Préambule

1La parcelle située immédiatement au nord-est de la cathédrale de Fréjus et au sud de la rue de Beausset, était occupée par un vieil immeuble dont la stabilité n’était plus assurée : la Ville décida sa démolition en 1978.

2Pour l’Antiquité, l’intérêt archéologique du terrain, bien que de modeste surface, environ 250 m2, était évident puisque, inscrit en limite du bourg médiéval réduit du Xe siècle, il était placé sur le tracé supposé du cardo maximus de Forum Iulii ; nettement moins que cette surface sera effectivement reconnue.

3Quatre campagnes de fouilles furent conduites, à raison d’un mois par an environ, de 1979 à 1982. Pour les vestiges modernes (fin du XVIe siècle pour la phase de construction de l’immeuble abattu) et médiévaux (maisons des XIIe et XIIIe siècles, elles-mêmes établies sur un secteur de nécropole daté des XIe et XIIe siècles), l’équipe de Michel Fixot procéda à une recherche extensive de ces épaisses superpositions, souvent ralentie par la fouille des tombes (71 au total) après avoir été attentive à identifier les signes extérieurs de leur localisation. Pour les vestiges antiques, la méthode consista en l’ouverture de sondages successifs parfois séparés par des bermes. Le rythme de l’activité archéologique était adapté à la volonté d’être vigilant, naturellement, à la fouille stratigraphique mais aussi à celui d’un « chantier-école » au profit d’étudiants, en particulier lors des deux premières campagnes.

Figure 4 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 4 - « Nord-Est cathédrale »

La partie sud du chantier au terme des fouilles de 1979 et 1980 ; le segment oblique du mur 15 (au fond du sondage central) constitue la façade du cardo maximus et fait la partition entre le bâtiment du secteur II (à dr.) et la rue du secteur IV (à g.) ; au premier plan, quelques tombes non encore déposées de la nécropole médiévale au niveau desquelles apparaît le sommet de la colonne romaine du portique.
Vue prise vers le sud (cliché P.-A. Février, 1980).

4Les sondages débutèrent au sud du terrain, sous la conduite de P.-A. Février, et mirent au jour, à l’est, un tronçon de ce qui apparaissait comme une voie, partiellement dallée et, à l’ouest, à l’arrière d’un alignement de façade, un espace de nature équivoque car profondément décaissé.

5En 1981 et 1982, avec une équipe relativement réduite, j’ai fouillé, dans la partie nord du terrain, un troisième espace bâti et la suite de la portion de voie.

Figure 5 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 5 - « Nord-Est cathédrale »

Au terme de la fouille de 1981, le secteur I.
Vue prise vers le nord (cliché L. Rivet, 1981).

6De l’ensemble de cette fouille, il est plusieurs aspects qui ont longtemps dissuadé d’envisager une publication scientifique : la plupart des stratigraphies relatives à la voie sont complexes, paraissent parfois aberrantes et semblent fournir, quelquefois et en apparence, des chronologies incohérentes sinon contradictoires ou carrément muettes ; la largeur de la voie elle-même a été quelque temps un sujet d’interrogation, pendant la fouille, jusqu’à l’écroulement d’une berme intervenu à l’est, bien après la clôture du chantier, en janvier 1985, et signalé par Daniel Brentchaloff. En outre, dans l’espace sud-ouest (secteur II), l’absence de traces d’occupation antique, sous forme de sols et de superpositions de niveaux, ne trouve pas réellement d’explication satisfaisante. Des articles de synthèse ont pourtant été élaborés, en procurant un certain nombre de données mais avec des conclusions provisoires (Goudineau 1981, p. 532 ; Février, Fixot, Rivet 1985 ; Février, Fixot, Rivet 1988 ; Rivet et al. 2000, p. 185-186, fig. 314 à 322, avec coupe stratigraphique, p. 195 et 199, fig. 352 et 353).

7En fait, à l’époque de la fouille mais également dans les années qui suivirent, si nous n’avons pas compris plusieurs aspects essentiels des découvertes, c’est parce que, en l’absence d’au moins une information – le segment de mur apparu fortuitement, évoqué supra –, on ne pouvait pas comprendre !

8Était également indispensable le temps d’une longue macération dans la réflexion qui aura permis de surmonter ce qui s’érigeait en obstacles à la compréhension. C’est au lendemain de la publication de l’Atlas topographique que la clarté de ce qui s’imposait comme des invraisemblances s’est peu à peu démêlée. L’Atlas a eu cette vertu de nous mettre devant l’évidence que l’un des côtés du forum s’étendait jusqu’en bordure immédiate du site et que le mur qui était apparu, après l’éboulement de la berme au nord-est du chantier, représentait sa clôture extérieure ... à moins de 0,50 m de la limite de fouille ! Et que la situation un peu particulière de la partie sud du site se comprenait mieux si, à la place de ce mur de clôture, on restituait les abords immédiats de l’accès latéral au forum ! En 1981 et 1982, lorsque nous avions fouillé dans les jardins du Palais de Justice – à une trentaine de mètres à l’est –, nous avions bien compris que nous avions mis au jour le sol dallé d’un espace public que nous avons identifié au forum (Février, Fixot, Rivet 1985, p. 271) mais nous ne nous doutions pas que son aire s’étendait jusqu’au site que nous étions en passe d’achever de fouiller en 1982. Alors, après 2000, un premier domino est tombé et, progressivement, d’autres ont suivi ! Mais, comme il s’agit d’un chantier aux données complexes, tout n’est sans doute pas élucidé ...

