Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Avant-propos

Texte intégral

1Les résultats de ces fouilles, pratiquées au cœur de Fréjus, arrivent tardivement : près de 30 ans après la fin de celles du site dit de « Nord-Est cathédrale » (1979-82) et du site du Jardin du Palais de Justice (1981-82), un peu plus de 20 ans après celles de la place Formigé (1988) et de la cathédrale (1987-89). Cette situation ne manque pas de piquant car, alors que la fouille de la place Formigé n’était pas encore achevée, je rédigeais – Paul-Albert Février étant parti un mois au Japon – les pages relatives à la période romaine pour une plaquette de synthèse sur les résultats de l’ensemble de ces recherches qui paraissait en juillet 1988 (Février, Fixot, Rivet 1988), parallèlement à la présentation, dans l’Espace culturel Paul Vernet, d’une exposition intitulée Dix ans de patrimoine à Fréjus.

2Par la suite, la réalisation de l’Atlas topographique de Fréjus (Rivet et al. 2000), en appréhendant les quartiers dans leur globalité, a permis de mieux comprendre ce que nous avions découvert, de mieux intégrer nos murs dans la topographie urbaine et nos stratigraphies dans les déploiements chronologiques qui s’empilent dans la ville.

Figure 1 - Plan de Fréjus antique

Figure 1 - Plan de Fréjus antique

d’après Rivet et al. 2000, fig. 668, complété par Bdu/Ville de Fréjus

Figure 2 - Emplacement des sites fouillés dans le quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal

Figure 2 - Emplacement des sites fouillés dans le quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal

relevé S. Roucole, dao S. Saulnier

Figure 3 - Quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal.

Figure 3 - Quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal.

La place Formigé est au premier plan et le site « Nord-Est cathédrale » à l’arrière de la cathédrale (petit espace vert) ; en haut et à dr., le Jardin du Palais de Justice (autour du palmier).
Vue prise vers le nord (cliché Altivue/Ville de Fréjus).

3En conséquence, je revendique les bienfaits d’un tel retard, d’avoir laissé passer tout ce temps entre la fouille et la publication : c’est, sans le moindre doute, le prix pour favoriser une réflexion préten-
dûment laborieuse et aboutir à ce que je ressens comme un meilleur résultat.

4Pourtant, la recherche archéologique conduite sous la place Formigé (1988) ne nécessitait pas spécialement d’être longuement réfléchie : l’intelligibilité des vestiges s’imposait d’emblée, sans guère d’efforts, presque comme on s’imagine que serait le dégagement d’une maison de Pompéi ou d’Herculanum. P.-A. Février m’ayant confié la responsabilité de ce terrain du premier au dernier jour, j’aurais facilement pu m’acquitter de la publication. Mais il y avait la nécessité d’accompagner cette étude d’un développement sur les peintures murales, dont l’analyse et la restauration avaient été confiées au Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines de Soissons ... Pour diverses raisons, cette étude spécialisée a été longtemps différée.

5En revanche, dans le terrain situé au nord-est de la cathédrale (1979-1982), une bonne compréhension de ce que nous avions découvert a été plus laborieuse à établir – et c’est un euphémisme. Les deux premières années, P.-A. Février dirigeait la fouille de la partie sud du terrain, fouilles qui aboutirent à diverses découvertes dont une portion de rue en partie dallée – le cardo maximus – sur laquelle il ne semblait pas qu’on ait circulé. J’étais plus figurant qu’acteur de cette fouille … car, sur le terrain, je ne m’impliquais pratiquement pas dans son interprétation. Les deux années suivantes, il me fut confié la partie nord du même terrain, en grande partie occupée par la même rue antique mais avec des dispositions stratigraphiques bien différentes ! Ni l’un ni l’autre ne nous expliquions cette divergence. Vingt ans plus tard, la rédaction de l’Atlas topographique, en confrontant les données topographiques du quartier, fit un peu avancer la compréhension mais je manquais toujours d’une lucidité suffisante face à l’évidence !

