Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Autour de la céramique

Vaisselle et alimentation à Pech Maho (Sigean, Aude) : l’îlot I à la fin du IIIe s. av. J.-C.

Anne-Marie Curé

Résumé

La partie nord-est de l’îlot I de Pech Maho (Sigean, Aude) est constituée à la fin du IIIe s. av. J.-C. d’unités fonctionnelles caractérisées par la concentration d’activités économiques liées au commerce et à l’artisanat. L’étude de la vaisselle de ces unités a pour objectif de caractériser les ensembles de céramique de cuisine et de table d’un point de vue fonctionnel, c’est-à-dire en mettant en avant les possibilités d’utilisation des récipients selon leur morphologie. Les assemblages de vaisselle reflètent ainsi à la fois la prépondérance des traditions indigènes dans les méthodes de préparation et probablement dans les mets consommés, mais aussi une certaine ouverture perceptible à la fois dans l’abondance de céramique de table importée, signe de l’intégration du comptoir commercial à divers réseaux d’échange, mais aussi dans le choix de récipients en rupture avec le répertoire régional traditionnel.

By the end of the 3rd century BC, the north-east part of the îlot I of Pech Maho (Sigean, Aude) is constituted of functional units marked by the concentration of economic activities related to trade and craftwork. The study of the kitchen and tableware of these houses aims to caracterize the ceramic assemblages from a functional point of view, and to be more precise by putting forward the possibilities of utilization of the vessels according to their morphology. The kitchen and tableware sets reflect both the preponderance of indigenous customs among cooking and consumption practices, and a constant demand for foreign vessels, sometimes quite different from the traditional local repertoire.

Entrées d'index

Géographique :

Pech Maho

Chronologique :

second âge du fer

Texte intégral

Introduction

1L’oppidum de Pech Maho à Sigean (Aude) est un habitat littoral occupé depuis le milieu du VIe s. jusque vers 200 av. J.-C., date à laquelle il subit une destruction par fait de guerre, à laquelle succède une brève réoccupation marquée par la mise en œuvre de pratiques à caractère rituel (fig. 1). Au cours du IIIe s. av. J.-C., le site se présente comme un comptoir commercial caractérisé par l’abondance des produits d’importation, mais aussi par le rôle prépondérant des activités de stockage et artisanales. L’îlot I, situé dans la partie méridionale du site, présente la spécificité de concentrer ces différentes fonctions économiques, puisqu’il abrite notamment de nombreux espaces de stockage et de travail du métal. L’extrémité nord-est de l’îlot, explorée par Y. Solier entre 1970 et 1972, est constituée de neuf pièces pouvant être regroupées en trois unités fonctionnelles : UNF105, UNF106 et UNF107 (fig. 2). Le dernier niveau d’occupation, scellé par la destruction brutale de l’habitat, renferme un abondant mobilier céramique qui a déjà fait l’objet d’une étude spatiale par M. C. Belarte, É. Gailledrat et J. Principal (2011), dans la perspective d’une analyse fonctionnelle des différents secteurs.

Fig. 1. Localisation de l’oppidum de Pech Maho (Sigean, Aude) en Languedoc occidental.

Fig. 1. Localisation de l’oppidum de Pech Maho (Sigean, Aude) en Languedoc occidental.

Fig. 2. Plan général du site de Pech Maho et localisation des secteurs étudiés.

Fig. 2. Plan général du site de Pech Maho et localisation des secteurs étudiés.

2Les pièces 54B et 54C ont ainsi été interprétées comme faisant probablement partie d’une même unité fonctionnelle (UNF105) en raison de la complémentarité des fonctions des deux espaces. L’absence de communication directe entre les deux secteurs ne permet pas toutefois d’exclure complètement la possibilité qu’il s’agisse de deux unités indépendantes. Il semblerait en effet que les deux pièces aient pu servir de lieu de vie avec notamment des activités de préparation et de prise des repas. Par ailleurs, le secteur 54B est caractérisé par une partie avant où se sont déroulées des activités métallurgiques, tandis que le secteur 54C se distingue par la présence d’un important espace de stockage à l’arrière (fig. 3). L’unité fonctionnelle centrale (UNF106) est pour sa part formée par trois pièces : 58A, 58B et 58E. La pièce avant 58E semble être un espace de préparation culinaire et de consommation fonctionnant avec deux pièces arrières plus polyvalentes. Ces dernières paraissent avoir pu abriter également des activités de préparation et de prise des repas, en association toutefois avec des zones de stockage, en particulier dans la pièce 58B, et de travail du métal dans la pièce 58A. Enfin, la dernière unité fonctionnelle (UNF107) est constituée par les espaces 58C1 et C2 à l’arrière, et 58D1 et D2 à l’avant. Tandis que l’espace 58C1 regroupe des activités de stockage, de préparation et de prise des repas, la fonction du secteur adjacent 58C2 est incertaine. Les pièces 58D1 et D2 se caractérisent quant à elles par la présence d’aires d’activités métallurgiques associées à des espaces de préparation culinaire et de consommation. En résumé, malgré des architectures différentes, les trois unités fonctionnelles présentent de nombreuses similitudes dans l’organisation des pièces. Celles-ci sont en effet souvent polyvalentes, et associent des espaces de préparation et de prise des repas à des zones de stockage, généralement situées à l’arrière des bâtiments, ainsi qu’à des aires d’activités métallurgiques localisées soit dans les parties avant, donnant sur la rue, soit dans la pièce arrière dans le cas de l’UNF106.