Figure 6 - Le secteur III au terme de la fouille de 1982

Figure 6 - Le secteur III au terme de la fouille de 1982

Emprise de la chaussée (à dr. de la colonne) et du portique (à g.) du cardo maximus. On distingue, tout à dr., la façade du bâtiment du secteur III longée par un trottoir étroit (en partie fouillé) ; vers le centre, l'alignement de la colonnade et l'égout (g) dont la voûte est en grande partie effondrée.
Vue prise vers le sud (cliché L. Rivet, 1982).

9Il faut également dire qu’une bonne part des lacunes liées à la bonne intelligence de l’histoire de ce micro-quartier vient aussi, tout simplement, de ce que la fouille n’a pas été suffisamment approfondie et les sondages suffisamment élargis : cela s’explique, en grande partie, par l’inadéquation entre notre capacité d’intervention et la profondeur des vestiges à atteindre. Il s’ensuit que les résultats les plus immédiatement utilisables sont nettement plus fiables dans l’espace nord-ouest du secteur I, avec des niveaux d’occupation à des cotes plus élevées que partout ailleurs, plutôt que dans les secteurs II et IV où un accès aux couches profondes était moins confortable du fait de la déclivité du relief. Comme le seul secteur I est aussi celui qui présente les phases d’occupation les plus anciennes, on s’appuiera donc sur ses résultats pour asseoir la logique archéologique et transposer sa cohérence aux aménagements découverts sur le reste du site afin d’établir les correspondances.

10Les quelques carences que nous venons d’évoquer ne peuvent occulter les acquis de cette recherche dont le principal fut de révéler un point fondamental dans la connaissance de l’évolution topographique antique de Fréjus : le quartier sud de la ville romaine, où se situe ce chantier, au nord-est de la cathédrale, appartient au noyau primitif de l’agglomération, organisée selon le réseau A. Dans ce même quartier, quelques vestiges antiques épars et encore observables (égouts collecteurs, mur à niches de la place des Jésuites, etc.) auraient pu permettre de comprendre cette originalité de l’occupation urbaine mais il manquait la fouille de ce site, au contact des deux réseaux, pour en apporter l’éclairage et la preuve définitive. Conséquence de ces découvertes de différents vestiges illustrant le contact entre l’urbanisme des réseaux A et B, on comprend désormais pourquoi la cathédrale et le quartier médiéval qui se sont développés dans le même secteur réinvestissent le carroyage antique et, parfois, se réapproprient les murs mêmes des constructions romaines.

Figure 7 - « Nord-Est cathédrale »

Figure 7 - « Nord-Est cathédrale »

Plan des vestiges, toutes phases confondues (relevé S. Roucole, dao S. Saulnier).

Avertissement

Depuis la fouille, les contours de la parcelle ont été modifiés puisqu’une nouvelle salle dépendant de la cathédrale occupe la partie sud ; le reste du terrain a été remblayé et un petit espace vert a été aménagé portant le nom de place Albert Gaidon.

Pour la commodité de l’exposé, on appellera :
- secteur I : au nord-ouest, une succession d’occupations en milieu bâti déterminant plusieurs espaces qui seront dénommés A, B, C et D ;
- secteur II : au sud-ouest, deux espaces bâtis, E et F, dont seul celui du sud a été fouillé et dans lequel il n’a été perçu que deux phases d’occupation ;
- secteur III : au nord-est, un segment de rue où l’on distinguera, à l’ouest, la chaussée, G, et, à l’est, le portique, H ;
- secteur IV : au sud-est, la suite de la même rue avec une chaussée, J, butant au sud contre un dallage, K, et, à l’ouest, un espace établi dans le prolongement du portique précédemment évoqué, L et M.

Les appellations de couches (Us) déterminées au fur et à mesure de la fouille ont été harmonisées, ici, afin de coïncider à une même période :
- c. 9 = phase 1A (vers -40/-30 ?)
- c. 8 = phase 1B (vers -20/-10 ?)
- c. 7 = phase 2A (vers le changement d’ère)
et phase 2B (vers 15-20)
- c. 6 = phase 3 (début de l’époque flavienne)
- c. 5 = phase 4 (IIe siècle) et phase 5 (IIIe siècle)
- c. 4 = phase 6 (Antiquité tardive)

Indiquons que le substrat accuse une pente très nette du nord vers le sud : si les valeurs sont équivalentes, au nord, entre l’ouest (NGF 20,60 m) et l’est (20,40 m), elles s’abaissent au sud-ouest comme au sud-est (19,15 m).