Phase 1 — Premières occupations urbaines du début de l’époque augustéenne

1Les vestiges les plus anciens consistent en quelques segments de murs et portions de sols découverts dans l’angle nord-ouest du chantier (fig. 22). Une réfection des sols conduit à identifier deux états au sein de cette phase.

Figure 22 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 22 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 1A : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier)

Secteur I

1. Architecture

2Deux murs sont construits avec des blocs grossièrement équarris liés à l’argile et se poursuivent au-delà des limites de la fouille ; ils sont contemporains et forment une croisée à angle droit (fig. 23).

Figure 23 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Figure 23 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

En enfilade, mur 1-3 chevauché par le mur 5 (phase 2) ; le mur 2 est masqué par la cloison 17 (phase 4).
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).

3Le mur 1-3, de direction nord-nord-ouest/sud-sud-est, fouillé sur 6 m de long, conserve deux assises de son élévation (ressaut à NGF 20,88/20,82 m) qui est large de 0,50 m (fig. 14). Il est lié (malgré les apparences du dessin sur le plan) à un mur perpendiculaire, 2, reconnu sur 2,50 m de long et qui devait présenter une largeur équivalente, en élévation (fig. 24).

Figure 24 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Figure 24 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Murs 1 (à l’arrière) et 2 (à dr.) et aire empierrée ; sur la g. murs 5 (phase 2) et 8 (phase 3).
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet, 1981).

4Dans l’espace sud-est, C, a été aménagée contre le mur 1, sensiblement au niveau de son ressaut de fondation (20,82 m), une aire empierrée (NGF 20,78/20,74 m) (fig. 25). Elle est délimitée, au nord et à l’est, par de grosses pierres alignées qui encadrent une zone d’éléments plus disparates de plus faibles dimensions (cailloux et quelques fragments de tuiles) ; au sud, un mur postérieur, 8, a fait disparaître sa bordure de ce côté mais comme on ne retrouve pas de trace au-delà, on peut restituer une aire d’environ 1,40 m x 1,70/1,80 m.

Figure 25 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Figure 25 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

L'aire empierrée appuyée contre le mur 1 et délimitée par des pierres de plus grandes dimensions ; elle est sectionnée et endommagée par les murs 5 (phase 2) et 8 (phase 3).
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1981).

5Un peu plus au sud affleure, à une cote nettement plus basse (NGF 20,64 m), un reliquat de sol constitué de tuiles fragmentées posées directement sur le substrat (fig. 26) qui fait ainsi office de sol en terre battue.

6L’utilisation de fragments de tuiles pour les deux éléments indique indubitablement qu’il était déjà possible de récupérer, dans le secteur, des matériaux de construction près de bâtiments ruinés.

Figure 26 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Figure 26 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1, secteur I

Fragments de tegulae illustrant un sol en terre battue.
Vue prise vers l’ouest (cliché L. Rivet, 1981).

2. Stratigraphie

7Dans les quatre espaces déterminés par le croisement des murs, et en rapport avec leurs ressauts de fondation, les restes de sols damés, c.9, avec taches charbonneuses, reposent sur une couche d’argile violacée issue du terrain naturel (fig. 14 et 16). L’aire empierrée se situe sensiblement sur le même plan.

8Un deuxième état, phase 1B (fig. 27), consiste en l’enfouissement de l’aire empierrée suite à un surhaussement d’une vingtaine de centimètres des sols en terre battue, c.8 (NGF 20,96 m), par des terres brunes, sablonneuses ou argileuses. Dans l’espace sud-est, C, subsistait une nappe de cendre, reste d’un foyer temporaire.

Figure 27 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 27 - « Nord-Est cathédrale »

Phase 1B : plan des vestiges (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

3. Chronologie

Phase 1A

9Les éléments de datation (c.9) reposent sur un très faible nombre de tessons (25 fr.), parmi lesquels (fig. 28) :

Figure 28 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1A, secteur I (c.9)

Figure 28 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1A, secteur I (c.9)

Céramique à engobe interne rouge pompéien (1), céramique commune à pâte grise (2), céramique commune à pâte claire (3), amphore (4) (dessin L. Rivet).

10Campanienne

- [non ill.] : 2 fr. inf. de campanienne A tardive (?) à pâte rosée.

11Céramique à engobe rouge pompéien

- 1 : bord à lèvre aplatie rabattue vers l’extérieur de forme Goud. 32/37 (Aguarod Otal 1991, p. 67-71, 192, fig. 4, no 2 et p. 193, fig. 5, nos 3 à 5).