Fig. 3. Répartition schématique des vestiges dans la partie nord-est de l’îlot I à la fin du IIIe s. av. J.-C.

Fig. 3. Répartition schématique des vestiges dans la partie nord-est de l’îlot I à la fin du IIIe s. av. J.-C.

3L’étude détaillée de la vaisselle céramique de l’îlot I a pour objectif de mettre en lumière les spécificités des services de cuisine et de table des trois unités fonctionnelles mentionnées, ainsi que d’associer ces services à des modes de consommation. L’essentiel de ce travail se fonde donc sur l’analyse de la répartition des formes et des fonctions des récipients de vaisselle dans chacune des pièces et des unités fonctionnelles.

Distribution des catégories céramiques de vaisselle par unité fonctionnelle

  • 1 Tous les chiffres indiqués dans ce paragraphe correspondent à des pourcentages à l’intérieur de l (...)

4Parmi les trois unités fonctionnelles, l’UNF105 est celle qui a livré la proportion la plus importante de céramiques à vernis noir (22 % des individus1), et notamment les plus fortes proportions de céramique de Roses, attique et de l’atelier des petites estampilles (fig. 4). Cet ensemble se démarque également des autres par une part plus importante de céramique à pâte claire massaliète (6 % des individus) et grise roussillonnaise (9 % des individus). L’UNF106 présente pour sa part les taux les plus bas de vaisselle à vernis noir (11 % des individus) et en particulier de céramique de Roses, mais aussi de céramique à pâte claire massaliète (1 % des individus) et grise de la côte catalane (8 % des individus). Ces faibles taux sont contrebalancés par une proportion particulièrement élevée de céramique non tournée (41 % des individus) par rapport aux deux autres unités fonctionnelles. À l’inverse, l’UNF107 est caractérisée par le taux le plus faible de céramique non tournée (13 % des individus), compensé toutefois par un fort pourcentage de céramique commune tournée du Languedoc occidental (14 % des individus). C’est également dans cette unité que la céramique grise de la côte catalane est la plus fréquente (18 % des individus).

Fig. 4. Distribution des catégories céramiques de vaisselle dans les UNF105, 106 et 107, et répartition selon la provenance (en nombre minimum d’individus).

Fig. 4. Distribution des catégories céramiques de vaisselle dans les UNF105, 106 et 107, et répartition selon la provenance (en nombre minimum d’individus).

5La céramique à pâte claire du Languedoc occidental est quant à elle attestée dans des proportions équivalentes dans les trois unités fonctionnelles (13 à 15 % des individus). Il en va de même pour les catégories plus faiblement représentées de céramique ibérique peinte, ibéro-languedocienne ou encore de céramique commune ibérique, punique, ébusitaine, grecque et italique.

6L’étude des faciès céramiques des trois ensembles laisse ainsi transparaître un certain nombre de différences. En particulier, l’UNF106 se distingue des deux autres non seulement par une part plus importante de céramique modelée, mais aussi, si l’on considère l’ensemble de la vaisselle tournée, par une plus forte proportion de productions locales ou régionales que d’importations.

Formes et des fonctions des récipients de vaisselle : questions de méthodologie

7Pour chaque pièce, un comptage minimum d’individus a été effectué à partir des inventaires typologiques, par catégorie et par type de vase. Toutefois, seuls les récipients de forme déterminée ont pu être comptabilisés. Le taux de détermination des formes par pièce varie ainsi entre 69 et 94 % des vases, avec des pourcentages plus faibles enregistrés généralement pour les pièces ayant livré assez peu de mobilier (en particulier 58E, 58C1 et 58C2, avec un taux de détermination inférieur à 80 %).

  • 2 Version en ligne du Dicocer pour la céramique à pâte claire du Languedoc occidental (cl-loc) et p (...)

8La terminologie adoptée correspond à celle du Dicocer2, excepté pour la catégorie des céramiques à vernis noir de Roses, pour laquelle a été reprise la terminologie présentée par J. Principal (2004), terminologie adaptée à la typologie actualisée de cette production (Puig, Martin 2006).