6Avec les fouilles engagées dans le Jardin du Palais de Justice (1981-1982) puis, à la fin de cette décennie, dans différents secteurs de la cathédrale (1987-1989), nous avions le sentiment d’avoir dit l’essentiel, et même un peu plus, dans les pages de l’Atlas topographique, et de ne guère pouvoir avancer sur les conclusions tant sous l’angle topographique qu’architectural ou chronologique. Sentiment faux car, comme souvent, une réexploitation des données de base, accompagnée d’un dossier graphique et photographique augmenté, a abouti à préciser (troisième travée de la nef Notre-Dame), sinon à modifier sensiblement certains résultats (Jardin du Palais de Justice, place Formigé) exposés il y a 10 ans déjà, et à resserrer certains liens entre les sites pour mieux éclairer le paysage urbain en nuançant plus ou moins certains résultats.

7Avant que ce présent ouvrage ne vît le jour, je restais pourtant serein. Le temps avait beau passer, demeuraient les enregistrements inscrits dans des journaux de fouilles plusieurs fois remplis chaque jour, les relevés « encrés » en plan et en coupe par Sylvestre Roucole, les clichés photographiques, les croquis, les inventaires céramiques, etc., etc. À côté de ces données de fouille demeurait aussi le souvenir de nombreux détails, petits et grands, toujours profondément vivaces dans l’esprit !

8Pas réellement inquiet, d’autant plus que, depuis plus de cinq ans, deux textes étaient écrits sur l’un et l’autre des principaux chantiers (« Nord-Est cathédrale » et place Formigé), les textes que l’on trouve ici et qui nous semblaient, encore, être en attente d’améliorations ; c’est ce que nous nous sommes efforcés de faire, en compagnie de Sylvie Saulnier, à raison de plusieurs relectures. Si ce volume voit le jour, c’est parce qu’elle a assimilé toute la documentation disponible sur l’ensemble de ces fouilles et sans cesse porté la contradiction sur les textes rédigés.

9Pas inquiet ? Si, évidemment, car il fallait aussi se pencher à nouveau, avec les autres chantiers (Jardin du Palais de Justice et différents secteurs dans la cathédrale), sur des données archéologiques plus délicates à comprendre et à interpréter, tenter d’assembler les enseignements des uns avec ceux des autres, réussir à s’ouvrir suffisamment l’esprit pour remettre en cause ce qui avait été publié il y a 10 ans déjà, dans l’Atlas topographique et, surtout, construire un exposé qui, tout en établissant les cohérences entre les différents sites, évitait de tomber dans un excès de redites. J’ai fait du mieux possible mais je sais que le résultat n’est pas parfait, du moins en fonction de mes propres exigences ; quoi qu’il en soit, on trouvera cependant ici une suite de données nouvelles utiles à améliorer nos connaissances sur l’Histoire urbaine de Fréjus, avec ce corrolaire qui montre à quel point reste vaste le domaine de nos ignorances et profond celui des interrogations.

10Mais soyons encore plus net, ne serait-ce que pour expliquer la banalité de ces dernières lignes : au bout du compte, je n’étais absolument pas sûr d’arriver au terme de cette publication ! Pourquoi ? Tout simplement parce que, Paul-Albert étant disparu, en 1991, alors qu’il était responsable de toutes ces recherches, je me retrouvais un peu seul devant l’ouvrage – seul pour réfléchir, seul pour écrire ; par chance, et je le répète, Sylvie Saulnier a su me faire surmonter nombre d’obstacles ainsi que tous mes moments de découragement.

