montpellier, INRAP, 2002.

Rougé 1966 : ROUGÉ (J.) – Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain. Paris, 1966.

Sanchez 2003 : Sanchez (C.) – Le mobilier céramique de Narbonne et sa région, (IIe s. av. n.è./Ier s. de n.è.), Pour une analyse du processus de romanisation, Thèse de doctorat, Lyon 2003, 1021p.

Sanchez 2009 : Sanchez (C.) – Narbonne à l’époque tardo-républicaine : chronologie, commerce et artisanat céramique, Supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, 2009.

Sanchez 2011 : Sanchez (C.) avec la collaboration de ROBERT (B.), GAUDUCHON (S.) et BERNIER (M.), La céramique du secteur d’habitat à l’ouest des thermes entre 50 a.C. et le IIIe s. p.C. In : BOUET (A.) (dir.), Un secteur d’habitat dans le quartier du sanctuaire du Moulin du Fâ à Barzan (Charente-Maritime), Aquitania, Mémoires 26, Supplément 27, 2011, p. 329-454.

Santamaria 1975 : SANTAMARIA (C.) – L’épave A du Cap Dramont (Saint-Raphaël) : fouilles 1971-1974, Revue archéologique de Narbonnaise, 8, 1975, p. 185-198.

Solier 1981 : Solier (Y.) – Sépultures et fosses à amphores à Narbonne, avenue Anatole France, rapport dact., archives SRA, Montpellier 1981, 6 p.

Solier et coll. 1981 : Solier (Y.) et collab. – Les épaves de Gruissan, Archaeonautica, 3, 1981, p. 8-264.

Tchernia et al. 1978 : Tchernia (A.), Pomey (P.), Hesnard (A.) – L’épave romaine de la Madrague de Giens (Var), XXXIVe Sup. à Gallia, Paris, 1978, 122 p.

Thierrin-Michael 2003 : THIERRIN-MICHAEL (G.) – Classification des amphores vinaires italiques par l’examen macroscopique des pâtes : possibilités et limites, Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 319-323.

Notes

1 Ces observations ont été réalisées au centre archéologique de Lattes dans le cadre d’un stage organisé par F. Olmer avec C. Sanchez et des étudiants de l’Université de Montpellier que nous remercions.

2 Je tiens à remercier Ph. Mellinand et P. Rascalou pour la confiance qu’ils m’ont accordée.

Notes de fin

i Ce travail est inscrit dans l’axe thématique « Identités » du programme scientifique du Labex ARCHIMEDE, programme IA-ANR-11-LABX-0032-01.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Zone étudiée et principaux sites de la région de Narbonne (Aude).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : principaux groupes de pâtes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3. Sainte-Croix à Montredon-des-Corbières : amphores par groupes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 4. La Gendarmerie à Narbonne : amphores et mobilier associé.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5. 1-3 : L´Illette à Peyriac-de-Mer : 1-3 : campaniennes B ; 4 : sombrero de copa ; 5 : gobelet de type Rullius ;6-8 : commune italique ; 9-17 : amphores italiques de l’Illette.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 6. La Médiathèque à Narbonne : photographie de l'alignement des amphores (cliché F. Cognard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 7. La Médiathèque à Narbonne : amphores de SB7112 et 7149.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 8. La Médiathèque à Narbonne : estampilles sur amphores italiques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5331/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access