9Par ailleurs, malgré les propositions existantes d’associations de types de récipients à des fonctions spécifiques (Bats 1988, Dicocer), nous avons choisi de proposer ici notre propre grille de lecture (fig. 5). La vaisselle de cuisine a été divisée en deux grandes catégories de récipients : les vases pour cuire les aliments d’une part, et les vases pour préparer les aliments – dans un sens restreint du terme – d’autre part. Les vases à cuire, selon leur morphologie, ont pu servir à différents types de cuisson. Hormis une caccabé ou une lopas associée à la fonction bouillir-mijoter ou frire-mijoter, l’îlot I n’a livré que des urnes, récipients fermés permettant de faire bouillir et mijoter les aliments. La distinction entre les vases destinés au gros ou au petit stockage et ceux utilisés pour la cuisson étant peu probante à partir du seul diamètre à l’embouchure, toutes les urnes en céramique non tournée et céramique commune tournée du Languedoc occidental ont été associées aux fonctions culinaires, bien qu’une partie ait pu servir également de vases de stockage. Les vases de préparation mis au jour sont pour leur part exclusivement des mortiers, utilisés préférentiellement pour écraser et mélanger les aliments.

Fig. 5. Schéma des principales fonctions de la vaisselle de cuisine et de table.

Fig. 5. Schéma des principales fonctions de la vaisselle de cuisine et de table.

10La vaisselle de table est quant à elle beaucoup plus diversifiée. Au vu des différents types de récipients attestés, le choix a été fait de distinguer la vaisselle réservée à la boisson d’une part, de celle utilisable pour les aliments liquides, semi-solides et solides d’autre part. Les récipients étroitement associés aux liquides, assez facilement identifiables, se divisent en plusieurs catégories. Ainsi, les cratères et les stamnos sont utilisés pour mélanger et présenter la boisson. Les cruches, de même que certains gobelets à une anse de morphologie semblable (notamment les gobelets en céramique grise de la côte catalane), servent à verser les liquides. Enfin, les vases à boire regroupent deux types distincts de récipients. Les coupes à pieds, coupes et bols à une ou deux anses (dont les kylix), ainsi que les cratérisques et les skyphos ont potentiellement été utilisés dans le cadre de pratiques de consommation spécifiques à caractère social (collectives, cultuelles, etc), probablement en association avec les vases de présentation de la boisson, formant ainsi un service à boire. Parmi ces vases, on note que les cratérisques de plus grands modules ont pu servir, à l’instar des cratères, à mélanger et présenter la boisson (Principal 2004, p. 64). À l’inverse, il semblerait que les gobelets et les tasses doivent plutôt être associés à la consommation quotidienne de breuvages.

  • 3 Nous rappelons que l’étude a été effectuée sur la base d’un matériel fragmentaire qui permet le p (...)
  • 4 Les calculs ont été réalisés à l’aide du logiciel Pot_Utility 1.05 (© J.-P. Thalmann & ARCANE, 20 (...)

11Les vases associés aux aliments liquides, semi-solides et solides peuvent quant à eux être répartis en deux séries. Ainsi, les récipients profonds ont été associés préférentiellement aux aliments liquides et semi-solides, tandis que les récipients peu profonds paraissent plutôt adéquats pour contenir de la nourriture solide. Ceci étant, on n’exclura pas totalement l’utilisation de récipients profonds pour des aliments solides, et celle de plats peu profonds pour des aliments semi-solides. L’autre difficulté qui apparaît est celle de la distinction entre les fonctions de présentation et de consommation, qui peuvent d’ailleurs être mêlées si le consommateur se sert et mange directement à partir du plat de service, sans utiliser de récipient intermédiaire. Nous avons donc choisi de regrouper ces deux fonctions, tout en gardant la possibilité de raisonner dans certains cas sur la contenance du vase, et par là même d’exclure des récipients probablement réservés à la présentation ou à la consommation collective3. Les récipients servant à la présentation et la consommation d’aliments liquides et semi-solides sont des récipients ouverts plus ou moins profonds, comme les coupelles, coupes, bols et écuelles. Les volumes calculés pour huit coupelles, coupes et bols en céramique grise de la côte catalane et roussillonnaise et en céramique à vernis noir de Roses s’échelonnent entre 35 et 60 cl, permettant aussi bien une utilisation comme récipient de présentation que comme récipient intermédiaire pour la consommation4. En revanche, certains vases de petits modules, comme les coupelles ROSES 1, avec deux volumes calculés autour de 10 cl, indiquent plutôt une fonction de présentation, par exemple pour des condiments. À l’inverse, plusieurs récipients plus grands ont probablement été utilisés plutôt pour la présentation ou la consommation collective. C’est le cas notamment des écuelles ROSES 12, avec trois volumes calculés compris entre 1,10 et 2 l, ainsi que d’une coupe CL-MAS 233 d’une contenance de 1,80 l. Enfin, les plats à poisson et les assiettes sont des vases appropriés pour la consommation d’aliments solides.