11Enfin, qu’on me permette un dernier aveu. Face à des réalités de terrain incomprises, à des données archéologiques ambiguës, à des constats chronologiques contradictoires, etc., je regrette de ne toujours pas être suffisamment capable de reconnaître ces désarois en écrivant clairement : « je ne sais pas » ou « je ne comprends pas ». Le phénomène est bien connu – mais tu – qui consiste à chercher à tout prix à aboutir au résultat scientifique, à la conclusion définitive, à des enchaînements logiques, y compris en démontrant l’indémontrable, en expliquant l’inexplicable et en conciliant l’inconciliable ; je m’en suis gardé mais il doit subsister, dans cette étude, quelques « bavochures ».

12Ce n’est pas uniquement pour une raison d’antériorité de fouille qu’on aborde en premier lieu le chantier dit de « Nord-Est cathédrale » car c’est aussi dans la complexité de ses résultats archéologiques que l’on a compris, pour la première fois, à partir des vestiges qui apparurent – et dont certaines implantations nous laissèrent alors perplexes –, que Forum Iulii était constitué de deux réseaux urbains : le réseau A, le plus ancien, d’époque augustéenne, et le réseau B, d’époque tibérienne, ce dernier se développant progressivement sur le reste de l’espace à bâtir et venant se plaquer – ou mordre – à la périphérie du carroyage précédent (Février, Fixot, Rivet 1985). À partir de là, toutes les données topographiques que procurent de nouvelles fouilles urbaines à Fréjus bénéficient de ce nouvel éclairage. Il en a été ainsi des chantiers qui ont été ouverts, naguère et avec la même équipe, d’abord dans le Jardin du Palais de Justice, puis dans la cathédrale (chœur de la nef Saint-Étienne et nef Notre-Dame) ou des observations qui ont été pratiquées quelques années plus tard dans une salle annexe de la sacristie.

13Il faut mettre en exergue les membres des différentes équipes qui ont accompagné ces campagnes :

  • pour les sites de « Nord-Est cathédrale » (1979-82) et du Jardin du Palais de Justice (1981-82) : Philippe Borgard, Stéphane Collon, Albert Conte, René Diaz, François Félician, Mustapha Filah, Edmond Gregorzyck, Josette Imbot, Najib Khierbech, Martial Krempp, Frédéric Léotard, Pierre Molinier, Jean-François Padovani, Anne Parodi, Hélène et Christian Raux ;

  • pour les différentes fouilles dans la cathédrale et sur la place Formigé (1988), l’équipe était constituée pour une grande partie d’archéologues contractuels qui se répartirent sur les trois secteurs de fouilles – ouest et est de la place et nef de la cathédrale, – pour des durées variant de 1 à 4 mois : Guy Alfonso, Hamid Chafi, Véronique Lelièvre, Jean-Marie Michel, Jean-Pierre Moretti, Michel Piskorz, Bernadette Soum et Laurent Vaxellaire. En 1987, Marc Griesheimer est venu donner un coup de main à Paul-Albert Février et Michel Fixot dans la nef Saint-Étienne.

14Je suis certain d’en oublier quelques-uns : qu’ils veuillent bien m’en excuser.

15Le financement de tous ces chantiers venait à la fois du Ministère de la Culture et de la Ville de Fréjus ; c’est dans ce cadre que Christian Goudineau, Directeur des Antiquités Historiques de Côte d’Azur (jusqu’en 1982), puis Jean-Paul Jacob, Directeur des Antiquités Historiques de Provence-Alpes-Côte d’Azur (à partir de 1987), tous deux assistés de Gaëtan Congès, ont accompagné nos travaux. Aucun de ces chantiers, engagés dans le cadre de « sauvetages programmés », n’a été victime d’une destruction : tous les vestiges mis au jour ont ensuite été remblayés.

16Une attention particulière à Sylvestre Roucole qui a assuré avec brio et en toute amitié, avec l’aide de Josette Imbot, les relevés de tous les chantiers de fouilles dirigés par Paul-Albert Février, Michel Fixot ou moi-même ... et qui continue toujours !

17De 1981 à 1989, sur tous ces chantiers, c’était aussi le temps de l’enthousiasme de Nicole Rohmann-Rivet.