12Céramique à paroi fine

- [non ill.] : fr. inf. en pâte siliceuse d’origine italique.

13Céramique commune à pâte grise

- 2 : bord de couvercle à lèvre arrondie.

14Céramique commune à pâte claire

- 3 : bord de coupe-mortier à bandeau dont il manque le versoir.

15Amphore

Espagne
- 4 : anse plate à sillon central (pseudo-bifide) que l’on pourrait supposer appartenir, en fonction de la pâte, à une Dr. 2-4 de Tarraconaise (mais l’éventualité d’une origine régionale, de Narbonnaise orientale, n’est sans doute pas à exclure).

16Commentaire sur la chronologie. Ces rares vestiges ne permettent pas de cerner une datation et laissent ouverte une large fourchette chronologique : la céramique campanienne, la céramique culinaire à engobe rouge pompéien, le gobelet à paroi fine italique pourraient se rencontrer dans des niveaux tardo-républicains ; dans la mesure où on ne peut déterminer la forme du gobelet, on ne peut pas savoir s’il s’agit d’un objet plutôt produit vers -40/-30 ou vers -15 ou -10. L’attribution et l’origine de l’anse d’amphore sont trop incertaines pour la prendre en compte.

17En fait, ces éléments sont insuffisants en nombre et en qualité pour contribuer d’une manière très probante à fixer une datation au début ou dans la première moitié de l’époque augustéenne, peut-être dans les années 40-30 ou 30-20 av. n.è. L’absence de sigillée italique n’est pas significative dans un aussi faible échantillon mais on soulignera que les céramiques campaniennes sont peu fréquentes dans les contextes intra muros de Fréjus (quelques dizaines de fragments) et suggèrent peut-être un horizon ancien.

18L’état suivant, bien distinct de celui-ci, est assorti d’une proposition de chronologie (établie sur un plus grand nombre de tessons « datants ») dont il faut tenir compte ici et qui conforte, de toute manière, l’évocation d’une occupation sûrement pour une période antérieure au changement d’ère, possiblement dans la troisième ou deuxième décennie, voire avant.

Phase 1B

19Le remblai relativement épais correspondant à cette transformation, c.8, et qui sert d’appui à des lambeaux de sols en terre battue, contient un nombre de tessons (176 fr.) suffisamment conséquent pour cerner une datation fiable (fig. 29) :

Figure 29 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1B, secteur I (c.8)

Figure 29 - « Nord-Est cathédrale ». Phase 1B, secteur I (c.8)

Sigillée italique (5-9), céramique culinaire orientale (10), céramique à paroi fine (11-12), céramique commune engobée (13), céramique commune à pâte grise (14-15), céramique commune à pâte brune (16-17), céramique modelée (18-19), céramique commune à pâte claire (20), amphore (21) (dessin L. Rivet).

20Sigillée italique (13 fr.)

- 5 : bord d’assiette à lèvre pendante (2 fr.), peu détachée de la paroi, de forme Goud. 17/Consp. 12.3.2 (forme du Service Ic, dominante dans l’horizon Dangstetten-Oberaden, également bien représentée à Haltern, milieu-fin Auguste) ; la lèvre et la principale concavité interne de celle-ci sont très hautes ;

- [non ill.] : fr. de panse appartenant peut-être à la forme Consp. 14 (Dangstetten-Oberaden, milieu-fin Auguste) ;

- 6 : vraisemblable bord d’assiette à paroi verticale de forme Consp. 20.1 (fin-Auguste-Tibère) ;

- 7 : bord de forme Consp. 22.1.3 (abondante à Oberaden et Rödgen, milieu-fin Auguste) ;

- 8 : bord de forme non identifiée (calice ?) ;

- 9 : estampille incomplète sur fond d’assiette, dans un cartouche rectangulaire en position radiale, [---]

L’estampille, très fragmentaire, pourrait conserver les parties hautes d’un R, d’un A et d’un I, avec d’éventuelles ligatures RV, ou AN ; le possible R pourrait même être un B. Ces restes sont insuffisants et trop incertains pour tenter une identification, même en se basant sur les seules marques radiales (Rivet 2005, no 22).

21Céramique culinaire orientale

- 10 : embouchure et fond d’une bouilloire (30 fr.) à pâte brun orangé et dégraissant micacé, surface intérieure en partie couverte d’un dépôt blanchâtre ; seule l’amorce du pincement du bec est conservée ; le fond est plat. Deux des caractéristiques de cette forme sont l’anse plate fortement coudée, longue, et le fond totalement plat.