Formes et fonctions des récipients de vaisselle des principales catégories céramiques

12Parmi la vaisselle fine, les céramiques attiques à figures rouges et à vernis noir, attestées en petite quantité dans chaque unité fonctionnelle, correspondent à de la vaisselle encore en usage à Pech Maho au IIIe s. av. J.-C., et ne doivent pas être nécessairement considérées comme du matériel intrusif ou résiduel (Belarte, Gailledrat, Principal 2011, p. 65). Si les vases à boire – coupes, skyphos et cratérisques – sont représentés dans toutes les unités fonctionnelles, seule l’UNF107 a livré des fragments de cratères. Les productions des ateliers des petites estampilles sont attestées pour leur part uniquement par des bols. La céramique de Roses est quant à elle illustrée par de nombreux bols, coupelles et écuelles. On retrouve également quelques plats à poisson, une assiette, un cratérisque et un skyphos. De manière similaire, la céramique campanienne A est représentée essentiellement par des bols, coupelles et écuelles, complétés là encore par une poignée de vases moins communs tels que des assiettes, un plat à poisson et un bol à anses. Enfin, on recense deux vases à boire en céramique à vernis noir d’origine indéterminée : un skyphos et un cratérisque. Parmi les autres catégories de vaisselle fine – céramique à pâte claire massaliète et du Languedoc occidental, céramique grise de la côte catalane et roussillonnaise –, les formes les plus représentées sont les coupes et les cruches ou gobelets, accompagnées parfois de vases de morphologie différente. Ainsi, le répertoire de céramique à pâte claire massaliète est complété par de rares assiettes et un cratérisque, celui du Languedoc occidental de gobelets à boire et d’une tasse, et celui de céramique grise de la côte catalane de stamnos et de kylix. Parmi la vaisselle commune, la céramique commune tournée du Languedoc occidental est illustrée uniquement par des urnes. La céramique non tournée est quant à elle représentée majoritairement par des urnes, mais l’on recense également quelques coupes et un mortier. Enfin, on trouve dans les trois unités fonctionnelles des mortiers de productions diversifiées : mortiers régionaux, massaliètes, étrusque et ébusitain.

13En résumé, la vaisselle de cuisine est composée en majeure partie d’urnes en céramique non tournée et en céramique commune tournée, accompagnées de quelques mortiers. Pour la vaisselle de table, on remarque que les différents types de vases ne sont pas représentés de manière équivalente selon les catégories. Les vases réservés à la présentation des liquides sont des cratères en céramique attique et des stamnos en céramique grise de la côte catalane. Les vases spécifiquement à boire sont quant à eux des skyphos en céramique vernis noir, des cratérisques, fabriqués surtout en céramique à vernis noir mais illustrés également par un exemplaire en pâte claire massaliète, des coupes à anses en céramique à vernis noir et en céramique à pâte claire massaliète et du Languedoc occidental, ainsi que deux kylix en céramique grise de la côte catalane. Les vases conçus pour le service de la boisson, à savoir les cruches ou gobelets, sont bien représentés en céramique à pâte claire et céramique grise, tandis qu’ils sont absents du répertoire des productions à vernis noir. Les récipients utilisés pour présenter et consommer les aliments liquides et semi-solides sont des bols, des coupelles, des coupes et des écuelles. Ces formes simples sont très répandues et attestées dans toutes les principales catégories formant la vaisselle de table. Enfin, la vaisselle appropriée à la présentation et à la consommation d’aliments solides est beaucoup plus rare. Elle est illustrée par des plats à poisson et des assiettes en céramique à vernis noir de Roses et campanienne A, ainsi que par des assiettes en céramique à pâte claire massaliète (fig. 6).

Fig. 6. Exemple de vaisselle provenant de l’UNF106.

Fig. 6. Exemple de vaisselle provenant de l’UNF106.

Représentation des formes et des catégories fonctionnelles par pièce et par unité fonctionnelle

14Les différents assemblages permettent de mettre en évidence un certain nombre de traits communs aux trois unités fonctionnelles (fig. 7). La vaisselle de cuisine se caractérise ainsi à chaque fois par un rapport d’environ un mortier pour dix à treize urnes. En ce qui concerne la vaisselle de table, les catégories prédominantes sont celles de présentation et de consommation des aliments liquides et semi-solides d’une part, et de service des liquides d’autre part, les récipients pour présenter et consommer les aliments étant deux fois plus nombreux que ceux pour verser. Les vases de présentation et de consommation des aliments solides sont rares, mais on recense tout de même au moins un plat à poisson par unité fonctionnelle. Enfin, la composition du service à boire apparaît assez variable d’un ensemble à l’autre, avec notamment des rapports diversifiés entre le nombre de vases à boire et, lorsque ceux-ci sont attestés, le nombre de récipients de présentation.

Fig. 7. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par ensemble.

Fig. 7. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par ensemble.