18Cette étude a été l’objet de très nombreuses et fructueuses discussions – qu’il s’agisse du mobilier céramique et amphorique, de la topographie ou de l’architecture – avec Michel Bonifay, Philippe Borgard, Marie-Brigitte Carre, Richard Delage, Armand Desbat, Pierre Excoffon, Michel Feugère, Danièle Foy, Yvon Lemoine, Thierry Martin, Jean-Louis Paillet, Michel Pasqualini, Emmanuel Pellegrino, Renaud Robert, Eleni Schindler-Kaudelka, Dominique Tardy, Danièle Terrer, Jean-Christophe Tréglia, Alain Vernhet, Christian Vernou (et sans doute en oublie-je d’autres).

19L’aide de Daniel Brentchaloff, sans qui l’Atlas topographique de Fréjus n’aurait pas été la somme de connaissances et de réflexions sur la topographie de Forum Iulii, a été précieuse, d’autant qu’il a repris l’analyse, initiée par G.-B. Rogers, des monnaies provenant des sites de la place Formigé, de la cathédrale et du Jardin du Palais de Justice.

20J’adresse un amical salut à Christine Durand, Loïc Damelet et Philippe Groscaux, les trois photographes du Centre Camille Jullian à qui l’on doit la plupart des clichés d’objets ; Philippe Groscaux a, en outre, réussi à donner un peu de vigueur aux diaposives prises sur les différents chantiers.

21Enfin, last but not least, je remercie très amicalement Marie-France Lequément, Philippe Bet et mes rapporteurs du comité Michel Bonifay et Armand Desbat, pour leur relecture patiente du manuscrit et leurs remarques avisées.

Avertissement
L’urbanisme antique de Fréjus répond à deux types d’organisation de l’espace. Le noyau urbain le plus ancien, né de la création de Forum Iulii (ou de la déduction coloniale ?), concerne le quartier sud-ouest de la ville où les rues et les îlots sont implantés selon une direction nord-nord-ouest/sud-sud-ouest. Le second, vraisemblablement mis en place à la toute fin du règne d’Auguste ou au début de celui de Tibère, intéresse les trois autres quartiers et s’inscrit dans une direction nord-ouest/sud-est. Pour alléger l’écriture, on a inventé, en 1996 (Rivet 1996a), les notions de réseau A pour désigner le premier (incliné à NL 15° ouest) et de réseau B pour le second (incliné à NL 38°5 ouest), à la manière des études de G. Chouquer appliquées aux campagnes de la cité de Fréjus (Chouquer 1995 et 1996) ; on prendra garde de ne pas confondre les deux démarches car les résultats sont différents, extra muros, où un réseau A est incliné à 14°50 E et un réseau B à 45°20, sans compter d’autres carroyages désignés par les lettres C et D.
D’autre part, Forum Iulii est établi sur une butte rocheuse qui accuse une pente sensible du nord vers le sud et ces conditions naturelles ont des implications sur la topographie urbaine : nivellement, création de terrasses, organisation du réseau des égouts collecteurs, etc. Dans le quartier du groupe épiscopal, la pente est d’environ 5 % entre le chantier dit « Nord-Est cathédrale » (substrat à NGF 20,50 m environ au nord) et la place Formigé (17,40 m dans l’angle sud-ouest).

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Plan de Fréjus antique
Légende d’après Rivet et al. 2000, fig. 668, complété par Bdu/Ville de Fréjus
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 - Emplacement des sites fouillés dans le quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal
Légende relevé S. Roucole, dao S. Saulnier
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 3 - Quartier de la cathédrale et de l’ancien palais épiscopal.
Légende La place Formigé est au premier plan et le site « Nord-Est cathédrale » à l’arrière de la cathédrale (petit espace vert) ; en haut et à dr., le Jardin du Palais de Justice (autour du palmier).Vue prise vers le nord (cliché Altivue/Ville de Fréjus).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access