Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches archéologiques au cœur de Forum Iulii

 | 
Lucien Rivet

Préface

Christian Goudineau et Jean-Paul Jacob

Texte intégral

1Préfacer ce livre nous procure plaisir et appréhension. Plaisir, parce que l’un et l’autre avons appuyé ces projets qui ont abouti. Parce que nous évoquons la puissante et si chaleureuse personnalité de Paul-Albert Février et sommes heureux que son « disciple » Lucien Rivet, accompagnateur et complice de nombre de ses entreprises, ait poursuivi ses recherches foro-juliennes et donné la publication qu’elles attendaient et méritaient.

2Si PAF (comme on disait) a, hélas, disparu, ce livre nous restitue aussi la figure et l’action de beaucoup d’autres, qui ont tant fait pour l’archéologie de Fréjus ou de la région, voire davantage encore. Parmi tous ceux auxquels Lucien Rivet rend hommage, nous saluerons Michel Fixot, grand médiéviste dont la science n’a d’égale que la modestie, Sylvestre Roucole, infatigable et impeccable releveur de plans mais qui sait aussi suggérer. Non par machisme mais par affection, nous nommons par leurs seuls prénoms la si jolie et si dynamique Nicole (elle aussi trop tôt disparue) et la compétente et énergique Josette. D’autres, tout jeunes ou à peine entrés dans leur carrière professionnelle, sont venus là, pour la plupart des « locaux » ou des étudiants d’Aix, ces derniers y ayant beaucoup appris.

3Les visites que nous avons faites de ces chantiers nous laissent une impression d’autant plus forte que nous la retrouverions difficilement aujourd’hui – sauf sur certaines fouilles « programmées » où se mêlent encore professionnels, étudiants, bénévoles. Un mélange de soif d’apprendre et de comprendre, une confiance envers le « chef » qui pouvait se montrer tyrannique et exprimer ses doutes, des discussions au couteau entre ledit chef et ses collaborateurs directs, des éclats de voix qui se terminaient au bistrot en éclats de rire. Une complicité de groupe, de compagnonnage, un esprit d’équipe – même si tout le monde ne s’aimait pas. Chacun se sentait investi d’une responsabilité, d’autant plus forte que fouiller dans une cathédrale ou juste à côté, participer à la mise au jour (possible) du forum qu’on cherchait depuis si longtemps, cela n’est pas rien. La plupart des fouilleuses et des fouilleurs ont aujourd’hui des rides, mais ils se rappellent sûrement des moments forts, de fatigue, d’exaspération, d’enthousiasme, de bonheur, où l’intellect s’accorde à la sensibilité. Ces moments forts ne duraient guère plus d’un ou deux mois par an, presque toujours « à la bonne saison ».

4Nous évoquions en commençant, outre le plaisir, l’appréhension. C’est que depuis ces années 80, l’archéologie française s’est radicalement transformée. Nous-mêmes reconnaissons notre part de responsabilité dans cette évolution. En parcourant cet ouvrage si riche, comment ne pas nous poser la question : au fond, était-il judicieux de créer une « archéologie préventive » ? La réponse : bien sûr que oui, il fallait la créer – ou plutôt consolider, épanouir les faibles structures de l’époque. Qui le conteste encore réellement aujourd’hui en dépit de certaines résistances « politiques » récurrentes ? Mais il reste des défis à relever, notamment une part accrue accordée aux publications, aux monographies. Comme tant d’autres champs de la recherche qui doivent être reconnus et s’imposer, l’archéologie s’est professionnalisée et a recouru à une technicité accrue, notamment pour gagner en efficacité, afin de sauver les « archives du sol » menacées de destruction par les travaux d’aménagement du territoire. La création de cette archéologie préventive a, à l’évidence, découragé tout un « tissu » de bénévoles qui constituaient un réseau précieux d’observateurs attentifs, voire d’intervenants efficaces et passionnés. Il en va toujours ainsi lors des « réformes » : le balancier va à l’extrême. Le temps est maintenant venu de trouver un nouvel équilibre, une nouvelle harmonie entre les divers acteurs de l’archéologie, qu’ils soient professionnels ou non.

5Car le principal enseignement de ce livre – ou la plus profonde impression qu’il suscite –, c’est bien celle de l’enracinement. Au-delà des pièces scientifiques (les fouilles, les stratigraphies, le matériel), on ne le lit pas comme la relation de chantiers qui auraient pu être faits n’importe où dans le monde romain. Non, c’est Fréjus, irréductiblement Fréjus. Ce groupe épiscopal a une « magie » (mon Dieu !) qui lui est propre, qui inspire les recherches et les fouilleurs. Somme toute, ces vestiges ne présentent rien d’extraordinaire au regard de tant d’autres découvertes, même si des questions (et des réponses) intéresseront les spécialistes – les deux carroyages, la datation du forum, le rythme du développement, tel ou tel détail. L’essentiel relève du sentiment de la continuité indéfinissable qui unit le visible et l’invisible, ce cœur de ville attachant, l’improbable groupe épiscopal, ces jardins, et, un peu plus loin, le théâtre, le Clos de la Tour, l’enceinte, l’aqueduc. Peu de villes nous offrent cet entremêlement harmonieux, mi-urbain, mi-rural. Peut-être Avenches, en Suisse ? Et puis, pour qui sait lire les paysages, le port qui permet à l’imagination de le mettre en eau, d’y faire flotter ou amarrer des navires (de commerce, de guerre ?).

6Où trouver des cités au passé romain vous conduisant à la rêverie ? Généralement, les monuments antiques se trouvent pris dans le réseau moderne. Fréjus a les espaces, l’harmonie, la respiration, la lumière toscane qui relient toutes sortes de passés au présent. Espérons qu’elle saura préserver ce petit miracle. Ce livre apporte sa contribution à une belle cause.

7Juillet 2010

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access