15Dans l’UNF105, on observe des écarts de proportions importants entre la vaisselle de table et de cuisine d’un secteur à l’autre (fig. 8). La pièce 54B a en effet livré presque 50 % de récipients de cuisson, contre seulement 15 % pour la pièce 54C. Ce dernier secteur présente en outre un répertoire plus diversifié, avec notamment la présence de deux mortiers et d’un plat à poisson, vases absents du secteur adjacent. La distribution des catégories fonctionnelles de l’UNF105 prise dans sa globalité se révèle proche de celle de l’UNF107, avec des taux équivalents de vaisselle culinaire (environ 30 %) et la même représentation des différentes familles de récipients composant la vaisselle de table, à l’exception des vases de présentation de la boisson, absents de l’UNF105. La complémentarité fonctionnelle des assemblages de vaisselle des secteurs 54B et 54C constitue dès lors un argument supplémentaire quant à la dépendance mutuelle des deux pièces. L’UNF106, se distingue quant à elle des deux autres par la prépondérance de la vaisselle culinaire. Avec 50 à 60 % de la vaisselle selon les pièces, cette catégorie est plus fréquente dans ces secteurs que dans tous les autres espaces des différentes unités fonctionnelles, la proportion la plus élevée étant enregistrée dans la partie avant 58E. Enfin, la distribution des catégories fonctionnelles observée pour l’UNF107 est proche de celle de l’UNF105. La part de céramique culinaire oscille entre 20 et 40 % de la vaisselle selon les pièces, avec, comme pour l’UNF106, un taux maximum dans la partie avant 58D2. Cette unité fonctionnelle se distingue en outre par la présence d’un bord de caccabé ou de lopas en céramique commune punique, seule attestation de vaisselle culinaire de typologie méditerranéenne pour les ensembles étudiés ici. Par ailleurs, les vases de présentation de la boisson apparaissent relativement nombreux à la fois en chiffre absolu et proportionnellement au nombre de vases à boire.

Fig. 8. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par pièce et par ensemble.

Fig. 8. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par pièce et par ensemble.

16Ce bilan comparatif semble ainsi indiquer des différences sensibles entre les assemblages des trois unités fonctionnelles, mais aussi de nombreuses caractéristiques communes. Afin de faciliter la lecture de ces données, il a été choisi de prendre l’assemblage de l’UNF105 comme référence, et d’attribuer un coefficient (à l’unité près) à chacune des catégories fonctionnelles des UNF106 et 107 (fig. 9). Hormis pour les vases de présentation de la boisson qui apparaissent en nombres extrêmement variables, la représentation des autres récipients semble obéir à certaines règles de proportionnalité. En ce qui concerne l’UNF106, les différentes catégories de vaisselle de table sont numériquement équivalentes à celles de l’UNF105, exception faite pour les plats de présentation et de consommation des aliments solides, qui sont cinq fois plus nombreux. La vaisselle de cuisine est quant à elle beaucoup plus abondante, avec environ trois fois plus de vases de cuisson et cinq fois plus de mortiers. Dans l’UNF107, les catégories les mieux représentées comprennent toutes deux fois plus de récipients que pour l’UNF105. En revanche, les mortiers et les plats de présentation et de consommation des aliments solides sont respectivement trois et quatre fois plus nombreux. S’il n’est pas surprenant d’un point de vue statistique d’observer une plus grande variabilité dans la représentation des catégories fonctionnelles comprenant peu de vases, la relative régularité de la représentation des autres catégories rend possible la proposition d’un modèle de service commun aux trois unités fonctionnelles définies.

Fig. 9. Représentation relative des catégories fonctionnelles par ensemble (coefficient 1 attribué aux catégories de l’UNF105).

UNF105

UNF106

UNF107

Vaisselle de cuisine

Cuire

1

3

2

Écraser/mélanger

1

5

3

Vaisselle de table

présenter la boisson

0 vase

1 vase

7 vases

Boire

1

1

2

1

1

2

verser

1

1

2

Prés./cons. les aliments liquides et semi-solides

1

1

2

Prés./cons. les aliments solides

1

5

4

Proposition d’un service-type de vaisselle

17Définir un service de vaisselle à partir du mobilier exhumé pose un certain nombre de difficultés, les principales étant d’estimer d’une part la proportion de matériel résiduel « hors service » au moment de la destruction, d’autre part le nombre de groupes occupant les différentes unités fonctionnelles. Si l’on part du principe que la proportion de matériel résiduel est équivalente d’un ensemble à l’autre, alors la variabilité du nombre de vases dans les différentes catégories fonctionnelles doit s’expliquer par d’autres facteurs. En l’occurrence, si l’on considère qu’un groupe (famille nucléaire ?) occupait l’UNF105, alors la présence de deux groupes dans l’UNF107 pourrait justifier que l’on y trouve le double de vaisselle à la fois de cuisine et de table. En revanche, ce raisonnement ne peut expliquer la surreprésentation des récipients de préparation et de cuisson par rapport à la vaisselle de table dans l’UNF106, qui ne semble dès lors pouvoir être interprétée qu’en termes fonctionnels.