22Céramique à paroi fine

Les 80 fr. sont très majoritairement en pâte italique, certains à surface grumeleuse, d’autres à surface lisse ; on relève au moins 1 fr. d’origine hispanique, à décor sablé ;

- 11 : bord de gobelet-tonneau italique à pâte rouge orangé et surface lisse (forme apparentée à Haltern 41B/Oberaden 20) ;

- 12 : bord de gobelet hémisphérique italique à surface lisse et pâte beige.

23Lampe

Les sept fragments comportent deux éléments de becs triangulaires de forme Deneauve IV.

24Céramique commune engobée/imitation de sigillée

- 13 : bord de coupe hémisphérique de production locale imitant une forme de campanienne (Rivet 2002, forme 4b).

25Céramique commune à pâte grise

- 14 : bord de jatte à lèvre bifide ;

- 15 : fond plat ;

- [non ill.] : 7 fr d’une bouilloire de forme Goud. 1 en pâte kaolinitique avec dépôt blanchâtre sur la surface intérieure.

26Céramique commune à pâte brune

- 16 : bord de jatte à lèvre aplatie et à pâte feuilletée compacte ;

- 17 : fond plat de bouilloire (la surface interne est couverte d’un dépôt blanchâtre) à pâte rouge et granuleuse.

27Céramique culinaire micacée varoise

Elle est représentée par des fragments informes.

28Céramique modelée d’époque impériale

- 18 : bord d’olla (3 fr.) à épaulement finement peigné ;

- 19 : bord d’une grande olla.

29Céramique commune à pâte claire

- 20 : fond sur pied annulaire dégagé par enlèvement de l’argile.

30Amphore

Gaule

- 21 : lèvre à bandeau saillant (dérivée des Dr. 28), de production locale ou régionale.

31Commentaire sur la chronologie. Les formes de sigillée italique, représentatives de l’horizon Dangstetten-Oberaden, tendent à placer la constitution de ce réaménagement, au plus tôt vers les années 20-10 avant notre ère. La bouilloire (no 10), pour laquelle on ne réussit pas à trouver de comparaisons probantes, n’apporte pas de donnée chronologique supplémentaire.

32L’absence de céramiques plus récentes conduit à retenir comme datation la courte période qui couvrirait les années 20-10 av. et la fin du Ier siècle avant notre ère.

33L’amphore (no 21) s’inscrit dans les productions gauloises et se rencontre fréquemment à Fréjus où elle a été fabriquée ; elle est dite « à double inflexion externe » selon l’expression de F. Laubenheimer (1985, p. 243-254, G.7 de type IB ; Laubenheimer 1989, fig. 8 ; voir le commentaire de B. Liou dans Laubenheimer 1991, p. 261-263). Sa production, dans les ateliers de Fréjus/Saint-Lambert, débute à la période augustéenne, vraisemblablement avant le changement d’ère selon les connaissances actuelles mais sans guère plus de précisions (Gébara, Béraud 1996, p. 311 et fig. 11, no 1) ; elle est également connue dans d’autres centres de production régionaux, comme à Mandelieu (Rivet 1986, type II). Cette forme d’amphore fait l’objet d’une production suffisamment conséquente pour qu’on la trouve sur tous les sites de la ville dans la plupart des contextes du début du Ier siècle de notre ère.

4. Interprétation

34Cette fouille livre une image très lacunaire de l’aménagement urbain à ces époques des années 40-30 (?) et 20-10 avant notre ère. Les traces de cette occupation, la plus ancienne reconnue sur le site, ne peuvent être exploitées pour proposer leur extension ou leur fonction ; les sols en terre battue, comme l’aménagement d’une aire empierrée, ne permettent pas de caractériser la nature de l’occupation : correspondent-ils aux espaces d’une habitation, à une cour, ou à ceux d’un espace artisanal ? Étaient-ils établis en bordure de rue ou non, etc. ? Les réponses ne sont pas possibles.

35Il est cependant vraisemblable – compte tenu de ce que l’on sait des vestiges de murs découverts dans le même quartier, pour des constructions du début de notre ère (par exemple place Formigé, voir infra) – que les élévations des murs devaient être en briques crues, reposant sur des fondations en pierre.

Conclusion

36Pour ces périodes, vers -40/-30 et -20/-10, l’absence de vestiges ou d’indices dans les autres secteurs du site est une interrogation. Certes, les surfaces fouillées en profondeur sont très réduites, ce qui limite d’autant les possibilités d’avoir accès à ces niveaux anciens, y compris « en négatif », mais il est vraisemblable que les travaux d’envergure qui ont été engagés lors des phases suivantes ont largement contribué à les éradiquer.