18Finalement, en se fondant sur les proportions observées dans les trois ensembles pour la vaisselle de table et dans les seules UNF105 et 107 pour la vaisselle de cuisine, et en divisant le nombre de vases dans chaque catégorie fonctionnelle par deux (UNF105 et 106) ou quatre (UNF107) on obtient un service-type tenant compte des différents paramètres précédemment évoqués (fig. 10).

Fig. 10. Proposition d’un service-type de vaisselle céramique pour la partie nord-est de l’îlot I à la fin du IIIe s. av. J.-C.

Vaisselle decuisine

Cuire

10 urnes

écraser/mélanger

1 mortier

Vaisselle de table

présenter la boisson

1 vase (cratère ou stamnos)

Boire

4 vases (1 skyphos, 1 cratéristiques, 2 coupes)

1 gobelet

verser

10 cruches et gobelets

Prés./cons. les aliments liquides et semi-solides

20 vases (coupelles, coupes, bols, écuelles)

Prés./cons. les aliments solides

1 vase (plat à poissons ou assiette)

19Ce service peut être comparé à ceux proposés par Michel Bats pour la colonie massaliète d’Olbia (Hyères, Var) à la fois pour le IIIe s. et pour la fin du IIIe/début du IIe s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 209). Tandis que la batterie de cuisine est constituée à Olbia de vases typiquement grecs comme le faitout (ou lopas) et la caccabé, la quasi-exclusivité des urnes dans l’îlot I de Pech Maho met en lumière le caractère profondément indigène de la batterie culinaire de cet habitat, et peut être associée à une cuisine privilégiant les préparations bouillies et mijotées. Dans ce contexte, le bord de caccabé ou de lopas en céramique commune punique provenant de l’UNF107 doit probablement être plutôt considéré comme un récipient utilisé par des indigènes plutôt que par des individus d’origine punique éventuellement établis à Pech Maho. Par ailleurs, à l’image de ce que l’on observe à Olbia, la vaisselle culinaire de Pech Maho comprend un mortier. Ce type d’objet, à l’origine typiquement méditerranéen, semble au IIIe s. av. J.-C. pleinement intégré aux batteries de cuisine de la plupart des sites de Gaule méridionale, où il est fréquemment attesté par des pièces importées, mais aussi, dans le cas du Languedoc occidental, par des exemplaires de fabrication locale ou régionale.

20En ce qui concerne la vaisselle de table, il semblerait que le service de Pech Maho soit assez proche de celui d’Olbia pour le IIIe s. av. J.-C., avec une prédominance des vases pour la présentation et la consommation des aliments liquides et semi-solides, et un nombre plus restreint de cruches et de vases à boire. Les formes plates sont toutefois moins bien représentées à Pech Maho qu’à Olbia pour le IIIe s., et d’autant plus pour la fin du IIIe et le début du IIe s. av. J.-C. , période à laquelle leur proportion augmente de manière significative dans la colonie grecque. Cette augmentation indiquerait une plus grande consommation du poisson en friture avec un assaisonnement ou en sauce (Bats 1988, p. 105). À Pech Maho, la présence discrète de ces plats à la fin du IIIe s. av. J.-C. souligne donc à la fois des différences dans les habitudes de consommation des habitants des deux sites, mais peut aussi être associée à la réalisation de plats s’écartant des modèles culinaires traditionnels. On peut se demander si la consommation de ces récipients peu profonds, en rupture avec la vaisselle indigène, pourrait être un trait propre aux comptoirs littoraux. Plats et assiettes sont en effet attestés à Lattara (Lattes, Hérault) dès le IV e s. av. J.-C., également en petites quantités, à la fois en céramique à vernis noir et en céramique à pâte claire massaliète. En revanche, à une soixantaine de kilomètres de Lattes dans l’arrière-pays gardois, l’habitat du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard, Gard) n’a pour sa part livré aucun récipient de ce type et conserve à la fin du IIIe s. av. J.-C. une vaisselle de présentation et de consommation constituée exclusivement de contenants plus profonds (Py, Lebeaupin 1989).

Caractérisation et spécificités de la vaisselle de l’îlot I de Pech Maho à la fin du IIIe s. av. J.-C.

21De manière générale, la vaisselle de cuisine de Pech Maho du IIIe s. av. J.-C. est marquée par la prédominance des productions non tournées, complétées toutefois par de la céramique commune tournée régionale attestée à des taux relativement élevés, ainsi que par des mortiers d’origine diversifiée. La vaisselle de table se caractérise quant à elle par une part importante de productions extra-régionales, provenant majoritairement du nord-est de la péninsule ibérique, mais aussi de la péninsule italique et de la colonie grecque de Marseille. La provenance de la vaisselle importée reflète ainsi non seulement la position économique du comptoir commercial, à l’interface entre les réseaux d’échanges du monde ibérique d’une part et massaliètes d’autre part, mais aussi son ouverture au commerce italique alors en plein développement en Gaule méridionale.

22Les différentes productions offrent une complémentarité de répertoire, avec par exemple une majorité de vases ouverts pour la présentation et la consommation parmi les céramiques à vernis noir et une forte proportion de cruches parmi la céramique à pâte grise. Si la céramique à pâte claire du Languedoc occidental est la catégorie la plus abondante, les nombreuses urnes de stockage dans son répertoire lui confèrent un moindre poids parmi la vaisselle, donnant ainsi une importance prépondérante aux productions en céramique grise de la côte catalane et roussillonnaise. Enfin, la présence d’éléments de services à boire en céramique attique au IIIe s. av. J.-C., utilisés probablement pendant plusieurs générations, est un trait récurrent dans l’ensemble de l’habitat. À tous ces points de vue, les assemblages de l’îlot I s’intègrent parfaitement dans le faciès de la vaisselle du reste du site.

23Ceci étant, les unités fonctionnelles étudiées présentent également un certain nombre de spécificités. Tout d’abord, les récipients pour la présentation et la consommation des aliments solides y sont particulièrement fréquents. Si les plats à poisson sont attestés dans tout l’habitat, les assiettes et les plats retrouvés dans les ensembles 58A-58B-58E et 58C-58D (deux assiettes CL-MAS 111, deux plats CAMP-A 36 et une assiette ROSES 81) sont des formes rares à Pech Maho et constituent plus de la moitié des vases de ce type inventoriés sur le site pour le IIIe s. av. J.-C. En outre, les deux assiettes en céramique à pâte claire massaliète constituent pour l’heure des unicum dans l’habitat. Par ailleurs, ces deux unités fonctionnelles ont également livré les seuls guttus et lécythe du site (un guttus AT-VN 1192-1196, deux guttus ROSES 66 et un lécythe ROSES 63). Ces récipients, associés généralement au conditionnement et au service de l’huile – alimentaire ou non – ou du parfum, sont assez peu répandus en contexte indigène et renvoient plutôt à des usages des mondes grec et punique. Sans présager de l’utilisation qui a été faite de ces vases, tout comme des plats et des assiettes, leur présence reflète au moins la volonté de la part des occupants de l’îlot I d’acquérir et d’utiliser des objets s’éloignant des standards indigènes et indisponibles parmi les productions régionales.

Remarques conclusives

24En définitive, il semblerait que les différences observées en premier lieu dans la distribution des catégories céramiques entre l’UNF106 d’une part et les UNF105 et 107 d’autre part doivent être relativisées. En effet, la forte proportion de vaisselle non tournée dans l’UNF106 semble être étroitement liée à une nécessité fonctionnelle, à savoir celle d’avoir à disposition plus de vases de cuisson et de stockage. Si le déficit de vaisselle d’importation extra-régionale par rapport aux importations régionales est bien réel, le détail des assemblages de vaisselle de table ne donne en rien l’image d’une consommation cantonnée aux modèles indigènes traditionnels. Bien au contraire, à l’instar de ce que l’on observe dans l’UNF107, le mobilier céramique traduit une demande sensible d’objets exogènes de la part des occupants de ce bâtiment. De plus, la présence de véritables services à boire semble indiquer que les habitants de l’îlot I étaient à l’initiative de pratiques de consommation collective de boissons alcoolisées. S’il est probable que ces pratiques s’inscrivent pleinement dans une logique indigène (Dietler 1990), il n’en reste pas moins que les récipients utilisés renvoient à des standards méditerranéens, et plus particulièrement du monde grec. Ainsi, la spécificité de l’équipement domestique dans cette partie du site, alliée à l’importance des activités commerciales et artisanales, paraît être le reflet du statut socio-économique élevé de ses occupants.

25De manière plus générale, la vaisselle de Pech Maho à la fin du IIIe s. av. J.-C. est celle d’un comptoir littoral ouvert aux échanges. Un bref aperçu sur le mobilier lattois contemporain permet en effet de mettre en évidence un certain nombre de convergences, bien que, au contraire de Pech Maho, la cité de Lattara soit plus tournée vers Marseille que vers le monde ibérique. Ainsi, dans ces deux habitats, la batterie de cuisine est formée majoritairement d’urnes modelées, les récipients de typologie méditerranéenne n’étant attestés que de manière sporadique. La vaisselle de table est pour sa part dominée à Lattes par les importations massaliètes, mais la céramique à vernis noir, et plus particulièrement la céramique campanienne A, tient une place non négligeable avec des bols, coupes et coupelles, mais aussi des vases à boire, des plats à poisson et des assiettes. À l’inverse, le contraste avec la vaisselle du Marduel est frappant. Dans cet oppidum de l’arrière-pays, la vaisselle de cuisine comme celle de table est constituée à la fin du IIIe s. av. J.-C. majoritairement de vases modelés (Py, Lebeaupin 1989).

26En ce qui concerne les préparations culinaires, nous ne possédons pour l’heure que peu de renseignements sur les aliments consommés, les recherches concernant les niveaux de la fin du IIIe s. av. J.-C. étant encore en cours. En plus des aliments végétaux qui tenaient probablement une place importante dans le régime alimentaire, les habitants de Pech Maho se nourrissaient vraisemblablement de viande, de poisson et de coquillages, et en particulier de moules. Par ailleurs, la morphologie des vases de cuisine et de table suggère une prédominance des préparations bouillies et mijotées. Ceci étant, la présence d’une caccabé ou d’une lopas ainsi que de plusieurs plats à poissons ou assiettes pourrait indiquer la consommation épisodique de mets s’éloignant des recettes traditionnelles.

27Enfin, l’étude de la vaisselle de table soulève une question centrale à propos des manières de table. La difficulté à distinguer les récipients de présentation de ceux de consommation est en effet loin d’être anodine puisqu’elle met notamment en relief la possibilité que ces deux fonctions soient mêlées, dans l’hypothèse où le consommateur mangerait directement à partir du récipient de présentation, sans utiliser de contenant intermédiaire. Dans le cas de Pech Maho, il semblerait que si certains vases sont manifestement trop petits (certaines coupelles) ou trop grands (écuelles) pour avoir servi de récipients intermédiaires, les bols et les coupes, attestés en grande quantité, semblent posséder une contenance adaptée à des rations individuelles. L’usage de vaisselle individuelle apparaît donc, dans ce contexte, tout à fait plausible, voire probable.

Bibliographie

Bats 1988: BATS (M.) – Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Revue Archéologique de Narbonnaise, suppl. 18, Paris, Éd. du CNRS, 1988, 272 p., 72 pl.

Belarte, Gailledrat, Principal 2011: BELARTE (C.), GAILLEDRAT (E.), PRINCIPAL (J.) – The Functional and Symbolic Uses of Space in Western Mediterranean Protohistory: the Pech Maho Example (Sigean, Western Languedoc, France). Oxford Journal of Archaeology, 30/1, 2011, p. 57-83.

Dicocer: PY (M.) dir. – Dicocer. Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. n. è. - VIIe s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan). Lattara, 6, Lattes, 1993, 624 p.

Dietler 1990: DIETLER (M.) – Driven by Drink: The Role of Drinking in the Political Economy and the Case of Early Iron Age France. Journal of Anthropological Archaeology, 9, p. 352-406.

Principal 2004: PRINCIPAL (J.) – Les céramiques à vernis noir. In : Gailledrat (E.) dir., Etude et mise en valeur du site archéologique de Pech Maho (Sigean, Aude), Projet Collectif de Recherche, Rapport final, 2004, p. 11-110.

Puig, Martin 2006: PUIG (A.M.), MARTIN (A.) dir. – La colònia grega de Rhode (Roses, Alt Empordà). Museu d’Arqueologia de Catalunya, Sèrie Monogràfica, 23, Girona, 2006, 643 p.

Py, Lebeaupin 1989: PY (M.), LEBEAUPIN (D.) et coll. – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) IV. Les niveaux des IV e et IIIe s. av. n. è. sur le Chantier Central. Documents d’Archéologie Méridionale, 12, 1989, p. 121-190.

Notes

1 Tous les chiffres indiqués dans ce paragraphe correspondent à des pourcentages à l’intérieur de la catégorie « vaisselle » regroupant tous les types de céramiques à l’exception des amphores et des dolium.

2 Version en ligne du Dicocer pour la céramique à pâte claire du Languedoc occidental (cl-loc) et pour la céramique grise roussillonnaise (gr-rous).

3 Nous rappelons que l’étude a été effectuée sur la base d’un matériel fragmentaire qui permet le plus souvent de connaître au mieux le diamètre à l’embouchure du vase, critère métrique qui s’avère souvent assez peu pertinent pour approcher la contenance du récipient.

4 Les calculs ont été réalisés à l’aide du logiciel Pot_Utility 1.05 (© J.-P. Thalmann & ARCANE, 2006). Les valeurs indiquées sont des volumes maximums (comme si le vase était plein à ras bord) ; le volume utile est toujours légèrement inférieur.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation de l’oppidum de Pech Maho (Sigean, Aude) en Languedoc occidental.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 2. Plan général du site de Pech Maho et localisation des secteurs étudiés.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3. Répartition schématique des vestiges dans la partie nord-est de l’îlot I à la fin du IIIe s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 4. Distribution des catégories céramiques de vaisselle dans les UNF105, 106 et 107, et répartition selon la provenance (en nombre minimum d’individus).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 5. Schéma des principales fonctions de la vaisselle de cuisine et de table.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 6. Exemple de vaisselle provenant de l’UNF106.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 7. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par ensemble.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 8. Distribution de la vaisselle par catégorie fonctionnelle, par pièce et par ensemble.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/5131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

ASM, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR5140, UPVM, CNRS, MCC, 34000, Montpellier, France

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access